Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Recueils mendiants et sources monastiques

Du monastère à la place publique. Les exempla cisterciens chez Étienne de Bourbon († v. 1261)

From the monastery to the public square. Cistercian exempla in Stephen of Bourbon’s work († 1261)

Jacques Berlioz

Résumé

L’ordre de Cîteaux a produit nombre de recueils d’exempla pour former les moines, accompagner leur cheminement spirituel et exalter l’Ordre. Or dans les recueils mendiants se trouvent des exempla d’inspiration cistercienne, ce qui pose le problème de leurs sources et de la définition d’un « exemplum cistercien » dans ce nouveau contexte (les critères choisis sont le héros, le cadre et la source). J. Berlioz se propose de rechercher ces fameux exempla dans le premier don du recueil d’Étienne de Bourbon, le don de crainte (quelque quatre cents exempla). Cinq récits mentionnant une source orale ou écrite cistercienne ne posent pas de problème et l’on sait qu’Étienne de Bourbon faisait halte dans ces abbayes lors de ses tournées de prédication. D’autres récits d’Étienne de Bourbon présentent de beaux parallèles dans les recueils cisterciens sans que ceux-ci ne soient mentionnés. Étienne de Bourbon n’hésite pas à mettre en scène des héros cisterciens, comme saint Bernard qui aurait tremblé au moment de sa mort ou Foulques de Marseille. Étienne de Bourbon a su conserver la qualité de ces récits tout en les adaptant à un nouveau public : essentiellement les laïcs dans le cadre de la prédication ad populum.

The Cistercian order published many collections of exempla in order to teach the monks, to help them in their spiritual development and to exalt the Order. But in mendicant collections of exempla one can find Cistercian inspiration narratives, which begs the question of their sources and of the definition of a «Cistercian exemplum» in this new context (definition based on three criteria: the hero, the background, and the source of the exemplum). J. Berlioz studies these Cistercian exempla in the first contribution to the edition of Stephen of Bourbon’s treaty, the Gift of fear (De dono timoris, four hundred exempla). Five exempla have a Cistercian oral or written source and we know that Stephen of Bourbon used to stay in Cistercian abbeys during his preaching tours. Some other exempla present wonderful parallels in the Cistercian collections, even if they are not mentioned. But Stephen of Bourbon doesn’t hesitate to include Cistercian heroes, such as Saint Bernard who was supposed to have trembled on his deathbed or Foulques of Marseille. Étienne of Bourbon kept the qualities of these narratives but adapted them to a new audience: mostly lay people in the predication ad populum.

Texte intégral

  • 1 Je reprends ici, en le mettant à jour et en l’augmentant : « Gli exempla cistercensi nella prima p (...)
  • 2 Troyes, Bibl. mun., ms 946. Cf. McGuire B. P., « A Lost Clairvaux Exemplum Found : The Liber vision (...)
  • 3 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., p. viii.
  • 4 Griesser B. (éd.), Rome, 1961 ; éd. rev., Turnhout, 1994 (CCCM 138) ; trad. fr., J. Berlioz (dir.) (...)
  • 5 Ce manuscrit, de provenance indéterminée, a fait partie de la bibliothèque de Richelieu, réunie en (...)
  • 6 Strange J. (éd.), Cologne, Bonn, Bruxelles 1851 [réimpr. Ridgewood, N. J., USA 1966], 2 vol. ; tra (...)
  • 7 Barbeau A., trad. cit., p. 1.

1L’ordre cistercien est à la fin du XIIe siècle et au début du siècle suivant un abondant producteur de recueils exemplaires1. Ces ouvrages ont certes des buts divers : le Collectaneum Claravallense, rédigé vers 1174, est au service de la formation morale et spirituelle du lecteur monastique2. Comme le souligne son éditeur, Olivier Legendre : « Respect de l’eucharistie, pratique de la pénitence, observation scrupuleuse de la règle, dévotion à la Vierge, méfiance à l’égard de l’hérésie, souci de la pauvreté, devoirs envers les défunts, combat contre les démons : tout y est mêlé, c’est vrai, mais rien n’y manque3. » Le Grand Exorde de Cîteaux veut, quant à lui, garder vivante l’exaltation des débuts de Cîteaux pour répondre, à la fin du XIIe siècle, à un moment critique du développement de l’ordre4. Le recueil dit provisoirement « de Richelieu », composé vers 1200, se veut aussi une arme contre le déclin de l’ordre, insistant sur les vertus que doivent revêtir les moines et sur le combat contre les vices5. Le Dialogue des miracles, composé entre 1217 et 1222, est un directoire spirituel, traçant le vaste parcours du moine depuis sa conversion initiale jusqu’à la mort6. Plusieurs personnes ont demandé à Césaire, écrit-il dans son prologue de mettre par écrits les « faits miraculeux » qu’il racontait aux novices. « En effet, disaient-ils, quel dommage irréparable, si ces faits, capables d’édifier les générations suivantes, devaient se perdre par oubli7. »

  • 8 L’on pourrait ajouter tout aussitôt : en quelle proportion sont-ils représentés ? L’enquête est tr (...)

2Or dans les recueils d’exempla composés dans le cadre d’une nouvelle prédication destinée à un vaste public, notamment urbain, et portée par les ordres mendiants, se trouvent des exempla de source ou d’inspiration cisterciennes. Cette présence pose d’emblée trois questions : 1) d’où viennent les récits8 ? Leur source en est-elle directe ou indirecte ? 2) Qu’est-ce qu’un exemplum cistercien ? Le héros doit-il être un moine blanc ? L’action doit-elle se passer dans un contexte cistercien ? La source doit-elle être nécessairement cistercienne ? 3) Un même récit ne possède-t-il pas une portée différente quand il est diffusé au sein d’un monastère, ou dans un sermon destiné aux laïcs ou à des clercs séculiers ?

  • 9 Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques, légendes et apologues, tirés du recueil inédit (...)
  • 10 Chevalier C. (éd.), Humberti de Romanis…, éd. cit. ; Ead., Humbert de Romans, Le Don de crainte…, (...)
  • 11 Kaeppeli T., « Martinus Opaviensis », Scriptores ordinis predicatorum Medii aevi, t. 3, 1980, p. 1 (...)

3L’enquête devra être menée à grande échelle. J’en prendrai comme simple point de départ l’étude de la première partie du Tractatus de diversis materiis predicabilibus du Dominicain et inquisiteur lyonnais Étienne de Bourbon. Ce traité, écrit entre 1250 et 1261 environ est organisé selon les sept dons du Saint-Esprit9. Le premier don est celui de crainte. Il est consacré à la crainte de Dieu, au purgatoire et aux peines du purgatoire et de l’enfer. On y trouve quelque quatre cents exempla et comparaisons, des raisonnements scolastiques et des citations d’autorité. Cette partie a eu rapidement une existence autonome, étant reprise et adaptée par des auteurs tels qu’Humbert de Romans10 ou Martin le Polonais11. Il n’est donc pas proprement absurde de l’étudier spécifiquement.

Récits tirés de sources cisterciennes

  • 12 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 31 (I, 1, 464-478, p. 34-35, 402-403). (...)
  • 13 Thomas de Cantimpré, Bonum universale de apibus, I, 1, 4 ; II, 38, 2 (éd. Douai, 1627, p. 5-8, 391 (...)
  • 14 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 120 (I, 4, 1654-1666, p. 128, 429).
  • 15 Griesser B. (éd.), Rome 1961, p. 277-278, 363 ; CCCM 138, p. 307-308, 416-419 ; trad. fr. cit., p. (...)

4Il y a dans le don de crainte cinq récits tirés sans aucun doute de sources cisterciennes, orales ou écrites. Pour illustrer la crainte filiale, Étienne raconte qu’une béguine qui n’avait pas eu depuis longtemps la visite du Christ demanda à Foi, Espérance et Charité de Le faire venir et de Le tenir prisonnier12. Étienne tire cet exemplum de la bouche de Philippe de Montmirail, personnage obscur mais qui, selon le Dominicain Thomas de Cantimpré, aurait fondé sept monastères cisterciens13. Un autre récit est, dans la perspective de la transmission narrative, fort intéressant. Étienne dit à propos de l’enfer qu’il est la « perte du temps de la pénitence et de la poursuite de la miséricorde ». Et voici ce qu’il rapporte : il passait un jour à Clairvaux quand il entendit un vieux moine lui raconter qu’un religieux en prière avait ouï les pleurs de l’âme d’un pécheur damné qui se lamentait de n’avoir pas utilisé le temps de la pénitence, alors qu’un court instant eût suffi14. Ce récit est proche thématiquement de ceux que propose le Grand Exorde de Cîteaux (dist. V, 4 ; VI, 9)15.

  • 16 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 62 (I, 4, 338-360, p. 78-79, 411-412).
  • 17 Cf. France J., « Cistercian narratives in Scandinavia in their wider context », Cîteaux. Commentar (...)
  • 18 Bernard de Clairvaux rapporte que saint Malachie guérit un sourd en lui mettant les doigts dans le (...)
  • 19 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 83 (I, 4, 803-829, p. 95-96, 417).
  • 20 Patr. lat., t. 212, col. 1060C-1063D ; Vincent de Beauvais, Speculum historiale, 29, 6-9 (éd. Doua (...)

5Dans la partie consacrée à l’enfer, Étienne veut montrer qu’il s’agit d’un « lieu plein de tumulte ». Et il dit avoir trouvé « dans quelque livre traitant des débuts de l’ordre cistercien » (in quodam libro de initiis ordinis Cisterciensium) le récit suivant. Quelqu’un, aux débuts de cet ordre, y entra. Longuement tenté, il se décida à le quitter. Son père et sa mère lui apparurent deux fois pour l’en dissuader. La troisième fois, alors qu’il était bien décidé à quitter l’ordre, sa mère lui apparut, très triste, et lui demanda les causes de son départ. Il répondit qu’il ne pouvait supporter la dureté de l’ordre. Sa mère lui demanda s’il pourrait supporter l’enfer ou un de ses tourments les plus légers. L’ordre était d’une grande dureté, répondit-il, avec des veilles quasiment perpétuelles, un silence amer, un lit de fer, une nourriture insipide, etc. Sa mère lui demanda s’il voulait avoir l’expérience d’un léger tourment de l’enfer. Il accepta et entendit un horrible grognement de porcs qui ne pouvait se comparer à aucun tonnerre. Ce fut comme si le ciel se fendait et lui tombait sur la tête. Il hurla de peur. Sa mère le consola et le bruit cessa. Elle lui proposa d’entendre une petite joie du paradis. Il entendit alors de douces voix qui surpassaient toute musique. Sa mère lui conseilla de poursuivre ce qu’il avait entrepris s’il voulait échapper aux tourments de l’enfer. Ce qu’il fit16. Cet exemplum s’inscrit parmi les nombreux récits de visions tendant à dissuader un Cistercien de quitter son ordre. Je n’ai pu encore identifier ce Liber de initiis ordinis Cisterciencium qui est la source avouée d’Étienne de Bourbon, mais il faut préciser que les Exordia locaux furent nombreux17. Intéressante est la notation au bruit de l’enfer que peuvent résumer des grognements de porcs, animaux généralement associés au domaine diabolique18. Dans cette même partie consacrée à l’enfer, Étienne affirme que la peine y correspond au péché. Et de dire : « On lit même dans un livre que j’ai trouvé dans quelque abbaye cistercienne que… » Commence alors la longue histoire d’un croisé qui, entré dans l’ordre cistercien songea à en sortir. Il fut frappé à mort par le diable sous l’apparence d’un singe. Saint Benoît le conduisit hors de son corps et lui montra les nombreuses demeures des élus et les supplices des méchants. Il vit un prince puissant et luxurieux brûler sur une chaise de feu et torturé par de belles femmes qui introduisaient des torches enflammées dans son corps, de la bouche aux parties sexuelles. Il vit ensuite un conquérant cruel écorché et salé sur une claie. Il vit un homme ayant volé la chèvre d’une veuve chevaucher un cheval de feu, portant un bouclier enflammé et une chèvre de feu. Il vit plusieurs hommes subir un châtiment correspondant à leurs fautes terrestres, comme Judas tournant sur une roue de feu19. Ce sombre récit, qui résume la Vision de Gunthelm, se trouve dans la Chronique (composée vers 1161) du Cistercien Hélinand de Froidmond20. Sans doute Étienne y-t-il trouvé cet exemplum, ou dans un livre proche.

  • 21 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 147 (I, 5, 343-358, p. 152, 439-440). T (...)
  • 22 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 95 (p. 299-300, 411, 412).
  • 23 Ce récit se trouve aussi dans l’Exordium Magnum Cisterciense (V, 21 ; Griesser B., éd. cit., p. 33 (...)

6Parlant ensuite de la dureté (acerbitas) du purgatoire, Étienne raconte qu’un abbé (il n’est pas dit qu’il était cistercien) qui était à l’agonie avait désigné son neveu pour lui succéder. Celui-ci se rendit seul à la fontaine située dans son jardin, quand il entendit la voix de son oncle qui lui disait qu’il était en train de brûler car, poussé par un sentiment familial, il avait contribué à son élection. Pour preuve de sa souffrance, il lui ordonna de jeter dans la fontaine un chandelier de cuivre : celui-ci fut liquéfié. Le nouvel abbé renonça à sa charge. Son oncle ne se fit plus entendre21. Étienne dit avoir entendu ce récit de la bouche du frère Étienne de la Ferté (Stephanus de Firmitate). Nous ne connaissons pas ce frère dominicain ou franciscain. Mais Étienne ajoute, à la fin de son récit, qu’il l’a également lu dans un petit ouvrage (in quodam libello). Or cet exemplum se trouve dans le Collectaneum Claravallense (IV, 21)22. Il n’est pas dit non plus si l’abbé était cistercien (« […] des frères de quelque abbaye… ») Si la forme en est assez différente (un dialogue au style direct intervient entre le défunt et son neveu), le déroulement de l’histoire est identique et l’on retrouve des éléments et des termes précis (notamment autour du chandelier de cuivre et de sa liquéfaction) qui font penser qu’Étienne a pu consulter ce recueil. Ou en lire une copie, perdue. Ou encore lire un ouvrage ayant inspiré (ou inspiré par) le Collectaneum Claravallense, et également perdu… L’essentiel est qu’Étienne ait utilisé un récit mis par écrit, parallèlement à une source orale23.

  • 24 Trad. cit. Barbeau A., p. 2.
  • 25 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., p. 6, l. 37-41.
  • 26 Ibid., p. xxxi-xxxii.

7On notera au passage qu’Étienne de Bourbon usait des abbayes cisterciennes comme lieu d’étape dans ses campagnes de prédication et pouvait ainsi y recueillir sur le vif les exempla qui y circulaient encore dans les années 1230-1250, ou y consulter des recueils. Dans ce dernier cas, on aura noté que le Dominicain ne donne pas le titre précis des œuvres consultées. Ce qui n’étonne pas car les auteurs cisterciens se cachent. Césaire de Heisterbach ne révèle son identité dans le prologue de son Dialogus miraculorum qu’en donnant son nom en acrostiche. « Aussi longtemps que l’ouvrage tait le nom de l’auteur, écrit-il, le fiel des détracteurs vient à manquer et s’assèche plus vite ; quant à celui qui désire connaître l’auteur de cet ouvrage-ci, qu’il assemble les premières lettres des douze livres24. » La volonté d’anonymat de l’auteur (faut-il le nommer ainsi ?) du manuscrit 946 de la médiathèque de Troyes est claire : « Ce livre, écrit-il, n’a pas d’auteur propre. Il y en a plusieurs, et chacun a son style. Le titre de ce livre n’est garni par le nom particulier de personne. Il est en effet injuste qu’un seul s’attribue ce qui est du domaine commun25. » Quant au titre de l’ouvrage, ce n’est que fort récemment que O. Legendre a pu le repérer sous un soigneux et vigoureux grattage26.

Sources d’inspiration cistercienne

  • 27 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 181 (I, 5, 1162-1166, p. 179, 456). Tub (...)
  • 28 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 71, p. 259, 404.

8Nous trouvons aussi des récits dont existent de beaux parallèles dans les sources cisterciennes. À propos du purgatoire, Étienne dit que les vivants doivent rembourser les dettes que les morts ont laissées sur terre. Un moine défunt apparut ainsi à un autre après une messe qui lui était consacrée pour demander du secours car d’autres, envers lesquels il n’avait pas fait ce qu’il aurait dû, avaient reçu ce qu’on avait fait pour lui27. Étienne ne fournit pas la source précise de ce récit – il se contente d’un « on dit que » (dicitur quod…) – qui se trouve déjà de façon développée dans le Collectaneum Claravallense (IV, 1) sous le titre « Le moine défunt qui de son vivant avait négligé les offices des défunts » ; dans ce recueil, l’exemplum s’offre comme une histoire rapportée par un abbé cistercien et intéressant un moine de cet ordre28. Chez Étienne, le « on dit que » n’indique pas qu’il s’agit d’un récit recueilli oralement ; il peut renvoyer à une source écrite sans origine précise et qui ne peut être authentifiée par Étienne ; ou à une source orale citant une source écrite (mais dans ce dernier cas Étienne l’aurait sans doute précisé). Pourtant, si Étienne a lu ce récit dans le Collectaneum, pourquoi ne l’a-t-il pas précisé, en renvoyant à un ouvrage (libellus), comme il l’avait déjà fait ?

  • 29 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 195 (I, 5, 1501-1558, p. 190-192, 465-4 (...)
  • 30 Cf. Munk Olsen B. (éd.), Dits en quatrains monorimes de Jehan de Saint-Quentin, Paris, 1978, p. lx (...)
  • 31 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 91, p. 290-292, 410.
  • 32 Griesser B., éd. cit., p. 300-310 ; éd. cit. CCCM 138, p. 337-350; Berlioz J., trad. fr. cit., p.  (...)

9Voici un cas encore plus complexe. Étienne de Bourbon précise, à la fin de la sous partie qui lui est consacrée, que la vision et la méditation du purgatoire sont très utiles : elles éloignent de la faute, protègent l’homme de la ruine du péché en cas de tentation, poussent à la patience, conduisent à la compassion et à la miséricorde, inclinent à la pénitence, et valent aussi pour la persévérance. Étienne rapporte plusieurs récits qui doivent illustrer ce thème, dont celui-ci. Un chevalier avide et méchant fut poussé par son épouse à se confesser auprès de son évêque. Mais l’accusé ne voulait ni aller à Rome ni recevoir une pénitence adéquate. L’évêque, confiant dans le Seigneur, lui demanda de passer, lui qui avait passé tant de nuits au service du diable, une nuit au service du Seigneur en veillant dans une église et en ne parlant à personne, sinon en prière à Dieu et à ses saints. Le chevalier prit cela pour une bonne affaire et accepta. Jusqu’au milieu de la nuit il pria devant le crucifix. Une grande lumière se fit et des hommes et des femmes entrèrent comme pour prier. Puis des marchands arrivèrent, envoyés par son épouse, dirent-ils, lui demandant de leur servir de guide contre argent. Devant son silence, ils se retirèrent indignés. Ils lui amenèrent un diable sous la forme de son épouse tenant leur enfant dans les bras. Elle lui demanda de les aider et l’enfant l’approuvait. Devant son silence, l’épouse se mit à pleurer et à se lamenter. Les démons prirent alors la forme de l’évêque et de ses clercs. L’évêque lui demanda comment il allait. Le chevalier ne répondit pas mais se signa. Les démons se transformèrent d’horrible façon, frappèrent presque à mort le chevalier. Il appela à son aide le Christ et sa mère, et les démons s’enfuirent. Le matin, il fut découvert comme mort par l’évêque qui refusa de lui donner une autre pénitence. Mais le chevalier se soumit à un strict état de pénitence, préférant plutôt mourir que de retomber entre les mains des démons29. Ce récit qui fait partie du cycle dit du Chevalier dans la chapelle, Étienne de Bourbon atteste l’avoir entendu d’un maître qui le tenait d’une source versifiée, inconnue30. Double référence, qui fonde l’authenticité du récit, mais qui n’atteste pas d’une provenance cistercienne. Pourtant, la version la plus ancienne conservée semble être celle du Collectaneum Claravallense (IV, 17) où le récit est simplement introduit par : « Un abbé racontait à propos de quelque puissant31 … » Cette version a été reprise et développée par le Grand Exorde de Cîteaux (V, 12), où aucune source n’est fournie (« Un chevalier qui se faisait gloire32… »).

  • 33 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 172. I, v, 1015-1024, p. 174, 451-452.
  • 34 Césaire de Heisterbach, Libri VIII miraculorum, II, 49 : Meister A. (éd.), Die Fragmente der Libri (...)
  • 35 Griesser B., éd. cit., p. 356-357 ; CCCM, 138, p. 409-412 ; Berlioz J., trad. fr. cit., p. 386-389
  • 36 Paris, BnF, ms lat. 15912, fol. 62d-63a.

10Enfin, à propos de la prière qui est utile pour ceux qui sont au purgatoire, Étienne attribue au théologien Pierre le Chantre (†1197), comme le fera Jacques de Voragine dans la Légende dorée, cet exemplum. Un chevalier avait coutume de toujours prier pour les morts quand il traversait un cimetière ; il descendait alors de cheval. Un jour, poursuivi par des ennemis, il traversa un cimetière et descendit de cheval pour faire comme à son habitude. Les ennemis voulurent pénétrer dans le cimetière et tuer le chevalier. On vit alors les morts surgir de leurs tombeaux et se ruer sur les assaillants, tout armés et dans le même habit qu’ils avaient de leur vivant33. La source première est inconnue. Un exemplum, voisin, de Césaire de Heisterbach ne cite pas Pierre le Chantre34. Le Grand Exorde de Cîteaux (VI, 6)35 et le recueil dit « de Richelieu36 » utilisent ce récit, sans citer Pierre le Chantre. Nous voici encore dans un cadre exemplaire cistercien, avec une source intermédiaire inconnue.

Héros cisterciens

  • 37 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 41 (I, 2, 135-136, p. 43, 404-405).
  • 38 Ibid., no 129 (I, 4, 1784-1800, p. 133-134, 432).
  • 39 Guy eut deux filles dont l’une se maria à Barthélemy de Sombernon, qui devint seigneur de Fontaine (...)
  • 40 Dimier A., Saint Bernard « Pêcheur de Dieu », Paris, 1953, p. 193.
  • 41 Crane T. F. (éd.), The Exempla or illustrative Stories from the Sermones vulgares of Jacques de Vit (...)
  • 42 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 255A-B (I, 6, 1814-1826, p. 258, 489-49 (...)
  • 43 Crane T. F. (éd.), The Exempla… op. cit., no 32, p. 13. Cf. Leclercq J., « The Image of St. Bernar (...)

11D’autres exempla, qui peuvent ne pas provenir de sources cisterciennes, montrent des héros cisterciens, pris majoritairement en part positive. Bernard de Clairvaux est cité à trois reprises en cette première partie du traité, sans référence à la tradition cistercienne. Étienne indique ainsi que la crainte de la mort libère de la faute et de la peine qui lui est attachée. […] « De même, Grégoire le Grand dit de frère Antoine, qui vivait avec lui dans le même monastère, qu’il étudiait les textes sacrés en y recherchant non les mots et le savoir, mais les pleurs de componction. Une nuit, dans un rêve, il lui fut dit : “prépare-toi à migrer sur l’ordre du Seigneur”. Il objecta qu’il n’avait pas d’argent pour le voyage. La réponse ne se fit pas attendre : “si c’est de tes péchés dont tu parles, ils sont pardonnés”. Il entendit cela une première fois et resta tout tremblant. La nuit suivante, il entendit de nouveau ces mots rassurants. Cinq jours plus tard il fut pris de fièvre, et devant tous les frères en prière et en larmes, il mourut. De même, j’ai entendu dire de saint Bernard qu’il trembla de façon étonnante en mourant37. » Il s’agit ici, comme ajouté subrepticement après un récit tiré des Dialogues (IV, 49,2-3) de Grégoire le Grand, d’un bruit rapporté par Étienne de Bourbon qui ne l’authentifie pas. Les Vies du saint tout comme les légendiers postérieurs n’évoquent pas une telle frayeur, mais insistent sur les paroles en forme de testament spirituel prononcées par Bernard à ses derniers moments. S’il est difficile de savoir si cette rumeur circulait largement au milieu du XIIIe siècle, toujours est-il que le Dominicain ne lui a pas donné un sens négatif. De même, Étienne rapporte sur l’abbé de Clairvaux un récit inconnu de ses Vies. Il s’agit pour le Dominicain d’illustrer que penser à l’enfer peut détourner du péché. Alors que saint Bernard avait converti tous ses frères et leur avait fait prendre l’habit religieux, seul son père demeurait dans le monde. Bernard se rendit dans son village et se mit à prêcher devant le vieillard à côté duquel se trouvait un très vieux tronc d’arbre. Comme son père restait insensible à ses arguments, il ordonna aux gens qui étaient là de rassembler des branches de bois sec autour de ce tronc et d’y mettre le feu. Les branchages furent vite consumés et le vieil arbre, lançant par ses extrémités une fumée noire avec une suie épaisse, brûla longtemps sans prendre feu. Bernard dit à son père qu’il était semblable à ce tronc, parce qu’il ne pouvait s’enflammer de l’amour divin, ni pleurer ses péchés, ni soupirer vers Dieu. Il devait donc faire pénitence s’il ne voulait brûler et se lamenter, lui aussi, durant un temps infini, en exhalant une fumée nauséabonde. Le père, touché, suivit son fils et devint moine38. La source d’Étienne est orale : « J’ai entendu cela sur le lieu même où eut lieu le sermon, de la bouche de maître Calon, seigneur de Fontaine, petit-neveu de saint Bernard, qui était né dans le village de ce nom. » Le témoignage émane donc du petit neveu de saint Bernard, Calon de Fontaine. Ce personnage, qu’a bien connu le Dominicain, était le petit-fils du frère de Bernard, Guy39. Les conditions de la conversion du père de saint Bernard sont peu connues. Guillaume de Saint-Thierry, tout comme les légendiers du XIIIe siècle, se contentent de noter que le père du saint, Tescelin de Fontaine, resté seul dans sa maison, ne tarda pas à rejoindre son fils à Clairvaux et qu’il y acheva ses jours peu de temps après, au terme d’une sainte vieillesse40. D’après Étienne de Bourbon, le vieil homme fut plus difficile à convaincre. Au moment où Étienne de Bourbon la mit par écrit, cette anecdote devait déjà largement circuler puisqu’elle se trouve, sans indication de source, dans l’un de ses Sermones vulgares composés entre 1229 et 1240 par Jacques de Vitry41. Étienne cite enfin (pour ne parler que de la première partie du Tractatus) un récit mettant en scène saint Bernard visitant les écoles de logique à Paris et cherchant à gagner des étudiants pour en faire des moines. A la fin de la dispute, le maître lui demanda de « déterminer ». Bernard dit : « Dieu a fait avec nous cet argument : “Répondez.” Dieu nous a proposé la loi et ses commandements, en disant : “Je vous ai donné ces commandements et cette loi.” Il assume la transgression et conclut par la damnation. Ainsi cette argumentation est-elle proposée à l’homme : “Je t’ai donné la loi, toi tu as été celui qui as transgressé, donc tu as gagné la damnation de la part du juste juge, donc tu seras damné.” » Étienne de Bourbon poursuit en disant que saint Bernard entendant dire ici que l’homme était un animal raisonnable et mortel, répondit que cela avait pour lui deux aspects : le fait que l’homme fût raisonnable et mortel humiliait, qu’il fût mortel et raisonnable réconfortait42. Ce double récit qu’Étienne de Bourbon dit tenir par ouï-dire se trouve aussi de façon proche mais avec quelques différences chez Jacques de Vitry43.

  • 44 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 71 (I, 4, 505-512, p. 85, 414).
  • 45 Summa virtutum ac vitiorum, I, 4, Tract. de donis, 3, 4 (éd. Paris, 1, 1648, p. 416b). Cf. Cabau P (...)

12Le jongleur Foulques de Marseille († 1232) est pris comme exemple de conversion par le biais de la méditation autour de l’enfer (meditatio inferni). Après avoir réfléchi aux peines de l’enfer, Foulques devient cistercien44. Cet exemplum est emprunté, comme l’avoue Étienne, à son confrère Guillaume Peyraut45.

  • 46 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 23 (I, 1, 286-306, p. 28, 400).
  • 47 Comme l’indique Étienne de Bourbon, ce récit était alors très diffusé. Cf. Leclercq J., « Virgile (...)

13De même, Étienne raconte qu’un étudiant chargé d’une lourde et brûlante cape faite de feuillets couverts de sophismes apparut à son maître après sa mort à Paris et déclara souffrir parce qu’il avait plus craint la mort et l’enfer que la perte de l’amour de Dieu. Une goutte de sueur transperça la main du maître, qui se retira à Clairvaux et se soumit à une sévère pénitence46. Étienne de Bourbon affirme que ce récit a été prêché par Pierre le Chantre (Cantor Magnus) à Paris et qu’il l’a entendu dans de nombreux sermons, témoignant ainsi de sa grande diffusion Mais rien n’indique que la source soit d’origine cistercienne47.

  • 48 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 77 (I, 4, 603-627, p. 88-89, 415-416). (...)
  • 49 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 259 (I, 6, 2035-2065, p. 267-268, 492-4 (...)
  • 50 Le contexte de lutte féodale fait penser à un conflit entre le comte de Mâcon et l’évêque du lieu, (...)
  • 51 Carozzi C., « Les médiateurs dans le Grand Exorde de Cîteaux », Le Grand Exorde de Cîteaux, trad. (...)

14Un autre exemplum provient de l’abbé de Cluny Pierre le Vénérable. En Poitou, à Lusignan, un prêtre, familier du prieur de l’abbaye cistercienne de Bonnevaux, tardant à s’amender, tomba malade. Il vit venir vers lui deux ours prêts à le dévorer, puis un feu venir le brûler. Il fut sauvé à deux reprises par les prières du prieur mais ne s’amenda pas. Tout près de la mort, il fut entraîné au jugement divin et entendit la sentence portée contre lui. Il revint sur terre et raconta qu’il avait vu deux démons qui s’apprêtaient à le faire cuire dans une immense poêle. À ce moment une goutte d’huile bouillante tomba sur sa main et le brûla jusqu’à l’os. Il mourut48. Dans ce récit, le lien avec les Cisterciens peut paraître assez ténu, même si le malheureux héros, qui tarde à s’amender, est bien présenté, de façon malicieuse, comme le proche d’un dignitaire cistercien. En revanche, ce lien est plus fort dans le récit suivant où un convers cistercien a une vision mettant en scène des personnages importants : un comte et un évêque. Il s’agit pour Étienne d’illustrer que la crainte du Jugement dernier est très utile pour détourner du péché et pousser à la pénitence. Dans une très grande abbaye cistercienne, un convers était tourné vers la contemplation. En prière, il vit le Jugement. Les anges mettaient en accusation deux pécheurs : un grand prélat et un grand comte. Sur les instances de quelques-uns, le Seigneur rapporta sa sentence de mort et de damnation, à condition que le convers fît instruire les pécheurs par son abbé. Le convers rapporta à son abbé ce qu’il avait vu et entendu, les faits et les noms de ceux qu’auparavant il ne connaissait pas. Les deux personnages furent informés de la vision. Le comte s’amenda et fit pénitence. Étienne de Bourbon lui fournit le cilice que, de chair délicate, il mettait à même la peau. Le comte distribuait des aumônes, fréquentait les sacrements et mourut dans le Seigneur quelques années plus tard. Le prélat au contraire revint sur sa résolution, aspirant à la vengeance. Alors que tout lui réussissait, on le trouva mort dans son lit, un matin49. Étienne de Bourbon dit tenir ce récit de la bouche de l’épouse du comte, femme fort dévote. Étienne semble aussi fort lié au comte puisqu’il dit lui avoir fourni un cilice. Mais comme à son habitude, pour éviter le scandale, il tait les noms des lieux et des personnes50. Le convers (un frère laïc) a ici un rôle privilégié d’intermédiaire entre le monde séculier, représenté par l’évêque et le comte, et l’au-delà. L’abbé n’est ici qu’un relais de la parole divine, un simple instrument d’édification. Que les convers, frères laïcs, aient tout comme les moines des relations avec l’au-delà est habituel dans la littérature exemplaire cistercienne51.

  • 52 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 194 (I, 5, 1478-1501, p. 190, 463-465). (...)
  • 53 Lecoy F. (éd.), Le Chevalier au barisel, conte pieux du XIIIe siècle, Paris, 1955, p. xxiii et spé (...)

15Un récit destiné à montrer que penser au purgatoire est très utile met en scène un abbé confesseur. Un homme avoua ses péchés à son évêque qui ne parvint pourtant pas à lui imposer la pénitence adéquate. Il l’envoya à un abbé qui ne put également le convaincre de faire la pénitence qui convenait. Mais l’homme convint enfin de faire une pénitence qui pouvait s’exécuter en un jour ou une semaine. Il le remit à un de ses convers pour l’emmener à un ermite qui devait lui indiquer une courte pénitence d’un jour et d’une nuit. L’ermite devait conserver l’homme sain et sauf et le lui remettre le lendemain. Le convers trouva dans une vallée un démon sous forme humaine. Il lui confia l’homme comme à un hôte et lui demanda de faire ce qu’avait ordonné l’abbé. Le lendemain le convers revint dans la vallée, comme l’abbé le lui avait ordonné. Le démon lui amena l’homme comme mort. Il le ramena à l’abbé. L’homme rapporta quels tourments il avait supportés. L’abbé le renvoya libre de toute pénitence. L’homme refusa de s’en aller et réclama une pénitence plus dure et de vivre dans cet état toute sa vie, pourvu qu’il ne retombât pas dans les mains du démon. Ce qu’il fit52. Étienne de Bourbon a entendu ce récit de la bouche de son confrère lyonnais Guillaume Peyraut. La gradation des confesseurs dans le cas de pénitents particulièrement difficiles, tant pour la gravité de leurs péchés que pour leurs réticences en matière de pénitence, est un thème favori des récits pénitentiels « contritionnistes » du XIIe siècle. Ici, l’homme (bien souvent il s’agit d’un noble) va de son évêque (il s’agissait de péchés graves) à un abbé (sans doute cistercien, comme en témoigne la présence d’un convers) puis à un ermite. L’abbé est donc présenté comme un confesseur doté d’une puissance moindre que l’ermite mais supérieure à celle de l’évêque. Quant au thème de la satisfaction jugée légère par le pénitent, il est fréquent dans la littérature pénitentielle53.

  • 54 Il s’agit sans doute d’un membre de la famille de Vignory (Haute-Marne) – la forme Vannoyri est at (...)
  • 55 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 268 (I, 7, 115-126, p. 273, 495-496). R (...)

16Nous trouvons encore un exemplum du type « On dit que » à propos du thème de la mort qui survient pour tout le monde (communitas mortis). Le seigneur de Vignory avait un fils54. Chevalier depuis peu, il se rendit à un tournoi et passa par Clairvaux. Y voyant les soldats de Dieu combattre pour la Vierge et pensant au but que poursuivaient ces deux milices, la séculière et la religieuse, et au fait qu’il pouvait mourir dans l’une ou l’autre, car la mort était commune à ceux qui faisaient partie de l’une et de l’autre, ainsi qu’aux jeunes et aux vieux, il entra dans l’ordre cistercien. Son père s’en vint à Clairvaux et menaça de détruire l’abbaye si son fils ne quittait pas l’ordre. Le chevalier y consentit à condition que son père abolît une coutume en usage sur ses terres. Le père accepta. La coutume était celle-ci : les jeunes y mouraient aussi bien que les vieux55.

  • 56 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 241 (I, 6, 1284-1311, p. 239-240, 481-4 (...)
  • 57 Au XIIe siècle plusieurs évêques furent auparavant abbés cisterciens, mais leur carrière antérieur (...)

17Le seul héros cistercien négatif apparaît quand Étienne veut montrer que lors du Jugement dernier les démons se feront les accusateurs des pécheurs. Le diable, écrit-il, apparut à un évêque malade et lui transmit une convocation du pape afin qu’il rendît compte de son administration. Mis en présence du pape, le diable requit contre lui successivement au sujet de son office de prieur clunisien, puis d’abbé cistercien et enfin d’évêque. Incapable de se défendre, l’évêque demanda à comparaître un autre jour, disant qu’il n’avait pu se préparer. Un jour ultime lui fut fixé, fort proche, où un jugement sans appel serait prononcé. En proie à l’angoisse, il se lamentait avec force et ses proches accoururent à ses cris. Le jour suivant, le diable lui apparut de nouveau, le pressant de venir rendre compte de son sacerdoce devant le juge suprême. Criant qu’il n’était pas encore prêt, terrifié et harcelé par le diable, il sortit de son lit malgré son entourage, demandant une trêve, heurta de la tête, dans sa fuite, une colonne, tomba et mourut56. Étienne de Bourbon tient cette anecdote d’un confrère. Il dit encore une fois taire volontairement les noms de son informateur, de l’évêque et du lieu, par peur du scandale. Il faut remarquer que la procédure de convocation d’un évêque par le pape pour rendre compte de son administration apparaît assez étrange. C’est par une procédure de dénonciation puis d’enquête, et un éventuel jugement, que les choses se passent, par une voie judiciaire et non administrative. Les rapports entre le pape et l’épiscopat, tels qu’ils sont présentés ici, ne rendent pas compte du fonctionnement effectif de l’administration pontificale. Quant à l’identité de cet évêque, elle reste incertaine57.

La pragmatique exemplaire

18L’enjeu est clair. Il s’agit de comprendre comment des récits destinés de prime abord à des moines ont pu être adaptés dans leur contenu moral à un public plus ample. Pour Étienne de Bourbon, la solution était simple : conserver le récit dans son aspect spectaculaire, étonnant et vif, et en changer la morale. En un mot l’adapter à un autre public. Je prendrai seulement trois exemples.

  • 58 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., p. 299-300.
  • 59 Trad. cit., p. 361-363.

19Celui tout d’abord de l’exemplum de l’abbé qui avait désigné son neveu pour lui succéder. Dans le Collectaneum Claravallense (IV, 21), son titre est clair : « Le danger que courent les prélats élus selon un critère charnel. » Quant à la morale du récit, elle est encore plus limpide : « Il est donné ici à comprendre qu’il est dangereux de promouvoir qui que ce soit, hors de la crainte de Dieu et sans un choix pur. Rien ne doit compter plus en ce domaine que le bon plaisir de la volonté divine58. » Ce récit est destiné aux moines et aux abbés. Le futur chef d’une abbaye doit craindre Dieu et l’aimer, sans favoriser sa propre famille. Et l’on sait combien la question du choix d’un abbé est importante dans le monde des réguliers. Dans le Grand Exorde de Cîteaux, nous trouvons ce même intérêt. Le récit y est placé sous le titre éloquent de : « Du péril auquel s’exposent les supérieurs qui aiment leurs parents d’un amour naturel. » Conrad dénonce avec vigueur le péché d’orgueil de l’oncle : « Cet abbé, au moment redoutable de la mort, n’aurait dû se souvenir que de la justice divine et donner un conseil désintéressé sous le regard de Dieu à ceux qui lui montraient une obéissance désintéressée. Mais séduit par l’affection que lui inspiraient les liens du sang, il désigna aux frères son neveu, disant que c’était un bon religieux et que dans les affaires temporelles il était prévoyant et pondéré. C’était vrai en partie ; néanmoins il ne donna pas ce conseil avec une intention droite, c’est-à-dire en vue de l’utilité des frères, mais du châtiment qui s’ensuivit, on peut déduire qu’il considéra plutôt la gloire qui rejaillirait sur sa famille par la promotion de son neveu. » La conclusion du long récit est de la plus grande sévérité envers le népotisme : « Avec quelle sévérité le juste jugement de Dieu ne punira-t-il pas ceux qui enrichissent leurs parents et leur procurent des honneurs au moyen des biens des Églises qui leur sont confiées, s’il a châtié ainsi qui s’était permis de promouvoir à de hautes fonctions spirituelles une personne peut-être assez capable, mais qu’il avait choisi par un sentiment naturel plutôt que mû par la charité59 ? » En revanche, chez Étienne de Bourbon, l’accent est mis, comme nous l’avons vu, sur la vision du purgatoire dans sa rudesse, et non sur l’élection même de l’abbé, qui devient le simple fond narratif du récit.

  • 60 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 91, p. 290-292.

20Deuxièmement, à propos de l’exemplum de la nuit du chevalier dans la chapelle. Dans le Collectaneum Claravallense comme dans le Grand Exorde de Cîteaux le but du récit est de mettre en relief le danger que représente l’absence de mesure de certains confesseurs. L’auteur du Collectaneum conclut ainsi : « L’on doit tirer de cela que mesure et modestie sont des vertus qui doivent être partagées par ceux qui soignent les âmes. Il ne faut pas terroriser et pousser à bout ceux qui confessent leurs péchés, même si ceux-ci sont lourds, nombreux répétés ; sinon, c’est les éloigner de la pénitence et de ses fruits, c’est les plonger dans les abîmes du désespoir60. » Le Grand Exorde place son très long récit sous le titre : « Du danger du manque de discrétion chez les confesseurs. Louange de ceux qui ont du discernement. » Chez le Dominicain lyonnais, l’accent n’est pas mis sur une trop grande sévérité du confesseur, mais sur l’hallucinant spectacle des terreurs du purgatoire.

21Dernier cas, à propos des vivants qui doivent rembourser les dettes laissées par les morts. Le Collectaneum Claravallense (IV, 1) sous le titre « Le moine défunt qui de son vivant avait négligé les offices des défunts » propose un exemplum où il est dit qu’un moine qui, de son vivant avait négligé les offices des morts, apparut après sa mort à un de ses amis pour lui dire que les messes qui avaient été dites pour lui jusqu’alors avaient bénéficié non à lui, mais à ceux pour qui il avait négligé de prier lorsqu’il était en vie. Chez Étienne, si le héros malheureux apparaît à un autre moine après une messe qui lui était consacrée, c’est pour demander du secours car d’autres, envers lesquels il n’avait pas fait ce qu’il aurait dû, avaient reçu ce qu’on avait fait pour lui. La référence à la prière et aux offices omis est très atténuée. Mais on ne saurait dans ce cas aller trop loin dans une certaine « laïcisation » du récit car l’exemplum immédiatement précédent insiste sur les messes dues aux morts : frère Matthieu d’Espagne apparut après sa mort à l’un de ses frères, disant qu’il avait été retenu quatorze jours au purgatoire en raison du retard apporté par les frères à la célébration des messes qu’ils lui devaient.

Conclusion

  • 61 Sur les exempla monastiques comme ponts de culture, cf. Fois G., « Gonario giudice e poi monaco ed (...)

22Bien des exempla « cisterciens » furent donc saisis par Étienne de Bourbon, qui cherchait avidement de la « matière à prêcher ». Cette captatio narrationis, si l’on ose dire, se fait sous des traits spécifiques : l’aspect strictement cistercien devient secondaire dans les exempla d’Étienne : le contexte monastique est comme exotique, sans réel rapport avec la vie morale de l’auditeur potentiel, laïque ou religieux. Le monastère ou l’abbaye apparaissent comme le désert ou les ermitages des Pères du Désert : des lieux très éloignés, sans doute peu connus, mais en même temps très présents dans les récits exemplaires (entre autres) et par là dans un certain « imaginaire ». Les personnages cisterciens sont généralement traités comme des héros positifs. Mais l’enjeu paradigmatique est ailleurs. Les héros ne sont plus les moines ou les convers, les abbés ou les prieurs. Ce sont les récits eux-mêmes. Le monde cistercien est pour les auditeurs potentiels un monde extérieur, voire étranger, mais exotique et spectaculaire. Toutefois, si ces récits cisterciens purent être adaptés rapidement par les prédicateurs du XIIIe siècle, c’est qu’ils étaient déjà prêts à l’emploi, à moindres frais61. Ils étaient de redoutables armes pédagogiques (Césaire de Heisterbach en témoigne dans son prologue) pour mettre – ou plutôt remettre – les moines dans le bon chemin, ils pouvaient l’être, aux yeux de prédicateurs comme Étienne de Bourbon, pour gagner des âmes hors des monastères. Et de fait, les exempla cisterciens ne meurent pas avec la fin de la grande vitalité de l’Ordre (c’est-à-dire au début du XIIIe siècle) : ils se transforment et gagnent un autre public.

Notes

1 Je reprends ici, en le mettant à jour et en l’augmentant : « Gli exempla cistercensi nella prima parte del Tractatus de diversis materiis predicabilibus di Stefano di Bourbon († v. 1261) », Herbertus Archiepiscopus Turritanus. Bolletino del Gruppo di Studi « Herbertus », Porto Torres, Centro Studi Basilica di San Gavino, III/2, 2002, p. 17-37.

2 Troyes, Bibl. mun., ms 946. Cf. McGuire B. P., « A Lost Clairvaux Exemplum Found : The Liber visionum compiled under Prior John of Clairvaux (1171-1179) », Analecta cisterciencia, 39, 1983, p. 27-62; Legendre O., « Il Liber visionum et miraculorum. Edizione del manoscritto di Troyes (Bibl. Mun., Ms. 946) », Herbertus Archiepiscopus Turritanus. Bolletino del Gruppo di Studi « Herbertus », Anno II, n. 1, 2000, p. 111-119 ; Id. (éd.), Collectaneum exemplorum et visionum Clarevallense, Turnhout, Brepols (CCCM, 208), 2005.

3 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., p. viii.

4 Griesser B. (éd.), Rome, 1961 ; éd. rev., Turnhout, 1994 (CCCM 138) ; trad. fr., J. Berlioz (dir.), Conrad de Eberbach, Le Grand Exorde de Cîteaux, Turnhout, 1998.

5 Ce manuscrit, de provenance indéterminée, a fait partie de la bibliothèque de Richelieu, réunie en 1660 à celle du collège de Sorbonne. Le cardinal avait en effet demandé que sa bibliothèque fût déposée dans ce collège qu’il avait fait reconstruire et dans la chapelle duquel il fut enterré. Cf. McGuire B. P., « The Cistercians and the Rise of the Exemplum in Early Thirteenth Century France: Reevaluation of Paris BN lat. 15912 », Classica et Medioevalia, 34, 1983, p. 211-267.

6 Strange J. (éd.), Cologne, Bonn, Bruxelles 1851 [réimpr. Ridgewood, N. J., USA 1966], 2 vol. ; trad. fr. Barbeau A. : Césaire de Heisterbach, Le Dialogue des Miracles. Livre I : De la conversion, Oka 1992. Sur Césaire, cf. McGuire B. P., « Written sources and Cistercian Inspiration in Caesarius of Heisterbach », Analecta cisterciensia, 35, 1979, p. 222-282 ; Id., « Friends and Tales in the Cloister : Oral sources in Caesarius of Heisterbach’s Dialogus miraculorum », Analecta cisterciensia, 36, 1980, p. 167-247 ; Berlioz J., Tuez-les tous Dieu reconnaîtra les siens. Le massacre de Béziers et la croisade des Albigeois vus par Césaire de Heisterbach, Portet-sur-Garonne, 1994.

7 Barbeau A., trad. cit., p. 1.

8 L’on pourrait ajouter tout aussitôt : en quelle proportion sont-ils représentés ? L’enquête est trop peu avancée pour pouvoir répondre encore à cette question, pourtant fondamentale.

9 Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques, légendes et apologues, tirés du recueil inédit d’Étienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Paris, 1877 ; Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit. ; Tertia pars…, éd. cit., Cf. Schenda R., « Étienne de Bourbon », Enzyklopädie des Märchens…, Berlin/New York, IV, 2/3, 1983, col. 511-519 ; Berlioz J., Saints et damnés. La Bourgogne du Moyen Âge dans les récits d’Étienne de Bourbon, inquisiteur (1190-1261), Dijon, 1989 ; Id., « Étienne de Bourbon, l’inquisiteur exemplaire », L’Histoire, 125, 1989, p. 24-30 ; Id., « Sybille de Beaujeu et Jean de Belleville : deux informateurs de l’inquisiteur Étienne de Bourbon (Belleville-sur-Saône, vers 1190-Lyon, vers 1261) », Actes des journées d’étude. VIII. Châtillon et sa région…, Châtillon d’Azergues, 26-27 octobre 1991, Lyon, 1992, p. 27-48 ; Id., « Étienne de Bourbon », Hasenohr G., Zink M. (dir.), Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 418-420 ; Id., « De l’homme aux pois au saint Lévrier : le Dominicain Étienne de Bourbon (mort vers 1261) dans la Dombes », Saint Guignefort. Légende, Archéologie, Histoire, Châtillon-sur-Chalaronne, Association Saint Guignefort, 2005, p. 25-45.

10 Chevalier C. (éd.), Humberti de Romanis…, éd. cit. ; Ead., Humbert de Romans, Le Don de crainte…, éd. cit., p. 26-30.

11 Kaeppeli T., « Martinus Opaviensis », Scriptores ordinis predicatorum Medii aevi, t. 3, 1980, p. 114-123 ; Moles D., « Le recueil d’exempla de Martin le Polonais », Mémoire dominicaine, 4, printemps 1994, p. 181-199 ; Lebourgeois A.-E., Le Promptuarium exemplorum de Martin le Polonais, O. P. (†1278). Édition critique et commentaire, Thèse d’École nationale des chartes, Paris, 2 vol., 2002 (non éd., résumé dans Positions des thèses des élèves de l’École des chartes, Paris, 2002, p. 117-123).

12 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 31 (I, 1, 464-478, p. 34-35, 402-403). Cf. Lecoy, no 11, p. 20-21 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 1962, 2495, 4565.

13 Thomas de Cantimpré, Bonum universale de apibus, I, 1, 4 ; II, 38, 2 (éd. Douai, 1627, p. 5-8, 391-392) ; cf. Thomas de Cantimpré, Les exemples du Livre des abeilles. Une vision médiévale, trad. Platelle H., Turnhout, 1997, p. 61-63, 185-186; McDonnel E. W., The Beghines and Beghars in medieval culture…, New York, 1969, p. 52. Ce récit évoque la Parabole V de Bernard de Clairvaux (cf. Rochais H., « Compléments aux paraboles de saint Bernard », Cîteaux, 13, 1962, p. 273-277).

14 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 120 (I, 4, 1654-1666, p. 128, 429).

15 Griesser B. (éd.), Rome 1961, p. 277-278, 363 ; CCCM 138, p. 307-308, 416-419 ; trad. fr. cit., p. 285, 393-396 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 4072.

16 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 62 (I, 4, 338-360, p. 78-79, 411-412).

17 Cf. France J., « Cistercian narratives in Scandinavia in their wider context », Cîteaux. Commentarii Cistercienses, 43, 1992, p. 119-160.

18 Bernard de Clairvaux rapporte que saint Malachie guérit un sourd en lui mettant les doigts dans les oreilles ; celui-ci sentit en sortir comme deux petits cochons (Vie de saint Malachie, 8 ; Sources chrétiennes no 367, p. 204-205). Césaire de Heisterbach raconte que les moines de Himmerod virent et entendirent des porcs manger les « épluchures des psaumes » d’un moine somnolent, c’est-à-dire les mots des psaumes vides de toute vertu (Dialogus miraculorum, IV, 35 ; Strange J., éd. cit., no 1, p. 204 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 4447). Cf. Pastoureau M., Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie, Paris, 1989, p. 245-247 ; Lecouteux C., « Ces bruits de l’Au-delà… », Revue des langues romanes, 101/2, 1997, p. 113-124 ; Polo de Beaulieu M. A., « Du bon usage de l’animal dans les recueils médiévaux d’exempla », Berlioz J., Polo de Beaulieu M. A. (dir.), L’animal exemplaire au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Rennes, 1999, p. 147-170, spéc. p. 163, 165, 169-170.

19 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 83 (I, 4, 803-829, p. 95-96, 417).

20 Patr. lat., t. 212, col. 1060C-1063D ; Vincent de Beauvais, Speculum historiale, 29, 6-9 (éd. Douai, 1624, p. 1187-1188). Cf. Constable G., « The Vision of Gunthelm and other visiones attributed to Peter the Venerable », Revue bénédictine, 66, 1956, p. 92-114. Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 4539a.

21 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 147 (I, 5, 343-358, p. 152, 439-440). Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 4526.

22 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 95 (p. 299-300, 411, 412).

23 Ce récit se trouve aussi dans l’Exordium Magnum Cisterciense (V, 21 ; Griesser B., éd. cit., p. 336-338 ; éd. cit. CCCM 138, p. 383-386 ; Berlioz J., trad. fr. cit., p. 360-363). Le récit y est plus développé. Une rapide analyse de vocabulaire permet d’affirmer sans grand risque que l’Exordium Magnum ne peut être la source d’Étienne de Bourbon. De plus, la taille du Grand Exorde ne lui permettrait pas d’être qualifié de libellus.

24 Trad. cit. Barbeau A., p. 2.

25 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., p. 6, l. 37-41.

26 Ibid., p. xxxi-xxxii.

27 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 181 (I, 5, 1162-1166, p. 179, 456). Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3215.

28 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 71, p. 259, 404.

29 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 195 (I, 5, 1501-1558, p. 190-192, 465-466). Cf. Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques…, op. cit., no 37, p. 46-49 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3477a, 3694.

30 Cf. Munk Olsen B. (éd.), Dits en quatrains monorimes de Jehan de Saint-Quentin, Paris, 1978, p. lxviii-lxxv (« Le dit du chevalier qui devint hermite »).

31 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 91, p. 290-292, 410.

32 Griesser B., éd. cit., p. 300-310 ; éd. cit. CCCM 138, p. 337-350; Berlioz J., trad. fr. cit., p. 314-327.

33 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 172. I, v, 1015-1024, p. 174, 451-452.

34 Césaire de Heisterbach, Libri VIII miraculorum, II, 49 : Meister A. (éd.), Die Fragmente der Libri VIII Miraculorum des Caesarius von Heisterbach, Rome, 1901, p. 122-123. Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 1464.

35 Griesser B., éd. cit., p. 356-357 ; CCCM, 138, p. 409-412 ; Berlioz J., trad. fr. cit., p. 386-389.

36 Paris, BnF, ms lat. 15912, fol. 62d-63a.

37 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 41 (I, 2, 135-136, p. 43, 404-405).

38 Ibid., no 129 (I, 4, 1784-1800, p. 133-134, 432).

39 Guy eut deux filles dont l’une se maria à Barthélemy de Sombernon, qui devint seigneur de Fontaine. Ils eurent cinq enfants dont Calon ; Jobin J.-B., Saint Bernard et sa famille, Poitiers, 1891, p. xv-xvi.

40 Dimier A., Saint Bernard « Pêcheur de Dieu », Paris, 1953, p. 193.

41 Crane T. F. (éd.), The Exempla or illustrative Stories from the Sermones vulgares of Jacques de Vitry, Londres, 1890, no 293, p. 123-124 ; Berlioz J., Polo de Beaulieu M.-A., Ribaucourt C., « Saint Bernard dans les exempla médiévaux », Arabeyre P., Berlioz J., Poirrier Ph. (dir.), Vies et légendes de saint Bernard. Création, diffusion, réception (XIIe-XXe siècles). Actes des Rencontres de Dijon, 7-8 juin 1991, Cîteaux, 1993, p. 121-122. Cf. Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques…, op. cit., no 20, p. 28-29 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 609.

42 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 255A-B (I, 6, 1814-1826, p. 258, 489-491).

43 Crane T. F. (éd.), The Exempla… op. cit., no 32, p. 13. Cf. Leclercq J., « The Image of St. Bernard in the Late Medieval Exempla Literature », Thought, 54, 1979, p. 291-302 ; trad. fr. : « Le portrait de saint Bernard dans la littérature des exempla du bas Moyen Âge », Collectanea cisterciensia, 50, 1988, p. 256-267 ; Berlioz J., Polo de Beaulieu M.-A., Ribaucourt C., « Saint Bernard dans les exempla médiévaux », art. cit., p. 116-140 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 597.

44 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 71 (I, 4, 505-512, p. 85, 414).

45 Summa virtutum ac vitiorum, I, 4, Tract. de donis, 3, 4 (éd. Paris, 1, 1648, p. 416b). Cf. Cabau P., « Foulque, marchand et troubadour de Marseille, moine et abbé du Thoronet, évêque de Toulouse (v. 1155/1160-25. 12. 1231) », Cahiers de Fanjeaux, 21, 1986, p. 151-179. Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3827.

46 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 23 (I, 1, 286-306, p. 28, 400).

47 Comme l’indique Étienne de Bourbon, ce récit était alors très diffusé. Cf. Leclercq J., « Virgile en enfer d’après un manuscrit d’Aulne », Latomus, 17, 1958, p. 731-736 ; Berlioz J., « Virgile dans la littérature des exempla (XIIIe-XVe siècles) », Lectures médiévales de Virgile, Actes du Colloque organisé par l’École française de Rome (Rome, 25-28 octobre 1982), Rome, 1985, p. 76-77 ; Munk Olsen B., Dits en quatrains monorimes de Jehan de Saint-Quentin, éd. cit., p. xlii-xliv (« Le dit des. II. chevaliers ») ; Lecouteux C., Fantômes et revenants au Moyen Âge, Paris, 1986, p. 120-121 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 1103.

48 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 77 (I, 4, 603-627, p. 88-89, 415-416). Pierre le Vénérable, De miraculis, éd. cit., 1, 25, p. 75-79. Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3662.

49 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 259 (I, 6, 2035-2065, p. 267-268, 492-493). Cf. Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques…, op. cit., no 48, p. 56-58 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 2860.

50 Le contexte de lutte féodale fait penser à un conflit entre le comte de Mâcon et l’évêque du lieu, dont Étienne évoque ailleurs les péripéties (Berlioz J., Saints et damnés. La Bourgogne du Moyen Âge dans les récits d’Étienne de Bourbon, inquisiteur [1190-1261], Dijon, 1989, p. 45-47 ; Goujon P. [dir.], Histoire de Mâcon, Toulouse, 2000, p. 76-77). Étienne vise-t-il le comte Jean de Braine mort, croisé, en 1240 à Tripoli ? Il est difficile de l’affirmer. Le comte de Savoie Thomas Ier le Gibelin (1189-1233) semble hors de cause, ayant été un protecteur de l’Église.

51 Carozzi C., « Les médiateurs dans le Grand Exorde de Cîteaux », Le Grand Exorde de Cîteaux, trad. fr. cit., p. 451-475.

52 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 194 (I, 5, 1478-1501, p. 190, 463-465). Cf. Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques…, op. cit., no 36, p. 45-46 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3674.

53 Lecoy F. (éd.), Le Chevalier au barisel, conte pieux du XIIIe siècle, Paris, 1955, p. xxiii et spéc. n. 1 ; Payen J.-C., Le Motif du repentir dans la littérature française médiévale (des origines à 1230), Genève, 1967, p. 534-544 ; Berlioz J., « “Quand dire c’est faire dire.” Exempla et confession chez Étienne de Bourbon († vers 1261) », Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIIe au XVe siècle. Actes de la Table ronde de Rome, 22-23 juin 1979, Rome, 1981, p. 299-33.

54 Il s’agit sans doute d’un membre de la famille de Vignory (Haute-Marne) – la forme Vannoyri est attestée en 1233 (Roserot A., Dictionnaire toponymique du département de la Haute-Marne…, Paris, 1904, p. 184) – et peut-être de Guy, fils de Guy IV le Jeune (1126-v. 1150), mort avant son père. Guy IV vivait encore en 1147 ; on le voit dans une charte où il approuve plusieurs donations faites à Longchamp, en faveur des religieux de Clairvaux (DArbaumont J., Cartulaire du prieuré de Saint-Étienne de Vignory, Langres, 1882, p. lxxix-lxxx).

55 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 268 (I, 7, 115-126, p. 273, 495-496). Récit proche chez Jacques de Vitry (Crane T. F., éd. cit., no 116, p. 53-54) qui dit avoir lu ce récit, sans en identifier le héros (Legimus enim de quodam nobili juvene…). Césaire de Heisterbach dans les Libri VIII miraculorum, II, 38 (Meister A., éd. cit., p. 116-117) ne cite pas sa source et reste imprécis quant à l’identité des personnages. Cf. Le rire du prédicateur. Récits facétieux du Moyen Âge. Textes traduits par Lecoy de la Marche A. Présentation, notes et annexes par Berlioz J., Turnhout, 1999, 2e éd. revue [1992] (coll. Miroir du Moyen Âge), p. 87 et 172 (version de Pierre de Poitiers). Le thème du fils qui meurt avant le père se trouve notamment chez Hélinand de Froidmont (mort après 1229) dans Les Vers de la mort, 23 : Wulff F. et Walberg E. (éd.), Paris, 1905, p. 21-22. Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques…, op. cit., no 50, p. 58-59 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 4183a.

56 Stephanus de Borbone, Tractatus… Prima pars…, éd. cit., no 241 (I, 6, 1284-1311, p. 239-240, 481-482). Cf. Lecoy de la Marche A. (éd.), Anecdotes historiques…, op. cit., no 44, p. 52-53 ; Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 1636, 1826.

57 Au XIIe siècle plusieurs évêques furent auparavant abbés cisterciens, mais leur carrière antérieure à l’abbatiat n’est guère connue. C’est le cas de Pierre, abbé de Pontigny puis de Cîteaux (1181-1184), évêque d’Arras (mort en 1185) ou de Ponce de Polignac, abbé de Granselve en 1158, abbé de Clairvaux (1165-1170) puis évêque de Clermont (1170-† 1189), ou encore de Garnier de Rochefort, abbé d’Auberive, puis de Clairvaux (1186-1193), évêque de Langres (1193-† 1199). Plus tard, Arnaud Amaury, abbé de Poblet, puis de Granselve, abbé de Cîteaux (1204-1215), termina sa carrière archevêque de Narbonne (†1225). Le personnage qui semble se rapprocher le plus du profil défini par Étienne de Bourbon (si tant est qu’il convienne d’essayer d’identifier le prélat en question, peut-être inventé de toute pièce, par l’informateur d’Étienne ou sa source) est Raoul de la Roche-Aymon. Moine de Cîteaux (on ne sait ce qu’il a fait auparavant), ensuite abbé de Signy, il devint en 1224 abbé de Clairvaux, puis évêque d’Agen en 1233. Il fut imposé le 15 janvier 1236 par Grégoire IX comme archevêque de Lyon, à la faveur d’une élection contestée. Nommé le 9 août 1235, il arriva à Lyon en novembre et reçut le pallium le 15 janvier 1236. Mais il mourut en mars ou avril 1236, « dans une grande dévotion » selon le chroniqueur cistercien Aubri de Trois-Fontaines. Il fut inhumé à Clairvaux. Ses liens privilégiés avec le pape sont évidents. Grégoire IX qui connaissait sa valeur spirituelle, son expérience monastique et ses qualités d’administrateur, l’avait nommé à Lyon alors que le chapitre avait proposé d’autres candidats, dont Guy de la Tour, le propre frère de l’évêque de Clermont (Galland B., Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle, Rome, 1994, p. 136-140). Sa nomination à Lyon ne fut sans doute pas été très appréciée par un milieu canonial qui a pu ensuite colporter des ragots (doutes sur sa gestion passée et présente ; mort indigne), alors qu’il était encensé par le milieu cistercien. Raoul a laissé peu de souvenir à Lyon (les obituaires sont laconiques à son sujet). Il faut souligner toutefois que Raoul de la Roche Aymon améliora l’installation des Prêcheurs à Lyon. L’archevêque arriva en effet à convaincre l’abbé d’Ainay de laisser le terrain sur lequel les Dominicains s’étaient installer, dans un endroit stratégique, entre Rhône et Saône. Ce que ne devait pas ignorer Étienne de Bourbon (Galland B., Deux archevêchés… op. cit., p. 315-319). Si le prélat en question est bien Raoul, il faudrait en conclure qu’Étienne n’a pas pu résister au plaisir de fournir, l’anonymat aidant, un exemplum de choix. Je remercie bien vivement V. Tabbagh (Université de Dijon) de m’avoir fourni ces informations.

58 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., p. 299-300.

59 Trad. cit., p. 361-363.

60 Legendre O., Collectaneum exemplorum…, éd. cit., no 91, p. 290-292.

61 Sur les exempla monastiques comme ponts de culture, cf. Fois G., « Gonario giudice e poi monaco ed Herbertus Arcivescovo di Torres : storia di intersezioni », Herbertus Archiepiscopus Turritanus. Bolletino del Gruppo di Studi « Herbertus », II/1, 2000, p. 25-77, spéc. p. 59-67.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540