Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les religieuses de Castille

 | 
Ghislain Baury

Première partie. Le patronage des ricoshombres

Chapitre II. Les services rendus aux patrons

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Outre le droit de présentation, le patron pouvait attendre de sa fondation deux types de bénéfices, si l’on s’en tient aux allusions du titre XV des Partidas. Elle devait tout d’abord lui réserver la meilleure place dans l’église, lui permettant ainsi de mettre en scène localement son statut social. Elle avait en outre l’obligation de lui attribuer une rente s’il venait à connaître le dénuement1. Cette dernière clause figurait également, semble-t-il, dans la charte de Herce en 12682. Toute autre forme de réciprocité était exclue. Jamais cependant les Haro ne se trouvèrent en situation de faire jouer cette assurance sociale. Compte tenu de la tradition des monastères privés dans la péninsule Ibérique, il est légitime de se demander si les canonistes ne cherchaient pas à restreindre par ce texte les contraintes pesant traditionnellement sur les institutions religieuses dans le cadre du patronage. Aussi est-il essentiel d’identifier, en examinant les chartriers des cisterciennes, les s...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540