Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

L’hagiographie de saint Allaume (Adelelmus)

Ángeles García de la Borbolla

Texte intégral

  • 1 V. Valcarcel, « La vita Adelelmi de Rodulfo : historia del texto, autor, datación y algunas cuesti (...)

1La Vita sancti Adelelmi fait partie du maigre corpus hagiographique du Moyen Âge hispanique. Il s’agit d’un texte latin du XIIe siècle, encore un exemple de la timide croissance de la production hagiographique pendant les siècles centraux de la période médiévale. On conserve deux exemplaires de ce texte contenu dans l’España Sagrada du clerc Enrique Flórez. Le premier occupe environ vingt-six feuilles et fut rédigé par le moine français Rodulfo, du début du XIIe siècle, et publié par Flórez en 1772 (BHL 71). Le deuxième, beaucoup plus bref – il occupe au total neuf pages –, fut publié en 1856 par J. Tamayo de Salazar dans son Martirologium (BHL 72) et pendant quelque temps fut attribué à Rodulfus. Cependant, l’auteur de cette brève vie est Tamayo de Salazar lui-même, qui réélabora l’ouvrage de Rodulfus en introduisant ce qu’à cette époque-là la tradition orale et écrite en roman avait ajouté à la vie de ce saint1.

2Rodulfus, le premier hagiographe de saint Allaume, était un moine français de La Chaise-Dieu contemporain de l’abbé Almerico (1102-1111). Pour cette raison, la Vita fut probablement rédigée pendant ces neuf ans. On peut même préciser encore plus, puisque dans la Vie apparaît comme informateur principal un moine appelé Stefano qui a été le successeur de saint Allaume de 1097 à 1103. De cette façon, la Vie a été rédigée entre 1102 et 1104, très peu d’années aprés le décès du saint.

  • 2 Ibid., p. 116. On ne peut l’identifier comme le Rodulfo moine de Carrión qui écrivit en 1136 les m (...)

3Généralement, la dévotion initiale envers un saint, conservée avec intensité dans la mémoire des hommes, demandait à un moment donné une mise par écrit pour rappeler, sans peur des limitations imposées par l’oubli, les faits et gestes du patron à qui étaient adressées leurs prières. Voilà les circonstances qui convergent autour du moine Rodulfus2. Ainsi, les motifs que l’auteur donne pour avoir mis par écrit la vie du saint sont les suivants : les moines contemporains méconnaissaient la vie de leur fondateur et on devait mettre fin à leur ignorance, mais, surtout, ils devaient consolider par écrit la fama sanctitatis pour les générations futures.

4En même temps, on ne doit pas oublier que l’intention de l’hagiographe est bien définie : l’édification spirituelle de son récepteur, dans ce cas la communauté de Saint-Jean de Burgos. Ainsi, le travail de l’hagiographe français envoyé par La Chaise-Dieu est essentiellement de recueillir les notices que lui avait transmises le moine Stefano, de Saint-Jean de Burgos, et en leur donner le style propre à ce type de compositions littéraires.

5Ainsi, bien que la Vita soit un ouvrage d’un contemporain au saint, elle ne restera pas exempte d’embellissement légendaire, et l’auteur utilisera même avec fréquence autant de fausses interpolations et additions, que des attributions erronées qui, évidemment, vont altérer la vérité historique.

  • 3 Ibid., p. 119.

6Pour finir, d’autres données intéressantes sont, d’abord, le destinataire de cet ouvrage – on peut penser à la communauté de moines de Saint-Jean de Burgos, ensuite à la congrégation de La Chaise-Dieu, au clergé proche de Burgos et de l’abbaye française, et en dernier lieu, aux laïques qui savaient lire le latin. En deuxième lieu, l’utilité du texte circonscrite à la vie monastique, c’est-à-dire à être lu dans le chapitre ou le réfectoire, ou dans les écoles où se formaient de jeunes clercs à qui on montrait les saints comme exemples ou modèles pour la méditation. Pour le professeur Vitalino Valcárcel, la finalité liturgique de l’ouvrage est écartée, à cause de la proximité de la date de la mort du saint qui ne recevait pas de culte en ce moment-là. En plus, l’auteur n’affirme jamais ce propos, et enfin l’ouvrage est trop long pour cette finalité3.

7Ces textes seront le fil conducteur de notre travail et nous permettront reconstruire l’image d’un saint français sur le sol hispanique.

L’itinéraire biographique du saint

  • 4 E. Flórez, España Sagrada, Madrid, 1772, XXVII, c. 2, p. 842 : conspicuus de Castro quoadam Lucdun (...)

8Saint Adelelmo (ou Lesmes, traduction du nom français Allaume ou Aleaume) est né à Loudun, village situé entre Poitiers et Angers4. C’est la seule information sur son origine que nous apporte l’hagiographe ; ici finissent les détails biographiques intéressants, car il ne nous dit rien, par exemple, du nom de ses parents. On peut seulement combler cette lacune en faisant référence à la vertueuse condition du couple et à son illustre origine : ex christianis christianissimus parentibus oriundus extitit... parentes autem eius cum secundum saeculi pomposam gloriam illustres fuissem.

  • 5 A. Vauchez, « Beata Stirps, sainteté et lignage en Occident aux XIIIe-XIVe siècles », dans Id., Sa (...)

9Il est assez fréquent, en règle générale, dans la majeure partie des récits hagiographiques, que le parcours biographique suive une même trajectoire : une enfance dans le sein d’une famille de noble ascendance remarquable par la vertu des parents5. Il ne faut pas oublier que les vies des saints étaient le reflet de leur sainteté incontestable de sorte que chaque épisode avait comme objectif principal de confirmer leur sainteté, en mettant en évidence la présence de la virtus, signifiant vertu morale, pouvoir thaumaturgique ou intervention miraculeuse.

10Saint Lesmes commence son éducation dans ce cadre domestique où ont lieu les premières manifestations qui augurent de sa sainteté future. Ainsi, ses parents voyaient dans cet enfant une vocation à la vie religieuse, raison pour laquelle ils l’initièrent à l’étude des lettres. Probablement, cette prémonition n’était que le préambule qui annonçait sa vocation postérieure, puisque finalement le jeune Adelelmo commença la carrière des armes, comme c’était la coutume chez les enfants de sa condition sociale.

  • 6 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 2, p. 842.

11Mais le parcours du jeune homme fut interrompue par un événement important, la mort de ses parents, qui lui apportera un changement de vie se manifestant par l’abandon de tous ses biens matériels, suivant le message évangélique que le Christ avait donné au jeune homme riche. Ce comportement est étroitement analogue à la vie de saint Nicolas de Bari, comme le montre l’hagiographe : Sicut beatus quondam Nicolaus occulte sua quaeque distribuit et se paupere facto, de sua substantia pauperes ditavit6. Cette décision, qui rencontra une forte opposition parmi ses proches, s’est produite de façon soudaine et, par conséquent, le jeune soldat décide de commencer un pèlerinage vers la ville sainte : Rome.

  • 7 A.-M. Helvétius, « Les modèles de sainteté dans les monastères de l’espace belge du VIIIe-Xe siècl (...)
  • 8 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 3, p. 845. dans la vita brevis éditée par Tamayo de Salazar, (...)

12Le pèlerinage comme pratique de pénitence a été introduit dans les vitae à partir du Xe siècle, sous la formule commune d’un pèlerinage à Rome7. Un exemple de ce type de « pèlerinage ascétique » – qui peut sans doute s’assimiler à une étape de plus de la progression spirituelle –, apparaît, comme on l’a déjà dit, dans la vie de saint Lesmes. De cette manière, pendant son voyage l’attitude personnelle du saint se caractérise par son esprit de mortification et pénitence, en pratiquant le jeûne, et sans doute la prière : Dehinc s. Adelelmus, qui prius suas pauperibus largietaburm pauper et ipse effectus... nunc Dei pro amore fessus incedit pene nudus, nil induit, necnon jejunus esurit8.

  • 9 R. Sánchez Domingo, « Castilla y Europa en el siglo XI. Soberanía, derecho y religión », dans Vita (...)

13Sur la route, en passant par Issoire, prieuré de La Chaise-Dieu, le jeune Adelelmo entend parler du monastère fondé en 1043 par Robert de Turlande. L’abbaye de La Chaise-Dieu était située dans un massif du centre de l’Auvergne, zone faiblement peuplée, à 1 080 mètres d’altitude et au climat rigoureux ; ses moines vivaient au milieu de la solitude et de la pauvreté. Son fondateur, qui avait instauré en 1050 la vie communautaire adaptée à la règle bénédictine, sur les conseils de son oncle l’évêque de Clermont, et après avoir visité Montecasino, recherchait une synthèse entre le monachisme traditionnel et l’ermitisme, où primeraient les principes de solitude, de pauvreté et d’évangélisation9.

  • 10 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos (1091-1436), Burgos, éd. J. M. Garrido Garri (...)
  • 11 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 3, p. 845.

14Lesmes découvre l’abbaye alors que ce centre est au plus fort de son activité, le monastère a été construit, des champs ont été labourés, des églises et monastères des alentours ont été rénovés. Il y a de nombreuses vocations, et la générosité des fidèles, qui s’identifient aux objectifs spirituels de cette fondation, se traduit par la donation de nombreux biens, ce qui pourrait mettre en péril l’accomplissement général du programme général qui inspirait cette fondation, surtout les principes de solitude et de pauvreté10. Et, admiratif de cette façon de vivre et de la sainteté de son fondateur, il décide faire un vœu : quand il reviendra de son pèlerinage, après avoir rendu visite aux reliques de saint Pierre et saint Paul, il professera comme moine de Chaise-Dieu : sed voto completo quod voverat orationis gratia Apostolorum Petri et Pauli sancta visere loca, se reversurum, habitumque monachalem suscepturum promisit11.

15La vie menée par saint Lesmes dans ce monastère était au début à moitié érémitique. Encore que, finalement, Robert allait adopter la règle de saint Benoît tout en y ajoutant des ingrédients d’activisme et d’anachorétisme.

  • 12 Ibid., XXVII, c. 4, p. 847 : Cum vir venerabilis religionis acceperat habitum, tanta in eo excrvit (...)

16De cette façon, Adelelmo entre dans une communauté religieuse où, grâce aux vertus acquises, il va se présenter comme un modèle pour le reste des frères. Dans la période médiévale, la vie monastique se présente comme une vie privilégiée pour la sanctification. Un état qui présupposait l’accomplissement d’une règle, identifiée avec une vie vertueuse qui perfectionne la créature humaine en la rendant plus digne face à son Créateur. D’autre part, la figure du « moine-saint » finit par être une sorte d’instrument utilisé par les hagiographes pour transmettre ou inculquer un idéal de vie à la communauté à laquelle est adressé le récit, puisque le premier milieu où le saint est considéré comme « imitable » sera toujours sa propre communauté, qui le reconnaît comme un excellent modèle12. Son projet de perfection religieuse, il le trouve dans La Chaise-Dieu, conçu comme une alternative régulière au monopole que Cluny exerçait dans ce domaine.

  • 13 En même temps commencent les miracles de sa vie, comme par exemple la guérison des fièvres d’un ho (...)
  • 14 Ibid., XXVII, c. 4, p. 847.
  • 15 Ibid., XXVII, c. 3, p. 846.

17Quand le jeune Adelelmo entre comme moine à la Chaise-Dieu où il sera maître de novices, certainement grâce à sa vertu, il commence une étape de dur ascétisme13 : incredibili abstinentia corpus suum macerabat ; orationibus etiam incedens vacabat ; nudatis plantis ambulabat ; saepe triduo jejunabat14. Ainsi, saint Lesmes transmet un modèle de conduite exemplaire dans la vie monastique. L’hagiographe signale qu’il n’avait pas de temps libre (nullum tempus vacuum habebat), car il occupait toute sa journée au service divin et en colloques divins (lectionibus sacris et divinis colloquis). Son intense vie de prière occupait même les heures de la nuit (noctibus autem assiduis orationibus vacabat). Ainsi, avec grande piété et dévotion, il récitait les psaumes et les leçons : dum psalmos vel lectiones divinas in Ecclesia recitabat, ita afectivo spiritu sursum elevatis oculis stabat devotus15.

  • 16 Robert mourut en 1067 et fut canonnisé en 1070, comme les 5 abbés suivants. La charge abbatiale fu (...)
  • 17 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 8, p. 852.

18Cette virtuosité entraînera son élection comme abbé, gràce à la promotion épiscopale d’Auvergne de Durand16, charge perpétuelle que saint Lesmes refusa dès le début car il s’en jugeait inapte : Ipse vero renittens et cum lacrymis recusans, se indignum, se ineptum ad opus tale testatur17. Ce refus de charges et d’honneurs répond aussi à un modèle hagiographique classique qui apparaît déjà dans la vie de saint Martin de Tours ou chez Grégoire le Grand, qui en montrant leurs préférences pour la vie contemplative, refusent la vie active. Mais il doit finalement accepter.

  • 18 Ibid., XXVII, c. 8, 853.

19Son attitude exemplifiante aurait un effet positif dans la vie spirituelle de la communauté. En fait, le moine Rodulfus signale que saint Lesmes était resté pendant qu’il fut abbé in eo simplicitas, eadem patientia, idem habitus, eadem abstinentia18. Aussi ses vêtements étaient les plus humbles pour ne pas se distinguer des autres frères : nesciens inter ceteros fratres vellet cognoscere, ubi plus humilem et vilioribus vestitum vestibus monachum repreriebat. Il partageait ses biens entre les plus pauvres : nullam secum pecuniam retinebat, et il ne thésaurisait pas de richesses. Ainsi attaquaitil ce grand vice dans lequel peuvent tomber les abbés : l’orgueil. Et, bien qu’il ne fût pas très illustré, il recevait l’inspiration de l’Esprit Saint et se montrait désireux d’entendre les prédications des sages pour s’en enrichir spirituellement. En même temps, il était constant autant dans la prière ab oratione non cessabat, que dans la prédication quotidie etiam praedicabat.

  • 19 A. Linage Conde, Los orígenes del monacato benedictino en la Península Ibérica, León, Centro de Es (...)
  • 20 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 11, p. 856.

20À cette époque on attribue au saint la guérison d’une reine d’Angleterre lépreuse qui, en remerciement, finance la construction du dortoir du monastère. Il s’agit d’Édith la Belle ou au Cou de Cygne, compagne et non épouse, d’Harold qui se retira à la Chaise-Dieu après la défaite d’Hastings19. Ainsi, une reine d’Angleterre lui demandait qu’il lui envoyât comme des reliques aut de mensiculae suae mici aut de aqua unde manus abluebat ei. Et le pain, béni par le saint, fut envoyé à la reine d’Angleterre, de pane ab eo signato, reçu par la pieuse femme comme si c’était une relique (pro sacris reliquiis honorifice reposuit : unde cum pauxillum sumpsisset), grâce à laquelle elle retrouva la santé comme beaucoup d’autres personnes de son entourage. Selon le texte, la reine, voulant payer ce miracle et sachant que le moine ne pouvait recevoir de l’argent, lui fit don d’un magnifique habit sacerdotal20. Cependant notre moine démissionna immédiatement de sa charge abbatiale et proposa comme successeur Seguin d’Escotay.

Un saint français sur le sol hispanique

  • 21 Ibid., XXVII, c. 12, 857.

21Probablement, dans le cas de saint Lesmes, une autre étape fondamentale de sa vie fut son prieuré au monastère de Saint-Jean de Burgos. La présence du saint poitevin, compatriote d’Inés d’Aquitaine, première épouse d’Alphonse VI, se situe en 1083-1085, et est dûe finalement à sa réputation (fama) de sainteté. Les récits hagiographiques nous inforemnt que sa réputation s’était répandue au-delà de l’Auvergne. Selon ce que racontait Rodulfus crevit quotidie eius sanctitatis fama, ces nouvelles arrivaient même en Espagne, région que le moine français considérait comme l’une des « plus éloignées » : in Hispania, sicut in ceteris remotis regionibus21. Là-bas des nouvelles des qualités religieuses de ce moine étaient arrivées aux oreilles des monarques castillano-léonais qui le firent venir avec des intentions très claires.

  • 22 A. Gambra, Alfonso VI, cancillería, curia e imperio. León, Centro de Estudios e Investigación « Sa (...)
  • 23 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 12, p. 857. Cette lettre n’est pas recueillie dans l’édition (...)

22En conséquence, le saint reçut une fervente lettre de la reine Constance, d’origine bourguignonne, nièce de l’abbé de Cluny, saint Hugues de Semur, et épouse d’Alphonse VI22, dans laquelle il était prié de voyager jusqu’à la Péninsule pour réformer par son exemple quelques conduites déviées : tui exemplo vitam suam hactenus corruptam nostrates corrigant23. Selon les sources, la reine était une femme à la forte personnalité et dont l’activité se répercuta sur la vie politique et religieuse de son époque.

  • 24 A. Gambra, Alfonso VI... p. 466.

23Un échantillon de son influence dans les affaires de l’époque est sans doute cette intervention qui va plus loin qu’une simple inquiétude religieuse comme nous le verrons. Cette action apparaît dans le cycle hagiographique de saint Lesmes. De sorte que la missive de la reine est incluse dans la version longue de sa Vie, alors que dans la brève s’ajoute une autre donnée qui indique que le roi lui-même envoya des messagers et des lettres pour solliciter la venue du moine : annuit piisimus rex piisimis uxoris precibus, et per proceres et epistolas assidue S. Dei famulum, ut Hispanias accederet interpellauit24.

  • 25 A. Linaje Conde, Los orígenes del monacato..., p. 693 : l’auteur n’accepte pas que sa présence soi (...)

24Selon la lettre de la reine Constance, le saint abbé devait instruire les castillans dans la liturgie officielle, le rite romain. Ainsi, dans ce texte, après un préambule qui contient toute une théologie sur la chute et la rédemption, avec un résumé de l’histoire sainte, la reine se lamente de vivre dans un exil spirituel, isolée du reste de la Chrétienté et tourmentée par la diversité liturgique, et elle demande à saint Lesmes de venir à son aide spirituelle, sa présence étant beaucoup moins nécessaire dans son pays d’origine qu’en Espagne25.

  • 26 F. J. Peña Pérez, « San Lesmes, embajador de la cultura feudal en Burgos a finales del siglo XI », (...)
  • 27 C. Estepa Díez, El reinado de Alfonso VI, León, Spainfo Ings, 1985, p. 118.
  • 28 G. Martínez Díez, Alfonso VI : señor del Cid, conquistador de Toledo, Madrid, Temas Hoy, 2003, p.  (...)

25Toutefois, ce désir partagé par les deux monarques doit être étudié dans son contexte politique. Les rois s’en remettent aux dispositions papales énoncées en 1074 par Grégoire VII qui, dans sa missive adressée autant à Alphonse VI qu’à Sancho Ramirez, leur imposait clairement la nécessité d’accepter la liturgie romaine, et envoyait pour accomplir cette tâche le légat pontifical et cardinal Giraldo, évêque de Mantoue. Cependant, dans le royaume léonais les réactions furent très diverses. D’un côté, le roi, la reine et les clunisiens ainsi que quelques évêques étaient partisans du rite romain, mais de l’autre, la majorité du peuple et du clergé étaient pour la permanence du rite traditionnel hispano-mozarabe26. Vu la difficulté, le pape envoya un nouveau légat en 1078, le cardinal Richard, fils des vicomtes de Milhau de Languedoc, qui devint l’abbé de Saint-Victor de Marseille. Sa présence produisit peut-être de meilleurs résultats, car le Cronicón de Cardeña dit qu’en l’an 1078, la loi romaine entra en Espagne. Cependant la résistance n’avait pas été vaincue, surtout quand elle rencontra de façon inattendue l’appui de Robert, moine clunisien arrivé en Espagne pour introduire l’observance clunisienne dans le monastère léonais dont il fut l’abbé entre 1077 et 108027. Robert avait de plus rencontré l’appui de la reine qui avait eu une réaction anti-papale, qu’elle exprimait par son hostilité envers le rite romain, réaction due aux prétentions de Grégoire VII qui réclamait la souveraineté sur les royaumes chrétiens en basant ses droits sur la donation de Constantin28.

26Finalement, les choses retrouvèrent leur calme, et quand le programme papal fut débarrassé de ces aspirations temporelles, le roi se montra favorable à tous les changements promus par Rome. Ainsi au concile de Burgos, tenu en 1080 sous la présidence du cardinal légat Richard de Saint-Victor, et en présence de la famille royale, des membres de la haute aristocratie et des évêques du royaume, la nouvelle liturgie fut acceptée et en même temps le monarque fait destituer l’abbé de Sahagún. Deux ans plus tard, la reine écrit à la Chaise-Dieu.

27Ainsi donc, derrière ce pieu désir de la reine, peut-être un peu teinté de nostalgie, on voit les implications européistes de la politique royale d’Alphonse VI. Ce règne est particulièrement représentatif quant à certaines transformations de l’organisation ecclésiastique, parmi lesquelles l’intégration de monastères et d’églises propres, les nouvelles tendances du monacat, et les efforts pour donner une plus grande entité et produire une restructuration dans les sièges épiscopaux. C’est ainsi par exemple que cette époque est marquée par l’intégration d’ecclésiastiques étrangers, en l’occurrence français, dans les hautes charges et les sphères étroitement liées à la monarchie. La colonisation française de nombreux sièges du royaume d’Alphonse VI – surtout avec la venue en 1095 de dom Bernard, évêque de Tolède d’origine française, qui vint accompagné d’un grand nombre de clercs français, dont beaucoup se hissèrent jusqu’à la dignité épiscopale –, fut un des instruments qui contribua à l’assimilation de l’Église castellano-léonaise à la Chrétienté européenne, en assumant de nombreuses influences extérieures.

  • 29 C. Estepa Díez, El reinado de Alfonso VI..., p. 100-105. Ferdinand Ier avait déjà noué ces liens, (...)
  • 30 G. Martínez Díez, Alfonso VI..., p. 181.

28D’un autre côté, un autre des aspects notoires de ce règne fut la présence de clunisiens et la mise en relation du royaume avec la grande abbaye bourguignonne29. Des liens déjà tissés par Ferdinand Ier, père d’Alphonse VI, et que ce dernier renforce. De sorte qu’entre 1073 et 1077, les premières fondations clunisiennes ont lieu dans le royaume léonais. Le monarque deviendra le grand bienfaiteur de Cluny, et vers 1090, le principal contributeur de la construction de la grande église abbatiale. Cette générosité se verra récompensée par le conseil, l’aide et la coopération de l’abbé saint Hugues le Grand dans toutes les questions religieuses et monastiques du royaume, et par ses relations avec les papes, amis et admirateurs du saint abbé bourguignon. De plus, les relations entre les deux personnages se consolidèrent encore davantage grâce au deuxième mariage du roi avec une nièce de saint Hugues de Semur, Constance, de la famille ducale de Bourgogne, sans doute l’épouse que le roi aima le plus, et dont il se souvint avant de mourir à Tolède, lorsqu’il demanda que sa dépouille mortelle soit transportée à Sahagun pour y recevoir une sépulture à côté d’elle30.

  • 31 J.M. Minguez, Alfonso VI. Poder, expansión y reorganización interior, Hondarribia, Nerea, 2000, p. (...)
  • 32 L. Vazquez de Parga, Peregrinaciones a Santiago de Compostela, Pamplona, Gobierno de Navarra, 1992 (...)
  • 33 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos..., p. 59.

29L’arrivée de Lesmes à la cour supposait la présence de moines français d’un rameau bénédictin autre que celle de Cluny. D’ailleurs, le roi Alphonse VI, suivant sa politique d’installer des moines tout au long du Chemin Saint-Jacques31, lui avait concédé l’hôpital de Saint-Jean de Burgos destiné aux pèlerins de Saint-Jacques32. Le but était que les moines assument leur fonction hospitalière stipulée dans la Regula sancti Benedicti. Cet hôpital est un des plus anciens de la ville, avec un autre qui avait été fondé en 1085 dans le quartier de San Pedro à la sortie de la ville de Burgos par l’arche de San Martin ou du Cid, tous les deux fondés par le monarque castillan. Dans le premier, situé extra-muros avant d’arriver à la ville par la rue des « Calzadas », était celui de san Juan où habitait saint Lesmes. Il y avait une chapelle dédiée à saint Jean l’Évangéliste, dôté du cimetière de pèlerins et un hôpital annexe pas très important. Ultérieurement, cette chapelle a été vouée à saint Lesmes, en honneur du saint qui y avait été enterré. Le roi fit un don grâce auquel la chapelle fut transformée en monastère. L’activité se développa, cela exige un agrandissement des installations primitives, et, en outre, le centre résidentiel de la communauté est séparé du centre de culte, la chapelle qui deviendra paroisse au XIIIe siècle33.

  • 34 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, p. 302. Dans la vie brève, on dit que le roi donna à Lesmes la chape (...)

30Malgré tout, dans les actes de donation datés du 22 février 1085, on ne cite pas du tout saint Lesmes. Dans ce document, le roi fait don à l’hôpital Royal de Burgos du village d’Arcos, de l’église de San Juan, située sur la pointe que forment les rivières Arlanzón et Vena, ainsi qu’un four à San Lorenzo et d’autres terrains. Par contre la donation de ce monastère et de ses annexes au moine français apparaissent six ans plus tard dans un document dont plusieurs rédactions ont été conservées34. C’est ainsi qu’en novembre 1091 on trouve à ce même endroit un monastère de San Juan destiné à abriter une communauté de bénédictins de la congrégation de La Chaise-Dieu.

  • 35 G. Martínez Díez, Alfonso VI..., p. 181. Deux sont des réalisations qui donnent un éclat spécial a (...)
  • 36 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 13, p. 859.
  • 37 Ibid., p. 860.
  • 38 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 15.

31Sans doute durant ces années, Lesmes agit en conseiller spirituel des rois à la cour, et même en relation avec la conquête de Tolède35. Rodulfo raconte dans sa vitae que d’abord on lui donna le monastère de San Juan Bautista, avec le titre correspondant, unam primam donationis cartulam, et qu’après, le roi et sa suite ayant assisté à la traversée du saint sur les eaux débordées du Tage, on lui concédé, dans un autre acte la chapelle de San Juan Evangelista, située près du monastère que le roi avait construit pour in pauperem et peregrinorum hospitium Burgis36. Apparemment, saint Lesmes traversa sans aucune difficulté les eaux débordées du fleuve Tage sur son âne37. Ainsi Adelelmo, tel un nouveau Josué devant le Jourdain, se jette dans le fleuve monté sur son âne, mais l’eau n’arrive pas à le submerger. Au vu de l’étonnement qu’il éveille, il semblerait, selon ce que dit l’hagiograpehe, que le roi concède au moine de nouvelles terres entre Alarzon et Vena. Cet épisode qui, dans la vita de Tamayo de Salazar, grandit en rendant témoins de ce surprenant événement le roi Alphonse VI et son armée qui, bien que mieux équipés, arrivent à faire de même au prix de grands efforts38.

  • 39 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos..., p. 59.

32Donc, le 3 novembre 1091, Alphonse VI donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu et au moine Adelelmo qui en venait, le monastère de san Juan, situé à l’entrée de Burgos. Cette donation fut accompagnée de biens pour le soutien de la communauté, comme un moulin, un four dans le quartier de San Lorenzo, les potagers de propriété royale situés entre les rivières Arlanzon et Vena, ainsi que des terres appartenant au roi du moulin du Conde jusqu’au palais royal, et une part qui lui revenait dans le lieu dit de Cotar. Le monastère fut exempté de toute charge fiscale, et on lui accorda la faculté de recevoir toutes sortes de donations et de donner sépulture à tous ceux qui la demanderaient. Cette première donation est assez modeste, même si elle correspond au rôle que devait jouer en principe cette institution monastique qui au fil du temps deviendrait un des pôles bénédictins les plus importants de Castille. Il ne s’agissait pas d’instaurer un grand centre de colonisation ou de repeuplement, ni de fomenter des rivalités potentielles avec le siège épiscopal récemment installé (1074), ou avec le monastère de San Pedro de Cardeña, proche de la ville39. Mais ces donations furent imitées par la noblesse, bien que ce soit pour peu de temps, car elles se ralentirent rapidement et on n’en retrouve pas dans les documents jusqu’à 1131, à cause des temps difficiles que traverse la Péninsule lors de l’invasion des Almoravides au temps de la reine Urraca.

  • 40 Ibid., p. 57.

33L’année suivante, ce monastère se transforma en un prieuré dépendant de l’abbaye bourguignonne de la Chaise-Dieu, qui nommait elle-même ses prieurs et se chargeait de former les moines de sa communauté. Cette fondation dépendant de l’abbaye bourguignonne de la Chaise-Dieu était un élément de plus de l’intégration de la ville de Burgos dans les cercles économiques et intellectuels nationaux et internationaux de la fin du XIe siècle. En plus, la nouvelle assignation à Burgos permettait au saint de se réaliser dans le développement de la vertu de l’obéissance grâce au lien maintenu avec son premier foyer religieux, et de pouvoir réaliser une simple activité caritative dans une ambiance de relative solitude et d’isolement40.

  • 41 Ibid.

34Comme nous le verrons, la raison de la présence de Lesmes comme abbé d’une communauté de moines français était surtout son contenu symbolique qui allait provoquer un grand effet socio-religieux. Dans ce cas, les monarques agirent de leur propre initiative, sans aucun type de conditionnement institutionnel ou contractuel de caractère ecclésiastique. Ce qui explique que la venue du saint dans ce royaume soit présentée dans l’hagiographie comme le résultat d’un « dessein pieux » de la reine, dans un contexte européisant, et sous les auspices de son époux41.

  • 42 L. Vazquez de Parga, Peregrinaciones a Santiago de Compostela..., p. 184-187. Alphonse VII l’a don (...)

35D’un autre côté, les besoins religieux utilisés par la reine dans sa lettre auraient pu être résolus par l’installation d’une communauté autochtone de grande élévation spirituelle, comme les moines qui vivaient le long de la vallée du Duero. Ou encore l’intérêt pour l’Europe aurait pu être comblé par l’installation de moines clunisiens. Cependant l’arrivée d’une communauté bénédictine intégrée par des moines venant de l’abbaye de la Chaise-Dieu, aux abords d’un noyau de population important, siège du pouvoir politique et épiscopal, semble contribuer à la cohésion de la communauté à partir d’horizons très divers. D’une part, le fait que ce soit un acte gratuit effaçait la sensation de soumission que la couronne pouvait avoir transmise à travers certains de ses actes politico-religieux. Et de l’autre, la présence de moines étrangers attirait l’attention vers l’extérieur et freinait la formation d’un sentiment régionaliste. De plus, la dépendance à l’abbaye française établie presque naturellement pouvait légitimer tout autre lien extérieur établi par les souverains ou les institutions ecclésiastiques. Autant le monastère que la chapelle étaient hors de la juridiction de l’évêque de Burgos, et ne dépendaient que de la Chaise-Dieu, jusqu’à 1437 où ils vinrent à dépendre de la Congrégation de san Benito de Valladolid42.

  • 43 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos..., p. 54-56.

36Si bien que le nouveau monastère se dresse comme un symbole de la rénovation religieuse européenne dans un contexte pleinement péninsulaire43. En somme, c’est un élément de plus qui est mis entre les mains des souverains pour diffuser leur politique religieuse. Cette assimilation facilita une diffusion plus rapide de la réforme grégorienne, de la liturgie romaine, de la discipline canonnique, et de tous les éléments de la culture et de la vie écclésiastique au nord des Pyrénées.

La fama sanctitatis

  • 44 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 17, p. 863.

37Enfin, suivant cette trajectoire biographique, on arrive au moment qui a une grande importance dans l’ensemble du récit hagiographique. C’est celui de la mort du saint. Évidemment, les précédents les plus clairs de la mort seront toujours la vieillesse et la maladie. En ce sens, le corps joue un rôle fondamental, car il annonce la mort à travers des forces qui l’abandonnent peu à peu. Généralement, la maladie qui affecte le saint est conséquence de l’épuisement physique ou de la vieillesse : fatigato pulmonis annelitu, cogente infirmitate necesitate, viribus coepit repente destitui44.

  • 45 A. Guiance, Los discursos de la muerte en la Castilla medieval (siglos VII-XV), León, Junta de Cas (...)
  • 46 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 17, p. 864.

38À cette occasion l’hagiographe met dans la bouche du saint moribond des paroles qui constituent une sorte de « testament spirituel », puisque c’est la mort d’un saint fondateur, la mort doit ainsi être sainte et fondatrice. C’est-à-dire qu’il doit assurer la continuité de son œuvre et, en conséquence, il doit réussir à transmettre son charisme personnel à une institution45. En cette occasion les paroles s’articulent dans une prière par laquelle le saint met sous la protection de Dieu la communauté dont il a été l’abbé : Precor te Domine Jesu Christe fili Dei Patris, ut iustos et omnes qui in tua pietate confidunt, custodias et ab omni malo defendas46.

  • 47 J. Goñi Gaztambide, Historia de los obispos de Pamplona, Pamplona, Eunsa, 1979, t. I, p. 254-317. (...)
  • 48 L. Serrano, El Obispado de Burgos y Castilla primitiva, Madrid, Instituto de Valencia don Juan, 19 (...)

39Et ainsi, après avoir reçu le viatique des mains de l’évêque Pedro de Pamplona – peut-être parce qu’il s’agissait d’un prélat d’origine française tout à fait en accord avec le mouvement de réforme impulsé par Grégoire VII47 –, et tandis qu’il prononçait des paroles similaires à celles de Jésus-Christ sur la croix (In manus tuas Domine commendo spiritum meum) saint Lesmes meurt le 30 janvier 109748. Les obsèques se sont prolongés comme il était habituel pendant trois jours, à la fin desquels il a été enseveli comme on dit dans la source latine : in dextera parte cellea suae. Et, à ce moment-là, selon l’hagiographe, eut lieu un phénomène extraordinaire, la guérison d’un jeune paralytique.

  • 49 L. Serrano, El Obispado de Burgos..., p. 409.

40Son corps a été vénéré dans l’église de saint Lesmes de Burgos et depuis le commencement du XIIe siècle a reçu un culte public. Pourtant, au XIVe siècle, sa fête, le 30 janvier, n’était pas encore une fête d’obligation, mais dés la moitié du xve elle passa à être fériée par la volonté des fidèles. Et l’évêque de Burgos Pablo Santa María ordonna qu’on prie le saint avec le rite double dans tout le diocèse49.

41Le culte et la dévotion à saint Lesmes ont comme point de départ sa réputation de sainteté, qui est révélée aussi par le nombre et la grandeur de ses miracles. Ces prodiges surnaturels actualisaient en même temps la fonction d’intercession du saint. Sans doute, la virtus thaumaturgique sera un des principaux critères de sa sainteté.

  • 50 Saint Luc parle de cette virtus qui sort du corps du Christ dans son évangile : « et toute la foul (...)
  • 51 B. Abou-el-Haj, The medieval cult of saints. Formation and transformation. Cambridge, Cambridge Un (...)

42Et, de la même façon que dans l’Évangile, ce don apparaît continuellement dans la vie de chaque saint50. On observe ce parallélisme, par exemple, dans la mise en scène de ces épisodes car la majeure partie des récits reproduisent les miracles évangéliques à travers des gestes identiques, des paroles similaires, voire les mêmes maux qui évoquent facilement la guérison de l’aveugle Bartimée ou la résurrection de la fille de Jaïre51.

  • 52 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 321-2.
  • 53 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 5, p. 850 y c. 4, p. 848.

43En ce sens, il faut signaler l’efficacité du geste thaumaturgique. Cela consistait soit en l’imposition des mains sur la partie malade, soit en un signe de croix sur le malade. Quant à ce dernier geste, il semble qu’il était doué d’une grande efficacité symbolique, qui pouvait avoir des effets immédiats et nécessaires, autant spirituels que matériels52. Ainsi, le saint avec sa propre main touchait et bénissait la poitrine de la femme malade qui devait allaiter son fils. Ou bien, il guérissait le jeune homme qui avait des fièvres invocato Christi nomine manu elevata hominem signans statim febre fugata incolumis remansit53.

  • 54 Ibid., XXVII, c. 8, p. 853.
  • 55 Ibid., XXVII, c. 5, p. 849: statim aut aquam eius manu signatam gustavit, cum sanguineo sputo serp (...)
  • 56 Ibid., XXVII, c. 5, p. 850 : in aqua quam ipse benedixerat, tres offas fecit, quas sorbendas puero (...)
  • 57 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 16, p. 863.

44Dans une large mesure, ces guérisons miraculeuses étaient instantanées, statim disaient les sources. Les miracles s’accomplissaient de façon très rapide, ce qui démontrait l’efficacité surnaturelle du saint. En dernier lieu, on lui attribue un miracle qui semble assez fréquent, comme raconte Rodulfus. C’était la transformation de l’eau en vin : multoties praeterea elementum aquae inter manus eius conversum est in vinum54. C’est un miracle, comme tous les autres de racines christiques (il nous vient à l’esprit la scène des noces de Cana, première manifestation miraculeuse du Christ) qui attire notre attention sur un élément matériel qui apparaît souvent dans les miracles de Saint Lesmes : l’eau. Ainsi, en donnant à boire de l’eau, préalablement bénie, le saint guérit beaucoup de malades qui venaient vers lui, comme le paysan qui avait avalé une couleuvre pendant qu’il dormait55 ; la femme qui, alors qu’elle allaitait son fils, totum pectus post liborem in fistulam verteretur, mais le saint l’avait guérie avec aquam cum vino mixtam signatam infundit, manu propia tangens benedixit ; de même, un jeune homme originaire d’Arvernico pago56 retrouve la parole en buvant de l’eau bénite. En fait, le saint devient célèbre en guérissant des malades de fièvres quartes en les aspergeant avec son hysope (goupillon). Ainsi, saint Adelelmo pour guérir une femme qui avait une couleuvre dans ses entrailles et qu’aucune médicine ne pouvait guérir, lui donna à boire un verre béni, eius manu signatum poculum libavit, et ensuite cette femme cracha l’animal57. Tous ces miracles ont un symbolisme sôtériologique qu’on ne peut ignorer.

  • 58 Ibid., XXVII, c. 19.

45Ainsi son renom de sainteté grandissait chaque jour et, comme affirmait Rodulfus, crevit quotidie eius sanctitatis fama, et ses miracles étaient innombrables (Tunc vir Dei Adelelmus ad sibi datam cellulam venit, ubi per eum innumerabilia completa sunt miracula). Une constante qui se maintiendra après sa mort comme assure son hagiographe : nunc ad miracula post transitum facta manumittere tua me vir venerabilis gratia frequenter compellit58. Cette diffusion de la fama sanctitatis favorisait le soutien d’un culte et une dévotion envers le saint.

Considérations finales

46En somme, la figure de saint Lesmes est un paradigme de plus du moine saint qui s’est transformé en guide d’une communauté et qui, avec sa vie, prétendait à la conversio monachorum, c’est-à-dire, à l’essai d’adhésion des moines à la façon de vivre qu’offrait ce saint. De sorte que ses épisodes biographiques actualisaient et mettaient en évidence n’importe quelles vertus avec l’intention de les inculquer dans sa communauté. C’était un modèle de sainteté reconnue qui présentait les mêmes coordonnées. Un moine humble et obéissant qui faisait toutes les tâches matérielles que lui étaient confiées ; un personnage lettré et spirituel qui finissait ses jours comme abbé de sa communauté ; un frère qui avec sa perfection invitait à la pratique, dans un moyen particulier et concret, des vertus monastiques traditionnelles : l’humilité, l’obéissance et la charité.

47La présence de saint Lesmes comme abbé d’une communauté de moines français à Burgos paraît répondre à son intention d’accomplir le projet de la reine de régulariser la vie religieuse dans des terres qui avaient vécu l’occupation musulmane. C’est durant le règne d’Alphonse VI que le trône léonais n’épargne aucun effort pour orienter le monachisme, les diocèses et l’ensemble de l’Église léonaise vers les modes, formes et réformes religieuses en vigueur en Europe.

  • 59 R. Sánchez Domingo, « Castilla y Europa en el siglo XI... », p. 111.

48D’autre part, la ville de Burgos, située au carrefour de plusieurs routes, et enclave du monastère dont Lesmes sera l’abbé, était un pôle d’attraction pour un grand flux de population. Elle va par conséquent connaître un changement progressif alors qu’elle verra s’ériger des institutions qui aideront à sa promotion, telles que des hôpitaux et des centres d’assistance aux pèlerins, l’installation du siège épiscopal, la célébration d’un concile, et la fondation du monastère de San Juan surbordonné à l’abbaye auvergnate de La Chaise-Dieu, événements qui favorisèrent l’intégration de Burgos dans une dynamique spirituelle et culturelle de grande force pour les siècles à venir59.

  • 60 F. J. Peña Pérez, « San Lesmes, embajador de la cultura feudal... », p. 124.

49Il faut cependant se demander comment un personnage d’une telle humilité et simplicité qui avait renoncé à la charge d’abbé, accepta cette invitation et, selon la légende, participa même aux opérations de conquête de Tolède, ou encore prit publiquement la tête de la défense des préceptes émanant de Rome sur la question liturgique. L’explication peut se trouver quelques années plus tard, lorsqu’en 1091 le roi répond aux demandes du moine en lui concédant une petite enclave d’assistance récemment construite, où Lesmes s’installera avec une douzaine de moines. Ce don du monastère de San Juan permettra à saint Lesmes de retrouver le sentiment religieux le plus authentique, en retrouvant son milieu initial, là où l’obéissance à ses supérieurs et l’activité caritative suffisaient à combler une vie ascétiquement exigeante. C’est là-bas qu’il vécut ses dernières années, avant de mourir en odeur de sainteté60. Pour finir, les récits hagiographiques qui ont été consacrés à saint Lesmes sont autant des témoignages de sa sainteté que des éléments qui contribuent à sa possible confirmation institutionnelle.

Notes

1 V. Valcarcel, « La vita Adelelmi de Rodulfo : historia del texto, autor, datación y algunas cuestiones de orden literario », dans San Lesmes en su tiempo, Burgos, Aldecoa, 1997, p. 107-123.

2 Ibid., p. 116. On ne peut l’identifier comme le Rodulfo moine de Carrión qui écrivit en 1136 les miracles de san Zoilo, de langue et de style différents.

3 Ibid., p. 119.

4 E. Flórez, España Sagrada, Madrid, 1772, XXVII, c. 2, p. 842 : conspicuus de Castro quoadam Lucduno nomine, quod situm est in confinio quo limitarur Pictavensis necnon Andegavensis pagus.

5 A. Vauchez, « Beata Stirps, sainteté et lignage en Occident aux XIIIe-XIVe siècles », dans Id., Saints, prophètes et visionnaires, le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 1999, p. 67-78, ici p. 68 : « Dans la mentalité commune, la noblesse est vue comme un ensemble de dons physiques et moraux qui constituait une sorte de charisme ». C’est la raison qui explique l’attribution fréquente d’une ascendance illustre ou même royale au saint. En ce qui concerne ce dernier point, il faut signaler qu’en général, jusqu’au XIIe siècle, la noblesse semble être une condition indispensable à la sainteté, et en ce sens, le sang est perçu comme une métaphore de la grâce. De sorte qu’il est très fréquent dans les vitae d’octroyer aux saints une origine noble pour indiquer l’origine divine de leurs actions et l’héroïsme de leurs vertus.

6 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 2, p. 842.

7 A.-M. Helvétius, « Les modèles de sainteté dans les monastères de l’espace belge du VIIIe-Xe siècles », Revue bénédictine, 103 (1993), p. 51-67, ici p. 60.

8 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 3, p. 845. dans la vita brevis éditée par Tamayo de Salazar, c. 3, p. 834, il exprime le sens ascétique de ce pèlerinage par le changement d’habits : permutatis cum comité vestibus suis pretiosis, penula viliore indutus... Sic quippe unus mendicus et nudis pedibus. Même son aspect physique se ressent de ces difficiles conditions de vie : nudis pedibus, corporis maceratione languidus, jejuniis continuis in pane et aqua quotidie, exceptis Dominicis diebus... c’est ainsi que lorsqu’à son retour il passa par Chaise Dieu, ita apparuit squalidus, au point qu’ils n’arrivèrent même pas à le reconnaître (c. 5, p. 835).

9 R. Sánchez Domingo, « Castilla y Europa en el siglo XI. Soberanía, derecho y religión », dans Vita Adelemi. Edición fascimil. Estudio y Edición, Burgos, 2004, p. 69-111. P. 106 : Il s’agissait d’un monacat érémitique, presque pas impliqué dans les affaires temporelles de la gestion et du domaine. Cette fondation connut un grand développement, dû par exemple à la protection exercée par le pape Léon X ou par le roi de France Henri Ier, ce qui fit de Chaise de Dieu une congrégationqui eut 8 abbés, 90 prieurs en Auvergne, 200 en France et en Europe.

10 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos (1091-1436), Burgos, éd. J. M. Garrido Garrido, 1990, p. 57.

11 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 3, p. 845.

12 Ibid., XXVII, c. 4, p. 847 : Cum vir venerabilis religionis acceperat habitum, tanta in eo excrvit toitus sactimoniae devotio, ut licet in tali opere adhuc rudis tyrunculus esset, totius religionis viros approbatos eius modesta parsimonia transcendebat.

13 En même temps commencent les miracles de sa vie, comme par exemple la guérison des fièvres d’un homme par la seule bénédiction du saint, E. Flórez, España Sagrada, XXVII, p. 852.

14 Ibid., XXVII, c. 4, p. 847.

15 Ibid., XXVII, c. 3, p. 846.

16 Robert mourut en 1067 et fut canonnisé en 1070, comme les 5 abbés suivants. La charge abbatiale fut occupée par Durand de 1067 à 1078. En 1078 Lesmes, jusque là maître des novices, occupa ce poste.

17 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 8, p. 852.

18 Ibid., XXVII, c. 8, 853.

19 A. Linage Conde, Los orígenes del monacato benedictino en la Península Ibérica, León, Centro de Estudios e Investigación « San Isidoro », 1973, t. II, p. 962. Cependant l’identification de cette reine n’est pas encore très claire, on évoque aussi d’autres personajes comme l’Écossaise Mathilde, femme d’Henri Ier d’Angleterre (fils de Guillaume le Conquérant). Le pain béni et envoyé à cette reine put la sauver, ainsi que toute l’île, de la maladie du sommeil. Ceci n’est rien d’autre qu’une façon détournée de parler de la période d’instabilité politique qui suivit la mort de Guillaume, et des luttes entre ses deux fils, Henri Ier et Robert de Corteheuse. Mathilde, femme du premier, veut signifier ainsi les forces d’appui qui aidèrent son époux à triompher du duc de Normandie, Robert. Toutefois, on peut transposer cet épisode en Castille, avec une autre Reine, Isabel, dernière épouse d’Alphonse VI, ou encore la reine Urraca, sous lesquelles le monastère de Burgos connut de grandes difficultés.

20 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 11, p. 856.

21 Ibid., XXVII, c. 12, 857.

22 A. Gambra, Alfonso VI, cancillería, curia e imperio. León, Centro de Estudios e Investigación « San Isidoro », 1997, p. 452. Constance de Bourgogne († 1093) succéda à Inès sur le trône de Castille et Léon, après une période de veuvage du roi difficile à déterminer, elle fut sa seconde épouse et la mère de la reine Urraca, comme l’indiquent les chroniques, depuis celle de l’évêque Pelayo jusqu’à la chronique générale. C’était la plus jeune fille du duc de Bourgogne, Robert le Vieux, et donc la petite-fille du roi de France, Robert II le Pieux.

23 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 12, p. 857. Cette lettre n’est pas recueillie dans l’édition de la vita par Tamayo de Salazar. Il fallait trouver une amélioration des coutumes et du panorama politique, et les deux pouvaient s’obtenir par la médiation de Cluny. Si bien qu’à la cour de Castillle, Adelelmo dut se joindre au groupe de moines qui travaillaient à la réforme de l’Église et de la liturgie, en particulier dans les villes.

24 A. Gambra, Alfonso VI... p. 466.

25 A. Linaje Conde, Los orígenes del monacato..., p. 693 : l’auteur n’accepte pas que sa présence soit due au désir de résoudre les problèmes posés par le changement de rite, « il s’agissait d’un dessein pieux et peut-être nostalgique de la reine, évidemment intégré dans la politique royale d’européisme, par le biais du monacat français, raison que nous croyons déterminante lorsqu’Alphonse situa son monastère au cœur de la voie de Compostelle ».

26 F. J. Peña Pérez, « San Lesmes, embajador de la cultura feudal en Burgos a finales del siglo XI », dans Viajes y viajeros en la España medieval, 1997, Aguilar de Campoo (Palencia), Centro de Estudios del Románico, p. 123-141, ici p. 139.

27 C. Estepa Díez, El reinado de Alfonso VI, León, Spainfo Ings, 1985, p. 118.

28 G. Martínez Díez, Alfonso VI : señor del Cid, conquistador de Toledo, Madrid, Temas Hoy, 2003, p. 192.

29 C. Estepa Díez, El reinado de Alfonso VI..., p. 100-105. Ferdinand Ier avait déjà noué ces liens, bien qu’il n’y eût aucune fondation durant son règne, il établit un cens, probablement annuel, de 1 000 pièces d’or, peut-être fixé selon Bishko vers 1063. Lorsqu’Alphonse était roi de Léon, le cens ne fut sans doute pas payé, au vu des difficultés que traversèrent les royaumes. Mais de 1073 à 1077, ont lieu les premières fondations clunisiennes : San Isidoro de las Dueñas, Santiago de Astudillo, San Juan de Hérmedes de Cerrato, San Salvador de Paz del Rey. En 1077 aussi, San Zoilo de Carrión passe aux mains des Bourguignons. En 1079, on introduisit la réforme clunisienne à Sahagún et à Santa María de Nájera, et en 1081 à santa Coloma de Burgos. En outre, depuis 1077, le roi avait renouvelé l’alliance de son père avec Cluny, et élevé le cens à 2000 pièces d’or.

30 G. Martínez Díez, Alfonso VI..., p. 181.

31 J.M. Minguez, Alfonso VI. Poder, expansión y reorganización interior, Hondarribia, Nerea, 2000, p. 197 « un autre aspect remarquable de son règne, c’est le processus de repopulation du Chemin de Saint Jacques, avec le renforcement ou la construction de centres qui agissaient comme noyaux régulateurs du transit humain et d’une activité économique de plus en plus fébrile. Le roi sut percevoir les besoins de développemnt de la société et d’agir en résonnance de cette dynamique. C’est ainsi qu’il s’occupa de l’amélioration des voies de communications, de la sécurité physique des marchands et des pèlerins, de la création de centres d’assistance pour satisfaire les demandes de ces flots de gens, de la structuration internes de nouveaux villages et hameaux le long du Chemin. Ces actions sont autant de réponses du roi aux exigences d’une société en phase accélérée de transformation ».

32 L. Vazquez de Parga, Peregrinaciones a Santiago de Compostela, Pamplona, Gobierno de Navarra, 1992, t. II, p. 184-187 : La dotation assignée par le roi au monastère de San Juan étaient les terres avoisinantes, entre les rivières Vena et Arlanzon, jusqu’aux abords de Gamonal. (Vita brevis, c. 15, p. 839). Au fur et à mesure du XIIe siècle, son patrimoine s’accrut grâce aux donations royales (Alphonse VIII lui accorde toute la dîme de la recette royale du Port de Castro Urdiales, sa mer et l’église san Pedro de Castro Urdiales) et privées.

33 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos..., p. 59.

34 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, p. 302. Dans la vie brève, on dit que le roi donna à Lesmes la chapelle de San Juan Evangelista, située aux abords de Burgos, sur le Chemin de Saint Jacques, pour qu’elle soit cimetière et hôpital pour les pèlerins. Il n’est pas fait mention dans ce texte du monastère, mais on parle d’une chapelle et d’un hôpital pour pèlerins ou xenodochium. Alors que dans la longue, il est cité dès le début. L’hagiographe de la version longue utilisa donc les rédactions A et B du document 116, de même date et jusitifia le contenu de la seconde alors qu’elle est probablement un faux, avec le contenu du récit du Taje. Gambra édite le diplôme et dans la note critique il expose les preuves de son hypothèse. De sorte qu’il semble que ce ne soient pas des donations royales faites le même jour, comme on l’a soutenu, mais qu’il y ait une seule donation, la A, et que la B soit le fruit d’une élaboration apocryphe destinée à étendre les droits des moines sur le cimetière voisin de San Juan Evangelista. Ces fausses rédactions furent indistinctement maniées dans des confirmations postérieures, et par l’auteur de la vie.

35 G. Martínez Díez, Alfonso VI..., p. 181. Deux sont des réalisations qui donnent un éclat spécial au règne d’Alphonse VI. La première s’inscrit dans l’ordre de l’activité militaire, et de l’élargissement du territoire du royaume, symbolisé par la conquête de Tolède, repoussant les limties du royaume castillano-léonais de la vallée du Duero au bassin du Taje. Et la seconde fut sa série de décisons destinées à favoriser l’assimilation et l’intégration de la culture de son royaume aux courants, us et coutumes dominants de l’Europe. Sous son règne, le changement décisif se produit, nous abandonnons l’environnement culturel étroit de la Péninsule dans lequel nous vivions enfermés sauf en de rares exceptions, pour nous intégrer comme un membre de plus de l’Europe médiévale et de la Chrétienté occidentale.

36 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 13, p. 859.

37 Ibid., p. 860.

38 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 15.

39 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos..., p. 59.

40 Ibid., p. 57.

41 Ibid.

42 L. Vazquez de Parga, Peregrinaciones a Santiago de Compostela..., p. 184-187. Alphonse VII l’a donné en 1128 à l’évêque de Burgos, et après devint une des paroisses de Burgos. La future paroisse de san Lesmes, qui apparaît dans les documents au XIIIe siècle. La chapelle actuelle de saint Lesmes a été bâtie à la fin du XVIe siècle en face de la porte principale.

43 F. J. Peña Pérez, El monasterio de san Juan de Burgos..., p. 54-56.

44 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 17, p. 863.

45 A. Guiance, Los discursos de la muerte en la Castilla medieval (siglos VII-XV), León, Junta de Castilla y León, 1998, p. 108.

46 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 17, p. 864.

47 J. Goñi Gaztambide, Historia de los obispos de Pamplona, Pamplona, Eunsa, 1979, t. I, p. 254-317. Pedro de Roda ou de Andouque fut évêque de 1083 à 1115. Évêque d’origine franque, né à Rodez, siège sufragánea de Albi. Moine de sainte Foi de Conques et de saint Pons de Thomiérs. Homme cultivé, pieux, et dynamique, élevé au siège épiscopal par la volonté de son abbé, Frotard, légat de Grégoire VII. Sa présences sur le siège navarrais supposa l’arrivée d’un grand nombre de clercs et de moines francs. Son épsicopat se caractérisa sans doute par la plus grande attention accordée aux monastères étrangers, français, au détriment de son propre siège. Il agit comme un élément important de la réforme de l’église navarraise, autant dans le domaine moral que disciplinaire et liturgique. Il exerça aussi une importante influence sur les affaires politiques des monarques comme Sancho Ramirez, Pedro I et Alfonso el Batallador, éclipsant les abbés de san Juan de la Peña et de Leire comme conseillers du monarque. Il eut enfin un rôle actif dans la reconquête aux côtés de ces rois.

48 L. Serrano, El Obispado de Burgos y Castilla primitiva, Madrid, Instituto de Valencia don Juan, 1935, t. I, p. 349. L’évêque de Burgos au moment du décés du saint était Don Gómez, élu en 1082, et il mourut selon le registre de la cathédrale de Burgos le 5 février 1097, peu de temps après le saint. La dernière mention documentaire est datée du 15 mars 1096, et le premier document faisant mention de son successeur, l’évêque don García est du 22 juillet 1097.

49 L. Serrano, El Obispado de Burgos..., p. 409.

50 Saint Luc parle de cette virtus qui sort du corps du Christ dans son évangile : « et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui qui les guérissait tous » (Lc 6, 19). « Et le Christ lui-même dira : “quelqu’un m’a touché, car j’ai senti qu’une force sortait de moi” » (Lc 8, 46).

51 B. Abou-el-Haj, The medieval cult of saints. Formation and transformation. Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 44 : les guérisons d’aveugles par le Christ sont reproduites intégralement, ses gestes et ses attitudes, depuis les sarcophages du IVe siècle jusqu’aux manuscrits du VIe, les mosaïques et les marbres de Ravenne.

52 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990, p. 321-2.

53 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 5, p. 850 y c. 4, p. 848.

54 Ibid., XXVII, c. 8, p. 853.

55 Ibid., XXVII, c. 5, p. 849: statim aut aquam eius manu signatam gustavit, cum sanguineo sputo serpentem ante adstantium pedes evomuit.

56 Ibid., XXVII, c. 5, p. 850 : in aqua quam ipse benedixerat, tres offas fecit, quas sorbendas puero tradidit. Postquam primam preaegustavit, de Dei miraculo vir Domini securus utrum iam virtutem recepisset tenans... et l’enfant commença à parler et à louer Dieu (dans la rédaction de Tamayo de Salazar, c. 7, il est dit que c’étaient trois miettes de pain avec de l’eau)... Ou bien ce prêtre affecté par les fièvres quartes qui recouvra la santé lorsque le saint versa une goutte d’eau sur sa pupille. C. 16, p. 863.

57 E. Flórez, España Sagrada, XXVII, c. 16, p. 863.

58 Ibid., XXVII, c. 19.

59 R. Sánchez Domingo, « Castilla y Europa en el siglo XI... », p. 111.

60 F. J. Peña Pérez, « San Lesmes, embajador de la cultura feudal... », p. 124.

Auteur

Professeur à l’université de Navarra, Pamplona.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search