Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre III. Étrangers et étrangères : des études à Paris plutôt qu’en province

Texte intégral

1Partout en Europe, les trois dernières décennies du XIXe siècle connaissent un accroissement notable des effectifs étudiants, et la France n’échappe pas à ce mouvement. Cette croissance s’explique par le double jeu du développement de l’offre et de la demande : du côté de l’offre, par la création d’établissements, notamment en province, la diversification des filières, surtout après 1880 – auparavant, le choix n’est guère qu’entre médecine, droit ou pharmacie –, l’augmentation du nombre des professeurs et des chaires, la plus ou moins grande sévérité dans la sanction des examens, etc. ; du côté de la demande, jouent aussi bien l’ambition de couches sociales de plus en plus larges que la diversification des catégories étudiantes (montée des femmes et des étrangers), l’attractivité de la capitale, les limites d’âge et la longueur des cursus choisis. Christophe Charle pour sa part explique cette croissance notamment

  • 1 C. Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle : essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil (...)

« par un phénomène de rattrapage de la période précédente où les guerres et les révolutions avaient fait baisser nettement les effectifs. Les réformes administratives et le déclin de certaines fonctions anciennes (armée, carrières d’Église) ont incité aussi les enfants de la classe moyenne à chercher dans les professions juridiques, l’enseignement ou les activités intellectuelles libres de nouveaux débouchés d’autant plus que, sur le continent, l’essor économique, moins rapide qu’en Angleterre, offre moins de places dans les affaires et l’industrie1 ».

La croissance du monde étudiant français

  • 2 P. Moulinier, La naissance…, op. cit., p. 45-48.

2En dépit de quelques moments de dépression, les effectifs étudiants s’accroissent constamment durant le XIXe siècle2. Leur nombre passe en France entre 1815 et 1835 de 4 000 à 7 500, soit une croissance de 77,7 %, tandis que les effectifs parisiens passent de 2 400 à plus de 6 000 personnes (+ 60 %), au point que les contemporains parlent dans les premières années de la monarchie de Juillet d’une surproduction de diplômés.

Nombre d’étudiants

Dont étudiantes

Nombre d’étrangers

Dont étrangères

1882-1883

8456

39

1883-1884

8397

111

1884-1885

8286

124

1885-1886

8391

167

834

1886-1887

9085

852

108

1887-1888

8090

886

1888-1889

8653

1061

1889-1890

8653

195

1078

139

1890-1891

9215

210

896

111

1891-1892

9925

244

1049

132

1892-1893

10110

247

1054

127

1893-1894

10577

390

1193

175

1894-1895

10951

453

1189

210

1895-1896

11170

522

1258

234

1896-1897

10545

469

1067

201

1897-1898

12047

400

1129

165

1898-1899

11829

325

992

129

1899-1900

12171

402

1118

197

1900-1901

12289

401

1162

205

1901-1902

13432

511

1188

266

1902-1903

12574

612

1241

336

1903-1904

12985

702

1312

401

1904-1905

13431

935

1560

544

1905-1906

13908

1231

1911

710

1906-1907

16022

1341

2205

856

1907-1908

17303

1773

2808

1133

1908-1909

17903

2010

3072

1205

1909-1910

19001

2211

3292

1284

1910-1911

17711

2121

3217

1168

1911-1912

17802

2190

3384

1174

1912-1913

17545

2068

3223

1090

1913-1914

17246

2197

3242

1077

Tableau 1.– Effectifs des étudiants et des étudiantes à Paris 1883-1913 (source : E. Charrier, L’évolution…, op. cit. ; Rapports des années considérées).

3On constate par la suite une baisse sensible entre 1835 et 1855, avant une croissance ininterrompue jusqu’à la Grande Guerre. La population des facultés parisiennes remonte à 4 000 individus en 1865, à 5 000 en 1875, à plus de 8 000 en 1882, dépasse les 10 000 en 1892 et atteint le chiffre record de 19 000 en 1910. Dès 1910, une diminution s’observe, provoquée en partie par la crise économique, et dès 1912 par l’effet des guerres balkaniques de 1912-1913 sur les effectifs étrangers, notamment turcs, bulgares, grecs et serbes. La population étudiante de Paris se stabilise alors autour de 17 300, avant la chute brutale due à la Grande Guerre (4 257 en 1914, 6 025 en 1916). La remontée s’opère en 1919, où l’on retrouve le chiffre des années précédant le conflit mondial (17 761).

Le poids des étudiants étrangers à Paris

  • 3 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., 1991, p. 58 et suivantes.
  • 4 L. Liard, Universités et facultés, Paris, 1890, p. 67.
  • 5 D. Panzac, « Les docteurs orientaux… », op. cit., 1995, p. 298.
  • 6 Rapport pour 1871-1872 du doyen Wurtz, Arch. nat., AJ/16/6566.

4De quel poids pèsent les étrangers et les étrangères dans les effectifs étudiants parisiens ? Les données sont malheureusement quasi inexistantes avant les années 1880. On peut estimer avec Jean-Claude Caron leur proportion avant 1850 entre 8 % et 12 % à la faculté de médecine de Paris, à moins de 6 % à la faculté de droit et entre 2,5 % et 6 % à l’École de pharmacie3, ce qui permettrait d’évaluer leur nombre vers 1840 à plus de cent dans une faculté de médecine comptant environ 1 200 élèves et à 180 à la faculté de droit qui en accueille plus de 4 700. Sous le Second Empire, ils constitueraient près de 10 % de l’effectif en médecine et 4 % en droit, soit respectivement 110 et 160 individus. Pour l’année 1865, Louis Liard estimait à 500 le nombre total des étudiants étrangers en France4. Après 1870, la défaite de la France face à la Prusse, si elle a entraîné un recul de l’influence française dans certains pays et une baisse relative de certains groupes d’étrangers, notamment les Égyptiens et les Turcs5, n’a pas fait diminuer les effectifs étrangers : dès l’année scolaire 1873-1874, le doyen de la faculté de médecine Wurtz constate leur accroissement, qui avait été considérablement ralenti par les événements de 1870-1871 : il en découvre 368 dans sa faculté, dont seize Anglais, trois Autrichiens, 158 Américains, cinq Belges, treize Espagnols, huit Égyptiens, trois Hollandais, quatre Italiens, sept Grecs, trois Portugais, un Prussien, 52 Roumains, 59 Russes, 11 Dominicains, 25 Suisses6. À partir des années 1880, le constat d’une importante augmentation des étrangers est effectué en France comme dans les pays occidentaux (Allemagne, Suisse, Autriche-Hongrie, Belgique, Italie, Grande-Bretagne), et la croissance de leurs effectifs durera jusque dans les années 1930 : de quelques centaines en 1870, les étrangers passent à plus de 1 500 en 1890, à près de 2 500 en 1905, à 6 200 à la veille de la Grande Guerre. Ils ne constituaient que 5,6 % de la population étudiante totale en France en 1890, ils en représentent près de 14 % en moyenne en 1910-1914, 15 % en 1910. À Paris, de 1886 à 1914, alors que les effectifs estudiantins doublent, le nombre des étrangers des deux sexes inscrits dans les facultés parisiennes est multiplié par près de quatre, passant de 834 à 3 242. Alors qu’ils constituent selon nos calculs autour de 10 % des étudiants parisiens avant 1890, cette proportion oscille entre 9 % et 12,5 % de 1890 à 1904, atteint 13,75 % en 1907, 18 % en 1911, pour se stabiliser à près de 19 % avant et pendant le conflit mondial.

  • 7 V Karady, Relations inter-universitaires…, 1992, op. cit., p. 48.

5Divers facteurs contribuent à ce décollage des effectifs étrangers, notamment dans la dernière décennie du siècle : la relative autonomie des universités créées par la loi du 10 juillet 1896 qui permet notamment aux universités de province d’accroître leurs effectifs estudiantins, la mise en place de diplômes et d’enseignements réservés aux étrangers, la publicité effectuée à l’étranger par l’Office national des universités, la création de comités de patronage des étudiants étrangers, etc. Victor Karady explique cet afflux d’étudiants étrangers à la fin du siècle non seulement, comme on l’a vu, par la demande de modernisation des pays en voie de développement, mais paradoxalement aussi par le développement des dispositifs d’enseignement supérieur dans les pays sous-développés, lesquels tendent alors à combler leur retard en matière de scolarisation supérieure : selon lui, c’est le « trop-plein de la demande » dans ces pays, « en partie produite par la naissance de la modernisation même des universités nationales, qui se déverse sur l’Occident7 ».

L’accroissement du nombre des étudiantes

  • 8 G. Weisz, The emergence…, op. cit., p. 242 et 245.
  • 9 E. Charton, Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état…, Paris, 3e éd., 1880, p (...)

6L’arrivée des étudiantes dans les trois dernières décennies du siècle contribue à cette croissance des effectifs étrangers dans l’ensemble des facultés françaises. Selon George Weisz, de 3 % des effectifs étudiants en 1902, les étudiantes françaises et étrangères bondissent à 10 % en 1914 et à 26 % en 1935. Dans ce groupe féminin, on l’a vu, les Françaises sont très minoritaires : elles passent entre 1902 et 1914 de 2 % à 6 % de la population étudiante8. En 1879, sur 33 étudiantes en médecine, il n’y a que dix Françaises, et en 1888, sur 114 étudiantes, on ne compte que douze Françaises, soit une sur dix9. En 1913, les étudiantes constituaient 8 % de la population étudiante en Allemagne, 8,6 % en Autriche et 29 % en Suisse. Le poids des étrangères dans la population étrangère des facultés ne cesse de croître : de 10 % des étrangers en 1890, elles passent à 35 % dans la période 1905-1909, à 30,5 % en 1910-1914. Ces proportions sont inférieures à celles que l’on constate en Belgique (environ 27 %) et surtout en Suisse (environ 50 %), mais supérieures à celles de l’Allemagne (7 à 8 %). En Suisse, entre 1882 et 1913, pas moins de 90 % des étudiantes sont des étrangères.

7À Paris, les effectifs féminins connaissent une hausse de 1889-1890 à 1895-1896 (de 195 à 522), diminuent jusqu’au tournant du siècle autour de 400 pour croître ensuite rapidement à 2 197 en 1913-1914. De 2 % des effectifs en 1886-1887, elles passent à 12,7 % avant la Grande Guerre. Après une chute pendant la guerre à près de 1 700 en moyenne (mais elles constituent 22,5 % des effectifs !), elles poursuivent leur ascension dès 1919, où elles sont au nombre de 2 580 (15 %). La guerre de 1914-1918, au cours de laquelle un étudiant sur quatre est à Paris une femme, joue ainsi un rôle déterminant dans le développement des études supérieures féminines. Parmi elles, les étrangères l’emportent : de 139 à Paris en 1890, elles passent à 1 077 en 1914, soit une multiplication par près de huit. Elles ne sont pendant la Grande Guerre que 209 en moyenne. Le chiffre de près de 1 200 étudiantes étrangères à Paris n’est à nouveau atteint qu’en 1925.

8Jusqu’à la Grande Guerre, les Françaises sont minoritaires dans la population féminine des facultés parisiennes (entre 47 % et 39 %), sauf de 1893 à 1899 où l’on constate un fléchissement du nombre des étrangères du fait d’une rigueur accrue en matière de reconnaissance des équivalences en médecine. Les étrangères arrivent plus nombreuses dans la première décennie du XXe siècle, et notamment entre 1907 et 1914. Pendant et après la Grande Guerre, par contre, la domination des Françaises est écrasante : les facultés accueillent alors en moyenne 1 480 Françaises par an, qui représentent 87,6 % des étudiantes.

Le choix de Paris

9Dans les pays académiquement décentralisés comme l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie ou la Suisse, les étrangers se répartissent entre les différentes villes universitaires. En France, comme d’ailleurs en Autriche, où Vienne occupe une position-clef, Paris reste tout au long du siècle le refuge principal des étudiants français et étrangers, au grand dam des autorités universitaires qui cherchent à la fin du siècle à les renvoyer vers la province, et il faut attendre l’entre-deux-guerres pour voir cette domination s’effriter. Pendant la majeure partie du siècle, l’attraction des établissements parisiens d’enseignement supérieur sur la province est une donnée massive. En 1913 encore, Paris accueille plus de 17 000 étudiants quand Lyon en possède environ 3 000, Toulouse 2 700, Bordeaux 2 500, Montpellier 2 100, Nancy 1 950, Lille 1 800, Rennes 1 600, Poitiers et Grenoble 1 500, Alger 1 300, Aix-Marseille 1 100, Dijon 970, Caen moins de 650, Clermont et Besançon moins de 300. Toutefois cette domination de la capitale ne cesse de diminuer au cours du siècle. Alors qu’en 1821, six étudiants sur dix se retrouvent au Quartier latin – et cette proportion s’accroît : 62,8 % en 1841, 67 % en 1847 –, la fin du Second Empire voit s’amorcer le décollage des facultés de province. En 1865, le rapport Paris/province est de 50/50, en 1876, Paris accueille 57,5 % de l’effectif, mais en 1878, la capitale n’en reçoit plus que 42 %. À partir de 1895, année où les étudiants étrangers en médecine sont invités à passer leurs premières années d’études en province, ce pourcentage s’établit au-dessous de 50 % : 43 % en 1894, 42 % en 1900 et en 1911, 41 % en 1914. Pendant la Grande Guerre, les proportions ne changent guère (39,6 %). En 1920, Paris ne compte plus que 42,5 % des effectifs nationaux.

10Le développement des effectifs provinciaux sous la IIIe République a de multiples causes : croissance des effectifs de l’enseignement secondaire à partir de 1850 en relation avec le développement économique sous le Second Empire, développement de l’enseignement secondaire et augmentation du nombre des bacheliers, accroissement de la demande et refus des études chères qui sont le lot de la capitale, création en province de nouveaux établissements d’enseignement supérieur, développement à partir de 1877 des études de lettres et de sciences, développement dans les facultés des sciences d’instituts de formation technologique et dans les facultés des lettres de centres d’études de civilisation française, et, plus généralement, effets des réformes de l’enseignement supérieur entreprises par le régime républicain.

11Cette montée en puissance des établissements de province ne s’effectue pas de la même façon d’une discipline à l’autre. En droit, la remarquable croissance des effectifs d’étudiants observée à partir de 1890 et qui culmine en 1908 s’exerce surtout au profit des universités de région. Alors que les courbes de croissance de Paris et de la France sont parallèles jusqu’à la fin du Second Empire, la province décolle nettement après 1875. De 60 % d’étudiants en droit à Paris jusqu’en 1860, on passe à 44,5 % en 1876, et dès les années 1880, les étudiants parisiens ne représentent plus que de 37 à 46 %, selon les années, des effectifs nationaux. La Grande Guerre toutefois redonne une certaine importance aux effectifs parisiens.

12L’essor de la province est un peu moins marqué en médecine, bien que les facultés de province connaissent une croissance importante de leurs effectifs : ceux-ci décuplent presque entre 1843 et 1913, passant de 877 à plus de 8 500. La proportion de carabins étudiant dans la capitale, qui dépasse les trois quarts dans la première moitié du siècle, commence à décliner après 1850 tout en se maintenant au-dessus de 50 % (76,6 % en 1840, 57,5 % en 1878, 51,1 % en 1905-1909, 50, 4 % pendant la Grande Guerre, 50,2 % en 1920).

Les étrangers préfèrent Paris

  • 10 F. Dubourg, « Les étudiants russes à Toulouse du XIXe au XXe siècle », Slavica occitania, 1998, no(...)
  • 11 C. Zytnicki, « De l’Ukraine au Languedoc : des étudiants russes à Toulouse à la veille de la Grand (...)

13Les étrangers se regroupent majoritairement dans la capitale, bien qu’ils aient tendance à migrer de plus en plus vers la province. Au début du XXe siècle, les étrangers découvrent les villes de province, et certaines d’entre elles en accueillent un grand nombre. Alors que près de 85 % des étrangers fréquentent les facultés parisiennes en 1889, leur proportion tombe à 70 % en moyenne dans la période 1890-1894, entre 63 % et 68 % entre 1895 et 1909, à 52 % en 1913, à 42 % pendant la Grande Guerre. À Toulouse par exemple, les étudiants étrangers passent entre 1887 et 1910 de 1 267 à 2 75710. Peu d’entre eux proviennent de Paris, beaucoup sont passés par Nancy, Grenoble ou Liège et suivent des études techniques11. On constate en effet que les universités provinciales qui attirent le plus d’étrangers à la fin du siècle sont celles qui offrent des enseignements spécialisés, notamment dans les instituts techniques, ce qui est le cas notamment de Nancy, Toulouse, Grenoble, Lyon et Montpellier. Il en résulte que dans certains établissements de province, les étrangers sont plus nombreux que les Français. En 1920 cependant s’amorce un retour à Paris : la proportion des étrangers présents dans les facultés parisiennes revient à 55 % du total.

14Les étudiantes françaises et même les étrangères par contre ne goûtent guère les charmes de la province avant la Grande Guerre : sauf pendant les années 1900-1909 et à partir de 1914, où les étudiantes basées à Paris sont minoritaires (entre 41 % et 46 % des étudiantes), elles constituent de 63 % à 50 % de l’ensemble des étudiantes. Les étudiantes étrangères optent d’abord massivement pour Paris, avant que la Grande Guerre ne les fasse émigrer vers la province : dans les vingt-cinq ans précédant 1914, la proportion d’étrangères choisissant la capitale passe de 85,6 % en 1890-1894 à 46 % en 1915-1918. Cette proportion remonte après l’Armistice à 48 % en 1919 et à près de 50 % en 1920. Par contre, les Françaises sont plus provinciales : ce sont toujours entre les deux tiers (en 1900-1904) et plus de 54 % qui fréquentent les facultés de province, en particulier les « littéraires ».

  • 12 C. Charle, Paris fin de siècle. Culture et politique, Paris, Le Seuil, 1998, p. 24-34.
  • 13 J.-C. Caron, « Paris, capitale universitaire de l’Europe (1815-1848) », in J. Schriewer, E. Keiner (...)
  • 14 C. Charle, Paris fin de siècle, op. cit., p. 24-34.

15Qu’est-ce qui explique le succès de Paris et de ses facultés, alors que, selon Christophe Charle12, l’université de Paris n’offre pas de meilleures conditions de travail que les universités occidentales concurrentes, et ne bénéficie pas d’un budget important ? Pour Jean-Claude Caron13, Paris est pendant le premier XIXe siècle la « capitale universitaire de l’Europe », une « ville universitaire de pointe » : « Le fait n’est pas banal, remarque-t-il, dans un pays vaincu, dont la capitale fut occupée, avec un régime qui se faisait fort de balayer les institutions napoléoniennes, moins bien tolérées que celles issues de la Révolution. » Paris est alors au premier rang des villes universitaires d’Europe tant pour le nombre d’étudiants que pour celui des diplômes délivrés. À la différence des autres nations occidentales (Allemagne, Autriche, Grande-Bretagne, Italie ou États-Unis), la France ne connaît pas de rivalité entre universités ou villes universitaires et sa capitale occupe une position écrasante : elle accueille les deux-tiers des étudiants français et délivre environ 70 % des diplômes. Selon Christophe Charle, « le pouvoir d’attraction de Paris à la fin du siècle est deux fois plus élevé que celui de Berlin14 ». Victor Karady remarque :

  • 15 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 39-40.

« Cette ville de Paris, quelque mystifiée qu’elle fût dans l’imaginaire des élites est-européennes, non seulement représentait une concentration alors unique au monde de capitaux intellectuels investis dans les écoles, les musées, les galeries de peintures, les diverses collections privées, les bibliothèques, le patrimoine architectural, etc. Elle assurait également une offre paraculturelle et des moyens de consommation de loisirs d’une richesse tout aussi exceptionnelle (théâtres, salons, cabarets, cafés littéraires, chansonniers, restaurants gastronomiques, bordels…). Tout cela pouvait renforcer et justifier des vocations aux études sur place parmi les jeunes est-européens en mal de modernité intellectuelle, de culture d’avant-garde ou de simple liberté de vivre – le plus souvent inconnues dans leurs sociétés d’origine15. »

16Mais Paris est aussi une ville où les études sont coûteuses, ce qui a pu décourager des étrangers de s’inscrire dans l’une de ses facultés.

La province gagne des parts de marché

17L’afflux des étudiants français et étrangers à Paris ne tarde pas à poser de graves problèmes à l’université. Dès les années 1880, la « pléthore » étudiante parisienne est dénoncée par de nombreux universitaires, et pas seulement par les professeurs de médecine. En 1898-1899, le rapport du Conseil de l’université de Paris note que celle-ci est « l’Université la plus nombreuse du monde » avec près de 14 000 étudiants. Les doyens des facultés, notamment de lettres et de sciences, se plaignent continuellement de la charge que font peser les examens sur leur personnel. Dans le Rapport pour 1903-1904, le doyen de la faculté de droit se plaint du fait que « nombre d’étudiants, après avoir subi leurs deux examens de doctorat en province, demandent et obtiennent l’autorisation de transférer leur dossier à Paris pour y soutenir leur thèse et se dire docteur en droit de l’Université de Paris ».

  • 16 Arch. nat., AJ/16/2563.
  • 17 Arch. nat., AJ/16/2564.
  • 18 Arch. nat., AJ/16/6496.

18La multiplication du nombre des étudiants étrangers à Paris aggrave l’engorgement de la capitale. Au début de la IIIe République, on assiste en conséquence à un mouvement contradictoire, d’actions en faveur de l’augmentation des effectifs étrangers et de déploration de leur nombre. La discussion qui s’engage alors sur les équivalences et la création des diplômes d’université comporte de fréquents appels à la diminution du nombre des étrangers étudiant à Paris. Un professeur de philosophie, M. Moissan, déclare au conseil de l’Instruction publique que « seuls les étudiants qui veulent s’instruire devraient être reçus à Paris, les autres sont à reverser sur la province16 ». Cette suggestion est reprise en 1895 par le doyen Brouardel qui demande que l’on fasse des efforts pour envoyer les étrangers en province, notamment parce que sa faculté manque de locaux, en particulier pour les travaux pratiques d’anatomie. Fidèle à son souhait de réduire la présence des étrangers dans sa faculté, il voudrait que l’on distingue parmi eux « ceux qui viennent dans un intérêt de lucre faire leurs études dans notre pays et ceux qui se présentent sous le patronage du gouvernement de leur pays ou comme boursiers des universités ». Pour ces derniers, « on peut faire fléchir la règle qui exige le début dans une faculté des départements ; c’est ainsi que pourra concilier l’intérêt scientifique et l’intérêt national17 ». La faculté de médecine décide en conséquence en 1895 d’obliger les étudiants français et étrangers désireux de s’inscrire aux travaux pratiques d’anatomie de le faire dans une faculté de province tout en consentant des exceptions, par exemple en faveur des docteurs en médecine étrangers ou des étudiants qui ont pris précédemment des inscriptions en province. Elle oblige en outre les candidats à la première inscription à effectuer une partie de leur cursus en province, ce qui entraîne une diminution du nombre des étrangers inscrits à Paris. La désaffection est telle que, en juillet 1897, la tendance de la faculté de médecine de Paris à écarter vers la province les étrangers – ceux-ci passent de 802 en 1894 à 318 en 1903 (moins 60 %) – entraîne une question écrite de deux conseillers municipaux de Paris au préfet de police. MM. Astier et Dubois craignent que ces étrangers, loin d’aller en province, ne désertent la France au profit de l’Allemagne, de l’Autriche, de l’Angleterre ou de la Suisse18. En 1896, cette mesure fait réagir un jeune étudiant grec dans une brochure où il déclare :

  • 19 P.N. Divaris, L’Exil des étudiants étrangers, Paris, Dubos, 1896.

« Camarades, nous sommes vraiment étonnés de la mesure prise par la Faculté de médecine qui oppose certains obstacles à la présence des étudiants étrangers parmi les étudiants français. Cette mesure sera funeste aux intérêts scientifiques et à la bonne renommée de l’hospitalité de la France. Ceux d’entre nous autres Grecs qui, après avoir terminé leurs études à Paris, sont obligés de quitter ce grand pays de liberté qui s’appelle France, servent toujours d’agents d’influence pour ce grand pays, où nous avons passé toute une existence19. »

  • 20 Arch. nat., AJ/16/6284. Conseil de la faculté de médecine, séance du 21 janvier 1897.
  • 21 Arch. nat., AJ/16/6284. Conseil de la faculté de médecine, séance du 4 février 1897.
  • 22 G. Weisz, The Emergence…, op. cit., p. 260.

19Cette mesure d’éloignement vers la province des étudiants étrangers provoque un vif débat au sein de la faculté de médecine. En 1897, dans le cadre des débats sur l’instauration des diplômes d’université, le professeur Panas, qui est d’origine grecque, demande au conseil de la faculté de médecine si les étrangers qui s’inscriront pour le nouveau doctorat seront dirigés sur la province ou s’ils pourront faire leurs études à Paris. Le doyen répond qu’ils seront libres de choisir leur université, « mais ceux qui voudront suivre les travaux pratiques d’anatomie seront forcés de les suivre en province en raison de l’insuffisance notoire des ressources que la Faculté de Paris présente à cet égard, même pour ses élèves ». Le professeur Richet critique cette réponse, jugeant que « c’est revenir en arrière que d’empêcher les étrangers de suivre à Paris l’enseignement et les travaux pratiques de chimie, physique, anatomie, histologie et physiologie ». À quoi le doyen réplique que « l’encombrement de la Faculté s’y oppose et que la qualité de l’enseignement en pâtirait ». Et de rappeler qu’il y a 500 inscrits aux travaux pratiques d’anatomie pathologique ! Un autre professeur, M. Terrier, s’oppose à son tour à l’envoi en province : « En les forçant à aller à Montpellier, Bordeaux ou Nancy, on les envoie en Allemagne où ils sont bien reçus20. » Au conseil de la faculté de médecine, une commission est désignée en 1897 pour discuter une proposition du professeur Debove selon laquelle « les étudiants étrangers auront le droit de s’inscrire pour le DU à l’université qu’ils auront choisie », ce que refusent les partisans de leur envoi systématique en province21. La fermeture aux étrangers des salles de dissection est levée peu de temps après22.

Le choix de Paris par discipline

  • 23 O. Gréard, L’enseignement supérieur à Paris en 1881. Mémoire présenté au Conseil académique de Par (...)

20Le choix de Paris par les étrangers varie d’une discipline à l’autre. La capitale rassemble l’écrasante majorité des étrangers candidats à un doctorat, surtout en lettres et en sciences. En 1882, le recteur Gréard remarque que les quatre facultés de droit, médecine, lettres et sciences « confèrent à elles seules près des deux cinquièmes des grades obtenus dans toute la France », dont les trois quarts des doctorats en médecine et ès sciences et les quatre cinquièmes des doctorats ès lettres23. Entre 1904 et 1908, le pourcentage des doctorats en droit délivrés à Paris passe de 52 % à 55,5 %. En médecine, alors que Paris délivre près de 65 % des doctorats dans la décennie 1810-1809, ce pourcentage est encore de près de 50 % dans les années 1900-1909. En sciences, entre 1880 et 1913, on passe de 62,5 % reçus docteurs à Paris à 77,6 %. En lettres, en 1913, le ratio Paris/France est de près de 86 %. Il est important pour une carrière ultérieure, en France ou encore plus à l’étranger, d’être docteur de Paris.

  • 24 C. Joël, Les filles d’Esculape. Les femmes à la conquête du pouvoir médical, Paris, R. Laffond, 19 (...)
  • 25 BAMIP, 1914.

21Le taux d’émigration des étrangers vers la province à la fin du siècle diffère selon la discipline et le sexe. En médecine, l’attrait exercé par la faculté de Paris sur les étrangers, s’il fléchit quelque peu dans la période 1900-1904, période marquée par la mise en place du doctorat d’université et l’incitation à commencer les études médicales en province – 58 % des carabins étrangers « seulement » étudient alors dans la capitale –, reste toutefois considérable : les trois-quarts des étrangers se retrouvent à Paris en 1890-1894, près de deux sur trois en 1895-1899 et à partir de 1905, et encore 55 % pendant la guerre. De même, à l’exception des mêmes années 1900-1904, les étudiantes françaises en médecine se retrouvent majoritairement à Paris (entre 58 % et 77 % selon les années choisissent la capitale), alors que les étrangères, encore très concentrées à Paris en 1890-1894 où seulement 6,4 % se trouvent en province, sont dans les mêmes proportions élèves à Paris que l’ensemble des étrangers par la suite. L’arrivée d’étudiantes en province s’opère plus tardivement qu’à Paris : en 1879 à Montpellier, en 1884 à Bordeaux, en 1899 à Lille24. Entre 1870 et 1914, le nombre total des étudiantes en médecine, françaises et étrangères, passe de quatre à 869 (près de 220 fois plus) ; la grande majorité s’inscrit à partir de 191025.

22En pharmacie plus que dans les autres disciplines, les étrangers et les étudiantes préfèrent la capitale, du moins jusqu’en 1918 : entre 53 et 88 % des étrangers, entre 72 et 85 % des étudiantes françaises étudient à Paris jusqu’à l’Armistice. L’immédiat après-guerre voit ces deux catégories commencer à investir la province : en 1920, les étrangers étudiant à Paris ne représentent plus que 39 % du total. Quant aux étrangères, elles sont toutes rassemblées à Paris, et ce n’est qu’en 1920 que l’on en voit trois inscrites en province.

23Le mouvement croissant des étudiants étrangers en médecine vers les facultés de province encouragé par les mesures du doyen Brouardel, ne s’observe pas à la faculté de droit. Les apprentis juristes étrangers sont de plus en plus attachés aux études dans la capitale : 63 % d’entre eux en moyenne s’y retrouvent en 1890-1894, et cette proportion passe à près de 80 % en 1905-1909, à 75 % juste avant la Grande Guerre, à 61 % pendant celle-ci, à 74 % en 1920. Selon le Rapport du doyen pour 1911-1912, cette année constitue une année-record pour le nombre d’étudiants étrangers inscrits en droit avec 1 050 inscrits (+ 120 par rapport à l’année précédente). Par contre, le même rapport constate une diminution du nombre des étrangères : 66, dont 61 Russes, contre 92 en 1907-1908. Le Rapport pour 1912-1913, le dernier paru, confirme la hausse des étrangers à 1 093 et la baisse à 41 des étrangères. La majorité des étudiantes françaises en droit (entre 52 % et 83 % selon les années) sont inscrites à Paris, sauf pendant la décennie 1895-1904 où elles ne sont que 41 % dans ce cas. Quant aux étudiantes en droit étrangères, presque toutes « parisiennes » en 1890-1894, elles passent de 33 % faisant leurs études dans la capitale en 1895-1899 à 86,6 % en 1905-1909, 80,5 % en 1910-1914, 77 % pendant la guerre.

24En lettres, la proportion des étrangers étudiant dans la capitale diminue, de 80 % avant 1900 à 53,3 % pendant la guerre et à 51,5 % en 1920, tandis que l’effectif des étudiantes étrangères passe de 82 % en 1890-1894 à 42,4 % pendant les années de guerre, et ne remonte qu’à 47 % en 1920. À l’inverse des autres facultés, la faculté des sciences de Paris attire de moins en moins d’étrangers dès la fin du siècle. S’ils sont encore 85,6 % à choisir la capitale en 1890-1894, la proportion ne cesse de se réduire, passant de 50 % en 1895-1899 à moins de 30 % dès 1910, ce qui permet de mesurer l’attractivité de facultés provinciales telles que Grenoble, Nancy, Toulouse, Lyon ou Montpellier, Strasbourg après 1920. Dans les années d’après-guerre, un tiers seulement des étrangers fréquente la capitale. Les étrangères, pour leur part, restent plus fidèles à Paris : si les étudiantes de la faculté passent entre 1890-1894 et 1895-1899 de 87 % à 31 %, elles y reviennent à l’orée du siècle passant à 53 % de « Parisiennes » en 1900-1904, 61,7 % en 1905-1909, 57,6 % en 1910-1914. La guerre les voit déserter la capitale, où elles ne sont plus en moyenne qu’une sur trois. Au début des années vingt, 45 % d’entre elles sont inscrites à Paris. En ce qui concerne les Françaises, les littéraires ne boudent pas la province, puisque les provinciales se situent entre 66 % (en 1900-1904) ou 62 % (au début des années 1920) et 52 % (en 1910-1914). Quant aux scientifiques, une majorité d’entre elles choisissent la province (entre 73 % en 1919 et 60 % pendant la guerre).

Le poids des étrangers dans chacune des facultés parisiennes

  • 26 Sur les effectifs des étudiants des facultés parisiennes, voir P. Moulinier, La naissance…, op. ci (...)
  • 27 F. Lot, Essai d’une statistique des étudiants des Universités françaises, Paris, 1897, p. 40.

25Si, durant le siècle, les facultés parisiennes tendent à accroître leurs effectifs en dépit de fléchissements temporaires (le droit entre 1850 et 1890, la médecine après 1900 et la pharmacie après 1905)26, la distribution des étudiants français et étrangers selon les établissements est variable et évolutive. En termes relatifs, la suprématie exceptionnelle des juristes – au milieu du siècle, trois étudiants sur quatre de la capitale sont inscrits en droit – est battue en brèche vers 1880 par les étudiants en médecine qui dominent en nombre jusqu’en 1900, puis sont à nouveau dépassés par les étudiants en droit au début du XXe siècle. Par contre, il faut attendre l’avènement de la IIIe République pour voir grossir les effectifs des pharmaciens, des littéraires et des scientifiques. Les deux dernières disciplines ne se développent cependant pas au point de dépasser les effectifs des facultés « professionnelles » (droit et médecine), du moins avant la Grande Guerre. Par rapport à l’inévitable modèle allemand, le professeur Ferdinand Lot regrette l’excès français d’étudiants en droit, médecine et pharmacie, et la faiblesse relative de leur nombre dans les disciplines académiques, surtout en sciences27.

  • 28 V Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 70.

26Les étudiants étrangers ne se répartissent eux-mêmes pas à parts égales entre les facultés. Victor Karady28 remarque comme une constante

« le relatif désintérêt pour les études juridiques et la prédilection manifestée par les étrangers, soit pour les études relevant des sciences dures à validité (physique, mathématiques, sciences naturelles) ou à application (médecine et études paramédicales) universelles, soit pour des disciplines “culturelles” dont la qualité d’enseignement est réputée prestigieuse en raison des traditions reconnues des universités en question ou plus simplement du fait de leur “enracinement” dans la civilisation nationale que véhicule l’université choisie : un diplôme de lettres françaises d’une faculté hexagonale ou d’une autre faculté francophone a plus de valeur que le même titre accordé par un autre établissement ».

27Pourquoi le désintérêt pour le droit ? Alors qu’il est pour les Français un titre essentiel pour l’accès aux professions libérales, il n’a pour les étrangers pas d’utilité sur le marché national et, de surcroît, ceux-ci « sont également exclus le plus souvent des marchés juridiques des pays d’accueil », ce qui est le cas de la France. Il y a toutefois des exceptions, telles que les pays où le droit occidental a servi de modèle pour la création de leur propre système juridique (Roumanie, Serbie, Bulgarie, Grèce, Égypte et Luxembourg). Par ailleurs, les étudiantes étrangères choisissent encore moins le droit que les hommes, notamment parce que les professions juridiques ne se féminisent que tardivement. Elles sont plus nombreuses proportionnellement que les hommes à choisir la médecine et les lettres.

Les disciplines dominantes

  • 29 Annuaire statistique de la France, 1910, p. 50.

28Quelles sont les disciplines dominantes à Paris chez les étrangers ? Avant 1900, plus de trois étrangers sur quatre fréquentent les facultés de droit et de médecine (70 % pour la France entière selon George Weisz) : dans la période 1890-1894, les deux tiers des étrangers des deux sexes présents dans la capitale « font médecine » et 18,6 % sont à la faculté de droit, alors qu’on n’en recense que 9,7 % en lettres, 6,1 % en sciences et près de 2 % en pharmacie. Au tournant du siècle, on assiste à la diminution de leur poids en médecine malgré une reprise relative avant 1914 (21 % en 1905-1909, 28 % en 1910-1914, 25,3 % pendant la guerre), tandis que leur proportion s’accroît en droit et en lettres, bien que la loi militaire de 1905, en supprimant le privilège attribué au diplôme de docteur en droit, ait pour effet de diminuer les effectifs des candidats à ce diplôme. Selon le Rapport pour 1908-1909, le taux d’accroissement des étrangers entre 1902 et 1908 est de 262 % pour le droit, de 197 % pour la médecine, de 274 % pour les sciences et de 348 % pour les lettres. À l’École de pharmacie, le taux de la progression est de 1,4 %. Dans les dix années qui précèdent le conflit mondial, plus du quart des étrangers (27 %) choisissent le droit, et cette proportion monte à 35 % pendant les années de guerre, tandis qu’un tiers opte pour les lettres (un quart pendant la Grande Guerre). La faculté des sciences, quant à elle, est de plus en plus élue par les étrangers, du moins jusqu’à 1909. Alors que 6 % d’entre eux la choisissaient en 1890-1894, cette proportion monte jusqu’à 17,2 % en 1905-1909, pour descendre à 13 %-15 % entre 1910 et 1920, notamment parce que les étrangers émigrent de plus en plus vers les facultés de province. Enfin la proportion d’étrangers choisissant la pharmacie à Paris comme en province reste faible : de 2,5 % en moyenne en 1895-1899, leur proportion tombe à 0,9 % en 1900-1904, 0,5 % en 1910-1914 et à 1,1 % pendant la Grande Guerre. Au plan national, on constate la même préférence des étrangers pour les études de lettres et des effectifs presque équivalents en droit, médecine et sciences. En 1910 par exemple, ils se répartissent ainsi entre les facultés : 1 164 en droit (21,5 %), 1 289 en médecine (24 %), 1 193 en sciences (22,2 %), 1 709 en lettres (31,8 %), 29 en pharmacie (0,5 %)29.

29Les étudiantes françaises et étrangères quant à elles ne font pas les mêmes choix que leurs camarades hommes : deux facultés se partagent la majorité des étudiantes, la faculté de médecine et la faculté des lettres. À la faculté de médecine, leur effectif est multiplié par 34,5 : de quatre en 1869, elles accèdent au nombre de 138 en 1889. En lettres, les femmes passent de une en 1876 à 142 en 1887, et en sciences, de une à dix-huit entre 1868 et 1889, alors que la pharmacie les ignore et que le droit n’accueille qu’en 1885 ses premières élèves, dont la moyenne entre 1885 et 1889 n’est que de 1,8 étudiante par an. Toutefois le pourcentage d’étudiantes inscrites en médecine, qui est de 43 % dans la période 1890-1894, ne cesse de se réduire et tourne autour de 22 % à 26 % à partir de 1905. À l’inverse, la faculté des lettres ne cesse d’attirer les femmes, surtout après 1910-1911, lorsque se multiplient les cours de préparation au baccalauréat pour les filles : de 50 % des étudiantes parisiennes en 1890-1894, les littéraires passent à 55 % en 1910-1914, 45,6 % pendant la Grande Guerre et 40 % au début des années 1920. Le droit, qui n’attire en 1890-1894 que 1 % des étudiantes, accroît cette proportion à près de 16 % en 1920. Les étudiantes inscrites en sciences passent de 6 % en 1890-1894 à 16,7 % pendant la guerre et juste après la guerre, malgré un recul à 12 % en 1910-1914. La pharmacie, qui commence à recruter des étudiantes autour de 1900, compte jusqu’à 8,3 % de femmes en 1900-1904 avant de voir baisser cette proportion à 2,2 % en 1910-1914. Celle-ci remonte toutefois à plus de 6 % pendant la guerre et à 5,3 % après.

30Comme leurs camarades françaises, les étudiantes étrangères se regroupent en majorité dans deux établissements : lettres et médecine. En 1890-1894, quasiment absentes en droit et en pharmacie, plus des trois quarts sont élèves de la faculté de médecine, contre seulement 18 % en lettres et 5,7 % en sciences. En 1910-1914, la situation a radicalement changé : les étudiantes en médecine ne sont plus que 30,5 % des étrangères à Paris, alors que les littéraires atteignent 56 %, les juristes 5 %, les scientifiques 8,5 % et les pharmaciennes 0,2 %. Pendant les années de guerre, la proportion d’étrangères inscrites en médecine s’élève à 31,2 %, tandis que les étrangères optant pour les lettres sont dans la proportion de 47 %, contre 14,5 % pour les sciences et 5,9 % pour le droit. En 1920, près de deux étrangères sur trois (64 %) sont inscrites en lettres contre 18 % en médecine, 10 % en sciences et 7,5 % en droit. Le Rapport pour 1908-1909 note que « seule la Faculté des lettres a un nombre d’étudiantes étrangères supérieur à celui des étudiants ». Quant au taux de progression des étrangères entre 1902 et 1908, il est, selon le même rapport, de 7,33 pour le droit (2,46 pour les hommes), de 3,76 pour les lettres (3,08 pour les hommes), de 3,68 pour la médecine (1,49 pour les hommes), de 3,13 pour les sciences (2,58 pour les sciences). « La marche ascensionnelle de la population féminine a donc été sur toute la ligne plus accentuée que celle de l’autre sexe, à savoir pour l’ensemble 377 % quant aux femmes et 227 % quant aux hommes », conclut le rapporteur.

Les étrangers à la faculté de droit

  • 30 A de Fontaine de Resbecq, Note sur l’enseignement et les études dans les neuf facultés de droit de (...)

31Dans une faculté en croissance continue qui passe de 1 100 élèves en 1804 à près de 8 000 à la veille de la Grande Guerre, l’arrivée des étrangers se fait plus modeste qu’à la faculté de médecine et leur poids n’atteint pas les proportions connues dans cet établissement. Rien de surprenant : le Code civil français attire moins que le scalpel ; à l’inverse de la médecine ou des sciences qui peuvent être étudiées en n’importe quel pays, le droit est une discipline évidemment liée au système juridique du pays où elle est enseignée. Un auteur de manuels de droit, Adolphe de Fontaine de Resbecq, note que « les équivalences des études juridiques étrangères avec les nôtres sont beaucoup plus rares » que dans les autres disciplines30. La faculté de droit compterait moins de 4 % d’étrangers en 1866 (108 sur 2 800), moins de 8 % en 1877 (162 sur 2 055) et 7 % en 1888 (172 sur 2 438). Dans le même temps, la proportion d’étrangers à la faculté de médecine passe de 10 % à près de 18 %. Dans les trente décennies qui précèdent la Grande Guerre, la faculté de la place du Panthéon est avec l’École de pharmacie l’établissement le moins ouvert aux étudiants étrangers, comme d’ailleurs aux femmes, alors qu’elle ne cesse d’augmenter ses effectifs étudiants. Ceux-ci passent d’environ 2 500 en 1883 à plus de 8 000 en 1909 et s’élèvent encore à 7 822 en 1913. Dans le même temps, les étrangers des deux sexes augmentent également en nombre, mais dans une moindre proportion, de 167 en 1884 à 1 093 en 1913, soit de 6,6 % à 14 % de l’effectif annuel. Au plan national, ils passent de 4 % à 7 % entre 1900 et 1914. Dans l’ensemble des établissements français, le poids des étrangers diminue entre 1900 et 1914 dans les facultés de droit (de 24 % à 19 %) ainsi que dans les facultés et écoles de médecine (de 46 % à 23 %), mais il progresse de 16 % à 30 % en sciences et de 11 % à 28 % en lettres.

  • 31 E. Charrier, op. cit., p. 156.

32La présence des étudiantes à la faculté de droit reste assez longtemps confidentielle et se limite à quelques auditrices libres, souvent étrangères31. Leur nombre passe de deux (Jeanne Chauvin et Sarmiza Bilcescu) en 1887-1888 à 85 en en 1913. Leur nombre stagne à moins de cinq avant 1900 avant de connaître une progression rapide au début du XXe siècle : il dépasse la centaine juste avant la guerre, même si, à l’instar des autres catégories d’étudiants, il connaît un fléchissement en 1911. Le conflit mondial érode assez peu cet effectif, qui s’envole après l’Armistice à 509 en 1920. À l’inverse de la médecine, les étrangères restent très minoritaires à la faculté de droit, même si elles l’emportent en nombre sur les Françaises jusqu’à la guerre : de une à deux par an en moyenne avant 1900, elles sont entre 60 et 67 dans les dix ans précédant la guerre, seulement 13 ou 14 pendant la guerre, 44 en 1920, ce qui ne représente jamais plus d’un dixième des étudiants étrangers à la faculté. Le sommet est atteint en 1907-1908 avec 92 étudiantes étrangères. Quant aux Françaises, presque invisibles jusqu’en 1914 (à peine 0,02 % des effectifs de la faculté en 1890-1894, 0,6 % en 1910-1914), elles profitent de la guerre qui les hisse à 4,6 % et à 5 % en 1920. De 37 en 1910, elles parviennent au nombre de 465 en 1920 (+ 8,65 %). Jusqu’en 1914, les préventions très fortes de l’opinion publique contre la femme avocat freinent ainsi l’accès des jeunes filles à la faculté de droit, mais la Grande Guerre a raison de ces préjugés. Alors que les Françaises sont jusqu’à la guerre constamment dominées en nombre par les étrangères, qui représentent entre 58 % et près de 70 % (en 1905-1909) des effectifs féminins, le conflit mondial leur permet d’affirmer leur suprématie.

Tableau 2. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté de droit 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).

Les étrangers à la faculté de médecine

Tableau 3. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté de médecine 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).

  • 32 G. Weisz, The emergence…, 1983, op. cit., p. 252, note 46.
  • 33 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., p. 67-68.
  • 34 Almanach général de médecine de la Ville de Paris, 1827.

33Les effectifs d’étudiants étrangers de la faculté de médecine de Paris sont plus connus que ceux des autres établissements, même si les données sont fragmentaires pour la première moitié du siècle. Pour la période de la monarchie censitaire, nous possédons des informations sur certaines colonies étrangères, surtout anglo-saxonnes (Anglais et Américains), mais aucune estimation globale n’est disponible. On sait du moins qu’on rencontre les étrangers surtout à la faculté de médecine. George Weisz cite les travaux non publiés d’un chercheur américain, M. Russell Maulitz, lequel estime le nombre des étudiants étrangers à la faculté de médecine à 212 en 1829, et à 193 en 183032. Dans une faculté comportant alors environ 1 600 élèves, ils représenteraient en 1829 13,2 % du total. Ce qui un peu supérieur aux estimations de Jean-Claude Caron33 qui ne donne que des pourcentages (8,25 % de l’effectif de l’École de médecine en 1809, 8,95 % en 1819, 12,13 % en 1829, 7,98 % en 1839). L’Almanach général de médecine pour la ville de Paris de 1827 nous donne la liste des étudiants en médecine et en pharmacie dans la capitale en 1826. Sur 585 élèves inscrits pour le doctorat et l’officiat, on relève dix étudiants nés dans les colonies (1,7 %) et 87 étrangers (15 %)34.

  • 35 SES, 1865-1868.
  • 36 L. Liard, Universités et facultés, Paris, 1890, p. 67.
  • 37 G. Weisz, The Emergence…, op. cit., p. 253.
  • 38 Arch. nat., AJ/16/6566.
  • 39 SES, 1878.

34Avec le déclin de « l’École médicale de Paris », leur nombre aurait fortement baissé après 1848, au profit des universités allemandes. En fait, leur diminution n’est pas considérable, du moins en valeur relative. Sous le Second Empire, une statistique officielle35, à notre avis biaisée (s’agit-il du nombre des inscriptions ou des inscrits ?), attribue à la faculté de médecine de Paris en 1866 le nombre de 527 étrangers sur 5 316 étudiants ; le pourcentage de près de 10 % est par contre plausible. Pour l’année 1865, Louis Liard estimait à 500 le nombre total des étudiants étrangers en France36. George Weisz signale que les universités allemandes avaient alors plus d’étudiants étrangers : 753 en 1860 et 1 129 en 188037. L’exposé des motifs de la loi du 8 décembre 1874 sur la création de nouvelles facultés de médecine et de pharmacie estime leur nombre entre 80 et 100 en 1865 à la faculté de médecine, qui compte alors environ 1 100 élèves, soit de 7,3 % à 9,1 % de l’effectif. Pour les années 1873-1874 à 1880-1881, un rapport sur la faculté de médecine au conseil académique de Paris est établi chaque année par le doyen Wurtz. Le rapport pour 1873-1874 fait le constat d’un accroissement du nombre des inscriptions d’étrangers qui avait été considérablement ralenti par les événements de 1870-1871 et qui s’élève à 368 dans une faculté qui compte alors probablement près de 2 000 élèves. Dans les années suivantes, ce nombre varie, de 301 en 1875-1876 à 466 en 1878-1879 et à 378 en 1880-188138. Pour l’année 1877, la statistique de l’enseignement supérieur confirme le nombre de 438 étrangers inscrits sur un total de 4 295, soit toujours une proportion de un sur dix39.

  • 40 Arch. nat., AJ/16/6496.

35Nous commençons à avoir des données régulières, sinon sûres, à partir des années 1880. Dans ce nombre, les femmes ne représentent que 3,8 % de l’effectif. On compte à la faculté de médecine 603 étrangers sur 3 933 (15,3 %) en 1883-1884, soit une croissance de cinq points en moins de dix ans. Et, si leur proportion s’élève à 18,5 % dans les années 1890-1894 à la faculté de médecine, ce pourcentage diminue au début du XXe siècle en raison de violentes campagnes contre l’excès de diplômés (licenciés en droit ou docteurs en médecine) en France, campagnes qui concernent aussi, bien entendu, l’accès des étrangers aux carrières médicales. Les carabins étrangers des deux sexes, qui atteignaient en 1893 le chiffre record de 924, réduisent leur nombre dès 1896. Leur effectif est divisé par plus de deux (60 %) en 1903-1904, année où ils ne sont plus que 338, et ils ne constituent que 9,9 % des effectifs en 1900-1904, au point de susciter comme on l’a vu la protestation du Conseil municipal de Paris40. Ils remontent jusqu’à 825 en 1913, représentent de 17,5 % à 18,5 % dans les cinq ans précédant la guerre et, avec environ 360 individus, 18,5 % des effectifs de la faculté pendant le conflit mondial. Au plan national, leur poids dans les facultés passe entre 1900 et 1914 de 11 % à 16 %. La baisse constatée jusqu’en 1903 n’est pas propre aux étrangers et touche aussi les carabins français, mais elle s’explique pour les étrangers par diverses obligations et restrictions, les premières imposées aux étrangers par les autorités académiques : restrictions dans l’octroi des équivalences et des dispenses, obligation qui leur est faite en 1896 de suivre la même scolarité que les nationaux, obligation de débuter leurs études de médecine en province, quasi-obligation de postuler le doctorat d’université, jugé par beaucoup d’une qualité inférieure, plutôt que le doctorat d’État.

Les étudiantes en médecine

36L’une des causes de l’accroissement des effectifs étrangers à la faculté de médecine est le développement du nombre des étudiantes. L’effectif féminin de la faculté connaît en effet une remarquable croissance entre 1870 et 1914 : on compte en moyenne l’inscription de sept étudiantes par an en 1870-1874 contre 514 en 1910-1914, soit 73 fois plus, et leur poids ne cesse de peser de plus en plus lourd. De 3,5 % des étudiants en 1890-1894, les femmes passent à plus de 20 % en 1915-1918, pour descendre à 14 % en 1920. La croissance des effectifs féminins est due en particulier à l’afflux des Russes. Des quatre premières femmes inscrites à la faculté de médecine en 1868-1869, dont une Française, Mme Brès, on passe en 1876 à 19, dont trois Françaises, onze Anglaises et cinq Russes, à 42 en 1880, dont onze Françaises et dix Russes, et à 120 en 1887, dont seulement 12 Françaises, soit presque trente fois plus qu’en 1868. De 1889-1890 à 1912-1913, les effectifs féminins de la faculté passent de 121, dont 14 Françaises et 92 Russes, à 558, soit 4,5 fois plus ; les Françaises passent dans le même temps de 18 à 229 soit près de 13 fois plus. Les effectifs féminins connaissent toutefois la même diminution d’effectifs que les hommes entre 1895 et 1901 pour remonter ensuite jusqu’à une moyenne de 500 en 1910-1914 (65 pendant la guerre). La diminution s’explique notamment par le durcissement des exigences imposées aux étudiantes et par l’obligation d’avoir le baccalauréat français pour les étrangères désireuses d’exercer en France. À propos des étudiantes russes à Paris, le Rapport pour 1884-1885 écrit :

« Il y a quelques années, celles-ci sont arrivées à la suite de la fermeture aux femmes du Collège médical de Saint-Pétersbourg, à une époque où on accordait avec une trop grande facilité aux étrangers la dispense des baccalauréats : aussi les jeunes filles russes sont-elles accourues en foule. Aujourd’hui que, sur notre proposition, on leur demande de justifier, par quelques épreuves probatoires, qu’elles ont reçu une éducation littéraire et scientifique à peu près analogue à celle que nous exigeons de nos élèves de tout sexe ; aujourd’hui qu’elles savent d’avance ce qui les attend à leur arrivée, l’immigration s’est considérablement ralentie, et il est permis de penser que nous touchons “la période de décroissance”. »

37Au sein de la population féminine, les Françaises sont moins nombreuses que les étrangères : celles-ci accroissent leur poids dans la communauté étrangère de la Faculté, dont elles constituent 16,3 % en 1890-1894 et 37,5 % en 1910-1914 (18 % pendant la Grande Guerre). Comme en droit, et malgré le recul du nombre des étrangers observé entre 1898 et 1904, les étrangères dominent jusqu’en 1914 dans des proportions allant de 50 % à 85 % des femmes, pour être supplantées par les Françaises pendant la guerre, où elles ne sont plus que 16 % des étudiantes. Les jeunes filles françaises ne se ruent donc pas en masse sur les études médicales avant la Grande Guerre, mais celle-ci leur permet de supplanter les étrangères.

Les étrangers à l’École supérieure de pharmacie

  • 41 J.-C. Caron, op. cit., p. 42.
  • 42 Rapport, 1902.

38Petit établissement aux faibles effectifs pendant les trois quarts du XIXe siècle, l’École supérieure de pharmacie de Paris a suscité peu d’analyses, en sorte que rares sont les données quantitatives la concernant avant 1850. Selon Jean-Claude Caron, l’effectif étudiant de l’École évolue entre 100 et 250 inscriptions avant 1824, progresse jusqu’à plus de 550 inscriptions en 1828 avant de se stabiliser à 300 ou 400 jusqu’en 1840, année où cet effectif chute fortement en raison de l’augmentation des droits d’inscription41. Pour notre part, nous estimons cet effectif à 250 élèves par an sous la Restauration, à 300 au début de la monarchie de Juillet, à 200 dans les années 1840. En 1845, l’exigence du baccalauréat pour les élèves de première classe provoque une lourde chute, de 90 environ en 1846 à 22 en 1847. Ceux-ci progressent ensuite à 111 en 1851 et à 298 en 1855, mais le décret de 1854 qui impose la possession du baccalauréat ès sciences pour les candidats à la première classe provoque une nouvelle hémorragie. Dans l’ensemble des établissements français, la population étudiante passe entre 1856 et 1862 de 376 à 228. Les effectifs remontent ensuite jusqu’en 1876, où ils s’établissent à 712 pour Paris, 846 pour la France. Cette croissance est essentiellement le fait des candidats à la deuxième classe. À l’école de Paris, les effectifs augmentent dès 1880 : 1 408 en 1883, 1 706 en 1885. Malgré la diminution du nombre des élèves de deuxième classe après 1890, la dernière décennie du siècle est marquée par un redressement important qu’expliquent notamment l’accroissement du nombre des établissements d’enseignement de la pharmacie et la nécessité d’échapper aux deux ans de service militaire imposés par la loi de 1889, et plus marginalement par l’arrivée d’étudiantes à l’École de pharmacie. À l’École de Paris, les effectifs se redressent jusqu’au chiffre de 1 869 en 1896. Les dix ans qui précèdent la guerre se traduisent par une forte décroissance due à la suppression de la deuxième classe en 1898, surtout sensible après 1906, puis à la réforme de 1909, mais aussi, selon le directeur de l’École de Paris, à l’encombrement de la profession du fait de l’augmentation des diplômés et aux frais élevés subis par les officines recevant des stagiaires42. Il n’y a plus que 912 élèves en 1908-1909 et 672 en 1913.

  • 43 SES, 1878-1888.

39Les étrangers sont peu nombreux à l’École supérieure de pharmacie de Paris, même si la plus grande partie la préfère aux écoles de province : selon les calculs de Jean-Claude Caron, ils ne représenteraient à l’École de pharmacie que 2,5 % des effectifs en 1819, 6,13 % en 1829, 4,84 % en 1839. « La faiblesse de ce pourcentage, écrit-il, s’explique par la nature des études pharmaceutiques et de la profession de pharmacien… [Celle-ci] n’a pas encore ses lettres de noblesse, et ne saurait rivaliser avec celle de médecin ou d’avocat. » À l’École de pharmacie, en 1886, le chiffre est de 21 étrangers sur 1 767 (1,2 %), soit moins que les proportions calculées par Jean-Claude Caron43. Après 1885, leur effectif ne représente jamais qu’une vingtaine de personnes en moyenne : 29 en 1886-1887, 19 en 1913, soit entre 1,7 % et 2,7 % de l’effectif étudiant de l’École. Encore faut-il préciser que c’est la baisse importante du nombre des élèves français après 1900, de près de 60 %, qui provoque l’augmentation du poids relatif des étrangers.

Tableau 4. – Évolution des effectifs étudiants à l’École supérieure de pharmacie 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).

  • 44 P. Dorveaux, « Les femmes à l’École de pharmacie de Paris », Bulletin des sciences pharmaceutiques (...)

40De manière surprenante, l’École supérieure de pharmacie est jusqu’à la Grande Guerre peu fréquentée par les femmes, à l’exception toutefois des candidates au diplôme d’herboriste, et les étrangères y sont très minoritaires. Les raisons de cette désaffection sont probablement d’ordre économique : il faut de l’argent (et l’autorisation de l’éventuel mari) pour tenir ou ouvrir une officine. Il faut attendre l’année 1 889 pour voir deux femmes s’inscrire au stage officinal. Six les suivent en 1892-1893, dont deux seulement sont admises à l’examen de validation du stage. Les deux premières étudiantes de l’École supérieure de Paris sont une Russe, inscrite en 1894, qui obtiendra en 1896-1897 son diplôme de première classe, et une Roumaine, qui obtiendra la même année celui de deuxième classe44. Le nombre des étudiantes en pharmacie est faible entre 1894 et 1897, période où il passe de un à sept, mais il connaît une progression importante en 1898 (20, dont 17 Françaises). Après une augmentation qui culmine en 1900-1901 à 58, dont 57 Françaises, l’effectif féminin décline, comme d’ailleurs celui de l’ensemble des étudiants en pharmacie, à 38 en 1913. Elles ne représentent alors que 5,8 % des effectifs de l’école. La guerre voit croître leur nombre et leur poids : plus de 100 pendant la guerre, soit plus de 20 % de l’effectif, 171 en 1920, soit 25 %. Ce sont les Françaises qui dominent : sauf en 1895-1899, où elles représentent 8 % des étudiantes, les étrangères ne dépassent pas 5 % des effectifs féminins de l’école et restent très minoritaires : elles ne dépassent le nombre de deux à trois qu’en 1919 où elles sont cinq. Elles passent ainsi cependant de 1 % des étrangers inscrits à l’école à près du tiers (30 %) entre 1891 et 1920.

Les étrangers dans les facultés des lettres et des sciences

41Les facultés de la Sorbonne accroissent spectaculairement leurs effectifs estudiantins dans les dernières années du siècle. Divers facteurs concourent à ce développement dans les trente-cinq années qui précèdent la Grande Guerre : l’instauration des bourses de licence et d’agrégation certes, mais aussi la loi militaire de 1 889 qui dispense les licenciés de deux ans de service, le remplacement en sciences dès 1897 des trois licences par des certificats d’études supérieures qui rendent plus aisée l’obtention de la licence, le succès d’un diplôme tel que le certificat d’aptitude à l’enseignement des langues vivantes et la création de nouveaux diplômes, diplômes d’études supérieures et diplômes plutôt honorifiques recherchés par les étrangers comme le certificat d’études françaises ou les doctorats d’université. En sciences, le développement économique entraîne, notamment dans les facultés de province, des enseignements nouveaux de sciences appliquées qui contribuent à l’expansion étudiante. Ces différentes filières confèrent aux facultés des lettres et des sciences une physionomie particulière dont rend bien compte le rapport du Conseil général des facultés pour 1892-1893 :

  • 45 E et D, no 50.

« Dans ces facultés, en effet, ceux qui les fréquentent viennent à des titres divers et forment des groupes soumis à des régimes différents : les candidats à la licence, les aspirants aux certificats d’aptitude, les candidats à l’agrégation, les licenciés ou agrégés qui préparent le doctorat, les travailleurs volontaires qui fréquentent les laboratoires ou les conférences, les curieux enfin qu’attirent aux amphithéâtres l’attrait de la science ou le charme des belles expositions de critique ou d’érudition45. »

  • 46 B. Noguès, « Le public des facultés des lettres et des sciences au XIXe siècle (1808-1878) », Hist (...)

42Jusqu’à l’instauration des bourses de licence et d’agrégation en 1877 et 1880, le public des facultés des lettres et des sciences relève en effet presque exclusivement d’une comptabilité exogène : candidats à l’agrégation qui sont des professeurs en exercice ou des Normaliens, élèves de l’École des chartes, étudiants en droit ou en médecine et surtout auditeurs libres. Les femmes ne sont pas absentes dans le public mondain qui fréquente les amphithéâtres de la Sorbonne et on y compte un petit nombre d’étrangères : un contemporain remarque la présence de « dames françaises et étrangères » au cours de Cuvier au Collège de France en 183046. La réforme des bourses de licence et d’agrégation crée de vrais étudiants en lettres et en sciences consommateurs de cours fermés, mais ne supprime pas la clientèle professionnelle des enseignants ni celle des autres facultés et des grandes écoles, ni même celle des auditeurs libres. Cette hétérogénéité du recrutement, ainsi que l’afflux des femmes et des étrangers, explique la remarquable croissance des effectifs dans le dernier quart du siècle. En 1876, la faculté des sciences de Paris comptait officiellement 117 étudiants et celle des lettres 31 ; les étudiants de la capitale ne représentaient alors que 40 % du total national en sciences et 13 % en lettres, situation atypique par rapport aux facultés professionnelles de droit et de médecine. Dès l’année 1878, la courbe des inscriptions dans les deux facultés parisiennes s’élève rapidement, bien que les bourses avantagent plus la province que la capitale. Entre 1876 et 1910, on passe en lettres de 31 étudiants à 3 310, la croissance étant particulièrement forte dans la première décennie du XXe siècle (+ 2 462 étudiants). L’augmentation est plus modérée en sciences, de 117 à 2 147 entre 1876 et 1907, soit une multiplication par 18,35 en trente ans. Une baisse relative, due à l’érosion des effectifs étrangers dans le contexte tendu de la guerre des Balkans, s’observe en sciences après 1908-1909 et en lettres dès 1911.

43La Faculté des lettres enregistre un accroissement fort et régulier de ses effectifs étrangers, de 40 personnes en 1886 à plus de 1 100 avant la guerre. Le chiffre de 1 300 est atteint en 1910. Dans la quinzaine d’années précédant le conflit mondial, ils passent de moins de 7 % de l’effectif étudiant de la faculté à plus du tiers (36,75 %). La guerre fait baisser leur nombre à un peu plus de 360 en moyenne (18 %). En 1920, les 816 étrangers constituent un quart de l’effectif étudiant. Une telle croissance est due à la création de nouveaux certificats en langue et littérature françaises spécialement destinés aux étrangers, et surtout à deux phénomènes moins sensibles dans les autres facultés : le poids de la demande européenne, notamment des pays voisins (Allemagne et Angleterre), mais aussi américaine et russe (entre 1904 et 1907), ainsi que l’augmentation du nombre des étrangères, qui passent de cinq à 629 entre 1890 et 1913, et même à 747 en 1910, soit de 22 % des étrangers présents à la Faculté en 1891-1895 à près des deux tiers (65,9 %) en moyenne dans la période 1905-1909. À la suite des mesures de contrôle plus strict des équivalences en 1909, cette proportion descend à 60 % en 1910-1914, et à 48,4 % pendant la guerre. Au plan national, les étrangers passent entre 1900 et 1914 de 6 % à 26 % des effectifs totaux des facultés des lettres.

Tableau 5. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté des sciences 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).

Tableau 6. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté des lettres 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).

44Les étudiantes françaises en lettres, d’abord plus nombreuses que les étrangères, sont par la suite dépassées par elles. La proportion d’étrangères dans l’effectif féminin, qui n’est que de 18 % à 31,6 % avant 1900, s’établit entre 54 % et 64 % de 1900 à 1914, pour redescendre à 13 % pendant la guerre et ne remonter qu’à 29 % en 1920. Dans une faculté où les femmes passent de 10 % des élèves à 56,5 % entre 1890 et 1918, pour s’établir à environ 41 % au début des années 1920 (1 277 en 1920 contre 155 en moyenne en 1890-1894), les Françaises alignent des effectifs qui évoluent d’une trentaine à 671,5 en moyenne pendant les années de guerre et à 902 en 1920 (elles passent de 8,5 % des étudiants à 47,8 % pendant la guerre et à 29 % environ au début des années 1920). Les réformes des études littéraires de la fin du siècle provoquent toutefois entre 1897 et 1901 une chute qui affecte les Françaises et les étrangères : la moyenne n’est alors que de 61 Françaises et 74 étrangères et on ne compte en 1898 que 88 Françaises et 41 étrangères.

45La Faculté des sciences, bien qu’elle ne soit jamais choisie par plus de 18 % de la population étrangère, voit aussi s’accroître ses effectifs étrangers : de 58 en 1886, ceux-ci passent à 537 en 1908, soit dix fois plus, avant de descendre à 359 en 1914 et à une moyenne de 190 pendant la guerre. Pendant ce temps, la faculté ne fait que tripler ses effectifs, en sorte que les étrangers passent de 10 % de ceux-ci à 24 % dans les années précédant la Grande Guerre. L’accroissement avant 1909 s’explique par une forte demande européenne, et surtout russe et allemande, alors que la baisse des années précédant la guerre est due à un contrôle plus strict des équivalences autant qu’aux incitations à s’inscrire dans les facultés de province. Le conflit mondial réduit leur poids à 18,5 % entre 1915 et 1918 et à 15,7 % en 1920. Au plan national, ils passent entre 1900 et 1914 de 7 % à 25 % des effectifs totaux des facultés des sciences.

46La faculté des sciences ne connaît pas l’invasion féminine de sa sœur des lettres : les étudiantes y passent de 4,5 en moyenne en 1880-1885 à 18 en moyenne en 1890-1894 et à 552 en 1920 sans que la guerre ne provoque une décrue. De 3 % des effectifs de la faculté en 1890-1894, elles passent à près du tiers pendant la guerre et autour de 18 % dans les années 1920. Dans le même temps, les Françaises, dont le nombre augmente considérablement après 1906-1907, passent de moins de neuf à 493 en 1920, soit de 1,4 % de l’effectif de la faculté à 22,7 % pendant la guerre et à 16 % en 1920. Les étrangères ne sont majoritaires parmi les femmes qu’entre 1890 et 1910 (entre 52 % et 68 %), et leur nombre décline dès 1910 et pendant la guerre, en sorte que les Françaises représentent alors près de 90 % des effectifs féminins.

Les étrangers dans les facultés de théologie

  • 47 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., p. 38.

47Les deux facultés que connaîtra la capitale sont de petits établissements. Jean-Claude Caron relève en 1828 la présence de 40 étudiants seulement à la faculté de théologie catholique de Paris contre 150 en 1821. Ils sont 381 dans l’ensemble des facultés en cette même année 1821, auxquels il convient d’ajouter les quelque 140 inscrits en théologie protestante à Strasbourg et Montauban47. Cette déperdition d’effectifs s’accentue par la suite : en 1855, la faculté de théologie catholique accueille 32 élèves inscrits, et en 1865 seulement 22 sur un total pour les six facultés de 37, auxquels il faut ajouter 375 « bénévoles ». Six étudiants en théologie catholique sur dix étudient ainsi à Paris. Cette même année, les deux facultés de théologie protestante de Strasbourg et Montauban attirent 32 étudiants et 109 auditeurs libres. Entre 1867 et 1885, la faculté de théologie catholique n’accueille en moyenne que huit élèves par an (16 en 1880 et 1882), contre 37,5 pour l’ensemble des facultés ; la supériorité de la province est donc nette, les « parisiens » constituant de 10 % à 33 % seulement des étudiants français.

48Les facultés de théologie protestante qui jouent le rôle de « séminaires » pour les apprentis pasteurs ne connaissent pas une telle déperdition. La faculté parisienne, qui accueille en moyenne 33 élèves par an entre 1878 et 1890, accroît ses effectifs jusqu’à une moyenne de 65 dans la période 1896-1900, atteint le pic de 80 élèves en 1900, pour redescendre à 54 de moyenne entre 1901 et 1905. Il faut ajouter à ces chiffres les auditeurs libres, dont le nombre oscille entre cinq et quinze selon les années. À l’inverse des élèves de la faculté de théologie catholique, les futurs pasteurs préfèrent étudier à Paris : jusqu’en 1905, ceux-ci représentent de 45 à 50 % de l’ensemble français.

Nombre étudiants

Dont étrangers

1883-1884

27

1884-1885

24

8

1885-1886

35

5

1886-1887

32

4

1887-1888

34

4

1888-1889

38

1

1889-1890

29

8

1890-1891

34

1891-1892

36

7

1892-1893

43

8

1893-1894

52

11

1894-1895

55

8

1895-1896

63

4

1896-1897

77

4

1897-1898

74

1898-1899

78

8

1899-1900

80

13

1900-1901

68

7

1901-1902

62

2

1902-1903

55

5

1903-1904

47

6

1904-1905

43

5

Tableau 7. – Les étrangers à la faculté de théologie protestante de Paris 1883-1905 (source : Rapports des années considérées).

  • 48 Arch. nat., AJ/16/2495.

49Les facultés de théologie ne recrutent pas de femmes et peu d’étrangers les fréquentent. La faculté de théologie catholique étant supprimée en 1885, les rapports du conseil des facultés n’en soufflent mot. On sait simplement qu’on en compte trois, issus des pays annexés, en 1812 sur 79 élèves, deux (Espagnol et Irlandais) sur 25 en 1832 et un (Irlandais) sur 56 en 185448. Les rapports nous offrent par contre des données sur la faculté de théologie protestante de 1883-1884 à 1905, date de sa privatisation dans le cadre de la loi de séparation des Églises et de l’État.

50Le nombre des étrangers oscille entre un et treize, soit une moyenne de six élèves par an sur la période. Sans surprise, ce sont surtout les pays protestants européens et américains qui envoient des étudiants à Paris (la Suisse surtout, mais aussi la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Hollande, le Danemark, la Suède, la Hongrie, les États-Unis, le Canada) ; de manière plus surprenante, on trouve aussi dans la liste des Haïtiens, des Serbes et des Russes.

*

51La France, seconde patrie du monde instruit ? Si elle est accueillante sans exclusive à toutes les nations du monde, elle noue des liens privilégiés avec certains pays (Roumanie, Turquie, Égypte, Ile Maurice) sans se fermer aux autres : ses facultés sont recherchées par toutes les jeunesses du monde. Avec la révolution du transport mondial et la croissance de la demande en professionnels et en cadres de haut niveau, les échanges d’étudiants se développent d’un continent à l’autre, et les grandes nations universitaires en sont les bénéficiaires. Grâce à sa position monopolistique en matière d’enseignement supérieur français, Paris devient l’un des pôles majeurs de formation de toute la planète.

Notes

1 C. Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle : essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 2001, p. 42.

2 P. Moulinier, La naissance…, op. cit., p. 45-48.

3 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., 1991, p. 58 et suivantes.

4 L. Liard, Universités et facultés, Paris, 1890, p. 67.

5 D. Panzac, « Les docteurs orientaux… », op. cit., 1995, p. 298.

6 Rapport pour 1871-1872 du doyen Wurtz, Arch. nat., AJ/16/6566.

7 V Karady, Relations inter-universitaires…, 1992, op. cit., p. 48.

8 G. Weisz, The emergence…, op. cit., p. 242 et 245.

9 E. Charton, Dictionnaire des professions ou guide pour le choix d’un état…, Paris, 3e éd., 1880, p. 345 ; et C. Schultze, 1888, op. cit.

10 F. Dubourg, « Les étudiants russes à Toulouse du XIXe au XXe siècle », Slavica occitania, 1998, no 7, p. 131.

11 C. Zytnicki, « De l’Ukraine au Languedoc : des étudiants russes à Toulouse à la veille de la Grande Guerre », Slavica occitania, 1998, no 7, p. 218.

12 C. Charle, Paris fin de siècle. Culture et politique, Paris, Le Seuil, 1998, p. 24-34.

13 J.-C. Caron, « Paris, capitale universitaire de l’Europe (1815-1848) », in J. Schriewer, E. Keiner, C. Charle (dir.), Sozialer Raum und akademische Kulturen. À la recherche de l’espace universitaire européen, Frankfurt, Berlin, Peter Lang, 1993, p. 439-454.

14 C. Charle, Paris fin de siècle, op. cit., p. 24-34.

15 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 39-40.

16 Arch. nat., AJ/16/2563.

17 Arch. nat., AJ/16/2564.

18 Arch. nat., AJ/16/6496.

19 P.N. Divaris, L’Exil des étudiants étrangers, Paris, Dubos, 1896.

20 Arch. nat., AJ/16/6284. Conseil de la faculté de médecine, séance du 21 janvier 1897.

21 Arch. nat., AJ/16/6284. Conseil de la faculté de médecine, séance du 4 février 1897.

22 G. Weisz, The Emergence…, op. cit., p. 260.

23 O. Gréard, L’enseignement supérieur à Paris en 1881. Mémoire présenté au Conseil académique de Paris, Paris, 1882, 45 p.

24 C. Joël, Les filles d’Esculape. Les femmes à la conquête du pouvoir médical, Paris, R. Laffond, 1988, p. 106.

25 BAMIP, 1914.

26 Sur les effectifs des étudiants des facultés parisiennes, voir P. Moulinier, La naissance…, op. cit., chapitre v.

27 F. Lot, Essai d’une statistique des étudiants des Universités françaises, Paris, 1897, p. 40.

28 V Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 70.

29 Annuaire statistique de la France, 1910, p. 50.

30 A de Fontaine de Resbecq, Note sur l’enseignement et les études dans les neuf facultés de droit de l’Empire. Guide des étudiants, Paris, A. Durand, 1858, p. 19.

31 E. Charrier, op. cit., p. 156.

32 G. Weisz, The emergence…, 1983, op. cit., p. 252, note 46.

33 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., p. 67-68.

34 Almanach général de médecine de la Ville de Paris, 1827.

35 SES, 1865-1868.

36 L. Liard, Universités et facultés, Paris, 1890, p. 67.

37 G. Weisz, The Emergence…, op. cit., p. 253.

38 Arch. nat., AJ/16/6566.

39 SES, 1878.

40 Arch. nat., AJ/16/6496.

41 J.-C. Caron, op. cit., p. 42.

42 Rapport, 1902.

43 SES, 1878-1888.

44 P. Dorveaux, « Les femmes à l’École de pharmacie de Paris », Bulletin des sciences pharmaceutiques, novembre 1903, t. VIII, p. 253-254.

45 E et D, no 50.

46 B. Noguès, « Le public des facultés des lettres et des sciences au XIXe siècle (1808-1878) », Histoire de l’éducation, octobre-décembre 2008, no 120, p. 77-97.

47 J.-C. Caron, Générations…, op. cit., p. 38.

48 Arch. nat., AJ/16/2495.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté de droit 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Tableau 3. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté de médecine 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Tableau 4. – Évolution des effectifs étudiants à l’École supérieure de pharmacie 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Tableau 5. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté des sciences 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Tableau 6. – Évolution des effectifs étudiants à la faculté des lettres 1883-1913 (source : Rapports des années considérées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540