Desktop versionMobile version

Les récidivistes

 | 
Jean-Pierre Allinne
, 
Mathieu Soula

Deuxième partie. Traiter la récidive et le récidiviste, XIXe-XXe siècles

Les récidivistes au cœur de la réforme pénitentiaire (1945-1970)1

Jean-Claude Vimont

Full text

  • 1 Cette contribution est l’un des éléments de la recherche ANR « Sciences, savoirs et exécutions des (...)

1La récidive, ce moteur de l’innovation pénale, est fréquemment à l’origine de dispositions répressives, d’aggravations de peines ou encore de mesures de sûreté pour répondre aux angoisses d’une société à une époque donnée. Nous souhaiterions présenter un tout autre processus : la récidive à l’origine de dispositifs humanistes atténuant les sanctions encourues. « Nos frères les récidivistes », écrivait Pierre Cannat en 1942. Plutôt que de rejeter, de sanctionner, d’éliminer des prisonniers récidivistes, une politique pénitentiaire, impulsée par des chrétiens, des anciens résistants, fit le pari de croire en ces hommes, d’espérer en leur rédemption ou, à défaut, en leur réinsertion sociale. Foi et espoir dans l’homme animèrent une expérimentation originale en direction des récidivistes relégués que l’on n’acheminait plus en Guyane depuis 1938.

2Quand les historiens se réfèrent aux quatorze points de réforme Amor en 1945, c’est pour souligner les principes humanistes de cette politique pénale et pénitentiaire, c’est pour repérer l’annonce d’innovations majeures comme l’instauration d’un régime progressif de détention dans les maisons centrales ou la présence d’un magistrat chargé de l’exécution des peines dans ces établissements « réformés ». Le quatorzième point, le dernier, est très souvent négligé ou oublié. Il concerne la situation des récidivistes puisqu’il envisage de nouvelles modalités d’accomplissement de la peine de la relégation. Cette peine complémentaire avait été introduite dans le Code pénal dès 1885 afin de débarrasser la métropole des délinquants « incorrigibles » et des « criminels d’habitude ».

  • 2 Vimont J.-C., « Pierre Cannat, cheville ouvrière des réformes pénales après 1945 », Les intellectu (...)

3Ce quatorzième point mérite lecture : « Il pourrait être substitué à la relégation un internement de sûreté en colonie pénale. Cet internement serait en principe perpétuel. Toutefois le relégué pourrait bénéficier de la libération d’épreuve. » Il convient de s’attarder sur le mode d’énonciation. Les treize autres principes de la Réforme sont rédigés au présent de l’indicatif (« la peine privative de la liberté a pour but essentiel l’amendement… », « le traitement infligé au prisonnier […] doit être humain… »). Ce dernier article est rédigé au conditionnel, et, à deux reprises, « pourrait être » est substitué à « doit être ». L’assurance et la fermeté ne sont plus de mise, laissant supposer des hésitations et des débats sur le dispositif envisagé. À quoi fait référence l’expression « colonie pénale » ? Faut-il y déceler la poursuite des interrogations qui traversaient la magistrature et l’administration pénitentiaire dès 1937 lorsqu’il avait été question de mettre fin aux transportations Outre-mer ? Faire exécuter la peine des travaux forcés en métropole avait recueilli l’assentiment de tous. Maintenir en France les multirécidivistes relégués soulevait bien des craintes qui demeuraient aux lendemains du second conflit mondial. La question n’était pas tranchée en 1945. On peut émettre l’hypothèse que le magistrat Pierre Cannat, nommé par le garde des Sceaux secrétaire de la commission de réforme des prisons, pesa de tout son poids pour ajouter ce quatorzième point afin de ne pas laisser de côté une réforme de la relégation qu’il estimait indispensable. La thèse de ce chrétien, publiée en 1942, l’année même d’une modification profonde de l’exécution de cette peine, Nos frères les récidivistes la recommandait. Jusqu’en 1956, il fut la cheville ouvrière de toutes les expérimentations carcérales appliquées à cette cohorte si particulière de détenus, aux côtés de Paul Amor puis de Charles Germain, directeurs de l’Administration pénitentiaire2. Il multiplia les articles dans la Revue pénitentiaire, dans la Revue de science criminelle et de droit pénal comparé. Il offrit des cours lors des sessions de formation des assistantes sociales, des éducateurs, ces nouveaux agents de la Réforme. Il est à noter que l’article qui inaugura en 1949 sa chronique criminologique dans la Revue de Science criminelle, dirigée par Marc Ancel, avait pour titre : « La société jugée par les forçats récidivistes. »

4Aux lendemains de la Libération, les relégués, aux côtés des condamnés aux travaux forcés, des prévenus et condamnés pour « faits de collaboration » contribuent à l’inflation de la population carcérale, dans des établissements mal entretenus depuis des années, partiellement ou totalement détruits par les bombardements. Il n’y a pas eu de convoi vers la Guyane depuis 1938, les tribunaux de l’État français ont continué à réprimer sévèrement crimes et délits, de nouvelles incriminations sanctionnées d’emprisonnements ayant enrichi le Code pénal, et les Haute Cour, Cours de justice et tribunaux militaires déploient une intense activité depuis la Libération. Même si les magistrats ont limité, tout au long de XXe siècle, le champ d’application de cette peine complémentaire perpétuelle, et donc disproportionnée au regard des délits qui la faisaient encourir, il demeurait un « stock » de relégués non négligeable. En 1953, ils représentaient quinze pour cent des effectifs de condamnés de droit commun, de sexe masculin. Au moment où siégeait la commission de réforme, ils étaient regroupés dans quelques maisons centrales, à Riom, à Châlons-sur-Marne, à Mulhouse, dans la prison des Hauts-Clos à Troyes et dans la citadelle de Saint-Martin-de-Ré. Si quelques voix au cœur du ministère de la Justice préconisaient encore l’expulsion vers la Guyane des plus dangereux – ce qui expliquerait le conditionnel utilisé dans le quatorzième point de la Réforme – le ministre des Colonies René Pléven s’engageait sur le chemin d’une liquidation définitive du bagne sud-américain.

5Les réformateurs pénitentiaires avaient deux atouts pour résoudre le problème conjoncturel de l’accroissement de l’effectif des relégués et pour entamer une réforme structurelle de la peine de relégation. Ils souhaitaient la transformer en une mesure de sûreté à durée indéterminée, solution préconisée par tous les partisans de la Défense sociale ; une philosophie pénale que Marc Ancel allait profondément réorienter dans un sens humaniste durant les années cinquante. Dès l’aube des années trente, une commission constituée auprès du Garde des Sceaux avait préparé une réforme du Code pénal et du Code d’instruction criminelle. Les juristes réunis auprès du magistrat Matter qui devint le premier président de la Cour de cassation préconisaient une mutation de la peine complémentaire en une mesure de sûreté qui consisterait en un internement dans un établissement de travail, situé en métropole ou en Algérie, avec un régime dit de « réadaptation sociale ». Même si le décret-loi de 1938 qui mettait fin à l’exécution de la peine des travaux forcés en Guyane ne disait mot de la relégation, l’Administration déploya des efforts pour acquérir des bâtiments en métropole afin d’héberger les relégués. Elle envisagea également de construire de nouvelles centrales pour faire face à l’accroissement automatique des prisonniers provoqué par l’arrêt des transports. Le second conflit mondial laisse pendante cette question. Cependant, un acte dit loi du 6 juillet 1942 sur l’exécution de la peine de la relégation en métropole sembla pallier les lacunes du décret-loi de 1938. Il offrit surtout un cadre légal aux réformateurs de la Libération puisqu’il demeura en vigueur jusqu’au Code de procédure pénale de 1958 et, pourrait-on dire, jusqu’à la suppression de la relégation en 1970. Ce texte de 1942 suscita bien des espoirs chez les relégués, détenus stigmatisés par leurs pairs au sein des détentions, par l’Administration pénitentiaire et par l’opinion publique. Ils y voyaient, en effet, la possibilité de ne pas demeurer toute leur vie derrière les fils barbelés de camps improvisés ou derrière les hauts murs de maisons centrales délabrées. L’acte dit loi, contresigné par le garde des Sceaux Joseph Barthélemy et par Pierre Laval, chef du gouvernement et ministre secrétaire d’État à l’intérieur mentionnait un internement dans des établissements pénitentiaires « aménagés » ou dans des quartiers spéciaux de maisons centrales. Le mot internement était substitué à celui d’emprisonnement, s’inspirant donc des débats sur les internements par mesure de sûreté. Les relégués de métropole devaient être tenus à l’écart des autres détenus, ce qui fut le cas lorsque l’on aménagea les établissements de Mauzac et de Saint-Martin-de-Ré à leur destination ; ce qui fut le cas également lorsqu’un quartier de la maison centrale de Fontevrault leur fut réservé jusqu’en 1954. Les textes indiquaient par ailleurs qu’ils étaient soumis au travail obligatoire, mais avec une dimension particulière. En effet, le régime disciplinaire et le comportement au travail devaient permettre « la constatation journalière de leur conduite et de leurs efforts de réadaptation ». Cette ultime notation préfigure les dossiers de suivi qui furent mis en place dans les prisons à régime progressif. Dans les deux cas, cette constatation devait hâter un élargissement conditionnel. Le texte mentionnait un délai de trois années d’internement à subir, délai au delà duquel un arrêté du Garde des Sceaux pouvait prononcer une libération conditionnelle, après avis du comité de libération conditionnel si des gages de réinsertion et une conduite satisfaisante étaient constatés. La relégation demeurait certes un peine perpétuelle, mais elle pouvait se transformer à l’issue de trois années en une libération conditionnelle, pendant cinq années sous la tutelle d’un membre de la famille ou de celle d’une société de patronage si le comité préconisait ce soutien, ce garde-fou, et pendant vingt années avant une libération définitive. L’accent mis sur l’accueil des libérés, sur le suivi des internés élargis fut repris après guerre, et dans bien des cas confié aux officiers de l’Armée du Salut. Le quatorzième point de la Réforme Amor s’inspira de ce texte de 1942, tout en préservant des possibilités d’adaptation.

6La direction de l’Administration pénitentiaire mit très rapidement en œuvre un « traitement » spécifique des relégués en aménageant camps et citadelle pour les trois années obligatoires – ce qui fut appelé « le délai d’épreuve » – et des dispositifs pour organiser la transition vers la mise en liberté. Non sans quelque précipitation et une certaine improvisation. Une première expérimentation de la libération conditionnelle des relégués du fort de Saint-Martin sur l’île de Ré fut un échec soulevant de vives protestations des habitants. Les « incorrigibles » en circulation sur ce petit territoire et quelques chapardages semblèrent inadmissibles. L’idée de faire travailler des relégués hors de la citadelle s’inspirait de la théorie italienne all’aperto et de l’organisation de chantiers extérieurs aux prisons pendant l’Occupation.

  • 3 Vimont J.-C., « Les missions des assistantes sociales dans la réforme pénitentiaire après 1945 », (...)

7Cet échec ponctuel, dans le contexte difficile de l’immédiat après-guerre, ne fit pas renoncer les réformateurs pénitentiaires. Plus prudents, ils s’entourèrent de multiples précautions lorsqu’ils mirent en place un réseau expérimental d’établissements spécifiques, soucieux d’éviter toute critique de l’opinion en cas de libération prématurée. La dimension expérimentale est fondamentale car la loi demeura longtemps muette sur les modalités exactes d’accomplissement de la peine de la relégation. Des personnels nouveaux furent mobilisés, éducateurs et assistantes sociales3, officiers de l’Armée du Salut faisant office d’assistants sociaux, magistrats, psycho-techniciens-orientateurs et psychiatres. Des quartiers de prisons furent rénovés et réservés à des centres de triages et d’observation. Malgré les difficultés de la reconstruction des investissements furent consacrés à cette catégorie si peu considérée de prisonniers. Le savoir-faire des détenus, de droit commun comme pour « faits de collaboration », fut mis à contribution. Quelques pionniers encadrèrent le tout, psychiatres et magistrats, directeurs de prisons et éducateurs. Ils inventaient des modes de classement, des procédures d’évaluation ou de test, échangeaient des comptes rendus réguliers, publiaient des articles sur leurs réussites et aussi sur les échecs. Pierre Cannat fut le chef d’orchestre de cette fragile expérience dont les relégués furent les cobayes. Sans naïveté excessive, il se fit le propagandiste de ce qui pouvait être perçu comme une mission impossible, « sauver » la plus grande partie de ces prisonniers réputés « incorrigibles ». Le mot foi n’est pas excessif. Ils furent quelques uns autour de lui à ne pas compter leur temps auprès de ces hommes déchus, à offrir plusieurs chances à ceux pour qui la pente vers la liberté semblait trop abrupte. Citons à nouveau Pierre Cannat, contrôleur général des services pénitentiaires, adjoint au directeur, aux yeux duquel la réussite d’un seul compensait les statistiques alarmantes des échecs en libération conditionnelle, mais aussi Pierre Giscard, psychiatre au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand et à la prison d’antisociaux de Gannat, qui déplorait certaines appréciations hâtives de ses confrères sur la personnalité des relégués, qui n’hésitait pas à les conduire assister à des matchs de football, mais trop tôt disparu ou encore l’équipe du centre de triage pionnier de la prison de Loos-lès-Lille, le psychiatre Vullien et le magistrat Vienne qui tentèrent de cerner au plus près les différentes catégories de récidivistes afin d’individualiser leur cheminement progressif vers la liberté.

8Le texte de 1942 qui demeura en vigueur après guerre imposait un délai d’épreuve de trois années. Les Réformateurs durent composer avec cet aspect de l’internement tout en regrettant le regroupement indistinct de récidivistes criminels avec des habitués des enceintes correctionnelles, de membres du Milieu avec des voleurs de poules et des vagabonds alcooliques. Deux centres regroupèrent les « relégués peine terminée », à Mauzac et à Saint-Martin-de-Ré. Jusqu’en 1954, un quartier de la maison centrale de Fontevrault fut également mis à contribution. Les principes de la Réforme pénitentiaire n’en furent pas absents. Les récidivistes d’origine rurale et présentant un moindre degré de dangerosité furent acheminés vers Mauzac, les relégués originaires des villes, ceux qui avaient subi de plus longues peines, furent conduits sur l’île. Les centres étaient divisés en deux quartiers distincts pour mettre en œuvre un embryon de régime progressif en fonction du comportement des détenus. À Mauzac, on distinguait le camp nord du camp sud, à Saint-Martin-de-Ré, la citadelle et la caserne Thoiras, lorsqu’elle fut vidée de ses prisonniers pour faits de collaboration. Les régimes de détention dépendaient donc du comportement, apprécié par le personnel pénitentiaire après avis de l’assistant social de la détention. Le suivi de cours, l’obtention du certificat d’études, d’un CAP de cimentier-boiseur, l’épargne sur le produit du travail dans les ateliers de confection de Saint-Martin-de-Ré, étaient pris en compte et aboutissaient quelquefois à des libérations conditionnelles à partir du centre d’épreuve, une fois les trois années accomplies. Quelques détenus se voyaient proposer des travaux à l’extérieur des centres, dans des fermes. Le temps libre était consacré à la préparation du dossier de libération conditionnelle avec l’aide des officiers de l’Armée du Salut : correspondances pour obtenir une embauche, certificats d’hébergement, autorisations préfectorales de séjour dans tel ou tel département, paiement des frais de justice, pécule épargné…). Quand aucun incident ne s’était produit, quand les capacités d’accueil des centres de triage et d’observation étaient insuffisantes, des magistrats décidaient de la libération conditionnelle ou de la poursuite du parcours carcéral par le transfert en centre de triage.

  • 4 Vimont J.-C., « L’observation des relégués (1947-1970) », Crime, Histoire et Sociétés, volume 13, (...)

9Ces centres étaient la pierre angulaire de la réforme pénitentiaire en direction des récidivistes. Une première expérimentation eut lieu à Lille à la fin des années quarante. Elle fut suivie attentivement par Pierre Cannat, à la direction de l’Administration pénitentiaire. Il multiplia les articles sur les premiers reclassements obtenus par le centre de Loos-lès-Lille et offrit même des portraits et itinéraires de relégués, en situation de réussite ou d’échec. L’expérience incita à créer d’autres centres à Rouen, à Besançon et à Saint-Étienne. Le « stage » durait plusieurs mois. C’était le temps nécessaire pour effectuer des examens médico-pyschologiques, psychotechniques et des enquêtes sociales afin de cerner la personnalité des récidivistes. Les partisans de la Défense sociale nouvelle accordaient beaucoup d’importance à cette approche pluridisciplinaire des personnalités puisque les sentences indéterminées étaient conditionnées par leurs résultats. Articles et congrès pénitentiaires des années cinquante en témoignent4. Les conclusions des expertises devaient autoriser l’individualisation de la sanction. Dans les faits elles autorisaient un étiquetage dans des catégories prédéterminées par les expérimentateurs lillois, les asociaux et les antisociaux. Des établissements furent imaginés pour chacune des deux catégories. Le stage était lui aussi organisé sur un mode progressif. Après quelques semaines à l’isolement, le détenu bénéficiait de sorties promenades de quelques heures. Ensuite, il était placé en semi-liberté, travaillait le jour dans une entreprise ou un chantier de travaux publics, puis rentrait dormir au centre. Si tout se passait bien durant ces différentes étapes, une commission présidée par un magistrat (après 1958, par un Juge d’application des peines) décidait de la libération conditionnelle, l’entourait de conditions plus ou moins souples, ou la refusait pour préférer un transfert dans un centre de semi-liberté, affecté aux asociaux ou dans une prison d’antisociaux. Gardiens de prison, éducateurs, assistantes sociales, psychiatres multipliaient observations et rapports afin d’élaborer une synthèse sur la personnalité du relégué, synthèse souvent rédigée par l’éducateur. L’empirisme des expérimentateurs lillois présida à l’élaboration des deux grandes catégories d’asociaux et d’antisociaux qui demeurèrent efficientes jusqu’en 1970. Ils souhaitaient avant tout isoler de la masse des relégués (petits voleurs plus ou moins vagabonds, très souvent alcooliques et marqués par une enfance et une destinée malheureuses) ceux qui présentaient, à leurs yeux un danger pour la société. Il s’agissait d’une minorité censée être « en lutte ouverte contre les principes de la société », membres du Milieu et auteurs de crimes. L’étude des dossiers confectionnés dans les centres de triage montre que cette catégorie d’antisociaux regroupait principalement les relégués dont le comportement avait posé problème dans les centres d’épreuve et de triage, ceux qui n’acceptaient pas la peine complémentaire de la relégation, ceux qui n’acceptaient pas de jouer le jeu d’une réforme dont ils ne ressentaient qu’un aspect essentiel : la prolongation de leur incarcération.

  • 5 Vimont J.-C., « Le « traitement » des relégués en France après 1945 et les concepts de Lombroso »,(...)

10Trois protagonistes essentiels de la Réforme pénitentiaire jouèrent un rôle essentiel dans les centres de triage et d’observation. Les assistantes sociales menaient des enquêtes sur l’enfance, le passé professionnel et carcéral, sur le milieu social des relégués. Elles correspondaient avec les assistantes sociales du lieu de résidence familial. Les éducateurs multipliaient les entretiens, observaient au quotidien les stagiaires, leur proposaient des exercices comme la confection de dessins ou la rédaction d’autobiographies. Ils rédigeaient les synthèses des différents observateurs soumises au magistrat qui prenait les décisions d’orientation. Le psychiatre abordait les facteurs psychologiques de la délinquance, sans négliger les diagnostics pathologiques. Les uns et les autres recouraient aux concepts d’une criminologie encore marquée par les déterminismes biologiques5, mais ils tentaient, avec les concepts à leur disposition et trop souvent une formation à l’observation de la personnalité insuffisante, de percer le mystère de la récidive. Les centres de triage de relégués furent en quelque sorte des copies à petite échelle du Centre national d’orientation (CNO) de Fresnes, pièce maîtresse de la Réforme pénitentiaire à destination des condamnés à de longues peines.

11Les centres de semi-liberté pour asociaux furent au nombre de trois et installés à Clermont-Ferrand et à Bordeaux, pour les relégués d’origine urbaine, et à Saint-Sulpice-la-Pointe, pour les ruraux. Ils devaient autoriser une transition progressive et contrôlée vers la libération conditionnelle. Durant les premiers mois, les relégués travaillaient à l’intérieur du centre jusqu’à ce qu’une décision d’un magistrat les autorise à œuvrer en journée à l’extérieur, avant qu’une ultime décision du juge d’application des peines ne leur accorde la libération conditionnelle. Un éducateur les suivait, les observait et adressait, à chaque étape de la progression, un rapport au magistrat, suggérant même réintégrations ou exclusions en fonctions des fautes et délits commis. À Clermont-Ferrand, les relégués bénéficièrent également du suivi du psychiatre Pierre Giscard qui déploya beaucoup d’efforts pour leur réinsertion. Les échecs dans ces centres abondaient la catégorie des « relégués réintégrés » qui repartaient pour un nouveau parcours carcéral dans les centres d’épreuve et les centres de triage, quand un délit grave n’avait pas été commis ; dans ce dernier cas, cela coûtait généralement deux ou trois années supplémentaires dans une maison centrale. Les centres de semi-liberté recevaient également les antisociaux au terme de leur séjour dans les prisons de Lure et de Gannat.

12Ces deux anciennes petites maisons d’arrêt, choisies pour les hauts murs qui devaient prémunir la société de la dangerosité supposée de cette minorité de relégués, disposaient elles aussi d’un dispositif permanent d’observation afin de déterminer la durée de cette incarcération. Les surveillants tenaient des registres quotidiens de rapports d’incidents. Périodiquement une commission composée du directeur, d’un psychiatre, d’un magistrat analysait le comportement des détenus, décidait des transferts en hôpital psychiatrique de ceux qui manifestaient des troubles psychiques, proposait au ministère de la Justice le transfert en centre de semi-liberté. Pour éviter les incidents, les personnels des établissements s’efforçaient de ne pas prolonger au-delà de deux années le séjour dans ces petits établissements. Les rapports se montraient donc périodiquement assez indulgents lorsque le fragile équilibre de la détention risquait d’être menacé.

  • 6 Vimont J.-C., « L’œuvre salutiste de Radepont et l’assistance aux relégués », Mémoires de la prote (...)

13Lors de chacune des étapes du cheminement carcéral des relégués, dans chaque type d’établissement, l’idée d’une réadaptation sociale progressive et très contrôlée des récidivistes présidait aux décisions des personnels. L’individualisation plus ou moins grossière de la peine complémentaire de la relégation était, elle aussi, organisée. Les œuvres caritatives, les comités d’assistance aux prisonniers libérés étaient encouragées à accompagner les premiers pas en liberté, à l’instar du gros travail de l’Armée du Salut dans son château de Radepont, dans l’Eure6.

14Les résultats furent-ils à la hauteur des espérances des réformateurs pénitentiaires ? Les rapports annuels des directeurs de l’Administration pénitentiaire reviennent sans cesse sur « le difficile problème des relégués », durant les années cinquante et soixante. Car les révocations de libérations conditionnelles sont nombreuses. Apparaît cette catégorie des « relégués réintégrés » qui, après une fugue, un excès de boisson, un menu larcin, une évasion vers leur région d’origine reprennent tout le cycle de la relégation. Quelques relégués accumulent les échecs, demeurent quinze, vingt, vingt-cinq années dans le réseau carcéral stigmatisé des relégués. Certes, à grand renfort de statistiques assez approximatives, Pierre Cannat et les principaux animateurs des centres d’observation tentent de démontrer que 15 à 20 % des relégués parviennent à se réinsérer tant bien que mal, ne font plus parler d’eux. Ils en viennent à vanter les mérites de telles ou telles compagnes qui ont su maintenir dans le droit chemin des époux qui auraient sinon rechuté. Ces cas de réussite ne parvenaient pas à diminuer sensiblement le stock des relégués. Le vote de la loi de 1954 mettant fin à l’automaticité du prononcé de la relégation s’explique vraisemblablement par la conjonction de deux phénomènes : diminuer le nombre de relégués en espérant que les magistrats montreraient de l’indulgence envers les vagabonds alcooliques auteurs de menus vols et satisfaire les vœux de la magistrature qui n’avait jamais vraiment accepté cette peine complémentaire. On assista après 1954 à une décroissance de l’effectif des relégués mais les camps de Mauzac et de Saint-Martin-de-Ré ne se vidèrent pas pour autant. Avec la guerre d’Algérie, la réforme pénitentiaire marqua le pas. Les centres de relégués manquèrent de personnel durant les années soixante et il fut assez vite question de supprimer la relégation, car des voix de plus en plus nombreuses s’élevaient contre une peine inefficace qui montrait bien des limites.

  • 7 Vimont J.-C., « Des corps usés et maltraités, les multirécidivistes relégués de 1938 à 1970 », Cha (...)

15Les 15 % de réussite étaient-ils pour autant négligeables ? Les dossiers des relégués présentent une population marquée par de nombreux handicaps et le parcours pour atteindre la liberté présentait bien des obstacles7. Les initiateurs de la réforme souhaitaient certes la réadaptation des récidivistes, mais ils crurent devoir prendre d’infinies précautions pour ne pas donner une impression de laxisme et susciter le mécontentement de l’opinion. Libérer des délinquants réputés incorrigibles, sans préparation ni garanties, était un risque que les partisans de la Défense sociale nouvelle ne souhaitaient pas prendre. Les relégués concentraient sur leur personne depuis des décennies tant de stigmates et de haines irrationnelles que le moindre incident provoquait des articles de presse indignés. Dans ce contexte, gardiens, éducateurs, chefs d’établissements et médecins privilégient les aspects traditionnels de la Défense sociale. Leur priorité est la préservation de la société, au besoin par une mise à l’écart définitive des individus qui leur semblent non réadaptables. Ils sanctionnent le moindre écart de conduite. Leur sévérité est grande à l’égard des relégués réintégrés, principalement durant les années soixante. Il n’est pas rare de lire dans les dossiers du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand que tel relégué est devenu « un quasi-fonctionnaire pénitentiaire ». Et le pronostic est sans appel : « Voué à mourir en prison. » Les relégués se voient offrir des portes étroites vers la liberté. Après de longues années de détention, une sortie-promenade, un travail en semi-liberté incitent à l’évasion. Ils espèrent se fondre dans l’anonymat d’une grande ville industrielle, remonter à Paris ou rejoindre leur région d’origine. Les observations, les évaluations, les contrôles, l’interdiction de séjour exaspèrent.

16La libération conditionnelle qui leur est promise est étroitement surveillée. Ils ne doivent pas fréquenter les anciens relégués et éviter les débits de boisson. Les emplois non qualifiés sont mal rémunérés : croque-morts, terrassiers, employés de chantier naval, manœuvres du bâtiment en ces temps de reconstruction. Ils n’ont pas beaucoup de cartes en main. Une notable proportion d’entre eux appartenait au monde de la « cloche ». Marginaux des villes mais aussi des campagnes, ils n’ont guère de qualification. Plus de 50 % sont alcooliques. Les conflits mondiaux ont brutalisé leurs destinées, celles de leurs proches également. Livrés à eux-mêmes, il n’est donc pas étonnant que la récidive soit au rendez-vous.

*

  • 8 Vimont J.-C., « La haine des récidivistes après 1945 », Chauvaud F., Gaussot L. (dir.), La haine, (...)

17Bien des efforts ont été déployés par les réformateurs pénitentiaires en direction des relégués. C’était un véritable challenge, car les relégués suscitaient haine, honte, rejet8. Pour une fois, la récidive ne suscitait pas un tournant répressif, mais une authentique politique de réinsertion sociale. L’humanisme, la générosité présidèrent à ces innovations pénales. Les résultats furent inégaux et l’effort aurait sans doute mérité d’être prolongé au-delà des dix premières années de l’après-guerre.

Notes

1 Cette contribution est l’un des éléments de la recherche ANR « Sciences, savoirs et exécutions des peines en France (1911-2011) » (décision attributive, décembre 2009).

2 Vimont J.-C., « Pierre Cannat, cheville ouvrière des réformes pénales après 1945 », Les intellectuels dans la cité, identité, sociabilité et fonctions intellectuelles, de l’Antiquité à nos jours, Rouen, PURH, 2010 (à paraître).

3 Vimont J.-C., « Les missions des assistantes sociales dans la réforme pénitentiaire après 1945 », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 6, 2007, 89-96. Consultable sur le portail Criminocorpus, http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article426.html.

4 Vimont J.-C., « L’observation des relégués (1947-1970) », Crime, Histoire et Sociétés, volume 13, no 1, 2009, p. 49-72.

5 Vimont J.-C., « Le « traitement » des relégués en France après 1945 et les concepts de Lombroso », Essais de philosophie pénale et de criminologie, Dalloz, volume 8, 2009, p. 129-148.

6 Vimont J.-C., « L’œuvre salutiste de Radepont et l’assistance aux relégués », Mémoires de la protection sociale, 2005, no 4, p. 103-124. http://www.criminocorpus.cnrs.fr/article424.html.

7 Vimont J.-C., « Des corps usés et maltraités, les multirécidivistes relégués de 1938 à 1970 », Chauvaud F. (dir.), Corps saccagés, Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, PUR, 2009, p. 163-174. Vimont J.-C., « Stigmatisation et souffrance sociale des relégués, 1947-1970 », Chauvaud F. (dir.), Histoires de la souffrance sociale, Rennes, PUR, 2007, p. 63-73.

8 Vimont J.-C., « La haine des récidivistes après 1945 », Chauvaud F., Gaussot L. (dir.), La haine, histoire et actualité, Rennes, PUR, 2007, p. 255-264. Vimont J.-C., « La honte sociale et l’historien », Histoire@politique, Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, no 7, janvier-avril 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search