Version classiqueVersion mobile

Polices d’Empires

 | 
Catherine Denys
, 
Vincent Denis

Conclusion. Les forces de l’ordre colonial, entre conservatoires et laboratoires policiers (XVIIIe-XXe siècle)

Emmanuel Blanchard

Texte intégral

  • 1 Symptomatique de cette « spécificité » française, aucune des contributions réunies dans ce volume (...)
  • 2 Blanchard E., Deluermoz Q., Glasman J., « La professionnalisation policière en situation coloniale (...)
  • 3 Burbank J., Cooper F., Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011, p. 389-445.
  • 4 Anderson D., Killingray D. (éd.), Policing and decolonization: politics, nationalism, and the poli (...)

1Les travaux sur les polices dans les empires coloniaux se multipliant depuis quelques années, les questionnements portant sur la cumulativité des recherches empiriques et sur les possibilités d’une montée en généralité contrôlée au sujet du colonial policing se font de plus en plus pressants. Les trous béants de l’historiographie, en particulier dans le cas de l’empire français1, rendent cependant toute réponse affirmée prématurée et incitent à poursuivre les enquêtes archivistiques. Ils sont aussi une invitation à approfondir les réflexions sur le caractère heuristique de cette notion de colonial policing, tant dans le domaine des études sur la police2 que dans celui de l’histoire de la domination coloniale. Les articles réunis dans ce volume y contribuent assurément, en particulier par le choix de la période chronologique balayée : du milieu des années 1750 aux années 1900, ce très long XIXe siècle enjambe la partition gallocentrique entre histoire moderne et contemporaine. Cette périodisation permet notamment de s’affranchir des problématiques liées au crépuscule de la « colonisation moderne3 » : les décennies de montée des contestations ouvertes de la domination coloniale (à partir des années 1920), puis les années d’affrontement des décolonisations (après la Seconde Guerre mondiale) ont en effet jusqu’alors été les plus débattues4.

  • 5 Alors que les interrogations sur la police avaient été au cœur des réflexions du groupe réuni auto (...)
  • 6 Elles apparaissent cependant le plus souvent en marge des contributions. Pour une description de l (...)

2La nécessaire réflexion ainsi proposée sur la césure trop souvent postulée – ainsi que les continuités trop peu questionnées – entre la « première » (sous l’Ancien Régime, ou avant l’industrialisation et l’expansion capitaliste) et la « seconde » colonisation s’avère fructueuse. C’est une analyse des caractéristiques des formats de maintien de l’ordre attachés aux modes de domination impériaux et coloniaux, une invite à questionner les emboîtements et les continuités entre ces formes de gouvernement, que proposent ces onze contributions. Laissant une large place aux circulations – de référentiels, de techniques, d’agents... – entre métropoles et colonies mais aussi aux liens trans-impériaux, elles nous mènent de Buenos-Aires à Sidney, en passant par Rio, Montréal, Pretoria, Bombay ou Batavia. Les espaces ruraux ne sont cependant pas délaissés par ces historiens, majoritairement spécialistes des forces de l’ordre5, qui tentent d’envisager la police dans une acception large et non durcie par une spécialisation et une bureaucratisation aussi tardives qu’inachevées : les gendarmeries ne sont pas ignorées6 et des formes informelles ou vernaculaires de policing sont replacées dans leurs articulations avec des organisations policières inspirées des « modèles » métropolitains.

  • 7 Des recherches sur la métropole comme espace de pratiques de police en situation coloniale (Blanch (...)
  • 8 Pour un premier bilan, centré sur l’empire britannique: Sinclair G. (ed.), Globalising British Pol (...)
  • 9 La problématique du « laboratoire colonial » est classique depuis les travaux de Paul Rabinow. Rab (...)

3Ces quelques pages de conclusion ne prétendent pas récapituler l’ensemble des apports des articles réunis dans ce volume. Elles n’en proposent pas non plus un bilan raisonné destiné à restituer des périodisations, des trajectoires ou des instruments de l’action policière valides par-delà les ancrages locaux et les spécificités nationales des formes de gouvernement colonial. Il s’agira seulement ici de continuer à creuser certains des sillons ouverts dans les pages qui précédent. Ces quelques notes, fondées sur des travaux en cours7, visent simplement à proposer des pistes de recherche qui s’inscrivent dans un mouvement historiographique particulièrement dynamique depuis quelques années8. Sans s’y cantonner, ces réflexions s’articuleront principalement autour de deux questionnements. La place des polices dans l’émergence d’un nouveau mode de gestion des populations non plus seulement impérial mais aussi colonial est ainsi suggérée par plusieurs textes. Cette articulation entre lieux, institutions et populations dans la définition de formes différentielles de gouvernement conduit à une interrogation qui traverse l’ensemble des travaux sur l’administration coloniale : l’outre-mer fut-il un laboratoire ou un conservatoire de pratiques de police9 ?

Policer les « sauvages »

  • 10 Havard G., « “Les forcer à devenir Cytoyens”. État, Sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France (XV (...)
  • 11 Foucault M., Sécurité, territoire et population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gal (...)
  • 12 Havard G., op. cit, p. 395.
  • 13 Bancel N., Blanchard P., Vergès F., La République coloniale : essai sur une utopie, Paris, Albin M (...)

4À l’instar de Vincent Denis et Catherine Denys, dans l’introduction de ce volume, comprendre comment se sont construits les dispositifs de police dans les possessions ultramarines, implique d’ouvrir encore la période étudiée dans les contributions, et de remonter au moins jusqu’au XVIIe siècle. Ainsi, en Nouvelle-France, c’est notamment l’absence de « police » qui conduisait l’État royal à considérer les Amérindiens comme des « sauvages10 ». Le terme de « police » renvoyait à celui de « civilité » mais était aussi entendu dans son acception large (qu’on pourrait résumer sommairement par les formes de gouvernement des hommes et des ressources, visant au bien-être et à l’accroissement de la population11), commune à l’époque. Dans certains commentaires des gouvernants, son association à celui de « justice » suggère qu’ils faisaient également référence à des organes chargés de faire subir les rigueurs de l’application des « loix ». Quoiqu’il en soit, cette polysémie de la notion est heuristique : dans les atermoiements caractéristiques des premières décennies d’occupation de nouveaux territoires, l’objectif de « policer » les autochtones apparaît régulièrement sous la plume des personnes en charge de l’administration de la Nouvelle-France. En 1667, Colbert se plaignait encore de ce qu’on se soit « fort peu soucié jusques icy de la police et de la vie civile en Nouvelle-France envers les Algonkins et les Hurons ». Il considérait cette « longue négligence » comme une erreur à laquelle il fallait rapidement remédier12. À rebours des analyses sans nuances qui font du projet républicain la matrice de la politique de civilisation, voire de la politique coloniale13, Gilles Havard utilise ainsi le détour par les « vieilles colonies » afin de mettre en évidence comment se sont forgées dans l’interconnexion entre les possessions d’outre-mer et le royaume de France, des catégories et des pratiques politico-administratives, dont les genèses trop courtes et centrées sur la métropole se contentent souvent de remonter au tournant de la Révolution française.

  • 14 Vidal C., « Francité et situation coloniale. Nation, empire et race en Louisiane française (1699-1 (...)
  • 15 Voir infra.
  • 16 Bosa B., « Comment devient-on aborigène ? Trajectoires familiales dans le Sud-Est de l’Australie » (...)
  • 17 Bosa B., op. cit., 2009, p. 1358-1359.

5Les bégaiements, les improvisations et autres « bricolages » relatifs aux formes de souveraineté à appliquer dans le système impérial français au XVIIe siècle sont cependant tels qu’il est difficile de les qualifier de « domination coloniale ». La partition duale entre colons et colonisés était alors inopérante en raison de l’instabilité et des affrontements trans-impériaux, ainsi que de l’indétermination entourant les catégories de nationaux et de « cytoyens » : Cécile Vidal a démontré que dans le cas de la Louisiane française, des populations non autochtones mais natives de ce territoire (les « blancs ») pouvaient tour à tour être qualifiées de « colons » ou de « colonisés », la catégorie de « créole » s’inventant peu à peu dans les mouvements, à la fois distincts et liés, d’affranchissement de l’esclavage et de racialisation des identités14. Les forces de l’ordre ont joué un rôle important dans ces évolutions. Surtout à compter du XIXe siècle, elles ont largement contribué à l’identification des populations15. Jusqu’aux dernières années d’une domination coloniale qui ne disait plus son nom, elles ont permis de dire qui était « indigène » et qui ne l’était pas. Quand les métissages venaient compliquer cette donne, l’emprise policière était d’ailleurs l’ultime mode de reconnaissance d’une autochtonie, dominée et dépréciée, qu’elle validait et construisait dans le même mouvement. Ainsi, en Nouvelle-Galles du Sud, depuis le début du XXe siècle et jusqu’aux années 970, ce sont bien les recensements policiers et la criminalisation de certaines conduites (ivresse publique, injure, usages des espaces publics ou forestiers...) qui définissaient la condition d’aborigène16. Cela, dans un contexte où il n’était pas rare que les trajectoires familiales aient considérablement troublé des démarcations entre populations pauvres, relativement récentes, puisque, tout au long du XIXe siècle, elles étaient beaucoup moins durcies17.

Construire la frontière coloniale

  • 18 Storch R., « The policeman as domestic missionnary. Urban discipline and popular culture in northe (...)
  • 19 Pour un court bilan historiographique, en français, sur les whiteness studies : Bosa B., « Plus bl (...)
  • 20 White L., The comforts of home: Prostitution in colonial Nairobi. Chicago, University of Chicago P (...)
  • 21 Saada E., Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, (...)

6Au-delà de cet exemple australien, les unités policières ont largement contribué à cette cristallisation des catégories et des identités : dans le cas des Maoris de Nouvelle-Zélande, Richard Hill montre bien qu’elles participaient aux projets de « civilisation » et de « domestication » qui, au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle, ne touchaient pas les seuls « Maoris » – d’ailleurs considérés comme une « race d’indigènes supérieurs » – mais aussi une partie des Européens. C’était également le cas dans les métropoles, où les forces de police purent apparaître comme pionnières sur les fronts de l’apprentissage d’une domination étatique imposée avant d’être consentie, et passant notamment par l’imposition de normes comportementales18. Nombre des hommes et des femmes qui débarquaient dans les nouvelles colonies appartenaient à ces populations rétives à l’ordre étatique et industriel : leurs caractéristiques sociales ne correspondaient donc pas au projet de « société idéale » défendu par les promoteurs du projet impérial. Aux antipodes comme dans nombre d’autres régions, il fallut des années avant que la frontière coloniale s’impose comme le principal marqueur social et racial et permette de construire l’ensemble des « blancs19 » comme un bloc sinon homogène du moins solidaire face aux colonisés. En dépit d’un contexte de pénurie de moyens, le très fort investissement des polices coloniales dans la réglementation de la prostitution et la surveillance des frontières sexuelles20 participait de ces fonctions de séparation et de catégorisation des populations, au service de l’exposition et de la défense de la « dignité » et du « prestige » des colons21.

  • 22 Thénault S., Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à rési (...)
  • 23 Sherman T., State Violence and Punishment in India, London, Routledge, 2009; Sherman T., « Tension (...)

7Dans les premières décennies du XIXe siècle, le ciblage de la « populace blanche » par les forces de l’ordre n’était pas propre à la Nouvelle-Zélande : les archives des commissariats d’Alger montrent que depuis 1830, et pendant plusieurs décennies, les agents se sont focalisés sur cette dernière et ne rendaient quasiment pas compte des « Musulmans ». Le vagabondage notamment fut, jusqu’à la Première Guerre mondiale, appréhendé quasi exclusivement comme une question « européenne », cet attribut n’ayant pas même besoin d’être précisé. Les « indigènes » étaient eux soumis à d’autres modes de contrôle des circulations et de sanction de leur transgression en la matière, notamment par le biais des infractions pénales spéciales (le « Code de l’indigénat »), de l’internement administratif ou des pouvoirs des militaires22. De ce fait, en Algérie comme dans l’ensemble des espaces colonisés, la police doit être envisagée comme un simple élément d’un répertoire répressif et d’une panoplie punitive23, dont une partie, de par son exceptionnalité, contribuait à définir l’indigénat.

  • 24 Anderson D. & Killingray D. (éd.), op. cit.
  • 25 McCracken J., « Authority and legitimacy in Malawi: policing and politics in a colonial state », d (...)

8La majorité de ces textes fut abolie entre-deux guerres puis après la Seconde Guerre mondiale (l’exemple de la Nouvelle Galles du Sud, cité ci-dessus, montre cependant que dans les faits tous ne disparurent pas). Le plus souvent, ces réformes furent impulsées en lien avec de nouvelles formes d’organisation policière, plus conformes aux modèles métropolitains, moins clivées racialement et pouvant même « avoir pris une direction stratégique clairement opposée à la coercition et plutôt favorable à une certaine bienveillance » (Richard Hill). De ce point de vue, la Nouvelle-Zélande demeure un cas relativement à part, un dominion qui doit être envisagé au travers de la pluralité institutionnelle de l’empire britannique. Dans ce dernier, même si « l’africanisation » ou « l’indianisation » de la hiérarchie policière fut généralement envisagée dans les dernières années de la domination coloniale, il reste que les années de décolonisation furent aussi celles du renforcement de l’appareil policier24. Organisation et pratiques s’imprégnèrent alors plus que jamais d’un registre militaire avec lequel elles n’avaient jamais complètement rompu. Ce dernier donnait même une forme de légitimité, tirée des affrontements avec les insurgés locaux, que les agents indigènes n’acquirent que rarement dans le travail de police quotidien25.

9Bien que la trajectoire de la police néo-zélandaise ne puisse pas être généralisée à d’autres situations, l’analyse de ce cas peut être féconde, notamment si on reprend une des distinctions qui fondent l’article de Richard Hill : au XIXe siècle, les forces de police ont surtout été partie prenante d’un projet impérial (lié à l’amendement et à la régénérescence des populations métropolitaines, que ce soit dans le cadre d’une colonie disciplinaire, d’une « société idéale », ou d’une « mise en valeur économique »). Le projet colonial s’est imposé à mesure que les populations autochtones étaient soumises et considérées comme pouvant être disciplinées et non simplement maintenues sous le joug de la force brute. Dans la transition d’un projet et d’une époque à l’autre, l’ensemble des Européens furent ainsi « blanchis » et acquirent, quelle que soit leur position sociale, une dignité et une respectabilité qui les firent échapper à la surveillance et à l’action d’une grande partie des forces de police.

  • 26 Ce faible taux d’encadrement administratif, et particulièrement policier, est à l’origine de la «  (...)

10Cette frontière coloniale et raciale passait à l’intérieur des organisations policières : les difficultés de recrutement sont un des invariants que l’on peut relever d’un empire à l’autre. Stefan Petrow montre bien comment au milieu du XIXe siècle, en Terre de Van Diemen, les deux tiers des recrues policières étaient des bagnards déportés, qu’ils aient ou non purgé leur peine. Si ce cas est paroxystique et même exceptionnel – l’actuelle Tasmanie était « l’une des sociétés les plus surveillées du monde », alors que les colonies se singularisaient plutôt par un faible taux d’encadrement policier26 –, il est cependant représentatif des difficultés rencontrées par l’immense majorité des polices coloniales pour recruter des personnels ayant les propriétés – raciales, sociales, cognitives... – attendues. Dans les cas rares d’unités exclusivement composées d’« Européens » et n’ayant pas de difficultés de recrutement – notamment parce qu’elles puisaient dans l’ensemble de l’empire britannique –, telle la South African Constabulary, étudiée ici par Scott C. Spencer, il appartenait aux officiers de « renforcer le sentiment d’appartenance à la « Greater Britain » chez les recrues blanches en provenance de tout l’Empire ».

11Même quand, au XXe siècle, la bureaucratisation des polices, l’amélioration des traitements et la constitution progressive d’un marché des emplois publics impériaux permit d’attirer des recrues dont les compétences n’étaient plus remises en cause, le malthusianisme budgétaire des autorités coloniales s’opposa à des recrutements massifs d’Européens qualifiés. Après qu’elle eut été imposée quasiment partout à la fin du XIXe siècle, la solution consistant à faire cohabiter des personnels subalternes indigènes et des gradés européens, ou des corps nombreux composés presque exclusivement de recrues locales autochtones avec des unités élitaires formées de policiers blancs, ne fut remise en cause que dans la période des décolonisations. Ces évolutions tardives visaient à la fois à relégitimer les régimes contestés et à préparer les indépendances.

  • 27 Ces principes libéraux notamment défendus par William Gladstone étaient loin de toucher la seule p (...)
  • 28 Stapleton T., African Police and Soldiers in Colonial Zimbabwe (1923-80), Rochester, University of (...)
  • 29 Anderson D., « Policing the Settler State: Colonial Hegemony in Kenya, 1900-1952 », dans Engels D. (...)
  • 30 Bayart J. F., « Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne. La “politique de la chicotte” »,(...)
  • 31 Vanessa Caru montre ainsi qu’à la fin des années 920, les agents collecteurs des loyers pour l’age (...)

12Le choix d’un « cheap government27 » (fondé sur des recrutements locaux) et d’une racialisation des hiérarchies (seuls les policiers blancs étaient considérés comme légitimes et compétents pour disposer de certaines prérogatives) conduisit à des formes d’impuissance policière. Sauf en cas de dangers immédiats, il était très rare que des policiers « noirs » puissent interpeller des hommes « blancs » et il leur était interdit d’avoir de quelconques interactions avec des femmes blanches28. Dans son texte Marieke Bloembergen rappelle ainsi que le « policier indigène n’était pas habilité à agir contre les Européens, en particulier les marins ivres qui rôdent la nuit dans les rues de Surabaya ». A contrario, tout colon pouvait se considérer comme investi de pouvoirs de police à l’encontre des colonisés29, et ces formes de châtiments corporels, bien que dénoncés de longue date ne disparurent pas avant les indépendances30. Dans le cadre du cheap government, elles étaient même tacitement accordées à certains agents subalternes indigènes, qui n’étaient pas officiellement investis de pouvoirs de police, mais avaient une mission d’intermédiaire des autorités coloniales et tentaient d’assurer une présence dans des lieux où la contestation de ces dernières pouvait être particulièrement virulente31. Il reste que de vastes espaces demeuraient vierges de toute présence européenne et n’étaient jamais investis par les forces de police « modernes » : les mécanismes vernaculaires de maintien de l’ordre, si besoin réactivés et traduits dans des formes renouvelées par les administrateurs coloniaux, tenaient lieu de police du quotidien tandis que la troupe était appelée en renfort en cas de velléités d’insubordination. De fait, hors des secteurs urbains, c’est uniquement quand la question des disciplines de travail était posée que les forces de l’ordre institutionnelles jouaient un rôle-clé, des polices privées les suppléant d’ailleurs dans de nombreuses concessions ou plantations.

Sortir de l’esclavage, construire le salariat

  • 32 Timothy Stapleton a bien montré comment la prise en compte de ces contraintes économiques et socia (...)
  • 33 Glasman J., « La troupe de police du Togo allemand. L’ordre colonial entre discours et pratiques ( (...)

13Bien qu’une partie de la légitimité métropolitaine des conquêtes coloniales du XIXe siècle se soit fondée, en particulier dans le cas britannique, sur la dénonciation et l’abolition de l’esclavage, certaines des forces de l’ordre en cours de constitution s’appuyèrent sur des ressorts sociaux de la traite. Les groupes qui, proportionnellement, rejoignirent le plus les troupes du colonisateur étaient souvent ceux qui avaient bénéficié d’une relative protection ou, au contraire, avaient vu leur pouvoir économique ébranlé par la désorganisation des circuits de la traite32. Mais, loin de se concentrer sur l’éradication de l’esclavage, les responsables des troupes coloniales se branchèrent aussi sur ces réseaux afin d’opérer des recrutements forcés : au Togo allemand, dans les années 1880, « les premières générations de soldats furent recrutés par achats auprès de marchands d’esclaves33 ». Dans les années suivantes, ces mêmes marchands continuèrent d’être des pourvoyeurs de main d’œuvre pour une administration coloniale qui poussait l’exploitation jusqu’à se faire rembourser ces achats par des prélèvements sur la solde des recrues. Par la suite, les cas de recrutements forcés vont diminuer suite aux révoltes de certains de ces anciens esclaves, puis en raison du processus de bureaucratisation relative de polices incitées à appliquer la politique civilisationnelle pour laquelle elles avaient aussi été constituées. Mais, au début du XXe siècle, la Polizeitruppe recrutait encore de force dans le cadre de politiques punitives. Même s’il est difficile de distinguer militaires et policiers, dans un contexte où l’hybridation entre ces institutions était particulièrement forte, les seconds eurent cependant moins que les premiers recours à des embauches forcées. Il reste que, tant sur le continent africain qu’américain, aussi loin que l’on remonte et jusqu’au milieu du XXe siècle, ils ont été des gardiens vigilants du travail forcé.

14Ainsi, dans la ville de Rio de Janeiro, dans les dernières années du XVIIIe siècle, le vice-roi du Brésil dénonçait « le manque de police » pour faire la chasse aux esclaves ou anciens esclaves dont les vols et la « vie oisive » auraient diffusés les pires « vices » et « maux ». Le fait qu’il amalgame « mulâtres », « noirs affranchis » et des esclaves « mal employés » par un nombre grandissant de maîtres qui les laissaient vaquer et s’embaucher librement en ville révèle bien ce qui était attendu des forces de l’ordre. En matière d’encadrement des populations qui avaient échappé aux disciplines et aux contrôles de la société plantocratique, elles devaient favoriser une mise au travail qui corresponde aux intérêts de nouveaux secteurs économiques. À défaut d’emploi dans les manufactures, il s’agissait de contraindre les « Noirs », quel que soit leur statut, à retourner aux champs. Comme l’écrit ici Maria Fernanda Bicalho, « à Rio de Janeiro, comme dans le reste du pays, l’un des principaux objectifs de la police, le maintien de l’ordre et de l’intérêt général de la res republica, signifiait essentiellement le maintien de l’ordre esclavagiste ». Les esclaves qui échappaient aux milices privées des grands propriétaires qui, tout au long du XVIIIe siècle, avaient conservé dans les plantations le pouvoir de les punir, par des châtiments corporels, étaient la proie des nouveaux dispositifs disciplinaires et coercitifs mis en œuvre par les nouvelles organisations policières.

  • 34 Dans cet ouvrage, Diego Galeano montre ainsi qu’en Argentine, « jusqu’aux années 1860, l’État ne s (...)
  • 35 Morlat P., La répression coloniale au Vietnam (1908-1940), Paris, L’Harmattan, 1990.

15À cet égard, ce n’est pas un hasard si au Suriname, étudié par Ellen Klinkers, « le 1er juillet 1863, le jour même où 33 000 esclaves affranchis accédaient au statut de citoyens libres, la Maréchaussée devenait opérationnelle ». Les différentes forces de police qui auparavant s’étaient surtout concentrées sur la recherche des esclaves ayant échappé à la surveillance des auxiliaires des planteurs, se consacrèrent dès lors à retrouver les « travailleurs engagés » ayant quitté les plantations sans surveillance. D’une certaine façon, la complexification de l’appareil de maintien de l’ordre était le corollaire de celle d’une société en voie de reconfiguration sous l’effet de l’abolition de l’esclavage. Les forces de police étaient cependant loin d’être l’incarnation d’une souveraineté politique34, même locale, non seulement aux Antilles mais aussi dans nombre de régions des différents empires. Elles devaient notamment composer avec de puissants intérêts économiques (que l’on pense par exemple au Syndicat des planteurs de caoutchouc de l’Indochine française35) ayant construit leur propre appareil de surveillance de la main d’œuvre. Marieke Bloembergen montre ainsi que « dans les zones intérieures de Java, les entrepreneurs sont armés en permanence, entretiennent des milice privées [...] Très clairement, les policiers [...] n’inspirent confiance à personne ».

  • 36 Lorenc Valcarce F., La sécurité privée en Argentine. Entre surveillance et marché, Paris, Karthala (...)
  • 37 Arnold D., Police power... op. cit.; Todd D. « The “Impôts Arabes”: French Imperialism and Land Ta (...)
  • 38 Bourdieu P., Sayad A., Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris (...)
  • 39 Thomas M., Violence and Colonial Order: Police, Workers, and Protest in the European Colonial Empi (...)

16Ces rapports entre forces de police publiques et privées relevaient cependant davantage de la coopération-délégation que de la concurrence36. Les pouvoirs de police étaient en effet indissociables de prérogatives économiques et fiscales. Dans les zones rurales, les forces armées mises en place par le colonisateur avaient avant tout pour but de lever les impôts et n’intervenaient, le plus souvent sur le mode de la punition collective, que si les intermédiaires locaux n’avaient pas obtenu le rendement attendu37. Cette nécessité de réunir des sommes monétaires exigées par la puissance coloniale fut le plus important vecteur de transformation des économies et des rapports sociaux locaux38. Ceux qui essayaient de se soustraire, ou qui n’avaient pas d’autres moyens de se conformer à cette emprise, étaient exposés à des journées de travail-amendes. Ainsi jusqu’aux indépendances, le travail forcé ne disparut jamais vraiment d’Afrique occidentale française (AOF) : pour les autorités locales des zones rurales, il s’agissait du principal dispositif permettant d’imposer la double autorité fiscale et policière. En l’absence d’une véritable industrialisation ou de domaines agricoles exigeant la mobilisation d’une vaste main d’œuvre salariée, les forces de l’ordre participaient donc directement à la mise au travail et à la « mise en valeur » économique exigées par le projet colonial39.

  • 40 Brunet-La Ruche B., « “Discipliner les villes coloniales”. La police et l’ordre urbain au Dahomey (...)
  • 41 Kidambi P., « “The ultimate masters of the city”: police, public order and the poor in colonial Bo (...)
  • 42 Stapleton T., op. cit; McCracken J., op. cit.
  • 43 Chandavarkar R., Imperial power and popular politics: class, resistance and the state in India, c. (...)

17À partir de l’entre-deux guerres, dans les villes, leur attention fut surtout focalisée sur une « population flottante » ayant migré depuis les campagnes car elle ne trouvait plus à subvenir à ses besoins dans l’économie rurale traditionnelle. Dans la grande majorité des régions colonisées, les entraves réglementaires à la circulation des « indigènes » avaient alors été abolies ou étaient tombées en désuétude, sans que les opportunités d’emploi et de logement permettent de stabiliser les migrants néo-urbains. Les forces de l’ordre, dont les effectifs augmentaient généralement moins vite que le nombre d’habitants des grandes villes, tentaient d’user de leur pouvoir d’intimidation (rafles, arrestations pour vagabondage ou ivresse...) ou de diverses réglementations hygiénistes afin de conserver des espaces urbains ségrégés ou de renvoyer ces « indésirables » vers les campagnes40. Dans cette dernière dimension, cette politique s’avéra généralement vaine, en raison de la sous-administration policière de nombre de villes coloniales dont les agents étaient incapables de faire face aux capacités de contournement des règlements des habitants. Dans les rares mégapoles où les emplois industriels étaient suffisamment nombreux pour que, périodiquement, surgisse le risque d’une demande de travail supérieure à l’offre, le rôle des forces de l’ordre était bien sûr autre. C’est ainsi qu’à Bombay, les émeutes de 1893, la grande épidémie de peste de 1896-1898 (qui mit en évidence les capacités de mobilisation des populations paupérisées ainsi que leur place incontournable notamment dans l’industrie textile) puis les grandes grèves de 1919-1920 suscitèrent certes une réponse policière de forte intensité41 : des quartiers jusqu’alors peu investis par la police le furent de manière systématique, les forces de police furent réorganisées, prirent l’habitude de répondre avec un niveau de violence de plus en plus élevé42... Mais elles durent aussi composer avec des populations qui avaient acquis un véritable pouvoir de négociation et pouvaient à l’occasion imposer un ordre local relatif à leurs modes de subsistance (commerces de rue...), à leurs loisirs (jeux d’argent...) ou à leurs pratiques culturelles et religieuses (notamment un certain nombre de grandes processions particulièrement redoutées par les autorités de la ville qui craignaient les affrontements inter-communautaires qu’elles suscitaient parfois)43.

  • 44 Brunschwig H., Noirs et blancs dans l’Afrique noire francaise, ou, Comment le colonisé devient col (...)
  • 45 About I., « Identités indigènes et police coloniale. L’introduction de l’anthropométrie judiciaire (...)

18En d’autres lieux, les manquements à l’étiquette coloniale ou aux formes diverses de Code de l’indigénat relevaient souvent d’un véritable pouvoir discrétionnaire des administrateurs coloniaux qui, sans être vraiment des « rois de la brousse44 », étaient cependant investis de larges pouvoirs de police et de prérogatives judiciaires. Ces autorités locales ne s’appuyaient généralement que sur un petit détachement d’hommes armés, voire sur un seul « garde indigène », mais savaient pouvoir compter sur des renforts militaires pour faire face à une éventuelle augmentation des illégalismes. Il était en effet commun aux différents pouvoirs coloniaux d’interpréter couramment la délinquance et la criminalité comme des symptômes de contestation de leur autorité voire comme des formes de sédition devant être réduites : Mark Doyle relève ainsi « qu’en Inde, cette tendance étatique à discerner une menace existentielle dans la moindre agitation, fut-elle locale et totalement apolitique, était notoirement fort prononcée ». Si les polices coloniales n’eurent quasiment jamais pour principal objectif la prévention et la détection criminelle, c’est justement parce qu’il n’y avait pas de véritable perception autonome de la « délinquance de droit commun ». En matière de police criminelle, certains grands centres urbains particulièrement marqués par un peuplement européen, faisaient cependant exception : depuis 1895, Alger était dotée d’un service d’identification judiciaire (fondé, dans la tradition parisienne de l’époque, sur l’usage de l’anthropométrie et du « bertillonnage45 ») et la majeure partie des grandes villes de l’empire français suivirent cet exemple et créèrent aussi des services de police judiciaire (PJ). Jusque dans leurs noms, ces unités relevaient de formes d’importations organisationnelles et pouvaient sembler calquer des services existants en métropole. Ces circulations de dispositifs policiers étaient cependant plus complexes : c’est bien dans un cadre impérial que se forgea la modernité policière souvent présentée comme une évolution marquante des métropoles de la seconde moitié du XIXe siècle.

Un laboratoire colonial ?

  • 46 Denis V., About I., Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010, p. 80  (...)
  • 47 Dans le cas de l’Algérie et de l’Indochine voir About I., op. cit. ; About I., « Surveillance des (...)

19Dans son article, Erin Giulani montre bien que, « dès les années 1880, en France, en Grande-Bretagne et en Inde » se développèrent les techniques qui visaient à « circonscrire » la « population des récidivistes ». Il s’agissait d’éliminer « la menace sociale et judiciaire » qu’ils représentaient. Eirin Giulani insiste sur le fait qu’en matière d’analyses criminologiques et de savoirs policiers, les circulations à l’intérieur et entre les empires participaient de l’émergence de ce domaine de connaissances. À l’instar de l’Inde ou de certaines colonies pénitentiaires, les possessions coloniales pouvaient d’ailleurs être des pôles d’innovations dont les expériences étaient discutées et adaptées en métropole. La démonstration en avait déjà été faite en matière de dactyloscopie : c’est au Bengale que dès 1877 se développa un premier système d’enregistrement des empreintes digitales à des fins policières, d’abord pour fiabiliser l’identification des personnes (en particulier les récidivistes), avant que cet outil ne se diffuse aussi, au tournant du siècle, comme moyen d’investigation criminelle46. Plus généralement, c’est l’ensemble des techniques d’identité judiciaire et des applications anthropométriques qui connurent outre-mer des développements importants47, en lien avec les présupposés raciaux et l’anthropologie de « l’homme criminel » qui sous-tendaient les usages policiers de la criminologie naissante.

  • 48 Kolsky E., « Codification and the Rule of Colonial Difference: Criminal Procedure in British India (...)
  • 49 Les « passages à tabac » et autres coups étaient courants dans les commissariats français au moins (...)
  • 50 « Il y eut simplement trop de d’incidents de ce type pour parvenir à dénombrer » les morts note Ma (...)
  • 51 Ce jour là, dans la cadre du mouvement de non-coopération, les premiers rangs d’une manifestation (...)

20Le principe de la « différence coloniale48 », fondé sur la « nature des indigènes » et notamment leurs penchants criminels, permettait d’ailleurs que soient appliquées aux colonies des règles et des pratiques d’exception par rapport à celles en vigueur dans les métropoles. Il permet de rendre compte de l’emploi de certaines techniques policières qui étaient considérées comme illégitimes ailleurs. Elles pouvaient ne pas avoir eu cours dans les mêmes termes (la torture par exemple, utilisée par les polices coloniales dans l’empire français, bien avant les guerres d’indépendance49) ou avoir disparu en raison des réactions qu’elles suscitaient (les tirs tendus dans la foule manifestante). Dans les deux cas, ces techniques et ces prérogatives policières (le port d’armes notamment, d’ailleurs exceptionnel pour nombre d’agents indigènes) permettent de comprendre pourquoi les forces de l’ordre tuaient plus fréquemment en Irlande qu’en Grande-Bretagne et bien plus en Inde qu’en Grande-Bretagne ou en Irlande (Mark Doyle). En Inde, la longue litanie des émeutes et de leur répression meurtrière rend d’ailleurs difficile l’établissement d’un bilan des victimes50. Les manifestants n’y étaient cependant pas des cibles passives et, entre les deux guerres, les forces de police furent visées – notamment par des attaques de commissariat, comme à Chauri Chaura, le 4 février 192251 – par les nationalistes et autres groupes mobilisés. Le nombre de victimes de l’action des forces de l’ordre tient aussi à ce qu’en Inde les contestations violentes étaient beaucoup plus fréquentes qu’en Grande-Bretagne. Surtout, les autorités ne cherchaient pas à y répondre par des techniques policières qui auraient permis de diminuer le caractère potentiellement létal des oppositions entre manifestants et forces de l’ordre : au contraire, ces dernières devaient élever le niveau de la violence utilisée. Cela apparaissait comme l’unique moyen de réaffirmer l’ordre colonial face à des indigènes qui n’auraient été réceptifs qu’au seul langage de la force.

  • 52 McCracken J., op. cit, p. 167.
  • 53 House J., « L’Impossible contrôle d’une ville coloniale ? Casablanca, décembre 1952 », Genèses, no (...)
  • 54 Della Porta D., Fillieule O. (dir.), Police et manifestants : Maintien de l’ordre et gestion des c (...)
  • 55 De Swaan A., « La dyscivilisation, l’extermination de masse et l’État », dans Bonny Y., Neveu É ; (...)
  • 56 Blanchard E., op. cit.

21C’est ainsi qu’en se professionnalisant et se bureaucratisant (par le biais de recrutements organisés, de formation, de possibilités de carrières...), les polices outre-mer institutionnalisèrent aussi des usages immodérés de la force. John McCracken a montré qu’au Malawi, en 1920, l’établissement d’une police professionnelle dirigée par des Européens s’était accompagné de nouvelles règles d’engagement pour mettre fin aux émeutes et aux désordres : les sommations (la lecture du Riot act) ne furent plus exigées avant l’ouverture du feu et les agents ne furent plus formés à ouvrir le feu au dessus des manifestants mais à tirer pour tuer52. Les pratiques du maintien de l’ordre, tant en Inde dans l’entre-deux guerres, qu’en Afrique du Nord (Tunisie et Maroc en particulier53) au début des années 1950, montrent que le Malawi n’était pas un cas isolé et que ces consignes ne sont pas restées lettre morte. Les améliorations techniques (de l’armement notamment) et la professionnalisation des unités de maintien de l’ordre (adoptant le plus souvent un style paramilitaire) allèrent donc à l’encontre du mouvement de civilisation des mœurs policières généralement observé54. Cette « compartimentation55 » des usages d’une « violence douce », réservée aux populations qui en étaient jugées dignes, n’était d’ailleurs pas géographique mais bien statutaire et raciale : là où les colonisés étaient en situation de s’organiser et de défier les forces de l’ordre, le massacre était une option du répertoire policier. C’est ainsi qu’à Paris, du 14 juillet 1953 (7 morts par balles lors de la dispersion d’une manifestation place de la Nation) au 17 octobre 1961 (plusieurs dizaines de morts suite à une immense « ratonnade » perpétrée par la police parisienne en réponse à une démonstration pacifique contre des mesures de couvre-feu), les Algériens furent massivement la cible d’un maintien de l’ordre fondé sur l’anéantissement symbolique et physique56.

  • 57 El Kenz D., Le massacre objet d’histoire, Paris, Folio Histoire, 2005.
  • 58 Denis V. « Les pauvres et leurs “papiers“dans la France du XVIIIe siècle », dans Noiriel G., L’ide (...)
  • 59 Chantre L., « Se rendre à La Mecque sous la IIIe République », Cahiers de la Méditerranée, no 78, (...)
  • 60 Gregory Mann (infra) engage plus spécifiquement une discussion avec Emmanuelle Saada (op. cit). Ma (...)
  • 61 Mann G., « What was the indigénat? The “empire of law” in French West Africa », The Journal of Afr (...)
  • 62 Hibou B., Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011.
  • 63 Garnot B., Histoire de la justice. France, XVIe-XXIe siècle, Paris, Folio histoire ; Royer J. P. e (...)

22On pourrait certes comparer ces massacres coloniaux à d’autres épisodes historiques encore plus sanglants57. Cela illustrerait à la fois leur caractère relatif et l’idée selon laquelle perduraient dans le monde colonial des pratiques non pas inédites, mais obsolètes, dans le sens où elles n’avaient plus cours ailleurs. Ainsi, le contrôle des circulations des colonisés, à une époque où la plupart des pays européens restaient hantés par la question du vagabondage, pourrait également renvoyer aux entraves aux déplacements des plus pauvres sous l’Ancien Régime58. La délicate question des pèlerins se posait d’ailleurs dans des termes relativement proches dans l’Europe des XVIIe ou XVIIIe siècles et dans le monde musulman colonisé du XIXe siècle59. De même, dans un article récent relativisant « l’empire du droit60 » dans les colonies française d’Afrique de l’Ouest, Gregory Mann revient sur l’application du régime de l’indigénat, en vigueur de 1887 à 1946 en AOF61. Il est indéniable que les descriptions qu’ils donnent des corvées, des punitions collectives, des châtiments corporels, de l’emprisonnement pour dettes fiscales ou des privilèges de juridiction (pour les catégories de colonisés exemptés du régime de l’indigénat) peuvent donner l’impression d’un « air de famille62 » avec l’économie de la peine ou l’exercice de la justice sous l’Ancien Régime. Opérer des rapprochements hâtifs ne permet cependant pas de rendre compte de la pluralité des juridictions et des formes multiples de justice transactionnelle qui coexistaient au XVIIe et au XVIIIe siècles63. La comparaison est aussi affaiblie par le fait que le régime de l’indigénat était miné par son illégitimité. Les constantes références à une nécessaire évolution vers un droit et des principes communs étaient génératrices de multiples réformes, généralement très partiellement appliquées, car leur mise en œuvre littérale aurait sapé les fondements mêmes de la domination coloniale.

23Dans son étude de la police au Québec (1760-1878), Donald Fyson montre ainsi qu’« un fossé s’était creusé entre les structures théoriques de la police selon la législation coloniale et celles qui étaient réellement implantées dans les colonies ». Pour interpréter ce constat, il convient cependant de distinguer les formes de gouvernement impérial (par exemple au Québec au XIXe siècle) de la situation coloniale proprement dite (ainsi dans le cas de l’AOF). Certes, les principes du cheap government et la recherche de relais locaux du pouvoir central avaient des conséquences communes. Mais au Québec, les lenteurs de la mise en place d’une New Police et la persistance des structures policières et judiciaires d’anciens régimes relevaient aussi de la prise en compte des attentes d’une partie de la population. Rien de tel dans le cas du Soudan français étudié par Gregory Mann : le « Code de l’indigénat » n’avait pas de soubassements vernaculaires et n’était pas la traduction de principes d’organisation policière et pénale considérés comme légitimes par les habitants. Les « gardes » chargés de son application (sous l’autorité des gardes-cercle et des administrateurs coloniaux) avaient une autorité essentiellement coercitive reliée à la puissance de feu des troupes qui les suppléaient quand elle était trop contestée.

  • 64 Peyroulou J. P., Guelma 1945 : une subversion européenne dans l’Algérie coloniale, Paris, La Décou (...)
  • 65 Guha R., Dominance without hegemony: History and power in colonial India, Cambridge Mass., Harvard (...)

24La répression du soulèvement d’une partie du Constantinois en mai-juin 1945, par l’utilisation massive des bombardements aériens et de la canonnade depuis les côtes, est un exemple emblématique de ce que signifiait « maintenir l’ordre » dans une colonie où les manifestants osaient défier les interdits posés par les autorités64. Ces moments d’exception (par l’arsenal législatif déployé, le degré de violence déployée...) sont un révélateur de l’action de forces armées (polices, gendarmeries, troupes, milices...) dont les unités policières n’étaient qu’une composante. Ce format militaro-policier et la violence déployée permettent aussi de mettre au jour qu’en dépit de recrutements majoritairement effectués dans les populations colonisées, la contribution à une « domination sans hégémonie65 » était bien un des principes unificateurs du colonial policing.

Notes

1 Symptomatique de cette « spécificité » française, aucune des contributions réunies dans ce volume ne traite de l’empire français. Pour un aperçu des avancées et des travaux en cours sur l’empire français, voir les articles réunis dans les dossiers « Métiers de police en situation coloniale », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 15, no 2, 2011 et « Ordre colonial », Genèses, no 86, 2012.

2 Blanchard E., Deluermoz Q., Glasman J., « La professionnalisation policière en situation coloniale : détour conceptuel et explorations historiographiques », Crime, Histoire & Sociétés/Crime, History & Societies. 2011, vol. 15, no 2, p. 33-53.

3 Burbank J., Cooper F., Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011, p. 389-445.

4 Anderson D., Killingray D. (éd.), Policing and decolonization: politics, nationalism, and the police, 1917-65, Manchester, Manchester University Press, 1992; Sinclair G., At the End of the Line. Colonial Policing and the Imperial Endgame, 1945-1980, Manchester, Manchester University Press, 2006.

5 Alors que les interrogations sur la police avaient été au cœur des réflexions du groupe réuni autour des subaltern studies et des travaux sur l’hégémonie coloniale, depuis deux décennies et plus encore depuis quelques années, ce sont surtout des spécialistes des forces de l’ordre qui élargissent leurs horizons originels à la dimension impériale. Arnold D., « The armed police and colonial rule in south India, 1914-1947 ». Modern Asian Studies, 1977, vol. 11, no 1, p. 101-125; Arnold D. Police Power and Colonial Rule, Madras, 1859-1947, Oxford, Oxford University Press, 1986; Engels D., Marks S. (éd.), Contesting Colonial Hegemony. State and Society in Africa and India, London, British Academic Press/The German Historical, 1994. A contrario, les recherches sur les polices ne sont plus au cœur des renouvellements historiographiques dans le domaine des études coloniales.

6 Elles apparaissent cependant le plus souvent en marge des contributions. Pour une description de la place des gendarmeries dans l’empire français voir plusieurs contribution réunies in Luc J. N.(dir.), Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle, Paris, Presse de l’Université Paris-Sorbonne, 2010.

7 Des recherches sur la métropole comme espace de pratiques de police en situation coloniale (Blanchard E., La police parisienne et les Algériens, 1944-1962, Nouveau Monde éd., 2011) ont conduit à des nouveaux questionnements sur la place de la construction des dispositifs de police dans la formation de l’État colonial, en particulier en Algérie.

8 Pour un premier bilan, centré sur l’empire britannique: Sinclair G. (ed.), Globalising British Policing, Farnham, Ashgate (The History of Policing, vol. 4).

9 La problématique du « laboratoire colonial » est classique depuis les travaux de Paul Rabinow. Rabinow P., Une France si moderne. Naissance du social 1800-1950, Paris, Buchet-Chastel, 2006. Pour un bilan récent, en particulier appliquée à la médecine, voir Lachenal G., « Le médecin qui voulut être roi », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 65, no 1, p. 121-156. La notion de « conservatoire » n’est, en général, pas directement mobilisée dans les recherches sur l’administration coloniale mais ces dernières laissent souvent une place aux réflexions sur la persistance de pratiques « d’Ancien Régime ».

10 Havard G., « “Les forcer à devenir Cytoyens”. État, Sauvages et citoyenneté en Nouvelle-France (XVIIe-XVIIIe siècle) », Annales. Histoires, Sciences sociales, 2009, vol. 64, no 5, p. 985-1018.

11 Foucault M., Sécurité, territoire et population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil, 2004, p. 320-336.

12 Havard G., op. cit, p. 395.

13 Bancel N., Blanchard P., Vergès F., La République coloniale : essai sur une utopie, Paris, Albin Michel, 2003.

14 Vidal C., « Francité et situation coloniale. Nation, empire et race en Louisiane française (1699-1769) ». Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009, vol. 64, no 5, p. 1019-1050.

15 Voir infra.

16 Bosa B., « Comment devient-on aborigène ? Trajectoires familiales dans le Sud-Est de l’Australie ». Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 64, no 6, 2009, p. 1335-1359 ; Bosa B., « Victimes ou criminels ? Transformation des modes d’interprétation de la sur-représentation des Aborigènes dans le système de justice pénal », Histoire & mesure, vol. XXII, no 2, 2007, p. 135-166.

17 Bosa B., op. cit., 2009, p. 1358-1359.

18 Storch R., « The policeman as domestic missionnary. Urban discipline and popular culture in northern England », Journal of Social History, vol. 9, no 4, 1976, p. 481-509 ; Deluermoz Q., « Présences d’État. Police et société à Paris (1854-1880) », Annales. Histoire et sciences sociales, vol. 64, no 2, 2009, p. 435-460.

19 Pour un court bilan historiographique, en français, sur les whiteness studies : Bosa B., « Plus blanc que blanc. Une étude critique des travaux sur la Whiteness », dans Fassin D. (dir.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, 2010, p. 129-145.

20 White L., The comforts of home: Prostitution in colonial Nairobi. Chicago, University of Chicago Press; Stoler A., Carnal Knowledge and Imperial Power. Race and the Intimate in Colonial Rule. Berkeley, University of California Press, 2002; Taraud C., La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003 ; Tracol-Huynl I., « Encadrer la sexualité au Viêt-Nam colonial : police des mœurs et réglementation de la prostitution (des années 1870 à la fin des années 1930) », Genèses, no 91, 2012, à paraître.

21 Saada E., Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris, La Découverte, 2007.

22 Thénault S., Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012.

23 Sherman T., State Violence and Punishment in India, London, Routledge, 2009; Sherman T., « Tensions of Colonial Punishment: Perspectives on Recent Developments in the Study of Coercitive Networks in Asia, Africa and the Carribean ». History Compass, 2009, vol. 7, no 3, p. 659-677.

24 Anderson D. & Killingray D. (éd.), op. cit.

25 McCracken J., « Authority and legitimacy in Malawi: policing and politics in a colonial state », dans Anderson D. & Killingray D. (éd.), op. cit., p. 158-186.

26 Ce faible taux d’encadrement administratif, et particulièrement policier, est à l’origine de la « théorie de la collaboration » supposée rendre compte de la longévité de la domination coloniale. Robinson R., « Non-European foundations of European imperialism: sketch for a theory of collaboration », dans Owen R., Sutcliffe B.(éd.), Studies in the Theory of Imperialism, 1972, London, Longman, p. 117-142.

27 Ces principes libéraux notamment défendus par William Gladstone étaient loin de toucher la seule politique impériale, mais ils s’appliquaient avec une rigueur particulière dans le domaine colonial. Georges Orwell en a succinctement résumé le principe fondamental (1929) : « ne jamais faire faire à un Européen ce qui peut l’être par un Oriental ». Orwell G., Écrits politiques, Marseille, Agone, 2009, p. 41.

28 Stapleton T., African Police and Soldiers in Colonial Zimbabwe (1923-80), Rochester, University of Rochester Press, 2011, p. 6.

29 Anderson D., « Policing the Settler State: Colonial Hegemony in Kenya, 1900-1952 », dans Engels D. & Marks S., op. cit, p. 248-264.

30 Bayart J. F., « Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne. La “politique de la chicotte” », Politique africaine, 2008, no 110, p. 123-152.

31 Vanessa Caru montre ainsi qu’à la fin des années 920, les agents collecteurs des loyers pour l’agence de logement social de la ville de Bombay (le Bombay Development Departement) n’étaient pas désavoués, ni sanctionnés par leurs supérieurs hiérarchiques lorsqu’ils étaient poursuivis voire même condamnés pour des coups et blessures infligés à des locataires récalcitrants. Caru V. « Où se loge le politique ? Mouvements de locataires et politisation des subalternes : Bombay, 1920-1940 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2011, vol. 58, no 4, p. 71-92.

32 Timothy Stapleton a bien montré comment la prise en compte de ces contraintes économiques et sociales permettait de déconstruire les présupposés et les politiques à l’origine, après la révolte des Cipayes (Inde, 1857-1858), de la diffusion de la taxinomie coloniale de martial races. Stapleton T., op. cit. Sur l’histoire de la notion de martial races : Streets H., Martial Races : the military, race and masculinity in British imperial culture, 1857-1914, Manchester, MUP, 2004. Pour un court bilan historiographique en français : Joly V.,» “Races guerrières“ et masculinité en contexte colonial. Approche historiographique », Clio. Histoire, Femmes, Sociétés, 2011, no 33, p. 139-156.

33 Glasman J., « La troupe de police du Togo allemand. L’ordre colonial entre discours et pratiques (1885-1914) », dans Chatriot A., Gosewinkel D. (éd.), Koloniale Politik und Praktiken Deutschlands und Frankreichs 1880-1962, Francfort, Franz Steiner Verlag, 2010, p. 38.

34 Dans cet ouvrage, Diego Galeano montre ainsi qu’en Argentine, « jusqu’aux années 1860, l’État ne se préoccupe pas de manière sérieuse du monopole du contrôle policier ».

35 Morlat P., La répression coloniale au Vietnam (1908-1940), Paris, L’Harmattan, 1990.

36 Lorenc Valcarce F., La sécurité privée en Argentine. Entre surveillance et marché, Paris, Karthala, 2011.

37 Arnold D., Police power... op. cit.; Todd D. « The “Impôts Arabes”: French Imperialism and Land Taxation in Colonial Algeria, 1830-1919 », dans Tiley J. (ed), Studies in the History of Tax Law. Oxford, Hart, 2009. p. 114-138.

38 Bourdieu P., Sayad A., Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, 1964.

39 Thomas M., Violence and Colonial Order: Police, Workers, and Protest in the European Colonial Empires, 1918-40, Cambridge, Cambridge University Press, 2012 (forthcoming).

40 Brunet-La Ruche B., « “Discipliner les villes coloniales”. La police et l’ordre urbain au Dahomey pendant l’entre-deux-guerres », Criminocorpus, revue hypermédia, janvier 2012, http://criminocorpus.revues.org/1678.

41 Kidambi P., « “The ultimate masters of the city”: police, public order and the poor in colonial Bombay, c. 1893-1914 », Crime, Histoire & Sociétés/Crime, History & Societies, 2004, vol. 8, no 1, p. 27-47; Kidambi P., The making of an Indian metropolis. Colonial Governance and Public Culture in Bombay, 1890-1920, Aldershot, Ashgate Publishing.

42 Stapleton T., op. cit; McCracken J., op. cit.

43 Chandavarkar R., Imperial power and popular politics: class, resistance and the state in India, c. 1850-1950. Cambridge, Cambridge University Press, 1998; Gooptu N., The politics of the urban poor in early twentieth-century India, Cambridge, Cambridge University Press, 2001; Caru V., op. cit.

44 Brunschwig H., Noirs et blancs dans l’Afrique noire francaise, ou, Comment le colonisé devient colonisateur, 1870-1914, Paris, Flammarion, 1983.

45 About I., « Identités indigènes et police coloniale. L’introduction de l’anthropométrie judiciaire en Algérie, 1890-1910 », dans Piazza P.(éd). Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, p. 280-301.

46 Denis V., About I., Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010, p. 80 ; Sengoopta C., Imprint of the Raj : The Emergence of Fingerprinting in India and Its Voyage to Britain. London, Macmillan, 2003; Cole S., Suspect Identities. A History of Fingerprintings and Criminal Identification, Cambridge Mass., Havard University Press, 2001.

47 Dans le cas de l’Algérie et de l’Indochine voir About I., op. cit. ; About I., « Surveillance des identités et régime colonial en Indochine (1890-1912) », Criminocorpus, revue hypermédia, mai 2011, http://criminocorpus.revues.org/417.

48 Kolsky E., « Codification and the Rule of Colonial Difference: Criminal Procedure in British India », Law and History Review, 2005, vol. 23, no 3, p. 631-683; Chatterjee P., The nation and its fragments: Colonial and postcolonial histories, Princeton, Princeton University Press, 1993.

49 Les « passages à tabac » et autres coups étaient courants dans les commissariats français au moins jusqu’au milieu des années 1950. Ils relevaient même d’une technique professionnelle admise et transmise mais sans qu’il soit fait un usage systématisé de l’électricité, de « la baignoire » ou du viol tel qu’il pouvait se pratiquer outre-mer à l’encontre des résistants à l’ordre colonial. Branche R., La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, 2001.

50 « Il y eut simplement trop de d’incidents de ce type pour parvenir à dénombrer » les morts note Mark Doyle. Ils se comptabilisaient en centaines, avant même le massacre d’Amritsar (13 avril 1919, 379 victimes selon le bilan officiel, beaucoup plus selon les nationalistes) qui n’est pas évoqué dans ce texte. Sayer D., « British Reaction to the Amritsar Massacre 1919-1920 », Past & Present, 1991, no 131, p. 130-164; Hussain N., « Towards a Jurisprudence of Emergency: Colonialism and the Rule of Law », Law and Critique. 1999, vol. 10, no 5, p. 93-115.

51 Ce jour là, dans la cadre du mouvement de non-coopération, les premiers rangs d’une manifestation paysanne contre la violence policière sont visés par des tirs policiers (3 morts sont dénombrés). Les manifestants attaquèrent alors le poste de police qu’ils incendièrent. Les 22 policiers qui se trouvaient à l’intérieur furent tués. Amin S., Event, Metaphor, Memory: Chauri Chaura 1922-1992, Berkeley, University of California Press, 1995.

52 McCracken J., op. cit, p. 167.

53 House J., « L’Impossible contrôle d’une ville coloniale ? Casablanca, décembre 1952 », Genèses, no 91, 2012, à paraître.

54 Della Porta D., Fillieule O. (dir.), Police et manifestants : Maintien de l’ordre et gestion des conflits, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2006. Pour une critique de la perspective associant professionnalisation et pacification : Blanchard E., Deluermoz Q., Glasman J., op. cit.

55 De Swaan A., « La dyscivilisation, l’extermination de masse et l’État », dans Bonny Y., Neveu É ; (dir.), Norbert Élias et la théorie de la civilisation : lectures et critiques, Rennes, PUR, 2003. p. 63-73.

56 Blanchard E., op. cit.

57 El Kenz D., Le massacre objet d’histoire, Paris, Folio Histoire, 2005.

58 Denis V. « Les pauvres et leurs “papiers“dans la France du XVIIIe siècle », dans Noiriel G., L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007, p. 79-96.

59 Chantre L., « Se rendre à La Mecque sous la IIIe République », Cahiers de la Méditerranée, no 78, 2009, p. 202-227.

60 Gregory Mann (infra) engage plus spécifiquement une discussion avec Emmanuelle Saada (op. cit). Mais c’est dans l’historiographie de l’empire britannique que transparaît le plus la perspective selon laquelle l’empire était fondé sur la diffusion et la primauté du droit. Wiener M., An Empire on Trial: Race, Murder, and Justice Under British Rule, 1870-1935, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

61 Mann G., « What was the indigénat? The “empire of law” in French West Africa », The Journal of African History, 2009, vol. 50, no 3, p. 331-353.

62 Hibou B., Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011.

63 Garnot B., Histoire de la justice. France, XVIe-XXIe siècle, Paris, Folio histoire ; Royer J. P. et al., Histoire de la justice en France, Paris, PUF, 2010.

64 Peyroulou J. P., Guelma 1945 : une subversion européenne dans l’Algérie coloniale, Paris, La Découverte, 2009 ; Thomas M., « Colonial Violence in Algeria and the Distorted Logic of Sate Retribution : The Sétif Uprising of 1945 », The Journal of Military History, 2011, no 75, p. 523-556. Sur la genèse coloniale des bombardements aériens : Omissi D., Airpower and Colonial Control. The Royal Air Force, 1919-1939, Manchester, MUP.

65 Guha R., Dominance without hegemony: History and power in colonial India, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1997.

Auteur

Maître de conférences en sociologie politique à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, chercheur au Centre de recherche sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183, CNRS-UVSQ-ministère de la Justice). Il a notamment publié La police parisienne et les Algériens, 1944-1962 (éd. Nouveau Monde, 2011). Ses travaux actuels portent sur la socio-histoire de l’immigration et les polices en situation coloniale.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search