Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre V. La vie avant Paris : origines sociales et croyances

Texte intégral

  • 1 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 190.

1Qu’est-ce qu’un étudiant étranger en France ? Nicolas Manitakis donne une définition de l’étudiant grec émigrant en France durant une bonne partie du XIXe siècle qui peut s’appliquer aux étudiants d’autres pays : « Un homme célibataire, provenant majoritairement des classes aisées, relativement jeune, venu en France dès la fin de ses études secondaires ou juste après avoir terminé en Grèce un cycle d’études universitaires, généralement sans expérience professionnelle. » Ce profil, ajoute-t-il, « commence à changer à partir de 19001 ». De fait, si l’on excepte quelques docteurs en médecine venant se perfectionner à l’École médicale de Paris, les étudiants étrangers sont, pendant les deux tiers du siècle, de jeunes hommes célibataires issus des classes moyennes ou supérieures et dotés d’un équivalent du baccalauréat français. Les trois dernières décennies du siècle sont marquées par une relative différenciation du recrutement des facultés parisiennes, en particulier par l’arrivée des étudiantes.

Les origines sociales des étudiants étrangers

2À la Belle Époque, l’image donnée par les étudiants étrangers aux arpenteurs du boulevard Saint-Michel est contrastée. Pour beaucoup de bourgeois du Quartier latin, les Sud-Américains et les Roumains sont des gosses de riches qui vivent luxueusement sur la rive droite et étalent ostensiblement leur richesse dans les cafés de la place de la Sorbonne, tandis que les Russes sont des êtres faméliques, plus ou moins anarchistes et néanmoins travailleurs. Il n’est pas facile de vérifier l’exactitude de ces représentations. Cependant, les données que l’on peut extraire des archives permettent de constater qu’il n’y a pas d’écart de ressources entre les Français et les étrangers, et même entre les étrangers eux-mêmes.

Les parents des étudiants étrangers en droit

  • 2 Arch. nat., AJ/16/1222-1223 et 1667.
  • 3 P. Moulinier, La naissance…, op. cit., chapitre v.

3La définition de la profession des parents des étudiants étrangers en droit s’avère difficile en raison de la configuration des dossiers les concernant aux Archives nationales. Les fiches individuelles de l’ensemble des étudiants inscrits à la faculté de droit de Paris tout au long du XIXe siècle, Français et étrangers, hommes et femmes, sont en effet regroupées par ordre alphabétique dans des cartons sans aucun souci chronologique, en sorte que la reconstitution des cohortes par années scolaires demanderait un travail considérable. Nous avons donc pris le même parti que dans notre ouvrage précédent, à savoir d’explorer l’ensemble des fiches des étudiants dont le patronyme commençait par les lettres A et N2. L’extraction de ces échantillons des fiches des étrangers n’a malheureusement donné que de faibles résultats quant aux origines sociales des étudiants : la profession de leurs parents n’est indiquée que pour 85 individus, alors que l’on peut estimer le corpus total des étudiants concernés à environ 2 000 dont probablement environ 200 étrangers. Ce n’est qu’à partir des années 1870 que ce renseignement peut leur être demandé, mais par ailleurs le secrétariat de la faculté ne semble pas avoir été très préoccupé de l’obtenir ; il n’est par ailleurs pas exigé des étudiants majeurs, des orphelins et de ceux dont les parents habitent à Paris. Les renseignements obtenus grâce à ce dépouillement nous offrent cependant une image de l’origine sociale des étudiants étrangers en droit, assez proche en définitive de celle de leurs camarades français3. Ces élèves sont surtout des Roumains, des Égyptiens et des Ottomans, plus quelques Serbes, Grecs, Suisses et Allemands, ce qui correspond assez bien au recrutement majoritaire de la faculté sous la IIIe République. On trouve parmi eux surtout des fils de propriétaires (17 Roumains et 5 Égyptiens sur 38), de rentiers (7), de négociants ou commerçants (9), voire de banquiers (5) ; moins nombreux sont les fils de juge ou d’avocat, de médecin ou de professeur, de fonctionnaire, d’officier supérieur ou d’agriculteur (19 en tout) ; on remarque enfin des fils de haut fonctionnaire : Ahmed Zoulfikar est le fils du ministre des Affaires étrangères égyptien, Ali Ferrouh est fils de gouverneur, le jeune de Almeida, un Portugais, est le fils du chambellan de l’impératrice du Brésil ; ajoutons à la liste un père ministre du Siam, un boyard roumain. Même si le corpus n’est pas totalement représentatif des intéressés, force est de constater que ces parents bénéficient d’une certaine aisance financière, voire d’une fortune considérable.

Les parents des étudiants étrangers en médecine

  • 4 Arch. nat., AJ/16 6890 et 6892.
  • 5 Corpus docteures 1870-1907.

Professions des parents

Étudiants français reçus en 18994

Étudiants étrangers reçus docteurs (1860-1907)

Étudiantes françaises et étrangères 1870-19075

Professions médicales et pharmaceutiques

49 (18,1 %)

113 (10,2 %)

14 (8,1 %)

Professions juridiques (avocats, juges, avoués, notaires, etc.)

13 (4,8 %)

50 (4,5 %)

9 (5,2 %)

Propriétaires

67 (24,8 %)

247 (22,2 %)

25 (14,4 %)

Rentiers

18 (6,7 %)

139 (12,5 %)

14 (8,1 %)

Industriels, entrepreneurs

6 (2,2 %)

10 (0,9 %)

9 (5,2 %)

Commerçants, artisans

18 (6,7 %)

124 (11,2 %)

23 (13,4 %)

Marchands, fabricants, négociants

34 (12,5 %)

200 (18 %)

32 (18,6 %)

Banquiers, commissionnaires

3 (1,1 %)

27 (2,4 %)

4 (2,3 %)

Cadres et employés du secteur privé, ingénieurs

9 (3,2 %)

41 (3,7 %)

3 (1,7 %)

Militaires, marins

4 (1,5 %)

14 (1,3 %)

5 (2,9 %)

Administration publique

18 (6,7 %)

20 (1,8 %)

8 (4,6 %)

Enseignants, instituteurs

13 (4,8 %)

33 (3 %)

13 (7,5 %)

Professions intellectuelles et artistiques (journalistes, artistes)

6 (2,2 %)

20 (1,8 %)

6 (3,4 %)

Ecclesiastiques, rabbins

1 pasteur (0,4 %)

22 (2 %)

6 (3,4 %)

Fonctions politico-administratives (maires, députés, préfets, consuls)

3 (1,1 %)

13 (1,1 %)

2 (1,2 %)

Agriculteurs, fermiers

9 (3,2 %)

38 (3,4 %)

-

Total

269 (100 %)

1111 (100 %)

173 (100 %)

Tableau 23. – Professions des parents des étudiants en médecine1860-1907 (sources : corpus docteurs étrangers 1807-1907 et docteures 1870-1907).

  • 6 D. Musiedlak, Université privée et formation de la classe dirigeante : l’Université L. Bocconi de (...)

4La comparaison des professions des parents des étudiants étrangers en médecine de la seconde moitié du siècle avec celles des étudiantes et celles de la promotion de 1899 des carabins français, montre une remarquable homogénéité. Elle permet de constater la suprématie dans les trois groupes des professions économiques (propriétaires et fermiers, négociants, commerçants, industriels, artisans) et des rentiers, en regard des professions libérales (médecins, pharmaciens, avocats, magistrats), des enseignants ou des fonctionnaires du secteur public. Si l’on reprend la typologie de Didier Musiedlak dans son étude sur l’université privée L. Bocconi de Milan au début du XXe siècle6, les docteurs étrangers reçus à Paris peuvent appartenir à trois catégories sociales : la classe aisée, qui se partage entre anciennes notabilités (propriétaires, rentiers), élites productives (négociants, industriels) et cadres supérieurs (professions libérales, armée, hauts fonctionnaires) ; la petite bourgeoisie (employés, enseignants, commerçants, artisans), et enfin les milieux populaires (paysans, ouvriers). On peut estimer que 19 % des pères de ces docteurs appartiennent aux élites productives, 34 % aux « anciennes notabilités », 24 % aux professions libérales ou sont des cadres supérieurs, tandis que 20 % relèveraient de la petite et moyenne bourgeoisie et 3 % de la paysannerie. Les étudiants étrangers ne sont donc pas membres des classes populaires, même s’ils peuvent être issus de la petite bourgeoisie modeste. On constate qu’ils sont proportionnellement moins que leurs camarades français des fils de médecins ou de fonctionnaires et plus les rejetons de parents exerçant une fonction économique (rentiers, commerçants, négociants, artisans, banquiers, commissionnaires). Les proportions sont identiques en ce qui concerne les professions juridiques et les propriétaires. Ajoutons que le corpus des docteurs étrangers comporte un grand nombre d’orphelins (92) et de fils de veuves (193) dont certaines sont des rentières ou exercent un métier, ce qui est un fait courant au XIXe siècle. Certains d’entre eux ont des pères exerçant une fonction politique ou religieuse de haut rang, tel le président de la République du Salvador ou l’archevêque orthodoxe de Slivno en Bulgarie.

  • 7 J. Crouzet Ben Aben, « La clientèle secondaire féminine et ses besoins », Revue universitaire, 191 (...)

5Nous avons la chance de posséder l’indication de la profession des parents ou de leur situation démographique pour 162 docteures (80,6 % du corpus). Les professions du père ou de la mère veuve sont assez analogues à celles que nous avons mises en valeur pour les Français : 14 rentiers, 25 propriétaires, 32 négociants, commerçants et fabricants, soit des professions de rente ou économiques. Les filles de médecin ou de pharmacien sont peu nombreuses : 14 (8,1 %), de même que les filles de membres de l’enseignement (13, soit 7,5 %), de fonctionnaire ou d’employé ; pour le reste, on trouve dans le corpus six clercs dont un rabbin, cinq officiers, trois avocats, un maire, un écrivain public à Paris, une boulangère, un agent d’affaires, un banquier, un orfèvre, un ingénieur, un voyageur de commerce, deux musiciens, un artiste peintre, deux architectes. Ajoutons les 14 orphelines (8,6 %), ce qui est une situation assez fréquente à l’époque, y compris chez les Français ; 30 (10,5 %) ont une mère veuve dont 12 sont sans profession. On peut caractériser ces étudiantes comme issues de la petite bourgeoisie ou des classes moyennes, ce qui les rapproche des résultats d’une enquête menée peu avant la Grande Guerre sur les lycéennes françaises. Cette enquête menée en 1911 par Jeanne Crouzet Ben Aben dans neuf lycées ou collèges de régions très diverses montre que la population des lycées appartient en presque totalité (les trois quarts dans la plupart des lycées, la totalité dans une ville très industrielle du nord de la France, 70 % dans une ville du sud-ouest) aux classes moyennes ; le dernier quart vient des classes riches ou très aisées, tandis que les classes populaires fournissent un contingent nul ou insignifiant. Mais, ajoute l’enquêtrice, « dans cette classe moyenne elle-même, [c’est] la partie la moins aisée : si, en effet, dans certaines grandes villes privilégiées, ce sont les hauts fonctionnaires de la magistrature et de l’Université, le haut commerce (bien souvent protestant et israélite) qui représentent cette classe moyenne, dans la plupart des autres c’est la petite bourgeoisie : petits commerçants, petits industriels, petits propriétaires, petits fonctionnaires ». C’est cette bourgeoisie modeste qui est la plus avide de diplômes pour leurs filles7.

Les origines sociales des étudiants en pharmacie

  • 8 Arch. nat., AJ/16/1995.

6Nous n’avons que peu de données sur la profession des parents des étudiants étrangers en pharmacie, qui est rarement mentionnée dans leur dossier. Quelques-uns sont des pharmaciens ou des fils de pharmaciens, tels Tassos Argyropoulos, nés à Smyrne en 1871, qui a fait son stage chez son père et s’installe dans sa ville natale avec son diplôme de pharmacien de Paris en 1896. On compte aussi parmi eux des fils de médecins, tels Arnold Joseph Lodewycks, né à Anvers en 1784 et reçu pharmacien en 1813. Maurice Hambourg, né à Chachniki (Russie) en 1864, est le fils d’un médecin de Vitebsk ; il est déclaré « bourgeois de Vilna » dans un certificat traduit du russe attestant qu’il a fait un stage dans une officine de Larichansky (gouvernement de Poltava)8. Le père de James Wilson Mac Guffie, né en 1880 aux Gonaïves (Haïti), est négociant dans cette ville.

Des origines urbaines et bourgeoises

7La majorité des docteurs étrangers reçus à Paris entre 1807 et 1907 ont des origines urbaines et beaucoup sont nés dans la capitale de leur pays : on note 19 Londoniens, 17 Lisboètes, 17 Bruxellois, sept Madrilènes, cinq Viennois, cinq originaires de Dublin, cinq d’Amsterdam, mais seulement deux Berlinois ; on remarque parmi eux les Roumains de Bucarest, au nombre de 125, de Jassy (Iaci), au nombre de 18, de Berlad (10), de Craïova (14), de Ploesti (11) et de Braïla (8) ; les Suisses viennent surtout des villes francophones : Genève (79), Lausanne (11), Morges (11) ; dans l’Empire russe, on note l’importance des natifs des villes polonaises (34 Varsoviens), des villes à forte composante juive (18 originaires de Vilnius, 40 d’Odessa, etc.) alors que l’on ne compte que trois Moscovites et quatre Pétersbourgeois ; les sujets de l’Empire ottoman sont en grande partie issus de Constantinople (84), de Smyrne (Izmir, 36) ou de Beyrouth (5), les Égyptiens du Caire (46) et d’Alexandrie (9) ; on relève que les Louisianais, au nombre de 51, dominent dans la colonie américaine (seulement sept New-Yorkais) ; enfin les Latino-Américains honorent leurs capitales : Bogota en Colombie (6), Buenos Aires (13), Guatemala-city (8), La Havane (60), Lima (5), Mexico (4), Montevideo (31), Port au Prince en Haïti (31), Rio de Janeiro (14), Santiago du Chili (13) ; 44 Mauriciens sont nés à Port-Louis.

  • 9 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 256-264.

8Dans le cas de la Grèce, Nicolas Manitakis note une prédominance des étudiants nés ou habitant à Athènes par rapport aux autres villes de la Grèce et l’explique par son importance démographique, économique et culturelle ; la capitale est un lieu d’immigration grecque et accueille de nombreux étudiants de province ; elle est en outre un endroit où la pratique du français est très répandue grâce aux écoles francophones que l’on y trouve. Le même auteur relève par ailleurs une surreprésentation des îles Ioniennes (Corfou, Céphalonie), intégrées en 1864 à l’État hellénique après la domination anglaise : cette prédominance s’expliquerait par la proximité et les liens historiques de ces îles avec l’Europe occidentale (elles firent partie des conquêtes napoléoniennes) et par le goût de ses élites pour les études et la connaissance des langues occidentales (italien et français) ; l’île ionienne de Céphalonie abrite par ailleurs une forte colonie juive9. L’analyse de notre corpus des docteurs en médecine étrangers confirme ces données : on y trouve 19 étudiants nés dans les îles Ioniennes entre 1820 et 1861 et 93 étudiants indiqués comme « nés en Grèce » entre 1774 et 1876, dont certains dans les îles Ioniennes, l’Épire, la Bessarabie ou la Roumélie occidentale, ou même à Smyrne en Turquie : ces indications prennent en compte, soit la nationalité au moment de la naissance, soit celle existant à la date de la première inscription à Paris, ce qui ne simplifie pas l’attribution d’une appartenance nationale. Les natifs d’Athènes sont au nombre de neuf, soit un « Grec » sur dix, et ceux des îles Ioniennes de 25, dont huit de Corfou (quatre nés avant 1864) et 17 de Céphalonie (sept nés avant 1864).

9Les étudiantes reçues docteurs en médecine en Paris sont en majorité issues de la bourgeoisie urbaine. Dix Françaises sur 45 sont nées à Paris et deux à Lyon, deux Roumaines sur 9 à Bucarest, trois Anglaises sur huit à Londres. Deux Américaines sur quatre sont natives de Chicago et de San Francisco. Les Russes proviennent elles aussi des villes importantes : vingt sont nées à Varsovie, onze à Saint-Pétersbourg, six à Moscou, quatre à Vilnius, trois à Kiev, à Minsk ou à Tiflis. Les villes où la communauté juive est importante sont bien représentées, telles qu’Odessa (22 docteures, soit plus d’une sur dix docteures russes), Mohileff(5), Simferopol (3), Varsovie ou Vilnius.

10Certains des docteurs étrangers reçus à Paris sont des fils d’émigrés. Leurs parents vivaient et souvent travaillaient en France au moment de leur inscription à la Faculté de médecine. Nous possédons cette information pour les étudiants inscrits dès les années 1880 : 212 d’entre eux, soit environ 12,5 % des effectifs étrangers de docteurs recensés entre 1871 et 1907, déclaraient des parents vivant en France, dont 164 à Paris, six en banlieue parisienne et 42 dans divers départements français, à Marseille comme à Bordeaux, à Nantes, à Amiens, sur la Côte d’Azur, en Savoie ou dans le Nord ; la plus grande partie habitait au moins temporairement chez leurs parents, qui exerçaient des professions diverses (médecins, commerçants, négociants, propriétaires, rentiers, etc.) et parmi lesquels on comptait un certain nombre de veuves rentières. On relève par ailleurs sept étrangères dont les parents habitaient et travaillaient à Paris au moment de leur inscription : en 1880, la Roumaine Maria Cutzarda habite chez sa mère, rentière sur le boulevard Saint Michel ; en 1884, la Russe Esther Dobrouskine, née à Rogatcheff, vit chez son père écrivain public, 4 rue de Vaugirard ; la Bucarestoise Catherine Iscovescu vit en 1894 chez son père médecin rue Boissière et la Russe Félicie Jakubowska loge en 1884 chez sa mère rentière, boulevard du Port Royal, en bordure de la Petite Russie ; la Russe Anna Kalita, de Kharkhov, vit en 1898 chez sa mère veuve sur le boulevard Saint-Michel ; plus originale, Caroline Massey-Crosse, née à Christchurch en Nouvelle Zélande mais de nationalité anglaise, habite la même année chez son père qui est dentiste avenue de l’Opéra ; enfin la Varsovienne Catherine Pokitonoff habite en 1885 chez son père artiste peintre aux Batignolles ; cette dernière est la seule de ce groupe dont nous savons qu’elle exerça à Paris après ses études, rue La-Boëtie (8e arrondissement).

La religion des parents

  • 10 V. Karady, « Pérégrinations contraintes… », 2009, op. cit., p. 131.

« La sécularisation de l’enseignement supérieur, assortie en France du maintien du monopole universitaire étatique, abolit les barrières religieuses dans l’accès aux universités occidentales qui, sans être imperméables avant le XIXe siècle, constituaient des obstacles face à la généralisation de la liberté des échanges universitaires10. »

  • 11 Arch. nat., AJ/16/1741.
  • 12 Arch. nat., AJ/16/1971.

11Les autorités publiques françaises ne sont guère préoccupées des opinions religieuses des migrants et n’exercent aucune discrimination selon la religion. Laïque et tolérante, à l’inverse de pays comme la Russie ou l’Allemagne, la France n’a jamais pratiqué une politique de filtrage sur une base nationale, culturelle ou religieuse à l’admission des étrangers dans ses établissements supérieurs. Les dossiers d’inscription des étudiants ne comportent pas de question sur la religion dont ils peuvent se réclamer. Dans les archives des facultés par contre, il n’est pas rare de trouver, en guise de certificats de naissance, des certificats de baptême ou des attestations de rabbins. C’est le cas par exemple de deux étudiantes en droit dont le dossier de demande d’équivalence du baccalauréat comporte des documents traduits en français : en 1880, le certificat de baptême de Varvara Alaverdoff par le prêtre de l’église arménienne de Tiflis, et, en 1891, l’acte du rabbin municipal d’Odessa en faveur de Marie, fille de Grégoire Rachatte, commerçant11. Le Serbe Svetislav Karitch, né en 1862, produit un certificat de l’école orthodoxe de Pozarevatz attestant qu’il a fréquenté régulièrement l’école et l’église en 1875-1876, ce qui lui permet d’être dispensé de produire le certificat de grammaire et le certificat de validation du stage nécessaires pour s’inscrire à l’École de pharmacie de Paris12. Dans notre corpus de docteurs étrangers, nous relevons grâce au certificat de baptême qu’il produit un catholique arménien né à Constantinople en 1833, Mikael Raphaélian, reçu docteur à Paris en 1862, et un juif italien qui produit un certificat du rabbin d’Ivrea (Piémont), Frédéric Léon Pugliese, également reçu en 1862.

Juifs et Juives

12S’il n’est guère possible de déterminer l’appartenance des étrangers au catholicisme ou au protestantisme, il est loisible de présumer la religion des parents des étudiants ottomans, arméniens ou grecs. Mais surtout, à l’instar de nombreux chercheurs, nous pouvons mettre en valeur avec une relative précision l’appartenance juive des étudiants étrangers, en raison notamment de la discrimination qui les frappe et de leur origine géographique spécifique. Un article de la Revue internationale de l’enseignement consacré à l’Institut féminin de médecine de Saint-Pétersbourg, qui a été créé en 1897, remarque que cette institution

  • 13 RIE, 1899, vol. 2, p. 212, note 1.

« n’a pas diminué sensiblement le nombre des jeunes femmes qui viennent à Paris faire leurs études de médecine. Nous avons cité le règlement qui n’autorise l’amission des Juives que dans la proportion de 3 % ; or, comme le nombre des Juives qui se destinent à la carrière médicale est considérable, il est certain que nous verrons tout autant d’étudiantes russes dans nos amphithéâtres. Moins de Russes orthodoxes, plus de Russes juives […]. L’influence française ne peut que bénéficier de l’afflux d’étudiants et d’étudiantes étrangers13 ».

  • 14 H. Weizmann, Naissance d’Israël, Paris, Gallimard, 1957, p. 50.

13La grande majorité des étudiants et étudiantes juives qui se retrouvent à Paris provient en effet de l’Europe de l’Est, et surtout de la Russie tsariste qui réserve aux Juifs une « zone de résidence » dans ses marges occidentales (pays baltes, Pologne, Ukraine, Biélorussie, Bessarabie et Crimée). Comme l’a écrit Haïm Weizmann14,

« ces colonies d’étudiants étaient un des traits caractéristiques de l’Europe occidentale du temps de la Russie tsariste. À Berlin, Berne, Zurich, Genève, Munich, Paris, Montpellier, Nancy, Heidelberg, de jeunes juifs russes, chassés de leurs patries par les persécutions, les différences raciales et par la famine intellectuelle, constituaient des groupes bien spéciaux et identifiables. Les étudiantes y étaient presque aussi nombreuses que les étudiants ».

  • 15 V. Karady, « Pérégrinations contraintes… », 2009, op. cit., p. 129-130.
  • 16 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 52.
  • 17 B. Czerny, « L’association des étudiants russes… », op. cit., p. 11.

14Selon Victor Karady, la venue des Juifs de Russie en Occident « s’inscrit dans un mouvement d ‘ émigration définitive de très grande ampleur, véritable exode touchant entre le quart et le tiers des Juifs de Russie ». Cet auteur souligne qu’ils sont pour la plupart largement surscolarisés15, ce qui explique leur migration faute d’offre suffisante d’enseignement supérieur dans leur pays. Victor Karady rappelle encore que « les débuts des grands pogroms des années 1880 en Russie coïncident […] avec les premières vagues importantes de l’émigration estudiantine juive, qu’on perçoit partout dans les universités de l’ouest ». Dans la Russie du second XIXe siècle, le nombre de Juifs fréquentant les écoles supérieures ayant fortement augmenté entre 1865 et 1886, une politique de restriction d’accès à l’enseignement supérieur est décrétée à leur encontre. La loi de juillet 1887, précédée par des mesures restrictives dès 1886, instaure le numerus clausus contre les Juifs, accusés d’être des fauteurs de troubles dans les universités, ce qui provoque une émigration importante. En 1887, le fait que le numerus clausus antijuif dans l’enseignement secondaire ne s’applique qu’aux jeunes gens contribue à multiplier les candidatures des jeunes filles juives à la poursuite d’études supérieures16. La surscolarisation des jeunes filles russes, notamment des juives, et les obstacles qui sont mis à leur accès à l’enseignement supérieur dans leur pays, encourageront leur désir d’émigration et contribueront, on l’a vu, à l’essor de la population féminine des facultés parisiennes, notamment celle de médecine. Le nombre élevé des étudiantes russes s’explique aux yeux de Victor Karady par la « double exclusion » dont elles sont victimes. En tant que femmes, ne leur sont ouverts depuis les années 1870 que les cours supérieurs féminins qui comportent des enseignements professionnels très inégalement développés selon les branches d’études et de niveau généralement inférieur au niveau universitaire. De plus, comme on l’a vu, ces cours ont été fermés pendant les années de réaction politique après 1883 et n’ont été rouverts que sélectivement, vers la fin du siècle. Mais l’exclusion les frappe aussi en tant que juives, soumises au sort commun des Juifs, ou comme membres d’autres minorités opprimées dans l’Empire et à l’avenir plus ou moins bouché. Le mouvement d’émigration des étudiants juifs se développera et s’accélérera dans les années qui encadrent les événements révolutionnaires de 1904-1905, lorsque l’antisémitisme habituel du régime tsariste conjugue ses effets avec de nouveaux pogromes organisés par le régime. Beaucoup choisissent de faire leur médecine à l’étranger, en particulier parce que les juifs dotés d’un doctorat peuvent s’installer en dehors de leur zone de résidence, sans avoir à se convertir17.

  • 18 I. et D. Gouzévitch, « Étudiants, savants et ingénieurs juifs originaires de l’Empire russe en Fra (...)

15Les étudiants et étudiantes juifs de l’Empire russe sont donc nombreux à partir, d’abord en Allemagne et en Suisse, puis en France, pays « qui incarne le mieux l’idéal d’émancipation vers lequel tendent les émigrants en venant étudier dans ces pays18 ». Pour les Juifs des pays de l’est, la France a en outre l’avantage de posséder un régime parlementaire démocratique et tolérant, et d’avoir parmi les premiers accordé les droits civiques complets aux Juifs. À leurs yeux, Paris était, à tort ou à raison, la capitale de la Révolution, de la laïcité et des droits de l’homme. Pour eux, le voyage à Paris constitue le moyen d’échapper, comme le dit Victor Karady, « aux pesanteurs de l’état de paria qui leur fut imposé » et, face au numerus clausus qui bloquait leur accès aux études supérieures, « la seule manière d’accomplir une scolarité supérieure normale ».

  • 19 V. Karady, 2002, op. cit., p. 53.
  • 20 N. Green, Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque, Paris, 1985, p. 104 et suivantes.
  • 21 N. Green, « L’émigration comme émancipation : les femmes juives de l’Europe de l’Est à Paris, 1881 (...)

16À la veille de la Grande Guerre, il y a plus d’étudiants juifs russes à l’étranger qu’en Russie. Selon Boris Czerny, le pourcentage des juifs parmi les étudiants de Russie à l’étranger s’élèverait au début du XXe siècle à 80 %, mais le plus grand nombre choisit d’étudier en Allemagne. Victor Karady précise de son côté que les Juifs des deux sexes forment près des deux-tiers des étudiants étrangers venus d’Europe orientale vers les universités d’accueil occidentales. Il estime à 47 % autour de 1900 et à environ 74 % en 1911-1912 « la part du public universitaire juif de Russie à l’étranger19 ». Nancy Green estime qu’à Paris, à la Belle Époque, les étudiants juifs constitueraient plus de la moitié de la population étudiante étrangère de Paris avec 1 060 individus, ce qui nous semble surestimé puisque, selon nos calculs, l’ensemble des Russes sont au nombre de 1 734 en 1909 et de 1 447 en 191320, et on compterait 75 % de Juives parmi les étudiantes russes à Paris21. Selon les estimations de Victor Karady établies d’après notre corpus des docteurs étrangers, sur les 755 ressortissants hommes des pays de l’est, les juifs passeraient de 8 % en 1807-1860 à 54,3 % en 1901-1907. Ces proportions sont du même ordre en Allemagne, en Suisse et en Autriche, du moins dans les facultés des sciences et de médecine. L’étude du corpus des docteures 1870-1907 permet d’affirmer que, sur 298 docteures étrangères, on trouve 219 ressortissantes des pays de l’est (surtout de Russie et de Roumanie). 65,8 % de ces dernières présentent divers indices de judaïté et 4,6 % un statut incertain, ce qui correspond à l’estimation de Nancy Green.

  • 22 M. Roblin, Les Juifs de France, démographie, économie, culture, Paris, Picard, 1962, p. 66.
  • 23 V. Karady, « Les juifs de l’est européen… », op. cit., p. 6.
  • 24 V. Karady, « La migration internationale… », 2002, op. cit., p. 53-55.

17Il existe d’autres catégories d’étudiants juifs, tels les Roumains, notamment de Moldavie et de Bucovine, qui font l’objet tout au long du siècle, comme les Russes, de politiques de limitations. L’opinion française est particulièrement sensible aux pogroms de 1895 à Galatz et à Jassy. Certains Juifs roumains sont des réfugiés de l’Ukraine et de la Galicie22. Victor Karady souligne le nombre important des Juifs roumains migrateurs « en mal de mobilité sociale, mais aussi de modernisation culturelle par le biais d’études supérieures séculières, opposées à la tradition religieuse23 », et suggère que certains Juifs de l’Empire ottoman, « francisés grâce aux écoles de l’Alliance israélite », en provenance par exemple de Salonique devenue grecque, ont pu choisir la France plutôt que l’Allemagne24. Les originaires de Salonique sont au nombre de 19 dans notre corpus des docteurs en médecine : nés entre 1812 et 1880, donc avant l’intégration de Salonique à l’État hellénique à la suite des guerres balkaniques de 1912 et 1913, ils sont tous classés comme issus de l’Empire ottoman et leur patronyme les désigne clairement comme juifs.

Études secondaires et apprentissage du français

  • 25 C. Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, (...)
  • 26 E. Hobsbawm, L’ère des empires 1875-1914, Paris, Fayard, 1987, p. 231.
  • 27 P. Moulinier, « La clé de la forteresse : le baccalauréat comme instrument de régulation des cursu (...)

18Les étudiants migrants en France ont pour la plupart accompli jusqu’à leur terme des études secondaires, qu’elles soient ou non sanctionnées par un examen final. Dans tous les pays, en particulier en France, l’enseignement secondaire ne touche qu’une faible minorité de jeunes (avant la Grande Guerre, seulement 1,1 % de la classe d’âge concernée en France et en Allemagne, selon Christophe Charle25) et représente la condition sine qua non des études supérieures. Ce nombre très limité de diplômés de l’enseignement secondaire n’est pas corrélé au petit nombre des jeunes rejetons des classes dominantes : outre que les jeunes filles en sont exclues pendant les trois quarts du siècle, la conquête de titres analogues au baccalauréat français est plus le fait des classes moyennes et de la bourgeoisie en quête d’ascension sociale que des fils des classes dirigeantes et de l’aristocratie. En France, le baccalauréat n’est pas qu’un titre d’accès à la faculté, mais aussi, pour les couches modestes, un brevet de bourgeoisie, ce qui explique l’augmentation des effectifs de l’enseignement secondaire à la fin du siècle. Comme l’écrit Éric Hobsbawm, « l’école et l’université comme instruments de promotion sociale ne sont vraiment importantes que pour ceux qui cherchent à se hisser dans la société et non pour ceux qui étaient déjà parvenus à son sommet26 ». Ajoutons qu’en France, avant la fin du siècle, la majorité des familles bourgeoises ne pousse pas leurs enfants à obtenir le baccalauréat classique. C’est notamment grâce à l’instauration du baccalauréat moderne sans latin (réformes de 1891 et 1902) que les effectifs de bacheliers se développent, provoquant en France des campagnes hostiles à la surproduction de diplômés. En ce temps de révolution industrielle et d’expansion du transport de masse, ce titre commence alors à devenir nécessaire pour accéder aux écoles et instituts économiques, industriels et techniques27.

19Quelques dossiers des étrangers reçus docteurs en médecine à Paris nous donnent des indications sur leur scolarité secondaire, dans leur pays et plus rarement en France, ce qui est le cas lorsque leurs parents y habitent : ainsi, Henri Rodriguez, né en 1850 dans la Nouvelle Grenade, la future Colombie, dont les parents habitent en Colombie, sera pensionnaire au lycée de Versailles de la 5e à la Rhétorique avant d’accomplir des études de médecine normales (baccalauréats + 16 inscriptions) et d’être reçu au doctorat à 23 ans, en 1873 ; ses correspondants à Paris sont des Colombiens qui habitent rue d’Hauteville (10e arrondissement). Jean-Jacques Bergeaux, né aux Cayes (Haïti) en 1847, dont la mère est veuve lors de son inscription, est lui aussi reçu docteur en 1873 après des études au lycée impérial Napoléon de 1860 à 1867, la passation de ses deux baccalauréats à Paris en 1867 et deux ans d’études à la Faculté de médecine de 1869 à 1871. Pour sa part, Ali Heybah, né au Caire en 1808, fait partie de la mission égyptienne envoyée en 1826 par Mehemet Ali en France ; il est reçu docteur en 1833. Son compatriote Aïssa Hamhy, né en 1843 à Alexandrie (Égypte), est lui aussi un ancien élève de la Mission égyptienne à Paris ; il a pris quatre inscriptions (un an d’études) à Montpellier avant de terminer ses études à la faculté de Paris où il est reçu docteur en 1873. Frédéric Jean Nicolas Courtaux, né en 1840 à Port-Louis (île Maurice), suit ses parents en France, peut-être à Toulouse, effectue ses études secondaires pendant cinq ans au collège de Sorrèze (Tarn), passe son baccalauréat ès sciences à Toulouse en 1861 avant de suivre les cours de la faculté de médecine de 1861 à 1866 ; ses parents habitent alors à Auteuil près de Paris ; reçu docteur en 1871, il s’installe à Paris, au 72, rue d’Amsterdam. Fernando Rosendo Ramon de Zayas Bazan, né à Port-au-Prince (Cuba) en 1839, a passé ses baccalauréats à Poitiers après quatre ans d’études secondaires au collège de Pontlevoy (Loir-et-Cher) ; il obtient le doctorat à Paris en 1873 après quatre ans d’études à la faculté de médecine. Henri Markel, né en 1875 à Constantinople et dont le père est médecin à Tripoli en Syrie, a fait ses études secondaires au collège Saint Benoît de Constantinople ; il est reçu au doctorat en 1901. Basile Mancache, né en 1847 à Bakau (Roumanie), reçu docteur en 1874, a fait ses études secondaires au lycée de Jassy. Abraham dit Albert Handelsmann, né à Galatz (Roumanie), dont le père est mécanicien à Gobianevsky en Russie, passe son baccalauréat au lycée français de Galatasaray à Constantinople ; naturalisé français en 1903, il peut se préparer au doctorat qu’il obtient en 1906.

La francophonie

  • 28 V. Karady, « Les logiques des échanges inégaux… », op. cit., p. 23.
  • 29 V. Karady, « Les logiques des échanges inégaux… », op. cit., 2003, p. 20.

20La France du XIXe siècle a-t-elle une politique de la francophonie ? Sans doute n’en a-t-elle pas besoin car, dans nombre de pays, le français est la langue de culture des élites. Tout au plus accorde-t-on à la fin du siècle aux étudiants canadiens d’origine française la possibilité de s’inscrire au PCN avec dispense du baccalauréat. Aux yeux de vieilles familles de l’élite polonaise ou roumaine, « l’apprentissage du français va de soi, […] si bien que l’on ne saurait considérer comme achevée l’éducation des jeunes sans un passage dans une université française28 ». C’est le cas des fils de boyards roumains ou russes, des rejetons de riches familles égyptiennes. Victor Karady29 relève un « processus de canonisation de l’Occident dans le champ culturel » qui remonte au XVIIIe siècle, dont l’un des effets est l’identification des biens culturels occidentaux à de « grandes civilisations nationales ». Il en a résulté que les langues de ces civilisations, le français, l’allemand ou l’anglais, ont constitué, avec le latin et les langues nationales, la base de la « formation humaniste des élites dans tous les réseaux nationaux de lycées et collèges du continent européen ». L’essaimage d’institutions culturelles à l’étranger contribue par ailleurs à la pratique du français jusqu’en Amérique latine. Un certain nombre de jeunes gens ayant reçu dans leur pays un enseignement primaire et surtout secondaire en français, et donc éduqués à l’occidentale, sont tentés de faire leurs études supérieures dans une université française ; c’est le cas d’Égyptiens, de Turcs, de Grecs, de Roumains, de Bulgares, de Russes, etc.

  • 30 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 399-404.
  • 31 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante internationale…, op. cit., p. 203-212.
  • 32 S. Reznikow, Francophilie et identité tchèque (1848-1914), Paris, Champion, 2002.

21Nicolas Manitakis montre que la Grèce a connu au XIXe siècle et dans l’entre-deux-guerres une forte croissance de l’apprentissage et de la pratique de la langue française par le biais des écoles confessionnelles ou laïques, des cours particuliers, des cours du soir, notamment ceux de l’Alliance française, des précepteurs, etc.30. La très grande majorité des Grecs venus en France sont issus des « classes aisées et hautement scolarisées » de la société grecque, en particulier de la fonction publique (diplomates, cadres supérieurs de l’administration) et des professions libérales (médecins et avocats), plutôt que des milieux économiques, ce qui les distingue de la plupart des autres groupes nationaux présents à Paris. Ces familles financent leurs études par le biais de mandats qu’elles leur envoient régulièrement. Les étudiants grecs ont généralement fait leurs études primaires et secondaires dans le secteur privé, quand ils n’ont pas reçu des cours à domicile assurés par des précepteurs privés ; leurs familles ont souhaité en outre qu’ils soient initiés au français, ce qui les a incitées à inscrire leurs garçons dans les écoles franco-helléniques ou les établissements français religieux ou laïques, en sorte qu’arrivés en France, ces étudiants possédaient un bon niveau dans la pratique du français31. Toutefois, le cas des Tchèques montre qu’une pratique assez répandue du français dans les classes cultivées ne provoque pas toujours un fort exil de formation en France : selon Stéphane Reznikow, alors que, dans les années 1910, les deux-tiers environ des élèves de l’enseignement secondaire apprenaient le français, on comptait les étudiants tchèques à Paris « sur les doigts de la main » (en 1898, six sont inscrits à la Sorbonne seulement) ; ils préfèrent s’inscrire à l’université de Prague ou dans les universités allemandes et autrichiennes32.

22La France n’a pas de politique linguistique explicite à l’égard des pays francophones (Belgique, Suisse, Québec ou Haïti), à l’exception peut-être de l’île Maurice, colonie anglaise anciennement française. Mis à part les étudiants issus de ces pays, au demeurant relativement peu nombreux dans les facultés parisiennes (d’après nos calculs, environ 70 en 1904 sur un total de 1 355 étudiants étrangers), on ignore la proportion d’élèves étrangers possédant une bonne pratique du français à leur arrivée à Paris. Un panorama de la place du français dans l’enseignement secondaire des pays émetteurs serait utile à cet égard.

  • 33 C. Charle, La crise des sociétés impériales Allemagne, France, Grande-Bretagne 1900-1940. Essai d’ (...)
  • 34 Sur ce point, voir : C. Charle, « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930) : (...)
  • 35 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 249.
  • 36 A. Kaspi (dir.), Histoire de l’Alliance israélite universelle de 1860 à nos jours, Paris, A. Colin (...)

23La politique culturelle extérieure de la France, dont Christophe Charle fait un aspect de la « société impériale » qu’est la France au même titre que l’Allemagne et la Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle33, est connue surtout grâce à ses grandes fondations scientifiques et culturelles, telles l’École française d’Athènes, l’École française de Rome, l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, l’École française d’Extrême-Orient, etc.34. Plus modestement, elle contribue aussi à la diffusion de la langue française. L’École française d’Athènes organise ainsi depuis les années 1910 la passation des épreuves du baccalauréat à Salonique avec l’aide du consulat français35. On pourrait y ajouter l’essaimage en plusieurs pays d’écoles primaires en langue française, fondées notamment par des congrégations chrétiennes, ou encore les écoles de l’Alliance israélite universelle. Cette institution, créée à Paris en 1860 par Adolphe Crémieux et Charles Netter dans le but de lutter contre l’antisémitisme et de faire entrer des juifs et des non-juifs dans la modernité occidentale, a mis en place dès les années 1860 un vaste réseau d’écoles primaires et techniques en Europe, au Proche Orient et en Afrique du Nord, ouvert aux garçons comme aux filles et où l’on enseigne le français. En 1867, elle fonde à Paris une école normale d’instituteurs (ENIO). Ces écoles sont situées en particulier dans des villes où la communauté juive est importante : en Grèce à Volos (1865) et Salonique (1873), en Bulgarie à Choumen (1867), dans l’Empire ottoman à Andrinople (1867), Damas (1865), Bagdad (1865), Beyrouth (1869), Jaffa (1870), en Égypte au Caire (1896), en Perse à Téhéran (1898)36.

24Du côté laïque, on citera les établissements de la Mission laïque française, fondée en juin 1902 par Pierre Deschamps, inspecteur des écoles à Madagascar. Leur but est notamment de faire contrepoids à l’enseignement diffusé par les congrégations religieuses. Après un rapide retour en France, Pierre Deschamps ouvre la première école de la MLF à Salonique en 1906, puis une deuxième à Beyrouth en 1909 avant d’implanter la Mission en Égypte, en 1910 à Alexandrie et en 1919 au Caire.

Les demandes individuelles

  • 37 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 342-349.
  • 38 P. Kiprianos, « La formation des élites grecques… », 2007, op. cit., p. 8 et suivantes.

25Beaucoup d’étudiants migrants n’ont d’autre préoccupation que de s’intégrer, après l’obtention d’un diplôme, dans le marché du travail de leur pays. Pourtant, les migrations étudiantes vers la France ne découlent pas exclusivement de la qualité des diplômes français, de leur nécessité pour exercer dans le pays d’origine ou de l’efficacité de la propagande française. Elle peut être aussi le résultat du calcul stratégique d’un étudiant particulièrement brillant qui ne peut trouver dans son propre pays le niveau d’étude qui lui convient. Les étudiants étrangers ne sont en effet pas tous mandatés par leur gouvernement pour se former en France. À côté des boursiers, il y a les jeunes conseillés par un père ou un oncle, envoyés par leurs familles pour acquérir un titre prestigieux, parfois déjà obtenu par leur père (ce sont des sortes d’études de légitimation culturelle), désireux de bénéficier des apports culturels de la France ou qui souhaitent voyager. Le poids des parents est souvent prépondérant. Dans sa thèse, Nicolas Manitakis cite le cas d’universitaires grecs, souvent formés en Europe occidentale, qui envoient leurs fils commencer ou poursuivre ses études en France ou en Allemagne dans le but de leur assurer une formation scientifique de haut niveau, ce qui est une manière de « préserver pour leur descendance l’effet de distinction sociale associé à l’entreprise d’études universitaires et à la possession de diplômes obtenus en Europe occidentale ». Un tel démarquage, remarque cet auteur, est aussi un moyen d’occuper une position favorable – grâce à l’exhibition d’un titre universitaire rare et prestigieux – dans un marché de l’emploi des professions libérales, surtout des médecins, caractérisé à la fin du XIXe siècle en Grèce par l’« encombrement », voire le chômage intellectuel37. Selon Pandelis Kiprianos38, entre 1895 et 1940, « le nombre des étudiants grecs en France a été nettement supérieur à celui de leurs homologues en Allemagne », ce qu’il explique autant par le prestige de la culture française auprès de la bourgeoisie grecque, que par la pratique sociale du français et par l’activité des institutions culturelles françaises en Grèce, de l’Institut français d’Athènes aux écoles francophones, en majorité religieuses. Toutefois, remarque-t-il, les Grecs étudiant en France sont moins souvent des boursiers que leurs homologues partis en Allemagne ; il en conclut que la majorité d’entre eux seraient plutôt des « héritiers » envoyés par des parents de la bourgeoisie aisée et de ce fait orientés de préférence vers les professions libérales.

  • 39 V. Karady, « Les logiques des échanges inégaux… », op. cit., 2003, p. 21.
  • 40 D. Rolland, La crise du modèle français. Marianne et l‘Amérique latine. Culture, politique et iden (...)
  • 41 V. Karady, « La République des lettres des temps modernes : l’internationalisation des marchés uni (...)
  • 42 Voir dans le cas de la Grèce N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 386-398
  • 43 V. Karady, « La migration internationale… », op. cit., p. 56.

26Victor Karady remarque que le voyage peut ne pas avoir de motif professionnel : « Le passage, même de courte durée, dans une prestigieuse institution universitaire occidentale sert désormais d’une sorte d’adoubement intellectuel alors même qu’il n’est couronné d’aucun titre ou diplôme39. » Ce qui explique en partie le nombre d’étudiants libres dans les facultés parisiennes, notamment dans celle des lettres. Les élites d’Amérique latine sont aussi attirées par un « modèle français » culturel, artistique et politique, dont l’un des aspects est l’influence du positivisme comtien sur les réformes de l’enseignement supérieur au Mexique et au Venezuela. Ce « tropisme » français qui s’exerce sur les élites latino-américaines n’est pas contrebalancé par une immigration de Français en Amérique du Sud et commence à décliner avant, et surtout après, la première guerre mondiale40. L’affinité culturelle avec la France joue ainsi un grand rôle : un « désir de mimésis avec le mirage occidental », la francophilie ou la francophonie, l’abondance de « l’offre culturelle et artistique », ou encore l’absence de censure et les débats d’idées existant dans notre pays41 sont des motifs de voyage pour les élites des pays moins développés. En Europe Orientale comme en Amérique latine, tout ce qui est français, les biens culturels comme les manières de vivre, les voyageurs français comme les produits de luxe ou le tourisme en France, sont appréciés par la bonne bourgeoisie. Selon le mot de Nicolas Manitakis, il y a une « dimension symbolique du séjour d’études en France » : ces études représentent « une forme de consommation ostentatoire de biens symboliques » et permettent « aux familles aisées de faire étalage de leur richesse42 ». « Si Paris, note Victor Karady, garde pendant longtemps le statut un peu mythifié de “capitale culturelle de l’Europe” – “cité magique” beaucoup plus que Berlin ou Londres –, c’est sans doute par sa concentration unique à la fois de l’offre universitaire et académique. Il doit en aller de même pour les produits de consommation culturelle43. » Ajoutons que certaines migrations sont motivées par des contenus scolaires dont l’étude suppose le voyage : il est naturel d’apprendre le français en France ou l’anglais en Angleterre.

  • 44 V. Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche (...)
  • 45 P. Genève, « Colonies étrangères. Les Turcs de Paris », L’Opinion, 31 janvier 1914, 7e année, no 5 (...)

27Victor Karady cite encore les « études d’agrément pour jeunes filles de bonnes familles44 ». Enfin, une représentation fréquente de certaines catégories d’étudiants étrangers, turcs, roumains, sud-américains notamment, veut qu’ils soient venus à Paris pour « faire la noce » alors que la majorité de leurs compatriotes sont là pour acquérir un diplôme qui leur permettra d’avoir une position enviable dans leur pays45.

  • 46 V. Karady, 2009, op. cit., p. 127.
  • 47 D. Panzac, « Les docteurs orientaux… », op. cit., 1995, p. 298.
  • 48 I. Tchernoff, Dans le creuset des civilisations, vol. 1, De Nijni-Novgorod à Paris, Paris, Rieder, (...)

28Les affinités politiques jouent par ailleurs un rôle dans les migrations étudiantes : les idées de la Révolution française ont provoqué le désir d’études en France de la part de Roumains ou d’Allemands, mais aussi des Sud-Américains. Certains sont animés par des idéaux sociaux ou politiques et quelques-uns d’entre eux radicaliseront leurs positions politiques au contact des valeurs républicaines ou révolutionnaires françaises : ainsi des jeunes Roumains de 1848 qui porteront la révolution dans leur pays ou y provoqueront des réformes sociales, telles que l’abolition du servage. L’écrasement des révoltes en Pologne, en Hongrie ou ailleurs ont provoqué des flux migratoires vers l’Occident, où les étudiants constituent des groupes importants. À la Belle Époque, Paris accueille des réfugiés politiques issus de l’Empire russe, révolutionnaires, anarchistes, bundistes, pour qui « la présence universitaire ne faisait que camoufler ou retarder des activités politiques, devenues pour quelque temps par trop dangereuses ou inopportunes dans leur pays d’origine46 ». Selon Daniel Panzac, le nombre élevé de thèses de médecine soutenues en 1852 « tient sans doute au fait que certains étudiants, animés de sentiments libéraux, ont été attirés par le Paris révolutionnaire et républicain de 184847 ». Dans ses souvenirs, Iouda Tchernoff, qui arrive à Paris en 1892 à l’âge de 19 ans, écrit : « La France, avec son passé révolutionnaire, était pour moi la terre promise48. » Le Quartier latin devient ainsi une école de nationalisme et un séminaire pour futurs cadres politiques. On peut évoquer aussi l’attrait des activités politiques interdites dans leur pays. Pour ces émigrés politiques, les études en France constituent tantôt un mode de reconversion intellectuelle, tantôt une période d’attente dans un cycle de vie de révolutionnaire professionnel, ou encore une forme de réinsertion dans la masse des compatriotes compagnons d’émigration en vue de la poursuite d’un projet politique originel. Il faut ajouter qu’à l’instar des étudiants français, les jeunes étrangers venus à Paris se partagent en trois groupes : les travailleurs attentifs à réussir, les militants politiques et les dilettantes qui ne songent qu’à dépenser la pension familiale.

Les auditeurs libres et les étudiants-docteurs

29Victor Karady remarque que, quand les Français visent naturellement ce qu’il appelle les « diplômes fondamentaux » (licence, capacité) ou les « diplômes professionnels » (doctorat en médecine, licences d’enseignement, agrégations) tandis que « bien moins visent les titres supérieurs (doctorats en droit, ès lettres ou ès sciences) », les étrangers, quant à eux, « portent leurs préférences sur les diplômes de base “libres”. Une importante proportion – soit un sixième en droit, un dixième en sciences et jusqu’à un tiers en lettres – ne postule formellement à aucun titre universitaire. C’est le cas d’une proportion particulièrement forte de femmes notamment. Des données partielles (mais par trop dispersées pour mériter de figurer dans notre banque de données) suggèrent qu’en moyenne les étrangers décrochent bien plus rarement des diplômes que les nationaux dans tous les pays ». Pourquoi ?

  • 49 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 87-88.

« Il faut garder en évidence, répond Victor Karady, le fait plus ou moins fréquent mais toujours important que les étrangers viennent faire en Occident des études complémentaires, post-graduelles ou simplement de type “initiatique” sans visée universitaire ou professionnelle concrète. Cela veut signifier des objectifs qui rentrent dans un cycle d’études ou qui ont une fonction précise en vue d’apprentissage professionnel (tel le perfectionnement du français en France, de l’anglais en Angleterre, ou l’allemand en Allemagne pour les philologues concernés), mais aussi répondre à des fins plus proprement intellectuelles relevant de la collecte d’atouts symboliques : écouter un maître reconnu dans telle spécialité, faire connaissance avec les méthodes d’enseignement ou avec le mode de vie estudiantin du pays, etc.49. »

30Ces jeunes émigrent temporairement et retournent ensuite chez eux afin de mettre en valeur les compétences acquises à l’étranger.

  • 50 Arch. nat., AJ/16/6496.
  • 51 Voir sa notice dans le corpus 1807-1907.

31Dans les universités françaises, cette demande de formation complémentaire est formulée par des jeunes, souvent déjà diplômés dans leur pays, désireux de se perfectionner, notamment des docteurs en médecine étrangers, ou par des auditeurs libres, dits « bénévoles » dans le langage de l’époque. C’est notamment à leur intention qu’est créée l’immatriculation. Tous ces docteurs étrangers ne recherchent pas le doctorat français et certains ne demandent qu’une rémunération symbolique. A l’occasion du dépôt d’un projet de loi tendant à exiger des étudiants en médecine étrangers désireux de s’installer en France qu’ils soient reçus au doctorat français, on a pu lire que certains ne recherchent le titre de docteur que pour « faire la preuve officielle d’une instruction sérieuse, à cause de la respectabilité, comme disent les Anglais50 ». Certains d’entre eux pratiquent un véritable nomadisme universitaire, d’une université à une autre, voire d’un pays à l’autre. Parmi les docteurs reçus à Paris, il en est qui ont eu un cheminement mouvementé avant d’arriver à Paris : ainsi François Emery, un Suisse de Genève né en 1847 à Rio de Janeiro et reçu docteur à Paris en 1893, était déjà docteur de l’université de Pennsylvanie et de la faculté de Cordoba (Argentine), puis professeur de chimie à l’École des mines de San Juan quand il s’est inscrit à la faculté de Paris. Certains étudiants ou docteurs étrangers se sont illustrés dans leur pays avant d’étudier à Paris : par exemple, Frédéric Gacitua, né en 1850 à Santiago du Chili, a reçu la médaille d’or et un diplôme d’honneur « pour services rendus pendant l’épidémie de variole de 1872 au Chili51 ».

Les auditeurs libres à la faculté de droit

  • 52 Arch. nat., AJ/16/2565.
  • 53 SES 1867-1878, Paris, 1878.

32Les Rapports des doyens des facultés de la fin du siècle ne manquent pas de dénombrer ces auditeurs libres. Ces étudiants sont inscrits sur un registre spécial au moment de leur inscription et ils reçoivent une carte qui doit être signée par le professeur dont ils suivront les cours ; leur présence est vérifiée tous les trois mois52. La faculté de droit en compte environ 150 en 187653. En 1905-1906, sur 556 étudiants étrangers en droit, on compte le nombre important de 73 « bénévoles ». En 1908-1909, le Rapport signale la présence de 138 étrangers qui ont suivi les cours pendant un ou deux semestres en cette qualité. Le Rapport pour 1912-1913 partage les étudiants en droit étrangers en trois groupes : ceux qui sont soumis au même régime que les nationaux (Roumains, Russes, Égyptiens, Serbes, Grecs, Bulgares, Turcs), les auditeurs bénévoles, qui se recrutent surtout chez les germanophones, Allemands, Autrichiens et Luxembourgeois ; et enfin les candidats au tout nouveau doctorat d’université créé en 1912, qui sont au nombre de quatorze.

Les auditeurs libres en lettres et en sciences

33Les « auditeurs bénévoles » sont particulièrement nombreux dans les facultés des lettres et des sciences, auxquelles ils confèrent une physionomie particulière. Moyennant la possession d’une carte d’inscription, ils ont accès aux conférences « ouvertes », mais non aux leçons réservées aux étudiants. Avant l’instauration en 1877 des bourses de licence qui fournissent de vrais étudiants à ces facultés, ils en constituent la principale clientèle : ainsi, la statistique pour 1865 fait état dans les 16 facultés des sciences de 2 138 auditeurs libres pour 94 inscrits, et dans les facultés des lettres de 1 708 auditeurs libres pour 4 732 étudiants inscrits, presque tous étudiants en droit qu’un décret oblige depuis 1852 à s’inscrire en lettres. En sciences, il s’agit de professionnels motivés, français ou étrangers, professeurs préparant une thèse de doctorat, ingénieurs travaillant dans un laboratoire. Si la Faculté des sciences en compte plus de 200 selon le Rapport pour 1886-1887, ce nombre a tendance à diminuer, passant à 76 en 1891-1892 et à 90 en 1892-1893. Leur poids dans les effectifs est important jusqu’en 1897 (entre 10 et 20 % de l’effectif étudiant), mais leur proportion diminue considérablement par la suite (entre 1 et 8 %) en raison de l’accroissement du nombre des étudiants ordinaires.

34En lettres, il ne s’agit pas de l’auditoire mondain des cours publics, mais de personnes ayant sollicité une carte pour assister à des conférences fermées au grand public, et leur poids est croissant : de 100 à 150 entre 1882 et 1887, soit autour de 12 % de l’effectif étudiant, leur nombre passe à près de 400 (24 %) en 1895, à près de 800 (29,5 %) en 1907. Dans la période 1908-1913, avec une moyenne de 950, ils représentent du quart au tiers de l’effectif de la faculté, suscitant une grande inquiétude dans un établissement à l’étroit dans ses murs. En 1911-1912, à en croire le doyen des lettres, ils seraient au nombre de 1 039 sur 3 221, soit un tiers des inscrits. Ces auditeurs sont des élèves d’autres écoles ou facultés (Chartes, Droit, Hautes Études, Institut catholique, Langues orientales, Pharmacie), des ecclésiastiques, des élèves étrangers, mais aussi des enseignants. Bien qu’ils ne puissent être considérés comme des « bénévoles », puisqu’ils préparent les concours, il faut ajouter à cette liste les élèves de l’École normale. Ce qui fait dire à Ferdinand Lot qu’à Paris, le vrai étudiant en lettres est un « oiseau rare » en 1895. En 1892-1893, la présence en nombre d’auditrices bénévoles, qui « occupent les meilleures places » au cours de Gustave Larroumet (1852-1903) à la faculté des lettres (elles sont 102 en 1909-1910, toutes Françaises), provoque un violent tapage des étudiants français.

  • 54 Ibid.

35À la faculté de théologie catholique, en 1865, on compte seulement 22 étudiants, auxquels il faut ajouter 375 « bénévoles ». Cette même année, les deux facultés de théologie protestante de Strasbourg et Montauban attirent 32 étudiants et 109 auditeurs libres. En 1876, ces derniers sont au nombre de 64054.

Les étudiants-docteurs étrangers

  • 55 Arch. nat., AJ/16/6496.
  • 56 Arch. nat., AJ/16/6497.

36Dès l’ouverture de la faculté de médecine, de nombreux docteurs étrangers, mais aussi des sages-femmes, s’inscrivent en vue d’accroître leurs connaissances ou de perfectionner leur pratique. Le durcissement des conditions d’accès aux études médicales observé sous la monarchie de Juillet est atténué pour les étrangers qui ne visent qu’un certificat d’études : l’accès aux cours leur est accordé sans autre exigence que l’inscription sur un registre spécial. En outre, un médecin étranger connu pour ses travaux scientifiques et ayant occupé des fonctions de professeur dans son pays, peut être admis à se présenter au doctorat en ne passant que quelques examens. Bien que l’arrêté du 8 septembre 1827 précise que les docteurs reçus dans les universités étrangères doivent subir les mêmes examens que les élèves des facultés de médecine françaises, la haute commission des études médicales réunie en 1846 par Victor Duruy en vue de réformer le décret du 19 ventôse an XI, dont les travaux sont restés sans suite, admit que « le Français et l’étranger qui ont étudié dans des facultés étrangères [pourraient] faire compter pour la moitié, dans une faculté française, leur temps d’études, en restant, quant au surplus, soumis à toutes les conditions imposées aux étudiants français ». À la fin du siècle, la médiocrité de certains doctorats étrangers en médecine suscite la mise en place d’une borne à l’accès des étrangers pourvus de ce titre à l’exercice en France de la médecine. La loi du 30 novembre 1892 sur l’exercice de la médecine – qui précise que « nul ne peut exercer la médecine s’il n’est muni d’un diplôme de docteur en médecine » ni être dentiste « s’il n’est muni d’un diplôme de docteur en médecine ou de chirurgien dentiste », exige dans son article 5 des médecins, chirurgiens dentistes et sages-femmes diplômés à l’étranger d’avoir obtenu le titre français pour exercer en France. L’article 28 précise toutefois que les médecins et sages-femmes venus de l’étranger et autorisés à exercer leur profession avant l’application de la loi « continueront à jouir de cette autorisation dans les conditions où elle leur a été donnée55 ». Le décret du 25 juillet 1893 complète la loi de 1892 en précisant que les médecins pourvus d’un diplôme étranger pourront obtenir une dispense partielle ou totale des examens exigés pour le doctorat ; ces dispenses seront accordées par le ministre après avis de la faculté compétente et du comité consultatif de l’enseignement public. Un décret du même jour précise que les chirurgiens dentistes reçus à l’étranger et désireux d’exercer en France devront subir les examens imposés aux nationaux. Les docteurs étrangers en mesure de présenter un diplôme agréé par le ministère après avis de la faculté et du comité consultatif de l’instruction publique sont autorisés à prendre cumulativement leurs 16 inscriptions et sont dispensés des examens de fin d’année ainsi que des premiers, troisième et quatrième examens de fin d’études, le tout à titre onéreux : ils ne passent donc que les second et cinquième examens et la thèse56.

  • 57 Arch. nat., F/17/12971.

37Les professeurs de médecine se réjouissent de ces mesures. Lors de la réunion du 22 juillet 1893 du conseil supérieur de l’Instruction publique, le professeur Lortet estime que le décret de 1893 permettra de faire le tri entre les docteurs issus des bonnes universités et les autres : selon lui, ce décret est susceptible de « mettre une barrière sérieuse à l’exploitation de certaines parties de la France par les médecins exotiques. Mais [ces prescriptions] ne sont point sans difficultés insurmontables pour les hommes instruits qui pourraient être tentés de venir dans notre pays pour y exercer loyalement la profession médicale57 ». Le décret du 25 juillet 1895 précise que les docteurs diplômés à l’étranger doivent pour exercer en France avoir le doctorat français, mais peuvent être dispensés de certaines épreuves et ne sont pas tenus de se faire naturaliser (comme ce sera exigé par la loi du 26 juillet 1935). Une circulaire ministérielle du 21 juillet 1896 relative aux médecins étrangers venant se perfectionner confirme l’ouverture des services et laboratoires de la faculté à ces praticiens. Le décret du 21 juillet 1897 qui instaure l’immatriculation déclare dans son article 25 : « Ne sont pas astreints à l’immatriculation les savants, professeurs et docteurs français et étrangers admis par le doyen ou le directeur, sur la proposition des professeurs, dans les conférences et les laboratoires des universités. »

  • 58 Arch. nat., AJ/16/6284.

38À la fin du siècle, le doyen Paul Brouardel s’inquiète de la situation des docteurs en médecine et des savants étrangers qui viennent à Paris suivre des cours à la faculté et fréquentent ses laboratoires. Il est lui aussi partisan de trier parmi eux le bon grain et l’ivraie. Devant le conseil de la Faculté du 8 juillet 189758, le doyen divise les étudiants étrangers en deux catégories :

« Ceux qui ont terminé leurs études à l’étranger dans les universités sérieuses ou sont sur le point de les achever : on peut leur accorder les plus larges dispenses parce qu’ils constituent pour nous une excellente clientèle. Ils nous demandent un complément d’instruction et sont désireux de posséder le diplôme de docteur français qui, chez eux, a un bon renom ; la seconde, de beaucoup la plus nombreuse, comprend des jeunes gens qui n’ont encore fait aucune étude médicale. On leur accordait autrefois, par faveur, l’équivalence ou la dispense des baccalauréats puis ils s’inscrivaient et suivaient le cours des études médicales, astreints aux mêmes excellences que les étudiants français. Mais que devenaient ces étrangers qui n’avaient pas comme nos élèves été astreints aux obligations du service militaire ? Presque tous restaient en France. »

39Le doyen précise sa pensée :

« Autrefois, dit-il, il venait chez nous des médecins étrangers qui ne demandaient aucun titre ; c’était généralement des Anglais ou des Américains qui venaient ici pour trouver des cadavres. Nous les regrettons parce qu’ils étaient presque tous instruits. Puis il y a eu les docteurs d’universités étrangères sérieuses telles que Strasbourg, Berlin, etc. ayant fait de bonnes études dans leur pays. Ceux-là, on les dispensait de toute scolarité. Ils ne venaient en France que pour obtenir notre diplôme de docteur. Depuis le mois de novembre [1896], il s’en est présenté 60 ou 65. Ensuite, il y avait des médecins de provenance plus douteuse, reçus docteur à 20 ou 21 ans sans études sérieuses et ne sachant rien faire pour la plupart. À ceux-là on n’accordait pas la dispense de scolarité. Enfin, il y en a qui n’ont encore fait aucune étude médicale. Pour obtenir leur diplôme, ils vont où on leur dit d’aller », c’est-à-dire en province.

  • 59 Arch. nat., AJ/16/2573.
  • 60 Séance du 21 novembre 1898, ibid.
  • 61 Arch. nat.., AJ/16/2575.
  • 62 Arch. nat., AJ/16/2584.

40Le doyen Brouardel estime en conséquence qu’il faut faire des efforts en faveur des « bons » étudiants-docteurs. Il expose leur cas devant le conseil de l’université de Paris en février 189859 : à la faculté, ils payent l’immatriculation et des droits de travaux pratiques alors qu’ils peuvent « trouver dans les hôpitaux de la ville de Paris à titre gratuit les ressources mêmes pour lesquelles la Faculté leur réclame un droit », ce qui les pousse à abandonner la faculté pour les hôpitaux. Dans une autre séance du conseil de l’université60, le doyen revient sur ces étudiants particuliers : « Parmi eux, déclare-t-il, il est des jeunes gens pauvres qui sont dans l’impossibilité d’acquitter les droits de laboratoire ; s’ils n’en sont pas dispensés, il est à craindre qu’ils abandonnent la Faculté pour aller travailler, soit au Collège de France, soit au Muséum où la gratuité leur est assurée. […] Lorsque les savants français vont à l’étranger dans de semblables conditions, ils sont accueillis libéralement » et la réciprocité devrait s’imposer pour l’université de Paris. En 1900, le ministère de l’Instruction publique accepte de dispenser les docteurs français et étrangers qui fréquentent les bibliothèques du droit d’immatriculation : ils ne payeront qu’un droit de bibliothèque de dix francs61. En 1909, le recteur de l’université de Paris souligne l’importance des étudiants étrangers qui ont achevé dans leur pays leurs études supérieures et sont envoyés comme boursiers par leur gouvernement pour y recevoir un complément d’instruction : « De telles recrues sont précieuses, remarque-t-il : ce sont ses futurs professeurs, ses futurs magistrats, ses futurs administrateurs, ses futurs ingénieurs que le gouvernement ottoman nous envoie au lieu de les envoyer à Berlin. » Il en est de même des gouvernements argentin et hongrois62.

  • 63 Arch. nat., AJ/16/6566, rapport 1879-1880 du doyen Vulpian.

41Le rapport pour l’année 1879-1880 du doyen de la faculté de médecine Alfred Vulpian nous offre une image complète des auditeurs libres de sa faculté : les étudiants « bénévoles » sont des docteurs étrangers venant suivre à la faculté des cours, des cliniques ou qui veulent étudier quelques-unes des spécialités des sciences médicales ou chirurgicales dans un but de rehausser leur prestige scientifique ou de mieux se placer sur le marché du travail dans leur pays. D’autres viennent écouter et recevoir la leçon d’un maître reconnu dans une spécialité. Certains cherchent à obtenir le titre de docteur de Paris. Comme en droit, ils s’inscrivent sur un registre spécial et une carte spéciale leur est donnée qui leur permet l’entrée dans les différents services : ils viennent d’universités d’Espagne, d’Italie, d’Amérique, d’Angleterre, de Grèce, de Suisse, de Russie, de Belgique, d’Allemagne, de Hollande, d’Autriche, de l’Inde. On trouve parmi eux trois catégories : ceux qui sont reçus docteurs d’une université de leur pays, ceux qui ont commencé des études dans leur pays mais n’ont pas subi les examens pour l’obtention du diplôme de docteur, ceux qui n’ont fait aucune étude médicale dans leur pays. Bon nombre de docteurs étrangers veulent exercer en France « le plus souvent sous le prétexte de secourir leurs compatriotes », il y un intérêt scientifique et social à repousser ces demandes, car les diplômes étrangers sont inférieurs au diplôme français63. Ces auditeurs libres des cours de perfectionnement sont de plus en plus nombreux : de 75 en 1879-1880 (dont cinq docteurs français), ils passent à une trentaine en 1883-1884, à 644 en 1908-1909 et à 524 en 1909-1910. Le corpus des docteurs étrangers 1807-1907 nous permet de connaître les universités qui les ont faits docteurs : ceux qui ont obtenu le doctorat de Paris entre 1807 et 1830 sont diplômés d’universités occidentales (Duisburg, Bamberg, Leyde, Hardewyck en Hollande, Mayence, Liège, Turin, Coïmbra, Édimbourg) ; la carte des lieux de formation de ces docteurs se diversifie après 1830 : les docteurs reçus à Paris entre 1831 et 1870, qui affluent à partir des années 1850, sont issus d’un nombre important d’universités, européennes (Londres, Cambridge, Édimbourg, Berlin, Halle, Coïmbra, Pise, Turin, Bruxelles, Athènes), américaines (New York, Philadelphie, Louisiane, Jefferson), sud-américaines (Caracas, Buenos Aires, Bogota, Guadalajara), russes (Saint-Pétersbourg, Kiev) ou turque (Constantinople) ; enfin, les universités étrangères qui ont gradué les docteurs de Paris reçus entre 1871 et 1907 sont situées dans une bonne partie de la planète : aux très nombreuses universités européennes (Londres, Cambridge, Édimbourg, Berlin, Halle, Munich, Heidelberg, Göttingen, Coïmbra, Édimbourg, Pise, Turin, Madrid, Zurich, Genève, Naples, Bruxelles, Athènes), s’ajoutent les universités américaines (New York, Philadelphie, Washington, Louisiane, Jefferson), sud-américaines (Caracas, Buenos Aires, Lima, Bogota, Venezuela, Rio, Guatemala, Bahia, Medellin, Santiago du Chili, Montevideo, Mexico, Guadalajara), caraïbes (La Havane, Haïti), perse (Téhéran), russes (Saint-Pétersbourg, Kharkov, Kiev) ou turque (Constantinople).

  • 64 J.-L. Plessis, M. Roux-Dessarps, J.-J. Ferrandis, « Une société médicale de haut niveau mais d’exi (...)

42Certains de ces médecins ont laissé une trace dans la vie médicale parisienne. En 1844, des médecins allemands venus observer les blessés de juillet 1830 et suivre les leçons de Dupuytren, Roux et Lisfranc fondent la Société de médecine allemande qui est installée 24 rue de l’École de médecine ; cette société est dissoute en 187164.

Exemptés du service militaire ?

  • 65 P. Weil, R. Hansen (dir.), Nationalité et citoyenneté en Europe, Paris, La Découverte, 1999, p. 60
  • 66 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 510-515.

43L’année 1889, celle du centenaire de la Révolution, voit la promulgation de deux lois qui ont des répercussions diverses sur les étudiants étrangers en France. Si la loi militaire de 1889 est censée les favoriser, au grand dam des nationaux, la loi du 26 juin 1889 sur la nationalité qui, comme l’écrit Patrick Weil, fait clairement de la France un pays d’immigration, impose le service militaire aux enfants d’étrangers nés en France. Cette loi qui « fait français à la naissance l’enfant né en France d’un parent étranger lui-même né en France » impose le devoir de servir la France aux petits enfants des étrangers installés en France ou naturalisés65. Si les étudiants français se plaignent du fait que leurs camarades étrangers gagnent plusieurs mois d’études grâce au fait qu’ils sont exemptés du service militaire en France, ils ne se préoccupent pas de savoir si ceux-ci n’y sont pas astreints dans leur pays. Dans plusieurs pays comme la France, la Russie, la Bulgarie ou l’Autriche-Hongrie, les dernières années du XIXe siècle sont marquées par l’instauration de la conscription universelle. L’émigration d’études devient d’ailleurs une manière d’échapper à ses obligations militaires. C’est pourquoi les États imposent à leurs citoyens candidats à l’émigration l’obligation d’avoir accompli leurs années de service militaire, tout en admettant des exemptions, par exemple en faveur des membres du clergé, des pères de familles nombreuses ou des étudiants. Dans certains pays comme en France, un sursis est accordé aux étudiants pour cause d’études supérieures. Comme on l’a vu, les jeunes Roumains désireux de terminer leurs études médicales à Paris doivent avoir fait leur service médical dans l’armée roumaine. En Grèce, où le tirage au sort est aboli au profit de la conscription universelle en 1878, les étudiants désireux d’étudier à l’étranger doivent, pour sortir du pays, présenter, non seulement un passeport, mais un document attestant de la régularité de leur situation militaire ; tout migrant bénéficiant d’un sursis devait par ailleurs, pendant son séjour à l’étranger, justifier de son statut d’étudiant66.

L’obtention du visa

  • 67 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 518-521.
  • 68 B. Czerny, « L’association des étudiants russes de Paris », Communication au colloque Histoire/Gen (...)

44Avant de prendre leur billet de train ou de bateau, les étudiants n’ont pu échapper, s’ils ne sont pas envoyés par leur gouvernement, aux démarches nécessitées par l’obtention d’un visa ou d’un passeport. Ils ont en outre dû faire viser les documents officiels nécessaires à leur inscription en France (actes de naissance, diplômes scolaires), soit par le consulat de France dans leur pays, soit par un représentant diplomatique de leur pays accrédité en France67. Les étudiants russes désireux de poursuivre leurs études à l’étranger sont non seulement tenus de justifier d’un niveau scolaire suffisant (attestation de fin d’études secondaires d’un gymnase classique, d’une école réale ou d’une école commerciale), mais aussi soumis à plusieurs contraintes, telles que la possession d’un bulletin d’état civil avec indication de la date et du lieu de baptême pour les chrétiens, le rattachement à une circonscription militaire et la présentation d’une attestation de bonne conduite politique et morale délivrée par les autorités policières68.

*

45À l’inverse de ses rivales allemande et britannique, la France est accueillante aux étudiants étrangers et elle s’efforce de leur ménager des structures d’accueil qui puissent rivaliser avec celles des pays concurrents. Il ne s’agit pas pour autant d’accepter dans les facultés françaises tous les postulants, fussent-ils de pays avec lesquels la France entretient de bonnes relations. Ce qui pose ainsi la question du niveau des études secondaires menées à l’étranger, de la sanction de ces études et de la qualité du diplôme de fin d’étude délivré. Le baccalauréat étant pour les nationaux le moyen d’attester de leur niveau scolaire et le sésame pour l’accès à l’enseignement supérieur, la France exige des étrangers un diplôme de la même qualité. Ce qui est un moyen efficace de faire barrage aux postulants insuffisamment formés.

Notes

1 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 190.

2 Arch. nat., AJ/16/1222-1223 et 1667.

3 P. Moulinier, La naissance…, op. cit., chapitre v.

4 Arch. nat., AJ/16 6890 et 6892.

5 Corpus docteures 1870-1907.

6 D. Musiedlak, Université privée et formation de la classe dirigeante : l’Université L. Bocconi de Milan (1902-1925), Rome, École française de Rome, 1990, p. 75. Selon cet auteur, les diplômés de Bocconi se répartissent ainsi : classe aisée 56,69 % ; petite et moyenne bourgeoisie 36,18 % ; milieux populaires 6,33 % ; divers : 0,80 %.

7 J. Crouzet Ben Aben, « La clientèle secondaire féminine et ses besoins », Revue universitaire, 1911, t. II, p. 282-292.

8 Arch. nat., AJ/16/1995.

9 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 256-264.

10 V. Karady, « Pérégrinations contraintes… », 2009, op. cit., p. 131.

11 Arch. nat., AJ/16/1741.

12 Arch. nat., AJ/16/1971.

13 RIE, 1899, vol. 2, p. 212, note 1.

14 H. Weizmann, Naissance d’Israël, Paris, Gallimard, 1957, p. 50.

15 V. Karady, « Pérégrinations contraintes… », 2009, op. cit., p. 129-130.

16 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 52.

17 B. Czerny, « L’association des étudiants russes… », op. cit., p. 11.

18 I. et D. Gouzévitch, « Étudiants, savants et ingénieurs juifs originaires de l’Empire russe en France (1860-1940), Archives juives, 1er semestre 2002, no 35/1, p. 123.

19 V. Karady, 2002, op. cit., p. 53.

20 N. Green, Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque, Paris, 1985, p. 104 et suivantes.

21 N. Green, « L’émigration comme émancipation : les femmes juives de l’Europe de l’Est à Paris, 1881-1914 », Pluriel, 1981, no 27, p. 56.

22 M. Roblin, Les Juifs de France, démographie, économie, culture, Paris, Picard, 1962, p. 66.

23 V. Karady, « Les juifs de l’est européen… », op. cit., p. 6.

24 V. Karady, « La migration internationale… », 2002, op. cit., p. 53-55.

25 C. Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 2001, p. 168.

26 E. Hobsbawm, L’ère des empires 1875-1914, Paris, Fayard, 1987, p. 231.

27 P. Moulinier, « La clé de la forteresse : le baccalauréat comme instrument de régulation des cursus étudiants dans les facultés parisiennes au XIXe siècle », in P. Marchand (dir.), Le baccalauréat, 1808-2008. Certification française ou pratique européenne ?, Paris, Lille, Revue du Nord, INRP, 2010, p. 95-108.

28 V. Karady, « Les logiques des échanges inégaux… », op. cit., p. 23.

29 V. Karady, « Les logiques des échanges inégaux… », op. cit., 2003, p. 20.

30 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 399-404.

31 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante internationale…, op. cit., p. 203-212.

32 S. Reznikow, Francophilie et identité tchèque (1848-1914), Paris, Champion, 2002.

33 C. Charle, La crise des sociétés impériales Allemagne, France, Grande-Bretagne 1900-1940. Essai d’histoire sociale comparée, Le Seuil, 2001, 607 p.

34 Sur ce point, voir : C. Charle, « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930) : des instituts pour un nouvel Empire ? », in L. Ballini, G. Pécout, Scuola e nazione in Italia e in Francia nell’ottocento, Venezia, Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2007, p. 247-278.

35 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 249.

36 A. Kaspi (dir.), Histoire de l’Alliance israélite universelle de 1860 à nos jours, Paris, A. Colin, 2010.

37 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 342-349.

38 P. Kiprianos, « La formation des élites grecques… », 2007, op. cit., p. 8 et suivantes.

39 V. Karady, « Les logiques des échanges inégaux… », op. cit., 2003, p. 21.

40 D. Rolland, La crise du modèle français. Marianne et l‘Amérique latine. Culture, politique et identités. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.

41 V. Karady, « La République des lettres des temps modernes : l’internationalisation des marchés universitaires occidentaux avant la Grande Guerre », op. cit., p. 94.

42 Voir dans le cas de la Grèce N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 386-398.

43 V. Karady, « La migration internationale… », op. cit., p. 56.

44 V. Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 2002, no 145, p. 47-60.

45 P. Genève, « Colonies étrangères. Les Turcs de Paris », L’Opinion, 31 janvier 1914, 7e année, no 5, p. 146-148.

46 V. Karady, 2009, op. cit., p. 127.

47 D. Panzac, « Les docteurs orientaux… », op. cit., 1995, p. 298.

48 I. Tchernoff, Dans le creuset des civilisations, vol. 1, De Nijni-Novgorod à Paris, Paris, Rieder, 1936, p. 2.

49 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 87-88.

50 Arch. nat., AJ/16/6496.

51 Voir sa notice dans le corpus 1807-1907.

52 Arch. nat., AJ/16/2565.

53 SES 1867-1878, Paris, 1878.

54 Ibid.

55 Arch. nat., AJ/16/6496.

56 Arch. nat., AJ/16/6497.

57 Arch. nat., F/17/12971.

58 Arch. nat., AJ/16/6284.

59 Arch. nat., AJ/16/2573.

60 Séance du 21 novembre 1898, ibid.

61 Arch. nat.., AJ/16/2575.

62 Arch. nat., AJ/16/2584.

63 Arch. nat., AJ/16/6566, rapport 1879-1880 du doyen Vulpian.

64 J.-L. Plessis, M. Roux-Dessarps, J.-J. Ferrandis, « Une société médicale de haut niveau mais d’existence éphémère », Histoire des sciences médicales, 2000, t. CCCXLI, no 4, p. 389-394.

65 P. Weil, R. Hansen (dir.), Nationalité et citoyenneté en Europe, Paris, La Découverte, 1999, p. 60.

66 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 510-515.

67 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 518-521.

68 B. Czerny, « L’association des étudiants russes de Paris », Communication au colloque Histoire/Genre/Migration, Paris, mars 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540