Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre VII. Le coût, le temps et les temples des études parisiennes

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir le chapitre iv de notre ouvrage : P. Moulinier, La naissance…, op. cit., notamm (...)

1Les études à Paris sont coûteuses pour les jeunes Français comme pour les étrangers : aux frais d’études proprement dits (droits d’inscription, d’examen et de diplôme)1, il faut ajouter les frais de transports et les frais de séjour dans une ville où la vie quotidienne est onéreuse. La plupart des étrangers habitent et se nourrissent au Quartier latin, à proximité des facultés, mais les études, notamment celles des étudiants en médecine, impliquent des déplacements vers des lieux de formation parfois éloignés. Pour les moins fortunés, limiter la durée de la scolarité est le seul moyen de réduire les dépenses.

Le coût des études

  • 2 Rapport du doyen de la faculté de médecine pour 1879-1880, Arch. nat., AJ/16/6566.

« Parmi les étrangers qui obtiennent des concessions d’inscriptions, un certain nombre, et il est même assez considérable, ne profitent pas de la faveur qui leur a été accordée, soit parce qu’ils ne sont pas suffisamment familiarisés avec la langue française, soit parce que, bien que connaissant notre langue, ils redoutent les épreuves qu’ils ont à subir et qui exigeraient de leur part une préparation très longue et très laborieuse. Quelques-uns sont arrêtés par la question financière qui ne leur permet pas un séjour de longue durée2. »

  • 3 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 212-213.

2Les parents qui envoient à leurs frais leurs fils ou leurs filles étudier à l’étranger, comme c’est le cas notamment de la plupart des parents grecs au XIXe siècle3, sont obligatoirement dotés d’une bonne aisance financière s’ils ne sont pas aidés par l’octroi d’une bourse à leur enfant.

  • 4 Arch. nat., AJ/16/6375.

3Comment les exilés financent-ils leurs études ? Nous manquons malheureusement de données sur ce point, même si nous savons que la majorité reçoit des subsides de sa famille et si quelques pays envoient des boursiers en France. Certains complètent probablement, comme leurs camarades français, la pension familiale par de « petits boulots ». Les étudiants les moins dotés développent des stratégies pour réduire leurs frais : la principale est de limiter au maximum leur temps d’études à l’étranger, mais ils peuvent aussi opter pour une ville où les études sont moins coûteuses ou trouver un revenu complémentaire par le travail. Certains cherchent à obtenir des réductions de frais. Un carton entier des archives de la faculté de médecine est rempli de demandes d’exonération de frais formulées entre 1832 et 1861, c’est-à-dire préalablement à la réorganisation des études supérieures par la IIIe République. Les motifs sont divers : études effectuées préalablement en province, études en vue du diplôme d’officier de santé que l’on souhaite convertir en doctorat, ou encore nécessité de retour au pays pour raisons familiales. En 1832, Ali Heybach demande la gratuité de deux inscriptions « pour ses activités bénévoles près des cholériques du 2e arrondissement de Paris ». Sous l’Empire, des élèves de l’École de médecine ayant exercé comme médecins dans un hôpital militaire, aux armées ou dans la marine demandent à obtenir le doctorat sans s’inscrire en faculté4.

  • 5 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante, op. cit., p. 416-426.

4Les pays en quête de cadres bien formés dotent leurs étudiants d’une bourse d’État, généralement en leur imposant un cursus scolaire, des diplômes à obtenir et souvent une obligation de réserve politique dans le pays d’accueil. Dès la fondation de l’université d’Athènes en 1837, celle-ci commence à « attribuer des bourses à ses meilleurs étudiants afin de leur permettre de compléter leur formation scientifique en Europe occidentale », ce qui lui permet d’avoir de bons professeurs, notamment en lettres, sciences et théologie. À la fin du XIXe siècle, le gouvernement grec offre des bourses destinées à développer des compétences dans les différents domaines du développement économique (agriculture, transports, travaux publics, etc.). Les titulaires de ces bourses sont tenus de rendre compte régulièrement au gouvernement de l’état d’avancement de leurs études et ils doivent s’engager à servir après leur retour au pays dans le domaine public pour une durée déterminée5.

  • 6 L. Liard, Les bienfaiteurs de l’université de Paris, Paris, 1913, 47 p.
  • 7 Archives du ministère des Affaires étrangères, C/29-2.
  • 8 RIE, janvier-juin 1895, p. 174 et janvier-juin 1896, p. 124.
  • 9 Rapports du secrétaire général du comité de patronage des étudiants étrangers (1900-1902), p. 39.
  • 10 A. L. Guérard, « L’Université de Paris et les étudiants américains », Revue de Paris, 1er juin 192 (...)

5Les instances universitaires françaises développent tardivement une politique de bourses attribuées aux étrangers. Quelques bourses d’origine privée sont offertes à des étudiants pauvres, français ou étrangers, mais la plupart des dotations privées sont destinées à financer des voyages d’étudiants français à l’étranger6. En 1892, le Comité de patronage des étudiants étrangers de Paris demande au ministère des Affaires étrangères d’enquêter auprès des ambassades et consulats français afin de déterminer les pays dont les étudiants pourraient recevoir des bourses d’études en France7. En 1893, selon le rapport du Comité, la majorité des demandes qui lui étaient faites provenait de Russes, de Scandinaves, d’Américains, mais aussi d’Anglais, de Hongrois et de quelques Allemands. Le même rapport signalait que le Comité avait adressé une circulaire aux recteurs des universités étrangères pour qu’ils recommandent l’œuvre à leurs nationaux : en réponse, le Danemark avait accordé des bourses à plusieurs jeunes docteurs qui souhaitaient compléter leurs études à Paris et à Montpellier. En 1894, à la suite de l’enquête du ministère des Affaires étrangères, et grâce à une subvention de 10 000 francs votée en 1893 par le Parlement, le comité de patronage peut offrir à des étudiants étrangers des bourses de 200 à 350 francs destinées à les aider à payer leurs droits universitaires et d’équivalence. En 1895, les Chambres votent une somme de 10 000 francs pour la création de bourses destinées à rembourser les frais d’inscription ou d’examen d’étudiants étrangers. Il s’agit d’attirer des étudiants qui fréquentent peu l’université de Paris : deux sont attribuées à l’université de Belgrade, deux au Grand-Duché de Luxembourg, une aux universités de Lund, de Christiania, d’Helsingfors (Helsinki), de Copenhague, d’Uppsala, de Sofia, et trois à des étudiants chinois ; douze étudiants en bénéficient à Paris en 18968. De son côté, le comité de patronage de Paris rembourse au cours de l’année 1899-1900 leurs dépenses scolaires à 59 étudiants étrangers9. Un arrêté du 25 novembre 1905 établit que, par dérogation de l’article 2 de l’arrêté du 31 mai 1886, des bourses peuvent être accordées par les facultés des lettres et des sciences à des étudiants étrangers « sous réserve que leur pays d’origine consentira les mêmes avantages à des étudiants français ». Après la Grande Guerre, un Américain ne recommande pas d’offrir des bourses aux étudiants « transatlantiques », car ceux-ci ont appris « qu’il est honorable de gagner de l’argent par le travail ». Il faudrait plutôt créer à leur intention, ajoute-t-il, « un bon bureau de placement10 ». Il faut attendre l’entre-deux-guerres pour que l’État français mette en place un système d’octroi de bourses aux étudiants étrangers avec la création du Service des œuvres à l’étranger (SOFE), qui relève du ministère des Affaires étrangères, et du Service de l’expansion universitaire et scientifique qui dépend du ministère de l’Instruction publique.

  • 11 Arch. nat., AJ/16/2576.

6Les aides accordées aux étudiants français « nécessiteux » peuvent être accordées à des étrangers, avec l’approbation du conseil de l’université de Paris. En 1901, celui-ci accorde un « prêt d’obligeance » de 200 francs à un Roumain, élève de la faculté des sciences, dont la mère veuve a la charge d’un frère qui est élève de l’École des mines et de deux sœurs dont l’une est à l’École normale supérieure de Sèvres. Le conseil refuse par contre cette aide à un étudiant en médecine ottoman dont les parents, sans ressources, habitent en Russie11.

Le voyage vers la France

7Au XIXe siècle, sauf exceptions dues à des conflits internationaux, la liberté de circulation entre pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique est totale, dès l’instant que les moyens financiers de la famille de l’étudiant permettent le voyage. Le développement des migrations étudiantes dans la seconde partie du XIXe siècle doit en particulier beaucoup à l’avènement du chemin de fer. Comme l’écrit Victor Karady,

  • 12 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 33.

« le marché universitaire international au sens moderne ne peut être considéré comme matériellement opératoire avant l’extension du réseau ferroviaire reliant les grandes villes du continent et permettant les voyages en Occident sans surcroît exorbitant de frais, c’est-à-dire avant que s’établisse une situation où les grandes universités de l’Occident sont à peu près également accessibles aux intéressés, sans que leur éloignement géographique par rapport au domicile des étudiants potentiels constitue un facteur de choix préférentiel impératif12 ».

  • 13 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 378-383.

8Nicolas Manitakis montre sur le cas grec à quel point l’avènement du bateau à vapeur et du chemin de fer a contribué au développement des échanges économiques, mais aussi intellectuels, entre l’Europe orientale et les pays méditerranéens et la France, que les compagnies soient françaises ou étrangères. Il favorisa notamment, non seulement les migrations d’études vers la France, mais aussi les missions culturelles et scientifiques françaises à l’étranger13.

  • 14 Arch. nat., AJ/16/2564 et RIE, janvier-juin 1896, p. 124-137.
  • 15 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 454.

9À la fin du siècle, les comités de patronage des étudiants étrangers se mobilisent pour faciliter le voyage des étudiants habitant au-delà des mers : en 1895, le conseil des facultés annonce que la Compagnie transatlantique et les Messageries maritimes consentent une réduction de 30 % sur toutes leurs lignes aux étudiants recommandés par le Comité de patronage des étudiants étrangers ; le comité négocie par ailleurs des réductions auprès des compagnies de chemin de fer. Les Messageries maritimes et la Compagnie transatlantique acceptent par ailleurs d’accorder une réduction de 30 % sur le prix de la traversée pour les étudiants américains munis d’un certificat émanant du Comité franco-américain14. Cette même faveur est accordée aux candidats aux études latino-américaines15. Certains pays offrent des remises : les étudiants égyptiens inscrits à la Mission scolaire égyptienne en France bénéficient à la fin du siècle d’une remise de 15 % sur leurs frais de passage auprès de la Compagnie des messageries maritimes. Les élèves de la Mission voyagent en seconde classe.

  • 16 P. Moulinier, « Naître hors de la métropole et se former à Paris : le cas des docteurs reçus à la (...)
  • 17 C. Green-Satterfield, « Un Américain en France sous le Premier Empire », Revue de l’Institut Napol (...)

10Certains étudiants venus d’outre-Atlantique ou d’Asie ont été sans doute, à l’instar des étudiants des colonies françaises16, pénalisés par les aléas des communications maritimes. Le voyage vers la France n’est pas toujours de tout repos. Sous le Premier Empire, le jeune Robert M. Patterson, originaire de Philadelphie aux États-Unis, qui fut étudiant à Paris de 1809 à 1811 avant de poursuivre ses études à Londres, raconte que son bateau, The Perkin, a été arraisonné par une corvette anglaise et que ses passagers ont été détenus à bord pendant une semaine17.

Le lieu des études à Paris

11En arrivant à Paris, l’étudiant est forcément attiré par le Quartier latin : c’est là qu’il trouvera le logis, le couvert, les loisirs et la formation qu’il recherche. Ayant choisi sa faculté, il doit se rendre pour s’inscrire à son secrétariat et peut donc visiter les lieux où se dérouleront ses études.

La faculté de droit

  • 18 Sur les bâtiments de la faculté, voir : L. Chabanne, « La Faculté de droit : la brique et le métal (...)
  • 19 J. Simon, Discours… à l’assemblée générale des délégués des sociétés savantes réunis à la Sorbonne (...)

12Dès sa réouverture en 1804, l’École de droit de Paris est installée place du Panthéon, haut lieu des manifestations estudiantines18. N’ayant pas de très grands besoins d’espace malgré l’accroissement de ses effectifs, elle se contentera pendant pratiquement tout le siècle du bâtiment construit entre 1771 et 1783 par Soufflot. Ce n’est qu’en 1824 qu’est décidée la construction d’un deuxième amphithéâtre, qui est ouvert en 1829. Auparavant, la faculté bénéficiait d’une seconde salle de cours au collège du Plessis (mitoyen du lycée actuel Louis-le-Grand, il accueillit l’École normale supérieure de 1826 à 1847, date de son installation rue d’Ulm), puis dans l’église de la Sorbonne. Sous le Second Empire et juste après la Commune, de vives critiques s’expriment sur l’inadaptation des locaux. En 1873, Jules Simon, dans un discours aux délégués des sociétés savantes, relève la pénurie de bibliothèques dignes de ce nom dans les facultés, et notamment le fait que la bibliothèque de droit n’a que 25 places pour 2 500 élèves19. La décision est donc prise en 1875 de construire une bibliothèque sur la rue Cujas, derrière le second amphithéâtre. Elle sera livrée par l’architecte Lheureux en juin 1878. Il faut attendre 1881 pour que soit envisagée l’extension de la faculté vers les rues Saint-Jacques, Cujas et Soufflot, ce qui doublerait la surface de la faculté, et 1890 pour que soit signée une convention à cet effet entre l’État et la ville de Paris. La construction des nouveaux bâtiments s’opère entre 1892 et 1897, et l’inauguration a lieu en 1900. Cette extension permet à la faculté de disposer d’une grande salle de lecture de 230 places, de deux nouveaux amphithéâtres, de salles de conférences, de thèses et de prix. Dès 1901 cependant, les locaux se révèlent insuffisants face à l’accroissement du nombre des étudiants et des enseignements, mais il faut attendre 1950 pour que soient entrepris de nouveaux aménagements dans la vieille faculté du Panthéon.

La faculté de médecine

  • 20 Sur les bâtiments de la faculté de médecine, voir : P. Vallery-Radot, La Faculté de médecine de Pa (...)

13L’École de médecine de 1794 s’installe dans l’ancienne École de chirurgie de la rue des Cordeliers, construite à la demande de Louis XV entre 1769 et 1786 par l’architecte Gondoin (1737-1818) dont le projet est resté inachevé20. L’École occupe aussi l’ancien couvent des Cordeliers réquisitionné en 1791 pour devenir le fameux club des Cordeliers de Desmoulins et sis rue de l’Observance. Des salles de dissection et la clinique de perfectionnement ou hospice de l’Observance s’y installent. Cette clinique est démolie en 1829 en raison de sa vétusté. Sur son emplacement est construit entre 1832 et 1834 l’hôpital des Cliniques, qui sera à son tour évacué et démoli en 1877-1878 pour faire place à la nouvelle École pratique destinée à abriter les travaux pratiques institués par le décret du 20 juin 1878.

14L’École possède par ailleurs une bibliothèque contenant à la fin de l’Empire 30 000 volumes et accessible entre 11 heures et 15 heures, des laboratoires de chimie et de pharmacie, un cabinet d’anatomie et une collection d’instruments et d’histoire naturelle médicale. Sous Louis-Philippe, l’École compte deux musées, le musée d’anatomie comparée créé par le doyen Orfila en 1847 et situé comme la bibliothèque dans les locaux de la faculté, et le musée Dupuytren installé en 1835 dans l’ancien réfectoire des Cordeliers. Elle possède aussi un jardin botanique, initialement placé derrière l’ancien cloître des Cordeliers puis transféré en 1835, lors du percement de la rue Racine, dans la partie Est de la pépinière du Luxembourg, et enfin, après les travaux d’Haussmann, au 12 rue Cuvier.

  • 21 A. Wurtz, « L’état des bâtiments et des services matériels de la faculté de médecine de Paris », R (...)

15Après la Commune, le doyen Wurtz (1866-1875) avait rédigé un rapport alarmiste sur l’état de la faculté : pavillons de dissections trop étroits et mal éclairés, mal ventilés et mal chauffés, amphithéâtres peu nombreux et mal éclairés, budget insuffisant, etc.21. À la suite de ce rapport, l’architecte Ginain est chargé de mettre en œuvre l’extension des locaux de la faculté, envisagée dès 1855 dans le cadre du percement de la rue des Écoles et du boulevard Saint-Germain. La faculté s’agrandit du côté du boulevard Saint-Germain par des travaux que mènent entre 1879 et 1900 les architectes Léon Ginain et Charles Duprez, travaux qui enchâssent le bâtiment de Gondouin. La nouvelle École pratique est inaugurée en 1886 et la faculté agrandie en 1900. À la veille de la Grande Guerre cependant, le Rapport de la faculté pour 1912-1913 relève de nombreuses inadaptations des locaux : le chauffage central n’est pas installé, l’eau reste jaunâtre et boueuse et encrasse les appareils, l’installation électrique, sur courant alternatif, donne un débit de courant irrégulier qui compromet certaines démonstrations. Les amphithéâtres installés dans certains laboratoires (chimie et pathologie expérimentale) sont inutilisables et il faudrait en construire un nouveau adapté à la médecine expérimentale, tout en améliorant le logement des animaux. Certains amphithéâtres sont peu confortables pour les étudiants, qui doivent prendre des notes sur leurs genoux, ou se prêtent mal aux démonstrations pratiques ou aux expériences. On a cependant réaménagé la bibliothèque en 1908, ouvert en 1911 une salle des professeurs et une salle de travail pour les thésards, mais les crédits d’achat de livres et de reliure sont insuffisants. Enfin, il n’est pas jusqu’aux travaux de percement du métro qui ne constituent une menace pour la tranquillité de la faculté. On peut cependant se féliciter des initiatives heureuses de certains professeurs, notamment l’aménagement du laboratoire d’anatomie pathologique par le professeur Marie, ou la reconstruction de l’École pratique conçue et surveillée par Farabeuf. La nouvelle faculté de médecine, rue des Saints-Pères, à l’emplacement de l’ancien hôpital de la Charité qui ferme ses portes en avril 1935, est construite de 1936 à 1953.

Les cliniques

16L’un des motifs de fierté de l’enseignement français de la médecine au début du siècle, ce sont les cours de clinique donnés à l’hôpital ainsi que, plus tard, le stage hospitalier. L’arrêté du 3 juillet 1824 organise durablement les cours donnés au lit des malades et consacre la dispersion de l’enseignement clinique entre plusieurs hôpitaux de l’Assistance publique : l’Hôtel-Dieu accueille une clinique de médecine et de chirurgie, la Charité une clinique de chirurgie, l’hôpital de la rue des Saints-Pères deux cliniques de médecine et l’hospice de la rue de l’Observance une clinique de chirurgie et une clinique d’accouchements. Chaque clinique est dirigée par un chef de clinique assisté de deux aides, ce personnel appartenant à la faculté. On y trouve un amphithéâtre ou une salle de cours et un cabinet pour le professeur. De trente à cinquante lits, moitié d’hommes, moitié de femmes, sont affectés à la clinique par le Bureau central des hôpitaux. Deux arrêtés de 1873 et 1878 instituent dans les hôpitaux accueillant une clinique un laboratoire où l’on peut effectuer des recherches en chimie, physique, physiologie et microscopie. L’enseignement clinique est alors complété par un cours auxiliaire confié à un agrégé et par des leçons et des démonstrations des chefs de clinique et de laboratoire, dont certaines, plus spécialisées, s’adressent aux docteurs et aux étrangers. L’hospice de la rue de l’Observance, ou clinique de perfectionnement, est fermé en 1829 pour être remplacé par l’hôpital des cliniques, à son tour démoli en 1878. En 1832, la Pitié accueille la quatrième chaire de clinique interne. À partir de 1875, de nouveaux hôpitaux relativement éloignés du Quartier latin s’ouvrent à l’enseignement : Necker en 1875, puis Saint-Antoine en 1893 (clinique interne), Enfants Malades en 1884 (maladies des enfants), maternité Baudelocque en 1884 et clinique Tarnier, rue d’Assas, en 1889 (clinique obstétricale), asile Sainte-Anne en 1879 (maladies mentales), hospice des enfants assistés de 1879 à 1884 (maladies des enfants), Salpêtrière en 1882 (maladies du système nerveux), Necker en 1890 (voies urinaires).

L’École pratique

17Peu de temps après la recréation de l’École de médecine, s’impose l’idée qu’un enseignement pratique de l’anatomie doit être donné auprès de chaque école : c’est à cette fin qu’est restaurée l’École pratique qui existait au collège royal de chirurgie de l’Ancien Régime. Bien avant la mise en place de l’internat, cette institution permet une sélection des meilleurs élèves. Le règlement du 14 messidor an IV (7 août 1797) institue dans l’ancien couvent des Cordeliers proche de l’École de médecine la première « école pratique de dissections ». Ses cinq pavillons de dissection, ouverts du 1er novembre au 1er avril, sont placés sous la surveillance d’un prosecteur ou d’un aide d’anatomie qui est le chef de pavillon. Dès les débuts de la IIIe République, le déclin de l’École pratique impose à la faculté l’obligation d’une réforme. Après le décret du 20 juin 1878 qui rend obligatoires les travaux pratiques, l’École pratique devient le siège de ces exercices. Cette année-là débutent les travaux de construction d’un nouveau bâtiment, au 15 rue de l’École-de-médecine, en face de la faculté, qui sera inauguré en 1886 et hébergera la nouvelle École pratique et la clinique d’accouchements Tarnier. En attendant, l’École pratique utilise les locaux de l’ancien collège Rollin, 2, rue Vauquelin, ainsi que l’amphithéâtre d’anatomie des hôpitaux de Clamart.

La Maternité

18La capitale possède deux lieux de formation des sages-femmes : d’une part, les cours donnés aux élèves de première classe à la faculté et à l’hôpital des cliniques puis, après la démolition de ce bâtiment, à la clinique Tarnier rue d’Assas et enfin, suite à un arrêté du 25 mars 1898, au service spécial d’accouchements de l’hôpital Beaujon, où une nouvelle école de sages-femmes est ouverte le 3 novembre 1898 ; et d’autre part, les cours de la maternité de Paris donnés dès 1802 à l’hospice de la Maternité installé depuis 1795 dans l’ancienne abbaye de Port-Royal rue de la Bourbe, puis à l’École d’accouchements, 123, boulevard de Port-Royal.

L’École supérieure de pharmacie

  • 22 « Centenaire des bâtiments de la Faculté de pharmacie de Paris », Revue d’histoire de la pharmacie (...)

19Pendant 80 ans, l’École supérieure de pharmacie de Paris est installée dans les locaux de l’ancien Collège de pharmacie d’Ancien Régime construits en 1628-1629, 21, rue de l’Arbalète22. Un jardin botanique jouxte l’école. Au début du siècle, celle-ci ne comporte qu’une salle de cours, et ce n’est qu’en 1840 que l’établissement grandit. En 1857-1858, trois laboratoires sont installés en vue des travaux pratiques, mais les locaux sont, sous le Second Empire, réputés vétustes et menaçant ruines, comme le montre l’enquête de Victor Duruy en 1865. Après divers projets d’extension, la décision est prise en 1875 de transférer l’établissement dans des locaux neufs qui sont construits de 1877 à 1882 par Charles Laisné sur une partie du Luxembourg jadis occupée par la Chartreuse d’Enfer, à l’angle de l’avenue de l’Observatoire et de la rue Michelet. L’école quitte la rue de l’Arbalète à la fin de l’année 1882 pour un équipement organisé en trois parties : un bâtiment central qui contient deux amphithéâtres de 600 places chacun, des laboratoires, une bibliothèque d’environ 30 000 volumes (ouverte de 11 heures à 16 heures et de 20 heures à 22 heures), des collections scientifiques, l’aile des travaux pratiques et un jardin botanique attenant, ouvert en été de 6 heures à 18 heures et en hiver de 8 heures à 17 heures. À la fin du siècle, les locaux de l’école se révèlent insuffisants et ils font l’objet de remaniements entre 1896 et 1899, entre les deux guerres mondiales et en 1964-1966.

Les facultés des lettres et des sciences

  • 23 Sur les bâtiments de la Sorbonne, voir Philippe Rive (dir.), La Sorbonne et sa reconstruction, Lyo (...)

20Les cours de lettres et de sciences ne sont pas donnés dès 1808 à la Sorbonne. Il faut attendre l’ordonnance royale du 3 janvier 1821 pour que les bâtiments de la vieille Sorbonne reconstruits par Richelieu entre 1627 et 1648 leur soient consacrés23. Fermés en 1791, ils abritent de 1801 à 1821 une colonie d’artistes avec familles et ateliers autrefois installés au Louvre sous le nom de musée des Arts. Pendant ce temps, les facultés des lettres, des sciences et de théologie sont abritées au collège du Plessis, 123, rue Saint-Jacques, près du lycée Louis-le-Grand, là où s’installera l’École normale avant de migrer vers la rue d’Ulm. Dès octobre 1821, la Sorbonne abrite l’administration académique de Paris et les trois facultés, et l’on y construit en 1822 un amphithéâtre de 1 200 places, mais ses hôtes se sentent très vite à l’étroit, en sorte que des projets d’extension ou même de reconstruction sont formulés entre 1840 et 1855. Dès la Restauration, des doléances s’expriment sur l’insuffisance des locaux et notamment sur le dénuement de la faculté des sciences, qui manque de collections et doit se rabattre sur celles du Muséum, du Jardin des Plantes, de Polytechnique ou du Collège de France, souffre d’une pénurie d’instruments et n’a ni laboratoires, ni cabinets, ni amphithéâtre. Sous Louis-Philippe et Napoléon III, la situation n’a pas évolué, et la faculté n’a à sa disposition que des salles de collections minuscules, des laboratoires trop étroits, des amphithéâtres obscurs et mal disposés. Un décret de 1855 autorise la reconstruction de la Sorbonne, et une première pierre est même posée, mais sans lendemain, le 4 août de cette année. Ce n’est qu’en 1882 que la décision de reconstruire la Sorbonne est prise et qu’un concours est ouvert par la ville de Paris, propriétaire du bâtiment depuis mars 1852. Le chantier confié à l’architecte Henri-Paul Nénot bouleverse pendant de nombreuses années les rues avoisinantes et le travail des étudiants, mais ne suscite guère de critiques dans le monde universitaire tant cette rénovation est attendue. Les travaux se déroulent en deux tranches, de septembre 1884 à août 1889, et de décembre 1888 à juillet 1901. La première pierre est posée en août 1885, et deux inaugurations sont organisées, l’une le 5 août 1889 dans le cadre des fêtes du centenaire de la Révolution, l’autre, plus discrète, le 12 janvier 1895. À la fin du siècle, la faculté des sciences s’enrichit de laboratoires annexes : rue Cuvier, près du Jardin des Plantes, le laboratoire pour l’enseignement élémentaire théorique et pratique des sciences physiques, chimiques et naturelles ; l’institut de chimie appliquée entre la rue d’Ulm et la rue Saint-Jacques ; le laboratoire de physiologie végétale de Fontainebleau, et les trois laboratoires maritimes de Banyuls, Roscoffet Wimereux (Pas-de-Calais) ; l’Institut aérotechnique de Saint-Cyr-l’École.

Les facultés de théologie

  • 24 J. Doré (dir.), Les cent ans de la Faculté de théologie, Paris, Beauchesne, 1992, 391 p. ; R. Jacq (...)

21La faculté de théologie catholique de Paris qui renaît en 1808 est, à partir de 1821 et jusqu’à sa suppression par la loi de finances du 21 mars 1885, le petit voisin des facultés des lettres et des sciences à la Sorbonne24. Elle était auparavant située dans un bâtiment de la place de la Sorbonne, à l’angle de la rue des Maçons, aujourd’hui rue Champollion. Quant à la faculté de théologie protestante, elle prend le relais de la faculté de Strasbourg après le traité de Francfort du 10 mai 1871 qui sanctionne la perte de l’Alsace-Lorraine. Mais il faudra attendre six ans, en raison de dissensions au sein des Églises protestantes et malgré l’accord du gouvernement, pour que cet établissement soit installé à Paris par décret du 27 mars 1877, d’abord dans les vieux bâtiments de l’ancien collège Rollin, 42, rue Lhomond, puis sur son site actuel du boulevard Arago, où la faculté est inaugurée le 7 novembre 1879. En 1906, en conséquence de la loi de séparation de 1905, la faculté cesse d’être un établissement d’État et devient un établissement privé.

La durée des études

  • 25 F. Divoire, op. cit., 1909.

22L’année universitaire française, qui s’ouvre chaque année dans les facultés par une séance solennelle qui a lieu le premier lundi de novembre, est divisée en quatre trimestres qui s’étendent du 1er novembre au 31 août, puis du 1er novembre au 30 juin. Aux vacances d’été qui se placent en septembre-octobre, s’ajoutent deux semaines supplémentaires, celle qui va du mercredi avant Pâques au mercredi qui suit cette fête, et la semaine qui précède la Pentecôte. Dès les années 1880, les vacances d’été commencent entre le 1er et le 15 août, tandis que les petites vacances situent les 1er et 2 janvier, les lundis et mardi gras et le mercredi des Cendres, les deux semaines de Pâques et de la Pentecôte et les jours de fêtes légales (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint et 14-Juillet). Le journaliste Fernand Divoire affirme que les étudiants russes quittent en juillet le quartier russe des Gobelins pour retourner dans leur pays, « munis de faux passeports » ajoute-t-il25 !

Gérer le temps des études

  • 26 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 216.

23Combien de temps les étrangers consacrent-ils à leurs études parisiennes ? La réponse dépend de plusieurs paramètres, et d’abord de la longueur officielle des cursus qu’ils choisissent. Mais d’autres facteurs interviennent : les études antérieures menées dans leur pays ou même dans d’autres pays ou en France, les aléas de l’existence tels la maladie ou les retours forcés au pays, la nonchalance dans le travail, la poursuite simultanée de plusieurs objectifs académiques, etc. Malheureusement, nous ne connaissons pas la proportion d’étudiants étrangers qui conduisent jusqu’à leur terme leurs études à Paris, ou à l’inverse qui pratiquent le « nomadisme universitaire » en changeant plus ou moins fréquemment d’établissement ou de ville universitaire, voire de pays d’études, ou encore qui n’achèvent pas leur scolarité et rentrent chez eux. Un certain nombre d’élèves qui suivent les cours des facultés parisiennes, notamment ceux de la faculté de médecine, sont déjà pourvus d’un diplôme et ne postulent qu’une formation complémentaire. Les séjours les plus courts sont bien entendu surtout le fait de ces étudiants, mais cette brièveté peut aussi obéir à des conditions économiques : Nicolas Manitakis a montré dans le cas des Grecs qu’une des stratégies adoptées pour surmonter les obstacles opposés aux études, notamment l’obstacle financier, est de réduire le temps de séjour en France26.

24La durée des études et l’âge de l’accès au diplôme dépendent de la stratégie adoptée par l’étudiant pour parvenir à ses fins, et d’abord de sa volonté de réussir. Les étrangers travaillent-ils et sont-ils assidus aux cours ? Combien d’entre eux sont-ils de « bons élèves » ? Il est évidemment difficile d’évaluer la proportion des étudiants studieux et des dilettantes dans les cohortes d’étrangers qui se sont succédé dans les facultés parisiennes. Parmi les critères les plus robustes, on peut citer : une entrée précoce en faculté, une scolarité courte, l’assiduité aux cours ou encore la régularité de la prise d’inscriptions et de la présentation aux examens. Mais brièveté des études ne signifie pas toujours études sérieuses, de même que le défaut d’inscriptions ne signifie pas dans tous les cas paresse ou absentéisme. Car les bons motifs de non-inscription ne manquent pas : c’est notamment pour les Français le service militaire et, pour les carabins, la préparation du concours de l’externat ou la qualité d’externe, et surtout d’interne.

25Un âge précoce d’accès au diplôme n’est pas toujours la marque de l’excellence. En principe, pour les Français, le succès au baccalauréat ès lettres entraîne la première inscription, qui devrait donc se situer vers 16 ou 17 ans. En fait, les avatars de la vie, des changements d’orientation, des stratégies personnelles expliquent le retard dans les études ou une durée plus longue que la normale. La durée théorique, on le verra, est rarement la norme. Enfin la population des facultés est souvent hétérogène et n’est pas exclusivement « jeune », elle est composée d’adolescents de 16 ans autant que de professionnels déjà mûrs.

26L’une des caractéristiques des études supérieures en France au XIXe siècle est leur grande plasticité. En dépit de la division trimestrielle de l’année scolaire et du calendrier des inscriptions, en dépit des mesures prises par les doyens pour imposer l’assiduité et sanctionner les retards, les étudiants ne sont pas soumis à des rythmes de travail impératifs : les étudiants se fixent un calendrier libre, prennent irrégulièrement leurs inscriptions, suivent les cours qu’ils veulent et passent leurs examens non pas à date fixe, en fin d’année scolaire, mais lorsqu’ils sont prêts et qu’ils ont les diplômes, le nombre d’inscriptions nécessaires et éventuellement l’âge requis. Les épreuves sont donc organisées tout au long de l’année. La conséquence en est que le système est souvent embouteillé, et l’on voit des étudiants ayant – parfois depuis plus d’un an – leur compte d’inscriptions en attente de subir les épreuves. Cette situation fait que l’on trouve des étudiants qui prennent des inscriptions, mais ne passent pas d’examens, ou qui passent des examens sans avoir à prendre d’inscriptions, et des étudiants qui ne font ni l’un ni l’autre.

  • 27 F. Berriat Saint-Prix, Guide pour l’étude du droit…, Paris, 1881, p. 2.

27Un étudiant qui échoue à un examen peut se représenter une seconde fois : il est « ajourné ». S’il échoue une seconde fois, il ne peut repasser l’examen avant la fin de l’année suivante ni prendre d’inscriptions pendant cette année. En fait, l’habitude se prend de présenter n’importe quand un examen et de renouveler l’épreuve indéfiniment de trois mois en trois mois en cas d’échec. Afin de détruire cette tradition, le décret du 25 décembre 1880, applicable dès 1882-1883, impose une session d’examens en juillet-août avec possibilité de rattrapage en novembre. Un autre rattrapage est offert en janvier pour les étudiants qui ont réussi une partie de l’examen. Le même décret annule les inscriptions prises après un examen réussi si aucun nouvel examen n’est passé deux ans après ; le bénéfice de l’examen réussi reste cependant acquis. Ces inscriptions « à la carte » irritent évidemment les professeurs. En 1881, un enseignant en droit, Berriat Saint-Prix, affirme : « On a vu des élèves retarder leur examen à cause de l’ouverture de la chasse, du départ des parents pour la campagne, de l’approche du premier janvier27. » Dans la seconde moitié du siècle, des mesures sont prises pour exclure des registres les étudiants qui n’auraient pas pris d’inscriptions pendant une certaine durée. Celle-ci est fixée à dix ans en 1874.

La durée des études

28Pour calculer la durée des études supérieures en France, il faut posséder la date de la réussite au baccalauréat ou, pour les étrangers, de l’obtention de l’équivalence ou de la dispense de ce titre, et la date de la réception au diplôme convoité. Cela n’est possible que pour les docteurs en médecine reçus à Paris dont nous avons conservé les dossiers de scolarité et qui constituent notre corpus 1807-1907. Nous avons calculé la durée de la scolarité des étudiants des autres facultés sans possibilité de distinguer les étrangers des nationaux.

Les études de droit

  • 28 J.-C. Caron, op. cit., p. 52-58.
  • 29 J.-C. Caron, op. cit., p. 56-57.
  • 30 Le Réveil des jeunes, 1er décembre 1900, no 25.

29Les travaux de Jean-Claude Caron sur la première moitié du siècle28 et les nôtres montrent des situations contrastées d’une faculté à l’autre en matière d’âge et de durée des études. Les données disponibles sont incomplètes pour le droit. Rappelons qu’il n’y a pas d’âge requis pour entrer à la faculté de droit. On s’y inscrit dès que l’on est bachelier et par conséquent, un étudiant admis à 16 ans peut être avocat avant l’âge de 19 ans. Jean-Claude Caron observe deux phénomènes qui distinguent le droit de la médecine : la durée des études, moins longue qu’en médecine, est aussi moins sujette à variation, et la relative facilité des études font que la plupart des étudiants obtiennent la licence dans les deux ans qui suivent le baccalauréat (mais de moins en moins l’obtiennent en un an). On est bachelier en droit à environ 22,6 ans et licencié à 23,6 ou 23,7 ans29. La loi militaire de 1889, qui n’accorde pas l’exemption de deux ans sur trois de service militaire aux étudiants en licence, accroît la durée de ces études. En 1900, un journal nationaliste précise qu’il faut au moins cinq ans pour le doctorat, trois ans pour la licence, qui n’est pas aussi facile qu’on le dit, contre deux pour les licences ès sciences ou ès lettres, ce qui rend injuste la loi militaire de 188930. Et le Rapport pour 1898-1899 de rappeler que beaucoup d’étudiants qui visent le doctorat en droit pour échapper aux deux ans de service militaire arrivent à l’âge de 27 ans sans être docteurs et sont tenus de faire leurs deux années de caserne.

Les études médicales

  • 31 J. C. Caron, op. cit., p. 52-58.

30Pour la médecine, deux phénomènes apparemment contradictoires se font jour dans la première partie du siècle, la tendance au vieillissement des étudiants et l’homogénéisation des âges par l’élimination progressive des très jeunes et des très vieux31. Quel que soit le grade recherché, l’âge moyen des carabins ne cesse d’augmenter entre 1809 et 1839, de 21,5 ans à près de 23 ans, ce qui témoigne à la fois d’une diminution des inscriptions prises à l’âge de 16 ans ou moins, d’un accroissement de la durée des études pour un nombre plus important d’élèves, d’un développement du nombre des « vieux » étudiants (les « 26-33 ans » passent de 7,28 % à près de 16 %) et d’un glissement du temps normal des études de médecine, de 16-25 ans à 19-28 ans. La chance d’être reçu à 25 ans au plus diminue entre 1813 et 1843 de 35 à 9,83 %, tandis que les « plus de 30 ans » passent de 19,7 % à 22,7 %. Alors que la majorité des médecins est reçue en 1813 à 25 ans, cet âge est de 27 ans en 1843, notamment en raison de l’obligation d’être bachelier ès sciences dès 1823. La durée des études médicales s’en ressent : de 4,93 années en moyenne en 1813, elle passe à 7,31 en 1843, année où un tiers des élèves a dû mettre de 9 à 12 ans pour être diplômé.

  • 32 Pr C. Bouchard, Questions relatives à la réforme des études médicales, Paris, 1907, 109 p.

31Dans la seconde moitié du siècle, alors que s’amorce la reprise de la croissance des effectifs étudiants, la tendance s’inverse. On constate alors une baisse de l’âge d’entrée en faculté de médecine, de 21,3 ans en 1849 à 19,3 ans en 1889. L’âge moyen de réception au titre de docteur en médecine diminue en conséquence d’un an, de 28,3 ans à 27,4 ans. Sauf en 1889, les deux tiers des nouveaux docteurs sont âgés de 25 à 29 ans. La loi militaire de 1889, qui impose d’être reçu docteur avant l’âge de 26 ans (27 ans après la loi du 13 juillet 1896) pour être exempté des deux ans, et l’introduction en 1893 d’une année supplémentaire de « PCN » interrompent cette évolution. L’âge moyen d’obtention du doctorat monte à 28,1 ans en 1899. Dans la dernière décennie du siècle, on note un relatif vieillissement des étudiants : les étudiants âgés de trente ans et plus représentent le quart des effectifs des nouveaux docteurs (24,4 % et 26,1 % en 1889 et 1899). En 1907, alors qu’est sur la sellette une réforme tendant à l’allongement des études médicales, le Pr Bouchard balise ainsi le cursus normal du carabin : baccalauréat à 17 ans, PCN à 18 ans, deux ans de service militaire, études médicales entre 20 et 25 ans, à condition de ne subir ni échecs ni maladies. En fait, reconnaît-il, le doctorat s’obtient plutôt à 26 ou 27 ans, et le sursis militaire jusqu’à 27 ans lui semble judicieux32.

  • 33 E. Charton, Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état…, 3e éd., Paris, 1880, p (...)
  • 34 P. Brouardel, A.-J. Martin, Exercice de la médecine. Projet de révision de la loi du 19 ventôse an (...)
  • 35 « La bibliothèque d’un étudiant en médecine », La Revue scientifique, 21 mai 1886.

32La durée des études de médecine, théoriquement de quatre ans, ne cesse de croître au long du siècle. Édouard Charton pense qu’il en faut cinq ou six pour devenir docteur33, tandis que le Pr Brouardel estime que les études médicales durent de six à huit ans34. « Un étudiant moyen met six ans à être docteur en médecine », déclare un article de 188635. De fait, selon une statistique parue dans l’exposé des motifs de la loi de 1893 créant le « PCN », moins d’un étudiant sur dix (9,2 %) ferait de quatre à cinq ans d’études, 32,5 % de cinq à sept ans, 35,8 % de sept à dix ans et 22,5 % plus de dix ans. Selon nos calculs, la durée moyenne des études pour le doctorat, qui était de près de 5 ans en 1813, passe à 7,5 années en 1859, à plus de 8 entre 1869 et 1889 avant de descendre à 7 en 1899. L’allongement de ces études peut certes être imputé aux échecs successifs au baccalauréat ès sciences, à une insuffisante culture scientifique des étudiants, d’où la création du « PCN ». Mais il faut aussi évoquer, outre les accidents de la vie (maladies, échecs), la préparation du concours de l’externat, la condition d’externe et surtout d’interne, la fréquentation des cours privés et des cliniques spéciales ou des laboratoires. Le Rapport pour 1912-1913 précise pour sa part qu’après l’année supplémentaire ajoutée en 1909, les études médicales durent dix ans. Pour les étudiants qui ont préparé les concours de l’externat et de l’internat, il faut compter 13 à 14 années pour devenir docteur. Ajoutons-y le parcours méritoire des officiers de santé qui se préparent au doctorat et doivent pour ce faire réussir les deux baccalauréats.

La scolarité des étudiants étrangers en médecine

33Les étudiants en médecine étrangers connaissent-ils des conditions d’études différentes de leurs camarades français ? À partir de notre corpus 1807-1907, nous avons calculé l’âge moyen des étrangers lors de l’obtention du diplôme : alors que cet âge s’établit à 26,4 ans en 1815 et à 30,5 ans en 1845, il se stabilise autour de 28-29 ans après 1855. Chez les Français, l’évolution est assez analogue : comme on l’a vu, elle passe de 25 ans en 1813 à 28 ans en 1899. La durée des études médicales des étrangers, qui est en moyenne de 4,5 années en 1835, passe à 6,3 ans en 1865, à 8,2 ans en 1885 et à 7,6 ans en 1905, ce qui est une fois de plus une durée analogue à celle des Français, qui passe de 5 ans en 1813 à plus de 7 ans au tournant du siècle. Les étudiants français commencent leurs études plus tôt que les étrangers, mais ils doivent inclure dans leur cursus les années du baccalauréat dont sont exempts les étrangers, et pour certains, les années d’externat, voire d’internat, et le service militaire. Par contre, ces calculs ne tiennent pas compte des années d’études antérieures des étrangers dans leur pays.

34Il convient d’affiner ces données en fonction des périodes des stratégies choisies par les étudiants étrangers et éventuellement des nationalités, ce qu’autorise l’exploitation du corpus 1807-1907. L’analyse des données qu’il contient nous permet de distinguer six catégories de parcours facultaire : A) certains, à l’instar des Français, prennent leurs 16 inscriptions après avoir obtenu la dispense ou l’équivalence et soutiennent leur thèse au terme d’un parcours normal ; c’est la catégorie la plus nombreuse ; B) d’autres, en général déjà pourvus d’un doctorat de leur pays, ne sont astreints qu’aux derniers examens et à la thèse ; ils sont dispensés des 16 inscriptions ; C) d’autres, ayant commencé leurs études médicales à l’étranger, ne sont astreints qu’à quelques inscriptions ; D) d’autres, relativement nombreux, ont commencé leurs études et pris des inscriptions en province et terminent leur cursus à Paris ; E) très peu ont pris leurs 16 inscriptions en province et passent leur thèse à Paris ; F) enfin un petit nombre, qui peuvent être des Français nés à l’étranger, font des études analogues à celles de la plupart des Français : ils passent leurs baccalauréats et prennent toutes leurs inscriptions à Paris.

35L’étude des nationalités représentées durant ce siècle à la faculté de médecine de Paris nous a permis de distinguer trois grandes périodes de migrations étudiantes, qui seront détaillées plus loin :

  • De 1807 à 1830, les élèves de l’École de médecine reçus au doctorat sont en majorité nés dans les territoires annexés par l’Empire et dans les pays voisins de la France.
  • De 1830 à la fin du Second Empire, le nombre des étrangers inscrits à la faculté de Paris s’accroît et leurs provenances géographiques se diversifient. Ces étudiants proviennent de plus en plus de l’est européen ou méditerranéen ainsi que de l’Amérique latine, tandis que se retirent les Anglo-Saxons, souvent au profit de l’Allemagne.
  • De 1871 à 1907, la composition géographique du panel des docteurs étrangers reçus à Paris est caractérisée par la domination de trois groupes nationaux : les Russes, y compris un certain nombre de Polonais, les Roumains, et les sujets de l’Empire ottoman, ainsi que des originaires de l’Amérique latine.

Le cursus des docteurs étrangers reçus à Paris entre 1807 et 1830

36Sur les 294 docteurs étrangers reçus entre 1807 et 1830, nous avons pu reconstituer le cursus scolaire de 230 d’entre eux. Une catégorie particulière est celle de la trentaine de médecins militaires qui ont pris part aux guerres napoléoniennes ou ont effectué leurs études médicales dans l’armée ou la marine de leur pays. Ils sont admis à l’École de médecine moyennant quelques mois d’études, de même que les étrangers déjà pourvus d’un doctorat qui sont au nombre de 31 (13, 5 %). Un nombre important de ces docteurs a reçu au préalable une formation médicale dans leur pays (au nombre de 59, soit un quart du total) et parfois en France, à Paris ou en province, parfois auprès d’un médecin (29, soit 12,6 %). Enfin, le nombre de ceux qui ont suivi le cursus officiel des 16 inscriptions est relativement faible et concerne les élèves inscrits après 1815 : on en relève à peine 51 (22 %). Une trentaine enfin, probablement de nationalité française ou dont les parents sont installés en France, a passé le baccalauréat avant de s’inscrire à la faculté. En raison de ces carrières atypiques, la majorité de ces docteurs reçoit son diplôme entre 25 et 28 ans et un sur dix est alors âgé de plus de 35 ans. L’âge moyen de réception au diplôme est donc relativement tardif : 28,17 ans, ce qui est assez comparable à l’âge des Français, qui sont astreints au passage du baccalauréat et à au moins quatre années d’études. Cela s’explique par le fait qu’ayant pour beaucoup déjà un bagage de connaissances médicales et effectué des études, ils s’inscrivent tardivement à l’École de médecine.

Tableau 26. – Âge de réception au doctorat en médecine 1807-1830 (source : corpus des docteurs étrangers en médecine).

Le cursus des docteurs étrangers reçus entre 1831 et 1870

37Nous avons repéré 751 étudiants reçus au doctorat entre 1831 et 1870 dont nous avons pu reconstituer le cursus scolaire, de l’entrée dans l’enseignement supérieur, en France ou hors de France, à l’obtention du diplôme de docteur en médecine. Au sein de cette population, on relève 105 docteurs reçus à l’étranger, soit toujours une proportion de près de 14 % du total. Une majorité de plus du quart (199, soit 26,5 %) a suivi le cursus des 16 inscriptions à Paris après avoir obtenu l’équivalence au baccalauréat, qui devient une pratique courante à partir des années 1840, tandis que plus de 20 % a suivi des cours à l’étranger (159, soit 21,2 %), généralement dans leur pays ; 122 étudiants (16,2 %) proviennent d’une faculté de province qui leur a accordé l’équivalence du baccalauréat telle que Strasbourg, Douai, Toulouse, Montpellier, Rennes, Bordeaux ou Caen. Par rapport à la période précédente, on constate que le nombre des étudiants ayant débuté leur formation à l’étranger est en diminution, bien que beaucoup de réfugiés polonais et les Roumains soient dans ce cas, alors que le passage par une faculté de province n’est désormais pas exclu. Par contre, seulement 33 (4,4 %) ont effectué leur cursus scolaire en province, et parfois passé le baccalauréat, avant de soutenir leur thèse à Paris comme cela se développera sous la IIIe République. Enfin, un nombre non négligeable (105, soit 14 %), souvent fils d’étrangers de tous les continents établis à Paris, a passé ses baccalauréats et suivi le cursus scolaire des Français.

Tableau 27. – Âge de réception au doctorat en médecine 1831-1870 (source : corpus des docteurs étrangers en médecine).

38La moitié des étudiants étrangers de ces quatre décennies arrivent au diplôme entre 25 et 30 ans. Par rapport à la période précédente, on constate une diminution des « moins de 25 ans », qui passent du tiers au quart des docteurs, mais aussi des diplômés de plus de 35 ans, qui passent de 10,6 % à 9,3 %. Il s’agit d’une sorte de normalisation des cursus des étrangers : la faculté devient de plus en plus exigeante sur le niveau grâce au contrôle des équivalences, ce qui réduit le nombre des non-titulaires d’un titre équivalent au baccalauréat, et admet de moins en moins d’anciens militaires (ils sont seulement 24 dans ce cas) ou de docteurs étrangers.

Le cursus des docteurs étrangers reçus entre 1871 et 1907

39Si en effet on étudie le cursus des études des étudiants étrangers de la période 1871-1907, on constate que la majorité a suivi ce qu’on pourrait appeler le parcours normal : après avoir obtenu l’équivalence du baccalauréat lors de sa première inscription à la faculté, l’étudiant mène toutes ses études à Paris et y soutient sa thèse au terme des seize inscriptions réglementaires. Près de la moitié (46, 1 %) sont dans ce cas, ce qui constitue près du double de la période précédente où ils n’en constituaient qu’un quart. Une proportion non négligeable (6,3 %) suit le cursus des étudiants français à Paris, y compris les épreuves du baccalauréat. Plus de deux étudiants sur dix ont mené des études à l’étranger (8,9 %) ou en province (12,15 %) et terminé leur cursus à Paris. Par contre, seulement 4,3 % du groupe ont pris en province leurs 16 inscriptions avant de passer les épreuves finales et de soutenir leur thèse à Paris. Quatre étrangers sont reçus à titre militaire et 21 ont converti des inscriptions d’officier de santé en inscriptions pour le doctorat. Enfin, les docteurs étrangers qui recherchent et obtiennent le titre français et sont à ce titre exemptés des 16 inscriptions constituent un groupe plus important en proportion que dans la période précédente : 17,3 % contre 14 %. La plupart sollicitent le titre français avant les années 1890.

Tableau 28. – Âge de réception au doctorat en médecine 1871-1907 (source : corpus des docteurs étrangers en médecine).

  • 36 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité…, op. cit., p. 190.

40Si la proportion des « vieux » étudiants, âgés de 35 à 59 ans, reste à peu près constante par rapport à la période précédente (8,3 % contre 9,3 %), on constate dans la période des débuts de la IIIe République une diminution des « moins de 25 ans » et un resserrement des âges autour des « 25-32 ans » (1 320 sur 1 706, soit plus des trois quarts du groupe). Ce relatif vieillissement (l’âge moyen, qui était de 28,5 ans dans la période précédente, passe à 28,9 ans) s’explique par l’importance de la proportion des étrangers (26 %) qui ont mené des études à l’étranger, voire ont obtenu le doctorat de leur pays (17 %) – pour la plupart Russes et Roumains –, avant de s’inscrire à la faculté de Paris. Sur le cas grec, Nicolas Manitakis fait dans sa thèse le constat de l’augmentation après 1900 du nombre d’étudiants grecs qui effectuent des études post-universitaires ou sont déjà des professionnels, ce qui contribue à augmenter l’âge de leur inscription dans une faculté française ainsi que le nombre des étudiants mariés36.

Les études des docteures étrangères

41Les étudiantes françaises et étrangères reçues docteurs en médecine à Paris ont des parcours universitaires plus classiques que les hommes. La plupart des docteures de notre corpus (188 sur 279, soit les deux tiers) ont connu le parcours A, le plus classique pour les étrangers, c’est-à-dire qu’ayant obtenu une équivalence ou la dispense du baccalauréat, elles ont pris à Paris leurs 16 inscriptions et soutenu en fin de course leur thèse. Neuf seulement ont été dispensées des inscriptions en tant que pourvues d’un doctorat de leur pays. Les nomades sont peu nombreuses : une vingtaine a étudié à l’étranger avant de terminer leur cursus à Paris. Elles sont 38 à avoir commencé leurs études en province pour passer les derniers examens et la thèse à Paris. Quinze d’entre elles, Parisiennes et banlieusardes pour la plupart, mais aussi une Française née en Suisse, ont suivi le cursus des nationaux baccalauréat-PCN-études à la faculté. Enfin, huit étudiantes ont converti leurs inscriptions d’officier de santé en inscriptions pour le doctorat et une ancienne sage-femme a passé les deux baccalauréats avant de suivre les cours de la faculté et d’être reçue docteur en médecine à 49 ans. Les docteures de notre corpus connaissent en moyenne une durée d’études de 6,26 ans contre sept pour les Français en 1899 : 16,9 % d’entre elles poursuivent leurs études durant quatre années ou moins, les trois quarts d’entre elles (75,6 %) pendant une durée de cinq à neuf ans, et seulement 7, 5 % entre dix et treize ans. Le fait d’être dispensées du baccalauréat pour les étrangères, ainsi que du service militaire pour les femmes, et d’être moins que les hommes tentées par l’externat, voire l’internat, explique cet écart. Par contre, l’âge moyen à l’obtention du diplôme est élevé : 30,37 ans contre 28 ans pour les Français reçus docteurs en 1899. Deux étudiantes sur trois sont alors âgées de 26 à 35 ans, contre 17 % ayant moins de 25 ans et 16,4 % plus de 35 ans. Si leurs études durent en moyenne moins longtemps que celle des hommes français, elles les commencent plus tardivement, ce qui explique un âge plus élevé au diplôme. Cet âge tardif au début des études s’explique sans doute par des études antérieures plus longues dans leur pays et par les formalités indispensables pour s’expatrier.

Tableau 29. – Âge de réception au doctorat en médecine des étrangères (source : corpus des docteures en médecine).

Les études de pharmacie

  • 37 J. P. Beullac, Nouveau guide de l’étudiant en médecine et en pharmacie, Paris, 1825, 225 p.

42Les études de pharmacie sont très longues puisqu’elles comportent en théorie trois ans de stage officinal et trois d’études à l’École de pharmacie ou six ans de stage chez un pharmacien. Le règlement des études les oblige par ailleurs à terminer tardivement leur cursus : sous la Restauration, ils ne peuvent passer leurs trois examens finals qu’à l’âge de vingt-cinq ans révolus, sauf dispense d’âge pour les deux premiers, accordée aux soutiens de famille et aux fils de pharmacien décédé37. Pour la première moitié du siècle, Jean-Claude Caron observe chez les apprentis pharmaciens un phénomène de vieillissement que l’on observera chez les carabins, bien qu’ils commencent leurs études plus jeunes par un stage en officine, en principe à 16 ans. Après 1850, la pharmacie connaît les mêmes phénomènes que la médecine. D’une part, l’âge moyen d’entrée à l’École de pharmacie baisse de plus de deux ans, passant de 24 ans en 1869 à 21,8 ans en 1909 et 1919, en raison du rajeunissement de l’âge du baccalauréat. Dans le même temps, l’âge moyen d’obtention du diplôme, après une chute de 28,5 ans en 1869 à 27 ans en 1899, remonte à près de 30 ans en 1909 et 1919 (respectivement 29,9 et 29,8 ans). C’est la conséquence de la loi de 1898 qui, en supprimant la seconde classe, pousse certains diplômés ou candidats à la classe inférieure à briguer la première classe, et du décret de 1909 qui augmente d’un an les études de pharmacie. Il en résulte un allongement d’un an de la durée moyenne des études de pharmacie (4,4 ans en 1869 contre 5,4 en 1909). Passé l’an 1900, des études en deux ans sont impensables et la norme se situe de plus en plus entre trois et cinq ans.

43Nous avons pu calculer la durée des études des pharmaciens étrangers reçus à Paris entre 1855 et 1910 en tenant compte du temps parcouru entre le début du stage et l’obtention du diplôme : les élèves reçus avant 1875 consacrent de trois à onze ans à leurs études ; ils sont diplômés entre l’âge de 24 ans et l’âge de 29 ans ; après 1875, cette durée va de deux ans à onze ans pour la 1re classe, la moyenne étant de 6,5 ans, de deux ans à treize ans pour la 2e classe, en moyenne 6,25 ans. L’âge au diplôme s’étage de 24 ans à 41 ans pour la 1re classe, en moyenne 30 ans, de 27 à 36 ans pour la 2e classe, la moyenne étant de 29,8 ans, en excluant un pharmacien anglais reçu en 1895 à l’âge de 54 ans.

Les études de sciences et de lettres

  • 38 V. Karady, 1983, op. cit., p. 43.

44La tendance dans les facultés des lettres et des sciences est différente. Nous n’avons pas de données sur l’âge au diplôme et la durée des études pour les sciences, mais nous savons qu’en lettres et en sciences, dans les années 1880, la présence d’enseignants en exercice relève le niveau d’âge. Le Rapport pour 1883-1884 note le nombre assez important d’étudiants âgés de plus de 22 ou 23 ans tout en estimant qu’ils devraient devenir exceptionnels. Parmi les étudiants en lettres de cette année, un tiers (34,4 %) des inscrits en lettres et philologie a entre 16 et 20 ans, 45 % entre 21 et 25 ans et plus de deux sur dix sont âgés de plus de 26 ans (15,5 % entre 26 et 30 ans, 5,1 % ayant 31 ans et plus). Les étudiants en histoire, moins nombreux que les littéraires, se situent en plus grande proportion qu’eux parmi les plus jeunes et les plus âgés. Nos travaux sur la licence ès lettres nous permettent de noter un léger rajeunissement dans la seconde moitié du siècle. L’âge moyen d’accès à ce titre diminue d’une demi-année. Le poids des étudiants âgés de moins de 26 ans se développe (de 77,8 % dans les années 1860 à 81,3 % en 1909), mais celui des plus jeunes (20 à 22 ans) est à la baisse (47,6 % en 1861-1867 et 39,8 % en 1909). Inversement, les plus de 30 ans perdent du terrain jusqu’à la fin du siècle. La création des bourses de licence et d’agrégation provoque l’entrée en scène d’étudiants « professionnels » non-normaliens dont le cursus scolaire tend à s’aligner sur celui des normaliens38. Par ailleurs, la loi militaire de 1889 provoque une augmentation des candidats aux licences de lettres ou de sciences, sans doute au détriment des facultés de droit. Quant à la durée des études pour la licence de lettres, après être passée de 3,4 ans en 1861-1867 à 4,6 ans en 1889, elle tend à diminuer en dépit de l’augmentation sensible des candidats (4,2 ans en 1909). Tandis que les étudiants qui ne prennent qu’un ou deux ans pour obtenir la licence passent de moins du quart à plus du tiers, ceux qui mettent de trois à cinq ans chutent de 55,5 % à 41 %, les plus lents (plus de six ans) passant de 22,5 % à 21 %.

*

45Les étudiants et les étudiantes étrangers suivent les mêmes cours que les Français. Il est par conséquent possible de comparer les performances scolaires des deux groupes et de mettre en lumière les éventuels obstacles que rencontrent les étrangers dans leurs études. Il est de même intéressant de définir les filières qu’ils préfèrent suivre et les diplômes qu’ils choisissent de briguer, ce qui en dit long sur leurs stratégies de carrière et leurs aspirations intellectuelles.

Notes

1 Sur ce point, voir le chapitre iv de notre ouvrage : P. Moulinier, La naissance…, op. cit., notamment p. 89-91.

2 Rapport du doyen de la faculté de médecine pour 1879-1880, Arch. nat., AJ/16/6566.

3 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 212-213.

4 Arch. nat., AJ/16/6375.

5 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante, op. cit., p. 416-426.

6 L. Liard, Les bienfaiteurs de l’université de Paris, Paris, 1913, 47 p.

7 Archives du ministère des Affaires étrangères, C/29-2.

8 RIE, janvier-juin 1895, p. 174 et janvier-juin 1896, p. 124.

9 Rapports du secrétaire général du comité de patronage des étudiants étrangers (1900-1902), p. 39.

10 A. L. Guérard, « L’Université de Paris et les étudiants américains », Revue de Paris, 1er juin 1920, 27e année, no 11, p. 594.

11 Arch. nat., AJ/16/2576.

12 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 33.

13 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 378-383.

14 Arch. nat., AJ/16/2564 et RIE, janvier-juin 1896, p. 124-137.

15 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 454.

16 P. Moulinier, « Naître hors de la métropole et se former à Paris : le cas des docteurs reçus à la Faculté de médecine de Paris au XIXe siècle », Outre-mers, revue d’histoire, 1er semestre 2009, no 362-363, p. 193-211.

17 C. Green-Satterfield, « Un Américain en France sous le Premier Empire », Revue de l’Institut Napoléon, 1976, no 132, p. 177-184.

18 Sur les bâtiments de la faculté, voir : L. Chabanne, « La Faculté de droit : la brique et le métal », in Ch. Hottin (dir.), Universités et grandes écoles à Paris : les palais de la science, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1999, p. 105-109.

19 J. Simon, Discours… à l’assemblée générale des délégués des sociétés savantes réunis à la Sorbonne le 19 avril 1873, Paris, Librairie Hachette, 1873, 80 p.

20 Sur les bâtiments de la faculté de médecine, voir : P. Vallery-Radot, La Faculté de médecine de Paris, ses origines, ses richesses artistiques, Paris, Masson, 1944, 83 p., ill. ; L. Binet, P. Vallery-Radot, La Faculté de médecine de Paris. Cinq siècles d’art et d’histoire, Paris, Masson, 1952, 127 p., ill., et M.-V. Clin, « De l’École de chirurgie à l’École de médecine », in C. Hottin (dir.), Universités…, 1999, op. cit., p. 89-93.

21 A. Wurtz, « L’état des bâtiments et des services matériels de la faculté de médecine de Paris », Revue scientifique, 2 mars 1872, 2e série, no 36, p. 852-854.

22 « Centenaire des bâtiments de la Faculté de pharmacie de Paris », Revue d’histoire de la pharmacie, décembre 1981, t. XXVIII, no 251, p. 223-254 ; Fabienne Doulat, « L’École supérieure de pharmacie », in C. Hottin, Universités…, 1999, op. cit., p. 116-120.

23 Sur les bâtiments de la Sorbonne, voir Philippe Rive (dir.), La Sorbonne et sa reconstruction, Lyon, La Manufacture, 1987, 231 p., ill.

24 J. Doré (dir.), Les cent ans de la Faculté de théologie, Paris, Beauchesne, 1992, 391 p. ; R. Jacquin, « Les Facultés de théologie catholique de l’Université de France (1808-1885) », La Documentation catholique, 7 février 1954, no 1166, p. 159-179.

25 F. Divoire, op. cit., 1909.

26 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 216.

27 F. Berriat Saint-Prix, Guide pour l’étude du droit…, Paris, 1881, p. 2.

28 J.-C. Caron, op. cit., p. 52-58.

29 J.-C. Caron, op. cit., p. 56-57.

30 Le Réveil des jeunes, 1er décembre 1900, no 25.

31 J. C. Caron, op. cit., p. 52-58.

32 Pr C. Bouchard, Questions relatives à la réforme des études médicales, Paris, 1907, 109 p.

33 E. Charton, Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état…, 3e éd., Paris, 1880, p. 343.

34 P. Brouardel, A.-J. Martin, Exercice de la médecine. Projet de révision de la loi du 19 ventôse an XI (10 mars 1803), Paris, 1886, 60 p.

35 « La bibliothèque d’un étudiant en médecine », La Revue scientifique, 21 mai 1886.

36 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité…, op. cit., p. 190.

37 J. P. Beullac, Nouveau guide de l’étudiant en médecine et en pharmacie, Paris, 1825, 225 p.

38 V. Karady, 1983, op. cit., p. 43.

Table des illustrations

Légende Tableau 26. – Âge de réception au doctorat en médecine 1807-1830 (source : corpus des docteurs étrangers en médecine).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Tableau 27. – Âge de réception au doctorat en médecine 1831-1870 (source : corpus des docteurs étrangers en médecine).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Tableau 28. – Âge de réception au doctorat en médecine 1871-1907 (source : corpus des docteurs étrangers en médecine).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Tableau 29. – Âge de réception au doctorat en médecine des étrangères (source : corpus des docteures en médecine).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540