Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Troisième partie. Le Ci nous dit comme interface culturelle

Interprétation et narration dans les enluminures du Ci nous dit de Chantilly

Interpretation et narration in the illuminations of the Ci nous dit

Christian Heck

Résumé

Le manuscrit du Ci nous dit conservé à Chantilly offre un cycle illustré exceptionnel dont les fonctions sont diverses. Les enluminures systématiquement placées en haut de page jouent ainsi le rôle d’un index indispensable dans cette immense narration, qui n’est pas linéaire, mais juxtapose des séquences autonomes introduites par l’expression « Ci nous dit », de sorte qu’il est possible de faire une lecture discontinue de l’œuvre. Parfois le récit se déroule sur plusieurs enluminures dans lesquelles le peintre a pris soin de répéter un motif pour rappeler l’unité narrative de l’ensemble. Inversement, plusieurs courtes narrations peuvent être illustrées par une seule enluminure dans laquelle le changement de couleur du fond (rouge ou bleu) signale le passage d’une narration à l’autre. L’illustration des trente-cinq chapitres consacrés à la Genèse permet de voir de quelle manière le texte biblique est fragmenté en épisodes disséminés dans tout le recueil, mais demeure identifiable grâce aux détails caractéristiques choisis par l’enlumineur. L’expression « ci nous dit » est à mettre en relation avec celle employée dans les Bibles moralisées « Ici Dieu vient et dit à Adam » (par exemple), qui renvoie aux images alors que l’expression introductive du Ci nous dit renvoie au récit. L’auteur de cette compilation s’est nourri de l’interprétation typologique mais également de l’exemplarité des Bibles moralisées. Son commentaire peut être qualifié de typologique-moral. Le Ci nous dit répond à de nouvelles pratiques de lecture : consultation et lecture silencieuse.

The Ci nous dit manuscript which is preserved in Chantilly displays an exceptional cycle of illustrations having several functions. The illuminations are systematically placed at the top of the page : thus playing the role of an index, useful in this huge non lineary narration which juxtaposes autonomous sequences introduced by the words « ci nous dit », which help an intermittent reading of the work. Sometimes one narration takes place in several illuminations in which the painter has repeated a motif to recall the narrative unity of the whole work. On the contrary, several exempla can be illustrated in one single illumination, where the shift in the colour of the background (red/blue) points out the passage from one narration to the next. The illustration of the thirty-five chapers dedicated to the Genesis demonstrates how the biblical text is fragmented into episodes and disseminated throughout the collection, and how the painter chose specific details to help the identification of the scene. The expression « Ci nous dit » must be related to the one used in moralized Bibles « Ici Dieu vient et dit à Adam » (for instance) which refers directly to the picture whereas the opening words of the Ci nous dit refer to the narration. The Author of this compilation was inspired by the typological interpretation and the exemplary nature of moralizing Bibles. His comment can be described as typological and moral. The Ci nous dit lends itself to these new forms of reading : consultation and silent reading.

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque du Musée Condé, ms 1078-1079 (26-27). Je remercie vivement les conservateurs de la bi (...)
  • 2 Nous ne reprendrons pas ici la question de l’attribution des enluminures. Je remercie vivement Fra (...)
  • 3 Blangez G. (éd.), Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, 2 vol., Paris, Société des anciens texte (...)
  • 4 Le présent travail s’inscrit dans les recherches que nous menons pour la rédaction de notre livre (...)

1Si le texte du Ci nous dit est une source essentielle pour l’étude de la société, de la culture et de la pensée du Moyen Âge, les enluminures du manuscrit de Chantilly1 sont d’un grand intérêt pour l’histoire de l’art du XIVe siècle2. Un cycle illustré d’une ampleur exceptionnelle accompagne tout l’ouvrage, dans son vaste cheminement dont Gérard Blangez a bien montré l’articulation en cinq grandes parties, des grandes étapes du salut à l’exemple des saints, en passant par la morale, la conversion, la vie chrétienne, avant de se terminer par les fins dernières3. Ce condensé de la culture et de la morale chrétiennes, tel qu’il pouvait être présenté à un laïc au début du XIVe siècle, peut être considéré ainsi comme une vaste narration, nourrie elle-même de multiples courts récits, qu’ils soient extraits de la Bible, de la Légende Dorée, de fables, de recueils d’exempla. Une étude des enluminures montre cependant qu’elles ne suivent pas simplement une trame narrative, mais s’organisent selon un mode plus complexe4.

2Un premier aspect est la position des enluminures dans la page. Elles ne sont pas placées comme des repères à l’intérieur du manuscrit, soulignant sa structure à la manière d’initiales figurées de chapitres ou de passages, mais sont situées au contraire en haut des pages (fig. 1). Elles jouent ainsi le rôle d’un index, qui permet à la fois, pour celui qui possède une connaissance relative du texte, de passer en revue, en consultation rapide, la suite des chapitres, et de retrouver facilement un épisode précis.

3Le Ci nous dit se présente bien, globalement, comme une narration. Il commence par la Création du monde, en quelques chapitres évoquant entre autres les anges et la Chute des anges rebelles, la création de l’homme et de la femme, la Chute d’Adam et Ève. Et il se termine par le Jugement Dernier et l’évocation des peines d’enfer et des joies de Paradis. Mais cette narration d’une part n’est pas continue, les épisodes successifs d’un même livre biblique pouvant être décalés en des chapitres très distants ; d’autre part n’est pas linéaire, car truffée d’extraits de vies de saints, de fables, d’exempla, de récits divers. Même si elles sont assemblées en un tout, ces centaines d’unités brèves restent des séquences autonomes, et faites pour être consultées rapidement.

4Je crois que l’on n’a jamais fait remarquer que la formule introductive des chapitres « Ci nous dit que… », si elle a certes une fonction de désignation, est le contraire d’une formule de liaison, ou de transition. Le lecteur est pris par la main, mais dans des désignations qui ne sont en rien continues, exactement comme le spectateur d’un grand cycle à multiples épisodes juxtaposés, et non nécessairement successifs, et qui fixe son regard, de manière très libre, sur l’un puis l’autre des éléments. C’est le type même de livre qui a une unité indiscutable, par l’intégration de ces huit cents histoires dans un vaste plan du salut, mais que l’on peut ouvrir librement à la page de son choix.

5La première nécessité est donc d’identifier rapidement le passage que l’on a sous les yeux, et la nature et la construction de l’ouvrage expliquent les principes de l’illustration du Ci nous dit, tels qu’ils se dégagent de l’examen de ses enluminures :

  • à part un seul cas sur les quelque huit cents, au cinquième feuillet5, unique témoin d’une tentative aussitôt abandonnée de varier les emplacements, l’enluminure est systématiquement située en haut des pages. Par rapport à la localisation changeante des illustrations dans la page, qui prédomine dans l’art des XIIIe et XIVe siècles, ce choix permet de retrouver instantanément l’image, et de n’en laisser passer aucune lorsque l’on feuillette l’ouvrage ;
  • l’identification de la scène est évidente dans beaucoup de cas, ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, pour Alexandre se faisant élever dans les airs, puis descendre au fond de la mer6. Mais l’identification, le plus souvent, n’est possible que si l’on connaît déjà le texte du Ci nous dit et le contenu de ses différentes parties, ainsi pour la douleur de Jacob devant la robe tachée de sang de Joseph7 ;
  • lorsque la grande longueur d’un chapitre aboutit à l’illustrer par deux, parfois trois voire quatre enluminures, comme dans le cas exceptionnel de l’histoire de Melchisédech8, une même figure, ou un même groupe de personnages, peut être repris d’une enluminure à la suivante, pour faciliter la lecture de la séquence, ainsi pour Joseph debout devant la femme de Putiphar (fig. 2 et 3)9 ;
  • la longueur réduite de certains chapitres aboutit au contraire, dans de nombreux cas, à regrouper dans une seule enluminure deux ou trois épisodes, correspondant à autant de chapitres différents. On choisit alors l’alternance des fonds colorés pour éviter toute confusion. Dans la même enluminure qui regroupe, à gauche, Dieu montrant l’arc-en-ciel à Noé, et à droite le sacrifice d’Abraham (fig. 4)10, comme l’allure générale et les vêtements de Noé et d’Abraham sont très proches, le premier épisode est présenté sur un fond bleu, l’autre scène sur un fond rouge, qui les distinguent nettement.

6L’illustration du Ci nous dit joue donc le rôle d’un signe présent au haut du folio, comme un index, permettant, pour un lecteur qui connaît le texte, de faire défiler rapidement sous les yeux une longue séquence de récits, et de retrouver sans difficulté un chapitre précis.

7Un autre élément important est la rupture de la continuité du texte biblique : les enluminures illustrant par exemple des épisodes de la Genèse ne se suivent pas directement, mais sont distribuées, isolées, de façon ponctuelle. On peut montrer qu’il ne s’agit pas là de la perte d’un sens chrétien de l’histoire, mais d’une incessante volonté d’exégèse, la priorité étant donnée à l’interprétation plutôt qu’à la représentation.

8Les enluminures du Ci nous dit entretiennent bien un rapport sélectif avec les descriptions des épisodes individuels qu’elles illustrent, mais cette distance au texte est encore plus nette pour la description longue, l’enchaînement des épisodes, proposés dans le récit biblique. Si l’on examine la place du récit de la Genèse dans le Ci nous dit, on voit à la fois qu’elle est importante, puisque la Genèse fournit le matériau utilisé dans l’illustration d’environ trente-cinq chapitres, mais aussi qu’ils ne forment pas une unité cohérente.

  • 11 Ibid., t. 1, fol. 26, 29, 46, illustrations des chapitres 48, 52, 69.
  • 12 Ibid., t. 1, fol. 84v et 87 à 88v, illustrations des chapitres 119 et 122.
  • 13 Ibid., t. 1, fol. 100v, 101v, 146v, illustrations des chapitres 151, 154, 229.
  • 14 Ibid., t. 2 (ms 1079), fol. 74v-75 et 76v, illustrations des chapitres 537, 539.
  • 15 Ibid., t. 2, fol. 170, illustration du chapitre 691.

9Un petit nombre de ces chapitres sont situés au tout début du recueil. Au lieu du cycle habituel des sept jours, ces chapitres privilégient la création de l’homme, celle de la femme, et la Chute et l’Expulsion du Paradis. Près d’une trentaine d’autres chapitres fondés sur la Genèse sont par contre repris, de façon ponctuelle, mais parfois aussi groupés en une petite séquence, à l’intérieur des autres parties du Ci nous dit. Sans en faire la liste exhaustive, citons comme exemples Caïn et Abel, Joseph vendu par ses frères, Noé et l’arc-en-ciel, insérés dans la partie sur la Passion11 ; Abraham et les trois anges, ou Melchisédech, dans la partie sur la Trinité et le Saint-Sacrement12 ; Noé plantant la vigne, la destruction de Sodome, ou Dina, fille de Jacob, dans la partie sur la morale13 ; Jacob chez Laban, ou les visions de Pharaon, dans la partie sur la vie chrétienne14 ; ou l’arche de Noé dans la partie sur l’exemple des saints15.

10Le rapport des enluminures du Ci nous dit aux descriptions qu’elles illustrent est un rapport de sélection. C’est un choix d’interprétation, et non de narration régulière. À la sélection dans le texte biblique pour l’ordre, le découpage et la séquence des épisodes, correspond la sélection à l’intérieur du texte du Ci nous dit pour la composition des enluminures.

  • 16 En Gn 18 ; Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., t. 1, fol. 84v, illustration du chapitre 119.
  • 17 En Gn 34 ; ibid., t. 1, fol. 146v, illustration du chapitre 229.
  • 18 En Gn 22 ; ibid., t. 1, fol. 46, illustration du chapitre 70.

11Si l’on examine le rapport qu’une enluminure du Ci nous dit entretient avec la description sur laquelle elle se fonde, on voit aussitôt que, en un processus sélectif, l’œuvre ne retient de celle-ci, le plus souvent, que les aspects principaux. Ces aspects sont en général liés à l’action centrale de l’épisode. La visite des trois anges à Abraham, au chêne de Mambré16, place le chêne au centre, entouré par Abraham agenouillé et les anges (fig. 5), et omet à la fois le repas et l’annonce à Sara et la réaction de celle-ci. L’épisode du rapt et du viol de Dina (fig. 6)17 est résumé par la suggestion de la danse, de l’enlèvement et de la violence qui s’ensuit. Le sacrifice d’Isaac, que nous avons cité plus haut18, est centré sur le double geste de l’ange qui arrête d’une main le bras d’Abraham, et montre de l’autre le bélier pris dans le buisson.

  • 19 En Gn 37 ; ibid., t. 1, fol. 28v, illustration du chapitre 52.
  • 20 En Gn 28 ; ibid., t. 2, fol. 74, illustration du chapitre 536.
  • 21 En Gn 29 ; ibid., t. 2, fol. 74v, illustration du chapitre 537.
  • 22 En Gn 40 ; ibid., t. 2, fol. 76v, illustration du chapitre 539.

12Les aspects de la description retenus par l’enluminure du Ci nous dit peuvent aussi être des objets majeurs évoqués par le texte, ainsi les gerbes de blé vues en songe par Jacob19, l’échelle du ciel de la vision nocturne de Béthel20, le puits de la rencontre de Jacob avec Rachel21, ou les deux groupes des vaches grasses et maigres de la vision de Pharaon22.

  • 23 En Gn 3, pour l’Expulsion du Paradis ; ibid., t. 1, fol. 6, illustration du chapitre 7.
  • 24 En Jdt 14 ; ibid., t. 1, fol. 8, illustration du chapitre 10.
  • 25 En Gn 37 ; ibid., t. 1, fol. 39, illustration du chapitre 64.
  • 26 En Gn 27 ; ibid., t. 2, fol. 73 et 73v, illustrations des chapitres 535-536.

13L’enluminure retient parfois avant tout des éléments du cadre de la scène, cadre architectural ou naturel, comme les murs crénelés du Paradis, laissant apparaître la cime des arbres qui y sont plantés23, ou la tête décapitée de Holopherne au-dessus des remparts24. Ce sont enfin parfois des éléments de la description des réactions psychologiques des personnages, comme la douleur de Jacob devant la robe de Joseph25, ou les attitudes d’Esaü, Jacob, Rébecca et Isaac lorsque Jacob extorque à son père la bénédiction de l’aîné26.

  • 27 En Gn 22 ; ibid., t. 2, fol. 113v, illustration du chapitre 604.
  • 28 En Gn 6 ; ibid., t. 2, fol. 170, illustration du chapitre 691.

14Dans d’autres cas, l’enluminure ne retient de la description que des aspects précis mais secondaires. C’est le cas pour la seconde enluminure consacrée au sacrifice d’Isaac (fig. 7)27, et dans laquelle la scène s’attache à représenter Abraham laissant son âne pour monter vers le lieu du sacrifice. Cela se retrouve lorsque l’arche de Noé ne reprend, de la description détaillée de la Genèse, que la présence de trois étages dans cette nef (fig. 8)28. Dans les deux cas la raison en le commentaire qui suit la description de l’épisode dans le Ci nous dit, et qui fait dans un cas, de l’âne laissé au bas de la montagne, le symbole du détachement des choses temporelles nécessaire au moment de la prière, et dans l’autre, des trois étages de l’arche le symbole des trois catégories de personnes qui seront sauvées par la Vierge.

  • 29 Ibid., t. 1, fol. 3v et 4.

15Parfois enfin, l’enluminure ajoute à la représentation de l’événement des éléments présents dans le commentaire, mais absents de la description de l’épisode dans le texte biblique. Le principe de l’illustration littérale s’observe ainsi dès les deux enluminures du troisième chapitre, inclus dans une séquence sur la Création, et qui a pour objet la comparaison de l’homme à un arbre renversé29. Car c’est vers le ciel, nous dit le texte, et non dans le monde terrestre, que l’homme doit s’enraciner (fig. 9).

  • 30 Ibid., t. 1, fol. 5v, illustration du chapitre 6.

16Selon la première de ces deux enluminures (fig. 10), comme le feu monte par nature, nous devons désirer monter au ciel naturellement. Les bêtes marchent sur quatre pattes, montrant qu’elles sont de la terre, l’homme sur deux pieds, pour vivre droit. Et ses mains sont deux ailes, qui lui permettent d’accomplir de bonnes œuvres et ainsi de voler au ciel comme les oiseaux. Enfin, comme la pierre jetée en l’air retombe naturellement vers la terre qui est son pays, nous devons désirer monter au ciel qui est notre pays. Un peu plus loin, dans le chapitre sur la Chute (fig. 11)30, le diable tente la femme à travers le serpent, pour la faire rentrer dans la terre d’où elle vient, comme une verge qui sort de terre et y retourne. Dans les deux cas, le feu, la brebis, l’oiseau, la pierre, puis la verge, illustrent littéralement les métaphores du texte.

17Le rapport des enluminures du Ci nous dit aux descriptions qu’elles illustrent est donc un rapport de sélection. L’image ne recrée pas un ensemble visuel aussi complet que le texte qui en est l’origine. Elle n’en retient que certains éléments, permettant une identification de l’épisode et une mémoire du texte par un effet d’évocation et de reconnaissance. Ces choix sont liés à la nature même du Ci nous dit, qui constitue un long texte, fragmenté en centaines d’unités brèves, de provenances diverses, et qui n’ont jamais été lues auparavant dans une telle séquence. Même si elles sont assemblées en un tout, elles restent des séquences autonomes et faites pour être consultées séparément.

  • 31 Bible moralisée : Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, ms 2554, fol. 1, 2, 2v.

18Si l’on pose ensuite la question de l’originalité des enluminures du Ci nous dit par rapport à ce que l’on observe dans les grands traités de son temps, on voit qu’il s’en démarque, en se situant entre typologie et exemplarité. On peut déjà noter que le titre de l’œuvre, et la formule de début des chapitres du Ci nous dit, ne sont pas éloignés de l’expression qui accompagne le plus souvent, dans la Bible moralisée, les médaillons représentant les scènes bibliques, puisque le texte y débute en général d’une façon analogue : « Ici Dieu sépare la mer de la terre…, Ici Dieu vient et dit à Adam…, Ici Caïn embrasse son frère par trahison…, etc.31. » Mais la différence est nette. Le Ci nous dit ne renvoie pas à la scène représentée, mais au récit de la scène : « Ici on nous dit que… »

  • 32 Gauthier M.-M., Emaux du Moyen Âge occidental, Fribourg, Office du Livre, 1972, p. 122-153.
  • 33 Voir « Bible moralisée », Lexikon der christlichen Ikonographie, t. 1, Fribourg-en-Brisgau, Herder (...)
  • 34 Voir Sandler L. Fr., The Psalter of Robert de Lisle in the British Library, Londres, Harvey Miller (...)
  • 35 Voir « Speculum humanae salvationis », Lexikon der christlichen Ikonographie, Fribourg-en-Brisgau, (...)
  • 36 Voir « Biblia Pauperum. Armenbibel », Lexikon der christlichen Ikonographie, Fribourg-en-Brisgau, (...)
  • 37 Voir « Concordantia caritatis », Lexikon der christlichen Ikonographie, Fribourg-en-Brisgau, Herde (...)

19L’autre aspect essentiel est que le Ci nous dit est sensible au principe typologique qui organise souvent la narration dans de nombreuses autres œuvres, entre autres dans des traités fondamentaux, mais qu’il ne se fonde absolument pas sur une priorité donnée à l’exégèse typologique. La fin du XIIe siècle est marquée par les derniers grands ouvrages typologiques des émaux rhéno-mosans32, et la première moitié du XIIIe par l’invention de la Bible moralisée33. La fin du XIIIe et le début du XIVe siècles, contemporains de la création du Ci nous dit, voient surgir à la fois les nouveaux types de diagrammes didactiques, comme les séquences du Speculum theologiae34, fruits de la rencontre des techniques intellectuelles de la scolastique et des efforts des ordres mendiants, mais aussi les grands textes typologiques que constituent le Speculum humanae salvationis35 et la Biblia pauperum36. Il faut mettre à part le Concordantia caritatis, traité typologique de composition plus ambitieuse encore, et qui n’apparaît qu’au milieu du XIVe siècle37.

  • 38 Henry A., The Eton Roundels. A colour Facsimile with Transcription, Translation and Commentary, Al (...)
  • 39 Voir supra note 36.
  • 40 Voir supra note 35.
  • 41 Voir supra note 33.

20Dans ces manuscrits typologiques, comme les Rondels d’Eton, vers 1260-127038, la Biblia pauperum39, ainsi que le Speculum humanae salvationis40, créés tous deux au début du XIVe siècle, un événement du Nouveau Testament est mis en relation avec plusieurs événements de l’Ancien. Dans les Rondels d’Eton, l’image est composée selon un axe radiant, en « X », à partir de la scène néo-testamentaire du médaillon central, entourée des quatre médaillons de ses préfigures. Dans le Speculum humanae salvationis, l’image suit un axe horizontal reliant les quatre scènes, de gauche à droite, et de l’épisode retenu à ses trois préfigures. Dans la Biblia pauperum, l’illustration fait encadrer la scène principale de ses deux préfigures, selon un axe horizontal dans les manuscrits les plus anciens et dans l’édition xylographique du XVe siècle, et selon un axe en v dans plusieurs manuscrits de la fin du Moyen Âge. Dans la Bible moralisée, conçue dans la première moitié du XIIIe siècle41, chaque folio rassemble quatre paires de médaillons superposés deux à deux, et ainsi reliés par un axe vertical. Il ne s’agit pas, cette fois, d’une mise en relation de deux événements, mais de l’application d’un principe d’exemplarité, de l’interprétation d’un épisode comme le signe d’une allégorie, d’un concept, ou comme une leçon qui reste valable pour le fidèle ou un groupe social. Le Ci nous dit se situe à la charnière de ces deux grands principes d’organisation de l’enluminure. Du premier groupe, celui des manuscrits typologiques fondés sur une mise en relation systématique des deux testaments, il garde fréquemment le recours à l’interprétation typologique, mais en ne l’appliquant que rarement à la structure de l’image. De la Bible moralisée, il retient l’idée de la leçon. Le sens typologique peut être présent, mais orienté vers l’exemple. L’histoire du monde possède un ordre profond, et l’homme est appelé à se conformer à cet ordre voulu, mais en l’appliquant à un destin individuel.

  • 42 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., t. 1, fol. 26.
  • 43 Ibid., t. 1, fol. 13.

21Les commentaires typologiques sont en effet présents dans le texte de certains chapitres du Ci nous dit. Mais il est rare que l’enluminure reprenne le commentaire typologique du texte. Ce n’est le cas que de façon indirecte, ainsi au chapitre 4842, dans lequel le meurtre d’Abel par Caïn annonce la trahison de Judas, mais est représenté en parallèle avec le Christ, qui n’a pas été lapidé, car nul ne pouvait le faire mourir contre sa volonté. Le plus souvent, le commentaire typologique, lorsqu’il existe, n’est pas repris dans l’enluminure. Ainsi l’enluminure du chapitre 20 représente l’Annonciation, sans la Faute originelle, avec laquelle elle est mise en rapport dans le texte43.

22Dans de nombreux cas, le commentaire de l’épisode représenté n’est pas d’ordre typologique, mais moral. On tire de l’analyse du récit une conclusion sur l’attitude à adopter pour se conformer à une vie chrétienne.

  • 44 Ibid., t. 1 fol. 46.
  • 45 Ibid., t. 1 fol. 100.

23Une autre catégorie de chapitres propose un choix intermédiaire, avec ce que l’on pourrait appeler un commentaire typologique moral. Un événement de l’Ancien Testament est relié à un événement du Nouveau, mais ce qui est mis en exergue n’est pas l’événement lui-même, mais sa signification particulière, ou un grand principe qui en est tiré. Le sacrifice d’Abraham, au chapitre 70, n’annonce pas le sacrifice du Christ sur la croix, mais annonce le fait que le Christ souffrira non dans sa divinité mais dans son humanité44. Le banquet supposé donné par le Pharaon en l’honneur de Jacob et de ses enfants est le signe du banquet éternel auquel les justes seront invités (fig. 12)45.

24C’est précisément parce que l’interprétation compte plus que la description que l’exégèse typologique ne donne pas le cadre structurel du texte et de l’image, mais aboutit plutôt à un commentaire d’ordre moral.

25Au final, les enluminures du Ci nous dit de Chantilly servent un grand projet que l’on peut qualifier de narratif, une histoire du monde et de l’homme à l’intérieur du plan du Salut, mais en l’édifiant à travers une succession de vues ponctuelles, dont chacune peut se voir et se lire aussi bien isolément qu’à l’intérieur d’une vaste séquence. Ce nouvel exemple de la nature et de l’usage de l’image médiévale n’est certainement pas sans liens avec les nouvelles pratiques de la lecture, comme avec les modifications des usages des laïcs.

  • 46 Pour les mutations qui ont lieu, en ce domaine, dès le XIIe siècle, voir Illich I., Du lisible au (...)

26Si la page offre, dans le texte et l’illustration, une structure plus aisément accessible, c’est bien sûr parce que la lecture s’ouvre bien plus aux laïcs. Mais ces changements sont aussi liés à de nouvelles pratiques de la lecture, qui se fait moins lecture en continu, et s’ouvre à la recherche d’un élément ponctuel dans une masse, à la lecture-consultation, amplifiée par le développement de la lecture silencieuse46. Le rapport au récit se modifie sous l’influence des nouvelles pratiques intellectuelles.

  • 47 Voir Sandler L.F., Omne Bonum. A fourteenth-century encyclopedia of universal knowledge, British L (...)

27Les enluminures du Ci nous dit sont révélatrices d’une nouvelle attitude devant la description de l’histoire du monde. La totalité du récit continue de former un ensemble dont la cohérence se veut voulue d’en haut. Mais par son fractionnement en unités courtes et repérables, il devient un récit éclaté dans lequel l’interchangeabilité, les associations, les renvois, contribuent à lui donner encore plus de sens. En un mouvement analogue à celui des recueils de textes ou des encyclopédies comme l’Omne Bonum qui se mettent, au XIVe siècle, à utiliser l’ordre alphabétique et les renvois pour une lecture plus souple, plus rapide, plus libre47, le Ci nous dit fait partie des premiers livres qui tirent enfin complètement parti de la structure du codex. À la description pas à pas, sans hâte inutile, qui se pratiquait à une période où l’homme, dans sa vie, avait encore le temps de lire la totalité des ouvrages qui lui étaient accessibles, à une lecture lente, mais en profondeur, d’un texte qui se déroule sans à-coups comme le volumen, le livre-rouleau antique pourtant à peu près abandonné, succède une description qui garde le sens profond d’une histoire chrétienne du monde, mais qui peut se feuilleter. L’espace qui sépare deux épisodes, dans le rouleau, ne pouvait pas être sauté par le lecteur, mais devait être intégralement parcouru, et au moins déroulé physiquement. Le codex, au contraire, se feuillette, et le saut vers un passage largement antérieur ou postérieur y est aussi rapide que la pensée qui l’évoque. Ce pouvoir de décomposer le récit, d’en rapprocher deux éléments extrêmement éloignés, comporte le risque d’une approche superficielle. Mais il permet aussi de varier les jeux de relations, et une autre compréhension. De la même manière que la composition de chaque enluminure fait de celle-ci, par une sélection dans les éléments de la description, le support d’une mémoire du texte, la séquence de l’ensemble du cycle iconographique exprime une nouvelle attitude mentale. Une description linéaire de l’histoire du monde a fait place à un récit éclaté, et dont les ruptures ne témoignent pas d’un rejet des grands cheminements, mais d’une expression de l’ordre secret qui relie l’apparente variété des temps et des lieux.

Figure 1. – Exemple de mise en page caractéristique, Ci nous dit de Chantilly, Bibliothèque du Musée Condé, ms 1078, fol. 3v-4.

Figure 2. – Joseph vendu par ses frères, et tenté par la femme de Potiphar, ms 1078, fol. 158v.

Figure 3. – Joseph faussement dénoncé et mis en prison, ms 1078, fol. 159.

Figure 4. – Dieu montre l’arc-en-ciel à Noé, et le Sacrifice d’Abraham, ms 1078, fol. 46.

Figure 5. – La Visite des trois anges à Abraham, ms 1078, fol. 84v.

Figure 6. – Le rapt de Dina, fille de Jacob, ms 1078, fol. 146v.

Figure 7. – Abraham laissant son âne pour prier sur la montagne, ms 1079, fol. 113v.

Figure 8. – L’arche de Noé, figure de Notre Dame, ms 1079, fol. 170.

Figure 9. – L’homme comparé à un arbre renversé, ms 1078, fol. 4.

Figure 10. – L’homme comparé aux arbres, au feu, aux oiseaux, aux mammifères et aux pierres, ms 1078, fol. 3v.

Figure 11. – Le serpent tentateur et la métaphore de la verge, ms 1078, fol. 5v.

Figure 12. – Le banquet du pharaon en l’honneur de Jacob et ses enfants, ms 1078, fol. 100.

Notes

1 Bibliothèque du Musée Condé, ms 1078-1079 (26-27). Je remercie vivement les conservateurs de la bibliothèque, ainsi que leurs collaborateurs, pour leur accueil et leur aide. Pour une notice sur le manuscrit, voir Meurgey J., Les principaux manuscrits à peintures du musée Condé à Chantilly, Paris, Société française de reproductions de manuscrits à peintures, 1930, no 13 p. 24-25.

2 Nous ne reprendrons pas ici la question de l’attribution des enluminures. Je remercie vivement François Avril, qui a pu identifier l’auteur des illustrations du Ci nous dit de Chantilly, et a bien voulu nous en informer : il s’agit sans doute de l’enlumineur Mahiet, que l’on identifie avec un clerc normand, Mathieu Le Vavasseur, actif à Paris vers 1330-1350.

3 Blangez G. (éd.), Ci nous dit. Recueil d’exemples moraux, 2 vol., Paris, Société des anciens textes français, 1979-1986, t. 1, p. xlvii-l. Nous citons toujours les chapitres du Ci nous dit d’après la numérotation de l’édition Blangez.

4 Le présent travail s’inscrit dans les recherches que nous menons pour la rédaction de notre livre en préparation sur l’ensemble des enluminures de ce manuscrit. Cet article reprend et développe des éléments qui ont fait l’objet d’une première approche dans deux de nos analyses antérieures : « Description et mémoire du texte dans les enluminures du Ci nous dit », Recht R. (dir.), Le texte de l’œuvre d’art : la description, Actes des journées d’études de l’Université de Strasbourg (1997), Strasbourg, 1998, p. 19-31 ; « Le livre illustré et la dévotion des laïcs au XIVe siècle : les enluminures du Ci nous dit de Chantilly », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, séances de janvier-mars 2000, p. 173-196. Sur ce manuscrit, voir aussi notre contribution « Respecter l’ordre du monde. L’animal-homme et l’homme-animal dans les enluminures du Ci nous dit », Le monde animal, Actes du colloque de l’Université de Lausanne (1998), Micrologus, VIII-1, 2000, p. 395-410.

5 Il s’agit du fol. 5, qui porte l’illustration du chapitre 5, Les démons envieux de l’homme.

6 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., t. 1 (ms 1078), fol. 177v, illustration du chapitre 277.

7 Ibid., t. 1, fol. 64, illustration du chapitre 64.

8 Ibid., t. 1, fol. 87, 87v, 88, 88v, illustrations du chapitre 122.

9 Ibid., t. 1, fol. 158v et 159, illustrations du chapitre 248a.

10 Ibid., t. 1, fol. 46, illustration des chapitres 69 et 70.

11 Ibid., t. 1, fol. 26, 29, 46, illustrations des chapitres 48, 52, 69.

12 Ibid., t. 1, fol. 84v et 87 à 88v, illustrations des chapitres 119 et 122.

13 Ibid., t. 1, fol. 100v, 101v, 146v, illustrations des chapitres 151, 154, 229.

14 Ibid., t. 2 (ms 1079), fol. 74v-75 et 76v, illustrations des chapitres 537, 539.

15 Ibid., t. 2, fol. 170, illustration du chapitre 691.

16 En Gn 18 ; Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., t. 1, fol. 84v, illustration du chapitre 119.

17 En Gn 34 ; ibid., t. 1, fol. 146v, illustration du chapitre 229.

18 En Gn 22 ; ibid., t. 1, fol. 46, illustration du chapitre 70.

19 En Gn 37 ; ibid., t. 1, fol. 28v, illustration du chapitre 52.

20 En Gn 28 ; ibid., t. 2, fol. 74, illustration du chapitre 536.

21 En Gn 29 ; ibid., t. 2, fol. 74v, illustration du chapitre 537.

22 En Gn 40 ; ibid., t. 2, fol. 76v, illustration du chapitre 539.

23 En Gn 3, pour l’Expulsion du Paradis ; ibid., t. 1, fol. 6, illustration du chapitre 7.

24 En Jdt 14 ; ibid., t. 1, fol. 8, illustration du chapitre 10.

25 En Gn 37 ; ibid., t. 1, fol. 39, illustration du chapitre 64.

26 En Gn 27 ; ibid., t. 2, fol. 73 et 73v, illustrations des chapitres 535-536.

27 En Gn 22 ; ibid., t. 2, fol. 113v, illustration du chapitre 604.

28 En Gn 6 ; ibid., t. 2, fol. 170, illustration du chapitre 691.

29 Ibid., t. 1, fol. 3v et 4.

30 Ibid., t. 1, fol. 5v, illustration du chapitre 6.

31 Bible moralisée : Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, ms 2554, fol. 1, 2, 2v.

32 Gauthier M.-M., Emaux du Moyen Âge occidental, Fribourg, Office du Livre, 1972, p. 122-153.

33 Voir « Bible moralisée », Lexikon der christlichen Ikonographie, t. 1, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1968, col. 289-293 ; Guest G. B. (éd.), Bible Moralisée. Codex Vindobonensis 2554. Vienna, Österreichische Nationalbibliothek, Londres, Harvey Miller, 1995 ; Lowden J., The Making of the Bibles Moralisées, University Park, The Pennsylvania State Univ. Press, 2000, 2 vol.

34 Voir Sandler L. Fr., The Psalter of Robert de Lisle in the British Library, Londres, Harvey Miller, 1983.

35 Voir « Speculum humanae salvationis », Lexikon der christlichen Ikonographie, Fribourg-en-Brisgau, Herder, t. 4, 1972, col. 182-185 ; Neumüller W., Speculum humanae salvationis, Codex Cremifanensis 243 des benediktinerstifts Kremsmünster, Facsimilé et commentaire, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1972, 2 vol.

36 Voir « Biblia Pauperum. Armenbibel », Lexikon der christlichen Ikonographie, Fribourg-en-Brisgau, Herder, t. 1, 1968, col. 293-298 ; Henry A., Biblia Pauperum. A facsimile and edition, Aldershot, Scolar Press, 1987 ; Backhouse J., Marrow J. H., Schmidt G., Biblia Pauperum, Kings MS 5, British Library, Londres, vol. de commentaires, Lucerne, Faksimile Verlag, 1994.

37 Voir « Concordantia caritatis », Lexikon der christlichen Ikonographie, Fribourg-en-Brisgau, Herder, t. 1, 1968, col. 459-461.

38 Henry A., The Eton Roundels. A colour Facsimile with Transcription, Translation and Commentary, Aldershot, Scolar Press, 1990.

39 Voir supra note 36.

40 Voir supra note 35.

41 Voir supra note 33.

42 Blangez G. (éd.), Ci nous dit…, op. cit., t. 1, fol. 26.

43 Ibid., t. 1, fol. 13.

44 Ibid., t. 1 fol. 46.

45 Ibid., t. 1 fol. 100.

46 Pour les mutations qui ont lieu, en ce domaine, dès le XIIe siècle, voir Illich I., Du lisible au visible : la naissance du texte. Un commentaire du Didascalicon de Hugues de Saint-Victor, Paris, Le Cerf, 1991.

47 Voir Sandler L.F., Omne Bonum. A fourteenth-century encyclopedia of universal knowledge, British Library Mss Royal 6 E VI - 6 E VII, Londres, Harvey Miller, 1996, 2 vol., spéc. t. 1, p. 35-65.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Exemple de mise en page caractéristique, Ci nous dit de Chantilly, Bibliothèque du Musée Condé, ms 1078, fol. 3v-4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Figure 2. – Joseph vendu par ses frères, et tenté par la femme de Potiphar, ms 1078, fol. 158v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figure 3. – Joseph faussement dénoncé et mis en prison, ms 1078, fol. 159.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 4. – Dieu montre l’arc-en-ciel à Noé, et le Sacrifice d’Abraham, ms 1078, fol. 46.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 5. – La Visite des trois anges à Abraham, ms 1078, fol. 84v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figure 6. – Le rapt de Dina, fille de Jacob, ms 1078, fol. 146v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 7. – Abraham laissant son âne pour prier sur la montagne, ms 1079, fol. 113v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 8. – L’arche de Noé, figure de Notre Dame, ms 1079, fol. 170.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 9. – L’homme comparé à un arbre renversé, ms 1078, fol. 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 10. – L’homme comparé aux arbres, au feu, aux oiseaux, aux mammifères et aux pierres, ms 1078, fol. 3v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 11. – Le serpent tentateur et la métaphore de la verge, ms 1078, fol. 5v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 12. – Le banquet du pharaon en l’honneur de Jacob et ses enfants, ms 1078, fol. 100.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132144/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540