Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

Saints aquitains et irlandais : similarités ou emprunts réciproques ?

Jean-Michel Picard

Texte intégral

  • 1 Dom J. Leclercq, « Un recueil d’hagiographie colombanienne », Analecta Bollandiana 73 (1955), p. 1 (...)

1La bibliothèque du Grand Séminaire de Metz possède, sous la cote no 1, un intéressant manuscrit qui, entre autres richesses, illustre les liens qui ont existé entre le mouvement monastique irlandais et les saints aquitains opérant hors de l’Aquitaine. Il s’agit d’un petit recueil de vies de saints qui contient uniquement les œuvres de Jonas de Bobbio sur Colomban et ses disciples, écrites dans les années 640 et 650, et la Vie de saint Columba, rédigée peu avant 700 par Adomnán, abbé du monastère irlandais d’Iona. Bernhard Bischoff, qui a étudié ce manuscrit, situe sa rédaction vers le milieu du IXe siècle par un scribe formé au scriptorium de Reims1. C’est un des plus anciens documents rendant compte de la mission de l’Aquitain Amand en Flandres, soutenu par les milieux colombaniens en la personne de Jonas lui-même. Dans le prologue, qu’il adresse à Walbert, abbé de Luxueil et à Bobolène, abbé de Bobbio, Jonas s’excuse de ne pas avoir réussi à finir la rédaction de la Vie de Colomban, en particulier à cause de ses activités missionnaires en Flandres.

Metz, Grand Séminaire, ms 1, fol. 79 v.

  • 2 Jonas, Vita Columbani, Prol. 2, éd. B. Krusch, Ionae Vitae Sanctorum, Hanovre, 1905, p. 144-224.

Si enim me in hoc opere nequaquam indignum iudicassem, olim iam ad ea texenda temerario quamuis conatu adgressus fuissem ; quanquam me et per triennum oceani per ora uehit et Scarbea lintris ab acta asquoque <S> caldeus molles <se> cando uias madefecit ; saepe et lenta palus Elnonis plantas ob uenerabilis Amandi pontificis ferendum suffragium qui his constitutus in locis ueteres Sicamborum errores euuangelico mucrone cohercet2.

Si en effet je ne m’étais pas jugé absolument indigne d’entreprendre cette tâche, j’aurais depuis longtemps entrepris, non sans hardiesse et témérité, de composer cette geste, bien que depuis trois ans, je me déplace le long de l’Escault dans les régions limitrophes de l’Océan, me frayant des chemins faciles sur un long canot et remontant les rives de la Scarpe sur de petites barques, et que j’ai souvent eu les pieds trempés au paresseux marais d’Elnone pour apporter mon aide au vénérable évêque Amand, qui s’est établi en ces lieux pour réprimer avec le glaive de l’Évangile les vieilles erreurs des Sicambres.

  • 3 Voir M. A. O’Brien, Corpus Genealogiarum Hiberniae, Dublin, 1976, p. 551-553.
  • 4 Jonas, Vita Columbani, 2, 1: Columbanus etenim qui et Columba/Ortus Hibernia insula extremo Oceano (...)

2Exprimé en termes poétiques, ce passage n’est cependant pas sans ironie et souligne l’épreuve qu’a dû représenter pour des gens du sud l’humidité des plates étendues du Nord, sans parler des mœurs des habitants. Nous reparlerons plus loin des rigueurs de la mission d’Amand en Flandres. Incidemment, le compilateur du manuscrit de Metz ne désigne pas l’auteur de la Vita Columbani sous le vocable de Jonas de Bobbio, mais sous celui de Jonas Elnonensis, c’est-à-dire Jonas de St-Amand. Il est aussi le premier à présenter côte à côte Columba l’ancien, appelé aussi en irlandais Colum Cille, apôtre des Pictes en Écosse, mort à Iona en 597, et Columba le jeune, exilé sur le continent européen, mort à Bobbio en 615. Le terme latin Columbanus correspond au nom propre irlandais Colmán, particulièrement fréquent dans l’aristocratie celte des VIe et VIIe siècles3, tandis que Columba correspond à l’irlandais Columb, d’origine ecclésiastique et relativement moins fréquent. Dans les lettres que Colomban écrit à ses correspondants continentaux entre 600 et 613, il se donne toujours le nom de Columba et n’emploie jamais la forme Columbanus, qui sera diffusée plus tard par ses disciples. À l’époque où Jonas écrit sa vie en 642, le nom de Columbanus s’est imposé, mais, ne serait-ce que par la lecture des œuvres du saint, l’hagiographe savait bien qu’il portait aussi le nom de Columba4. Si donc nos deux saints irlandais ont porté le même nom, leur association dans un même codex n’est pas nécessairement due aux hasards de l’homonymie. Le compilateur du manuscrit de Metz appartenait certainement à l’une des communautés monastiques qui, non seulement, se réclament du mouvement colombanien, mais qui insistent sur l’origine irlandaise de ce mouvement. La clé du rapprochement Columba/Colomban nous est donnée par Notker le Bègue dans le martyrologe qu’il composa pour son monastère de St-Gall dans les années 890. À la date du 9 juin, Notker célèbre Columba d’Iona, par une longue notice tirée entièrement de la Vita Columbae d’Adomnán, à l’exception des phrases finales qui apportent un élément nouveau expliquant l’intérêt des moines de St-Gall pour Columba.

  • 5 Notker Balbulus, Martyrologium, § 11, PL 131, col. 1025, Michèle Gaillard, 1164.

Qui cum plurimos discipulos uel socios sanctitatis suae pares habuisset, unum tamen Comgellum scilicet Latine Fausti nomine illustrem praeceptorem beatissimi Columbani magistri domini et patris nostri Galli, uirtutum ac meritorum suorum quasi unicum, exemplo Isaac, reliquit haeredem5.

. Bien que Columba ait eu un grand nombre de disciples ou de compagnons égaux à lui en sainteté, il n’en laissa cependant qu’un seul comme héritier unique de ses mérites et vertus, comme dans le cas d’Isaac : ce fut Comgall, c’est-à-dire en latin Faustus, précepteur illustre du très bienheureux Colomban, maître de notre seigneur et père Gall.

  • 6 Voir M. Richter, « Sankt Gallen and the Irish in the early Middle Ages », dans J.-M. Picard et M. (...)

3La filiation ne peut être plus claire. Notker revendique une identité irlandaise aux origines de la fondation de son monastère. Nous savons qu’en fait, l’origine du monastère de St Gall est différente. Le monastère de Notker date de 720 et son premier abbé, Otmar, originaire de Rhétie, ne semble pas issu du milieu colombanien6. C’est au cours des générations suivantes que les auteurs monastiques de St-Gall et de Reichenau (Wetti, † 824, et Walahfrid Strabo, † 849) créent une ligne continue entre le monastère d’Otmar et l’ermitage fondé en 612 par saint Gall, compagnon de Saint Colomban. À la fin du IXe siècle, le processus identitaire a été complété : de simple compagnon de Colomban, Gall est devenu un fils de roi irlandais, éduqué par Colomban lui-même dans la tradition du monastère de Bangor, fondé au milieu du VIe siècle par saint Comgall, qui lui-même aurait été l’un des disciples de Colum Cille, l’un des saints patrons de l’Irlande et le premier à avoir pratiqué l’exil pro Dei amore en fondant son monastère d’Iona en Écosse.

  • 7 Dom P. Antin, « La critique de la Vita de saint Philibert », dans Jumièges : Congrès scientifique (...)

4Aux VIIIe et IXe siècles, les hagiographes de St-Gall ne sont certainement pas les seuls à affirmer l’ancienneté et l’intégrité de leur institution monastique en invoquant une influence irlandaise ancienne. C’est le cas de l’hagiographe de Jumièges qui écrit la Vita Filiberti vers 7507. Les origines aquitaines du saint sont clairement exprimées :

  • 8 Vita Filiberti, c. 1, éd. W. Levison, MGH SRM 5, p. 583-604.

Sanctus igitur Filibertus Helisano territurio ortus, seculari prudentia non indoctus, undique iuxta morem gentis strinuus, urbe Vico Iulii est nutritus, ea de causa maxime quod genitorem ipsius Filibaudem, obtentu regio munere, laicale administratione cessante, ciues loci illius expetissent pontificem8.

Saint Philibert naquit donc dans le territoire d’Éauze. Excellent érudit en études classiques, il se montrait très actif dans toutes les activités de la société séculière. Il fut éduqué dans la maisnie épiscopale de la ville d’Aire sur l’Adour principalement parce que son père Philibaude, qui avait reçu l’investiture royale, avait été élu évêque par les habitants de ce lieu quand l’administration laïque cessa de fonctionner.

  • 9 Ibid., c. 2 : [...] quendam Dei militem Agilum nomine, qui praeerat coenubio Chrasbacinse, quem sa (...)

5Son séjour chez le roi Dagobert et la présence de saint Ouen à la cour sont mentionnés, mais l’hagiographe insiste surtout sur l’importance de l’influence colombanienne dans la carrière religieuse de Philibert. C’est tout d’abord la rencontre avec Agile, le premier abbé du monastère de Rebais, fondé par saint Ouen en 637, dont il précise bien qu’il vient de Luxeuil9. Quand Philibert désire atteindre une plus grande perfection c’est vers Luxeuil et Bobbio qu’il se tourne :

  • 10 Ibid., c. 5.

Sed quia perfecti uiri semper perfectiora sectantur, coepit sacerdos Domini sanctorum coenubia circuire, ut aliquod emulumenti ex successione sanctitatis ualeret accipere. Lustrans Luxouium et Bobium uel reliqua cenobia sub norma sancti Columbani degentia [...]10.

Mais puisque les hommes parfaits sont toujours en quête d’une plus grande perfection, le prêtre du Seigneur se mit à faire le tour des monastères de saints hommes dans de but de recevoir en héritage un souvenir de leur sainteté. Il visita Luxeuil et Bobbio et les autres monastères qui vivent sous la règle de saint Colomban [...].

  • 11 Ibid. : Basilii sancti charismata, Macharii regula, Benedicti decreta, Columbani instituta sanctis (...)

6Les règles monastiques qu’il étudie sont celles de Basile, Macaire, Benoît mais aussi celle de Colomban11. L’importance de Colomban pour les successeurs de Philibert à Jumièges se traduit par la place d’honneur qui lui est accordée dans la grande église du monastère dédiée à la Vierge Marie. Dans la description des bâtiments du monastère donnée par l’hagiographe, saint Denis, saint Germain, saint Pierre et saint Martin sont vénérés dans des oratoires extérieurs, tandis que les autels de saint Colomban et de saint Jean se trouvent en position centrale de part et d’autre de la magnifique tombe du saint fondateur.

  • 12 Ibid., c. 8.

Ab euro surgens ecclesia crucis instar erecta, cuius apicem obtinet alma Virgo Maria, altaris ante faciem lectoli cun-dente beatissimi Filiberti picto gemma-rum lumine, comptu auri et argenti congeriae, ab utroque latere Iohannis et Columbani aras dant gloriam Deo12.

À l’est s’élève l’église bâtie en forme de croix, dont la bienfaisante vierge Marie occupe le sommet et où la tombe du bienheureux Philibert a été établie face à l’autel, embellie de la lumière de pierres précieuses, ornée d’une masse d’or et d’argent et de chaque côté, les autels de Jean et Colomban rendent gloire à Dieu.

7L’héritage colombanien est aussi présent dans la Vie de Saint Éloi, rédigée à l’origine par Dadon/St Ouen dans les années 670 et remaniée au VIIIe siècle par un hagiographe de Noyon. De nouveau, les origines aquitaines du saint sont clairement spécifiées :

  • 13 Vita Eligii, c. 1, éd. B. Krusch, MGH SRM 4, p. 663-742.

Igitur Eligius Lemouecas Galliarum urbae quae ab oceano Brittanico fere ducentorum milium spatio deiungitur in uilla Catalacinse quae a praedicta urbe sex circiter milibus ad septentrionalem plagam uergit oriundus fuit. Est itaque praefata ciuitas partibus sita Armoricanis in ulteriore Gallia Primaque Aquitania quae ad plagam respicit occidentalem. Cui contigua est ab oriente prouintia Lugdunensis Galliaque Belgica ; habet etiam ab euro et meridie prouintiam Narbonensem ; a cirtio autem ambitur oceanum porro ab occasu habet Hispanias. In hac ergo regione parentibus ingenuis atque ex longa prosapia christianis Eligius natus atque alitus est13.

Éloi naquit donc dans la cité de Limoges en Gaule, éloignée d’environ deux cents milles de l’Océan britannique, dans une villa nommée Chaptelat, située environ à six milles vers le nord de la cité susdite. Or cette cité, qui est située en Gaule ultérieure dans les terres Armoricaines, fait partie de l’Aquitaine première, qui est tournée vers l’Ouest. Celle-ci touche à l’Est la province de Lyon et la Gaule-Belgique, à l’Est et au midi la province Narbonnaise, au nord-ouest l’Océan et au couchant l’Espagne. C’est dans cette région qu’Eloi naquit de parents libres venant d’une longue lignée de chrétiens et c’est là qu’il fut éduqué.

8Ayant fondé Solignac et étant entouré de moines pieux, il désire cependant la compagnie d’hommes plus parfaits, et c’est vers Luxeuil qu’il se tourne :

  • 14 Ibid., c. 21.

Sed aliquando etiam nimis sanctae conuersationis aestuans desiderio, ipse quoque properabat ad coenobia maximeque Luxouium nomine qui erat eo tempore cunctis eminentior atque districtior ; neque enim tam crebra erant adhuc in Galliis monasteria et sicubi essent non sub regulari quidem disciplina sed erant prorsus in malitia fermenti ueteris saecularia. Praeter Luxouium ergo qui solus ut dictum est districtionem regulae sollerter tenebat, Solemniacense monasterium in partibus occiduis huius religionis extitit caput [...]14.

Mais, brûlant parfois du désir de mieux partager leur saint mode de vie, il s’en allait lui aussi visiter les monastères, en particulier celui appelé Luxeuil, qui était à cette époque-là le plus remarquable et le plus rigoureux de tous. En effet, il y avait alors peu de monastères en Gaule et là où il y en avait, on n’y vivait certes pas sous la discipline de la règle mais entièrement dans les pratiques malicieuses du vieux ferment séculier. Mis à part donc Luxeuil, qui comme nous l’avons dit, était le seul endroit où la rigueur de la règle fût diligemment maintenue, le monastère de Solignac apparaît clairement comme la tête de l’institution monastique dans ces régions occidentales...

9Le voyage à Luxeuil n’est pas seulement une indication de l’attachement de certaines communautés à l’héritage colombanien, mais constitue souvent le deuxième volet d’un motif hagiographique qui définit un type de sainteté supérieur. Il s’agit du motif de la peregrinatio potior, que l’on retrouve à la fois dans les vies de saints irlandais et dans celles de certains saints aquitains.

  • 15 Voir J. Fontaine, Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 3 vol., Paris, 1967-1969, vol. 1, p. 19-58.

10À la fin du IVe siècle, Sulpice Sévère et ses amis du « cercle aquitain15 » (Didier, Bassula, Paulin de Nole, Delphin de Bordeaux, Exupère de Toulouse) avaient promu un idéal de sainteté fondé sur le mode de vie érémitique, dont la première étape est l’éloignement de sa famille et l’abandon de tout. Au cours des siècles suivants, la Vita Martini, écrite par Sulpice Sévère, devient le principal modèle pour les hagiographes européens, assurant la diffusion de cet idéal. Le motif de l’éloignement de sa famille et du renoncement total est récurrent dans l’hagiographie des Ve et VIe siècles. Nos saints et saintes européens sont généralement décrits comme étant de famille noble, mais abandonnent leurs parents et, souvent contre la volonté de ces derniers, quittent leur maison pour se vouer à une dure vie d’ascète. Au VIIe siècle, les hagiographes irlandais enrichissent ce motif original en ajoutant un deuxième niveau de renoncement, celui de la vie ascétique à l’étranger. Le terme peregrinatio, qu’ils emploient pour désigner ce mode de vie, prend une connotation particulière. Chez Grégoire de Tours ou Venance Fortunat, la peregrinatio est un véritable voyage et les peregrini qui sont évoqués dans les vies de saints qu’ils composent sont des gens qui vivent sur la route, pour diverses raisons, et à ce titre ont besoin du même soutien et réconfort que les pauvres et malades que soulage le saint. Dans les textes irlandais, il s’agit d’un exil, qui est en fait l’équivalent d’une sentence de mort. Les textes canoniques sont très clairs sur ce point. Dans le Pénitentiel de Cumméne de Clonfert, qui date du milieu du VIIe siècle, la peregrinatio perennis est réservée aux fautes les plus graves :

11Au chapitre sur la fornication, nous trouvons le canon suivant :

  • 16 Penitentiale Cummeani, II, 7, éd. L. Bieler, The Irish Penitentials, Dublin, 1975, p. 108-134.

Moechator matris suae ann(is). iii. cum peregrinatione perenni peniteat16.

Celui qui commet un adultère avec sa mère, qu’il fasse pénitence pendant trois ans, avec exil perpétuel.

12Et au chapitre de la colère, celui-ci :

  • 17 Ibid., IV, 4.

Qui homicidium odii meditatione facit, relictis armis usque ad mortem mortuus mundo uiuat Deo. Si autem post uota perfectionis, cum peregrinatione perenni mundo moriatur. Qui autem per furorem facit et non ex meditatione. iii. annos cum pane et aqua, elimosinis orationibusque peniteat. Si autem casu nolens occiderit proximum suum i. annum peniteat17.

Celui qui commet un meurtre prémédité dans la haine, qu’il soit privé d’armes jusqu’à sa mort, ainsi, mort au monde, il vivra en Dieu. Mais s’il l’a commis après avoir pris des vœux de perfection, qu’il meure au monde en un perpétuel exil. Mais celui qui a tué par colère et sans préméditation, qu’il fasse pénitence pendant trois ans, au pain et à l’eau, faisant prières et aumônes. Mais s’il a tué son prochain accidentellement sans le vouloir, qu’il fasse pénitence pendant un an.

  • 18 F. Kelly, A Guide to early Irish Law, Dublin, 1988, p. 5-6.
  • 19 Th. Charles-Edwards, « The social background to Irish peregrinatio », Celtica 11 (1976), p. 46-53.
  • 20 R. Thurneysen, Irisches Recht, Berlin, 1931, p. 64 § 4: « fer in-etet tóin a mna tar crich ».
  • 21 M. E. Byrne, « On the punishment of setting adrift », Ériu 11 (1932), p. 97-102; F. Kelly, Guide t (...)

13Les peines moins graves mentionnées dans ce canon permettent de nous faire une idée de l’échelle des valeurs dans la société irlandaise du VIIe siècle. Relativement fréquente, la mort d’homme n’est sanctionnée que par un an seulement de pénitence pour un homicide involontaire et trois ans pour circonstances aggravantes. En revanche, pour le meurtre prémédité, l’interdiction de porter des armes dans une société violente est une sanction grave qui limite sérieusement les chances de survie. Quant à la sanction d’exil à perpétuité pour les membres de la communauté ecclésiastique, elle équivaut à la peine de mort. En effet, à l’époque où le Penitentiale Cummeani est composé, la sécurité d’un individu n’est garantie qu’à l’intérieur du territoire de son royaume d’origine. Le corpus des lois irlandaises en langue vernaculaire définit un système complexe de compensation pour toute attaque contre la personne physique des individus libres. Pour chaque personne il existe un prix de l’honneur (lóg n-enech), qui correspond à son statut social dans le royaume. Ainsi la compensation pour blesser un jeune fermier (fer midboth) est d’une demie once d’argent tandis que la compensation pour la même blessure faite à un roi de province (rí cóicid) sera de quarante onces d’argent. En cas d’homicide, on ajoute au prix de l’honneur le prix du corps (éiric) qui est le même pour tous les hommes libres (7 cumala soit 20 onces d’argent). En revanche, l’étranger, celui qui vient d’un autre royaume, est sans statut personnel, n’a pas de prix de l’honneur et, à ce titre, peut être tué impunément. L’une des heptades du Senchas Már (Lit. « La grande tradition »), le plus important recueil législatif irlandais des VIIe et VIIIe siècles, stipule même qu’il est tout à fait légal de ne pas payer ne serait-ce que le prix du corps pour le meurtre d’un étranger (ambue)18. En outre, parmi les différents types d’étrangers considérés par les légistes irlandais, l’ambue (lit. « Celui qui ne possède pas de vaches »19) désigne un homme originaire d’un royaume irlandais voisin et semble avoir été mieux toléré que le cú glas (lit. « chien gris ») ou le murchuirthe (lit. « celui qui est déposé par la mer »), qui vient de Grande-Bretagne ou de tout autre pays étranger à l’Irlande, et qui connaît une exclusion sociale absolue. Ces diverses catégories d’étrangers sont méprisées car ils ont quitté leur royaume soit parce qu’ils n’ont pas su trouver une femme dans leur société – pour employer l’expression truculente d’un législateur, l’ambue est « l’homme qui a suivi les fesses de sa femme à travers la frontière »20 – soit le plus souvent parce qu’il a commis un crime dans son propre royaume et a été exilé. Le terme de murchuirthe fait probablement référence à la condamnation qui consiste à placer le (ou la) coupable dans un canot, qu’on laisse dériver au gré des vents et des courants21. L’opprobre réservé à la catégorie du cú glas ou du murchuirthe est d’autant plus fort que la loi irlandaise n’a recours à l’exil au-delà des mers que pour les crimes les plus odieux (parricide, fratricide, inceste, etc.).

  • 22 Adomnán, Vita Columbae, 1, 22 (éd. A. O. et M. O. Anderson, Adomnán’s Life of Columba, Oxford, 1991(...)
  • 23 Ibid., 2, 33 : Scito Broichane scito quia si mihi hanc perigrinam liberare captiuam nolueris prius (...)
  • 24 Ibid., 2, 39 : De Librano harundineti profetatio sancti uiri [...] Alio in tempore, cum uir sanctu (...)

14La Vita Columbae d’Adomnán, dont nous avons parlé plus haut, met en scène plusieurs de ces peregrini irlandais, exilés en Écosse pour diverses raisons : c’est le criminel qui a couché avec sa mère et que saint Columba tente en vain de remettre sur le droit chemin22 ; c’est l’esclave irlandaise du druide Broichan que le saint réussit à faire libérer23 ; c’est Libran, meurtrier et parjure, qui après avoir fait pénitence et payé financièrement le prix de ses crimes, finira sa vie comme moine de Columba24. Les connotations du mot peregrinus, à la fois « étranger » et « exilé », dans la Vita Columbae, nous portent à considérer d’un œil différent la peregrinatio même du saint. Tout comme les saints continentaux, Columba est né de parents nobles :

  • 25 Ibid., Praef. 2, 9.

Sanctus igitur Columba nobilibus fuerat oriundus genitalibus, patrem habens Fedilmithum filium Ferguso, matrem Aethneam nomine, cuius pater latine filius nauis dici potest, scotica uero lingua mac Naue25.

Or donc, Saint Columba était né de parents nobles, ayant pour père Fedelmid fils de Fergus et pour mère Eithne de son prénom, dont le père peut être appelé « fils du navire » en latin, et en irlandais mac Náue.

  • 26 Annales d’Ulster, AD 546: Daire Coluim Cille fundata est; éd. S. Mac Airt et G. Mac Niocaill, The (...)

15Adomnán ne s’attarde pas sur la première moitié de la vie du saint. Il fait cependant référence à deux monastères fondés par le saint : Derry, fondé, d’après les Annales d’Ulster26, en 546 sur le territoire des Cenél nEógain, immédiatement contigu à son royaume d’origine ; et Durrow, fondé une dizaine d’années plus tard beaucoup plus au sud, dans la province de Mide (voir carte en appendice). Columba a donc quitté ses parents et son royaume pour vivre en étranger, mais toujours sur le territoire de l’île. Pour Adomnán, Columba ne devient un grand saint que dans la deuxième phase de sa vie, quand il décide de quitter l’Irlande et de traverser la mer pour s’installer en Écosse. Le désir de peregrinatio et la mise en œuvre de cet appel est un moment décisif qui va transformer la vie du saint et l’amener à un niveau supérieur de sainteté. Le moment initial de la peregrinatio de Columba est mentionné deux fois par Adomnán :

16Dans la deuxième préface :

  • 27 Adomnán, Vita Columbae, praef. 2, 9.

Hic anno secundo post Cule Drebinae bellum, aetatis uero suae XLII, de Scotia ad Brittanniam pro Christo perigrinari uolens enauigauit27.

La deuxième année après la bataille de Cúl Dréibne, qui était la quarante deuxième de sa vie, voulant s’expatrier pour le Christ, il fit la traversée d’Irlande en Grande-Bretagne.

17Et au chapitre 7 du livre I :

  • 28 Ibid., 1, 7, 1.

Post bellum Cule Drebene, sicuti nobis traditum est, duobus transactis annis, quo tempore uir beatus de Scotia perigrinaturus primitus enauigauit [...]28.

Deux années s’étaient écoulées après la bataille de Cúl Dréibne, comme on nous l’a rapporté, et le bienheureux, à cette époque, venait juste de quitter l’Irlande pour s’expatrier.

  • 29 Annales d’Ulster, AD 563: Nauigatio Coluim Chille ad Insolam Iae anno etatis sue xl. ii.
  • 30 Vita Fursei, § 26:... atque exinde non multo post de Hybernia insula, peregrina litora petens, per (...)

18Les Annales d’Ulster, dont la source principale est la chronique d’Iona, confirment cet événement sous l’année 56329. Le thème du double départ et la progression en deux temps vers un idéal de vie plus parfait se retrouvent dans d’autres vies de saints irlandais. C’est par exemple saint Fursy, originaire de la région de Louth sur la côte Est, qui quitte d’abord ses parents pour prêcher dans les provinces d’Irlande, puis qui, dix ans plus tard, répond au désir de s’expatrier et s’embarque pour l’Angleterre.30 Ses pérégrinations l’amèneront sur le continent et il finira sa vie en Picardie. C’est aussi saint Brendan, originaire du royaume de Kerry (Ciarraige Luachra) dans la province de Munster, qui quitte d’abord sa famille et sa région pour passer dans la province voisine de Connaught, puis, pris du désir de s’exiler, s’embarque pour une destination inconnue en un long voyage qui sera l’objet de la célèbre Navigatio Brendani. La première Vie de saint Brendan est l’un des textes qui justifie la peregrinatio irlandaise par l’évocation biblique de l’exil d’Abraham :

  • 31 Vita prima Brendani, § 12, éd. Ch. Plummer, Vitae Sanctorum Hiberniae, 2 vol., Oxford, 1910, vol.  (...)

Illius uero precepti quo dictum est Abrahe : “Exi de terra tua et cognatione tua”, non immemor effectus, peregre pro-ficisci ardenti uolebat desiderio31.

Mais, se souvenant de ce commandement enjoint à Abraham : « Quitte ton pays et ta famille », il voulait d’un désir ardent s’en aller dans un pays étranger.

19La référence à la formule Exi de terra tua n’est pas rare dans les homélies et textes exégétiques, où elle est souvent liée à la vocation monastique.

20Sur le continent, le ton est donné par la Vie de Colomban écrite par Jonas. Dans un premier temps, il quitte sa famille, scène de séparation particulièrement soignée par l’hagiographe, qui met l’accent sur la douleur causée par ce premier départ :

  • 32 Jonas, Vita Columbani, I, 3.

Materque eius dolore stimulata precatur ut non se relinquat. At ille : “Non, inquid, audisti, Qui amat patrem aut matrem plus quam me, non est me dignus ? Obstanti matri et limitem ostii inherenti postulat ut se ire sinat. Illa eiulans et pauimento prostrata denegat se permissuram ; ille limitem matremque transilit, poscitque matri se laetam habeat, illum numquam deinceps in hac uita uisurum, sed quocumque salutis uia iter pandat, se progressurum. Relicto ergo natali solo, quem Lagenorum ter-ram incolae nuncupant, ad uirum uenerabilem nomine Sinilem perrexit [...]32.

Sa mère, navrée de douleur, le suppliait de ne pas l’abandonner. Mais celui-ci lui dit : « N’as-tu pas entendu cette parole : Celui qui aime son père et sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ? ». A sa mère qui lui barrait le passage, couchée en travers de la porte, il demanda de le laisser partir. Celle-ci, poussant des cris et gisant par terre, refusait de lui donner cette permission. Celui-ci enjamba le seuil et sa mère, et lui demanda de se tenir pour heureuse, disant qu’il ne la reverrait plus ici-bas, mais qu’il irait partout où la voie du salut lui ouvrirait le chemin. Quittant donc le sol natal, que ses habitants appellent le Leinster, il se rendit auprès d’un homme vénérable appelé Sinell [...].

21Colomban quitte donc la sécurité de sa province natale pour aller vivre aux frontières du Connaught et de l’Airgialla où se trouve Cleenish Island, le monastère de Sinell. C’est en Ulster qu’il se rend par la suite pour se plier à la règle plus stricte de saint Comgall au monastère de Bangor. C’est là que l’appel du Seigneur lui parvient, exprimé, comme dans les autres Vies mentionnées plus haut, en termes de désir (desiderium, desiderare).

  • 33 Ibid., I, 4.

Peractis itaque annorum multorum in monasterio circulis, coepit peregrinationem desiderare, memor illius Domi-nici imperii ad Abraham : Exi de terra tua, et de cognatione tua, et de domo patris tui, et uade in terram quam monstrabo tibi. [...] Vicensimum ergo aetatis annum agens, arrepto itinere cum duo-decim comitibus, Christo duce ad litus maris accedent33.

Cependant, après plusieurs années passées dans ce monastère, le désir de s’expatrier s’empara de lui, car il se souvenait de l’appel du Seigneur à Abraham : Quitte ton pays, ta famille, la maison de ton père et va dans le pays que je te montrerai. [...] Colomban était dans sa vingtième année lorsqu’il se mit en route avec douze compagnons et, sous la conduite du Christ, il arrivèrent sur le rivage de la mer.

22Colomban et ses compagnons se trouvent donc dans la situation du murchuirthe, condamné à dériver sur les mers au gré des courants. Les vents les conduiront en premier lieu sur les rivages de la Bretagne, puis en Gaule où, tout comme pour Columba en Écosse, la véritable carrière du saint commence.

23La signification de ce second départ nous est donnée par Jonas dans le discours de la sainte irlandaise qui est à l’origine de la première vocation de Colomban. La leçon qu’elle fait à l’adolescent est que, si elle était née homme, elle ne se serait pas contentée d’une vie érémitique en Irlande, mais aurait cherché une vie plus parfaite à l’étranger :

  • 34 Ibid., I, 3.

Ego, ait, utcumque potui, ad bellum progressa exiui. En quindecim tempora uoluuntur, quo et domum carui, et hunc peregrinationis locum expetii, et num-quam deinceps Christo praesule manu stipham tenens, retro respexi, et nisi fragilis sexus obstasset, mare transacto, potioris peregrinationis locum petissem34.

Moi, dit-elle, je suis partie à la guerre comme je pouvais. Voilà quinze ans que j’ai quitté la maison et que j’ai choisi de me retirer ici dans ce lieu d’exil, et depuis j’ai tenu la charrue sans jamais regarder derrière, mais si la fragilité de mon sexe n’y avait fait obstacle, j’aurais traversé la mer pour trouver un lieu d’exil supérieur.

24Cette phrase oppose un locum peregrinationis en Irlande à un locum potioris peregrinationis au delà des mers. Ce passage de la perigrinatio simple à la peregrinatio potior correspond aux étapes dans la progression vers la sainteté que nous avons pu observer chez Columba, Fursy ou Brendan.

25Parmi les saints aquitains saint Amand semble avoir suivi la même démarche. La Vie d’Amand, rédigée par un hagiographe d’Elnone vers le milieu du VIIIe siècle, commence comme celles d’Éloi et Philibert. Né en Aquitaine, fils de parents nobles, Amand quitte sa famille pour embraser la vie monastique.

  • 35 Vita Amandi, c. 1, éd. B. Krusch, MGH SRM 5, Hanovre, 1910, p. 428-449.

Amandus igitur sanctissimus atque religiosissimus Aquitaniae partibus aut procul a maris Oceani litore ex christianis atque inclitis parentibus aeditus puer est. [...] Sed cum iam adulescentiam transiens, in robur migraret uirile et inmodicis desideriis, in Christi flagraret amore, patriam parentesque relinquens Ogiam insulam quae a litore Oceani quadraginta distat milibus felici nauigans cursu tandem portu monasterii petiit [...]35.

Or donc, le très saint et très vénérable Amand naquit dans la région d’Aquitaine, non loin de la côte de l’Océan Atlantique, fils de parents chrétiens et illustres. [...] Mais alors qu’ayant franchi le cap de l’adolescence, il était passé à la force de l’âge adulte, il brûlait d’amour pour le Christ avec un désir sans retenue. Il quitta donc sa patrie et ses parents pour se retirer à l’île d’Yeu – distante de quarante milles de la côte atlantique – où, à l’issue d’une heureuse traversée, il aborda au port du monastère.

26Trop proche des côtes de l’Aquitaine, l’île d’Yeu ne satisfait pas son désir de don total de soi, et Amand prend la route du nord. Il se rend tout d’abord au tombeau de saint Martin de Tours où sont révélés ses intentions et son dessein :

  • 36 Ibid., c. 4.

Sicque in eodem permanens desiderio, relicto solo parentibusque, Turonis ad sepulchrum sanctissimi petiit Martini ibique [...] ex toto cordis petiit affectu quatenus uir sanctus oratione sua apud Dominum obtinere mereretur ut num-quam eum Dominus ad solum proprium remeare permitteret sed omni uitae suae cursum in peregrinatione expenderetur36.

C’est ainsi que constant dans ce même désir, il abandonna son pays et ses parents et se rendit sur la tombe du sanctissime Martin de Tours, et là il demanda de tout son cœur et de toute son âme que l’homme saint exauce sa prière et lui obtienne du seigneur que celui-ci lui permette de ne jamais revenir dans son pays, et de passer la durée de toute sa vie en exil.

  • 37 Ibid., c. 13.

27Sa mission en Flandres est donc la réalisation de son désir de peregrinatio potior, susceptible, comme dans le contexte irlandais, de le mener à la mort. D’ailleurs, l’hagiographe insiste sur les dangers de son séjour dans la région de Gand, sur la férocité des habitants, sur les violences physiques qu’il subit de leur part, y compris l’avanie d’être jeté dans l’Escaut37. Dans les faits, la situation du peregrinus dans les sociétés germaniques n’était guère différente de celle que j’ai évoqué pour la société celte irlandaise. Éloi y fait allusion dans un de ses sermons. Parlant du paradis qui attend le bon chrétien il décrit un pays où

  • 38 Predicatio Eligii, PL 87, col. 545.

nullus ibi esurit, nullus tristatur, nullus est peregrinus, sed omnes qui ibidem attingere meruerint, securi ut in propria patria uiuent38.

Nul n’aura faim, nul ne sera affligé, nul ne sera étranger, mais tous ceux qui auront mérité d’y entrer y vivront en toute sécurité comme dans leur propre patrie.

  • 39 Vita Eligii, I, 4 (éd. B. Krusch, MGH SRM 4, Hanovre 1902, p. 643-741) : Interim post aliquod anno (...)

28La progression en deux temps vers une peregrinatio potior n’est pas aussi évidente dans les Vies d’Éloi et de Philibert. On notera cependant que dans les premiers chapitres des deux vies, le thème de l’abandon de ses parents et de sa patrie est traité39, mais qu’après plusieurs années, les saints sont pris du désir d’une vie plus parfaite. Nous avons vu plus haut que l’expression de ce désir se traduit chez eux par un départ pour Luxeuil. Peut-être faut-il envisager que la décision de vivre en dehors des frontières de l’Aquitaine, l’un à Noyon, l’autre à Jumièges, a pu correspondre à un désir de peregrinatio potior ?

  • 40 Vita Remacli, c. 1-4, éd. B. Krusch, MGH SRM 5, Hanovre, 1910, p. 104-108.

29La présentation de leurs Vies diffère en tout cas de celle des autres saints aquitains contemporains, non seulement ceux qui restent en Aquitaine, mais aussi ceux qui font carrière à l’extérieur, comme Remacle. Ce dernier n’abandonne pas sa famille, et ce sont ses parents qui l’envoie chez Éloi au monastère de Solignac. La fondation de Stavelot-Malmédy n’est pas présentée comme une aventure dangereuse, mais comme une entreprise sûre, orchestrée et soutenue par le roi Sigebert, le maire du palais Grimoald et l’évêque de Cologne, Chunebert40. L’influence colombanienne n’est pas non plus mentionnée dans la Vita Remacli. Ces différences sont peut-être moins dues à la personnalité du saint et aux circonstances réelles de sa vie qu’à l’époque de la rédaction de la Vita Remacli, composée vers 850 – soit entre 100 et 150 ans après le groupe de Vies dont nous venons de parler – et au milieu de l’hagiographe, qui défend l’idéal de conformité à la réforme monastique carolingienne.

  • 41 I. Réal, « Vie et Vita de sainte Ségolène, abbesse du Troclar au VIIe siècle », Le Moyen Âge, 101 (...)

30En revanche, le thème du désir de peregrinatio apparaît dans la Vie de sainte Ségolène, originaire d’Albi, et dont la carrière se situe entièrement en Aquitaine. L’analyse interne du texte permet de le dater sans hésitation de la seconde moitié du VIIe siècle41. Comme dans les Vies étudiées plus haut, on peut y déceler une structure en deux temps. Certes, la rupture initiale avec les parents n’est pas totale, mais Ségolène s’oppose néanmoins à son père, qui veut la remarier contre son gré. Si elle n’abandonne pas totalement sa famille, c’est parce que ses parents cèdent et interviennent auprès de l’évêque d’Albi pour faciliter l’accession de leur fille au diaconat. Devenue diaconesse, la jeune femme veut aller plus loin dans la perfection et, dans un deuxième temps, elle exprime le désir de s’expatrier :

  • 42 Vita Segolenae, § 10, AASS Jul. V, Paris, 1868, p. 630-637.

At uero cum Dei famula largita sibi a pontifice benedictione, domum remeasset, coepit peregrinationem desiderare, memor illius Dominici imperii ad Abraham : Exi de terra tua, et de cognatione tua, et de domo patris tui, et uade in terram quam monstrauero tibi42.

Mais alors que, nantie de la bénédiction de l’évêque, la servante de Dieu résidait encore à la maison, elle fut prise du désir de s’expatrier, car elle se souvenait de l’appel du Seigneur à Abraham : Quitte ton pays, ta famille, la maison de ton père et va dans le pays que je te montrerai.

  • 43 Voir plus haut note 33.

31On aura reconnu la citation littérale du passage de la Vita Columbani cité plus haut43. L’hagiographe de la Vita Segolenae connaît bien la Vita Columbani de Jonas, qu’il cite à plusieurs reprises. Si l’idéal colombanien n’est pas ouvertement invoqué, il est clair qu’il inspire en partie la rédaction de la Vita et que, dans le cas de Ségolène, l’entrée au monastère n’est pas une première phase, mais correspond à un exil total, la peregrinatio potior que les hommes réalisent hors des frontières du royaume.

32Outre le thème de la peregrinatio, les Vies de saints irlandais et de saints aquitains ont en commun d’autres motifs, qu’il convient de commenter. J’examinerai successivement deux couples de saints dont les hagiographes utilisent des motifs communs : en premier Amand et Colomban et en second lieu Éloi et Columba d’Iona.

Amand et Colomban

La moisson sauvée de la pluie

  • 44 Grégoire Le Grand, Dialogi, IV, 11 et 12 ; Grégoire De Tours, Historia Francorum, X, 29.
  • 45 Grégoire de Tours, Historia Francorum, IV, 34.
  • 46 Sur le folklore de Brigitte de Kildare, voir S. Ó Catháin, The Festival of Brigit, Celtic Goddess (...)
  • 47 S. Connolly, « Vita prima sanctae Brigitae: background and historical value », Journal of the Roya (...)

33L’hagiographie occidentale offre plusieurs exemples d’épisodes où les saints – ou des objets leur appartenant – sont miraculeusement épargnés par une tempête de pluie, celle-ci se séparant pour laisser un endroit sec en son milieu. C’est le cas des saints Cerbonius de Populonia et Fulgence d’Otricoli chez Grégoire le Grand ou de saint Yrieix d’Attane chez Grégoire de Tours44. Ce dernier relate aussi un miracle concernant un moine bordelais, dont les pouvoirs thaumaturgiques protègent d’une tempête de pluie le grain du monastère, mis à sécher à l’extérieur du grenier45. Il est possible que le motif de la pluie épargnant la moisson du monastère soit une variante du miracle relaté par Grégoire de Tours. Toutefois, sa particularité est qu’il met en scène la communauté monastique terminant les travaux de la moisson. On le trouve dans les vies de saint Philibert, de Colomban et de Brigitte de Kildare. Les trois textes sont donnés en appendice. Le traitement le plus complet est celui de Cogitosus dans sa Vita Brigitae, rédigée en Irlande vers 650. Il s’inscrit parfaitement dans la logique de l’ensemble d’une œuvre qui célèbre une sainte dont les attributs portent précisément sur la fertilité des campagnes, la protection du bétail et l’abondance des récoltes46. L’auteur de la Vita Filiberti peut s’être inspiré de la Vita Columbani de Jonas de Bobbio, œuvre qu’il utilise à plusieurs reprises, comme nous l’avons fait remarquer plus haut. Jonas semble ici avoir été le médiateur entre le folklore monastique irlandais et l’hagiographie continentale. Il n’a pas pu avoir accès au texte de Cogitosus, qui n’arrive sur le continent que vers le milieu du VIIIe siècle, mais les légendes concernant Brigitte circulent en Irlande dès le VIe siècle, comme semble le montrer la nature archaïque d’épisodes préservés dans la Vita prima Brigitae47. Ainsi, sans exclure de possibles réminiscences de Grégoire de Tours, Jonas a pu prendre connaissance du motif de la moisson monastique miraculeusement épargnée par la pluie auprès de moines irlandais de Bobbio ou des autres monastères colombaniens qu’il a visités.

Le roi adultère fustigé par le saint

  • 48 Vita Amandi, c. 17 ; Jonas, Vita Columbani, I, 18-19.
  • 49 Voir J.-M. Picard, « L’évangélisation en Irlande et en Écosse : Le duel des magiciens », dans A. W (...)

34Les Vies mérovingiennes décrivent en général une situation de coopération entre les rois francs et les fondateurs de monastères dans leurs royaumes. Mais, à l’instar du Christ, nos saints n’hésitent pas à dénoncer les abus et fautes des puissants. Ainsi, Colomban et Amand sont présentés dans une situation semblable, reprochant, l’un à Thierry II de Bourgogne, l’autre à Dagobert I, sa vie immorale et refusant de bénir la descendance d’hommes préférant leurs concubines à leur femme légitime48. Si nous savons par la Chronique de Frédégaire que ces deux rois ont bien eu de multiples femmes et concubines, nous dépendons de l’hagiographie en ce qui concerne les remontrances qui ont pu leur être faites par leur clergé. Il est possible que les épisodes relatés dans la Vita Amandi et dans la Vita Columbani fassent référence à des faits réels indépendants. En revanche, il peut aussi s’agir d’emprunts, qui peuvent être mutuels. N’oublions pas que Jonas vient de passer trois ans en compagnie d’Amand quand il écrit la Vita Columbani et que certains traits appartenant à l’apôtre des Flandres ont pu être reportés sur l’abbé irlandais. Inversement, l’auteur de la Vita Amandi connaît l’œuvre de Jonas et a pu y puiser certaines idées. Toutefois, si les prémices de la confrontation entre saint et roi sont similaires, les modalités du conflit sont traitées de façon fort différente. Amand, modèle de courage, mais aussi de douceur, accepte l’exil imposé par Dagobert et finit, par sa patience et son indulgence à regagner l’amitié du roi, tandis que Colomban, à l’instar de Columba d’Iona, fait éclater sa colère et obtient la soumission du roi en faisant retentir le tonnerre et en pulvérisant sa vaisselle et ses flacons de vin et de liqueur. Les manifestations violentes du pouvoir thaumaturgique du saint sont récurrentes dans l’hagiographie irlandaise et peuvent refléter l’expression d’une forte personnalité tout autant qu’une tradition où le triomphe de la force spectaculaire est la manifestation de la puissance divine49. à cet égard, nous verrons que la personnalité d’Éloi est souvent proche du modèle irlandais.

Éloi et Columba d’Iona

35De toutes les Vies de saints aquitains, la Vita Eligii est celle qui contient le plus de parallèles avec une Vie irlandaise, la Vita Columbae, écrite peu avant 700 par Adomnán, abbé d’Iona.

Prophétie concernant la naissance du saint

  • 50 Adomnán, Vita Columbae, praef. 2, 5-6; Vita Eligii, I, 2.

36Les deux Vies commencent par une prophétie (de saint Mochta pour Columba, d’un saint prêtre pour Éloi) annonçant la naissance du saint et son destin grandiose dans le plan divin50.

Le thème de la colombe

  • 51 Adomnán, Vita Columbae, praef., 2, 2; Vita Eligii, I, 3.

37Dans la description de leur caractère naturel, les deux saints sont comparés à la colombe, symbole de simplicité et de pureté51.

La punition du prêtre indigne

38Éloi et Columba sont tous deux confrontés au problème des prêtres indignes qui, en dépit de leurs péchés, persistent à vouloir dire la messe. Nous donnons en appendice les textes latins et leur traduction. L’auteur de la Vita Eligii va plus loin qu’Adomnán dans le traitement du thème : alors que Columba se contente d’une pénitence publique, le prêtre indigne d’Éloi sera frappé de mort.

Prophétie sur la succession royale

  • 52 J. Bannerman, Studies in the History of Dalriada, Édimbourg, 1974, p. 47-48; I. Whitaker, « Regal (...)

39Dans son livre premier, Adomnán relate une prophétie de Columba sur les fils du roi Aedán de Dál Riata, le royaume irlandais situé sur la côte ouest de l’Écosse. Aedán eut un règne long – de 574 à 608 – et actif, combattant avec succès contre les Pictes, les Bretons et les Saxons. Neuf de ses fils nous sont connus par les annales et généalogies irlandaises et écossaises52. à partir d’éléments historiques connus par les annales (Mort d’Arthur et d’Eochaid Find à la bataille des Miathi en 590, mort de Domangart et de son frère Bran en 596, règne d’Eochaid Buide de 608 à 629), Adomnán crée un récit de type mythologique (le roi et ses trois fils, la demande de divination, la réponse sibylline, la révélation de la prophétie).

  • 53 Adomnán, Vita Columbae, I, 9.

Alio in tempore ante supradictum bellum sanctus Aidanum regem interrogat de regni successore. Illo se respondente nescire quis esset de tribus filiis suis regnaturus [...]
« Hic est superstes, et rex post te regnaturus, et filii eius post eum regnabunt ». Sic omnia post suis temporibus plene adinpleta sunt. Nam Arturius et Echo-dius Fint non longo post temporis interuallo Miatorum superius memorato in bello trucidati sunt. Domingartus uero in Saxonia bellica in strage interfectus est. Echodius autem Buide post patrem in regnum successit53.

A une autre époque, avant la bataille dont on vient de parler, le saint questionna le roi Aedán au sujet de son successeur au trône. Comme ce dernier répondait qu’il ne savait pas lequel régnerait de ses trois fils [...].
« C’est lui qui survivra, c’est le roi destiné à régner après toi, et ses fils règneront après lui ». C’est de cette manière que, par la suite, tout fut pleinement réalisé en son temps. En effet, peu après, Artúr et Eochaid Find furent tués dans la bataille contre les Miathi, dont nous avons parlé plus haut. Quant à Domangart, il fut tué en terre saxonne dans le carnage d’une bataille. En revanche, Eochaid Buide succéda à son père sur le trône.

40L’auteur de la Vita Eligii relate un episode similaire, mais sur un mode plus fantastique. Il s’agit d’un prophétie d’Éloi sur la succession royale de Clovis II. Les éléments historiques utilisés sont la mort du roi Clovis II en 657, la régence de Bathilde de 657 à 665, la mort de Clotaire III en 673, la mort de Childeric II en 675 et le règne de Thierry III sur les trois royaumes de Neustrie, Bourgogne et Austrasie entre 679 et 691. La prophétie émane d’une vision où Éloi voit un soleil disparaître puis, remplaçant le soleil dans sa course, une lune demi pleine, accompagnée de trois étoiles. La lune disparaît à son tour, puis l’une des étoiles, puis la seconde. Il ne reste dans le ciel que la troisième étoile, dont l’éclat surpasse celui du soleil.

  • 54 Vita Eligii, II, 32.

Hic est itaque ordo uisionis. Post mortem Hlodovei regis – nam absque dubio cito defungetur – aliquanto tempore obtinebit hoc Francorum regnum relicta eius regina cum tribus paruulis. Postquam uero et ipsa regno fuerit exempta, tribus filiis in regno relictis, unus demum ex ipsis cadet ; et post hoc haud longo spatio ex duobus quoque regno unus priuabitur, tertius uero solus monarchiam regni indeptus dilatabitur super omnes adfines suos, atque magnificabitur, et obtinebit sub ditione sua tria haec regna. Et sic uisio haec consummabitur54.

Et voici ce que signifie cette vision. Après la mort du roi Clovis – qui certainement ne peut être éloignée – la reine des Francs gouvernera pendant un certain temps le royaume des Francs avec ses trois enfants. Lorsqu’elle aura cessé de gouverner et qu’elle aura abandonné à ses trois fils le pouvoir royal, l’un d’eux tombera d’abord, et peu de temps après l’un des deux autres cessera aussi de régner. Le troisième enfin seul héritier de tout le royaume s’agrandira au détriment de ses alliés, règnera avec gloire et dominera sur les trois royaumes. Ainsi s’accomplira cette vision.

Les portes miraculeusement ouvertes

41Comme pour les épisodes précédents, un motif similaire est utilisé dans les deux Vies, mais de façon plus spectaculaire dans la Vita Eligii. Alors que, chez Adomnán, la seule ouverture des portes de la forteresse du roi picte Bruide suffit à montrer la puissance thaumaturgique du saint, elle s’accompagne d’un tremblement de terre dans la Vita Eligii (textes donnés en appendice).

Manifestations de lumières célestes lors de la mort du saint

42On comparera les deux passages suivants, en remarquant de nouveau le traitement plus fantastique de la Vita Eligii, où le phénomène lumineux prend une forme plus élaborée.

Vita Columbae, III, 23

Illa in nocte qua sanctus Columba de terris ad caelos felici et beato fine transiit, ego et alii mecum uiri laborantes in captura piscium in ualle piscosi fluminis Fendae subito totum aerei inlustratum caeli spatium uidemus. Cuius miraculi subitatione permoti oculos ad orientem eleuatos conuertimus, et ecce quasi quaedam pergrandis ignea apparuit columna, quae in illa nocte media susum ascendens ita nobis uidebatur mundum inlustrare totum sicuti aesteus et meridianus sol. Et postquam illa penetrauit columna caelum, quasi post occassum solis tenebrae succedunt.

La nuit où saint Columba passa, par une heureuse et bienheureuse fin, de la terre au ciel, je me trouvais à travailler avec d’autres hommes en train de pêcher du poisson dans la vallée de ce fleuve poissonneux qu’on appelle Find. Nous vîmes soudain tout l’espace de l’air céleste entièrement illuminé. Bouleversés par la soudaineté de ce miracle, nous levâmes les yeux vers l’Est, et voici qu’apparut comme une immense colonne de feu qui s’élevait en l’air au milieu de la nuit et qui nous semblait illuminer le monde entier comme le soleil d’été à midi. Et après que cette colonne eût pénétré le ciel, l’obscurité suivit comme après le coucher du soleil.

Vita Eligii, II, 36

Statim uero cum esset hora prima noctis, uisus est subito uelut pharos magnus ingenti claritate resplendens ex eadem domo coruscando conscendere atque inter mirantium obtutus sphera ignea crucis in se similitudinem praeferens uelocique cursu densitatem nubium praeteriens caeli altitudinem penetrare.

C’était la première heure de la nuit et bientôt on vit une espèce de phare d’une grande dimension, resplendissant d’une immense clarté surgir tout brillant de la demeure d’Éloi et former, au grand étonnement des assistants, une sphère de feu sur laquelle figurait l’image d’une croix. Après avoir traversé d’un élan rapide l’épaisseur des nuages, elle pénétra dans les hauteurs du ciel.

  • 55 Voir J.-M. Picard, « The marvellous in Irish and continental saints’ Lives of the Merovingian peri (...)

43Chacun de ces parallèles pris isolément n’est pas en soi remarquable et trouve des échos dans d’autres vies de saints de l’âge mérovingien55. Ce qui est remarquable c’est la multiplicité des occurrences d’emploi de motifs similaires dans ces deux Vies.

  • 56 L. Bieler, « The Celtic Hagiographer », Studia Patristica, 5 (1962), p. 243-265, aux p. 244-245.
  • 57 I. Westeel, « Quelques remarques sur la Vita Eligii, Vie de saint Éloi », Mélanges de science reli (...)
  • 58 Sur le latin de la Vita Eligii, voir M. Banniard, « Latin et communication orale en Gaule franque  (...)
  • 59 Voir J.-M. Picard, « Adomnán’s Vita Columbae and the cult of Colum Cille in continental Europe », (...)
  • 60 Projet « La vie de saint Éloi. Texte – Manuscrits – Réception », organisé par le Groupe de recherc (...)

44À l’issue de cette enquête, comment expliquer les similarités que nous avons pu remarquer entre les Vies de saints irlandais et celles des peregrini aquitains ? Un facteur important est certainement l’influence du modèle colombanien dans les communautés fondées par Éloi, Amand et Philibert. Dans le cas d’Amand, les rapports initiaux ont dû être particulièrement étroits, avec d’une part, la coopération de Jonas, moine colombanien, à sa mission en Flandres et, d’autre part, les contacts qui ont pu avoir lieu avec les Irlandais du cercle de Gertrude de Nivelles dans les années 640-650. Les similarités entre la Vita Columbae d’Adomnán et la Vita Eligii sont plus difficiles à expliquer. On peut invoquer l’utilisation de sources communes : nos hagiographes utilisent la Vita Martini, les Lettres et les Dialogues de Sulpice Sévère, les Vies de Paul et d’Hilarion de Jérôme, les Gesta Silvestri, les Dialogues de Grégoire le Grand. Pour les Vies de saints irlandais, la récurrence d’emprunts à ces ouvrages est si fréquente que Ludwig Bieler a pu suggérer l’usage d’un manuel d’hagiographie chez les auteurs insulaires56. Je ne crois pas à l’existence d’un tel manuel, mais ces textes faisaient partie du corpus d’œuvres qui étaient lues et commentées dans les écoles insulaires. Une influence entre Dadon/Ouen et Adomnán, dans l’une ou l’autre direction, est à écarter, les deux Vies ayant été rédigées à peu près à la même époque en des lieux forts éloignés l’un de l’autre. En revanche, nous savons que le texte de la Vita Eligii qui nous est parvenu n’est pas l’œuvre de saint Ouen, mais celle d’un auteur qui écrit vers le milieu du VIIIe siècle57. Si cet auteur utilise probablement le texte d’Ouen, il rédige néanmoins une œuvre beaucoup plus vaste. Il semble bien connaître les milieux monastiques de Flandres, Artois, Picardie et a pu entrer en contact avec les milieux irlandais ou hiberno-francs de cette région. Il connaît la Vita Columbani de Jonas et sa vision des Flandres n’est pas sans rappeler celle de l’auteur de la Vita Amandi. Le style soutenu, parfois ampoulé, de la Vita Eligii n’est pas non plus sans évoquer ce latin langue seconde enseigné par les maîtres irlandais58. La Vita Columbae arrive sur le continent dans les années 720-730 à la demande des communautés irlandaises de Péronne et de Fosses, qui à cette époque sont toujours affiliées au monastère de Louth, le monastère d’origine de saint Fursy59. Compte tenu de l’époque (milieu du VIIIe siècle) et de la région de rédaction (France du Nord), il n’est pas impossible que l’auteur ait eu connaissance de la Vita Columbae d’Adomnán. Si cette possibilité existe, la longueur des deux textes tout autant que la similitude de caractérisation de deux saints au tempérament fort augmentent aussi la probabilité statistique de motifs parallèles. Emprunts ou coïncidences ? Une étude quantitative comparée du vocabulaire des deux Vies permettrait d’aller plus loin dans cette recherche comparative, mais nous manquons d’outils. Mal desservie par l’édition approximative de Migne (1851) et l’édition trop partielle de Bruno Krusch (1902), la Vita Eligii est un texte important qui a été singulièrement négligé et mérite la publication d’une édition critique moderne. La publication d’une telle édition, fruit probable des travaux actuels sur le texte et ses manuscrits60, permettra de faire avancer les études comparatives, non seulement avec les vies issues de milieux irlandais, mais avec l’importante production des textes hagiographiques écrits ou réécrits à l’aube de l’âge carolingien.

Appendice

La moisson sauvée de la pluie

Cogitosus, Vita Brigidae, c. 4

Et eadem messores ac operarios conuocauit in messem suam, et facta illa mes-sorum conuentione, nebulosa ac pluuialis dies illa accidit conuentionis, et pluuiis largiter ex nubibus effusis per totam illam in circuitu prouintiam, ac riuulis guttarum affluenter per conualles et rimas ter-rarum currentibus, sua messis sola arida sine pluuiarum inpedimento et turbatione perstitit. Et cum omnes messores ipsius undique regionis pluuiali die prohibiti essent, sui sine ulla umbra caliginis pluuiae illa die tota ab ortu usque ad occasum solis messores Dei potentia opus exercebant.

Brigitte convoqua les moissonneurs et les ouvriers pour faire sa moisson, mais il arriva que le jour où les moissonneurs furent assemblés fût nuageux et pluvieux. Et alors qu’une pluie torrentielle tombait du ciel sur toute la province environnante, et que des torrents d’eau de pluie descendaient les vallées et débordaient des rigoles dans la terre, seule sa moisson se déroula au sec, sans aucun empêchement ni aucun problème. Et, alors que, partout dans la région, tous les moissonneurs avaient été arrêtés par ce jour de pluie, les siens avaient continué leur travail, grâce à la puissance de Dieu, pendant toute la journée, du lever jusqu’au coucher du soleil, sans l’ombre du moindre nuage de pluie.

Jonas, Vita Columbani, I, 13

Interea tempus euenerat ut copia segetum horreis conderentur, nec prorsus uis uentorum nubes conpilare cessabat. Urguebat sane necessitas, ne maturae messis spica in stipulam germine emisso periret. [...] Mira uirtus ! fugebat imber a segete, et undique pluuia diffundebatur ; medios tantum messores solis ardor torrebat, aestusque uehemens quousque messem conderent afflauit.

Sur ces entrefaites, le moment arriva de rentrer dans les granges une abondante moisson, mais, poussés par un vent fort, les nuages ne cessaient de s’amonceler. Le besoin se faisait pressant, si l’on ne voulait pas que les épis mûrs germent sur pied et que la moisson se perde. [...] Miracle étonnant ! la pluie fuyait la moisson, tandis que ses torrents se déversaient de tous côtés. Seuls au milieu, les moissonneurs étaient brûlés par le soleil ardent, et cette chaleur accablante continua jusqu’à ce qu’ils eussent rentré la moisson.

Vita Filiberti, § 15

Quadam die cum fratres messem succiderent et manipuli sparsim per agrum iacerent, tempestas frendens intonuit et uentus cum turbine ualido se ostendit. Tunc sanctus, ne fratres laborem perderent, extensis brachiis Dominum Iesum inclamauit. Illo ab oratione surgente diuina uirtus tempestatem abstulit et in duabus diuisam partibus effugauit.

Un jour, alors que les frères fauchaient la moisson et les gerbes étaient étendues ça et là dans le champ, un orage fracassant se mit à gronder et le vent se leva avec un fort tourbillon. Alors, le saint, pour que le travail des frères ne soit pas perdu, étendit les bras et invoqua le Seigneur Jésus. Dès qu’il finit de prier, la puissance divine emporta au loin la tempête, qui s’évanouit divisée en deux parties.

La Punition du prêtre indigne

Vita Columbae 1, 40

Alio in tempore sanctus cum in Scotiensium paulo superius moraretur memorata regione, casu dominica die ad quoddam deuenit uicinum monasteriolum quod scotice Trioit uocitatur. Eadem proinde die quendam audiens prespiterum sacra eucaristiae misteria conficientem, quem ideo fratres qui ibidem commanebant ad misarum elegerant peragenda sollemnia quia ualde relegiosum aestimabant, repente hanc formidabilem de ore profert uocem: « Munda et inmunda pariter nunc per-misceri cernuntur hoc est munda sacra oblationis ministeria per inmundum hominem ministrata, qui in sua interim conscientia aliquod grande occultat facinus ». Haec qui inerant audientes tremefacti nimis obstupuere. Ille uero de quo haec dicebantur uerba coram omnibus peccantiam conpulsus est suam confiteri. Christique commilitones qui, in eclesia sanctum circumstantes, occulta cordis audierant, manifestantem diuinam in eo scientiam cum magna ammiratione glorificarunt.

A une autre époque, alors qu’il séjournait dans la région d’Irlande mentionnée un peu plus haut, le saint se trouva arriver un dimanche à un petit monastère voisin, qu’on appelle en irlandais Treoit. Par la suite, le même jour, comme il entendait célébrer les mystères sacrés de l’Eucharistie par un prêtre, que les frères qui résidaient là avaient choisi pour accomplir les rites de la messe, parce qu’ils le jugeaient fort religieux, il profère soudain de sa bouche cette parole terrible : « Voici le pur et 1’impur mêlés maintenant ensemble devant nos yeux c’est-à-dire 1’office pur de 1’offrande sacrée servi par un homme impur qui, pendant ce temps, cache en sa conscience un grand crime ». Quand ceux qui étaient présents entendirent ces mots, ils tremblèrent de frayeur et furent saisis d’une grande stupeur. Quant à celui dont ces paroles avaient été dites, il fut forcé de confesser son péché devant tous. Et les compagnons d’armes du Christ qui, assemblés dans 1’église, avaient entendu le saint révéler les secrets du cœur, glorifièrent avec grande admiration la science divine qui était en lui.

Vita Eligii, II, 25

Fuit quidam presbyter in quadam dioecesi eius, cui plurimi uicinorum inhonestum ualde ferebant testimonium, quem Eligius frequenter uerbis corripiens, nequi bat eum a pristino reuocare contagio [...] Tunc Eligius cum nulla eum ratione flectere posset ad confessionem, excommunicauit eum, ut interim qui pro admisso scelere publice poeniteret, nullo modo altare adiens sacra mysteria celebrare praesumeret, comminans multum atque pollicens, quod si id ultra usurparet, sese nullatenus posset latere, sed illico se palam adesse, et seuerius in eo culpam uindicare. At ille a facie eius egressus, pro nihilo ducens minas ipsius, dies suos in negligentia consummabat : transactis autem paucis diebus, excommunicationem hominis Dei ueluti iam inueteratam negligenter oblitterans, quadam die altare, sacrificium oblaturus, aggreditur ; cumque primam altaris partem intrepidus adiret, statim diuinitus percussus, ac uehementer in terram prostratus, exspirauit.

Il y avait dans son diocèse un prêtre dont plusieurs de ses voisins s’étaient plaint officiellement de la conduite honteuse. Bien qu’Éloi lui ait adressé des avertissements à plusieurs reprises, il n’avait pu réussir à le corriger de ses mauvaises habitudes. [...] Ne pouvant nullement l’amener à confesser sa faute, Éloi l’excommunia, lui interdit de monter à l’autel pour y célébrer les saints mystères jusqu’à ce qu’il eût fait pénitence publique de son crime. De plus il lui fit de fortes menaces et lui dit que s’il ne se soumettait pas à cette censure, il se verrait forcé de le déclarer publiquement et qu’il le punirait avec plus de sévérité. Mais celui-ci ne l’eut pas plutôt quitté que ne faisant aucun cas de ses menaces, il passa son temps dans une coupable négligence. Peu de jours après, oubliant l’excommunication prononcée contre lui par l’homme de Dieu, le voilà qui s’approchait de l’autel pour y offrir le sacrifice ; mais comme l’intrépide allait en franchir le premier degré, voici que tout à coup, frappé par la main de Dieu, il fut violemment renversé par terre et expira.

Les portes miraculeusement ouvertes

Adomnán, Vita Columbae, II, 35

Quod ut cognouit homo Dei cum comitibus ad ualuas portarum accedens primum dominicae crucis inprimens signum, tum deinde manum pulsans contra ostia ponit ; quae continuo sponte retro retrusis fortiter serris cum omni celeritate aperta sunt.

Quand l’homme de Dieu apprit cela, il alla avec ses compagnons jusqu’aux battants de la porte et traçant tout d’abord le signe de la croix sur les battants, il y posa ensuite la main et frappa. Immédiatement les barres se tirèrent violemment et les portes s’ouvrirent d’elles-mêmes à toute vitesse.

Vita Eligii, I, 18

Dumque ita stantes singuli obstupes - cerent eventum rei, coepit uinctis in carcere quasi levis tonitruus audiri, et statim vis quaedam cum magno impetu adveniens totum valide nimis concussit carcerem ab imis. Confestim seris omnibus effractis, nexibusque dissipatis, ostia obserata patuerunt inclusis.

Et alors que tous restaient en place, stupéfaits de ce qui arrivait, les détenus dans leur prison commencèrent à entendre comme un léger bruit de tonnerre et aussitôt, sous la poussée d’une force énorme, la prison tout entière s’ébranla jusque dans ses fondements. à l’instant même, tous les verrous se brisèrent, les chaînes se rompirent, et les portes verrouillées s’ouvrirent pour les prisonniers.

Notes

1 Dom J. Leclercq, « Un recueil d’hagiographie colombanienne », Analecta Bollandiana 73 (1955), p. 193-196, à la p. 194, no 4 (lettre personelle de Bischoffà Leclercq).

2 Jonas, Vita Columbani, Prol. 2, éd. B. Krusch, Ionae Vitae Sanctorum, Hanovre, 1905, p. 144-224.

3 Voir M. A. O’Brien, Corpus Genealogiarum Hiberniae, Dublin, 1976, p. 551-553.

4 Jonas, Vita Columbani, 2, 1: Columbanus etenim qui et Columba/Ortus Hibernia insula extremo Oceano sita.

5 Notker Balbulus, Martyrologium, § 11, PL 131, col. 1025, Michèle Gaillard, 1164.

6 Voir M. Richter, « Sankt Gallen and the Irish in the early Middle Ages », dans J.-M. Picard et M. Richter, Ogma. Essays in Celtic Studies in honour of Próinséas Ní Chatháin, Dublin, 2002, p. 65-75.

7 Dom P. Antin, « La critique de la Vita de saint Philibert », dans Jumièges : Congrès scientifique du XIIIe centenaire, Rouen, 1955, p. 15-22.

8 Vita Filiberti, c. 1, éd. W. Levison, MGH SRM 5, p. 583-604.

9 Ibid., c. 2 : [...] quendam Dei militem Agilum nomine, qui praeerat coenubio Chrasbacinse, quem sanctus Audoinus cum suis consortibus in proprio construxerat tellore et ipsum uirum Dei ibi instituerat de monasterio Luxoviensium patrem [...]

10 Ibid., c. 5.

11 Ibid. : Basilii sancti charismata, Macharii regula, Benedicti decreta, Columbani instituta sanctissima lectione frequentabat assidua.

12 Ibid., c. 8.

13 Vita Eligii, c. 1, éd. B. Krusch, MGH SRM 4, p. 663-742.

14 Ibid., c. 21.

15 Voir J. Fontaine, Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 3 vol., Paris, 1967-1969, vol. 1, p. 19-58.

16 Penitentiale Cummeani, II, 7, éd. L. Bieler, The Irish Penitentials, Dublin, 1975, p. 108-134.

17 Ibid., IV, 4.

18 F. Kelly, A Guide to early Irish Law, Dublin, 1988, p. 5-6.

19 Th. Charles-Edwards, « The social background to Irish peregrinatio », Celtica 11 (1976), p. 46-53.

20 R. Thurneysen, Irisches Recht, Berlin, 1931, p. 64 § 4: « fer in-etet tóin a mna tar crich ».

21 M. E. Byrne, « On the punishment of setting adrift », Ériu 11 (1932), p. 97-102; F. Kelly, Guide to early Irish Law, op. cit., p. 219-221.

22 Adomnán, Vita Columbae, 1, 22 (éd. A. O. et M. O. Anderson, Adomnán’s Life of Columba, Oxford, 19912): De infelici quodam qui cum sua dormiuit genitrice [...] Cui sanctus ait: « Si XII annis inter Brittones cum fletu et lacrimis penetentiam egeris, nec ad Scotiam usque ad mortem reuersus fueris, forsan Deus peccato ignoscat tuo ».

23 Ibid., 2, 33 : Scito Broichane scito quia si mihi hanc perigrinam liberare captiuam nolueris priusquam de hac reuertar prouincia, citius morieris.

24 Ibid., 2, 39 : De Librano harundineti profetatio sancti uiri [...] Alio in tempore, cum uir sanctus in Ioua conuersaretur insula, homo quidam plebeus [...] de Scotia transnauigans ad insulanum beati monasterium uiri deuenit. Quem [...] primum de patria de gente et causa iteneris a sancto interrogatus, de Connachtarum regione oriundum se professus est, et ad delenda in perigrinatione peccamina longo fatigatum itenere.

25 Ibid., Praef. 2, 9.

26 Annales d’Ulster, AD 546: Daire Coluim Cille fundata est; éd. S. Mac Airt et G. Mac Niocaill, The Annals of Ulster – to A. D. 1131, Dublin, 1983.

27 Adomnán, Vita Columbae, praef. 2, 9.

28 Ibid., 1, 7, 1.

29 Annales d’Ulster, AD 563: Nauigatio Coluim Chille ad Insolam Iae anno etatis sue xl. ii.

30 Vita Fursei, § 26:... atque exinde non multo post de Hybernia insula, peregrina litora petens, per Britanniam in Saxoniam transuectus est; éd. B. Krusch, MGH SRM, 4, p. 434-440.

31 Vita prima Brendani, § 12, éd. Ch. Plummer, Vitae Sanctorum Hiberniae, 2 vol., Oxford, 1910, vol. 1, p. 98-151.

32 Jonas, Vita Columbani, I, 3.

33 Ibid., I, 4.

34 Ibid., I, 3.

35 Vita Amandi, c. 1, éd. B. Krusch, MGH SRM 5, Hanovre, 1910, p. 428-449.

36 Ibid., c. 4.

37 Ibid., c. 13.

38 Predicatio Eligii, PL 87, col. 545.

39 Vita Eligii, I, 4 (éd. B. Krusch, MGH SRM 4, Hanovre 1902, p. 643-741) : Interim post aliquod annos extitit quaedam causa, diuina, credo, gubernante prouidentia ut, relicta patria et parentis, Francorum adiret solum ; Vita Filiberti, c. 2 : Cum igitur Filibertus iuuenis quaternis annorum polleret lustris, diuina praecepta audiens, elegit Christi discipulus fieri, propriis omnibus derelictis.

40 Vita Remacli, c. 1-4, éd. B. Krusch, MGH SRM 5, Hanovre, 1910, p. 104-108.

41 I. Réal, « Vie et Vita de sainte Ségolène, abbesse du Troclar au VIIe siècle », Le Moyen Âge, 101 (1995), p. 385-406.

42 Vita Segolenae, § 10, AASS Jul. V, Paris, 1868, p. 630-637.

43 Voir plus haut note 33.

44 Grégoire Le Grand, Dialogi, IV, 11 et 12 ; Grégoire De Tours, Historia Francorum, X, 29.

45 Grégoire de Tours, Historia Francorum, IV, 34.

46 Sur le folklore de Brigitte de Kildare, voir S. Ó Catháin, The Festival of Brigit, Celtic Goddess and Holy Woman, Dublin, 1995.

47 S. Connolly, « Vita prima sanctae Brigitae: background and historical value », Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, 119 (1989), p. 5-29.

48 Vita Amandi, c. 17 ; Jonas, Vita Columbani, I, 18-19.

49 Voir J.-M. Picard, « L’évangélisation en Irlande et en Écosse : Le duel des magiciens », dans A. Wagner, dir., Les Saints et l’Histoire. Sources hagiographiques du haut Moyen Âge, Paris, 2004, p. 97-106.

50 Adomnán, Vita Columbae, praef. 2, 5-6; Vita Eligii, I, 2.

51 Adomnán, Vita Columbae, praef., 2, 2; Vita Eligii, I, 3.

52 J. Bannerman, Studies in the History of Dalriada, Édimbourg, 1974, p. 47-48; I. Whitaker, « Regal succession among the Dalriata », Ethnohistory 23/4 (1976), p. 343-363.

53 Adomnán, Vita Columbae, I, 9.

54 Vita Eligii, II, 32.

55 Voir J.-M. Picard, « The marvellous in Irish and continental saints’ Lives of the Merovingian period », dans H. B. Clarke et M. Brennan, dir., Columbanus and Merovingian monasticism, Oxford, 1981, p. 91-103.

56 L. Bieler, « The Celtic Hagiographer », Studia Patristica, 5 (1962), p. 243-265, aux p. 244-245.

57 I. Westeel, « Quelques remarques sur la Vita Eligii, Vie de saint Éloi », Mélanges de science religieuse 56/2 (1999), p. 33-47.

58 Sur le latin de la Vita Eligii, voir M. Banniard, « Latin et communication orale en Gaule franque : le témoinage de la Vita Eligii », dans J. Fontaine et J.-N. Hillgarth, dir., The Seventh Century : Change and Continuity, Londres 1992, p. 58-79 ; I. Westeel, « Quelques remarques sur la Vita Eligii », op. cit. ; pour le latin de la Vita Columbae, voir J.-M. Picard, « Une préfiguration du latin carolingien : la syntaxe de la Vita Columbae d’Adomnán, auteur irlandais du VIIe siècle », Romanobarbarica 6 (1981-82), p. 235-289 ; Ibid., « Eloquentiae exuberantia : words and forms in Adomnán’s Vita Columbae », Peritia, 6/7 (1987-88), p. 141-157.

59 Voir J.-M. Picard, « Adomnán’s Vita Columbae and the cult of Colum Cille in continental Europe », Proceedings of the Royal Irish Academy, 98 (1998), p. 1-23.

60 Projet « La vie de saint Éloi. Texte – Manuscrits – Réception », organisé par le Groupe de recherche sur l’hagiographie du haut Moyen Âge (Charles Mériaux, Bruno Dumézil, Stéphane Gioanni, Isabelle Westeel), commencé en janvier 2007.

Table des illustrations

Légende Metz, Grand Séminaire, ms 1, fol. 79 v.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search