Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les religieuses de Castille

 | 
Ghislain Baury

Troisième partie. L’économie des cisterciennes

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En Castille, les temporels des moniales cisterciennes se distinguaient donc nettement des autres patrimoines monastiques des XIIe et XIIIe siècles, fussent-ils cisterciens, ce qui justifie l’emploi d’une terminologie spécifique, « l’économie des cisterciennes ». L’affirmation institutionnelle de l’autorité cistercienne s’était produite trop tardivement, dans les années 1240, pour avoir exercé une forte influence sur leurs choix économiques. Aussi les communautés ne rejetèrent-elles jamais les donations dont la nature contrevenait aux prescriptions de « l’économie cistercienne » et n’eurent-elles aucune prévention contre les achats de biens fonciers, pourtant prohibés par le chapitre général de Cîteaux. En conséquence, leurs patrimoines comportaient une proportion importante de biens interdits par l’Ordre dont elles ne cherchaient pas à se défaire, notamment des droits sur les hommes. Elles employèrent peu le faire-valoir direct, ignorant l’économie grangière et l’emploi des convers....

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540