Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tonnerre des exemples

 | 
Marie-Anne Polo De Beaulieu
, 
Jacques Berlioz
, 
Pascal Collomb

Première partie. Les exempla bibliques

Exemplum et vulgarisation du savoir biblique aux derniers siècles du Moyen Âge1

Exemplum and Popularization of biblical Knowledge in the last Centuries of the Middle Ages

Marie Anne Polo de Beaulieu

Résumé

Par la prédication ad populum, la matière biblique est offerte aux illettrés, mais il ne s’agit pas seulement de la Vulgate, des textes dérivés ont joué un grand rôle dans cette entreprise de vulgarisation : l’Historia scolastica, le Liber de exemplis Sacre Scripture de Nicolas de Hanapes, la Biblia pauperum sans oublier les Apocryphes. Après une revue historiographique sur la définition problématique de l’exemplum, M. A. Polo de Beaulieu propose de repérer les indices de l’engouement de la littérature exemplaire pour la matière biblique au travers de l’Index exemplorum. Puis elle suit les figures d’Esther et de Judith dans le Ci nous Dit en ancien français et dans le recueil latin des Gesta romanorum. Que ce soit dans les recueils d’exempla ou dans les sermons de Jacques de Voragine et de Vincent Ferrier, les récits bibliques sont l’objet d’un travail de réécriture dont toutes les facettes sont analysées. Parfois, la ré-interprétation est si radicale – dans le cas d’un exemplum « familier » de Fédérico Visconti – que l’on peut se poser la question des limites de ce qu’il est convenu de désigner comme exemplum biblique.

Through the sermon ad populum biblical knowledge is transmitted to illiterate people, but it is not only via the Vulgate, some derived texts have played a significant role in this process of popularization: the Historia scolastica, the Liber des exemplis Sacre Scripture, the Biblia pauperum and the Aprocryphal. After an historiographic survey of the definition of exemplum, M. A. Polo de Beaulieu sets out to evaluate the real place of biblical exempla within the Index exemplorum. She then follows the characters of Esther and Judith through two collections of exempla: the old French Ci nous dit and the Latin Gesta romanorum. In collections of exempla, in Jacobus de Voragine and Federico Visconti’s sermons, the biblical narratives are submitted to a rewriting in which all the processes are analysed. Sometimes, the re-interpretation is so radical – for instance, in the «exemplum familiare» in Federico Visconti’s sermons – that one might wonder what the limits of the definition of «biblical exemplum» are.

Texte intégral

  • 1 Cet ensemble de réflexions sur l’exemplum biblique a l’ambition d’offrir la synthèse des pistes de (...)
  • 2 Dans ce même esprit, nous avons organisé une session au congrès de Kalamazoo, 2007, intitulée « Or (...)
  • 3 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, Berlioz J., Eichenlaub J.-L. (...)

1Cette réflexion sur l’exemplum biblique est à replacer dans une interrogation plus large sur la vulgarisation du savoir biblique, qui passe par un accès oral et visuel offert à des fidèles illettrés pour leur grande majorité2. Cette religion du livre impose un respect pour l’objet lui-même en dehors de toute pratique de lecture. C’est ainsi qu’Étienne de Bourbon rapporte qu’un vieillard, nommé Nicolas, qui avait vécu soixante-dix ans dans la débauche, vint se confesser à saint André. Le saint homme lui confia un volume des Évangiles à porter sur sa poitrine pour se protéger des tentations. Mais poussé par le désir, ce pécheur alla trouver une prostituée qui le repoussa vivement en criant : « Sors, vieillard, car je vois sur toi des merveilles3. »

  • 4 La Bible hébraïque est connue des savants exégètes, comme en témoigne la Bible hébraïque de Ramsey (...)
  • 5 Poleg E., The Mediations of the Bible in Late Medieval England, Université de Londres (PhD, sous l (...)
  • 6 G. Dahan et N. Bériou ont rappelé durant la discussion l’importance de l’Historia Scolastica.

2Mais au-delà de l’objet sacré, la Bible est un texte destiné à être lu, ruminé, médité, glosé par les savants, mais également expliqué même aux plus ignares des fidèles. Quand la prédication devient la priorité de l’Église au XIIIe siècle, il semble naturel de retrouver ce savoir biblique diffusé par les instruments de travail des prédicateurs : concordances bibliques, recueils de distinctiones et recueils d’exempla. Mais rappelons que l’expression « la Bible » recouvre ici un ensemble complexe de textes : la Bible hébraïque est inconnue des fidèles chrétiens4, les traductions en grec demeurent incomplètes et rares en Occident. C’est le texte latin qui est considéré comme le texte « originel » par les non-spécialistes. Cette Vulgate très hétérogène est corrigée depuis les Carolingiens, mais ce n’est qu’au XIIIe siècle que son texte se stabilise : une version uniforme se diffuse alors dans tout l’Occident5. Cette Bible se présentait parfois surchargée de gloses (issues de l’exégèse) qui se glissaient entre les lignes et dans les marges. L’Historia scolastica de Pierre le Mangeur était parfois appelée aussi sacra pagina dans les textes d’exégèse, tant elle était considérée comme une autorité (même si elle avait un statut intermédiaire)6. Il existait également des traductions partielles de la Bible en langue vulgaire ; pour l’ancien français les livres de la Genèse, le Psautier, la Chevalerie de Judas Macchabée, l’Histoire de Job enfin l’Apocalypse. Ce n’est qu’à la fin du XIIIe siècle que parait à Paris une traduction intégrale de la Bible en ancien français en deux volumes. Des abréviations en vernaculaire ont aussi fleuri comme le Roman de Dieu et de sa mère (1188-1195). Dans les années 1310 apparaît dans le sud de l’Allemagne un nouveau type de livre dérivé de la Bible : la Biblia pauperum qui compare sur chaque page une scène de l’Ancien Testament et une scène du Nouveau accompagnées de vers mnémoniques. À côté du texte officiel de la Bible, les Apocryphes circulaient largement et pouvaient parfois être captés dans les recueils d’exempla. Grâce à ce texte biblique stabilisé et tous ses dérivés, il est indéniable que le trésor narratif de la Bible a fait son chemin dans la littérature exemplaire.

  • 7 Welter J.-Th., L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris-Toulous (...)

3Depuis la création du séminaire consacré aux exempla médiévaux, une question est revenue de façon lancinante : « Les exempla bibliques existent-ils ? » Sur un plan concret, le problème se fait récurrent quand, dans l’indexation d’un recueil d’exempla surviennent des exempla proposant des scènes bibliques. Faut-il les retenir pour le ThEMA (Thesaurus Exemplorum Medii Aevi) ? Cette question peut paraître triviale et relever d’une simple décision interne. Elle est pourtant le signal d’une question plus ample et théorique à la fois. Pour J.-Th. Welter, que la Bible soit une source d’exempla ne fait aucun doute : « Les récits historiques ou légendaires de la Bible ont, en effet, exercé de tout temps un grand attrait sur les fidèles et ont, par la suite, joui d’une vogue légitime parmi eux. » Et il ajoute que ces récits « […] auront à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, une vogue immense dans les masses populaires grâce au succès qu’obtiennent le Liber des exemplis Sacre Scripture de Nicolas de Hanapes et les Biblie pauperum ». Et plus loin, il donne cette définition enflammée : « […] l’exemplum biblique, cette morale en action des livres inspirés7 ». Régulièrement, dans son ouvrage, Welter évoque les « exempla bibliques » employés par tel ou tel auteur.

4Il ne s’agit donc pas de redonner vie à « l’exemplum biblique » de J.-Th. Welter. Il s’agit de comprendre le sens d’une rencontre entre le texte biblique et ce qui peut nous sembler être un récit exemplaire, un exemplum. En d’autres termes, si le récit exemplaire s’abreuve à des sources multiples, et placé dans le cadre d’une rhétorique émotive devient exemplum, qu’advient-il quand cette source est biblique ? Pour P. von Moos, ce n’est pas la source d’où l’exemplum est puisé qui le distingue d’une autre histoire. N’importe quel contenu biblique peut servir d’exemplum.

5Dans ce qui paraît être des exempla, dans ce fonds déterminé par la fonction rhétorique, nous nous poserons donc la question de savoir ce qu’il se passe quand la Bible rencontre le récit exemplaire : un précipité, une explosion, une fusion ou un mélange impossible, comme l’huile qui refuse de se mélanger à l’eau ? Nous verrons dans un premier temps quelques indices de cet engouement pour la matière biblique dans la littérature exemplaire, puis nous nous attacherons à la variété des formes que revêt l’exemplum biblique.

  • 8 Dans le Cross Reference Index, l’entrée « Christ » occupe les pages 425 à 427 et l’entrée « Virgin (...)
  • 9 David et Saül (no 1455), David et Bethsabée (no 1453), David et les Égyptiens (no 1454), sont ment (...)
  • 10 Daniel et la statue (no 1432), dans la fosse aux lions (no 1433), tuant un dragon, idole des Babyl (...)
  • 11 Marie Madeleine comme personnage biblique : sa conversion (no 3196), son jeûne (no 3198) et ses la (...)
  • 12 Le roi Salomon en relation avec d’autres personnages bibliques : Adonyas (no 4461), Marcolf (no 44 (...)
  • 13 Dans le Cross Reference Index, l’entrée « Devils(s) » occupe les pages 437-441. Par ailleurs, L.-J (...)

6Si l’on en croit l’Index exemplorum de Fr. C. Tubach – hormis le Christ et la Vierge8 qui sont l’objet de dizaines voire des centaines de récits exemplaires –, les personnages bibliques les plus souvent mis à contribution sont Salomon et Marie Madeleine (onze références), saint Jean (dix références), David (six références)9 et Daniel (quatre références)10. Rappelons la fragilité de ces chiffres liés aux éditions de textes disponibles lorsque Fr. C. Tubach a lancé son Index exemplorum et souvenons-nous que, de plus, ils recouvrent des réalités fort différentes. Marie Madeleine est plus évoquée comme une sainte, un intercesseur efficace, actif à l’époque de la composition des recueils d’exempla (elle apparaît, réalise des miracles) que comme personnage biblique11, alors que la vie évangélique de saint Jean est plus souvent rappelée que ses miracles. En revanche, tous les renvois de l’Index exemplorum reprennent exclusivement des épisodes de la vie du roi Salomon12. Dans le cas de Marie Madeleine, la sainte prime sur le personnage biblique, si bien que seuls les exempla liés à sa vie aux côtés du Christ et des apôtres pourront être considérés comme « exempla bibliques ». Mais au-delà de ces quelques séries, on compte finalement un nombre relativement limité de personnages bibliques dans l’Index exemplorum, face à la cohorte des saints, docteurs de l’Église (Augustin), fondateurs d’ordres (Bernard, Dominique, François) sans compter la masse anonyme des moines et frères méritants en butte aux menées des diables surreprésentés13.

  • 14 Blangez G., « La tradition des Apocryphes dans le Ci nous dit », Alain de Lille, Gautier de Châtil (...)

7Quelques sondages dans cette masse de références font apparaître des recueils particulièrement réceptifs à la matière biblique notamment des recueils en ancien français : Les Contes moralisés de Nicole Bozon, le Manuel des Péchiez (traduit en anglais sous le titre Handlyng Synne) et un recueil germanique le Seelentrost. Mais c’est un autre recueil en ancien français, non indexé par Fr. C. Tubach, qui offre la plus grande moisson d’exempla bibliques : le Ci nous dit. Ce recueil anonyme composé dans la région de Soissons dans les années 1313-1330 a été appelé aussi « Composition de sainte Escriture », car les quelque cent cinquante premiers chapitres sont une réécriture de la Bible, depuis la Genèse, mais sans respecter l’ordre des livres bibliques. On trouve par exemple la séquence suivante : Les marchands du Temple (chapitre 47) ; Abel tué par Caïn (chapitre 48) ; Salomon et l’arche d’alliance figure de l’Eucharistie (chapitre 49) ; et la Cène (chapitre 50). On observe une préférence marquée pour le Nouveau Testament (et ses Apocryphes14), notamment sur l’enfance du Christ (chapitres 37-43), sa vie et sa Passion (chapitres 53-65). Les textes vétérotestamentaires semblent convoqués seulement dans une perspective typologique : Esther et Judith préfigurent Marie (chapitres 10 et 10a), tandis que Samson lié préfigure le Christ en croix (chapitre 79). La fin de cette première partie s’achève sur des exempla eucharistiques et des exempla bibliques annonçant ou mettant en place ce sacrement central dans la vie de l’Église et des fidèles. Cependant l’auteur n’a pas hésité à insérer des exempla non bibliques au milieu de cette « réécriture » biblique. C’est ainsi que juste après le chapitre consacré à la Nativité, nous trouvons une apologie de la pauvreté (« Six raisons d’aimer pauvreté »), et après l’arrestation du Christ (chapitre 54), les exemples du cerf qui se laisse prendre (chapitre 55) et de la capture d’une baleine, source de prospérité (chapitre 56).

8Dans la suite du recueil, les exempla bibliques restent présents mais de façon diffuse. Pour G. Blangez, ils seraient plutôt regroupés en début et en fin de partie pour les structurer et les lester de l’autorité du livre sacré, mais ce schéma idéal ne fonctionne pas toujours. Le traité de gloutonnie (tout acte où la chair domine l’esprit), s’ouvre effectivement par neuf exempla bibliques (no 151-159) : Noé qui plante une vigne, l’ivresse de Noé, l’interdiction de la chair étouffée, la destruction de Sodome, les filles de Loth, Esaü et son plat de lentilles, puis deux exemples de mauvais riches. Mais ce chapitre qui offre nombre de fables, apologues et contes s’achève sans série biblique.

9Examinons de près la mise en texte et en image de deux figures féminines de l’Ancien Testament : Esther et Judith qui préfigurent Marie et par elle la rédemption du genre humain (cf. reproduction p. 40). Il n’y a aucune volonté de l’auteur de suivre aveuglément le texte de la Bible ; il choisit un épisode emblématique et le résume : Judith enivre Holopherne (Judith 13-15) et Esther reçoit du roi Assuérus la verge d’or (Esther 5,2). La partie narrative est aussi développée que la moralisation (introduite par la formule « En ceste maniere ») qui en donne une exégèse typologique.

  • 15 Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 2593. Ce récit est attesté dans le recueil germaniq (...)

Chapitre 10. Ci nous dit conment la bele Judith enyvra Oliferne et le tua en dormant pour ce qu’il vouloit destruire Jerusalem ; et pendi sa teste aus murs de la cité. Et quant sa gent la virent, si s’en alerent confus. En ceste maniere fusmes nous delivrez d’enfer par la douce vierge Marie, qui est la bele Judith. Et la pardirent li dyables lour pouair et par son dous fruit. Et ainsi sommes nous par lui delivré des anemis conme ciz de Jerusalem furent d’Oliferne par la bele Judith15.

  • 16 Seule référence à Esther dans l’Index exemplorum : Esther et Mordecaï, no 1909. Repris dans les Ge (...)

Chapitre 10a. Veschi la bonne Ether a qui li roys Ausuaires tendi la verge d’or et par li out pais puesple d’Ysrael au roy qui devant y avoit guerre. En ceste maniere fusmes nous delivrez par la vierge Marie et par son douz filz qui est la verge d’or. Que tout aussi conme li ors est afiner ou feu, ainssi vint il dou sain son Perre en terre pou nous afiner ou feu de vraie amour16.

10Dans le manuscrit de Chantilly, ces deux histoires sont représentées dans une même image, séparée par une ligne verticale qui correspond au changement de couleur du fond : rouge pour Judith, bleu pour Esther. La scène de Judith prend les deux tiers de l’espace iconographique car elle est décomposée en deux images : la décapitation du roi endormi, puis sa tête plantée sur une lance au sommet d’une tour qui dépasse la bordure de l’image : une manière radicale d’insister sur ce détail, symbole d’une violence qui provoque le désarroi des soldats réunis en un groupe désordonné au pied de la tour. La miniature consacrée à Esther est beaucoup plus statique avec un roi en majesté qui fait un geste solennel et royal : il tend la verge d’or à Esther. L’importance de cette dernière est affichée par sa taille (supérieure à celle du roi) et par le fait que ses pieds débordent de la bordure inférieure de l’image.

  • 17 L’auteur anonyme des Gesta Romanorum était certainement un membre de l’ordre des frères prêcheurs (...)

11Dans les Gesta Romanorum17, composées avant 1342 (date du plus ancien manuscrit), le choix du compilateur anonyme est radicalement différent : pour traiter du personnage d’Esther, il préfère donner dans le chapitre De persecutione, un résumé de sa vie (Esther 1-8), suivi d’une très longue moralisation (annoncée par le terme moralizacio), qui adopte le ton du prédicateur avec la formule d’ouverture Carissimi (« Très chers [frères] »). Le résumé s’ouvre par le banquet au cours duquel le roi Xerxès exigea que la reine Vasti se présente ; devant son refus, il décida de choisir Esther à sa place. Peu de temps après, le roi promut Haman au dessus de tous ses ministres. Seul Mardochée refusait de s’incliner devant lui. Pour se venger, Haman voulut organiser une persécution générale du peuple des Juifs. L’épisode, jugé central par le compilateur du Ci nous dit, des efforts d’Esther pour intervenir en faveur du peuple juif, est omis ici. Le résumé se focalise en fait sur Mardochée, objet de toutes les persécutions (thème du chapitre), pour lequel Haman fait préparer un gibet espérant obtenir sa condamnation du roi. Or Xerxès lui demande au contraire de faire habiller Mardochée de vêtements royaux et de le conduire à cheval dans la ville pour le remercier d’avoir dénoncé deux eunuques qui complotaient contre lui. Lors d’un banquet organisé par Esther, et auquel participent le roi et Haman, Esther demande grâce pour son peuple et dénonce les manœuvres d’Haman. Celui-ci est condamné à être pendu au gibet qu’il avait préparé pour Mardochée, et ce dernier reçoit toutes les richesses d’Haman.

12La moralisation institue un système d’équivalences entre des personnages de cette histoire complexe et des entités religieuses : le roi Xerxès représente le Christ, la reine Vasti la synagogue, Haman représente d’abord le peuple juif puis l’Antéchrist, les deux eunuques comploteurs les deux peuples infidèles à savoir les Juifs et les Gentils, la reine Esther l’Église et Mardochée le peuple chrétien.

  • 18 Liber exemplorum, Little G. (éd.), 1908, no 206a. Voir ci-après p. 48-52 le même procédé chez Césa (...)

13L’examen d’autres recueils d’exempla nous a permis de prendre la mesure de la variété des modes de captation de la matière biblique dans le dispositif didactique de la collection exemplaire. Parfois, le compilateur joue de la simple allusion, comme celui du Liber exemplorum qui se contente de noter au chapitre sur la luxure combien de personnages dans plusieurs livres de la Bible sont morts à cause de leur péché de luxure (Gn 7, Gn 19, Jg 20)18.

  • 19 Libro de Buen Amor, Blecua Cátedra A. (éd.), Madrid, 1992 ; traduction : Juan Ruiz, Livre de Bon A (...)

14En Castille, Juan Ruiz, archiprêtre de Hita, dans son Livre de Bon Amour (entre 1330 et 1343), manie la réécriture légère, presque amusante de thèmes bibliques pour aborder des sujets graves19 :

§ 294 Adam, notre père, par gourmandise et gloutonnerie,
pour avoir mangé du fruit qui était interdit,
du paradis par Dieu fut chassé le jour même :
pour cela en enfer depuis sa mort il gît.
§ 295 La gourmandise en a tué beaucoup dans le désert,
et sûrement parmi les meilleurs qui s’y trouvaient ;
le prophète a dit ce que je te reproche,
pour manger et pour boire ta bouche toujours bée.
§ 296 Par gourmandise tu poussas Loth, noble bourgeois,
à boire tant, qu’il coucha avec ses propres filles
pour assouvir ta fornication ; là où est le vin
aussitôt apparaît la luxure et son cortège de maux.

15Juan Ruiz actualise le texte biblique d’une manière radicale, reprochant au bourgeois de son temps les péchés de Loth !

  • 20 Berlioz J. et Eichenlaub J.-L. (éd.), Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis praedic (...)
  • 21 Berlioz J., « Crochet de fer et puits à tempêtes. La légende de Ponce Pilate à Vienne (en Dauphiné (...)

16Dans d’autres recueils, les lacunes du texte biblique sont compensées en recourant à d’autres traditions. C’est ainsi qu’Étienne de Bourbon s’appuie sur des traditions locales contradictoires, pour expliquer ce que devint Pilate après sa trahison20 : exilé par les Juifs à Lyon, Pilate fut condamné à ne rien manger. Il se suicida là où il était né, dit-on, de douleur. D’autres disent qu’il fut condamné à être pendu et qu’il le fut à Vienne où l’on montre encore aujourd’hui le crochet de fer qui servit à son supplice. Son corps aurait été jeté non loin de là dans un puits à Saint-Chamond, qui est réputé pour une « merveille » : lorsque l’on y jette une pierre, la fumée qui en sort provoque des tempêtes21.

  • 22 Jacobus de Voragine, Sermones quadragesimales, Clutius (éd.), 1760, p. 180a-b, voir Réaux L., Icon (...)
  • 23 Sedulius [Caelius Sedulius] est un poète de la première moitié du Ve siècle, connu pour son Carmen (...)
  • 24 Jacobus de Voragine, Sermones quadragesimales, Clutius (éd.), 1760, p. 200a.
  • 25 Boyer C. (éd.), Humbertus de Romanis, De dono timoris, Turnhout, Brepols (CCCM, 218), 2008, l. 692 (...)
  • 26 Krappe J., « Les sources du Libro de los exemplos », Bulletin Hispanique, 39, 1937, p. 105.

17De son côté, le Dominicain Jacques de Voragine22, dans ses sermons de Carême, n’hésite pas à convoquer toutes sortes d’arguments pour affirmer qu’il est sûr que le Christ ressuscité est d’abord apparu à sa mère, même si les Évangiles ne le disent pas. Son premier argument est l’autorité de Sedulius23, son deuxième est l’usage liturgique de l’Église romaine (station à Sainte-Marie-Majeure) et son troisième relève du bon sens commun partagé par tous : « un bon fils » doit d’abord se présenter à sa mère. Le même fameux prédicateur note que durant sa Passion, le Christ n’a pas tendu l’autre joue24. Enfin, il donne une version développée de Lazare et du mauvais riche (Lc 16,19-31), véritable exemplum déjà « prêt à l’emploi » dans la Bible même. Ce récit a connu un beau succès dans la littérature exemplaire puisqu’on le retrouve sous la plume de Humbert de Romans (De Dono timoris25), dans le Ci nous dit (no 158), et dans le Libro de los Exemplos26. Nicole Bériou a rappelé l’importance de ce récit présenté par Pierre le Mangeur lui-même comme un exemplum. Néanmoins, il est réduit à une simple allusion scripturaire dans le De Dono Timoris alors que le compilateur du Ci nous dit décrit en détail toute l’histoire et la fait suivre de la moralisation suivante :

« C’est a entendre que qui donne mauvaise exemple par quoi autres se puent dampner, tant plus se damnera de gent par mie lui, tant plus croistra sa poinne. Et au contraire, qui plus mainnera de bonnes gens en paradiz par bonne exemple et par sa doctrine, tant plus croistra sa gloire. Qu’adés croissent par quoi pluseurs sont dampnez ; et ainssi croist de ceulz ou ciel la gloire par qui douctrine pluseurs sont sauvez. »

  • 27 Cátedra P. M. (éd.), Sermón, sociedad y literatura en la Edad Media. San Vicente Ferrer en Castill (...)

18Un autre prédicateur dominicain qui a lui aussi enflammé des foules, en Espagne comme en France, Vincent Ferrier (1350-1419), a fait un usage paradoxal des exempla bibliques : il semble avoir pris un malin plaisir à recueillir les récits bibliques qui semblent heurter la morale de son temps, au nom de l’obéissance à Dieu ou à son fils. Dans l’Ancien Testament, il relève que lorsque les Juifs sortirent d’Égypte (Ex 12,35-36), Dieu leur conseilla de prendre en prêt des objets aux Égyptiens : ce vol ne peut être considéré comme un péché. Il relève également que le prophète Osée, déjà vieux, obéit à un ordre divin en allant au bordel pour avoir un fils (Os 1,2-3). Et dans le Nouveau Testament, Vincent Ferrier trouve cette mention selon laquelle le Christ explique à ses disciples que s’ils veulent le suivre, ils doivent lui obéir au-delà de ce que peuvent dire leurs familles27.

  • 28 Cette conclusion s’inspire fortement de celle donnée par Nicole Bériou à l’issue des rencontres or (...)
  • 29 Le Goff J., Bremond C., Schmitt J.-C., L’Exemplum… op. cit., p. 37-38.

19En conclusion28, je reprendrai les paroles de N. Bériou : « L’exemplum biblique existe, je l’ai rencontré. » En gardant à l’esprit que ce que les médiévaux désignent par le terme exemplum (dans les textes et dans les marges des manuscrits) ne correspond pas nécessairement au concept opératoire d’exemplum mis au point par les chercheurs actuels. Nous avons pu constater que ce récit se distingue des autres formes simples par sa brièveté et sa capacité à faire mémoriser un message (indispensable atout dans une civilisation de l’oralité), qui est en réalité « une leçon salutaire » pour reprendre les mots de la définition proposée par Jacques Le Goff29. Ce récit s’inscrit dans un processus de communication et de persuasion qui prend la forme de la prédication mais aussi de la lecture. L’exemplum biblique ne se définit pas seulement par l’emprunt d’un personnage ou d’un récit au corpus biblique, mais également par « le saut herméneutique » qui propose une interprétation spirituelle du récit. C’est dans cette partie interprétative (appelée moralisation) que le prédicateur peut trouver une sorte d’exégèse et de synthèse de la glose.

  • 30 Bériou N. et Le Masne de Chermont I. (éd.), Les sermons et la visite pastorale de Federico Viscont (...)

20Il faudrait mener une enquête systématique de grande ampleur pour repérer quels matériaux bibliques ont été privilégiés, sans doute les livres historiques, le livre de Tobie et les paraboles évangéliques (comme celle de Lazare et du mauvais riche). Les exemples analysés ci-dessus montrent à quel point les compilateurs et prédicateurs ont pu faire preuve de liberté et d’inventivité dans la mise en scène de ces récits d’origine biblique. On en voudra pour preuve un exemplum qualifié de familier dans les sermons de l’archevêque de Pise, Féderico Visconti30 (élu en 1253, en fonction en 1257) : des serviteurs ont offensé leur maître et le fils de celui-ci se présente nu devant son père en lui disant : « Père, que ta volonté soit faite », car il est prêt à se faire fouetter pour réconcilier les serviteurs indélicats avec son père ; mais celui-ci exige qu’il soit mis à mort pour réparer l’offense. Il semble bien que Federico Visconti ait été inspiré par la parabole des vignerons homicides (Mt 21,33-39), mais dans cet exemplum il a mis l’accent sur le sacrifice christique du fils alors que la parabole insistait sur l’endurcissement des mauvais serviteurs. Ce type de ré-interprétation des données bibliques nous conduit forcément à nous demander s’il s’agit encore d’un exemplum biblique. Au-delà de la pratique de l’indexation et des difficultés rencontrées devant de tels cas limites, il est nécessaire d’être attentif à l’extraordinaire réservoir de récits et de personnages exemplaires que la Bible a constitué et qu’il faut décrypter derrière tous les travestissements de la mise en scène et de la stylisation propres à la rhétorique de l’exemplum.

Annexes

ANNEXE I. Les exempla bibliques dans l’Index exemplorum de Fr. C. Tubach

Abraham et sa femme Sarah : 23

Abraham, les aumônes de : 170

Absalon et Architophel : 4772

Absalon, l’histoire d’ : 24

Achan, le trésor caché d’ : 42

Adam, le péché d’ : 3427

Agar et Sarah : 74

Aholah et Aholilah : 78

Ananias et Sapphira : 42

Belshazzar, le festin de : 573

Caïn et Abel : 834

Caïphe, siège en enfer : 4214

Cana, les noces de : 5236

Christ : p. 425-427

Daniel dans la fosse aux lions : 1433

Daniel et la statue : 1432

Daniel répand les cendres : 1435

Daniel tue le dragon : 1434

Dathan et Abiron : 1846

David et Bethsabée : 1453

David et l’égyptien : 1454

David et Saül : 1455

David, la vision de : 1458

David, mort de la tribu de : 1457

David, son attitude devant la mort d’un enfant : 1456

Eli et ses fils : 1885

Elie et le genévrier : 2884

Elie nourri par un corbeau : 1887

Elisée et la hache : 1886

Esther et Mardochée : 1909

Ezechias en pénitence : 2587

Fils prodigue : 3972

Isaac et Rebecca : 2761

Jacob, l’échelle de : 2973

Jean, saint l’évangéliste à la porte latine : 2817

Jean, saint l’évangéliste et les deux jeunes gens : 2816

Jean, saint l’évangéliste et une vision de la Vierge31 : 5120

Jean, saint l’évangéliste renverse un temple : 4728

Jean, saint l’évangéliste ressuscite un mort : 5222

Jean, saint le Baptiste, décapité : 2830

Jean, saint le Baptiste, piètre orateur32 : 2835

Jephté et ses filles : 2770

Joab tue un cavalier : 2812

Job et l’adversité : 69

Jonas, le sermon de : 2836

Joseph d’Arimatie : 4870

Joseph en prison : 2841

Joseph et Assenech : 400

Joseph et la femme de Putiphar : 2840

Judith et Holopherne : 2593

Lazare (et le mauvais riche) : 1690

Lazare (le ressuscité) : 3004

Marie Madeleine, sainte, conversion de33 : 3196

Marie Madeleine, sainte, jeûne de : 3198

Naaman devient lépreux : 3445 Naaman et Guéhazi : 3444

Nabuchodonosor mange du foin : 2473

Nebuchadnezzar coupé en morceaux : 3453

Noé construit l’arche : 3478

Noé, la vigne de : 5093

Noé, malédiction de : 3479

Parabole de la poutre et de la paille : 511

Paul, saint et Plautilla : 3625

Paul, saint et saint Pierre leur séparation et leur mort : 3717

Paul, saint invulnérable face aux serpents : 3627

Paul, saint prononce le nom de Jésus après sa décapitation34 : 3628

Pharisien et le Publicain : 42

Saba, la reine de : 4306, 4307

Salomon et Adonias : 4461

Salomon et la reine de Saba : 4463

Salomon et Marculf : 4462

Salomon, détruit par les femmes : 4465.

Salomon, fou dans la vieillesse : 4464

Salomon, la sagesse de : 70, 4307, 4466, 4467

Salomon, les richesses de : 4469

Salomon, les temples de : 4468

Simon le magicien décapité : 4378

Sodome et Gomorrhe : 3359

ANNEXE II. Les exempla bibliques dispersés dans le Ci nous dit

Place des exempla bibliques dans le chapitre sur la Gloutonnie (151-228)

Six exempla tirés de l’Ancien Testament suivis de trois tirés du Nouveau Testament

• Ci 151 : Noé plante la vigne (Gn 9,20)

• Ci 152 : Ivresse de Noé (Gn 9,21-27)

• Ci 153 : Interdiction de la chair étouffée (Gn 9,4)

• Ci 154 : Destruction de Sodome (Gn 19,1-29)

• Ci 155 : Les filles de Loth (Gn 19,30-38)

• Ci 156 : Esaü et son plat de lentilles (Gn 53,29-34)

• Ci 157 : Les purifications rituelles (Mt 15,2 et 11 ; Mc 7,5 et 15)

• Ci 158 : Le mauvais riche (Lc 16,19-31)

• Ci 159 : Un autre mauvais riche (Lc 12,16-20)

Place des exempla bibliques dans le chapitre sur la prédication (297-323)

Deux exempla tirés de l’Ancien Testament suivis de treize tirés du Nouveau Testament

• Ci 299 : Élisée ressuscite un enfant (4 Rs 4,29-37)

• Ci 300 : Prédication de Jonas (Jon 3-4)

• Ci 301-302 : La pêche miraculeuse (Mt 4,18-20 ; Mc 1,16-18 ; Lc 5,1-11 ; Jo 21,1-11)

• Ci 303 : Portez haut votre lumière (Mt 5,16)

• Ci 304 : Guérison du serviteur du centurion (Mt 8,5-13)

• Ci 305 : La fille de la Chananéenne (Mt 15,22-28)

• Ci 306 : Béni soit le ventre qui t’a porté (Lc 11,27-28)

• Ci 307 : Quitter père et mère (Mt 8,21-22)

• Ci 308 : Parabole du semeur (Mt 13,3 ; Mc 4,3 ; Lc 8,5)

• Ci 309 : Parabole de l’ivraie (Mt 13,24-30)

• Ci 310 : Vocation de Mathieu (Mt 9,9 ; Mc 2,13-14 ; Lc 5,27-28)

• Ci 311 : Jésus et la Samaritaine (Jo 4)

• Ci 312 : Multiplication des pains (Mt 15,32-39 ; Lc 8,1-10)

Place des exempla bibliques dans le chapitre sur l’humilité (324-369)

Cinq exempla tirés du Nouveau Testament en introduction et un en conclusion

• Ci 324 : Les Béatitudes (Mt 5,1-10)

• Ci 325 : S. Pierre pêche un denier (Mt 17,27)

• Ci 326 : Laissez venir à moi les petits enfants (Mt 19,13-15 ;

Mc 10,13-16 ; Lc 18,15-17)

• Ci 327 : Le Pharisien et le Publicain (Lc 18,9-14)

• Ci 328 : Les places d’honneur à table (Lc 14,8-11)

• Ci 369 : Si vous ne devenez pas comme des petits enfants (Mt 18,1-6)

Place des exempla bibliques dans le chapitre sur la confession (375-435)

• Ci 370-374a : Préambule (manière de se confesser et neuf raisons de se confesser)

• Ci 375-379 : Cinq exempla tirés de l’Ancien Testament

• Ci 380-395 : Seize exempla tirés du Nouveau Testament

• Ci 435 : Conclusion tirée de l’Ancien Testament (Moïse et les cornes de lumière, Ex. 34,30-35)

Place des exempla bibliques dans le chapitre sur la méditation et la contemplation (443-477)

Le compilateur mêle les exempla tirés du Nouveau et de l’Ancien Testament

• Ci 443 : Elie enlevé au ciel (3 Rs 19,4-8 et 4 Rs 2,11-12)

• Ci 444 : Pourquoi les disciples ne jeûnaient pas (Mc 2,18-20)

• Ci 445 : Vos noms sont écrits dans le ciel (Lc 10,17-20)

• Ci 446 : Le trésor trouvé et la perle précieuse (Mt 13,44-46)

• Ci 447 : Ceux que Dieu attire à lui (Jo 6,44 et 3,8)

• Ci 448 : Guérison de l’hémoroïsse (Mc 5,23-34 ; Lc 8,43-48 ;

Mt 9,19-22)

• CI 449 : La fille de Jephté (Jg 2,30-40)

• Ci 450 : Les braves de Gédéon (Jg 7,5)

• Ci 451 : Le figuier maudit (Mc 11,12, 14)

• Ci 457 : Marthe et Marie (Lc 10,38-42)

• Ci 462 : Parabole des dix vierges (Mt 25,1-13)

Place des exempla bibliques dans le chapitre sur la Miséricorde (478-532)

• Ci 478 : Joseph donne du blé (Gn 42-44)

• Ci 479 : Parabole de l’économe infidèle (Lc 16,1-13)

• Ci 480 : L’aumône de la veuve (Mc 12,41-44)

• Ci 481 : Histoire de Zachée (Lc 19,1-10)

Place des « exempla bibliques » dans le chapitre sur le fruit de Tribulation (533-604)

• Dix-sept exempla tirés de l’Ancien Testament (no 533-549) avec des données apocryphes sur Moïse et Nabuchodonosor, mêlés à des exempla issus du Nouveau Testament (no 551-553).

Esther et Judith dans le Ci nous dit (Ms de Chantilly, Bib. du Musée Condé, ms 1078, fol. 8r).

Notes

1 Cet ensemble de réflexions sur l’exemplum biblique a l’ambition d’offrir la synthèse des pistes de recherche esquissées par les présentations de J. Berlioz, le P. L.-J. Bataillon, N. Bériou et moi-même et par les discussions qui ont animé les rencontres organisées par le GAHOM sur ce sujet.

2 Dans ce même esprit, nous avons organisé une session au congrès de Kalamazoo, 2007, intitulée « Oral and Visual Access to the Bible » où nous avons présenté une partie de ces réflexions.

3 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, Berlioz J., Eichenlaub J.-L. (éd.), 2002, (CCCM 124), no 367.

4 La Bible hébraïque est connue des savants exégètes, comme en témoigne la Bible hébraïque de Ramsey écrite par des érudits chrétiens, moines dans cette abbaye (fin XIIIe siècle) ; Olszewy-Schlanger J., Grondeux A. (dir.), Dictionnaire hébreu-latin-français de la Bible hébraïque de l’abbaye de Ramsey, Turnhout, Brepols (coll. Nouveau recueil des lexiques latins-français du Moyen Âge, 4), 2008.

5 Poleg E., The Mediations of the Bible in Late Medieval England, Université de Londres (PhD, sous la dir. de Miri Rubin), 2008.

6 G. Dahan et N. Bériou ont rappelé durant la discussion l’importance de l’Historia Scolastica.

7 Welter J.-Th., L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris-Toulouse, 1927, réimpr. Slatkine, 1973, p. 84-85.

8 Dans le Cross Reference Index, l’entrée « Christ » occupe les pages 425 à 427 et l’entrée « Virgin, Blessed », les pages 507-509.

9 David et Saül (no 1455), David et Bethsabée (no 1453), David et les Égyptiens (no 1454), sont mentionnées son attitude devant la mort d’un enfant (no 1456), la mort de sa tribu (no 1457) et la vision qu’il eut de cinq anges lui apportant une couronne (no 1458).

10 Daniel et la statue (no 1432), dans la fosse aux lions (no 1433), tuant un dragon, idole des Babyloniens (no 1434) et répandant des cendres autour d’une idole (no 1435).

11 Marie Madeleine comme personnage biblique : sa conversion (no 3196), son jeûne (no 3198) et ses larmes (nos 927, 4719) ; Marie Madeleine en tant que sainte : elle aide un chevalier (no 2944), une vierge (no 3195), guérit un moine (no 3197), aide un autre moine (no 3199), visite un clerc (no 3200), repousse une femme (no 1176) et apparaît (2693, 5268).

12 Le roi Salomon en relation avec d’autres personnages bibliques : Adonyas (no 4461), Marcolf (no 4462), Sheba (no 4463) ; il reçoit la sagesse et rend des jugements exemplaires (nos 4467, 4307, 70, 4466), ses temples (no 4468) et sa richesse (no 4469) sont évoqués, ainsi que sa folie dans la vieillesse (no 4464) et sa perdition à cause des femmes (no 4465).

13 Dans le Cross Reference Index, l’entrée « Devils(s) » occupe les pages 437-441. Par ailleurs, L.-J. Bataillon confirmait cette impression qu’il retrouvait dans les sermons de Pierre de Saint-Benoît et Guillaume de la Mare ; cf. intervention orale de L.-J. Bataillon lors de la discussion disponible en ligne sur le site du GAHOM : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=423&ress=1415&video=97058&format=68#0.

14 Blangez G., « La tradition des Apocryphes dans le Ci nous dit », Alain de Lille, Gautier de Châtillon et Jakemart Giélée et leur temps, Actes du colloque de Lille, octobre 1978, publié à Lille en 1980 sous la direction de H. Roussel et F. Suard Lille, p. 355-364.

15 Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., no 2593. Ce récit est attesté dans le recueil germanique Seelentrost et dans la traduction en suédois Thrøst.

16 Seule référence à Esther dans l’Index exemplorum : Esther et Mordecaï, no 1909. Repris dans les Gesta Romanorum et dans le recueil germanique Seelentrost et dans la traduction en suédois Thrøst.

17 L’auteur anonyme des Gesta Romanorum était certainement un membre de l’ordre des frères prêcheurs qui a circulé en Angleterre et en Allemagne. Il existe trois éditions des Gesta Romanorum (Dick W., Erlangen, 1890 ; Madden F. W., Londres, 1838), nous avons utilisé celle de Oesterley (Berlin, 1872), texte no 177. Le recueil qui a été le premier à donner autant d’importance à la moralisation, a connu un immense succès attesté par de nombreuses copies et une traduction en ancien français (1521) : Le Violier des Histoires romaines, Hope G. (éd.), Genève, Droz, 2002.

18 Liber exemplorum, Little G. (éd.), 1908, no 206a. Voir ci-après p. 48-52 le même procédé chez Césaire de Heisterbach et de Nicolas de Hanapes.

19 Libro de Buen Amor, Blecua Cátedra A. (éd.), Madrid, 1992 ; traduction : Juan Ruiz, Livre de Bon Amour, trad. Garcia M., Paris, Stock (Moyen Âge), 1995, § 294-296, p. 86.

20 Berlioz J. et Eichenlaub J.-L. (éd.), Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, Turnhout, Brepols (CCCM 124), 2002, no 330.

21 Berlioz J., « Crochet de fer et puits à tempêtes. La légende de Ponce Pilate à Vienne (en Dauphiné) et au Mont Pilat au XIIIe siècle », Le Monde alpin et rhodanien, 1990, 1-2, p. 85-104.

22 Jacobus de Voragine, Sermones quadragesimales, Clutius (éd.), 1760, p. 180a-b, voir Réaux L., Iconographie de l’art chrétien, t. II-2, Paris, PUF, 1957, p. 554-556.

23 Sedulius [Caelius Sedulius] est un poète de la première moitié du Ve siècle, connu pour son Carmen paschale (un poème épique et biblique écrit entre 425 et 450), qui a inspiré l’introït de la messe votive de la Vierge, Salve, sancta parens et le cantique Genuit puerpera regem. Deux autres brefs poèmes lui sont attribués : Cantemus socii Domino (une histoire du salut) et l’hymne abécédaire iambique A solis ortus cardine qui raconte la vie du Christ depuis l’Incarnation jusqu’à l’Ascension.

24 Jacobus de Voragine, Sermones quadragesimales, Clutius (éd.), 1760, p. 200a.

25 Boyer C. (éd.), Humbertus de Romanis, De dono timoris, Turnhout, Brepols (CCCM, 218), 2008, l. 692-694, p. 133 et notes p. 256. L’histoire de Lazare et du mauvais riche n’a pas été retenue comme exemplum tant elle est réduite à l’état de quasi-allusion par Humbert de Romans, une sorte de citation narrative.

26 Krappe J., « Les sources du Libro de los exemplos », Bulletin Hispanique, 39, 1937, p. 105.

27 Cátedra P. M. (éd.), Sermón, sociedad y literatura en la Edad Media. San Vicente Ferrer en Castilla (1411-1412), Salamanca, Junta de Castilla y León, 1994, successivement p. 439, 439-440 et p. 438-439.

28 Cette conclusion s’inspire fortement de celle donnée par Nicole Bériou à l’issue des rencontres organisées sur ce sujet.

29 Le Goff J., Bremond C., Schmitt J.-C., L’Exemplum… op. cit., p. 37-38.

30 Bériou N. et Le Masne de Chermont I. (éd.), Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti archevêque de Pise (1253-1277), Rome, École française de Rome (Sources et documents d’histoire du Moyen Âge, 3), 2001, spéc. p. 164, no 22 : Sermo in festo sancti Martini (11 novembre).

31 Les autres références font mention de miracles ou de dévotions médiévaux.

32 Idem.

33 Idem.

34 Idem.

Table des illustrations

Légende Esther et Judith dans le Ci nous dit (Ms de Chantilly, Bib. du Musée Condé, ms 1078, fol. 8r).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540