Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les religieuses de Castille

 | 
Ghislain Baury

Deuxième partie. Les cisterciennes castillanes et l’ordre : de l’indépendance à l’assujettissement

Chapitre IV. L’autonomie des premières fondations (1160-1187)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les moniales cisterciennes apparurent en Castille dans les années 1160 avec une génération de retard sur les communautés masculines, qui avaient été introduites dès les années 11401. Le phénomène débuta avec un certain décalage par rapport aux royaumes voisins de Navarre à l’est, où des cisterciennes étaient présentes dès 1147 à Tulebras, et même de Léon, à l’ouest, où San Miguel de las Dueñas avait été fondée en 1152. L’abbaye de Cañas, instituée en 1169, faisait partie des pionnières. Elle appartenait à une première vague de fondations réalisées entre 1160 (Perales) et 1187 (Las Huelgas de Burgos). Celle-ci comprenait également San Clemente de Tolède (affiliée en 1175), Fuencaliente (1176), San Andrés de Arroyo (1181), Aza (1182) et Torquemada (avant 1188)2. De par la qualité de ses fondateurs et patrons Haro, Cañas se trouvait dans une situation matérielle comparable à celle des monastères de Perales et de San Andrés de Arroyo, situés quant à eux dans l’orbite des Lara, l’autre g...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540