Version classiqueVersion mobile

Les récidivistes

 | 
Jean-Pierre Allinne
, 
Mathieu Soula

Première partie. Regards croisés sur la récidive et les récidivistes, XIXe-XXe siècles

Regards croisés sur la récidive et les récidivistes, XIXe-XXe siècles

Texte intégral

  • 1 Bérenger R., « Proposition de loi sur les moyens préventifs de combattre la récidive. Régime des p (...)

1La législation sur la récidive prend appui principalement sur des figures criminelles repoussoir. Il s’agit d’identifier l’ennemi intérieur et d’écarter le danger social qu’il représente. Il est bien question d’un combat mené par les différents régimes depuis le XIXe siècle. Même quand il rapporte une loi portant création de la libération conditionnelle, le sénateur Bérenger la présente comme un moyen préventif « de combattre la récidive1 ». La rhétorique guerrière à l’œuvre montre à voir la récidive et le récidiviste comme des menaces particulières : ce n’est pas le crime commis qui est une menace, mais bien l’état de récidive, la nature même du récidiviste. Le monstre qui se dessine en creux dans les différents textes officiels ne rencontre finalement que peu d’écho dans la pratique quotidienne de la justice. Le discours politique, voire scientifique, se trouve en grande partie déconnecté de la réalité. Les boucs émissaires, c’est-à-dire les récidivistes, ne servent à l’État, et surtout à la Troisième République, qu’à justifier son monopole de la violence légitime, à se montrer capable d’assurer l’ordre social.

2Frédéric Chauvaud (Les « repoussés de la vie » : carnassiers, paresseux, sournois et pitoyables. Imaginaires et représentations du récidiviste, [1840-1940]) tente, à travers une analyse des romans et des rapports des tribunaliers de répondre à la question de savoir qui sont les récidivistes du « quotidien ». Représente-t-on des êtres impitoyables et sanguinaires, tels qu’ils sont évoqués à la tribune des assemblées ou dans les milieux scientifiques ? Qui se cache derrière le flou de la catégorie et de la généralisation ? La réponse prend en grande partie le contre-pied des discours dominants. Le récidiviste apparaît comme un « homme gris, une ombre parmi les ombres », qui n’a que peu retenu l’attention des romanciers. Le récidiviste n’est pas cet être formidable, mais plutôt un « misérable ». Les romanciers et les tribunaliers ont compris que les lois sur la récidive, au cours de cette période, ne se focalisaient que sur les vagabonds, mendiants et autres voleurs, autrement dit ils ont rapportés des destins associant misère et vie dans le crime, bien loin des visions des criminels sanguinaires et asociaux projetées par les politiques.

3Le décalage entre ces représentations s’explique en partie par la concurrence que se livrent les différentes disciplines (droit, science pénitentiaire, criminologie, sociologie, médecine) dans la définition du récidiviste et du traitement à lui appliquer. Jean-Louis Halpérin (La doctrine pénaliste et la récidive au XIXe siècle) montre que dans cette « lutte » pour proposer des solutions, la doctrine pénaliste, longtemps effacée et en retrait, a su profiter du contexte particuliers des années 1880 (forte demande politique en matière de récidive, influence de l’anthropologie criminelle et constitution dans le sein des universités républicaines « d’un groupe de spécialistes du droit pénal ») pour exprimer avec plus de force une position particulière (défense du droit pénal « traditionnel » et ouverture à l’anthropologie criminelle). Il montre ainsi que l’histoire de la récidive est donc aussi inséparable de l’histoire des disciplines qui l’ont prise pour objet. Dans la même optique, Nicolas Derasse (La récidive dans les Congrès pénitentiaires internationaux du XIXe siècle) analyse l’un des points de rencontre de ces disciplines avec des représentants des différents gouvernements : les Congrès pénitentiaires internationaux. Ces lieux privilégiés de discussions et d’échanges sont le réceptacle des représentations dominantes sur la récidive et les récidivistes. C’est là qu’ils sont définis, c’est là où ce « problème » est formulé ou reformulé. Les causes, les conséquences, les traitements de la récidive y sont débattus âprement.

4Étudier les représentations, qu’elles soient littéraires, scientifiques, juridiques, politiques ou bien encore journalistiques, de la récidive et des récidivistes doit permettre de mieux comprendre les enjeux de ces questions aux XIXe et XXe siècles. Derrière l’apparente objectivité d’une catégorie pénale, il y a des luttes pour imposer une définition ou plutôt pour participer à cette définition qui sera reprise par les politiques au travers de lois spécifiques.

Notes

1 Bérenger R., « Proposition de loi sur les moyens préventifs de combattre la récidive. Régime des prisons, libération conditionnelle, patronage, réhabilitation », Revue pénitentiaire et de droit pénal. Bulletin de la Société générale des prisons, tome 7, 1883, no 1, janvier, p. 33-71 ; tome 8, 1884, no 4, avril, p. 382-454.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search