Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les religieuses de Castille

 | 
Ghislain Baury

Troisième partie. L’économie des cisterciennes

Chapitre IX. Un mode de gestion non cistercien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La capacité des moines blancs à transformer le mode d’exploitation des propriétés qu’ils avaient reçues constituait un aspect essentiel de l’économie cistercienne. Leur volonté de privilégier le faire-valoir direct pour assurer le fonctionnement en autarcie de chaque abbaye les amenait à se différencier de l’économie seigneuriale classique. Leur politique d’acquisitions ciblées leur permettait de remembrer les terroirs dans ce but1. En Castille, où l’ordre cistercien fut introduit alors que les interdits initiaux n’étaient plus systématiquement respectés, les villas et certaines heredades furent tout de même converties en granges et mises en valeur par des convers. Ces domaines conservèrent durablement leur spécificité, même si, après la seconde moitié du XIIIe siècle, elles furent de plus en plus régulièrement mises en fermage, sans doute faute de convers en nombre suffisant2. Ils pesaient probablement au moins autant dans les revenus de l’abbaye que les prélèvements seigneuriaux o...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540