Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Troisième partie. Le Ci nous dit comme interface culturelle

Usages et fonctions des proverbes dans le Ci nous dit

Uses et functions of proverbs in the Ci nous dit

Marie Anne Polo de Beaulieu

Résumé

Les proverbes non-bibliques font appel à une autre forme de sagesse, à un savoir commun qui permet au prédicateur de créer une connivence avec son public. Jacques de Vitry préconise d’ailleurs leur usage dans les sermons. Le Ci nous dit se démarque des autres recueils d’exempla par un usage massif des proverbes alors que les recueils monastiques en sont dépourvus et que les recueils mendiants en font un usage raisonné, voire parcimonieux.
La question des sources reste posée et plusieurs hypothèses sont examinées : recueils de sermons, recueils d’exempla et anthologies médiévales de proverbes sont interrogés pour mesurer les emprunts du compilateur du Ci nous dit. Ce dernier place les proverbes soit en introduction soir en conclusion soit les insère dans le tissus narratif. Il sait en tirer toute l’efficience mnémonique et didactique.

The non-biblical proverbs call on another form of wisdom, that of common knowledge which helps the preacher to create a connivence with his audience. Jacques of Vitry encourages the use of proverbs in sermons. The Ci nous dit stands out from other collections of exempla for its intensive use of proverbs, whereas monastic collections never refer to proverbs and mendicant collections only using them parsimoniously. The question of the sources of these proverbs is posed and various hypothesis are examined: collections of sermons, collections of exempla and medieval anthologies of proverbs are analysed to find out which ones were used by the compiler of the Ci nous dit. He puts the proverbs either in the introduction, or in the conclusion of the exempla, or inserts them in the middle of the narration. He skillfully uses their mnemonic and didactic efficiency.

Texte intégral

  • 1 Blangez G., « La tradition des Apocryphes dans le Ci nous dit », Alain de Lille, Gauthier de Châti (...)
  • 2 Par exemple les catastrophes naturelles comme l’a montré Berlioz J., « Les récits exemplaires, sou (...)

1Le Ci nous dit appartient à la littérature exemplaire qui occupe une place très particulière dans les dynamiques culturelles. En effet, les recueils d’exempla peuvent être considérés comme de véritables interfaces culturelles dans la société médiévale car ils se situent à la croisée de l’oral et de l’écrit, du latin et de la langue vulgaire. De plus, ils ont joué un rôle fondamental de diffusion de la culture antique, en partie via les Étymologies d’Isidore de Séville, mais aussi via de nombreux florilèges compilés à l’ombre des cloîtres. Les fables ésopiques retravaillées au cours du Moyen Âge ont également transité par les recueils d’exempla. Ceux-ci ont aussi souvent assuré une vulgarisation du savoir biblique (qui compose la première partie du Ci nous dit) entendu au sens large : Bible, écrits apocryphes1, exégèse et glose. Ils ont fait connaître des extraits de chroniques et se sont parfois fait l’écho d’événements contemporains2 ou de rumeurs récentes.

  • 3 Le Goff J. et Schmitt J.-C., « Au XIIIe siècle une Parole nouvelle », Delumeau J. (dir.), Histoire (...)
  • 4 Pour une première approche : art. « Proverbes en français », Dictionnaire des lettres françaises, (...)
  • 5 Le livre biblique des Proverbes valorise la littérature gnomique et a pu servir parfois de gisemen (...)

2Pour affiner la rhétorique de la persuasion au service de la nouvelle pastorale, les compilateurs d’exempla ont multiplié les signes de connivence avec la culture folklorique3 partagée à des degrés divers par différents publics auxquels pouvaient s’adresser les prédicateurs. À ce titre, les proverbes4 constituent un moyen privilégié de faire appel à une sagesse non pas systématiquement biblique5 ou livresque, mais orale au moins en apparence (à ce titre souvent énoncée en langue vernaculaire), partagée par tous (comme les lieux communs) et donc réputée universelle et indiscutable. Jacques de Vitry conseillait l’usage des proverbes dans les sermons :

  • 6 Lecoy de la Marche A., La Chaire française au Moyen Âge, spécialement au XIIIe siècle, d’après les (...)

« La plus grande prudence et le plus grand discernement sont nécessaires dans la prédication […]. Il faut donc parler un langage et parfois un idiome différents, suivant que l’on s’adresse aux grands ou aux petits, aux prélats et aux clercs inférieurs […]. Il faut tantôt blâmer tantôt complimenter, viser moins à la beauté des sermons qu’à l’édification des âmes, se mettre à la portée du vulgaire et employer beaucoup de proverbes, de traits d’histoire, d’exemples, surtout quand l’auditoire est fatigué et commence à s’endormir […]. Croyez-en un expert (Experto credite)6. »

  • 7 Buridant C., « Les proverbes et la prédication au Moyen Âge. De l’utilisation des proverbes vulgai (...)
  • 8 Le fascicule sur l’exemplum dans la Typologie des souces du Moyen Âge occidental composé par J. Le (...)
  • 9 Bizzarri H. et Rohde M. (dir.), Die Tradition der Sprichwöter und Exempla im Mittelalter, Colloque (...)

3Si l’étude de Claude Buridant sur les proverbes dans la prédication7, parue en 1984, a pointé du doigt l’importance de la relation entre exemplum et proverbe, force est de constater que cette piste de recherche n’a pas été suffisamment exploitée8 avant le colloque organisé par Hugo Bizzarri à Fribourg à l’automne 20079. À cette occasion, Jacques Berlioz et moi-même avons pu constater la richesse de cette problématique et proposer une étude de la place du proverbe dans la littérature exemplaire. Dans ce cadre, la singularité du Ci nous dit est apparue comme une évidence. Nous nous attacherons donc dans un premier temps à l’analyser, à tenter de trouver les sources d’inspiration de son auteur anonyme en ce qui concerne les proverbes : les a-t-il butinés dans divers recueils ou a-t-il eu recours à une anthologie médiévale ? Ensuite, nous tâcherons de mettre en lumière la variété des usages et des fonctions du proverbe dans le Ci nous dit.

Spécificités du Ci nous dit dans le paysage exemplaire

  • 10 L’indexation des exempla du Ci nous dit est disponible sur le site du GAHOM (base de données ThEMA (...)

4Le Ci nous dit est un recueil anonyme en ancien français, exceptionnel par la relation étroite qu’il impose entre le texte des sept cent quatre-vingt-un exempla et leur mise en image systématique dans le manuscrit conservé au musée Condé du château de Chantilly. Ce manuscrit aristocratique, demeure cependant un ouvrage « intermédiaire » dans la mesure où l’iconographie, fort originale, est peu soignée : elle repose sur une palette pauvre et un dessin stéréotypé10.

  • 11 Morawski J., Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris (CFMA 47), 1925 ; Langlois E., « A (...)

5Sur le plan textuel cette compilation, en bonne partie fondée sur la Bible (relevant du genre Bible moralisée) et l’hagiographie, est ouverte à des sources plus proches de la culture folklorique comme les contes, les fables et les proverbes. Par son usage massif des proverbes, le Ci nous dit apparaît comme une exception dans la littérature exemplaire. En effet, l’éditeur du recueil, Gérard Blangez, offre une table impressionnante de quatre-vingt proverbes sur laquelle nous nous appuyons pour cette étude. Les critères de définition du proverbe adoptés par G. Blangez nous semblent plus ou moins légitimes ; si le terme « proverbe » ne pose pas de problème, les expressions « ce dit on voir », « qu’il est escript », « si puet on dire » et « si pouons dire » lui ont permis de réunir des locutions plus ou moins assimilables à des proverbes. Il a même retenu certaines phrases énonçant « une vérité admise par tous » et introduite par « car ». G. Blangez s’est également appuyé sur une comparaison entre ces locutions proverbiales et les anthologies réunies par J. Morawski et E. Langlois11.

  • 12 Pour avoir le détail de la liste qui suit, voir Berlioz J., Polo de Beaulieu M. A., « Qui a la pro (...)
  • 13 Une exception : le proverbe tronqué reddit ad nichilum quod nichil ante fuit cité par Herbert de C (...)

6Le choix du compilateur du Ci nous dit de recourir si fréquemment au proverbe est d’autant plus remarquable que certains recueils d’exempla en sont totalement dépourvus12. En effet, nous n’avons trouvé aucun proverbe dans les recueils clunisiens (De Miraculis de Pierre le Vénérable) ou cisterciens (Collectaneum exemplorum ac visionum clarevallense, Liber miraculorum de Herbert de Clairvaux13, Dialogus miraculorum de Césaire de Heisterbach). Chez les prédicateurs hors du cloître, la récolte demeure modeste : un seul proverbe repéré dans le Bonum universale de apibus de Thomas de Cantimpré, treize dans le Tractatus de diversis materiis predicabilibus d’Étienne de Bourbon (1250-1261), quatre dans le De dono timoris de Humbert de Romans (1263-1277), huit dans les exempla de la Compilacio singularis exemplorum (1270-1285), cinq dans la Tabula exemplorum (vers 1277), deux dans l’Alphabetum narrationum d’Arnold de Liège (1298-1302), autant de recueils antérieurs au Ci nous dit dans lequel l’auteur a pu trouver des sources d’inspiration, mais plus pour ses récits que pour ses proverbes.

À la recherche des sources des proverbes du Ci nous dit

  • 14 Ces recherches se sont bien sûr cantonnées aux recueils analysés pour le colloque de Fribourg : au (...)

7Quelles sont les sources de l’extraordinaire florilège de proverbes du Ci nous dit ? Notre recherche dans les recueils antérieurs au Ci nous dit et que son auteur a pu lire n’a donné que des résultats très partiels14. L’enquête n’en est qu’à ses débuts.

  • 15 Morawski J., 788 « Fous ne crient devant qu’il prent » ; Morawski J., 789 : « Fous ne doute tant q (...)

8En effet, un seul proverbe est commun au De dono timoris de Humbert de Romans et au Ci nous dit avec une légère variation. L’auteur du Ci nous dit (227) écrit : « Foulz ne doute jusquez qu’il prent » à la fin d’un exemplum sur le choix entre les deux voix : celle qui mène au paradis et celle qui mène en enfer. Ce qui revient à dire qu’un fou n’a peur de rien jusqu’au moment où il est châtié. Dans le De dono timoris, c’est dans le chapitre consacré à la crainte du purgatoire que le même proverbe apparaît : « Stultus non credit quousque capit » (Fou ne croit jusqu’à ce qu’il reçoive)15. Ce proverbe sert donc deux thématiques très proches dans ces deux recueils d’exempla, mais cela ne suffit pas à désigner le De dono timoris comme source certaine du Ci nous dit.

  • 16 Cf. Proverbia magistri Serlonis (Meyer P. [éd.], 1871), p. 171 : « Bunté altre requiert e colee sa (...)

9Nous avons relevé deux proverbes communs à la Compilacio Singularis exemplorum et au Ci nous dit : ils sont peu originaux et ont pu être bien sûr trouvés ailleurs par l’auteur du Ci nous dit. Ce dernier affirme dans le chapitre sur l’humilité (no 353, 3) « Bonté autre requiert », tandis que l’auteur anonyme de la Compilacio singularis exemplorum utilise le même proverbe avec une légère variation dans la rubrique sur la croisade (Ms Upssal, f. 49r-v) « Amour autre requiert ». L’idée sous-jacente est qu’un service en appelle un autre16.

  • 17 Cf. Sermon de Nicolas de Biart (Hauréau, 2, 97) « Tot est perdu ce qui chiet en borse perciee » et(...)

10On observe un lien plus lâche entre le proverbe cité par le Ci nous dit (no 67, 14) « En bourse paircie ne puet rien demourer » dans le chapitre sur la Passion du Christ (en bourse percée il ne peut rien demeurer) et l’expression proverbiale utilisée par l’auteur de la Compilacio singularis exemplorum (f. 51v-52) « il est si large qu’il a les paumes percies » pour désigner le Christ dans la rubrique sur la croisade. L’usage est très proche, mais l’expression est légèrement décalée17.

  • 18 Hauréau B., Notices et extraits de quelques manuscrits de la Bibliothèque nationale, 6 vol., 1890- (...)

11On peut penser que l’auteur anonyme du Ci nous dit a puisé dans les sermons latins, certains truffés de proverbes en ancien français. Grâce aux relevés de B. Hauréau18, présentés par G. Blangez, nous avons pu repérer des prédicateurs particulièrement prolixes en matière de proverbes comme le Dominicain Nicolas de Biard et le Franciscain Pierre de Saint-Benoit. Le proverbe « En bourse paircie ne puet rien demourer » (Ci nous dit, no 67) est employé par ces deux prédicateurs, tandis que : « A tail segneur taille mesniee » (Ci nous dit, no 164) ne se retrouve que dans un sermon de Nicolas de Biard. Ce dernier reprend le proverbe « Ceulz a qui Nostre Sires veut aidier, nulz ne leur puet si neure qu’il n’en viengnent au deseur » également présent dans le Ci nous dit (no 287) et sous la plume d’un Franciscain appelé frère Aubert.

  • 19 Il est indéniable que l’idée est la même, mais la forme si différente que G. Blangez a ajouté un p (...)

12G. Blangez a proposé un rapprochement entre un proverbe du Ci nous dit et un signalé dans les sermons par B. Hauréau, qui pose quelques problèmes. C’est ainsi qu’il met en relation le proverbe : « En fait plus par debonnaireté que par maistrise et par engin que par force et par amours que par contrainte » (Ci nous dit, no 347) et « Miex vaut sens que force » qui se retrouvent sous la plume de Nicolas de Biard et dans le catalogue de Morawski (no 1287)19.

13G. Blangez a également recherché des gisements de proverbes dans la littérature courtoise, via l’ouvrage de Philippe Ménard Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge. Cinq proverbes pourraient provenir de cette littérature :

  • Qui trop estent son mantel, le painne ront » (Ci nous dit, no 196) ;
  • Foulz ne doute jusquez qu’il prent » (Ci nous dit, no 227) ;
  • Par autri main… traire le heriçon de la haie » (Ci nous dit, no 323) avec une variante dans la littérature courtoise où le serpent remplace le hérisson ;
  • Soit dou pieur, soit dou melleur, Maul fait jouster a son segneur (Ci nous dit, no 371), assez proche de : « Nus biens ne vient al chief del tor, D’estriver contre son saignor » (Ménard, p. 610) ;
  • Il mait le char devant les bues » (Ci nous dit, no 575).
  • 20 Buridant C., op. cit., p. 26-27, qui évoque les Proverbia in gallico, liste de soixante-quatorze p (...)
  • 21 Morawski J., Les diz et proverbes des sages (ou Proverbes as philosophes), Paris, 1924.

14Mais pour avoir à disposition une grande série de proverbes, il est sans doute utile de penser aux anthologies composées au Moyen Âge. Claude Buridant20 a attiré l’attention sur l’apport des recueils de proverbes moralisés et des proverbes français-latins parfois accompagnés de correspondances bibliques et de commentaires. Les recherches de G. Blangez se sont portées sur un recueil contemporain : les Diz et proverbes des Sages appelés aussi les Proverbes as philosophes édités par J. Morawski21 et ont fait apparaître quatre proverbes en commun avec le Ci nous dit :

  • Je prise trop peu le solas, Dont on dit a la fin elas » (Ci nous dit, no 170) correspond bien à « L’en doit moult hair le soulas, Dont en dit a la fin helas » (Morawski, Proverbes as philosophes, 21) ;
  • Se veulle vivre en pache, Oie et voie et me tache » (Ci nous dit, no 214) ;
  • Le grant moncel ne fait pas la richeice, mez la soufisance » (Ci nous dit, no 464c) ;

15En revanche, nous ne sommes pas sûre de l’équivalence entre « Debonnairetez atrempe la felonnie de pluseurs mauvaiz » (Ci nous dit, no 216) et « Douche parole fraint grant ire, Dur parler cœur felon empire » (Morawski, Proverbes as philosophes, p. 85, dist. 9).

  • 22 Thorn A. C. (éd.), Les proverbes de bon enseignement de Nicole Bozon, Lund-Leipzig (Lund Universit (...)

16Pour notre part, nous avons examiné trois catalogues médiévaux de proverbes : Li proverbes au vilain, la liste de cent soixante-quinze proverbes qui suivent les exempla de la Compilacio singularis exemplorum et Les proverbes de bon enseignement de Nicole Bozon22. Li Proverbes au vilain ont été composés vers 1180 à un moment où la tradition parémiologique et gnomique française est bien établie. Même s’ils sont parfois d’origine classique, patristique ou exégétique, les proverbes sont donnés en langue vulgaire, accompagnés de paraphrases latines. Nous n’avons trouvé que cinq proverbes communs avec Li Proverbes au vilain.

  • 23 Cf. Morawski J., 1330 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », Bibliothèque de l’École des c (...)
  • 24 Li Proverbe au vilain (Tobler A. [éd.], 1895), no 48 et 245.
  • 25 Cf. Morawski J., 1906 ; Le Roux de Lincy, 2, 388 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », ar (...)
  • 26 Li Proverbe au vilain (A. Tobler [éd.], 1895), no 198.
  • 27 Cf. Proverbia magistri Serlonis (P. Meyer [éd.], 1871), p. 171 : « Bunté altre requiert e colee sa (...)
  • 28 Li Proverbe au vilain (Tobler A. [éd.], 1895), no 39 et 223.

17Pour son chapitre consacré à la gloutonnie, l’auteur du Ci nous dit conclut un des exempla (no 194) par le proverbe « Li pluseurs ainment miex un tien que deus tu l’auras23 » (Bien des gens aiment mieux un tien que deux tu l’auras) qui se trouve également dans Li Proverbe au vilain24. Le même chapitre sur le péché de gloutonnie (exemplum no 214), partage le proverbe « Qui de tout se taist, de tout a paiz dit li proverbe25 » (Si on sait se taire de tout, on a la paix en tout), avec Li Proverbe au vilain26 qui en offre une version légèrement différente : « Mieux vaut bons taires que fous parlers. » Enfin, dans le chapitre sur l’humilité, l’auteur du Ci nous dit (no 353) recourt au proverbe « Bonté autre requiert27 » (Un service en appelle un autre) » employé à deux reprises dans Li Proverbe au vilain28.

18Le proverbe du Ci nous dit (no 164) « Li chief ne puet estre sains quant li membre sont enferme par defaut de gouvernation, ne li membre ne puent estre sain dont li chiefs est mallades » (la tête ne peut être en bonne santé si les membres sont malades, faute d’être bien commandés, et les membres ne peuvent être en bonne santé si leur tête est malade) nous a semblé proche de celui des Proverbes au Vilain (no 36) : « Cui li chies dieut, tuit li membre li falent. » Enfin, le proverbe « Ceulz a qui Nostre Sires veut aidier, nulz ne leur puet si neure qu’il n’en viengnent au deseur. (Ceux que Dieu veut aider, personne ne peut leur faire tant de tort qu’ils ne puissent en venir à bout) » du Ci nous dit (no 287) a pu s’inspirer de « Cui Deus velt eidier, nus ne li puet nuire » cité dans la compilation au Vilain sous le no 38.

  • 29 Ce petit livre de proverbes avait été signalé par A. Hilka en 1913, qui ne connaissait pas le manu (...)
  • 30 Schulze-Busacker E., « Au carrefour des genres : Les Proverbes au vilain », dans Bizzarri H. et Ro (...)

19Nous avons également tenté de repérer les proverbes communs avec la série de la Compilacio singularis exemplorum. En effet, le neuvième livre de ce recueil présente un ensemble de proverbes, puis de vers latins, suivi d’une postface, d’une table des matières par livres et par chapitres29. La partie consacrée aux proverbes commence ainsi : Incipiunt proverbia et versus proverbiorum. Cet ensemble se compose de cent soixante-quinze proverbes en ancien français. Chaque proverbe est suivi d’un ou de plusieurs vers latins, sous forme d’hexamètres dactyliques rimant en général à l’hémistiche. Ces vers proposent tout d’abord une traduction (parfois deux) du proverbe en latin, pas toujours littérale et parfois proche du commentaire. Cette collection a certainement emprunté aux Proverbes au vilain, puisque son incipit laisse entendre qu’elle en serait une versification : Incipiunt proverbia rusticorum mirabiliter versificata (f. 114). Les choses sont certainement plus complexes dans le domaine très mouvant des recueils de proverbes30.

  • 31 Cf. Morawski, 1330 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », art. cit., spéc. no 450 ; Li Pro (...)

20En l’état actuel de l’enquête, nos premiers sondages nous ont permis de repérer deux proverbes communs au Ci nous dit et à la collection de la Compilacio singularis exemplorum. Le premier (no 194) a déjà été évoqué plus haut : « Li pluseurs ainment miex un tien que deus tu l’auras31 » apparaît dans la liste de la Compilacio singularis exemplorum (proverbe no 29) sous cette forme :

« Mieulx vault un tien que. II. tu auras »
Plus vallet omne datum modo quam cras geminatum,
Plus vallet a per « habe » quam per « habebis » a b.
Plus vallet « hoc tribue » quam tribuenda duo. »

21« En fait plus par debonnaireté que par maistrise et par engin que par force et par amours que par contrainte » (Ci nous dit, no 347) fait écho avec le proverbe no 38 de la Compilacio singularis exemplorum :

« Mieulx vault engin que force »
Est mens subtilis melior quam dextra virilis,
Tu superas vires, si vir in arte vires. »

  • 32 Thorn A. C. (éd.), Les proverbes de bon enseignement de Nicole Bozon, Lund-Leipzig (Lund Universit (...)

22Puis nous avons mené une recherche comparative serrée entre les proverbes du Ci nous dit et ceux compilés à la fin du XIIIe siècle par le Franciscain Nicole Bozon dans son recueil Proverbes du bon enseignement32. Cette centaine de strophes est constituée de textes latins suivis d’une adaptation en ancien français à mi-chemin entre la traduction et le commentaire. Les sources bibliques sont très nombreuses. Un seul proverbe semble assez proche de ceux trouvés dans le Ci nous dit : « Qui a et il ne li soufist, il a et si n’a nient » (no 464c) à rapprocher de :

  • 33 Proverbes de bon enseignement, op. cit., no 33, p. 15 qui donne la version du ms R (reprise ici) e (...)

« Dicit Epicur
Cui non videtur bona sua esse amplissima miser est, quamvis dominus sit totius mundi.
Ki se pleint e aassez
Il est cheitif appelez.
Si tot le mond en fust soen
Il vous diroit kil neust reen33. »

23Un proverbe du Ci nous dit présente un faisceau de sources possibles tant il est utilisé : « Bonté autre requiert » (no 353). Comment choisir entre les Proverbia magistri Serlonis, les sermons de Nicolas de Biard, Guillaume de Mailly, Pierre de Saint-Benoît, ou Li Proverbe au vilain ? Nous laisserons aux spécialistes de la littérature gnomique le soin de départager entre tous ces recueils lequel a pu être la source d’inspiration pour le compilateur du Ci nous dit.

24Si le problème des sources des proverbes du Ci nous dit reste complexe et loin d’être résolu, on peut d’ores et déjà avancer dans celui des usages des proverbes dans le Ci nous dit lui-même. La répartition des proverbes dans le recueil indique clairement qu’ils sont principalement mis au service de l’enseignement moral. En effet, on trouve onze proverbes dans la première partie (Bible moralisée), quarante-huit dans la partie sur la morale, seize dans celle consacrée à la conversion, huit dans celle dédiée à la vie chrétienne et trois dans celle fondée sur l’hagiographie. Voyons maintenant au niveau des exempla eux-mêmes comment le proverbe s’articule avec la narration et s’insère dans la rhétorique de la persuasion.

Typologie des proverbes dans le Ci nous dit

  • 34 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., no 191.

25Notons d’abord que la parole proverbiale dans un recueil en ancien français se remarque moins dans les exempla dans la mesure où la continuité de la langue vulgaire évite la rupture que l’on trouve dans les recueils latins offrant des proverbes en langues vernaculaires. Dans le Ci nous dit, le proverbe se coule dans le tissu textuel. Même si la fiction peut être le ressort de certains exempla, la vérité du proverbe est affirmée avec force par l’auteur du Ci nous dit : « Donc est l’escriture vraie qui dit que de avoir de mal acquest l’en en est damné jusques au VII hoir34. » On observe trois types de proverbes : conclusif, introductif ou inséré dans le flux textuel.

Le proverbe conclusif

  • 35 Ibid., nos 5, 81, 88, 155, 160, 170, 179, 183, 191, 209, 212, 214, 227, 251, 254, 281, 282, 347 35 (...)
  • 36 Ibid., no 735.

26La fonction la plus évidente du proverbe est de conclure un exemplum, comme dans les fables qui s’achèvent par une maxime ou un proverbe, faisant office de synthèse lapidaire de la leçon. L’efficacité mnémotechnique du procédé est bien connue des prédicateurs. Nous avons trouvé vingt-sept occurrences de ce type35. Dans quatre cas, il s’agit de conclure une fable (no 214, 347, 355, 469). Quelques fois c’est un personnage même du récit qui énonce le proverbe : François d’Assise, par exemple, qui conclut un sermon par le proverbe : « L’habit ne doit pas honorer le maître, mais le maître l’habit36. » Voyons deux exemples de cet usage conclusif du proverbe.

  • 37 Ibid., no 238.

« La coquette de Rocamadour37. Une coquette ne pouvait entrer dans l’église de Notre-Dame de Rocamadour si elle ne coupait pas ses tresses. Elle put y entrer quand, sur le conseil des gens de cette église, elle les eut coupées. Dans sa prière, elle dit à Notre Dame : “Ah, très belle douce dame, pour l’amour de vous j’ai sacrifié mes cheveux. Mais j’aurais aimé autant que vous acceptiez que je perde un œil en gardant mes cheveux.” À ces mots ses cheveux se rattachèrent à sa tête comme avant et elle perdit un œil. Notre Dame fit voir là combien les nattes lui déplaisaient ; et cependant on n’en coupe pas souvent en son honneur. Les femmes qui ne veulent pas quitter leurs tresses pour l’amour de Notre Dame montrent ainsi que le service du diable leur plaît davantage que le sien, puisque elles ne veulent pas la servir avec le plus beau de leurs membres, qui d’ailleurs leur cause des ennuis : car elles seraient bien plus à l’aise sans leurs tresses. Et elles en sont plus laides et plus malpropres, car “Tresses à femmes, c’est château à poux” : il est aussi difficile de les en faire sortir que de débusquer un lièvre d’une forêt. »

  • 38 Barthélemy D., « Un jeu de sainte Foy de Conques : le miracle du faucon retrouvé (Bernard d’Angers (...)

27Ce récit rappelle les petits miracles familiers (joca) de sainte Foy de Conques38. Le premier tient du prodige : la Vierge Marie interdit l’entrée dans son sanctuaire de Rocamadour à une coquette, qui doit renoncer à l’un de ses attributs les plus visibles (ses tresses) pour accéder à l’église de pèlerinage. Mais la coquette étourdie fait un vœu qui est aussitôt exaucé en vertu de la parole performative et pour la châtier de son orgueil et de son attachement à ses attraits ; elle récupère ses tresses mais perd un œil. Une première conclusion s’impose : Notre Dame de Rocamadour n’aime guère les tresses, conçues comme un moyen de séduction. À partir de ce cas particulier, l’auteur du Ci nous dit infère à une première généralité : garder ses tresses équivaut à servir le diable. Comme si cet argument, pourtant terrifiant, ne suffisait pas, il ajoute en guise d’argument une seconde conclusion, insistant sur les problèmes d’hygiène occasionnés par les tresses, un proverbe final en fait une vérité universelle indiscutable : « Tresses à femmes, c’est château à poux ! » Pour ajouter à la pique misogyne destinée à ridiculiser toutes les coquettes à tresses, leurs poux sont comparés à des lièvres embusqués dans une forêt. Le ton se rapproche de celui des fabliaux.

28Mais le proverbe peut venir conclure un exemplum placé dans un registre beaucoup plus grave.

  • 39 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., no 88.

« Le Christ median39. Voici toutes les manières où Jésus a été “median” pour notre amour. Il fut “median” (c’est-à-dire central) dans le sein de sa mère. Il le fut aussi dans la crèche entre les deux bestiaux. Il le fut encore entre sa mère et les bergers. Il le fut à sa circoncision, au milieu des officiants. Il le fut entre sa mère et les rois mages. Il le fut entre sa mère et le vieillard Siméon. Il le fut entre sa mère et les docteurs de la loi quand elle le retrouva au temple. Il le fut aux noces de Cana quand il changea l’eau en vin. Il le fut entre Moïse et Élie à sa transfiguration. Il le fut chez Simon le pharisien, quand il pardonna à Marie Madeleine ses péchés. Il le fut parmi ses disciples à la Cène. Il le fut parmi ceux qui jouaient à Colin-Maillart avec lui. Il le fut entre les deux valets qui le battirent au poteau. Il le fut au milieu du jour où il fut crucifié à midi. Il le fut encore en se faisant crucifier au centre du monde ou à peu de chose près. Il le fut sur sa croix entre les deux larrons. Il fut au centre de son sépulcre. Il fut au milieu des deux pèlerins d’Emmaüs le soir de Pâques. Ce même jour il fut au milieu de ses disciples quand il leur apparut en disant : “Paix à vous.” Il était au centre le jour de l’Ascension quand il s’éleva au ciel parmi ses disciples. Il était intermédiaire le jour de la Pentecôte quand selon sa promesse il envoya le Saint-Esprit à ses apôtres et disciples en forme de langues de feu pour les échauffer de son amour et leur apprendre toutes les langues. Il est au centre de la Trinité. Il est et sera éternellement intermédiaire entre Dieu le Père et le genre humain. C’est pourquoi il est écrit : “Bienheureux ceux qui tiennent le juste milieu” ; et aussi : “La vertu se situe au milieu.” Car il est le total de toutes les vertus. Aimons-le donc parfaitement et si nous le faisons nous tiendrons le juste milieu. Ainsi il nous aura tous et nous l’aurons tous. »

  • 40 L’auteur du Ci nous dit s’est peut-être inspiré d’un sermon de Pierre le Mangeur, Patr. lat., t. 1 (...)
  • 41 In medio stat virtus est un proverbe connu depuis Phocylide de Milet au VIe siècle avant J.-C. Wal (...)
  • 42 Ulrich J. (éd.), « La Riote du monde », Zeitschritf für romanische Philologie, 8, 1884, p. 275-289 (...)

29Cet exemplum biblique rassemble les principales étapes de la vie du Christ de manière très didactique, peut-être inspiré d’un sermon de Pierre le Mangeur40 autour de la notion de sa situation à la fois centrale et intermédiaire. L’auteur du Ci nous dit, passe ensuite de l’histoire à la nature même du Christ, qui en fait un intercesseur entre Dieu le Père et le genre humain. Puis deux proverbes clôturent cet exposé extrêmement pédagogique, le premier suivant la stylistique des Béatitudes commence par « Heureux… ceux qui tiennent le juste milieu » ; conception en apparence peu héroïque de la vertu chrétienne, corroborée par un second proverbe antique et bien connu : « La vertu se situe au milieu41. » Le premier a peut être été inspiré de la dernière sentence de la Riote du Monde (XIIIe siècle) : Medium tenuere beati42. Ces deux proverbes sont suivis d’une brève glose en forme d’exhortation à l’impératif « Aimons-le [le Christ] parfaitement ! ».

Le proverbe introductif

  • 43 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., nos 30, 39, 196, 235, 287, 288, 289.

30Beaucoup plus rarement le compilateur a introduit l’exemplum par un proverbe : nous n’en avons relevé que six occurrences43. Le proverbe se substitue ici à la leçon introductive et lui donne en plus de son caractère général, une autorité particulière : celle d’une sagesse admise par tous, la vérité du proverbe, du lieu commun. Cependant la rareté du procédé prouve que ce n’est peut être pas une autorité très efficace.

  • 44 Ibid., no 196.

« L’étui de la vielle44. Un proverbe dit : “Si on tire trop sur son manteau, l’étoffe se déchire.” Aussi ne doit-on pas conclure d’accord ni lancer d’entreprise sans avoir consulté ses forces et sa bourse. Car celui qui dépense cinq sous quand il ne les a pas, sa bourse ne le lui conseille pas. Et s’il lance de grandes entreprises et n’est capable que de petites, ses forces ne le lui permettent pas. C’est ce que fit un joueur de vielle qui commanda pour son instrument le plus bel étui qu’il put décrire. Quand l’étui fut fait, comme il n’avait pas assez d’argent pour le payer, il dut vendre sa vielle. Il agit si sottement qu’il ne lui resta ni étui ni vielle. C’est ainsi que s’arrangent ceux qui veulent avoir pour leur corps les meilleures nourritures et les plus beaux habits et se laissent tomber en divers péchés pour la sotte indulgence qu’ils ont pour leur corps qui n’est que l’étui de la vielle et une caisse pleine de fumier. Pour payer ce que leur coûte ce bel étui, ils mettent en gage chez les diables leurs pauvres âmes. Ils agissent si sottement qu’à la fin il ne leur reste ni étui ni vielle. Ceux qui sont damnés, il leur vaudrait mieux n’avoir jamais existé. Mais selon les théologiens, ils ne regrettent pas d’avoir existé, parce que ce serait là une volonté bonne, dont ils sont incapables. Car cela reviendrait à se repentir de leurs péchés, ce qu’ils ne peuvent faire. Car de même que ceux qui sont au ciel sont parfaits en tous points et ne peuvent faire le mal ni le vouloir, ainsi ceux d’enfer ne peuvent faire ni vouloir le bien. C’est pourquoi ils ne voudraient pas n’avoir pas existé. »

  • 45 Morawski J., no 2178. On est proche de l’idée sous-jacente dans le proverbe no 94 des Proverbes au (...)
  • 46 Little A. (éd.), Liber exemplorum, Aberdeen, 1908, no 75 et 76, p. 45 : Melius erat quod nunquam f (...)

31Il semble que l’auteur du Ci nous dit ait noté de mémoire et de façon approximative le proverbe « Qui trop tent la vielle, la corde romt45 » comme la suite du texte le prouve : la thématique du tissu et du manteau est totalement abandonnée au profit d’un récit centré sur une vielle et son étui. Le proverbe fait office d’accroche sur laquelle la leçon est adossée, sous la forme d’une glose qui reste au niveau de la généralité. C’est seulement ensuite qu’un cas concret est développé en un court et vif récit (un pauvre ménestrel perd sa vielle et son étui par goût du luxe), qui ne vaut que pour l’exégèse allégorique qui en est tirée : la vielle représente l’âme et son étui le corps. La fin de l’exemplum se perd dans une digression sur la volonté des damnés comparée à celle des élus : les damnés sont incapables de regretter d’avoir vécu, puisqu’ils ne peuvent pas se repentir de leurs péchés. Cette réflexion théologique finale sur l’au-delà n’est pas un cas isolé dans les recueils d’exempla, on la trouvait déjà dans le Liber exemplorum (XIIIe siècle) sous la forme de deux vers latins suivis de leur traduction en moyen anglais46.

Le proverbe inséré dans le tissu narratif ou didactique

  • 47 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., nos 3, 5, 7, 34, 46, 57a, 67, 68, 151, 152, 161, 164, 16 (...)
  • 48 Ibid., no 188.

32C’est, je pense, l’une des originalités du compilateur du Ci nous dit de tisser son écriture de maximes, de proverbes et de réminiscences bibliques. Le proverbe apparaît le plus souvent dans le corps du texte (quarante-cinq occurrences47) et est suivi d’une glose plus ou moins élaborée, qui est parfois elle-même le point de départ d’un nouveau développement. On retrouve ce type d’insertion dans des fables comme le roi des singes (no 215), le preudomme, son fils et l’âne (no 348) et la truie et le renard (no 182). Il arrive dans quelques rares cas que plusieurs proverbes s’enchaînent48.

  • 49 Ibid., no 215; Tubach F. C., Index exemplorum…, op. cit., no 304.

« Fable du roi des singes49. Bien des gens omettent de dire la vérité. Un singe trouva que c’était une bien belle chose que d’être roi ; comme il désirait l’être, il demanda l’avis de tous les singes de son pays. Tout le monde était d’accord là-dessus sauf un seul, qui déclara qu’il ne serait jamais d’accord. Il lui demanda : “Pourquoi n’es-tu pas d’accord comme tous les autres ? M’en crois-tu incapable ?” Il répondit : “Oh non ! Alors pourquoi ? – Parce que vous avez le cul tout pelé. Mais comme tous les autres l’ont aussi, ils n’osent pas vous le dire.” Cela veut dire que certains renoncent à reprendre les autres de leurs défauts parce qu’ils en sont eux-mêmes atteints. Un poète dit : “C’est une honte pour le donneur de leçons quand son reproche le condamne lui-même.” C’est-à-dire que personne ne peut pratiquer la correction fraternelle s’il est lui-même coupable de ce qu’il reproche aux autres. Car comme on doit prendre plus soin de soi que des autres, on doit se faire d’abord la leçon à soi. »

  • 50 Peut-être une manière traditionnelle de désigner les Catonis Disticha (1, 30) : Quae culpare soles (...)

33La première phrase de cet exemplum s’apparente à une sentence énoncée au présent gnomique comme une vérité universelle et intemporelle. En contraste, le récit des aventures du roi des singes se déploie au passé. Cette fable est ensuite glosée, son exploitation didactique se trouve renforcée par l’introduction d’un proverbe attribué à un poète50 : « C’est une honte pour le donneur de leçons quand son reproche le condamne lui-même. » Le proverbe est appliqué à la « correction fraternelle » entre membres d’un même ordre religieux, puis étendue à la correction en général. Le proverbe constitue un pivot dans l’exemplum, il enrichit la leçon initiale et permet le passage de la singularité de la fable à une nouvelle leçon finale de portée universelle.

  • 51 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., no 348. Ce récit a connu un beau succès attesté dans Tub (...)

« Le preudomme, son fils et l’âne51. Un preudomme et son fils allaient au marché et ils menaient un âne. Les gens se moquèrent d’eux parce qu’il était sur l’âne et le fils à pied. Devant les commentaires, il fit monter son fils sur l’âne ; mais ils rencontrèrent d’autres gens qui se moquèrent d’eux plus que les premiers. Alors ils montèrent tous les deux sur l’âne, mais les passants se moquèrent d’eux encore plus que les autres. Alors ils chassèrent leur âne sans charge devant eux ; on se moqua d’eux autant qu’avant. Ils s’arrêtèrent à l’entrée de la ville et le preudomme demanda à son fils ce qu’avaient dit les gens qu’ils avaient rencontrés. Il répondit : “Les premiers ont dit que c’était affreux que vous soyez sur l’âne et moi à pied. Les seconds ont dit que c’était affreux que je sois sur l’âne et vous à pied. Les troisièmes se sont moqués en nous voyant tous les deux sur l’âne. Les quatrièmes se sont moqués également, en nous voyant patauger dans la boue pendant que notre âne allait à vide.” – “Or, beau fils, fit le preudomme, il n’y a qu’une lieue d’ici à chez nous : remarque que nous n’avons rien pu faire qui n’ait été critiqué et malgré leurs moqueries nous sommes arrivés au marché. Aussi je te recommande que dorénavant tu ne renonces à aucune entreprise pour les critiques des gens du moment que tu vois que c’est à l’honneur de Dieu et à ton profit.” Personne, si sage soit-il, ne peut se conduire si honorablement en ce monde qu’il n’y ait quelqu’un pour en faire son dommage ; car l’un fait son profit de ce dont un autre fait son dommage. Bien que Dieu soit tout-puissant, il ne pousse jamais sa puissance jusqu’à faire plaisir à tout le monde : il ne fait jamais de temps qui plaise aux uns sans déplaire à d’autres. Mais quand on est au paradis, là Dieu sert ses serviteurs à leur gré, car tout ce qu’Il fait leur plaît et rien ne leur déplaît excepté le péché. »

  • 52 Titre de la traduction en ancien français de la Disciplina clericalis de Pierre Alphonse. Voir l’é (...)
  • 53 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., nos 39, 155, 282, 348.

34L’histoire commence d’emblée en forme d’apologue animé par un dialogue entre le père et son fils rapporté au discours direct. Une première leçon de sagesse est donnée par ce père peu instruit à son fils, sur le modèle du Chastoiement d’un père à son fils52. Il déduit cette leçon de l’examen des mésaventures qu’il vient de subir avec son fils. Dans la deuxième partie du texte, le narrateur reprend en main (sans solution de continuité) le discours didactique pour orienter la leçon dans une autre direction qui annonce le proverbe « l’un fait son profit de ce dont un autre fait son dommage ». L’interprétation qui en est donnée est totalement religieuse et orientée sur la vie en paradis. Notons que ce proverbe est utilisé cinq fois dans le Ci nous dit avec quelques variations et dans des contextes très variables53. En l’état actuel de l’enquête aucune source n’en a été trouvée.

35Les proverbes dans le Ci nous dit sont donc exceptionnellement nombreux, protéiformes (proverbes « canoniques », sentences proverbiales, locutions proverbiales) et porteurs du sens des narrations exemplaires. Leur but est de créer une connivence entre le compilateur et son public, de manière à ancrer le message moral ou doctrinal dans l’esprit et la mémoire des lecteurs ou des auditeurs. En apparence, le proverbe se donne comme une source « non-sacrée » en contraste avec l’Écriture sainte et comme « non-savante » par contraste avec les mentions fréquentes d’autorités de l’Antiquité au Moyen Âge. En faisant appel au bon sens commun, sur lequel les proverbes semblent reposer, le compilateur présente sa leçon comme une vérité d’évidence, partagée par tous, au-delà même des mystères de la foi et des différences culturelles. Ils sont parés d’une oralité toute fictive dans la mesure où ces proverbes peuvent s’apparenter à des sources savantes, écrites, puisque les compilateurs avaient à leur disposition divers recueils de proverbes, comme par exemple Li Proverbes au Vilain, la liste de la Compilaco singularis exemplorum ou Les Proverbes de bon enseignement de Nicole Bozon. Sur le problème des sources précises utilisées par l’auteur du Ci nous dit l’enquête reste ouverte. Il n’en reste pas moins que ce compilateur manie avec dextérité les proverbes et tire le maximum de leurs efficience didactique et mnémonique.

Annexes

ANNEXE V. Liste des proverbes du Ci nous dit

Liste établie par G. Blangez, enrichie par ses traductions en français contemporain et par nos recherches sur les sources possibles et les textes parallèles.

– Ci nous dit 3, 7 (et 535, 10) : « Oisiaus ne puet voler sans plunmes » ; et pas plus que l’oiseau ne peut voler sans plumes, nous ne pouvons aller au ciel sans bonnes œuvres. E. Langlois, Anciens proverbes français, 1899, no 475.

– Ci nous dit 5, 4 : « Un proverbe dist qu’un tainneus vourroit que tout li autre fussent tainneus ovecques lui : si ne trouveroit qui l’apelast tainneus ». Un proverbe dit qu’un teigneux voudrait que tous les autres soient teigneux comme lui, si bien qu’il ne resterait personne pour le traiter de teigneux.

Ci nous dit 7, 7 : « En a plus noblement la chose achatee que se en l’eüst eü par don » ; et il est plus glorieux d’avoir une chose que l’on a achetée qu’un cadeau reçu gratuitement.

– Ci nous dit 30, 1 : « Li enfes est de pou courchiez et de pou apaiez et si donne aucune foiz granz choses pour petites » ; l’enfant se fâche de peu de chose, il est calmé par peu de chose, et il échange parfois des choses précieuses contre des riens.

– Ci nous dit 34, 4 : « (Si puet on dire que) Nul ne pert que autre ne gaaingne » ; on peut dire aussi que nul ne perd sans qu’un autre gagne. Morawski, 1409 ; Langlois, no 465.

Ci nous dit 39, 1 : « Pluseurs fols font leur domage de ce dont li sages feroient leur proufit » ; Bien des fous tirent un dommage de ce dont les sages tireraient du profit. Montaigne, Essais, 1, 22, « Le profit de l’un est le dommage de l’autre ».

– Ci nous dit 46, 18 : « Qui conques se gouverne bien sagement, il est royz ; et est li soverainz royaume desouz le ciel de bien gouverner soy meismes » ; car quiconque se conduit selon la sagesse, il est roi, et c’est la plus haute royauté dessous le ciel de se bien gouverner soi-même.

– Ci nous dit 57a, 6 : « A poinne sera ja bon fusiciens qui n’a esté malades » ; le proverbe dit que celui qui n’a jamais été malade fera difficilement un bon médecin. Selon Maloux, Dictionnaire des proverbes, Paris, Larousse, 1960, ce proverbe aurait une origine arabe.

– Ci nous dit 66, 101 : « Se li lous maingue la beste/Elle y pert plus que ses mestres/Si le loup mange la bête/elle y perd plus que son maître. »

– Ci nous dit 67, 14 : « En bourse paircie ne puet rien demourer » ; en bourse percée il ne peut rien demeurer. Hauréau, 2, 97 (Nicolas de Biard, OP) : « Tot est perdu ce qui chiet en borse perciee » et Hauréau, 6, 72 (Pierre de Saint-Benoit, OFM) : « Tot est perdu ten qu’en met en sac percié. »

– Ci nous dit 88, 16 : « Li benoit tinrrent li moien et toute vertu gist aou moien. » En latin, In medio stat virtus. C’est pourquoi il est écrit : Bienheureux ceux qui tiennent le juste milieu ; et aussi : la vertu se situe au milieu.

– Ci nous dit 151, 12 : « Tuit bien sont pardu qui sont mis en mauviz usage » ; tout bien est perdu que l’on emploie à mauvais usage. Cf. Langlois, Anciens proverbes français, 1899, no 754 : « Tout est perdu quanque on baille a un fol. »

– Ci nous dit 151, 16 : « Li foulz font par tout leur donmage » ; car pour les fous tout tourne à leur désavantage.

– Ci nous dit 152, 7 : « Aucunne foiz issent li mauvaiz des bons et li bons des mauvaiz » ; il arrive parfois que les méchants naissent des bons et les bons des méchants.

– Ci nous dit 155, 6 : « Tiex fait son domage en un lieu ou uns autres feroit son proufit » (proche de Ci 39, 1) ; car tel fait son dommage là où un autre fait son profit.

– Ci nous dit 160, 6 : « Cuers de hors dou sen, c’est tabernacles au deable » ; cœur du hors-du-sens c’est tabernacle au diable.

Ci nous dit 161, 12 : « Difame de mauvaiz est loenge de preudonme » ; critiquer les méchants c’est faire l’éloge des bons.

– Ci nous dit 164, 8 : « A tail segneur taille mesniee (dit li proverbes) » ; c’est pourquoi le proverbe dit : Tel seigneur, telle mesnie. Morawski, 165 ; Le Roux de Lincy, 2, 100, 230 ; cf. Nicole Bozon, Contes moralisés, no 56 ; Hauréau, 2, 280 et 283 (Nicolas de Biard, OP).

– Ci nous dit 164, 9 : « Li chief ne puet estre sains quant li membre sont enferme par defaut de gouvernation, ne li membre ne puent estre sain dont li chiefs est mallades » ; la tête ne peut être en bonne santé si les membres sont malades, faute d’être bien commandés, et les membres ne peuvent être en bonne santé si leur tête est malade. Cf. Morawski, 443 : « Cui li chies dieut, tuit li membre li falent. »

– Ci nous dit 165, 11 : « Ne li chaut que il li coust mez qu’i l’ait » ; qui se soucient peu du prix qu’il leur coute du moment qu’ils l’ont. Cf. Morawski, 1342 : « Ne me chaut que Dieu me coust, més que je l’aie. »

– Ci nous dit 166, 18 : « En l’autre siecle s’en yront/Si prengnent ce qu’il trouveront » ; en l’autre siècle s’en iront/Qu’ils prennent ce qu’ils trouveront.

– Ci nous dit 170, 19 : « Je prise trop peu le solas/Dont on dit a la fin elas (li proverbe dit…) » ; j’estime peu les agréments qui nous mènent au chatiment. Cf. Morawski, Proverbes as philosophes, 21 : « L’en doit moult hair le soulas – Dont en dit a la fin helas. »

– Ci nous dit 177, 4 : « Nuls osiaus de proie n’a biau chant » ; nul oiseau de proie n’a beau chant.

– Ci nous dit 180, 6 : « Plus foulz que fol ne porte machue » ; plus fou que le fou qui porte sa massue. Cf. Langlois, Anciens proverbes français, 1899, no 78-79 : « Au plus mescheant le vireton, au plus fol la machue. »

– Ci nous dit 182, 4 : « Truie ne songe que brain (ce dit on voir) » ; une truie ne pense qu’au son.

– Ci nous dit 183, 4 : « Courtoisie qu’en fait a mauvaiz est pardue » ; gentillesse que l’on fait à un méchant est du temps perdu.

– Ci nous dit 183, 5 : « La courtoisie du mauvaiz si est quant il se tient de faire mal a celui qui le fait bien » ; la plus grande gentillesse que sache faire un méchant, c’est quand il s’abstient de faire du mal à son bienfaiteur.

– Ci nous dit 188, 3 : « Il n’a si bonne delivrance con la premiere et hastive » ; (cela signifie qu’on peut multiplier ses pertes, par exemple en se tenant à ses anciens péchés ou en entamant des procès interminables) on ne saurait s’en libérer plus avantageusement que tout de suite et sans perdre de temps.

– Ci nous dit 188, 4 : « Li uns pechiez atrait l’autre » ; un péché en attire un autre.

Ci nous dit 188, 5 : « Il n’a si bonne paiz con la premiere » ; il n’y a donc, aussi bien pour l’âme que pour le corps, pas de meilleur accommodement que le plus rapide.

– Ci nous dit 188, 6 : « Longues debtes ou creances destruisent muebles et heritages » ; longues dettes et longs crédits détruisent bien meubles et immeubles.

– Ci nous dit 194, 9 : « Li pluseurs ainment miex un tien que deus tu l’auras » ; bien des gens aiment mieux un tien que deux tu l’auras. Cf. Morawski, 1330 ; E. Langlois, Anciens proverbes français, 1899, no 450 ; Li Proverbe au vilain (éd. A. Tobler, 1895), no 48 et 245.

– Ci nous dit 196, 1 : « Qui trop estent son mantel, le painne ront (un proverbe dit) » ; si on tire trop sur son manteau l’étoffe se déchire. Cf. Morawski, 2178 : « Qui trop tent la vielle, la corde ront. » Ménard, p. 615.

– Ci nous dit 200, 9 : « Qui doit, si paie s’il puet ; et s’il ne puet, si depriee » ; celui qui a des dettes doit payer, et s’il ne peut, qu’il obtienne des délais.

– Ci nous dit 204, 4 : « Qui n’est mieudres dedens qu’il ne pert par dehors, il est ypocrites » ; car celui qui n’est pas meilleur dedans que ce qu’on voit dehors, c’est un hypocrite.

– Ci nous dit 206, 1-4 : « Ceux qui mal font et mal auront… » ; ceux qui agissent mal et auront mal… Variation de Le Roux de Lincy, 2, 384-481 : « Qui mal fera mal trouvera. »

– Ci nous dit 206, 14 : « Ne leur chaut que Nostre Sires leur coust, maiz qu’il l’aient » ; peu leur importe combien Dieu leur coûte pourvu qu’ils l’aient.

– Ci nous dit 209, 11 (et 281, 5) : « Il n’est bien qui ne soit meriz ne mal qui ne soit puniz » ; il n’est pas de bien qui ne soit récompensé ni de mal qui ne soit puni.

Ci nous dit 212, 12 (et 252a, 5 et 290, 7) : « Il n’i a celui a qui la bouelle ne trainne » ; Il n’y en a pas un dont la tripe ne traîne.

– Ci nous dit 214, 7 : « Se veulle vivre en pache/Oie et voie et me tache » ; moi qui veux vivre en paix, j’entends, je vois et je me tais. Cf. Morawski, 2254 et Proverbes as philosophes, 249.

– Ci nous dit 214, 8 : « Qui de tout se taist, de tout a paiz (dit li proverbe) » ; si on sait se taire de tout, on a la paix en tout. Cf. Morawski, 1906 ; Le Roux de Lincy, 2, 388 ; E. Langlois, no 616 ; proche de Li Proverbe au vilain (éd. A. Tobler, 1895), no 198 (« Mieux vaut bons taires que fous parlers »).

– Ci nous dit 215, 7 : « C’est laide chose a l’ensegneur quant sa coulpe le reprent (un pouetes dit) » ; C’est une honte pour le donneur de leçon quand son reproche le condamne lui-même dit le poète. Cf. Catonis Disticha, 1, 30 (éd. Nève, Liège, 1926) : Quae culpare soles, ea tu ne feceris ipse/Turpe est doctori cum culpa redarguit ipsum. Morawski, Proverbes as philosophes, no 12, p. 6 : « Folz est cil qui se laist seurprendre/De ce dont autrui veult reprendre/Sens ne put estre de grant pris/Dont le maistre remaint surpris. »

– Ci nous dit 216, 7 : « Debonnairetez atrempe la felonnie de pluseurs mauvaiz » ; Car la bonté peut adoucir la méchanceté de certains. Cf. Morawski, Proverbes as philosophes, p. 85, dist. 9 : « Douche parole fraint grant ire/Dur parler cœur felon empire. »

– Ci nous dit 227, 17 : « Foulz ne doute jusquez qu’il prent » ; un fou n’a peur de rien jusqu’au moment où il est châtié. Morawski, 788 : « Fous ne crient devant qu’il prent » ; Morawski, 789 : « Fous ne doute tant que il prent » ; Langlois, no 276 : « Fol ne croit juscqu’a tant qu’il ne reçoit » ; Ménard : « Fox ne dote tant qu’il prant », p. 620.

– Ci nous dit 235, 1-2 : « Comme un riches hons monte seur son cheval pour aller au marchié, il soit bien qu’il va en querre, mes ses chevaus ne le soit mie » ; quand un homme riche monte sur son cheval pour aller au marché, il sait bien ce qu’il va chercher, mais son cheval ne le sait pas.

– Ci nous dit 237, 8 (et 39, 1) : « Si fist son proufit de ce dont li pluseurs font leur damage » ; ainsi trouva-t-elle son profit dans ce qui fait du tort à d’autres.

– Ci nous dit 238, 9 : « Traices a fames, c’est chastiau a pous : que l’en ne les en puet jeter ne que un lievre d’un boiz » ; tresses à femmes c’est château à poux : il est aussi difficile de les en faire sortir que de débusquer un lièvre dans une forêt.

– Ci nous dit 239, 3 (et 260, 10) : « Que se vuet guarder chastement, si vive sobrement et se veiste humblement » ; quiconque veut garder sa chasteté, qu’il vive avec sobriété, s’habille avec humilité.

– Ci nous dit 248b, 6 : « Tuit mestier amendent » ; tous les métiers se perfectionnent ; Livre de Sidrach, éd. Ch.-V. Langlois, 3, p. 249 : les divers métiers vont se perfectionnant (« car chascun jor s’assoutillent et s’assotilleront – tant con le monde surra »).

– Ci nous dit 251, 17 : « Qui a le chief enferme, tuit li membre l’en deullent » ; car le proverbe dit : si quelqu’un a la tête malade, tous ses membres en souffrent.

– Ci nous dit 252a, 5 : « En puet hardiement dire que les bouelles leur trainnent » ; on peut dire que les tripes leur traînent.

– Ci nous dit 254, 4 : « A la grant poinne ne gist pas li grans proufiz » ; ce n’est pas le plus grand travail qui produit le plus de profit.

– Ci nous dit 260, 10 (et 239, 3) : « Qui vuet vivre chastement, si vive sobrement » ; si quelqu’un veut vivre chastement qu’il vive sobrement.

– Ci nous dit 281, 5 (et 209, 11) : « Il n’est bien qui ne soit meriz ne mal qui ne soit puniz » ; il n’est pas de bien qui ne soit récompensé ni de mal qui ne soit puni.

– Ci nous dit 282, 8 (et 39, 1) : « Li sages font de tout proufit et li foulz de tout leur damage » ; car les sages font de tout leur profit et les fous de tout leur dommage.

– Ci nous dit 287, 1 : « Ceulz a qui Nostre Sires veut aidier, nulz ne leur puet si neure qu’il n’en viengnent au deseur » ; ceux que Dieu veut aider, personne ne peut leur faire tant de tort qu’ils ne puissent en venir à bout ; E. Langlois, no 54 ; Morawski, 440 (Cui Deus velt eidier, nus ne li puet nuire) ; Hauréau, 2, 284 (Nicolas de Biard, OP) et 3, 297 (frère Aubert, OFM).

– Ci nous dit 287, 8 : « Tout ce est bien guardé que Nostre Sires veut guarder » ; tout ce que Dieu garde est bien gardé ; E. Langlois, no 313 ; Morawski, 252 (« Bien est gardez qui Deus velt garder »).

– Ci nous dit 288, 1 : « Homme pourpose et Nostre Sires ordene (Il est escript) » ; l’homme propose et Dieu dispose.

– Ci nous dit 289, 1 : « Qui fait pour Nostre Segneur ce qu’il puet, Nostres Sires fait pour li ce qu’il veut » ; celui qui fait pour Dieu ce qu’il peut, Dieu fait pour lui ce qu’il veut.

– Ci nous dit 299, 3 (216, 7 et 347, 4) : « En fait plus par debonnaireté que par maistrise » ; l’on fait plus par douceur que par autorité.

– Ci nous dit 310, 9 : « En forgeant devient on feivres et en aprenant clers et desputant maitres » ; en forgeant on devient forgeron, en étudiant on devient savant, en discutant on devient maître. Morawski, 654 : « En forgeant devient len fevre » ; E. Langlois, no 223.

– Ci nous dit 310, 10 : « Et sapience tail loy a : Qui plus en despent, plus en a. Qui plus despent de son argent, tant en a mains de remenant » ; et telle est la loi de la Sagesse, que plus on en dépense, plus on en a. Plus on dépense de son argent, moins il en reste ; mais celui qui enseigne aux autres ce qu’on lui a appris en acquiert une meilleure connaissance.

– Ci nous dit 318, 7 : […] il semble qu’il les ainme miex que soi mesmes » ; il semble les aimer mieux que lui-même. Cf. Hauréau, 2, 281 (Nicolas de Biard, OP) : « Qui mieux aime autrui que sei au molin fu morz de sei. »

– Ci nous dit 322, 5-6 (et 39, 1) : « […] les gloutons […] qui de tout font leur damage li pluseur » ; par les gloutons qui souvent tournent tout à leur détriment.

– Ci nous dit 323, 19 : « […] par autri main […] traire le heriçon de la haie » ; veut employer la main d’un autre pour tirer le hérisson de la haie. Cf. Ménard, p. 622 : « par autrui main le serpent traire del buisson. »

– Ci nous dit 323, 19 : « […] qui dit bien de quant qu’il dit, mez querez qui le face » ; ce qu’il dit est bien dit, il reste à trouver qui le fera. Cf E. Langlois, no 137 : « C’est bien dit, mais querés qui le face. »

– Ci nous dit 346, 31 : « Il n’est nulz si bon qui ne face aucuns pechiez et si n’est nulz si mauvaiz qui ne face aucuns bien » ; de même que personne n’est si saint qu’il ne fasse jamais aucun péché, de même personne n’est si pécheur qu’il ne fasse jamais aucune bonne action.

– Ci nous dit 347, 4 : « En fait plus par debonnaireté que par maistrise et par engin que par force et par amours que par contrainte » ; entendons qu’on obtient plus par douceur que par violence, par astuce que par force, par amitié que par contrainte. Cf. Morawski, 1287 : « Miex vaut sens que force » ; Hauréau, 2, 280 (Nicolas de Biard, OP) ; E. Langlois, no 437.

– Ci nous dit 348, 16 (et 39, 1) : « Li uns feit son proufit de ce dont uns autres fait son damage » ; car l’un fait son profit de ce dont un autre fait son dommage.

– Ci nous dit 353, 3 : « Bonté autre requiert » ; un service en appelle un autre. Cf. Proverbia magistri Serlonis (éd. P. Meyer, 1871), p. 171 : « Bunté altre requiert e colee sa per » ; Cf. E. Langlois, no 787 ; Hauréau, 2, 96 (Nicolas de Biard, OP) et 284 (Nicolas de Biard, OP) ; 3, 284 (Guillaume de Mailly) ; 6, 68 et 71 (Pierre de Saint-Benoît, OFM) ; Li Proverbe au vilain (éd. A. Tobler, 1895), no 39 et 223.

– Ci nous dit 355, 5 (et 180, 6) : « […] un fol qui est plus cointe de sa machue » ; ils sont dans la situation du fou qui est plus fier de sa massue que ne serait fier un homme sensé s’il avait toutes les vertus.

– Ci nous dit 371a, 3 : « Soit dou pieur, soit dou melleur/Maul fait jouster a son segneur (li proverbe dit) » ; et le proverbe dit : « Que l’on ait la victoire ou non, on ne gagne rien à lutter contre son seigneur. » Cf. E. Langlois, no 409 : « Mal plaidier fait a son seigneur » ; Hauréau, 4, 166 (Gilles de Provins) : « Il se fait mau prendre a plus fort que soi » ; Ménard, p. 610 : « Nus biens ne vient al chief del tor/D’estriver contre son saignor. »

– Ci nous dit 373, 3 (et 188, 4) : « Uns pechiez atrait l’autre, que pechié ne soit seulz aller » ; de même un péché en attire d’autres, car péché ne sait marcher seul.

– Ci nous dit 402, 6 : « Qui veut jeunner de mengier, si jeunne de pechier » ; si quelqu’un veut s’abstenir de manger, qu’il s’abstienne de pécher.

Ci nous dit 461, 24 : « L’israingne fait de tout venin et la bonne mouche de tout miel » ; de même qu’à partir de n’importe quelle plante l’araignée fabrique du poison et l’abeille fabrique du miel.

– Ci nous dit 461, 25 (et 39, 1) : « Li foulz font de tout leur domage et li sages de tout leur proufit » ; à partir de n’importe quoi les fous se font du tort et les sages du profit.

– Ci nous dit 464c, 3 : « Qui a et il ne li soufist, il a et si n’a nient » ; celui qui possède sans trouver qu’il a assez, il possède mais il ne possède rien. Voir N. Bozon, Proverbes de bon enseignement [ed. Thorn], no 33, p. 15.

– Ci nous dit 464c, 4 : « Le grant moncel ne fait pas la richeice, mez la soufisance » ; ce n’est pas l’accumulation des biens qui rend riche, mais c’est de se contenter de ce qu’on a. Cf. Morawski, Proverbes as philosophes, no 17, p. 17 ; Proverbes as philosophes, no 33, p. 24 ; Proverbes as philosophes, no 257, p. 81.

– Ci nous dit 469, 7 : « Tail cuide amender son afaire, qui l’empire » ; car tel croit progresser qui recule.

– Ci nous dit 535, 10 (et 3, 7) : « Li oisel qui veut voler sans eles » ; ceux qui veulent avoir cette bénédiction sans observer les commandements de l’Église ressemblent à la bête qui veut courir sans pattes, à l’oiseau qui veut voler sans ailes.

– Ci nous dit 566, 6 (et 781, 34) : « Foulz s’i fie et musart s’i atend » ; on peut dire que celui qui y met sa confiance est un fou, que celui qui compte dessus est un nigaud. Cf E. Langlois, no 271.

– Ci nous dit 575, 6 : « […] il mait le char devant les bues » ; car vouloir en cette vie le bonheur temporel, c’est mettre le char devant les bœufs. Cf. Ménard, p. 625.

– Ci nous dit 591, 3 (et 239, 3) : « […] vivre sobrement et veistir humblement et porter tribulation debonnairement » ; en vivant sobrement, en s’habillant modestement et en supportant les épreuves avec patience.

– Ci nous dit 604, 26 : « Gent de roy doivent estre gens de joie » ; comme les gens du roi doivent être gens de joie.

– Ci nous dit 639, 5 (et 34, 4) : « Nulz ne pert qu’autre ne gaingne » ; aussi peut-on dire que nul de perd sans qu’un autre gagne.

– Ci nous dit 735, 7 : « Li abbit ne doit pas hennourer le maistre, maiz le maistre l’abit » ; car ce n’est pas le costume qui doit faire honneur au maître, mais c’est au maître à faire honneur au costume.

– Ci nous dit 763, 6 : « Tiex est biaus qui n’est preus. Et nulz n’est bon qui ne soit biaus a ceulz qui l’ainment » ; tel est beau qui ne vaut pas cher, mais nul n’est bon sans sembler beau à ceux qui l’aiment. Cf E. Langlois, no 106 : « Beaulté sans bonté ne vaut riens », ibid., no 431 : « miex vaut bon que beaux » ; Hauréau, 6, 72 (Pierre de Saint-Benoît, OFM) : « Qui est biaus ne n’est bons, refuser le doit l’en. »

– Ci nous dit 781, 34 (et 566, 6) : « Foulz s’i fie et musart s’i atent » ; mais il est tout à fait naïf et déraisonnable de le croire et de compter sur une telle prière : en effet aucun habitant du ciel n’oserait demander à Dieu qu’un homme ou une femme soit sauvé qui serait mort en état de péché mortel sans repentir.

– Ci nous dit 781, 88 : « Serjant a roy est per a conte et serjant a Dieu est per a roy » ; « Serviteur de roi est l’égal d’un comte et serviteur de Dieu est l’égal d’un roi. » Hauréau, 4, 163 (Guillaume de Mailly) : Servus regis par est comiti.

Notons qu’un proverbe est réutilisé pas moins de quatre fois avec quelques variations : « Pluseurs fols font leur domage de ce dont li sages feroient leur proufit » (39, 1). Finalement, il y a assez peu de recoupements avec le catalogue de Morawski, car celui-ci a écarté comme il l’indique dans son introduction (p. xiv) « les refrains, les locutions, les axiomes de droit, les proverbes d’un caractère trop sentencieux qu’ils remontent à la Bible, aux Diz et proverbes des sages, au Dialogue de Salomon et Marcoul ou à toute autre source littéraire ».

Notes

1 Blangez G., « La tradition des Apocryphes dans le Ci nous dit », Alain de Lille, Gauthier de Châtillon, Jakemart Giélée et leur temps, Actes du colloque de Lille, octobre 1979, Lille, Université de Lille III, 1980, p. 355-364.

2 Par exemple les catastrophes naturelles comme l’a montré Berlioz J., « Les récits exemplaires, sources imprévues de l’histoire des catastrophes naturelles au Moyen Âge », Histoire des catastrophes naturelles. Paysages – Environnement, Rencontres de Toulouse, 15 juin 1991. Sources. Travaux historiques, no 33, 1993, p. 7-24.

3 Le Goff J. et Schmitt J.-C., « Au XIIIe siècle une Parole nouvelle », Delumeau J. (dir.), Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse, Privat, 1979, p. 257-278 ; Schmitt J.-C., « Les traditions folkloriques dans la culture médiévale. Quelques réflexions de méthode », Archives de sciences sociales des religions, 52/1, 1981, p. 5-20.

4 Pour une première approche : art. « Proverbes en français », Dictionnaire des lettres françaises, p. 1206-1207, et pour approfondir Schulze-Busacker E., Proverbes et expression proverbiales dans la littérature narrative du Moyen Âge français, Recueils et analyse, Paris (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 9), 1985.

5 Le livre biblique des Proverbes valorise la littérature gnomique et a pu servir parfois de gisement de proverbes, par exemple pour Césaire de Heisterbach (Dialogus Miraculorum) ou pour Jean Bromyard pour sa Summa praedicantium.

6 Lecoy de la Marche A., La Chaire française au Moyen Âge, spécialement au XIIIe siècle, d’après les manuscrits contemporains, Paris, 1868, p. 57 et 251.

7 Buridant C., « Les proverbes et la prédication au Moyen Âge. De l’utilisation des proverbes vulgaires dans les sermons », Suard Fr. et Buridant C. (dir.), La richesse du proverbe, Lille, Université de Lille III, vol. 1, 1984, p. 23-54.

8 Le fascicule sur l’exemplum dans la Typologie des souces du Moyen Âge occidental composé par J. Le Goff, J.-C. Schmitt et C. Bremond, avait consacré un développement aux proverbes, p. 98-100. Mais après ce recueil programmatique, le volume sur Les exempla médiévaux, Nouvelles perspectives (Paris-Genève, 1998) n’explore pas ce domaine, tandis que les actes du colloque sur L’Animal exemplaire (Rennes, 1999) offre, sous la plume de F. Morenzoni, un développement sur les proverbes concernant les animaux dans les recueils de distinctiones (p. 181). Signalons de Taylor B., « Wisdom Forms in the Disciplina clericalis of Petrus Alfonsi », La Corónica, 22 : 1, 1993-1994, p. 24-40.

9 Bizzarri H. et Rohde M. (dir.), Die Tradition der Sprichwöter und Exempla im Mittelalter, Colloque international de Fribourg, 15-17 octobre 2007, Freiburg, 2009 ; voir en particulier Berlioz J. et Polo de Beaulieu M. A., « “Car qui a le vilain, a la proie.” Les proverbes dans les recueils d’exempla XIIIe-XIVe siècle », p. 27-65.

10 L’indexation des exempla du Ci nous dit est disponible sur le site du GAHOM (base de données ThEMA, http://gahom.ehess.fr/document.php?id=434), le lien avec les images du manuscrit de Chantilly sera établi lorsque l’indexation des miniatures sera achevée sous la direction de J.-C. Schmitt ; cette indexation se fonde sur les images numérisées disponibles sur le site de la Réunion des Musées nationaux (RMN).

11 Morawski J., Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris (CFMA 47), 1925 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 60, 1899, p. 569-601 ; Le Roux de Lincy, Le livre des proverbes français, Paris, 1842 (1re éd.), 1859 (2e éd.) (rééd. Slatkine, 1968) ; Maloux M., Dictionnaire des proverbes, maximes et sentences, Paris, Larousse, 1960.

12 Pour avoir le détail de la liste qui suit, voir Berlioz J., Polo de Beaulieu M. A., « Qui a la proie a le vilain… », art. cit.

13 Une exception : le proverbe tronqué reddit ad nichilum quod nichil ante fuit cité par Herbert de Clairvaux, Liber miraculorum (éd. Kompatscher Guffler G., Berne-Berlin, 2006), no 78, p. 272-281, spéc. p. 276 ; Walther H., Proverbia sententiaeque Latinitatis Medii ac Recentioris Aevi, Göttingen (Carmina Medii Aevi Posterioris Latina, II, 1-6), 1963-1969, 6 vol., no 20396 ; Id., Proverbia sententiaeque Latinitatis Medii ac Recentioris Aevi, Nova series, aus dem Nachlass von H. Walther, éd. Schmidt P. G., Göttingen, 2 vol. : A-G, 1982; H-0, 1983 (Carmina Medii Aevi Posterioris Latina, II, 7-8). Catalogue abrégé Walther.

14 Ces recherches se sont bien sûr cantonnées aux recueils analysés pour le colloque de Fribourg : aucun des proverbes cités par Étienne de Bourbon ne se retrouve dans le Ci nous dit ; même constat pour l’Alphabetum narrationum.

15 Morawski J., 788 « Fous ne crient devant qu’il prent » ; Morawski J., 789 : « Fous ne doute tant que il prent » ; Langlois, no 276 « Fol ne croit juscqu’a tant qu’il ne reçoit » ; Ménard, « Fox ne doute tant qu’il prant », p. 620 ; Walther, 30480. Chevalier C. (éd.), Humbertus de Romanis, De Dono Timoris…, éd. cit., chap. 5, p. 90, l. 136 ; Humbert de Romans, De l’abondance…, éd. cit., trad. Chevalier C., chap. 5, ex. 55, p. 91.

16 Cf. Proverbia magistri Serlonis (Meyer P. [éd.], 1871), p. 171 : « Bunté altre requiert e colee sa per » ; Cf Langlois E., no 787 ; Hauréau, 2, 96 et 284 ; 3, 284 ; 6, 71. Morawski J., 298 ; Li Proverbe au vilain (Tobler A. [éd.], 1895), nos 39 et 223.

17 Cf. Sermon de Nicolas de Biart (Hauréau, 2, 97) « Tot est perdu ce qui chiet en borse perciee » et sermon de Pierre de Saint-Benoit (Hauréau, 6, 72) : « Tot est perdu ten qu’en met en sac percié. »

18 Hauréau B., Notices et extraits de quelques manuscrits de la Bibliothèque nationale, 6 vol., 1890-1893.

19 Il est indéniable que l’idée est la même, mais la forme si différente que G. Blangez a ajouté un prudent « cf. », et que nous nous posons la question de la pertinence de ce rapprochement.

20 Buridant C., op. cit., p. 26-27, qui évoque les Proverbia in gallico, liste de soixante-quatorze proverbes rangés par l’ordre alphabétique des initiales suivi de Principia quorumdam sermonum (Paris, Bibl. Mazarine ms 1030) et pour les proverbes français-latins : il renvoie à la collection élaborée par Meyer P., pour la Société des anciens textes français (Romania, t. XIII, p. 532-533).

21 Morawski J., Les diz et proverbes des sages (ou Proverbes as philosophes), Paris, 1924.

22 Thorn A. C. (éd.), Les proverbes de bon enseignement de Nicole Bozon, Lund-Leipzig (Lund University Arsskrift, NF Avd. 1, Bd 17, no 4), 1921. Il faudrait également examiner les Disticha Catonis, les Proverbes de maître Serlon de Wilton et la Fecunda Ratis d’Egbert de Liège.

23 Cf. Morawski J., 1330 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », Bibliothèque de l’École des chartes, 60, 1899, p. 569-601, spéc. no 450.

24 Li Proverbe au vilain (Tobler A. [éd.], 1895), no 48 et 245.

25 Cf. Morawski J., 1906 ; Le Roux de Lincy, 2, 388 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », art. cit., spéc. no 616.

26 Li Proverbe au vilain (A. Tobler [éd.], 1895), no 198.

27 Cf. Proverbia magistri Serlonis (P. Meyer [éd.], 1871), p. 171 : « Bunté altre requiert e colee sa per » ; Cf. Langlois E., « Anciens proverbes français », art. cit., spéc. no 787 ; Hauréau, 2, 96 et 284 ; 3, 284 ; 6, 71. Ce proverbe se trouve aussi dans le recueil lui-même de la Compilacio singularis exemplorum, voir note 15.

28 Li Proverbe au vilain (Tobler A. [éd.], 1895), no 39 et 223.

29 Ce petit livre de proverbes avait été signalé par A. Hilka en 1913, qui ne connaissait pas le manuscrit d’Upsalla. L’édition de M. Vaisbrot présentée à l’Ecole nationale des chartes est restée inédite : Hilka A., « Atfranzosische Sprichwöter », Beiträge zur Fabel-und Sprichwörterliteratur, 91 (1913), p. 21-38 ; Vaisbrot M., thèse de l’école nationale des chartes, 1968 (d’après le ms de Tours) ; Buridant C., art. cit., p. 48, no 27 évoque cette collection d’après le manuscrit d’Upsalla C 523 édité par Höberg P., Zeitschrift für tomanische Sprache une Literatur, XLV, 1919, p. 423 sq.

30 Schulze-Busacker E., « Au carrefour des genres : Les Proverbes au vilain », dans Bizzarri H. et Rohde M. (dir.), Die Tradition der Sprichwöter…, op. cit., p. 81-105.

31 Cf. Morawski, 1330 ; Langlois E., « Anciens proverbes français », art. cit., spéc. no 450 ; Li Proverbe au vilain (no 48 et 245).

32 Thorn A. C. (éd.), Les proverbes de bon enseignement de Nicole Bozon, Lund-Leipzig (Lund University Arsskrift, NF Avd. 1, Bd 17, no 4), 1921.

33 Proverbes de bon enseignement, op. cit., no 33, p. 15 qui donne la version du ms R (reprise ici) et la version du ms S qui attribue à Judith ce proverbe.

34 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., no 191.

35 Ibid., nos 5, 81, 88, 155, 160, 170, 179, 183, 191, 209, 212, 214, 227, 251, 254, 281, 282, 347 355, 461, 469, 535, 566, 591, 735, 763.

36 Ibid., no 735.

37 Ibid., no 238.

38 Barthélemy D., « Un jeu de sainte Foy de Conques : le miracle du faucon retrouvé (Bernard d’Angers, I. 23) », Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 383-394.

39 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., no 88.

40 L’auteur du Ci nous dit s’est peut-être inspiré d’un sermon de Pierre le Mangeur, Patr. lat., t. 198, col. 1739.

41 In medio stat virtus est un proverbe connu depuis Phocylide de Milet au VIe siècle avant J.-C. Walther, t. 2, 1964, no 11842a (In medio virtus) et t. 8, 1983, no 37430.

42 Ulrich J. (éd.), « La Riote du monde », Zeitschritf für romanische Philologie, 8, 1884, p. 275-289. Nouvelle édition de la version narrative dans Le Jongleur par lui-même. Choix de dits et de fabliaux, éd. et trad. W. Noomen, Louvain, Peeters, 2003. Voir aussi Ulrich J., « Neue Versionen der Riote du monde », Zeitschritf für romanische Philologie, 24, 1900, p. 112-120.

43 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., nos 30, 39, 196, 235, 287, 288, 289.

44 Ibid., no 196.

45 Morawski J., no 2178. On est proche de l’idée sous-jacente dans le proverbe no 94 des Proverbes au Vilain : « Mieux vaut tendre que rompre. »

46 Little A. (éd.), Liber exemplorum, Aberdeen, 1908, no 75 et 76, p. 45 : Melius erat quod nunquam fuisset natus/Qui eternaliter damnatus est. Hym were bettre þat he ne were ne neuer boren/for liif and soule he his forloren.

47 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., nos 3, 5, 7, 34, 46, 57a, 67, 68, 151, 152, 161, 164, 165, 166, 177, 180, 182, 188, 194, 200, 204, 206, 215, 216, 238, 239, 240, 248b, 260, 310, 323, 346, 348, 252a, 299, 318, 322, 348, 353, 371a, 373, 375, 402, 604, 639.

48 Ibid., no 188.

49 Ibid., no 215; Tubach F. C., Index exemplorum…, op. cit., no 304.

50 Peut-être une manière traditionnelle de désigner les Catonis Disticha (1, 30) : Quae culpare soles, ea tu ne feceris ipse/Turpe est doctori cum culpa redarguit ipsum. Repris par Alexandre Neckam dans son Avianus, fable De cancro docente filiam ; Voir Morawski J., Proverbes as Philosophes, no 12.

51 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., no 348. Ce récit a connu un beau succès attesté dans Tubach F. C., Index exemplorum…, op. cit., no 382.

52 Titre de la traduction en ancien français de la Disciplina clericalis de Pierre Alphonse. Voir l’édition de Montgomery Edward D. Jr. (éd.), Le Chastoiement d’un père à son fils, Chapel Hill, University of North Carolina Press (University of North Carolina Studies in Romance Languages and Literatures, 101), 1971 et la traduction en français moderne du texte latin donnée par Genot-Bismuth J., La Discipline de clergie, Saint-Pétersbourg-Paris, Éd. Evropeiski Dom-Éd. de Paris, 2001.

53 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., nos 39, 155, 282, 348.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540