Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre IX. Exilés à Paris

Texte intégral

1Les étudiants étrangers constituent un groupe à part dans le monde des exilés en France. Non seulement, leur proportion y est limitée au regard de la masse des travailleurs immigrés, mais en outre ils bénéficient de conditions de vie beaucoup plus favorables que leurs compatriotes ouvriers. La plupart par ailleurs n’effectuent qu’un court séjour en France. Ils ont la chance de provenir des classes moyennes et supérieures de leurs pays, de posséder un bon niveau d’instruction et pour beaucoup de comprendre et parler le français. Enfin, l’obligation qu’ils ont de suivre les cours d’une faculté les conduit à côtoyer des camarades français et étrangers dans les salles de cours et les laboratoires, à vivre au centre de Paris et à rencontrer la population parisienne, privilèges plus rarement accordés aux travailleurs migrants.

2Autre différence : les étudiants étrangers relèvent d’un double statut. En tant qu’étudiants, ils sont tenus de s’inscrire ou de se faire immatriculer dans une faculté à l’instar des nationaux, mais la faculté n’oublie pas qu’ils sont étrangers de par leur passé scolaire et leur titre de l’enseignement secondaire. En tant qu’étrangers, ils sont perçus comme tels par leurs camarades et leurs professeurs français, par les personnes qu’ils côtoient dans leur milieu de vie, par les représentations ou les préjugés véhiculés en France à l’égard de leur nationalité, en même temps qu’ils restent sous la dépendance plus ou moins étroite de leur pays d’origine par le biais des consulats que celui-ci a établis en France, notamment à Paris.

  • 1 G. Noiriel, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe 1793-1993, Paris, Calmann-Lévy, 19 (...)

3La France met un certain temps à les considérer comme des étrangers. Les historiens de l’immigration ont tous mis en exergue la profonde rupture qui s’est produite à la fin du XIXe siècle en France : la séparation de plus en plus nette établie entre nationaux et non-nationaux. Gérard Noiriel raconte que l’on assiste en France à la fin des années 1880 à un processus de « nationalisation de la société française1 », c’est-à-dire de distinction entre Français et étrangers. Les étrangers résidant en France font alors l’objet de mesures de contrôle et d’ordre public. Les étudiants étrangers qui viennent résider à Paris doivent dès lors légaliser leur séjour : le décret du 2 octobre 1888 les oblige à en faire la déclaration à la mairie ou, pour Paris, à la préfecture de police, dans un délai de 15 jours ; cette déclaration doit être renouvelée à chaque changement de résidence. La loi relative au séjour des étrangers en France du 8 août 1893, modifiée par celle du 16 juillet 1912, oblige tout étranger à remplir cette déclaration dans les huit jours suivant son arrivée en s’inscrivant à la mairie sur un registre d’immatriculation. Un extrait est délivré à l’étranger. Au début du XXe siècle, les étudiants étrangers ne peuvent s’inscrire en faculté sans avoir légalisé leur séjour. Dans un contexte marqué par la xénophobie, l’antisémitisme et la crainte qu’inspirent les anarchistes russes, particulièrement en milieu étudiant, la circulaire du 11 février 1910 sur l’immatriculation ou l’inscription des étudiants étrangers précise que tout étranger fera dans un délai de quinze jours une déclaration à la mairie énonçant ses nom et prénoms et ceux de ses parents, sa nationalité, son lieu et sa date de naissance, le lieu de son dernier domicile, sa profession ou ses moyens d’existence, les nom, âge et nationalité de sa femme et de ses enfants mineurs, en suite de quoi le maire délivre un récépissé. Cette circulaire oblige les étudiants étrangers à produire, lors de leur immatriculation, en sus des pièces exigées par la loi du 21 juillet 1897, le récépissé de sa déclaration de résidence. Une obligation que les guides de l’étudiant étranger ne cesseront de leur rappeler. Le décret du 21 avril 1917, qui abroge le décret de 1888, institue une carte d’identité d’étranger qui doit être visée par le maire ou le commissaire de police à l’arrivée et au départ de chaque localité. Ce n’est qu’à partir de 1945 que les étudiants sont dans l’obligation de disposer d’une carte de séjour de résident temporaire spécifique.

La vie au quotidien au Quartier latin

  • 2 C. Green-Satterfield, « Un Américain en France sous le Premier Empire », op. cit., 1976, p. 177-18 (...)

4En dehors des périodes de vacances et sauf imprévus, les étudiants étrangers effectuent des séjours de trois à huit ans dans la capitale : plutôt trois ans en droit, de cinq à huit ans en médecine et plus de six ans en pharmacie. De nombreuses questions se posent à propos de ces séjours, auxquelles il n’est possible de n’apporter que des réponses partielles : quelles sont leurs conditions de vie ? En quoi consiste leur vie sociale, intellectuelle, sexuelle, sportive, religieuse, politique, associative ? Ce temps contribue-t-il à la naissance d’amitiés, de convictions politiques ou religieuses, à des mariages, voire à des actes criminels ? Quelles relations se nouent entre compatriotes et avec la population française ? Quel bagage intellectuel et moral emportent-ils dans leur pays ? Etc. Les sources manquent pour évoquer ces points, sauf à lancer une investigation mondiale qui exploiterait les mémoires, les biographies, les archives personnelles, la correspondance des anciens élèves des facultés françaises. Quelques textes permettent de jeter une lueur sur le passage à Paris d’étudiants étrangers, dont la grande majorité porte sur la colonie russe. Ainsi, un article américain nous apprend-il que, sous le Premier Empire, le jeune carabin américain Robert M. Patterson fait deux repas par jour et visite le Louvre ; il prend le soir des cours de français2.

  • 3 P. Moulinier, La naissance…, op. cit., p. 269-275.

5Comme nous l’avons montré dans notre ouvrage sur les étudiants parisiens au XIXe siècle, la fin du siècle est caractérisée par une large attention des universitaires au mode de vie des étudiants3. Ainsi, en réponse à une question posée dans le Journal des débats du 1er février 1891 sur les conditions de vie des étudiants étrangers à Paris, le secrétaire général du comité de patronage des étudiants étrangers Paul Melon répond qu’il s’en est lui-même inquiété, car l’étranger ne doit pas « partir de chez soi à l’étourdie, et le temps où l’on croyait à la bohème laborieuse est passé ! ». Selon cet auteur, on peut estimer ainsi le budget d’un étudiant étranger dans la capitale :

  • 4 P. Melon, L’enseignement supérieur et l’enseignement technique en France…, Paris, A. Colin, 1891, (...)

« Voici : la chambre coûte par mois 35 ou 40 francs en moyenne ; il faut ajouter cinq francs pour le service ; la blanchisserie revient à dix francs environ ; le chauffage et l’éclairage (pendant les mois d’hiver) à 14 francs ; la nourriture varie : on déjeune à 22 sous et on dîne à 24 ; les Russes (s’ils sont princes) peuvent aller jusqu’à deux francs pour le déjeuner et 2,50 pour le dîner ; il y a des pensions à 90, 100 et 120 francs par mois. Beaucoup d’autres dépenses ne peuvent se compter qu’à l’année : vêtements, chaussures, chapeaux, linge, livres, cotisation à l’Association des étudiants, où le toit et la lumière sont offerts, avec des conférences qu’il est possible d’entendre et possible d’éviter. Bref, avec 250 francs par mois, un étudiant peut mener presque la grande vie. Et, en instruisant de plus ignorants que lui (il en trouvera toujours), il peut gagner lui-même au moins la moitié de cette somme4. »

Les ressources financières

  • 5 F. Divoire, op. cit., 1909.
  • 6 F. Divoire, op. cit., 1909.
  • 7 E. Petit, Alentour de l’école, les parents, les maîtres et les élèves, Paris, 1890, p. 346.
  • 8 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 172.
  • 9 C. Yver, Princesses de science, Paris, 1907, 407 p.
  • 10 È. Curie, Madame Curie (1938), Paris, Folio, 2007, titre du chapitre ix.

6Les ressources financières des étudiants étrangers proviennent en majorité de leurs parents, à moins qu’ils ne bénéficient d’une bourse de leur gouvernement. Cette situation crée une forte disparité entre les étudiants qui étalent leur richesse et les étudiants pauvres, qui se recrutent en majorité chez les Russes. Beaucoup de ces derniers ont en effet des moyens limités, ce qui explique qu’ils se rassemblent dans un quartier aux limites du quartier des écoles. Le poète et journaliste Fernand Divoire décrit un style de vie misérable : « Pauvres et sales pour la plupart, ils vivent avec les 60 francs par mois que leur envoient leurs familles. Ils couchent où ils peuvent, chez les uns et chez les autres, à plusieurs dans de petites chambres où ils boivent du thé concentré étendu d’eau chaude, où ils parlent de la justice, mais où ils ne font pas de bombes5. » « Les Russes de la Rive gauche, ajoute-t-il, sont presque tous étudiants ou se disent presque tous étudiants ; ils reçoivent de Russie quelques subsides, soit de leurs familles, soit de leurs coreligionnaires polonais, se livrent à de menus travaux de traduction, d’écritures, courtage en librairie, etc. Ceux qui, dépourvus de ressources, savent le mieux le français, l’enseignent à leurs compatriotes plus fortunés et plus ignorants6. » Certains d’entre eux complètent ainsi leurs ressources grâce à des travaux rémunérés. L’association russe la Solidarité universitaire cherche à créer une solidarité entre étudiants riches et pauvres et à fournir aux derniers des travaux de traduction ou de copie. L’inspecteur général de l’instruction publique Édouard Petit évoque en 1890 la vie pauvre des étudiantes russes qui, nanties de budgets allant de 80 à 100 francs par mois, font des travaux supplémentaires de copiste ou de couturière, ou donnent des leçons particulières ; elles partagent une chambre à plusieurs dans les parages de l’Observatoire, du Val de Grâce et de la rue Flatters et déjeunent dans leur chambre ou dans une sorte de cuisine coopérative où le déjeuner coûte 9 sous et le dîner 13 sous7. En dépit de ses faibles ressources, l’étudiant en droit russe Iouda Tchernoff, qui quitte la Russie en 1892 après avoir été marqué par les pogroms des années 1880 et 1890, refuse ces petits boulots : même très lucratifs, ils sont à ses yeux « trop absorbants » et l’« auraient détourné de [son] objectif principal : apprendre, élargir [son] horizon, [l]’associer par des études approfondies, plus étroitement, au milieu dans lequel [il] vivai[t]8 ». Parmi les « prolétaires intellectuels » chers à la Belle Époque, les auteurs contemporains citent volontiers les étudiantes russes. Colette Yver croque une interne de 22 ans, Dina Skaroff, qui ne reçoit de son père à moitié ruiné que 80 francs par mois : avec ses jupes de coton et ses mauvaises bottines, elle vit pauvre et solitaire dans une petite mansarde meublée de la rue Cujas et fréquente le restaurant russe de la rue Berthollet dont la « salle grouillante, taverne blanche et lumineuse » est remplie de visages affamés ; pour 12 sous, on y obtient une portion de macaronis, du bœuf bouilli et du pain. « De tempérament un peu prude », elle se méfie des avances des étudiants français9. L’étudiante Maria Sklodowska, la future Marie Curie, vit elle-même avec quarante roubles par mois selon le témoignage de sa fille Ève10.

  • 11 Arch. nat., AJ/16/2576.

7Des aides aux étudiants nécessiteux peuvent être accordées à des étrangers, avec l’approbation du Conseil de l’université de Paris. En 1901, celui-ci accorde un « prêt d’obligeance » de 200 francs à un Roumain, élève de la faculté des sciences, dont la mère veuve a la charge d’un frère qui est élève de l’École des mines et de deux sœurs, dont l’une est à l’École normale supérieure de Sèvres. Le conseil refuse par contre cette aide à un étudiant en médecine ottoman dont les parents, sans ressources, habitent en Russie11.

La vie romantique des Russes

  • 12 Sur le logement étudiant à Paris, voir P. Moulinier, La naissance de l’étudiant…, op. cit., p. 259 (...)

8Les étrangers, comme les provinciaux, sont logés au Quartier latin, c’est-à-dire dans les 5e et 6e arrondissements actuels12, mais il est remarquable de constater l’existence d’une « colonie russe » aux lisières des 5e et 13e arrondissements, sur les boulevards Saint-Marcel, Arago, des Gobelins. S’il existe au Quartier latin à la Belle Époque quelques foyers pour les étudiantes, notamment étrangères, une politique du logement étudiant ne débute à Paris que dans l’entre-deux-guerres avec la Cité universitaire, qui voit le jour en 1925. Avant la Grande Guerre, les étudiants étrangers qui ne sont pas logés chez des parents ou compatriotes sont assujettis aux mêmes obligations que leurs camarades français venus de leur province : la pension ou l’hôtel, différent selon les ressources.

9Le poids des Russes dans le monde étudiant parisien et leur singularité ont pour conséquence qu’ils sont la communauté la plus commentée et documentée au tournant du siècle. Tout majoritaires qu’ils soient, leur mode de vie ne saurait toutefois être tenu pour représentatif des mœurs des étudiants étrangers de Paris. L’image quelque peu misérable des Russes donnée par les observateurs contemporains ne décrit pas l’ensemble des communautés étrangères, et même l’ensemble de la colonie russe. Malheureusement, un portrait d’ensemble des autres groupes nationaux est introuvable.

  • 13 F. Divoire, op. cit., 1909.

10Parlons donc des sujets du tsar. Selon Fernand Divoire, les Russes mangent « souvent chez eux d’une portion achetée dans la rue, ou bien dans leurs restaurants à eux, autrefois rue Berthollet, aujourd’hui rue de Valence (près des Gobelins). Il a existé un restaurant polonais, rue Saint-Jacques, qui était situé juste au-dessus du commissariat de police. L’entrée y était sévèrement gardée par les “kamarades”. Boulevard de Port-Royal, il y eut une sorte de restaurant coopératif en chambre. On y achetait des douzaines de pains, des fromages russes et chacun s’arrangeait comme il pouvait13 ». Le journal L’Illustration décrit le restaurant du 6, rue Berthollet (5e arrondissement),

  • 14 « Oiseaux de passage : la colonie russe de Paris », L’Illustration, 26 mars 1904, no 3187, p. 204.

« une boutique de modeste apparence, à la devanture peinte en bleu, avec cette enseigne : Vins de toute provenance, enseigne d’un précédent commerce, qu’on a négligé de gratter, et fallacieusement ironique à la porte d’un établissement où l’on ne boit que de l’eau. Ce restaurant est une sorte de coopérative ; ses clients habituels l’administrent eux-mêmes, appointent la cuisinière gérante. Les portions, d’un prix modique, variant de 24 à 45 centimes, se payent avec des cachets achetés en entrant à un coopérateur “de service”. On peut se procurer de ces jetons à l’avance, et ainsi plus d’un consommateur pauvre en reçoit d’une main discrètement charitable. La clientèle ne s’attarde pas dans la salle fruste, devant les petites tables aux toiles cirées blanches. Par fournées, étudiants et étudiantes expédient à la hâte leur repas “express”, et, leur pâture prise, les oiseaux s’envolent vers les nombreux cours théoriques ou pratiques où ils vont chercher la semence d’un avenir meilleur14 ».

11Iouda Tchernoff, avec l’aide de son ami carabin Chatine qui ne poursuit pas d’études sérieuses, cherche une chambre au Quartier latin. Ils prennent à midi un repas rue François Miron dans le Marais,

  • 15 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 11.

« dans un restaurant que fréquentaient les étudiants aisés, à mi-chemin entre les hôpitaux de la rive droite et leur habitation de la rive gauche. Les étudiants les moins aisés allaient dans un restaurant “chez Rotschild” où, pour 60 centimes, en se servant eux-mêmes, ils obtenaient un plat de viande garnie, précédé d’un potage ou d’un hors-d’œuvre. […] Le public était composé d’étudiants en médecine, de quelques commis et employés célibataires […] tout le monde se connaissait15 ».

  • 16 I. Tchernoff, op. cit., vol. 1, p. 8-9.

12Iouda passe sa première nuit dans la « commune » de son ami Chatine, qui a pratiquement abandonné ses études de médecine pour animer le lieu, une vaste pièce dans l’entresol d’un immeuble situé au milieu de la rue Charles V dans le Marais : « Le parquet était en briques. Une sensation d’humidité s’en dégageait. Le plafond était noir de fumée. Les vitres des carreaux n’étaient pas lavées depuis des mois et ne laissaient guère passer la lumière. » Le loyer n’est plus payé depuis des mois par les colocataires, un marchand de tableaux et un artiste peintre. L’intérieur est un véritable capharnaüm. L’appartement devient un lieu de rendez-vous, de discussions sans fin : Chatine était « le principal orateur, faisant part à ses colocataires de ses lectures journalières et leur présentant même parfois l’exposé des théories de Karl Marx. On y venait, le soir, prendre une tasse de thé ou lire un journal. Chatine en achetait des quantités tous les jours. Le tout, livres ou journaux, traînait sur le parquet, mêlé aux vêtements, au linge sale, à la poussière16 ».

13Iouda Tchernoff qui est pauvre réduit ses dépenses au maximum : il trouve une chambre au troisième étage d’un immeuble de la rue Royer-Collard près du jardin du Luxembourg,

« meublée sommairement d’une table, d’une chaise, d’un grand lit qui en occupait la moitié, faite surtout pour recevoir des couples, sans l’ombre d’un confort qui, d’ailleurs, n’existait guère au Quartier latin. Dans l’escalier mal éclairé, se coudoyaient pêle-mêle des femmes en cheveux, des étudiants en médecine ou en droit, un élève de l’École des Beaux Arts, des ouvriers, des employés, le tout desservi par une vigoureuse bretonne, aux muscles de fer, une brune accorte qui établissait un lien entre tous les locataires, colportait les nouvelles du jour d’une chambre à l’autre ».

  • 17 I. Tchernoff, op. cit., vol. 1, p. 86-87 et 172-173.

14La tenancière a l’esprit large, et accepte les acomptes en fin de mois. Pour se nourrir, le jeune Iouda prend des repas dans un restaurant modeste : pour vingt centimes le matin, il a une assiette de soupe au pain en guise de café ; à midi, il se nourrit d’« un bol de consommé très chaud, une omelette ou du bœuf avec quelques carottes, un fromage » ; il prend l’habitude de lire en mangeant, ce qui lui vaut une certaine considération de la part des ouvriers qui fréquentent le lieu17.

La patrie turque de la rue Monsieur-le-Prince

  • 18 P. Genève, « Colonies étrangères. Les Turcs de Paris », L’Opinion, 31 janvier 1914, 7e année, no 5 (...)
  • 19 Le parc d’attraction Magic City se situait dans les années 1900 entre les numéros 67 et 91du quai (...)

15Comme les provinciaux, les étrangers pratiquent le « compatriotisme » en retrouvant leurs « pays » dans le même hôtel. Selon Paul Genève18, qui parle de la « patrie turque » de la rue Monsieur le Prince, les étudiants ottomans « les plus civilisés n’en seraient pas moins des comptemplateurs [sic] des poètes, des éleveurs de chimères ». Ils veulent toujours rester en contact avec leur patrie et « ne se sentent à l’aise qu’entre compatriotes ». Au Quartier latin, « il est très rare qu’un Turc soit seul de sa nationalité dans l’un quelconque de ces hôtels garnis pour étudiants qui abondent autour du boulevard Saint-Michel. Ils y vivent en groupes, se réunissent fréquemment dans la chambre de l’un d’entre eux… et reprennent les coutumes ancestrales », discutant pendant des heures du pays, de littérature, des sciences, de la politique. La présence des Jeunes-Turcs et la surveillance exercée par le gouvernement engendrent chez eux de la méfiance : « Chacun d’entre eux ou presque est surveillé, espionné pour le compte de l’un ou l’autre parti : pour tous les deux quelquefois », car les espions sont partout, « au Quartier et à Longchamp, à Magic City19 et à la Sorbonne, dans les bouillons populaires et au Café de Paris. »

Le quartier russe des Gobelins

16Après avoir connu la chambre modeste de la rue Royer-Collard, Iouda Tchernoff quitte le Quartier latin pour l’avenue Reille qui longe le parc Montsouris (14e arrondissement) :

  • 20 Ibid., p. 147.

« Sans m’en rendre compte, écrit-il, je suivais le mouvement instinctif de groupements russes, qui préféraient les quartiers excentriques, en tout cas les rues plus tranquilles du quartier Latin, où le bruit de la circulation intense de la grande ville ne les écrasait pas. Ils campaient rue Flatters, rue Berthollet, rue de la Glacière, tout le long de l’avenue d’Orléans et remontaient jusqu’au parc Montsouris. A l’ombre de ses bosquets, des partis socialistes révolutionnaires avaient tenu leurs assises […]. Dans une des petites rues avoisinant l’avenue d’Orléans allait s’installer à partir de 1905 l’état-major des bolcheviks20. »

17Nombre d’étudiants russes ont connu et connaîtront la même migration, du Quartier latin au 13e arrondissement.

  • 21 Arch. nat., F/7/12895.
  • 22 F. Divoire, op. cit., 1909.
  • 23 A. Fabrègue, « Les étudiantes étrangères à Paris », La Fronde, 24, 25 et 26 juin 1898.
  • 24 A. Daudet, Soutien de famille, mœurs contemporaines, Paris, 1898, 445 p.
  • 25 L’Étudiant, juin 1893.
  • 26 Arch. nat., F/17/4697.

18Au début du XXe siècle, Paris compterait 25 000 Russes, dont 12 000 adultes ; les trois-quarts seraient juifs. Ces immigrés se partagent entre la rive droite (le Marais) où se retrouvent les petits bourgeois et les ouvriers, et la rive gauche où habitent les politiques et les universitaires. Selon un rapport de police de 190721, « les Russes orthodoxes habitent de préférence dans le 5e arrondissement, vers la rue Claude Bernard et le boulevard Saint Marcel. La rue Flatters, qui fut percée et construite il y a une trentaine d’années, fut dès l’origine habitée par des étudiants russes. Elle est restée le centre de la colonie qui, aujourd’hui, rayonne sur le quartier du Jardin des Plantes, sur le XIIIe arrondissement et même, depuis trois ou quatre ans, sur le XIVe arrondissement ». Dès les années 1890 se constitue en effet un véritable quartier russe appelé « la Petite Russie », en grande partie étudiant, entre le 5e et le 13e arrondissement, autour des Gobelins et des quatre voies qui s’y croisent : le boulevard de Port-Royal, l’avenue des Gobelins, le boulevard Saint-Marcel et le boulevard Arago, entre les métros Censier, Gay-Lussac, Monge, Claude-Bernard et Glacière, et notamment dans la petite rue Flatters où habita un temps la future Marie Curie ; les limites sont au nord la rue Claude-Bernard et le Jardin des Plantes, à l’ouest la rue Berthollet, au sud le boulevard de Port-Royal, la rue Denfert-Rochereau et l’avenue d’Orléans et à l’est les alentours de l’avenue des Gobelins. Fernand Rivoire décrit ainsi ce quartier : « Le principal noyau se trouve dans les rues Pascal, de la Glacière, Berthollet et Broca. Là, on trouve des restaurants russes, des blanchisseuses, des tailleurs et des horlogers dont les enseignes sont écrites en russe et ornées de rubans jaunes et noirs peints sans délicatesse22. » Toujours selon la police, « les abords des Gobelins forment un quartier russe. Il n’y a peut-être pas de maison qui ne possède son groupe de locataires slaves : à trois ou quatre, souvent même davantage, ils vivent dans d’étroits logements, mettant en commun leurs ressources, ils subsistent le plus souvent avec quelques sous de pain et de thé ». Beaucoup d’étudiants et d’étudiantes russes en médecine y habitent, dans des hôtels ou pensions. On y trouve des restaurants où l’on mange pour neuf sous, seulement le midi23. Le quartier n’est pas cher et les hôpitaux où ils font leurs études et travaux pratiques sont proches (Val-de-Grâce, Port-Royal, Cochin). C’est le faubourg le plus proche du Quartier latin et des facultés. Les autres quartiers russes sont dans le Marais (4e arrondissement) et sur la butte Montmartre. Alphonse Daudet raconte lui aussi le quartier Saint-Marcel où affluent les réfugiés russes, avec la bibliothèque de la rue Pascal et la crémerie fréquentées par les indicateurs du tsar24. Dans la dernière décennie du siècle, les étudiants russes ont leur résidence dans un grand immeuble de l’avenue des Gobelins (13e arrondissement), où, affirme L’Étudiant, « ils vivent en commun et ne se mêlent en rien de notre existence » ; ils ont aussi leur restaurant rue Mazarine et leur café rue Flatters25. En 1915, Mme Pédrachenko, d’origine russe, obtient l’équivalence du baccalauréat D mathématiques : elle habite à la bibliothèque russe 63, rue des Gobelins. Mlle Anita Linden, d’origine roumaine, obtient l’équivalence du baccalauréat pour ses études de lettres. Elle habite au Foyer roumain du 18, rue Pierre-Curie26.

Les relations avec les compatriotes

  • 27 L. Dakhli, Une génération…, op. cit., p. 49.
  • 28 Arch. nat., AJ/16/1995.

19Le Quartier latin « est le lieu de rencontre entre étudiants de toutes nationalités et les exilés du monde entier s’y retrouvent. Les pensions sont d’ailleurs le plus souvent tenues par des ressortissants des pays d’origine, offrant aux étudiants dépaysés un foyer où ils peuvent retrouver les habitudes de chez eux et leur cuisine27 ». Cette remarque relative aux étudiants arabes peut s’appliquer à d’autres communautés. Dès leur arrivée à Paris, les jeunes migrants sont pris en charge par des compatriotes, et certains peinent à sortir du milieu des exilés de leur pays. La première personne rencontrée à Paris est parfois un parent ou un ami des parents. Ainsi Enta Diamant-Berger, née à Bucarest en 1873, habite entre 1893 et 1896 chez un tuteur, 38, rue de Bellefond ; le certificat de résidence qu’elle doit produire est signé par deux voisins, un coiffeur et un marchand de vins en gros. Maurice Hambourg, russe de Chachniki, habite en 1891 chez M. Le Gall, pharmacien, où il fait une partie de son stage28. On sait que Marie Curie est accueillie à son arrivée à la gare de l’Est par sa sœur Bronia et son beau-frère Casimir Dluski. Les étrangers comme les provinciaux mineurs sont tenus d’avoir un « répondant » ou correspondant dont le nom et l’adresse sont inscrits sur la fiche d’inscription, surtout après 1860. Si leurs parents habitent à Paris et s’ils habitent chez eux, cette formalité leur est évitée. Les étudiants et les étudiantes étrangers en médecine choisissent assez souvent comme correspondants leur logeur ou leur logeuse, souvent un compatriote, parfois leur frère, leur sœur ou leur oncle. Un certain nombre de correspondants d’étudiants russes habitent la « Petite Russie » autour des Gobelins. Beaucoup d’entre eux, une bonne centaine, sont des médecins, parfois eux-mêmes étrangers, ou des professeurs et employés de la faculté de médecine : on relève ainsi parmi eux la présence des professeurs Wurtz, Landouzy ou Brouardel, et certains noms reviennent souvent, comme celui du docteur Fort qui prend soin des Grecs et des Suisses, du docteur Schaffier qui s’occupe plutôt des Turcs et des Russes, du docteur Galesowski ou du docteur Aïtoff. Des enseignants de faculté, des professeurs de lycée ou des chefs d’institution scolaire, ainsi que des hommes de lettres, exercent également cette fonction, tel Louis Léger, professeur d’histoire au Collège de France, qui accueille volontiers les étudiants bulgares. Parfois, il s’agit d’un homme illustre comme le sénateur Jean Macé, le fondateur de la Ligue de l’enseignement. Très naturellement, les parents choisissent comme correspondant pour leur fils ou leur fille les représentants de leur pays à Paris, et en première instance les diplomates, ambassadeurs, consuls et chargés d’affaires : la plupart des nations présentes à la faculté offrent ainsi leurs services à leur ressortissant, ce qui permet ainsi à l’occasion de les surveiller. Sophie Dimitreffpar exemple est accueillie par l’ambassadeur de Russie, le Prince Orloff. Un autre groupe de correspondants naturels est constitué par les directeurs ou professeurs de fondations étrangères à Paris, telles que l’École polonaise de la rue Lamandé, la Mission polonaise, la Mission égyptienne, l’École persane ou le Collège arménien. On ajoutera à ces médiateurs internationaux deux catégories de professionnels très sollicités, les banquiers et les commissionnaires, qui peuvent être les partenaires des parents et qui sont chargés d’assurer et contrôler la vie matérielle des étudiants : on remarque l’importance du rôle de M. Naville, le directeur de la Banque ottomane. Les ecclésiastiques présents à Paris (prêtres catholiques, orthodoxes, arméniens, pasteurs protestants ou rabbins) peuvent veiller sur la bonne santé des âmes de ces exilés, tels le pasteur Boegner, Mgr Witkowski, supérieur de la Mission polonaise, ou Mgr Debs, archevêque maronite de Beyrouth, qui habite à Paris. La plupart des autres « répondants » exercent des métiers ou possèdent des états qui sont le reflet de la situation professionnelle des parents de ces étudiants, et on peut supposer que certains d’entre eux en sont des clients ou des partenaires. Parmi ces correspondants déclarés, nous avons repéré dans le corpus des docteurs étrangers 50 négociants, 36 commerçants en tous genres, 40 rentiers ou rentières, une dizaine de fabricants ou d’entrepreneurs, 15 artisans, un ouvrier, 19 employés, six fonctionnaires, treize ingénieurs, mais aussi 18 avocats ou juristes, 15 artistes (peintres, sculpteurs musiciens), quatre architectes, deux officiers et une dizaine d’écrivains ou académiciens.

La surveillance des consulats

  • 29 Arch. nat., F/17/4512, dossier no 1.
  • 30 Référence : le dossier Jordanov de notre corpus 1807-1907.
  • 31 Arch. nat., AJ/16/2589, p. 50-51.

20Les étudiants étrangers sont par ailleurs, nolens volens, condamnés à avoir recours aux services de leur consulat en France, qui peut être pour eux autant une menace en cas de mauvaise conduite ou d’activités subversives, qu’une protection. Les archives rendent parfois compte de ce lien de dépendance à l’égard du gouvernement de leur pays : en décembre 1864, le secrétaire général du ministère de l’Instruction publique est saisi d’une demande de l’ambassade impériale ottomane qui souhaite connaître l’état des études et examens suivis à la faculté de médecine par Alphonse Timoni, étudiant de Constantinople29. C’est probablement sur les instances de son consulat que le médecin bulgare Stoïcu Jordanov, né à Cotelu en 1846 et reçu docteur à Paris en 1876, doit quitter la France en juin 1876 en raison des « circulaires politiques » de son pays : on suppose que le gouvernement ottoman rapatrie les exilés bulgares à la suite de l’insurrection nationale d’avril 1876 qui provoquera la guerre russo-turque de 1877-187830. En 1911, le Conseil de l’université de Paris31 annonce une décision du gouvernement ottoman au sujet de ses boursiers :

« Sauf quelques étudiants en droit, tous les étudiants ottomans de l’université de Paris, tous les boursiers ou subventionnés s’entend, seront transférés en novembre prochain dans les universités de province. Une des raisons données à M. l’inspecteur de leurs études, M. le docteur Blondel, [le secrétaire général du comité de patronage des étudiants étrangers] est qu’à Paris ces jeunes gens dépensent tout leur argent dans les cafés et les brasseries et que leur travail n’est pas contrôlé. » Le conseil confirme que ces étudiants « ont peu suivi les cours et que, ne les voyant jamais, les professeurs n’ont pu leur donner conseils ni directions ». Le conseil regrette néanmoins que « le comité de patronage n’ait pu faire œuvre plus utile ».

Le refuge communautaire

  • 32 I. Tchernoff, op. cit., p. 104.

21Regroupés dans un quartier de la rive gauche, les étudiants russes ont la réputation de rester entre eux et de ne pas chercher à s’insérer dans la société française. Iouda Tchernoffécrit que le groupe des étudiants juifs russes, « où les politiques professionnels étaient rares, où le sionisme n’avait rien de farouche, vivait en vase clos. De là fatalement une certaine tendance à se replier, à se retrancher du monde extérieur. Cette vie close ne permettait pas à l’Association de jouer un rôle utile dans le travail d’assimilation auquel tout émigrant doit se soumettre, s’il est décidé à se fixer plus tard dans le pays32 ». Fernand Divoire affirme à son tour que les Russes ne cherchent pas à se rapprocher des Français :

  • 33 F. Divoire, op. cit., 1909.

« Incurablement naïfs, […] ils sont très difficiles à approcher. Ils ont moins de méfiance pour un mouchard russe que pour un Français. Pour nous, ils ont un peu de mépris. Nos mœurs ne sont pas assez sérieuses, pensent-ils. Quant aux révolutionnaires français, ils en disent volontiers qu’ils sont des sentimentaux dégénérés, des braillards ou des faux-monnayeurs. Notre littérature sur eux les amuse. […] Très patriotes, tous, et il faut entendre ces internationalistes vanter tout ce qui vient de Russie. » Et l’auteur ajoute : « Les femmes admises dans ce comité y sont traitées en camarades, même par les jeunes hommes, sans que, dit-on, leur sexe leur vaille aucune faveur ni même aucune attention33. »

  • 34 I. Tchernoff, op. cit., p. 147.
  • 35 G. Duhamel, La Pierre d’Horeb, Paris, Folio, 1974, p. 65.
  • 36 J.-M. Delmaire, op. cit., p. 33-34.

22L’étudiant en droit Iouda Tchernoff affirme que l’étudiant russe à Paris, dont les moindres gestes avaient été surveillés avant son voyage par la police russe, ne supporte pas les tracasseries et la « discipline journalière » imposées aux Parisiens, telles que, à dix heures du soir passées, « dire son nom à la concierge, ne pas faire de bruit dans son logement, respecter le repos et la tranquillité de ses voisins ». Il en résulte une haine du petit-bourgeois français, qu’explique en partie la vie isolée de l’émigrant russe, bien que « la foule française […] accueille avec une bienveillance marquée tous les étrangers34 ». Dans le roman où il évoque ses années de faculté vers 1903-1905, La Pierre d’Horeb, Georges Duhamel ne manque pas d’introduire une belle Russe, Daria, dont le héros s’éprend après l’avoir rencontrée au pavillon de dissection de Clamart. C’est l’occasion pour l’auteur d’évoquer les réunions passionnées de la colonie russe, où il rencontre des étudiants et des non-étudiants, des juifs, un exilé politique, un ancien ouvrier qui est masseur dans un hammam, et d’autres. Tous partagent un grand appartement rue Claude Bernard. Dans leurs discussions, précise Duhamel, « leurs yeux extasiés pourchassaient, par-dessus nos têtes, un peuple d’images en déroute35 ». Ce n’est qu’au bout d’un certain temps qu’ils s’éloignent de leur communauté. Jean-Marie Delmaire affirme qu’à l’inverse des Russes étudiant à Berlin ou Zurich, les étudiants juifs russes de Paris ou de Londres sont plus longtemps plongés dans le milieu des immigrants juifs36.

23Ce repli communautaire n’est pas apprécié par tous les intéressés. Le journal sioniste Kadimah fondé par un groupe d’étudiants juifs critique férocement la mosaïque de la Petite Russie. À propos du nouvel an 1898, son éditorialiste en brosse un tableau bigarré, rempli de contradictions :

  • 37 Kadimah, 15 février 1898, no 1.

« Nouvel an ! Les étudiants étrangers du quartier de la Glacière, les étudiants juifs, dits russes ou polonais, s’agitent et préparent leurs bals annuels. Fêtards du jour de l’an orthodoxe, allumeurs d’arbres de Noël, propagateurs de la Croix Rouge polonais, phraseurs qui se disent travailler pour le bonheur du paysan russe, pour l’indépendance de la Pologne, hâbleurs du socialisme qui ne veulent point entendre parler de juifs miséreux, de juifs meurt-la-faim, soit disant Polonais convertis ou sur le point de le devenir, tous font enfin leurs préparatifs de fête. […] Patriotards polonais de race juive, Russes d’origine douteuse, libertaires aux prétextes commodes, que vous faites sourire les observateurs sceptiques et que vos élans leur semblent de mauvais aloi37 ! »

Loisirs et sociabilité

  • 38 D. Berindei, « Les Quarante-huitards roumains en exil », Revue d’histoire du XIXe siècle, 1995, no(...)

24Le compatriotisme d’hôtel ou de restaurant se prolonge dans la fréquentation d’associations plus ou moins informelles. Dans le premier XIXe siècle, ces groupements réunissent de préférence les exilés, opposants, persécutés ou réfugiés, ce qui est le cas de Roumains du « printemps des peuples » de 1848. L’amitié franco-roumaine doit beaucoup au fait qu’une éphémère république roumaine a été créée cette année-là par un noyau de militants dont beaucoup ont étudié à Paris. La répression qui suit provoque un afflux de « moldo-valaques » dans la capitale, et ceux-ci sont populaires au point que Lamartine accepte la présidence d’honneur d’une société des étudiants moldo-valaques fondée en 1846, la Société des étudiants roumains de Paris, animée par Michel Kogalceanu, dont le président élu est Ion Ghica et le secrétaire Constantin Rosetti. Elle est installée dans la bibliothèque roumaine de Paris qui vient d’être créée au 3, place de la Sorbonne. Les étudiants roumains de Paris sont des auditeurs enthousiastes des cours de Michelet au Collège de France. Nombre de jeunes roumains de Paris, imprégnés par les idées révolutionnaires de 1848, retourneront en Roumanie et plusieurs d’entre eux joueront un rôle important dans le mouvement révolutionnaire des principautés roumaines. Au printemps 1851, les étudiants roumains de Paris se groupent dans l’association « Juminea romana » qui, dans le journal du même nom, soutient énergiquement les révoltés exilés38.

  • 39 C. Daremberg, La médecine, histoire et médecine, Paris, 1865, p. 73.

25D’autres sociétés se fondent sur une base professionnelle. En 1844, les médecins et étudiants allemands de Paris, à l’époque l’un des groupes étrangers les plus nombreux dans la capitale, fondent une société médicale qui a son siège au 24, rue de l’École de médecine. Cette société médicale allemande a pour organe La Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie du docteur Dechambre39. Les anciens étudiants en médecine polonais installés en France adhèrent de leur côté à l’Association parisienne des médecins polonais, créée en 1858 à l’initiative des docteurs Adam Raciborski et Adrian Baraniecki, qui accueille aussi les carabins et qui est toujours présente à Levallois-Perret, près de Paris. Des étudiants venus de toute l’Europe fondent leur propre association, la Paris medical society.

  • 40 H. R. Gazer, « Notizen zu den Versammlungen der armenischen Studenten in Europa in den Jahren 1897 (...)
  • 41 Arch. préf. police, BA/106.

26Les réformes universitaires de la IIIe République entraînent dans leur sillage l’autorisation des associations étudiantes, dont l’association générale des étudiants de Paris (AGEP), fondée en 1884, et le développement des comités de soutien aux étrangers, en même temps que naissent ou renaissent des formations politiques de tous bords. Il en résulte un foisonnement associatif dans les colonies étrangères, en particulier dans la mouvance russe. Vers 1888, les étudiants arméniens de Paris ont leur association, l’Union des étudiants arméniens, qui a son siège 84, boulevard Saint-Germain. Dans sa salle de lecture sont organisées des conférences sur l’art et la littérature. En 1898, l’association revendique 39 membres, dont trois femmes : trois d’entre eux proviennent de l’Arménie russe, les autres de l’Empire ottoman, dont Istanbul40. Le 8 avril 1898, une vingtaine de membres de l’association des étudiants hellènes de Paris dépose une couronne au cimetière Montparnasse sur la tombe de leur compatriote Coray, un savant philologue et patriote révolutionnaire grec né à Scio et mort à Paris41.

  • 42 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 22-23.
  • 43 J.-M. Delmaire, op. cit., p. 39.

27Les émigrants russes sont accueillis à bras ouverts par leurs compatriotes. Dès leur arrivée à Paris, les étudiants russes sont contactés par les groupes politiques ou religieux et conduits vers les logis qui accueillent leurs compatriotes. Dans ses Mémoires, Iouda Tchernoff raconte qu’il a trouvé à son arrivée « des cercles d’étudiants russes plus ou moins en rapport avec l’émigration politique, où Le Capital de Karl Marx était passionnément commenté ». Selon lui, Paris accueille en 1891-1892 « un nouveau flot d’émigrants russes », parmi lesquels de nombreux étudiants : émigrés politiques dits « nihilistes » ou « bombistes » en révolte contre le régime absolutiste, étudiants venus s’inscrire en France, étudiants juifs surtout auxquels les portes de l’université russe étaient presque fermées, petits bourgeois victimes des persécutions administratives et des pogromes et quelques ouvriers. « L’afflux des étudiants, raconte Tchernoff, sans opposer nettement l’élément universitaire à l’élément politique, les nouveaux venus aux vieux émigrants, changeait peu à peu la physionomie de la colonie russe42. » Jean-Marie Delmaire cite le rôle important d’un rabbin français éclairé, Zadok Kahn, « qui attire les étudiants alors que la “francité” obséquieuse de leur rabbin russe les dégoûtait43 ».

  • 44 B. Czerny, « L’Association des étudiants russes de Paris », Cahiers du monde russe, janvier-mars 2 (...)

28L’une des associations russes les plus actives est l’Association des étudiants russes (AER) de Paris, fondée en 1883, la plus ancienne de la capitale. Boris Czerny et Claudie Weill ont mis la main à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) sur les archives de ce groupement et exploré la correspondance envoyée de France comme de Russie entre 1908 et 1911 par les membres de l’association. C’est une source très importante sur les motivations des étudiants migrants en France et sur leurs conditions de vie. Installée entre 1908 et 1913 au 5, rue Malebranche dans le 5e arrondissement, puis au 3, rue du Puits-de-l’Ermite dans le « quartier russe » de la rive gauche, elle a notamment pour tâche de faire parvenir des informations (payantes) aux étudiants russes qui souhaitaient s’inscrire dans des universités ou des établissements d’enseignement supérieur à l’étranger et notamment en France, mais aussi aux journaux russes, qui sont la principale source d’information des candidats au départ44. Elle offre divers services : crédits courts ou longs, aide à la recherche de petits travaux au sein de la colonie russe, le restaurant de la rue Saint-Jacques et la salle de lecture Tolstoï, fondée en 1908, qui offrait en particulier nombre de journaux en russe de différentes tendances politiques. L’AER procure enfin classiquement des temps de convivialité (bals, spectacles de fin d’année) qui lui apportent des ressources financières. Selon J.-M. Delmaire, elle comportait 90 % de juifs.

  • 45 Ibid., p. 102-103.
  • 46 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 15.

29À la fin du siècle, Iouda Tchernoff cite l’Association des étudiants israélites russes, alors située 1, rue de Mirbel (5e arrondissement, Censier). Cette association était issue d’une première association plus importante, l’Association des étudiants venant de Russie, fondée au milieu des années 1885 et qui « n’était qu’une société d’entraide et une caisse de secours » en faveur des Russes comme des Polonais, étudiants ou émigrants. Cette ouverture à des groupes et des cultures différents provoquera une scission de la part des étudiants juifs : sous les auspices de l’Alliance israélite universelle, est créé un Comité des étudiants destiné à « encourager et assister les étudiants besogneux » ainsi que l’Association générale des étudiants israélites, au départ très imprégnée de l’idéal sioniste. Peu à peu, raconte Tchernoff, qui est lui-même sioniste, se groupèrent autour de ce noyau sioniste des sympathisants « attachés au judaïsme par des traditions de famille (ou) par l’amour de la culture juive. […] L’association attirait tous ceux qui ne croyaient pas qu’une révolution universelle, inspirée par les idées marxistes, résoudrait à elle seule la question juive ». Iouda Tchernoff précise que les membres de l’association sont des étudiants « qui étudient » et que l’on n’y trouve aucun politicien professionnel. Ce qui n’empêche pas des discussions passionnées et parfois « byzantines » en leur sein. On sait s’y amuser, des soirées sont organisées à l’occasion des fêtes juives ainsi que des réunions amicales, des récitations de poèmes, des bals45. L’auteur ajoute qu’en 1892, « l’immigration russe se groupait autour de Pierre Lavroff, le patriarche de la rue Saint-Jacques, l’initiateur du mystique mouvement de la Croisade dans le peuple46 ».

  • 47 Arch. nat., F/7/12895.
  • 48 B. Czerny, « l’Association des étudiants russes de Paris », Communication au colloque Histoire/Gen (...)

30Le rapport de police de 1907 nous offre une liste des associations étudiantes et culturelles russes qui ont été recensées au début du XXe siècle : outre l’AER, il cite le Cercle d’étudiants russes, 20, rue Dauphine, qui s’occupe des études scolaires de ses membres et non d’action révolutionnaire, l’Association des travailleurs intellectuels, 10, rue des Cordelières (13e arrondissement, dans le quartier des Gobelins), le Cercle littéraire, 10, rue des Cordelières, l’Association des étudiants israélites, 8, rue du Puits-de-l’Ermite (5e arrondissement, vers la rue Monge) où siège une autre association d’étudiants russes, la Société d’étudiants russes. En 1917, un groupe socialiste démocratique russe de Paris a son siège au restaurant de la rue des Cordelières47. Les organisations russes de Paris sont si nombreuses que l’AER envisage dans les années 1910 de les unifier, sans succès48. En 1911, l’assemblée générale des étudiants russes à Lausanne appelle à la création d’une organisation générale des étudiants russes à l’étranger.

  • 49 J.-B. Dupont-Melnyczenko, Les Ukrainiens en France. Mémoires éparpillées, Paris, Éditions Autremen (...)

31Une Association des Ukrainiens de Paris est créée en 1909, « constituée en grande partie d’artistes et d’intellectuels d’Ukraine centrale et orientale » ; elle ouvre un cercle 14, rue Thouin dans le 5e arrondissement. L’Ukraine est alors partagée entre les Empires russe et autrichien. Le 30 mars 1911, une manifestation des Ukrainiens de Paris est organisée dans la salle Pasdeloup, au cours de laquelle un étudiant ès lettres, Mikhaïlo Roudnytsky, prend la parole49.

L’offre de services

  • 50 Arch. nat., F/7/12894.
  • 51 M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Paris, Fayard, 2005, p. 79.

32Les étudiants russes logés dans la petite Russie des Gobelins bénéficient de nombreux services. Nancy Green précise que la première œuvre philanthropique destinée aux immigrés juifs est l’université populaire juive, créée en 1902, qui veut faciliter l’insertion des immigrés en leur apprenant le français et en leur offrant des informations sur la vie en France. Un bureau de placement est fondé en 1904. Le rapport de police de 190750 cite les autres œuvres ouvertes aux Russes dans divers arrondissements de la capitale : le Bureau du travail chargé de venir en aide aux émigrés russes, 63, avenue des Gobelins, le Comité de bienfaisance de la rue Rodier (9e arrondissement), le Comité d’assistance par le travail de la rue Oberkampf (11e arrondissement), la table d’hôte des émigrés, 53, rue de la Glacière, fondé par le Bureau du travail. De nombreux restaurants sont cités dans le quartier russe ou le quartier latin : 15, rue des Ecouffes (près de Censier), 3, rue de Valence (5e arrondissement), 9, rue Michel-Peter (13e, près des Gobelins), 32, rue de l’Arbalète, 55, rue Saint-Jacques, et celui du 11, rue Vauquelin, « où ils se rencontrent chaque jour et où circulent les nouvelles, les mots d’ordre intéressant la colonie », auxquels on peut ajouter ceux de la rue François-Miron dans le Marais et du 46, rue de la Victoire dans le 9e arrondissement. Le père de Maxime Rodinson habite au 59, de l’avenue des Gobelins, où se trouve l’imprimerie russe qui fabriquait le journal de Trotski, Nashe Slovo (Notre parole)51.

  • 52 Arch. nat., F/7/12896.
  • 53 I. Tchernoff, op. cit., chapitre ix, p. 282 et suivantes.
  • 54 Arch. nat., F/7/12895.
  • 55 « Oiseaux de passage : la colonie russe de Paris », L’Illustration, 26 mars 1904, no 3187, p. 204.

33La police donne aussi une liste des bibliothèques russes, « où sont reçus les journaux du pays russe et qui sont pourvues d’une littérature spéciale ». La principale est la bibliothèque Tourgueniev, « sorte de petit état neutre au milieu des divers partis politiques russes qui ont établi leur quartier général à Paris52 », bibliothèque qui a souvent changé d’adresse : d’abord installée rue Victor Cousin, elle fut par la suite transférée au 7, rue Berthollet avant de s’établir au 328, rue Saint-Jacques, puis au 61, avenue des Gobelins, au 20, rue de la Glacière, et enfin avant son installation en décembre 1913 au no 9 de la rue du Val-de-Grâce. Elle occupe aujourd’hui un immeuble discret 11, rue de Valence dans l’ancien quartier russe. Dans ses Mémoires, Iouda Tchernoff évoque les débuts de cette bibliothèque. Quand le gouvernement russe obligea en 1870 les étudiants russes à quitter Zurich, ville jugée comme un nid de révolutionnaires, et à émigrer vers Paris, le célèbre révolutionnaire Lopatine songea à doter la capitale d’un centre intellectuel. Curieusement l’ambassadeur de Russie en France, le prince Orloff, « crut devoir aider à la fondation d’une bibliothèque où l’émigration russe trouverait facilement des informations » et c’est le grand Tourgueniev, qui avait contribué à la création d’une bibliothèque à Zurich, qui mit en œuvre le projet lors d’une réunion de l’émigration le 1er janvier 1875. Son histoire avant la Grande Guerre est marquée par de nombreux conflits internes, notamment entre étudiants et émigration politique53. Elle serait passée en avril 1917 « aux mains des Russes germanophiles dont l’organe, Natchalo, a été interdit54 ». En 1904, un reportage de l’Illustration55 décrit les deux bibliothèques du quartier russe des Gobelins, la bibliothèque Lavroff et la bibliothèque Tourgueniev de la rue Saint-Jacques, ainsi décrite : « Au fond d’une cour, au deuxième étage, une pièce délabrée, sommairement meublée (trois tables juxtaposées recouvertes de toile cirée jaunâtre, quelques chaises de paille, un poêle sans feu), sert de salle de lecture pour les journaux russes ; deux autres pièces sont affectées aux livres. »

  • 56 Arch. nat., F/7/12895.

34D’autres bibliothèques sont citées : 17, boulevard Arago, 39, rue de l’Arbalète, 22, avenue d’Italie, 92, rue de Clignancourt ; en 1915, on en trouve une 42, rue Boulard (14e arrondissement, Denfert-Rochereau) et en 1917, au 63, avenue des Gobelins, qui serait le « rendez-vous des éléments maximalistes56 ». Le Bund a une bibliothèque rue des Écouffes dans le Marais. Ajoutons la salle de lecture russe, 10, rue des Cordelières (13e arrondissement, vers le boulevard Arago), sans compter les bibliothèques dépendant d’associations nationales ou politiques telles la bibliothèque polonaise Mickiewicz fondée en 1838 par la Société littéraire polonaise issue de l’émigration polonaise de 1830-1831, ouverte en 1839 au 10, rue Duphot près de la Madeleine et transférée 6, quai d’Orléans dans l’île Saint-Louis en 1854, la bibliothèque social-démocrate de l’avenue des Gobelins, la bibliothèque juive Pernikov, avenue de la République, etc. Ces salles de lecture sont si nombreuses que l’AER cherche à les rassembler.

Les loisirs des étrangers

  • 57 I. Tchernoff, op. cit., p. 149-149.
  • 58 R. Maritain, Les Grandes amitiés, tome I. Souvenirs, New York, Éditions de la Mission française, 1 (...)

35Les distractions des étudiants étrangers à Paris sont, dans la limite de leur budget, celles de leurs camarades français provinciaux : théâtre, musique, musées, promenades dans les forêts d’Île-de-France. Iouda Tchernoff assiste parfois avec son ami Georges A… à des pièces classiques à l’Odéon « pour la modeste somme de cinquante centimes ; c’était le prix d’une place au dernier rang du poulailler ». Certains après-midi, après avoir déjeuné dans une petite crèmerie pour 75 centimes, il se détend sur les fortifications ou sur un banc du parc Montsouris près duquel il habite. Le soir, il fait des promenades avec son ami qui lui fait part de ses projets littéraires57. Raïssa Maritain, juive née à Rostov sur le Don au bord de la mer d’Azov, est emmenée par ses parents en France avec sa sœur Vera et habite à Paris où elle poursuit toute sa scolarité primaire et secondaire. Elle raconte dans Les Grandes amitiés : « Beaucoup de Russes fréquentaient chez mes parents, réfugiés politiques ou simplement étudiants. Ils venaient le soir, et les soirées se prolongeaient fort tard ; les questions sociales et religieuses étaient passionnément débattues. Toute cette jeunesse faisait le procès de Dieu et du monde. » Avec sa sœur Vera, elle va aux concerts Colonne et Lamoureux, déchiffre beaucoup de musique de piano et de chant. « Assez souvent aussi, nos parents nous emmenaient aux soirées organisées par la colonie russe où, après une partie musicale ou littéraire, on dansait jusqu’au matin58. »

Vie politique

  • 59 D. Berindei, « Paris et Vienne, centres de formation des cadres intellectuels roumains au XIXe siè (...)
  • 60 C. G. Leland, « Un Américain sur les barricades de février 1848 », Histoire magazine, août 1982, n(...)
  • 61 A. D. Petrescu, « La participation des médecins et pharmaciens roumains à la guerre de 1870 et à l (...)

36Surveillés par leurs ambassades et consulats, les étudiants étrangers ont tendance à limiter leurs actions politiques, même s’ils y sont incités par les activistes français. Les étudiants roumains de Paris suivirent avec passion les cours de Michelet et Quinet et certains montèrent sur les barricades en février 1848 ; nombre de Moldo-Valaques de Paris offrirent alors de l’argent en faveur des blessés59. Le jeune Américain Charles Godfrey Leland, qui étudie la médecine à Paris et loge à l’hôtel du Luxembourg, rue de la Harpe, en 1848, participe aux barricades et à l’invasion des Tuileries en février 1848 ; il est de la délégation organisée par le consul des États-Unis pour aller féliciter le gouvernement provisoire de la nouvelle République, mais sa pension est suspendue pendant plusieurs jours60. Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, plus de 900 Roumains servirent dans l’armée française et le professeur Davila, le fondateur de l’enseignement médical en Roumanie, revint en France pour y organiser une ambulance avec l’aide de l’École de médecine de Bucarest. Pendant la Commune, des révolutionnaires et démocrates Roumains, dont quelques étudiants, prirent part aux batailles et certains y perdirent la vie61. Toutefois, la participation d’étudiants étrangers aux révoltes de 1830, 1848 et 1871 fut extrêmement limitée.

  • 62 [http://fr.wikipedia.org/wiki/Benito_Sylvain.]

37Les étudiants d’Amérique latine sont peu présents dans la vie politique et sociale française, mais on peut citer le cas de Benito Sylvain, un intellectuel haïtien apôtre de la cause des Noirs62. Né à Port au Prince en Haïti en 1868 dans la bourgeoisie aisée de son pays, il est licencié en droit à Paris en 1894 et obtient son doctorat en droit en 1901. Pendant ses études, il est secrétaire à la légation d’Haïti à Londres en 1889-1890 avant de se lancer dans le journalisme : il fonde à Paris en 1890 un hebdomadaire, La Fraternité, organe des intérêts d’Haïti et de la race noire qu’il dirige jusqu’en 1897, date de sa disparition. Il essaie par ailleurs d’organiser les étudiants haïtiens en France en fondant un Cercle de l’union fraternelle dont la Fraternité est la tribune. Il fréquente à Paris les réseaux antiesclavagistes catholiques et assiste en 1890 au congrès antiesclavagiste de Bruxelles. Il représente Haïti à l’Alliance française en 1891 et se fait admettre à la Société d’ethnographie de Paris en 1893. En 1894, il part en Ethiopie.

  • 63 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 570 ; K. Kreiser, « Le Pa (...)
  • 64 L. Dakhli, Une génération…, 2008, op. cit., p. 85.

38Les étudiants ottomans font parler d’eux à la fin du siècle. À Paris, comme à Genève, à Londres ou en Roumanie, un petit groupe de Jeunes-Turcs se crée dans les années 1895-1897. Ce mouvement né en 1889 au sein de l’École de médecine militaire d’Istanbul, sous le règne d’Abdul Hamid, lutte pour une réforme profonde de l’Empire ottoman. En son sein s’opposent des partisans de la centralisation des pouvoirs et d’autres, notamment parmi les représentants arméniens, albanais et arabes, qui misent sur un modèle fédéraliste pour l’État ottoman. Le congrès des Jeunes-Turcs de février 1902 à Paris, interdit par le gouvernement ottoman et l’Ambassade turque mais soutenu par des journalistes et députés français, se tient dans l’appartement du député Lefèvre-Pontalis, membre de l’Institut de France63. En juin 1913, le congrès arabe syrien de Paris organisé par la communauté syrienne de la capitale débat sur ce que peut apporter l’Occident à l’Orient : certains participants estiment que les idées occidentales peuvent « servir à la libération de l’Orient, au nom d’une certaine idée de la modernité64 ».

  • 65 Arch. du min des Aff. étr., C/2-2.

39En 1913 et 1914 ont lieu à Paris des manifestations pangermanistes animées notamment par la fédération des employés de commerce pangermanistes de Paris et la société coloniale allemande65. Il est probable que des étudiants allemands ont participé à ces manifestations.

Les organisations russes

  • 66 Arch. nat., F/7/12585.
  • 67 F. Divoire, « Les deux polices », L’Opinion, 17 juillet 1909, p. 83-84. Roubanovitch, naturalisé f (...)
  • 68 J.-M. Delmaire, op. cit., p. 40.
  • 69 N. L. Green, Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque : le “Pletzl” de Paris, Paris, Faya (...)

40À la fin du siècle, quelques étudiants anarchistes étrangers résidant hors de France sont fichés par la police : par exemple, en 1895, Porfirius Filatof, né à Irkoutsk en 1873, étudiant en sciences, Pierre Voynikoff, né à Lovetch en Bulgarie, étudiant en droit. En 1898, deux étudiants italiens, Mario Ferri et Louis Fabri66. Mais ce sont évidemment les groupes politiques russes qui attirent l’attention, même s’ils n’interviennent guère dans la vie politique française. « Tous les Russes, dit le rapport de la police de 1907, doivent être considérés comme sympathiques à la Révolution russe. » Selon Iouda Tchernoff, les maîtres à penser de la colonie russe étaient Lavroffet Plékanoff, ainsi que Dobrouskine. Quant au journaliste Fernand Divoire, il déclare que les mots étudiants et révolutionnaires sont « presque synonymes, car les rares étudiants non révolutionnaires vivent à part, sans lien avec les autres – ou en Russie. […] Un grand nombre sont affiliés au parti socialiste révolutionnaire et lisent la Tribune russe de M. Roubanovitch67 ». Le rapport de 1907 les classe en trois groupes : anarchistes (individualistes ou communistes), révolutionnaires (maximalistes ou socialistes révolutionnaires) et socialistes démocrates (menchevicki ou bolchevicki). Les anarchistes se divisent en trois groupes : le groupe anarchiste de la rive gauche, particulièrement fréquenté par les étudiants, basé au 10 de l’avenue Reille, le groupe anarchiste communiste juif et le groupe dit Agitator. En 1917, le groupe socialiste démocratique russe de Paris a son siège 46, rue des Cordelières où se trouve un restaurant russe. Cependant, selon Jean-Marie Delmaire, « il était notoire qu’en France se trouvaient plus de “bons” étudiants, c’est-à-dire non politisés, qu’en Suisse68 ». Nancy Green remarque par ailleurs que la police ne paraît pas s’inquiéter outre mesure, et un rapport de la préfecture estime que les membres de l’Association des étudiants israélites russes paraissent tous être « de bonne famille » et sont plus préoccupés par leurs études que par la révolution69.

  • 70 Voir : C. Weill, « Le Bund russe à Paris, 1898-1940 », Archives juives, 2001, vol. 34, no 2, p. 30 (...)
  • 71 Arch. nat., F/7/12895.

41Le rapport de la police cite aussi le Bund, créé en 1897, qui est selon ce document « moins un parti qu’un syndicat d’intérêts. » Uniquement composé de Juifs, on y rencontre les tenants des diverses opinions révolutionnaires ou démocrates, mais ils sont en général relativement modérés et peuvent se classer, selon la police, « parmi les bolchevicki », alors qu’en Russie, le Bund est plutôt opposé aux tendances centralistes des bolcheviks. L’Union générale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie, connue sous l’abréviation Bund, est un mouvement social-démocrate juif créé à la fin du XIXe siècle dans l’empire de Russie. Il s’oppose au sionisme et se bat pour l’émancipation des travailleurs juifs dans le cadre d’un combat plus général pour le socialisme. Implantés en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en Angleterre, en Suède et en France, les groupes du Bund bénéficient en général du soutien des étudiants russes. À Paris, selon Claudie Weill, le Bund « présente un profil mixte, à la fois ouvrier et étudiant ». Sa création se situe au tournant du siècle, en 1898 ou 1902. Il possède une bibliothèque-salle de conférences et de réunion dans le Pletzl70 et compterait en 1907 environ 300 membres, selon la police. Un rapport policier de 1917 affirme que « le Bund, organe des socialistes juifs polonais, ne fait pas parti des maximalistes ; beaucoup de ses membres se sont engagés dans l’armée française au début de la guerre71 ».

  • 72 J.-M. Delmaire, « Les Amants de Sion en France (1884-1888) : entre l’aliya et l’intégration », in (...)
  • 73 J.-M. Delmaire, « Les Amants de Sion… », op. cit., p. 86-87. Nous avons pu consulter trois numéros (...)
  • 74 Kadimah, 1er et 15 août 1898, no 2 et 3.

42Les étudiants juifs, très nombreux dans la colonie russe, ne sont pas tous socialistes ou anarchistes. La question sioniste est au cœur de leurs discussions. « Plus qu’aux autres doctrines juives du moment, les étudiants d’Europe de l’Est expatriés en Occident s’identifièrent au sionisme politique », estime Jean-Marie Delmaire. C’est le cas de la communauté Benei Zion qui regroupe des étudiants, des artisans et des commerçants72. Le premier groupe des Amants de Sion a été créé en 1881 par des étudiants de Saint-Pétersbourg. Il y aura rapidement une centaine de sociétés, surtout dans l’empire russe, mais aussi en Roumanie. Leur but est d’organiser l’émigration de Juifs vers la Palestine, alors partie intégrante de l’empire ottoman. À Paris, des immigrants juifs constituent en 1886 des sociétés sur le modèle des groupes d’Amants de Sion russes, « sociétés fermées, protectrices et frileuses où il fait bon se retrouver et se laisser bercer du rêve de la Terre d’Israël ». On y parle en yiddish. Dès 1887, l’arrivée massive d’étudiants russes fait évoluer ces groupes. « Les étudiants tirent ces sociétés dans deux directions contradictoires : d’une part, ils sont plus intransigeants dans leur sionisme et leur nationalisme, et d’autre part ils sont plus tentés que leurs prédécesseurs par une intégration rapide à la société occidentale. » Ces étudiants fondent en 1895 le journal Kadimah (En avant) qui « radicalise l’option nationaliste ». Ce journal s’en prend volontiers aux juifs honteux et indifférents à l’idée sioniste73. En 1898, à propos de la célébration du 14-Juillet, le journal fustige l’intégration des juifs en France : « Les juifs se sont jetés tête baissée dans la Révolution […] comme tous les avilis et abaissés par des hontes séculières, les juifs se sont crus éternellement redevables envers leurs voisins de libertés obtenues. » Le journal critique les étudiants juifs qui ne s’intéressent pas aux congrès juifs internationaux et s’en prend à leur refus de participer au congrès de Bâle qui doit avoir lieu en août : « Cette jeunesse ressemble tant à la jeunesse boulevardière de Paris laquelle est tombée dans l’enfance et… dans les brasseries ; qui, incapable de tout effort moral, se laisse aller à vau-l’eau et dépense ses jours dans l’inaction74. »

  • 75 Arch. préf. police, BA/1523.
  • 76 APP, BA/1485.
  • 77 Arch. préf. police, BA/1485.
  • 78 N. Malinovitch, Heureux comme un Juif en France. Intégration, identité, culture 1900-1932, Paris, (...)

43Selon le rapport de police de 1907, les lieux de réunion, « où les Russes ont seuls accès », sont au no 49, de la rue de Bretagne, au 190, avenue de Choisy, ainsi que dans la salle des Sociétés savantes : leurs réunions « n’ont d’autre but que d’entretenir les passions des réfugiés, de rendre plus efficace la propagande ». Selon cette source, dans les réunions russes, on critique la police et la politique française et on fait « l’éloge de l’action directe des syndicalistes français ». Au cours de ces réunions, les étudiants russes reçoivent parfois le soutien de leurs camarades français. Le 29 mars 1901, le président de l’Association générale des étudiants de Paris prend la parole au cours d’une manifestation de protestation contre la répression des étudiants en Russie. Le 18 mai 1903, dans la salle des sociétés savantes de la rue Serpente, a lieu une conférence donnée par les étudiants israélites de Paris au profit des victimes du pogrom de Kichinev en avril 190375. En janvier 1911, a lieu à l’hôtel des sociétés savantes, rue Danton, une réunion des étudiants russes de Paris à l’initiative de différents groupes d’étudiants socialistes russes, polonais, juifs et du Groupe des étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes (ESRI) contre les atrocités commises sur les prisonniers politiques en Russie. Un comité de secours aux prisonniers révolutionnaires russes est créé en 1909. Le 15 avril 1912, la société de secours aux réfugiés politiques de Russie organise une soirée dans la salle Wagram en l’honneur d’Alexandre Herzen ; Maxime Gorki y est présent et y lit l’un de ses contes76. Le 10 octobre 1912, le Bund organise avec les partis socialistes polonais et français et le club socialiste allemand un meeting dans la salle des sociétés savantes « contre les horreurs des bagnes russes » ; ce meeting aurait réuni 500 personnes77. Selon Nadia Malinovitch, contrairement à l’idée reçue que les militants sionistes vivant à Paris restaient entre eux sans contact avec la société française, non seulement l’idéal français républicain avait une grande influence sur les Russes de l’exil, mais « l’appui d’éminents savants, de professeurs en vue et de jeunes intellectuels liés à l’université apporta un souffle nouveau au mouvement sioniste français durant les années qui précédèrent immédiatement la Première Guerre mondiale78 ».

Les rapports avec les Français

  • 79 Sur ce point, voir J.-C. Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier lat (...)
  • 80 J.-C. Caron, « Maintenir l’ordre au Pays latin : la Jeunesse des Écoles sous surveillance 1815-184 (...)
  • 81 J.-C. Caron, Générations, op. cit., p. 322.

44Les étudiants français portent plus d’intérêt aux conflits et aux malheurs du monde qu’aux camarades étrangers qu’ils fréquentent quotidiennement. Certains même les considèrent comme de futurs concurrents ou leur sont hostiles. Le mouvement étudiant qui se cherche durant les trois-quarts de ce siècle79, et qui mêle la revendication associative aux luttes politiques, a fréquemment une dimension internationale au point, remarque Jean-Claude Caron, que l’on assiste à la fin des années 1820 à la collaboration des polices des pays concernés par les mouvements libéraux, où les étudiants français sont très présents. L’exemple des associations étudiantes allemandes est constamment dans les esprits au Quartier latin et les groupes politiques étudiants français entretiennent une correspondance nourrie avec les universités d’Outre-Rhin. Sous la Restauration, des contacts existent entre étudiants libéraux français et allemands80. La charbonnerie, dont les étudiants ne sont pas absents, est structurée au plan européen. Les révolutions de 1830 et de 1848 ont une dimension européenne bien connue et les étudiants vibrent aux malheurs et aux espérances des nations opprimées (Belgique, Grèce, Pologne, Italie) comme à la misère des Irlandais. En 1830, lorsque Jules Sambuc, qui a fait ses études en Allemagne, lance la première tentative d’association et de journal étudiants, il cite les exemples d’autres pays (Angleterre, Allemagne et canton de Vaud) et il évoque à l’appui de sa proposition le fait que l’Europe est sur le point de sombrer : « Toutes les bases de la société européenne sont usées ou prêtes à s’écrouler », affirme-t-il en référence au péril russe81.

La cause polonaise

  • 82 Ibid., p. 334 et suivantes.
  • 83 Arch. nat., F/17/4392.
  • 84 Arch. nat., F/17/4392.

45Les Polonais sont particulièrement populaires au Quartier latin. En 1831, des manifestations de soutien à la cause polonaise réunissent de nombreux étudiants. Le 5 janvier 1831, Jules Sambuc organise un rassemblement en faveur de la Pologne sur la place du Panthéon, et les manifestations de soutien au peuple polonais sont nombreuses entre février et septembre82. En 1840, le cours de littérature slave au Collège de France d’Adam Mickiewicz est très fréquenté et applaudi par les étudiants français. En mars 1846, des étudiants catalogués « meneurs du parti républicain » sont soupçonnés d’organiser une manifestation pour la Pologne chez MM. Dupont de l’Eure et Ledru-Rollin83. Ce même mois, un certain Jules Thelmier est arrêté au bal du Prado pour injures à des sergents de ville qui s’opposaient à ce qu’il fasse signer une pétition en faveur des Polonais84. En février 1847, plus de 1 200 élèves des facultés assistent à une manifestation destinée à commémorer l’anniversaire de l’insurrection de Cracovie. Cette même année, des étudiants en droit lancent une souscription en faveur des Irlandais. En 1848, des messages de sympathie sont adressés par les étudiants de Paris aux étudiants d’Allemagne, de Vienne, d’Italie, d’Irlande, de Pologne. Le 15 mai 1848, les Français sont nombreux à manifester contre le sort réservé à la Pologne.

  • 85 Arch. nat., F/17/4396 et 4397.
  • 86 Arch. nat., F/17/4396.
  • 87 Arch. nat., F/17/4335.
  • 88 Arch. nat., F/17/4397.
  • 89 Arch. nat., F/17/6675.

46Sous le Second Empire, les prises de position internationalistes se font rares, mais des manifestations ont lieu au Quartier latin le 27 février 1862 et le 19 mars 1863 « en l’honneur des victimes de Varsovie85 ». En février 1862, 28 étudiants sont arrêtés lors d’une manifestation en faveur des Polonais, dont un certain Stanislas Gurzinski, âgé de 18 ans, né à Ajaccio et interne à l’École polonaise des Batignolles86. En 1863, l’abbé Perreyre, professeur de lettres sacrées à la faculté de théologie de Paris, est blâmé pour avoir parlé dans son cours, très suivi et applaudi par les étudiants, de la « malheureuse Pologne », sujet, lui a-t-on reproché, qui ne peut qu’« exciter les passions87 ». En février 1863, des étudiants manifestent au cri de « Vive la Pologne » et des collectes sont faites pour les Polonais au Quartier latin ; le 19 mars 1863, six étudiants français sont arrêtés pour avoir crié « À bas les mouchards ! » lors d’une manifestation en faveur de la Pologne88. En 1864, le comité franco-polonais, dont le vice président est Saint Marc Girardin, organise des conférences littéraires payantes au profit des Polonais « blessés ou dépouillés », conférences très fréquentées par les étudiants : le ministère de l’Instruction publique fait surveiller ces manifestations par crainte de dérapages politiques89.

La cause italienne

47En décembre 1847, circule dans les cafés du Quartier latin une pétition au ministre de l’Instruction publique demandant qu’Edgar Quinet retrouve son cours au nom du combat pour l’indépendance italienne :

« M. le ministre, dit ce texte, les pouvoirs publics ayant arboré en Italie l’étendard de l’indépendance, nous aimerions à croire que le gouvernement français, s’élevant en cela à la hauteur de nos destinées, eût compris qu’il leur devait aide et appui. C’est pourquoi, M. le ministre, nous venons à vous avec confiance. Au moment où la péninsule italique frémit au souffle de la liberté, il serait beau que notre professeur de littérature méridionale nous fût rendu. M. Quinet, que nous avons toujours regretté, nous initierait aux futures grandeurs de l’Italie en nous traçant le tableau de son histoire littéraire, et vous auriez secondé le mouvement de l’indépendance italienne. »

  • 90 Arch. nat., F/17/4395.
  • 91 Arch. nat., F/17/4397.
  • 92 Arch. nat., F/17/4399.

48En octobre 1856, des étudiants en droit et en médecine sont poursuivis pour avoir envoyé à des journaux parisiens une réponse à une adresse des étudiants de Turin en faveur de l’indépendance de l’Italie90. En avril 1865, on signale une manifestation à l’occasion de l’assassinat du président Lincoln. Un cortège part de la place de la Sorbonne vers l’ambassade des États-Unis ; la police bloque la manifestation, dix-huit personnes dont huit étudiants sont arrêtées. En juin 1866, une adresse « aux travailleurs de tous les pays » est envoyée en Allemagne et en Italie, ainsi qu’une adresse aux étudiants italiens91. En novembre 1867, on a crié à l’amphithéâtre de la faculté de médecine « Vive Garibaldi, vive la paix, à bas le pape, à bas l’intervention ! » à l’occasion de la visite de l’empereur d’Autriche à Paris92.

Le congrès de Liège

  • 93 Arch. nat., F/17/439 ; Congrès international des étudiants. Compte-rendu…, 1866, op. cit. ; L. L. (...)
  • 94 Arch. nat., F/17/4400.
  • 95 Arch. nat., F/17/4401.

49Le règne de Napoléon III est marqué par le premier congrès international des étudiants jamais organisé en Europe (29 octobre-1er novembre 1865), événement fondateur qui frappe l’opinion, bien au-delà de la Belgique93. Organisé à Liège par les étudiants libéraux belges, il est marqué par la présence d’une forte délégation d’étudiants blanquistes et socialistes français qui donne de la voix et politise des débats qui se voulaient au départ corporatifs. L’invitation lancée par les étudiants liégeois conviait les étudiants d’Europe à « consolider avec nous la fraternité de la jeunesse ». La rencontre ne répond pas aux vœux des organisateurs : alors que les étudiants liégeois, lors d’une réunion préparatoire, n’avaient mis à l’ordre du jour que des questions d’enseignement, le congrès discutera passionnément de problèmes religieux, d’éducation des masses, de liberté de l’enseignement par rapport à l’Église, des nationalités et de l’internationalisme. Les débats, auxquels les Français prennent une part considérable, opposent en permanence libéraux et socialistes, spiritualistes et matérialistes, politiques et apolitiques, dans un climat d’intolérance dénoncé par certains orateurs. Le congrès débouche finalement sur le projet de création d’une fédération internationale et sur le principe d’un second congrès l’année suivante à Bruxelles. Le congrès de Bruxelles organisé à Pâques 1867 (14-18 avril) par les étudiants de la capitale belge réunit beaucoup moins de participants (300 au lieu de 1 500) et oppose encore plus franchement les partisans d’un débat sur l’enseignement et les tenants du socialisme révolutionnaire. On n’y traite que des questions d’enseignement supérieur et d’un projet de Fédération internationale des écoles94. Un comité pour un nouveau projet de congrès international à Liège ou à Genève réunit dans un banquet 150 étudiants français et étrangers en octobre 1876, mais aucune suite ne lui est donnée95.

Les affaires d’Orient

  • 96 Arch. préf. police, BA/63 et 64.
  • 97 Arch. préf. police, BA/117.
  • 98 Arch. préf. police, BA/1523.

50En mars 1894, des étudiants rendent hommage à Kossuth, le héros de l’indépendance hongroise, qui vient de mourir à Turin, et s’étonnent que l’Association des étudiants de Paris ne lui rende pas hommage. Du 19 au 22 février 1897, des manifestations violentes d’étudiants contre les massacres en Arménie et en Crète et en faveur de l’indépendance de la Crète animent plusieurs quartiers de Paris. Des meetings contre la politique du gouvernement dans les affaires d’Orient, organisés par un comité français pour la Crète libre et le comité des étudiants philhellènes installé 18, rue de Condé, attirent de deux à trois milliers de personnes le 19 février et sont suivis de heurts avec la police. Parmi les organisateurs de ces meetings, on trouve aussi bien des étudiants catholiques du Cercle du Luxembourg, des étudiants antisémites que des étudiants collectivistes. Un étudiant grec, P. N. Divaris, publie une brochure intitulée Appel à la France adressée aux étudiants français. Environ 150 personnes sont arrêtées parmi lesquels on compte en majorité des étudiants, dont seulement un Lorrain, un Luxembourgeois, trois Grecs, un Russe et un Américain. Des manifestations analogues se déroulent en province, à Toulouse, Marseille, Bordeaux et Lyon, où l’on relève des heurts sanglants. Le 4 avril 1897, une matinée au profit des blessés grecs et crétois est donnée par le journal La Patrie au théâtre du Château d’Eau ; le comité des étudiants hellènes de Paris adresse ses remerciements aux organisateurs96. En janvier 1897, un comité d’action des jeunes défenseurs de Cuba libre soutient l’insurrection menée par José Marti contre l’Espagne97. Le 13 février 1903, une conférence sur la question macédonienne est organisée dans la salle de réunion de l’AGEP, 43, rue de Vaugirard98.

Le rôle international des associations d’étudiants

  • 99 A. Monchablon, « La naissance des Associations générales d’étudiants et la constitution de l’UNEF  (...)

51Dans le climat des grandes réformes universitaires de la IIIe République, dont l’une des manifestations est de supprimer en 1883 l’interdiction – datant de 1820 ! – des associations d’étudiants, et avec le soutien enthousiaste des autorités universitaires et du gouvernement républicain, les associations générales d’étudiants se multiplient rapidement sur le modèle de Nancy (1878), Lille (1881) ou Bordeaux (1882). L’AGE de Paris voit le jour au début de 1884 de même que celle de Caen, et en 1891 chaque ville universitaire avait son association99.

  • 100 Lyon universitaire, 3 juillet 1903, no 38 et 4 septembre 1903, no 49.
  • 101 L’Étudiant, 10-17 novembre 1894, no 99 ; Le Pays latin, 15 novembre 1894, no 2.
  • 102 Fêtes universitaires de 1900, Paris, AGEP, 1901, 59 p.
  • 103 Arch. préf. police, BA/1523.

52Dans ces années du début du siècle où les associations étudiantes tentent d’affirmer leur légitimité et ont le souci, maintes fois réaffirmé dans leur presse, de rassembler les étudiants et de constituer une force capable de discuter avec la ville et le rectorat, les problèmes internationaux sont loin de leurs préoccupations. Si elles accordent une certaine attention à la Fédération internationale « Corda Fratres » dont il sera question plus loin, leur curiosité va surtout vers leurs homologues étrangers. Dans les années qui précèdent la guerre de 1914-1918, on ne compte plus dans la presse étudiante les articles consacrés aux universités étrangères et à leurs étudiants, comme s’il s’agissait de comprendre comment vivent leurs camarades d’autres pays d’Europe et comment fonctionnent leurs associations. Le Bulletin de l’AGE de Montpellier consacre par exemple en 1893 des articles à l’université de Barcelone, à l’université d’Al Azhar au Caire, aux « camarades d’Athènes ». La Gazette des étudiants de Paris évoque les étudiants russes et l’université de Munich dans deux livraisons d’octobre 1896. Poitiers universitaire parle dans ses numéros d’octobre-novembre 1903 et de juin 1904 des étudiants tchèques, en février 1905 des étudiants espagnols. Lille-étudiant évoque en mai 1904 l’instruction en Chine. Le Can-can, journal de l’AGE de Caen, offre dans son numéro du 1er juillet 1919 un article en français et en anglais sur les étudiants américains. Les journaux « pour étudiants » ont la même curiosité : ainsi, La Gazette des étudiants de Paris du 8 octobre 1896 consacre un article aux étudiants russes à l’occasion de la visite du tsar et Lyon universitaire parle en 1903 et 1904 successivement des étudiants russes en Russie (17 avril 1903), des étudiants allemands (8 mai 1903), des étudiants tchèques (25 mars 1904), des étudiants américains (13 janvier 1905), des étudiants australiens (21 avril 1905), etc. Par ailleurs, les réceptions de délégations étrangères étudiantes sont fréquentes dans les villes universitaires, par exemple celle d’étudiants russes en juillet 1903 et les fêtes franco-écossaises en septembre à Lyon100. En novembre 1894, à l’occasion de la mort du tsar, l’AGEP envoie un télégramme de condoléances à la tsarine et aux étudiants de Saint-Pétersbourg101. Dans le cadre de l’Exposition universelle de 1900, l’Association parisienne reçoit des délégations étudiantes du monde entier : les fêtes comprennent un grand banquet, une représentation de l’Aiglon avec Sarah Bernhardt, une visite à l’Exposition universelle, une matinée à l’Élysée, une cérémonie à la Sorbonne, une soirée de gala à l’Opéra. À cette occasion ont lieu le congrès de l’Union nationale des étudiants français et celui de la Fédération internationale des étudiants102. L’AGEP reçoit fréquemment dans ses locaux des associations étrangères d’étudiants, telles que, en juin 1900, l’Union chorale d’Uppsala103.

L’attention aux internationales d’étudiants

  • 104 Bulletin de la Montagne Sainte-Geneviève, 1897-1898, t. II, p. 491-496.

53L’AGEP est bien entendu présente dans les fêtes universitaires hors de France, en décembre 1884 à Bruxelles, en 1888 à Bologne, en 1890 et 1891 à Prague, Leyde et Lausanne, en 1893 à Gand et à Madrid, en 1894 à Anvers, en novembre 1906 à nouveau à Bruxelles. C’est à l’occasion de la participation de l’AGEP au huitième centenaire de l’université de Bologne qu’est instauré le port du béret de velours noir aux couleurs de la discipline. En février 1898, elle accueille une délégation de l’Estudiantina de Barcelone104. Le congrès d’étudiants organisé en juin 1894 à l’occasion des fêtes universitaires de Caen, où est émise pour la première fois l’idée de créer une fédération des associations françaises d’étudiants, reçoit des délégations de villes universitaires, mais aussi d’étudiants de Pavie, Liège, Gand ou Lausanne. Ces rencontres entre étudiants de différents pays d’Europe contribuent à la création à Turin, en novembre 1898, de la Fédération internationale des étudiants « Corda Fratres », à laquelle participe l’AGEP. C’est d’ailleurs cette dernière qui organise en 1900, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, le deuxième congrès de « Corda Fratres ». Cette fédération internationale étudiante, la première de l’histoire, née en Italie sous influence maçonnique et dominée par des notables italiens anciens étudiants, est volontiers jugée inefficace, mais a eu l’heureux effet de donner naissance aux unions nationales d’étudiants.

  • 105 P. Moulinier, « La “Belle Époque” des carabins et des potards : préhistoire du syndicalisme étudia (...)
  • 106 Congrès international des étudiants, Bordeaux, 1907.

54Les journaux étudiants accordent une grande attention à ces rencontres internationales. En juillet 1902, Poitiers universitaire consacre un long article à la Fédération internationale et annonce son congrès de Budapest, qui doit avoir lieu en septembre, mais sera annulé par les Hongrois : le journal explique (no 2 de février 1903) que certaines associations d’étudiants tchèques, polonais ou finlandais voulaient l’utiliser comme tribune politique et que les Roumains ont refusé d’être représentés par un Hongrois. Il évoque le congrès de la paix de la Fédération à Liège qui aura lieu en septembre 1905, puis celui de Marseille en août-septembre 1906 où sera inventée l’UNEF. Le Congrès international de Marseille, patronné par les ministres de l’Instruction publique et des Colonies – il se situe dans le cadre de l’Exposition coloniale de Marseille – est en principe consacré à la réforme des études « coloniales ». Il est organisé par un avocat, Me Provansal le bien nommé, qui préside l’AGE d’Aix-Marseille et est vice-président de « Corda Fratres ». Selon Lyon universitaire (no du 14 septembre 1906), 600 congressistes s’y retrouvent, représentant toutes les villes universitaires et 19 nations différentes. L’une des réformes les plus discutées porte sur les études médicales à un moment où un grave conflit oppose les médecins et la faculté de médecine de Paris105. Pourtant un autre but, présent à l’esprit depuis 1905, est de réformer la Fédération internationale des étudiants. Les Français, dont un certain Moing, de Bordeaux, critiquent une fédération d’associations professionnelles d’étudiants regroupés par villes et prône une fédération d’associations générales interfacultés regroupées en unions nationales : « Corda fratres » devrait donc être la fédération des unions nationales. « C’est ainsi, selon un délégué, que pour des besoins nationaux et pour la réalisation plus efficace de l’action internationale, les étudiants français furent amenés à se réunir en séance nationale pour réaliser l’union des associations d’étudiants de France106. » Ce rassemblement des associations d’étudiants devient effectif en 1907, à l’occasion des fêtes universitaires de Lille, avec la création de l’union nationale des associations d’étudiants de France (UNAEF). En cette même année 1907, L’Écho des étudiants de Montpellier relaye l’appel de « Corda Fratres » en faveur des victimes du tremblement de terre de Sicile.

Les relations avec les étudiants français

55L’un des indices de fraternisation entre Français et étrangers est dans la formation de couples mixtes : Nicolas Manitakis cite un exemple franco-grec célèbre dans les années 1920, celui de l’hélleniste Octave Merlier et de Melpo Logotheti, étudiante à la Sorbonne. Cependant, la plupart des couples étudiants sont formés de compatriotes. Iouda Tchernoff remarque :

  • 107 I. Tchernoff, op. cit., vol. 1, p. 104 et 116.

« Entre les hommes et les femmes existaient des rapports de la plus franche amitié, de la plus digne camaraderie. Il y eut des mariages, couronnant une longue amitié, consolidée par des études communes. » [Il ajoute que] « les mariages entre les jeunes filles russes et les jeunes gens du pays de leur refuge ne se comptent plus, surtout dans les milieux intellectuels. Les enfants issus de ces unions s’adaptent sans peine au cadre national, sans que rien dans leur nature ne trouble l’harmonie familiale107 ».

  • 108 È. Curie, Madame Curie, Paris, Gallimard-Folio, 1938-2007 ; R. Reid, Marie Curie derrière la légen (...)

56Un certain nombre d’étudiantes reçues docteurs en médecine à Paris épousent des collègues français ou étrangers (109 sur les 304 premières docteures françaises ou étrangères) : en dépit des incertitudes pesant sur la nationalité de certains époux, on peut relever 27 mariages entre Français, quatre entre une Française et un étranger, 17 entre une étrangère et un Français et 61 entre étrangers, notamment entre étudiants russes. L’union la plus connue est celle de l’Américaine Augusta Klumpke avec le grand professeur Déjerine en 1888. Et il faut citer bien sûr Marie et Pierre Curie : au début de 1894, alors que Mania Sklodowska prépare la licence de mathématiques à la Faculté des Sciences, elle rencontre grâce à un compatriote Pierre Curie, 35 ans, né à Paris en 1859. Licencié ès sciences à 18 ans, il a été préparateur à la faculté des sciences, puis a travaillé à l’École municipale de physique-chimie industrielles de la rue Lhomond. Il est reçu docteur ès sciences en 1895 et obtient un poste de chef de travaux à l’École de physique et de chimie. Ils se marieront à Sceaux le 26 juillet 1895108.

Faits divers au quartier latin

  • 109 Arch. nat., F/17/4392.
  • 110 Arch. nat., F/17/4393.
  • 111 Arch. nat., F/17/4394.
  • 112 Arch. nat., F/17/4395.
  • 113 Arch. nat., F/17/4401.
  • 114 Arch. nat., F/17/4400.
  • 115 Cité dans son dossier, voir corpus 1807-1907.
  • 116 Arch. préf. police, photos judiciaires.

57Pendant les trois quarts du siècle, dans le contexte d’une agitation estudiantine récurrente, les étudiants français ou étrangers relèvent de facto d’une double juridiction, universitaire et judiciaire, en cas de délits commis tant dans l’enceinte des facultés qu’à l’extérieur. Fréquemment la police mène une enquête auprès des doyens sur la réalité de la qualité d’étudiant des jeunes gens arrêtés ; s’il s’agit d’étrangers, l’ambassade ou la légation peut être interrogée. Il en résulte que l’université est susceptible d’exercer un contrôle sur tous les actes de ses élèves, et les archives du ministère de l’Instruction publique tout comme les délibérations des conseils des facultés qui jouent un rôle disciplinaire, sont remplies d’affaires impliquant des étudiants vrais ou faux. Ces archives nous permettent en effet de repérer des cas de jeunes étrangers qui se font passer pour étudiants à la suite d’une arrestation afin d’échapper à leur condition de sans-papiers ou peut-être pour se donner une image acceptable auprès de la police. Une enquête auprès de leur prétendue faculté fait tomber leur affirmation. C’est le cas en particulier de quelques jeunes réfugiés Polonais désireux d’avoir un statut qui leur permette d’avoir l’autorisation de rester en France. En 1847, trois jeunes gens âgés de 24 ans, dont deux Argentins, se disant étudiants en médecine, sont jugés pour tapage nocturne dans une maison de tolérance, et relaxés109. En décembre 1849, un étudiant en droit anglais de 24 ans est poursuivi pour atteinte à l’ordre public, tapage et résistance à agent de l’autorité, en 1850, un Anglais et un Américain sont arrêtés pour tapage nocturne à la porte d’une maison de prostitution, en mars 1851, un Berlinois, faux étudiant en droit, est inculpé pour complicité d’escroquerie, en décembre 1851, un étudiant en médecine grec pour injures envers un agent de la force publique110. En janvier 1854, un étudiant en droit serbe est inculpé pour coups et blessures111. Dans notre corpus de docteurs étrangers, un seul étudiant est condamné pour un délit, l’Espagnol Salvador Hinigo Cortès, né en 1833 à Monovar mais dont le père est tailleur à Bayeux (Orne) ; bachelier de Caen, il fait sa scolarité complète à la faculté de Paris et est reçu en 1860 : il est condamné à cinq ans de prison pour coups de bistouri assénés à un agent de police dans un bal. En août 1856, sur quatre étudiants témoins à un duel, on signale deux étrangers « dont les familles recevront un avertissement du ministre112 ». En 1872, le conseil académique de Paris étudie le cas de six étudiants en médecine, dont l’Argentin Pedro Aysaguer, inculpés d’injures à un ecclésiastique et de voies de fait vis-à-vis de la force publique dans le jardin du Luxembourg. En 1876, un étudiant en droit roumain, condamné pour vol à quatre mois de prison, est exclu « à toujours » de toutes les académies de France, ainsi qu’un camarade de faculté grec, condamné pour le même motif à trois mois de prison113. En janvier 1871 – après Sedan –, un jeune Prussien étudiant en droit est poursuivi pour défaut de permis de séjour, et un autre Prussien, fils de banquier, pour avoir signé un appel au peuple de Paris peu avant le début de la Commune114. En novembre 1877, le Roumain de Galatz Michel Georgandopoulo, reçu docteur en 1880, est réprimandé pour « port d’armes prohibé dans la rue Soufflot115 ». Enfin, nous avons découvert, dans l’exposition « Fichés » aux Archives nationales en décembre 2011, le dossier d’un certain Arnold Walder, d’Einsideln en Suisse, un étudiant en pharmacie âgé de 23 ans qui aurait assassiné le 5 octobre 1879 le pharmacien Lagrange et sa domestique116.

  • 117 Arch. nat., F/7/6693.
  • 118 Arch. nat., F/17/4397.

58Peu d’étrangers participent aux manifestations à l’intérieur des facultés. En juin 1819, lors de la première grande manifestation étudiante de la Restauration provoquée par l’affaire Bavoux, les étudiants en droit contestataires auraient été soutenus par leurs camarades de médecine et même par des étudiants étrangers117. En décembre 1865, cinq étrangers sont privés provisoirement d’inscriptions pour avoir participé à un tumulte à la faculté de médecine : un Centre-américain, un Bavarois, un Polonais, un Cubain et un Roumain118.

  • 119 Arch. nat., F/17/4396.
  • 120 Arch. nat., F/17/4400.

59Certains étrangers, parmi de nombreux Français, sont convaincus de fraudes, tels le Roumain Pierre Papovicini : pourvu de l’équivalence du baccalauréat ès sciences, il a fraudé en 1861 à la composition de physique de la licence119. En juin 1870, le fils du Prince Aristarchi, conseiller d’État au service du Sultan de Constantinople, est pris en flagrant délit de fraude au baccalauréat ès sciences120.

La montée de la xénophobie

  • 121 C. Weill, « Convivialité et sociabilité des étudiants russes en Allemagne 1900-1914 », Cahiers du (...)
  • 122 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, 1936, p. 220.
  • 123 L’Étudiant en droit. Revue mensuelle des facultés de droit, 20 janvier 1885, no 7.

60Les étudiants étrangers sont à la fois une arme dans les luttes d’influence entre les nations européennes industrialisées et un moyen pour les facultés de diversifier et d’accroître leurs effectifs. Ces atouts ne sont pas reçus très positivement par l’opinion française de la fin du siècle, qui est travaillée par des ferments virulents de xénophobie et d’antisémitisme. Toutefois les étudiants français sont moins enclins au rejet de l’étranger que les étudiants allemands de la Belle Époque, dont beaucoup sont hostiles aux étrangers et notamment aux Russes qu’ils assimilent aux « Juifs de Russie121 » : les Français sont plus indifférents qu’agressifs à l’égard de leurs camarades venus d’ailleurs. Les rares témoignages d’étudiants étrangers sur l’accueil qui leur est fait montrent même qu’il est plutôt positif : ainsi Iouda Tchernoff écrit à propos de la foule parisienne qu’elle « était bienveillante, dans son apparente indifférence, pour un provincial de plus qui venait grossir la colonie étrangère à Paris. Elle vivait, respirait librement et laissait vivre les autres122 ». Peu d’étudiants français sont sensibles à l’apport intellectuel et culturel de ces camarades d’un nouveau type. Dans les facultés de médecine, les étrangers apparaissent plutôt comme des rivaux, voire comme un danger pour leur future carrière professionnelle. Dans les autres disciplines, ce reproche n’existe pas puisque les étrangers ne peuvent pas exercer les professions juridiques ou entrer dans la fonction publique. Toutefois, les étudiants étrangers des autres facultés sont parfois aussi concernés. En 1885, une revue parisienne de jurisprudence destinée aux étudiants en droit déclare : « La part est trop belle pour les étudiants étrangers : comme les Français, ils jouissent gratuitement de l’enseignement de professeurs qui émargent au budget et que par conséquent la France paie. » Arguments fréquemment énoncés : ils ne paient pas d’impôts, ne font pas leur service militaire et ils concurrencent les « nationaux » dans le commerce et l’industrie123.

  • 124 G. Duhamel, La pierre d’Horeb, Paris, 1926.

61Le thème de l’éventuelle concurrence féminine dans les professions médicales est assez peu présent avant la Grande Guerre : les femmes ne constitueront un danger qu’après le premier conflit mondial. Toutefois, le romancier Georges Duhamel, qui trace dans La pierre d’Horeb un beau portrait de la colonie russe de Paris d’avant 1914, avoue candidement être rempli de « de vergogne et de colère » à l’idée qu’une femme pourrait le supplanter dans ses études : « En elle, déclare-t-il, je distinguais déjà des condisciples, des concurrentes. Me vint tout de suite l’idée qu’il faudrait les vaincre deux fois, que les prendre dans ses bras ne suffirait pas, qu’il importait, aussi, de les soumettre d’autre façon124. »

Les gommeux et les faméliques

  • 125 G. Claudin, Entre minuit et une heure. Étude parisienne, Paris, 1868, 144 p.

62Comment les étudiants étrangers sont-ils vus par la population des facultés ? Certaines composantes nationales ne passent pas inaperçues et sont particulièrement dans le collimateur, en particulier les Russes, les Roumains et les Sud-américains. Dans les deux dernières décennies du siècle, une abondante littérature stigmatise en effet deux types extrêmes d’étudiant étranger, le riche et noble roumain ou sud-américain et la pauvre juive russe. Cette mise en scène de l’étranger inscrit dans les facultés parisiennes n’intervient guère avant 1880, même si le prélude en est joué sous le Second Empire. Gustave Claudin est le premier à noter la présence dans la capitale de 400 à 500 « viveurs », dont la moitié d’étrangers, et parmi eux 50 Égyptiens et 50 Brésiliens « arrivés en bateau pour faire leurs humanités » et qui « lorgnent les petites dames aux Bouffes et à l’Athénée125 ».

  • 126 A. Chadourne, Nos étudiants, Paris, 1885.
  • 127 Le Quartier latin, 23 septembre 1882, 3e série, no 2. Et l’autre Quartier latin (A. Tanchard), 188 (...)
  • 128 L’Étudiant, 1-8 août 1896.
  • 129 H. Dabot, Calendriers d’un bourgeois du Quartier latin 1872-1888, Péronne, 1903, p. 230.
  • 130 S. Quevedo, L’Étudiante. Notes d’un carabin, Paris, 1889, p. 15-16.
  • 131 Dr P. Mainguy, La Médecine à la Belle Époque, Paris, Éditions France-Empire, 1981, p. 224.
  • 132 M. Carmel, « Oiseaux de passage », L’étudiant. Organe éclectique de l’université de Montpellier, 5 (...)
  • 133 G. Duhamel, Biographie de mes fantômes 1901-1906, Paris, 1944, p. 48.

63Dans une de ces descriptions classiques du Quartier latin qui fleurissent dans les années 1880, André Chadourne donne le ton, parlant de la colonisation de la capitale par de riches étudiants roumains, bulgares, hellènes, péruviens, sud-américains, « tous exhibant à qui mieux mieux des généalogies fabuleuses, des titres hyperboliques, des décorations extraordinaires, et auprès desquels les Anglais tant prônés autrefois ne paraissent plus que de vulgaires pique-assiettes126 ». Particulièrement visés sont les Sud-Américains à la peau basanée et les Roumains qui paraderaient dans les cafés du boulevard Saint Michel, prendraient aux « braves étudiants français » les filles du quartier, jetteraient l’argent par les fenêtres et qui voudraient « faire la loi chez nous127 ». Ces riches « gommeux » seraient même, à en croire la presse locale, bien en cour auprès des plus grands noms de la science. Selon un journal du Quartier latin, Charcot, Pasteur ou Dujardin-Beaumetz auraient aimé se voir entourés d’une « garde d’honneur cosmopolite » faite de « rastas Roumains, Valaques, Turcs, Grecs, Haïtiens, Chiliens128 ». Les Russes ont une autre image, plutôt du côté du mélodrame que du vaudeville. Par-delà le rôle folklorique que leur prête le Journal des débats du 1er février 1891 qui les montre, lors d’un froid hiver, initier en toque de fourrure leurs camarades français au patinage, leurs apparitions relèvent plutôt du fait divers. Deux archétypes prévalent, le nihiliste et l’étudiante en médecine pauvre, solitaire et travailleuse. Les souvenirs d’Henri Dabot, « bourgeois du Quartier latin », évoquent les perquisitions de la police au domicile des Russes, l’extradition de nihilistes réclamée par le tsar et voient dans les étudiantes des « paquets de nerfs ». Et d’en citer qui se sont suicidées pour un échec scolaire ou un amour déçu129. Dans un roman à relents vulgairement sexistes et psychiatriques, Salvador Quevedo décrit un cours de chimie fréquenté par « la juiverie nihiliste russe coiffée en broussaille, les petites russes et polonaises en bonnets d’astrakan, emmaillotées comme des paquets130 ». La laideur, l’absence de grâce et l’ardeur au travail feraient partie des traits propres à la Russe, au point qu’elle apparaît comme le prototype de l’étudiante ou de l’intellectuelle. Parfois s’ajoute la violence : le Dr Paul Mainguy cite cette étudiante juive et russe qui aurait forcé son compagnon au mariage « à la pointe du revolver131 ». Dans un journal destiné aux étudiants de Montpellier, on trouve un portrait en demi-teinte des étudiantes russes qui sont nombreuses dans cette ville, la plupart étant inscrites en médecine et plus nombreuses que leurs compatriotes masculins. Selon cet article de l’année 1905 intitulé « Oiseaux de passage » qui reprend le titre d’un roman de Maurice Donnay, les trois-quarts sont des filles de petits commerçants peu fortunés et la plupart « d’origine israélite ». Elles mangent dans de modestes restaurants coopératifs et ont créé une caisse de solidarité et de secours, « qui fonctionne mal », car elles ne sont pas dotées d’esprit d’organisation et de discipline. Selon l’auteur, la jeune fille russe est un peu timide, idéaliste, dotée d’un « esprit livresque » et d’une « fausse conception de la vie ». C’est une intellectuelle. « Esprit spéculatif par excellence, elle estime que l’émancipation de la femme consiste dans des études plus ou moins abstraites, dans l’adhésion à des théories plus ou moins transcendantes. S’assimiler la substantifique moelle d’un livre de philosophie ou de sociologie, voilà son labeur préféré132 ! » Dans ses Mémoires édités en 1944, Georges Duhamel trouve du charme aux étudiantes russes, dont bon nombre étaient des « israélites » de Kiev, de Kazan, de Samara, etc., pour lesquelles la France était une « terre d’exil, une patrie d’indulgence et de miséricorde ». Il leur doit ses premiers émois amoureux : « Nombre de celles-ci, dit-il, étaient charmantes et développaient à nos yeux crédules un sortilège oriental. Beaucoup se sont mariées à des Français et leur descendance est en train de se résorber doucement dans la substance de notre peuple. » Gorges Duhamel a revu certaines d’entre elles en URSS lors d’un voyage. « Elles parlaient encore fort librement. Il existait alors, à Moscou – c’était en 1927 – une association de médecins qui avaient fait leurs études en France133. » Quant à Fernand Divoire, qui s’attache à décrire la « Petite Russie » dans l’Opinion au début du XXe siècle, il enfile les préjugés à la mode sur les étudiants et surtout les étudiantes russes : selon lui, ces étudiants

  • 134 F. Divoire, op. cit., 1909, p. 83-84.

« ont vite perdu la casquette d’étudiant, la blouse et la ceinture, mais ils gardent le pantalon de drap noir très étroit, le chapeau mou, rond, vaguement cabossé, la capote d’uniforme à laquelle ils ont mis des boutons noirs. Les femmes, elles, sont souvent petites et mafflues, vêtues pauvrement et négligemment, coiffées d’un canotier sans plumes ni rubans, toujours pareilles, hiver comme été. Une serviette sous le bras, on les voit courir d’un cours à l’autre. La laideur des unes, la brutalité des autres, leur assure le respect, qu’elles soient blondes comme les petites russiennes ou brunes comme les ukrainiennes, plus intelligentes. Peu de Polonaises. Beaucoup d’israélites ; il n’y a presque pas de véritables russes à Paris134 ».

  • 135 A. Fabrègue, « Les étudiantes étrangères à Paris », La Fronde, 24, 25 et 26 juin 1898.
  • 136 T. Bentzon, « Femmes russes », Revue des Deux Mondes, 15 octobre 1902, p. 855-856.

64Un lieu commun de la Belle Époque consiste dans la comparaison entre les étudiantes russes et les étudiantes anglo-saxonnes. Une étude sur les étudiantes étrangères parue dans le journal La Fronde en 1898135 enfile les lieux communs sur les étudiantes russes, une fois de plus à partir de récents suicides. L’auteur fait un parallèle entre les Polonaises et les Russes d’une part, les Américaines et les Anglaises de l’autre. Selon elle, les premières ne sont pas les amoureuses que l’on dit, mais plutôt des « dom Quichotte » enthousiastes et « éprises d’un rêve de bonté ». Elles sont pauvres, vivent sous les toits dans d’étroites mansardes avec un budget de 25 à 50 francs par mois, travaillent beaucoup, « mais le diplôme une fois obtenu, elles continuent à végéter ». Elles ne connaissent rien de la vie réelle : « Isolées, sans relations, elles n’ont aucun des moyens qui servent à ce qu’on appelle “arriver à Paris”. » Elles sont mal habillées, « petites, laides, le teint d’une personne qui ne mange pas à sa faim », elles ont du mal à lier contact. L’auteur évoque la fille juive d’un banquier de Varsovie, qui, malgré une pension mensuelle de 150 francs, est maigre et a un « visage prématurément ridé ». Elle reconnaît qu’elle n’a pas « les traits de caractère qu’on se plaît généralement à reconnaître aux descendants d’Abraham et de Jacob : ni fourbe, ni avare » Elle aima un jour et devint folle ! À l’inverse, les Anglo-Saxonnes n’ont pas « l’âme enthousiasmée par d’utopiques rêveries » : autant la Polonaise « est sentimentale, passionnée de beauté morale et de bonté, autant l’autre est froide, pratique, éprise seulement de son bien-être personnel ». Aucune n’est pauvre, et elles cherchent toujours à en avoir pour le moins d’argent possible en suivant les cours gratuits. Chacune doit se suffire à elle-même. Aucune Américaine n’a « l’âme enthousiasmée par d’utopiques rêveries ». Elle ne vit pas seule dans une chambre, mais dans une pension de famille, un Family home. Elle ne s’assimile pas au milieu, mais aime à retrouver, même à l’étranger, sa cuisine, sa langue, ses habitudes. On en trouve certaines au club de la rue de Chevreuse, fondé en 1893 par Mmes Whitelaw-Reid et Nervell. Le parallèle entre l’Américaine et la Russe est repris en 1902 par un certain Th. Bentzon qui corrige la caricature de l’étudiante russe136. Selon cet auteur, la première « possède un héritage anglo-saxon qui l’arme de principes très forts ; elle est positive et raisonnable » ; par contre les Russes, qui ne sont pas toutes comme ces « étudiantes aux opinions radicales, aux toilettes négligées, mal coiffées, cheveux courts [et qui] affichent résolument le dédain et presque la crainte héroïque de plaire », offrent une autre image : la femme russe « est à la fois plus simple et plus mystérieuse, le mot de charme semble fait pour sa physionomie mobile et caressante ; elle a beaucoup moins conscience d’elle-même et beaucoup plus d’imagination ; elle garde de toutes les professions, même les plus viriles, ce naturel qui préserve du pédantisme et d’une attitude autoritaire ».

65Iouda Tchernoff s’attache lui aussi à détruire une légende

« créée de toutes pièces ». « Avec l’époque héroïque du terrorisme disparurent les femmes telles qu’on se plaisait à les imaginer : la femme nihiliste, type littéraire beaucoup plus que réalité vivante, abandonnant le foyer paternel pour ne vivre que pour la bonne cause, transportant dans son réticule des bombes au lieu de houppette à poudre, mal fagotée, les cheveux coupés, fumant des cigarettes, avec d’inévitables lunettes bleues sur le nez, se complaisant dans la promiscuité des hommes, n’ayant pour ceux-ci d’autre passion que celle qu’on doit éprouver pour un compagnon de combat, prête, au premier signal d’un Comité exécutif, à sacrifier sa vie à côté de lui. »

66Selon Iouda Tchernoff, les femmes de milieu juif orthodoxe se sont libérées du cadre étroit de la famille et de la tradition. Elles ont rencontrées des jeunes chrétiennes sur les bancs des écoles et des lycées.

  • 137 I. Tchernoff, op. cit., p. 114-115.

« Les femmes, désireuses de s’instruire, de conquérir leur indépendance matérielle et morale, se précipitent en foule compacte dans les universités à l’étranger : d’héroïnes, elles se transforment peu à peu en étudiantes. Elles prennent régulièrement des inscriptions ; elles passent des examens, elles sont aux prises avec les difficultés de la vie, elles lisent des romans, fréquentent le théâtre, rencontrent d’autres types d’hommes que les héros du terrorisme, se pénètrent malgré elles d’une autre conception de la vie, protestent contre le rôle de la femme soumise que jouent leurs sœurs dans l’Europe occidentale, ce qui ne les empêche pas de se parer pour plaire à l’homme. Ces femmes s’imposent à l’imagination, à l’estime des hommes des milieux divers par l’auréole qui les entoure, par l’énergie avec laquelle elles cherchent à réaliser leur destinée hors de leur pays137. »

  • 138 Kadimah, 15 février 1898, no 1.

67Les étudiants sionistes de Kadimah sont particulièrement sensibles à l’antisémitisme régnant en France en 1898, même s’il n’atteint pas le niveau des persécutions violentes de la Russie ou de la Roumanie, voire de la Perse ou de la Bohême. Ils se plaignent de l’amalgame présent au Quartier latin entre Roumains riches et Roumains juifs. La rubrique « La Quinzaine » du numéro du 15 février 1898 note que, sur le boulevard Saint Michel, « se promène une tourbe de rastaquouères juifs dits roumains qui fréquente cafés et lupanars. […] Il paraît que tout nom est meilleur que celui de juif, même la triste qualification de Valaque […] Les habituées des brasseries préfèrent, elles aussi, paraît-il, les Roumains aux Juifs138 ».

Xénophobie et antisémitisme

  • 139 T. N. Bonner, To the Ends…, op. cit., p. 77.
  • 140 APP, BA/1485.

68L’historien T. N. Bonner constate que l’augmentation du nombre des étudiants étrangers à la fin du siècle dans les pays occidentaux a provoqué une vague de xénophobie en France et en Suisse, mais il remarque que celle-ci a été plus vive chez les Helvètes. En France, la taille des villes universitaires a contribué selon lui à noyer dans la masse les petites colonies étrangères, plus voyantes en Suisse. À Nancy par exemple, où les femmes russes constituaient près de la moitié des étudiants étrangers, la police, qui les tenait en surveillance étroite, pouvait remarquer en 1908 que leur présence en ville « causait peu d’émoi139 ». Au tournant du siècle cependant, la xénophobie est surtout virulente dans les facultés de médecine et est volontiers mêlée à l’antiféminisme ou à un rejet de plus en plus violent à l’égard de la concurrence des étrangers. En 1907, L’Étudiant, organe éclectique de l’université de Montpellier déplore que les étrangers soient plus nombreux à Montpellier qu’à Paris. Un autre journal montpelliérain, L’Écho des étudiants, fustige le 9 mai 1909 « l’extension exagérée que prend à Montpellier la colonie russe ». Le 29 juin 1912, au cours d’une soirée en l’honneur de Jean-Jacques Rousseau, les Camelots du roi crient « À bas les métèques140 ! » En avril 1913, le journal parisien L’Étudiant cite un rapport de l’association corporative des étudiants en médecine de Paris où les étrangers sont accusés pêle-mêle d’aggraver l’encombrement des locaux, de s’installer en France, d’avoir une culture générale insuffisante et même de prendre parti dans les différends entre Français.

  • 141 Arch. nat., AJ/16/2584.

69Cette montée de la xénophobie inquiète les autorités universitaires. En 1909, suite aux manifestations d’hostilité aux étrangers, à l’occasion du conseil général de l’université de Paris, le recteur Liard exprime son sentiment à l’égard des menées xénophobes. Il prie MM. les doyens « de s’opposer de toute leur influence au mouvement odieux qu’on a essayé de créer l’an dernier contre les étudiants étrangers, contre ceux qu’on appelait les métèques. Il est de l’intérêt de l’Université que cette misérable tentative échoue141 ».

L’antisémitisme

  • 142 E. Montfort, « Les tendances sociales, politiques et religieuses de la jeunesse française au XXe s (...)
  • 143 I. Tchernoff, op. cit., p. 146.
  • 144 C. Charle, « Les Étudiants et l’Affaire Dreyfus », Cahiers Georges Sorel, 1986, no 4, p. 63.
  • 145 É. Zola, Lettre à la jeunesse…, 1998, op. cit., p. 28.
  • 146 É. Cahm, « Pour et contre Émile Zola : les étudiants de Paris en janvier 1898 », Bulletin de la So (...)
  • 147 Z. Sternhell, La Droite révolutionnaire. Les origines françaises du fascisme 1885-1914, Paris, Le (...)
  • 148 Arch. nat., F/7/12822-12833.
  • 149 D. Halévy, Pays parisiens, Paris, 1932.
  • 150 M. Hanna, « Laying siege to the Sorbonne. The Action Française’s attack upon the Dreyfusard Sorbon (...)
  • 151 L’Étudiant français, 1920 ; E. Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1984, p. 55 et suivantes.
  • 152 Sur ces manifestations, voir P. Moulinier, « La “Belle Époque” des carabins et des potards : préhi (...)
  • 153 L’Action française, no 233 du 8 novembre 1908.
  • 154 L’Action française, no 243 du 18 novembre 1908.
  • 155 L’Action française, numéro du 31 janvier 1912.

70L’antisémitisme est peu répandu en milieu étudiant au XIXe siècle. Eugène Montfort relève le faible nombre des étudiants qui affichent un dreyfusisme militant et note qu’ils sont plutôt indifférents142. Iouda Tchernoff qui est juif note : « Je n’ai rencontré vraiment d’hostilité ouverte que pendant l’affaire Dreyfus, après les élections nationalistes qui avaient amené une nouvelle majorité au Conseil Municipal, et encore cette hostilité ne m’était-elle témoignée que par un petit clan de néo-monarchistes sans influence à la faculté (de droit)143. » Les étudiants, mais le qualificatif est parfois usurpé, sont toutefois relativement nombreux à signer les pétitions des deux camps144, même si l’on note leur présence active aux manifestations antidreyfusardes où l’on crie « Conspuez Zola » en janvier et février 1898. Émile Zola s’élèvera contre cette agression dans une « lettre à la jeunesse » où il fustige les étudiants antisémites qui « commenceront le siècle en massacrant tous les juifs145 ». Des listes de protestation contre l’écrivain sont déposées à la Taverne du Panthéon, tandis que des pétitions en faveur de la révision circulent dans la presse et à l’École normale. En janvier 1898, le Quartier latin est truffé de policiers plusieurs jours de suite, policiers qui sont d’ailleurs d’une indulgence rare à l’égard des manifestants antisémites. Toutefois, c’est surtout en province, et notamment à Alger, que les manifestations antisémites sont les plus violentes. À Paris, Éric Cahm remarque que les étudiants, d’origine bourgeoise, ont pour la plupart des idées conservatrices et que leur Association générale, l’AGEP, se veut apolitique. S’ils manifestent, c’est plus contre Zola et l’Aurore que par antisémitisme. Par ailleurs, la minorité dreyfusarde, en grande partie issue des mouvements socialistes et révolutionnaires du Quartier latin, n’est pas inactive146. À droite, la Ligue des patriotes de Déroulède, fondée en 1882, attire peu le monde étudiant (selon Zev Sternhell, sur 281 militants chargés de responsabilités, on ne trouve que 15 étudiants), mais ce mouvement est l’un des premiers à se doter d’une section de jeunesse, la Jeunesse républicaine plébiscitaire147. Les élèves des facultés peuvent aussi adhérer au Comité orléaniste, aux Groupe des étudiants antisémites, à la Jeunesse antisémite et nationaliste ou à l’Union des étudiants nationalistes, fondée en mars 1901 avec l’appui de Maurice Barrès, de Jules Lemaître et de Dausset, président du Conseil municipal de Paris. La Jeunesse antisémite et nationaliste, installée 31 rue Meslay, naît en 1899 du développement rapide du groupe des étudiants antisémites fondé en 1894 avec le soutien de Drumont. Son président est Édouard Dubuc, qui dirigera en 1901 le Parti national antijuif148. Le groupe des étudiants parisiens d’Action française naît le 8 décembre 1905 – l’année de la création de la Ligue d’action française – sous la direction de Lucien Moreau, et essaime dans toutes les villes universitaires. Le groupe parisien a son siège 33, rue Saint-André des Arts, dans un local où il offre des conférences d’économie et de politique ainsi qu’une salle de sport149. Une fédération nationale des étudiants d’AF voit le jour en 1913. Après 1906, l’Action française se donne une cible, la nouvelle Sorbonne, à ses yeux dominée par les étrangers, juifs et protestants150. Les étudiants sont très minoritaires chez les gros bras des Camelots du roi, créés en 1908, où se recrutent les troupes qui perturbent les cours du socialiste Charles Andler et du radical Amédée Thalamas à la Sorbonne pendant l’hiver 1908-1909. L’Action française accuse Thalamas, professeur d’histoire au lycée Condorcet, d’avoir parlé devant ses élèves des « hallucinations auditives » de Jeanne d’Arc151. L’Action française est par ailleurs présente dans les manifestations de 1908-1909 à la faculté de médecine152. Le mouvement nationaliste trouve un certain écho dans une faculté où les étudiants, de tendance radicale de gauche pour la plupart, partagent un sentiment xénophobe dominant, d’ailleurs en contradiction avec celui des professeurs qui est plutôt favorable aux étudiants étrangers. Pour l’Action française, il n’y a pas à chercher loin l’explication de la crise médicale du début du siècle : ce sont les « métèques », et parmi eux, les Juifs : « Les étudiants étrangers, les Juifs et les Juives de Russie, dont le flot s’accroît chaque année, empiètent sur la place, déjà bien exiguë, des étudiants français qui se trouvent ainsi peu à peu dépossédés153. » Le journal L’Action française du 9 novembre 1908, dans un article intitulé « Au quartier des Écoles. Les métèques au quartier », fustige « l’invasion étrangère dans nos établissements d’enseignement supérieur ». En novembre 1908, on y décrit « l’hébraïsme en Sorbonne ». Léon Daudet, ancien carabin, renchérit : « S’ils (les étudiants français) ne se débarrassent pas du métèque, le métèque se débarrassera d’eux. Il leur rendra chez eux la vie impossible154. » Lors des violentes manifestations contre le professeur Nicolas, accusé de favoritisme et critiqué pour sa manière d’enseigner l’anatomie, le journal nationaliste affirme que ses défenseurs sont presque tous des étrangers. Une petite poignée d’étudiants d’Action française seulement est condamnée après ces manifestations, et leur défenseur est un avocat proche du mouvement155.

*

71Pour la plupart des étudiants étrangers, le séjour au Quartier latin est plutôt heureux. Il n’est pas toujours couronné de succès, mais nombreux sont les étudiants venus d’ailleurs qui ne cherchent pas à être gradués, qu’ils soient déjà pourvus d’un diplôme de leur pays ou qu’ils considèrent la capitale de la France comme une étape dans leurs cursus universitaire. Quoiqu’il en soit, vient le jour où il faudra reprendre le train ou le bateau pour regagner la mère patrie, où leur retour ne sera pas toujours applaudi par le pays d’origine. Pour un petit nombre, le rêve d’une installation en France se réalise, que la demande d’y exercer le métier soit agréé ou que l’étudiante épouse un Français. Quelques-uns enfin restent en France pour y accomplir un autre parcours professionnel – journaliste, écrivain, artiste, par exemple, ce qui est le cas de nombreux Français – ou parce que leurs moyens financiers le leur permettent.

Notes

1 G. Noiriel, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe 1793-1993, Paris, Calmann-Lévy, 1993, p. 84-93 et 166-180.

2 C. Green-Satterfield, « Un Américain en France sous le Premier Empire », op. cit., 1976, p. 177-184.

3 P. Moulinier, La naissance…, op. cit., p. 269-275.

4 P. Melon, L’enseignement supérieur et l’enseignement technique en France…, Paris, A. Colin, 1891, p. 154-155 ; Le Journal des débats, numéro du 1er février 1891.

5 F. Divoire, op. cit., 1909.

6 F. Divoire, op. cit., 1909.

7 E. Petit, Alentour de l’école, les parents, les maîtres et les élèves, Paris, 1890, p. 346.

8 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 172.

9 C. Yver, Princesses de science, Paris, 1907, 407 p.

10 È. Curie, Madame Curie (1938), Paris, Folio, 2007, titre du chapitre ix.

11 Arch. nat., AJ/16/2576.

12 Sur le logement étudiant à Paris, voir P. Moulinier, La naissance de l’étudiant…, op. cit., p. 259-262.

13 F. Divoire, op. cit., 1909.

14 « Oiseaux de passage : la colonie russe de Paris », L’Illustration, 26 mars 1904, no 3187, p. 204.

15 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 11.

16 I. Tchernoff, op. cit., vol. 1, p. 8-9.

17 I. Tchernoff, op. cit., vol. 1, p. 86-87 et 172-173.

18 P. Genève, « Colonies étrangères. Les Turcs de Paris », L’Opinion, 31 janvier 1914, 7e année, no 5, p. 146-148.

19 Le parc d’attraction Magic City se situait dans les années 1900 entre les numéros 67 et 91du quai d’Orsay, face au pont de l’Alma.

20 Ibid., p. 147.

21 Arch. nat., F/7/12895.

22 F. Divoire, op. cit., 1909.

23 A. Fabrègue, « Les étudiantes étrangères à Paris », La Fronde, 24, 25 et 26 juin 1898.

24 A. Daudet, Soutien de famille, mœurs contemporaines, Paris, 1898, 445 p.

25 L’Étudiant, juin 1893.

26 Arch. nat., F/17/4697.

27 L. Dakhli, Une génération…, op. cit., p. 49.

28 Arch. nat., AJ/16/1995.

29 Arch. nat., F/17/4512, dossier no 1.

30 Référence : le dossier Jordanov de notre corpus 1807-1907.

31 Arch. nat., AJ/16/2589, p. 50-51.

32 I. Tchernoff, op. cit., p. 104.

33 F. Divoire, op. cit., 1909.

34 I. Tchernoff, op. cit., p. 147.

35 G. Duhamel, La Pierre d’Horeb, Paris, Folio, 1974, p. 65.

36 J.-M. Delmaire, op. cit., p. 33-34.

37 Kadimah, 15 février 1898, no 1.

38 D. Berindei, « Les Quarante-huitards roumains en exil », Revue d’histoire du XIXe siècle, 1995, no 11, p. 67.

39 C. Daremberg, La médecine, histoire et médecine, Paris, 1865, p. 73.

40 H. R. Gazer, « Notizen zu den Versammlungen der armenischen Studenten in Europa in den Jahren 1897 bis 1914 », in H. R. Peter, N. Tikhonov, Universitäten als Brücken in Europa, Les universités : des ponts à travers l’Europe, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2003, p. 329-330.

41 Arch. préf. police, BA/106.

42 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 22-23.

43 J.-M. Delmaire, op. cit., p. 39.

44 B. Czerny, « L’Association des étudiants russes de Paris », Cahiers du monde russe, janvier-mars 2007, vol. 48, no 1, p. 5-22.

45 Ibid., p. 102-103.

46 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, p. 15.

47 Arch. nat., F/7/12895.

48 B. Czerny, « l’Association des étudiants russes de Paris », Communication au colloque Histoire/Genre/Migration, Paris, mars 2006.

49 J.-B. Dupont-Melnyczenko, Les Ukrainiens en France. Mémoires éparpillées, Paris, Éditions Autrement, 2007, p. 23-24.

50 Arch. nat., F/7/12894.

51 M. Rodinson, Souvenirs d’un marginal, Paris, Fayard, 2005, p. 79.

52 Arch. nat., F/7/12896.

53 I. Tchernoff, op. cit., chapitre ix, p. 282 et suivantes.

54 Arch. nat., F/7/12895.

55 « Oiseaux de passage : la colonie russe de Paris », L’Illustration, 26 mars 1904, no 3187, p. 204.

56 Arch. nat., F/7/12895.

57 I. Tchernoff, op. cit., p. 149-149.

58 R. Maritain, Les Grandes amitiés, tome I. Souvenirs, New York, Éditions de la Mission française, 1941, p. 55 et 57.

59 D. Berindei, « Paris et Vienne, centres de formation des cadres intellectuels roumains au XIXe siècle », 1989, op. cit., p. 77.

60 C. G. Leland, « Un Américain sur les barricades de février 1848 », Histoire magazine, août 1982, no 30, p. 85-91.

61 A. D. Petrescu, « La participation des médecins et pharmaciens roumains à la guerre de 1870 et à la Commune », Revue d’histoire de la pharmacie, décembre 1970, t. XX, no 207, p. 229-231.

62 [http://fr.wikipedia.org/wiki/Benito_Sylvain.]

63 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 570 ; K. Kreiser, « Le Paris des Ottomans à la Belle Époque », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (revue en ligne), juillet 2000, no 91-94, p. 333-350.

64 L. Dakhli, Une génération…, 2008, op. cit., p. 85.

65 Arch. du min des Aff. étr., C/2-2.

66 Arch. nat., F/7/12585.

67 F. Divoire, « Les deux polices », L’Opinion, 17 juillet 1909, p. 83-84. Roubanovitch, naturalisé français, est l’éditeur de la Tribune russe.

68 J.-M. Delmaire, op. cit., p. 40.

69 N. L. Green, Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque : le “Pletzl” de Paris, Paris, Fayard, 1985, p. 136.

70 Voir : C. Weill, « Le Bund russe à Paris, 1898-1940 », Archives juives, 2001, vol. 34, no 2, p. 30-42.

71 Arch. nat., F/7/12895.

72 J.-M. Delmaire, « Les Amants de Sion en France (1884-1888) : entre l’aliya et l’intégration », in Doris Bensimon, Benjamin Pinkus, Les Juifs de France, le sionisme et l’État d’Israël, actes du colloque international organisé en 1987 par l’Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, et par l’université Ben Gourion du Neguev, Beersheva, Israël, Paris, Publications de Langues O’, vol. 1, 1989, p. 73-92.

73 J.-M. Delmaire, « Les Amants de Sion… », op. cit., p. 86-87. Nous avons pu consulter trois numéros de ce journal, les no 1-3 de 1898.

74 Kadimah, 1er et 15 août 1898, no 2 et 3.

75 Arch. préf. police, BA/1523.

76 APP, BA/1485.

77 Arch. préf. police, BA/1485.

78 N. Malinovitch, Heureux comme un Juif en France. Intégration, identité, culture 1900-1932, Paris, Éditions Champion, 2010, p. 81.

79 Sur ce point, voir J.-C. Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, A. Colin, 1991 ; P. Moulinier, « « Nous, les étudiants » : naissance d’une identité corporative au XIXe siècle », in Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, 2007.

80 J.-C. Caron, « Maintenir l’ordre au Pays latin : la Jeunesse des Écoles sous surveillance 1815-1848 », in Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 340-341.

81 J.-C. Caron, Générations, op. cit., p. 322.

82 Ibid., p. 334 et suivantes.

83 Arch. nat., F/17/4392.

84 Arch. nat., F/17/4392.

85 Arch. nat., F/17/4396 et 4397.

86 Arch. nat., F/17/4396.

87 Arch. nat., F/17/4335.

88 Arch. nat., F/17/4397.

89 Arch. nat., F/17/6675.

90 Arch. nat., F/17/4395.

91 Arch. nat., F/17/4397.

92 Arch. nat., F/17/4399.

93 Arch. nat., F/17/439 ; Congrès international des étudiants. Compte-rendu…, 1866, op. cit. ; L. L. Halkin, Le premier Congrès international des étudiants à Liège en 1865, Liège, 1966, 150 p.

94 Arch. nat., F/17/4400.

95 Arch. nat., F/17/4401.

96 Arch. préf. police, BA/63 et 64.

97 Arch. préf. police, BA/117.

98 Arch. préf. police, BA/1523.

99 A. Monchablon, « La naissance des Associations générales d’étudiants et la constitution de l’UNEF », Les Cahiers du GERME, février 1998, no 3, p. 11-14. Voir aussi le chapitre vi de notre ouvrage La naissance, op. cit., p. 164 et suivantes.

100 Lyon universitaire, 3 juillet 1903, no 38 et 4 septembre 1903, no 49.

101 L’Étudiant, 10-17 novembre 1894, no 99 ; Le Pays latin, 15 novembre 1894, no 2.

102 Fêtes universitaires de 1900, Paris, AGEP, 1901, 59 p.

103 Arch. préf. police, BA/1523.

104 Bulletin de la Montagne Sainte-Geneviève, 1897-1898, t. II, p. 491-496.

105 P. Moulinier, « La “Belle Époque” des carabins et des potards : préhistoire du syndicalisme étudiant ? (1902-1912) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, avril-juin 2007, no 86, p. 10-26.

106 Congrès international des étudiants, Bordeaux, 1907.

107 I. Tchernoff, op. cit., vol. 1, p. 104 et 116.

108 È. Curie, Madame Curie, Paris, Gallimard-Folio, 1938-2007 ; R. Reid, Marie Curie derrière la légende, Paris, Le Seuil, 1979 ; S. Quinn, Marie Curie, Paris, Odile Jacob, 1996.

109 Arch. nat., F/17/4392.

110 Arch. nat., F/17/4393.

111 Arch. nat., F/17/4394.

112 Arch. nat., F/17/4395.

113 Arch. nat., F/17/4401.

114 Arch. nat., F/17/4400.

115 Cité dans son dossier, voir corpus 1807-1907.

116 Arch. préf. police, photos judiciaires.

117 Arch. nat., F/7/6693.

118 Arch. nat., F/17/4397.

119 Arch. nat., F/17/4396.

120 Arch. nat., F/17/4400.

121 C. Weill, « Convivialité et sociabilité des étudiants russes en Allemagne 1900-1914 », Cahiers du monde russe et soviétique, juillet-septembre 1991, vol. 32, no 3, p. 349-367.

122 I. Tchernoff, Dans le creuset…, op. cit., vol. 1, 1936, p. 220.

123 L’Étudiant en droit. Revue mensuelle des facultés de droit, 20 janvier 1885, no 7.

124 G. Duhamel, La pierre d’Horeb, Paris, 1926.

125 G. Claudin, Entre minuit et une heure. Étude parisienne, Paris, 1868, 144 p.

126 A. Chadourne, Nos étudiants, Paris, 1885.

127 Le Quartier latin, 23 septembre 1882, 3e série, no 2. Et l’autre Quartier latin (A. Tanchard), 1887, p. 51.

128 L’Étudiant, 1-8 août 1896.

129 H. Dabot, Calendriers d’un bourgeois du Quartier latin 1872-1888, Péronne, 1903, p. 230.

130 S. Quevedo, L’Étudiante. Notes d’un carabin, Paris, 1889, p. 15-16.

131 Dr P. Mainguy, La Médecine à la Belle Époque, Paris, Éditions France-Empire, 1981, p. 224.

132 M. Carmel, « Oiseaux de passage », L’étudiant. Organe éclectique de l’université de Montpellier, 5 février 1905, no 5, p. 1-2.

133 G. Duhamel, Biographie de mes fantômes 1901-1906, Paris, 1944, p. 48.

134 F. Divoire, op. cit., 1909, p. 83-84.

135 A. Fabrègue, « Les étudiantes étrangères à Paris », La Fronde, 24, 25 et 26 juin 1898.

136 T. Bentzon, « Femmes russes », Revue des Deux Mondes, 15 octobre 1902, p. 855-856.

137 I. Tchernoff, op. cit., p. 114-115.

138 Kadimah, 15 février 1898, no 1.

139 T. N. Bonner, To the Ends…, op. cit., p. 77.

140 APP, BA/1485.

141 Arch. nat., AJ/16/2584.

142 E. Montfort, « Les tendances sociales, politiques et religieuses de la jeunesse française au XXe siècle », La Revue, 15 juin 1901, no 37, p. 581-609.

143 I. Tchernoff, op. cit., p. 146.

144 C. Charle, « Les Étudiants et l’Affaire Dreyfus », Cahiers Georges Sorel, 1986, no 4, p. 63.

145 É. Zola, Lettre à la jeunesse…, 1998, op. cit., p. 28.

146 É. Cahm, « Pour et contre Émile Zola : les étudiants de Paris en janvier 1898 », Bulletin de la Société d’études jaurésiennes, octobre-décembre 1978, no 71, p. 12-15.

147 Z. Sternhell, La Droite révolutionnaire. Les origines françaises du fascisme 1885-1914, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1978, p. 59, 108 et 118.

148 Arch. nat., F/7/12822-12833.

149 D. Halévy, Pays parisiens, Paris, 1932.

150 M. Hanna, « Laying siege to the Sorbonne. The Action Française’s attack upon the Dreyfusard Sorbonne », Historical Reflections, printemps 1998, vol. 24, no 1, p. 155-177 ; P. H. Stock, « Students versus the Université in Pre-World War Paris », French historical studies, 1971, vol. 7, no 1, p. 93-110 ; C.-F. Bompaire-Evesque, Un débat sur l’Université au temps de la Troisième République : la lutte contre la nouvelle Sorbonne, Paris, Aux amateurs de livres, 1988, 277 p.

151 L’Étudiant français, 1920 ; E. Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1984, p. 55 et suivantes.

152 Sur ces manifestations, voir P. Moulinier, « La “Belle Époque” des carabins et des potards : préhistoire du syndicalisme étudiant ? (1902-1912) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, avril-juin 2007, no 86, p. 10-26.

153 L’Action française, no 233 du 8 novembre 1908.

154 L’Action française, no 243 du 18 novembre 1908.

155 L’Action française, numéro du 31 janvier 1912.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540