Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Troisième partie. Le Ci nous dit comme interface culturelle

L’image exemplaire dans le Ci nous dit de Chantilly*

The exemplary pictures from the Ci nous dit

Julie Jourdan

Résumé

Le Ci nous dit s’inscrit non pas dans le cadre de la prédication comme la majorité des recueils d’exempla, mais dans un projet pédagogique lié à la lecture privée. J. Jourdan rappelle de quelle manière Roland Barthes décrivait le fonctionnement de l’exemplum fondé sur « un trait d’induction rhétorique » dans un système analogique et elle propose d’étendre ce modèle à l’intégralité du recueil. Les peintures comblent l’absence de signes visibles d’organisation du Ci nous dit permettant une « lecture consultation » pour un public laïc non latiniste. Le premier titre donné à cette œuvre « Une composition de sainte Escriture » invite à repenser l’organisation d’ensemble du recueil et la mise en page du manuscrit de Chantilly. Le rythme de base est un exemplum, une image par page, à partir duquel le peintre joue avec une gamme de variantes. Les rapports entre texte et image sont à concevoir dans le cadre des rapports entre pensée verbale et pensée figurative. Les exemples du cerf, de l’aigle et du chien dans le chapitre sur les fruits de la confession sont analysés en détail, tout en tenant compte des interactions dans cette série d’images qui dessinent un réseau de significations au-delà de l’unité de chaque texte.

The Ci nous dit cannot be integrated into predication as the majority of collections of exempla are, but as a pedagogical project in the context of private reading. J. Jourdan reminds us that R. Barthes described how the exemplum based on a «feature of rhetorical induction» fonctioned in an analogical system. She proposes to extend this model to the whole of the Ci nous dit. The illuminations fill in the absence of visible signs which structure the book, so allowing a «reading consultation» for a non-latinist lay readership. The first title of this work «A Composition of Holy Scripture» suggests rethinking the structure and the lay out of the Chantilly manuscript. The basic rythm is: one exemplum, one picture per page; from there on the painter plays with a range of variations. The relationship between text and image are to be carried through to the larger context of the relationship between verbal thought and figurative thought. Exemples of stag, eagle and dog are analysed in detail in the chapter about the fruits of confession. This is done taking into account the interaction between the series of images which conjure up a network of meaning way beyond the unity of each text.

Texte intégral

Introduction

  • * Cet article s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en cours sous la direction de J. -C. S (...)
  • 1 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit.

1Très dynamique depuis maintenant plusieurs dizaines d’années, la recherche sur les exempla s’est considérablement ouverte à différents champs d’études. À ce titre le Ci nous dit fait l’objet d’une attention diversifiée. En effet, la mise en perspective des problèmes littéraires et linguistiques, historiques mais également iconographiques a permis, trente ans après l’édition de ce manuscrit par Gérard Blangez1, de nourrir l’approche anthropologique globale qu’il mérite. Le manuscrit de Chantilly, principal témoin d’une « mode » du Ci nous dit aux XIVe et XVe siècles, est de loin le plus complet et le plus singulier des vingt-deux manuscrits recensés en réunissant près de huit cents exempla et peintures s’y rapportant. Les problèmes révélateurs d’indexation qu’elles posent, les interprétations historiques qu’elles stimulent tout comme l’étude structurelle de leur rapport au texte sont autant de pistes à explorer dans le cadre d’une recherche générale sur l’image exemplaire. La démarche préalable à cette étude est de présenter non pas une révision mais une forme d’addendum généraliste au travail de G. Blangez, dont l’objet d’étude porte avant tout sur l’édition du texte et de ses sources.

2L’approche proposée est double. Dans un premier temps, il semble nécessaire de revenir en divers points sur l’objet qu’est le Ci nous dit dans son cadre culturel général. Un second point traitera des problèmes structurels du manuscrit afin d’amorcer une réflexion autour de la polyvalence du rapport texte/image dans notre manuscrit. Enfin, à l’issue d’une étude de cas, nous tenterons d’exposer certains rouages d’une pensée figurative propre à ce manuscrit, en tentant de respecter une constante problématique : comment lire les images du Ci nous dit ?

Retour sur « Qu’est-ce que le Ci nous dit ?2 »

  • 2 Titre introductif de G. Blangez à son édition.
  • 3 Pour une notice brève, voir annexe I.
  • 4 Sur ses sources voir Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. lxxxix. On note une prédominance (...)
  • 5 Voir sur le sujet les présentations de M. A. Polo de Beaulieu et J.-G. Van Dijk dans ce volume ; c (...)
  • 6 Il en conserve les sources et le format « de poche » : 185 x 140 mm.

3Le Ci nous dit fait partie de ces recueils « flottants » dans la tradition manuscrite3, souffrant parfois de l’antagonisme marqué entre la richesse de son texte et la médiocre qualité d’exécution de ses peintures. Ainsi l’objet serait inscrit au rang d’un manuel singulier ayant trouvé sa place uniquement dans la recherche sur les exempla diffusés en langue vernaculaire4. On y trouve une multitude de récits hagiographiques ou bibliques, renforcés par d’autres formes littéraires, notamment celle des fables et des proverbes5. Toutefois le Ci nous dit de Chantilly, bien qu’héritier des recueils d’exempla traditionnels6, ne s’adapte plus à la performance orale de la prédication mais à une pédagogie liée à la lecture privée, se situant ainsi à l’articulation de deux traditions.

  • 7 À ce titre, rappelons que le manuscrit ne contient ni table, ni index pour retrouver rapidement le (...)
  • 8 Les différentes parties ou « traités » annoncés se retrouvent au fil du texte. Ex. : f. 157r (t. I (...)
  • 9 Barthes R., L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, 1985, p. 128-129.
  • 10 Retenons notamment la nécessité de fabriquer des « images des phrases » pour chaque matière abordé (...)

4L’auteur anonyme du Ci nous dit travaille de façon souple et sans véritable contrainte liée à la performativité immédiate du manuel7. L’écriture en bloc continu conserve un caractère assez « intuitif » et personnalisé, ce malgré le respect fidèle des grandes lignes du prologue8 et le suivi moins rigoureux des temps bibliques et du calendrier chrétien. Ce trait rappelle dans son processus le fonctionnement même de l’exemplum. À ce titre Roland Barthes souligne que l’exemplum, en sémiotique, répond à ce qu’il nomme un « trait d’induction rhétorique ». Il permettrait de passer « d’un particulier à un autre par le chaînon implicite du général : d’un objet on infère la classe, puis de cette classe on défère un nouvel objet9 ». Ce système analogique, définissant selon Barthes les bons et les mauvais exempla selon chaque acuité à « voir » l’analogie, semble régir non seulement la construction rhétorique de l’exemplum mais également – dans le cas du Ci nous dit – celle du recueil. Dans notre manuscrit la trame du sujet, esquissée dans le prologue, semble définir par une succession d’analogies implicites des séries d’exempla en digressant sur d’autres thèmes au cours du récit. Ce procédé est directement hérité de la dimension orale de la prédication à laquelle s’ajoute une multitude de systèmes mnémotechniques auxquelles les peintures ne sont pas étrangères10.

  • 11 Les mendiants, dont les frères mineurs, jouent un rôle très important dans cette entreprise. Schmi (...)
  • 12 Stephanus de Borbone, Tractatus…, éd. cit., t. I., 2002.
  • 13 Supposant une mémorisation préalable du texte.
  • 14 Heck Ch., « Description et mémoire du texte… », art. cit., spéc. p. 28.
  • 15 Sur la question des fonctions des images dans le Ci nous dit, voir Jourdan J., « Images et parole (...)
  • 16 Sur la question de ces mutations, lire Geremek B., « L’exemplum et la circulation de la culture au (...)
  • 17 Titre original du manuscrit, rapidement échangé contre « Ci nous dit » en faisant écho à l’incipit(...)

5Toutefois le recueil semble répondre non pas à une rationalisation de la « matière prédicable »11, pour reprendre la formule « malléable » utilisée par Etienne de Bourbon12, mais à d’autres fins. Ce sont les signes les plus saisissants ou les plus frappants, ici les peintures, qui comblent l’absence d’organisation en offrant un palliatif visuel à cette apparente lacune. Ainsi l’image répondrait à une fonction d’index ou de rubrique mémorielle du contenu textuel13, en préconisant un mode de « lecture-consultation14 », même si la place des images dans ce recueil ne peut se limiter à ces fonctions15. Cette singularité s’inscrit directement dans les mutations amorcées au XIVe siècle, notamment celle du passage de la lecture à haute voix à la lecture privée et silencieuse. L’individualisation des pratiques du livre, accélérée par l’invention de l’imprimerie à la fin du Moyen Âge, entraînera la marginalisation de la pédagogie orale et populaire par les prédicateurs préconisée par le IVe concile de Latran16 (1215). En présentant pour la première fois des images « matérielles », sources de méditation et d’émotion religieuse, à côté de récits exemplaires, cette « Conposition de la Saincte Escripture17 » vise donc un nouveau public.

  • 18 Schmitt J.-C., « Recueils franciscains d’exempla… », op. cit., p. 21.
  • 19 Pour quelques pistes sur la question, voir Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. xxvii-xxxi
  • 20 Cf. l’article de Collomb P., « Le Ci nous dit : un commentaire de la liturgie médiévale ? », p. 32 (...)

6Si l’« exemplum trouve sa forme dans l’utilitas18 », par extension le recueil, voire le livre manuscrit en général, dépend de l’emploi qu’il présuppose. On rejoindra ici la thèse de G. Blangez envisageant le Ci nous dit consulté par des nobles ou de grands bourgeois désireux de parfaire leur éducation spirituelle19. La seule certitude demeure celle de la nature laïque du destinataire. En effet, la formule du chapitre 604a, 4 affirme vouloir traduire le Credo : « pour ce que ciz livres est en françoiz et que tuit cil qui le liront n’entendent pas le latin20 ».

Rapports texte/image

  • 21 Selon le découpage de G. Blangez : I. Les vérités à croire ou les étapes du Salut (chap. 1-150) ; (...)
  • 22 À notre connaissance, un seul autre manuscrit présente quelques exempla accompagnés d’images. Il s (...)

7Recueil d’exempla, le Ci nous dit est bien plus qu’une compilation. On retrouve en effet au premier feuillet le titre original du Ci nous dit : « Conposition de la Saincte Escripture », terme suggérant une structure dans l’ouvrage. L’écriture, ou plutôt la réécriture des exempla du latin au français est orientée dans les grandes lignes par le prologue en cinq grandes parties21. Ainsi, les images sont susceptibles de pallier cette absence d’organisation rationnelle (table et index) en offrant un aperçu littéral du contenu de l’exemplum. Notons que ces exempla, pourtant fréquents dans la tradition orale, ne connaissent pas de véritables précédents iconographiques22.

  • 23 Certains passages en sont même presque dépourvus. Chap. 604 : « manière d’ouïr la messe ».
  • 24 Pour des exemples développés voir Jourdan J., op. cit.
  • 25 Sur ces problèmes, voir Baschet J., L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard, 2008, spéc. p. 251 (...)
  • 26 Ils s’expriment notamment par des phénomènes de répétition, d’opposition, de mise en parallèle, le (...)

8La composition générale du Ci nous dit laisse supposer que chaque feuillet présente un exemplum avec son image, le texte chevauchant en continu les feuillets pour s’ajuster à un espace d’écriture cohérent, sans jouer de mises en page particulières. Or tous les exempla ne présentent pas qu’une image et, à l’inverse, toutes les images ne se réfèrent pas qu’à un seul exemplum23. La plupart des rapports texte/image dans la mise en page de notre manuscrit se détermine selon un double procédé : en terme de développement (dans les cas ou un exemplum rassemble plusieurs images), et en terme de densification (le cas inverse : une image regroupe plusieurs unités de texte)24. Ces cas représentent autant de variantes autour d’une unité privilégiée : un exemplum pour une image. Ce sont bien les écarts par rapport à cette norme qui déterminent toute l’ampleur du langage visuel de ces centaines de peintures25. Les différents procédés figuratifs26 remploient sous d’autres formes des rapports rhétoriques longtemps considérés comme propres à la culture sacrée de l’écrit. L’image ne se limite pas à répéter ce rapport, elle peut également l’amplifier, voire se présenter comme l’exégèse originale d’un texte en choisissant d’appuyer un discours ou de se concentrer sur une narration.

  • 27 Baschet J., L’iconographie médiévale…, op. cit., p. 261.

9Les images du Ci nous dit se conçoivent donc selon une logique d’ensemble. Si un codex ne permet pas au lecteur de voir la totalité des peintures qui y sont contenues, c’est la mémoire des formes visuelles qui reconstitue les enchaînements significatifs propres à l’objet observé27. Ainsi les peintures interagissent mutuellement, entre elles et avec le texte, les unités en apparence désordonnées reprenant forme grâce à la lecture. L’image peinte est certes un support visuel du texte mais elle ne l’illustre pas, elle ne le « sublime pas ». Elle en reformule les « images ».

  • 28 Damisch H., « La peinture prise au mot », introduction à l’ouvrage de Schapiro M., Les mots et les (...)

10Le rapport d’illustration longtemps appliqué à toute confrontation texte/image est en soi réducteur : il implique une reprise certes éclairante mais limitée et circonscrite du texte, ce qui n’est pas le cas des images dont nous traitons. Hubert Damisch28 souligne que le rapport ambivalent de l’illustratio ne se manifeste pas de façon unilatérale mais peut s’appliquer à différents media. L’image éclairerait (illustrare) le texte autant que celui-ci l’illustre. C’est bien ici cette idée de complémentarité et d’échange qui nous intéresse. Reste à comprendre comment elle se met en place. Nous tenterons dans une dernière partie de révéler la structure des mécanismes d’échanges entre pensée verbale et pensée figurative afin de comprendre comment peut s’y lire une rhétorique exemplaire.

L’image exemplaire : étude de cas

Exemple du cerf et de l’aigle (figure 1 et annexe II)

  • 29 Cet exemplum au profil de fable est trouvé par G. Blangez chez Tertullien et Hugues de Saint-Victo (...)
  • 30 Pour la tradition de cette fable, Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., (p. 348).
  • 31 On retrouve ici une dialectique très présente dans les exempla et notamment dans le Ci nous dit, c (...)

11L’image matrice du raisonnement présenté se configure sous la forme d’un rectangle scindé en deux (fig. 1). Au sein de cette unité se distinguent deux espaces iconographiques correspondant à deux exempla. L’encart gauche correspond à l’exemplum no 420 du Ci nous dit. L’image reprend la partie imagée de l’exemplum : quand le cerf est vieux, il mange un crapaud qui le fait enfler puis se plonge dans une source d’eau vive afin de recouvrer sa jeunesse29. L’aigle quant à lui se plaît à regarder la beauté du soleil, juché sur un monticule de terre30, puis se plonge à son tour dans l’eau vive afin de retrouver sa jeunesse31. Il est à l’image de ceux qui, le cœur bon, aiment contempler le Christ. La moralisation de cet exemplum conseille aux hommes d’« avaler » leur honte en confession (ici à l’image du bain) afin de se repentir et d’expier leurs fautes devant Dieu (le soleil).

  • 32 Nous remercions ici Pierre-Olivier Dittmar de nous avoir amicalement communiqué ses recherches sur (...)
  • 33 En raison de l’ampleur de la bibliographie sur l’animal au Moyen Âge, nous renvoyons pour la place (...)
  • 34 Polo de Beaulieu M. A., « Du bon usage de l’animal dans les recueils médiévaux d’exempla », Polo d (...)
  • 35 Prenons deux exemples : dans la Scala Coeli de Jean Gobi, le cerf (symbole christique ici) apparaî (...)
  • 36 Voir Berlioz J., « Le crapaud, animal diabolique : une exemplaire construction médiévale », Polo d (...)
  • 37 C’est le cas dans l’exemplum no 349 du Ci nous dit. Alain de Lille rencontre un berger exprimant s (...)
  • 38 Étienne de Bourbon rapporte qu’« après la mort, dit-on, naît un crapaud du cerveau, un serpent des (...)

12Le recours aux animaux est une caractéristique du Ci nous dit32. En effet, l’animal exemplaire trouve une place particulière dans le discours persuasif en raison de son ambivalence. L’utilisation symbolique du bestiaire y est renforcée par un mimétisme semblable à celui des fables où la nature de l’animal est engagée au service d’une exemplarité pour l’homme33. Cette ambivalence, qui satisfait l’exigence du « modelable » dans la littérature exemplaire34 explique en partie leur succès. Au Moyen Âge, le cerf est justement considéré comme un animal ambivalent35. Le crapaud quant à lui, animal vénéneux, laid, est souvent connoté de façon diabolique dans les exempla36. Si sa laideur peut néanmoins servir dans certains récits de faire valoir aux beautés divines37, la plupart du temps le crapaud est assimilé à la vermine38.

13La peinture reprend ici littéralement les figures imagées de l’exemplum : le cerf, le crapaud, l’aigle, le soleil dans leur environnement premier, la terre et le ciel. Vient ensuite l’élément naturel métaphorique au cœur de l’exemplum : l’eau. L’intérêt mnémotechnique de présenter ces divers signes est assez évident en premier lieu : le lecteur retrouve les clefs narratives de l’épisode lu. Cette demi-peinture, bien qu’unité figurative en soi, est toutefois associée à un second exemplum.

Cy dit de la nature du chien (figure 1 et annexe II)

  • 39 Il reste néanmoins un animal ambivalent. Franco Morenzoni rappelle comment le chien (dans son util (...)
  • 40 Pastoureau M., « Pourquoi tant de porcs au tribunal ? », Une histoire symbolique du Moyen Âge occi (...)
  • 41 Pastoureau M., « L’animal et l’historien du Moyen Âge », Polo de Beaulieu M. A., Berlioz J. (dir.) (...)

14Le chapitre 421 raconte comment le chien guérit de nombreuses blessures tant qu’il peut y passer la langue. Ici le chien est exemplairement positif39, à l’image de l’attitude que devrait adopter l’homme lors de la confession. En revanche, le chien prend un caractère négatif quand il ravale ce qu’il vient de vomir, métaphore de l’homme dissimulant ses péchés au confesseur. L’auteur insiste sur le fait que toute confession doit être irréprochable d’un point de vue moral, sans retenue. Toute confession malhonnête assimilerait ainsi l’homme au porc, animal domestique dont la ressemblance avec l’homme évoquée dans cet exemplum fait écho aux divers procès médiévaux d’animaux dont le porc, en partie pour cette raison, est la vedette40. Comparer l’homme au porc, animal sale ayant l’habitude de se vautrer dans la boue, n’a ici rien d’exceptionnel. Il évoque au contraire le rapport familier et quotidien de l’homme avec cet animal « éboueur », dont l’anatomie est rapprochée de celle de l’homme depuis l’Antiquité41. Le porc qui se lave dans la boue ressort plus sale qu’il ne l’était, à l’image de l’homme qui, ravalant ses péchés devant son confesseur, en commet un supplémentaire.

15La peinture attachée à cet exemplum sélectionne à nouveau la partie imagée du récit : l’ambivalence du chien matérialisée en deux temps, quand il se lèche puis quand il ravale ce qu’il a régurgité, prend place à côté du pourceau perdu dans sa crasse.

Thèmes transversaux ou génériques42

  • 42 Nous ne prétendrons pas ici reprendre avec exactitude les propositions d’études hyperthématiques d (...)

16Ces deux exempla, images du discours sur le fruit de confession au début du second tome du Ci nous dit, sont manifestement associés au sein de cet espace pictural délimité. En revanche, les divers thèmes génériques présents au cœur de l’exemplum se croisent et s’opposent. Dans un premier temps, du point de vue le plus général, c’est évidemment l’animal qui fait le lien entre ces deux récits.

  • 43 Heck Ch., « Respecter l’ordre du monde. L’animal-homme et l’homme-animal dans les enluminures du C (...)

17En effet, dans l’exemplum no 420, l’auteur indique que Dieu ne se contente pas de prêcher par les saintes personnes qu’il envoie sur terre mais aussi « ovecques touz ceulz nous presche les oisiaus, par les bestes et par les poissons ». Cette affirmation renforce l’idée de l’efficacité animale pour convaincre par l’image. On peut voir dans cet emploi l’image générale d’un ordre du monde, miroir dans lequel l’homme reconsidère sa place43. Les animaux agissent également comme contre argument par la dialectique nature/raison. À l’image d’Adam nommant les animaux, l’homme dompte la nature et par conséquent doit mériter et assumer dignement sa condition en tant que réceptacle de l’image de Dieu. L’emploi de l’animal dans le Ci nous dit joue donc sur les contradictions des actes humains. Si les animaux participent souvent à diverses actions dans le Ci nous dit, c’est avant tout leur nature qui est utilisée à des fins morales, à travers diverses métaphores et allégories.

  • 44 La langue est souvent mentionnée dans les exempla, symbolisant le blasphème elle représente à la f (...)
  • 45 On retient avant tout l’acte contre-nature que ces ingurgitations représentent.

18L’ingurgitation est l’autre thème commun de ces deux exempla. Ce point, au cœur de la métaphore du péché, est ici matérialisé par l’ingestion d’un crapaud et celle de ses propres déjections. En effet, la langue assure la première étape : l’aveu, c’est le sacrement de confession qui efface le péché ; il peut être ravalé par un pécheur non repenti, à la manière dont on peut avaler sa langue44. C’est bien ici l’image de la langue, ou plus précisément du péché par mutisme pendant la confession, que l’auteur invite à voir dans le crapaud et le vomi du chien45. Toutefois ce sont les attitudes adoptées à l’issue de chacune de ces ingestions qui déterminent la portée morale rattachée à chaque animal, dans un espace de valeur positif ou négatif. Le cerf ingère le crapaud (le péché) puis s’en délivre par l’eau pure de la confession. Le chien quant à lui, même s’il peut laver ses péchés tant qu’il le veut (comme l’homme grâce à la langue de la confession), n’incarne pas un exemple strictement positif puisqu’il est capable de ravaler ses propres impuretés. Ce thème générique propre au texte comme à l’image permet à l’auteur et au lecteur de conclure : « Qui reffait pechié en l’eure qu’il s’est cofessés, ainssi se fait il semblans au chien. » Dans les pires situations, il est semblable au pourceau.

  • 46 Stephanus de Borbone, Tractatus…, éd. cit., exempla no 108, 283, 380 (respectivement t. I, p. 424, (...)
  • 47 Little G. (éd.), Liber exemplorum, 1908, no 14.
  • 48 Bonum universale de apibus, éd. Douai, 1627, 2, 50, 2.

19Les cas de vomissements sont relativement fréquents dans les exempla. On compte nombre de beuveries d’ivrognes, situations honteuses symptomatiques d’une nécessité de confession chez Étienne de Bourbon46. Dans le Liber exemplorum un pécheur vomit l’hostie reçue47. On retiendra parmi ces cas celui du Bien universel fondé sur les Abeilles où un pécheur confessé vomit sept crapauds avant de retrouver sa santé48.

20L’eau est le dernier élément qui est certainement le plus important dans la dialectique de ces deux récits. En englobant les différents thèmes présentés, l’eau se pose comme l’élément salutaire dans ces deux exempla. Elle représente une allégorie du salut par la confession, représentée ici par l’acte d’immersion. On note que la représentation de l’eau, peinte ici comme une montagne transparente, se superpose à la terre prenant une forme similaire au second plan. Elle envahit le monde terrestre pour le purifier, tel un déluge. L’efficacité de ce bain de jouvence est matérialisée par les têtes du cerf et de l’aigle figurées hors de l’eau, leur permettant de respirer (image du salut ?), en opposition avec l’immersion suffocante du porc.

  • 49 La miniature du fol. 6v (t. 2) regroupe par ailleurs l’image du chapitre 419 avec celle du chapitr (...)
  • 50 On retrouve une métaphore similaire chez Jacques de Voragine. Le monde est tel une citerne percée, (...)

21Ce thème de l’immersion, écho notable de la liturgie du baptême, n’est pas uniquement commun à ces deux exempla. L’exemplum précédant (chapitre 419, annexe II et figure 2) se présente sous la forme d’un principe « celui qui sert Dieu en état de péché ressemble à la marmite percée : on a beau y rajouter de l’eau, elle fuit par le trou en éteignant le feu49 ». On traite ici de l’incontinence des hommes face à leur foi50. Le lien entre l’image naturelle du feu sous la marmite (symbole ici de la foi, la chaleur divine) et le soleil dans l’exemplum no 420 ne semble pas hasardeux.

  • 51 Cette mise en page rappelle directement celles utilisées dans les bestiaires ou recueils de fables (...)

22D’un point de vue formel, la miniature du Ci nous dit (chapitre 420-421) propose ainsi d’unifier sur un feuillet le thème animal en faisant peser le choix des couleurs du cadre afin de matérialiser formellement l’ambivalence des différentes natures animales exploitées. Les deux fonds, bleu puis rouge, sont entourés d’un cadre dont les couleurs (à l’exception du trait inférieur séparant l’image du texte en rouge unitaire) créent un chiasme autour de la peinture51. Nous trouvons ici deux unités distinctes réunies par un jeu de couleur effaçant par une structure visuelle cette dichotomie. L’eau et la terre représentées dans cette enluminure ne respectent d’ailleurs pas la « frontière » dessinée par une barre verticale, elles unifient au contraire le panorama de cette scène naturaliste.

23Ce procédé d’unification générale de la confrontation entre ces deux interprétations d’un thème commun établit un champ de lecture propice à stimuler les différentes interprétations du sermon. Les animaux positifs à droite, les plus ambivalents et négatifs à gauche se disposent ainsi selon un ordre précis absent du texte. Les corps du cerf, de l’aigle et du chien, tournés vers la gauche, marquent d’autant plus leur caractère ambivalent en excluant le porc immergé (entièrement négatif ici) tourné vers la droite. Nous lirons ici, en plus de ces orientations fortement connotées ou tout du moins exclusives vis-à-vis du porc, une façon de créer une forme de continuité avec l’exemplum précédent. En effet la convergence des figures aux feuillets 6v et 7r permet une lecture continue entre les deux peintures en vis-à-vis.

24Dans les deux chapitres présentés s’opposent ainsi deux types d’animaux redistribués dans l’image : les positifs comme l’aigle et le cerf, et les négatifs ou au moins très ambivalents : le chien et le cochon. Toutefois un autre classement affine cette présentation à travers une gradation lisible formellement : celle des natures animales et des pratiques humaines qui leurs sont associées. On trouve ainsi, du plus noble au plus infâme : l’aigle qui jouit du soleil dans les hauteurs (l’homme bon), le cerf se baignant (le pécheur confessé), le chien se soignant mais ravalant ses déjections (l’homme qui se confesse mais parfois ravale ses péchés) et enfin le porc aimant la crasse (le pécheur impénitent). Le crapaud demeure à part, ne représentant pas directement une allégorie de l’homme mais bien de ses péchés, au rang des déjections canines.

  • 52 Cette conception en apparence linéaire de la mise en page sert par ailleurs les fonctions d’index (...)

25Par divers procédés, l’image offre une multiplicité d’arguments en renversant chaque idée selon le raisonnement qu’elle propose. L’image de gauche se présente ainsi comme un miroir négatif de la première grâce à la richesse de la construction visuelle mise en place, sans jamais rompre le lien avec le fil du texte par l’extension du thème de l’eau. L’apparente rigueur des unités de texte – repérable lors de la lecture du Ci nous dit52 – révèle ainsi une richesse propre à l’interaction des media activée par le regard du lecteur.

Conclusion : littéralité et exemplarité

  • 53 Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, ms no II 7831 ; voir notice donnée par Mourin L., « Le (...)
  • 54 Lyna F., « Les miniatures d’un ms du Ci nous dit et le réalisme préeyckien », ibid., p. 106-118, s (...)
  • 55 Ibid.

26Nous proposons de revenir rapidement sur la pertinence de la littéralité de ces images en regard de leur exemplarité. Frédéric Lyna s’étonnait en 1947 du fait que le peintre de l’exemplaire « Colbert de Beaulieu53 » du Ci nous dit ne représente « qu’une partie de l’histoire54 ». Plaçant cette singularité sous l’attitude d’un « laisser-aller vraiment cavalier55 » il soulignait pourtant un fonctionnement de l’image propre au processus édifiant de l’exemplum.

27Le caractère dépouillé des images du Ci nous dit, s’affranchissant de tout décor ou artifice qui ne serait pas directement interprétable, semble s’adapter avec plus ou moins d’efficacité à la forme littéraire de l’exemplum. La formule « brève » adoptée dans ces peintures joue sur l’universalité de leur forme en captant simplement l’essentiel. L’absence de temps ou de lieux instaure un phénomène d’instantanéité, comme un cliché du texte dans ce qu’il présente de plus significatif. Nous n’affirmerons pas l’efficacité absolue de ces images dont les rouages sont parfois très complexes, mais constaterons une certaine cohérence des formes, textuelles et figuratives, telles qu’elles sont appliquées à cet ouvrage.

28Du « repère-index », activé par la mnésique du texte, à la méditation, ces peintures accompagnent selon diverses fonctionnalités le lecteur du Ci nous dit dans sa démarche spirituelle. Elles conservent d’autre part certains traits propres à l’exemplum prêché, comme le surprenant et le ludique, essentiels pour captiver un auditoire. Ainsi faut-il reconsidérer l’exégèse poussée des images et ne pas la cantonner au domaine de savants médiévaux, même s’il est fort probable que cette exégèse des images du Ci nous dit nécessite un regard « éduqué », éventuellement sous la supervision d’un confesseur.

29La littéralité sert donc l’exemplarité dans notre ouvrage. Le rapport entre texte et image dans le Ci nous dit s’opère ainsi au sein d’un processus exemplaire non fermé et fortement lié aux mutations sociales de l’éducation. À ce titre, il s’inscrit au cœur des questions sur l’évolution de la réception du sermon au Moyen Âge.

Figure 1. – Ci nous dit, Chantilly, Musée Condé, ms 27, fol. 7r (chap. 420-421).

Figure 2. – Ci nous dit, Chantilly, Musée Condé, ms 27, fol. 6v (chap. 419).

Annexes

ANNEXE I

Le Ci nous dit de Chantilly. Notice fondée sur les données fournies par Gérard Blangez et Jean Meurgey56.

Conservation : Chantilly, musée Condé, mss 1078-1079 (26-27).
Vélin en deux volumes de 265 et 228 feuillets et miniatures. Reliure moderne en maroquin aux armes d’Orléans.
Dimensions : 185 x 140 mm. Encadrement 125 x 95 mm.
Marque de possession sur page de garde : Monmerqué, 1823.
Auteur anonyme (région de Soisson ?), destinataire inconnu. Datation : 1313-1330.
Ecriture : en longue ligne, base de 16-17 lignes jusqu’à 23-24 quand les feuillets ne comportent pas de miniatures. Ni table, ni index. Pieds de mouches rouges (parfois bleus) à l’incipit des chapitres.
Texte : 781 chapitres selon la table du Paris, BnF, ms fr. 9576.
Miniatures : 95 x 35 mm, placées dans la partie supérieure du folio (exception pour le fol. 5r, T. I).
Peintre : Mahiet, ancien élève de Jean Pucelle. Actif à Paris entre 1330 et 1350. Richard Rouse, « Mahiet, the Illuminator of Cambridge University Library, MS Dd. 5.5 », dans The Cambridge Illuminations. The Conference Papers, Stella Panayotova (dir.), Londres-Turnhout, Harvey Miller Publishers-Brepols, 2007, p. 173-186.
Aucune décoration, à l’exception d’un visage à l’initiale « L » du f. 9r (t. I), l. 9 + initiale figurée et ornée à l’incipit du t. II.
Traces de serpentes non datées sur chaque feuillet.

ANNEXE II

En gras sont mentionnées les figures dans l’image, en gras italique les actions représentées. En surligné sont notés les éléments interprétés dans l’image.

Transcription ancien français : Gérard Blangez., « Ci nous dit », recueil d’exemples moraux, Paris, Société des Anciens textes français, 1974, Tome II, p. 12-14 (Titres selon la table du Paris, BnF, ms. français 9576).

Traduction français moderne Gérard Blangez.
Source ThEMA

419 : Cy dit de ceulx qui servent Dieu en pechié

419 : Exemple de la chaudière percée

1 Ci nous dit que qui sert Dieu en pechié, il resemble la chaudiere percie ; qu’en n’y soit tant meitre d’yaue qu’i ne s’en voise par ce partuis en estraingnant le feu.
2 Qui [v°] vuet faire bien, si le face de nait cuer, que biens ne aumosne que nous facions ne plaist a Nostre Segneur se nous ne nous donnons a lui.
3 Et si ne se fait li anemis que moquier de nous.

1 Ci nous dit que celui qui sert Dieu en état de péché ressemble à la marmite percée : on a beau y rajouter de l’eau, elle fuit par le trou en éteignant le feu.
2 Si on veut faire le bien, il faut le faire d’un cœur sans péché ; car toutes les bonnes actions ou les aumônes que nous pourrions faire ne plaisent pas à Dieu si nous ne nous donnons à lui.
3 Le diable ne fait alors que se moquer de nous.

419 = objet : chaudron ; éléments naturels : eau, feu ; action : éteindre ; être : pécheur (interprété comme étant une femme dans l’image).

420 : Exemple du cerf et de l’aigle

420 : Rajeunissement du cerf et de l’aigle

1 Ci nous dit, il ne soufist mie a Nostre Segneur qu’il nous preische par lui ne par sa douce mere, par ses angres ne par ces sains ne par les preudeshonmes qui sont ovecques nous seur terre.
2 Mez ovecques touz ceulz nous presche par les oisiaus, par les bestes et par les poissons ; si conme par les cerfs.
3 Quant le cerf est viex, si mangut un boterel ; et quant il est bien enflez, si ne plunge en la fontaine d’yaue vive et par la josnece recouvree.
4 L’aigle se deduit en resguarder la biauté du solail ; ainssi font li bon cuer en Jesucrist.
5 L’aigle se plunge en la vive fontainne et par la josnece recouvree. [7]
6 Par ces. II. exemples devons engloutir la honte de dire nos pechiez en confession et tout dire sans riens laissier, en grant repentance.
7 Et par la aurons josnece recouvree devant Nostre Segneur.

1 Ci nous dit que Dieu ne se contente pas de nous prêcher par lui-même ni par sa douce mère, par ses anges ni par ses saints, ni par les saintes personnes qui sont avec nous sur terre.
2 Il nous prêche de plus par les oiseaux, les bêtes ou les poissons ; par exemple par les cerfs.
3 Quand le cerf est vieux, il mange un crapaud ; et quand il en est bien enflé, il se plonge dans une source d’eau vive et recouvre ainsi sa jeunesse.
4 L’aigle se complaît à regarder la beauté du soleil : de même les cœurs des bons se complaisent à contempler Jésus-Christ.
5 L’aigle se plonge dans une source d’eau vive et recouvre ainsi sa jeunesse.
6 Ces deux exemples nous enseignent à avaler la honte de dire nos péchés en confession, de tout dire sans rien omettre et en grand repentir.
7 Nous recouvrerons ainsi notre jeunesse devant Dieu.

420 = Éléments naturels : soleil, eau ; êtres : cerf, aigle, crapaud ; actions : ingurgiter, plonger, regarder.
La terre dans l’image est ajoutée comme environnement propre aux animaux (pratique courante dans le Ci nous dit).

421 : Cy dit de la nature du chien.

421 : Le chien se guérit avec sa langue.

1 Ci nous dit li chiens n’a nulle si grant plaie qu’il ne garisse bien mes qu’ill i puisse bien meitre la laingue.
2 Et ainssi ne pouons nous avoiir si grant pechiez que nous ne garissons bien de nos laingues en confession,
3 mez que nous ne facions mie si conme le chien qui repret la viande que il a mise hors.
4 Qui reffait pechié en l’eure qu’il s’est cofessés, ainssi se fait il semblans au chien.5 Qui ne se confesse vraiement sans rien laissier, il se laive aussi con li pourciaus qui en revient plus ort qu’il n’i est alez.
6 Quar qui porte. XX. pechiez a confesse et il en retient un, il en raporte. XXIe. qu’il raporte.
7 Que Nostre Sire ne nous pardonne mie nos pechiez par parties, qu’il nous pardonne ou tout ou nient.

1 Ci nous dit que le chien n’a jamais de si grave blessure qu’il ne puisse la guérir du moment qu’il peut y mettre sa langue.
2 De même nous ne saurions avoir de si grave péché que nous ne puissions le guérir avec notre langue dans la confession,
3 à condition de ne pas imiter le chien qui remange la nourriture qu’il a vomie :
4 celui qui refait le péché qu’il vient de confesser, il agit comme le chien.
5 Celui qui ne se confesse pas totalement sans rien omettre, il se lave comme le pourceau, qui en revient plus sale qu’il n’y est allé.
6 En effet celui qui porte vingt péchés à confesse et en retient un, il en rapporte vingt-et-un car il a menti là où il aurait dû dire la vérité : c’est là le vingt-et-unième péché qu’il en rapporte.
7 Dieu ne nous pardonne pas une partie de nos péchés : il nous pardonne tout ou rien.

421 = Éléments naturels : non précisés ; êtres : chien, porc ; actions : laver, lécher, vomir/ingurgiter.

Notes

1 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit.

2 Titre introductif de G. Blangez à son édition.

3 Pour une notice brève, voir annexe I.

4 Sur ses sources voir Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. lxxxix. On note une prédominance des sources dominicaines, avec près de deux cents exempla tirés de l’Alphatebum narrationum d’Arnold de Lièges et de la Scala Coeli de Jean Gobi. Les exempla franciscains sont également près de cent vingt. Sur les probables origines mendiantes du Ci nous dit, voir Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. xv-xix.

5 Voir sur le sujet les présentations de M. A. Polo de Beaulieu et J.-G. Van Dijk dans ce volume ; cf. respectivement p. 345-366 et p. 337-343.

6 Il en conserve les sources et le format « de poche » : 185 x 140 mm.

7 À ce titre, rappelons que le manuscrit ne contient ni table, ni index pour retrouver rapidement les récits dans le volume.

8 Les différentes parties ou « traités » annoncés se retrouvent au fil du texte. Ex. : f. 157r (t. I) : « Ci conmencent pluseurs des crueus jugemens Nostre Segneur […]. »

9 Barthes R., L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, 1985, p. 128-129.

10 Retenons notamment la nécessité de fabriquer des « images des phrases » pour chaque matière abordée. Voir Berlioz J., « La mémoire du prédicateur, recherches sur la mémorisation des récits exemplaires (XIIIe-XVe siècles) », Temps, mémoire, tradition au Moyen Âge, Actes du XIIIe congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Aix-en-Provence, 4-5 juin 1982, Aix-en-Provence, Publication Université de Provence, 1983, p. 157-183.

11 Les mendiants, dont les frères mineurs, jouent un rôle très important dans cette entreprise. Schmitt J.-C., « Recueils franciscains d’exempla et perfectionnement des techniques intellectuelles du XIIIe au XVe siècle », Bibliothèque de l’école des Chartes, t. 135, 1977, p. 5-22.

12 Stephanus de Borbone, Tractatus…, éd. cit., t. I., 2002.

13 Supposant une mémorisation préalable du texte.

14 Heck Ch., « Description et mémoire du texte… », art. cit., spéc. p. 28.

15 Sur la question des fonctions des images dans le Ci nous dit, voir Jourdan J., « Images et parole dans le Ci nous dit (Chantilly, Musée Condé, mss. 26-27) », à paraître dans La prédication médiévale entre oralité, visualité et écriture, (Colloque international, Genève, 10-13 septembre 2008), publié dans la collection Medienwandel – Medienwechsel – Medienwissen du PRN « Mediality », Zurich, Chronos, 2009, p. 40-61.

16 Sur la question de ces mutations, lire Geremek B., « L’exemplum et la circulation de la culture au Moyen Âge », Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval : table ronde organisée par l’école française de Rome le 18 mai 1979, Paris, Boccard, 1980, p. 153-179, spéc. p. 159.

17 Titre original du manuscrit, rapidement échangé contre « Ci nous dit » en faisant écho à l’incipit inlassablement répété pour chaque exemplum.

18 Schmitt J.-C., « Recueils franciscains d’exempla… », op. cit., p. 21.

19 Pour quelques pistes sur la question, voir Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. xxvii-xxxi.

20 Cf. l’article de Collomb P., « Le Ci nous dit : un commentaire de la liturgie médiévale ? », p. 327.

21 Selon le découpage de G. Blangez : I. Les vérités à croire ou les étapes du Salut (chap. 1-150) ; II. La morale (chap. 151-296) ; III. La conversion (chap. 297-435) ; IV. La vie chrétienne (chap. 436-604) ; V. L’exemple des saints (chap. 605-780) ; VI. Les fins dernières (chap. 781) : Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. lxiii.

22 À notre connaissance, un seul autre manuscrit présente quelques exempla accompagnés d’images. Il s’agit des Rothschild Canticles (New Haven, Yale University, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, ms. 404 ; vers 1300). Voir l’article de Schmitt J.-C., « Les exempla et les images dans les Rothschild Canticles et le Ci nous dit (début du XIVe siècle) », à paraître dans La prédication médiévale…, op. cit.

23 Certains passages en sont même presque dépourvus. Chap. 604 : « manière d’ouïr la messe ».

24 Pour des exemples développés voir Jourdan J., op. cit.

25 Sur ces problèmes, voir Baschet J., L’iconographie médiévale, Paris, Gallimard, 2008, spéc. p. 251-280.

26 Ils s’expriment notamment par des phénomènes de répétition, d’opposition, de mise en parallèle, le tout rythmé par des jeux de couleurs et des découpages d’actions et de temps.

27 Baschet J., L’iconographie médiévale…, op. cit., p. 261.

28 Damisch H., « La peinture prise au mot », introduction à l’ouvrage de Schapiro M., Les mots et les images, Paris, Éditions Macula, 2000 (trad. 1996 et préface), p. 5-27.

29 Cet exemplum au profil de fable est trouvé par G. Blangez chez Tertullien et Hugues de Saint-Victor. : op. cit., p. 348 (note no 420). On la retrouve également chez Jacques de Voragine, Sermones aurei, t. II, De sanctis [éd. Clutius, 1760], p. 105a, recueil indexé dans ThEMA.

30 Pour la tradition de cette fable, Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., (p. 348).

31 On retrouve ici une dialectique très présente dans les exempla et notamment dans le Ci nous dit, celle de la sagesse gagnée à travers la vieillesse, et le rajeunissement que procure une foi sincère.

32 Nous remercions ici Pierre-Olivier Dittmar de nous avoir amicalement communiqué ses recherches sur la place de l’animal dans le Ci nous dit. Il en résulte principalement que plus d’un exemplum sur deux concerne un animal. Leur présence particulière dans les dialogues est par ailleurs un point à développer. Voir Dittmar P.-O., L’animalité dans la culture et les images médiévales, thèse de doctorat sous la direction de J.-C. Schmitt, EHESS, 2010.

33 En raison de l’ampleur de la bibliographie sur l’animal au Moyen Âge, nous renvoyons pour la place de l’animal dans l’exemplum à l’ouvrage collectif, Polo de Beaulieu M. A. et Berlioz J. (dir.), L’animal exemplaire au Moyen Âge, Ve-XVe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, ainsi qu’à sa riche bibliographie.

34 Polo de Beaulieu M. A., « Du bon usage de l’animal dans les recueils médiévaux d’exempla », Polo de Beaulieu M. A., Berlioz J. (dir.), L’animal exemplaire…, op. cit., p. 147-170, spéc. p. 166.

35 Prenons deux exemples : dans la Scala Coeli de Jean Gobi, le cerf (symbole christique ici) apparaît à Placide en portant entre ses bois la croix du Christ, ibid., p. 167. Il représente cependant l’animal sauvage maîtrisé par l’homme, effrayé par les aboiements des chiens : Londres, British Library, Add. 27 909 B, fol. 7v-8, no 37, Klutstein I. (éd.), sous presse, recueil indexé dans ThEMA.

36 Voir Berlioz J., « Le crapaud, animal diabolique : une exemplaire construction médiévale », Polo de Beaulieu M. A., Berlioz J. (dir.), L’animal exemplaire…, op. cit., p. 267-288.

37 C’est le cas dans l’exemplum no 349 du Ci nous dit. Alain de Lille rencontre un berger exprimant sa reconnaissance envers Dieu de l’avoir fait à son image et non à celle du crapaud.

38 Étienne de Bourbon rapporte qu’« après la mort, dit-on, naît un crapaud du cerveau, un serpent des reins, un lombric du ventre, des vers de la chair, des lézards de la langue, une teigne de la peau » ; Stephanus de Borbone, Tractatus…, éd. cit., exemplum no 312, t. I, p. 510.

39 Il reste néanmoins un animal ambivalent. Franco Morenzoni rappelle comment le chien (dans son utilisation comme lieu mnémotechnique chez Maurice de Provins) représente la charité par l’amour qu’il porte à son maître et la miséricorde parce qu’il lèche ses ulcères. Morenzoni F., « Les animaux exemplaires dans les recueils de Distinctiones bibliques alphabétiques du XIIIe siècle », Polo de Beaulieu M. A., Berlioz J. (dir.), L’animal exemplaire…, op. cit., p. 171-190, spéc. p. 175.

40 Pastoureau M., « Pourquoi tant de porcs au tribunal ? », Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 42-44.

41 Pastoureau M., « L’animal et l’historien du Moyen Âge », Polo de Beaulieu M. A., Berlioz J. (dir.), L’animal exemplaire…, op. cit., p. 171-190, p. 13-26, spéc. p. 19.

42 Nous ne prétendrons pas ici reprendre avec exactitude les propositions d’études hyperthématiques de J. Baschet (L’iconographie médiévale…, op. cit., p. 274-279) sur trois images. Néanmoins un recul sur les thèmes génériques présentés dans l’image et le texte éclaire les réseaux didactiques mis en place.

43 Heck Ch., « Respecter l’ordre du monde. L’animal-homme et l’homme-animal dans les enluminures du Ci nous dit », Micrologus VIII, 2, 2000, p. 395-410.

44 La langue est souvent mentionnée dans les exempla, symbolisant le blasphème elle représente à la fois le péché, la luxure, et se trouve souvent déformée voire mutilée lors de manifestations diaboliques et dans la mort. Par exemple, dans Le Bien universel fondé sur les abeilles (milieu XIIIe siècle), un mauvais prêtre mourant se déchire la langue dans son délire ; Bonum universale de apibus, éd. Douai, 1627, 2, 37, 3.

45 On retient avant tout l’acte contre-nature que ces ingurgitations représentent.

46 Stephanus de Borbone, Tractatus…, éd. cit., exempla no 108, 283, 380 (respectivement t. I, p. 424, 501 et 531).

47 Little G. (éd.), Liber exemplorum, 1908, no 14.

48 Bonum universale de apibus, éd. Douai, 1627, 2, 50, 2.

49 La miniature du fol. 6v (t. 2) regroupe par ailleurs l’image du chapitre 419 avec celle du chapitre 418, sans séparation. On constate à nouveau un phénomène de continuité dans la lecture des images semblable à celle de l’enchaînement des exempla du texte.

50 On retrouve une métaphore similaire chez Jacques de Voragine. Le monde est tel une citerne percée, l’amour s’épuisant vite tandis que « l’eau vive du Saint Esprit ne vient jamais à manquer » ; Clutius (éd.), Sermones aurei, 1760, p. 128a.

51 Cette mise en page rappelle directement celles utilisées dans les bestiaires ou recueils de fables enluminés. Par exemple l’Isopet de Lyon : Lyon, Palais des Arts, ms 57.

52 Cette conception en apparence linéaire de la mise en page sert par ailleurs les fonctions d’index et de rubrique que l’on peut leur attribuer.

53 Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, ms no II 7831 ; voir notice donnée par Mourin L., « Le manuscrit Colbert de Beaulieu du Ci nous dit. Étude d’une des sources de cette compilation », Scriptorium, 1, 1947, p. 75-105.

54 Lyna F., « Les miniatures d’un ms du Ci nous dit et le réalisme préeyckien », ibid., p. 106-118, spéc. p. 109.

55 Ibid.

56 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., p. cvii-cviii ; Meurgey J., Les principaux manuscrits à peinture du Musée Condé à Chantilly, Paris, 1930, p. 24-25.

Notes de fin

* Cet article s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en cours sous la direction de J. -C. Schmitt, Jourdan J., Rapports entre texte et image dans le Ci nous dit de Chantilly (ms 26-27).

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Ci nous dit, Chantilly, Musée Condé, ms 27, fol. 7r (chap. 420-421).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 2. – Ci nous dit, Chantilly, Musée Condé, ms 27, fol. 6v (chap. 419).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteur

Doctorante, EHESS

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540