Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre IV. La planète au Quartier latin

Texte intégral

1Dans les trente années qui précèdent la Grande Guerre, les cinq continents se retrouvent dans les rues du Quartier latin, de l’Argentine à l’Australie, du Canada au Japon. On note ainsi la présence d’Australiens inscrits à la faculté de médecine en 1878, en 1886 et en 1888, à l’École de pharmacie en 1888, et de un à neuf selon les années à la faculté des lettres entre 1903 et 1913. L’Afrique est surtout présente grâce aux Égyptiens, et par extension, aux Mauriciens. L’Extrême-Orient (Chine et Japon), l’Inde et la Perse rejoignent les gros effectifs ottomans pour représenter l’Asie : un Chinois et un Indien font leur entrée pour la première fois à la faculté de médecine en 1880, des Chinois et des Japonais s’inscrivent en droit et en lettres, des Japonais en sciences, des Persans en médecine, droit, sciences et pharmacie. Des étudiants de l’Amérique latine et des Caraïbes sont inscrits dans toutes les facultés : on remarque parmi eux notamment la présence des Brésiliens, des Cubains et des Haïtiens. Les étudiants des États-Unis et du Canada, comme la majorité des originaires de l’Europe occidentale et centrale (Angleterre, Allemagne, Italie, Autriche-Hongrie, Belgique, etc.), donnent la préférence à la fin du siècle aux facultés « académiques » (lettres et sciences) par rapport aux facultés « professionnelles » (droit et médecine) pendant que les étudiants des pays balkaniques, dont la Roumanie, tout comme l’Égypte et la Turquie, choisissent plutôt de s’inscrire dans ces dernières. Les Russes constituent l’exception en étant aussi nombreux en lettres qu’en médecine, en sciences qu’en pharmacie, et même tardivement en droit.

  • 1 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 226-239.

2L’attribution d’une nationalité aux étudiants étrangers du XIXe siècle n’est pas toujours simple. Notre corpus de docteurs en médecine la définit par le lieu de naissance, mais on sait que le XIXe siècle, le siècle de l’émergence des États-nations en Europe comme en Amérique latine, est marqué par de nombreux bouleversements de la carte politique du monde : les étudiants nés dans les pays annexés par l’Empire ne sont plus des Français quand ils font leurs études en France, les jeunes Niçois et Savoyards le deviennent en 1860, les Alsaciens-Lorrains, mais aussi les natifs des principautés germaniques, deviennent Allemands. Par ailleurs, la naissance de nouvelles nations par l’éclatement des Empires multiethniques et multiconfessionnels ou par la décolonisation en Amérique latine provoque des changements d’identité tandis que les peuples soumis aux Empires aspirent à voir reconnaître leur propre identité nationale. Quand nous parlerons des « Russes » ou des « Turcs », on n’oubliera pas que ces termes recouvrent nombre de populations : Polonais, Lithuaniens, Georgiens, Finlandais, Ukrainiens, etc., d’un côté, Palestiniens, « Levantins », Syriens, Grecs, Crétois, Bulgares, Serbes, etc., de l’autre. Nicolas Manitakis remarque que lorsqu’on évoque les étudiants « grecs » venus en France, cette dénomination recouvre des Grecs nés en Grèce mais aussi hors de la Grèce, notamment dans l’Empire ottoman, en Égypte, en Bulgarie, en Roumanie, voire en France, en Grande-Bretagne ou en Allemagne ; aussi distingue-t-il dans sa thèse les Grecs de l’Empire ottoman et de la diaspora, et les Grecs ne possédant pas la nationalité hellénique. Cette large dispersion de l’hellénisme disparaît dans les premières décennies du XXe siècle1.

Les nationalités dominantes dans les facultés parisiennes

  • 2 Arch. nat., F/17/4512, dossier no 4.

3Les débats qui s’instaurent au milieu du siècle sur les équivalences des diplômes étrangers aux diplômes français – et donc sur leur qualité –, que nous évoquerons plus loin, provoquent en 1864 une vaste enquête sur ces titres et sur leur valeur menée par le ministère de l’Instruction publique. Grâce à cette enquête, nous disposons d’un état de l’enseignement supérieur organisé à l’époque dans les pays d’Europe, d’Amérique et du Proche-Orient, mais aussi d’un panorama au moins virtuel de l’influence des facultés françaises dans le monde2. Cette enquête comporte un recensement intéressant, celui des équivalences accordées et refusées aux étudiants étrangers désireux d’étudier en France – le nombre des refus est indiqué entre parenthèses –, refus ou accords qui constituent un bon indicateur de la demande étrangère d’enseignement supérieur au milieu du siècle. En même temps que l’ouverture que manifeste la France à l’égard de toutes les nations du monde, on remarque le poids des Européens, notamment Anglais, Allemands, Autrichiens, Belges, Grecs, Italiens, Russes et Polonais, ainsi que des Turcs, des Égyptiens et des originaires des États-Unis.

Europe

Amériques, Antilles

Afrique, Asie

Allemagne 60 (7)

États-Unis 29 (1)

Perse 9 (-)

Autriche 24 (9)

Canada 1 (-)

Turquie 155 (11)

Belgique 28 (5)

Mexique 11 (-)

Égypte 15 (-)

Danemark 1 (-)

Guatemala 9 (1)

Madère 2 (-)

Espagne 12 (2)

Colombie 21 (4)

Maurice 9 (2)

États pontificaux 6 (1)

Pérou 14 (-)

Grèce 89 (3)

Bolivie 1 (-)

Hollande 7 (3)

Chili 1 (-)

Îles Britanniques 53 (7)

Argentine 2 (-)

Italie 62 (5)

Uruguay 2 (-)

Pologne 35 (1)

Brésil 14 (7)

Portugal 4 (-)

Antilles 50 (2)

Prusse 18 (-)

Russie 12 (2)

Suisse 52 (5)

Tableau 8. – Nombre d’octrois et de refus d’équivalences par nationalités en 1864 (source : Arch. nat., F/17/4512, dossier no 4. Entre parenthèses, nombre de refus de l’équivalence).

  • 3 Statistique de l’enseignement supérieur 1865-1868, Paris, Imprimerie impériale, 1868.

4La première statistique officielle du ministère de l’Instruction publique recoupe ces données3 : elle cite les nationalités des 977 étudiants étrangers ayant obtenu des équivalences de grades ou d’études entre 1855 et 1865, soit une centaine en moyenne par an. Les chiffres sont presque identiques, sauf pour la Pologne qui envoie alors à Paris de nombreux réfugiés, comme on le sait :

Europe

Amériques, Antilles

Afrique, Asie

Allemagne 70

États-Unis 35

Perse 9

Autriche 28

Canada 1

Turquie 182

Belgique 32Danemark 1

Mexique 11Guatemala 9

Égypte 15

Espagne 12

Colombie 22

États pontificaux 6

Pérou1 6

Grèce 96

Bolivie 1

Hollande 7

Chili 1

Îles Britanniques 69

Argentine 2

Italie 66

Uruguay 2

Pologne 109

Brésil1 5

Portugal 7

Antilles 52

Prusse 24

Russie 14

Suède 1

Suisse 62

Tableau 9. – Nombre d’octrois d’équivalences par nationalités entre 1855 et 1865 (source : SES, 1865-1868).

Tableau 10. – Origines géographiques des étudiants étrangers en médecine (1873-1881) (source : Arch. nat., AJ/16/6566).

  • 4 1889 : début des données statistiques ; 1898 : réforme des études médicales, lancement des diplôme (...)

5Le tableau 10 présente la répartition géographique des étudiants étrangers en médecine au début de la IIIe République. Dans la seconde moitié du siècle et avant la Grande Guerre, quatre nations surclassent les effectifs étrangers des facultés parisiennes, y compris la faculté des lettres : l’Empire russe, la Roumanie, l’Égypte et l’Empire ottoman. Afin de montrer le poids respectif des divers pays et régions du monde dans les cinq établissements, nous avons choisi cinq années caractéristiques de la Belle Époque4 qui permettent de mesurer les évolutions et les permanences (tableaux 11 à 15). On remarque d’abord le petit nombre de pays qui sont constamment présents dans l’ensemble des quatre grandes facultés (droit, médecine, sciences et lettres) durant cette période : la Russie, la Roumanie, la Suisse. Comme on l’a déjà remarqué, dans ce quart de siècle, les effectifs étrangers s’accroissent jusqu’en 1909 pour décliner par la suite. Le poids des effectifs russes est écrasant : ils passent de près de 30 % en 1889 à plus de 55 % en 1909, et encore à 46,5 % en 1913. À côté des sujets du tsar, on remarque le rôle de brillant second joué par la colonie roumaine (21,4 % en 1898) bien que son poids diminue dès le début du XXe siècle, à 10 % en 1913. La Turquie se situe plus ou moins autour de 8 % des étrangers et l’Égypte ne cesse d’accroître ses positions, de moins de 3 % à plus de 7 %. À l’exception de l’Allemagne qui atteint 8 % en 1904 pour ensuite décliner à 5 %, les pays européens (Benelux, Italie, Autriche-Hongrie, Espagne, îles Britanniques, Grèce, Bulgarie, Serbie, Suisse) ne dépassent jamais 5 % à 6 % de l’effectif. On note enfin la faiblesse relative de la colonie américaine, dont les effectifs passent de 4,6 % à 3,3 %, et le déclin des positions de l’Amérique latine et des Caraïbes, de près de 8 % en 1898 à 3 % en 1913.

*Amérique du Nord et du Sud/** Année 1890-1891.
Tableau 11. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1889 (source : Rapports de l’année).

*Année 1898-1899.
Tableau 12. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1898 (source : Rapport de l’année).

Tableau 13. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1904 (source : Rapport de l’année).

Tableau 14. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1909 (source : Rapport de l’année).

Tableau 15. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1913 (source : Rapport de l’année).

  • 5 Annuaire statistique de la France, 1924, no 40, p. 29.

6Au plan national, on constate que le nombre des étudiants étrangers dans l’ensemble des facultés françaises croît de près de moitié entre 1907-1908 et 1913-1914, passant de 4 181 individus à 6 188 : ici encore, l’accroissement est particulièrement dû à l’Europe de l’Est5. Selon l’Annuaire statistique de la France, le poids des principales nationalités est le suivant en 1911 dans l’ensemble des universités françaises :

Tableau 16. – Répartition des étudiants étrangers en France par nationalités et facultés en 1913 (source : ASF, 1924).

Panorama de l’enseignement supérieur dans le monde du XIXe siècle

  • 6 Arch. nat., F/17/4512, dossier no 4.

7L’enquête de 1864 permet de constater la mondialisation potentielle de l’enseignement supérieur français qui s’amorce après les années 1850, surtout si on la compare au recrutement des facultés dans le premier quart du siècle dont on possède l’image grâce à une liste des diplômes reconnus dans l’ensemble des facultés parisiennes entre 1808 et 18226. Ce recrutement se limite alors aux voisins de l’Est et du Sud : les universités qui prodiguent les titres cités sont surtout italiennes et savoyardes (Chambéry, Gênes, Naples, Pise, Turin), allemandes (Cologne, Mayence, Trèves, Wurtzbourg), mais aussi autrichienne (Vienne), belges (Bruxelles, Louvain), hollandaise (Groningue), espagnole (Valence) ou suisse (Genève).

8Le recensement de 1864 des universités ou facultés étrangères et des diplômes d’enseignement supérieur qu’elles produisent, quoiqu’incomplet (il y manque notamment les pays scandinaves, les États-Unis, le Canada et le Brésil), dessine une carte de la planète où ne manquent que la majeure partie de l’Asie et l’Océanie :

  • Confédération germanique : en Saxe, Dresde, Leipzig ; dans le Grand-Duché de Luxembourg, Luxembourg ; dans le Hanovre, Hanovre, Göttingen ; dans le Wurtemberg, Stuttgart, Tübingen ; dans le Grand-Duché de Mecklembourg, Rostock ; en Bavière, Munich, Erlangen, Wurtzbourg ; en Bade, Karlsruhe, Fribourg en Brisgau, Heidelberg ; dans la Hesse, Darmstadt, Giessen ; en Saxe, Weimar, Iéna ; dans la Hesse électorale, Cassel, Marbourg ; ainsi que la ville libre de Francfort.
  • Prusse : Berlin, Breslau, Halle, Stettin.
  • Autriche-Hongrie : Vienne, Prague, Cracovie, Lemberg, Zara (Dalmatie), Venise, Padoue, Vérone.
  • Îles britanniques : Cambridge, Oxford, Édimbourg, Glasgow, Dublin, Saint-Andrews, Aberdeen.
  • Pays-Bas : La Haye, Amsterdam, Leyde, Luxembourg.
  • Belgique : Anvers, Bruxelles, Louvain, Liège, Mons, Gand, Bruges, Brabant.
  • Portugal : Coimbra, Lisbonne, Faro.
  • Espagne : Valence, Barcelone, Saragosse, Madrid, Séville, Valladolid.
  • Italie et Savoie : Turin, Bologne, Naples, Pavie, Milan, Gênes, Florence, Messine, Parme, Pise, Ferrare, Nice.
  • États de l’Église : Rome.
  • Grèce : Athènes, Nauplie, Patros, Sira, Corfou.
  • Russie : Saint-Pétersbourg, Moscou, Kiev, Dorpat (future Tartu, en Estonie), Piotikov, Vitebsk.
  • Pologne : Varsovie, Lublin, Radow, Plock, Vilna.
  • Moldavie : Jassy.
  • Valachie : Bucarest.
  • Serbie : Belgrade.
  • Empire ottoman : Constantinople, Philippopoli, île de Candie, Santorin, Smyrne.
  • Perse : Téhéran.
  • Égypte : Le Caire.
  • Île de Madère : Funchal.
  • Île Maurice.
  • Île de la Réunion.
  • Guatemala, université de Guatemala.
  • San Salvador, université de San Salvador.
  • Honduras, Nouvelle Valladolid.
  • Nicaragua, Léon.
  • Costa-Rica, San José.
  • Colombie : Santa Fé de Bogota.
  • Venezuela : Caracas.
  • Équateur : Quito, Guayaquil.
  • Pérou : Lima, San Marcos, Saint Louis de Yucatan, Trujillo.
  • Bolivie : La Paz, Potosi.
  • Chili : Santiago, Valparaiso.
  • République argentine : Buenos Aires.
  • Uruguay : Montevideo.

9Du point de vue universitaire, et bien que la plupart des nations soient au milieu du siècle pourvues d’universités, on peut classer les pays du monde en trois catégories : les pays développés récepteurs d’étudiants, les pays universitaires qui ne recherchent pas les diplômes français et les pays émergents au plan universitaire, qui constituent, plus que les autres, le vivier du recrutement des facultés françaises.

Les grandes nations concurrentes

  • 7 V. Karady, « Pérégrinations contraintes et migrations stratégiques. Les cadres socio-historiques d (...)
  • 8 V. Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe… », op. cit., 2002, p. 47-48.

10Outre la France, on peut inclure dans cette catégorie l’Allemagne, la Grande-Bretagne et dans une moindre mesure l’Autriche avec Vienne, la Suisse et la Belgique. En 1913, les universités allemandes comptent 8 % d’étrangers, les autrichiennes 9,6 %, les françaises 17 %, les belges 28,9 % et les suisses 51,6 %. Ces nations ne se disputent pas toujours les mêmes clientèles. Alors que les cinq pays « récepteurs » francophones et germanophones (Allemagne, Autriche, Belgique, France et Suisse) accueillent les étudiants de l’Europe du Centre et de l’Est, dont les originaires de la Russie et des Balkans, « l’Angleterre, l’Espagne ou le Portugal recevaient avant tout à cette époque les étudiants coloniaux de leurs empires respectifs qui formaient généralement des effectifs modestes7 ». Selon Victor Karady, les étudiants originaires de l’Est et du Sud de l’Europe, y compris la Russie, l’Empire ottoman, la Grèce et les pays balkaniques, sont majoritaires dans l’Empire allemand et en France à la Belle Époque : en 1899-1900, 54 % des étrangers présents dans les universités allemandes proviennent de ces régions, dont 25 % de Russes ; en 1911-1912, cette proportion passe à 59 %, dont 42 % de Russes ; en France, dans les mêmes périodes, les proportions sont comparables : de 60 % en 1899-1900, dont 20 % de Russes, elles passent à 74 % en 1911-1912, dont 49 % de Russes8.

La Grande-Bretagne

  • 9 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 112-113.

11Les pays récepteurs ont en commun d’être pourvus d’un système universitaire ancien et perfectionné. La Grande-Bretagne hérite du Moyen Âge les universités d’Oxford et Cambridge, auxquelles s’ajoutent en Écosse Saint-Andrews, Glasgow, Aberdeen et Édimbourg. Le collège des chirurgiens-barbiers d’Édimbourg est fondé en 1508 et le collège des médecins de Londres en 1518. L’université de Londres voit le jour en 1836 de la fusion de deux collèges, l’un anglican, l’autre non anglican. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, des civic universities destinées à former les nouveaux cadres d’une société industrielle et urbaine sont créées dans les grandes villes de province : après Manchester en 1851, Newcastle (1871), Aberystwyth au pays de Galles (1872), Leeds (1874), Birmingham (1874), Bristol (1876), Sheffield (1879), Liverpool (1881), Nottingham (1881), Cardiff(1883), Bangor (1883), Reading (1892) et Southampton (1902) se dotent d’embryons d’université. La population étrangère des universités britanniques arrive de contrées lointaines : en 1923, elles reçoivent 1 171 Africains, 1 401 Asiatiques, 764 Américains et 253 Océaniens, contre seulement 542 Européens, dont 91 Russes, 53 Français, 43 Suisses, 35 Hollandais, 38 Roumains et 21 Polonais9.

  • 10 RIE, 1er semestre 1896, p. 124.

12Bien que les ordonnances du 5 juillet 1820 et du 2 février 1823 imposent aux Anglais comme aux Français la possession du baccalauréat, les étudiants britanniques affluent dès les années 1820 à l’École de médecine de Paris, souvent attirés par le faible coût des dissections, ce qui indispose les carabins français. S’ils sont encore relativement présents dans la première moitié du siècle, les étudiants originaires des Îles britanniques, comme d’ailleurs ceux des États-Unis, représentent sous la IIIe République une petite minorité, sauf à la faculté des lettres : leur poids oscille selon les années entre 1,3 % et 4,6 % du nombre des étrangers. Les Britanniques préfèrent les universités anglophones et trouvent dans leur pays une offre suffisante de formation. Les sujets de Sa Majesté qui fréquentent la faculté de médecine sont pour la plupart des docteurs en quête d’approfondissement de leurs connaissances. Le rapport du comité de patronage pour 1896 confirme ce point : selon lui, les étudiants d’Écosse et des pays scandinaves « vont moins en France pour rechercher un diplôme que pour connaître notre discipline intellectuelle, ne fréquentent généralement nos cours qu’en qualité d’auditeurs libres et n’ont donc pas de droits à payer10 ».

L’Allemagne

  • 11 C. Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, (...)

13Les étudiants allemands qui s’inscrivent dans les facultés parisiennes avant 1880 sont nés dans les principautés qui composeront l’Empire allemand de Bismarck. Fondé à Versailles en 1871, cet Empire regroupe quatre royaumes (Prusse, Bavière, Saxe, Wurtemberg), six grands-duchés, cinq duchés, sept principautés et trois villes libres (Brême, Hambourg et Lübeck). Il faut y rattacher le territoire d’Empire (Reichsland) d’Alsace-Lorraine, qui est placé sous administration impériale directe et non rattaché à l’un des états membres. Comme en France, les universités allemandes, sous l’effet de la sécularisation des biens d’Église dans les régions occupées par la France et de la décadence de nombreuses universités, connaissent de profondes mutations au début du siècle : l’Empire allemand passe de 35 établissements en 1789 à 18 en 1826-1830. Après l’occupation par la France de la rive gauche du Rhin, les universités de Cologne, Mayence et Trèves sont supprimées en 1798. Au début du siècle, « le royaume de Prusse est le plus novateur puisqu’il fonde deux nouvelles universités à Berlin (1810) et à Bonn (1818). Elles deviennent vite des foyers attractifs pour l’ensemble de l’Allemagne11 ». L’université de Berlin, conçue par Guillaume de Humboldt, comprend quatre facultés : médecine, droit, théologie et philosophie. En 1818, une autre université est fondée à Breslau.

  • 12 RIE, 1911, t. LXI, p. 134.
  • 13 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 147 et 150.
  • 14 RIE, 1912, vol. 2, p. 544.

14Ces établissements sont moins accueillants aux étrangers que les universités françaises : en 1910, selon la Revue internationale de l’enseignement12, la France comptait 5 800 étudiants étrangers contre 4 195 en Allemagne ; la croissance de cette population entre 1900 et 1910 est de 222 % en France contre 43 % en Allemagne. Entre 1836 et 1912, la proportion des étrangers dans les universités allemandes ne passe que de 4 % à 8 %. Au début du XXe siècle, en Allemagne comme en France, les Russes l’emportent largement : en 1906, on relève la présence de 1 140 Russes dans les universités allemandes contre 566 Autrichiens-Hongrois, 222 Américains, 309 Suisses, 142 Anglais, 104 Bulgares et 48 Français13. Ces universités mettent par ailleurs du temps à admettre les jeunes filles : la plupart ne leur sont ouvertes qu’à partir de 1908. En 1911-1912, les étudiantes ne représentent que 4,8 % de l’effectif total des universités allemandes, 8 % si l’on y ajoute les simples auditrices ; ces étudiantes préfèrent de loin les sciences philosophiques et historiques, la plupart sont des Prussiennes et de religion protestante ou juive14.

15Les étudiants allemands sont toutefois peu nombreux à Paris sous la IIIe République, bien qu’ils dominent le groupe européen, après la Russie et la Roumanie. Entre 1889 et 1909, ils passent d’une vingtaine à plus de 200, mais leur nombre diminue à la veille de la Grande Guerre, à 151. De 2 % des étrangers en 1889, ils passent à 8 % en 1904, pour chuter à moins de 5 % en 1913. Comme on le verra, les Allemands investissent massivement la faculté des lettres, loin devant celle de médecine.

L’Autriche-Hongrie

16À la fin du XIXe siècle, en Autriche-Hongrie, l’université de Vienne, fondée en 1365, est concurrencée par les universités de Prague (après 1883) et plus tard, vers 1900, de Budapest. L’université polytechnique de Prague, fondée en 1707, devient vers 1910 plus importante que celle de Vienne. En Hongrie n’existe qu’une université transférée à Buda, puis à Pest en 1777. Une université polytechnique y est créée en 1860 suivie par l’université de Cluj en 1872 et par des académies juridiques de moindre importance. L’empire austro-hongrois comporte en outre les universités de Debrecen et Poszony (1912) en Transleithanie, Lwow et Cracovie dans la partie polonaise, l’université tchèque de Prague (1348), celle de Zagreb fondée en 1875 dans la partie croate. Les étudiants hongrois font leurs études à l’université de Vienne, mais aussi en Allemagne, en Suisse et en France. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les universités hongroises atteignent un niveau équivalent à celui des grandes universités germaniques, ce qui fait diminuer la demande pour l’étranger. On constate cependant un accroissement de la colonie austro-hongroise à Paris au tournant du siècle : de 1,7 % des étrangers en 1889, celle-ci passe à 3,7 % en 1913 ; ces étudiants privilégient deux facultés, celle de médecine et surtout celle des lettres.

La Belgique, le Luxembourg et la Hollande

  • 15 P. Dhondt, « Foreign students at Belgian universities. À statistical and bibliographical approach  (...)

17Le royaume de Hollande est placé dans l’orbite française comme les départements belges annexés par Napoléon. En 1815, des anciennes universités hollandaises, ne subsistent que Leyde, Utrecht et Groningue. En 1816, tandis que sont créées les universités de Gand et Liège, l’université de Louvain, fermée par les Français en 1797, est rétablie. Après l’indépendance belge de 1830, deux nouveaux établissements voient le jour, l’un libéral et franc-maçon à Bruxelles, l’autre catholique à Malines en 1834. Après la réorganisation de 1835, le nombre des universités belges est réduit à quatre, deux d’État, Gand et Liège, une libre à Bruxelles et une catholique à Louvain. En Hollande, l’Athénée municipal d’Amsterdam est promu université en 1877. Les universités belges reçoivent entre 1876 et 1938, des étudiants du monde entier, du Canada à l’Australie et du Japon au Chili. Comme la France et l’Allemagne, la Belgique est accueillante aux étudiants russes qui représentent entre 1890 et 1914 de 7,8 % à 38,7 % des effectifs étrangers, loin devant les Français, les Hollandais, les Luxembourgeois, les Bulgares, les Espagnols, les Roumains et les Italiens. Les Français sont peu nombreux : entre 1876 et 1910, leur nombre moyen passe de 37 à 49 à Louvain, de 16 à 57 à Liège, de 12 à 11 à Gand, de 20 à 22 à Bruxelles15. Selon le Rapport pour 1904-1905, le Luxembourg envoie des étudiants à la faculté de droit de Paris faute d’université.

La Suisse

18La plus ancienne université suisse est celle de Bâle, fondée en 1460. Deux nouvelles universités voient le jour, en 1833 à Zurich et en 1834 à Berne auxquelles il faut ajouter l’Institut polytechnique de Zurich (1854), qui attire beaucoup d’étrangers. Les universités francophones apparaissent plus tardivement, Genève en 1872, Lausanne en 1890 et Neuchâtel en 1909. Citons enfin l’université bilingue de Fribourg, inaugurée en 1889. Un changement structurel intervient autour de 1880 sous l’effet d’un triple phénomène : l’élargissement de l’offre universitaire, l’afflux d’étrangers et l’admission des femmes. En 1900 par exemple, 47 % des étudiants des universités helvétiques sont des étrangers. Quant aux étrangères, qui constituent alors 17,6 % des effectifs, elles l’emportent largement sur les Suissesses : elles représentent 83,3 % des étudiantes en droit, 96,2 % en médecine et 68,7 % en sciences et lettres. On y relève une forte présence d’étudiants « orientaux » (Bulgares, Russes et Polonais, parmi lesquels bon nombre de juifs) qui font leurs études pour des raisons tant scientifiques que politiques, ainsi que de nombreux Allemands. En 1900, on ne compte que 58 Français inscrits dans les universités suisses contre 496 Allemands. Entre 1889 et 1913, les Suisses augmentent lentement leur effectif dans les facultés parisiennes, passant de 39 à 66, mais leur poids faiblit en termes relatifs, de 3,7 % à 1,5 % en 1909, 2 % en 1913. Jusqu’en 1904, ils investissent surtout la faculté de médecine bien avant celle de droit, avant de se reporter vers les études de droit et de lettres avant la guerre.

Les pays universitaires qui ne recherchent pas les diplômes français

19Après Victor Karady, on peut remarquer que certaines des grandes puissances économiques et universitaires (Angleterre, Italie, Pays-Bas, Espagne) n’ont guère de poids sur le marché universitaire européen car elles attirent de préférence leurs nationaux ou leurs coloniaux. Les pays de la Couronne britannique, on l’a vu, envoient leurs étudiants principalement en Grande-Bretagne. Le Canada par exemple expédie peu d’étudiants à Paris au XIXe siècle, bien que la plus ancienne université francophone du territoire américain, l’université Laval de Québec, fondée en 1663, soit devenue une université à part entière en 1852 ; elle ouvre une sorte de succursale en 1878 à Montréal, qui ne devient autonome qu’en 1920. Quant au King’s College de Toronto, fondé en 1827, il devient une université en 1849. Les étudiants migrants de ces universités, même de celles du Québec, préfèrent la métropole britannique. Toutefois, la plupart des Canadiens étudiant en France proviennent du Québec : notre corpus des docteurs en médecine étrangers comporte treize Québécois sur quatorze, dont quatre natifs de Montréal. C’est pourquoi, afin d’attirer les Québécois, la France autorise en 1896 les Canadiens d’origine française à s’inscrire au PCN sans avoir à produire un équivalent du baccalauréat.

L’Espagne et l’Italie

  • 16 J.-L. Guereña, E.-M. Fell (éd.), L’Université en Espagne et en Amérique latine du Moyen Âge à nos (...)

20Les vieux pays latins d’Europe ont en commun le nombre et l’ancienneté de leurs universités, qui toutefois accueillent peu d’étrangers et de femmes. Au XVIIIe siècle, l’Espagne possède de nombreux établissements, dont un certain nombre est supprimé par Napoléon en 1807. En 1845, l’État fait passer le nombre d’universités de trente à dix, qui correspondent à des districts universitaires dont dépendent les autres établissements d’enseignement : Barcelone, Grenade, Madrid, Oviedo, Salamanque, Saint-Jacques-de-Compostelle, Séville, Valence, Valladolid et Saragosse16. Une université centrale est fondée en 1821 par le transfert d’Alcala à Madrid. Ces universités accueillent nombre d’étudiants d’Amérique latine dont certains poursuivent ensuite leurs études à la faculté de médecine de Paris. Dans les facultés parisiennes, les étudiants de la péninsule Ibérique ne cessent de réduire leur présence, passant de 5,8 % de l’effectif étranger à 0,4 % entre 1889 et 1913.

21Comme l’Espagne, l’Italie possède un nombre important d’universités, dont beaucoup sont l’héritage du Moyen Âge et le résultat du morcellement de la péninsule en principautés : avec 17 groupes de facultés complets ou incomplets à la fin du siècle, le pays issu du Risorgimento est surdoté en comparaison de la France (15 groupes) ou de l’Allemagne (20 universités) pour une population plus faible et une étendue deux fois moindre. De plus, ces facultés sont très mal réparties : il y a cinq universités en Emilie-Romagne et en Toscane, deux en Sardaigne, trois en Sicile contre une seule en Lombardie et une pour le Sud. Bien que la France ait occupé sous l’Empire une partie de la péninsule, elles ne connaissent pas les réformes que l’on trouve en France et en Allemagne au début du siècle. Comme les Espagnols, les Italiens sont peu nombreux à Paris, passant de 1,5 % des étrangers en 1889 à 0,5 % avant la Grande Guerre.

Les pays nordiques

22Les universités suédoises et danoises sont vénérables : l’université de Copenhague au Danemark est fondée en 1479, celles d’Uppsala et de Lund en Suède respectivement en 1477 et en 1666. L’université Christiana d’Oslo, créée en 1811 sous domination danoise, devient le centre du nationalisme de la Norvège, qui est soumise jusqu’en 1905 à la domination étrangère. En 1828, l’université finlandaise de Turku est transférée à Helsinki. Ces universités accueillent un petit nombre d’étrangers. Les étudiants scandinaves sont pratiquement absents à Paris à la fin du XIXe siècle, passant de 0,3 % à 0,7 % de l’effectif étranger.

Les États-Unis

  • 17 A. Kaspi, C.-J. Bertrand, J. Heffer, La civilisation américaine, Paris, Presses universitaires de (...)

23Les premiers colleges américains voient le jour dès le XVIIe siècle dans les colonies anglaises, dont Harvard en 1636, Yale en 1701, le College of New Jersey (futur Princeton University) en 1746 ou le King’s College (future Columbia University) en 1754. « Au moment de l’Indépendance, les colonies possédaient neuf colleges, la plupart dirigés par le clergé et destinés à sa formation17. » Après la guerre d’indépendance, apparaissent les universités d’État, laïques et financées par les États, dont la première, fondée en 1825, est l’université de Virginie. Les universities coexistent avec les colleges privés. La John Hopkins medical school, créée en 1893, est la première véritable faculté de médecine américaine : les écoles médicales antérieures étaient en effet aux mains des praticiens, en sorte que les étudiants devaient s’expatrier en Europe, principalement en Allemagne, pour obtenir le doctorat. Dans les années 1860 apparaissent les premiers colleges pour les femmes.

24On l’a vu, les étudiants américains sont très convoités par la France, qui déplore l’influence allemande aux États-Unis. Relativement nombreux dans la première moitié du XIXe siècle à Paris, notamment à la faculté de médecine, ils perdent de l’importance sous la IIIe République : à la Belle Époque, si leur nombre croît, de 48 en 1898 à 110 en 1909, leur poids dans la population étrangère des facultés diminue : de 4,6 % des étrangers en 1898, ils passent à 3,3 % en 1913. La grande majorité s’inscrit à la faculté des lettres et beaucoup moins à celles de sciences ou de médecine.

Les pays émergents au plan universitaire

25À côté des grandes nations richement dotées en matière d’établissements d’enseignement supérieur, il existe au XIXe siècle des pays que l’on peut qualifier de sous-développés au plan universitaire : à côté des grands empires orientaux qui tardent à se moderniser (Russie, Empire ottoman), il s’agit des États-nations en voie de constitution à la suite des recompositions géopolitiques en Europe, et notamment de l’éclatement de l’Empire ottoman, mais aussi des nations latino-américaines fraîchement parvenues à l’indépendance qui héritent fréquemment d’antiques universités de leur colonisateur espagnol ou portugais, sans oublier les pays d’Extrême-Orient.

L’Europe de l’Est

  • 18 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 74.

26De 1871 à la Seconde Guerre mondiale, « Russes, Polonais et Roumains fournissent le plus grand nombre d’usagers des universités d’accueil d’Europe occidentale18 ». Les Roumains se concentrent plus en France qu’ailleurs, mais l’amour de la France est aussi le propre de la Serbie, de la Bulgarie, de la Grèce, de l’Égypte, de la Turquie, qui envoient des boursiers à Paris en vue d’obtenir un doctorat en droit ou en médecine et même exigent l’obtention d’un diplôme français pour exercer dans le pays émetteur, comme avant la Grande Guerre en Roumanie. Dans ces pays de l’Europe de l’Est et du Proche-Orient, il faut avoir fait ses études à l’étranger pour être pris au sérieux et ce n’est qu’à la fin du siècle que ces pays créent ou modernisent leurs universités.

Russie et Pologne

  • 19 C. Charle, Les intellectuels…, op. cit., p. 42.
  • 20 C. Weill, « Les étudiants russes… », 1979, op. cit, p. 207.

27La Russie fonde son système universitaire au début du siècle en instaurant des gymnases et des universités « sur un modèle militaire visant à encadrer les enfants d’une noblesse dont le tsar commence à se méfier après le complot décabriste de 182519 ». En ce qui concerne l’enseignement supérieur, il se met en place en Russie dans les premières années du XIXe siècle : à part l’université de Moscou qui date de 1755, les universités russes sont créées ou refondées entre 1802 et 1819 : Kazan et Kharkov en 1804, Dorpat, fondation suédoise de 1632, devient russe en 1802 comme université de langue allemande, Vilna (1802), vieille université polonaise fondée en 1579, est transférée à Kiev en 1835 en représailles du soulèvement polonais de 1830. L’université de Varsovie est fondée en 1816 et Saint-Pétersbourg n’obtient son université qu’en 1819. La seule voie d’accès direct à l’université est toutefois réservée aux élèves des gymnases classiques et privilégie donc les couches supérieures de la société impériale, en particulier la noblesse. De plus, pour accéder à l’une des neuf universités de l’Empire, la connaissance des langues anciennes est nécessaire. Il en résulte que la Russie accueille peu d’étudiants dans ses universités : en 1903, seulement 17 382 étudiants y sont inscrits, soit autant qu’à Paris à la même époque20.

  • 21 Arch. nat., AJ/16/2589.

28Les restrictions apportées à la possibilité de mener des études supérieures en Russie, les mauvaises conditions d’études aussi bien que le numerus clausus instauré au détriment des juifs et que la persécution des minorités nationales, entraînent l’importante émigration des jeunes Russes vers les universités occidentales. La Révolution de 1905 entraîne la fermeture des universités et l’interruption du numerus clausus antijuif, qui est toutefois rétabli en 1908. Il en résulte un accroissement des flux de migrants, notamment vers l’Allemagne. À la veille de la Grande Guerre, la Russie favorise d’ailleurs les études de ses ressortissants en Occident. En février 1912, le conseil de l’université est saisi de la décision du ministère russe de l’Instruction publique d’envoyer à Paris des boursiers, licenciés en droit et en mathématiques des universités russes ; les licenciés ès lettres seront pour leur part envoyés à Leipzig. Le projet russe aura un commencement de réalisation puisque neuf licenciés en droit et quatre en mathématiques ont été envoyés à Paris ; la Russie versera 15 000 francs pour rétribuer les professeurs qui s’occuperont spécialement de ces étudiants. Le conseil apprendra plus tard qu’un de ces boursiers veut préparer le doctorat d’État ès sciences. Puisque le gouvernement russe n’oblige pas ses étudiants à obtenir ce titre, on le dirigera vers le doctorat d’université21.

  • 22 Voir I. Gouzevitch, « La science sans frontières : élèves et stagiaires de l’Empire russe dans l’e (...)

29Dans les trente années précédant la Grande Guerre, les sujets du tsar constituent de loin le groupe national le plus représenté dans la capitale. Entre 1889 et 1913, ils passent de moins de 25 % des étrangers à 55 % en 1909 et 46,5 % en 1913 ; ils sont au nombre de 302 en 1889, de 1 734 en 1909, mais leur effectif chute à 1 447 à la veille de la Grande Guerre, conséquence probable des mesures prises par le gouvernement russe après 1905 (suspension du numerus clausus, fermeture d’universités). Leur répartition entre les quatre facultés varie entre ces deux dates : alors qu’ils sont majoritairement présents à la faculté de médecine en 1889 et 1898, loin devant les sciences et les lettres, les carabins russes sont dépassés par leurs camarades scientifiques et littéraires en 1904 et 1909, pour reprendre la tête en 1913. Dans cette colonie, les femmes ont une place importante et qui ne passe pas inaperçue : en 1891, sur 117 étrangères, 103 sont russes (88 %), mais il convient de préciser que la grande majorité d’entre elles se retrouvent jusqu’à la fin du siècle à la faculté de médecine, où leur proportion passe de 88 % des étrangères en 1892 à 94 % en 1898. À l’aube du XXe siècle, elles commencent à investir d’autres disciplines, notamment les sciences : en 1899, elles sont au nombre de 81 sur 88 étrangères en médecine, 12 sur 13 en sciences, 7 sur 24 en lettres. En 1903, on en trouve dix sur douze étrangères en droit, 61 sur 70 en médecine, 53 sur 60 en sciences. Par contre, à l’inverse de la Suisse et de la France, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie accueillent très peu de femmes russes. Cette colonie russe de Paris comprend nombre de refugiés polonais, mais à la fin du siècle, on y trouve aussi bien des membres des couches moyennes intellectuelles d’opinion démocratique, voire révolutionnaire, que des jeunes filles exclues des universités de leur pays ou des juifs fuyant les pogromes22.

L’Empire ottoman

  • 23 D. Panzac, « Les docteurs orientaux… », op. cit., 1995, p. 299.
  • 24 R. Mantran, ibid., p. 480 et 531-532. Voir aussi F. Georgeon, Sous le signe de la réforme. État et (...)
  • 25 Deux cartons des AN : Arch. nat., F/17/4146 et 4147 (années 1857 à 1865).

30Les étudiants originaires de Turquie, mais aussi d’Égypte, sont des habitués des facultés parisiennes, malgré la concurrence anglaise. Rien de surprenant d’ailleurs : la France est de longue date influente à Constantinople et au Caire. Entre 1833 et 1846, « l’ébranlement de l’Empire ottoman, avec l’indépendance de la Grèce, la très large autonomie de la Serbie, la conquête d’Alger par la France, le défi, gravissime, de l’Égypte de Mehemet Ali, ont pour conséquence les Tanzimat, c’est-à-dire la volonté de l’État ottoman de se moderniser23 ». Dès le début de la période des Tanzimat (1839-1876), l’Empire ottoman ouvre des écoles supérieures. Son École de médecine devient en 1839 l’École impériale de médecine et, dans la seconde moitié du siècle, l’Empire se dote d’établissements d’enseignement supérieur : École d’administration en 1859, de médecine en 1866, de droit en 1878, École normale féminine en 187024. Toutefois, on ne peut pas parler avant 1900 de l’existence d’une université ottomane. Le droit ou la médecine européenne se diffuse en Turquie grâce aux Tanzimat. L’Empire envoie par ailleurs des boursiers d’État en Europe occidentale (France, Allemagne, Suisse, Angleterre), notamment pour étudier dans les écoles militaires. Conformément à la volonté d’unir les différents peuples de l’Empire ottoman qui est le corollaire de la volonté de modernisation du pays, on trouve parmi eux nombre de non-musulmans, Grecs et Arméniens. La France est la principale destination de ces étudiants, avant d’être supplantée à partir de 1909 par l’Allemagne. Pour accueillir ces boursiers, on a vu qu’elle ouvre à Paris en octobre 1857, avec le soutien du ministère français de l’Instruction publique, l’École impériale ottomane de Paris25. L’étude du droit est particulièrement prisée du fait de l’importance du droit français dans la législation et la formation juridiques ; le Code civil aurait pu être adopté par l’Empire ottoman. Si beaucoup d’étudiants ottomans étudient la médecine et la pharmacie à la faculté libre de Beyrouth ou à l’École de médecine d’Istanbul, ceux qui en ont les moyens préfèrent étudier à l’étranger. À plusieurs reprises, le gouvernement ottoman rapatrie ses ressortissants : en 1875, les boursiers de l’État ottoman étudiant à Paris sont rappelés, l’étude du droit et la préparation au métier d’ingénieur étant dorénavant assurées à Istanbul ; en 1892, les étudiants rappelés sont les opposants au régime d’Abdul-Hamid.

  • 26 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 455 et 479.

31Napoléon III soutient la politique de réforme du gouvernement ottoman. Après la visite de l’Exposition universelle de Paris par le sultan Abdul-Aziz en 1867, le ministre français de l’Instruction publique Victor Duruy visite Istanbul en 1869 à la suite de laquelle il soumet au sultan un projet de réforme de l’instruction publique ottomane. Le règlement de 1869 qui s’en inspire instaure un nouveau système éducatif où apparaît le modèle du lycée à la française, dont Galatasaraï (1868) est le prototype26. Le projet de Duruy prévoyait la création d’une université formée de plusieurs facultés (lettres et philosophie, droit, sciences naturelles, mathématiques), mais il faut attendre l’année 1900 pour qu’Istanbul soit dotée d’une université, dont l’un des objectifs est d’empêcher la contamination des étudiants turcs par les idées occidentales.

32Le mouvement Jeunes Turcs est fondé en 1889, en opposition au réformisme autoritaire des Tanzimat et à l’autoritarisme du sultan Abdul-Hamid et avec le soutien d’étudiants des établissements d’enseignement supérieur d’Istanbul (Écoles militaire, de santé militaire et d’administration) et d’intellectuels. Avec l’arrivée des Jeunes-Turcs au pouvoir, l’influence croissante de la culture scientifique allemande et la turquisation et l’islamisation de la politique turque érodent les positions intellectuelles françaises. De moins en moins de non-musulmans (Grecs ou Arméniens) viennent se former à l’étranger. Toutefois, la victoire des Jeunes-Turcs et le rétablissement de la constitution en 1908 se traduisent par une offre croissante de bourses d’études à l’étranger, qui ne sont pas réservées aux étudiants musulmans : parmi les boursiers se trouvent également de nombreux Arméniens, Grecs, Juifs et autres, même si les Musulmans en constituent la majorité.

33Dès la fin du XVIIIe siècle, des sujets de l’Empire ottoman sont élèves des grandes écoles parisiennes telles que l’École des Mines ou l’École centrale. Déjà nombreux sous le Second Empire, les étudiants turcs à Paris passent de 89 en 1889 à 249 en 1913, ce qui accroît leur poids dans la population étrangère des facultés parisiennes : entre 1889 et 1898, leur groupe rassemble de 8 % à 12 % des étrangers ; une forte diminution de cette proportion (à 4,6 %) est constatée en 1909 après la victoire des Jeunes-Turcs ; en 1913, elle se rétablit à 8 %. Avant 1909, la plupart des étudiants turcs sont inscrits à la faculté de médecine, bien avant de l’être à celle de droit ; en 1909, ils commencent à déserter la médecine et sont en nombre égal inscrits en médecine et en droit ; en 1913, leur nombre est restreint à la faculté de médecine et important en droit, et dans une moindre mesure, en lettres et en sciences.

L’Égypte

34L’Égypte est placée jusqu’en 1914 sous la suzeraineté de l’Empire ottoman, qui toutefois reconnaît en 1805 Méhémet Ali comme pacha d’Égypte. En 1831, les troupes égyptiennes conduites par le fils de Méhémet Ali, Ibrahim Pacha, entrent en conflit avec le suzerain ottoman et envahissent la Syrie. En 1833, elles menacent Istanbul. Dès lors, Méhemet Ali s’émancipe de l’autorité ottomane. En 1840 toutefois, la flotte britannique le contraint à abandonner la Syrie. Il obtient en contrepartie de la Sublime Porte, le titre héréditaire de vice-roi d’Égypte et du Soudan. Mais en 1876, après une grave crise financière, l’Égypte est placée sous la tutelle franco-britannique. En 1882, éclate une révolte menée par Ourabi Pacha. Les exactions perpétrées par les insurgés contre les Coptes, tenus pour complices des Britanniques, serviront de prétexte à l’occupation militaire du pays par ces derniers. L’Égypte vit dès lors sous le protectorat britannique, qui ne cessera qu’en 1952 : toujours placé sous la suzeraineté de l’Empire ottoman, le khédive continue de régner, le Premier ministre de gouverner, mais le véritable dirigeant du pays est en réalité le consul général britannique.

35L’École de médecine du Caire fondée en 1827 par le docteur français Clot devenu Clot-Bey forme surtout des officiers de santé, les médecins préférant aller se former à Paris. Par ailleurs, l’École française de droit du Caire créée en 1890, dont le directeur et les enseignants sont français et nommés par le gouvernement et qui est rattachée à l’université de Paris, favorise l’afflux d’étudiants égyptiens à la faculté de droit de Paris. Les élèves, qui sont tenus de préparer et d’obtenir le baccalauréat français, suivent le même programme qu’en France et peuvent obtenir leur diplôme, soit dans une faculté française, soit devant un jury français dépêché au Caire. Ce n’est qu’en 1909 qu’une université privée est inaugurée au Caire et en 1925 qu’est créée une université d’État au Caire.

36Certains étudiants égyptiens sont accueillis par l’École égyptienne de Paris. Après la guerre de 1870, 26 étudiants égyptiens en droit et en médecine revenus en France sont répartis entre Aix et Montpellier. En 1873, sur une cinquantaine d’Égyptiens étudiant en Europe, 24 étudient en France ; en 1885, 18 étudiants en droit et en médecine se partagent entre Paris et Montpellier. Entre 1889 et 1913, les étudiants égyptiens passent de 28 à 228, et de moins de 3 % des étrangers à 7,3 %. À la Belle Époque, la très grande majorité des étudiants égyptiens est inscrite à la faculté de droit et un petit nombre à la faculté de médecine. En 1913, on constate un certain intérêt de ces étudiants pour les études de sciences et de lettres.

Les Balkans

37Après la Russie, l’Égypte et la Turquie, la principale région productrice de migrations étudiantes vers l’ouest européen est l’ensemble balkanique (Grèce, Roumanie, Serbie, Bulgarie). De nombreux étudiants de cette région affluent dans les universités occidentales quand leur pays se dégage de la domination turque et accède à l’indépendance. Les États nouveaux de cette région n’ont chacun, à la fin du XIXe siècle, qu’un établissement universitaire national.

La Grèce

  • 27 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 325-329.
  • 28 N. Manitakis, ibid, p. 327-330.

38La majeure partie de la Grèce fait partie de l’Empire ottoman dès le XIVe siècle. Athènes tombe aux mains des Ottomans en 1456. La guerre d’indépendance de 1821-1830, menée avec le soutien des grandes puissances (France, Royaume-Uni, Russie), s’achève par la Conférence de Londres de 1830 où ces trois pays sont représentés : celle-ci consacre la création de l’État national grec et permet à la France, à la Russie et au Royaume-Uni de garder une notable influence sur le jeune royaume. L’un de ses objectifs est l’institution d’un système éducatif complet aboutissant à l’université. De fait, comme dans toute l’Europe, la Grèce voit augmenter sa population scolaire à tous les niveaux dans les dernières décennies du siècle, et notamment la population féminine des établissements d’enseignement secondaire27. L’université d’Athènes elle-même, fondée le 3 mai 1837, est la plus ancienne université du monde balkanique : elle comporte au départ quatre facultés (théologie, droit, médecine et sciences). Très accessible aux élèves des lycées et peu coûteuse, elle attire une bonne partie des jeunes Grecs de Grèce, mais aussi de l’Empire ottoman et de la diaspora. Elle comptera 3 000 étudiants au début du XXe siècle, soit trois fois plus que trente ans plus tôt, et ces étudiants ne sont pas tous issus des classes supérieures de la société grecque, même si les étudiants pauvres sont absents des bancs de l’université28. Cette institution ne permettant pas de donner aux élites grecques la formation de qualité nécessaire à la modernisation du jeune État, celui-ci encourage l’émigration de ses étudiants en leur octroyant des bourses d’études.

  • 29 P. Kiprianos, « La formation des élites grecques… », op. cit., p. 14.

39Des étudiants grecs avaient fréquenté les universités de langue allemande, française et italienne entre 1817 et 1819. En 1865, ceux qui se retrouvent à Paris constituent l’un des groupes d’étrangers les plus nombreux dans les facultés parisiennes. L’exode grec s’accentue à partir des années 1870, surtout en direction du nouvel Empire allemand auquel sa victoire sur la France a donné un grand prestige et qui est tenue pour « la terre promise du savoir ». Mais, comme le remarque Pandelis Kiprianos29, « la situation se modifie à partir des années 1890 » : la France et les États-Unis attirent alors de nombreux étudiants grecs. Selon les statistiques des universités françaises, la France a reçu 85 étudiants grecs en 1895 et 97 en 1898, soit 4,5 fois plus que l’Allemagne. Toutefois, une baisse de ce contingent s’observe entre 1900 et 1910 en raison de la crise économique grecque provoquée par la dévaluation de la drachme qui renchérit le coût des études à l’étranger, avant que l’effectif ne remonte à 106 en 1912. À la Belle Époque, leur présence à Paris est relativement modeste : moins de 40 par an, sauf en 1898 où ils atteignent le chiffre de 52. En termes relatifs, leur poids ne cesse de baisser dans la population étudiante étrangère, passant de 4,3 % en 1898 à 1,2 % en 1913.

  • 30 D. Manitakis, L’essor de la mobilité…, op. cit., p. 70-104.

40La concurrence allemande est souvent invoquée par les contemporains pour expliquer cette désaffection. En ce qui concerne la médecine, Nicolas Manitakis explique l’attraction des facultés de médecine françaises par la publicité faite à l’enseignement médical français par les praticiens grecs formés en France, mais aussi « par la présence d’enseignants issus du “moule” scientifique français au sein du corps professoral de l’école médicale athénienne » ; il y eut même dans ce milieu des débats entre les scientifiques formés en France et ceux formés en Allemagne. La présence d’anciens élèves des facultés des sciences françaises dans le corps enseignant de l’université d’Athènes aura la même conséquence. Le rayonnement de l’université de Paris est également important en droit avant la Grande Guerre, à cause de leur rôle traditionnel de formation des enseignants et plus largement des élites juridiques, mais aussi grâce à l’offre de formations professionnelles spécialisées (études pénales, criminologie, etc.) qu’offrent les facultés de droit. Toutefois, ce rayonnement déclinera après la guerre en raison de « la montée en puissance de l’école juridique allemande ». Enfin, les Grecs manifesteront plus tardivement, et surtout dans l’entre-deux-guerres, de l’intérêt pour les études littéraires et resteront plutôt intéressés par les études à visée professionnelle (médecine, sciences, droit). Nicolas Manitakis remarque qu’ils prisaient plus les études de langue et civilisation françaises et les études « byzantines et néohelléniques » que celles d’archéologie classique ou de sociologie. Il en conclut que, malgré l’image traditionnelle, culturelle et littéraire, de la France, celle-ci « exerça sur les Grecs une plus forte attraction par ses sciences physiques et médicales que par ses sciences de l’esprit30 ».

  • 31 D. Manitakis, L’essor de la mobilité…, op. cit., p. 192-194.

41Quelques étudiantes grecques partent pour la France. Nicolas Manitakis évoque celles qui s’inscrivent dans les facultés parisiennes à la fin du siècle, en particulier Sevasti Kallisperi : issue d’une famille de hauts magistrats, elle est la première Grecque inscrite à la faculté des lettres (en 1885) où elle termina, six ans plus tard, ses études littéraires. Un an après, une compatriote, Maria Kalapothaki (ou Kalapothakes), née à Athènes en 1859 d’un père pasteur, s’inscrit à la Faculté de médecine en 1886 pour devenir docteur en 1894, à l’âge de 35 ans. L’ouverture aux étudiantes de l’université d’Athènes limitera toutefois l’expatriation des Grecques en France : elles étaient moins d’une dizaine à étudier dans les universités françaises avant la Grande Guerre, et ce n’est que dans l’entre-deux-guerres que leur nombre commença à augmenter31. Maria Kalapothaki est d’ailleurs la seule Grecque présente dans notre corpus des femmes reçues docteurs en médecine entre 1870 et 1907. Par ailleurs, nous n’avons comptabilisé qu’une poignée de Grecques inscrites à Paris avant 1914 : une seule femme est présente chaque année entre 1886-1887 et 1892-1893 à la faculté de médecine, une en 1895-1896 et une en 1903-1904 à la faculté des lettres, et une en 1909-1910 à l’École supérieure de pharmacie.

42Les îles Ioniennes constituent un cas particulier, notamment parce qu’elles n’ont jamais fait partie de l’Empire ottoman. Lors de l’émergence du nationalisme grec au XVIIIe siècle, l’archipel ionien avait constitué un refuge pour les intellectuels et les combattants indépendantistes, ainsi que pour leurs sympathisants. Leur annexion par la France révolutionnaire en 1797 lors de la signature du traité de Campo-Formio, entraîne la création de trois départements français de Grèce baptisés : Corcyre, Ithaque et Mer-Égée. Ces derniers sont définitivement supprimés en 1802, suite à la perte de ces territoires en 1798 et 1799. Du 2 avril 1800 au 20 juillet 1807, l’archipel est occupé par les forces russo-ottomanes, avant d’être placé sous le protectorat conjoint de ces pays, sous le nom de « République des Sept-Îles ». En 1807, la Russie cède de nouveau les îles à la France, qui les annexe. Occupées en majeure partie par les Britanniques dès 1809, les îles Ioniennes sont attribuées au Royaume-Uni sous la forme d’un protectorat par le traité de Paris le 5 novembre 1815. Les Britanniques dénomment le protectorat « République des îles Ioniennes » et lui attribuent une Constitution. Les îles Ioniennes disposent d’un Sénat de 1799 à 1864. Elles sont rétrocédées à la Grèce le 21 mai 1864 et annexées le 2 juin. L’académie ionienne de Corfou, fondée en 1824, devient l’université ionienne en 1864.

43De même, l’île de Samos en mer Égée est une principauté autonome de 1829 à 1913, année où elle choisit le rattachement à la Grèce, comme la Crète (en révolte depuis 1866, reconnue autonome depuis 1898, grecque de facto depuis 1908) et la plupart des îles égéennes.

Roumanie

  • 32 L. Cabac, « L’influence française dans les pays roumains au XIXe siècle », Archives juives, 2002, (...)
  • 33 N. Jorga, Histoire des relations entre la France et les Roumains, Paris, 1918, 282 p. ; O. Bozgan,(...)

44Au début du XIXe siècle, les principautés roumaines de Moldavie, Valachie et Transylvanie sont placées sous l’autorité de la Russie et de l’Empire ottoman. En 1812, la Russie obtient de l’Empire ottoman la Bessarabie, qui est une partie de la Moldavie, et en 1829, le traité d’Andrinople proclamant l’indépendance grecque place les principautés roumaines (la Valachie et la Moldavie), sous la protection du tsar : l’occupation de ces deux territoires par les Russes contribue au développement de la conscience nationale roumaine. Le métropolite de Valachie Dosithée est parmi les premières personnalités à envoyer des jeunes gens à l’étranger pour étudier et se former en tant qu’hommes de lettres et de culture. Comme il est grec, il les envoie d’abord en Grèce ou dans d’autres pays d’Orient, avant de s’orienter vers Vienne et Rome, puis Paris32. Les nobles roumains, les boyards, qui ont pris l’habitude d’inscrire leurs enfants dans les lycées français, se plaisent à les expédier à Paris afin d’y poursuivre leurs études. En 1847, les deux princes de la Moldavie et de la Valachie, inspirés par le modèle français de modernisation politique et culturelle, remplacent les collèges royaux de Bucarest et de Jassy par deux lycées français où l’enseignement se fait dans la langue de Molière33. En 1848, une éphémère république roumaine est créée en Valachie, Moldavie et Transylvanie par un noyau de militants dont beaucoup ont étudié à Paris. L’insurrection est durement réprimée par les Ottomans et les Russes, ce qui provoque un afflux de « moldo-valaques » dans la capitale. En 1853, la Russie envahit la Moldavie et la Valachie. Soutenu par la France et le Royaume-Uni, l’Empire ottoman entre en guerre contre la Russie. Le traité de Paris (1856) qui conclut la guerre de Crimée oblige les Russes à rendre la Bessarabie méridionale à la Moldavie et le delta du Danube à l’Empire ottoman, mais avec une forte autonomie. Napoléon III, en partie par conviction (soutien aux nationalités), en partie pour déstabiliser l’Autriche, soutient les deux assemblées qui choisissent en 1859 le même candidat pour conduire leur pays, un militaire de carrière, Alexandru Ioan Cuza. Celui-ci réalise l’union des deux principautés, sous le nom de Principautés unies de Moldavie et de Valachie. La Roumanie vise toujours à s’émanciper totalement de l’Empire ottoman. Lorsque l’Empire de Russie entre à nouveau en guerre contre les Ottomans, à la suite de massacres en Bulgarie, la Roumanie se range aux côtés des Russes. La campagne militaire est victorieuse et l’indépendance du pays est reconnue au Congrès de Berlin en 1878, en même temps que celle de la Principauté de Bulgarie. Carol est couronné roi du nouveau royaume de Roumanie en mai 1881, mais l’unité de la Roumanie n’est parachevée qu’en 1918 grâce à la Grande Guerre.

  • 34 RIE, 2e semestre 1907, p. 496.
  • 35 O. Bozgan, « L’Université de Bucarest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire ( (...)

45Le soutien de la France à la nouvelle Roumanie a des conséquences immédiates. La Roumanie est le cas le plus typique des pays dont l’enseignement supérieur n’est pas en mesure d’assurer la formation des diplômés de niveau supérieur (médecins, professeurs) ou de leur offrir des titres du niveau des diplômes délivrés par les établissements occidentaux, et qui recourent aux universités de l’ouest pour les hisser à ce niveau. On l’a vu, la France pèse sous le Second Empire sur la politique universitaire roumaine. S’il existait dès 1842 à Bucarest une École de petite chirurgie, il faut attendre 1857 pour que le docteur français Davila crée l’École nationale de médecine et de pharmacie de Bucarest, convertie en faculté de médecine en 1869, avec un règlement qui stipule notamment qu’elle ne délivrera pas le doctorat en médecine et qu’elle enverra les meilleurs de ses élèves à la faculté de médecine de Paris pour obtenir ce diplôme. Les années 1859-1863 sont extrêmement fécondes. Les universités de Jassy et Bucarest sont créées respectivement en 1860 et en 1864 sur le modèle des universités françaises, mais le pays manque d’enseignants. En 1859, l’université de Bucarest crée une faculté de droit dont le premier recteur a fait ses études juridiques à Paris et qui ne prépare qu’à la licence. La pratique se développe pour son corps enseignant, mais aussi pour les futurs administrateurs publics ou politiciens roumains, d’obtenir le doctorat en droit de la faculté parisienne, et ce n’est qu’en 1908 qu’est créé un doctorat roumain. En 1907, le doctorat en droit n’est rétabli qu’à Bucarest, ce qui fait craindre la fermeture de l’université de Jassy34. Jusqu’en 1908, date de l’instauration du doctorat en droit à la faculté de droit de Bucarest, ce titre est obtenu à la faculté de droit de Paris35. La faculté de philosophie voit le jour en 1860 et devient la faculté des lettres, et la faculté des sciences est créée en 1863. La faculté de pharmacie n’est créée qu’en 1923.

  • 36 E. Siupiur, « Étudiants de l’espace roumain et du sud-est européen dans les universités allemandes (...)

46Ces facteurs expliquent le goût des Roumains pour les études en France, notamment en droit, en sciences et en médecine, alors qu’ils préfèrent faire leurs études de lettres et de sciences humaines en Allemagne. En 1864-1865, les universités de Bucarest et de Jassy ne comptaient que 200 étudiants ; 55 boursiers de l’État poursuivaient leurs études supérieures à l’étranger, 17 des études secondaires ; la plupart des autres, des centaines, étaient envoyés par leur famille au-delà des frontières. S’ils sont nombreux en France, les étudiants roumains sont également attirés par les universités de langue allemande d’Allemagne, d’Autriche (Vienne, Graz) et de Suisse (Zurich en particulier), Paris et Vienne en accueillant la majorité36. En 1882, un article de la Revue internationale de l’enseignement évalue l’enseignement offert par les universités de Jassy et Bucarest, où l’on trouve quatre disciplines : droit, sciences, lettres et médecine.

  • 37 RIE, 1882, p. 248.

« La Faculté de médecine est excellente et ses professeurs comptent parmi eux plusieurs internes des hôpitaux de Paris. Les Facultés de droit sont très bonnes et presque tous les professeurs sont docteurs en droit de Paris. On peut en dire autant des autres facultés, dont les professeurs ont fait, presque tous, leurs études en France ou en Allemagne, surtout en France37. »

47Les Roumains constituent à Paris une population importante, la seconde après celle des Russes. En 1891, ils représentent près de 15 % des étrangers hommes et plus de 20 % des Européens. Entre 1889 et 1913, ils doublent leur effectif, passant de 153 étudiants à 322 et constituent jusqu’à 21,5 % des étrangers en 1898, 12,5 % en 1904, 10,5 % en 1913 ; leur poids diminue à 8,5 % en 1909, après l’établissement de la préparation aux doctorats dans les facultés roumaines. Leurs disciplines favorites sont avant tout le droit, devant la médecine et les sciences, et ils préfèrent faire leurs études de lettres et de sciences humaines en Allemagne. Ce n’est que tardivement qu’ils investissent la faculté des lettres (2,8 % des Européens en 1911, 4,25 % en 1913). En droit, en sciences et en médecine, entre 1904 et 1914, leur poids dans la population étrangère oscille entre 8 % et 12 %. Dans le groupe des Européens, ils perdent toutefois de l’importance en droit, passant de 42,7 % en 1904 à 33,2 % en 1912, avant de remonter à 40,5 % en 1914. Il en est de même en médecine (19,8 % en 1904, 6,8 % en 1907, 8,9 % en 1914) et en sciences (respectivement 11,2 %, 6 % et 11,9 %). Dans ce total, les femmes ne constituent pas un contingent très important : en 1891, on ne trouve que trois Roumaines sur 117 étrangères en médecine, quatre en 1893, six à sept entre 1894 et 1896, trois à quatre entre 1897 et 1898, mais la première licenciée en droit est une Roumaine.

Serbie, Monténégro

  • 38 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, 1er sem (...)

48Les principautés de Serbie et du Monténégro deviennent indépendantes de l’Empire ottoman lors du congrès de Berlin de 1878 ; le royaume de Serbie naît en 1882 et celui du Monténégro en 1910, mais l ‘ université serbe de Belgrade n’est créée qu’en 1905. La première inscription à Paris d’un Serbe, alors sujet de l’Empire ottoman, daterait de 1841. Le français est moins étudié en Serbie que l’allemand, et ce n’est qu’au début du XXe siècle que se nouent des relations étroites entre la France et la Serbie. À partir de 1878, des boursiers sont envoyés étudier autant en France qu’en Allemagne, Autriche-Hongrie ou même en Russie, mais les étudiants serbes ne sont pas tous dotés d’une bourse et sont envoyés par leur famille bourgeoise. Les étudiants serbes ne cessent de perdre de l’importance dans les facultés parisiennes : inscrits surtout à la faculté de droit et moins nombreux en médecine, ils passent entre 1889 et 1913 de 33 à 23, et de 3 % des étrangers à 0,6 %. De fait, entre 1878 et 1914, 114 boursiers ont été envoyés dans les universités françaises, surtout pour étudier le droit, car la priorité est de renforcer l’administration publique serbe. Par contre, les étudiants serbes étudient plutôt les sciences et la médecine en Autriche-Hongrie et en Allemagne. Entre 1884 et 1914, 72 thèses de doctorat ont été soutenues dans les universités françaises, dont 51 % en médecine, 37 % en droit, le reste en lettres et en sciences38.

Bulgarie

49La Bulgarie se libère de la domination ottomane en devenant une principauté autonome en 1878, mais elle ne conquiert son indépendance qu’en 1908 en tant que royaume de Bulgarie. Les Bulgares occupent une place modeste dans la population étrangère des facultés parisiennes (entre 0,5 % et 1,3 %) bien qu’ils soient relativement présents dans les facultés de droit de province. D’abord une poignée à la faculté de médecine en 1889, on les trouve au début du XXe siècle sans surprise surtout à la faculté de droit, car il s’agit pour le pays de développer son administration publique, et dans une moindre mesure à la faculté des lettres. Entre 1884 et 1890, le ministère de l’Instruction publique accorde 236 bourses destinées à favoriser les études supérieures à l’étranger d’autant de ressortissants bulgares. L’université de Sofia est créée en octobre 1888 et ne comporte que trois facultés en 1890 (histoire et philologie, mathématiques et physique, droit). Les premières femmes y sont acceptées en 1901.

Perse

  • 39 A. Falakpour, M. Maleki, « Les premiers étudiants iraniens en France », La Revue de Téhéran, no 49 (...)

50L’envoi à l’étranger d’étudiants persans date de plusieurs siècles, et notamment de la période qadjare (1794-1925)39. Au début du XIXe siècle, les réformateurs persans commençaient à s’inquiéter de la faiblesse relative de leur société face à la menace croissante de la Russie au nord et des autorités britanniques au sud. Afin de moderniser leur pays, ils décidèrent d’envoyer des étudiants en Europe s’initier aux avancées de la science et de la technologie, notamment dans le domaine militaire, qu’ils considéraient comme les causes principales de la puissance européenne. Sous la monarchie de Juillet, un groupe de cinq étudiants iraniens est envoyé en France, où ils vivront les événements de 1848. C’est en 1848 qu’est fondée, sur le modèle des universités européennes, la future université de Téhéran, au sein de laquelle sont enseignées les sciences et les langues modernes. Des étudiants persans ayant étudié en Europe y enseigneront. En 1855, 42 étudiants sont envoyés en France pour y étudier la médecine, les sciences militaires et les autres technologies modernes de l’époque. À leur retour, ils seront nommés à des postes gouvernementaux récemment créés, en particulier au ministère des Sciences et certains deviendront ministres. Pendant près d’un siècle, la France sera ainsi considérée comme le lieu de formation privilégié des Persans aspirant à une formation moderne. Ce pays eut donc une grande influence sur la propagation des idées et des cultures européennes et françaises en Perse. Toutefois, entre les années 1860 et 1900, le gouvernement décida de ne plus envoyer d’étudiants en Europe afin d’éviter la contagion des idées modernes. La Révolution constitutionnelle persane de 1906 favorisa toutefois par la suite un renouveau de l’intérêt pour la culture européenne, et en 1911, le parlement iranien adopta une loi permettant au ministère de la Science et la Culture d’envoyer chaque année 30 étudiants en Europe en vue de suivre des formations dans différents domaines, civils et militaires.

51Les étudiants persans envoyés étudier en France ne s’inscrivent pas tous dans les universités parisiennes, où leur nombre n’atteint la dizaine qu’à la veille de la Grande Guerre ; leur poids dans la population étrangère des facultés parisiennes oscille entre 0,3 % et 0,6 %. Après avoir privilégié les études de médecine, ils s’orientent plutôt vers le droit en 1913.

Amérique latine

  • 40 A. Lemperière, G. Lomné, F. Martinez, D. Rolland (dir.), L’Amérique latine et les modèles européen (...)
  • 41 F.-X. Guerra, « La Lumière et ses reflets : Paris et la politique latino-américaine », in A. Kaspi (...)
  • 42 F.-X. Guerra, Le Mexique, de l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, L’Harmattan, 1985, vol. 2 ; F (...)

52Tout au long du XIXe siècle, la France joue un rôle important dans la politique universitaire des États nouvellement indépendants d’Amérique latine, et beaucoup d’entre eux s’inspirent du modèle français pour élaborer leur constitution et leur législation40. Aux principes issus des Lumières et de la Révolution française s’ajoute dans le dernier tiers du XIXe siècle et dans les années précédant la Grande Guerre, le modèle comtien positiviste, transmis au Mexique par un ancien étudiant de Paris, Francisco Madero, le futur fondateur du positivisme mexicain. Le comtisme deviendra l’idéologie dominante tant dans la réforme éducative que dans l’idéologie politique, au Mexique, au Venezuela, au Brésil, en Argentine et au Chili41. Ce qui provoque une francophilie qui se répercute sur la modernisation des universités. Les indépendances renforcent la volonté de sortir du colonialisme et de moderniser le pays pour accéder au rang de grande puissance Dans la période qui suit immédiatement les indépendances en Amérique, la culture apparaît aux yeux des intellectuels et des hommes d’État comme un des moyens de construire la nation. L’un des instruments de cette rénovation culturelle est la transformation des universités héritées de la colonisation ou la création d’universités nouvelles. Tandis que l’université de Buenos Aires est refondée en 1821, l’indépendance obtenue par Bolivar en Amérique du Sud s’accompagne dès 1824 de la régénération des universités espagnoles : d’où la fondation des universités de Trujillo, Quito, Caracas. En Uruguay, peu après l’indépendance obtenue en 1838, une université est créée à Montevideo, mais la guerre civile de 1839 la réduit à la seule faculté de droit ; l’université est rétablie en 1849. Au Pérou, la doyenne des universités d’Amérique du Sud est celle de Lima, l’université San Marcos, créée en 1551. Au Chili, la vieille université de San Felipe est remplacée en 1842 par l’université du Chili. Après l’indépendance, le Mexique de Juarez donne la priorité à l’éducation et transforme l’enseignement supérieur en fermant en 1867 la vieille université de Mexico, fondée en 1551 en même temps que celle de Lima au Pérou, qui est jugée obscurantiste, et en la remplaçant par des écoles scientifiques et littéraires appelées à être des centres de l’éducation moderne : la loi de 1867 crée des écoles supérieures de droit, de médecine, d’agriculture, d’ingénieurs, de sciences naturelles, des beaux-arts. L’université de Mexico est rétablie en 1910 sous les auspices des universités de Paris, de Salamanque et de la Californie et ne trouve son autonomie qu’en 192942.

  • 43 F.-X. Guerra, « La Lumière… », op. cit., 1989, p. 174.

53Au sein des facultés parisiennes, le groupe des Latino-Américains pèse d’un certain poids. Mais si, entre 1889 et 1913, leur nombre s’établit entre 91 et 96 dans l’ensemble des facultés, leur poids ne cesse de diminuer parmi les étudiants étrangers, de 7,7 % à 3 %. La majorité d’entre eux s’inscrit en médecine, mais aussi en droit et de plus en plus en sciences. Selon François-Xavier Guerra, chez les Latino-Américains, le droit est recherché par des « intellectuels venant compléter leur formation initiale avant de faire ensuite carrière dans la politique ou l’administration », alors que la faculté de médecine est fréquentée pour des motifs professionnels43. Les Argentins, les Brésiliens, les Colombiens et les Chiliens sont dominants dans la colonie sud-américaine.

Haïti et Cuba

  • 44 RIE, 1er semestre 1896, p. 182 et 1er semestre 1897, p. 569.

54Les premiers étudiants noirs émigrant à Paris sont probablement issus du Brésil, des Antilles ou des Caraïbes. Deux établissements existent à Port-au-Prince en Haïti : l’École nationale de droit d’Haïti, fondée en 1859, est réorganisée en 1890 et 1894 ; le programme des études, qui durent trois ans, comprend notamment l’histoire du droit français ; elle compte 93 étudiants en 1897 ; l’École nationale de médecine et de pharmacie, créée en 1864, en accueille alors 6644. L’université de La Havane est inaugurée en 1728 et sécularisée en 1844, mais ce n’est qu’en 1863 que sont créées les facultés de droit, de médecine, de pharmacie, de sciences et de lettres. Après l’indépendance de Cuba en 1899, trois facultés sont mises en place : lettres et sciences, médecine et pharmacie, droit. Entre 1889 et 1913, les étudiants haïtiens et cubains de Paris choisissent de moins en moins le droit et de plus en plus la médecine, mais leur nombre n’excède jamais la dizaine dans l’ensemble des facultés. Quelques Haïtiens s’inscrivent chaque année à l’École de pharmacie.

Le Japon

  • 45 H. Alis, Hara-kiri, Paris, Ollendorff, 1882.

55Avec l’ouverture sur l’Occident de l’ère Meiji (1868-1912) et l’instauration d’une monarchie constitutionnelle, le Japon a le souci de s’inspirer du modèle universitaire des pays alors dominants. Si la loi de 1872 sur le système éducatif établit en principe une université dans chacun des huit districts d’enseignement du pays, la première véritable université japonaise est celle de Tokyo (1877), suivie par celles de Tohoku, Kyushu et Hokkaido. Elles sont obligées de recourir à des professeurs étrangers pour l’enseignement des disciplines modernes. Dans un roman intitulé Hara-kiri publié en 1882, un certain Harry Alis évoque la triste histoire du fils d’un vieux samouraï qui, ayant commencé ses études de droit à Edo où il a appris un peu de français avec un officier français, fait partie de la délégation de huit étudiants japonais envoyés à Paris par le mikado pour y étudier le droit. La petite colonie est installée par la légation japonaise dans un hôtel de la place de l’Odéon où elle bénéficie de la table d’hôte. Mais au lieu de suivre ses cours, le jeune Fidé devient la coqueluche d’une petite troupe de vadrouilleurs parisiens qui l’entraînent dans la débauche : il ruine son vieux père qui se fait hara-kiri après avoir appris la déchéance et le suicide de son fils45. En fait, le premier étudiant japonais est repéré à la faculté de droit en 1885-1886 et celle-ci ne compte chaque année que de un à trois Japonais avant la Grande Guerre. Aucun ne fréquente la faculté de médecine, un ou deux sont inscrits en sciences à partir de 1890, entre un et quatre en lettres dès 1900.

La Chine

56Les premiers Chinois arrivent à Bruxelles en 1900, suite à la modernisation graduelle du système éducatif chinois après la révolte des Boxers (1899-1901) qui conduit à l’envoi d’étudiants chinois en Europe. Comme le Japon, mais plus tardivement, la Chine copie le modèle occidental : la première université fondée sur le modèle européen est celle de Pékin (1898). La chute de l’Empire et la proclamation de la République de Chine en octobre 1911 provoquent le départ vers l’Occident, le Japon et les États-Unis de nombreux étudiants chinois, encouragés par le mouvement travailleurs-étudiants de 1912 et la création en 1915 de la société franco-chinoise d’éducation. À Paris, les premiers étudiants chinois s’inscrivent à la faculté de droit : on en trouve six en 1886-1887 et 1887-1888 et, après une éclipse jusqu’en 1901-1902, leur nombre varie entre un et treize selon les années. Comme les Japonais, ils sont absents à la faculté de médecine, entre un et deux en sciences et en lettres d’une année à l’autre.

Les choix disciplinaires des nations

57L’historien Christophe Charle observe qu’à la fin du siècle, les étudiants étrangers ne se répartissent pas également entre les facultés. Reprenant la distinction classique entre facultés « professionnelles » orientées vers l’attribution de diplômes permettant l’accès à des métiers (droit, médecine, pharmacie) et facultés « intellectuelles », plutôt ouvertes à des enseignements de culture (lettres et sciences), il remarque que les premières sont les plus « cosmopolites », ce qui traduit selon lui le

« souci utilitariste d’étudiants venus surtout de l’Europe pauvre pour obtenir un titre professionnel rendu prestigieux par son exotisme dans les pays d’origine ». « Inversement, ajoute-t-il, les facultés intellectuelles recrutent leurs auditeurs étrangers plutôt dans les vieilles nations intellectuelles, tout particulièrement quand il s’agit de la faculté de culture générale par excellence, la Faculté des lettres. »

  • 46 C. Charle, Paris fin de siècle…, op. cit., p. 34.

58Il observe l’attrait de la civilisation française chez les Allemands, les Américains, les Scandinaves, peu nombreux dans les facultés de sciences et de médecine46.

59Cette analyse, globalement juste et confirmée par les statistiques, connaît cependant des exceptions. Les nationalités des étrangers qui s’inscrivent dans chacune des facultés parisiennes évoluent au fil du siècle et au gré des stratégies des États ou des aspirations des étudiants.

Les nations à la faculté de droit

  • 47 J.-C. Caron, Générations romantiques…, op. cit., p. 73.

60Jean-Claude Caron relève dans son livre sur les étudiants de Paris du premier XIXe siècle « le faible pourcentage d’étudiants originaires des pays d’Europe (50 % contre 36 % pour l’Amérique et 14 % pour l’Afrique)47 ». Les pays francophones (Belgique, Savoie, Suisse) sont très présents et représentent le quart des Européens. Le recrutement de la faculté privilégie des États-nations dont beaucoup s’inspirent de la législation et de la constitution françaises ou qui désirent former leurs futurs cadres en France : les pays balkaniques (la Roumanie surtout, mais aussi la Serbie, la Grèce et la Bulgarie), la Russie, l’Empire ottoman, l’Égypte, mais comprend aussi certains originaires d’Amérique latine et des Caraïbes tels les Brésiliens et les Haïtiens, ou encore des Mauriciens et peu d’originaires d’Amérique du Nord.

61Pour la seconde moitié du siècle, le dépouillement des Rapports des facultés nous offre une photographie précise des nationalités présentes à la faculté de droit. L’Europe comprenant la Russie, qui est représentée en 1885 par 72,5 % des étudiants des deux sexes, ne l’est plus en 1913 que par la moitié des étrangers. Cela s’explique par le développement des positions des autres continents. Dans le Rapport pour 1902-1903, le doyen de la faculté parisienne de droit sépare les 360 étrangers de sa faculté en trois catégories : 233 font leurs études de licence ou doctorat comme les Français ; 62, après des études à l’École du Caire, viennent passer leurs examens à Paris ; enfin 65 sont seulement immatriculés, passent une ou deux semaines à Paris et se contentent d’un certificat d’assiduité pour que le temps passé en France leur soit compté dans leur pays. Parmi les 233 étudiants « sérieux », ceux qui ont besoin du diplôme français, on remarque le poids des Balkaniques, des Russes et des Méditerranéens : 96 sont Roumains, 22 Russes, 17 Turcs, 15 Serbes, 13 Grecs, 12 Bulgares ; parmi les 65 immatriculés qui ne recherchent qu’un certificat d’assiduité et ne souhaitent que compléter leur culture juridique sans viser la professionnalisation, les Occidentaux dominent : seize Allemands, quinze Austro-Hongrois, huit Suisses, sept Luxembourgeois, trois Anglais. Enfin, à la veille de la Grande Guerre, les candidats au tout nouveau doctorat d’université en droit créé en 1912 sont au nombre de quatorze, provenant de trois continents : quatre Russes, deux Turcs, un Roumain, un Portugais, un Maltais, un Espagnol, un Mexicain, un Haïtien, un Chilien et un Uruguayen.

62Au sein du groupe européen, on remarque ainsi le poids considérable des Roumains et plus tardivement des Russes : les premiers représentent de 20 % à 40 % (en 1900) de l’ensemble des étrangers, les seconds, peu nombreux avant 1900, développent ensuite leur présence (4,4 % en 1885, 2,2 % en 1900, mais 37,3 % en 1910 et 19,4 % en 1913). Sans atteindre ces chiffres, certaines nations envoient chaque année un contingent, dont les États balkaniques (Grèce, Serbie, Bulgarie), la Suisse, l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Grande-Bretagne. Les pays scandinaves et ibériques sont peu représentés. En dehors de l’Europe, on remarque que les États-Unis, le Canada et les pays d’Amérique latine et des Caraïbes envoient des contingents réguliers mais peu importants. On notera cependant la fidélité des Haïtiens, des Mauriciens, des Brésiliens, ainsi que la faiblesse du contingent des États-Unis et du Canada. L’Afrique, c’est-à-dire essentiellement l’Égypte, monte en puissance : de 8,4 % en 1885 à 28 % en 1913. Enfin, l’Asie est essentiellement représentée par la Turquie dont le poids ne cesse de grandir : en 1885, 12,6 % des étrangers sont des sujets de l’Empire ottoman, en 1900 seulement 6,4 %, mais cette proportion s’élève à 17 % en 1913. Les étudiantes, toutes européennes, sont russes et roumaines pour la plupart ; peu avant la guerre, apparaissent des Suissesses et une Serbe.

Les nations à la faculté de médecine

  • 48 R. M. Jones, « American doctors in Paris 1820-1861: a statistical profile », Journal of History of (...)
  • 49 P. Huard, M. D. Grmek, « Les élèves étrangers de Laënnec », Revue d’histoire des sciences, octobre (...)
  • 50 E. R. Ackerknecht, Medicine at the Paris Hospital 1794-1848, Baltimore, The John Hopkins Press, 19 (...)
  • 51 Almanach général de médecine, 1827, op. cit.

63Si les statistiques manquent pour les deux premiers tiers du siècle sur le nombre et la provenance des étudiants étrangers en médecine, du moins des travaux récents nous apportent-ils un éclairage sur certaines colonies étrangères de la capitale, tandis que les archives témoignent fugitivement des frasques, et donc de l’existence, d’élèves venus de Grèce, d’Angleterre, du Portugal, de Serbie, d’Argentine, du Brésil ou de Turquie. Dès le Premier Empire, Paris est une « Mecque médicale » et le restera jusqu’à la fin du règne de Louis-Philippe, avant d’être supplantée par Vienne et l’Allemagne. Selon Russell M. Jones, entre 1825 et 1848, environ 200 docteurs en activité ou récemment diplômés des écoles de médecine américaine ont fait un séjour d’études à Paris de une à deux années ; au printemps 1832, la faculté de médecine accueillait une trentaine d’Américains48. L’attrait de l’enseignement médical parisien tient à ses cliniciens, à ses hôpitaux, à ses cours pratiques, à sa presse médicale, mais aussi à ses salles de dissection. À titre d’exemple, la clinique de Laënnec à la Charité (1824-1826) est fréquentée pour près de la moitié par des étrangers dont de nombreux Britanniques, mais aussi des Espagnols, des Italiens, des Grecs, des Suédois, des Allemands, des Hollandais, des Polonais, docteurs ou étudiants49. On sait grâce aux recherches d’Américains intéressés par les voyages de leurs compatriotes en Europe l’attrait exercé par l’École clinique de Paris sur les étudiants et les docteurs du Nouveau Monde entre 1810 et 1850. Les Américains constituent une colonie alors relativement importante et très organisée, plutôt attirée par les études médicales, mais parfois aussi par les sciences, les lettres ou le droit. La capitale n’attire toutefois pas que des Anglo-Saxons. E. R. Ackerknecht cite aussi des contingents allemands, suisses et scandinaves50. L’Almanach général de médecine pour 1826-1827 nous donne une première estimation des nationalités représentées à l’École de médecine durant cette année scolaire : les trois quarts sont européens et parmi eux, plus de la moitié sont anglais. On compte en outre cinq Irlandais et quatre Écossais, deux Allemands, deux Suisses, trois Espagnols. Il n’y a que neuf étudiants d’Amérique du Nord (sept Américains et deux Canadiens) et autant d’Amérique latine, dont six Brésiliens. Certains sont assez âgés, ce qui pourrait indiquer qu’ils étaient déjà docteurs ou ont suivi un long cursus médical : un Anglais a 40 ans et un autre 31 ans, un Allemand 34 ans, un Irlandais 35 ans51. Parmi les 195 élèves de l’École pratique, on note la présence de 14 étrangers (7,2 %), tous Européens (deux Anglais, 3 Espagnols, deux Hollandais, un Russe, un Roumain, deux Italiens, un Irlandais, un Suisse et un Prussien) et quatre natifs de la Martinique. Enfin, parmi les 210 élèves reçus au doctorat, on compte cinq « coloniaux » et 13 étrangers (6,2 %), dont deux Américains et un Canadien (trois Suisses, un Espagnol, un Suédois, un Italien, un Anglais, un Belge, un Allemand et un Portugais). Cette photographie malheureusement limitée à une année permet de cerner un recrutement de proximité, mais il est intéressant de repérer la présence d’originaires des Amériques, ainsi que, déjà, d’un Russe et d’un Roumain.

Les carabins étrangers du premier XIXe siècle

  • 52 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., p. 67-68.

64Selon les calculs de Jean-Claude Caron52, qui prend en compte aussi bien les étudiants des colonies françaises et les étrangers que les Français nés hors de France, les Européens (comprenant la Turquie) ne cessent de diminuer en proportion : ils représentent dans le premier XIXe siècle 95,66 % des étrangers en 1809, 76,19 % en 1819, 67,83 % en 1829, 57,57 % en 1839, soit une moyenne de 74,31 % sur ces trois décennies. Dans le même temps, les Américains augmentent leur effectif sous la monarchie de Juillet en passant de 4,34 % à 35,35 % (moyenne 20,67 %), les Africains passent de 2,38 % en 1819 à 6,06 % en 1839 (3,25 % en moyenne), les Asiatiques de 1,19 % en 1819 à 1,53 % en 1829 (0 % en 1809 et 1839). Cet auteur précise que les chiffres antérieurs à 1820 traduisent le sous-équipement de nombreux pays européens dans le domaine de l’enseignement médical. Le développement de l’enseignement médical en Europe occidentale, notamment en Grande-Bretagne et en Allemagne, crée une forte concurrence à Paris. En revanche, la capitale développe son influence dans les deux Amériques et reçoit des originaires des États-Unis, des Latino-Américains, des originaires des colonies anglaises, espagnoles, danoises, portugaises et surtout françaises. Parmi les Européens, on note la présence d’un important contingent du Royaume-Uni (Grande-Bretagne et Irlande) (plus de 20 % en moyenne après 1819), loin devant les originaires des pays voisins francophones (Belgique, Savoie, Suisse), l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, la Hollande, le Portugal. En dehors de l’Europe, seuls deux pays envoient des contingents assez importants : les États-Unis surtout (moyenne 6,32 %) et le Brésil (3 % à 4 %). À l’inverse, on constate la faible représentation de l’Europe centrale, balkanique et de la Russie. La Turquie commence dès 1809 à adresser un nombre non négligeable d’étudiants (moyenne de 3,22 %) ainsi que la Pologne et la Lituanie en 1839 (7,09 %).

65Notre corpus séculaire des docteurs en médecine étrangers reçus à Paris entre 1807 et 1907, s’il n’est pas forcément représentatif de la population des étrangers inscrits au même moment, permet de décrire les modifications qu’a connues cette population au cours du siècle et confirme les analyses qui précèdent. Dans le grand demi-siècle qui va du Premier Empire à la chute de Second Empire, on peut distinguer deux périodes différentes :

  • De 1807 à 1830, les élèves de l’École de médecine reçus au doctorat sont en majorité nés dans les territoires annexés par l’Empire et dans les pays voisins de la France. Sur les 294 docteurs recensés dans cette période, pour la plupart nés entre 1760 et 1800, 119 (40,5 %) sont nés dans les départements belges, néerlandais, allemands, italiens, savoyards et suisses de l’Empire. La plupart proviennent des départements impériaux francophones de la Dyle (Bruxelles, 18), du Léman (Genève, 17), de l’Ourthe (Liège, 17), de Jemmapes (Mons, 12), du Mont-Blanc (Chambéry, 8), de Sambre et Meuse (Namur, 7), des Forêts (Luxembourg, 2), du Simplon (Sion, 1), mais aussi des zones aujourd’hui néerlandophones (Lys-Bruges, 9, Escaut-Gand, 12, Meuse Inférieure-Maastricht, 4, Deux Nethes-Anvers, 2) ou allemandes (Roer-Aix la Chapelle-Cologne, 7, Rhin et Moselle-Coblence, 1), ainsi que du Piémont (2). Certains d’entre eux peuvent être des Français dont les parents étaient en poste à l’époque de leur naissance. L’autre moitié des docteurs étrangers diplômés avant 1826 est issue en grande partie des pays proches de l’Hexagone, dont les pays occupés (le secrétariat de la faculté n’ayant pas retenu le nom de leur « département » de naissance lors de leur inscription) : ce sont les originaires du Royaume-Uni qui sont les plus nombreux (16 Anglais, 11 Irlandais, 6 Écossais, 5 issus des colonies britanniques, Maurice ou la Jamaïque), devant les Suisses (32), les Espagnols (19), les Savoyards (9), les Hollandais (11), les Belges (8), les Portugais (7), auxquels il faut ajouter six Italiens, dont un sujet des États pontificaux, un Suédois, un Prussien et un Badois. Une petite poignée de ces docteurs provient de pays plus exotiques, dont certains partiront plus tard à la conquête du doctorat français : l’Amérique du Nord est représentée par douze Américains et deux Canadiens, l’Amérique latine par huit Brésiliens (dont le premier est reçu en 1809, bien avant l’indépendance du Brésil proclamée en 1822) et par deux Haïtiens, les Balkans par deux Valaques et par quatre Grecs, l’Europe centrale par un Tchèque de Moravie, un Polonais et un étudiant du Palatinat de Cracovie reçu en 1814 ; enfin, trois sujets de l’Empire ottoman, dont un né en Thessalie, préfigurent par leur réception au doctorat en 1816, en 1821 et en 1827 l’arrivée de nombreux étudiants ottomans à Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle.
  • De 1830 à la fin du Second Empire, le nombre des étrangers inscrits à la faculté de Paris s’accroît et leurs provenances géographiques se diversifient. Ces étudiants sont de moins en moins les fils de l’occupation des territoires du Premier Empire ou des pays voisins, mais proviennent de plus en plus de l’est européen ou méditerranéen ainsi que de l’Amérique latine, tandis que se retirent les Anglo-Saxons, souvent au profit de l’Allemagne. C’est une période de transition qui préfigure la cartographie étudiante des débuts de la IIIe République. La population des étrangers reçus au doctorat en médecine durant ces quarante années comporte plusieurs caractéristiques : les Suisses (88, soit 9,5 % du total) et les Savoyards et Niçois (34, soit 3,7 %) – qui deviennent français en 1860 – constituent encore des contingents importants ; le monde britannique est représenté par les originaires du Royaume uni (41 Anglais, 14 Irlandais, 3 Écossais, soit 6,3 % du total) et surtout de ses colonies (56 docteurs, soit 6 %, dont 37 Mauriciens, 13 Maltais et 3 Indiens) ; on relève une poussée portugaise (48, soit 5,2 %) et le retrait des Espagnols (31, à peine 3,3 %) et des natifs de la péninsule Italienne (25, soit 2,7 %), dont des réfugiés des États pontificaux de 1831. Le Benelux est presque absent, malgré l’accession de la Belgique à l’indépendance en 1830 (12 Hollandais, 2 Luxembourgeois et 25 Belges), ainsi que les États allemands (24) et l’Autriche-Hongrie (9). Cette période est caractérisée par la poussée de l’Europe centrale : on relève le nombre élevé des Polonais, ainsi nommés dans les registres de la faculté bien que sujets du tsar et pour la plupart réfugiés de 1830 et 1863, ainsi que des Roumains ex-moldo-valaques, dont certains sont aussi des réfugiés de 1848 (83 Polonais, soit 9 %, et 54 Roumains, 5,8 %). Les Balkans sont aussi présents grâce aux Grecs (39, soit 4,2 %), aux originaires des îles Ioniennes avant leur annexion à la Grèce (13) et aux Serbes (2). Seuls quatre docteurs sont inscrits en tant que Russes. Hors de la vieille Europe, on constate la remarquable arrivée des sujets de l’Empire ottoman, favorisés par le fait que le français est l’une des deux langues de référence de l’enseignement médical dans l’Empire ottoman (45, soit 4,85 %), celle des Égyptiens (20, soit 2,15 %), ainsi que l’arrivée de quatre Persans qui accèdent au doctorat dès 1860-1861. Quant au continent américain, si l’on relève encore la réussite au doctorat de 59 Américains pendant ces quarante années, soit à peine 1,5 doctorat obtenu en moyenne chaque année par un Yankee (6,4 % du total), force est de constater la poussée de l’Amérique latine et des Caraïbes pendant ces années qui sont celles de l’indépendance de certains pays de ce continent : total 191, soit plus de deux docteurs sur dix, dont 61 Cubains (6,6 %), 39 Brésiliens (4,2 %), 19 Mexicains (2 %), 10 Colombiens, 9 Vénézuéliens, 9 Portoricains, 6 Péruviens, 5 Argentins, 5 Haïtiens, 5 Guatémaltèques, 5 Uruguayens, 3 Équatoriens, 3 Boliviens, un Nicaraguayen.

Les carabins étrangers sous la IIIe République

  • 53 Arch. nat., AJ/16/6566.
  • 54 Rapport du doyen Vulpian pour 1879-1880 au conseil supérieur de l’Instruction publique, Arch. Nat. (...)
  • 55 V. Karady, « L’émigration internationale… », 2002, op. cit., p. 54.

66La population étrangère de la faculté commence à prendre son visage dans la seconde moitié du siècle. Les rapports du doyen de la faculté de médecine au conseil académique53 nous donnent la première photographie officielle des origines géographiques des étudiants étrangers (voir les tableaux 10 à 15). En 1873-1874, sur 368 étrangers, on compte 191 Européens (52 %), dont 16 Anglais, 3 Autrichiens, 5 Belges, 13 Espagnols, 3 Hollandais, 4 Italiens, 7 Grecs, 3 Portugais, 1 Prussien, 52 Roumains, 59 Russes, 25 Suisses, contre 158 Américains du Nord et du Sud, 11 Dominicains et 8 Égyptiens. En 1879-1880, la faculté accueille encore 22 Suisses, 16 Anglais, 3 Autrichiens, 5 Belges, 13 Espagnols, 3 Hollandais, 4 Italiens, 7 Grecs, 3 Portugais, 1 Prussien, mais déjà 52 Roumains et 59 Russes ; parmi les 146 « Américains », qui rassemblent la quasi-totalité des deux Amériques et de la Caraïbe, on ne relève que 13 originaires des États-Unis – dont 3 Louisianais et 3 femmes – et 2 Canadiens, contre 44 Antillais, 5 Argentins, 24 Brésiliens, 12 Colombiens, 9 Chiliens, 9 Guatémaltèques, 2 natifs de la Nouvelle Grenade (ancêtre de la Colombie, de l’Équateur et du Venezuela), 8 Péruviens, 9 Uruguayens, 1 Nicaraguayen et 3 Vénézuéliens54. Cinq ans plus tard, en 1884-1885, l’Europe rassemble deux étudiants étrangers sur trois (66,8 %), l’Afrique, c’est-à-dire essentiellement l’Égypte, près de 8 %, les États-Unis 4 %, l’Amérique latine et les Caraïbes 11,5 % et la Turquie près de 10 %. Les pays balkaniques (Serbie, Grèce, Bulgarie, et surtout la Roumanie qui représente à elle seule 53,5 % des Européens) développent leurs positions, mais la Russie ne constitue encore que 4,1 % des étrangers ; les pays voisins de la France envoient à Paris moins de 10 étudiants par an (6 Belges, 8 Anglais et Irlandais, 5 Suisses, 7 Italiens, etc.). Dans les 25 années qui précèdent la Grande Guerre, on constate l’accroissement du poids des Européens, à 59 % avant 1900 et à 69 % au début du XXe siècle, malgré une baisse à 50 % en 1913. Cette augmentation est essentiellement due au développement des communautés roumaine et russe : les Roumains représentent plus de la moitié des Européens au tournant du siècle et encore plus du tiers après, 46 % en 1913 ; les Russes passent de 7,3 % de l’Europe en 1895 à 54 % en 1910, à 38 % en 1913. La même situation s’observe au plan national : selon Victor Karady, entre 1895 et 1914, environ deux étudiants « russes » inscrits dans les facultés françaises sur trois le sont dans les facultés de médecine, et leur nombre augmente encore après 190555. On assiste aussi à la montée en puissance des Serbes, des Grecs jusqu’en 1903, et plus tardivement des Bulgares (à partir de 1900). Les Allemands, les Belges, les Italiens, les Suisses et les Anglais envoient chaque année un petit contingent alors que les Scandinaves et les Ibériques sont quasiment absents. Hors de l’Europe, ces trois décennies voient le renforcement des positions des sujets de l’Empire ottoman, qui passent de 46 à 62 en 1913. En dehors de ces deux pays, on constate dès la fin du siècle la faible représentation des États-Unis et du Canada, la présence constante de l’Amérique latine (de 5 à 12 personnes selon les années) et des Haïtiens, ainsi que la visite sporadique des Mauriciens, des Chinois et des Japonais.

Les docteurs étrangers

67Ces évolutions se reflètent dans la composition géographique du groupe des docteurs étrangers reçus à Paris entre 1871 et 1907, qui se structure autour de neuf ensembles :

Tableau 17. – Principales nationalités des docteurs en médecine reçus entre 1871 et 1907 (source : corpus des docteurs étrangers 1807-1907).

68La population des docteurs étrangers des débuts de la IIIe République est bien entendu largement dominée par les Russes, y compris une cinquantaine d’étudiants inscrits comme Polonais, les Roumains, qui bénéficient d’une préférence exceptionnelle de la part de la France, et les sujets de l’Empire ottoman parmi lesquels on relève la présence de Syriens, d’Arméniens ou de Libanais. On remarque que la Suisse se distingue des autres pays de l’Europe occidentale par sa fidélité à la faculté parisienne. Le monde britannique, quant à lui, est moins présent grâce à ses représentants anglais (ils ne sont qu’une trentaine), encore moins écossais ou irlandais (trois seulement dans chacun de ces deux groupes), que grâce aux originaires de ses colonies et possessions extérieures, en particulier de l’île Maurice dont les ressortissants bénéficient comme les Roumains d’avantages en France (62 doctorats obtenus, soit le double du score des Anglais), mais aussi Gibraltar, Malte, Chypre, l’Inde et Ceylan (5 docteurs), l’Afrique du Sud ou l’Australie (qui décroche deux doctorats parisiens). L’effacement de l’Amérique du Nord se confirme en dépit des appels faits aux Américains. On remarque la poursuite de la demande de diplômes des originaires de l’Amérique latine et des Caraïbes, parmi lesquels se détachent les 44 Colombiens, les 34 Brésiliens, les 33 Uruguayens, les 20 Mexicains, les 18 Argentins, les 16 Chiliens, les 12 Guatémaltèques, les 11 Vénézuéliens et, pour l’arc caribéen, les 37 Haïtiens, les 11 ressortissants de Saint Domingue et les 57 Cubains. L’Égypte, plus intéressée par les études de droit, ne compte que 45 docteurs et la Perse cinq. On constate enfin que les pays européens, même proches de la France, ne constituent jamais plus de 3 % des 1709 docteurs étrangers de cette période malgré la croissance du nombre des étudiants balkaniques : la Grèce, y compris les Îles ioniennes, se détache un peu avec 60 docteurs, loin devant la Bulgarie (40), l’Espagne (34, dont 15 Portoricains), l’Italie (27), la Belgique (25), le Portugal avec ses colonies (23), la Serbie (22), l’Autriche-Hongrie (20), l’Allemagne (14), le Luxembourg (13), les Pays-Bas (6), auxquels on ajoutera deux Danois et deux Norvégiens. Les pays de langue allemande et les Scandinaves sont ainsi presque absents.

69En ce qui concerne le doctorat d’université, sur les vingt-huit reçus de 1907-1908, on compte quinze Russes, cinq Turcs, un Grec, un Canadien, cinq ressortissants de l’Amérique latine et un Asiatique.

Les étudiantes étrangères en médecine

70Les étudiantes, pour leur part, qui ne sont qu’au nombre de quatre en 1868-1869, proviennent en majorité, comme à la faculté de droit, de Roumanie et de Russie, mais aussi de l’Empire austro-hongrois, d’Angleterre, de Serbie, de Grèce, de Suisse. Toutefois, dans les quinze premières années, les Anglaises sont majoritaires, avant d’être largement supplantées par les Russes dès le milieu des années 1880.

71Leur nombre diminue après 1895 en raison de l’introduction du nouveau régime des études médicales, qui deviennent plus difficiles et plus longues, mais aussi de l’obligation faites aux étrangers de s’inscrire en province et d’une relative désaffection des Russes entre 1898 et 1904. Dans les vingt années précédant la Grande Guerre, les femmes russes dominent de façon écrasante, bien que leur poids décline régulièrement, de 78 % en 1897 à 68 % en 1910, alors que les Françaises passent dans le même temps de 16 % à 29 % de l’effectif féminin.

Tableau 18. – Principales nationalités des étudiantes reçues docteures à Paris entre 1876 et 1888 (source : Rapports des années correspondantes).

Tableau 19. – Les nationalités des étrangères inscrites à la faculté de médecine 1897-1910 (source : Rapports des années correspondantes).

Les étrangères reçues docteures

  • 56 Arch. nat., AJ/16/2559 et 2560.

72La suprématie des Russes est confirmée par les résultats de notre étude des premières femmes docteures en médecine à Paris entre 1870 et 1907. Par exemple, en 1889-1890, 18 Russes sont reçues pour une seule Anglaise56. Dix ans plus tard, en 1899-1900, sur les 72 étrangers reçus docteurs, on compte une Roumaine et 24 femmes russes.

Tableau 20. – Les nationalités des docteurs étrangers 1887-1901 (source : Rapports des années correspondantes).

73Sur les 298 docteures reçues entre 1870 et 1907, 209 sont nées dans l’Empire russe (70 %), dont 27 dans l’ancienne Pologne et une Française, Rebecca Grünberg, née en 1867 à Mir d’un père voyageur de commerce à Varsovie. Les Françaises ne sont qu’au nombre de 48 (16 %), dont deux nées en Algérie et une en Indochine, et les Roumaines au nombre de neuf (3 %). L’Empire britannique est représenté par neuf femmes, dont une Écossaise et une native d’Antigua ; on peut y ajouter une Canadienne et une Néo-Zélandaise. Les autres pays d’Europe sont faiblement représentés : deux femmes sont nées en Allemagne dont une Française, deux en Alsace-Lorraine, deux en Serbie, deux en Suisse, et une en Grèce, en Italie, en Bulgarie et en Turquie. Notre étude confirme la chronologie des inscriptions en faculté : si les Russes sont présentes dès les années 1870 et les Roumaines dès 1884, on constate que la plupart des Anglo-Saxonnes se sont inscrites en majorité entre 1870 et 1890.

74Le poids des étudiantes dans la colonie russe de Paris se mesure à la constatation suivante : alors que les docteurs russes des deux sexes reçus à Paris entre 1870 et 1900 représentent moins d’un quart des docteurs étrangers de cette période, plus de huit docteures reçues alors sur dix sont des Russes. Dans les autres pays sauf en Serbie et aux États-Unis, le poids des femmes est moindre en comparaison de l’ensemble des docteurs de la même nationalité.

Hommes

Femmes

Russie Pologne

23,33 %

85,3 %

Roumanie

13,48 %

3,5 %

Serbie

1,26 %

1,2 %

Bulgarie

1,38 %

Égypte

2,76 %

Turquie

9,9 %

0,6 %

USA Canada

3,86 %

2,9 %

Amérique latine

19,06 %

Autres

24,97 %

6,5 %

Tableau 21. – Proportions respectives des hommes et des femmes reçus docteurs en médecine par nations ou sous-continents (1870-1900) (sources : corpus des docteurs en médecine étrangers 1807-1907 ; corpus des femmes docteures 1870-1907).

Les étrangers reçus chirurgiens-dentistes

75À l’instar des docteurs en médecine, on constate parmi les étrangers reçus au diplôme de chirurgien-dentiste une surreprésentation des Européens, en particulier venant des pays voisins (Suisse, Belgique), mais aussi des Américains. Là encore, les Russes et les Roumains prédominent. Sur les 21 reçus en 1894-1895, on relève sept Russes, un Américain et quatre Suisses ainsi que deux femmes russes et une Suissesse ; en 1897-98, deux Belges, trois Suisses, un Turc, quatre Russes dont une femme, un Américain ; en 1899-1900, sur treize étrangers reçus, deux Américains, deux Belges, quatre Suisses, un Portugais, un Grec ; en 1903-1904, sur seize étrangers, trois Sud-Américains, cinq Russes, un Turc, deux Roumains, deux Anglais. Une poignée d’étrangères obtiennent ce diplôme : en 1899-1900, sur les treize étrangers reçus, on compte une Belge et une Grecque ; l’année suivante, sur les quatorze reçus, trois Russes et une Suissesse ; en 1904-1905, sur les douze reçus, une Suissesse, une Allemande et deux Russes ; en 1909-1910, cinq femmes ont été reçues dentistes, dont deux Suissesses, une Roumaine et deux Russes.

Les internes étrangers

  • 57 B. Vergez-Chaignon, Les internes des hôpitaux de Paris 1802-1952, Paris, Hachette Littératures, 20 (...)

76On trouve parmi les internes d’abord des Anglais, des Espagnols et des Sud-Américains, avant qu’ils ne soient supplantés, dès le Second Empire, par les Polonais et les Roumains57. Dans notre corpus des docteurs étrangers 1807-1907, on relève la présence de 640 externes (près de 22 % du corpus) et 166 internes (5,6 % du corpus). Plus d’un étranger sur cinq juge ainsi utile de passer le concours de l’externat sans pour autant se présenter à celui de l’internat. Parmi les générations d’internes, on peut distinguer trois périodes : de 1807 à 1830, ils ne sont que huit (2,5 % des docteurs étrangers de cette période), dont un Américain, deux Anglais, un Suisse, un Italien et trois habitants des territoires annexés ; dans les quarante années qui précèdent l’avènement de la IIIe République (1831-1870), on relève 55 internes des hôpitaux de Paris, un interne d’Orléans, un de Bordeaux et deux de Grenoble, tous les deux Savoyards, ce qui marque un accroissement de la proportion des docteurs étrangers ayant accédé à l’internat (6,5 %) ; les Suisses, au nombre de 17, les Américains (9) et les Britanniques (6) dominent dans ce groupe où l’on trouve aussi deux Polonais, un Russe, un Autrichien, deux Grecs, deux Prussiens, trois Savoyards, trois Belges, deux Roumains ; les Latino-Américains font leur apparition (trois Colombiens, un Mexicain, un Uruguayen, trois Cubains, un Portoricain) ainsi que les Mauriciens (2) ; enfin, dans les premières années de la IIIe République (1871-1907), le pourcentage des docteurs étrangers pourvus du titre d’interne diminue (5,8 %) : aux 87 internes des hôpitaux de Paris s’ajoutent douze internes d’établissements médicaux de province : les Suisses, au nombre de 30, sont toujours friands de ce titre, mais on relève surtout l’importance de ces nouveaux venus à la faculté de médecine que sont les Roumains (22), les Ottomans (9), les Russes (7), les Mauriciens (3) et les Latino-Américains (10) ; l’Amérique du Nord (quatre Américains et un Canadien) et l’Europe occidentale (trois Allemands, deux Anglais, deux Belges, deux Grecs, un Hongrois, un Italien, un Portugais, un Luxembourgeois) sont quasi absentes.

Les nations à l’École de pharmacie

77Afin d’établir l’évolution des nationalités présentes à l’École supérieure de pharmacie, nous avons réalisé un sondage dans les dossiers des étudiants nés en dehors de la métropole et reçus aux diplômes de première et de seconde classe. La très grande majorité d’entre eux sont originaires des colonies ou nés de parents français à l’étranger. Quant aux étrangers, comme à l’École de médecine, les premiers élèves pharmaciens recensés sont nés dans les départements annexés par Napoléon : en 1811, Jean-Pierre Joseph Monheim, né en 1786 à Aix la Chapelle (Roer) ; en 1812, Claude Henry Petroz, né à Montmillan (Mont-Blanc) et Emmanuel François Vandewalle, né en 1767 à Gand où il a exercé pendant 27 ans ; en 1813, Arnold Joseph Lodewycks, né à Anvers en 1784. À partir de 1845, les origines géographiques des élèves sont les suivantes :

Tableau 22. – Nationalités des élèves pharmaciens étrangers 1845-1910 (source : corpus des pharmaciens étrangers reçus à Paris [1845-1910]).

  • 58 J.-C. Caron, Générations romantiques…, op. cit., p. 70.

78Dans son livre, Jean-Claude Caron confirme chez les étudiants en pharmacie nés à l’étranger du premier XIXe siècle, « la prépondérance des pays frontaliers de la France – y compris la Grande-Bretagne –, notamment des pays francophones – Savoie, Belgique, Suisse –, souvent anciennes parties de l’Empire. Un certain nombre d’entre eux pourraient être les fils de fonctionnaires impériaux, civils ou militaires de nationalité française58 ». Seule source disponible pour cette époque, l’Almanach général de médecine pour la ville de Paris ne cite qu’un natif de la Suisse – peut-être français ? – pour l’année 1826 sur un petit effectif de 67 élèves reçus au diplôme de pharmacien. Soixante ans après, on ne relève la présence que de deux Espagnols.

79Si nous sautons à la fin du siècle, on note entre 1885 et 1913 parmi les étrangers la présence d’une dizaine d’Européens en moyenne par an dans un groupe d’en moyenne 23 étrangers : ici encore, dominent les Roumains et les Russes ainsi que les Suisses, parmi lesquels de nombreuses femmes. Les originaires des grandes nations occidentales sont quasi absents. On remarque encore l’attrait pour ces études des Turcs et des Égyptiens, des originaires d’Amérique latine, d’Haïti et des Antilles espagnoles, mais aussi avant la Grande Guerre des Persans.

80Les étudiantes étrangères en pharmacie sont peu nombreuses et, comme à la faculté de médecine, elles tendent à être supplantées par les Françaises. La première est une Russe, inscrite dès 1891-1892 et ses camarades sont surtout suisses, russes et roumaines ; après 1900, leurs origines géographiques se différencient : Angleterre, Autriche-Hongrie, Hollande, Grèce, Italie. Ce n’est qu’en 1897 que sont reçues à Paris les premières femmes aux diplômes de pharmacien, une Russe et une Roumaine, et en 1900 que l’on recense deux réceptions de Françaises, celle de Marie-Henriette Mazot, née à Brive en 1874 et reçue dans la première classe, et celle de Rosalie Louis Napias, née en 1873 à Paris et reçue dans la seconde classe, ainsi qu’une étrangère, la Roumaine Enta Diamant-Berger, née en 1873 à Bucarest et élève de seconde classe, dont les parents ou le tuteur habitent à Paris rue de Bellefond (9e arrondissement). En 1905, une seule femme est reçue dans la seconde classe, Claire Jeanne Augusta Charlet, née à Paris en 1879 ; en 1910 par contre, on relève trois pharmaciennes de première classe, toutes françaises : Marguerite Marie Amélie Charles, née en 1884 à Dourdan (Seine-et-Oise), Noémie Cazals, née en 1882 à Saint Mamet (Cantal) et Jeanne Élisa Quentin, née en 1885 à Paris.

Les nations dans les facultés des lettres et des sciences

81Les Européens dominent les effectifs de la Faculté des sciences. En 1887, les 74 étrangers sont tous Européens, si l’on admet parmi eux les deux Turcs qui y sont inscrits. Entre 1890 et 1913, ce continent accueille de 82 % à 92 % de l’effectif des étrangers. Ce n’est qu’après 1900 qu’apparaissent quelques Égyptiens et des Sud Américains, en particulier des Brésiliens. Parmi les Européens, la colonie russe s’impose une fois de plus : elle représente dans la période entre 43 % et 71 % des natifs d’Europe et leur poids s’accroît au début du XXe siècle. Les autres groupes nationaux présents à la Faculté sont sans surprise les Roumains, loin devant les Anglais, les Allemands et les Suisses : les Roumains, dont le poids décline au tournant du siècle, passent de 36,5 % à 9,5 % des Européens. Les originaires des États-Unis, pour leur part, qui représentent 12,5 % de l’ensemble des étrangers en 1890, ne pèsent plus qu’à 1 % en 1910, à 4,5 % en 1913. Les sujets de l’Empire ottoman ne sont guère plus nombreux, mais leur groupe s’accroît juste avant la Grande Guerre à 20 personnes. Quant aux étudiantes, comme à la Faculté de médecine, elles sont en grande majorité russes, mais on relève aussi la présence d’Américaines, de Roumaines, d’Allemandes et d’Anglaises.

82En ce qui concerne la Faculté des lettres, les rapports annuels ne commencent à donner des informations sur les étudiants étrangers que pour 1890-1891. Quelques données manquent pour certaines années, mais la tendance reste nette. Plus que les autres facultés, elle est dominée par les Européens qui représentent de 72 % à 88 % de l’effectif des étrangers. Les États-Unis et dans une moindre mesure le Canada envoient des contingents de plus en plus importants : de sept individus, ils passent à 110 en 1910. Par contre, l’Égypte et l’Amérique latine sont faiblement représentées, tandis que, comme à la faculté des lettres, l’Empire ottoman développe ses positions juste avant la Grande Guerre. Si les Russes sont de plus en plus présents à la faculté des lettres et accroissent leur effectif, notamment féminin, dans les dix ans qui précèdent la guerre où ils sont plus de 500 (589 en 1910, soit la moitié des Européens), les Roumains, quoique souvent francophones, sont moins nombreux en lettres qu’en droit ou en médecine (en 1910, 3,6 % des Européens). On remarquera par contre l’importance de la colonie allemande qui, avec 200 étudiants, représente en 1910 près de 17 % des Européens, ainsi que le poids des sujets de l’Empire austro-hongrois (9,4 % des Européens en 1910) et des Britanniques (8,2 %). Les Belges, les Italiens et les Suisses sont moins présents qu’on pourrait l’imaginer et les pays balkaniques et ibériques sont moins représentés que dans les autres facultés. Du côté des étudiantes, on notera l’importance des Russes, plus nombreuses que leurs camarades masculins dès 1893 (ce qui est aussi le cas des Hollandaises). Dans tous les groupes nationaux, les femmes sont très présentes, qu’il s’agisse des Roumaines, des Suissesses, des Allemandes, des Autrichiennes ou des Anglaises, notamment.

*

83À la veille de la Grande Guerre, les Russes constituent dans l’enseignement supérieur français près de la moitié de l’effectif étranger et sont massivement présents dans toutes les spécialités, tandis que les autres pays tendent à privilégier l’une ou l’autre des disciplines : le droit pour les pays balkaniques et méditerranéens, notamment la Roumanie, la Turquie et l’Égypte, les lettres pour l’Allemagne, les États-Unis et la Grande-Bretagne, la médecine pour l’Amérique latine. La fréquentation des facultés françaises, notamment parisiennes, au départ limitée aux pays proches, s’ouvre au milieu du siècle à l’international, voire au mondial. On constate en conséquence que les étudiants des pays occidentaux, très présents dans la première moitié du XIXe siècle, tendent à disparaître par la suite dans les facultés françaises ou n’y recherchent qu’une formation culturelle, tandis que ceux qui proviennent de l’Orient balkanique, orthodoxe, juif et musulman développent leurs positions. Une population de plus en plus composite arpente ainsi les rues du Quartier latin et loge dans ses hôtels. Il en résulte une animation inédite du quartier des Écoles à la Belle Époque, où les étudiants étrangers sont de plus en plus visibles et pas toujours bien supportés.

Notes

1 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 226-239.

2 Arch. nat., F/17/4512, dossier no 4.

3 Statistique de l’enseignement supérieur 1865-1868, Paris, Imprimerie impériale, 1868.

4 1889 : début des données statistiques ; 1898 : réforme des études médicales, lancement des diplômes d’université ; 1904 : début du décollage des effectifs étrangers ; 1909 : sommet des effectifs étrangers ; 1913 : veille de la Grande Guerre.

5 Annuaire statistique de la France, 1924, no 40, p. 29.

6 Arch. nat., F/17/4512, dossier no 4.

7 V. Karady, « Pérégrinations contraintes et migrations stratégiques. Les cadres socio-historiques de la fuite des cerveaux de l’autre Europe (1890-1940) », in P. Ferté, C. Barrera (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe – XXe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2009, p. 120.

8 V. Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe… », op. cit., 2002, p. 47-48.

9 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 112-113.

10 RIE, 1er semestre 1896, p. 124.

11 C. Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1996, p. 41.

12 RIE, 1911, t. LXI, p. 134.

13 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 147 et 150.

14 RIE, 1912, vol. 2, p. 544.

15 P. Dhondt, « Foreign students at Belgian universities. À statistical and bibliographical approach », Revue belge d’histoire contemporaine, 2008, t. XXXVIII, no 1-2, p. 5-44.

16 J.-L. Guereña, E.-M. Fell (éd.), L’Université en Espagne et en Amérique latine du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de Tours, 10-12 avril 1992, Tours, Publications de l’université de Tours, 2 vol. , 1991 et 1998.

17 A. Kaspi, C.-J. Bertrand, J. Heffer, La civilisation américaine, Paris, Presses universitaires de France, p. 83.

18 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 74.

19 C. Charle, Les intellectuels…, op. cit., p. 42.

20 C. Weill, « Les étudiants russes… », 1979, op. cit, p. 207.

21 Arch. nat., AJ/16/2589.

22 Voir I. Gouzevitch, « La science sans frontières : élèves et stagiaires de l’Empire russe dans l’enseignement scientifique supérieur français XIXe-XXe siècles », Les Cahiers d’histoire du CNAM, février 1996, no 5, p. 63-92.

23 D. Panzac, « Les docteurs orientaux… », op. cit., 1995, p. 299.

24 R. Mantran, ibid., p. 480 et 531-532. Voir aussi F. Georgeon, Sous le signe de la réforme. État et société, de l’Empire ottoman à la Turquie kémaliste (1789-1939), Istanbul, Les Éditions d’Isis, 2009.

25 Deux cartons des AN : Arch. nat., F/17/4146 et 4147 (années 1857 à 1865).

26 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 455 et 479.

27 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 325-329.

28 N. Manitakis, ibid, p. 327-330.

29 P. Kiprianos, « La formation des élites grecques… », op. cit., p. 14.

30 D. Manitakis, L’essor de la mobilité…, op. cit., p. 70-104.

31 D. Manitakis, L’essor de la mobilité…, op. cit., p. 192-194.

32 L. Cabac, « L’influence française dans les pays roumains au XIXe siècle », Archives juives, 2002, vol. 35, no 1, p. 142.

33 N. Jorga, Histoire des relations entre la France et les Roumains, Paris, 1918, 282 p. ; O. Bozgan, « L’Université de Bucarest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire, 1992, t. XXXVII, no 2, p. 151-171.

34 RIE, 2e semestre 1907, p. 496.

35 O. Bozgan, « L’Université de Bucarest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire (Lyon), 1992, t. XXXVII, no 2, p. 151-171, p. 155.

36 E. Siupiur, « Étudiants de l’espace roumain et du sud-est européen dans les universités allemandes au XIXe siècle », Revue roumaine d’histoire, juillet-décembre 1997, t. XXXVI, no 3-4, p. 299-314.

37 RIE, 1882, p. 248.

38 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, 1er semestre 1999, t. VII, no 1, p. 45-57.

39 A. Falakpour, M. Maleki, « Les premiers étudiants iraniens en France », La Revue de Téhéran, no 49, décembre 2009.

40 A. Lemperière, G. Lomné, F. Martinez, D. Rolland (dir.), L’Amérique latine et les modèles européens, Paris, L’Harmattan, 1998.

41 F.-X. Guerra, « La Lumière et ses reflets : Paris et la politique latino-américaine », in A. Kaspi, A. Mares (dir.), Le Paris des étrangers, Paris, Imprimerie nationale, 1989, p. 175.

42 F.-X. Guerra, Le Mexique, de l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, L’Harmattan, 1985, vol. 2 ; F. Chevalier, L’Amérique latine, de l’indépendance à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 454-455 ; J.-L. Guereña, E.-M. Fell (éd.), L’Université en Espagne et en Amérique latine du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de Tours, 10-12 avril 1992, Tours, Publications de l’université de Tours, 2 vol., 1991 et 1998.

43 F.-X. Guerra, « La Lumière… », op. cit., 1989, p. 174.

44 RIE, 1er semestre 1896, p. 182 et 1er semestre 1897, p. 569.

45 H. Alis, Hara-kiri, Paris, Ollendorff, 1882.

46 C. Charle, Paris fin de siècle…, op. cit., p. 34.

47 J.-C. Caron, Générations romantiques…, op. cit., p. 73.

48 R. M. Jones, « American doctors in Paris 1820-1861: a statistical profile », Journal of History of medicine, avril 1970, vol. 25, p. 143-157.

49 P. Huard, M. D. Grmek, « Les élèves étrangers de Laënnec », Revue d’histoire des sciences, octobre 1973, t. XXVI, no 4, p. 315-337.

50 E. R. Ackerknecht, Medicine at the Paris Hospital 1794-1848, Baltimore, The John Hopkins Press, 1967, XIV-242 p.

51 Almanach général de médecine, 1827, op. cit.

52 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., p. 67-68.

53 Arch. nat., AJ/16/6566.

54 Rapport du doyen Vulpian pour 1879-1880 au conseil supérieur de l’Instruction publique, Arch. Nat., AJ/16/6566.

55 V. Karady, « L’émigration internationale… », 2002, op. cit., p. 54.

56 Arch. nat., AJ/16/2559 et 2560.

57 B. Vergez-Chaignon, Les internes des hôpitaux de Paris 1802-1952, Paris, Hachette Littératures, 2002, p. 87-91.

58 J.-C. Caron, Générations romantiques…, op. cit., p. 70.

Table des illustrations

Légende Tableau 10. – Origines géographiques des étudiants étrangers en médecine (1873-1881) (source : Arch. nat., AJ/16/6566).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende *Amérique du Nord et du Sud/** Année 1890-1891.Tableau 11. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1889 (source : Rapports de l’année).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende *Année 1898-1899.Tableau 12. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1898 (source : Rapport de l’année).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Tableau 13. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1904 (source : Rapport de l’année).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Tableau 14. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1909 (source : Rapport de l’année).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Tableau 15. – Répartition des étudiants étrangers à Paris par nationalités et facultés en 1913 (source : Rapport de l’année).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Tableau 16. – Répartition des étudiants étrangers en France par nationalités et facultés en 1913 (source : ASF, 1924).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Tableau 17. – Principales nationalités des docteurs en médecine reçus entre 1871 et 1907 (source : corpus des docteurs étrangers 1807-1907).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Tableau 18. – Principales nationalités des étudiantes reçues docteures à Paris entre 1876 et 1888 (source : Rapports des années correspondantes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tableau 19. – Les nationalités des étrangères inscrites à la faculté de médecine 1897-1910 (source : Rapports des années correspondantes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Tableau 20. – Les nationalités des docteurs étrangers 1887-1901 (source : Rapports des années correspondantes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Tableau 22. – Nationalités des élèves pharmaciens étrangers 1845-1910 (source : corpus des pharmaciens étrangers reçus à Paris [1845-1910]).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132675/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540