Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre VIII. Les études et les performances scolaires des étrangers

Texte intégral

1Au cours du XIXe siècle, l’enseignement supérieur connaît en France deux moments fondamentaux : sa renaissance et son remodelage durant la Révolution, le Consulat et l’Empire, et une profonde mutation amorcée dès le début de la IIIe République qui se traduit par l’accroissement du nombre des établissements, des enseignants et des effectifs étudiants, le développement des études supérieures en province, la réforme des programmes et la diversification des diplômes, la construction de bâtiments neufs, l’arrivée des premières étudiantes, l’augmentation du nombre des étudiants étrangers.

Le modèle français d’enseignement supérieur

2À l’occasion des débats sur l’accueil des étudiants étrangers dans les facultés françaises et sur les équivalences aux diplômes, les avantages et les défauts du système universitaire français sont analysés par les réformateurs de la IIIe République, et le modèle allemand est sans surprise constamment évoqué. À ce modèle que Christophe Charle résume par la liberté d’apprendre, la liberté d’enseigner, la solitude et la liberté du chercheur et de l’étudiant et l’encyclopédisme, s’oppose un modèle français ainsi décrit par le même auteur :

  • 1 C. Charle, J. Verger, Histoire des universités, Paris, Presses universitaires de France, 1994, col (...)

« prédominance du modèle de l’école (même quand elle s’appelle faculté), […] tyrannie du diplôme d’État ouvrant le droit à une fonction ou à l’exercice d’une profession précise, […] importance des classements et des concours, même dans les filières qui n’en impliquent pas forcément, […] réglementation précise des programmes uniformes, monopole de la collation des grades par l’État1 ».

  • 2 RIE, 2e semestre 1901, p. 215.

3Pourquoi certains pays étrangers répugnent-ils à envoyer leurs étudiants faire leurs études en France et que reprochent-ils à l’enseignement supérieur français ? En 1901, la Revue internationale de l’enseignement2, s’interrogeant sur la manière d’attirer les étrangers, exprime une certaine déception quant aux résultats des réformes accomplies par l’université française.

« La France, écrit l’auteur, a la réputation d’être protectionniste jusque dans son enseignement et d’offrir peu de facilités aux étudiants qui ne sont pas français. Ce reproche est certainement immérité, surtout depuis que la loi du 10 juillet 1896 a rendu aux universités plus de liberté et plus d’initiative. Depuis cette époque, depuis la création des doctorats d’Université, les étudiants étrangers trouvent en France toutes les portes ouvertes : ils peuvent suivre les cours d’un enseignement supérieur qui ne craint aucune comparaison et acquérir des diplômes d’une valeur scientifique incontestée. Ainsi le courant commence-t-il à s’établir entre les universités de France et les universités étrangères, mais trop lentement peut-être. Il y a deux raisons à cette hésitation des étrangers à venir en France : la première, c’est que l’habitude n’est pas encore prise, c’est que les maîtres continuent de diriger ailleurs leurs meilleurs élèves et que ceux-ci devenus à leur tour professeurs restent attachés au pays où ils sont allés travailler et y envoient leurs disciples ; la seconde est que les facilités nouvelles offertes par la France ne sont pas assez connues. »

4Les atouts de l’enseignement supérieur français seraient ainsi ignorés et les habitudes en matière d’émigration étudiante tarderaient à se modifier.

Un enseignement trop exigeant ?

  • 3 E et D, no 106, p. 54-55.
  • 4 Arch. nat., F/17/12973.

5Les critiques à l’égard du système français formulées par les étrangers eux-mêmes sont avidement étudiées par les universitaires. Toutes pointent à peu près les mêmes défauts, la rigidité du système et la difficulté excessive des programmes et des examens. La rigidité découle de plusieurs facteurs, en particulier le système français des grades qui réduit les facultés à n’être que des écoles professionnelles vouées à la préparation des diplômes d’État au détriment de la recherche et de l’enseignement scientifique, la rigidité des programmes, la difficulté des examens ou l’absence d’autres options que celles menant aux grades. Le rapport du conseil académique pour 1911-1912 note qu’en France, l’important est de passer des examens et non « de faire des études dont l’examen doit seulement attester la solidité3 ». À l’opposé, le système allemand est très attractif, ce qui explique son succès auprès des Américains. Dans son plaidoyer pour la création des diplômes universitaires4, Ernest Lavisse décrit ainsi les obstacles qui s’opposent aux études en France :

« En Allemagne, écrit-il, l’étudiant américain est immatriculé sur présentation de ses diplômes américains. Il choisit ses études à l’université comme il l’entend ; il est exempté de tout examen jusqu’au jour choisi par lui où il se présente pour obtenir son grade. En France, il n’y a pas d’équivalence établie entre le baccalauréat français et les diplômes américains ; le cours des études d’université est prescrit uniformément pour tous et il est très long : au cours de ces études se place une série d’examens. L’étudiant américain ne peut se plier à ce régime ; sans doute, il peut entrer dans une université française et y faire librement des études, mais elles ne conduisent pas à un grade et cette considération, bien que secondaire, suffit pour le détourner d’étudier en France. »

  • 5 Arch. nat., AJ/16/5122, p. 314-317.

6D’où la nécessité de lui offrir un titre universitaire… En 1907, le professeur Picard explique devant le conseil de la faculté des sciences les atouts de l’Allemagne5. D’abord, remarque-t-il,

« nous demandons à nos candidats au doctorat des thèses plus étendues, plus importantes et plus originales que celles qu’on exige en Allemagne, et nous les aidons beaucoup moins à les faire. Le professeur allemand désigne le sujet de la thèse et dirige pas à pas le travail de l’étudiant, c’est-à-dire qu’il en est le véritable auteur. Nous n’avons jamais procédé de cette manière, nous voulons que le candidat fasse un effort personnel et manifeste de l’initiative dans son travail ».

7M. Koenig estime que les Américains qui viennent en France pensent y trouver un enseignement moins abstrait et moins théorique en général qui celui de la faculté. Réplique de M. Picard : « Les Américains qui viennent en France ne se proposent pas toujours de devenir des fabricants ou des commerçants. Beaucoup viennent en France pour compléter leur éducation au point de vue des idées », tels ceux qui s’inscrivent à l’École des beaux-arts. Par ailleurs, les professeurs allemands sont proches de leurs étudiants : ils les « traitent avec familiarité et les accueillent comme s’ils faisaient partie de leur propre famille. Cette intimité n’existe pas ici entre le professeur et l’élève, surtout en mathématiques où, par suite de l’absence de travaux de laboratoire, le contact entre maîtres et élèves est moins fréquent que dans les autres ordres de sciences ». Un professeur se plaint de l’absence de locaux à la disposition des professeurs pour recevoir leurs élèves et un autre déclare qu’il faudrait à Paris plus de préparateurs dans les laboratoires. Selon le professeur Haller, « la plupart des professeurs de sciences américains ont fait leurs études en Allemagne. Ils ont une tendance naturelle à y envoyer leurs élèves. Ces élèves trouvent en Allemagne des laboratoires autrement organisés que les nôtres. Le professeur est constamment présent dans le laboratoire et en contact avec les élèves. En outre, les recherches des étudiants allemands sont beaucoup plus spécialisées que celles de nos élèves ».

  • 6 Arch. nat., AJ/16/6973.

8Les critiques du système français d’enseignement supérieur s’appuient volontiers, on le voit, sur les attentes de la nation la plus convoitée, les États-Unis d’Amérique, dont on a vu qu’elle est attirée par le modèle allemand. À la fin du XIXe siècle, deux notes de professeurs américains expliquent au recteur Gréard ce que sont les attentes de leurs compatriotes envers les universités françaises6. Ce n’est pas la différence de langue qui dissuade les Américains de venir en France, déclare un texte de novembre 1893 : « Ils se rendent en beaucoup plus grand nombre en Allemagne qu’en Angleterre, et le français ne leur serait pas plus difficile à apprendre que l’allemand. » La note explique cette désaffection par trois causes : d’abord, on obtient plus facilement un diplôme en Allemagne qu’en France ; par ailleurs, les étudiants américains trouvent outre-Rhin « une organisation plus simple que chez nous, où l’abondance et la richesse en maîtres et en programmes des grandes institutions d’enseignement supérieur leur font paraître plus difficile l’établissement d’un plan d’études » ; enfin, ces étudiants « n’ont pas encore assez le sentiment de la cordialité avec laquelle ils seraient reçus à Paris et en province et de l’empressement avec lequel maîtres et camarades les guideraient dans leurs travaux et dans leur existence parmi nous ». Le système français serait ainsi excessivement complexe, très exigeant, et rendrait difficile l’établissement d’un cursus scolaire par les Américains. Par ailleurs, le milieu universitaire parisien ne serait pas très accueillant. Une note de Harry J. Ferber, de l’université de Chicago, qui fait l’objet d’un commentaire de Michel Bréal dans les Débats du 7 juin 1895, après avoir remarqué que l’on compte à peine trente étudiants américains à la Sorbonne contre environ 200 à Berlin, confirme cette critique :

« En Allemagne, l’inscription d’un étudiant a lieu sur la production d’un diplôme américain, il choisit le genre d’études auxquelles il veut se livrer, il est dispensé d’examens pendant tout le temps qu’il désire consacrer à acquérir ce grade. En France, aucune équivalence en ce qui concerne le diplôme du lycée. L’Université étend très loin son autorité et ses moyens d’action, les examens, les examens sont fréquents et obligatoires, le contrôle ainsi exercé enlève aux étudiants leur caractère de libre investigation. »

  • 7 RIE, 1er semestre 1897, p. 105-116.

9Or, selon l’auteur, la majorité des étudiants américains « sont en quête, non de discipline mais de science. Comme spécialistes, ils trouvent indispensable le privilège de l’indépendance dans la recherche ». Les Américains « ne soupçonnent pas les mérites de la science française ». Il serait bon de les autoriser, comme en Allemagne, à passer « en bloc » leurs examens à la fin de la scolarité – et non périodiquement –, et d’accepter l’équivalence des diplômes de certains collèges américains avec ceux des lycées. Dans son article, Michel Bréal remarque que « la moindre université allemande a sa société d’étudiants venus de Cambridge, de New Haven ou de Baltimore » et qu’« il n’est guère de collège américain qui ne possède quelques maîtres ayant reçu leur initiation scientifique en Allemagne ». Il confirme que le doctorat allemand est plus facile à obtenir, mais que la contrepartie est qu’« il ne donne aucun droit à un emploi, aucune prérogative ». Il plaide en conclusion pour que l’on envoie les étudiants américains dans les universités de province, qui ne souffrent pas de l’encombrement de la capitale et où « on ne court pas le risque d’être isolé ». En 1897, un article de Raphaël Georges-Lévy, professeur à l’École des sciences politiques, dans la Revue internationale de l’enseignement relève l’attirance des Américains pour l’Allemagne et l’Angleterre : à ses yeux, si la force d’attraction de la France tient « à l’éclat de sa littérature ancienne et moderne, à la grandeur de ses travaux scientifiques et avant tout aux qualités de clarté et de logique qui sont un des plus beaux apanages de son génie », le problème est que l’organisation de son enseignement est mal connue ; par ailleurs, la « question du diplôme » est essentielle en France, « pays de fonctionnarisme, où chaque degré conquis par un jeune homme lui confère certains droits ou certains privilèges7 ». On trouve dans la même revue une comparaison entre les étudiants français et les étudiants américains :

  • 8 RIE, 1er semestre 1907, p. 506.

« Les premiers, dit l’article, sont admirablement intelligents, actifs, sérieux, soumis à un entraînement où l’idée générale et le détail précis sont combinés de manière à ne jamais être sacrifiés l’une à l’autre ; au point de vue technique, ils sont bien supérieurs aux étudiants américains qui se contentent presque toujours d’une culture vague ; mais ils leur sont inférieurs […] au point de vue des qualités sociales : ils sont à l’Université pour étudier ; […] leurs relations avec leurs maîtres et leurs camarades n’ont pas cette simplicité, ce laisser-aller qui caractérise l’étudiant américain. Ils semblent être avec des rivaux plutôt qu’avec des amis8. »

Les études de lettres

  • 9 RIE, 1er semestre 1896, p. 547-566, 2e semestre 1896, p. 112-131.

10La thèse de doctorat ès lettres constitue une importante pierre d’achoppement. En 1896, une discussion s’élève dans la Revue internationale de l’enseignement sur les relations universitaires germano-américaines. Un docteur en philosophie de l’université d’Harvard, William Shoffield, avait déclaré dans le numéro du 15 juin que l’Allemagne a fait des Américains « des esprits scientifiques, c’est-à-dire patients, sérieux, exacts, impartiaux et profonds », notamment parce que les thèses de lettres des États-Unis ressemblent aux thèses allemandes : selon l’auteur, « la thèse française est surtout un ouvrage littéraire, la thèse américaine est surtout un ouvrage scientifique », et cela parce que la France n’a pas comme l’Allemagne de chaire de philologie, discipline qu’elle n’aime pas. En réponse à cet article, le professeur Adolphe Zund réplique que le doctorat ès lettres allemand est plus facile à obtenir que le diplôme français : « Ce qui donne de la valeur au doctorat ès lettres des Français, c’est justement son caractère, national pour ainsi dire. Ce n’est pas chez eux un titre d’utilité, c’est un titre purement honorifique, et il y a relativement peu de docteurs ès lettres en France. » La discussion sous-jacente oppose les universitaires qui veulent conserver aux études de lettres leur haut niveau et ceux qui veulent ouvrir aux étrangers cet accès à la culture française. En ce qui concerne les étudiants américains, ils se heurtent à l’obstacle de la langue française et des études classiques. « La France, poursuit M. Zund, n’accorde à personne l’équivalence de la licence. Pourquoi ? Parce qu’aucun titre de l’étranger ne lui correspond. Rendre plus facile l’obtention du doctorat ès lettres serait rendre plus faciles les examens pour la licence. » Et de rappeler que même pour la licence de langues vivantes, « les exigences concernant le latin, le grec et le français sont les mêmes que pour les autres licences ». Ce serait donc une erreur de créer deux doctorats ès lettres, un pour les Français et un pour les étrangers9. En 1920, un Américain suggère que l’université française se réforme, mais sans diminuer des exigences qui la distinguent du modèle allemand :

  • 10 A. L. Guérard, « L’Université de Paris et les étudiants américains », Revue de Paris, 1er juin 192 (...)

« L’Université de Paris ne doit se recommander que par l’excellence de son enseignement. Il ne faut pas qu’elle recherche la popularité par une facilité excessive dans l’octroi des diplômes. […] Ce fut sans doute une excellente inspiration de créer des doctorats d’Université. Ce n’est pas un parchemin au rabais. Les doctorats ès lettres et ès sciences ne correspondaient aucunement aux titres allemands et américains et étaient à peu près inaccessibles aux étrangers10. »

  • 11 E et D, no 106, p. 54-55.

11Pour les études littéraires, la question cruciale est celle des études secondaires qu’a suivies l’étranger. Le Rapport pour 1911-191211, qui souligne l’encombrement quotidien des locaux de la Sorbonne, pointe la question des conditions d’admission aux études de lettres. Selon ce texte, le secrétariat de la faculté « n’a pas les moyens de connaître la valeur des diplômes et certificats attestant les études antérieures de l’étudiant ou étudiante qui demande l’immatriculation : il en résulte qu’une partie des étrangers, et surtout des étrangères, n’ont pas la culture secondaire suffisante », notamment ceux « qui viennent de certaines régions de l’Europe orientale et de l’Asie occidentale ». Selon ce texte,

« un véritable privilège, pour l’admission à l’Université, existe en faveur des étrangers les moins cultivés, au détriment non pas seulement des étudiants français, mais des meilleurs étudiants étrangers. Car dans cette confusion disparaissent des éléments excellents, hommes et femmes, que nous envoient toutes les nations ; si une sélection plus attentive les faisait émerger, l’émulation qui s’établirait entre eux et la jeunesse française serait aussi amicale que profitable à tous ».

12La faculté des lettres offre une gamme excellente de grades pour les étrangers (CEF, DEU, DU), mais aucun enseignement ou presque qui y conduise : les candidats au diplôme ou au doctorat peuvent s’adjoindre aux étudiants français qui se préparent à ces diplômes.

« Mais le flot des candidats et des candidates au certificat ne sait où se porter ; il déferle tantôt d’un côté, tantôt de l’autre et vient battre successivement les portes de tous les cours […]. La Faculté doit à tous ceux qui lui font l’honneur de lui demander une culture, étudiants français, étudiants étrangers avancés, étudiants étrangers peu avancés, de faire cesser cette confusion qui à la longue serait préjudiciable à l’Université elle-même. »

  • 12 Arch. nat., AJ/16/5122 ; RIE, 1er semestre 1897, p. 105-116.

13Les conditions de vie et de travail des étudiants à Paris constituent une autre difficulté. En 1897, le professeur Hadamard explique devant le conseil de la faculté des sciences les raisons pour lesquelles les étudiants américains ne viennent pas à Paris : le programme des cours est publié trop tardivement et l’accès aux bibliothèques est trop restreint. En Amérique, elles sont ouvertes toute l’année de 8 heures à 22 heures avec seulement trois jours d’interruption12. Par ailleurs, « ce qui écarte aussi les étudiants américains de venir en France, c’est qu’ils sont habitués à des universités installées à la campagne où ils peuvent cultiver activement tous les sports ». Quelqu’un fait remarquer qu’il y a à Paris des salles d’armes et des installations de sport où vont les jeunes Américains. À quoi M. Delage réplique que « nous n’avons pas à importer ici les mœurs américaines ». Un autre professeur pense cependant que « nous aurions intérêt à créer des installations de jeu et des hôtels analogues à ce que les Américains désirent trouver ». On ajoute que « les Français sont décriés à l’étranger par leurs propres compatriotes et que le tableau des mœurs parisiennes est poussé un peu au noir, ce qui fait hésiter les familles à envoyer ici leurs enfants ».

Les formations itinérantes

  • 13 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, 1er sem (...)

14Selon le Rapport pour 1903-1904, les diplômes appréciés à l’étranger seraient ceux qui, comme le doctorat, « ne peuvent être acquis que par de véritables élèves attachés à nos universités et où les candidats sont examinés un par un et non par série », c’est-à-dire en groupe, tels le baccalauréat ou les licences : le rapport leur reproche la facilité avec laquelle on peut les passer, certains étudiants « voyageurs » pouvant « traverser la France pour trouver la série faible et l’examinateur qu’il croit indulgent ». Contrairement au modèle germanique, où les études sont scandées par des semestres pouvant se dérouler dans des universités différentes autorisées à valider les études menées durant ce laps de temps et où, les cours n’étant pas publics, l’étudiant s’inscrit directement auprès d’un professeur pour suivre son cours, ce qui facilite la circulation des étudiants entre universités du même régime, le système français, qui repose sur l’obtention de quatre inscriptions trimestrielles et sur un rythme annuel, impose la fidélité à une faculté où l’on doit suivre des cours et passer successivement les examens imposés. Cela n’interdit pas les changements d’établissement et de ville universitaire, et notamment les chassés-croisés entre la province et la capitale, mais la mobilité universitaire n’est pas toujours considérée avec sympathie dans le monde universitaire français. Ce n’est qu’en 1897, en même temps que l’immatriculation, qu’est institué un livret individuel qui suit l’étudiant dans ses pérégrinations. Selon Ljubinka Trgovcevic13, le système scolaire français est un obstacle à l’inscription des Serbes : à l’inverse de l’Allemagne où on peut aisément changer de ville et d’université d’un semestre à l’autre, la France n’autorise pas l’errance ; certains professeurs serbes critiquent l’enseignement de la Sorbonne, trop répétitif et n’encourageant pas le travail personnel et l’esprit critique. L’attrait de la civilisation et de la littérature françaises corrige cependant ces critiques.

15Le « modèle français » n’est pas uniforme : la durée des études, les cursus scolaires, la pédagogie et les rapports maîtres-élèves sont très différents d’une faculté à l’autre et les résultats scolaires des étudiants étrangers variables d’une discipline à l’autre.

Les études de droit

  • 14 J.-H. Robert, « Le cours magistral », Annales d’histoire des facultés de droit, 1985, no 2, p. 135 (...)
  • 15 P. Favre, Naissance de la science politique en France 1870-1914, Paris, Fayard, 1989, 331 p. (L’Es (...)

16Durant une bonne partie du siècle, l’organisation des cours et des examens de droit est précise et ne laisse pas de liberté aux facultés. Les écoles de droit sont réglementées par Napoléon de manière uniforme et « caporaliste », selon l’expression de Jacques-Henri Robert14 : chacune aura cinq professeurs, assistés de deux suppléants, et la liste des chaires est précisée par la loi de 1804 avec netteté, de même que la façon d’enseigner. La loi du 22 ventôse an XII donne à l’enseignement du droit une finalité exclusive, la formation des hommes de loi : « Le droit civil français, dans l’ordre établi par le Code Civil, les éléments du droit naturel et du droit des gens, le droit romain dans ses rapports avec le droit français et le droit civil dans ses rapports avec l’administration publique, enfin la législation criminelle et la procédure civile et criminelle. » Ce n’est qu’avec la réforme de la licence en 1889 et la création des deux doctorats de droit privé et de droit public par le décret du 1er mai 1895 qu’une brèche est ouverte dans le mur des disciplines traditionnelles sans toutefois que soit mise en place une seconde licence consacrée au droit public15. La licence est réformée en 1880 et en 1889, par un décret qui accentue la formation administrative, tandis que les décrets du 30 avril 1895 et du 8 août 1898 transforment en profondeur le doctorat en droit, qui est scindé en deux : sciences juridiques et sciences politiques et économiques. Quant au certificat de capacité, après un siècle sans changement, il subit une importante mutation par la loi du 12 juillet 1905 qui l’impose aux futurs juges de paix n’ayant pas la licence ou le baccalauréat en droit et par le décret du 14 février 1905 qui porte à deux ans les études pour l’obtenir. Enfin, c’est également au début du XXe siècle que sont créés des titres d’ordre purement scientifique ouverts aux bacheliers de l’enseignement secondaire et aux « capacitaires » en droit et sanctionnés par un certificat : le certificat de sciences pénales en 1905, celui d’études administratives et financières en 1908, tandis qu’un doctorat d’Université, diplôme purement académique sans portée professionnelle, est instauré pour le droit en 1912, bien après sa création dans d’autres disciplines.

17La réglementation consulaire des examens suit fidèlement le contenu des cours. Les examens pour le certificat de capacité et pour le baccalauréat sont subis en fin d’année ; en ce qui concerne la licence, le candidat se présente à chacun des deux examens quand il pense « avoir le temps d’étude et d’instruction nécessaire » et que son assiduité est reconnue par deux certificats. Sous la monarchie de Juillet, on se présente en principe au premier examen – de droit romain – au début de l’année de licence ou dans le trimestre de janvier, et au second - en droit français - après la onzième inscription (sur douze) ; il en est de même pour les deux examens de doctorat. Sauf autorisation contraire de l’université, tout examen ou soutenance de thèse doit s’effectuer devant la faculté dont l’élève a suivi les cours et devant ses professeurs. La robe noire est obligatoire pour passer chaque examen de droit ou soutenir sa thèse. En 1882, elle s’imposait « sans exception, même [aux] militaires en uniforme et [aux] femmes ».

  • 16 I. Tchernoff, op. cit., p. 142-146.

18Le Russe Iouda Tchernoff, qui a fait des études de droit jusqu’au doctorat, porte un jugement nuancé sur cet enseignement dans ses Mémoires : selon lui, en première année, les notions à apprendre étaient tellement disparates qu’elles pouvaient s’acquérir, non par un lent effort, mais « d’un seul coup, en faisant travailler la mémoire, à la veille de l’examen ». Il ajoute qu’« à la Faculté de droit, en première année, il n’y avait que des passants qui venaient pour recueillir un diplôme ; nullement pour s’imprégner d’une discipline et d’une culture juridique ». Ce faisant, il partageait l’opinion de maints camarades français Il remarque au passage que les aspirants au doctorat sont surtout motivés par le moyen de se faire dispenser de deux années de service militaire et que ses camarades « fortunés », désireux d’exercer des fonctions politiques, administratives ou diplomatiques, suivaient aussi les cours de l’École des sciences politiques. À l’époque où il étudie, on évoque l’idée de mettre en place un doctorat d’économie, ce que fera un décret de 1898. Mais ce que le jeune Russe déplore, c’est qu’il soit impossible d’apprendre en suivant les cours, soit à cause des chahuts contre un professeur « rosse aux examens, », soit parce que l’amphithéâtre est « archicomble ». « On vient pour le chahut ; on apprend dans un manuel », lui dit un camarade. Ces camarades français, qui ne sont pas reconnaissables à leur uniforme comme en Russie, sont « vêtus avec une sobre élégance, leur extérieur dénotait une large aisance ». Appartenant à la bourgeoisie aisée, « ce n’étaient pas des destructeurs de la société ni des chevaliers de l’idéal, et la Faculté ne remplissait qu’une petite partie de leur existence. Ils n’avaient pas à résoudre une infinité de cas de conscience avant de prendre le chemin de l’école ». Malgré sa timidité, Iouda Tchernoff aime rencontrer ses professeurs de droit, qui pourtant ne reçoivent qu’une fois par semaine : il apprécie « l’accueil courtois, et non pas seulement en surface, des vieux professeurs. Leur catholicisme libéral leur faisait un devoir d’ouvrir largement les portes de la Faculté à un étudiant studieux dont ni l’origine, ni la confession, ni la modeste situation pécuniaire ne leur étaient inconnues. Ils m’encouragèrent et me soutinrent, aussitôt qu’après un examen brillamment passé à la fin de la deuxième année, ils m’eurent reconnu quelques mérites16 ».

  • 17 F. Berriat-Saint-Prix, Guide pour l’étude du droit. Indication des principales difficultés qui son (...)

19Les thèses de licence sont soutenues après le deuxième examen et portent sur un sujet tiré au sort. Une fois rédigée, la thèse est examinée sous forme manuscrite par le président de thèse désigné par le doyen ; celui-ci doit s’assurer que le texte mérite d’être présenté à la soutenance publique ; et c’est le recteur, sur proposition du doyen, qui autorise la livraison du texte à l’imprimeur, elle est alors tirée à 50 exemplaires. Ceux-ci doivent être déposés au secrétariat de la faculté au plus tard l’avant-veille du jour de la soutenance. Le texte imprimé doit être rigoureusement le même que le texte manuscrit. Le décret du 28 décembre 1880 réorganise les trois années qui mènent à la licence. Chacune s’achève par un examen portant sur toutes les matières enseignées durant l’année. Ces trois examens sont divisés en deux parties subies pendant deux jours consécutifs devant un jury de trois examinateurs sur les matières enseignées. Le deuxième examen confère le grade de bachelier et le troisième celui de licencié. Ce décret supprime par ailleurs la thèse de licence, ce que certains regrettent, tout en reconnaissant que cet exercice n’était pas sérieusement pratiqué17.

  • 18 J. Imbert, « Passé, présent et avenir du doctorat en droit en France », Annales d’histoire des fac (...)

20Les thèses de doctorat en droit sont pendant un demi-siècle calquées sur les thèses de licence, avec leurs deux dissertations distinctes, l’une en droit romain, l’autre en droit français18. Jusque vers 1840, elles sont rédigées en latin et elles sont plutôt courtes, n’occupant souvent que l’espace d’une seule grande feuille. La loi du 15 mars 1850 et le règlement du 5 décembre de cette année précisent que le candidat pourra choisir librement ses sujets de thèse de droit romain et de droit français, auxquels devront être jointes onze « propositions » portant sur les différents domaines du droit, propositions sur lesquelles le candidat sera interrogé lors de la soutenance. Du coup, la longueur de la thèse augmente, passant entre 20 et 60 pages, et parfois plus. Par ailleurs, la thèse pourra être soutenue dans l’intervalle des sessions d’examen. Le doctorat en droit entame sa transformation avec le décret du 28 décembre 1878 qui introduit de nouvelles matières dans l’enseignement (histoire du droit, droit coutumier, droit constitutionnel, droit commercial et industriel), parmi lesquelles les élèves doivent en choisir deux, et précise que les candidats, lors du deuxième examen de doctorat, pourront à leur demande être interrogés sur ces domaines. Le décret du 20 juillet 1882, dans le but de mettre fin à l’hétérogénéité des pratiques de chaque faculté de droit et d’adapter les épreuves aux professions auxquelles aspirent les étudiants, est un premier pas vers la réforme du doctorat. Les candidats doivent subir trois examens portant sur des matières variées, suivis de la thèse, dont le régime est lui-même modifié. Les sujets n’en sont plus tirés au sort, mais choisis par le candidat, et l’un d’eux peut porter sur une autre discipline que le droit civil français, la première dissertation portant toujours sur le droit romain. La thèse doit recevoir l’approbation de la faculté et être revêtue de la signature du doyen et du président de jury. Elle doit être imprimée en 80 exemplaires de format in-8° raisin, qui seront déposés au secrétariat de la faculté au moins huit jours avant la soutenance. Les décrets du 30 avril 1895 et du 8 août 1898 font effectuer un pas décisif au doctorat en le scindant en deux : il est créé un doctorat ès sciences politiques et économiques à côté du doctorat ès sciences juridiques. Le diplôme est obtenu après avoir subi deux examens oraux d’une heure devant quatre examinateurs et une soutenance de thèse d’une heure et demie devant trois professeurs sur un sujet au choix du candidat, préalablement approuvé par le doyen. Les propositions jointes à la thèse sont supprimées. Examens et thèse peuvent être subis à n’importe quel moment de l’année scolaire.

Les résultats scolaires des étrangers et étrangères

21Malgré quelques baisses temporaires, les deux diplômes principaux de la faculté de droit, le baccalauréat et la licence, sont de plus en plus attribués au cours du siècle : d’une cinquantaine de licenciés en 1807, ce nombre passe à plus de 600 en 1839, à 450 à la fin des années 1850, à près de 570 dans les années 1880 et à plus de 930 avant la Grande Guerre. Entre 1840 et 1913, le nombre de reçus au baccalauréat en droit passe de 735 à près de mille. En ce qui concerne le doctorat, il est obtenu par près de 80 élèves dans les années 1870, moins de 70 entre 1880 et 1894, plus de 300 à la veille de la guerre. Ajoutons aux diplômes conférés par la faculté de 1903 à 1912 deux certificats spécialisés : 88 certificats de science pénale sont attribués dans cette période et 73 de science administrative et financière. Enfin le certificat de capacité, beaucoup plus sollicité en province qu’à Paris, est attribué à une centaine d’élèves dans les années 1820, et ce nombre diminue lorsque la IIIe République réforme ce diplôme en 1905 : on ne compte plus que 80 réceptions à la capacité entre 1906 et 1913.

  • 19 SES 1889-1899.

22Quelle est la part des étrangers dans ces réceptions ? Nous l’ignorons malheureusement, car le doyen de la faculté néglige dans son rapport annuel de mentionner leur présence parmi les titulaires de ces diplômes. Tout au plus savons nous qu’entre 1888-1889 et 1897-1898, 458 étrangers obtiennent la licence en droit, soit environ 46 par an, et 61 le doctorat en droit, soit en moyenne six par an, ce qui constitue une faible proportion des diplômés de ces années19. En 1902, près des deux tiers des étrangers inscrits (233 sur 360) suivent les cours de la licence ou du doctorat alors que 65 (18 %) sont de simples immatriculés qui ne cherchent qu’un certificat d’assiduité utilisable dans leur pays ; le reste, ce sont les 62 Égyptiens qui ont commencé leurs études à l’École du Caire et qui viennent passer leurs examens à Paris. En 1904-1905, 81 Roumains viennent à Paris pour préparer le doctorat en droit, qui, on l’a vu, n’est pas inscrit au programme des universités de Bucarest et de Jassy. En 1908-1909, 821 des 959 étudiants étrangers (85,5 %) font leurs études en vue d’obtenir la licence ou le doctorat.

  • 20 SES 1889-1899.

23Du côté des étudiantes, à l’inverse du doctorat en médecine, la licence en droit est surtout obtenue par les Françaises, en dépit du fait que le métier d’avocat ne leur soit pas accessible avant 1900. La faculté de droit, qui octroie le premier baccalauréat en droit en 1885-1886 et la première licence en droit à une étrangère en 1886-1887, la Roumaine Sarmiza Bilcescu, ne délivre entre 1886 et 1900 que quatre licences à des étudiantes, dont trois à des étrangères. Entre 1888-1889 et 1897-1898, deux doctorats en droit sont délivrés à une Française et à une étrangère20. De 1886 à 1920, 139 licences sont décernées à des Françaises alors que dans le même temps, les étrangères n’en décrochent que 102, dont les trois quarts entre 1906 et 1915. Le doctorat en droit pour sa part est conféré pour la première fois à une femme en 1890, Mlle Bilcescu ; ce titre n’est conféré entre 1900 et 1920 qu’à onze Françaises et à quatre étrangères.

Les études de médecine

24Jusqu’à la mise en place en 1958 de la formation unifiée hospitalo-universitaire, l’enseignement médical français est caractérisé par l’existence de deux filières distinctes, la filière universitaire, fondamentale, nationale et ouverte à tous, et la filière hospitalière, semi-officielle et réservée à une élite (l’internat, créé en 1802). L’histoire de l’enseignement médical au XIXe siècle est dominée par l’antagonisme entre les professeurs de faculté et les praticiens, notamment hospitaliers, antagonisme qui à bien des égards freine les réformes.

25Comme en droit, l’histoire des progrès scientifiques autant que celle des enjeux de pouvoirs et des conflits idéologiques au sein de la faculté se lit dans la chronologie de la création des chaires et des innovations pédagogiques. Dès ses origines toutefois, la faculté de médecine se pose comme très innovante, à l’inverse de la sclérose qui caractérise l’enseignement du droit. Les études médicales organisées par le décret du 14 frimaire an III et par l’arrêté du 14 messidor an IV (2 juillet 1796) qui réglemente les études à l’école de Paris se caractérisent par une pédagogie pratique et active qui est même le titre de gloire de la médecine française. Deux types de leçons sont instaurés par ces textes : les cours cliniques donnés tous les jours « au lit des malades » dans les hôpitaux (l’hospice de l’Humanité, qui est l’Hôtel-Dieu, l’hospice de l’Unité, c’est-à-dire l’hôpital de la Charité, et l’hospice de perfectionnement ou des cliniques, aux Cordeliers), et les cours théoriques non permanents répartis par semestres. Ces leçons sont assurées par les titulaires de douze chaires : anatomie-physiologie ; chimie médicale et pharmaceutique ; physique médicale et hygiène ; pathologie externe ; pathologie interne ; histoire naturelle médicale ; médecine opératoire ; clinique externe ; clinique interne ; clinique de perfectionnement ; accouchements ; médecine légale et histoire de la médecine. Le titre de docteur est accordé à qui a subi avec succès cinq examens et une thèse. De nouveaux enseignements seront institués par la suite, qui consacrent la diversification des spécialités et témoignent autant des avancées de la science que de préoccupations pédagogiques. Au début du XXe siècle, deux instituts sont créés à destination des professionnels dans la mouvance de la faculté : l’Institut de médecine coloniale par l’arrêté du 3 juin 1902 et l’Institut de médecine légale et de psychiatrie par celui du 22 juin 1903. Des propositions de création d’autres chaires de spécialité sont refusées ou différées et leur enseignement prend place dans des cours libres. C’est le cas par exemple de la chirurgie dentaire, de l’otorhinolaryngologie, de la bactériologie. La formation clinique sera par la suite complétée par les cours de l’École pratique, par des travaux pratiques et un stage hospitalier, sans omettre les cours complémentaires et l’offre de formation dans le cadre hospitalier que constituent l’externat et l’internat.

26Les deux décennies qui précèdent la guerre de 1914-1918 sont marquées par de grandes réformes. C’est d’abord le décret du 31 juillet 1893, qui institue le « PCN », une sorte de second baccalauréat ès sciences à l’usage des futurs carabins, destiné autant à fournir de nouveaux étudiants aux facultés des sciences et des débouchés à leurs enseignants qu’à hausser le niveau de connaissances des étudiants. Mais c’est surtout le décret du 11 janvier 1909 qui bouleverse l’enseignement médical. Celui-ci porte à cinq ans la durée théorique des études médicales, non comprise l’année de préparation du PCN, et oblige à prendre vingt inscriptions. La formation est divisée en trois parties, une partie théorique, une partie technique dans les laboratoires de travaux pratiques, et une partie clinique qui s’ouvre à des disciplines jusqu’alors traitées lors du stage hospitalier ou dans les cours complémentaires. Le stage hospitalier est obligatoire, car, déclare l’exposé des motifs du décret, « l’hôpital, dans une école médicale idéale, devrait être le centre de l’enseignement. En tout état de choses, le stage hospitalier, efficacement contrôlé, est le plus important élément de la formation professionnelle du médecin ».

L’École pratique

27Le monde de la formation médicale française est marqué par les concours : on parlera plus loin de l’externat et de l’internat, et c’est au concours que sont recrutés les agrégés, l’encadrement technique de la formation (prosecteurs, chefs de laboratoires) ou les médecins des hôpitaux. À quoi s’ajoute le concours pour l’École pratique. Peu de temps après la recréation de l’École de médecine, s’impose l’idée qu’un enseignement pratique de l’anatomie doit être donné auprès de chaque école : c’est à cette fin qu’est restaurée l’École pratique qui existait au collège royal de chirurgie de l’Ancien Régime. Bien avant la mise en place de l’internat, cette institution permet une sélection des meilleurs élèves. Le règlement du 14 messidor an IV (7 août 1797) institue dans l’ancien couvent des Cordeliers proche de l’École de médecine la première « école pratique de dissections », où les élèves, au nombre de 120, sont admis après un examen pour une durée de trois ans, chaque année étant sanctionnée par un examen obligatoire. L’avantage pour les élèves est double : ils dissèquent sans avoir à débourser, et ils ont le privilège de choisir les cadavres à disséquer. Des prosecteurs assistés d’aides d’anatomie les encadrent. Des prix annuels sont mis au concours entre les élèves. L’École pratique est dirigée par un chef des travaux anatomiques nommé au concours et chargé, en liaison avec le titulaire de la chaire d’anatomie, d’un cours d’anatomie dans le grand amphithéâtre de la faculté. À la fin de l’année scolaire, les élèves de première et de deuxième année subissent un examen comportant deux épreuves, une orale et l’autre écrite. En cas d’absence ou d’échec, ils sont exclus de l’École pratique. En raison de sa désaffection, celle-ci est supprimée en 1871. En 1875, l’organisation et les bâtiments sont complètement transformés, et après le décret du 20 juin 1878 qui rend obligatoires les travaux pratiques, l’École pratique devient le siège de ces exercices. Cette année-là débutent les travaux de construction d’un nouveau bâtiment, au 15, rue de l’École-de-médecine, en face de la faculté, qui sera inauguré en 1886 et hébergera la nouvelle École pratique et la clinique d’accouchements Tarnier.

Le stage hospitalier

28L’une des rares réformes de la monarchie de Juillet est l’instauration, par l’ordonnance royale du 3 novembre 1841, du stage hospitalier. Ce stage d’un an est imposé aux candidats au doctorat dès 1843 et il se place après la neuvième inscription, soit théoriquement en début de troisième année. Les externes et les internes sont autorisés à assimiler au stage leur activité hospitalière. En 1862, devant le constat d’une diminution des étudiants qui concourent pour l’externat, l’obligation du stage est rappelée et sa durée portée à deux ans par Victor Duruy et il est placé entre la huitième et la seizième inscription pour les candidats au doctorat. Il est par ailleurs imposé aux candidats à l’officiat et situé pour eux entre la quatrième et la douzième inscription. Chaque année de stage se compose de dix mois de service effectif entre le 1er novembre et le 31 août dans un hôpital agréé par la faculté, généralement l’un de ceux qui accueillent des cliniques, à l’exception des asiles d’aliénés, des hospices de vieillards ou d’enfants assistés, des cliniques d’accouchements et des prisons. Le décret du 31 juillet 1893 porte le stage à trois ans à compter de la deuxième année : pendant les deux premières années, l’élève est attaché à des services de médecine ou de chirurgie, pendant la troisième année à un service d’obstétrique, et une partie de cette année se situe dans un service spécialisé (maladies de la peau et syphilitiques, maladies nerveuses, maladies des enfants, maladies des yeux, maladies des voies urinaires). Les stagiaires, répartis par groupes de vingt, devront être exercés individuellement à la recherche des symptômes et prendre part à l’examen des malades.

Les travaux pratiques

  • 21 Robert Fox, George Weisz (éd.), The Organization of Science and Technology in France 1808-1914, Ca (...)
  • 22 Domange-Hubert, Guide général de l’étudiant en médecine, 2e éd., Paris, 1844, p. 62.
  • 23 L. Prudhomme, Voyage descriptif et historique de l’ancien et du nouveau Paris… I. Rive gauche, Par (...)

29Si la qualité de la clinique française est reconnue unanimement, le point faible de l’enseignement médical français réside dans le fait qu’il est peu enclin à intégrer rapidement les développements de la recherche et qu’il accorde « une place quelque peu excessive à l’exposé oral des avancées théoriques », selon le mot du professeur Bouchard cité par George Weisz21. Autrement dit, l’expérimentation et la recherche en laboratoire sont gravement sous-développées. La critique du caractère dogmatique des cours théoriques et la volonté de lier l’observation clinique à la recherche contribuent en 1878 à la mise en place d’un autre type d’enseignement fondé sur l’observation et la manipulation : les travaux pratiques. Certes, le décret du 14 frimaire an III institue des exercices pratiques confiés aux professeurs adjoints, et l’on sait que les étudiants bénéficient très tôt de manipulations chimiques et d’herborisations qui ont lieu durant le semestre d’été22. Le Jardin des Plantes offre vers 1820 aux étudiants volontaires son jardin botanique, un laboratoire de chimie, un cabinet d’anatomie, un cabinet de préparation pour l’anatomie et l’histoire naturelle, une école de pharmacie, une bibliothèque, et des cours dans son amphithéâtre, ses galeries d’histoire naturelle et ses écoles de botanique23. Mais c’est avec l’article 7 du décret du 20 juin 1878 que les exercices pratiques sont rendus obligatoires durant les quatre années d’études, ce qui alourdit l’emploi du temps des étudiants et les frais de scolarité, puisqu’ils doivent acquitter un droit de participation. Ces exercices, qui suivent le cursus des études, sont décomposés en deux catégories : les exercices annuels, entre la deuxième quinzaine d’octobre et la première quinzaine de juillet, sont les manipulations chimiques, les exercices et démonstrations de physique, les exercices d’histoire naturelle (en première année), ceux d’histologie (en deuxième et troisième années), ceux d’anatomie pathologique (en quatrième année) ; les exercices semestriels s’effectuent pendant le semestre d’hiver (dissections) ou d’été (médecine opératoire, manœuvres obstétricales réservées aux « quatrième année », démonstrations de physiologie expérimentale en deuxième et troisième années). Les travaux pratiques, organisés après 1886 dans la nouvelle École pratique, sont placés sous l’autorité du professeur de la spécialité concernée, secondé par un chef des travaux et par des auxiliaires. Un appel est effectué en début de séance et un certificat d’assiduité est délivré en fin de trimestre. La faculté s’enrichit dès 1877 de laboratoires de recherche et d’enseignement annexés aux chaires théoriques, mais le problème est une fois de plus qu’il y a trop d’étudiants (on frôle les 8 500 en 1913) pour un nombre d’installations insuffisant. Dans les premières années du XXe siècle, trente-six laboratoires dépendent de la faculté, dont six accessibles aux étudiants et aux internes, s’ajoutant aux laboratoires rattachés aux cliniques dans les hôpitaux. En tout, vingt-deux laboratoires sont ouverts aux étudiants. Cela n’empêche pas l’auteur du Rapport pour 1912-1913 de se plaindre d’un outillage et de crédits insuffisants, par exemple pour acheter des animaux, et d’un personnel inadapté ou débordé.

Les examens et la thèse

30Les quatre années d’études nécessaires pour obtenir le titre de docteur en médecine sont à l’origine sanctionnées en dernière année par cinq examens, dont deux soutenus en latin, et par la soutenance d’une thèse rédigée en latin ou en français : au premier trimestre ont lieu les examens d’anatomie et physiologie, avec une préparation anatomique et une interrogation orale de pathologie en latin, de nosologie, de matière médicale, chimie et pharmacie ; au troisième trimestre, on passe les examens d’hygiène et de médecine légale, de clinique interne ou externe, selon que l’on recherche le titre de docteur en chirurgie ou en médecine. Pour finir, l’étudiant subit sa soutenance de thèse, de médecine ou de chirurgie, en latin ou en français, sur un sujet choisi par le candidat ou tiré au sort. L’arrêté du 22 octobre 1825 organise la première réforme des examens, qui prennent deux formes : quatre examens de fin d’année après la huitième, la dixième, la douzième et la quatorzième inscriptions, et deux épreuves de réception, dont une thèse, après la seizième inscription. Les examens consistent en général en une interrogation d’une demi-heure à deux heures (une heure pour la thèse) devant un jury de deux professeurs et un agrégé, en robe, toque et rabat. Selon les époques, trois ou quatre candidats sont convoqués et passent ensemble. Ce système est modifié en 1831 et surtout en 1846, par un arrêté du 7 septembre qui établit trois examens de fin d’année après les quatrième, huitième et douzième inscriptions et six examens de réception, dont la thèse, après la seizième inscription.

  • 24 Dr G. Brunello, Considérations sur les études médicales, Maisons-Laffitte, [1901], 139 p.

31La thèse couronne les études de médecine ou de chirurgie. Cette dissertation imprimée, qui peut être rédigée en latin jusqu’au milieu du siècle, n’échappe pas au phénomène des fabricants de thèse, non plus qu’à la médiocrité. Vers 1830, elle consiste en une dissertation sur six propositions de médecine et de chirurgie ; après sa réorganisation par l’arrêté du 26 septembre 1837, l’étudiant doit résoudre quatre questions tirées au sort après le quatrième examen portant sur les sciences chimiques, physiques et naturelles, l’anatomie et la physiologie, les sciences chirurgicales et les sciences médicales proprement dites. L’arrêté du 22 mars 1842 limite la thèse au traitement d’un sujet choisi par le candidat ou tiré au sort sur un point quelconque de médecine ou de chirurgie, suivi des réponses à un certain nombre de questions correspondant au programme ; ce dernier point est supprimé en 1884, et remplacé par des questions orales lors de la soutenance. Comme en droit, l’étudiant déclare son intention de soutenir sa thèse en s’inscrivant sur un registre et doit déposer au préalable le manuscrit, afin qu’un professeur désigné par le doyen s’assure de l’orthodoxie des opinions émises et donne son imprimatur ; le manuscrit signé par le président du jury ou par le doyen est alors envoyé à l’imprimeur ; toute thèse non conforme au manuscrit est jugée non avenue. La thèse est tirée à cent exemplaires aux frais du candidat par l’imprimeur officiel de la faculté, sur papier carré fin, format in-4°. Le jury est composé de deux professeurs dont le président, et de deux agrégés, et le récipiendaire doit revêtir une robe louée au garçon de vestiaire. Au début du XXe siècle, la question du maintien de la thèse est posée par certains, au motif de la mauvaise qualité de beaucoup d’entre elles24. Le Rapport déjà cité pour 1912-1913 n’est pas de cet avis, estimant qu’il y a beaucoup de thèses remarquables et que cette mesure dévaloriserait le diplôme de docteur par rapport aux autres doctorats.

Les instituts spécialisés

32Au début du XXe siècle, deux instituts sont créés à destination des professionnels dans la mouvance de la faculté : l’Institut de médecine coloniale par l’arrêté du 3 juin 1902, et l’Institut de médecine légale et de psychiatrie par celui du 22 juin 1903. L’institut de médecine coloniale, fondé par le docteur Blanchard, recevait en 1911 50 % d’élèves étrangers, dont un tiers d’Hispano-Américains : au conseil de la faculté de médecine, le professeur Blanchard remarque :

  • 25 Arch. nat., AJ/16/6287, séance du 20 juillet 1911.

« Alors que les étudiants de race latine ont une tendance manifeste à nous abandonner de plus en plus, soit qu’ils trouvent dans leur pays l’enseignement médical, soit qu’ils aillent le chercher ailleurs qu’en France et notamment en Allemagne, n’est-il pas intéressant de constater que chaque année, un plus grand nombre de médecins de Colombie, du Venezuela et d’autres pays d’Amérique, après avoir pris leur grade de docteur dans leur pays d’origine, viennent à nous pour compléter leur éducation en des questions de science appliquée ? […] Ainsi s’établissent, grâce à l’Institut, des relations durables et amicales entre notre Faculté et l’élite des médecins hispano-américains25. »

Les études en vue de l’officiat

33À l’origine, les candidats à l’officiat doivent effectuer, soit trois ans d’étude dans l’une des trois écoles de médecine, soit cinq ans de stage dans un hôpital civil ou militaire, soit encore six ans auprès d’un docteur. Un jury à compétence départementale composé d’un professeur de médecine et de deux docteurs délivre le diplôme d’officier de santé après avoir fait subir trois examens aux candidats. À partir de 1855, les jurys départementaux ayant disparu, les élèves officiers de santé doivent justifier de douze inscriptions dans une faculté ou quatorze dans une École préparatoire. Après cette date, la faculté de Paris, qui n’accueillait que les candidats au doctorat tout en assurant la formation des sages-femmes, reçoit en outre les aspirants officiers de santé. Les études en vue de l’officiat sont fortement réformées vers 1880. Destiné à élever le niveau de ces praticiens dans une conjoncture de baisse des effectifs médicaux dans les petites villes et le monde rural, le décret du 1er août 1883 impose aux aspirants à ce grade la possession du baccalauréat ou à défaut du certificat d’études de l’enseignement secondaire spécial ou d’un certificat de grammaire complété par un examen portant sur des éléments de physique, de chimie et de science naturelle. Les travaux pratiques sont obligatoires ainsi que le stage hospitalier, que l’on suit à partir de la cinquième inscription. Un examen est organisé à la fin de chacune des trois premières années et porte sur les matières enseignées durant l’année ; à la fin de la quatrième année a lieu l’examen de réception devant la faculté de médecine de la circonscription où exercera l’officier de santé.

Les élèves sages-femmes

  • 26 S. Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’hôpital au XIXe siècle, Paris, Belin, 1999, 432 p., ill.

34La formation des sages-femmes est refondée grâce à la loi du 19 ventôse an XI (10 mars 1803) qui crée deux classes de praticiennes26. Les études pour les deux classes de sages-femmes peuvent être suivies dans une faculté, une école préparatoire ou une maternité. Les candidates à la première classe, après avoir vu pratiquer pendant neuf mois ou pratiqué elles-mêmes pendant six mois des accouchements dans un hospice ou sous la surveillance d’un professeur, doivent suivre au moins deux cours à la clinique d’accouchements d’une faculté. Un examen final portant sur la théorie et la pratique des accouchements sanctionne ces études. Les candidates à la deuxième classe passent leur examen devant un jury départemental et ne peuvent exercer que dans le département de réception. Le décret du 22 août 1854 supprime les jurys départementaux et crée un certificat d’aptitude à la profession de sage-femme délivré par une faculté ou une École préparatoire sous la présidence d’un professeur de faculté. La loi du 30 novembre 1892 qui abroge la loi de ventôse, complétée par le décret du 25 juillet 1893, conserve les deux classes mais transforme les études qui y mènent : dans les deux classes, la scolarité est portée à deux ans et ne débute qu’à l’âge de 19 ans. Les candidates à la première classe doivent posséder le brevet de capacité élémentaire de l’enseignement primaire ou le certificat d’études secondaires féminines instauré en 1882, tandis que celles de seconde classe sont tenues, par arrêté du 1er août 1879, de passer un examen spécial. À partir de 1908, les élèves de deuxième classe aspirant à passer en première classe doivent subir un examen spécial si elles ne possèdent pas le brevet de capacité élémentaire.

Les études dentaires27

  • 27 Informations extraites de A. Bouland, Les Études dentaires en France. Recueil et commentaires des (...)

35Ce n’est qu’à la fin du siècle, par l’article 2 de la loi du 30 novembre 1892 sur l’exercice de la médecine, que la chirurgie dentaire devient une profession réglementée. Toutes les tentatives antérieures en vue d’organiser ce métier, notamment en 1847, ont échoué, ce qui n’empêche pas l’existence de facto de dentistes praticiens inscrits au rôle des patentes et d’organisations professionnelles, de même que l’on voit se créer à Paris deux écoles libres d’odontologie dans le sillage des lois de 1875 et de 1880 sur la liberté de l’enseignement supérieur. L’article 2 de la loi de 1892 dispose que « nul ne peut exercer la profession de dentiste s’il n’est muni d’un diplôme de docteur en médecine ou de chirurgien-dentiste ». Les cours sont donnés dans une faculté dispensant un enseignement dentaire, ce qui est le cas à Bordeaux, Lille et Nancy, mais curieusement pas à Paris, où ils sont dispensés par des écoles dentaires agréées. La loi de 1892 précise toutefois que les examens pour le diplôme de chirurgien-dentiste sont subis dans les facultés de médecine. Les trois années d’études proprement dites sont assorties de travaux pratiques obligatoires et chacune est sanctionnée par un examen de fin d’année subi devant la faculté. Peu avant la Grande Guerre, il est envisagé de créer un doctorat en chirurgie dentaire, mais l’opposition des docteurs en médecine fait échouer ce projet. Le décret du 11 janvier 1909 prolonge de deux ans les études dentaires, qui sont divisées en deux parties à l’image des études pharmaceutiques : deux ans de stage et trois ans de scolarité.

L’externat et l’internat28

  • 28 Informations en grande partie tirées de L’Internat en médecine et en chirurgie des hôpitaux et hos (...)
  • 29 J. Léonard, La vie quotidienne du médecin de province au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1977, p. 30
  • 30 Voir J. Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politiq (...)
  • 31 Dr Cless De Stuttgart, « De la médecine en France et en Angleterre », Archives générales de médeci (...)
  • 32 W. Osler, 1909, op. cit., no 10, p. 771.

36« Minorité extrême et élite privilégiée, l’aristocratie formée par les internes des hôpitaux de Paris couronne le monde étudiant29. » Depuis 1802, l’internat est « l’école supérieure d’instruction pratique » des cliniciens autant que « le centre d’apprentissage des finesses et rivalités du métier30 », en un mot, le mode de sélection et de formation de l’élite médicale. Ce label de qualité distingue les internes des autres étudiants, au point qu’un docteur allemand pouvait remarquer en 1837 que les non-internes sont « peu considérés de leurs compatriotes ». Cet auteur signale l’attirance des étudiants européens, allemands, anglais, russes, espagnols ou italiens pour « le meilleur cours d’étude pratique que l’on puisse désirer31 ». Selon l’ex-étudiant américain Osler, l’internat, « gloire spéciale de la médecine française », est « le grand prix de la vie de l’étudiant ». L’interne, encore un étudiant, est en même temps déjà un praticien32.

37En 1802, sous le ministère de Chaptal, le Conseil général des hospices, l’ancêtre de l’Assistance publique qui ne voit le jour qu’en 1849, procède à une réorganisation du système hospitalier parisien qui se traduit dans le Règlement général pour le service de santé du 4 ventôse an X (10 février 1802). Ce texte porte création d’un corps d’externes choisis au concours parmi les étudiants en médecine âgés d’au moins 18 ans et d’au plus 24 ans, concours organisé deux fois par an et portant sur les préliminaires de l’art de guérir, les généralités de l’anatomie, de la médecine et de la chirurgie. Au premier concours de 1802, il y a 63 candidats et 24 élus. Un arrêté de 1822 confirme que ce concours est ouvert aux étrangers. Le rôle des externes est de suivre les visites des chefs de service auxquels ils sont attachés, d’assister aux consultations gratuites lorsqu’ils sont désignés pour ce service, de tenir le cahier de visites et d’en faire le relevé sous la responsabilité des internes, de pratiquer des soins élémentaires, de la « chirurgie ministrante » (saignées, établissement des exutoires, pansements ordinaires), selon les termes du Dr Delasiauve en 1843, parfois de partager le service de garde avec les internes. Le titre d’externe ne peut être porté plus de trois ans et, en cas d’échec au concours de l’internat pour la troisième fois, on doit « se retirer des hospices ». Toutefois, certains externes dits « vétérans » sont autorisés par le jury du concours à effectuer une quatrième ou une cinquième année d’externat. En 1865, la limite d’âge pour passer le concours de l’externat est reculée à 28 ans. En 1888, l’accès à ce concours est réorganisé : il faut pour s’y présenter être en possession de quatre inscriptions, donc être en fin de première année de médecine. Pendant leur première année, les externes sont tenus de faire leur service dans les hôpitaux dits « excentriques », par exemple Saint-Antoine, Necker, Beaujon, Saint-Louis, les Enfants Malades ou les Incurables. Ils ne sont en principe pas rémunérés, mais dès 1848, chaque chef de service reçoit une somme de 300 francs à répartir entre ses externes.

38Seuls les externes peuvent se présenter au concours de l’internat. À partir de 1806, le concours de l’externat est fixé en décembre et celui pour l’internat en octobre, les internes reçus entrant en fonction le 1er janvier suivant. Le succès de l’internat oblige par la suite à reculer la date des épreuves et le moment de l’entrée en fonction : après 1902, les épreuves ont lieu le troisième lundi de décembre et l’entrée en fonction le premier mai. Le concours de l’internat est arbitré par un jury, tiré au sort après 1817, de cinq, puis sept médecins des hôpitaux. À la fin du siècle, ce jury est composé de dix membres divisés en deux sections égales, l’une pour la pathologie et l’autre pour l’anatomie. Les épreuves consistent en une dissertation écrite de deux heures sur une question d’anatomie ou de pathologie tirée au sort et en une interrogation orale ouverte au public. Certains externes dits « suppléants » peuvent être désignés par le jury du concours de l’internat pour remplacer des internes défaillants pour cause de décès ou toute autre raison ; ils sont nommés « internes provisoires » jusqu’au prochain concours. C’est d’abord le chef de service qui choisit un remplaçant parmi les externes, mais, à partir de 1819, deux classes d’internes sont instituées, les titulaires et les suppléants ou « provisoires », lesquels peuvent remplir la fonction d’internes provisoires en attendant le prochain concours de l’internat. La durée de l’internat, au départ fixée à deux ans, s’établit rapidement à quatre ans. Les listes d’internes sont dressées en fonction du rang de classement au concours. La vie de l’interne à l’hôpital est fixée dès 1802. Attaché à un chef de service auquel il doit obéissance, il suit sous sa direction les visites des malades et doit assister aux consultations gratuites si on le lui demande. Il rédige les registres d’observation et tient le cahier de visite, peut faire des saignées et des pansements. Et il est astreint à date régulière au tour de garde dans la fameuse salle de garde qui a abondamment nourri la geste carabine. Les internes jouissent d’un traitement annuel et peuvent être logés par l’hôpital : s’ils ne peuvent l’être, ils touchent une indemnité compensatrice. Pendant ses années d’internat, l’étudiant passe ses examens en vue du doctorat, mais ne peut soutenir sa thèse : on ne peut en effet être à la fois docteur et interne, ce qui sera considéré comme une anomalie au début du XXe siècle. Les étudiantes, rappelons-le, sont admises, non sans luttes, à l’externat en janvier 1882 et à l’internat en juillet 1885.

Les résultats scolaires des étrangers et étrangères

39Si la faculté de médecine de Paris délivre un nombre considérable de doctorats, elle n’est par contre pas le meilleur établissement pour devenir officier de santé. En ce qui concerne les doctorats, une période faste est celle d’avant 1840 où l’on voit grimper le nombre de docteurs reçus à Paris de plus d’une centaine en 1805-1809 à plus de 400 en 1835-1839, tandis que les réceptions d’officiers de santé passent d’une soixantaine au début de la Restauration à plus de 80 en moyenne en 1835-1839. Passées les années 1840, le nombre des officiers de santé ne cesse de décliner jusqu’à moins de quatre par an en 1900-1904, alors que les réceptions de docteurs, après un fléchissement jusqu’en 1864, connaissent une croissance régulière, bien qu’elles diminuent dans les premières années du XXe siècle. Le tableau ci-dessous montre la domination de la faculté de Paris en matière de réceptions au doctorat : jusqu’à 1894, de six à huit doctorats sur dix sont conférés à Paris, et encore de 50 % à 55 % avant la Grande Guerre, tandis qu’entre 15 % et 25 % seulement des diplômes d’officier de santé y sont délivrés.

Moyenne décennale sauf 1910-1913

Doctorats France

Doctorats Paris

Diplômes OS France

Diplômes OS Paris

1800-1809

249,2

153

212,8

4

1810-1819

327,7

210,5

309

36,7

1820-1829

386,7

242

279,2

56

1830-1839

542,4

366,6

293,2

74,7

1840-1849

375,3

250

220,9

45

1850-1859

430,6

288

180,1

35,4

1860-1869

422,3

263,1

98,1

12

1870-1879

552,7

450,1

99,2

10,7

1880-1889

612,8

406,8

103,6

9,8

1890-1899

911,9

531,3

76,8

9,8

1900-1909

1065,5

529,1

-

1,8

1910-1913

926,75

455,75

-

-

Tableau 30. – Réceptions des Français et étrangers au doctorat et à l’officiat Paris-France 1800-1913 (moyennes décennales) (sources : E et D XXI et LVII, SES 1865-1868 et 1878-1888, Annuaire statistique de la ville de Paris 1890-1891, E. Charrier, op. cit).

40En dépit d’importantes lacunes, les rapports annuels de la faculté nous offrent des éléments d’information sur les effectifs des étrangers des deux sexes inscrits et les diplômes qu’ils visent à partir des années 1880. En 1886-1887, sur 510 nouveaux inscrits pour le doctorat, on compte 103 étrangers, soit 5 %, dont onze femmes (dix Russes et une Grecque), et sur 72 inscrits pour l’officiat, seulement trois étrangers (deux Américains et un Russe polonais). Le pourcentage d’inscrits étrangers pour le doctorat diminue sensiblement à la fin du siècle : de 21,8 % en 1893-1894, il passe à 15 % en 1897-1898, et seulement à 10,6 % en 1902-1903, mais il se situe à près de 21 % en 1911-1912. Un très petit nombre d’étrangers se contente du titre d’officier de santé : sur 1 066 inscrits en vue d’obtenir ce diplôme entre 1887 et 1895 (en moyenne 133,25 par an), on ne compte que dix-neuf Françaises, vingt-sept étrangers (soit 2,5 %), et aucune étrangère. Après 1895, le nombre des inscriptions d’étrangers n’est pas précisé dans les rapports. Les informations manquent sur les candidats étrangers au diplôme de chirurgien-dentiste.

*Nouveaux inscrits seulement.
Tableau 31. – Nombre d’inscrits pour le doctorat, le diplôme de chirurgien-dentiste et l’officiat 1887-1913 (source : Rapports des années considérées).

41Le nombre de reçus au doctorat ne cesse de croître au XIXe siècle en même temps que les effectifs étudiants : il passe de 150 environ en moyenne dans la décennie 1800-1809 à près de 530 en 1900-1909, avec des pics (578 en 1879) et des creux (329 en 1886). La proportion des reçus par rapport aux inscrits varie elle-même : si l’on compte 37 % de reçus en 1879, cette proportion n’est que de 8,5 % en 1886 ; elle s’établit à près de 11 % en 1892 et à 17 % en 1900.

Tableau 32. – Nombre de reçus aux doctorats d’État et d’université et à l’officiat à Paris 1881-1913 (sources : Rapports des années considérées).

42Combien d’étudiants étrangers ont obtenu le diplôme de docteur d’État ? Notre corpus de docteurs étrangers reçus entre 1807 et 1907, qui souffre de quelques lacunes minimes, comporte 2 926 noms. La croissance de leur nombre est importante au cours du siècle : de 36 reçus dans les années 1807-1810, on passe à 159 entre 1836 et 1840 (soit une moyenne de 32 reçus chaque année) à 186 entre 1876 et 1880 (37,2 en moyenne), à 482 entre 1896 et 1900 (96,4 en moyenne), à 287 entre 1901 et 1905 (57,4 en moyenne). On constate ainsi un fort déclin de leur nombre au tournant du siècle en conséquence de la mise en place des doctorats d’université. Le poids des docteurs étrangers reçus à Paris s’accroît dans les dernières décennies du XIXe siècle : en 1879, 9,3 % des docteurs reçus sont des étrangers, de 1885 à 1892, ils constituent de 11 % à 14 % des reçus et de 1893 à 1898, de 14 à 15 % des reçus. À partir de 1899, leurs performances déclinent : 79 réceptions en 1899, 26 en 1904, 17 en 1911, 13 en 1913, tandis que leur proportion passe de 9 % à 2,5 % des reçus. De 1909 à 1913, le nombre de doctorats d’université passe de 26 à 35, et même à 60 en 1912.

  • 33 Arch. nat., AJ/16/6566.

43Les femmes docteurs développent leurs positions en cette fin de siècle. Sans surprise, on l’a vu, les étrangères l’emportent nettement sur les Françaises, et ce n’est qu’après 1905, grâce à la diminution des réceptions d’étrangers due à la création des doctorats d’université, que la tendance s’inverse. De 1870 à 1920, 232 étrangères – contre 185 Françaises – ont été reçues au doctorat. Avant 1875, trois femmes seulement sont titulaires du doctorat en médecine de la faculté de Paris, deux étrangères et une Française, Elisabeth Garrett, Mary Putnam et Madeleine Brès. En 1876-1877, cinq femmes sont reçues : deux Russes (Mlles Gontcharoffet Ocountoff), deux Anglaises (Mlles Barker et Bovell) et une Allemande (Mlle Dahms). En 1878-1879, alors que la faculté accueille 33 étudiantes, quatre femmes ont quitté la faculté pour les motifs suivants : une est décédée, une a été reçue docteur, Mlle Berdilaski, deux ont abandonné et sont retournées dans leur pays33. À partir de 1880, le nombre des docteures étrangères augmente fortement, de 10 reçues entre 1880 et 1885 à 81 entre 1896 et 1900, pour décliner rapidement avant la Grande Guerre, tandis que les Françaises passent de 5 à 43. Entre 1882 et 1900, les étrangères passent de moins de 1 % des docteurs reçus à 4 %, puis ce pourcentage redescend à nouveau au-dessous de 1 % au début du XXe siècle. Les Françaises pour leur part n’atteignent le 1 % qu’en 1900 et grimpent ensuite jusqu’à 2,5 % des reçus en 1912.

Tableau 33. – Femmes françaises et étrangères reçues au doctorat en médecine à Paris entre 1865 et 1920 (source : E. Charrier, op. cit).

Les officiers de santé

  • 34 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

44Les autres diplômes médicaux attirent moins les femmes et les étrangers. En 1897-1898, on relève l’inscription à l’officiat de quatre étrangers et d’aucune étrangère, et l’année suivante, celle de trois Françaises. Le diplôme d’officier de santé n’est accordé dans l’ensemble des facultés françaises entre 1876 et 1888 qu’à quatre femmes, toutes françaises34, et à la faculté de Paris, entre 1876 et 1903, qu’à dix-sept femmes, dont deux étrangères (une Turque). En 1875-1876, Mlle Davel est la première à obtenir ce diplôme. En 1898, ce titre est encore attribué à Paris à 22 étudiants, tous Français, dont trois femmes, mais en 1905, il ne l’est plus qu’à un Français et l’année suivante à un étranger. Entre 1895 et 1906, seulement trois étrangers l’obtiennent et aucune étrangère. Ce diplôme est attribué pour la dernière fois en 1902-1903.

Les sages-femmes

  • 35 S. Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’hôpital…, 1999, op. cit., p. 140.

45La faculté de médecine confère deux autres types de diplômes : ceux de sage-femme et, à la fin du siècle, celui de chirurgien-dentiste. L’École d’accouchement de Paris, qui accueillait à sa création en 1802 une centaine d’élèves, divise ce nombre par deux sous la Restauration en même temps qu’elle autorise les redoublements. À la Belle Époque, le nombre d’élèves sages-femmes, qui s’est élevé à 210 en 1887 et à 256 en 1893, ne cesse de chuter, d’une moyenne de 107 par an en 1895-1899 à 79,5 en 1910-1912, soit entre 1,6 % et 2,6 % de l’effectif étudiant. Les étrangères sont peu nombreuses : à peine 43 sont reçues entre 1804 et 1879, mais les statistiques sont muettes sur ce point sous la IIIe République35.

Les dentistes

  • 36 Arch. nat., AJ/16/6460, 6461 et 6463.

46La faculté de Paris par contre reçoit de plus en plus de chirurgiens-dentistes. Le pourcentage d’élèves nouveaux se destinant au diplôme de chirurgien-dentiste passe entre 1894 et 1913 de 9 à 12 % de l’effectif de la faculté, à plus de 20 % (21,9 % en 1911). Alors que le nombre de ces élèves passe de 70 en 1894 à 173 en 1911 et à 435 en 1913 – soit de 1,3 % à près de 10 % de l’effectif étudiant –, le nombre de diplômes attribués passe d’une moyenne de 80 en 1895-1899 à 170 en 1910-1913 (+ 112 %). Les étrangers et les étudiantes, surtout françaises, sont intéressés par ce titre : en 1894 et 1895, les nouveaux inscrits pour le diplôme de chirurgien-dentiste sont au nombre de 333, dont 250 Français, 24 Françaises, 50 étrangers et neuf étrangères ; en 1900-1901, sur 56 inscrits à la faculté de médecine, on compte 39 Français (69,6 %), six Françaises (10,7 %), onze étrangers (19,7 %), dont quatre Russes, deux Anglais, un Suisse, un Belge, etc., et aucune étrangère. Dix ans après, les Français constituent 79 % de l’effectif qui est de 214 inscrits, les Françaises 7 %, les étrangers 11,7 % et les étrangères 2,3 %. Pendant la Grande Guerre, sur un effectif de 90 personnes, les Françaises dépassent leurs camarades hommes (46,6 % contre 42,2 %) et les étrangères (cinq Russes, une Anglaise et une Turque) l’emportent sur les étrangers (7,7 % contre 3,3 %)36.

Total

Dont femmes

Dont étrangers

Dont étrangères

1894-1895

21

10

15

3

1895-1896

108

10

1

1896-1897

66

5

21

2

1897-1898

51

3

11

1

1898-1899

68

6

1

1899-1900

74

8

13

2

1900-1901

84

9

7

4

1901-1902

78

9

1

1902-1903

112

8

17

1

1903-1904

118

15

16

2

1904-1905

124

23

4

1905-1906

115

14

2

1906-1907

166

23

17

5

1907-1908

168

22

1

1908-1909

185

31

28

6

1909-1910

135

23

5

1910-1911

214

31

5

1911-1912

210

26

29

4

1912-1913

120

9

10

-

Tableau 34. – Nombre de reçus au diplôme de chirurgien-dentiste 1894-1913 (sources : Rapports des années considérées).

47En 1896-1897, sur 66 élèves reçus chirurgiens dentistes, on relève trois Françaises, 19 étrangers et deux étrangères. De 1894 à 1913, en moyenne, 17 à 18 étrangers hommes décrochent chaque année ce titre, soit entre 6,5 % et près de 30 % (en 1897) des reçus. Peu de femmes, par contre, obtiennent ce titre : à peine 2,5 étrangères et douze Françaises par an en moyenne ; 308 femmes obtiennent ce diplôme entre 1894 et 1919, soit une douzaine chaque année.

Les diplômés des instituts spécialisés

  • 37 Arch. nat., AJ/16/6498.

48Les étrangers, tous des hommes, s’intéressent aussi aux diplômes conférés par deux instituts spécialisés destinés à des médecins en exercice ou aux étudiants pourvus d’au moins seize inscriptions : entre 1903 et 1912, environ 250 diplômes de médecine coloniale et 84 de médecine légale et psychiatrique ont été conférés. L’Institut de médecine coloniale accueille neuf élèves à ses débuts en 1902-1903, 25 en 1903-1904, tous docteurs en médecine, dont dix étrangers, et le nombre des élèves passe à 34 en 1906-1907, dont 18 étrangers, et à 29 l’année suivante. De 24 reçus au diplôme de médecine coloniale en 1904, parmi lesquels on compte sept étrangers, on passe à 32 en 1907, à 27 en 1908 dont quatorze Français, dix originaires d’Amérique latine, un d’Asie, un Égyptien et un Turc, et à 24 en 1909. L’Institut de médecine légale et psychiatrique pour sa part accueille vingt-deux élèves et délivre quinze diplômes lors de son ouverture en 1903-1904, dont cinq à des étrangers. L’année suivante, il n’a que huit élèves, dont deux étrangers, et tous sont reçus. En 1907-1908, on compte 25 auditeurs et douze sont reçus dont un seul étranger, un Turc, et en 1908-1909 on ne compte que neuf reçus37. En 1909-1910, dix étrangers ont suivi les cours de médecine coloniale et ceux de médecine légale.

L’externat et l’internat

  • 38 L’Internat en médecine… Centenaire de l’internat 1802-1902…, Paris, 1903.
  • 39 C. Schultze, La femme médecin au XIXe siècle, Paris, 1888.

49De nombreux étudiants étrangers postulent à l’externat. Il est vrai que ce n’est pas un concours très difficile, puisque près de deux candidats sur trois y accèdent. En 1839, par exemple, on compte 160 reçus sur 217 candidats, soit 74 %, alors que l’on reçoit cette année moins de 40 internes. Quant à l’internat, il connaît malgré sa difficulté une progression sensible de ses élus : en 1802, pour un effectif théorique de 150, il n’y a que vingt-quatre admis au concours, en 1803, ils ne sont que quatorze, mais ce chiffre monte à 18 en 1812, à 39 en 1850, à 60 en 1899, à 70 en 1903. Ce qui ne signifie pas concours plus facile, le nombre de candidats croissant plus vite que celui des reçus : de 64 au premier concours de 1802, on passe à 46 en 1804, à 117 en 1819, à 403 en 1890, à 571 en 1901, soit une multiplication par 24,2 en un siècle. Dans la seule décennie 1890, on passe d’un reçu pour huit candidats en 1889 à un pour 9,4 en 1901. Durant le siècle, 3 357 internes des hôpitaux de Paris auront été reçus, dont 191 étrangers (5,7 %), pour les trois quarts Européens38. Enfin, l’externat et l’internat féminins restent exceptionnels avant 1920 : entre 1883 et 1888, on ne compte que deux à trois femmes externes par an39. En 1904, on ne relève que neuf femmes dans la liste des externes, dont trois Russes, et aucune femme parmi les internes. Entre 1887 et 1920, l’internat n’accueille que 26 femmes, dont 18 ont réussi le concours entre 1906 et 1914. Par contre, l’internat des femmes se développe entre les deux guerres : 63 étudiantes y sont admises entre 1921 et 1930. Dans notre corpus de docteures 1870-1907, on relève les noms de 69 externes (23 % du corpus) et de sept internes seulement, dont quatre des hôpitaux de Paris, une des hôpitaux d‘Alger, une de l’hôpital de Berck sur Mer et une des hôpitaux de Rouen.

Les sans-grade

50Ajoutons qu’un nombre non négligeable d’étrangers, en particulier des docteurs et des sages-femmes diplômés à l’étranger, ne postulent aucun grade et se font immatriculer uniquement dans le but de suivre les cours de perfectionnement et d’avoir accès aux laboratoires et aux travaux pratiques : 444 sont dans ce cas en 1909, soit 12 % de l’effectif de la faculté, 286 en 1911, soit 7 % de l’effectif.

Les études de pharmacie

51À l’instar de la médecine, coexistent deux types de pharmaciens, qui seront appelés ultérieurement de première et de seconde classe. La loi du 21 germinal an XI (11 avril 1803) institue en effet deux voies d’accès à la profession, qui ne sont toutefois pas distinguées au départ par l’exigence du baccalauréat. Les examens et la réception sont accomplis, soit à l’École de pharmacie, et l’on est dès lors habilité à exercer sur tout le territoire (c’est la future première classe), soit devant un jury départemental, et l’exercice du métier est limité au département de réception (c’est la seconde classe).

52À partir de 1803, les études pharmaceutiques sont divisées en deux périodes : d’abord un stage en officine de trois ans accompli dès l’âge de 16 ans auprès d’un pharmacien agréé, stage qui dure huit ans pour la seconde classe ; puis une scolarité de trois ans à l’École de pharmacie. Le certificat d’étude pour la deuxième classe est délivré par une École supérieure ou par une École préparatoire. Les candidats au diplôme de pharmacien doivent justifier de connaissances en latin et ne peuvent subir leurs examens qu’à 25 ans révolus, sauf dispense. Le décret du 14 juillet 1875 aligne le cursus de la seconde classe sur celui de la première : trois ans de stage et trois ans d’études en école supérieure ou préparatoire, sanctionnés par les mêmes examens que pour la première classe. Le décret du 26 juillet 1885, qui unifie les études et les examens des deux classes, autorise la conversion d’inscriptions pour la deuxième classe en inscriptions pour la première à condition de posséder le baccalauréat et d’acquitter les droits afférents à la première classe. La loi de 1898 supprime la seconde classe et un décret du 24 novembre 1911 précise que ce titre cessera d’être délivré à compter du 1er novembre 1917. La loi de 1898 permet aux pharmaciens de 2e classe d’obtenir le diplôme de 1re classe en ne subissant que le dernier examen probatoire : cette possibilité accroît les effectifs de la 1e classe : 18 pharmaciens de 2e classe convertissent leur titre en diplôme de 1e classe en 1910-1911 et 13 l’année suivante.

53Des innovations pédagogiques sont introduites dès le milieu du siècle, et notamment les travaux pratiques en 1854. Le décret du 1er juillet 1878 crée le diplôme supérieur de pharmacien de première classe, qui est équivalent au doctorat ès sciences physiques ou naturelles, et un diplôme purement académique de pharmacien de l’université de Paris est créé en 1901 à l’intention des étrangers qui ne désirent pas exercer en France : ce diplôme, qui est réservé aux titulaires du diplôme de première classe et aux étrangers justifiant de deux certificats d’études (pharmacie chimique et toxicologie ; pharmacie galénique et matière médicale), est attribué après un an de scolarité et la soutenance d’une thèse exposant des recherches personnelles. Enfin, la profonde réforme introduite par le décret du 26 juillet 1909 fait passer le nombre d’années de scolarité de six à cinq : une année de stage officinal et quatre ans d’école supérieure.

Le stage officinal

54Ce qui fait l’originalité de ces études, c’est qu’elles débutent par un stage de trois ans en officine avant les trois ans d’études à l’École de pharmacie ou consistent seulement en un stage de six ans à Paris ou en province. Pour y accéder, il faut avoir atteint seize ans, être accepté par un pharmacien légalement établi et s’inscrire, soit dans une École supérieure ou secondaire, soit au greffe du tribunal, puis de la justice de paix du canton. Cette inscription est à renouveler chaque année. Jusqu’en 1878, la fin du stage n’est sanctionnée que par un certificat d’assiduité délivré par le pharmacien. Le décret du 31 août de cette année instaure pour les deux classes un examen de validation du stage devant un jury composé de deux pharmaciens et d’un professeur ou d’un agrégé d’École supérieure de pharmacie qui le préside. Le décret du 31 décembre 1893 autorise les femmes à se présenter au stage officinal. Après la loi de 1898 qui supprime la deuxième classe (ce titre cesse d’être délivré à compter du 1er novembre 1917), un débat s’engage sur l’utilité du stage et sa place dans le cursus, certains voulant le placer après la scolarité. Le décret du 26 juillet 1909 réduit à un an le stage, mais le maintient avant la scolarité, et innove en introduisant le cahier de stage que doit tenir l’élève, où il consigne les manipulations et préparations officinales auxquelles il a participé. L’examen de validation de stage est maintenu en l’état.

55Si les élèves étrangers de l’École de pharmacie ne peuvent pas faire état en s’inscrivant d’une pratique officinale dans leur pays ou se faire délivrer un certificat par un pharmacien, comme c’est le cas des élèves nés dans les départements annexés par l’Empire, dont l’un a exercé pendant 25 ans à Gand et l’autre a été pharmacien des armées napoléoniennes, ils doivent venir en France suivre leurs trois ans de stage, ce qui représente un obstacle considérable à leurs études en France. Non seulement, cela augmente la durée de leur séjour en France, mais ils doivent en outre bénéficier d’appuis locaux susceptibles de faciliter leur inscription chez un pharmacien, souvent des compatriotes. Les élèves étrangers reçus pharmaciens à Paris dont nous avons étudié le dossier ont pour la plupart obtenu des dérogations ou connu des trajectoires diverses passant notamment par des écoles de pharmacie et/ou de médecine étrangères : Guillaume Dirette, né en 1814 et reçu en 1845, a été dispensé de justifier de huit ans de stage en tant que pharmacien belge diplômé de Liège ; Claude Philibert Saluce, citoyen savoyard né en 1807 et reçu pharmacien lui aussi en 1845, a fait ses stages à Chambéry, puis à Paris ; Georges Della Sudda, né à Constantinople en 1831, a bénéficié des faveurs accordées par le gouvernement français aux sujets de l’Empire ottoman : il a obtenu le baccalauréat ès sciences à Paris en 1853 après quatre ans d’études à l’École impériale de médecine et de pharmacie de Constantinople, mais a dû faire deux ans de stage en 1853 et 1854 à Paris ; inscrit à l’École de pharmacie en 1854, il a été reçu en 1855 à l’âge de 24 ans ; son compatriote Michel Lamprinos, né en 1831 à Janina dans l’Épire grecque, est reçu bachelier à Athènes en 1850, étudie à l’École de médecine de cette ville en 1851, puis accomplit ses stages à Athènes de 1849 à 1853, à Marseille d’octobre 1854 à janvier 1857, à Paris de janvier 1857 à février 1859, avant de suivre les cours de l’École de Paris en 1859-1860 et d’être reçu en 1860. Quand le baccalauréat est imposé aux élèves pharmaciens de 1re classe en 1854, les candidats à l’inscription à l’École de pharmacie doivent, comme leurs camarades étudiants en médecine, obtenir l’équivalence ou la dispense du baccalauréat, mais ne sont pas dispensés du stage officinal : Flavio Antonio Santos, né en 1844 à Champoto en Équateur et reçu à Paris en 1870, obtient sa dispense en 1869, mais a accompli quatre années de stage à Montevideo de 1861 à 1865 ; Camille Schneider, un Bavarois né en 1850, est bachelier ès sciences, mais a accompli ses trois années de stage (Lyon 1869-1870, Nancy et Plombières 1871) avant de suivre pendant deux ans les cours de l’École de Paris de 1873 à 1875, année de sa réception ; quant à Headeby Noah Backhouse, natif d’York (Angleterre) en 1841 et reçu en 1880, il a été dispensé des études parisiennes en tant que pharmacien de l’École supérieure de Londres. Joseph Khouri, né en 1874 à Alexandrie (Égypte), ancien élève de l’université jésuite de Beyrouth, obtient en 1892 l’équivalence de l’examen de l’enseignement secondaire spécial, en 1895 la dispense de l’examen de validation de stage, la dispense de dix inscriptions, ce qui réduit à un an (1894-1895) sa scolarité à l’École de Montpellier ; il est reçu à Paris pharmacien de 1re classe en 1895 et ouvre sa pharmacie à Alexandrie en 1896. Un cas particulier est celui de Raymond Pierre Mallet, né en 1859 à Port-Louis (île Maurice, colonie anglaise), dont les parents, peut-être français, habitent à Paris en 1882, et qui est un « candidat de marine » : il passe en 1879 son baccalauréat ès sciences à Bordeaux en 1879 et est élève de l’École de médecine et de pharmacie de Rochefort de novembre 1879 à novembre 1882, ce qui le dispense de prendre ses douze inscriptions à l’École de Paris, où il est reçu dans la 1re classe en 1890.

56Les candidats à la seconde classe ne sont tenus qu’à produire le certificat de grammaire, mais ils sont astreints au stage : le Haïtien de Saint-Thomas Laurent Bergeaud, né en 1856, effectue trois ans de stage à Paris entre 1878 et 1881 avant de faire ses trois ans d’école et d’être reçu pharmacien de 2e classe en 1885 ; par contre Svetislav Karitch, un Serbe de Schabatz né en 1862, est dispensé du certificat de grammaire et de validation du stage en 1886 pour avoir travaillé pendant trois ans de stage dans sa ville natale et avoir été élève du gymnase de Pozarevatz ; il est reçu dans la seconde classe en 1890. César Drocco, né en 1864 à Druent (Italie), passe par la province avant de devenir en 1895 pharmacien de 2e classe à Paris : avec un certificat d’études à Chambéry en 1889 et un examen de validation de stage à Dijon en novembre 1890, il prend une inscription à l’École préparatoire de Dijon et onze inscriptions à l’École de pharmacie de Montpellier, est reçu pharmacien de 2e classe pour le département de l’Hérault en juillet 1893 et pharmacien de 2e classe à l’École supérieure de Paris en 1895. Mlle Diamant-Berger, née à Bucarest (Roumanie) en 1873, est dispensée du certificat d’études en 1894 et ne fait que deux ans de stage à Paris avant de suivre les cours de l’École de pharmacie de Paris de novembre 1897 à juillet 1899 ; elle est reçue dans la 2e classe en 1900.

57Le décret du 26 juillet 1909, qui entre en vigueur au 1er novembre 1911, transforme considérablement ces études, en même temps que sont modifiées les études médicales : ce texte réduit d’une année le cursus pharmaceutique en instaurant quatre ans de scolarité après un stage officinal d’une seule année. Comme en médecine, l’esprit de compétition entre élèves est aiguisé par la création en 1840 dans chaque École supérieure d’une École pratique placée sous la direction d’un des professeurs et ouverte au concours après la troisième inscription.

Les herboristes

58Au-dessous des pharmaciens de chaque classe, il existe la catégorie très controversée des herboristes au sein de laquelle le règlement du 25 thermidor an XI (13 août 1803) distingue deux classes : ceux qui sont reçus devant une École de pharmacie et ceux qui sont agréés par un jury départemental, mais aucun certificat n’est exigé de ces derniers pour s’inscrire. Il leur est délivré un certificat d’aptitude à la profession. Comme pour les pharmaciens, c’est le décret du 22 août 1854 qui officialise l’existence de deux classes d’herboristes : le certificat de première classe est accordé exclusivement par une École supérieure de pharmacie tandis que celui de deuxième classe, qui est conféré par une École supérieure ou préparatoire après un examen professionnel, ne permet d’exercer que dans le département de réception. Ce n’est qu’en 1879 qu’un arrêté stipule que les candidats herboristes de première classe doivent réussir un examen probatoire d’orthographe, de lecture et de mathématiques élémentaires, le même que celui des futures élèves sages-femmes. Malgré les plaintes répétées de la profession et des professeurs à l’encontre du faible niveau des candidats herboristes, il faut attendre un arrêté du 13 janvier 1911 pour que soit exigé des futurs herboristes de première classe le certificat d’études primaires. En dépit des vives campagnes des étudiants et des pharmaciens en faveur de l’abolition du métier d’herboriste, le diplôme perdure jusqu’après la Grande Guerre.

L’internat en pharmacie

59Les internes en pharmacie entrent en fonction au début du mois de juillet et sont nommés pour quatre ans. Ils sont logés par l’établissement, ou à défaut perçoivent une indemnité de 600 francs ; ils sont nourris pendant leur service ; ceux qui sont affectés à un établissement « excentrique » touchent une indemnité de transport de 300 francs par an. Vers 1880, le traitement est de 600 francs en première année, 700 en deuxième année, 800 en troisième, 1 000 en quatrième, 1 100 en cinquième et 1 200 en sixième année. Comme leurs camarades de médecine, ils connaissent les joies du tour de garde de 24 heures et de la salle de garde. Leur tâche consiste à suivre les visites des médecins ou chirurgiens auxquels ils sont attachés, de tenir le double du cahier de visite, d’aider le pharmacien dans la préparation des médicaments ; ils ne sont toutefois pas autorisés à distribuer les médicaments et préparations dangereux. À la fin du siècle, leur fonction se transforme en raison des progrès dans les domaines de la bactériologie, de la chimie et de la biologie : des arrêtés de 1898 et de 1912 leur permettent de prendre leur part dans les analyses cliniques.

Les performances des étrangers et des étudiantes

60À l’inverse de ce que l’on a observé pour l’officiat, les étudiants en pharmacie étrangers préfèrent le diplôme le plus facile, c’est-à-dire la seconde classe, moins coûteuse et non soumise à l’exigence du baccalauréat, au point que les autorités de la IIIe République naissante s’inquiètent des mesures à prendre pour encourager le développement de la première classe. Nous ne possédons malheureusement pas de séries statistiques complètes sur les réceptions dans chacune des deux classes. Comme pour la médecine et le droit, le nombre de réceptions à la première classe à Paris ne cesse de croître jusqu’en 1844, passant de 27 en 1805 à une moyenne de 141,4 en 1840-1844. Après quoi, les réceptions connaissent des hauts et des bas : 45,4 en moyenne en 1860-1864, 82,4 en 1875-1879, 55 en 1880-1884, 180,6 en 1895-1899. Le record s’établit à 205 en 1899, avant que ce nombre décline juste avant la Grande Guerre, parallèlement aux effectifs étudiants. Quant aux candidats herboristes, ils sont peu nombreux : 114 en 1890-1891, 73 l’année suivante.

  • 40 SES 1889-1899.

61Les étrangers, peu nombreux à l’École de Paris, ne concurrencent guère les Français. Entre 1888-1889 et 1897-1898, seulement vingt sont reçus pharmaciens de 1re classe et treize, pharmaciens de 2e classe40. En 1890-1891 par exemple, l’école reçoit un seul étranger comme pharmacien de 1re classe et trois dans la 2e classe. De 1909 à 1913, alors qu’on en compte environ seize par an, ils ne décrochent que trois diplômes de pharmacien (deux hommes et une femme) et huit d’herboriste (un homme et sept femmes).

  • 41 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.
  • 42 Arch. nat., AJ/16/2344.
  • 43 SES 1889-1899.

62Nous sommes plus renseignés sur les performances féminines. La première femme reçue pharmacienne est Mlle Doumergue, à Montpellier en 1869. Les femmes préfèrent la seconde classe ou le diplôme d’herboriste, plus aisés à obtenir : entre 1876 et 1888, on ne compte qu’une pharmacienne de seconde classe, une Française41. En 1901-1902, sur trente Françaises, les deux tiers (23) sont inscrites en seconde classe, et sur 93 aspirants au titre d’herboriste, 73 sont des femmes (78,5 %). En 1901-1902, sur 84 inscrits pour le certificat d’herboriste des deux classes, on ne compte que 18 Français (21,5 % de l’effectif) pour 66 Françaises (78,5 %). En 1909-1910, les proportions sont presque identiques : Français, 23 %, Françaises, 73,4 %, auxquels s’ajoutent trois étrangers (deux Allemands et un Russe) et une étrangère belge42. À l’École de Paris, sept diplômes de pharmacien sont délivrés à des femmes à l’École de Paris entre 1876 et 1901, dont quatre de première classe et trois de seconde classe. Entre 1888-1889 et 1897-1898, une seule femme, une étrangère, est reçue à la première classe et deux, toutes deux Françaises, à la seconde classe43. 37 femmes seulement obtiennent le diplôme de pharmacien de 1re classe entre 1897 et 1920 et 16 celui de 2e classe, supprimé par la loi du 19 avril 1898.

63Peu de femmes accèdent à l’internat en pharmacie, la première étant Thérèse Arviset, qui sort 3e du concours sur 50 en 1901, suivie de Marcelle Lambert en 1905 et de Marguerite Charles en 1908, trois Françaises. Quant au diplôme de pharmacien de l’université de Paris, il n’est attribué entre 1907 et 1920 qu’à quatre femmes (trois Françaises et une étrangère).

Les études de lettres et de sciences

  • 44 C. Seignobos, Le régime de l’enseignement supérieur des lettres, Paris, Imprimerie Nationale, 1904 (...)

64Pendant les trois quarts du XIXe siècle, les seules facultés professionnelles, c’est-à-dire recevant de « vrais » étudiants, qui suivent des cours en vue de passer des examens et de décrocher un titre monnayable sur le marché du travail, sont les facultés de droit et de médecine et l’École supérieure de pharmacie. Les facultés de lettres et de sciences ne sont, jusqu’à l’instauration des bourses de licence en 1877 et des bourses d’agrégation en 1880, que des « collèges supérieurs sans étudiants », des « bureaux d’examen pour les études secondaires », selon les termes de Charles Seignobos44, uniquement voués à la collation des trois grades traditionnels : baccalauréat, licence et doctorat. Ces établissements sont surtout destinés à offrir des jurys d’examen, notamment pour le baccalauréat, et ce n’est qu’à Paris que le niveau du corps enseignant est relativement élevé. Les réformes de la IIIe République ont pour effet de fournir à ces établissements un vrai public étudiant tenu à l’assiduité et de distendre réellement leurs liens avec l’enseignement secondaire. Le décret du 5 novembre 1877 qui crée les bourses de licence permet aussi l’instauration d’un corps de maîtres de conférences sur le modèle allemand des Privat-Dozent, chargés de diriger les exercices pratiques dans des conférences de licence ou d’agrégation. Des cours fermés sont mis en place à côté des conférences mondaines ouvertes au grand public et les diplômes sont réformés.

Les enseignements littéraires

  • 45 L. Liard, Universités, 1890, op. cit., p. 85.
  • 46 V. Karady, « Lettres et sciences : effets de structure dans la sélection et la carrière des profes (...)
  • 47 C. Jolly, « La Thèse de lettres aux XIXe et XXe siècles : les principaux textes législatifs et rég (...)

65Jusqu’en 1880, la licence ès lettres reste un examen léger, une sorte de baccalauréat supérieur consistant en une composition en français et en latin sur un sujet donné, et ce titre n’intéresse que quelques professeurs, maîtres répétiteurs ou maîtres d’études de l’enseignement secondaire qui ne suivent pas les cours. L’arrêté du 17 juillet 1840, qui codifie les grades et les études de lettres et de sciences, précise que les candidats à la licence sont tenus de prendre des inscriptions pour deux cours au moins pendant un an. L’examen comporte deux types d’épreuves, écrites (dissertations latine et française, vers latins, thème grec) et orales (explication d’auteurs grecs, latins et français). Comme l’a écrit Louis Liard, « la licence ès lettres ne prouvait pas la science ni les connaissances professionnelles du candidat45 ». Quant au doctorat, il n’est, selon Victor Karady, qu’un « rite de passage n’exigeant pratiquement pas d’effort scientifique ». Il suppose la possession de la licence et s’obtient après avoir soutenu deux thèses de maigre dimension approuvées au préalable par le doyen, l’une en français, l’autre en latin46. Ces thèses, qui sont soutenues en latin jusqu’à l’arrêté du 17 juin 1840, se réduisent à un exercice formel sans prétention scientifique ni originalité47.

  • 48 Rapport pour 1884-1885 et 1903-1904.
  • 49 E et D, no X, 1884.

66Les réformes de la IIIe République passent par la rénovation des diplômes, notamment la licence, qui est le plus recherché. Le décret du 25 décembre 1880 sur la licence ès lettres est important à cet égard, puisqu’il est destiné à faire une part plus grande à l’histoire et à la philosophie par rapport aux lettres pures jusque-là privilégiées et à faire de la licence l’antichambre du doctorat autant, sinon plus, que le titre-clé de l’enseignement secondaire. Ce texte innove en distinguant, à l’écrit comme à l’oral, des épreuves communes et des épreuves spéciales : les premières consistent en une composition écrite en français et une autre en latin, et à l’oral en une explication de trois auteurs, grec, latin et français ; les épreuves spéciales portent au choix, sur les lettres, la philosophie ou l’histoire et comportent des compositions ou des interrogations spécifiques. Le décret du 28 juillet 1885 institue un quatrième type d’épreuves spéciales au profit des langues vivantes et celui du 31 décembre 1894, inspiré par la volonté de développer l’esprit de recherche individuelle chez les étudiants, offre la possibilité de remplacer l’une des compositions écrites obligatoires par un travail sur un thème agréé par la faculté ; pour l’histoire et la philosophie, les candidats ont la faculté de choisir une épreuve parmi les enseignements d’une autre faculté (droit, sciences ou médecine). Dans les dernières années du siècle, la licence ès lettres fait l’objet de vives critiques répercutées par les doyens dans les Rapports pour 1884-1885 et 1903-1904 : ce diplôme trop facile a perdu tout prestige auprès des étrangers qui le boudent et il encourage un encombrement de la carrière professorale ; les licences ès lettres comme ès sciences « sont à la portée du simple candidat, voire du candidat voyageur qui traverse toute la France pour trouver la série faible et l’examinateur qu’il croit indulgent » ; l’épreuve de composition, typiquement française, est à la portée du moindre élève de l’enseignement secondaire, et « les candidats les plus faibles sont aussi parfaitement diplômés que les plus forts48 ». Une étude menée en 1883-1884 dans les facultés des lettres et des sciences montre que les études de grammaire ont la préférence des étudiants français alors que les étrangers privilégient celles de langues : 264 étudiants sont inscrits en licence de grammaire et 40 à l’agrégation de grammaire contre 115 en histoire (44 à l’agrégation) et 62 en philosophie (27 à l’agrégation) ; 57 sont inscrits au certificat d’allemand (29 à l’agrégation) et 34 au certificat d’anglais (20 à l’agrégation). On relève cette année-là la présence de 53 étrangers dont 43 Allemands, quatre Grecs, deux Hongrois, un Russe et un Américain, et de 43 étudiantes dont trois inscrites en grammaire, six en histoire, 21 en allemand et treize en anglais49. Le décret du 8 juillet 1907, qui substitue à la licence unique quatre licences distinctes (philosophie ; histoire et géographie ; langues et littératures classiques ; langues et littératures vivantes), vise à créer une licence qui soit « exclusivement de l’ordre de l’enseignement supérieur » en supprimant les épreuves communes jugées comme relevant par trop de la classe de rhétorique. Ce n’est qu’en 1922 que la licence ès lettres est alignée sur le système des certificats d’études supérieures propre à la licence ès sciences, ce qui permet l’accès des facultés de lettres aux non-latinistes, et notamment aux jeunes filles et aux étrangers.

  • 50 C.-F. Bompaire-Evesque, Un débat sur l’Université au temps de la Troisième République : la lutte c (...)
  • 51 O. Gréard, Éducation…, op. cit., 1889, p. 67.

67Le décret du 5 novembre 1877 ouvre la voie au séminaire par petits groupes à l’allemande, au souci de la science et de la méthode historique, au recours à l’érudition comme principe de la recherche, toutes innovations qui nourriront les polémiques sur la « Nouvelle Sorbonne » des années 1910-191150. Dès 1880, sous l’empire du fameux modèle allemand, l’innovation pédagogique est à l’ordre du jour. Des cours complémentaires sur les matières non traitées par les titulaires de chaire sont mis en place. En 1881, on compte à Paris onze conférences préparatoires à la licence et à l’agrégation en sciences, avec 495 auditeurs et dix en lettres avec 330 auditeurs51.

La thèse de lettres

  • 52 J. Condamin, Le Centenaire du doctorat ès lettres (1810-1910). Étude d’histoire universitaire, Par (...)
  • 53 C. Jolly, « La Thèse… », 1993, op. cit., p. 113-176.

68Pendant le premier tiers du siècle, la thèse de lettres est un petit travail d’à peine quinze à vingt pages publié en format in-4° ; après 1830, elle grossit et le format in-8° devient la règle52. Ce n’est qu’au tournant du XXe siècle qu’elle connaît une profonde transformation grâce au décret du 28 juillet 1903 qui supprime la thèse secondaire en latin et la remplace, au nom de l’idéal scientifique dominant, par « un mémoire ou un travail critique rédigé, soit en français, soit dans l’une des langues anciennes ou modernes enseignées à la Faculté ». Cette mesure élève le niveau scientifique des thèses autant que leur volume, croissant depuis les années 188053.

Le diplôme d’études supérieures et les salles d’études en lettres

  • 54 C. Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 50-51.

69En 1886 apparaît un nouveau diplôme qui se place après la licence et qui est exigé pour se présenter aux concours d’agrégation, le diplôme d’études supérieures (DES). Il s’adresse aux bacheliers ou aux titulaires d’un titre équivalent ayant accompli deux ans de scolarité. Destiné à initier et inciter à la recherche, ce diplôme est rendu obligatoire en histoire-géographie en 1894, en philosophie, en langues anciennes et en langues et littératures vivantes en 1904. Le DES est sanctionné par la soutenance d’un mémoire de recherche. Au début du XXe siècle, des salles d’études spéciales et des cabinets de travail pour les discussions en petits groupes sont institués à la faculté des lettres. Quant aux instituts de lettres, ils ne voient le jour que peu avant la Grande Guerre, et surtout après (Institut de géographie de la rue Saint-Jacques en 1910, Institut d’études slaves en 1919, Institut d’ethnologie en 1925, Institut d’études hispaniques en 1929)54. Par ailleurs, des leçons de langues vivantes sont données par des lecteurs étrangers.

Les études scientifiques

70À l’inverse des études littéraires, la licence et le doctorat ès sciences supposent une progression dans les connaissances puisqu’ils portent sur des matières non enseignées au lycée (statistique, calcul différentiel et intégral, mécanique, astronomie, physique et chimie, sciences naturelles), mais la concurrence des grandes écoles ne contribue pas à en élever le niveau ni d’ailleurs le nombre de concurrents.

71À la faculté des sciences, la licence s’obtient au terme d’une année d’étude et fait l’objet de trois types d’épreuves, écrites, pratiques et orales, ces dernières se passant en public devant un jury de trois professeurs ou agrégés. À l’image de l’agrégation qui, en 1885, est séparée en trois spécialités – sciences mathématiques, physiques, naturelles –, le décret du 28 juillet 1885 crée trois licences dans chacune de ces disciplines comportant des épreuves écrites, pratiques et orales distinctes. Dix ans après, la licence ès sciences s’obtient en capitalisant un certain nombre de certificats d’études supérieures (CES), dont le contenu reflète la diversification des champs scientifiques enseignés à la faculté, système qui sera adopté plus tard en lettres. Le décret du 22 janvier 1896 qui les institue précise que le diplôme de licencié ès sciences est accordé à tout étudiant qui justifie de trois de ces certificats. Une circulaire de 1899 précise que les étudiants étrangers licenciés ès sciences et titulaires de quatre certificats d’études supérieures peuvent s’inscrire en faculté de médecine pour préparer le doctorat, sauf s’ils ont été dispensés du baccalauréat. Les examens en vue de les obtenir consistent en trois épreuves, écrite, pratique et orale, les deux premières étant éliminatoires.

La thèse de sciences

  • 55 N. Hulin, « Les Doctorats dans les disciplines scientifiques au XIXe siècle », Revue d’histoire de (...)
  • 56 R. Dongier, La Faculté des sciences de Paris, Paris, La Revue Encyclopédique, 1900, 22 p.

72La création des CES a pour conséquence de transformer le doctorat ès sciences, qui est déjà divisé en trois spécialités depuis un règlement du 8 juin 1848. Ce titre s’obtient d’abord par le soutien d’une thèse portant sur deux sujets au choix du candidat, sur la mécanique, l’astronomie, la physique-chimie ou les sciences naturelles. Comme en lettres, la longueur des thèses s’accroît dès les années 1870, en même temps que diminue l’âge des impétrants55. Par décret du 16 janvier 1898, des certificats particuliers sont exigés des candidats à chaque doctorat : pour celui de sciences mathématiques, les CES de calcul différentiel et intégral, de mécanique rationnelle et un troisième au choix du candidat ; pour les sciences physiques, ceux de physique générale et de chimie générale et un troisième librement choisi ; pour les sciences naturelles, ceux de zoologie ou physiologie, botanique, géologie ou minéralogie. Les jurys de doctorat peuvent s’ouvrir après 1908 à des juges non-docteurs. Par ailleurs, la thèse unique se substitue aux deux thèses à partir de 1871. La fin du siècle voit aussi les facultés des sciences se doter de nombreux laboratoires (38 en 1900, dont 19 à la Sorbonne) et d’une timide ouverture au travail en groupe sous la forme de cinq salles de travail, mais le cours magistral reste la règle56.

73Ajoutons pour être complet que la liste des examens préparés en faculté des sciences s’enrichit en 1893 du certificat d’études physiques, chimiques et naturelles (le PCN), qui constitue la première année des études médicales et que peuvent présenter aussi des étudiants en sciences et des non-bacheliers, titulaires du brevet supérieur ou du certificat d’études. On n’aura garde d’oublier que les facultés, concurremment à l’École normale, ont la tâche importante de préparer aux concours d’agrégation de l’enseignement secondaire, institution de l’Ancien Régime recréée en 1810, mais mise en place effectivement par le règlement du 6 février 1821 et longtemps quasi monopolisée par les normaliens, même si, jusqu’en 1881, le concours s’adresse à la fois aux élèves de l’École normale et à certaines catégories de professeurs de l’enseignement secondaire. Les étrangers ne sont cependant pas admis aux concours de l’agrégation.

Les sciences appliquées

  • 57 R. Fox, « L’attitude des professeurs des facultés des sciences face à l’industrialisation de la Fr (...)
  • 58 Y. Bettahar, F. Birck (dir.), Étudiants étrangers en France. L’émergence de nouveaux pôles d’attra (...)
  • 59 Sur le cas grec, voir N. Manitakis, L’essor de la mobilité…, op. cit., p. 353-359.
  • 60 Y. Bettahar, F. Birck (dir.), Étudiants étrangers…, op. cit.
  • 61 H. W. Paul, ibid., p. 159-160.

74En quête de débouchés autres que l’enseignement pour leurs élèves et de nouvelles ressources financières, les facultés des sciences sont marquées entre 1880 et 1914 par une « explosion des sciences appliquées57 », qui se traduit par la création, dans le sillage de la loi de 1880 sur la liberté de l’enseignement supérieur, d’instituts spécialisés dans l’enseignement et la recherche financés surtout par les conseils généraux, les villes et les industriels. Ces nouvelles filières répondent aux besoins des fractions économiques des classes dirigeantes et des élites industrielles en quête de formations technologiques pour leur progéniture, mais aussi aux demandes des jeunes non-bacheliers. D’abord voués à former de simples techniciens, ces instituts ont tendance à se hisser jusqu’au niveau des ingénieurs, au point qu’en 1913, ils formeraient presque autant d’ingénieurs que les grandes écoles. Ce mouvement, encouragé par l’autonomie relative donnée aux universités en 1896, mais aussi par la faculté accordée par le décret du 21 juillet 1897 de créer des diplômes d’université, affecte plus les facultés de province que la Sorbonne. Certaines de ces filières accueillent plus d’étrangers que de Français58 : elles constituent en effet une offre de formation appréciée par les pays en voie de développement universitaire qui ne disposent pas de ces enseignements59. Le nombre des élèves de ces instituts passe entre 1898 et 1907 de 249 à 1 263 : sur ces 1 263 élèves, Paris n’en compte que 82, contre 460 à Nancy, 153 à Lyon, 131 à Grenoble, 104 à Lille, etc. Les certificats délivrés par les instituts de sciences appliquées connaissent un grand succès auprès des étrangers, dont le nombre, notamment en province (Nancy, Toulouse, Grenoble) dépasse largement celui des Français60. Certains de ces instituts provinciaux revendiqueront la possibilité de se transformer en facultés techniques. À défaut, ils entraîneront la création de chaires nouvelles de sciences appliquées et de diplômes d’ingénieur dans les facultés des sciences, mais ils ne parviendront pas à battre en brèche le monopole des écoles d’ingénieurs61. Paris ne possède avant la Grande Guerre que deux établissements de ce type, l’Institut de chimie appliquée et l’Institut aérotechnique de Saint-Cyr, installé près de l’École d’officiers et inauguré en juillet 1911.

Les diplômes sur mesure pour les étrangers

  • 62 Arch. nat., AJ/16/4750.
  • 63 Arch. nat., AJ/16/4751.

75En 1907, le Conseil de la faculté des lettres, ayant noté à l’occasion d’une discussion sur l’admission des étrangers au doctorat d’université que certains dossiers d’étrangers et d’étrangères posaient problème, décide de créer une commission sur le « curriculum d’études des étudiants étrangers près la Faculté des lettres » dont le rapport est confié au germaniste Charles Andler. Le rapporteur, qui a « recueilli, par écrit et verbalement, les doléances de la clientèle étrangère », passe en revue les diplômes qui leur sont destinés et s’efforce d’organiser un système d’études à trois degrés : certificat d’études françaises, diplôme d’études universitaires, doctorat d’université62. Ces trois diplômes attirent en ce début du XXe siècle la majorité des étrangers : en 1910-1911 par exemple, alors que seulement cinq d’entre eux sont inscrits pour le doctorat d’État, vingt pour le DES et 80 pour la licence, 74 sont candidats au DU, 83 au DEU et 467 au CEU, 506 étant des auditeurs libres63.

Le certificat d’études françaises

  • 64 Arch. nat., AJ/16/4748, Conseil de la faculté des lettres, 1899.
  • 65 RIE, 1er semestre 1910, p. 55-56.

76En vue de développer l’usage du français chez les étrangers qui arrivent en Sorbonne, un certificat d’études françaises qui leur réservé voit le jour par arrêté du 1er décembre 1899, deux ans après l’institution d’un certificat analogue à Grenoble. Selon ses concepteurs, il est destiné à prouver que ses titulaires « ont justifié d’un certain degré de culture française et d’une aptitude suffisante à enseigner notre langue et notre littérature64 ». Selon Charles Andler, ce titre « garantit, dans sa partie écrite, la possession effective de la langue française et, dans sa partie orale, l’aptitude à suivre avec profit les cours de la Faculté de première année ». Pour s’y présenter, les candidats doivent avoir accompli des études secondaires, se faire immatriculer pour deux semestres et avoir suivi trois cours au moins. L’examen comporte une épreuve écrite comportant la traduction en français d’un auteur de la langue de l’étudiant (dictionnaire autorisé) et un résumé écrit d’une lecture d’un quart d’heure et une interrogation orale sur les cours qu’il a suivis, ainsi qu’une explication en français d’un auteur au programme de la licence. En 1910, une revue pédagogique de Varsovie, jugeant les étudiants étrangers tout à fait ignorants, critique le fait qu’il n’existe pas de cours particuliers pour ceux qui sont inscrits au CEF et que les traductions des textes étrangers de la Sorbonne soient plus faites pour les Français que pour les étrangers ; l’auteur ajoute que, pour l’examen oral, on n’exige que la connaissance fragmentaire de quelques écrivains et non la connaissance générale de la littérature française65.

  • 66 RIE, 15 février 1887.

77Le certificat d’études françaises connaît un grand succès : en 1899-1900, sur les 17 candidats, dont quinze femmes, dix sont reçus, dont cinq Russes ; de 41 postulants en 1901, on passe à 564 en 1910, avant que ce nombre ne diminue avant 1914 entre 450 et 460. Les titulaires de ce diplôme passent entre 1903 et 1911 de 48 à 195, avant une chute à 106 en 1913. Les femmes en sont les plus demanderesses : le Rapport pour 1885-1886 explique que la plupart des 51 étudiantes étrangères en lettres se consacrent à l’étude des langues vivantes66. En 1903-1904, parmi les 121 inscrits pour le CEF, on ne compte que 21 hommes : 51 femmes russes, 19 Allemandes, 10 Anglaises et 15 Américaines entre autres recherchent ce titre ; en 1906, 116 femmes l’obtiennent contre neuf hommes seulement. Un point complet sur les étudiants du CEF est effectué dans le rapport du doyen des lettres pour l’année 1909-1910. Sans surprise, c’est le titre le plus recherché par les étudiantes, notamment les étrangères : on ne compte que 75 candidats pour 489 candidates, soit 13,3 %. La géographie des nations représentées met en évidence, une fois de plus, la prédominance des Russes, dans une moindre mesure celle des Américains, et surtout celle des ressortissants de l’Europe occidentale et balkanique. Dans les deux sexes, les femmes russes l’emportent largement : dans le contingent russe de 360 personnes, on compte 39 hommes pour 321 femmes, à peine 12 %. Loin derrière, viennent des originaires du continent européen : 51 Anglais, dont 41 femmes, 47 Allemands (41 femmes), seize Autrichiens (onze femmes), onze Bulgares (huit femmes), cinq Roumains (quatre femmes), cinq Hongrois (deux femmes), quatre Grecs (deux femmes) ; les États-Unis occupent la quatrième place avec 39 femmes et quatre hommes ; certains pays, dont les plus lointains, n’envoient que des hommes : un Hollandais, un Japonais, un Mexicain et un autre originaire de l’Amérique latine ; enfin, d’autres pays n’ont d’effectifs que féminins : on relève ainsi cinq Suédoises, quatre Italiennes, deux Danoises, deux Serbes et une représentante de la Suisse, de la Turquie, de l’Alsace, du Canada et même de l’Australie.

  • 67 Rapport pour 1911-1912, p. 50-51.
  • 68 Association générale des étudiants de Paris, Les travaux du congrès, Paris, 1910, Paris, mars 1911 (...)
  • 69 Arch. nat., AJ/16/4749.
  • 70 Arch. nat., AJ/16/2589, p. 124-125.

78Le succès de ce diplôme est tel qu’il engendre des protestations. Dans une étude sur la faculté des lettres publiée dans le Rapport pour 1911-1912, le rapporteur, après s’être félicité du libéralisme de la France en matière d’accueil des étrangers, fustige la facilité avec laquelle on immatricule des étrangers, et surtout des étrangères, notamment d’Asie occidentale et d’Europe orientale, dans une faculté à l’étroit dans ses murs. Selon lui, on ne s’assure pas suffisamment de leur possession d’une culture secondaire, ou même « primaire supérieure », et d’une pratique suffisante du français. Par ailleurs, le même document regrette qu’il soit offert aux étrangers « une très belle échelle d’examens gradués », du certificat d’études françaises au doctorat d’université, mais presque pas de cours qui y conduisent, en sorte que la masse des candidats au CEF, ne sachant où se porter, « déferle tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, et vient battre successivement les portes de tous les cours67 ». Suite à un rapport présenté par un Parisien qui précise n’être inspiré par aucune xénophobie, le Congrès de 1910 de l’Union nationale des étudiants (UNAEF), constatant que plus de la moitié des étudiants en lettres étrangers (546 sur 1 150) préparent le CEF, et constatant par ailleurs le nombre important d’auditeurs libres simplement immatriculés qui suivent les cours de licence (821), proteste vivement contre l’encombrement provoqué par ces deux phénomènes et réclame des cours spéciaux pour ces deux catégories d’élèves, comme cela existe à Grenoble et à Montpellier sous le nom de diplôme des hautes études françaises ou de diplôme supérieur68. Dans le rapport de la faculté des lettres pour 1904-190569, on lit que la salle destinée aux conférences préparatoires au CEF, qui consistent en des explications de textes, est trop petite pour l’auditoire intéressé. Faut-il revoir l’organisation de ce diplôme ? Le professeur Aulard estime qu’« on ne saurait y toucher qu’avec prudence » et déclare s’opposer à l’organisation de cours en dehors de la faculté comme le proposent certains de ses collègues. Il dénonce les « préparateurs à gager » qui entourent cette clientèle et qui « viennent suivre les cours de la Faculté afin de pouvoir faire apprendre par cœur à leurs élèves les cours qu’ils entendent ». Le nombre des femmes inscrites au CEF ne tarde pas à inquiéter les autorités universitaires. En 1912, le Conseil de l’université exprime sa satisfaction de voir ce groupe diminuer : « Si le nombre des étudiantes de la Faculté des lettres est un peu moindre, c’est que le jury du CEF a été plus sévère ; qu’un certain nombre d’étudiantes, surtout d’étudiantes russes, mal préparées à suivre les cours, aient renoncé à rester ou à venir à Paris, il ne faut pas s’en plaindre70. »

79En dépit ou en raison du succès du CEF, le rapport Andler de 1907 pointe un important dysfonctionnement :

« La préparation à cet examen, estime-t-il, sera en souffrance, pour le français et pour l’histoire, tant que la Faculté n’aura pas adopté l’institution des cours généraux d’initiation qu’elle a souvent préconisée pour les étudiants de première année. L’absence d’un enseignement du polonais est cause que notre section polonaise, si nombreuse, se trouve dénuée de préparation ou rattachée, mais à contrecœur, à la section russe ou allemande. »

  • 71 Arch. nat., AJ/16/4750.
  • 72 Arch. nat., AJ/16/2589, p. 61.

80En conséquence, le rapporteur préconise que soit institué « au moins un cours général d’histoire de France moderne, un cours d’histoire littéraire de la France et un cours général de langue française » et que soit organisé « comme un service régulier l’enseignement de la grammaire française ». Pour les Polonais, « un enseignement complet de langue et littérature polonaises, symétrique de l’enseignement russe, serait immédiatement nécessaire pour compléter notre section slave71 ». En 1911, est instauré un séminaire de langue roumaine72.

De l’attestation d’études supérieures au diplôme d’études universitaires

  • 73 Arch. nat., AJ/16/4747.

81Dans les facultés des lettres et des sciences, beaucoup d’étrangers, et surtout d’étrangères, ne sont pas inscrits pour décrocher un diplôme. C’est en tout cas l’avis de l’auteur du rapport de la faculté des lettres de 1886-188773 qui écrit :

« Il va de soi que [les étudiants étrangers], tout en suivant nos leçons, ne songent pas à préparer des examens ; mais ils ne sont pas les seuls dans ce cas ; même parmi nos nationaux, il en est près d’une centaine qui ont déclaré n’être candidat à aucun grade. C’est surtout pour ces jeunes gens de bonne volonté, venus à nous pour compléter leur instruction, que la Faculté avait institué l’attestation d’études supérieures ; elle voulait, par là, stimuler leur zèle et récompenser leurs efforts. »

  • 74 RIE, 15 février 1887.

82Un certain nombre d’étudiants, français ou étrangers, suivent en effet les cours de la faculté des lettres sans viser aucun grade. Selon un rapport sur l’université de Paris publié par la Revue internationale de l’enseignement en 1887, le nombre des étudiants désintéressés serait passé de 25 en 1885-1886 à 134 en 1886-188774. C’est à l’attention de ces étudiants « bénévoles » que, par arrêté du 15 mai 1886, a été mis en place un certificat en attestation d’études supérieures destiné aux étudiants français ou étrangers bacheliers ayant accompli une scolarité de deux années et ayant suivi l’enseignement d’au moins trois professeurs ; aucune condition d’âge, de sexe ou de nationalité n’était exigée, il suffisait que le mérite de ces étudiants ait été apprécié par leurs professeurs. Par ailleurs, aucun examen ne sanctionnait l’obtention de ce titre.

  • 75 Arch. nat., AJ/16/4747 et 4748.

83Cette certification fut un échec : en 1886-1887, quatre titres seulement ont été délivrés et en 1887-1888, on ne comptait que huit candidats dont quatre étrangers (deux Serbes, un Grec et une Canadienne)75. Aussi sera-t-elle abandonnée pour des raisons invoquées par le rapport de Charles Andler :

  • 76 Arch. nat., AJ/16/4750.

« Une clientèle nouvelle, et d’élite, surtout anglaise et américaine, commence à faire chez nous des études supérieures qu’elle irait faire en Allemagne si nous ne pouvions, comme par le passé, l’associer activement au travail de la Faculté. Il faut à ces étudiants avides d’une culture scientifique véritable une direction suivie qui leur fait trop souvent défaut aujourd’hui, ainsi qu’une sanction qui n’existe pas. Jadis cette sanction était l’attestation d’études supérieures créée en 1886. Mais elle était délivrée sans examen. La participation à des exercices pratiques n’était pas obligatoire, la remise d’un travail écrit faisait l’objet d’une mention spéciale sur le diplôme, mais le candidat n’était pas tenu à ce travail. Aujourd’hui, elle a cessé d’être recherchée. Il faut la remplacer par autre chose76. »

  • 77 Arch. nat., AJ/16/4750.

84Ce constat de carence entraînera la création, par l’arrêté du 19 mai 1908, d’un nouveau titre du niveau de la licence destiné aux étrangers : le diplôme d’études universitaires (DEU), conçu comme intermédiaire entre le certificat d’études françaises et le doctorat d’université. Dans le rapport de Charles Andler, il est remarqué que les étudiants qui seront intéressés se destinent à l’enseignement du français dans leur pays d’origine : il faudrait donc leur offrir un « exposé suivi des méthodes usitées dans l’enseignement secondaire des langues vivantes, surtout en France […], un enseignement élémentaire de la bibliographie de toutes les disciplines et notamment de l’histoire de France et de l’histoire des langues et des littératures modernes, du français notamment ». Et, ajoute le rapport, « avant tout, associer activement nos étudiants étrangers au travail des étudiants français. On pourrait les faire encadrer par nos étudiants de première et de seconde année avec lesquels ils prendraient part à des explications de première année et aux conférences du diplôme d’études ». Charles Andler propose que la sanction du DEU soit basée sur la production d’un « mémoire en français d’ordre philosophique, historique, littéraire » qui serait soutenu lors d’un examen oral comportant aussi l’explication d’un texte. Lors de l’assemblée de la faculté des lettres du 16 mars 1907 qui débat sur ce rapport77, Louis Lavisse s’oppose à l’idée de la production d’un mémoire en rappelant que, lors des débats sur la réforme de la licence, on avait jugé que le mémoire était un exercice prématuré parce que les étudiants de licence « avaient encore beaucoup à apprendre pour leur éducation générale ». « La même objection, ajoute le professeur, se présente pour les jeunes filles étrangères qui, après une année d’études, ont beaucoup à faire pour préciser les connaissances acquises. Exiger d’elles la production d’un mémoire, c’est nuire à leurs études générales. » L’historien estime qu’il suffirait d’organiser « des cours d’histoire de France et d’histoire littéraire plus généraux que ceux qui sont professés actuellement ». Charles Andler répond qu’il ne s’agit pas de créer des cours spéciaux pour les étrangers. On peut se contenter de cours généraux pour tous les étudiants, quitte à y ajouter quelques conférences spéciales à l’usage des étrangers et « à réunir quelquefois ces étudiants étrangers pour leur donner des conseils pertinents sur les moyens de s’orienter à la Faculté ».

85Le diplôme d’études universitaires remplace l’attestation d’études supérieures. Il comporte quatre sections : philosophie, histoire, géographie et philologie. Pour y être admis, il faut toujours avoir accompli une scolarité de deux ans à la faculté des lettres et avoir suivi au moins trois cours ou conférences durant chacune des deux années. L’examen consiste dans la production d’un mémoire rédigé en français dans l’une des quatre disciplines et préparé à la faculté, suivi de sa soutenance, d’une interrogation sur l’un des cours suivis par le candidat et de l’explication en français d’un extrait d’un ouvrage agréé par un membre de la faculté.

  • 78 Arch. nat., AJ/16/4751.

86Comme le CEF, le diplôme d’études universitaires connaît le succès : dès sa première année, en 1908-1909, il attire 37 candidats dont 25 femmes, et cinq des dix candidats sont reçus. Les étrangers et surtout les étrangères, russes en particulier, sont nombreux à le préparer : en 1909-1910, sur 71 candidats, on relève deux Françaises pour 57 étrangères et douze étrangers ; les 49 Russes (dont seulement sept hommes) dominent largement, devant les quatre Bulgares (deux hommes et deux femmes), les quatre Américaines, les deux Canadiens (dont un homme), les deux Anglaises, les deux Allemandes, les deux Autrichiennes, auxquels s’ajoutent un Italien, un Suisse, une Hongroise et une Serbe. Soit un rassemblement presque complet d’originaires de l’Europe occidentale et orientale et de l’Amérique du Nord : la Turquie, l’Égypte et l’Amérique latine manquent à l’appel. En 1910-1911, 83 étudiants sont inscrits pour le DEU, et l’on compte 23 reçus pour 33 candidats78 ; en 1913, il y a 64 candidats et 28 diplômés.

Les doctorats d’université ès lettres et ès sciences

  • 79 Arch. nat., AJ/16/4748.

87Le doctorat d’université fait l’objet d’un débat au Conseil de la faculté des lettres en 189779. Selon le rapporteur, M. Hauvette, il s’adresse principalement aux étudiants étrangers dont il s’agit de favoriser le « séjour parmi nous et l’accès à nos grades […]. La plupart des étudiants étrangers qui fréquentent nos cours n’y arrivent ordinairement qu’après plusieurs années de présence dans une université, ils viennent pour achever plutôt que commencer leurs études ». Alors que la faculté des sciences a choisi de leur imposer une année de scolarité et l’obtention de deux certificats d’études supérieures, le rapporteur estime que la faculté des lettres ne devrait pas exiger deux années complètes, car certains étudiants, américains par exemple, peuvent vouloir passer un ou deux semestres dans une autre université d’Europe ou suivre les cours d’une autre université française. Il propose donc de compter, non par années, mais par semestres, et d’exiger au moins quatre semestres, dont un ou deux pourraient être passés dans une autre université que la Sorbonne. Il ajoute que l’on doit accepter que l’étudiant puisse aussi s’inscrire dans un établissement de haut enseignement comme le Collège de France ou l’École des hautes études. Ce doctorat serait sanctionné par la soutenance d’une thèse imprimée rédigée en français ou en latin, voire dans une autre langue moderne, et des interrogations sur deux disciplines choisies par le candidat.

  • 80 Les statistiques de réussite au DU sont présentées au chapitre vi.
  • 81 Arch. nat., AJ/16/2589.

88Le DU ès lettres est ouvert aux licenciés, le DU ès sciences, aux titulaires de deux certificats d’études supérieures et, pour les étrangers, à ceux qui attestent d’études « de la valeur desquelles la Faculté est juge80 ». Ce diplôme s’obtient au terme d’une scolarité d’un an en sciences, deux ans en lettres, après soutenance d’une thèse et des interrogations orales. L’exigence des deux certificats d’études supérieures pour le DU scientifique est jugée regrettable par le Conseil de l’université du 29 mai 1911, car elle en écarte « de véritables savants81 ». Dans son rapport de 1907, le professeur Andler estime que « les conférences préparatoires au diplôme d’études universitaires seraient aussi la pépinière du doctorat d’Université. Les meilleurs mémoires deviendraient des thèses. Les professeurs, en présence de candidats d’une maturité suffisante, leur conseilleraient, ou bien d’affronter le doctorat sans passer par le diplôme, ou bien de développer leur mémoire de diplôme jusqu’à en faire une thèse ».

89Dans le même rapport, Charles Andler remarque :

« Le doctorat d’Université marquait le terme du curriculum. Il a donné des résultats qui, un peu faibles au début, sont allés en s’améliorant dans toutes les spécialités où le travail a pu être dirigé. Les dernières thèses d’histoire se comparent à de bonnes thèses de doctorat ès lettres. Mais, en langues vivantes, les candidats, de plus en plus nombreux, surtout dans la section anglaise, sont abandonnés à eux-mêmes pendant toute la durée d’une scolarité en principe de deux ans. Aussi peut-on remarquer que leurs thèses ne sont pas au niveau où elles devraient être. »

Les performances des étrangers et des étudiantes aux diplômes d’État

Lettres

90À la faculté des lettres de Paris, le nombre des candidats français et étrangers à la licence va de 75 en 1865 à 803 en 1904 et se stabilise autour de 740 avant la Grande Guerre. Du tiers des étudiants en 1888, ils passent autour de 40 % vers 1893-1895, à 55 % en 1900, avant de diminuer en nombre relatif : 39 % en 1904, 27 % en 1907 et autour de 22 % après 1910. Cette baisse explique la diminution des effectifs littéraires en 1911. Durant les trois quarts du siècle, le nombre des licences attribuées est relativement faible, malgré une légère croissance dans les années 1845-1849. Ce n’est guère qu’à partir de 1893 que, sous l’influence de la loi militaire de 1889 qui accorde l’exemption des deux ans aux candidats à la licence – et non au doctorat comme en médecine et en droit –, le chiffre de cent licenciés par an à Paris et de 300 pour la France entière est dépassé, et la croissance observée jusqu’en 1910 se ralentit dans les années qui précèdent la guerre. Le record est de 368 licenciés à Paris en 1905. En 1920, on en compte 924 dans l’ensemble des facultés.

  • 82 V. Karady, « Les professeurs… », 1983, op. cit., p. 106-107. Voir aussi V. Karady, « Recherches su (...)

91Le doctorat ès lettres est un titre rare : avant les débuts de la IIIe République, il n’est attribué à Paris chaque année qu’à moins de dix postulants et ce n’est qu’après 1877 que les choses changent. Comme l’écrit Victor Karady, « jadis le doctorat, épreuve plus mondaine que scientifique, [...] pouvait être placé dans la carrière au moment opportun où l’accès à une chaire de faculté était en vue. Avec la transformation du marché universitaire, le poids fonctionnel du doctorat croît considérablement dans la carrière82 ». Dès 1877, la progression du nombre de docteurs ès lettres est régulière jusqu’à la guerre, et particulièrement après 1900. Alors qu’on ne compte qu’une vingtaine de candidats à Paris avant cette date, ceux-ci sont au nombre de 41 en 1903-1904, de 65 en 1904-1905, et 36 en moyenne entre 1906 et 1913, ce qui, il est vrai, ne représente que 1,2 % de l’effectif de la faculté ; en 1910-1913, les 30 doctorats sont atteints à Paris et les 35 dépassés en France. Sauf dans la période 1830-1834, c’est Paris qui attribue le plus grand nombre de ces diplômes : entre 61 % et 93 % selon les années.

92Les données manquent sur les succès des étrangers à la faculté des lettres. À en croire le Rapport pour 1903-1904, ceux-ci apprécieraient le doctorat ès lettres plus que la licence. Sur 74 aspirants au doctorat, on compterait cette année-là 33 étrangers, alors que la licence ne serait recherchée que par un étranger pour 800 Français. Preuve, commente ce texte, que les étrangers dédaignent les diplômes les plus faciles, « à la portée du simple candidat, voire du candidat voyageur qui traverse toute la France pour trouver la série faible et l’examinateur qu’il croit indulgent ». Il y a deux raisons à cette désaffection : « Le parchemin n’a aucune valeur définie » et, par ailleurs, le système exclusivement français de la « composition » exige d’eux qu’ils soient passés par la filière de l’enseignement secondaire français. Cette affirmation n’est toutefois pas exacte, car la faculté des lettres offre, on l’a vu, divers diplômes réservés aux étrangers, ce qui explique leur faible présence dans la recherche des diplômes traditionnels.

93Quelles sont les matières étudiées par les étrangers ? Le rapport du doyen des lettres pour l’année 1909-1910 nous offre un tableau précis de la répartition des étrangers entre les différentes licences, ce qui nous permet de relever la suprématie des Russes dans pratiquement toutes les matières :

  • Licence de langues classiques : sur 182 candidats, six étrangers (deux Roumains, trois Russes et un Turc) et deux étrangères (une Hongroise et une Uruguayenne).
  • Licence de philosophie : sur 156 candidats, seize étrangers (six Russes, un Alsacien, un Hongrois, deux Portugais, un Égyptien, un Panaméen, deux Roumains, deux Grecs) et une Hollandaise.
  • Licence d’histoire-géographie : sur 187 candidats, neuf étrangers (quatre Russes, un Égyptien, un Anglais, un Suisse, un Belge et un Roumain) et neuf étrangères (huit Russes, une Roumaine).
  • Licence d’anglais : sur 95 candidats, sept étrangers (trois Anglais, deux Roumains, un Panaméen, un Bulgare) et sept étrangères (deux Russes, une Allemande, une Suissesse, une Canadienne, une Autrichienne et une Anglaise).
  • Licence d’allemand : sur 76 candidats, sept étrangers (deux Allemands, deux Russes, un Alsacien, un Luxembourgeois, un Suisse) et cinq étrangères (une Allemande, deux Russes, une Anglaise, une Roumaine).
  • Licence d’italien : sur treize candidats, un Roumain et un Russe.
  • Licence d’espagnol : sur dix candidats, un Russe, un Espagnol et un Argentin.

94La préférence des étudiantes va par ailleurs aux études de langues vivantes, et elles peuvent depuis 1881 préparer le certificat d’aptitude à l’enseignement des langues vivantes. En 1883-1884, sur 43 étudiantes, 34 se consacrent aux études de langue et littérature allemande ou anglaise, trois aux lettres et six à l’histoire.

95Un petit nombre d’étrangers postule le doctorat d’État ès lettres. En 1909-1910, sur 33 candidats, on ne trouve que des francophones : deux Roumains et une Roumaine, un Belge et un Suisse.

96Quelques étrangers sont candidats au DES : en 1909-1910, nous apprenons grâce au rapport du doyen combien sont dans ce cas et comment ils se répartissent entre les matières :

  • DES d’histoire-géographie : sur 48 candidats, un Russe.
  • DES de philosophie : sur 48 candidats, trois étrangers (un Russe, un Turc, un Égyptien) et deux étrangères, une Autrichienne et une Russe.
  • DES d’anglais : un Russe sur 32 candidats.
  • DES d’allemand : un Luxembourgeois sur une vingtaine de candidats.

97En 1908-1909, la répartition des étrangers entre les différentes branches d’études est la suivante : licence 59 (41 hommes et 18 femmes), certificat d’études françaises 546 (62 hommes et 484 femmes), diplôme d’études supérieures dix-huit, dont huit femmes, doctorat d’État neuf, dont trois femmes, doctorat d’université 68 (41 hommes et 27 femmes), diplôme d’études universitaires 37 (12 hommes et 25 femmes) ; 410 (242 hommes et 168 femmes) ne préparaient pas d’examens. Selon le rapport pour 1908-1909, 132 étrangers sur 270 ont obtenu le CEF, cinq sur dix le DEU, quatre sur dix le DES ; tous les candidats au doctorat d’État et au doctorat d’université ont été reçus.

  • 83 Arch. nat., AJ/16/4773, 4778, 4784 et 4790.
  • 84 SES 1889-1899.
  • 85 A. Mourier, Notice sur le doctorat ès lettres suivie du catalogue des thèses latines et françaises (...)
  • 86 SES 1889-1899.

98Ainsi, les succès d’étrangers à la licence et au doctorat ès lettres sont rares. Ceux qui obtiennent la licence ne dépassent la dizaine qu’après 1900 : 10 entre 1861 et 1867, soit 5,4 % des licences accordées à Paris dans cette période, cinq en 1888-1889 (3,2 %), huit en 1898-1899 (2,8 %), seize, dont six femmes, en 1908-1909, soit 5,5 %83. Entre 1888-1889 et 1897-1898, seulement 53, cinq par an en moyenne, obtiennent ce titre84. Entre 1810 et 1914, nous avons repéré moins d’une trentaine d’étrangers reçus au doctorat d’État ès lettres : on en relève seulement deux entre 1810 et 1851, un Polonais reçu en 1824 et un Anglais en 182585, quatre entre 1888 et 189886, douze entre 1909 et 1913. En 1909 et 1910, huit diplômes d’études supérieures sont attribués pour 18 candidats, dont la moitié d’étrangers.

  • 87 Arch. nat., AJ/16/4747.
  • 88 Arch. nat., AJ/16/4748.

99Les rapports du doyen de la faculté des lettres sur les travaux de la faculté donnent quelques indications sur les inscriptions de femmes : une « demoiselle » est inscrite en 1881-1882 ; en 1883-1884, on relève la présence de deux femmes – sur 185 inscrits – candidates à la licence ès lettres, une sur 94 pour la licence d’histoire, 3 sur 38 pour l’agrégation d’allemand, 6 sur 42 pour le certificat d’allemand, 4 sur 21 pour l’agrégation d’anglais, 9 sur 45 au certificat d’anglais87. En 1891, le rapport de la faculté des lettres mentionne le bon rang obtenu par Mlle Callispéri, étudiante grecque, parmi les admis à la licence88.

  • 89 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

100La première licenciée est aussi la première bachelière, Mme Daubié, reçue en octobre 1861. La licence ès lettres est très convoitée par les Françaises. Au plan national, entre 1876 et 1888, on ne relève que deux licenciées ès lettres, toutes deux françaises89. De 1872 à 1920, 560 l’obtiennent contre seulement 71 étrangères, mais plus de la moitié (377) entre 1916 et 1920. C’est à Paris que la plupart des licences sont octroyées aux femmes. Entre 1876 et 1901, sept licences, dont six à des Françaises, le sont à Paris sur douze au total. Les deux premières femmes docteurs ès lettres sont des Françaises, Mlles Duportal et Zanta, en 1913-1914, et ce titre n’est délivré entre 1913-1914 et 1919-1920 qu’à quatre femmes, toutes Françaises.

Sciences

101À la faculté des sciences, les candidats à la licence, puis aux certificats d’études supérieures, constituent le principal contingent d’étudiants entre 1888 et la Grande Guerre : de 400 environ à Paris en 1888 (48 % des étudiants de la Faculté), leur nombre passe à près de 700 en 1900, à près de 1 000 en 1905, atteint près de 1 200 en 1909-1910 (60 %) et s’établit autour de 950 (52 %) après 1910. La cause de cette croissance est l’institution en 1896 des certificats d’études supérieures dont il faut acquérir un certain nombre pour être licencié. Un nombre important d’étudiants présentent plus que les trois certificats nécessaires et en obtiennent encore une fois licenciés.

  • 90 SES 1889

102La licence ès sciences est jusqu’en 1840 un diplôme peu attribué. Il faut attendre cette année-là pour que soit dépassé le chiffre de 50 titulaires par an. Leur nombre connaît une croissance jusqu’en 1849, où ils atteignent les 78 à Paris et les 111 en France. Après une stagnation autour d’une cinquantaine par an sous le Second Empire, ce nombre décolle avec les mesures de 1877 et se développe jusqu’à la Grande Guerre, avec un pic à 163 en 1888 à Paris et à 619 en 1908 pour l’ensemble des facultés90. L’instauration des certificats d’études supérieures en tarit toutefois les statistiques pour la capitale dès 1903.

103Le doctorat ès sciences est un titre encore plus rare : entre 1811 et 1835, seulement 39 doctorats sont attribués à Paris, soit une moyenne de 1,5 par an. Ce n’est qu’en 1855 qu’est atteint le chiffre de onze à Paris et treize en France, la vingtaine n’est dépassée à Paris qu’en 1879. Sous la IIIe République, le nombre annuel des docteurs ès sciences augmente sensiblement : entre 1880 et 1913, il triple à Paris, passant de 15 à 45, et fait plus que doubler pour la France entière, de 24 à 58. Ce faible nombre de diplômes est évidemment dû au petit nombre de postes ouverts aux titulaires du doctorat ès sciences. La proportion des candidats au doctorat reste donc très faible, et la croissance des effectifs des facultés la réduit à peu de chose : alors qu’ils représentent autour de 1885-1895 environ un étudiant sur dix, on constate dès 1896 que cette proportion passe de 6 % à 2 ou 3 %.

104Nous connaissons grâce aux rapports des doyens la répartition des étrangers par branches d’études. En 1908-1909, on trouve la ventilation suivante : 266 pour le PCN (115 reçus), 4 pour le DU, qui seront tous reçus, 304 pour les CES (192 se sont présentés, 99 ont été reçus). Le nombre d’étrangers reçus au « PCN » diminue de 115 en 1909 (sur 244 candidats étrangers, soit 47 % de reçus) à 57 en 1913 sur 169 candidats, soit un tiers de reçus.

105Par contre, les étrangers accroissent leur participation aux certificats d’études supérieures de sciences, mais dans une proportion moindre que les Français. De 99 reçus sur 192 (51,5 %), ils passent à 135 sur 338 (40 %) en 1912 et à 103 sur 272 en 1913 (38 %). Selon les statistiques pour 1876-1888, la licence la plus demandée est celle de sciences physiques (entre 40 et 49 % des candidats à la licence), devant celle de sciences naturelles (entre 21 et 34 %) et celle de sciences mathématiques (entre 20 et 33 %). L’agrégation de sciences naturelles est nettement moins recherchée (environ 11 %) que celles de maths et de physique (de 37 % à 50 %). Les étudiants, déclare le rapport pour l’année 1912-1913, « postulent de préférence et avec succès les certificats d’études supérieures de mathématiques et de chimie ; ils se montrent moins heureux en physique. Les étudiantes sont surtout attirées par les sciences naturelles ».

  • 91 A. Mourier, Notice sur le doctorat ès sciences suivie du catalogue des thèses…, Paris, Delalain, 1 (...)
  • 92 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.
  • 93 SES 1889-1899. Voir B. Bilodeau, N. Hulin, « Les premiers doctorats féminins à la Faculté des scie (...)

106Entre 1810 et 1890, seulement 56 étrangers ont été reçus docteurs ès sciences, dont 20 avant 1870 : dans ce chiffre sont inclus seize Alsaciens-Lorrains reçus après Sedan, ainsi que huit Roumains, tous reçus après 1870, six Suisses, six Russes et surtout des Européens (trois Italiens, deux Allemands, deux Hollandais, deux Luxembourgeois, deux Grecs, deux Belges, un Autrichien, un Portugais, un Espagnol, un Turc) ; l’Amérique latine ne compte que deux docteurs ès sciences, un Cubain et un Brésilien, et l’Afrique un seul titulaire, un Égyptien ; malgré l’absence des Anglais et des Américains du Nord, on relève, outre le poids attendu des Roumains et des Russes, le fait que ces docteurs étrangers viennent en grande majorité des pays voisins de la France91. Les femmes sont absentes de ce palmarès : on le sait, ce titre est attribué pour la première fois à l’une d’entre elles, une Française, Mlle Leblois, qui obtient le doctorat ès sciences naturelles à Paris en 188892. Entre 1889 et 1899, on ne compte que deux femmes docteurs ès sciences, une Française et une étrangère, Dorothée Klumpke, née à San Francisco en août 1861, reçue en 1893 avec une thèse en mathématiques93. Marie Curie, on le sait, est la première femme docteur ès sciences physiques (1903). Entre 1888 et 1920, trente femmes obtiennent ce doctorat (vingt-cinq Françaises et cinq étrangères). Les femmes choisissent de préférence le doctorat ès sciences naturelles.

  • 94 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.
  • 95 SES 1889-1899.

107La première licenciée est une Française, Mlle E. Chenu, reçue en 1868. Au plan national, entre 1876 et 1888, on ne compte que seize licenciées ès sciences, dont six en mathématiques (une Française pour 4 Russes et une Américaine), cinq en physique (une Française, quatre Russes) et cinq en sciences naturelles (quatre Françaises et une Roumaine)94. Entre 1868 et 1901, sur 98 licences ès sciences conférées en France à des femmes, 74 le sont à Paris, à 35 Françaises et 39 étrangères. À la faculté des sciences de Paris, les Françaises, qui connaissent moins de succès à la licence que les étrangères jusqu’en 1900, l’emportent ensuite largement : entre 1888-1889 et 1897-1898, 41 femmes sont admises à la licence ès sciences et aux CES, dont 25 étrangères et 16 Françaises, soit en moyenne quatre par an95. Entre 1868 et 1920, 410 Françaises sont licenciées ès sciences à Paris, dont 352 entre 1906 et 1920, contre 142 étrangères, dont 111 entre 1896 et 1915.

*

108Le voyage vers la capitale de la France constitue pour la plus grande partie des étudiants une rupture considérable. C’est l’occasion pour les provinciaux, plus nombreux que les Parisiens, de rompre avec la famille, d’essayer de se bâtir une vie de liberté, de se confronter à de nouveaux contenus et à une nouvelle discipline scolaire, de vivre d’autres rapports de camaraderie. On peut en ce sens dire que les années étudiantes s’assimilent à un rite de passage. Pour les étrangers, le sentiment de rupture est accentué par la pratique de l’exil, le problème de la langue, l’indifférence des camarades français, les questions matérielles, et malheureusement nous disposons de peu de témoignages sur le vécu parisien de ces jeunes exilés. Nous pouvons cependant présenter les caractères principaux de la vie quotidienne de ces jeunes habitants du Quartier latin.

Notes

1 C. Charle, J. Verger, Histoire des universités, Paris, Presses universitaires de France, 1994, coll. « Que sais-je ? », p. 66 et 71.

2 RIE, 2e semestre 1901, p. 215.

3 E et D, no 106, p. 54-55.

4 Arch. nat., F/17/12973.

5 Arch. nat., AJ/16/5122, p. 314-317.

6 Arch. nat., AJ/16/6973.

7 RIE, 1er semestre 1897, p. 105-116.

8 RIE, 1er semestre 1907, p. 506.

9 RIE, 1er semestre 1896, p. 547-566, 2e semestre 1896, p. 112-131.

10 A. L. Guérard, « L’Université de Paris et les étudiants américains », Revue de Paris, 1er juin 1920, 27e année, no 11, p. 592.

11 E et D, no 106, p. 54-55.

12 Arch. nat., AJ/16/5122 ; RIE, 1er semestre 1897, p. 105-116.

13 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, 1er semestre 1999, t. VII, no 1, p. 52.

14 J.-H. Robert, « Le cours magistral », Annales d’histoire des facultés de droit, 1985, no 2, p. 135-142.

15 P. Favre, Naissance de la science politique en France 1870-1914, Paris, Fayard, 1989, 331 p. (L’Espace du politique).

16 I. Tchernoff, op. cit., p. 142-146.

17 F. Berriat-Saint-Prix, Guide pour l’étude du droit. Indication des principales difficultés qui sont l’objet des examens…, 5e éd., Paris, 1881, VIII-352 p.

18 J. Imbert, « Passé, présent et avenir du doctorat en droit en France », Annales d’histoire des facultés de droit, 1984, no 1, p. 11-33.

19 SES 1889-1899.

20 SES 1889-1899.

21 Robert Fox, George Weisz (éd.), The Organization of Science and Technology in France 1808-1914, Cambridge, CUP, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980, p. 61.

22 Domange-Hubert, Guide général de l’étudiant en médecine, 2e éd., Paris, 1844, p. 62.

23 L. Prudhomme, Voyage descriptif et historique de l’ancien et du nouveau Paris… I. Rive gauche, Paris, chez l’auteur, 1821, p. 188.

24 Dr G. Brunello, Considérations sur les études médicales, Maisons-Laffitte, [1901], 139 p.

25 Arch. nat., AJ/16/6287, séance du 20 juillet 1911.

26 S. Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’hôpital au XIXe siècle, Paris, Belin, 1999, 432 p., ill.

27 Informations extraites de A. Bouland, Les Études dentaires en France. Recueil et commentaires des lois, décrets, arrêtés et documents divers utiles aux étudiants et aux praticiens, Paris, Éditions de la Semaine dentaire, 1923, 126 p. ; F. Des Cilleuls, Guide scolaire. L’aspirant chirurgien-dentiste, Paris, A. Maloine, 1911, 71 p. ; E. Roger, C. Godon, Code du chirurgien-dentiste, 2e éd., Paris, Baillière, 1913, 270 p.

28 Informations en grande partie tirées de L’Internat en médecine et en chirurgie des hôpitaux et hospices civils de Paris. Centenaire de l’internat 1802-1902, Paris, G. Steinheil, 1903, 286 p., ill., et de J. Fossard, Histoire polymorphe de l’internat en médecine et chirurgie des hôpitaux et hospices civils de Paris, Grenoble, CPBF, 1982, 2 vol., de X-157 p. et 171 p., ill. La consultation à la Charité, la salle de garde et l’amphithéâtre de Clamart ont été remarquablement décrits par Léo Trézenik dans son roman Cocquebins (1887).

29 J. Léonard, La vie quotidienne du médecin de province au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1977, p. 30.

30 Voir J. Léonard, La Médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1981, p. 190.

31 Dr Cless De Stuttgart, « De la médecine en France et en Angleterre », Archives générales de médecine, 1840, p. 377-385.

32 W. Osler, 1909, op. cit., no 10, p. 771.

33 Arch. nat., AJ/16/6566.

34 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

35 S. Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’hôpital…, 1999, op. cit., p. 140.

36 Arch. nat., AJ/16/6460, 6461 et 6463.

37 Arch. nat., AJ/16/6498.

38 L’Internat en médecine… Centenaire de l’internat 1802-1902…, Paris, 1903.

39 C. Schultze, La femme médecin au XIXe siècle, Paris, 1888.

40 SES 1889-1899.

41 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

42 Arch. nat., AJ/16/2344.

43 SES 1889-1899.

44 C. Seignobos, Le régime de l’enseignement supérieur des lettres, Paris, Imprimerie Nationale, 1904, p. 5.

45 L. Liard, Universités, 1890, op. cit., p. 85.

46 V. Karady, « Lettres et sciences : effets de structure dans la sélection et la carrière des professeurs de faculté (1810-1914) », in Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS). Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 29-45.

47 C. Jolly, « La Thèse de lettres aux XIXe et XXe siècles : les principaux textes législatifs et réglementaires », Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, 1993, no 12, p. 113-176.

48 Rapport pour 1884-1885 et 1903-1904.

49 E et D, no X, 1884.

50 C.-F. Bompaire-Evesque, Un débat sur l’Université au temps de la Troisième République : la lutte contre la Nouvelle Sorbonne, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1988, 277 p., ill.

51 O. Gréard, Éducation…, op. cit., 1889, p. 67.

52 J. Condamin, Le Centenaire du doctorat ès lettres (1810-1910). Étude d’histoire universitaire, Paris, Lyon, Librairie E. Vitte, 1910, 63 p.

53 C. Jolly, « La Thèse… », 1993, op. cit., p. 113-176.

54 C. Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 50-51.

55 N. Hulin, « Les Doctorats dans les disciplines scientifiques au XIXe siècle », Revue d’histoire des sciences, octobre-décembre 1990, t. XLIII, no 4, p. 401-426.

56 R. Dongier, La Faculté des sciences de Paris, Paris, La Revue Encyclopédique, 1900, 22 p.

57 R. Fox, « L’attitude des professeurs des facultés des sciences face à l’industrialisation de la France entre 1850 et 1914 », in Institut d’histoire moderne et contemporaine. Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 135-147 ; C. Charle, La République…, 1994, op. cit., p. 162 ; H. W. Paul, « Apollo courts the Vulcans : the applied science institute in nineteenth century French science faculties », in R. Fox, G. Weisz (dir.), The organization…, 1980, op. cit., p. 155-181.

58 Y. Bettahar, F. Birck (dir.), Étudiants étrangers en France. L’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du XXe siècle, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2009.

59 Sur le cas grec, voir N. Manitakis, L’essor de la mobilité…, op. cit., p. 353-359.

60 Y. Bettahar, F. Birck (dir.), Étudiants étrangers…, op. cit.

61 H. W. Paul, ibid., p. 159-160.

62 Arch. nat., AJ/16/4750.

63 Arch. nat., AJ/16/4751.

64 Arch. nat., AJ/16/4748, Conseil de la faculté des lettres, 1899.

65 RIE, 1er semestre 1910, p. 55-56.

66 RIE, 15 février 1887.

67 Rapport pour 1911-1912, p. 50-51.

68 Association générale des étudiants de Paris, Les travaux du congrès, Paris, 1910, Paris, mars 1911, 49 p.

69 Arch. nat., AJ/16/4749.

70 Arch. nat., AJ/16/2589, p. 124-125.

71 Arch. nat., AJ/16/4750.

72 Arch. nat., AJ/16/2589, p. 61.

73 Arch. nat., AJ/16/4747.

74 RIE, 15 février 1887.

75 Arch. nat., AJ/16/4747 et 4748.

76 Arch. nat., AJ/16/4750.

77 Arch. nat., AJ/16/4750.

78 Arch. nat., AJ/16/4751.

79 Arch. nat., AJ/16/4748.

80 Les statistiques de réussite au DU sont présentées au chapitre vi.

81 Arch. nat., AJ/16/2589.

82 V. Karady, « Les professeurs… », 1983, op. cit., p. 106-107. Voir aussi V. Karady, « Recherches sur la morphologie du corps universitaire littéraire sous la Troisième République », Le Mouvement social, juillet-septembre 1976, no 96, p. 47-79.

83 Arch. nat., AJ/16/4773, 4778, 4784 et 4790.

84 SES 1889-1899.

85 A. Mourier, Notice sur le doctorat ès lettres suivie du catalogue des thèses latines et françaises…, Paris, Delalain, 1855.

86 SES 1889-1899.

87 Arch. nat., AJ/16/4747.

88 Arch. nat., AJ/16/4748.

89 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

90 SES 1889

91 A. Mourier, Notice sur le doctorat ès sciences suivie du catalogue des thèses…, Paris, Delalain, 1856 ; A. Maire, Catalogue des thèses de sciences soutenues en France de 1810 à 1890…, Paris, Welter, 1892.

92 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

93 SES 1889-1899. Voir B. Bilodeau, N. Hulin, « Les premiers doctorats féminins à la Faculté des sciences de Paris (1888-1920) à travers les rapports de thèse », Archives internationales d’histoire des sciences, 1997, vol. 47, p. 295-315.

94 Annuaire statistique de la France, 1890, p. 179.

95 SES 1889-1899.

Table des illustrations

Légende *Nouveaux inscrits seulement.Tableau 31. – Nombre d’inscrits pour le doctorat, le diplôme de chirurgien-dentiste et l’officiat 1887-1913 (source : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Tableau 32. – Nombre de reçus aux doctorats d’État et d’université et à l’officiat à Paris 1881-1913 (sources : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Tableau 33. – Femmes françaises et étrangères reçues au doctorat en médecine à Paris entre 1865 et 1920 (source : E. Charrier, op. cit).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540