Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Première partie. Les exempla bibliques

La Bible fragmentée en formes brèves dans les recueils de Pierre le Vénérable et de Césaire de Heisterbach

The Bible fragmented into short forms

Lydie Ducolomb

Résumé

Dans deux recueils d’exempla précoces, le De miraculis de Pierre le Vénérable (1134-1156) et le Dialogus miraculorum de Césaire de Heisterbach (1219-1223), la Bible est utilisée sous forme de citations, d’expressions récurrentes (comme « être enterré en enfer ») mais également sous forme de fragments narratifs. Dans le Dialogus miraculorum, ces fragments revêtent des statuts différenciés signalés par les termes de figura (métaphore), verbum (parole) et exemplum. Ils sont essentiellement insérés dans les parties rhétoriques du Dialogus. Dans le De Miraculis, les allusions à des héros bibliques (Simon le Magicien, Judas) viennent conforter le commentaire théologique des miracles survenus au sein de l’ordre Clunisien. De plus, Pierre le Vénérable ne peut évoquer la vie de Matthieu d’Albano sans le comparer à Job, Pinhas, Elie et David. L’analyse du chapitre dédié à la luxure montre un usage systématique de ces narrations bibliques par Césaire de Heisterbach dont l’écriture est comparée à celle de Nicolas de Hanapes.

In two early collections of exempla, Peter the Venerable’s De Miraculis (1134-1156) and Caesarius of Heisterbach’s Dialogus miraculorum (1219-1223), the Bible is used in the form of quotations, but also as recurrent idioms (such as «to be buried in hell») and narrative fragments. In the Dialogus miraculorum these fragments have varying status expressed by words such as figura (metaphor), verbum (word) and exemplum, and are generally placed in the rhetorical part of the Dialogus. In the De Miraculis, allusions to biblical characters (Simeon the Magician, Judas) support the theological commentary on the miracles that took place in the Cluniac order. Moreover, Peter the Venerable is unable to evoke Matthieu of Albano’s life without comparing him to Job, Pinhas, Elijah and David. The analysis of the chapter on lust shows a systematic use of biblical references by Caesarius of Heisterbach, whose writing is compared to that of Nicolas of Hanapes’s.

Texte intégral

  • 1 Éd. cit., t. I, p. 370 (Distinctio VI : De simplicitate ; cap. XVIII : De abbate, quem inclusa sym (...)
  • 2 Strange J. (éd.), Caesarii Heisterbacensis Monachi Ordinis Cisterciensis Dialogus Miraculorum, Col (...)
  • 3 Éd. cit., t. I, p. 2.

1« Il est plaisant d’écouter un exemplum à ce sujet1 » : ainsi se réjouit à plusieurs reprises le novice qui vient d’entendre de la bouche de son maître le récit d’un fait merveilleux et édifiant, dans le Dialogus miraculorum de Césaire de Heisterbach2. Le moine cistercien confesse ainsi bien volontiers le plaisir que l’on prend à entendre un récit, d’autant plus que cette narration édifiante rapporte un fait merveilleux mais bien réel, survenu au sein de l’ordre ; il s’est donc donné comme objectif de rassembler ces « miracles » afin d’en conserver la mémoire. Il explique en effet dans le prologue de son ouvrage qu’il a souhaité mettre par écrit « quelques-uns de ces faits qui ont eu lieu miraculeusement de notre temps au sein de notre ordre, et qui surviennent quotidiennement3 ». De tels récits sont en effet particulièrement à même de raffermir la foi des membres de l’ordre, notamment celle des novices. Césaire a en effet occupé la fonction de maître des novices, et son texte met en scène un dialogue entre un novice posant des questions et un moine lui apportant des réponses en narrant des histoires.

  • 4 Bouthillier D. (éd.), Petri Cluniacensis De miraculis libri duo, Turnhout, Brepols (CCCM, 83), 198 (...)

2Césaire de Heisterbach a rédigé son Dialogus miraculorum entre 1219 et 1223. Plus d’un demi-siècle plus tôt, l’abbé de Cluny, Pierre le Vénérable, avait composé un recueil intitulé De miraculis4, avec le même objectif. En effet, dans les prologues des deux livres du De miraculis, Pierre le Vénérable justifie son entreprise par la nécessité de conserver par l’écrit les faits merveilleux survenus de son temps, car ils sont utiles pour fortifier la foi et édifier les mœurs. Pierre le Vénérable a entamé la rédaction de son texte en 1134, et il l’a enrichi à plusieurs reprises jusqu’à sa mort en 1156.

  • 5 Voir par exemple le récit II, 25 : « De la vision que j’ai eue moi-même alors que j’étais à Rome.  (...)

3Les deux œuvres ont une fonction apologétique. En effet, à travers le récit des faits miraculeux survenus au sein des ordres Clunisien et Cistercien, il s’agit de vanter les mérites de Cluny et de Cîteaux, lieux dignes de voir se produire de nouvelles merveilles égalant celles des temps anciens. Pierre le Vénérable enchaîne ainsi ses récits de « miracles », retraçant par la même occasion l’histoire glorieuse de Cluny jusqu’à son époque, non moins riche en faits merveilleux, dont Pierre lui-même fut parfois témoin5 ; à défaut, il certifie avoir reçu ces récits de gens dignes de foi, qu’il cite nommément. Césaire de Heisterbach organise son recueil selon une visée plus clairement pédagogique, puisque l’œuvre est divisée en douze livres ordonnés par thèmes, annonçant en cela les recueils d’exempla qui se développèrent à partir du XIIIe siècle sous l’impulsion des ordres mendiants, dans un contexte d’essor de la prédication. Mais l’œuvre de Césaire reste à usage interne, et ses récits édifiants sont d’abord destinés à ses coreligionnaires – même s’ils furent ensuite largement utilisés dans le cadre de la prédication aux fidèles.

4Les « miracles » rapportés par Pierre le Vénérable et par Césaire de Heisterbach peuvent en effet entrer dans la catégorie des exempla, puisque ces récits visent à l’édification de leurs destinataires, sans que le plaisir de la narration ne soit oublié. On a donc coutume de désigner ces deux textes comme étant des recueils d’exempla monastiques. Cette appellation, qui a le mérite d’être pratique, peut certes être discutée, puisque la fonction apologétique semble première. Mais les récits rapportés présentent cette caractéristique de certains exempla médiévaux, à savoir qu’ils sont décrits comme véridiques, bien réels, transmis par des témoins dignes de foi, et parfois même très contemporains ; Césaire insiste ainsi sur le fait qu’il n’a rien inventé, que tout est vrai.

5Cependant Pierre le Vénérable comme Césaire de Heisterbach invoquent constamment la Bible tout au long de leur ouvrage. La Bible, livre sacré et autorité suprême de l’Occident médiéval, se situe bien évidemment au cœur de la vie monastique, et son omniprésence n’a rien de surprenant. La question qui se pose est de savoir comment les deux auteurs utilisent la Bible dans leur recueil. Avec les récits rapportés par Pierre et par Césaire, on se situe en effet très loin de l’univers de la Bible, dans le temps comme dans l’espace ; l’un comme l’autre, on l’a dit, tiennent à réinsérer leurs « miracles » dans des contextes historiques et géographiques précis, relativement proches d’eux-mêmes et de leurs destinataires, alors même que nombre de leurs récits s’inscrivent dans des traditions littéraires aisément identifiables. Mais les deux moines sont profondément imprégnés du texte biblique, qui surgit fréquemment dans leur ouvrage mais de façon fragmentée, sous des formes brèves. La Bible est d’abord évidemment invoquée comme autorité, mais les deux auteurs n’oublient pas que c’est aussi un texte narratif, d’où des utilisations du texte biblique à mi-chemin entre la fonction exemplaire et la fonction autoritative. De façon plus large, la Bible constitue un véritable et inévitable arrière-plan culturel.

6Pierre le Vénérable et Césaire de Heisterbach parsèment leur ouvrage de références bibliques. Le texte biblique apparaît donc dans le De miraculis et dans le Dialogus miraculorum de façon clairsemée et fragmentée. Il s’agit tout d’abord de citations de la Bible – une expression, un ou deux versets, mais guère plus – insérées dans le texte du recueil. Le texte biblique n’est pas toujours cité de façon exacte, et les deux auteurs se contentent parfois d’allusions à un passage de l’Ecriture, qu’ils résument éventuellement en une ou deux phrases. On ne trouve donc pas, dans ces deux recueils, un paragraphe complet ou un bloc de texte qui serait uniquement consacré à un passage de la Bible. On n’a jamais de vue d’ensemble sur l’extrait de l’Ecriture auquel on nous renvoie, peut-être bien parce que c’est inutile : Pierre le Vénérable comme Césaire s’adressent à un public de moines, qui connaissent la Bible aussi bien qu’eux-mêmes.

7Les deux auteurs sélectionnent donc dans la Bible la citation ou la référence qui leur convient afin de soutenir leur propre propos ; le texte de l’Ecriture se retrouve inséré dans un autre texte, sorti de son contexte d’origine, au service d’un autre message que celui qui était initialement le sien. Cette pratique rompt la linéarité de l’Ecriture, ainsi que le fil du récit lorsqu’il est fait référence à un passage de la Bible de nature narrative. Pierre et Césaire semblent donc à première vue laisser de côté le réservoir de récits que peut constituer la Bible. De fait, on ne trouve pas de récit biblique proposé sur le même plan que les exempla, c’est-à-dire un récit biblique inséré parmi les autres récits, raconté dans son intégralité, avec le même luxe de détails, en vue d’une leçon exemplaire. Ce n’est guère étonnant : Pierre et Césaire veulent diffuser des récits de leur temps, dont tous n’ont pas la connaissance. La brièveté des références et citations bibliques s’oppose ainsi à la longueur des récits rapportés par Pierre comme par Césaire, qui occupent au minimum une demi-page chacun.

8Le texte biblique apparaît donc toujours de façon brève et fragmentée, mais diverses utilisations en sont possibles. Césaire de Heisterbach, dans le Dialogus miraculorum, fait un intéressant exposé sur les diverses modalités selon lesquelles l’Ecriture peut être utilisée. Dans la distinction III, qui traite de la confession, le novice demande à son maître quelle est l’autorité de l’Ancien Testament quant à la confession. Celui-ci répond alors que l’Ancien Testament montre que la confession est un sacrement par des figures (figuris), par des paroles (uerbis), et par des exemples (exemplis). Il illustre ensuite chacune de ces modalités d’expression de l’autorité de la Bible en donnant des exemples :

  • 6 Éd. cit., t. I, p. 111 (Distinctio III : De confessione ; cap. I : Quid sit confessio, qualis esse (...)

Distinction III : De la confession ; chapitre i : Ce qu’est la confession, de quelle sorte elle doit être, quelle est sa vertu, quel est son fruit6.

LE NOVICE : La confession a-t-elle autorité d’après l’Ancien Testament ?

  • 7 Lev 13 et 14.
  • 8 Mt 8,4.
  • 9 Cant 2,14.
  • 10 Ps 105,1.
  • 11 Ps 36,5.
  • 12 Is 43,26.
  • 13 2 Rs 12,13.

LE MOINE : L’Ancien Testament dit que la confession est un sacrement ; elle y est manifestée par des figures, recommandée par des paroles, et confirmée par des exemples. Le lépreux est déclaré pur ou impur selon le jugement du prêtre7. C’est pourquoi le Sauveur dit à un lépreux qu’il avait guéri : « Va, montre-toi au prêtre8. » Dans les quatre mots de cette clausule, il me semble que quatre doivent être considérés, car ils doivent être grandement respectés dans la confession, de telle sorte qu’elle soit prompte, qu’elle soit nue, qu’elle soit entière, qu’elle soit dette, c’est-à-dire qu’elle devienne propriété du Pasteur. C’est comme si le Seigneur disait : « Va », pour que ta confession soit rapide, ou prompte ; « montre », pour qu’elle soit nue ; « toi », pour qu’elle soit entière ; « au prêtre », pour qu’elle soit dette. Celui que la grâce de Jésus purifie à l’intérieur par la contrition, avant d’être déclaré pur à l’extérieur, doit se montrer au prêtre par la confession. C’est pourquoi le fiancé, dans le Cantique des Cantiques, parle avec la voix du confesseur au pécheur repenti : « Montre-moi ton visage », par la contrition du cœur, « fais résonner ta voix à mes oreilles9 », par la confession de la bouche. Quoi de plus manifeste que cette figure ? La confession est recommandée par des paroles ; en atteste le prophète David, qui déclare : « Célébrez le Seigneur, car il est bon10. » De même, il dit : « Montre ton sort au Seigneur11 », sous-entendu : par la confession. Et dans le livre d’Isaïe selon le texte de la Septante, il est écrit : « Avoue tes fautes pour être justifié12. » La confession est confirmée par des exemples ; David lui-même en est un exemple pour nous, lui qui, au sujet du péché commis avec Bethsabée, répondit à Nathan qui était venu le voir : « J’ai péché devant le Seigneur13. »

9Tout d’abord, sont évoquées d’une part l’injonction que fait le Christ au lépreux d’aller se montrer au prêtre, d’autre part la demande du fiancé du Cantique des Cantiques enjoignant à sa bien-aimée de lui montrer son visage et de faire résonner sa voix à ses oreilles ; ce seraient là des « figures » de l’appel à la confession. Césaire semble donc entendre par figure un procédé stylistique qui s’apparenterait à une métaphore ou à une allégorie, en tous cas il s’agit d’une image appelant une interprétation. Les termes même du texte biblique conservent cependant une importance capitale, comme le montre l’analyse qu’il fait de la phrase « Va, montre-toi au prêtre », chaque mot représentant selon lui l’une des caractéristiques de la confession.

10Pour ce qui est des « paroles », le maître donne de brèves citations du texte biblique lui semblant être autant d’appels à la confession ; il cite ainsi deux passages des Psaumes, attribués à David, et un extrait d’Isaïe « selon la Septante ». Pour Césaire, les « paroles » (uerba) sont donc une affirmation, un précepte, une maxime, directement tirés du texte biblique. Ici, les citations tirées des Psaumes et d’Isaïe sont données détachées de tout contexte, si bien qu’il est facile de les faire sonner comme des invitations à la confession chrétienne. Il s’agit donc de citer le texte biblique pour lui-même, comme une autorité, sans aucun appel à l’image ni au récit.

  • 14 Bremond C., Le Goff J., Schmitt J.-C., L’exemplum…, op. cit., spéc. p. 37-38.

11Enfin, l’« exemple » retenu est celui de David avouant, suite aux reproches du prophète Nathan, qu’il a péché en commettant l’adultère avec Bethsabée et en faisant assassiner son époux. Ce dernier cas de figure est particulièrement intéressant, car il se rapproche du sens que les historiens accordent aujourd’hui au terme exemplum, c’est-à-dire, pour reprendre la définition proposée par Jacques Le Goff, « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire14 ». Le récit biblique, dont la véracité ne peut être remise en doute, est édifiant en lui-même ; le novice est invité par son maître à imiter l’attitude de David, c’est-à-dire à confesser ses péchés. Le même terme exemplum est utilisé par ailleurs par Césaire pour désigner les faits merveilleux qu’il a recueillis. Mais le récit biblique est aussi une autorité, qui permet de fonder le sacrement de confession, au même titre que les figurae et les verba évoqués auparavant.

12On notera le caractère extrêmement elliptique de l’« exemple » proposé par Césaire. Le récit du double péché de David, qui s’étend dans la Bible sur le chapitre 11 et sur la moitié du chapitre 12 du deuxième livre des Rois, se trouve ici sous-entendu en une expression : « du péché commis avec Bethsabée ». De même, l’expression « à Nathan qui était venu le voir » suffit à évoquer tout ce qui a précédé la confession de David ; le prophète Nathan a dû en effet raconter l’histoire de la brebis du pauvre, démontrer à David qu’il avait agi de la même façon que le riche dans cette histoire, et lui annoncer un châtiment à venir, pour susciter enfin chez le roi la reconnaissance de sa faute. Dans ce long récit, un seul fait intéresse Césaire : l’aveu de David ; il résume donc tout le reste, considérant que cela est connu de son lecteur.

13Ces trois différents types d’utilisation de la Bible comme autorité évoqués par Césaire se retrouvent effectivement dans le Dialogus miraculorum, mais en dehors des exempla proprement dits. Le recueil de Césaire présente en effet une construction rigoureuse, basée sur un solide cadre théorique, dans lequel viennent s’insérer les récits. Avant d’aborder un nouveau chapitre ou un nouveau thème à l’intérieur d’un chapitre, Césaire prend ainsi le soin de définir la notion dont il va être question et d’annoncer le plan qu’il va suivre. Il fait aussi de brefs développements théoriques au cours ou à la fin d’un récit, pour préciser un point qui a été abordé dans la narration. C’est dans ces parties théoriques de l’ouvrage que l’on va surtout trouver les références à la Bible, invoquée comme autorité. On retrouve moins ce type d’utilisation de la Bible dans le De miraculis de Pierre le Vénérable, la structure de son recueil étant plus souple (les récits sont classés par lieux plus ou moins proches dans le livre I, et ils ont été ajoutés au fur et à mesure que Pierre les transcrivait dans le livre II), mais il fait de temps à autres de courts développements théoriques en citant la Bible comme autorité.

14Cependant le caractère particulier du texte biblique, dont les récits peuvent être utilisés aussi bien comme exemplum que comme autorité, se vérifie à plusieurs reprises, en particulier dans le Dialogus miraculorum. Césaire utilise ainsi à deux reprises le même texte biblique, tiré du chapitre 38 du livre d’Isaïe, mais de deux façons différentes ; il s’agit du récit de la maladie puis de la guérison miraculeuse du roi Ezéchias, obtenue par sa pénitence et par ses prières.

15Dans la distinction I, traitant de la conversion, Césaire s’intéresse au récit en lui-même, c’est-à-dire au fait qu’Ezéchias a obtenu de Dieu une guérison miraculeuse par sa pénitence.

  • 15 Éd. cit., t. I, p. 31 (Distinctio I : De conuersione ; cap. XXVI : De eo quod Deus aliquando diffe (...)

Distinction I : De la conversion ; chapitre xxvi : Du fait que Dieu laisse parfois un délai au pécheur pour cause de pénitence, et exemple d’Ezéchias15 :

  • 16 Is 38,5.

LE MOINE : […] Puisque la sainte prière ramène les morts à la vie, pourquoi ne pourrait-elle pas, ce qui n’est pas une moindre chose, obtenir la guérison pour les mourants ? À Ezéchias qui faisait pénitence et qui pleurait, le Seigneur déclara par l’intermédiaire d’Isaïe : « J’ai entendu ta prière, et j’ai vu tes larmes ; voici que j’ajouterai à tes jours encore quinze années16. » […] Oui, les années qui sont retirées pour cause d’orgueil peuvent être rendues pour cause d’humilité.

16À nouveau, on constate que le récit est rapporté d’une façon très elliptique, ce qui suppose une connaissance de cette histoire chez le lecteur. Même si Césaire choisit essentiellement de citer les paroles de Dieu à Ezéchias, ce qui compte pour lui ici est bien le résultat de la pénitence et des pleurs d’Ezéchias, à savoir la clémence divine lui accordant la guérison.

17Dans la distinction II, qui porte sur la contrition, Césaire se réfère à un autre passage du récit, en citant un extrait du cantique que chante Ezéchias après sa guérison :

  • 17 Éd. cit., t. I, p. 56 (Distinctio II : De contritione ; cap. I : De contritione, quid sit, unde di (...)

Distinction II : De la contrition ; chapitre i : De la contrition, de ce qu’elle est ; à partir de quoi on dira combien de sortes il en existe, quel est son fruit17 :

  • 18 Is. 38,15.

LE MOINE : Unique et générale doit être la contrition, qui anéantit la faute ; ensuite, si on pouvait le faire, il faudrait pleurer chaque jour avec Thaïs pour effacer la peine. C’est pourquoi Ezéchias dit : « Je repenserai à toi durant toutes mes années dans l’amertume de mon âme18. »

18Cette fois-ci, la citation est totalement extraite de son contexte, et elle est là pour elle-même. On ne s’intéresse plus au récit de la pénitence et de la guérison d’Ezéchias, mais uniquement à ses paroles, utilisées comme autorité afin de justifier les propos du moine sur la nécessité de pleurer chaque jour. Dans le même but, un exemple est donné, celui de Thaïs ; on remarque là encore que Césaire ne juge pas utile de rapporter son histoire, la jugeant connue de son lecteur.

19Lorsque Pierre le Vénérable ou Césaire de Heisterbach font référence à un récit biblique, ils oscillent donc toujours entre une utilisation du récit pour lui-même, comme narration édifiante, et une utilisation autoritative. Beaucoup des récits de la Bible sont en effet fondateurs. Ce sont à la fois des récits exemplaires donnant des modèles ou des contre-modèles de comportement, et des autorités fondant des normes, des savoirs et des croyances pour les chrétiens.

20Ainsi, dans l’un des récits rapportés dans le De miraculis de Pierre le Vénérable, une aspersion d’eau bénite ne suffit pas à délivrer un moine d’un démon qui le tourmente ; il faudra pour y parvenir que le moine fasse une confession sincère. En effet, le sacrement appliqué de l’extérieur ne suffit pas tant que subsiste le péché à l’intérieur. Pierre invoque alors les exemples de Judas et de Simon le Magicien, qui restèrent dans le péché même après avoir reçu l’eucharistie pour le premier et le baptême pour le second.

  • 19 Éd. cit., p. 18 ; trad. cit., p. 86 (Liber primus, cap. VI : De illo qui per ueram confessionem li (...)

Livre I, chapitre vi : De celui qui fut libéré du diable par une confession sincère19 :

  • 20 Ac 8,21 et 23.

Cela apparaît clairement dans les deux principaux sacrements de l’Église, le baptême et l’eucharistie. Si, en effet, ils avaient pu se sauver malgré la persistance de la malice intérieure, ni Judas ne serait allé se pendre après avoir reçu le sacrement du corps du Christ comme les autres disciples, ni Pierre n’aurait dit à Simon le Magicien déjà baptisé : « Dans cette affaire, il n’y a pour toi ni part ni héritage. Je te vois, en effet, dans le fiel d’amertume et les liens du péché20. »

21Pierre fait donc allusion à deux récits bibliques qui constituent des exemples fondateurs et irréfutables, à la fois exempla et autorités. Il appuie son allusion à Simon par une citation des propos que lui tient Pierre, sans juger utile d’expliquer ce qui lui vaut de telles remontrances.

22Dans le Dialogus miraculorum, après avoir raconté l’histoire d’un moine qui essaie d’entrer au Purgatoire de saint Patrick, le maître explique au novice que les péchés peuvent être remis après la mort, en s’appuyant d’abord sur une citation de l’Évangile, puis sur l’exemple de Judas Maccabée faisant un sacrifice pour expier le péché de ses soldats tombés au combat.

  • 21 Éd. cit., t. II, p. 348.

Distinction XII : De la rétribution des morts ; chapitre xxxix : Du moine qui voulut entrer dans ce même purgatoire [de saint Patrick]21 :

LE NOVICE : Où trouves-tu l’autorité attestant que les péchés sont remis après cette vie ?

  • 22 Mat 12,32.
  • 23 2 Mac 12,43.

LE MOINE : Le Seigneur dit dans l’Évangile : « Pour qui aura parlé contre l’Esprit saint, il n’y aura pas de rémission, ni dans cette vie, ni dans la vie future22. » On peut en conclure qu’après la mort les péchés véniels, et aussi la peine des péchés mortels, qui devraient être punis au purgatoire, sont remis par les mérites et les prières des saints apportant leurs suffrages, ou par l’intercession des prières, des aumônes, et des autres œuvres de miséricorde de l’Église militante. C’est pourquoi on lit que Judas Maccabée envoya deux mille drachmes d’argent à Jérusalem pour les péchés de ceux qui avaient été tués23. Et qu’il suffise d’avoir dit cela du purgatoire.

  • 24 Le Goff J., La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1981, spéc. (...)

23Cet exemple est d’autant plus intéressant que le sacrifice de Judas Maccabée, raconté au chapitre 12 du deuxième livre des Maccabées, est l’un des rares passages de la Bible permettant de justifier la croyance au Purgatoire24.

24Toujours dans le Dialogus miraculorum, on trouve parfois ces brèves références à des récits bibliques multipliées et énoncées les unes à la suite des autres. Ainsi, dans son chapitre sur la luxure, Césaire de Heisterbach, après une introduction présentant ce péché, fait une liste de récits bibliques prouvant à quel point la luxure est à l’origine de bien des maux. Ces listes de références à divers épisodes bibliques rappellent ce que l’on observe chez Nicolas de Hanapes, Dominicain mort en 1291, auteur du seul recueil d’exempla se présentant expressément comme un recueil d’exempla bibliques et intitulé Liber de exemplis Sacre Scripture. Malgré son caractère isolé, cette initiative a rencontré un grand succès (environ cent cinquante manuscrits et une cinquantaine d’éditions à l’époque moderne), et venait visiblement répondre à une attente des prédicateurs. Le recueil de Nicolas est organisé en cent trente-quatre chapitres thématiques, regroupant chacun de brefs résumés de récits bibliques rangés selon leur ordre d’apparition dans la Bible. Nicolas fait très peu de références à des passages non narratifs de la Bible, et semble prôner une utilisation du récit pour lui-même, pour sa valeur édifiante intrinsèque ; il ne donne pas d’interprétations allégoriques des récits bibliques. Il est donc intéressant de comparer les références bibliques auxquelles font appel Césaire de Heisterbach et Nicolas de Hanapes sur le thème de la luxure (les récits communs aux deux textes sont en caractères gras).

25Dans le Dialogus miraculorum, Césaire traite de la luxure dans la distinctio IV qui porte sur la tentation et qui est l’occasion d’aborder les sept péchés capitaux :

  • 25 Éd. cit., t. I, p. 258-259 (Distinctio IV : De tentatione ; cap. XCII : De luxuria et filiabus eiu (...)

Distinction IV : De la tentation ; chapitre xcii : De la luxure et de ses filles25 :

La luxure est la prostitution lubrique et débridée de l’esprit et de la chair, trouvant son origine dans des désirs impurs. Ses filles sont l’amour de soi-même, la haine de Dieu, l’attirance pour le siècle présent, l’horreur et le désespoir par rapport au siècle futur, la précipitation, l’inconstance, l’absence de réflexion, la cécité de l’esprit. Les degrés de la luxure sont la fornication, le stupre, l’adultère, l’inceste, le vice contre nature. La luxure, comme la gloutonnerie, est la cause de nombreux maux dans le monde.

  • 26 Gn 6.
  • 27 Gn 19.
  • 28 Gn 39.
  • 29 Nb 25.
  • 30 Jg 16.
  • 31 1 Rs, 2,22.
  • 32 2 Rs 11.
  • 33 3 Rs 11.
  • 34 Dn 13.
  • 35 Mat 14.
  • 36 Os 9,15.
  • 37 Jb 1,17.
  • 38 Jb 40,16.
  • 39 Lc 14,20.

[1] La luxure fut la principale cause du déluge26.
[2] Elle consuma la Pentapole dans le soufre et le feu27.
[3] La luxure emprisonna Joseph, un saint homme28.
[4] Elle abattit de nombreux fils d’Israël dans le désert. Cela eut lieu lorsque ceux qui péchaient avec les femmes madianites furent initiés au culte du Baal de Péor29.
[5] La luxure lia, affaiblit et aveugla le très fort Samson30.
[6] Elle ôta aussi aux fils d’Eli la gloire du sacerdoce en même temps que la vie. En effet, ils dormaient avec les femmes qui couchaient à l’entrée de la tente31.
[7] La luxure fit de David, l’élu du Seigneur, un adultère et un meurtrier32.
[8] Elle rendit fou le très sage Salomon et le conduisit à l’idôlatrie33.
[9] La luxure condamna Suzanne34.
[10] Elle décapita Jean-Baptiste35.
[11] Le Seigneur a dit de la luxure par la bouche d’Osée : « Toute leur méchanceté se trouve à Gilgal, c’est-à-dire dans les plaisirs ; c’est là que je les ai pris en haine36. »
[12] Et Joël dit à son sujet : « Les bêtes de somme se corrompent dans leur propre fumier37 », c’est-à-dire dans la puanteur de la luxure.
[13] Béhémoth, selon Job, dort dans les lieux humides38, c’est-à-dire luxurieux.
[14] Dans l’Évangile, alors que deux hommes s’excusaient, celui qui venait de se marier répondit orgueilleusement, disant : « Je viens de me marier, je ne peux pas venir39. »

26Césaire démontre ici que la luxure a toujours été la cause de nombreux maux, en enchaînant des allusions à divers épisodes de l’Ecriture. Ces exemples sont reliés entre eux et avec le thème abordé par un effet d’anaphore, avec le mot luxuria ou le pronom ipsa en début de phrase. Les treize passages de la Bible évoqués par Césaire sont de type narratif, sauf les références 11, 12 et 13 qui relèveraient plutôt des figures. À part l’exemple 10 qui concerne Jean Baptiste, Césaire cite ces épisodes dans l’ordre dans lequel ils apparaissent dans la Bible, peut-être par volonté de montrer que depuis le début de l’histoire des hommes et en progressant vers les temps présents, la luxure a toujours existé et a toujours provoqué de nombreux malheurs. Dans le Liber de exemplis Sacre Scripture, le chapitre xci est consacré à la luxure et à l’incontinence :

  • 40 Paris, BnF, ms lat. 6368, f. 72-72v (Cap. XCI: De luxuria et incontinencia).

Chapitre xci : De la luxure et de l’incontinence40 :

  • 41 Gn 6,12.
  • 42 Gn 38,24.
  • 43 3 Rs 11,1.
  • 44 Cf. 3 Rs 11,4.
  • 45 Tb 6,17.
  • 46 Jdt 12, 16.
  • 47 2 Mac 6,4.
  • 48 Lc 15,13.
  • 49 Lc 15,14.
  • 50 Lc 15,16.

[1] Le péché de chair apparaît comme la principale raison pour laquelle Dieu détruisit le monde par le déluge, Gn 6 : Toute chair avait corrompu sa voie41.
[2] Note combien de grands et nombreux maux survinrent à cause de l’ardente passion de Sichem, fils de Hamor, qui opprima Dina et lui fit violence. Gn 34.
[3] Les luxurieux détestent tout autant la luxure chez les autres, comme le montre Juda qui dit au sujet de Tamar : « Emmenez-la et brûlez-la42. » Gn 38.
[4] À cause de la femme d’un lévite qui avait été agressée avec une incroyable folie de débauche par des vauriens à Gibéa de Benjamin, plus de soixante mille hommes furent tués. Jug 20.
[5] Ishbaal, fils de Saül, reprocha à Abner d’être allé vers une concubine de son père ; mais Abner, furieux à cause de cela, fit en sorte de lui retirer sa terre. Et peu après il perdit à la fois la vie et sa patrie. 2 Rois 3 et 4.
[6] David, prisonnier de son amour pour Bethsabée, la femme d’Urie, commit l’adultère avec elle et obtint un meurtre par trahison. 2 Rois 11.
[7] Par amour pour sa sœur Tamar, Amon, fils de David, s’alita ; ensuite il la violenta, et s’enfuit de façon indigne ; enfin, il fut assassiné à cause de cet événement. 2 Rois 13.
[8] Absalom se rendit coupable d’une détestable luxure avec les concubines de son père. 2 Rois 16.
[9] Salomon aima de nombreuses femmes étrangères43, etc. ; on lit ensuite que son cœur fut tellement corrompu par elles qu’il rendit un culte à leurs dieux44, 3 Rois 11. Mais note les dommages qui en résultèrent pour lui : en effet, alors qu’il avait reçu une très grande sagesse de Dieu, il devint fou au point qu’il suivit d’autres dieux ; alors qu’auparavant il était aimable aux yeux du Seigneur, son cœur fut corrompu et le Seigneur s’irrita contre lui ; alors qu’il était très riche, il dépensa de nombreux biens pour édifier des temples aux idoles des nations ; alors qu’il jouissait auparavant d’une grande renommée dans le bien, il fut ensuite et jusqu’à aujourd’hui déshonoré dans l’opinion. Eccli. 47.
[10] L’ange dit au jeune Tobie : « Ceux qui entrent dans le mariage en excluant Dieu d’eux et de leur esprit, et qui se laissent aller à leur passion, comme le cheval et le mulet, sur ceux-là, le démon a pouvoir45. » Qu’en est-il alors des fornicateurs et des adultères, qui ne cherchent qu’à satisfaire leur hideuse passion ? Tob 6.
[11] Judith se tint devant Holopherne, et le cœur d’Holopherne fut agité, car il brûlait de désir pour elle46, etc. Jud 12.
[12] Deux vieillards, prêtres, furent à ce point corrompus par leur amour pour Suzanne que, lorsqu’elle refusa de se plier à leur volonté, ils s’efforcèrent de la faire mourir. Dan 13.
[13] À l’époque d’Antiochos, le temple était rempli de luxure et de festins par des hommes ayant commerce avec des courtisanes, et de plus, des femmes entraient dans les édifices sacrés47. 2 Mac 6.
[14] À cause d’Hérodiade, qu’Hérode avait épousée contre la loi, Jean Baptiste fut décapité sur la demande d’une femme impudente. Mt 14, Mc 6.
[15] Les esprits impurs aiment les lieux impurs, c’est pourquoi ils demandèrent au Seigneur Jésus de leur permettre d’entrer dans des porcs, non dans des bœufs ou des agneaux qui sont des animaux purs. Mt 8 et Lc 8.
[16] Parmi ceux qui furent invités au grand festin mais n’y allèrent pas, celui qui venait de se marier ne demanda pas s’il pouvait en être exempté, ce qui peut montrer à quel point sont éloignés du festin de Dieu les hommes luxurieux et impurs, si le fait de se marier implique et engage un homme au point qu’il ne peut penser à rien d’autre. Lc 14.
[17] L’exemple [exemplum] du fils prodigue, qui gaspilla ses biens en vivant dans la luxure48, montre que ce péché réduit à la misère ; c’est pourquoi il est dit, Luc 15, qu’il commença à se trouver dans le besoin49. De même, il avilit : en effet, on lit ensuite qu’il menait paître des porcs. De même, il n’éteint pas l’ardeur de la passion, mais la ranime ; en effet, il est dit ici : « Il aurait bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les porcs50, etc. »

27On ne trouve pas chez Nicolas de Hanapes la volonté de relier entre eux les différents exemples, car il traite de la luxure en général, et les chapitres de son ouvrage se présentent comme une succession de brefs résumés de récits bibliques livrés sans aucun encadrement théorique.

  • 51 Delcorno C. étudie la figure de David dans le Liber de exemplis Sacre Scripture dans son article « (...)

28Dans la forme, on observe chez les deux auteurs la même brièveté, un laconisme permettant d’aller directement à l’essentiel. Le fait évoqué est complètement extrait de son contexte, et les figures bibliques dont il est question deviennent des emblèmes de la luxure ou des malheurs qui surviennent par la luxure. Ces figures sont prises à un seul moment de leur existence : ainsi David ou Salomon, saisis à un bref instant de leur histoire, sont traités comme des contre-modèles, des hommes qui ont été victimes de leur luxure. Même si l’on rappelle à quel point ils ont pu être de grands hommes favorisés par Dieu (voir l’exemplum 9 de Nicolas sur Salomon), ils sont réduits à cette occasion de chute qu’a été pour eux la luxure. La fragmentation du texte biblique ici observée conduit à leur réduction à un seul aspect du personnage, alors que les figures de David et de Salomon, que l’on suit sur une assez longue durée dans la Bible, sont d’une grande complexité51.

29Césaire et Nicolas ont six récits bibliques en commun : le Déluge, l’adultère de David, Salomon corrompu par les femmes étrangères, Suzanne et les vieillards, la décollation de Jean Baptiste, la parabole des invités au festin. Une plus ample recherche serait nécessaire afin de savoir si ces récits bibliques surgissent spontanément sous la plume des auteurs médiévaux lorsqu’il est question de luxure, et si ces passages de la Bible reçoivent une exégèse insistant sur ce péché.

30Mais le texte biblique imprègne de façon beaucoup plus générale chacun des deux recueils. Les exempla narrant des faits merveilleux contemporains se doublent ainsi souvent d’un arrière-plan biblique, qui apparaît à travers des expressions tirées de la Bible, ou des comparaisons avec des figures et des épisodes bibliques.

31Comme c’est souvent le cas dans les textes médiévaux, des expressions de la Bible viennent spontanément sous la plume des deux auteurs pour décrire les personnages ou les événements dont il est question, surtout chez Pierre le Vénérable. Ainsi, dans le cadre d’un récit traitant d’un frère convers de l’ordre des chartreux, Pierre utilise des expressions de l’Épître aux Colossiens pour décrire l’enseignement que prodigue ce religieux à un enfant qui lui a été confié ; puis il décrit la mort prématurée de cet enfant à l’aide d’un verset du livre de la Sagesse, verset qui selon la tradition évoquerait la mort prématurée du juste Enoch.

  • 52 Éd. cit., p. 154-155 ; trad. cit., p. 269. (Liber secundus, cap. XXIX : Item de supra [quodam frat (...)

Livre II, chapitre xxix : À propos du même religieux [un frère chartreux]52 :

  • 53 Col 3,1-2.
  • 54 Sg 4,11.

Comme un bon maître, il enseigna au jeune à lui confié à regarder en esprit vers le ciel, à aspirer aux choses célestes, à tendre de toutes les forces de son âme vers le Christ, Dieu et Seigneur du ciel et de la terre, à rechercher les choses non d’ici-bas, mais les choses d’en haut, là où se trouve le Christ assis à la droite de Dieu53.
[…]
Mais il plut à Dieu qu’un enfant si bien éduqué, si saintement enseigné, ne demeure pas longtemps parmi les mortels, de crainte qu’il ne contracte une tache à leur contact prolongé. Il a donc été enlevé de peur que la malice n’altérât son intelligence, ou que la tromperie – connue même parfois de certains religieux – n’égarât son âme54.

32Ce procédé se retrouve chez Césaire de Heisterbach. À propos d’un usurier blasphémateur et menteur, il reprend une formule utilisée par Paul dans la première Épître à Timothée pour maudire deux individus. L’usurier a ensuite la vision du siège de feu qui lui est préparé en enfer, et meurt tout de même sans confession ; le voici « enterré en enfer », selon la formule que l’on trouve dans la Vulgate à propos de ce mauvais riche dont le sort dans l’au-delà fut à l’opposé de celui du pauvre Lazare.

  • 55 Éd. cit., t. I, p. 70-72 (Distinctio II : De contritio, cap. VII : De Godescalco usurario, qui sed (...)

Distinction II : De la contrition, chapitre vii : De l’usurier Godescalc, qui vit un siège de feu préparé pour son châtiment55 :

  • 56 1 Tm 1,20.
  • 57 Lc 16,22.

Mais le Seigneur, qui est juste, pour montrer clairement combien lui plaisaient le labeur et les dépenses de ceux qui partaient en pèlerinage, et combien étaient déplaisants à ses yeux la ruse et le blasphème de ce médisant, livra cet homme très misérable à Satan, pour lui apprendre à ne pas blasphémer56.
[…]
Et ainsi, sans contrition, sans confession, sans viatique ni sainte onction, il mourut le troisième jour ; il fut enseveli en enfer57.

33Chez les deux auteurs, de nombreux personnages et événements contemporains trouvent des modèles dans la Bible. Ainsi, Pierre le Vénérable consacre plusieurs chapitres du livre II du De miraculis à la vie de Matthieu d’Albano. Au chapitre vi, Matthieu justifie sa volonté de quitter son état de chanoine : il craint que sa charge n’ait été achetée et qu’il ne soit ainsi un disciple de Simon. Puis, parce qu’il célèbre quotidiennement le sacrifice eucharistique, il est comparé à Job célébrant quotidiennement des sacrifices en faveur de ses enfants (chapitre viii). Pour sa rigueur et son zèle réformateur, il est comparé dans le chapitre ix à Pinhas clouant sur sa lance l’Hébreu qui péchait avec une Madianite (Nombres 25), et à Elie obtenant le massacre des prêtres de Baal (3 Rois 18). Enfin, au chapitre xiv, Pierre compare Matthieu devenu évêque d’Albano à David pour sa fidélité envers Dieu. Pierre utilise le même procédé dans le chapitre viii du livre I du De miraculis : un procès oppose Gérard, prieur du monastère du Saint-Sauveur de Nevers, à l’un de ses prévôts, à propos d’une possession ecclésiastique ; le prévôt, qui ment de façon éhontée, tombe à la renverse et meurt, rappelant ainsi la mort d’Ananias et de Saphira, tombés morts aux pieds de Pierre après lui avoir menti à propos de la somme rapportée par le champ qu’ils avaient vendu (Actes 5,1-11).

  • 58 Éd. cit., t. I, p. 26-27. Distinction I : De conuersione, cap. XIX : De conuersione Henrici german (...)
  • 59 Éd. cit., t. I, p. 136-137. Dictinction III : De confessione, cap. XXI : De peregrinis, qui propte (...)

34Césaire de Heisterbach a fréquemment recours lui aussi aux comparaisons bibliques dans le Dialogus miraculorum. Ainsi, lors de la conversion d’Henri, frère de Louis VII, entré chez les Cisterciens après sa rencontre avec saint Bernard, l’un de ses proches nommé André s’emporte et blasphème ; à la suite des prières du saint, il se convertit miraculeusement, se montrant ainsi un nouveau Saül, c’est-à-dire un nouveau saint Paul58. Dans un autre récit, des pèlerins surpris par une violente tempête en mer commencent à se confesser mutuellement. Mais la tempête n’a été déclenchée que par les horribles péchés d’un seul homme, qui, le comprenant, se confesse publiquement ; la tempête cesse aussitôt. Le novice s’étonne alors que tous se soient trouvés pris dans la tempête à cause des péchés d’un seul homme, et le moine justifie cet événement en évoquant le chapitre 1 du livre de Jonas59.

35Césaire montre aussi que les récits bibliques sont appelés à se reproduire sans cesse, car la nature humaine n’a pas changé depuis les origines ; chaque homme est un nouvel Adam, chaque femme une nouvelle Ève ; chacun est appelé à commettre à nouveau leur péché. Dans la distinction IV, qui traite de la tentation, on trouve au chapitre lxxv l’histoire d’un serviteur qui s’indigne qu’Adam n’ait pas pu respecter la petite interdiction qui lui était posée, et qui finit par céder au même péché en ouvrant une boîte que son maître lui avait demandé de garder sans l’ouvrir ; dans le chapitre lxxvi, c’est la femme d’un chevalier qui s’indigne du péché commis par Ève, mais ne parvient pas non plus à respecter une interdiction minime posée par son mari.

  • 60 Éd. cit., p. 156-158. Livre II, XXX : De miraculo cereorum Romanorum in ecclesia Matris Domini.
  • 61 Éd. cit., t. II, p. 25-28. Distinction VII : De sancta Maria ; cap. XX : De uisionibus nobilis uir (...)

36Plus encore, chez les deux auteurs, les récits bibliques apparaissent renouvelés et réactualisés dans les temps présents. Césaire souligne ainsi qu’il y a déjà eu des précédents aux faits merveilleux qu’il évoque, ce qui leur donne plus de crédibilité ; il trouve ces précédents dans la Bible, mais aussi parfois dans les Dialogues de Grégoire le Grand ou dans les Vitae patrum. Les miracles d’aujourd’hui renouvellent donc ceux d’hier, voire les surpassent ; Pierre comme Césaire souligne ce point à plusieurs reprises. Pierre le Vénérable évoque ainsi dans le De miraculis un miracle qui se reproduit chaque année depuis déjà cent ans à l’église Sainte-Marie-Majeure de Rome : les cierges brûlés lors de l’Assomption pèsent le même poids avant et après avoir brûlé. Il compare ce miracle avec ceux dont bénéficia le prophète Elie, nourri par la jarre de farine et la cruche d’huile de la veuve qui ne s’épuisèrent pas pendant trois ans et demi, et par des corbeaux qui lui apportèrent du pain et de la viande (3 Rois 17). Mais, selon Pierre, les miracles survenus du temps de la loi chrétienne et évangélique surpassent ceux survenus du temps de la loi mosaïque60. Dans le Dialogus miraculorum, Césaire raconte à son tour un miracle survenu de son temps qui selon lui surpasse un miracle biblique : une jeune femme, noble, paralysée, dévote, bénéficiant d’un don de prophétie, a une vision au sujet du chapitre général des Cisterciens, d’où elle voit monter une échelle. Le novice rapproche alors cette vision du songe de Jacob à Béthel, mais, selon son maître, cette vision est bien supérieure à celle de Jacob, car elle survint à la jeune femme non pas durant son sommeil mais alors qu’elle était éveillée61.

  • 62 Éd. cit., t. II, p. 84-86. Distinction VIII : De diuersis uisionibus ; cap. V : De monacho qui Chr (...)

37Dans le Dialogus miraculorum, certains dévots personnages contemporains de Césaire ont même l’honneur d’assister à des scènes évangéliques, dans lesquelles ils sont transportés par leurs visions. Un moine est ainsi témoin d’une scène dont la description minutieuse laisse comprendre immédiatement qu’il s’agit de la Nativité : il voit une très belle femme tenant dans ses bras un nouveau-né enveloppé dans des langes dont la pauvreté suscite sa compassion, et en retrait un vieillard dont il décrit la tenue ; la femme a un fuseau au côté62. Des contemporains de l’auteur se trouvent ainsi transportés dans un glorieux passé biblique. Mais ce passé n’est-il pas toujours d’actualité, comme le montrent les faits merveilleux du temps présent qui renouvellent et même surpassent les événements du temps de la Bible ? Les textes bibliques apparaissent intemporels et toujours vivants car sans cesse renouvelés à l’époque où écrivent Pierre le Vénérable et Césaire de Heisterbach, l’époque qui vit fleurir la grandeur de Cluny et de Cîteaux.

Notes

1 Éd. cit., t. I, p. 370 (Distinctio VI : De simplicitate ; cap. XVIII : De abbate, quem inclusa symoniace intrasse dicebat, eo quod electionem suam astute procurasset).

2 Strange J. (éd.), Caesarii Heisterbacensis Monachi Ordinis Cisterciensis Dialogus Miraculorum, Cologne-Bonn-Bruxelles, 2 vol., 1851-1857 (reprint Ridgewood, New Jersey, 1966), version électronique : Césaire de Heisterbach en ligne (CEL)/GAHOM, EHESS [en ligne] (http://gahom.ehess.fr/document.php?id=721> (consulté le 13 juillet 2010) ; trad. fr. Césaire de Heisterbach, Le dialogue des miracles, livre I : De la conversion, traduit du latin, présenté et annoté par Barbeau A., Oka, Abbaye cistercienne Notre-Dame-du-Lac (Voix monastiques, 6), 1992.

3 Éd. cit., t. I, p. 2.

4 Bouthillier D. (éd.), Petri Cluniacensis De miraculis libri duo, Turnhout, Brepols (CCCM, 83), 1987 ; trad. fr. Torrell J.-P. et Bouthillier D., Pierre le Vénérable, Livre des merveilles de Dieu, Paris, Le Cerf, 1992.

5 Voir par exemple le récit II, 25 : « De la vision que j’ai eue moi-même alors que j’étais à Rome. »

6 Éd. cit., t. I, p. 111 (Distinctio III : De confessione ; cap. I : Quid sit confessio, qualis esse debeat, quae eius sit virtus, quis fructus).

7 Lev 13 et 14.

8 Mt 8,4.

9 Cant 2,14.

10 Ps 105,1.

11 Ps 36,5.

12 Is 43,26.

13 2 Rs 12,13.

14 Bremond C., Le Goff J., Schmitt J.-C., L’exemplum…, op. cit., spéc. p. 37-38.

15 Éd. cit., t. I, p. 31 (Distinctio I : De conuersione ; cap. XXVI : De eo quod Deus aliquando differat peccatorem propter poenitentiam, et exemplum de Ezechia).

16 Is 38,5.

17 Éd. cit., t. I, p. 56 (Distinctio II : De contritione ; cap. I : De contritione, quid sit, unde dicatur, quot sint eius species, quis fructus).

18 Is. 38,15.

19 Éd. cit., p. 18 ; trad. cit., p. 86 (Liber primus, cap. VI : De illo qui per ueram confessionem liberatus est a diabolo).

20 Ac 8,21 et 23.

21 Éd. cit., t. II, p. 348.

22 Mat 12,32.

23 2 Mac 12,43.

24 Le Goff J., La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1981, spéc. p. 64-65.

25 Éd. cit., t. I, p. 258-259 (Distinctio IV : De tentatione ; cap. XCII : De luxuria et filiabus eius).

26 Gn 6.

27 Gn 19.

28 Gn 39.

29 Nb 25.

30 Jg 16.

31 1 Rs, 2,22.

32 2 Rs 11.

33 3 Rs 11.

34 Dn 13.

35 Mat 14.

36 Os 9,15.

37 Jb 1,17.

38 Jb 40,16.

39 Lc 14,20.

40 Paris, BnF, ms lat. 6368, f. 72-72v (Cap. XCI: De luxuria et incontinencia).

41 Gn 6,12.

42 Gn 38,24.

43 3 Rs 11,1.

44 Cf. 3 Rs 11,4.

45 Tb 6,17.

46 Jdt 12, 16.

47 2 Mac 6,4.

48 Lc 15,13.

49 Lc 15,14.

50 Lc 15,16.

51 Delcorno C. étudie la figure de David dans le Liber de exemplis Sacre Scripture dans son article « Bibbia e generi letterari del Medio Evo », Annali di storia dell’esegesi, 8/2, 1991, p. 547-564.

52 Éd. cit., p. 154-155 ; trad. cit., p. 269. (Liber secundus, cap. XXIX : Item de supra [quodam fratre cartusiensi].)

53 Col 3,1-2.

54 Sg 4,11.

55 Éd. cit., t. I, p. 70-72 (Distinctio II : De contritio, cap. VII : De Godescalco usurario, qui sedem igneam sibi in poenis praeparatam uidit).

56 1 Tm 1,20.

57 Lc 16,22.

58 Éd. cit., t. I, p. 26-27. Distinction I : De conuersione, cap. XIX : De conuersione Henrici germani Regis Franciae.

59 Éd. cit., t. I, p. 136-137. Dictinction III : De confessione, cap. XXI : De peregrinis, qui propter peccata unius hominis in mari periclitari, eiusdem confessione sunt liberati.

60 Éd. cit., p. 156-158. Livre II, XXX : De miraculo cereorum Romanorum in ecclesia Matris Domini.

61 Éd. cit., t. II, p. 25-28. Distinction VII : De sancta Maria ; cap. XX : De uisionibus nobilis uirginis de Quida.

62 Éd. cit., t. II, p. 84-86. Distinction VIII : De diuersis uisionibus ; cap. V : De monacho qui Christum quasi recenter natum uidit cum Maria et Joseph.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540