Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Le patrimoine narratif des moines

Les exempla de Pierre Damien et leur diffusion aux XIIe et XIIIe siècles

Peter Damiani’s exempla and their circulation in the XIIth and XIIIth centuries

Stefano Mula

Résumé

Pierre Damien († 1072) ermite, puis cardinal proche du pape et théologien de la Réforme grégorienne a laissé cent quatre-vingt lettres toutes argumentées à grand renfort d’exempla inspirés de sources judéo-chrétiennes, antiques et médiévales. Dès le XIIe siècle, se constitue une collection de douze de ses lettres qui est recopiée dans au moins deux manuscrits (l’un du XIIe et l’autre du XIIIe siècle) compilés dans la célèbre abbaye de Saint-Victor de Paris. C’est sur le manuscrit composé en 1240 (Paris, BnF lat. 14657) que se concentre l’étude de St. Mula. Il se présente comme un florilège. Les exempla de cette collection se retrouvent dispersés dans le manuscrit cistercien lat. 15912 de la même bibliothèque, mais regroupés dans le Chronicon d’Hélinand de Froidmont (sous l’année 1078), repris dans le Speculum historiale de Vincent de Beauvais et dans le manuscrit lat. 3338 (BnF Paris). Une comparaison est faite entre des exempla des lettres 57 et 119 de Pierre Damien et leur réécriture abrégée dans le manuscrit lat. 14657, qui omet la moralisation, mais donne un titre à chaque exemplum. Puis l’écriture de l’histoire de l’astrologue Melisus est comparée dans le manuscrit lat. 14657 et dans le Novellino. Le manuscrit lat. 14657 donne donc à voir une étape peu connue, intermédiaire entre sources épistolaires, florilège et collection d’exempla.

Peter Damiani († 1072), hermit, then cardinal close to the pope and theologian of the Gregorian Reform, left one hundred and eighty letters, all full of arguments and exempla inspired from Judeo-Chritian, antic and medieval sources. During the XIIth century a collection of twelve of his letters is put together and is copied in at least two manuscripts compiled in the famous Saint-Victor Abbey in Paris. S. Mula’s study focusses on the later one, Paris, BnF, lat. 14657, written in 1240 as a florilegia. The exempla from this collection can be found scattered through out the Cistercian manuscript lat. 15912 from the same library, but regrouped in Helinand of Froidmont’s Chronicon (for the year 1078) copied by Vincent of Beauvais in his Speculum historiale and in lat. 3338. S. Mula compares some exempla from letters 57 and 119 and their sumarised rewriting in the manuscrit lat. 14657, which often omits moralising but systematically adds a title to each exemplum. Then, the writing of the story of the astrologer Melisus is compared in lat. 14657 and in the Novellino. The manuscript lat. 14657 tells us about a not very well-known intermediate step between epistolary sources, florilegia and collection of exempla.

Texte intégral

  • 1 Reindel K., Die Briefe des Petrus Damiani, Munich, Monumenta Germaniae Historica (Briefe der deuts (...)

1Pierre Damien (1007-1072) n’a certainement pas besoin d’une longue introduction. Il est l’une des figures les plus représentatives du XIe siècle : théologien de la réforme dite « grégorienne », ermite et écrivain, il nous a laissé une imposante collection de lettres qui ont fait récemment l’objet d’une excellente édition par les soins de Kurt Reindel1.

2L’objet de cet article n’est pas, à proprement parler, l’œuvre de Pierre Damien, mais la fortune et la diffusion d’un groupe d’exempla tiré de ses lettres, et diffusé aux XIe-XIIe siècles et repris au XIIIe siècle dans les collections d’exempla inédites du manuscrit de la Bibliothèque nationale de France lat. 14657, composé à Saint-Victor à Paris vers 1240. Ce manuscrit est connu depuis longtemps – Jean Welter le cite plusieurs fois dans son célèbre ouvrage – mais il n’a jamais fait l’objet d’une recherche approfondie. Cette collection, utilisée ultérieurement par plusieurs auteurs du XIIIe siècle, permet d’étudier la dissémination d’un groupe d’exempla dans différents milieux, non seulement dans leur contexte originel – dans les lettres de Pierre Damien –, mais également hors contexte, c’est-à-dire choisis et recueillis dans une collection indépendante.

Les exempla dans les lettres de Pierre Damien

3Le point de départ pour toute enquête sur Pierre Damien et les exempla est Welter, qui décrit brièvement l’amplitude des sujets traités par le grand théologien :

  • 2 Welter J.-T., L’exemplum… op. cit., p. 32-33, spéc. p. 32.

« […Pierre Damien] fait un emploi constant de différents types d’exempla, dont la réunion formerait un recueil d’environ cent cinquante récits des plus variés. On y rencontre notamment, à côté des exempla bibliques et pieux de toute sorte, des récits empruntés à l’histoire profane de l’antiquité grecque et latine, à l’histoire du Moyen Âge, à des faits contemporains, à des visions, à des prodiges, à l’expérience personnelle, et même à des contes d’animaux extraits de l’histoire naturelle2. »

4L’auteur, grand lettré et grand admirateur de l’antiquité classique, puise ses modèles dans les écrits d’Hérodote, Cicéron, Valère Maxime, Sénèque, Suétone, sans négliger les productions plus tardives comme celles d’Eutrope, saint Grégoire le Grand, Paul Diacre ou même les chroniques du Moyen Âge. Outre l’exemplum personnel, il affectionne tout particulièrement le récit de visions, car ce type est représenté plus que tout autre dans ses écrits. Il l’extrait généralement des faits contemporains, ou le couche par écrit en prenant comme modèles Grégoire le Grand, dont il imite la façon d’introduire, de localiser et de développer le récit dans ses Dialogues.

  • 3 Leclercq J., Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, Edizioni di storia e letteratura (...)
  • 4 Bremond C., Le Goff J., Schmitt J.-C., L’exemplum… op. cit., p. 51.
  • 5 Engels L. J., « Aspekte der Anwendung von Exempla bei Petrus Damiani », Aerts W.J. et Gosman M. (é (...)
  • 6 Engels L. J., « Aspekte… », art. cit., p. 33.

5La qualité du style de Pierre Damien n’est pas à découvrir, et Jean Leclercq dans le livre qu’il lui a consacré l’analyse en détail : la structure de ses lettres suit les préceptes des artes dictandi de son époque, auxquels Pierre ajoute le don de la clarté3. Jean-Claude Schmitt, en parlant des mêmes textes, écrivait en 1982 : « Plus sûrement des anecdotes proches de l’exemplum proprement dit, dont une partie est empruntée aux auteurs païens de l’Antiquité, une autre aux fables d’animaux, une autre encore à des faits contemporains pour la plupart tirés de l’expérience et de l’information propre de l’auteur (par exemple des récits de visions) apparaissent dans l’œuvre de Pierre Damien. Ici encore une étude s’imposerait4. » Ce vœu fut exaucé quelques années plus tard, en 1988, par L.J. Engels qui a rédigé un article sur l’utilisation des exempla dans les lettres de Pierre Damien5 avant la fin de l’édition définitive de ces lettres par Kurt Reindel. Engels souligne en particulier que Pierre Damien utilisa en premier lieu des exempla tirés de la tradition judéo-chrétienne, et seulement en deuxième lieu des histoires contemporaines, les exempla de sujet classique arrivant en troisième place, par ordre d’importance et de quantité6.

6Il reste certainement encore beaucoup à faire dans l’étude de l’utilisation des exempla dans l’œuvre de Pierre Damien, et je me propose de concentrer ma recherche sur un groupe particulier d’exempla de Pierre Damien et sur leur diffusion hors de leur contexte original.

Corpus et diffusion

  • 7 Paris, BnF, ms lat. 14657.
  • 8 Paris, BnF, ms lat. 14663.
  • 9 Au sujet du Paris, BnF, ms lat. 14463 (soit P1 dans l’édition du De miraculis libri duo de Pierre (...)

7Aux XIIe-XIIIe siècles, circule une série d’exempla issue d’une douzaine de lettres seulement de Pierre Damien sur un total de cent quatre-vingt (lettres nos 40, 44, 57, 66, 70, 72, 87, 88, 119, 142, 145, 150). Le texte le plus complet de cette collection particulière se trouve dans un manuscrit provenant de l’abbaye de Saint-Victor de Paris7 qui, grâce aux études de Kurt Reindel, peut aujourd’hui être intégré à la tradition des lettres de Pierre Damien (P16 dans le catalogue de K. Reindel). En effet, c’est aussi à Saint-Victor de Paris que fut compilé un autre manuscrit8 (P5 dans le catalogue de K. Reindel), du début du XIIe siècle, et qui contient presque la même collection de lettres. Il y a toutefois une grande différence entre P5 et P16. Si P5 contient en effet un texte abrégé des lettres, P16 ne donne que des extraits beaucoup plus brefs centrés sur les exempla eux-mêmes. La conclusion s’impose : P5 n’est pas la source de P16, bien que tous deux contiennent des extraits des mêmes lettres9.

  • 10 Je remercie A. Boureau qui a attiré mon attention sur ce manuscrit il y a maintenant une dizaine d (...)
  • 11 L’édition du Paris, BnF, ms lat. 14657, par mes soins, est en cours.
  • 12 Le manuscrit étant resté à Saint-Victor, il est présent dans le catalogue que Claude de Grandrue p (...)

8Quelques mots supplémentaires sont nécessaires sur ce manuscrit P16. Particulier à plus d’un aspect10, le Paris, BnF ms lat 1465711 est assez élégant et d’une écriture large et claire, et ne comporte pas de miniatures ; à remarquer toutefois – et ce qui rend ce manuscrit unique – que les exempla sont regroupés par auteur. Voici la structure du manuscrit : f. 1-11 : extraits de Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum ; f. 12-64 : extraits de Pierre Damien ; f. 65 : version abrégée de la Vision d’Edmund de Eynsham ; f. 66 : Vision de Charles le Gros ; f. 67-70 : extraits de Pierre le Vénérable, De Miraculis ; f. 71-72 : miracles de la Vierge ; f. 73-85 : extraits de Guillaume de Malmesbury, De miraculis beatae Mariae ; f. 86 : exemplum tiré de l’appendice au Purgatorium sancti Patrici ; f. 87-99 : extraits des Collationes d’Odon de Cluny ; f. 100 : exemplum tiré de la lettre 102 de Pierre Damien ; f. 101-148 : exempla d’origine cistercienne ; f. 149 : vision de Charles le Gros (même qu’au f. 66) ; f. 150-160 : exempla d’origine cistercienne ; f. 161-187 : extraits de Guillaume de Malmesbury, Gesta Regum Anglorum ; f. 188-213 : extraits de Pierre le Vénérable, De Miraculis ; f. 214 sq. : Purgatorium S. Patricii, version ß12.

9La même collection se trouve aussi dans quelques autres manuscrits ou œuvres, tels par exemple :

  1. le Paris, BnF, ms lat. 15912 (début XIIIe siècle), où le texte de chaque exemplum est parfois précédé de la mention De/Ex libris Petri Damiani ;
  2. Chronicon d’Hélinand de Froidmont (v. 1160-1239). Ici les exempla se trouvent pour la plupart groupés ensemble sous l’année 1078, précédés d’une brève note : « J’ai jugé digne d’être insérés ici les cas merveilleux de cette époque que Pierre Damien a raconté ça et là dans ses livres13. » À la fin de la longue série d’exempla, Hélinand conclut : « Jusqu’à présent sur Pierre Damien. Revenons maintenant à la suite de l’histoire. » Comme à la fin de la série d’exempla de Pierre Damien dans le manuscrit de Saint-Victor on trouve les mêmes mots Hucusque de Petro Damiano, on pourrait donc penser que le copiste a simplement recopié Hélinand. Mais on peut voir en revanche que, dans certains cas14, le copiste de Saint-Victor donne la version originelle de Pierre Damien, semblant alors indiquer que le copiste et Hélinand ont utilisé une source commune.
  3. Vincent de Beauvais (v. 1190-v. 1264), Speculum historiale. Vincent suit la version d’Hélinand.
  4. Manuscrit de Reims, Bibl. mun., 1400, de la fin du XIIIe siècle. Il s’agit d’une collection hétérogène d’exempla, dont beaucoup ont une origine cistercienne ; parmi ceux-ci, un bon nombre d’exempla sont issus du Liber miraculorum d’Herbert de Torrès. Seuls deux exempla, sauf erreur, proviennent de Pierre Damien, et font partie de la collection du Paris, BnF, ms lat 14657.
  5. Aubry de Trois Fontaines († 1251), Chronicon. Kurt Reindel, dans un article récent qui traite des exempla de Pierre Damien chez Hélinand de Froidmont et Aubry de Trois Fontaines, note que ce dernier utilisait plus ou moins les mêmes exempla qu’Hélinand, mais qu’il en connaissait au moins un de plus tiré d’une lettre – no 149 – qui ne faisait pas partie de la même tradition et était beaucoup moins répandue au Moyen Âge. Pour cette raison, K. Reindel suppose qu’Aubry a vu une collection complète des lettres de Pierre Damien – ce qui est possible et même probable –, ceci expliquant la présence de l’anecdote tirée de la lettre 149. En ce qui concerne les autres exempla apparaissant dans les autres collections, je suis convaincu qu’Aubry a utilisé la même source qu’Hélinand qui, de toute évidence, circulait dans le milieu cistercien.
  6. Il faut aussi citer le Paris, BnF, ms lat. 3338 (fin XIIIe-début XIVe siècle), descriptus du Paris, BnF, ms lat. 14657 qui contient presque tous les exempla de Pierre Damien – l’ordre des exempla est bouleversé sans qu’on puisse par ailleurs en comprendre la raison.
  • 15 Woesthuis M., « Peter Damian in the Cistercian Tradition: Helinand of Froidmont and One Aspect of (...)
  • 16 Les Paris, BnF, ms lat 15912 aussi bien que Reims, Bibl. mun., 1400 contiennent une version du Lib (...)

10Quelle est l’origine de la collection d’extraits des lettres de Pierre Damien ? Les indices convergents indiqueraient un milieu cistercien. Les manuscrits – famille « d2 », selon Kurt Reindel – qui contiennent la même sélection des lettres de Pierre Damien, sont d’origine cistercienne. Rinus Woesthuis a confirmé, il y a maintenant quelques années, qu’Hélinand utilisait probablement un manuscrit de cette même famille, mais cependant différent du Paris, BnF, ms lat. 1465715. De plus, il faut remarquer que les premiers utilisateurs de la collection étaient cisterciens (Hélinand, Aubry) ou montraient une bonne connaissance du milieu cistercien16.

  • 17 Mula S., « Looking for an Author: Albric of Trois Fontaines and the Chronicon Clarevallense », Cît (...)

11Le copiste de Saint-Victor a probablement mis en copie une série de libelli séparés qui contenaient différentes collections d’exempla. L’existence, sur parchemin, de premières ébauches d’un texte est bien représentée par le travail d’Aubry de Trois Fontaines, qui a laissé deux livrets écrits de sa main dans le manuscrit conservé aujourd’hui à Florence (Laurenziana, Ashburnham 1906). C’est dans ce manuscrit qu’Aubry recueillit et ordonna chronologiquement des exempla tirés du Dialogus miraculorum de Césaire de Heisterbach et qu’il utilisa ensuite pour la rédaction de son grand Chronicon17.

L’exemplum hors contexte

12Je reviens maintenant à mon propos initial, l’exemplum hors contexte. On a souvent remarqué l’importance de situer les exempla dans le contexte du sermon, mais je voudrais me concentrer pour un moment sur l’exemplum en tant que texte narratif indépendant. Je vais donc brièvement analyser des cas particuliers tirés des lettres 57 et 119 de Pierre Damien, pour montrer les conséquences du travail d’extraction fait par le compilateur anonyme.

  • 18 Édition dans Reindel K., Die Briefe…, op. cit., t. II, p. 162-190.
  • 19 Ibid., t. II, p. 176.

13Dans sa longue lettre 57, Pierre donne une série d’exempla qui certifient le pouvoir de la foi18. Le contexte de cette lettre montre qu’il est possible pour un homme d’Église d’abdiquer sa charge, et que rien qui ne s’y oppose, ni dans l’histoire de l’Église, ni dans le droit canonique ; pour ce faire, il emploie des exempla dont il donne une interprétation pertinente pour son propos. Dans cette collection d’exempla, il manque l’explication et la morale de l’histoire données par le théologien. On peut lire, par exemple, l’histoire de l’abbé qui donna sa lamproie à un pauvre et qui vit celui-ci et son poisson s’envoler dans le ciel. Dans le manuscrit de Saint-Victor (no 34), l’histoire se termine là, mais Pierre Damien ajoute dans sa lettre que « ce que l’on donne aux pauvres est transmis à Dieu et ce que nous cachons dans le sein des pauvres, nous le plaçons dans le ciel19 ». Cette explication est bien simple et efficace dans son contexte, mais son élimination donne au lecteur plus de liberté dans son interprétation.

  • 20 Ibid., t. II, p. 176.
  • 21 Ibid., t. II, p. 177.

14L’exemplum suivant est précédé, dans la lettre, d’une brève introduction dans laquelle Pierre Damien explique qu’il l’ajoute à sa lettre « bien qu’il ne s’agisse pas ici d’un miracle » (quamquam non sit miraculum)20. L’insertion de cette histoire est évidemment liée à sa similarité avec celle qui précède où l’on trouve l’envie d’une lamproie qui perturbe un évêque en train de célébrer une messe ; celui-ci décide de donner aux pauvres la lamproie qu’il avait demandée pour son repas. Le commentaire de Pierre Damien est, en ce cas, recopié avec le texte : « Ainsi, assurément la petite chienne de la volupté qui aurait pu vivre d’une manière ou d’une autre sous la table du corps, en se lançant impudemment vers le saint des saints, a mérité de périr sacrifiée par le bâton de la pénitence21. »

15La lettre continue avec d’autres histoires, que Pierre commente avec plus ou moins de détails. Il ajoute, par exemple, un paragraphe entier après l’histoire d’un homme qui s’enfuit sans aider l’ami attaqué par un dragon. Le copiste du manuscrit de Saint-Victor fait suivre cet exemplum par la même histoire présente dans la lettre, mais une fois encore après avoir enlevé la moralisation. On peut comparer les deux versions :

Paris, BnF, ms lat. 14657

Lettre 57 (éd. Reindel, t. II, p. 180)

Du paysan tué par un dragon. Un paysan sortit très tôt au crépuscule et vit un énorme dragon. Croyant qu’il était en bois, il s’assit dessus, comme s’il était un tronc d’arbre. Dès qu’elle fut touchée, la bête leva sa tête et attaqua l’homme avec sa gueule de telle façon et avec une telle voracité féroce qu’elle l’engloutit vivant en un seul instanta.

Et on peut ajouter qu’il y a un an, dans une ville pas trop lointaine de cette région, on dit qu’il advint qu’un paysan sortit très tôt au crépuscule et vit un énorme dragon. Croyant qu’il était en bois, il s’assit dessus, comme s’il était un tronc d’arbre. Dès qu’elle fut touchée, la bête leva sa tête et attaqua l’homme avec sa gueule sanglante de telle façon et avec une telle voracité féroce qu’elle l’engloutit vivant en un seul instantb.

a. Paris, BnF, ms lat. 14657. De agricola quem draco iugulavit. [f. 12va] Quidam agricola vix erumpente crepuscolo mature surrexit enormis magnitudinis draconem vidit, quam cum lignum esse putaret, mox se super eum ad sedendum composuit quasi [f. 12vb] super trabem. Commota protinus bestia caput attollit hominem ore pervadit sicque viventem sub momento rabida voracitate deglutiit.
b. Reindel K., t. II, p. 180.

  • 22 Ibid., t. II, p. 180.

16Le compilateur de la collection a éliminé toute référence temporelle et spatiale, aussi bien que le commentaire. Pour Pierre Damien, l’histoire avait un hic et nunc, elle était véridique et de son temps, et cette proximité temporelle lui donnait plus de pouvoir pour toucher les cœurs de ses contemporains. La crainte de la mort imprévue et abrupte est aussi la morale qu’ajoute Pierre Damien, qui voulait envoyer un message clair et efficace22 : « pour que nos cœurs soient frappés plus fort par cette crainte et que notre préoccupation nous force à rester toujours vigilants aux angoissantes décisions divines. »

17Rien de cela dans l’exemplum isolé qui perd ses repères spatio-temporels pour augmenter le potentiel de sa signification. En revanche, le compilateur a attribué un titre à chaque historiette, probablement pour rendre plus facile son identification et son repérage. On pourrait continuer ainsi, mais je crois que ces quelques exemples suffisent à donner une idée de la façon de travailler du copiste : sélection des textes à extraire, abrègement, titre. Le contexte de la lettre est perdu, mais les exempla gagnent en flexibilité. Le nouveau contexte est celui de la série, et plus tard peut-être du sermon ou du discours didactique.

  • 23 Édition dans Reindel K., Die Briefe…, t. III, p. 341-384.
  • 24 Cf. Reindel K., note no 103, p. 373-374 qui renvoie à Platon, Théétète 174a (c. 24) et à Diogène L (...)

18La même stratégie d’extraction est à l’œuvre dans la lettre sur la toute puissance divine (lettre, no 119)23. Les exempla de cette lettre ne sont pas présents dans les œuvres imprimées d’Hélinand, ni – sauf erreur – dans les autres collections. Je vais concentrer mon attention sur deux exempla particuliers qui, dans cette lettre, se trouvent séparés et font partie d’une longue série d’exemples que le théologien accumule pour renforcer son argumentation. Le deuxième en particulier, sur le philosophe, remonte au moins au Théétète de Platon, et se trouve plus tard dans l’œuvre de Diogène Laërce24. Voici les deux textes dans la version de l’édition de Reindel (p. 372-374) et dans le manuscrit de Saint-Victor :

Paris, BnF, ms lat. 14657

Pierre Damien, Lettre 119a

Romulus, qu’on affirme être le fondateur de Rome, dont on voit quelque part encore des murs, bien qu’à moitié détruits, s’exclama ainsi, convaincu de la solidité de son œuvre : « C’est chose certaine et immuablement assurée qu’à moins qu’une vierge n’enfante, cette demeure ne s’écroulera pas. »
La nuit où la Vierge enfanta, le palais s’écroula.

Je ne sais si l’on peut la lire, mais l’histoire, répandue par certains, est bien connue dans les murs de Rome, selon laquelle Romulus, qui est, assure-t-on, le fondateur de la ville, ayant construit un palais dont on voit encore, pour une bonne part, les vieux murs, bien qu’ils soient à moitié en ruine, se serait écrié, sûr qu’il était de la solidité de son œuvre : « C’est chose certaine et immuablement assurée qu’à moins qu’une vierge n’enfante, cette demeure ne s’écroulera pas. »

Et en cela, si toutefois ce qu’on affirme est vrai, une prophétie, comme l’événement l’a prouvé, est sortie de la bouche d’un païen. Car la nuit où le Sauveur est sorti du sein de la Vierge pour notre rédemption, le palais, à ce qu’on dit, s’écroula.
Naturellement, les deux choses : qu’une vierge enfante et que l’édifice s’écroule, paraissaient impossibles à un homme qui ne connaissait pas Dieu : et pourtant, il a toujours pu faire et l’une et l’autre ; mais longtemps il garda ce pouvoir dans le secret de sa Providence, et quand il voulut les deux, il le fit voir en les accomplissant, au temps qui lui convenait. […]

Un certain philosophe, tandis qu’il observait le cours des astres et les mouvements des étoiles, tomba tout à coup dans un puits bourbeux. Cet épisode fut immédiatement mis en vers par Iambi, sa servante, qui dit : « Mon maître ignorait la fange vile qu’il avait à ses pieds, et tâchait d’explorer les mystères des cieux. » C’est elle qui a donné son nom au mètre ïambiqueb.

Certain philosophe qui observait, de nuit, le cours des astres et les mouvements des étoiles, tomba tout à coup dans un puits bourbeux : sa chute fut aussitôt mise en vers comme ceci par Iambi, sa servante : « Mon maître ignorait la fange vile qu’il avait à ses pieds, et tâchait d’explorer les mystères des cieux. » C’est elle qui a donné son nom au mètre ïambique. Qu’ils prennent garde, ceux qui passent la mesure de leur capacité et s’élancent orgueilleusement, prêts à se faire la main sur ce qui les dépasse, que ce ne soit la sentence d’un châtiment mérité qui, alors qu’ils ne savent pas ce qu’ils disent contre Dieu, leur apprenne qu’ils ont parlé étourdiment et follementc.

a. Je suis la traduction d’A. Cantin : Pierre Damien, Lettre sur la Toute Puissance divine, Paris, Le Cerf, 1972 (Sources chrétiennes no 191), p. 459-463.
b. Voici le texte de mon édition d’après Paris, BnF, ms lat. 14657 : De palatio Romuli et philosopho ruentibus [f. 14vb] Romulus, qui conditor Urbis asseritur cuius parietina licet semiruta magna adhuc ex parte cernuntur in hanc vocem quasi de firmamento operis confisus eripuit : ‘Certum est et immobiliter fixum quia nisi virgo [f. 15ra] peperit domus ista non corruet.’ Nocte virginalis partus idem palatium corruit. Philosophus quidam dum siderum cursus stellarumque meatus nocturno tempore rimaretur, in rimosum repente lapsus est puteum. Cuius casum eius ancilla Iambi mox poetata est dicens : Dominus meus ignorabat quod sub pedibus eius iacebat vile lutum, et investigare temptabat archana celorum. Ex huius iambi vocabulo iambicum metrum appellatum est.
c. Lettre 119 (Ed. Reindel K., t. III, p. 372-374).

  • 25 Tubach Fr. C., Index exemplorum… op. cit., no 4729, à intégrer avec Ribaucourt C., « Alphabet of T (...)
  • 26 Voir Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3750 (erronément 3150 dans le texte), qui renv (...)
  • 27 Il Novellino. Publié par Manganelli G., Milano, Rizzoli, 1987, p. 50-51. Ma traduction.

19Les deux exempla sont réunis sous un seul titre dans la collection du manuscrit de Saint-Victor, sans toutefois les commentaires qui les suivent, rattachés par l’antiquité évidente de leurs protagonistes, le fondateur de Rome et un philosophe grec. Si, dans sa lettre, Pierre se montrait incertain sur l’historicité de deux histoires (si tamen verum est, quod asseritur), toute hésitation est effacée dans les deux exempla isolés. Dans cette réécriture simplifiée, les histoires deviennent plus malléables, leur signification plus incertaine. Par conséquent, on ne sera pas surpris de retrouver ces deux histoires dans d’autres collections. L’histoire de Romulus montre bien la puissance de Dieu, et il est probable que son interprétation ait pu beaucoup changer. Fr. C. Tubach l’a repérée dans deux collections tardives du XVe siècle, mais elle se trouve aussi dans l’Alphabetum narrationum25, tandis que la deuxième de ces histoires26 se répandit hors du milieu monastique, dans le Novellino, la plus ancienne collection italienne de nouvelles27.

Novellino

Traduction française

«D’uno strologo ch’ebbe nome Melisus, che fu ripreso da una donna. Uno, lo quale ebbe nome Melisus, grandissimo savio in molte scienzie e spezialmente in istrologia, secondo che si legge in libro sesto De Civitate Dei. E conta che questo savio albergò una notte, in una casetta di una feminella. Quando andò la sera a letto, disse a quella feminella: – Vedi, donna, l’uscio mi lascerai aperto stanotte, perch’io sono costumato di levare, a proveder le stelle. – La femina lasciò l’uscio aperto. La notte piovve, e dinanzi avea una fossa ed empiessi d’acqua. Quando elli si levò, sì vi cadde dentro. Quelli cominciò a gridare aiutorio. La femina domandò: – Che hai? Que’ rispose: – Io sono caduto in una fossa. – Ohi, cattivo!, disse la femina, or tu badi nel cielo, e non ti sai tenere mente a’ piedi? Levossi questa femina ed aiutollo, ché periva in una fossatella d’acqua, per poca e per cattiva provedenza.»

D’un astrologue qui s’appelait Melisus, et qui s’attira les reproches d’une femme. Un homme, appelé Melisus, était un grand savant dans plusieurs sciences, et tout particulièrement en astrologie, comme on peut lire dans le sixième livre de La cité de Dieua. L’histoire raconte que ce sage passa une nuitée chez une petite femme. Quand il était temps d’aller se coucher, il lui dit : – Ce soir, femme, tu laisseras la porte ouverte pour moi, car j’ai l’habitude de me lever pour regarder les étoiles. La femme laissa la porte ouverte. La nuit fut pluvieuse et la pluie remplit une fosse qui se trouvait devant la porte. Quand le sage se leva, il tomba dedans et commença à appeler à l’aide. La femme lui demanda : – Qu’y a-t-il ? Il répondit : Je suis tombé dans une fosse. – Oh, pauvre de toi !, dit la femme, tu fais attention au ciel, mais tu ne penses pas à tes pieds ? La femme se leva et l’aida, car il allait se noyer dans une toute petite fosse d’eau, à cause de sa faible et mauvaise prévoyance.

a. La référence à l’œuvre de saint Augustin est fausse.

20Les différences avec l’exemplum sont notables. En particulier, on peut remarquer que la version italienne donne un nom au philosophe (Melisus) en lui attribuant aussi une explication plus ou moins rationnelle pour sa sortie nocturne : son habitude de regarder les étoiles pendant la nuit. La femme, en revanche, est anonyme, et on ne fait pas mention de l’origine des vers ïambiques. Elle est surprise que son hôte soit si maladroit, mais lui apporte tout de suite son aide, sans laquelle le pauvre sage serait mort dans une flaque d’eau.

21Bien sûr, il est impossible et même vain d’essayer d’attribuer l’origine du texte présent dans le Novellino à la collection d’exempla de Pierre Damien. Mais ce n’est pas la chose la plus importante. Ce petit exemple montre que, du point de vue de la structure, l’anecdote est la même et, dans les deux versions, c’est la bonne répartie que la femme fait au grand savant qui compte. L’histoire, en elle-même, est très simple et amusante, et un bon narrateur, ou un bon prédicateur, pourra l’insérer dans un contexte différent pour illustrer différentes idées : l’astuce des illettrés comme la punition de l’orgueil ou de l’excès. L’histoire garde une flexibilité qui est son atout, sa force. C’est pour cette raison qu’elle a été choisie par l’auteur du Novellino, pour sa polysémie hors contexte, et non pas pour sa valeur dans un contexte bien défini.

  • 28 Bremond C., Le Goff J., Schmitt J.-C., L’exemplum…, op. cit., p. 65-66.

22Jean-Claude Schmitt a noté que la nouvelle se distingue de l’exemplum « par sa longueur, sa structure, son contenu symbolique, sa fonction idéologique, comme par son mode d’énonciation et de réception. Il s’agit à l’évidence d’un tout autre récit, fonctionnant dans un contexte social et culturel bien différent28 ». Si la différence entre les exempla insérés dans un sermon et la nouvelle telle qu’elle se développe à partir du XIVe siècle ne fait pas de doute, je me demande si une distinction si nette peut s’appliquer aux premières collections comme celle des exempla de Pierre Damien. Ici, ce qui intéresse le compilateur du ms 14657 est d’avoir un texte de base. Celui-ci pourra, ensuite, être utilisé dans un texte quelconque (par exemple, religieux ou historique), et changera donc de statut, au moment même de son insertion dans un autre contexte ou d’une performance orale. À l’intérieur d’une collection, ce texte de base est riche de sa polysémie – une potentialité qui pourra être pleinement utilisée par un auteur ou un prédicateur.

Conclusion

23Cette brève excursion à travers les exempla de Pierre Damien nous a montré l’importance de l’exemplum en tant que texte polysémique. En faisant un tri dans les lettres de Pierre Damien, un compilateur anonyme, probablement cistercien, a souvent choisi d’éliminer autant qu’il le pouvait le contexte original, et souvent aussi l’explication morale que Pierre avait attachée à ses exempla. Ce qui reste est un texte narratif simple, ouvert à plusieurs interprétations.

24Les exempla de Pierre Damien, pouvaient-ils être prêchés ? Sans doute, mais ils pouvaient être utilisés aussi à bien d’autres fins : insérés en particulier dans des textes historiques (tels que ceux d’Hélinand de Froidmont, Aubry de Trois-Fontaines et Vincent de Beauvais) mais aussi plus littéraires et profanes – ce qui est le cas de l’exemplum du philosophe, qui se retrouve dans la collection italienne du Novellino, vers 1300.

  • 29 Voir dans ce même volume Mula S., « Herbert de Torrès et l’autoreprésentation de l’ordre cistercie (...)

25Le manuscrit de Saint-Victor nous montre que le genre de l’exemplum, dans une première phase (à la fin du XIIe siècle), mais aussi plus tard, a recueilli des récits, probablement sur un support périssable comme les tablettes de cire ou bien même des fascicules isolés. Des exempla tirés de ces collections brèves, florilèges d’une œuvre, étaient ensuite intégrés dans des recueils plus cohérents, dans un contexte tout à fait différent. Les exempla venaient donc d’être tirés hors d’un texte, hors d’un contexte, et transportés dans des collections où leur signification et leur interprétation viendraient du nouveau contexte ou bien tout simplement du fait d’être associés à d’autres exempla similaires. Ce qui est le cas dans les plus anciennes collections d’exempla cisterciens comme le Liber miraculorum d’Herbert de Torrès (compilé vers 1178)29.

26Si Pierre Damien était un maître dans l’utilisation rhétorique des exempla dans ses lettres, c’est cependant en dehors de leur contexte originel que ses exempla trouvèrent une nouvelle vie grâce à un compilateur anonyme.

Annexes

ANNEXE I

Les exempla de Pierre Damien dans le BnF ms lat. 14657. Le premier numéro se réfère à la position de l’exemplum dans le manuscrit et dans sa future édition.

12) De puero a parentibus oblato qui ad seculum rediit

[f˚ 7ra]

13) De canicula mortua propter criptam sancti Gregorii

[f˚ 7va]

14) De saginariis demonum feno exustis

[f˚ 7va]

15) De principe Salerni qui nescius predixit dampnationem suam

[f˚ 8ra]

16) De presbitero gehennam curiosius explorante qui non comparuit

[f˚ 8ra]

17) De matre cuiusdam presbiteri

[f˚ 8rb]

18) De monacho qui se obligavit pro penitentia alterius

[f˚ 8rb]

19) De divite qui promisit se futurum monachum et non fuit

[f˚ 8va]

20) De pulcherrimo bello cuiusdam abbatis

[f˚ 9ra]

21) De episcopo qui abstulit porcum

[f˚ 9rb]

22) De episcopo splendide convivante in capite ieiunii et balneante

[f˚ 9rb]

23) De viro hospitali furante propter hospitalitatem faciendam

[f˚ 9va]

24) De clerico cum sua pelice incenso

[f˚ 9va]

25) De presbitero conversionem differente

[f˚ 9va]

26) De fratre per concupiscientiam ieiunium solvens

[f˚ 9vb]

27) De monacho a gula temptato et mox ab immundicia devicto

[f˚ 9vb]

28) De fratre clam commedente et corpus Domini in peccatis accipiente

[f˚ 10ra]

29) De illo qui murmurabat propter horas beate Marie

[f˚ 10va]

30) De episcopo qui gruem cepit per orationem

[f˚ 11ra]

31) De Leone papa qui spiritum immundum per posteriora hominis egredi precepit

[f˚ 11rb]

32) De nobili viro ducente consanguineam contra preceptum episcopi

[f˚ 11va]

33) De episcopo qui siciens totum vinum quod habebat pauper[i] sicienti dedit

[f˚ 11va]

34) De lampreda pauperi data et in celum sublata

[f˚ 11vb]

35) De episcopo temptato ad missam de gustu lamprede

[f˚ 12ra]

36) De illo qui nummum quem solum habebat pauperi dedit

[f˚ 12ra]

37) De illo qui socium suum commedi a draconem permisit

[f˚ 12rb]

38) De agricola quem draco iugulavit

[f˚ 12va]

39) De presbitero quem leo comedit

[f˚ 12vb]

40) De incluso qui se permisit comburi

[f˚ 12vb]

41) De illis qui apparuerunt ferreis casulis induti

[f˚ 13ra]

42) De principe qui vidit angelum et de presbitero corruente

[f˚ 13rb]

43) De monacho qui fecit aquam in lampade ardere et postea cecidit

[f˚ 13va]

44) De monacho qui de heremo ad monasterium rediit et in luxuriam turpiter cecidit

[f˚ 13vb]

45) De sepultura Sophie

[f˚ 14ra]

46) De Veneti ducis uxore nimium delicata

[f˚ 14rb]

47) De Dominico Loricato qui IX psalteria cum disciplina cantavit

[f˚ 14va]

48) De nobili femina se verberante

[f˚ 14vb]

49) De palatio Romuli et philosopho ruentibus

[f˚ 14vb]

50) De blasphemis lepra percussis

[f˚ 15ra]

51) De illo qui propter adulterium diabolo traditus est

[f˚ 15rb]

52) Exemplum de leone non ingrato

[f˚ 15vb]

53) Quod anime suppliciis tradite diebus dominicis refrigerio ponantur

[f˚ 16ra]

54) Visio episcopi Capuanis de papa Benedicto maiore

[f˚ 16rb]

55) De Benedicto minore

[f˚ 16va]

56) De monacho mortuo et dampnato et postea liberato

[f˚ 17ra]

57) De symoniacho qui non poterat nominare spiritum sanctum

[f˚ 17va]

58) De comite dampnato propter possessionem ecclesie quam tenebat

[f˚ 17va]

59) De apostolico qui ius ecclesie vendidit

[f˚ 17vb]

60) De Arnulfo Metensi qui anulum quem proicerat repperit

[f˚ 18ra]

61) De Petro Ravennate videtur hoc exemplum sed non de illo qui episcopus fuit

[f˚ 18va]

62) Quod per indignos sacerdotes sepe fiunt miracula

[f˚ 18va]

63) De Marino presbitero

[f˚ 19ra]

64) De episcopo faciente miracula et dampnato

[f˚ 19vb]

[…]

100) Quare sanctus Severinus post mortem fuit in purgatoriis

[f˚ 59vb]

ANNEXE II

La diffusion des exempla de Pierre Damien dans le BnF ms lat. 14657 ; dans le BnF ms lat. 14663 des lettres de Pierre Damien (P5 pour Reindel, fait partie de la même famille du ms de Saint-Victor) et dans l’édition de Reindel (les numéros se réfèrent au numéro de la lettre, au tome et aux pages) ; dans le Chronicon d’Hélinand de Froidmont (renvoi à la col. dans Patr. lat.) ; dans le Speculum historiale de Vincent de Beauvais (renvoi au livre, au chapitre et à la page dans l’édition Douai, 1624 du Speculum historiale) ; dans la collection d’exempla du BnF ms lat. 15912.

a. Wroclaw, Bibl. univ., R 341.

Notes

1 Reindel K., Die Briefe des Petrus Damiani, Munich, Monumenta Germaniae Historica (Briefe der deutschen Kaiserzeit), 1983-1993, 4 vol.

2 Welter J.-T., L’exemplum… op. cit., p. 32-33, spéc. p. 32.

3 Leclercq J., Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1960, p. 168 : « Il commence souvent par énoncer un principe général, qui sert d’introduction. Puis il dit ce dont il s’agit. Dans la démonstration qui suit, les éléments de solution sont d’abord empruntés à l’Écriture sainte ; une série d’exempla les illustre ensuite. Il n’y a plus qu’à tirer les conséquences. »

4 Bremond C., Le Goff J., Schmitt J.-C., L’exemplum… op. cit., p. 51.

5 Engels L. J., « Aspekte der Anwendung von Exempla bei Petrus Damiani », Aerts W.J. et Gosman M. (éd.), Exemplum et similitudo: Alexander the Great and Other Heroes as Points of Reference in Medieval Literature, Groningen, Forsten (Medievalia Groningana, 8), 1988, p. 19-53.

6 Engels L. J., « Aspekte… », art. cit., p. 33.

7 Paris, BnF, ms lat. 14657.

8 Paris, BnF, ms lat. 14663.

9 Au sujet du Paris, BnF, ms lat. 14463 (soit P1 dans l’édition du De miraculis libri duo de Pierre le Vénérable par D. Bouthillier, op. cit.), il faut noter qu’il contient aussi une version du De miraculis de l’abbé de Cluny, Pierre le Vénérable. Ce n’est pas pourtant la source de la version du De miraculis présente dans le 14657, lui aussi provenant de l’abbaye de Saint-Victor. Ce qui confirme notre hypothèse d’un état intermédiaire entre la version réduite de la collection de lettres de Pierre Damien (P5) et le florilège d’exempla (P16).

10 Je remercie A. Boureau qui a attiré mon attention sur ce manuscrit il y a maintenant une dizaine d’années.

11 L’édition du Paris, BnF, ms lat. 14657, par mes soins, est en cours.

12 Le manuscrit étant resté à Saint-Victor, il est présent dans le catalogue que Claude de Grandrue prépara en 1514 : « EEE 16 – 1. Liber continens pulchra plura exempla moralia, in cuius libri foliis sequentibus hec habentur : de Fuberto Carnotensi episcopo (5) ; de ymagine beate Marie que non potuit ledi a Sarracenis (50) ; de dyabolo qui in specie abbatis apparuit cuidam monacho ut eum deciperet (100). 105. Liber de Purgatorio sancti Patricii. » Dans Ouy G., Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor. Catalogue établi sur la base du répertoire de Claude de Grandrue (1514). Paris-Turnhout, Brepols, 1999, t. 2, p. 481.

13 Helinand de Froidmont, Patr. lat., t. 212, col. 966. Voir aussi Reindel K., « Petrus Damiani bei Helinand von Froidmont und Alberichs von Troisfontaines », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 53/1, 1997, p. 205-224, spéc. p. 215.

14 Reindel K., « Petrus Damiani… », art. cit., p. 216 note par exemple la différence dans l’orthographe du mot forcipibus/forpicibus.

15 Woesthuis M., « Peter Damian in the Cistercian Tradition: Helinand of Froidmont and One Aspect of the Manuscript Tradition of Damian’s Letters ». Communication inédite, présentée à l’International Medieval Congress de Leeds en 1998.

16 Les Paris, BnF, ms lat 15912 aussi bien que Reims, Bibl. mun., 1400 contiennent une version du Liber miraculorum d’Herbert de Torrès ; dans le Paris, BnF, ms lat 14657, le copiste ajoute une importante collection cistercienne d’exempla, certainement ancienne, et encore inédite (f. 101-148).

17 Mula S., « Looking for an Author: Albric of Trois Fontaines and the Chronicon Clarevallense », Cîteaux Commentarii Cistercienses, 60, 2009, p. 5-25.

18 Édition dans Reindel K., Die Briefe…, op. cit., t. II, p. 162-190.

19 Ibid., t. II, p. 176.

20 Ibid., t. II, p. 176.

21 Ibid., t. II, p. 177.

22 Ibid., t. II, p. 180.

23 Édition dans Reindel K., Die Briefe…, t. III, p. 341-384.

24 Cf. Reindel K., note no 103, p. 373-374 qui renvoie à Platon, Théétète 174a (c. 24) et à Diogène Laërce, De vitis, dogmatibus et apophtegmatibus clarorum philosophorum, I, i, 34 ; il n’a cependant pas pu identifier la source exacte de Pierre Damien.

25 Tubach Fr. C., Index exemplorum… op. cit., no 4729, à intégrer avec Ribaucourt C., « Alphabet of Tales », et « Recull de eximplis », Berlioz J. et Polo de Beaulieu M.-A. (dir.), Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche, Carcassonne, Garae/Hesiode, p. 197-216 et 217-233.

26 Voir Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 3750 (erronément 3150 dans le texte), qui renvoie à un manuscrit de la British Library de Londres, Burney 351, du début du XIIIe siècle, qui contient quelques autres exempla tirés de Pierre Damien, tous présents dans la collection de Saint-Victor. Il s’agit des numéros 50, 49 (l’histoire du philosophe), 42, 34.

27 Il Novellino. Publié par Manganelli G., Milano, Rizzoli, 1987, p. 50-51. Ma traduction.

28 Bremond C., Le Goff J., Schmitt J.-C., L’exemplum…, op. cit., p. 65-66.

29 Voir dans ce même volume Mula S., « Herbert de Torrès et l’autoreprésentation de l’ordre cistercien dans les recueils d’exempla ».

Table des illustrations

Légende a. Wroclaw, Bibl. univ., R 341.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540