Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Conclusion générale

Jean-Claude Schmitt

Texte intégral

1L’ampleur et la diversité des contributions réunies dans ce volume montrent assez la richesse des résultats, dus à une bonne vingtaine d’auteurs, des trois colloques successifs organisés par le Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval en avril 2005 (sur les exempla bibliques), en juin 2007 (sur les exempla monastiques) et en juin 2008 (sur le Ci nous dit). Ils illustrent la vitalité des recherches menées sur l’exemplum médiéval depuis plus de trente ans et permettent d’en faire le bilan. Initiées par Jacques Le Goffau tournant des années 1970-1980, elles bénéficient depuis du travail acharné et de la compétence rare des éditeurs du présent volume, Marie Anne Polo de Beaulieu et Jacques Berlioz, entourés de quelques fidèles, au premier rang desquels Pascal Collomb. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai : les mêmes ont déjà réuni et publié d’autres colloques, qui ont contribué à tisser des liens entre de nombreux chercheurs, au plan national et international : l’un sur les nouvelles perspectives de la recherche sur les exempla (1994, publié en 1998), l’autre sur l’animal dans les exempla (1996, publié en 1999), tandis que leur attention se tourne maintenant vers les formes dialoguées dans l’exemplum (2009 et 2010). On ne saurait trop souligner l’importance pour la recherche scientifique de tels projets à long terme, qui permettent de capitaliser les acquis, de mener à bien des travaux d’érudition longs et difficiles comme les éditions de textes, de laisser mûrir la réflexion collective et de bâtir des réseaux de chercheurs, loin des effets de mode, des exigences inadaptées d’une politique du rendement immédiat et du primat donné aux projets de recherche individuels, sinon individualistes. Le seul fait de réunir dans un même livre les résultats de plusieurs rencontres, étalées en fait sur cinq années, témoigne de la conviction partagée par nos chercheurs qu’il est nécessaire que le temps soit donné au temps pour faire apparaître des connexions insoupçonnées entre plusieurs sujets et axes de recherche et pour que le dialogue se noue pleinement entre tous les chercheurs mobilisés, quelle que soit la diversité de leurs intérêts personnels. Mon bref commentaire conclusif évitera donc volontairement de suivre le plan du volume et la succession des trois colloques qui lui ont donné naissance. Je voudrais plutôt en proposer une lecture transversale, en identifiant les trois questions, à mon sens primordiales, que ce livre pose à la recherche sur les exempla.

2La première question concerne la forme narrative de l’exemplum et ses caractères propres. Le premier de ces caractères a été reconnu depuis longtemps : c’est la brièveté. De celle-ci découlent d’autres traits non moins fondamentaux. L’exemplum est un récit subordonné à un autre « texte », dans lequel il est enchâssé, provoquant une rupture de ton et de rythme et, au plan du sens, un changement de registre : du registre apologétique ou didactique, voire théologique – celui du texte englobant –, l’exemplum fait passer durant un court moment à un registre bien différent, celui d’un récit concret, imagé, aux échos familiers, qui invite à tirer une leçon morale. Ce qui est vrai des textes écrits qui nous ont conservé les exempla, en particulier les sermons et les recueils, devait l’être bien plus encore de la performance orale, que nous avons perdue, mais qui était le mode d’existence originel de l’exemplum, où il bénéficiait de toute sa vivacité, de sa faculté d’adaptation, d’amplification ou d’abrègement, suivant les contraintes et les objectifs de chaque prise de parole singulière. Car la plasticité de l’exemplum est un autre trait caractéristique qu’attestent bien des contributions de ce volume : le même exemplum peut revêtir, suivant les textes où on le retrouve, des formes et des dimensions différentes, tandis que les personnages mis en scène changent à l’occasion – tel animal ou telle profession se substituant à d’autres – et que la leçon tirée du récit s’infléchit dans un autre sens. Presque toutes les contributions réunies dans ce volume insistent sur ces caractères – brièveté, subordination, plasticité –, mais elles y ajoutent une notion non moins importante que je voudrais mettre en relief, le caractère « fragmentaire » de ces textes, qui s’agencent et se recomposent au gré des nécessités : il en va ainsi – plusieurs communications le montrent éloquemment – de tous ces petits textes qui s’agglutinent autour de l’exemplum et parfois se confondent avec lui – paraboles, fables, proverbes – ; il en va de même, plus encore, des textes bibliques, de longueur variable, qui tantôt sont cités en de courtes phrases comme des « autorités », tantôt sont amplifiés et transformés pour devenir des « exempla bibliques », dont Nicolas de Hanapes a même compilé une anthologie ; mais tantôt aussi, les passages de la Bible sont, si j’ose dire, remâchés par un auteur monastique avant d’être retransmis par petites bouchées à un auditoire laïque et « illettré » ; dans le Ci nous dit, ils se mêlent aux commentaires liturgiques et plus encore aux observations de la liturgie réelle, laquelle entend elle aussi illustrer en actes le récit biblique et évangélique ; enfin, ils y déterminent une autre « fragmentation », celle de la série des images, long ruban aux fonds alternativement rouge et bleu qui « illustre » les exempla en français en leur imprimant la marque d’une logique figurative distincte de la logique des textes.

3Un deuxième apport du volume réside dans la mise en valeur du temps long de la tradition : celle-ci s’enracine dans la Bible, dans le grand récit chrétien des origines, qui remonte même bien plus haut que le Christ (n’est-ce pas là d’ailleurs un paradoxe du christianisme ?), jusqu’aux sources de l’immense répertoire narratif vétérotestamentaire, de loin le plus pittoresque ; elle est relayée, relevée pourrait-on dire, par d’autres jalons successifs de la tradition : les uns patristiques (Ambroise, Jérôme, Grégoire le Grand avant tout), les autres monastiques (les Vies des Pères, Pierre Damien, Odon de Cluny, Bernard de Clairvaux). C’est le mérite de ce volume d’inscrire les exempla dans ce temps immensément étiré, mais qui est aussi scandé par cette succession des âges, ce qui pose tout le problème de la conscience qu’avaient ou non les auteurs de la longue durée des textes qu’ils utilisaient : d’un côté, l’usage même de la citation tendait à écraser les autorités comme les récits dans une sorte de présentisme qui les mettait tous sur le même plan, d’autant plus que le recours aux textes anciens n’était bien souvent pas direct, mais dépendait de compilations intermédiaires ; d’un autre côté, on ne saurait sous-estimer la conscience historique de ces auteurs, leur sens de la succession des temps, d’autant moins qu’ils le tiraient en premier lieu de la Bible elle-même, ou plus vraisemblablement de sa mise en séquence dans l’Historia scolastica de Pierre Le Mangeur, leur premier livre d’histoire. Il est probable que c’est ce caractère contradictoire ou ambivalent du sentiment du temps qui prévalait et qui justifiait un mélange de déférence à l’égard des autorités et de respect de la lettre, autorisant une actualisation assez libre du texte sacré dont les conséquences culturelles et idéologiques doivent être soulignées. Fragmentation et plasticité, on l’a dit, sont des traits dominants des exempla. Ajoutons aussi qu’ils étaient porteurs, consciemment, d’une longue tradition qu’ils rendaient intelligibles en l’adaptant aux circonstances, sans servilité à l’égard de la lettre, avec une certaine souplesse dans son interprétation et son utilisation.

4Inscrits dans cette tradition, les exempla transmettaient un savoir aux dimensions multiples. Celui-ci provenait de la Bible en premier lieu, mais bien d’autres expériences de l’histoire chrétienne étaient venues s’ajouter ensuite à cette première strate comme autant de modalités nouvelles d’une même sagesse inépuisable : apologues des Pères, exemples héroïques des martyrs et des vierges, contre-exemples aussitôt dénoncés des ennemis du Christ, extension de la fable au règne animal – dans une remarquable continuité des espèces au sein de la Création –, anecdotes tirées de la vie quotidienne : en somme tout était bon à donner des leçons, jusqu’aux proverbes qui énonçaient une morale de bon aloi hors du temps. C’est le propre des exempla d’avoir fait la synthèse de ce savoir hétéroclite, de l’avoir fondu dans un moule qui, sans doute, présente des variantes, mais qui n’en frappe pas moins par son homogénéité à partir du moment où de grands prédicateurs – Jacques de Vitry, Césaire de Heisterbach –, puis une première génération de religieux mendiants – Franciscains, Dominicains et même Sachets – s’en emparèrent pour lui donner une cohérence et une efficacité à la mesure de sa fonction sociale : transmettre ce savoir aux laïcs (non exclusivement, mais prioritairement), mettre ces textes au service de la parole publique, susciter l’adhésion par l’émotion et même l’image, conformer les populations urbaines à un modèle de vie qui leur fût adapté et qu’elles acceptassent de faire leur. Inséparable de la fondation des ordres mendiants, de la création de l’Université, de la réunion du concile de Latran IV en 1215, cette formidable entreprise d’acculturation fut un coup de maître, ou pour mieux dire : un coup de tonnerre, tonitrua exemplorum…

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540