Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Recueils mendiants et sources monastiques

Les sources monastiques dans le recueil d’exempla du frère sachet

Monastic sources in the brother sachet’s collection of exempla

Isabelle Rava-Cordier

Résumé

Le recueil dit du frère sachet a été compilé dans la province de Provence. Ce recueil, dépourvu de prologue, présente deux cent cinquante-sept exempla regroupés sous cent trente-trois rubriques. Le compilateur achève généralement ses récits exemplaires par une citation le plus souvent biblique, mais parfois issue de sources monastiques. Les attributions explicites renvoient à saint Bernard (onze citations), saint Anselme, saint Jérôme et saint Grégoire. Ces citations ne sont pas forcément le résultat d’un choix assumé par le Sachet, car dans bien des cas les exempla compilés comportaient déjà cette citation finale (par exemple pour les exempla issus des Sermones vulgares de Jacques de Vitry largement utilisés par le frère sachet), mais il semble que l’auteur ait directement puisé les citations de saint Bernard dans ses sermons et celles de saint Anselme dans une de ses prières à la Vierge. En outre, dix-sept exempla proviennent de sources monastiques : Vitae patrum et Vie de saint Antoine, Vie de Barlaam et Josaphat et Dialogues de Grégoire le Grand. Pour ces derniers, la médiation des Sermones Vulgares semble encore possible, comme celle d’Étienne de Bourbon pour les Vitae patrum et la Vie de Barlaam. Parmi les nombreux exempla dépourvus de mention de source, certains présentent des ressemblances avec des récits écrits par Bède, le Pseudo-Turpin, Guibert de Nogent, Gautier de Coincy, l’anonyme cistercien du manuscrit latin 15912 (Paris, BnF) et Césaire de Heisterbach. Seule la Vita sancti Willelmi semble avoir été copiée verbatim soit directement soit par le truchement de la copie abrégée établie par Orderic Vital dans son Histoire ecclésiastique.

Brother Sachet’s collection of exempla was compiled in the province of Provence. This collection, devoid of prologue, gathers two thousand fifty seven exempla together in one hundred thirty three chapters. Generally the compiler ends his narratives with a quotation, mostly biblical, but sometimes of monastic origins. The explicit attributions refer to Saint Barnard (eleven), Saint Anselm, Saint Jerome and Saint Gregory the Great. These quotations were not always selected directly by Sachet himself as some of the exempla already contained the final quotation (such as in exempla from Jacques of Vitry’s Sermones Vulgares largely used by Sachet). But it seems that the author did use Saint Barnard’s quotations in his sermons and also those in one of Saint Anselm’s prayers for the Virgin. The seventeen narratives using monastic sources refer to Vitae patrum and Saint Antony’s life, Barlaam and Josaphat’s life and Gregory the Great’s Dialogues. Concerning the previous sources, Jacques of Vitry’s mediation still seems possible. Among the numerous exempla devoid of an explicit source, some narratives show a resemblance to those written by Bede, Pseudo-Turpin, Guibert of Nogent, Gautier of Coincy, an anonymous Cistercian author of the latin manuscript 15912 (Paris, BnF) and Caesarius of Heisterbach. Only one exemplum seems to have been copied verbatim either from the Vita sancti Willelmi itself, or from the copy by Orderic Vital in his Ecclesiastical History.

Texte intégral

  • 1 Cf. Polo de Beaulieu M. A., « Les prologues des recueils d’exempla (XIIIe-XIVe siècles) : une gril (...)

1Les collections d’exempla sont composées de récits issus de sources fort diverses. En la matière, les prologues sont des adjuvants fort instructifs et bien souvent, les auteurs y donnent des indications sur leurs sources1 qui peuvent également figurer dans les récits exemplaires eux-mêmes. En outre, certains exempla peuvent renfermer des auctoritates assorties ou non de l’indication nominale de la source. Aussi précieuses que soient les indications fournies, il ne faut toutefois pas perdre de vue que les compilateurs sont susceptibles de mettre en avant des sources sans pour autant les avoir directement utilisées. Dans tous les cas, il convient de procéder à leur vérification et, s’il y a lieu, à leur identification.

  • 2 Rava-Cordier I., Édition critique d’un recueil d’exempla attribué à un sachet provençal du XIIIe s (...)
  • 3 Ibid., vol. I, p. 19-74.
  • 4 Arras, BM, ms. 1019 (jadis 425), f. 77ra-111rb ; Engelberg (Suisse), Stiftsbibliothek, ms. 161, f. (...)
  • 5 Sur le choix du manuscrit de base, voir Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. II, p.  (...)

2Ce problème des sources alléguées réellement utilisées donne lieu à un riche questionnement. J’envisagerai ici la question concernant l’emploi des sources monastiques dans les recueils d’exempla mendiants et la prédication, en étudiant le cas d’un recueil d’exempla dont l’analyse a révélé qu’il dérivait d’une compilation élaborée dans le courant du troisième quart du XIIIe siècle par un frère de l’ordre de la Pénitence de Jésus-Christ, ordre mendiant d’origine provençale apparu un peu avant 1250, à Hyères, approuvé en 1251 et supprimé par le IIe concile de Lyon en 12742. Communément appelé l’ordre des frères sachets, du fait de l’habit que ces religieux portaient, cet ordre connut, au cours de sa brève existence, une expansion importante et figurait aux premiers rangs des ordres nouveaux. Le compilateur du recueil d’exempla qui nous a été transmis dut exercer son apostolat dans la province de Provence de cet ordre comme le laissent penser les nombreuses références faites à un espace s’étendant, d’ouest en est, de Montpellier à Draguignan et, du nord au sud, d’Orange à Hyères3. Transmise par cinq copies manuscrites, cette collection nous est parvenue sans prologue4. Telle qu’elle est conservée dans le codex 1019 (olim 425) d’Arras, manuscrit de base de l’édition, elle est composée de deux cent cinquante-sept exempla, regroupés sous cent trente-trois rubriques5.

3La collection du frère sachet a donc été sondée afin d’évaluer la part des sources monastiques dans les exempla. Compte tenu de leur structure, les résultats seront présentés en distinguant deux cas : d’une part celui des citations par lesquelles le compilateur clôt la grande majorité de ses anecdotes, d’autre part celui des récits exemplaires eux-mêmes.

Les sources monastiques dans les citations du recueil du frère sachet

  • 6 À deux reprises, l’auteur insère au sein même de sa narration des citations. Mais ce phénomène res (...)

4Le compilateur a recours à des auctoritates pour clore deux cent trois de ses récits exemplaires (soit dans 79 % des cas) et indiquer la leçon qu’il entend donner au récit rapporté6. On en dénombre au total deux cent vingt-sept : deux cent vingt et un sont explicites et six implicites (épisodes bibliques). Les sources des autorités consignées sont précisées à 71,4 %. Même si la référence majeure du compilateur est la Bible, avec cent soixante-sept citations scripturaires explicites et six implicites, soit les trois quarts des autorités citées, on observe que, sur les deux cent vingt-sept autorités utilisées comme leçon aux récits rapportés, cinquante-quatre n’en sont pas issues, soit environ un quart.

  • 7 Saint Bernard, Sermo in dominica infra octavam Assumptionis, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), San (...)
  • 8 Saint Bernard, Sermones in Assumptione beatae Mariae, sermo 4, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), o (...)
  • 9 Saint Bernard, In die pentecostes, sermo 2, Leclercq J., Rochais H. M., op. cit., vol. 5, p. 168, (...)
  • 10 Saint Bernard, Sermones in dominica prima post octavam Epiphaniae, sermo 1, Leclercq J., Rochais H (...)
  • 11 Saint Anselme, Orationes sive meditationes, Oratio 5, Oratio ad sanctam Mariam cum mens gravatur t (...)
  • 12 Saint Jérôme, Commentatiorum in Malachiam prophetam ad Minervium et Alexandrum, lib. I, III, 8/12, (...)
  • 13 No 81 : Ps. Jérôme, Epistola XLII. Ad Oceanum. De Vita Clericorum, 4 (Patr. lat., t. 30, col. 289C (...)
  • 14 Grégoire Le Grand, Homiliae in Evangelia, lib. II, hom. 38, 7 ; R. Etaix (éd.), Gregorius Magnus, (...)
  • 15 Saint Jérôme, Commentarium in Michaeam prophetam, lib. I, II, 9/10, Adriaen M., op. cit. (CCSL 76) (...)
  • 16 Gratien, Concordantia discordantium canonum, vulgo Decretum, pars. 1, dist. 35, c. 4, Friedberg A. (...)

5Sur les cinquante-quatre citations répertoriées, trente-trois bénéficient d’une attribution contre vingt et une qui sont dépourvues d’une mention précise d’identification. On observe que dix-neuf des auctoritates attribuées sont d’origine monastique : onze d’entre elles sont dites être empruntées à saint Bernard qui est l’auteur auquel le compilateur se réfère de manière privilégiée ; quatre à saint Anselme ; trois à saint Jérôme et une à saint Grégoire. Parmi les onze citations données comme venant de saint Bernard, quatre proviennent du Sermo in dominica infra octavam Assumptionis (nos 8, 10, 12 et 11)7 ; deux sont issues d’un sermon appartenant à la série des Sermones in Assumptione beatae Mariae (nos 19, 20)8 ; enfin, deux autres sont empruntées l’une à un sermon faisant partie des Sermones in die pentecostes (no 17)9, l’autre à un sermon des Sermones in dominica prima post octavam Epiphaniae (no 22)10. Signalons que deux citations attribuées à saint Bernard n’ont pu être localisées (nos 121, 250). Après saint Bernard, saint Anselme de Canterbury est l’auteur monastique le plus sollicité avec quatre citations provenant toutes de la même oraison consacrée à la Vierge Marie (nos 15, 16, 18 et 24)11. Par deux fois, le compilateur fait preuve de plus de précision qu’à l’ordinaire en notant : que ideo dicit beatus Ancelmus in Oratione (no 15) et unde dicit Ancelmus orans Dei genitrici Marie (no 18). En ce qui concerne les trois citations données comme venant de saint Jérôme, il s’avère que celle de l’exemplum no 49 est bien de son fait et vient des Commentariorum in Malachiam prophetam ad Minervium et Alexandrum liber12 et celles des récits exemplaires nos 81 et 207 ont pour source le Pseudo-Jérôme13. Saint Grégoire n’est cité qu’une fois, dans l’exemplum no 74. La citation provient de ses Homeliae in Evangelia14. Pour terminer, il convient d’évoquer le cas de l’auctoritas figurant dans l’exemplum no 204. Dans le recueil, elle est attribuée à saint Ambroise, mais les recherches menées dans l’œuvre de cet auteur se sont avérées infructueuses. Elle apparaît en revanche sous une forme très proche dans le Commentarium in Michaeam prophetam de saint Jérôme15 et a été transmise par le Decret de Gratien16.

  • 17 Saint Bernard, Epistola XLII. Ad Henricum Senonensem archiepiscopum, ep. 42, III, 9, Leclercq J., (...)
  • 18 Césaire dArles, Sermones de Scriptura, sermo 149, 4, Morin G. (éd.), Sancti Caesarii Arelatensis (...)
  • 19 Guillaume Peyraut, De eruditione principum, lib. 5, cap. 2, Parme, 1864.
  • 20 Hugues de Saint-Cher, Expositio super Apocalypsim authenticitate dubia, cap. I, Parme, 1869.
  • 21 La citation est restée introuvable dans l’œuvre de saint Grégoire.
  • 22 Grégoire le Grand, Registrum epistularum, lib. X, 5, Norberg D. (éd.), Gregorius Magnus, Registrum (...)
  • 23 Gratien, Concordantia discordantium canonum, vulgo Decretum, pars. 2, causa 11, quaest. 3, c. 67, (...)
  • 24 Claire dAssise, Regula, IV, 18 ; Becker M.-Fr., Godet J.-Fr., Matura Th. (éd. et trad.), Claire d(...)
  • 25 Regula sancti Benedicti, cap. III, 3, de Vogüé A., Neufville J. (éd.), Paris, Le Cerf (Sources chr (...)
  • 26 Saint Bernard, In die pentecostes, sermo 2, 4, Leclercq J., Rochais H. M., op. cit., vol. 5, p. 16 (...)

6Parmi les vingt et une auctoritates qui sont soit assorties d’une attribution très approximative, soit totalement dépourvues de toute mention identificatrice, cinq sont le fait d’auteurs monastiques ou leur ont été attribuées par la tradition. Trois d’entre elles sont introduites par une mention approximative du type : propter quod dicit sanctus (nos 92, 152, 182). L’autorité de l’exemplum no 92 est attestée dans l’épître 42, Ad Henricum Senonensem archiepiscopum, de saint Bernard17. La citation qui clôt l’exemplum no 152 semble inspirée, quant à elle, d’une phrase figurant dans un sermon de Césaire d’Arles18. Elle apparaît sous une forme identique à celle observée dans le recueil du frère sachet dans plusieurs autres textes émanant de Guillaume Peyraut19 et Hugues de Saint-Cher20. Chez ce dernier, elle est attribuée à saint Grégoire21. La citation de l’exemplum no 182 provient du Registrum epistularum, lib. X, 5 de saint Grégoire22. Elle a été transmise par le Décret de Gratien et par le De eruditione principum de Guillaume Peyraut sous le nom de saint Bernard23. Enfin, deux citations sont dépourvues de tout terme laissant envisager quelle pourrait en être la source : celle de l’exemplum no 61, qui est par ailleurs reprise dans la règle de sainte Claire d’Assise24, est issue de la règle de saint Benoît25 ; quant à celle de l’exemplum no 23, elle apparaît dans un sermon de saint Bernard26.

  • 27 Les auteurs monastiques figurent en italique dans le tableau. Pour l’édition des textes, voir Rava(...)

Tableau 1. – Classement des attributions des citations non bibliques fournies dans les exempla27.

7En ce qui concerne les auctoritates utilisées comme leçon des exempla, on peut dire, en conclusion, que vingt-quatre d’entre elles proviennent d’auteurs monastiques ou leur ont été attribuées par la tradition. Sur les dix-neuf attributions fournies par le compilateur, quinze s’avèrent justes. Saint Bernard est l’auteur monastique le plus cité, suivi de saint Anselme. Les emprunts faits à ces deux auteurs sont globalement assez fidèles.

  • 28 Cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. IV, « Apparat des sources des exempla et de (...)
  • 29 Jacques de Vitry, Collection d’exempla issus de ses sermons, no 264, Arras, Bibl. mun., ms 1019 (o (...)
  • 30 Cette collection a été éditée par Joseph Klapper, Erzählungen des Mittelalters in deutscher Uberse (...)
  • 31 Ibidem, no 13, p. 241.
  • 32 Saint Anselme, Orationes sives meditationes, Oratio 5, Oratio ad sanctam Mariam cum mens gravatur (...)
  • 33 Cf. Rava-Cordier I., Édition critique…, op. cit., vol. I, p. 246-251.
  • 34 Jacques de Vitry, Sermones vulgares vel ad status, exempla, Crane T. F., The exempla…, op. cit.
  • 35 Édition en préparation par Jean Longère.
  • 36 Ibidem, p. xlvii-li.
  • 37 Arras, Bibl. mun., ms 1019 (olim 425), f. 35ra-75rb.

8Ceci étant dit, il me paraît important de se demander dans quelle mesure les ajouts des autorités en fin d’exemplum sont globalement dus au frère sachet, avant de tirer des conclusions sur les auteurs et œuvres auxquels il se réfère de manière privilégiée. Il convient donc de s’interroger sur ses méthodes de travail : a-t-il lui-même systématiquement procédé à la collecte des citations et comment s’y est-il pris ? S’est-il contenté de retranscrire fidèlement les autorités figurant dans les textes ayant servi de source à ses exempla ? A-t-il concilié ces deux méthodes ? Ce questionnement est apparu à la suite des sondages effectués dans les diverses compilations qu’il m’a été possible de consulter. En effet, la confrontation de quelques exempla du corpus du frère sachet avec leurs sources éventuelles ou des récits parallèles postérieurs révèle que, dans certains cas, les récits sont assortis des mêmes auctoritates. Ainsi, onze exempla (nos 1, 7, 27, 39, 40, 50, 92, 103, 149, 217, 229B. 8) s’achèvent par des citations que l’on retrouve à l’identique dans des versions antérieures ou contemporaines28. C’est le cas par exemple du récit exemplaire no 92 : la citation de saint Bernard figure dans la source de l’exemplum, à savoir chez Jacques de Vitry29. L’exemplum no 16 fait partie, quant à lui, des quatre récits exemplaires ayant été transmis par des compilations postérieures avec les mêmes citations finales. Il se trouve attesté dans la collection transcrite dans le manuscrit I. F. 115 de la Bibliotheka Universytecka de Wroclaw (courant XIVe siècle)30. Dans cette dernière, l’exemplum31, à l’instar de celui consigné dans le recueil du frère sachet, s’achève par une citation de saint Anselme. Extraite d’une de ses oraisons32, elle est notée en des termes quasi analogues dans les deux textes. Les sondages effectués mettent donc en évidence le fait que les compilateurs se contentaient parfois de reprendre l’auctoritas donnée comme leçon dans le texte-source. Pour parfaire cette approche et se faire une idée plus précise sur la transmission des citations, il conviendrait d’élargir les investigations. Dans le cas du recueil du frère sachet, il serait particulièrement intéressant de se pencher sur les sermons de Jacques de Vitry et sur les collections exemplaires ayant circulé sous son nom, puisque la prospection des sources narratives des exempla a montré que bon nombre d’entre eux semblaient être empruntés à cet auteur33. L’édition qu’a fournie Th. F. Crane des récits exemplaires de ce chanoine de Saint-Augustin est basée sur ceux attestés dans les Sermones Vulgares34. Ils y figurent extraits de leur contexte et ne sont pas agrémentés des citations venant clore les récits exemplaires du frère sachet. L’édition intégrale de ces sermons pourrait être extrêmement instructive et offrirait l’opportunité – dans le cas qui nous préoccupe – de connaître les autorités citées35. Par ailleurs, on sait que, très tôt, les exempla des sermons de Jacques de Vitry ont été réunis par des compilateurs anonymes. Dans son introduction, Th. F. Crane mentionne l’existence de quelques-unes de ces collections36. Aussi serait-il utile de procéder à un recensement de toutes ces compilations et d’en comparer les exempla avec ceux du recueil du frère sachet afin de voir si l’ajout de ces auctoritates à la fin des récits ayant pour source Jacques de Vitry était déjà observable ou s’il est, en grande partie, le fait du sachet. Pour l’instant, le sondage opéré dans une compilation renfermant des exempla extraits des Sermones Vulgares et des Sermones Communes, conservée dans le manuscrit d’Arras 1019 (olim 425)37, n’a pas donné de résultats concluants si ce n’est pour quatre exempla.

  • 38 Gratien, Concordantia discordantium canonum, vulgo Decretum, Friedberg A., op. cit.
  • 39 Pierre Lombard, Sententiae in IV libris distinctae, éd. PP. Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aqu (...)
  • 40 Guillaume Peyraut, De eruditione principum, op. cit. ; Id., Summa de viciis et virtutibus, Lyon, 1 (...)
  • 41 La concordance verbale est une concordance des mots et la concordance réelle est une concordance d (...)
  • 42 Cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. I, p. 152-163.
  • 43 Pierre Lombard, op. cit. ; Pierre Le Mangeur, Historia scholastica (Patr. lat., t. 198, col. 1049- (...)
  • 44 Cf. Constitutiones fratrum de Penitentia Jhesu Christi, part. II, cap. xxvii, De studio et magistr (...)
  • 45 Cf. Rouse R. H., « L’évolution des attitudes envers l’autorité écrite : le développement des instr (...)

9Par ailleurs, il n’est pas exclu que le frère sachet ait eu parfois recours à des instruments de travail tels que des recueils de distinctiones, des florilèges, des concordances ou à d’autres intermédiaires. En effet, comme les recherches menées l’ont montré, il apparaît que bon nombre des autorités non scripturaires citées dans le recueil figuraient dans des intermédiaires tels que le Décret de Gratien38, le Livre des sentences de Pierre Lombard39 ou encore dans les œuvres de Guillaume Peyraut40. À plusieurs reprises, les sources alléguées par le compilateur, bien qu’erronées, correspondent à celles attestées dans la tradition. En outre, dans certains cas, la citation biblique partage un terme commun soit avec la rubrique, soit avec le récit, soit avec les deux ; dans d’autres, elle se rapporte au sujet développé. Ceci pourrait laisser penser que des concordances verbales ou réelles ont été employées41. Autre élément à souligner, la plupart des auctoritates non scripturaires proviennent d’œuvres dispersées. Cette dispersion, la brièveté des phrases consignées, le fait que certaines auctoritates aient circulé sous le même nom fautif que celui avancé dans le recueil suggèrent une transmission indirecte, par des florilèges ou des recueils intermédiaires, difficilement identifiables. On ignore tout, en effet, des bibliothèques des Sachets. Sans doute devaient-ils avoir à leur disposition de multiples ouvrages, compte tenu du fait qu’ils accordaient une place importante à l’étude comme en témoignent leurs constitutions et l’existence de studia generalia42. La seule information dont on dispose est que les frères envoyés à l’étude devaient disposer d’au moins trois livres, à savoir la Bible, le Livre des sentences de Pierre Lombard et l’Historia scolastica de Pierre le Mangeur43, et connaître les gloses44. En outre, la collection d’exempla du frère sachet telle qu’elle a été transmise par les cinq copies recensées est dépourvue de prologue, ce qui empêche de combler ces lacunes et de mieux cerner le cadre de travail du compilateur. Néanmoins, il est presque certain que les frères sachets devaient disposer d’instruments de travail à l’instar des membres des autres ordres mendiants qui furent pour beaucoup dans leur développement, leur perfectionnement et leur multiplication entre 1230 et 128045.

  • 46 No 15 : Saint Anselme, Orationes sive meditationes, Oratio 5, Oratio ad sanctam Mariam cum mens gr (...)
  • 47 No 8 : Saint Bernard, Sermo in dominica infra octavam Assumptionis, 2, Leclercq J., Rochais H. M. (...)
  • 48 Comme les citations précédentes, celle-ci est empruntée au même sermon : Saint Bernard, Sermo in d (...)
  • 49 No 17 : Saint Bernard, In die pentecostes, sermo 2, 4, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit.,(...)
  • 50 Saint Bernard, In Assumptione beatae Mariae, sermo 4, 8, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit (...)
  • 51 Leclercq J., « Aperçu de la tradition manuscrite de saint Bernard », Leclercq J., « Études sur sai (...)

10Seules plusieurs citations attribuées à saint Anselme et saint Bernard pourraient échapper à cette règle. Nettement plus longues que les autres, elles sont empruntées à la même oraison pour saint Anselme46 et aux mêmes sermons pour saint Bernard. Ainsi, les cinq autorités attribuées à ce dernier dans les exempla nos 8, 10, 12, 14 et 11 sont toutes extraites du Sermo in dominica infra octavam Assumptionis. Elles s’enchaînent au sein du sermon selon l’ordre dans lequel elles apparaissent dans nos récits exemplaires47, hormis celle de l’exemplum no 1148. Les auctoritates citées dans les exempla no 17 et 23 sont tirées du sermon 2 de la série des Sermones in die pentecostes49. Les exempla nos 19 et 20 s’achèvent par deux citations qui ont pour source le sermon no 4 de la série des Sermones in Assumptione beatae Mariae et qui, là encore, se suivent dans le sermon50. Pour l’ensemble de ces autorités, on a la nette impression qu’un démembrement des extraits de sermons de saint Bernard a été opéré. Il en va de même pour les citations de saint Anselme. Ceci amène à se demander s’il n’y a pas eu, dans ces cas-là, une utilisation des originalia de ces deux auteurs. Les textes de saint Bernard sont encore largement copiés au XIIIe siècle et sont accessibles non seulement aux Cisterciens mais aussi à d’autres membres d’ordres religieux, et notamment aux frères mendiants. De plus, il apparaît à travers les œuvres des maîtres parisiens que saint Bernard est désormais une autorité familière ; il est fréquemment utilisé dans l’enseignement universitaire51.

  • 52 Soit seize exempla, cf. Rava-Cordier I., Édition critique…, op. cit., vol. III, nos 21, 88, 141, 1 (...)
  • 53 La source de cette citation n’a pas été identifiée.
  • 54 Saint Jérôme, Commentarium in Michaeam prophetam, lib. I, II, 9/10, Adriaen M., op. cit. (CCSL, 76 (...)

11Avant de chercher à identifier les instruments de travail du frère sachet et de se prononcer définitivement sur ses sources privilégiées, il conviendrait donc de définir si les ajouts des autorités en fin d’exemplum sont globalement bien de son fait ou s’il s’est contenté de reproduire le récit et la citation conformément à ce qu’il en était dans la source de base. On peut néanmoins faire quelques observations sur les citations choisies par le compilateur dans les exempla en lien avec son expérience au sein de la province de Provence des frères de l’ordre de la Pénitence de Jésus-Christ52. On constate que, comme dans le reste de la collection, ce sont les autorités scripturaires qui l’emportent (onze occurrences), et plus particulièrement celles extraites de l’Ancien Testament. Deux auctoritates sont dites provenir de saint Ambroise (no 204) et saint Augustin (no 222) ; deux anecdotes exemplaires sont dépourvues de citations finales (nos 178, 224). Enfin, l’exemplum no 206 se termine par une citation non attribuée53. Il apparaît que, dans aucun de ces récits, le compilateur ne se réfère à un auteur monastique. Notons tout de même que la citation imputée à saint Ambroise vient en fait de saint Jérôme54.

Exempla du frère sachet et sources monastiques

12Il est extrêmement rare que le frère fournisse des indications sur la source des récits rapportés puisque seulement trente-six exempla en sont pourvus (14 %). Dans ces cas-là, il mentionne généralement soit le nom de l’auteur, soit le titre de l’œuvre.

a. Pour l’édition des textes, cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit.,vol. III.
Tableau 2. – Sources alléguées dans le recueil du frère sachet.

  • 55 Le récit exemplaire no 4 n’a pas été localisé dans la source indiquée par le compilateur, la Vita (...)
  • 56 No 60 : Vitae patrum, V, 15, 52 (Patr. lat., t. 73, col. 963B-C) ; no 61 : ibidem, III, 97 (Patr. (...)
  • 57 No 37 : Vita sanctorum Barlaam eremitae et Josaphat Indiae regis, c. 14 (Patr. lat., t. 73, col. 4 (...)
  • 58 No 247 : Vita Pachomii, c. 55 (AASS, Maii, III, col. 317) et Vitae patrum, III, Verba seniorum, 35 (...)
  • 59 No 12 : Grégoire le Grand, Dialogi, IV, 18, 1-3, de Vogüé A. (éd.), Grégoire Le Grand, Dialogues, (...)
  • 60 Vita beati Antonii abbatis, c. 45 (Patr. lat., t. 73, col. 158 A-C).

13Le compilateur donne pour source à dix-sept de ses anecdotes exemplaires des textes produits en milieu monastique ou ayant servi de sources d’inspiration aux exempla monastiques. Pour seize d’entre elles, la recherche des sources a permis de confirmer ces emprunts même s’il s’avère que les textes tels qu’ils figurent dans la compilation présentent parfois des variantes55. Cinq d’entre elles sont données comme venant des Vitae patrum56, trois de la Vie de Barlaam et Josaphat57. L’exemplum no 246 qui est dit provenir des Vitae patrum dans la rubrique est suivi de cinq autres textes pour lesquels la source n’est pas mentionnée. Tous ont toutefois été localisés dans les Vitae patrum et reprennent mot pour mot les passages empruntés à cette source58. Aussi suis-je amenée à penser que le titre transcrit au-dessus de l’exemplum no 246 vaut également pour ces cinq exempla, la mention exemplum ad idem ayant été omise, ce qui porterait à dix le nombre de références faites explicitement aux Vitae patrum. Saint Grégoire est cité à quatre reprises59. Pour ce dernier, le titre de l’œuvre dont est tirée l’anecdote est précisé dans l’exemplum no 12 : refert beatus Gregorius in Libro Dialogorum …. Enfin, l’auteur fait référence à la Vie de saint Antoine au début de l’exemplum no 4760.

  • 61 No 12 : Jacques de Vitry, Sermones vulgares vel ad status, op. cit., p. 115, no 275 ; no 92 : ibid (...)
  • 62 No 72 : Étienne De Bourbon, Tractatus… op. cit., I, IV, no 82 ; Stephanus de Borbone, Tractatus… P (...)
  • 63 Jacques de Vitry, Sermones vulgares vel ad status, exempla, op. cit., p. 11-12, no 30 ; Id., Sermo (...)

14Telles sont donc les rares mentions explicites dont le compilateur a doté certains de ses récits exemplaires. Rien ne permet toutefois d’affirmer qu’il a utilisé les sources mises en avant. En effet, il s’avère qu’à plusieurs reprises les indications fournies sont également mentionnées dans les exempla dont dérivent ceux de notre corpus : ainsi, les exempla nos 12, 92, 122, 123, déjà utilisés par Jacques de Vitry dans ses sermons, sont pourvus de la même mention d’origine, à savoir saint Grégoire61. On peut faire des observations identiques concernant quelques récits exemplaires attestés dans l’œuvre d’Etienne de Bourbon : les sources alléguées pour les exempla nos 72, 246 sont les Vitae patrum et pour le no 55, la Vie de Barlaam et Josaphat62. Il convient toutefois de faire remarquer que le compilateur indique parfois explicitement la source dont est issu le récit alors que celle-ci n’apparaît pas dans les compilations antérieures. Prenons pour exemple l’anecdote exemplaire no 47 introduite par legitur in Vita beati Antonii quod… Cet exemplum a été localisé uniquement dans les Sermones de Jacques de Vitry qui reste silencieux sur la source utilisée63. De même, des emprunts faits à la Vie de Barlaam et Josaphat ou aux Vitae patrum sont parfois mentionnés, alors que ces indications ne figurent pas dans les collections antérieures. Par ailleurs, le fait que plusieurs exempla dérivant de ces œuvres n’aient pas été repérés dans des collections exemplaires antérieures laisse penser que le compilateur devait disposer de copies de ces écrits. Cette hypothèse est confirmée par la similitude des textes.

15L’étude des canaux d’information et la recherche des sources montrent que la compilation du frère sachet est constituée en majorité d’exempla provenant d’une source écrite. Ainsi, suite aux analyses comparatives effectuées, il apparaît que le compilateur a largement démarqué les exempla de Jacques de Vitry (63,4 %). Il n’est d’ailleurs pas exclu que, bien que puisant presque en continu dans le fonds des exempla du chanoine de Saint-Augustin, il ait parfois préféré adopter les versions offertes par d’autres sources. Rappelons, à ce propos, qu’il lui arrive de faire référence à des œuvres non citées par Jacques de Vitry. C’est souvent le cas pour des récits ayant pour source première les Vitae patrum (nos 47, 72), la Vie de Barlaam et Josaphat (nos 37, 55, 80). Il est cependant difficile ici de se prononcer sur une éventuelle consultation directe de la source primitive ou sur l’utilisation d’un autre intermédiaire. On peut également se demander si le frère sachet n’a pas lui-même transformé certains récits ou consigné des variantes de quelques autres recueillies par voie orale, de façon à donner une « couleur locale » aux faits rapportés.

  • 64 Cf. annexe.
  • 65 Vita sancti Willelmi, c. III, 29 (AASS, Maii, VI, col. 808 D-F). Cf. Rava-Cordier I., « Saint Guil (...)
  • 66 Philippart G., Les légendiers latins et autres manuscrits hagiographiques, Turnhout, Brepols (Typo (...)
  • 67 Ordéric Vital, Historia ecclesiastica, pars II, lib. VI, c. II (Patr. lat., t. 188, col. 454B-454D (...)

16La recherche des sources et des récits parallèles a également révélé que nombreux étaient les exempla attestés dans des sources monastiques64. Au nombre de ces dernières, celles qui sont le plus représentées sont d’origine cistercienne (Césaire de Heisterbach, manuscrit ms lat. 15912 de la Bibliothèque nationale de France). Mais les sources monastiques dans lesquelles les exempla compilés par le frère sachet ont été localisés ne sont pas seulement d’origine cistercienne et peuvent être notamment d’origine bénédictine (Bède le Vénérable, Guibert de Nogent, Gautier de Coincy). Néanmoins, la comparaison des textes entre eux montrent que ce ne sont pas les sources utilisées par le sachet. Seules les Vitae patrum, la Vie de Barlaam et Josaphat – modèles pour les moines – et peut-être la Vie de saint Guilhem (no 178), composée entre 1122 et 1130 par un moine de l’abbaye bénédictine de Gellone65, dans le diocèse de Lodève pourraient avoir été directement consultées. Pour cette dernière, notons que le compilateur a aussi très bien pu avoir recours à des légendiers, vraisemblablement produits dans la région66, ou encore à d’autres intermédiaires, comme l’Histoire ecclésiastique Ordéric Vital (bénédictin)67, moine de Saint-Evroult. Ce dernier, qui composa son œuvre entre 1123 et 1141, y a, en effet, inséré un résumé de la vie de saint Guilhem.

17En conclusion, on peut dire que quelques emprunts à des sources monastiques dans le recueil du frère sachet sont avérés. Néanmoins, pour l’essentiel, à part l’éventuel emploi des originalia de saint Bernard et de saint Anselme pour les citations et celui des Vitae patrum et de la Vie de Barlaam et Josaphat pour les exempla, il semble que la présence de la plupart des auctoritates et des récits issus ou dérivant de ces sources monastiques soit liée à l’utilisation de sources intermédiaires, d’instruments de travail dont il conviendrait de déterminer la provenance.

Annexes

ANNEXE. Exempla et sources monastiques68

Sources monastiques dans le recueil du frère sachet.

Notes

1 Cf. Polo de Beaulieu M. A., « Les prologues des recueils d’exempla (XIIIe-XIVe siècles) : une grille’analyse », Polo de Beaulieu M. A., Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge. Essai sur Jean Gobi le Jeune, Lyon, Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales, Presses universitaires de Lyon, 1999, p. 81-100.

2 Rava-Cordier I., Édition critique d’un recueil d’exempla attribué à un sachet provençal du XIIIe siècle et analyse, thèse de doctorat, Aix-Marseille I, 2004, 4 vol. ; sur la question de l’attribution du recueil et l’ordre du Sac, cf. ibid., vol. I, p. 79-192.

3 Ibid., vol. I, p. 19-74.

4 Arras, BM, ms. 1019 (jadis 425), f. 77ra-111rb ; Engelberg (Suisse), Stiftsbibliothek, ms. 161, f. 33r à 72v ; Munich, Bayerische Staatsbibliothek, fonds de la Bibliothèque royale, ms 233.78, f. 140va-157vb ; Schlägl, Stiftsbibliothek, ms. 27 (823.223), f. 90va-107ra ; Zwettl, Stiftsbibliothek, ms. 333, f. 220rb-243vb. Ces cinq codices ont été transcrits entre la fin du XIIIe siècle et le XIVe siècle.

5 Sur le choix du manuscrit de base, voir Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. II, p. 491-495.

6 À deux reprises, l’auteur insère au sein même de sa narration des citations. Mais ce phénomène reste isolé (cf. no 184 et 247).

7 Saint Bernard, Sermo in dominica infra octavam Assumptionis, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), Sancti Bernardi opera, Rome, Ed. Cistercienses, 1968, vol. 5, p. 263, l. 6-7, p. 263, l. 9-10, p. 263, l. 10-13, p. 263, l. 24-26, p. 264, l. 1.

8 Saint Bernard, Sermones in Assumptione beatae Mariae, sermo 4, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 5, p. 249, l. 17-18, p. 249, l. 18-21.

9 Saint Bernard, In die pentecostes, sermo 2, Leclercq J., Rochais H. M., op. cit., vol. 5, p. 168, l. 7-8.

10 Saint Bernard, Sermones in dominica prima post octavam Epiphaniae, sermo 1, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 4, p. 315, l. 12-14.

11 Saint Anselme, Orationes sive meditationes, Oratio 5, Oratio ad sanctam Mariam cum mens gravatur torpore, Schmitt F. S. (éd.), S. Anselmi Cantuarienis archiepiscopi, Opera omnia, Stuttgart-Bad Cannstatt, Friedrich Fromann Verlag (Günther Holzboog), 1968, vol. 3, p. 14, l. 47-48, p. 13, l. 13-15, p. 13, l. 22-23.

12 Saint Jérôme, Commentatiorum in Malachiam prophetam ad Minervium et Alexandrum, lib. I, III, 8/12, M. Adriaen (éd.), Hieronymus Presbyter, Commentarii in prophetas minores, Turnhout, Brepols (CCSL, 76A), 1970, p. 936, l. 336-341.

13 No 81 : Ps. Jérôme, Epistola XLII. Ad Oceanum. De Vita Clericorum, 4 (Patr. lat., t. 30, col. 289C) ; no 207 : Ps. Jérôme, Commentarius in evangelium secundum Marcum, cap. I (Patr. lat., t. 30, col. 596D).

14 Grégoire Le Grand, Homiliae in Evangelia, lib. II, hom. 38, 7 ; R. Etaix (éd.), Gregorius Magnus, Homeliae in Evangelia, Turnhout, Brepols (CCSL, 141), 1999, p. 365, l. 149-151.

15 Saint Jérôme, Commentarium in Michaeam prophetam, lib. I, II, 9/10, Adriaen M., op. cit. (CCSL 76), 1969, p. 448, l. 313-315.

16 Gratien, Concordantia discordantium canonum, vulgo Decretum, pars. 1, dist. 35, c. 4, Friedberg A. (éd.), Corpus juris canonici, Leipzig, 1879, p. 131, l. 43.

17 Saint Bernard, Epistola XLII. Ad Henricum Senonensem archiepiscopum, ep. 42, III, 9, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 7, p. 108, l. 6-7.

18 Césaire dArles, Sermones de Scriptura, sermo 149, 4, Morin G. (éd.), Sancti Caesarii Arelatensis sermones, Turnhout, Brepols (CCSL, 104), 1953, p. 611 (577). Ce sermon De duabus viis una desideranda et alia metuenda appartient à la série des Sermones de Scriptura.

19 Guillaume Peyraut, De eruditione principum, lib. 5, cap. 2, Parme, 1864.

20 Hugues de Saint-Cher, Expositio super Apocalypsim authenticitate dubia, cap. I, Parme, 1869.

21 La citation est restée introuvable dans l’œuvre de saint Grégoire.

22 Grégoire le Grand, Registrum epistularum, lib. X, 5, Norberg D. (éd.), Gregorius Magnus, Registrum epistularum. Libri VIII-XIV. Appendix, Turnhout, Brepols (CCSL, 140A), 1982, p. 830, l. 5-6.

23 Gratien, Concordantia discordantium canonum, vulgo Decretum, pars. 2, causa 11, quaest. 3, c. 67, Friedberg A., éd. cit., p. 662, l. 14 ; Guillaume Peyraut, De eruditione principum, lib. II, cap. 13, op. cit.

24 Claire dAssise, Regula, IV, 18 ; Becker M.-Fr., Godet J.-Fr., Matura Th. (éd. et trad.), Claire dAssise, Écrits, Paris, Le Cerf (Sources chrétiennes, 325), 1985, p. 136.

25 Regula sancti Benedicti, cap. III, 3, de Vogüé A., Neufville J. (éd.), Paris, Le Cerf (Sources chrétiennes, 181), 1972, t. I, p. 452.

26 Saint Bernard, In die pentecostes, sermo 2, 4, Leclercq J., Rochais H. M., op. cit., vol. 5, p. 168, l. 6-7.

27 Les auteurs monastiques figurent en italique dans le tableau. Pour l’édition des textes, voir Rava-Cordier I., Édition critique…, op. cit., vol. 3.

28 Cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. IV, « Apparat des sources des exempla et des récits apparentés », p. 898-1056.

29 Jacques de Vitry, Collection d’exempla issus de ses sermons, no 264, Arras, Bibl. mun., ms 1019 (olim 425), f. 67vb-68ra.

30 Cette collection a été éditée par Joseph Klapper, Erzählungen des Mittelalters in deutscher Ubersetzung und lateinischem Urtext, Breslau, M. & H. Marcus, 1914.

31 Ibidem, no 13, p. 241.

32 Saint Anselme, Orationes sives meditationes, Oratio 5, Oratio ad sanctam Mariam cum mens gravatur torpore, Schmitt F. S., op. cit., vol. 3, p. 13, l. 13-15.

33 Cf. Rava-Cordier I., Édition critique…, op. cit., vol. I, p. 246-251.

34 Jacques de Vitry, Sermones vulgares vel ad status, exempla, Crane T. F., The exempla…, op. cit.

35 Édition en préparation par Jean Longère.

36 Ibidem, p. xlvii-li.

37 Arras, Bibl. mun., ms 1019 (olim 425), f. 35ra-75rb.

38 Gratien, Concordantia discordantium canonum, vulgo Decretum, Friedberg A., op. cit.

39 Pierre Lombard, Sententiae in IV libris distinctae, éd. PP. Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, Specilegium Bonaventurianum, éd. PP. Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, Specilegium Bonaventurianum, Rome, Grottaferrata, 1981, 2 tomes.

40 Guillaume Peyraut, De eruditione principum, op. cit. ; Id., Summa de viciis et virtutibus, Lyon, 1668.

41 La concordance verbale est une concordance des mots et la concordance réelle est une concordance des choses ou des thèmes : cf. Weijers O., Dictionnaires et répertoires au Moyen Âge. Une étude de vocabulaire, op. cit., p. 126-133 ; Richard H., Rouse Mary A., « The Verbal Concordance », Archivum Fratrum Praedicatorum, 1974, vol. 44, p. 5-30 ; Id., « La Concordance verbale des Écritures », Riché P., Lobrichon G. (dir.), Le Moyen Âge et la Bible, Paris, Beauchesne, 1984, p. 115-122 ; Id., « Concordances et index », Martin H.-J., Vezin J., Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie – Promodis, 1990, p. 219-228.

42 Cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. I, p. 152-163.

43 Pierre Lombard, op. cit. ; Pierre Le Mangeur, Historia scholastica (Patr. lat., t. 198, col. 1049-1644).

44 Cf. Constitutiones fratrum de Penitentia Jhesu Christi, part. II, cap. xxvii, De studio et magistro studentium, Giacomozzi G. M. (éd.), L’ordine della Penitenza di Gesu Cristo. Contributo alla storia della spiritualità del sec. XIII, Roma, ed. Studi Storici O.S.M, 1962, p. 107, l. 18-19 et n. 162.

45 Cf. Rouse R. H., « L’évolution des attitudes envers l’autorité écrite : le développement des instruments de travail au XIIIe siècle », Culture et travail intellectuel dans l’Occident médiéval, Paris, CNRS, 1981, p. 115-144.

46 No 15 : Saint Anselme, Orationes sive meditationes, Oratio 5, Oratio ad sanctam Mariam cum mens gravatur torpore, Schmitt F. S., op. cit., vol. 3, p. 14, l. 47-48 ; no 16 : ibidem, p. 13, l. 13-15 ; no 18 : ibidem, p. 13, l. 22-23 ; no 24 : ibidem, p. 13-14, l. 24-26.

47 No 8 : Saint Bernard, Sermo in dominica infra octavam Assumptionis, 2, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 5, p. 263, l. 6-7 ; no 10 : ibidem, p. 263, l. 9-10 ; no 12: ibidem, p. 263, l. 10-13 ; no 14 : ibidem, p. 263, l. 16-21.

48 Comme les citations précédentes, celle-ci est empruntée au même sermon : Saint Bernard, Sermo in dominica infra octavam Assumptionis, 3, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 5, p. 263, l. 24-26, p. 264, l. 1. Mais, dans le sermon, elle fait suite à la citation compilée dans l’exemplum no 14.

49 No 17 : Saint Bernard, In die pentecostes, sermo 2, 4, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 5, p. 168, l. 7-8 ; no 23 : ibidem, p. 168, l. 6-7. Remarquons que la citation du no 23 fait immédiatement suite à celle du no 17 dans le sermon.

50 Saint Bernard, In Assumptione beatae Mariae, sermo 4, 8, Leclercq J., Rochais H. M. (éd.), op. cit., vol. 5, p. 249, l. 17-18 ; ibidem, p. 249, l. 18-21.

51 Leclercq J., « Aperçu de la tradition manuscrite de saint Bernard », Leclercq J., « Études sur saint Bernard et le texte de ses écrits », Analecta sacri ordinis Cisterciensis, 1953, IX, p. 11-40 ; Verger J., « Saint Bernard et les scolastiques », Arabeyre P., Berlioz J., Poirrier Ph. (dir.), Vies et légendes…, op. cit., p. 201-210.

52 Soit seize exempla, cf. Rava-Cordier I., Édition critique…, op. cit., vol. III, nos 21, 88, 141, 142, 178, 195, 202, 204, 206, 210, 211, 213, 222, 224, 225, 229.

53 La source de cette citation n’a pas été identifiée.

54 Saint Jérôme, Commentarium in Michaeam prophetam, lib. I, II, 9/10, Adriaen M., op. cit. (CCSL, 76), p. 448, l. 313-315.

55 Le récit exemplaire no 4 n’a pas été localisé dans la source indiquée par le compilateur, la Vita beati Bartholomei (Commentarius praevius, AASS, Aug., V, col. 7-108).

56 No 60 : Vitae patrum, V, 15, 52 (Patr. lat., t. 73, col. 963B-C) ; no 61 : ibidem, III, 97 (Patr. lat., t. 73, col. 778A-C) ; no 72 : ibidem, V, 5, 37 (Patr. lat., t. 73, 883D-884C) ; no 81 : ibidem, V, 5, 21 (Patr. lat., t. 73, col. 878C-D) ; no 246 : ibidem, V, 5, 39 (Patr. lat., t. 73, 885B-886A) et ibidem, IV, cap. 54 (Patr. lat., t. 73, 847B-848A).

57 No 37 : Vita sanctorum Barlaam eremitae et Josaphat Indiae regis, c. 14 (Patr. lat., t. 73, col. 496 A-D) ; no 55 : ibidem, c. 6 (Patr. lat., t. 73, col. 462C-464B) ; no 80 : ibidem, c. 30 (Patr. lat., t. 73, col. 561 D-562 C).

58 No 247 : Vita Pachomii, c. 55 (AASS, Maii, III, col. 317) et Vitae patrum, III, Verba seniorum, 35 (Patr. lat., t. 73, col. 761D-762C) ; no 248 : ibidem, 171 (Patr. lat., t. 73, col. 797C-D) ; no 249 : idem, III, Verba Seniorum, 141 (Patr. lat., t. 73, col. 787C-788A) et idem, V, Verba Seniorum, 14, 19 (Patr. lat., t. 73, 952C-953A) ; no 250 : idem, III, Verba seniorum, 133 (Patr. lat., t. 73, col. 786B) ; no 251 : ibidem, III, Verba seniorum, 206 (Patr. lat., t. 73, col. 806A-806B).

59 No 12 : Grégoire le Grand, Dialogi, IV, 18, 1-3, de Vogüé A. (éd.), Grégoire Le Grand, Dialogues, Paris, Le Cerf (Sources chrétiennes no 265), 1980, p. 70-72 ; no 92 : ibidem, IV, 53, 1-3 (Sources chrétiennes no 265), p. 178-179 ; no 122 : ibidem, I, 4, 7 (Sources chrétiennes no 260), p. 42-44 ; no 123 : ibidem, III, 7, 3 (Sources chrétiennes no 260), p. 280 et III, 7, 6 (Sources chrétiennes no 260), p. 282.

60 Vita beati Antonii abbatis, c. 45 (Patr. lat., t. 73, col. 158 A-C).

61 No 12 : Jacques de Vitry, Sermones vulgares vel ad status, op. cit., p. 115, no 275 ; no 92 : ibidem, p. 113-114, no 272 ; no 122 : ibidem, p. 59, no 130 ; no 123 : ibidem, p. 59, no 131.

62 No 72 : Étienne De Bourbon, Tractatus… op. cit., I, IV, no 82 ; Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, op. cit., p. 94-95, l. 771-788 ; no 246 : ibidem, I, VIII, no 360, p. 316-317, l. 195-216 ; no 55 : ibidem, I, VI, no 201, p. 205, l. 315-345 (seulement pour la 1re partie du récit).

63 Jacques de Vitry, Sermones vulgares vel ad status, exempla, op. cit., p. 11-12, no 30 ; Id., Sermones feriales et communes vel quotidiani, Frenken G. (éd.), Die Exempla des Jacob von Vitry. Ein Beitrag zur Geschichte der erzählungsliteratur des Mittelalters, München, C. H. Becksche Verlagsbuchhandlung Oskar Beck, 1914, no 8, p. 102 ; idem, Sermones feriales et communes vel quotidiani, Joseph Greven (éd.), Die exempla aus den Sermones feriales et communes des Jakob von Vitry, Heidelberg, Carl Winter’s Universitätsbuchhandlung, 1914, no 8, p. 12.

64 Cf. annexe.

65 Vita sancti Willelmi, c. III, 29 (AASS, Maii, VI, col. 808 D-F). Cf. Rava-Cordier I., « Saint Guilhem dans le recueil méridional d’exempla dit du frère sachet (XIIIe siècle) », Études Héraultaises, 2004-2005, vol. 35, p. 185-187.

66 Philippart G., Les légendiers latins et autres manuscrits hagiographiques, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 24-25), 1977.

67 Ordéric Vital, Historia ecclesiastica, pars II, lib. VI, c. II (Patr. lat., t. 188, col. 454B-454D).

68 Pour les références précises, cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit., vol. IV, « Apparat des sources des exempla et des récits apparentés », p. 898-1056.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Classement des attributions des citations non bibliques fournies dans les exempla27.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende a. Pour l’édition des textes, cf. Rava-Cordier I., Edition critique…, op. cit.,vol. III.Tableau 2. – Sources alléguées dans le recueil du frère sachet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Sources monastiques dans le recueil du frère sachet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132129/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

CIHAM – université Lyon 2

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540