Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Glossaire

M. A. Polo de Beaulieu

Texte intégral

1Un certain nombre de termes ne sont jamais traduits en français dans les études sur la prédication et dans ce volume. On trouvera ci-après leur définition sommaire.

2Artes praedicandi : manuels à l’usage des prédicateurs pour leur donner l’art et la manière de composer et présenter un sermon efficace. Les plus connus ont été écrits par Humbert de Romans et Thomas de Chobham.

3Auctoritas (subst., pluriel auctoritates) : un des termes les plus polysémiques du latin médiéval. Il peut désigner l’origine, l’ordre, le commandement, mais aussi l’importance, l’influence, le prestige et l’autorité. Dans le contexte homilétique, il a deux sens : au sens strict, il désigne une citation ; au sens large, l’autorité d’un texte qui « fait autorité », essentiellement la Bible et les écrits des Pères de l’Eglise (synonyme : patristique).

4Biblia pauperum : littéralement, Bible des pauvres. Type de Bible qui apparaît en Allemagne vers 1310 avec une mise en page particulière : sur chaque page sont comparées une scène de l’Ancien Testament et une scène du Nouveau Testament ; l’ensemble est accompagné de vers.

5Captatio benevolentiae : on peut traduire par « captation de la bienveillance » du lecteur ou de l’auditeur. Passage obligé de tout prologue pour capter l’attention bienveillante du public en lui présentant les objectifs de l’auteur, les qualités de son ouvrage et les bienfaits qui découleront de sa lecture ou de son audition.

6Collatio (plur. collationes) : entretiens, réunions plus ou moins formelles, parfois même synonyme de synode ou de réunions de fidèles. Dans l’emploi du temps monastique, la collatio désigne une lecture des livres saints (au sens large) à heures fixes, le plus souvent après le dîner. Les Collationes de Jean Cassien sont des conférences destinées aux moines.

7De tempore (sermon) : sermon prêché en suivant les dimanches et les fêtes liturgiques liées à la vie du Christ.

8De sanctis (sermon) : sermon prêché en suivant les fêtes liturgiques liées au culte des saints.

9Dilatatio (du sermon) : techniques rhétoriques pour développer le sermon, très utilisée lors du renouveau du sermon (voir Sermo modernus).

10Distinctiones (recueil de) : répertoire alphabétique de thèmes tirés de l’Écriture et destinés au prédicateur.

11Exemplum (subst., pluriel exempla) : Jacques Le Goffa défini les exempla comme des « récits brefs donnés comme véridiques, et destinées à être insérés dans un discours, en général un sermon, pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire ». Depuis, cette définition a évolué vers un processus d’exemplification, qui rend exemplaire toute forme narrative, fictionnelle ou donnée comme véridique. L’exemplum destiné au sermon est appelé homilétique pour le distinguer des exempla qui inervent toute la littérature didactique religieuse et profane.

12Illiteratus : la traduction « illettré » amènerait à une confusion. En effet, au Moyen Âge, est dite illiteratus toute personne incapable de maîtriser le latin.

13Mariale (adj. ; subst.) : recueil de miracles, de sermons ou d’exempla centrés sur la figure, la vie et les miracles de la Vierge Marie.

14Quadragesimale (adj. ; subst.) : lié au Carême, période de quarante jours qui précède Pâques dans le calendier liturgique, pendant laquelle les sermons étaient particulièrement nombreux ; ils étaient alors appelés sermones quadragesimales.

15Reportatio (subst., pluriel reportationes) : notes prises par l’auditeur d’un sermon ; elles permettent à l’historien d’approcher au plus près la prédication effective tout en tenant compte de la dimension subjective de la prise en notes d’une performance orale.

16Sermo modernus : ce nouveau type de sermon, apparu au XIIe siècle, donne un thema initial, toujours constitué par un passage scripturaire, suivi par une division qui sépare les parties du sermon (en nombre variable) ; chaque partie peut à son tour être soumise à des divisions spécifiques et plus ou moins étendues, à l’intérieur desquelle on trouve des passages scripturaires, des auctoritates, des métaphores, des étymologies, des insertions doctrinales, hagiographiques, liturgiques et des exempla.

17Sermones ad status : sermons dont le développement s’adapte au statut social dominant de l’auditoire. On distingue souvent entre sermons aux clercs (sermones ad cleros) et sermons ad populum, au peuple au sens de laïcs incapables de suivre un sermon en latin. Mais certains prédicateurs comme Jacques de Vitry ou Guibert de Tournai ont affiné ces distinctions sociales en composant des sermons pour les gens mariés, pour les veufs, pour les marchands, etc.

18Thema : thème du sermon dans le sermo modernus qui prend toujours la forme d’une citation biblique.

19Vulgate : nom donné à la traduction latine de la Bible issue de celle faite partiellement par Jérôme (entre 385 et 405), pour la distinguer de l’ancienne traduction fautive, la Vetus latina. Cette Vulgate a été corrigée à l’époque carolingienne (Alcuin et Théodulf), puis au XIIe siècle uniformisée par les Cisterciens. Au XIIIe siècle cette homogénéisation du texte biblique s’est poursuivie (Étienne Langton puis l’université de Paris), tandis que des correctoires circulaient séparément. Entre la Vulgate et la traduction de la Bible actuellement en usage (traduction œcuménique de la Bible), il existe quelques différences d’appellation de certains textes dont on trouvera l’essentiel dans le tableau suivant :

Vulgate

Traduction œcuménique de la Bible

1 Rois

1er livre de Samuel

2 Rois

2e livre de Samuel

3 Rois

1er livre des Rois

4 Rois

2e livre des Rois

1 Paralipomènes

1er livre des Chroniques

2 Paralipomènes

2e livre des Chroniques

L’Ecclésiaste

Qohélet

L’Ecclésiastique

Le Siracide

Auteur

CNRS – CRH

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540