Version classiqueVersion mobile

Les récidivistes

 | 
Jean-Pierre Allinne
, 
Mathieu Soula

Troisième partie. Une nouvelle obsession ? Perspectives contemporaines

Une nouvelle obsession ? Perspectives contemporaines

Texte intégral

  • 1 Rapport établi par la Commission d’analyse et de suivi de la récidive, 28 juin 2007, p. 13.

1Objet d’écrits abondants et souvent passionnés publiés par des criminologues et des sociologues, la récidive ne soulève qu’un intérêt « très tiède chez les juristes. Les auteurs de manuels de droit pénal général n’en traitent que par devoir, et sans écrire autre chose que des descriptions platement techniques. Les magistrats ne relèvent pas souvent l’état de récidive et le phénomène serait très répandu devant les cours d’assises […]. Lorsque la récidive a fait l’objet d’un débat public, à la suite de viols suivis de meurtre, les disciplines du droit pénal et de la procédure pénale n’ont rien eu à dire1… » Ce constat dressé par la Commission d’analyse et de suivi de la récidive en 2007, même s’il est orienté, car il fait la part belle aux disciplines qui portent le même regard que la Commission sur la récidive (excluant, on l’aura compris, les juristes), n’en marque pas moins les traits caractéristiques de la question de la récidive depuis les années 2000.

2Tout d’abord, la récidive est (re)devenue une obsession, sinon créatrice, tout au moins politique. L’utilisation des faits-divers pour justifier de nouvelles lois sur l’aggravation des peines et la mise en œuvre de mesures post-pénales de sûreté démontre la validation par le champ politique du problème public « récidive ». Renée Zauberman et Philippe Robert (Crise sécuritaire et alarme à la récidive : entre étude savante et fébrilité législative) analysent les conditions d’émergence de cette nouvelle problématique et ses déterminants politiques et sociaux. Si la récidive ne véhicule plus les mêmes représentations que sous la troisième République, elle sert encore de levier aux gouvernements pour démontrer leur capacité d’agir et de maintien de l’ordre social. Jocelyne Castaignède (Le mineur récidiviste : le nouveau regard du législateur), en revenant sur la question des mineurs, démontre que la peur sociale s’est déplacée vers une nouvelle catégorie de criminels : le mineur récidiviste. La question des politiques pénales est alors d’empêcher et de réprimer sévèrement toute rechute. Le mineur fait ainsi son entrée dans cette catégorie repoussoir des récidivistes.

3Dans cette nouvelle donne, les juristes semblent (à nouveau ?) les moins écoutés. Les statisticiens, les criminologues, ceux qui ébauchent des études empiriques à partir des prisons produisent, depuis une vingtaine d’années, des analyses strictement centrées sur la récidive, contribuant de la sorte à poser les termes du débat. La question essentielle à laquelle ces études tentent de répondre est : qu’est-ce qui cause la récidive ? Il n’est pas ici question d’interroger la catégorie, sa création, les impensés qu’elle véhicule, mais bien, comme au XIXe siècle, de proposer un diagnostic et des traitements adéquats. Le Rapport l’évoque : la récidive est toujours l’objet d’une concurrence disciplinaire, largement défavorable aux juristes.

4Enfin, dernier trait caractéristique de la période, l’application des lois sur la récidive par la justice. Les contributions de Jean-Pierre Royer (Le juge et son récidiviste), Nicolas Delpierre (Le récidiviste : un condamné à part) et Jean-Paul Jean (Les politiques criminelles face à la récidive) analysent le rôle tenu par les magistrats du siège, les juges de l’exécution des peines et les magistrats du parquet dans la mise en œuvre des nouvelles politiques pénales. Loin d’être des automates de la loi, les juges développent des ajustements pour adapter les lois aux cas « concrets » qu’ils ont à traiter. Pour autant, l’importance politique de la récidive et l’utilisation de faits-divers (notamment en matière de crimes sexuels) « autorisent » le pouvoir politique à réaffirmer les rapports hiérarchiques qui relient l’institution judiciaire à l’exécutif. Le juge est rappelé à l’ordre par son ministre de tutelle dans le but de rappeler le rapport de soumission qui le lie à ce ministre. Pour autant, héritiers d’un savoir-faire et d’un savoir-être, dispensés par l’institution même, héritiers d’un esprit de corps, certains prennent une distance critique à l’égard de l’empilement des lois sur la récidive (qui remettrait en cause certains principes juridiques intangibles dont ils seraient les gardiens) et des rappels à l’ordre qui l’accompagnent (qui contreviendrait à l’idée dominante dans l’institution judiciaire d’un juge « libre », qui agit en son âme et conscience, selon son « intime conviction »), soit en critiquant publiquement, soit dans leur pratique judiciaire même en adaptant la loi à l’espèce, au récidiviste qu’ils ont devant eux.

Notes

1 Rapport établi par la Commission d’analyse et de suivi de la récidive, 28 juin 2007, p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search