Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre II. Les premières étudiantes, surtout des étrangères

Texte intégral

  • 1 L. Manouvrier, « L’internat (en médecine) des femmes », La revue scientifique de la France et de l (...)
  • 2 Nous reprenons ici l’essentiel de notre communication au colloque Histoire-genre-migration organis (...)

1L’instruction des femmes, déclare un médecin en 1884, est « l’un des plus grands progrès qu’aura réalisés notre siècle1 ». Alors que les trois quarts du XIXe siècle sont achevés, l’irruption des femmes dans les facultés françaises, et surtout parisiennes, constitue un événement qui ne passe pas inaperçu, d’autant plus que ces premières étudiantes viennent en majorité de l’étranger. Les Françaises qui se risquent à cogner à la porte des facultés ne trouvent pas au départ beaucoup d’appuis et doivent subir des épreuves, aux deux sens du terme, qui en font de véritables héroïnes2.

  • 3 E. Charrier, L’évolution intellectuelle…, 1931, op. cit., p. 71.
  • 4 J. Léonard, Médecins, malades et société dans la France du XIXe siècle, Paris, Science en situatio (...)

2Le XIXe siècle français voit les femmes occuper successivement tous les degrés d’enseignement, mais une barrière sépare les études féminines des études masculines. Durant les deux premiers tiers du siècle, les seules élèves femmes qui côtoient des étudiants sont les candidates au diplôme de sagefemme, mais elles ne sont assimilées que tardivement à la classe étudiante, et ce n’est que dans les années 1880 que les statistiques les prennent en compte. On pourrait y ajouter les nombreuses auditrices libres des cours publics de lettres et de sciences, mais elles ne sont pas inscrites comme étudiantes. Pourquoi ce barrage à l’entrée des femmes dans l’enseignement supérieur, qui n’est d’ailleurs pas propre à la France ? La réponse officielle est qu’elles ne sont pas bachelières et d’ailleurs, selon Edmée Charrier, une décision prise en 1810 interdisait aux femmes l’accès à la faculté des lettres qui fait passer le baccalauréat3. Mais c’est une réponse hypocrite, puisque le décret du 17 mars 1808 qui crée le baccalauréat ne l’interdit à personne : simplement, il n’est pas prévu de filière ouverte aux jeunes filles pour la préparation de cet examen. De même, aucun empêchement légal n’existe à l’accès des femmes aux études médicales : la loi du 19 ventôse an XI n’en souffle mot. Par contre, la loi du 21 germinal an XI exclut de l’exercice de la pharmacie les veuves de pharmacien qui en avaient le droit sous l’Ancien Régime4.

La barrière du baccalauréat

  • 5 La Gazette des femmes, 1er janvier 1838, 3e année, no 1, p. 3.

3C’est sous la monarchie de Juillet, dans la Gazette des femmes, que l’on peut lire le premier plaidoyer en faveur de l’accès des femmes aux études supérieures et que l’on peut assister à la première féminisation des métiers masculins : on y lit en 1838 qu’« un avocat homme ne peut dire, ne peut savoir, ne peut comprendre ce que dirait, saurait et comprendrait une avocat femme », et encore que « si, au lieu des docteurs hommes, il y avait des docteures [sic] femmes, la confiance s’établirait et la science ferait un progrès double, surtout quant aux maladies des femmes et des enfants car, de bonne foi, le médecin-accoucheur en sait moins, quant à la gestation, que la femme la plus ignorante5 ». Dix ans plus tard, l’académicien Ernest Legouvé prend ce combat à son compte en réclamant pour les filles une « forte et sérieuse éducation ». Chargé d’un cours au Collège de France sur la condition des femmes, il publie un an après la Révolution de 1848 une Histoire morale des femmes. S’il y prend bien soin de préciser que c’est « au nom de la famille, au nom du salut de la famille, au nom de la maternité, du mariage, du ménage » qu’il faut donner aux filles une bonne éducation et qu’il ne souhaite pas d’écoles mêlant garçons et filles, il s’en prend vivement aux monopoles masculins :

  • 6 E. Legouvé, Histoire morale des femmes, Paris, 1849, p. 348 et 350.

« La Sorbonne, écrit-il, leur a interdit, non seulement ses chaires, mais ses cours ; une femme n’obtient pas une carte d’auditeur pour les leçons d’éloquence ou de sciences. L’École de droit, fermée à leur désir d’apprendre, leur refuse la connaissance du code qui les régit. L’École de médecine, sauf pour une spécialité [les accouchements], ne leur permet pas l’exercice de cet art, dont elles ont été si longtemps les seules adeptes. […] Les mœurs, au lieu de corriger les lois, les fortifient, ajoute-t-il. Une femme médecin répugne, une femme notaire fait rire, une femme avocat effraie6. »

  • 7 L. Klejman, F. Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, P (...)
  • 8 E. Charrier, op. cit., p. 88.

4À la fin des années 1880, le plaidoyer en faveur de l’accès des femmes aux études supérieures prend une forme radicale dans la Revue scientifique des femmes (1888-1889) créée par une mère de famille autodidacte, Céline Renooz (1840-1928). Estimant que la femme seule peut réinventer la science, une science « détournée par les hommes », elle réclame la création d’une « véritable école scientifique pour les femmes » qui ne saurait selon elle s’intégrer aux structures existantes7. En 1900 et en 1913, le congrès international des œuvres et institutions féminines demande l’accès des deux sexes à toutes les professions libérales8.

Pourquoi les femmes ne peuvent être docteures ?

  • 9 T. N. Bonner, To the Ends of the Earth. Women’s Search for Education in Medicine, Cambridge, Mass. (...)

5Cette question est posée par Thomas Neville Bonner9, qui a raconté « la grande migration » des étudiantes d’Europe de l’Est vers les écoles de médecine suisses et françaises et l’organisation des études médicales féminines aux États-Unis, en Russie, en Allemagne et en Grande-Bretagne avant la Grande Guerre. Selon cet auteur, le débat sur les femmes docteurs « fait rage pendant les trois-quarts du siècle de Moscou à San Francisco, d’Oslo à Capetown », même s’il est moins aigu aux États-Unis. C’est la réponse négative donnée en France à cette question par nombre d’universitaires et de médecins qui explique que les premières étudiantes en médecine soient des étrangères plutôt que des Françaises et que ces pionnières, même les étrangères, soient très mal accueillies au départ dans les facultés.

  • 10 C. Turgeon, Le féminisme français. L’émancipation individuelle et sociale de la France, Paris, 190 (...)

6Le héraut de l’interdiction aux femmes des carrières libérales est sans conteste Charles Turgeon, professeur d’économie politique à la faculté de droit de Rennes. En deux volumes et près de mille pages, il publie une compilation de tous les lieux communs sur la supériorité intellectuelle de l’homme et l’infériorité de la femme dans laquelle il ne manque pas de fustiger la « concurrence féminine » et « l’invasion des carrières libérales » par les femmes10. Charles Turgeon ne dit pas un mot des étudiantes étrangères. Comme bien d’autres auteurs du tournant du siècle, il insiste sur l’anormalité des étudiantes, qui ne sauraient être de vraies femmes. Leurs camarades masculins n’ont pas trop à craindre, puisqu’« on oublie que les étudiantes peuvent être laides, que ce fait regrettable est d’une constatation fréquente, qu’il n’est pas sans exemple que des intellectuelles, entraînées aux spéculations viriles, éveillent l’idée d’un demi-homme sans grâce et sans beauté – auquel cas il faudrait reconnaître que leur fréquentation serait moins, pour leurs camarades, une cause de tentation qu’un précieux antidote ». Les mariages entre étudiants sont d’autant moins possibles que ces femmes, déformées par la science, ont tendance à fuir le mariage. « Comment la science, que notre siècle poursuit avec avidité, serait-elle capable de nourrir et de remplir le cœur d’une femme vraiment femme ? »

Les femmes et le baccalauréat

7Ce n’est qu’en 1867 qu’un embryon d’enseignement secondaire féminin est mis en place par Victor Duruy avec l’instauration de cours publics payants municipaux donnés par des professeurs de lycées de garçons. Quant à l’accès des jeunes filles au baccalauréat, il se fait tout d’abord par dérogation. La première bachelière, Julie Victoire Daubié (1824-1874), petite-fille d’un maître de forges, obtient ce titre à Lyon le 17 août 1861, à l’âge de 37 ans, grâce à l’appui de l’impératrice Eugénie et après avoir obtenu une autorisation spéciale du gouvernement. Julie Daubié sera en 1871 la première licenciée ès lettres sans avoir pu suivre les cours de la faculté des lettres. La seconde bachelière est Emma Chenu, qui obtient le baccalauréat ès sciences en 1863 et sera reçue à la licence de mathématiques en 1867, mais la production de bachelières reste exceptionnelle pendant tout le XIXe siècle. Ces précédents ne font pas école et il faut attendre encore un demi-siècle pour qu’une brèche soit ouverte dans l’accès des filles au cursus préparatoire aux baccalauréats. Les premières réformes de la IIIe République, si elles prennent acte de la nécessité d’une formation culturelle pour les jeunes filles qui ne se borne pas au niveau primaire, sont très timorées en matière de formation professionnelle des femmes. La fameuse loi Camille Sée du 21 décembre 1880 crée certes un véritable enseignement secondaire féminin d’État de cinq ans dispensé par des professeurs femmes, mais c’est un enseignement ségrégatif qui ne conduit pas au baccalauréat, mais à un diplôme de fin d’études secondaires n’ouvrant aucun accès aux facultés. Cette loi, destinée à gagner les femmes à la République, entraîne la mise en place rapide de lycées d’État et de collèges communaux de jeunes filles qui connaissent un grand succès auprès d’une moyenne bourgeoisie avide de procurer à ses filles un emploi en cas de non-mariage plutôt qu’auprès des classes dirigeantes. Pour procurer des professeurs à ces lycées, le décret du 26 juillet 1881 crée l’École normale supérieure de Sèvres – après celle de Fontenay en 1879 –, et instaure une agrégation de l’enseignement secondaire des jeunes filles, dont les deux premiers concours, un pour les lettres et un pour les sciences, sont organisés en 1883. D’autres mesures complètent la réforme de Camille Sée : un arrêté du 8 novembre 1881 ouvre aux femmes le concours du certificat d’aptitude à l’enseignement des langues vivantes délivré par les facultés des lettres et l’arrêté du 2 juin 1882 institue un concours pour le certificat d’aptitude à l’enseignement dans ces établissements destiné à fournir les enseignantes dont ils ont besoin.

  • 11 RIE, 1905, vol. 1, p. 332-334 et 539-541.
  • 12 J. Crouzet Ben Aben, « Bachelières d’autrefois et bachelières d’aujourd’hui », La Grande revue, 10 (...)

8Avant 1905, les candidates au baccalauréat doivent obtenir une autorisation spéciale du ministre de l’Instruction publique et les tentatives en vue de faire reconnaître le diplôme de fin d’études féminines comme équivalent du baccalauréat sont vouées à l’échec. L’idée d’un enseignement supérieur des jeunes filles trouve cependant de plus en plus de défenseurs, même s’il ne s’agit pas d’ouvrir aux femmes les carrières masculines, mais plutôt de leur offrir une formation culturelle. La réforme du baccalauréat de 1902, avec la création d’une section latin-langues vivantes – réputée plus facile que « latin-grec » –, crée une sorte d’appel d’air. Le Conseil supérieur de l’Instruction publique du 8 décembre 1902 refuse l’idée d’une instruction secondaire égale pour les deux sexes, mais accepte que des cours facultatifs de latin soient créés dans les lycées et collèges féminins. Des cours pour les jeunes filles sanctionnés par un certificat d’études sont offerts par certaines facultés des lettres, à Lyon en 1902, à Caen en 190411, à l’image des cours de la Sorbonne de 1866. Un certain nombre d’établissements, notamment catholiques, utilisent cette semi-ouverture pour élargir la brèche par où s’engouffrent les candidates au baccalauréat. Toutefois, l’assimilation au baccalauréat masculin du certificat d’études secondaires des jeunes filles est fermement refusée par certains doyens et professeurs. En 1911, la faculté des lettres de Paris examine cependant 257 candidates pour 1 015 candidats hommes12 et, en 1913, tous les lycées de jeunes filles de Paris comportent une préparation au baccalauréat.

9La progression du nombre des bachelières est d’abord lente. Au plan national – le seul élément significatif puisqu’une bonne partie des premières étudiantes, y compris les provinciales, se rend à Paris pour faire ses études supérieures –, on ne compte que six bachelières entre 1861 et 1866 (quatre ès lettres et deux ès sciences) ; de 1866 à 1888, il y a plus de bachelières ès sciences que de bachelières ès lettres, et sept femmes obtiennent les deux titres. Les premières étudiantes affichent en effet leur préférence pour les études médicales qui exigent le titre scientifique. De 1889 à 1903, 69 baccalauréats scientifiques leur sont conférés (37 à Paris) contre 24 titres littéraires (15 à Paris). Au début du XXe siècle, c’est l’accélération, particulièrement en lettres, grâce à l’ouverture des cours de préparation dans les lycées de jeunes filles : de 21 baccalauréats série « philosophie » obtenus par des femmes en 1905, on passe à 1 112 en 1920, 53 fois plus ; dans la série « maths », la progression est de cinq en 1905 à 214 en 1920, soit 43 fois plus. Malgré cet accroissement, un nombre important de femmes entre à l’université sans baccalauréat. En 1905, à peine une étudiante sur dix est bachelière ; en 1913, il n’y en a encore que trois sur dix. Jusqu’à la Grande Guerre, l’accès des femmes à l’enseignement supérieur constitue ainsi une pénible course d’obstacles et s’apparente à une conquête progressive de citadelles fermées, et fermées autant par les procédures que par les préjugés.

Les études supérieures des femmes à l’étranger

10Quand l’université française s’ouvre aux femmes dans les années 1870, nulle discrimination n’est exercée à leur encontre du fait de leur nationalité : au contraire, on le verra, les premières étudiantes sont en majorité des étrangères. Longtemps en effet, les étrangères domineront numériquement les Françaises, car elles ont l’avantage de pouvoir exhiber des titres équivalant au baccalauréat, et, sauf en lettres, les Françaises n’auront que de faibles effectifs dans les facultés. Dans un article de la Revue internationale de l’enseignement intitulé « À propos de l’Institut de médecine pour les femmes à Saint-Pétersbourg », un certain C. Ducreux explique que la faute en incombe aux jeunes filles françaises :

  • 13 RIE, 2e semestre 1899, p. 211-212.

« Tandis que la femme russe crée de toutes pièces l’établissement scientifique dont elle a besoin et va ensuite en demander l’investiture à son gouvernement, la femme française considère d’un œil indifférent, dédaigneux parfois, les avantages qui lui sont offerts par l’État. […] À cette indifférence de tant de Françaises des classes cultivées pour les hautes études, il y a une raison de mœurs et de préjugés ; mais il en est une autre aussi qu’on ne saurait passer sous silence. C’est la scission qui s’est produite entre l’enseignement officiel […] et l’enseignement privé, dit religieux, des écoles libres, des couvents13. »

  • 14 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 90-91.
  • 15 Sur ce point, voir C. Weill, Étudiants russes en Allemagne 1900-1914…, Paris, 1994.
  • 16 N. Tikhonov, « Les étudiantes étrangères dans les universités occidentales. Des discriminations à (...)
  • 17 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 90-91.

11Pourquoi cette domination numérique des étrangères dans les facultés françaises alors que, même pourvus d’universités de haut niveau, la plupart des pays n’accueillent pas les femmes dans leurs universités ou que, dans le meilleur des cas, certaines filières leur sont fermées ? Les explications sont multiples : soit les jeunes filles se heurtent après leurs études secondaires à un barrage à l’entrée des universités de leur pays, mais ont l’autorisation d’émigrer, soit elles ne peuvent accéder aux études supérieures que dans des établissements dédiés aux femmes et jugés de second ordre, tels les women’s colleges américains et anglais. Victor Karady remarque qu’en Suisse, où les étrangères sont de cinq à six fois plus nombreuses en valeur absolue que leurs consœurs indigènes, elles constituent jusqu’à la Grande Guerre la seule clientèle féminine notable de l’enseignement supérieur. Il donne trois explications à ce phénomène : et d’abord que l’on peut constater « un phénomène de déséquilibre qualifié entre une demande émanant des femmes et une offre médiocre sinon inexistante à leur endroit » dans les pays d’Europe centrale, notamment en Allemagne et en Autriche. « Les femmes [y] sont encore largement interdites d’études […] alors qu’elles peuvent accéder à la plupart des grades universitaires depuis les années 1880 en Grande Bretagne, en France ou en Suisse14. » Dans ces pays, des facilités relatives sont offertes aux femmes pour accéder aux études supérieures alors que ces possibilités se mettent beaucoup plus tard en place à l’Est : entre 1897 et 1904 en Autriche, entre 1900 et 1908 en Allemagne15. Ces pays ont une attitude réservée à l’égard des femmes et certaines branches d’études leur y restent fermées16. Deuxième point : la demande des femmes est renforcée par le fait qu’elle émane des milieux ethniques et confessionnels particulièrement portés à la surscolarisation (Juifs, Arméniens) et contre lesquels certains pays de l’est érigent un numerus clausus draconien. Enfin ces femmes proviendraient de milieux significativement plus privilégiés que leurs pairs masculins et désireux d’envoyer leurs filles faire des études dans des établissements onéreux à l’encadrement familial et au niveau intellectuel garanti (c’est le cas de la Suisse). Dans l’entre-deux-guerres, cette situation a changé et il n’y a plus de surreprésentation des femmes étrangères17. On relève cependant qu’en 1913, sur 1 000 étudiants inscrits, on compte 79 femmes en Allemagne, 86 en Autriche, 92 en France, et 287 en Suisse.

Aux États-Unis et en Angleterre

  • 18 V. Duruy, Notes et souvenirs 1811-1894. Paris, 1901, vol. 2, p. 197-216 ; E. Charrier, op. cit., p (...)
  • 19 Josette Dall’Ava Santucci, Des sorcières aux mandarines. Histoire des femmes médecins, Paris, Calm (...)
  • 20 RIE, 1883, p. 30-48 et p. 238-267.
  • 21 RIE, janvier-juin 1887, p. 246-252.
  • 22 T. N. Bonner, To the Ends…, op. cit., p. 54.
  • 23 J. Dall’ava Santucci, Des sorcières…, op. cit., 2004, p. 170-173.

12La France n’est pas la première nation à créer un enseignement supérieur pour les femmes, notamment parce qu’elle répugne à fonder des établissements qui leur soient réservés, comme cela existe à l’étranger. Toutefois, à la fin du Second Empire, le ministre Victor Duruy avait obtenu l’accord du directeur de l’Assistance publique pour créer des cliniques spéciales pour jeunes femmes dans les hôpitaux parisiens. Ces projets, qui auraient pu voir le jour en novembre 1870, seront balayés par les événements de cette année18. En 1887, dans la Revue internationale de l’enseignement, un certain Henri de la Ville de Mirmont, fait le constat qu’un enseignement supérieur féminin n’existe pas en France alors qu’on note la présence d’écoles médicales pour femmes à Saint-Pétersbourg et à Londres. Mais ce sont les États-Unis qui sont les premières à offrir aux femmes des établissements de formation postsecondaires : les women’s colleges. Les premiers collèges médicaux féminins y voient le jour entre 1850 et 1852, dont l’Infirmary School des sœurs Blackwell à New York19. En Angleterre, Écosse et Irlande, dès le début des années 1870 et à la demande d’associations pour l’enseignement supérieur des femmes, l’instruction féminine se fait au sein de women’s colleges affiliés à des universités ou d’écoles de médecine non-mixtes sur le modèle du Collège des précepteurs de Londres : dans les années 1880, on en trouve quatre à Londres, deux à Cambridge, trois à Oxford, un à Glasgow et un à Dublin20. La faculté de médecine d’Édimbourg est la première à accepter les jeunes filles en 1869 tandis que la London School of Medicine for Women, créée en 1874 par une association de femmes médecins pionnières (Sophia Jex-Blake, Elizabeth Garrett Anderson, la première docteure en médecine de Paris, Emily Blackwell et Elizabeth Blackwell), est la première école féminine de médecine de Grande-Bretagne ; Elizabeth Garrett Anderson en sera le doyen de 1883 à 1903 ; en 1896, l’école devient la London School Royal Free Hospital de médecine pour les femmes. D’autres fondations pour les femmes suivent : le Collège médical pour femmes de Cambridge en 1874, celui d’Oxford en 1879, la Edinburgh School of Medicine for women en 1886. En 1877, l’University college de Londres avait décidé d’accepter les femmes. Les premiers diplômes féminins sont délivrés en 1882 en Angleterre21. Selon T. N. Bonner, la Suède ouvre aux femmes les études médicales en 1860 et offre à une femme le premier diplôme en 1888, une Hollandaise s’inscrit à Groningue en 1871 et deux femmes à Copenhague en 187722. En Finlande, c’est en 1879 que des femmes s’inscrivent en médecine pour la première fois, en Belgique, c’est en 1880 que pour la première fois trois femmes, toutes belges, s’inscrivent à la faculté des sciences de l’université de Bruxelles et en 1882, on compte deux étudiantes en médecine, l’une à Gand, l’autre à Liège23. En 1881 et 1882, d’autres femmes s’inscrivent à Liège et à Gand. En Norvège, c’est en 1884 que les universités sont ouvertes aux femmes, ce qui est le cas à Vienne en 1897, à Graz en 1901, à Innsbruck en 1904, à Heidelberg et Fribourg en 1900 et 1901, à Berlin en 1908, au Portugal en 1886, en Espagne en 1910. La faculté de médecine de Bucarest passe entre 1893 et 1900 de sept à 29 étudiantes.

De la Russie à la Suisse

  • 24 Sur les études féminines supérieures en Russie, voir la thèse de doctorat de Natalia Tikhonov-Sigr (...)

13Après les États-Unis, c’est la Russie qui ouvre la première les portes de l’enseignement supérieur aux femmes24. Dès les années 1860, l’empire du tsar forme beaucoup plus de lycéennes candidates aux études supérieures qu’ailleurs en Europe, mais elles sont pénalisées par un enseignement secondaire au rabais, les gymnases féminins ne comprenant pas certaines matières enseignées dans les gymnases masculins, par exemple les langues anciennes. Il leur faut donc compléter leur formation, notamment dans les instituts pédagogiques. Bien que les dix universités russes soient fermées aux femmes, celles-ci peuvent accéder à des cours supérieurs, notamment médicaux, qui leur sont destinés : en 1857, des cours libres d’enseignement supérieur pour femmes sont créés à l’académie de médecine de Saint-Pétersbourg, cours qui s’étalent sur quatre ans, mais qui ne leur assurent pas un niveau de connaissances égal à celui des hommes. Victor Karady remarque un trait particulier à la Russie : « Historiquement, des femmes juives formulent des revendications d’émancipation politique ou de demande d’études supérieures en moyenne plus tôt que d’autres catégories de femmes dans les pays européens à développement retardé. » Nicolas Manitakis explique de son côté l’importance de l’émigration féminine russe du second XIXe siècle par

  • 25 N. Manitakis, « Les migrations estudiantines en Europe… », 1997, op. cit., p. 264.

« la large diffusion des idées humanistes, anarchistes et socialistes accordant un statut d’égalité aux femmes, leur écho auprès de certaines couches des classes moyennes, de la jeunesse étudiante, de l’intelligentsia ; la création de cercles et de groupes radicaux, nihilistes, révolutionnaires, au sein duquel les femmes participent sur le même pied que les hommes ; la formation de groupes féminins (le Club féminin de Volgoda, la Coopérative d’éditions féminines, la Société mutuelle philanthropique des femmes) ; l’émergence d’une conscience, puis, à partir du début du siècle, d’une action féministe. […] L’engouement pour les études supérieures, qui conduit les femmes de certains milieux sociaux à franchir les frontières et à envisager de longs séjours à l’étranger, peut s’expliquer sans doute par la conviction partagée dans ces milieux que c’est principalement par la voie de l’éducation que les femmes réaliseront leur propre épanouissement personnel25 ».

14Le professeur Ducreux, déjà cité, estime déjà en 1899 qu’il existe une spécificité de la femme russe :

  • 26 RIE, 2e semestre 1899, p. 202-212.

ces femmes possèdent une « indépendance naturelle. C’est chez elles que les instincts fondamentaux de l’esprit russe – son penchant pour les hardiesses théoriques, sa curiosité des thèses nouvelles, son mépris des préjugés, son goût pour les réformes sociales – ont acquis tout leur développement. Et le mouvement en faveur de l’émancipation des femmes ou mieux de l’indépendance des femmes est une conséquence logique de ces instincts. […] La femme non seulement [y] est devenue l’égale de l’homme, mais parfois lui est ou lui semble supérieure26 ».

  • 27 G. Percebois, « Les femmes à la conquête de la médecine », Annales médicales de Nancy, 15 décembre (...)
  • 28 N. Tikhonov, 2009, op. cit., p. 114.
  • 29 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 53.

15La fermeture des cours féminins de Saint-Pétersbourg en 1862 provoque l’émigration des premières étudiantes russes vers l’université de Zurich en Suisse en 1864. C’est ainsi qu’en 1866, Nadedja Souslova devient la première femme docteur en médecine d’une université mixte d’Europe. On relève la présence de huit étudiantes à Zurich en 1868-1869, dont trois Russes, trois Anglaises, une Américaine et une seule Suissesse ; en 1871-1872, elles sont au nombre de 51. Les premières étudiantes en médecine arrivent en 1872-1873 à Berne, en 1881-1882 à Genève et en 1887 à Lausanne27. Natalia Tikhonov note toutefois que les motifs de la migration universitaire féminine russe sont divers, de « l’insuffisance de l’offre para-universitaire, incapable d’absorber les promotions des lycées féminins » à l’absence de connaissances latines données aux filles, aux politiques de russification forcée des minorités (polonaises notamment) et à la politique de quotas appliquées à l’admission de certaines minorités confessionnelles, notamment des juifs, « qui étaient à la fois sur-scolarisés et attirés par des études supérieures en vue d’une émancipation socio-économique et d’une sécurité tant sur le plan matériel que juridique28 ». La migration des femmes russes ou balkaniques, notamment des juives, s’explique en outre par leurs origines sociales : du fait de leur milieu familial, écrit Victor Karady, « il n’est pas étonnant que les filles émancipées des classes moyennes cultivées, de la bourgeoisie et même de l’aristocratie des pays en voie de développement, transfèrent à l’étranger une partie importante de leur demande d’études et apparaissent en nombre croissant dans les universités occidentales29 ».

  • 30 N Manitakis, « Les migrations… », 2000, op. cit., p. 263.
  • 31 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 52.

16En 1865, le code universitaire russe exclut les femmes de l’enseignement supérieur, mais la volonté du gouvernement tsariste de mettre fin à l’exode de la jeunesse féminine russe à l’étranger et l’action de divers mouvements féministes ont pour conséquence qu’elles peuvent suivre dès 1872 des cours de lettres, sciences ou médecine dispensés bénévolement par des professeurs de l’université en dehors des heures de cours, à la condition d’être diplômées de l’enseignement secondaire. Le Collège médical pour femmes de la ville des tsars est rétabli en 1870 et dès 1872, le tsar Alexandre II autorise des cours permanents pour les femmes à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev et Kazan. Mais, au début des années 1880, on assiste à un retour en arrière. Comme le souligne le rapport du conseil français de l’Instruction publique pour 1885-1886, « des cours, des laboratoires et des salles d’hôpitaux étaient exclusivement réservés [aux femmes], et elles y recevaient un enseignement médical assez complet. Mais il y a quatre ans, le gouvernement russe a décidé de ne plus y accepter d’élèves nouvelles ; seules les élèves admises sont autorisées à y achever leur scolarité ». Interdits aux lycéennes en 1882, les cours médicaux pour les femmes sont fermés à la fin de l’année scolaire 1885-1886, ce qui provoque une forte émigration féminine russe vers Paris30. En 1887, le fait que le numerus clausus antijuif dans l’enseignement secondaire ne s’applique qu’aux jeunes gens contribue à multiplier les candidatures des jeunes filles juives à la poursuite d’études supérieures31. À l’époque cependant, les étudiantes russes ne sont pas toutes juives, même si celles-ci sont très nombreuses.

  • 32 N. Tikhonov, « Les étudiantes étrangères… », 2009, op. cit., p. 112.
  • 33 Arch. nat., AJ/16/6498. Voir aussi RIE, 2e semestre 1899, p. 202-212. Sur l’histoire des premières (...)
  • 34 N. Tikhonov, 2009, op. cit., p. 112.
  • 35 RIE, 1904, vol. 2, p. 315-319.
  • 36 B. Czerny, « l’Association des étudiants russes de Paris », communication au colloque Histoire/Gen (...)
  • 37 N. Tikhonov, 2009, op. cit., p. 114.

17Une seconde phase s’ouvre en 1889 et dure jusqu’en 1905. Des cours et des conférences publics sont donnés dans quelques villes universitaires comme Odessa ou Kharkov ainsi que des cours collectifs offerts par la Société moscovite des institutrices et enseignantes32. Un Institut féminin de médecine placé sous l’autorité du ministre de l’Instruction publique est recréé à Saint-Pétersbourg en septembre 1897. Les études y durent cinq ans et le grade de femme-médecin qui est conféré aux élèves leur donne des droits à peu près égaux à ceux des hommes33. La révolution de 1905 provoque une démocratisation éphémère de l’université russe : celle-ci s’ouvre à nouveau aux femmes et les critères de sélection à l’entrée dans l’enseignement supérieur pour les juifs et les lycéens non issus des lycées classiques sont assouplis. Des homologues des cours supérieurs de Moscou et Saint-Pétersbourg apparaissent à travers l’Empire, à Odessa en Ukraine, en Pologne, dans les provinces baltes, et même en Sibérie et au Caucase34. Les cours féminins de Moscou comportent deux facultés, d’histoire et philologie et de sciences mathématiques et physiques35. Mais en 1908, la nomination d’un nouveau ministre de l’Instruction publique entraîne la réintroduction du numerus clausus pour les Juifs et l’interdiction faite aux femmes d’entrer dans l’enseignement supérieur. Conséquence, il y aurait à l’étranger près de 6 000 étudiants de Russie, soit 6,4 % de l’ensemble des étudiants russes36. Des avancées se constatent cependant : la carence des autorités est compensée par des initiatives sociales ou privées qui permettent d’augmenter le nombre d’établissements d’enseignement supérieur, en particulier ceux réservés aux femmes. Mais le diplôme sanctionnant ces cours supérieurs n’est reconnu comme équivalent au diplôme universitaire qu’en 1911, et les femmes ne seront admises dans les universités de l’Empire qu’après 1913. Dès cette date, le pays compte une trentaine d’établissements supérieurs féminins publics ou privés, dont onze à Saint-Pétersbourg et cinq à Moscou. En 1914, le corps médical de l’Empire russe compterait 10 % de femmes, mais on ignore combien d’entre elles ont été formées à l’étranger. Il convient par ailleurs de préciser que les diplômés des universités étrangères sont tenus de passer une série d’examens auprès des universités russes s’ils veulent s’établir en Russie, et cette pratique est généralisée pour les femmes seulement à partir de 1911, ou, pour les diplômées en médecine, dès 1897 au sein de l’Institut médical pour les femmes. Ce qui rend désirable l’ouverture d’un cabinet médical en France pour les docteures russes reçues à Paris ou en province37.

L’entrée des étudiantes dans les facultés parisiennes

  • 38 T. N. Bonner, To the Ends of the Earth…, op. cit., p. 11.
  • 39 Sur ce point, voir J. C. Albisetti, « Portia ante portas: Women and the Legal Profession in Europe (...)

18La France a-t-elle peur des étudiantes ? C’est l’opinion de Mary Putnam, l’une des premières femmes docteurs reçues à Paris. Selon elle, « un Anglais dirait qu’il est indélicat d’admettre les femmes aux études de médecine, un Français que c’est dangereux… Je pense que je suis considérée comme une anomalie, mais ma singularité est attribuée à l’influence de l’américanisme38 ». Quoi qu’il en soit, c’est par l’exercice de la médecine et non dans la pratique du droit que commence partout l’émancipation professionnelle des femmes. Les causes de ce décalage sont multiples, d’un prestige supérieur des carrières médicales aux liens étroits existant entre le monde judiciaire, l’administration publique et la vie politique, tous systèmes exclusivement masculins au XIXe siècle, mais aussi l’incapacité civique des femmes : il ne faut pas encourager leur émancipation en leur ouvrant les portes de l’enseignement supérieur39. Certains contemporains allèguent en outre une incompatibilité entre le droit et l’esprit féminin : un article de revue publié juste après la Grande Guerre explique que

  • 40 F. Vitry, « L’heure de la femme », La Renaissance politique, littéraire, artistique, 27 août 1921.

« les professeurs de droit sont les plus sévères et trouvent qu’en général la femme ne réussit guère dans cette voie. Selon le doyen d’une grande faculté de province, elle n’a pas l’esprit juridique et, chose singulière, elle a davantage “l’esprit mathématique”. “La femme est toute intuition”, dit-il, souvent elle voit la solution juste sans pouvoir suivre son raisonnement et l’expliquer ; ou alors c’est un raisonnement scientifique, un raisonnement abstrait basé sur des règles précises ; or dans l’étude du droit, ce dernier ne suffit pas40 ».

  • 41 J.-V. Daubié, L’Emancipation de la femme, Paris, 1871, 7e livraison, p. 101.
  • 42 S. Bonnin, « Les pionnières de la santé », Revue de la Société française d’histoire des hôpitaux, (...)

19« Lorsque le droit commun nous sera acquis pour toutes les études libérales, la femme trouvera surtout un vaste champ d’activité dans l’exercice de la médecine. » Lorsque Julie Daubié, la première bachelière, écrit cela à la fin du Second Empire41, ce diagnostic commence à devenir réalité. La première citadelle enlevée par les femmes est en effet la médecine, à la fois parce que les pays étrangers offrent des précédents largement diffusés, parce que les historiennes féministes rappellent que l’Antiquité grecque et romaine connaissait la femme médecin, et aussi parce que les facultés forment déjà des sages-femmes. Au printemps de 1870, l’impératrice Eugénie avait demandé à Victor Duruy de bâtir un projet d’École libre pour l’instruction médicale des femmes. Il s’agissait notamment de fournir au monde musulman, et donc à certaines colonies françaises, les femmes médecins exigées par le Coran pour les soins apportés aux femmes, tout en évitant de créer une concurrence aux médecins hommes. En 1866, grâce à l’appui conjoint de l’impératrice Eugénie et du ministre Victor Duruy, le ministère avait d’ailleurs donné le feu vert à l’entrée d’une jeune bachelière de Montpellier à l’École de médecine d’Alger, Mlle Reingguer de la Lime, qui deviendra docteure en 187542. La chute de l’Empire ne permettra pas à l’École libre pour femmes de Victor Duruy de voir le jour.

  • 43 RIE, 1906, vol. 1, p. 293.
  • 44 Dr E.-M. Mesnard, Miss Elisabeth Blackwell et les femmes médecins. Conférence…, Bordeaux, 1889, 24 (...)
  • 45 E. Charrier, L’évolution intellectuelle, op. cit., p. 289-290.

20Malgré la pression de certaines femmes professeurs de l’enseignement secondaire, la France refuse de créer des universités féminines. L’influente Société d’enseignement supérieur formule en 1906 son opposition dans une résolution où elle affirme qu’il serait toutefois « désirable qu’un enseignement complémentaire de celui des lycées et visant surtout la culture générale fut institué », ce qui est alors déjà réalisé « depuis près de quarante ans » à la Sorbonne par l’Association pour l’enseignement secondaire des jeunes filles ainsi qu’à la faculté des lettres de Lyon, qui délivre aux jeunes filles un certificat d’études supérieures, et à Lille43. La France sera par contre l’une des premières nations à accepter que des femmes s’inscrivent dans une faculté de médecine malgré l’expérience négative de la première femme docteur au monde, Elisabeth Blackwell. Anglaise installée aux États-Unis, celle-ci a été la première femme au monde à forcer en 1844 les portes d’une école de médecine : d’abord refusée à l’université de Philadelphie, elle peut s’inscrire à l’université de Geneve (État de New York) avec l’accord des étudiants ; elle y est reçue docteur en janvier 1849 ; souhaitant parfaire ses connaissances, elle présente sa candidature à la faculté de médecine de Paris et essuie un refus en dépit des lettres favorables de confrères américains qu’elle avait pu présenter : elle ne peut qu’entrer en qualité d’élève sage-femme interne à la Maternité de Paris où elle racontera par la suite avoir été traitée comme une sage-femme en formation, avoir vécu une « vie de prison », soumise à des « obligations constamment serviles », à un « service fréquent de nuit ». Elle quitte ensuite Paris pour Londres où elle peut suivre les cliniques des hôpitaux et finit par retourner aux États-Unis44. Quelques années après, le doyen de la faculté de médecine, Adolphe Wurtz (1817-1884), qui avait appris que des femmes étaient admises à l’enseignement médical à Zurich, commande une enquête sur cette innovation au docteur Alexis Dureau. Entre 1866 et 1868, une poignée de candidates se présente au doyen : la première est Madeleine Gébelin devenue Mme Brès (1842-1925), la fille d’un charron nîmois mariée à l’âge de quinze ans. Mais la réponse est négative, car elle n’est pas bachelière. Elle passe alors à 26 ans, mère de famille, ses deux baccalauréats. L’inscription en novembre 1868 à la faculté de médecine de Madeleine Brès grâce à une intervention de l’impératrice au conseil des ministres intervient au terme d’un combat romanesque45. L’accord de son mari, Adrien Brès, est donné le 24 octobre 1868 devant le maire du 5e arrondissement de Paris alors qu’elle est âgée de 26 ans.

  • 46 Arch. nat, AJ/16/6255, assemblée des professeurs, séance du 23 novembre 1867.
  • 47 N. Pigeard-Micault, « Histoire de l’entrée des femmes en médecine », article en ligne sur le site (...)
  • 48 A. Sicard, « Un doyen misogyne et un recteur féministe », Histoire des sciences médicales, 1982, t (...)

21L’autorisation donnée à Madeleine Brès donne des idées à deux étrangères qui, avec le soutien de l’impératrice Eugénie, du doyen Wurtz et du ministre Victor Duruy, parviendront au doctorat avant elle : une Américaine, Mary Corinna Putnam, et une Anglaise, Elisabeth Garrett, toutes deux bénéficiaires d’équivalences. Elisabeth Garrett, née à Londres en 1836, après avoir tenté sans succès d’être admise à plusieurs écoles de médecine de Londres et d’Écosse, obtient la licence de la Société des pharmaciens de Londres en 1865 ; avec l’appui du ministre Victor Duruy et de l’ambassadeur de Grande Bretagne, elle obtient la permission de s’inscrire à la faculté de médecine ; elle sera la première femme à soutenir victorieusement sa thèse de médecine – sur la migraine – en 1870. Mary Putnam, née en 1842 à Londres d’un père américain, docteur en pharmacie et en médecine de Philadelphie, est arrivée à Paris en 1866 où elle obtient le droit de suivre des cours de clinique à l’hôpital et même de fréquenter la bibliothèque de la faculté dans laquelle un isoloir lui est réservé ; en novembre 1867, ayant demandé de s’inscrire à la faculté, le conseil des professeurs le lui refuse. Mary Putnam ayant demandé la dispense des seize inscriptions réglementaires et des trois derniers examens, certains professeurs motivent leur refus par des considérations juridiques. L’un des professeurs déclare : « Le conseil de l’Instruction publique a toujours été d’avis d’écarter les femmes de l’exercice de la médecine en France, parce que la loi qui a stipulé le droit des femmes à la pratique des accouchements est restée muette à leur égard sur l’exercice de la médecine, qui semble contraire à nos mœurs et à nos conditions sociales. » Un autre renchérit : « La femme, étant mineure par le fait du mariage, échappe à toute responsabilité personnelle […] par conséquent, l’adoption de la demande de Mlle Putnam pourrait entraîner de graves complications. » Toujours à l’aide de considérations juridiques, le doyen Wurtz, qui est favorable à l’entrée des femmes dans la faculté, rétorque que, « la loi étant muette à l’égard de l’exercice de la médecine en France par des femmes, il n’y a pas plus de raison de l’interpréter dans le sens de la négation que dans celui de l’affirmation. Au reste, ajoute-t-il, M. le ministre de l’Instruction publique ayant autorisé récemment une dame [Mme Brès] à prendre des inscriptions en médecine en justifiant du diplôme de bachelier ès sciences, semble avoir tranché sur la question dans ce derniers sens ». Ce qui ne convainc pas l’assemblée46. L’intervention en sa faveur du doyen Wurtz auprès du ministre Duruy, qui en informe l’impératrice Eugénie, débloquera la situation : Mary Putnam pourra s’inscrire en 1868 et deviendra la deuxième docteure de Paris en 1871 avec une thèse sur les acides gras acceptée par le jury avec la mention « extrêmement satisfait47 ». Quant à Madeleine Brès, elle sera en 1875 la première femme docteure française à l’âge de 33 ans. Son diplôme est signé par le doyen Alfred Vulpian (1826-1887) tout juste élu, bien qu’il soit réputé antiféministe48.

22L’entrée de ces pionnières dans les salles de cours ne se fera pas facilement : Mary Putnam doit s’asseoir sur un siège séparé près de la chaire et entrer par une porte latérale. Ces précautions n’empêcheront pas, esprit carabin oblige, les femmes d’être bombardées de lazzis et de projectiles divers. En même temps que Madeleine Brès et Elisabeth Garrett, une Russe, Ekaterina Gontcharova (Catherine Gontcharov) s’inscrit en 1868, quitte Paris pour Berne en 1870, puis retourne étudier dans la capitale française pour être reçue au doctorat en 1877.

  • 49 G. Percebois, « Les femmes à la conquête de la médecine », Annales médicales de Nancy, 15 décembre (...)

23Les facultés de médecine de province admettent avec un certain retard des étudiantes, pour la plupart étrangères. Après Paris, c’est à Lille qu’est attribué le premier doctorat à une femme, une Russe, en 1876 ; ce titre est obtenu pour la première fois par une femme à Montpellier en 1882, à Lyon par une Bulgare en 1898, à Nancy également par une Bulgare en 1899 ; le diplôme d’officier de santé est attribué à des Françaises dès 1889 à Bordeaux et dès 1893 à Toulouse49.

La bataille de l’internat

  • 50 Cinquante ans de féminisme 1870-1920, Paris, 1921.

24Après la lutte pour l’entrée à la faculté de médecine, Madeleine Brès engage un second combat, celui de l’internat. Ayant été nommée interne provisoire pendant les deux sièges de Paris, elle demande en octobre 1871 à passer le concours de l’externat, ce que lui refuse l’Assistance publique. Dix ans après, deux autres femmes posent la même demande : la bataille pour l’accès à l’externat, puis à l’internat des femmes, est alors lancée50. L’Américaine Augusta Klumpke (1859-1927), née à San Francisco en 1859, dont la famille a émigré en Europe, ayant appris à Lausanne en 1877 à la lecture de La mode illustrée que Mme Brès venait d’être reçue docteur à Paris, obtient le baccalauréat ès sciences et se fait recevoir par le doyen Vulpian. Elle s’inscrit à la faculté en octobre 1877 alors que la faculté compte déjà onze étudiantes. En 1879, elle rencontre à l’occasion de son stage à l’hôpital Necker son futur mari, le docteur neurologue Jules Joseph Déjerine (1849-1917) qui y est chef de clinique – elle l’épouse en 1888 – et s’initie sous sa direction au travail de laboratoire en compagnie de la Française Blanche Edwards, fille d’un médecin américain habitant à Neuilly et inscrite à la faculté de médecine depuis 1878. Les deux étudiantes décident de demander à se présenter au concours de l’externat. Nouveau refus, qui déclenche une campagne de pétitions. Blanche Edwards est assistée de sa mère, de professeurs de la faculté et de membres du conseil municipal de Paris. Le refus en 1884 de l’Assistance publique (qui a la charge de l’externat et de l’internat des hôpitaux de Paris), au motif que le concours est réservé aux « étudiants » au masculin, est renforcé par une pétition comportant 90 signatures d’internes et par l’appui d’un certain nombre de médecins et de chirurgiens des hôpitaux. La presse prend part à la polémique et, selon Edmée Charrier (p. 89), l’opinion publique était plutôt favorable aux postulantes. Enfin, le 17 novembre 1881, le Conseil de surveillance de l’AP cède :

« Le conseil, considérant que les élèves femmes sont déjà admises à suivre les services des hôpitaux en qualité de bénévoles et de stagiaires, qu’en demandant à subir les épreuves du concours de l’externat, elles n’auront d’autre but que d’obtenir un titre qui garantit la solidité de leurs études – et que les fonctions d’élèves-externes que leur confèrera ce titre sont à peu près identiques à celles de bénévoles et de stagiaires, a décidé que les étudiantes ayant demandé à être autorisées à subir les épreuves du concours de l’externat pourraient être admises à ce concours, sous la réserve qu’elles accompliront les conditions déterminées par le règlement sur le service de la santé. »

25Cette concession est entérinée par l’arrêté préfectoral du 17 janvier 1882 qui émet une réserve, à savoir « qu’elles ne pourront se prévaloir de leur titre d’élèves-externes pour concourir à l’internat ». Puisqu’elles ne sont que des bénévoles ou des stagiaires, elles ne sauraient accéder à ce titre prestigieux. Les deux protagonistes, Blanche Edwards et Augusta Klumpke, se présentent au concours en octobre 1882 et sont reçues externes.

  • 51 Sur la polémique de 1884 autour de l’internat des femmes, J. Poirier, R. Nahon, « L’accession des (...)
  • 52 La Revue scientifique, no 23, 6 décembre 1884, p. 734.
  • 53 L’Étudiant, 13 janvier 1894, no 78.

26Trois ans après, c’est au tour de l’internat de devenir accessible aux femmes. En septembre 1884, sur ordre du ministre de l’Instruction publique Paul Bert, le conseil de surveillance de l’Assistance publique de Paris accorde aux femmes externes l’autorisation de passer le concours de l’internat, ce qu’entérine l’arrêté préfectoral du 31 juillet 1885. Ce qui suscite de vives critiques et une fameuse lutte de pétitions et de prises de position dans la presse, notamment dans la France médicale, les critiques les plus fortes étant le fait d’internes et de médecins, notamment de la Société des chirurgiens des hôpitaux et de la Société des médecins des hôpitaux de Paris51. Les carabins et les professeurs se divisent entre pro-Blanche Edwards, « blanchistes », et « antiblanchistes ». On argue pour refuser le manque de force physique, la pudeur des malades, l’ambiance de la salle de garde, le risque d’un abaissement du niveau des études. Dans une lettre que publie la Revue scientifique52, Blanche Edwards déclare n’avoir jamais pris l’engagement de ne pas se présenter au concours de l’internat, et le Dr Manouvrier réfute les affirmations émises contre l’internat des femmes selon lesquelles il n’y aurait que des candidates étrangères, aucune ne serait bachelière et elles auraient demandé à entrer à l’École des sages-femmes de la Maternité. Non, écrit-il, quatre Françaises et une seule étrangère (Mlle Klumpke) se sont présentées, toutes pourvues des deux baccalauréats, et aucune ne s’est inscrite à la maternité. Les internes y sont particulièrement hostiles et une effigie de Blanche Edwards est brûlée au bal Bullier lors du concours des internes après une manifestation de carabins sur la place de l’Hôtel-de-Ville aux cris de « conspuez Blanche ! ». À la Société des médecins des hôpitaux, quatre sociétaires seulement sont favorables, tout comme à la Société de chirurgie, alors que tous les professeurs de la faculté des sciences approuvent cette mesure, ainsi que de grands noms de la médecine (Charcot, Vulpian, Wurtz, Potain, etc.). Une pétition en faveur des femmes signée par quarante-deux médecins et professeurs est adressée au conseil municipal et au préfet de la Seine. Le 2 février 1885, le conseil municipal de Paris vote en faveur de l’admission des femmes au concours de l’internat, avalisée par l’arrêté du 31 juillet 1885. Reçues au concours d’octobre 1885, Augusta Klumpke et Blanche Edwards deviennent internes provisoires. En 1887, seule Augusta Klumpke est nommée interne titulaire, le rang de Blanche Edwards ne lui permettant pas d’accéder à l’internat titulaire (elle est jugée ensuite à 28 ans trop âgée pour repasser le concours). Un comité d’étudiants et de docteurs « féministes » organise un banquet en l’honneur des deux premières femmes internes. La question n’est pas tranchée pour autant : en janvier 1894, un « plébiscite » organisé par des internes sur l’admission des femmes donne 94 voix contre et 64 pour ; les opposants, il est vrai, s’élèvent contre la présence excessive d’étrangères53.

  • 54 « Déjerine Augusta », in M. Dupont, Dictionnaire historique des médecins, Paris, Larousse, 1999, p (...)
  • 55 C. Schultze, La femme médecin au XIXe siècle, thèse pour le doctorat en médecine, Paris, 1888.

27Les choses ne seront pas faciles pour Augusta Klumpke : interne à Lourcines, ses collègues lui mènent la vie dure et lui interdisent l’accès à la salle de garde ; une religieuse doit lui préparer ses repas, qu’elle prend dans un réduit attenant à la salle de garde54. Peu de femmes accéderont en fait à l’internat : à peine neuf entre 1886 et 1908. Par exemple, en 1904, on ne compte que neuf femmes externes sur 429 et aucune interne. De 1882 à 1888, le nombre de femmes internes est de deux ou trois selon les années55. On notera que, sur les 201 docteures de notre corpus, on compte 41 externes et seulement quatre internes de Paris, une de Rouen, une d’Alger et une de Berck-sur-Mer : Mmes Klumpke-Déjerine et Wilbouchewitch-Nageotte, Dorothée Chellier, qui a été interne à la faculté d’Alger.

L’accès des femmes à l’École de pharmacie

  • 56 L. Dulieu, « La première étudiante française en pharmacie montpelliéraine », Bulletin de liaison d (...)
  • 57 Arch. nat., AJ/16/2220.
  • 58 P. Dorveaux, « Les femmes à l’École de pharmacie de Paris », Bulletin des sciences pharmaceutiques (...)

28Il peut paraître surprenant de voir le retard mis par les femmes à investir un métier jugé très féminin, la pharmacie, même si la première étudiante en pharmacie, Mlle Doumergue, née en 1849, est diplômée à Montpellier en 187456. En 1870, le directeur de l’École de pharmacie de Paris refuse de valider le stage officinal que prétend avoir fait en province une femme de pharmacien auprès de son mari : le 12 mars 1870, l’année où Elisabeth Garrett devient docteure en médecine, le conseil de l’École supérieure de pharmacie est saisi de la demande de Mme Lebebot d’être admise au diplôme de pharmacien. La demande trouble le conseil qui décide de soumettre la question au ministre et demande un rapport au professeur Lecanu. Cette question est discutée le 30 avril : « Plusieurs membres, déclare le procèsverbal du conseil, prennent la parole contre l’admission des femmes à l’exercice de la pharmacie, tant sous le rapport de la situation difficile qui serait faite aux femmes par leur clientelle [sic] que sous celui de la difficulté qu’elles auraient de concilier leurs devoirs de famille avec les exigeances [sic] de la profession de pharmacien. » La réponse du ministre est négative et le vice-recteur invite l’école à refuser de valider le stage de Mme Lebebot57. Ce n’est qu’en décembre 1889 que deux femmes peuvent prendre des inscriptions de stage à Paris, mais il faut attendre le décret du 31 décembre 1893 pour que les femmes soient autorisées à suivre le stage officinal après avoir présenté le certificat d’études secondaires des jeunes filles institué en 1882. Les premières reçues à l’École de Paris sont deux étrangères, une Russe et une Roumaine, qui obtiendront respectivement le diplôme de première et de deuxième classe en 189758. Dès les années 1880 par contre, les femmes étaient admises aux études très sommaires destinées à obtenir le certificat d’herboriste. Enfin, il faut attendre le début du XXe siècle pour voir accéder une femme à l’internat en pharmacie : les premières sont toutes françaises, Thérèse Arviset épouse Albaut, reçue troisième au concours de 1900, Marcelle Lambert, interne en 1905 et Marguerite Charles en 1908.

L’accès aux autres facultés

29C’est l’entrée des femmes à la faculté de droit qui soulève le plus de questions, du moins en ce qui concerne les Françaises. Comment une femme peut-elle assimiler des notions aussi rébarbatives que les questions juridiques, et surtout comment pourrait-elle rendre la justice, avec sa subjectivité et son irrationalité ? Rien de surprenant donc à ce que la première licenciée en droit, en 1887, puis docteure en droit, en 1890, soit une Roumaine, Sarmiza Bilcescu, après avoir soutenu une thèse sur « la condition légale de la mère ». Elle a raconté comment s’est passée sa licence :

  • 59 E. Charrier, op. cit., p. 201.

« Lors de ma première épreuve, grande discussion au sujet de savoir si je dois ou non endosser la robe : “robe sur robe me vaut”, dit très judicieusement un de mes professeurs, et à ma grande satisfaction cet avis l’emporta. L’examen commence, on me pose une question très difficile ; j’y réponds. Le professeur insiste, j’entre dans tous les détails, je parle pendant près d’un quart d’heure ; il est terminé par un “très bien, mademoiselle”. Je sors : cinq minutes après, l’appariteur vient me prier de rentrer dans la salle d’examen où les professeurs, debout, me décernent les éloges : ce fut un des plus beaux moments de ma vie59 ! »

  • 60 L’Étudiant, 25 juin 1892, no 27.

30Quant à la première Française licenciée (1890), puis docteure (1892), son succès ne passe pas inaperçu. Reçue brillamment docteure en droit bien que sa soutenance de thèse sur « les professions accessibles aux femmes en droit romain et en droit français » ait été chahutée et se soit terminée à huis clos60, Jeanne Chauvin revendique en 1897 le droit de prêter le serment d’avocat. Cette revendication suscite l’opposition de l’Ordre des avocats de Paris et de la première chambre de la Cour. La loi du 22 ventôse an XII et le décret du 14 décembre 1810 qui réglementent la profession ne portent aucune condition de sexe pour l’exercer, et pourtant ce droit lui est refusé jusqu’à ce que la loi du 1er décembre 1900 de René Viviani admette les femmes licenciées en droit au barreau. Jeanne Chauvin prête serment le 19 décembre 1900. Mais la première avocate de France à plaider en cour d’assises est Marie Vérone, en 1908. D’une famille modeste, celle-ci passe le baccalauréat après avoir suivi des cours de latin et de grec, s’inscrit en 1904 à la faculté de droit et obtient la licence trois ans plus tard. Les femmes françaises ne pourront pas être juges avant 1946 et l’accès au notariat ne leur sera ouvert qu’en 1948.

31Les facultés des sciences et des lettres, par contre, qui s’ouvrent à de vrais étudiants en même temps qu’arrivent les premières étudiantes, accueillent sans grands débats les jeunes filles dès l’instant qu’elles ont franchi le barrage du baccalauréat. L’enseignement est une carrière aisément admise pour les filles et la préparation aux concours pour l’enseignement secondaire féminin (agrégations et certificat d’aptitude) les oblige, bien que non-bachelières pour la plupart, à fréquenter les facultés. L’accès aux salles de cours de la Sorbonne ne leur est toutefois concédé qu’avec réticence : en 1874, à la faculté des sciences, en 1880 à la faculté des lettres. C’est en 1868 qu’est délivrée à Paris la première licence ès sciences, mention mathématiques, à une Française, la seconde bachelière, Emma Chenu. En 1871, toujours à Paris, la première licence ès lettres est attribuée à Julie-Victoire Daubié, la première bachelière française. Et en 1876, la première licence ès sciences naturelles à Mlle Hugonin. Pour le doctorat, les délais sont plus longs : doctorat ès sciences naturelles, Louise Amélie Leblois (1888), doctorat ès sciences physiques, Marie Curie (1903), doctorat ès sciences mathématiques, l’Américaine de San Francisco née en 1861 Dorothée Klumpke (1893), doctorat ès lettres, Mlles Duportel et Zanta (1914). En 1881, elles peuvent se présenter au certificat d’aptitude à l’enseignement des langues vivantes. On sait que Marie Curie est la première femme titulaire d’une chaire de faculté, en 1906, bien que la mathématicienne Clémence Royer ait assuré dès 1884 un cours en Sorbonne.

32Une citadelle reste imprenable avant la guerre, celle du professorat de l’enseignement supérieur, à la notable exception de Mme Curie, simple chef de travaux pratiques de physique, qui remplace en 1906, sur la proposition unanime du conseil de la Faculté, son mari, mort accidentellement le 19 avril 1906, à sa chaire de physique générale. La première femme professeur dans une faculté de médecine est Mlle Condat, à Toulouse, en 1930.

  • 61 RIE, 1890, p. 245.

33En 1889, la Revue internationale de l’enseignement fait le point sur le nombre de diplômées de l’enseignement supérieur en France61 : 260 en comptant les bachelières. On note la supériorité des scientifiques sur les littéraires et la quasi-absence des juristes : 87 bachelières ès lettres et 113 bachelières ès sciences, deux licenciées ès lettres et 16 ès sciences, une femme docteur ès sciences, une pharmacienne, une licenciée en droit, aucun docteur ès lettres, 34 docteurs en médecine dont huit Françaises, douze Russes, sept Anglaises, quatre Américaines, deux Roumaines et une Allemande, et enfin quatre officiers de santé.

Les dames de Zurich

  • 62 N. Tikhonov, « Les étudiantes russes dans les universités suisses à la fin du XIXe siècle et au dé (...)
  • 63 Arch. nat., F/17/4697.
  • 64 Arch. nat., F/17/4697.
  • 65 I. Tchernoff, Dans le creuset des civilisations, I : De Nijni-Novgorod à Paris, Paris, 1936, p. 11

34La grande majorité des étrangères sont russes et inscrites à la faculté de médecine. Pourquoi cet afflux de Russes ? Les raisons en ont été données ci-dessus. Natalia Tikhonov ajoute à ces explications la « relative facilité d’accès aux carrières médicales pour les femmes en Russie. Le travail des femmes dans le domaine de la santé fut très largement répandu dans l’Empire à partir des années 1870, car les cadres masculins étaient insuffisants pour répondre aux besoins de la population62 ». L’arrivée des « demoiselles russes » dans les premières années de la IIIe République ne se fait pas sans difficultés. D’abord on leur refuse l’équivalence du baccalauréat ès lettres au motif qu’elles n’ont pas appris le latin et le grec, ce qui est le cas en 1878 d’Olga Kraft, née en 1857 à Nikolaïew ; elle obtient cependant l’équivalence du baccalauréat ès sciences restreint car elle a suivi les cours de Zurich, et bien que le ministère de l’Instruction « éprouve de la méfiance à l’égard des élèves de Zurich63 ». En juin 1873 en effet, un oukase du tsar Alexandre II avait stipulé la non-reconnaissance en Russie des titres universitaires obtenus en Suisse, ce qui entraîna l’émigration de beaucoup d’entre elles vers d’autres universités, notamment Berne et surtout Paris. La méfiance des autorités françaises résulte de considérations politiques. En juin 1875, deux sujettes russes, Mmes Danilova et Berladsky, avaient demandé l’équivalence des baccalauréats et l’autorisation de prendre sept inscriptions cumulatives à la faculté de médecine de Paris avec dispense du premier examen de fin d’année puisqu’elles avaient suivi l’enseignement de première année de Saint-Pétersbourg en 1871-1872 et les cours de la faculté de Paris en 1873-1874. Ces dispenses leur sont refusées, bien que Mme Danilova ait suivi à Odessa des études de russe, de français, d’allemand, de mathématiques, de physique, d’histoire naturelle et présente un certificat d’études de Saint-Pétersbourg. Derrière ce refus, il y a les réticences du ministre russe des Affaires étrangères, le Prince Orloff, à l’admission des femmes dans les facultés françaises. Sondé par son homologue français, le prince a par dépêche émis des réserves à l’égard des demandes de six femmes russes qui ont toutes commencé des études médicales à Zurich, Mlles Alexandra Horgeosky et Schültz, Mmes Sophie Goldschmitt née Androsoff, Anastasia Berladsky, Alexandrine d’Egoroff qui est mère et veuve, Sophie Danilova ; l’ambassade de Russie en France a émis un avis défavorable. Selon leur dossier, à Zurich, plusieurs d’entre elles « se livraient à une propagande radicale active et se faisaient admettre dans les sections de l’Internationale […] Pour obvier à cet état de choses, le gouvernement a promulgué en mai 1873 une ordonnance aux termes de laquelle les femmes admises aux cours de médecine qui, après le mois de janvier 1874, n’auraient pas quitté l’Université de Zurich seraient, à leur retour dans leur pays, privées de tout emploi dépendant directement ou indirectement de l’administration ». Il semble cependant que les exemptions demandées par ces femmes aient été accordées en octobre 1873 par le ministère de l’Instruction publique à cinq d’entre elles64. Iouda Tchernoff dans ses Mémoires65 le confirmera :

« Les premiers contingents scolaires, notamment le contingent féminin, s’étaient installés à Paris avec le consentement du gouvernement russe, sous les auspices de l’Ambassade, qui prodigua aussi ses encouragements à la bibliothèque dite de Tourgueneffet dont le grand écrivain fut le principal fondateur. Celles des étudiantes russes qui se seraient maintenues à Zurich, foyer “dangereux” de propagande révolutionnaire aux yeux du gouvernement russe, se seraient vu privées de tout droit de rentrer en Russie ; on les aurait empêchées d’utiliser leur diplôme acquis à l’étranger, d’exercer une profession libérale. Celles qui, au contraire, se soumettraient, par exemple en quittant les lieux suspects pour se rendre en France, seraient traitées en enfants repenties, à condition de s’abstenir de toute agitation politique. »

35Selon Iouda Tchernoff, du fait de la liberté d’opinion régnant en France, la politique n’y avait pas le goût du fruit défendu.

L’accueil des étudiantes par les étudiants et les universitaires

  • 66 Arch. nat., AJ/16/2562.
  • 67 Arch. nat., AJ/16/2562.

36L’arrivée des premières étudiantes françaises et étrangères ne passe pas inaperçue et donne un charme supplémentaire au Quartier latin de la Belle Époque. En février 1893, des incidents perturbent le cours de lettres du professeur Gustave Larroumet : en cause, le succès du professeur auprès des femmes qui envahissent régulièrement son amphithéâtre. Dans sa séance du 17 février66, le conseil général des facultés remarque que la manifestation ne vise pas Gustave Larroumet, mais « s’adresse au public féminin auquel les étudiants ne pardonnent pas d’envahir l’hémicycle, d’occuper les trois-quarts des gradins et de détenir des places qu’ils considèrent comme leur appartenant. » Ils demandent qu’on les mette dans les tribunes ou qu’on leur refuse l’accès aux cours. Certains membres du conseil exigeant que l’on n’admette au cours que les vrais étudiants, le professeur de sciences Émile Duclaux juge « regrettable d’écarter toutes les femmes car il en est, Françaises ou étrangères, qui viennent s’instruire ». Il suggère que soit donnée à ces étudiantes une « carte nominative d’inscription ». Cette discussion aboutit aussi à la suggestion « d’installer un commissariat de police dans les locaux de la Sorbonne67 ».

37Pour évoquer l’arrivée à la faculté de droit en 1884-1885 des premières étudiantes, Edmée Charrier a interviewé la première licenciée en droit en 1887, la Roumaine Sarmiza Bilcescu, qui raconte ainsi son entrée à la faculté du Panthéon :

  • 68 E. Charrier, op. cit., p. 156-157.

« “Les dames n’entrent pas”, vous répondait l’huissier à la porte. Le conseil de la Faculté fut appelé à statuer. “Comment, Monsieur, dit ma mère au secrétaire, dans un pays où il est écrit même sur les portes des prisons : Liberté, Egalité, Fraternité, vous empêcheriez une femme de s’instruire, rien que parce qu’elle est femme.” Ces paroles furent rapportées au Conseil [des professeurs] et, quelques jours après, l’autorisation de suivre les cours me fut accordée, mais pas à l’unanimité : nombre de professeurs votèrent contre, et notamment M. le doyen Beudant. L’accueil des professeurs fut glacial, l’accueil des étudiants extrêmement respectueux. À la clôture des cours de la première année, M. Colmet de Sancerre, professeur de droit civil, s’adressant aux étudiants, dit textuellement : “Nous avons hésité à accorder à Mlle Bilcescu l’autorisation qu’elle demandait par crainte d’avoir à faire à la police dans les amphithéâtres ; cette jeune fille dont l’assiduité est au-dessus de tout éloge, la conduite exemplaire, s’est imposée à notre estime, vous l’avez respectée comme une sœur et nous vous en remercions.” Ces paroles ont été couvertes par un tonnerre d’applaudissements68. »

  • 69 Ibid., p. 156-157.
  • 70 Ibid., p. 291-292.
  • 71 N. Pigeard-Micault, op. cit., site [bium.univparis5.fr].
  • 72 M. Bertheaume, « Les femmes médecins », La Grande Revue, 2e série, no 213, août 1923, p. 25-38.

38Quant à Melle Chauvin, licenciée en droit en 1890 et qui deviendra en 1900 la première avocate française, Edmée Charrier raconte qu’elle se rend aux cours accompagnée de sa mère : « Réservée et simple, l’étudiante – car elle était seule de son espèce – arrivait toujours quelque minute avant l’ouverture et prenait place – “sa place” – dans le grand amphithéâtre sur la première travée, à gauche du professeur69. » À la faculté de médecine, Edmée Charrier70 signale que les premières femmes sont accueillies par « des cris d’oiseaux et des pommes cuites ». « Les femmes, raconte-t-elle, étaient assujetties à un règlement spécial. Au sortir du secrétariat où elles venaient de s’inscrire, elles recevaient l’ordre de passer chez le doyen. Là, un discours paternel – mais bien senti – leur montrait combien leur cas était exceptionnel et les invitait à ne jamais se départir vis-à-vis de leurs camarades de la plus sévère correction. » Selon les récits de l’époque, les nouvelles étudiantes devaient attendre dans le vestiaire le professeur pour entrer dans l’amphithéâtre ; elles devaient en outre se mettre au premier rang sous la protection du professeur, ce qui ne les empêche pas d’être huées et insultées, accueillies par des cris et des projectiles divers. Ces tumultes cessent au bout de quelques semaines. « Un jour, lasses d’attendre le professeur pour entrer dans l’amphithéâtre, elles décident d’entrer seules et de s’asseoir, non au premier rang dans l’hémicycle mais dans les gradins au milieu des étudiants. Cette démarche, inattendue, laisse les étudiants bouche bée et arrête leurs plaisanteries71. » Un récit de l’entre-deux-guerres72 évoque l’ambiance de la faculté de médecine lors de l’arrivée des premières étudiantes : « À l’époque, les étudiantes commettaient souvent l’erreur, par les allures et la tenue, de ressembler physiquement à leurs rivaux : cheveux coupés, lunettes qui voilaient de grands yeux rêveurs, costumes masculinisés » ; les étudiantes russes « affectionnaient particulièrement ce genre et leur langage sincère, mais souvent dépourvu des finesses de la langue française, en mécontentant leurs camarades, rendait ceux-ci plus agressifs que disposés au marivaudage » ; pendant les cours, « les étudiantes étaient priées de se tenir au rez-de-chaussée de l’hémicycle sous la protection – et aussi sous la surveillance – de leur professeur », ce qui attirait les huées et les quolibets des carabins ; « le calme ne revint que le jour où les étudiantes – se passant de l’autorisation préalable – allèrent s’asseoir sur les gradins ».

39En novembre 1885, le doyen de la faculté de médecine Béclard, réputé misogyne, écrit au recteur Octave Gréard, lui plutôt féministe, à propos de la rentrée :

  • 73 A. Sicard, « Un doyen misogyne et un recteur féministe », Histoire des sciences médicales, 1982, t (...)

« Mon cher Recteur, Je crois qu’il est sage de nous montrer quelque peu sévères dans l’admission de ces dames qui nous arrivent de l’étranger. L’aspect de la cour de l’École de médecine en ce moment assez déplaisant : ces dames y ont en quelque sorte élues domicile : elles se promènent par groupes dans des toilettes assez négligées. Les échappes [sic] des collèges qui viennent prendre leur première inscription et qui devraient quitter l’École une fois qu’ils ont signé nos registres s’attardent sous nos colonnes beaucoup plus longtemps qu’il ne conviendrait. Il y a là un spectacle nouveau pour eux, et celles qui le donnent ne paraissent pas disposées à la modestie. Nos cours ne sont pas encore commencés : seuls les jurys d’examen siègent depuis le 20 octobre. Je me demande ce que vient faire ici, toute la journée, cette population féminine dans laquelle je constate d’ailleurs qu’il n’y a pas une seule Française. Je me trompe peut-être, mais je commence à craindre que nous n’ayons de ce côté quelques difficultés.
PS. Nous avons déjà les brasseries à femmes. Il ne faudrait pas que la Faculté leur fit concurrence73. »

  • 74 M. Donnay, L. Descaves, Oiseaux de passage, sans lieu, 1904.

40Les étudiants et les étudiantes sont au XIXe siècle fréquemment des héros de romans ou de pièces de théâtre. Les étrangères, russes notamment, sont l’objet d’une extrême fascination à la Belle Époque. Une pièce de théâtre de 1904 intitulée Oiseaux de passage, due à Maurice Donnay et Lucien Descaves74, pièce qui a fait l’objet d’un film après la Grande Guerre, met en scène Véra Levanoff, la fille d’un riche conseiller d’État qui est une brillante étudiante en médecine passée par Zurich. Véra a fait un mariage blanc avec Boglowski, le chef d’une société de propagande nihiliste, pour permettre l’évasion d’un agitateur russe. Julien, un carabin fils d’une bonne famille française, s’éprend d’elle. Ils ont un jour une discussion sur la présence des femmes à la faculté de médecine qui permet à Véra d’affirmer un sentiment de supériorité intellectuelle :

« Véra – On me dit qu’en France les étudiants sont hostiles à la femme qui désire s’instruire et conquérir des diplômes qu’ils voudraient réserver à eux seuls. Il y a chez eux, paraît-il, la persistance de tous les vieux préjugés, l’inquiétude du professeur menacé dans son privilège, l’égoïsme du conquérant réfractaire au partage et le dépit de voir la femme s’échapper du servage.
Julien – Oh ! ne vous faites pas de la jeunesse de nos écoles une si mauvaise idée ; quand vous suivrez leurs cours, si les étudiants soulignent votre entrée par un bruit de baisers et votre sortie par une offre de reconduite, il ne faudra pas attacher trop d’importance à ces gamineries. Là se bornera leur hostilité… ce n’est pas bien grave et je vous assure que vous serez respectée. »

  • 75 Lyon universitaire, 1er janvier 1904, no 64.

41Un article sur les étudiants russes paru la même année dans Lyon universitaire75 oppose la « galanterie », qui serait la marque de l’étudiant français, à l’attitude peu respectueuse de l’étudiant russe, lequel « est parfaitement capable de ne voir chez la femme qu’une simple camarade d’études avec lequel il ne lui semble nullement impossible de discuter les plus graves questions de la philosophie du droit » et pour lequel « le professeur n’est point un oracle, c’est avant tout un être sujet à toutes les critiques ».

42Charles Turgeon, dans son livre, n’évoque pas les étudiantes étrangères et, comme bien d’autres, trace un portrait générique de la femme. Mais il est une étrangère qui ne passe pas inaperçue et qui attire la caricature, c’est l’étudiante russe, dont l’image est souvent associée non sans raison à celle de la juive. En 1880, le suicide d’une étudiante russe licenciée ès sciences provoque une analyse clinique de l’incompatibilité entre la femme et les études supérieures.

  • 76 Pierre et Jean, « Notes et impressions », Revue politique et littéraire, 2e série, no 23, 4 décemb (...)

« Mettez, écrit l’auteur anonyme d’une revue littéraire76, un appareil imaginatif et intuitif comme est la femme au régime du bourrage : vous le dessécherez bien plus vite et bien plus complètement que vous ne feriez par le même système un cerveau masculin dont le volume et la capacité font un récipient de notions et d’idées bien plus commodément distribué, plus solide et plus large. Mettez un appareil nerveux aussi délicat et aussi sensible que celui de la jeune fille devant les angoisses sans cesse renouvelées d’une série d’examens d’une difficulté croissante : vous y jetterez la perturbation. »

  • 77 J. Clarétie, Les Amours d’un interne, Paris, E. Dentu, 1881.
  • 78 C. Yver, Princesses de science, Paris, Calmann-Lévy, 1907.
  • 79 P. Bassac, « Notes sur les étudiantes », Revue politique et littéraire, Revue bleue, 27 sept. 1913 (...)

43L’auteur ajoute que c’est pire pour les Russes, les Françaises étant moins nerveuses. Selon lui, « il se développe dans les étudiants russes un genre de suicide qu’on peut définir le suicide scolaire. Plusieurs étudiants russes se sont tués parce qu’ils n’ont pas été reçus à leurs examens. C’est bien pis maintenant : ils mettent fin à leurs jours par peur de ne les pouvoir passer ». Autour du personnage d’un interne à la Salpêtrière qui se spécialise dans les névroses, Jules Clarétie77 met en scène un univers de folles et d’hystériques, parmi lesquelles l’inévitable Russe, Olga, qui s’est arraché les seins pour ne pas devenir mère. L’auteure antiféministe Colette Yver met en scène dans son roman le plus engagé, Princesses de science78, quatre types de femmes, toutes insérées dans le milieu médical, et qui toutes échouent dans la conciliation de l’amour et du métier : Thérèse, fille d’un éminent professeur de médecine, brillante interne, qui refuse à son amant de renoncer à sa carrière et perd la fille qu’elle a de lui, Mme Lancelevée, doctoresse célibataire endurcie, Jeanne, sage-femme devenue docteur, qui vit pauvrement avec son mari et ses quatre enfants et enfin, Dina, l’inévitable Russe, pauvre, farouche, qui fuit l’amour d’un étudiant français. La Russe juive fait enfin partie de la galerie de portraits d’étudiantes pleine de haine publiée en 1913 par une certaine Paule Bassac dans La Revue bleue79, alors que les polémiques se sont calmées.

L’hostilité des étudiants et des professeurs

  • 80 Dr G. Richelot, La femme médecin, Paris, E. Dentu, 1875, 155 p.

44Dès l’arrivée des premières étudiantes françaises, et surtout étrangères, à la faculté de médecine dans la décennie 1870, des critiques parfois violentes sont exprimées dans les communautés universitaires, étudiantes et médicales. Le docteur Richelot, vice-président de la Société de médecine de Paris, se déchaîne en 1875 dans l’Union médicale80. Alors que l’on ne compte que trois docteures, il estime que l’arrivée des femmes à la faculté constitue une « déplorable tendance », une « maladie de notre époque ». Selon lui, « les élèves en médecine à qui on demande ce que produit sur eux la présence des femmes dans les amphithéâtres et les salles de dissection disent : une impression de dégoût. » Et il pronostique qu’« il se passera un certain nombre d’années avant que les étudiantes (souligné par l’auteur) d’aujourd’hui deviennent des médecins à clientèle. » Il n’hésite pas à calomnier : c’est seulement au refus « intelligent » du Collège médical de Londres que l’on doit la première femme reçue à Paris, Miss Garrett, laquelle aurait perdu un procès intenté au Collège de Londres (ce qui s’avérera faux). Pire, elle serait devenue l’épouse de M. Anderson, un riche négociant ! De même, Miss Putnam, qui est la fille d’un grand libraire et patron de presse de New York, retourne aux États-Unis après sa soutenance de thèse et se marie au Dr Jacobi, « cousin du socialiste allemand » ; pour sa thèse, elle aurait fait des expériences sur des petits chats : « On y trouve beaucoup d’érudition, de nombreux matériaux, concède le Dr Richelot, mais ces matériaux n’ont pas été convenablement utilisés. C’est un travail mal digéré, une quantité énorme de labeur pour un mince résultat. » Pour corser sa démonstration, le Dr Richelot évoque deux faits survenus à Zürich : une « effroyable mêlée entre les étudiantes de cette Université » à propos d’une discussion entre un Allemand et Bakounine en 1873 ; plusieurs de ces femmes étaient « armées de revolvers et ont fait feu. Il y a eu des blessées ». C’est cet incident qui aurait incité le tsar à interdire l’exercice de la médecine aux graduées de Zürich. Le deuxième fait est le refus des étudiantes d’un professeur suisse atteint d’une grave affection à la gorge d’arrêter de fumer : « Les étudiants avaient jeté leur cigare avant d’entrer ; toutes les étudiantes entrèrent avec d’énormes pipes à la bouche et fumant comme des caporaux. »

  • 81 Dr E. H. Mesnard, Miss Elisabeth Blackwell et les femmes médecins, Bordeaux, 1899.
  • 82 Dr C. Fiessinger, « L’inaptitude médicale des femmes », La médecine moderne, no 11, 11e année, 7 f (...)

45Quant au grand professeur Charcot, il aurait estimé à l’occasion de la soutenance de thèse de Mlle Schultze en 1888 que « les prétentions [des femmes à jouer un grand rôle] sont exorbitantes, car elles sont contraires à la nature même des choses, elles sont contraires à l’esthétique81 ». Un autre docteur rappelait encore en 1900 dans La Médecine moderne82 les « motifs d’inaptitude » des femmes : infirmité physique, manque de sang-froid, excès de sensibilité, sensibilité imparfaitement pondérée ; il leur consentait tout au plus le soin des femmes et des enfants et avait ces mots : « Une doctoresse dans la clientèle ne sera jamais qu’une excellente garde-malade », ou encore : « La femme ne peut être qu’une thérapeute médiocre », étant plus douée pour l’analyse que pour la synthèse, et enfin : « La femme doctoresse est de ces herbes folles qui ont envahi la flore de la société moderne. »

  • 83 La Pharmacie française, décembre 1897, no 5.

46Les étudiants en pharmacie ne sont pas plus ouverts au changement que les carabins. En 1897, alors qu’est en débat la loi de 1898 qui supprime la seconde classe, une enquête de l’Association corporative des étudiants en pharmacie montre un rejet des étudiants et des praticiens à l’égard de l’accès des femmes au stage officinal : 544 contre, 268 pour83.

47En 1891, la première candidate à l’internat, Blanche Edwards, affirme que les positions hostiles ne sont pas partagées par tous les universitaires. Elle déclare dans une interview que les femmes reçoivent un excellent accueil de la part du personnel enseignant de la faculté de médecine, « beaucoup de bienveillance dans les bureaux qui [leur] donnent tous renseignements utiles », et un « empressement des employés de l’École, de la bibliothèque et des musées. » Mais elle ajoute :

  • 84 Interview in A. Paquet-Mille, Nouveau guide pratique des jeunes filles dans le choix d’une profess (...)

« Parmi les confrères de sexe masculin, il se forme deux groupes : les hostiles, comptant le plus grand nombre de médecins de quartier, un peu âgés, et même pas mal de jeunes ; les favorables, au nombre desquels nous avons l’honneur de compter bon nombre de professeurs à l’École de médecine, de médecins et de chirurgiens des hôpitaux les plus connus, et surtout presque tous ceux qui ont eu des femmes étudiantes dans leur service, un certain nombre de jeunes docteurs, des collègues, camarades d’études des femmes ; enfin les indifférents, c’est le plus grand nombre, qui prennent parti, suivant que les circonstances les ont mis en rapport avec des docteurs femmes qui font honneur ou non à leur cause84. »

Une communauté universitaire acquise aux étudiantes

48Si un certain nombre de professeurs, surtout de la faculté de médecine, disent craindre que l’arrivée des étrangers, et surtout des femmes, dans l’enseignement supérieur, fassent baisser le niveau notamment parce qu’ils n’ont pas appris le latin, on note une relative ouverture à ces intruses dans la communauté universitaire de la fin du siècle. L’entrée des étudiantes dans les facultés parisiennes entraîne toutefois des discussions ardentes au sein de la communauté universitaire. En 1885-1886, le phénomène commence à devenir incontournable et, pour la première fois, le conseil académique en débat sur le fond. Le doyen de la faculté de médecine exprime les termes de ce débat et conclue à la nécessité d’une expérimentation. Faut-il encourager « la tendance qui [les] pousse vers des études jusqu’ici à peu près réservées aux hommes » ?, demande-t-il. Son opinion, qui tend à devenir majoritaire chez les universitaires à cette époque, est que les lettres et les sciences ne posent pas problème et ne peuvent que renouveler la vie culturelle et mondaine de la capitale :

« S’il s’agit de la haute culture de l’esprit, dans l’ordre des lettres ou dans l’ordre des sciences, cela, ce me semble, ne saurait faire doute pour personne, et les collèges de jeunes filles, qui ont trouvé ici même un si éloquent défenseur, ne seront certainement pour quelques-unes d’entre elles que la préparation initiale à des enseignements d’un ordre plus élevé. Quelques femmes, docteurs ès lettres ou ès sciences, au milieu de nos salons de plus en plus désertés, y ramèneraient un peu de la vie d’autrefois. »

49Mais quand il s’agit des études professionnelles, « les esprits sont plus divisés. En ce qui touche à la médecine, les partisans de l’égalité des sexes au point de vue de la profession font remarquer, non sans raison, que les femmes ont été, de tout temps, les auxiliaires de l’homme, dans certaines parties de l’art médical ». Et de citer le cas des sages-femmes, dont il précise que leur activité « n’est pas ce qu’on appelle la médecine […] : il faut, en effet, au médecin un certain nombre de qualités que les hommes, jusqu’à présent, passaient pour posséder à un plus haut degré que les femmes ». Le doyen remarque alors qu’après maintes discussions, les Anglais ont fini par accepter de former des « doctoresses ». « À Paris, reconnaît-il, la Faculté ne s’est point émue ; elle ne s’est point réunie ; elle n’a point délibéré sur ces matières ; elle n’a pas songé à fermer les portes. Sans trop se préoccuper de la robe du candidat ni de son pays d’origine, elle a ouvert son registre à toute personne pourvue du double diplôme de bachelier ès lettres et ès sciences, ou de grades reconnus équivalents. » Pour le doyen, il faut tenter l’expérience qui, de toute façon, « se fera malgré tout ». Partisan de la « méthode expérimentale », il souhaite une « démonstration aussi complète que possible. Je la voudrais non pas seulement pour la femme médecin, mais pour la femme avocat, pour la femme magistrat, voire même pour la femme député. Les résultats d’une expérience ainsi élargie seraient, ce me semble, beaucoup plus saisissants et tout à fait décisifs ». Le rapport pour cette année 1885-1886 conclue :

  • 85 RIE, 1er semestre 1887, p. 105.

« Nous pouvons dire […], à propos de l’admission des femmes aux études d’enseignement supérieur, que la Faculté de médecine et la Faculté des lettres, où elles sont en assez grand nombre, se sont épargné toutes discussions philosophiques sur les droits des femmes et sur leurs aptitudes. M. le doyen de la Faculté de médecine pense qu’il faut laisser l’expérience se poursuivre. À la Faculté des lettres, presque toutes les étudiantes se destinent à l’enseignement des langues vivantes ; elles sont très laborieuses, et M. le doyen a constaté “avec plaisir”, dans le rapport qu’il a lu au conseil, que quatre d’entre elles, qui s’étaient fait remarquer par leur assiduité et leur zèle, ont subi avec succès les épreuves du concours85. »

  • 86 Arch. nat., AJ/16/6566.

50Dans les discussions qu’ont les professeurs sur l’arrivée des étudiantes dans leurs facultés, il convient de remarquer que la question des étrangères ne se pose pas, sans doute parce qu’elles sont soumises aux mêmes exigences que les étrangers hommes. « En général, remarque le doyen Vulpian dans son rapport au conseil académique pour l’année 1879-1880, la conduite des femmes est excellente et ne donne lieu à aucune plainte. Les Américaines et les Anglaises se distinguent particulièrement, non seulement sous ce rapport, mais au point de vue de leur assiduité aux cours et de leur ardeur au travail86. »

Quand l’étudiante n’est plus contestée

  • 87 M. Hanna, « French Women… », 1999, op. cit., p. 103.
  • 88 G. Morache, La profession médicale, ses devoirs, ses droits, Paris, 1901, 323 p.

51Dans la dernière décennie du siècle, l’étudiante en médecine est devenue une réalité qui n’est plus guère contestée dans l’Université, sinon dans l’opinion. La lutte pour l’accès aux carrières médicales ouvre la brèche à d’autres types d’études, mais les autres facultés, celle de droit plus que celles de lettres et de sciences, ne s’ouvrent que lentement, et d’abord aux étrangères. Les étudiantes, faute d’avoir suivi la formation canonique avec latin qui est celle des lycées de garçons, garderont longtemps l’image d’étudiants de seconde zone susceptibles de faire baisser le niveau des facultés. Juste avant la Grande Guerre, elles font cependant de plus en plus partie du paysage universitaire français, tandis que le débat sur le travail des femmes et leur accès aux carrières libérales se développe, notamment dans la presse et à l’occasion de congrès féministes qui marquent l’atmosphère intellectuelle de la Belle Époque. On finit par concéder l’existence d’une certaine compatibilité entre médecine et propension « sociale » de la femme ainsi qu’entre les études littéraires et le tempérament féminin. Comme l’a noté Martha Hanna, les femmes profitent en outre des facilités offertes aux étrangers en vue de les attirer à Paris, en particulier de la création de diplômes spécifiques n’exigeant pas la pratique du latin ; diplômes qui malheureusement n’ouvrent à aucune carrière en France87. Les premières années du XXe siècle manifestent toutefois un incontestable apaisement des esprits comme en témoigne entre autres l’étude d’un professeur de médecine de Bordeaux sur la « crise médicale » de l’époque, où il juge positive l’arrivée des étudiantes. Il salue le fait que le congrès international des étudiants de 1900 a souhaité l’égalité des sexes en matière d’enseignement supérieur en Europe88, et l’on assiste aux prémices de la mise en place d’une image moderne de la femme.

*

52Les facultés parisiennes n’ont pas le monopole de l’accueil d’étudiants étrangers. Hantées pendant tout le XIXe siècle par l’obligation d’accroître leurs effectifs, les facultés de province songent aussi à cette clientèle pour réaliser cet objectif. En vain. Mais à l’inverse des autres pays d’accueil d’étrangers, la France est de longue date une nation centralisée, au plan universitaire comme au plan politique. Et les études à Paris font rêver la jeunesse des pays émergents…

Notes

1 L. Manouvrier, « L’internat (en médecine) des femmes », La revue scientifique de la France et de l’étranger, no 19, 8 novembre 1884, p. 592-597.

2 Nous reprenons ici l’essentiel de notre communication au colloque Histoire-genre-migration organisé par l’École normale supérieure à Paris du 27 au 29 mars 2006, communication intitulée : « Les premières doctoresses de la Faculté de médecine de Paris (1870-1900) : des étrangères à plus d’un titre ! » [www.barthes.ens.fr/clio/dos/genre/com/Moulinier]. Voir aussi le chapitre iii de P. Moulinier, La naissance…, op. cit., p. 69-86.

3 E. Charrier, L’évolution intellectuelle…, 1931, op. cit., p. 71.

4 J. Léonard, Médecins, malades et société dans la France du XIXe siècle, Paris, Science en situation, 1992, p. 33.

5 La Gazette des femmes, 1er janvier 1838, 3e année, no 1, p. 3.

6 E. Legouvé, Histoire morale des femmes, Paris, 1849, p. 348 et 350.

7 L. Klejman, F. Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1989, p. 72-74.

8 E. Charrier, op. cit., p. 88.

9 T. N. Bonner, To the Ends of the Earth. Women’s Search for Education in Medicine, Cambridge, Mass., London Harvard Université Press, 1992, p. 10.

10 C. Turgeon, Le féminisme français. L’émancipation individuelle et sociale de la France, Paris, 1902, 2 vol. Pour une revue complète de la littérature sur l’accès des femmes aux métiers masculins, voir J. Rennes, Le mérite et la nature : une controverse républicaine, l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, Paris, Fayard, 2007.

11 RIE, 1905, vol. 1, p. 332-334 et 539-541.

12 J. Crouzet Ben Aben, « Bachelières d’autrefois et bachelières d’aujourd’hui », La Grande revue, 10 décembre 1911, p. 609-616.

13 RIE, 2e semestre 1899, p. 211-212.

14 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 90-91.

15 Sur ce point, voir C. Weill, Étudiants russes en Allemagne 1900-1914…, Paris, 1994.

16 N. Tikhonov, « Les étudiantes étrangères dans les universités occidentales. Des discriminations à l’exil universitaire (1870-1914) », in P. Ferté, C. Barrera, Étudiants de l’exil. Migrations universitaires et universités refuges (XVIe-XXe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2009, p. 105-118.

17 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 90-91.

18 V. Duruy, Notes et souvenirs 1811-1894. Paris, 1901, vol. 2, p. 197-216 ; E. Charrier, op. cit., p. 290.

19 Josette Dall’Ava Santucci, Des sorcières aux mandarines. Histoire des femmes médecins, Paris, Calmann-Lévy, 2004, p. 162.

20 RIE, 1883, p. 30-48 et p. 238-267.

21 RIE, janvier-juin 1887, p. 246-252.

22 T. N. Bonner, To the Ends…, op. cit., p. 54.

23 J. Dall’ava Santucci, Des sorcières…, op. cit., 2004, p. 170-173.

24 Sur les études féminines supérieures en Russie, voir la thèse de doctorat de Natalia Tikhonov-Sigrist, La quête du savoir. Les étudiantes de l’Empire russe dans les universités suisses, 1867-1920, université de Genève, 2004, p. 49-154. Voir aussi J. Dall’Ava Santucci, Des sorcières aux mandarines. Histoire des femmes médecins, Paris, Calmann-Lévy, 2004.

25 N. Manitakis, « Les migrations estudiantines en Europe… », 1997, op. cit., p. 264.

26 RIE, 2e semestre 1899, p. 202-212.

27 G. Percebois, « Les femmes à la conquête de la médecine », Annales médicales de Nancy, 15 décembre 1977, t. XVI, p. 1259-1274.

28 N. Tikhonov, 2009, op. cit., p. 114.

29 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 53.

30 N Manitakis, « Les migrations… », 2000, op. cit., p. 263.

31 V. Karady, « La migration étudiante… », op. cit., p. 52.

32 N. Tikhonov, « Les étudiantes étrangères… », 2009, op. cit., p. 112.

33 Arch. nat., AJ/16/6498. Voir aussi RIE, 2e semestre 1899, p. 202-212. Sur l’histoire des premières femmes médecins, voir Mélanie Lipinska, Histoire des femmes médecins depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Paris, 1900.

34 N. Tikhonov, 2009, op. cit., p. 112.

35 RIE, 1904, vol. 2, p. 315-319.

36 B. Czerny, « l’Association des étudiants russes de Paris », communication au colloque Histoire/Genre/Migration, Paris, mars 2006.

37 N. Tikhonov, 2009, op. cit., p. 114.

38 T. N. Bonner, To the Ends of the Earth…, op. cit., p. 11.

39 Sur ce point, voir J. C. Albisetti, « Portia ante portas: Women and the Legal Profession in Europe, ca. 1870-1925 », Journal of social history, été 2000, vol. 33, no 4, p. 825-857.

40 F. Vitry, « L’heure de la femme », La Renaissance politique, littéraire, artistique, 27 août 1921.

41 J.-V. Daubié, L’Emancipation de la femme, Paris, 1871, 7e livraison, p. 101.

42 S. Bonnin, « Les pionnières de la santé », Revue de la Société française d’histoire des hôpitaux, 2000, no 106, p. 21-25.

43 RIE, 1906, vol. 1, p. 293.

44 Dr E.-M. Mesnard, Miss Elisabeth Blackwell et les femmes médecins. Conférence…, Bordeaux, 1889, 24 p.

45 E. Charrier, L’évolution intellectuelle, op. cit., p. 289-290.

46 Arch. nat, AJ/16/6255, assemblée des professeurs, séance du 23 novembre 1867.

47 N. Pigeard-Micault, « Histoire de l’entrée des femmes en médecine », article en ligne sur le site [bium.univ-paris5.fr].

48 A. Sicard, « Un doyen misogyne et un recteur féministe », Histoire des sciences médicales, 1982, t. XVI, no 1, p. 15-20.

49 G. Percebois, « Les femmes à la conquête de la médecine », Annales médicales de Nancy, 15 décembre 1977, t. XVI, p. 1259-1274.

50 Cinquante ans de féminisme 1870-1920, Paris, 1921.

51 Sur la polémique de 1884 autour de l’internat des femmes, J. Poirier, R. Nahon, « L’accession des femmes à la carrière médicale à la fin du XIXe siècle », in J. et J.-L. Poirier (dir.), Médecine et philosophie à la fin du XIXe siècle, université de Paris-Val de Marne, cahier de l’Institut de recherche et d’histoire des connaissances, des idées et des mentalités, 1981, no 2, p. 25-46 ; A. Cornet, « Une campagne de presse en faveur des candidatures féminines à l’internat des hôpitaux de Paris en 1884 », Histoire des sciences médicales, 1995, t. XXIX, no 2, p. 117-122.

52 La Revue scientifique, no 23, 6 décembre 1884, p. 734.

53 L’Étudiant, 13 janvier 1894, no 78.

54 « Déjerine Augusta », in M. Dupont, Dictionnaire historique des médecins, Paris, Larousse, 1999, p. 177.

55 C. Schultze, La femme médecin au XIXe siècle, thèse pour le doctorat en médecine, Paris, 1888.

56 L. Dulieu, « La première étudiante française en pharmacie montpelliéraine », Bulletin de liaison de l’Association des amis du Musée de la pharmacie, 1994, no 19, p. 81-86.

57 Arch. nat., AJ/16/2220.

58 P. Dorveaux, « Les femmes à l’École de pharmacie de Paris », Bulletin des sciences pharmaceutiques, novembre 1903, t. VIII, p. 253-254.

59 E. Charrier, op. cit., p. 201.

60 L’Étudiant, 25 juin 1892, no 27.

61 RIE, 1890, p. 245.

62 N. Tikhonov, « Les étudiantes russes dans les universités suisses à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : les raisons d’un choix », in Anne-Lise Head-König, Liliane Mottu-Weber (dir.), Les femmes dans la société européenne, 8e congrès des historiennes suisses, Genève, 2000, p. 91-103.

63 Arch. nat., F/17/4697.

64 Arch. nat., F/17/4697.

65 I. Tchernoff, Dans le creuset des civilisations, I : De Nijni-Novgorod à Paris, Paris, 1936, p. 11.

66 Arch. nat., AJ/16/2562.

67 Arch. nat., AJ/16/2562.

68 E. Charrier, op. cit., p. 156-157.

69 Ibid., p. 156-157.

70 Ibid., p. 291-292.

71 N. Pigeard-Micault, op. cit., site [bium.univparis5.fr].

72 M. Bertheaume, « Les femmes médecins », La Grande Revue, 2e série, no 213, août 1923, p. 25-38.

73 A. Sicard, « Un doyen misogyne et un recteur féministe », Histoire des sciences médicales, 1982, t. XVI, no 1, p. 15-20.

74 M. Donnay, L. Descaves, Oiseaux de passage, sans lieu, 1904.

75 Lyon universitaire, 1er janvier 1904, no 64.

76 Pierre et Jean, « Notes et impressions », Revue politique et littéraire, 2e série, no 23, 4 décembre 1880, p. 549-550.

77 J. Clarétie, Les Amours d’un interne, Paris, E. Dentu, 1881.

78 C. Yver, Princesses de science, Paris, Calmann-Lévy, 1907.

79 P. Bassac, « Notes sur les étudiantes », Revue politique et littéraire, Revue bleue, 27 sept. 1913, no 13, p. 401-405, et 4 octobre 1913, no 14, p. 438-443.

80 Dr G. Richelot, La femme médecin, Paris, E. Dentu, 1875, 155 p.

81 Dr E. H. Mesnard, Miss Elisabeth Blackwell et les femmes médecins, Bordeaux, 1899.

82 Dr C. Fiessinger, « L’inaptitude médicale des femmes », La médecine moderne, no 11, 11e année, 7 février 1900, p. 81.

83 La Pharmacie française, décembre 1897, no 5.

84 Interview in A. Paquet-Mille, Nouveau guide pratique des jeunes filles dans le choix d’une profession, Paris, 1891, p. 10-11.

85 RIE, 1er semestre 1887, p. 105.

86 Arch. nat., AJ/16/6566.

87 M. Hanna, « French Women… », 1999, op. cit., p. 103.

88 G. Morache, La profession médicale, ses devoirs, ses droits, Paris, 1901, 323 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540