Version classiqueVersion mobile

Les récidivistes

 | 
Jean-Pierre Allinne
, 
Mathieu Soula

Première partie. Regards croisés sur la récidive et les récidivistes, XIXe-XXe siècles

Les « repoussés de la vie » : carnassiers, paresseux, sournois et pitoyables. Imaginaire et représentations du récidiviste (1840-1940)

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

  • 1 Darien G., Le voleur, Paris, Omnibus, 2005, [1897], p. 455.
  • 2 Bachelard G., L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942, (...)
  • 3 Par exemple, Gil Blas, 16 septembre 1884.
  • 4 Schnapper B., « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », Rapport au XXIe congrès de (...)

1Le professeur Machin, criminaliste de renom et personnage de fiction, est présenté en 1897 comme l’un des promoteurs de la Revue pénitentiaire. Il veut convaincre un ingénieur civil d’apporter son concours au nouveau périodique, promis à un bel avenir, même si, pour l’heure, seul le premier numéro, qui a été l’événement du mois, est disponible. Afin de persuader son interlocuteur d’apporter sa contribution, il lui dit, le flattant, que les idées qu’il vient d’exposer sont originales : « Cette comparaison entre les flots tumultueux et les dérèglements de l’esprit humain.. ; Ah ! c’est superbe… Permettez-moi, Monsieur de vous féliciter1. » Assurément, pour évoquer la récidive, l’image qui revient le plus souvent est bien celle de la marée montante, du flot irrésistible et terrifiant, du Déluge contemporain. Vague gigantesque menaçant de tout emporter sur son passage, la récidive est donc dépeinte comme un des quatre éléments indomptés, voire un des « quatre types de colère » selon l’expression de Gaston Bachelard à propos de l’eau violente2. De même que la mer est présentée comme un redoutable adversaire, la récidive est décrite comme l’ennemi du genre humain. Force liquide d’une vigueur sans égale, elle peut engloutir les sociétés qui n’ont pas su ériger, à l’aide du législateur et de la police, des digues suffisantes pour la contenir. Si les flots tumultueux ou boueux suffisent à nommer la récidive, les récidivistes sont, quant à eux, rarement qualifiés à l’aide de métaphores liquides, si ce n’est par les « épaves de la vie3 ». Plus généralement, pour les désigner, les autorités, les magistrats, les médecins, les observateurs sociaux parlent d’« hommes corrompus », d’« incorrigibles », de « monomanes », de « vicieux », de « dégénérés », de « dégradés », de « grands récidivistes », de « petits récidivistes », de « récidivistes vagabonds », de « relégués », de « transportés », d’« habitués des bagnes et des prisons », de « rebus »… Dans ces expressions, le récidiviste singulier disparaît derrière des étiquettes générales4.

  • 5 Dans la présente contribution, nous ne prenons pas en compte les images et les représentations du (...)
  • 6 Hugo V., Les misérables, 1, p. 91.
  • 7 Ponson du Terrail, Les drames de Paris. Rocambole, Paris, Jules Rouff éditeur, 1859-1884, vol. 1, (...)

2De la sorte, la figure du récidiviste apparaît singulièrement floue, aux contours mal assurés, voir tremblotants, tant les représentations ont du mal à se fixer et à présenter une image nette ou des types précis. Avec les récidivistes, nous sommes confrontés à un imaginaire évanescent, fait d’images dispersées et fragmentées5. Le récidiviste, c’est Jean Valjean, sorte de récidiviste par défaut. S’il fait quatre tentatives d’évasion, il purge sa peine jusqu’au bout6. Le récidiviste, c’est aussi Rocambole, le « vaurien à mine éveillée et cynique7 », qui ne cesse de commettre toutes sortes de larcins et entre dans la carrière par un faux témoignage. Mais le plus souvent, le récidiviste est un homme gris, une ombre parmi les ombres. Aussi, comme une sorte de roi lépreux qui marche dans la nuit et dont les clochettes résonnent, le récidiviste offre deux visages : celui du misérable, exsangue et souffreteux qu’un rien peut emporter et celui de l’homme d’action, sans scrupule et dangereux car il sait que sa vie à l’air libre est comptée.

Les récidivistes insaisissables

3La chanson illustre parfois l’aptitude prêtée aux récidivistes de disparaître subitement. Quelques-uns font de cette faculté un art ; d’autres une exigence de survie. Une chanson d’Aristide Bruant s’en fait l’écho. L’un des couplets du Récidiviste souligne en effet que :

  • 8 Bruant A., Dans la rue, Chansons et monologue, Paris, Aristide Bruant, Auteur éditeur, Marche des (...)

La rousse a beau serrer les mailles
Du filet qu’elle tend aux déchus,
Nous savons, grâce à nos écailles,
Glisser entre ses doigts crochus8.

Les « escamoteurs »

  • 9 Du Camp M., Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, Monaco, G. Rondeau, 1993 [1875], p. 236.

4Gueux ou princes des voleurs, ils échappent à la police et à la justice. L’un d’entre eux est toujours passé entre les mailles des filets. Ses complices, traduits en cour d’assises, ne l’ont pas dénoncé. Récidiviste grandiose et rusé, il était appelé Piednoir. Maxime Du Camp qui n’éprouve guère de sympathie pour ces « êtres malsains » vivant « en dehors de la société » ne peut s’empêcher de l’admirer. De 1834 à 1843, Piednoir échappa à vingt-et-un mandats d’arrestation. Ceux qui le fréquentaient disaient qu’« il avait d’excellentes manières » et qu’il menait une vie élégante. Pour prendre contact avec ses complices, il se déguisait, revêtait les habits d’un chiffonnier ou au contraire faisait preuve d’un suprême raffinement. Il incarnait l’image du « voleur fashionable » et du récidiviste jamais pris, tout au plus fut-il condamné, par contumace, à vingt ans de travaux forcés. Vers les années 1870, âgé d’une soixantaine d’années, il se retire et « vit dans une grande ville de Hollande, fort à son aise, presque riche, grâce au produit d’une fortune amassée par le vol9 ».

  • 10 Chauveau A., Faustin H., Théorie du Code pénal, Paris, Édouard Legrand, 1843, tome I, p. 312.
  • 11 Garraud R., La relégation et l’interdiction de séjour, 1886. Garçon E., « Dans quels cas la reléga (...)
  • 12 Du Camp M., op. cit., p. 235.

5De leur côté, les jurisconsultes et les publicistes des débuts de la IIIe République ont bien sûr essayé de se saisir du récidiviste pour en donner une définition. Ils se demandent parfois, prolongeant les débats antérieurs du siècle, s’il est nécessaire que « deux crimes et délits révèlent une complète identité10 » pour que la récidive puisse exister. Un individu qui « a eu une rechute » est-il un récidiviste se demandent-ils ? Le récidiviste punissable est celui qui, condamné définitivement pour une première infraction en commet une seconde. À partir de 1885, la loi du 27 mai édicte la peine spéciale de la relégation11. Peine complémentaire et éliminatoire, elle a pour visée de se débarrasser des « récidivistes incorrigibles », et de les envoyer « à la colonie », c’est-à-dire en Guyane, sauf pour quelques malades et impotents dispensés. Dans les représentations communes, le récidiviste n’est pas nécessairement celui qui commet deux fois la même action ou qui est condamné à plusieurs reprises pour la même infraction. Le récidiviste est celui qui, une fois lancé sur la route du crime, ne s’arrête pas et peut commettre toutes sortes de méfaits : « Les mauvais chemins mènent aux fondrières, disent nos paysans ; les malfaiteurs le savent, et la route qu’ils suivent conduit invariablement à la prison, aux maisons centrales, aux bagnes, aux colonies pénitentiaires, à l’échafaud12. »

  • 13 La loi du 26 mars 1891 distingue la petite récidive correctionnelle de la grande récidive correcti (...)
  • 14 Voir Briegel F., Porret M. (dir.), op. cit.
  • 15 Claude A.-F., Mémoire de monsieur Claude, Paris, Jules Rouffet Cie éditeurs, 1881-1885, p. 618.

6Pour le législateur, la principale figure du « délinquant d’habitude13 » est le vagabond, mais pour les hommes et les femmes ordinaires, le récidiviste est d’abord un personnage inquiétant. Parmi les « hommes endurcis14 », il est en effet celui qui suscite l’effroi. Récidiviste sanguinaire, il échappe aux mailles du filet, nargue la police, se moque de la justice et sème la désolation. L’assassin Philipp, aux « ardeurs sanguinaires » et lubriques qui recherchaient des prostituées, en est une parfaite illustration. Il devient un sombre héros du crime et aurait pu devenir une figure mythique comme Jacques l’éventreur ou Vacher le tueur de bergers et de bergères. De 1862 à 1864, il a assassiné plusieurs filles publiques. À l’une d’elle, il confia « J’aime les femmes et je les arrange bien. Je les étouffe et je leur coupe le cou15 ». L’affaire n’est pas une fiction, mais retenue parmi une multitude d’autres, elle masque d’autres meurtres et assassinats, car elle seule est présentée au grand public, reléguant dans l’ombre les affaires plus « banales ». Dans les choix qui sont faits de relater tel crime plutôt que tel autre commis en état de récidive, il y a bien quelque chose de l’escamoteur qui dans sa manchette retroussée fait disparaître des petites balles, des rubans colorés ou des cartes à jouer. Sélectionner un assassinat plutôt qu’un autre relève bien d’un tour de prestidigitation. Pour une année commune, seuls quelques crimes sont l’objet d’un traitement médiatique spécifique et contribuent à alimenter l’imaginaire collectif. Pour les lecteurs comme pour le public des cours d’assises, le récidiviste n’est donc pas forcément celui qui a déjà été condamné mais bel et bien celui qui a déjà commis « plusieurs forfaits ».

  • 16 Kalifa D., « Les mémoires de policiers : l’émergence d’un genre », Crime et culture au XIXe siècle (...)
  • 17 Millot V. (dir.), Les mémoires policiers. 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle d (...)
  • 18 Canler P., Mémoires de Canler, édition présentée et annotée par Jacques Brenner, Paris, Mercure de (...)
  • 19 Claude A.-F., op. cit., p. 271.
  • 20 Ibid., p. 270.
  • 21 Ibid., p. 300.
  • 22 Goron M.-F., Les Mémoire de M. Goron, Paris, Ernest Flammarion éditeur, 1897-1898, 4 vol. 

7Les mémoires de policier au XIXe siècle constituent un genre hybride16. Ce sont à la fois des livres de souvenirs personnels, des récits de grandes affaires à la manière des causes célèbres et des autobiographies justificatives, transformant les agents de la Sûreté et les commissaires en héros des temps modernes. Les Mémoires de Vidocq avait déjà célébré le rôle joué par d’anciens repris de justice, placés sous ses ordres lorsqu’il était chef de la Sûreté. Ces ouvrages ne sont pas davantage des essais visant à proposer des plans de réforme de la police17. Défilent les monomanes du vol, des réclusionnaires, des mendiants, des faiseurs et autres fripons18. On y trouve, parmi la galerie de portraits, des personnages réels transfigurés par l’écriture, notamment les membres de la « Haute-Pègre », caste de voleurs et d’assassins : « Ces surineurs, ces héros de la Haute-Pègre ne font qu’un ou deux coups par an ; mais ce sont toujours des coups de maître qui leur procurent une fortune19. » À la fois audacieux et prudent, ils poursuivent « avec impunité leur but criminel20 ». Mystérieux et intouchables, ils dominent le monde du crime mais font rarement parler d’eux. Il existe dans ces mémoires d’autres catégories de récidivistes condamnés à quelques jours de prison pour vagabondage et qui ne sont, dans l’immédiat, qu’« à l’état rudimentaire du vice et du crime21 ». Ainsi, pour une partie de l’opinion publique, des individus trouvent refuge dans des endroits funestes ou des maisons mystérieuses, sont dissimulés dans les anfractuosités de la ville, se glissent dans une poche d’ombre, se mêlent aux buveurs ou au publics, se réfugient dans quelque lieu secret. Les Mémoires de monsieur Goron, également ancien chef de la Sûreté, évoquent les maîtres chanteurs, les habits-noirs, Allmayer le roi des escrocs, les « bêtes en rut »…On y découvre aussi bien « M. », le « vieux récidiviste » pour qui la prison n’a plus de secret car « il avait subi plusieurs condamnations », que Lafont dit Lelong, le chef de la bande des voleurs de mercerie, condamné au bagne, évadé de Cayenne, prisonnier des indiens Gallibis, fuyard dans la jungle, voyageur clandestin, pris à nouveau en flagrant délit en train de remplir ses poches de dentelles et de coupons de tissus dans les rayons du magasin du Louvre22.

Les récidivistes de papier

  • 23 Ponson du Terrail, op. cit., t. 1, p. 45.

8Le roman-feuilleton s’est saisi de la figure du récidiviste et multiplie les portraits de personnages importants et terribles qui pendant des centaines de pages échappent à la police et à la justice et n’imaginent pas un seul instant qu’un jour ils pourront être jugés et condamnés. Eugène Sue avec les Mystères de Paris fait pénétrer le lecteur, à la suite du prince Rodolphe, dans les bas-fonds. Là, il découvre de sinistres personnages comme le Chourineur qui ne se contente pas d’un meurtre occasionnel mais fait du crime une activité régulière. En 1842-43, les dix volumes proposés à la curiosité publique captivent un lectorat de plus en plus important. À son tour, Frédéric Soulié offre, à peu près au même moment, en 1845, pour le lecteur du Journal des Débats, un grand roman-feuilleton : Les drames inconnus. Quelques personnages entrevus s’apparentent aux récidivistes. À la fin du XIXe siècle, dans Les drames de Paris Ponson du Terrail invente la figure d’Andréa, récidiviste insaisissable et véritable « génie du mal ». Il assassine un partenaire de jeu, garde avec lui le poignard qu’il avait teinté de sang, précipite ensuite du haut d’une falaise deux malheureux et accomplit encore toutes sortes de crimes23.

  • 24 Sim G., La femme qui tue, Paris, A. Fayard et Cie éditeurs, 1 coll. « Le livre populaire », 1928, (...)
  • 25 Brulls C., L’amant sans nom, Paris, A. Fayard et Cie éditeurs, « Le livre populaire », 1928, dans (...)

9Le roman populaire et le cinéma de l’entre-deux-guerres ont, à leur tour, présenté quelques figures de récidivistes ressemblant plus à des ombres fugaces qu’à des personnages nettement découpés. Christian Brulls, nom d’emprunt de Simenon, a, dans des œuvres de jeunesse précédant Maigret, campé le personnage d’Yves Jarry, aventurier et détective. Dans les quatre romans populaires qu’il écrit en 1927 et 1928 quelques silhouettes traversent la scène, jouent un rôle dans l’intrigue et ont commis, quelques mauvaises actions, que les lois punissent ordinairement. Une jeune femme, se prénommant Claude, a déjà tué un homme. Elle dit à Yves Jarry : « La situation est simple ! Il me reste deux hommes à tuer24. » Le personnage féminin n’est pas une criminelle ayant déjà été arrêtée, jugée et condamnée, mais une jeune femme ayant du sang sur les mains, attendue par la cour d’assises et « la guillotine à coup sûr ». Dans un autre roman, pour découvrir qui est le criminel récidiviste, il faut pouvoir l’identifier visuellement. Chacun scrute les visages autour de soi à la recherche d’un indice. L’un des protagonistes s’exclame : « Car tout le monde s’épie, maintenant qu’on sait qu’il y a un assassin dans la foule… Chacun regarde son voisin comme un suspect… On guette les hommes bruns ou blonds, ceux qui ont des moustaches qui pourraient être postiches et ceux qui n’en ont pas25. »

  • 26 Lacassin F., Louis Feuillade, Paris, Seghers, coll. « Cinéaste d’aujourd’hui », 1964.

10Louis Feuillade a porté à l’écran, en 1913, le récidiviste le plus insaisissable, criminel audacieux et sadique : Fantômas qui déjoue toutes les tentatives visant à s’emparer de lui. Dans le premier film, sorti en mai, il est condamné à mort, mais réussit à s’échapper. Dans le dernier épisode de la série, il est emprisonné, mais ne reste pas longtemps privé de liberté. Il s’assure le concours provisoire de Juve le policier qui le traque depuis le début de ses méfaits26. Après guerre des poètes célèbrent ses exploits. Selon Robert Desnos : « Des tortures, des violences toujours impunis, hélas » le caractérisent. Pour Max Jacob, il est mi gorille mi bouddha.

11Il existe encore d’autres figures de récidivistes presque invisibles qui apparaissent en filigrane dans la presse, les romans à quelques sous, voir le cinéma populaire. En font partie celles qui se dérobent à toutes les poursuites et dont on ne parle pas, connues seulement dans quelques cercles fermés et gros cabinets d’assurance : les escrocs et les voleurs d’œuvre d’art qui réclament une rançon. Reste que l’image dominante est bien celle d’un récidiviste imaginaire soudain surgit dans des vapeurs de souffre et que l’on ne parvient pas à capturer.

Les récidivistes « irrécupérables »

  • 27 Voir en particulier : Brioist F., Drévillon H., Serna P., Croiser le fer : violence et culture dan (...)
  • 28 Gil Blas, 17 mai 1882.
  • 29 Gil Blas, 4 novembre 1884.
  • 30 Sur la perception du duel, voir notamment Jeanneney J.-N., Le Duel, une passion française, 1789-19 (...)

12À côté des récidivistes insaisissables il existe aussi ceux qui bénéficient d’une indulgence coupable, notamment les adeptes du duel27. Ils croisent le fer non pas par inimitiés ancestrales ou pour se venger d’une agression physique ou d’une injure, mais pour des questions plus futiles. Souvent, pour de « simples polémiques », comme le souligne Guy de Maupassant, dans une de ses chroniques28. Dans le journal satirique Gill Blas, il se montre caustique et impitoyable. Il raille l’honneur d’apparat de ses contemporains et se gausse de ceux qui ferraillent régulièrement car il leur faut constamment se « refaire » une honorabilité. Mais, ajoute le romancier, si on étalait dans les journaux la vie des protagonistes, l’opinion publique changerait aussitôt : « On trouverait, huit fois sur dix, une telle série de saletés que le public épouvanté finirait par confondre le combat pour l’honneur avec les condamnations judiciaires29. » Ces bretteurs ne ressemblent pas à des coquins « avec leurs yeux goguelus » et pourtant ils commettent, à intervalle plus ou moins régulier, une sorte de crime légal30.

Les « êtres déchus »

  • 31 Moreau Christophe, « Les récidivistes », dans Curmer L. (éd.), Les Français peints par eux-mêmes. (...)
  • 32 Ibid., p. 570.
  • 33 Ibid., p. 570.
  • 34 Ibid., p. 572.
  • 35 Ibid., p. 571.

13Mis à part les duellistes, les enquêteurs, romanciers et lexicographes donnent aux récidivistes les contours d’êtres « irrécupérables ». Une fois entré dans la voie du crime, il n’est plus possible de faire demi-tour. Cette vision s’impose pour le grand public dès la monarchie de Juillet. Moreau-Christophe dans l’Encyclopédie morale du XIXe siècle éditée par Léon Curmer, change de style narratif, troque l’habit du spécialiste des prisons pour celui du reporter et fait part aux lecteurs de ses observations sur les récidivistes présentés d’emblée comme « une classe de détenus que la loi est impuissante à punir, que la prison ne peut corriger, et que le châtiment semble ne frapper que pour qu’il en jaillisse une nouvelle faute : c’est la classe des récidivistes31 ». Membres d’une tribu à part, distincts de la masse des détenus, les récidivistes semblent faire le désespoir des juges, des geôliers et des moralistes : il est impossible de faire quelque chose. Si les récidivistes sont de plus ne plus nombreux, passant de moins de 5 000 à plus de 10 000, ils restent en nombre limité : « Dieu a creusé le lit de cette mer ; il défend à ses flots de s’épancher au-delà32. » Dans ces portraits de groupe, il suggère que des récidivistes, peuvent éprouver du remord, marcher à petit pas vers la « guérison », mais ils ne sont que des exceptions. On rencontre généralement des « récidivistes tellement incurables » qu’il faut abandonner tout espoir. En effet, « chez la plupart, la perversité est innée ; chez la plupart, les monstruosités de l’âme sont comme les monstruosités du corps : les unes et les autres ne sont, le plus souvent, que des vices de conformation33 ». Certains entrent doucement dans la carrière criminelle, ils commencent par de menues infractions, puis poursuivent par les actes les plus graves et finissent par régler leurs dettes à l’égard de la société en se présentant au pied de l’échafaud. Pour eux, il ne peut y avoir d’amendement ou de réhabilitation, tant il vrai « qu’il est une gangrène morale qui ne peut se guérir qu’en retranchant du corps social le membre qui est infecté34 ». Toutefois, quelques récidivistes qui ont commencé par le crime et ont purgé leur peine, ne réitèrent pas le geste qui les avait conduit au bagne : « Cela tient à cette circonstance, que le crime ne mène pas au crime, mais au délit. » En effet, le « forçat libéré » ne se « permet » plus qu’un simple délit. Mais sorti du bagne, rattrapé par la justice, il est alors dirigé vers la prison. On le voit, deux sortes de trajectoires criminelles sont ainsi présentées aux lecteurs : l’une ascendante commençant par le mensonge et se terminant par l’assassinat ; l’autre descendante, débutant de façon radicale au point d’être menacé par le couperet de la guillotine et s’achevant par des délits mineurs ou des contraventions légères. Ces deux itinéraires présentés aux lecteurs de la monarchie de Juillet restent très fortement présents dans les discours postérieurs. Les analyses publiées plus tardivement sous le Second Empire et sous la Troisième République insistent sur l’impossible rédemption des « réguliers de la condamnation ». Toutefois, les récidivistes ne sont pas des brutes avides de verser le sang. Les plus féroces ne vivent guères vieux, pour autant « nos prisons sont pleines de ces consciences cautérisées » que l’habitude du crime a rendu « esclaves d’une puissance occulte et irrésistible, en paralysant complètement les facultés de leur volonté et de leur raison35 ».

  • 36 Ibid., p. 572.

14Qu’ils y retournent pour la première fois, ou qu’ils soient des habitués des lieux d’enferment, les récidivistes se montrent plutôt des compagnons de captivité appréciés et des prisonniers recherchés. C’est ainsi que « le gardien-chef le nomme prévôt de salle, parce qu’il connaît son ascendant sur la masse ». Repris et condamné, il est accueilli presque triomphalement, comme s’il revenait d’un long voyage : « Il reprend ses habitudes, sa place au dortoir, sa place à l’atelier, et son nom de guerre36. » Les récidivistes ne sont pas des prisonniers modèles, mais ce sont bien, à tous les points de vue, les « meilleurs prisonniers ».

  • 37 Richepin J., Le chef-d’œuvre du crime, La Rochelle, Rumeur des Ages, 1999 [1877], p. 23.

15En liberté, les récidivistes se métamorphosent subitement. D’alliés du maintien de l’ordre, imposant leur loi à leurs codétenus, ils deviennent des justiciables irrécupérables. Précédés par leur réputation ou rattrapés par la « mauvaise renommée », ils ne peuvent s’insérer dans la société qui les a condamnés. Impossible de rendre un citoyen à la société. Ainsi Jean Richepin montre que le repris de justice, même innocent d’un nouveau crime, ne peut se défaire de son passé. Oscar Lapissote, plumitif des plus obscurs, commet un crime parfait. Il étrangle une malheureuse bonne dans son lit d’hôpital, s’empare de la clé d’un secrétaire de sa patronne, étrangle la vielle femme impotente, s’empare de la fortune enfermée dans le meuble, fait porter les soupçons sur le cocher de la maison qui est jugé et exécuté. En effet, ce dernier avait de « mauvais antécédents » : petites indélicatesses, petits vols et petits recels suffisent à l’accabler37. Les gredins ou les récidivistes sont ainsi précédés par leur réputation.

  • 38 Le Jockey Masqué, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 932.
  • 39 Voir sur cette question le livre de référence de la période : Locard E., L’identification des réci (...)

16Posséder un casier judiciaire ou une fiche suffit à identifier le repris de justice, mais surtout à attester de son incorrigibilité. Ainsi Juve, arrête le fils de Fantômas, le héros de papier de Pierre Souvestre et Marcel Allain. Pour le faire avouer, il l’emmène au pied d’un escalier qui mène à une salle où sont entreposées toutes les fiches anthropométriques. Juve lui dit : « La fiche dont je vous parle a été transmise par mes soins au service du docteur Bertillon. Je sais même son numéro ! Elle est à la case 732n elle porte le chiffre 24-630 C-W. Vous serez identifié, Vladimir, dans trois minutes38 ! » Le fils de Fantomas ne gravit pas les marches et préfère décliner son identité et pourtant la fiche le concernant ne se trouvait pas dans les locaux de la police judiciaire39.

Les seconds couteaux

  • 40 Zola E., La bête humaine, Paris, Fasquelle, [1890], p. 429.

17Le récidiviste irrécupérable est souvent un personnage secondaire : ici, le fils de l’homme en noir, c’est-à-dire Fantomas ; là, une sorte de figurant, comme dans le roman de Zola qui dépeint le monde des cheminots. Jacques Lantier, le fils de Gervaise, est le héros de La bête humaine. Il apporte son témoignage dans l’enceinte de la cour d’assises de Rouen. Dans le box des accusés : le mari de Séverine et Cabuche. Le premier reconnaît avoir tué Grandmorin, mais nie toute implication dans l’assassinat de sa femme Séverine. Le second, vêtu d’une longue blouse bleue, interrogé sur « sa passion bestiale », se met brusquement en colère, trébuche sur les mots et crie que « Non, non ! il ne l’aimait point, il ne la désirait point, c’étaient des menteries, il aurait cru la salir, rien qu’à la vouloir, elle qui était une dame, tandis que lui avait fait de la prison et vivait en sauvage ! » Toutefois, dans le roman, le dix-septième volume des Rougon-Macquart, le véritable récidiviste échappe à la justice des hommes. Jacques Lantier, mécanicien de « Lison » trouve la mort, précipité de sa locomotive, à cause de la fureur du chauffeur, ivre de jalousie lorsqu’il découvre que sa femme Philomène est la maîtresse de Jacques. Ce dernier est incapable de maîtriser ses crises et de discipliner la rage soudaine qui s’empare de lui : « Eh quoi ! un meurtre n’avait pas suffi, il n’était pas rassasié du sang de Séverine, ainsi qu’il le croyait, le matin encore ? Voilà qu’il recommençait. Une autre, et puis une autre, et puis toujours une autre ! » Son désir violent que seules les ténèbres parviennent à calmer imparfaitement ne sera jamais rassasié. Il pense que « rien qu’à la sentir tiède dans ses bras, il cédait au rut du crime, en mâle farouche qui éventre les femelles40. » Le personnage du sonneur est lui aussi irrécupérable et redoutable. Sorte d’apache, il sort le soir et « sonne » le passant sur le sol, en évitant les pavés en bois pour ne prendre que ceux en pierre :

  • 41 Bruant A., op. cit., p. 94

Tandis que l’lpavé d’grès, c’est dur…
Même’ quand on n’a pas les mains lourdes,
Après quat’ cinq coups on est sûr
Que l’sang y sort par les esgourdes41.

  • 42 Darien G., op. cit., p. 370.
  • 43 Ibid., p. 448-449.

18Toutefois, quelques rares figures suscitent la sympathie. Le repris de justice est alors présenté comme une sorte de justicier défiant les autorités et la morale, mais sans être un assassin. Avatar contemporain de Robin des bois, il est assuré de la complicité des lecteurs. Le narrateur du Voleur, le roman de Georges Darien, est un récidiviste, mais ce n’est pas un détrousseur vulgaire, un bandit qui coupe les bourses, un cambrioleur de mansardes misérables. Revendiquant la liberté de ses actes, il se refuse d’être un « voleur légal » et se contente d’être un « voleur sans épithète ». Dans cette optique, le vrai voleur n’est donc pas une « sorte de Bachi-Bouzouk du capitalisme », il est beaucoup plus que cela et joue un rôle essentiel. Il empêche la civilisation moderne de « dépasser le degré d’infamie auquel elle est parvenue », en effet le voleur est un criminel à part qui est une « conséquence immédiate de la mise en train des mauvaises machines gouvernementales, un germe morbide qui apparaît, dès leur origine, dans l’organisme des sociétés qui prennent pour base l’accouplement monstrueux de la propriété particulière et de la morale publique42 ». Voleur que l’on ne soupçonne, avec Roger-la-Honte, il force le coffre-fort d’un industriel qui vante les mérites des grèves car elles permettent de résoudre les crises de surproduction et qui se félicite presque des accidents tragiques comme les explosions qui sont une source de publicité gratuite dans les journaux. Le voleur connaît aussi un véritable récidiviste qu’il attend un soir, une fois celui-ci évadé de Cayenne, réfugié aux États-Unis d’Amérique et rentrant en France. L’entrée en scène du personnage est l’occasion d’un dialogue entre Ida et Le voleur. Ce dernier ne comprend pas pourquoi Canonnier a été au bagne puisqu’il n’a jamais été condamné aux travaux forcés. Ida lui dit qu’il y était « en qualité de relégué. Tu ne connais donc pas la loi de relégation ? » Et le narrateur de répondre : « Si, dis-je. C’est un des chefs-d’œuvre de la République ; si elle n’avait pas créé le Pari Mutuel, ce serait le seul. » L’ironie caustique sert de prétexte pour dénoncer une « loi immonde43 » donnant la possibilité d’envoyer à Cayenne ou en Nouvelle-Calédonie un justiciable condamné deux fois, indépendamment des circonstances et de la gravité de l’infraction commise. Si le roman est une machine à faire rêver, il est aussi une machine à dénoncer les injustices et les errements de la loi.

Les « ramas d’hommes usés »

  • 44 Joly H., La France criminelle, Paris, Librairie Léopold Certf, 1889, p. 24

19À côté des figures du mal et des héros du crime, les récidivistes sont pour la plupart des miséreux. Henri Joly écrit en effet : « Lorsque l’on a voté la loi sur la relégation des récidivistes, le public a cru d’abord qu’il s’agissait d’hommes féroces et résolus, toujours en train de préparer quelque sinistre attentat. Jusqu’ici l’application de cette loi n’atteint que des ramas d’hommes usés, sans énergie et sans ressort, hôtes assidus…, ce n’est pas assez dire ! amis de la prison, et devenus incapables de travailler avec suite, en quelque endroit qu’on les conduise44. »

Les « déshérités de la vie »

  • 45 Coppée F., Le coupable, Paris, Calmann-Lévy, 1934 p. 113.
  • 46 Ibid., p. 123-124.

20Les auteurs de romans judiciaires insistent sur la désillusion du public des juridictions répressives qui s’attend à « admirer « un premier rôle de Cour d’assises, un terrible bandit, vivant en outlaw, en libre sauvage, au milieu de la civilisation45 » et n’aperçoit qu’un pauvre hère, presque timide. Même quand il s’agit d’un assassin, celui-ci n’a pas d’épaisseur, il est commun et ennuyeux au point de susciter des soupirs et des bâillements. François Coppée, s’intéresse ainsi au destin d’un enfant presque abandonné, livré au hasard, enrôlé d’avance dans « l’armée du mal », arrêté pour vagabondage, placé dans une colonie agricole et pénitentiaire. Plus tard, il récidive. Il veut s’emparer de l’argent contenu dans le coffre d’une maison, se fait ouvrir la porte et tue son propriétaire de plusieurs coups de revolver. Mais le crime n’était pas prémédité et l’écrivain, membre de l’académie française, transforme son auteur en malheureux ballotté par le destin, mais qui a su, au fond de lui, garder des sentiments nobles. Il se porte au secours d’une jeune femme mère d’un bébé de quelques mois, qui n’a d’autres ressources que de se prostituer. Après son crime, il la rencontre, c’est son premier client. Ému par son histoire qui ressemble au destin de sa propre mère, il lui donne l’argent du vol. Le récit contient une morale, la fatalité peut être déjouée, mais à condition que chacun décide de reconstruire sa vie, ailleurs, ou les fautes commises sur le vieux continent seront totalement oubliées. Alors le récidiviste et la candidate à la prostitution, « naufragée » de la vie, sont finalement « deux épaves [qui] suffisent pour construire un radeau, et souvent c’est le salut46 ».

  • 47 De Maupassant G., « Le vagabond », dans Le Horla, Paris, Albin Michel, [1887], p. 221-240.

21Au XIXe siècle, le récidiviste, c’est le chemineux ou le vagabond, personnage dont la mobilité heurte les populations sédentaires. Guy de Maupassant, dans une nouvelle, restitue l’itinéraire d’un charpentier qui se trouve au chômage depuis plus de deux mois. Son livret est visé régulièrement, ses papiers sont en règle et ses références sont bonnes, mais impossible de se faire embaucher. Il est arrêté une première fois pour mendicité puis une seconde fois pour s’être introduit dans une maison, y avoir englouti le repas de deux personnes, puis, pour avoir, plus loin « culbuté » une servante de ferme qui tenait à la main deux seaux de lait. Mais avant d’en arriver là, lorsque le charpentier cherchait de l’ouvrage, il est emmené par deux gendarmes à la mairie d’un village pour n’avoir pas d’argent sur lui. Il a les traits d’un voyageur loqueteux en quête de travail qui ne peut-être qu’un misérable, un mendiant, un vagabond et un voleur. En effet, arrêté, alors qu’il n’a encore rien fait, il suscite « une haine allumée dans les yeux et une envie de lui jeter des pierres, de lui arracher la peau avec les ongles, de l’écraser sous leurs pieds. On se demandait s’il avait volé et s’il avait tué47 ».

  • 48 Eekhoud G., Escal-Vigor [1899], dans Romans-fin-de-siècle, Paris, Robert Laffont, 1999, p. 523.
  • 49 Ibid., p. 527.
  • 50 Ibid., p. 528.

22Un peu dans le même registre, Georges Eekhoud campe, en 1898, un personnage un peu pitoyable, surnommé le Roi des Vanneurs, longtemps au service d’un fermier, il se retrouve sans emploi, car il avait été renvoyé pour « avoir fait la concurrence aux fouines, belettes, putois et autres amateurs de poules48 ». Voleur, ne trouvant plus personne à qui louer ses bras, il vit peut-être de maraudage et de chapardage. Sur le retour d’une fête villageoise, devenu rôdeur, il se jette sur Blandine, une jeune fille entr’apercue la saison précédente. Devenue grosse, la victime ne veut pas dénoncer son agresseur « la délation me répugne » dit-elle au curé de la paroisse. Prête à braver les conventions, elle est sur le point de disculper son agresseur en affirmant qu’elle s’est donnée à lui volontairement en lui cachant son âge véritable car si elle restait, par bien des aspects candides, elle avait aussi été édifiée sur « les lois humaines et les conventions du juste et de l’injuste49 ». Elle prend la décision de faire de son fils, l’enfant légitime d’un voleur de poules et d’un vagabond. Mais, elle se retient juste avant de se déclarer et d’annoncer qu’elle allait devenir la femme d’un « repris de justice50 ».

  • 51 Mirbeau O., « L’enfant », La France, 21 octobre 1885.
  • 52 Voir notamment Carco F., Romans, Paris, Robert Laffont, 2004 [1914-1930], 1 189 p.
  • 53 Bost P., Porte-Malheur, Paris, Le Dilettante, 2009, [1932], p. 145

23Les romanciers, même s’ils dénoncent les conditions d’existence et s’indignent, proposent de sombres histoires à la morale terrifiante. Ils semblent dire que les miséreux ne peuvent échapper à leur destin. Qu’une fois engagée sur la mauvaise pente il n’y a plus d’issue possible pour les déshérités de la fortune. Octave Mirbeau a « portraituré » des humbles et des miséreux, des femmes de chambres et des traîne-misère à l’instar des habitants d’un hameau isolé – trente feux au maximum – entre le sable, les ajoncs et les pierres De la sorte, il n’existe guère de possibilités de sortir de sa condition ou de vivre simplement. Aussi les habitants sont tous considérés comme des voleurs et des assassins. Ne sont-ils pas « tous récidivistes ». L’un d’eux, accusé, se confie : « Alors, comme on est pas trop loin du bois, on commence par braconner… Des fois, ça rapporte, mais il y a bien aussi la morte saison… sans compter les gardes qui vous traquent, les procès, la prison. » Une fois enfermé, il est toujours possible de préparer sa sortie, et de fabriquer des collets pour le jour ou l’on retrouvera la liberté. Mais, une fois dehors personne ne veut vous embaucher : « Alors, il faut bien voler ! Et quand on se décide à voler, il faut aussi se décider à tuer… L’un ne va pas sans l’autre51 … » Les romanciers de l’entre-deux-guerres font passer des silhouettes évasives et incertaines. Ainsi dans plusieurs romans de Francis Carco, Jésus-la-Caille, Rue Pigalle, L’homme traqué, La Rue, L’Ombre… des lieux minables et glauques, des hôtels borgnes, des bals poisseux, des maisons publiques, des rues lépreuses servent de cadre à des personnages à peine esquissés, ressemblant à des ombres fuyantes, au passé trouble52. Porte-Malheur, roman publié en 1932, est le surnom d’un adolescent qui a pour père une véritable brute. Un garagiste, dont l’établissement se trouve en bordure de l’avenue de Clichy, le prend sous son aile, lui apprend son métier et lui donne un immense sentiment de fierté. Mais il vole son patron et père adoptif, est arrêté et jugé. Son employeur témoigne en sa faveur et parvient à émouvoir le jury de la cour d’assises. Peu après, Denis vient à nouveau travailler au garage et il tombe amoureux d’une jeune femme. Ses nuits se transforment en cauchemar : « Il s’arrêtait et mordait les draps ; on n’épouse pas un repris de justice. Acquitté ? Oui, mais l’acquittement pour une femme, c’est la preuve du crime. » Plus tard, il se décide à nouveau à passer à l’acte, il projette un double crime et, pour se donner du courage, il commence à boire du rhum : « Il comprit qu’il était ignoble, s’arrêta brusquement, secoua la tête et se gifla plusieurs fois, des deux mains53. » Au-delà de l’étude de cas, le roman contient une morale. Le criminel ne peut connaître le repos, une fois engagé dans la voie du crime l’horizon est définitivement obturé.

Les repris de la justice de la « tribune »

  • 54 Bataille A., Causes criminelles et mondaine de 1888, Paris, E. Dentu, 1889, p. 261.
  • 55 Bataille A., Causes criminelles et mondaines de 1885, Paris, E. Dentu, 1886, p. 369.
  • 56 Bataille A., Causes criminelles et mondaines de 1882, Paris, E. Dentu, 1883, p. 133.
  • 57 Bataille A., Causes criminelles et mondaines de 1889, Paris, E. Dentu, 1890, p. 263.
  • 58 Voir en particulier London G., Les grands procès de l’année, Paris, Les éditions de France, 1927-1 (...)
  • 59 London G., Les grands procès de l’année 1932, Paris, Les éditions de France, 1933, p. 1.
  • 60 London G., Les grands procès de l’année 1931, Paris, Les éditions de France, 1932, p. 232-233.
  • 61 Leclercq F.-P., « Ballade du repris de Justice », Chose jugée. Sonnets et ballades du palais, Lill (...)

24Toutes ces vies minuscules ou imaginaires possèdent des modèles ou des doubles dans les rubriques judiciaires. Guy de Maupassant, lecteur de La Gazette des tribunaux y a sans doute trouvé des exemples. Les colonnes de la presse spécialisée comme celles des journaux populaires contiennent de nombreuses annotations répétitives, dispersées dans un corpus considérable. Le Droit, La presse, Le Temps, Le Petit Journal, le Petit Parisien, Le Matin, Police magazine, Détective, Paris-Soir et bien d’autres glissent quelques formules, convenues le plus souvent, enflammées parfois. Les grands « tribunaliers », auteurs de comptes-rendus de procès ont des ambitions littéraires. Ils publient une fois par an leurs articles les plus alertes, les réécrivent parfois, les réunissent en volumes et les offrent à nouveau à la curiosité du public. Ils contribuent à enrichir l’inspiration des auteurs célèbres. Les récidivistes y bénéficent d’une seconde existence. Dans la première moitié du XIXe siècle, l’expression « cheval de retour » est plutôt réservée aux bagnards, puis, par glissements progressifs, elle s’applique également aux prisonniers, réfractaires de la vie civile. Albert Bataille, le grand chroniqueur « fin-de-siècle » évoque en 1888 « ces deux jeunes gredins qui sont déjà des chevaux de retour54 ». Par ses commentaires, il contribue à entretenir les représentations communes qu’il partage et fait partager à ses lecteurs. Dans l’affaire Marchandon, il s’adresse à eux : « Vous allez voir comment ce misérable de vingt-deux ans a eu dix fois l’occasion de devenir ou de redevenir un honnête homme, comment il s’est entêté au vice et au crime55. » Lors d’un autre procès, il souligne que le président « rappelle d’abord le passé de l’accusé… » qui semble le condamner d’avance56. Ceux qui fréquentent le banc de la cour d’assises ont beau être pitoyables, ils ne renoncent pas pour autant : « Libéré le 26 mars 1879, après avoir obtenu une remise de peine, Marquis n’avait jamais renoncé à ses idées de vengeance57. » D’autres tribunaliers, au tournant des années vingt, glissent, dans cette veine, des remarques similaires58. Geo London retrace ainsi l’itinéraire d’un « farouche » accusé : « Son casier judiciaire s’orne de huit condamnations. Excusez du peu ! Sept autres ont été amnistiées en vertu de différentes lois de pardon. Il a notamment déjà eu à répondre d’un meurtre59. » Une autre fois, ils présentent des criminels qui n’ont guère plus de vingt ans, mais possèdent déjà une « remarquable » carrière criminelle. En effet, les deux complices ont « une telle habitude de l’appareil de justice qu’ils se trouvent visiblement très à l’aise60 ». Prolongeant les images construites du récidiviste, quelques membres de la société judiciaire, magistrats et avocats, prennent à leur tour leur stylo plume et offrent pour un public plus restreint de nouvelles variations. Ainsi, un avocat, lassé d’attendre son tour dans un des corridors hideux d’un palais de justice du Nord décide, pour tromper l’ennui, de rimer quelques « modernes lais », qu’il fait publier en 1934. Dans ce recueil de sonnets et de ballades, il consacre deux pages au récidiviste. « Ballade pour un repris de justice » commence par une affirmation : « Oui, Monsieur, je sors de prison… » Le poème évoque François Villon et Oscar Wilde, la « geôle » et le « bâton de merisier » permettant de narguer le ciel et la terre. Le récidiviste a mauvais caractère, boit trop, vole un pain quand il a faim, et ne laisse pas les gardes faire taire ses « révoltes de libertaires ». La deuxième strophe résume l’essentiel d’une vie et d’un casier judiciaire : « Un jour, en ma jeune saison/J’ai, croyant le lieu solitaire/Troussé les jupes de Lison/Puis un vol : j’étais militaire/Et, dans le verger du notaire/J’avais pillé le cerisier/Quand survint le propriétaire : Une de plus à mon casier61. »

  • 62 Mendès C., « Le chercheur de Tares » [1898], dans Romans fin-de-siècle, Paris, Robert Laffont, col (...)

25Mais au bout du compte, il n’y a guère de puissance inventive et simplificatrice qui donnerait aux récidivistes un sort enviable. Bien au contraire, l’existence semble insupportable. Catulle Mendès, dans un roman noir, l’a exprimé à la Belle Époque. Il mêle la « part de ténèbre » des individus, le pessimiste sombre et la décadence sordide. Le sort du récidiviste qui échappe à la loi sur la relégation lui semble moins enviable que celui du condamné à mort : « Et j’étais si abominablement triste de toutes les vilenies de ma vie, que j’aurais peut-être éprouvé une joie, si, tout à coup, au lieu d’être dans une pistole de Sainte-Pélagie, d’où on sort vers la vie, je m’étais trouvé dans la cellule de la Roquette, d’où l’on ne sort que pour aller voir, au matin vert, luire le clair du haut couteau62. » De son côté, Steinlen illustre une chanson dans laquelle le récidiviste est un pauvre hère qui ne se résout pas à dormir sous les ponts :

  • 63 Bruant A., op. cit., p. 106.

Mais j’ai mon plan, e j’suis mariolle :
Quand les jug’ auront assez d’moi
Et qu’i’s auront soupé d’ ma fiole,
Faura ben qu’i’ s m’ appliqu’nt la loi ;
Vous savez ben, la loi nouvelle
Qui condamne l’gouvernement
A m’envoyer à la Nouvelle…
V’là porquoi que j’cherche un log’ment63.

*

  • 64 Richepin J., « L’Assassin nu », dans Petit musée des horreurs, édition établie par Nathalie Prince (...)
  • 65 Schnapper B., op. cit., p. 313-351.

26Si pour nombre de publicistes et d’observateurs sociaux, le traitement de la récidive s’apparente à une justice de débarras, pour le grand public, les journalistes et les romanciers, le récidiviste n’est pas un personnage grandiose et horrible, mais un être repoussant, grotesque et parfois désespéré. Sous la plume ou le stylo des hommes de lettres comme des tribunaliers, les récidivistes sont stigmatisés, rejetés du côté d’un Autre dissemblable, mais ils n’apparaissent pas, en dehors de quelques cas, suffisamment dangereux pour incarner l’effroi social. Ce ne sont ni des apaches ni des monstres insaisissables. Les personnages de papier comme les individus de chair emmenés dans les palais de justice et décrits par les chroniqueurs judiciaires peuvent apparaître rusés, quelques-uns mêmes ont des allures de prédateurs, mais la majorité apparaissent comme des misérables et des va-nu-pieds. Ainsi Pierre Lurier, condamné à l’âge de vingt-cinq ans, lorsqu’il sort de prison, « avait donc pour horizon la misère et la faim64 ». Les récidivistes constituent donc davantage une sorte de « lèpre sociale » qu’une forme de « choléra sociétale » prenant place parmi les fléaux sociaux majeurs. S’ils ont donné lieu à une profusion de discours de la part de la société judiciaire65, ils n’ont pas été oubliés par les chansonniers, les « faiseurs de romans » et les chroniqueurs, sans pour autant donner naissance à quelques figures en relief qui auraient occupé une place à part dans l’imaginaire du crime. Le récidiviste, en dehors de quelques exceptions, se présente sous la forme d’un être trop banal pour piquer la curiosité publique et retenir l’attention.

Notes

1 Darien G., Le voleur, Paris, Omnibus, 2005, [1897], p. 455.

2 Bachelard G., L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942, p. 180-208.

3 Par exemple, Gil Blas, 16 septembre 1884.

4 Schnapper B., « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », Rapport au XXIe congrès de l’Association française de criminologie, 1982, repris dans Voies nouvelles en histoire du Droit, Paris-Poitiers, PUF, 1991, p. 313-351.

5 Dans la présente contribution, nous ne prenons pas en compte les images et les représentations du récidiviste forgées par les pouvoirs publics, les criminologues, les magistrats dans les discours de rentrée ou encore les moralistes comme Alfred Fouillée. Sur ces aspects voir Chauvaud F., « Repris de justice et incorrigibles. Les figures du récidiviste au cœur de l’imaginaire judiciaire » (France XIXe siècle) », dans Briegel F., Porret M. (dir.), Le criminel endurci, Récidive et récidivistes du Moyen Âge au XXe siècle, Genève, Droz, p. 251-262

6 Hugo V., Les misérables, 1, p. 91.

7 Ponson du Terrail, Les drames de Paris. Rocambole, Paris, Jules Rouff éditeur, 1859-1884, vol. 1, p. 227.

8 Bruant A., Dans la rue, Chansons et monologue, Paris, Aristide Bruant, Auteur éditeur, Marche des dos, s. d., p. 48.

9 Du Camp M., Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, Monaco, G. Rondeau, 1993 [1875], p. 236.

10 Chauveau A., Faustin H., Théorie du Code pénal, Paris, Édouard Legrand, 1843, tome I, p. 312.

11 Garraud R., La relégation et l’interdiction de séjour, 1886. Garçon E., « Dans quels cas la relégation doit être prononcées », Journal du Droit criminel, 1885.

12 Du Camp M., op. cit., p. 235.

13 La loi du 26 mars 1891 distingue la petite récidive correctionnelle de la grande récidive correctionnelle.

14 Voir Briegel F., Porret M. (dir.), op. cit.

15 Claude A.-F., Mémoire de monsieur Claude, Paris, Jules Rouffet Cie éditeurs, 1881-1885, p. 618.

16 Kalifa D., « Les mémoires de policiers : l’émergence d’un genre », Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005, p. 67-102.

17 Millot V. (dir.), Les mémoires policiers. 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, PUR et MRSH, université de Caen Basse-Normandie, 2006, 415 p.

18 Canler P., Mémoires de Canler, édition présentée et annotée par Jacques Brenner, Paris, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 1986 [1862], 812 p.

19 Claude A.-F., op. cit., p. 271.

20 Ibid., p. 270.

21 Ibid., p. 300.

22 Goron M.-F., Les Mémoire de M. Goron, Paris, Ernest Flammarion éditeur, 1897-1898, 4 vol. 

23 Ponson du Terrail, op. cit., t. 1, p. 45.

24 Sim G., La femme qui tue, Paris, A. Fayard et Cie éditeurs, 1 coll. « Le livre populaire », 1928, dans Simenon avant Simenon, Yves Jarry, détective aventurier, Paris, Omnibus, 2005, p. 561.

25 Brulls C., L’amant sans nom, Paris, A. Fayard et Cie éditeurs, « Le livre populaire », 1928, dans Simenon avant Simenon, op. cit., p. 66.

26 Lacassin F., Louis Feuillade, Paris, Seghers, coll. « Cinéaste d’aujourd’hui », 1964.

27 Voir en particulier : Brioist F., Drévillon H., Serna P., Croiser le fer : violence et culture dans la France moderne, XVIe -XVIIIe siècles, Paris, Champ Vallon, coll. « Époques », 2005, 544 p.

28 Gil Blas, 17 mai 1882.

29 Gil Blas, 4 novembre 1884.

30 Sur la perception du duel, voir notamment Jeanneney J.-N., Le Duel, une passion française, 1789-1914, Paris, Le Seuil, 2004, 280 p. et Guillet F., La mort en face. Histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, Aubier, Collection historique, 2008, 429 p.

31 Moreau Christophe, « Les récidivistes », dans Curmer L. (éd.), Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle, Paris, Omnibus, tome II, 2004 [1840-1842], p. 568.

32 Ibid., p. 570.

33 Ibid., p. 570.

34 Ibid., p. 572.

35 Ibid., p. 571.

36 Ibid., p. 572.

37 Richepin J., Le chef-d’œuvre du crime, La Rochelle, Rumeur des Ages, 1999 [1877], p. 23.

38 Le Jockey Masqué, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 932.

39 Voir sur cette question le livre de référence de la période : Locard E., L’identification des récidivistes, Paris, 1909, 362 p.

40 Zola E., La bête humaine, Paris, Fasquelle, [1890], p. 429.

41 Bruant A., op. cit., p. 94

42 Darien G., op. cit., p. 370.

43 Ibid., p. 448-449.

44 Joly H., La France criminelle, Paris, Librairie Léopold Certf, 1889, p. 24

45 Coppée F., Le coupable, Paris, Calmann-Lévy, 1934 p. 113.

46 Ibid., p. 123-124.

47 De Maupassant G., « Le vagabond », dans Le Horla, Paris, Albin Michel, [1887], p. 221-240.

48 Eekhoud G., Escal-Vigor [1899], dans Romans-fin-de-siècle, Paris, Robert Laffont, 1999, p. 523.

49 Ibid., p. 527.

50 Ibid., p. 528.

51 Mirbeau O., « L’enfant », La France, 21 octobre 1885.

52 Voir notamment Carco F., Romans, Paris, Robert Laffont, 2004 [1914-1930], 1 189 p.

53 Bost P., Porte-Malheur, Paris, Le Dilettante, 2009, [1932], p. 145

54 Bataille A., Causes criminelles et mondaine de 1888, Paris, E. Dentu, 1889, p. 261.

55 Bataille A., Causes criminelles et mondaines de 1885, Paris, E. Dentu, 1886, p. 369.

56 Bataille A., Causes criminelles et mondaines de 1882, Paris, E. Dentu, 1883, p. 133.

57 Bataille A., Causes criminelles et mondaines de 1889, Paris, E. Dentu, 1890, p. 263.

58 Voir en particulier London G., Les grands procès de l’année, Paris, Les éditions de France, 1927-1939, 13 vol. 

59 London G., Les grands procès de l’année 1932, Paris, Les éditions de France, 1933, p. 1.

60 London G., Les grands procès de l’année 1931, Paris, Les éditions de France, 1932, p. 232-233.

61 Leclercq F.-P., « Ballade du repris de Justice », Chose jugée. Sonnets et ballades du palais, Lille Émile Raoust, 1934, p. 49-50.

62 Mendès C., « Le chercheur de Tares » [1898], dans Romans fin-de-siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1999, p. 475.

63 Bruant A., op. cit., p. 106.

64 Richepin J., « L’Assassin nu », dans Petit musée des horreurs, édition établie par Nathalie Prince, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008, p. 434-443.

65 Schnapper B., op. cit., p. 313-351.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search