Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

Erhard, évêque de Ratisbonne, un saint aquitain en Bavière ?

Michèle Gaillard

Texte intégral

  • 1 Vita Erhardi episcopi Bavarici auctore Paulo, éd. W. Levison, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 1-21.
  • 2 Sur la datation et les propositions d’identification de ce moine, Vita Erhardi, p. 5-6.
  • 3 Vita Erhardi, § 1, p. 10.
  • 4 Ibid., § 6, p. 13.
  • 5 Ibid., § 5, p. 12-13.
  • 6 Ibid.,§ 7-9, p. 13-14.

1La Vita d’Erhard,1 évêque de Ratisbonne, écrite entre 1054 et 1073, par un moine nommé Paul2, décrit ainsi les origines de son héros : Narbonensis gentilitate, Nervus civilitate, genere Scoticus fuit3. Narbonnais par sa famille, nervien par sa cité et scot par son origine, Erhard se voit paré de deux origines prestigieuses, l’origine aquitaine et l’origine irlandaise auxquelles s’ajoute une appartenance au peuple de Nerviens, c’est-à-dire de la région de Cambrai. La suite de récit n’éclaircit pas le mystère, bien au contraire : Erhard, vivait au temps du roi Pépin, père du grand Charles, donc de Pépin le Bref († 768)4 ; il a séjourné un temps, en compagnie de son frère, nommé Hidulfus et évêque de Trèves († 707 ?), dans les Vosges où tous les deux fondèrent quatorze monastères, sept chacun, dont Moyenmoutier, fondé par Hidulfe5. Ensuite il partit en Bavière, puis à l’incitation d’un vision, il se rendit au monastère de Palma pour, de nouveau avec son frère, baptiser Odile, la fille aveugle du duc d’Alsace Étichon et lui rendre la vue6.

  • 7 E. Ewig, « L’Aquitaine et les pays rhénans au haut Moyen Âge », Cahiers de Civilisation médiévale,(...)
  • 8 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781), naissance d’une région, Paris, 1979, p. (...)
  • 9 F. Prinz, Frühes Mönchtum im Frankenreich, Kultur und Gesellschaft in Gallien, den Rheinlanden und (...)

2À partir de ces données apparemment compilées, voire fantaisistes, faut-il faire d’Erhard un Aquitain ? Dans une note de son article de 1958, sur « l’Aquitaine et les pays rhénans au haut Moyen Âge »7, Eugen Ewig émet l’hypothèse selon laquelle, il « a pu être un émigré de Septimanie, compagnon de saint Pirmin ». En revanche, Michel Rouche ne le compte pas au nombre des « Aquitains hors d’Aquitaine »8. Cependant, Friedrich Prinz reprend et argumente l’hypothèse d’Ewig9. Ce dossier mérite donc d’être étudié à nouveaux frais.

  • 10 Vita Odiliae abbatissae Hohenburgensis, éd. W. Levison, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 24-50.
  • 11 Manuscrit de Saint-Gall, no 577, p. 71-86 et manuscrit de la Bibliothèque Royale de Bruxelles, no (...)
  • 12 Vita Hidulfiprima, AASS Iul. III, p. 221-24 (3e éd. p. 211-13). Mise au point et bibliographie : M (...)
  • 13 Die Urkunden Konrad I., Heinrich I. und Otto I., MGH DRIG 1, éd. Th. Sickel, Hanovre, 1879-1884, n(...)
  • 14 Vita Erhardi, livre 2, § 2, p. 16.
  • 15 Sur les attestations de cette élévation, Vita Erhardi, introduction, p. 4-5.
  • 16 Ibidem, p. 5.
  • 17 En revanche, le moine Paul ne semble pas avoir eu connaissance de la Vita HidulfiTertia qui place (...)
  • 18 Éd. Herzberger-Fränkel, MGH Necr. Germ. 2, Diocesis Salisburgensis, Berlin, 1904, p. 26.

3L’essentiel des informations factuelles contenues dans cette vita sont empruntées à deux écrits hagiographiques antérieurs : la Vie de sainte Odile10, dont les plus anciens manuscrits remontent à la fin du Xe siècle11 et la Vita Hidulfiprima, écrite dans la deuxième moitié du Xe siècle12. Le culte d’Erhard est attesté pour la première fois par deux diplômes d’Otton Ier de 973, en faveur du monastère Niedermünster, près de Ratisbonne, où Erhard était enseveli13. Le premier miracle relaté à la suite de la Vita Erhardi renvoie d’ailleurs à cette époque, celle de Wolfgang, évêque de Ratisbonne à partir de 972, dont la sœur était abbesse du monastère14. En revanche, la Vita ne mentionne pas l’élévation de ses reliques en 1052, en présence du pape Léon IX et de l’empereur Henri III15. L’ascendance étichonide de Léon IX, son activité à la tête du diocèse de Toul et la présence parmi ses conseillers de l’abbé de Moyenmoutier ne sont sans doute pas étranger à l’intérêt qu’il portait au saint, supposé être le frère du fondateur de Moyenmoutier, Hidulfe. L’auteur dédicaçant la Vita à l’abbesse Eilica, dont on sait qu’elle gouvernait l’abbaye à l’époque de la visite de Léon IX et mourut avant 107316, on doit donc supposer l’écriture de la Vie contemporaine de cette translation, même si elle ne la décrit pas. La vie a pu être écrite pour motiver la visite du pape au sanctuaire. Rien d’étonnant donc à ce qu’un récit hagiographique composé dans la deuxième moitié du Xe siècle à Moyenmoutier ait servi de base à la rédaction de la Vita Erhardi17. Cependant, le personnage de l’évêque Erhard a une réalité historique : il est mentionné, aux côtés de l’évêque Emmeran de Ratisbonne et d’autres évêques bavarois antérieurs à la réforme bonifacienne, dans le nécrologe de Salzbourg, réalisé en 78418.

  • 19 G. Bernt, W. Berschin, E. Boshof et alii, Handbuch der bayerischen Kirchengeschichte, 1, Von den A (...)
  • 20 P. Mai, « Der heilige Bischof Erhard (gestorben vor 784). Fest 8. Januar », dans Bavaria sancta: Z (...)
  • 21 Ibid., p. 34. Cette origine nivernaise est en particulier attribuée à saint Dié (Deodatus) dont la(...)

4Malgré ces incertitudes, saint Erhard est un personnage souvent évoqué dans la littérature allemande, notamment dans les histoires de la Bavière. Dans le Handbuch der Bayerische Kirchengeschichte, Erhard est désigné comme le 2e évêque « non canonique » à Ratisbonne à la fin du VIIe siècle ; il baptisa Odile avant de devenir évêque de Ratisbonne ; les fouilles archéologiques de Niedermünster ont montré qu’il était enterré dans une église construite vers 700 ; les évêques « pré-canoniques » résidaient peut-être au palais royal et Erhard a pu être enterré dans une église du palais19. La synthèse la plus complète est fournie par Paul Mai dans la Bavaria sancta20 : reprenant les données de la Vita Erhardi, il tente d’expliquer d’où viennent les affirmations contradictoires concernant les origines géographiques de saint, à propos de l’origine « nervienne », il fait remarquer qu’il y a deux interprétations contradictoires, l’une comprenant ce mot comme désignant la cité des Nerviens (où il y eut une importante influence irlandaise), l’autre se rapportant à la ville de Nevers « dans le Nord-Est » du royaume franc21, ajoutant encore à la confusion ambiante... Ensuite il reprend les données archéologiques, que nous étudierons ensuite, et historiques pour tenter d’insérer Erhard dans la chronologie bavaroise.

  • 22 Bibliographie, ibid., p. 51. Voir aussi Gisela Koschwitz, « St. Erhard von Regensburg, Legende-Kul (...)

5Sans entrer ici dans le détail de cette abondante littérature22, on voit que dossier d’Erhard n’est pas aussi anodin qu’il n’y paraît à première vue, car il touche à bien des problèmes historiographiques :

  • les relations entre l’Aquitaine et l’Austrasie ;
  • la place réelle de l’influence irlandaise ;
  • l’état ecclésiastique et religieux de la Bavière avant Boniface ;
  • les relations des ducs Agilolfing avec les évêques et les missionnaires ;
  • le rôle des ducs Étichonides dans les fondations de monastères en Alsace.

6Autant de questions auxquelles il n’est pas possible de répondre ici, mais auxquelles l’étude du dossier d’Erhard peut apporter quelques éléments de réponse.

7Pour ce faire, nous étudierons la famille de sainte Odile et ses relations possibles avec la Bavière à l’époque des ducs Agilolfing, puis nous ferons le point des connaissances archéologiques concernant le tombeau de l’évêque Erhard, à Ratisbonne, et en dernier lieu, nous tenterons de comprendre comment l’évêque de Bavière Erhard devint dans la Vita Hidulfi et la Vita Erhardi le frère d’Hidulfe et comment a pu germer l’idée d’une origine à la fois aquitaine et scotte de l’évêque.

La famille de sainte Odile

  • 23 Voir note 11 et Wiegand, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, NF 7 (1892), p. 731.
  • 24 J’ai consacré une communication à cet aspect merveilleux de la Vita Odiliae, lors de l’Internation (...)

8On l’aura compris, la Vie de sainte Odile constitue le témoin le plus ancien de la légende d’Erhard, or elle a sans doute été écrite à un moment où le culte d’Erhard n’avait pas encore pris son essor. Les plus anciens manuscrits de la Vita Odiliae remontant à la fin du Xe siècle23, la Vita a donc été écrite avec certitude avant l’élévation des reliques d’Erhard en 1052 et très probablement avant même l’essor de son culte, à partir de l’épiscopat de Wolfgang. La tradition attribuant à un évêque venu de Bavière le baptême d’Odile a donc très vraisemblablement pris naissance au monastère Sainte-Odile. Laissant de côté l’aspect merveilleux du conte24, montrant Erhard enjoint par une vision de se rendre au monastère de Palma où était exilée la sainte à cause de sa cécité, on peut légitimement se demander pour quelle raison un évêque bavarois, dont le nom est inscrit en 784 dans le nécrologe de Salzbourg se trouvait-il présent dans l’entourage des ducs d’Alsace.

  • 25 Th. Kölzer éd., Die Urkunden der Merowinger, MGH, Hanovre, 2001, no 111, p. 286-287.
  • 26 Ibid., no 120, p. 306-308.

9La place occupée par Erhard dans ce nécrologe, à la suite, entre autres, d’Emmeran, évêque de Ratisbonne († vers 685) et avant Gaubald de Ratisbonne (739-761), mis en place par Boniface, n’est pas contradictoire avec les données historiques concernant le père d’Odile, le duc Adalricus/Étichon. Ce personnage apparaît pour la première fois dans un précepte de Childéric II pour le monastère de Münster in Gregoriental, adressé au duc Chadich, autre graphie pour Étichon, et à un comte Robert25 ; en 679, un diplôme de Thierry III donne au monastère de Bèze, dans le pays de Dijon, ses possessions retirées à un certain duc Adalric à cause de son infidélité : qualiter Adalricus dux Deo sibi contrario nobis infidelis apparuit et se Austrasiis consociavit26.

  • 27 H. Ebling, Prosopographie der Amtsträger des Merowingerreiches (613-714), Münich, 1974 : no VII. A (...)
  • 28 Que la chronique d’Ebersmünster, rédigée vers 1160, identifie avec le maire du palais Leudesius, c (...)
  • 29 H. Ebling, Prosopographie, p. 34; voir aussi H. J. Hummer, Politics and Power in Early Medieval Eu (...)

10Il y a donc toute vraisemblance pour qu’Adalric soit le fils d’Adalricus dux du pagus Attoariensis27 et non pas, comme le dit la Vie de saint Odile, le fils d’un maire du palais de Chidéric, Liuthericus, inconnu par ailleurs28. Pour compenser la perte de ses bien « bourguignons », Adalric aurait pris la succession du duc d’Alsace Boniface mort peu de temps auparavant29.

  • 30 Introduction à la Vita Odiliae, p. 26.
  • 31 Murbach fut fondé par saint Pirmin avec l’appui du comte Eberhard, dont le frère Liutfrid (nom qui (...)
  • 32 F. Vollmer, « Die Etichonen : Ein Beitrag zur Frage des Kontinuität früher Adelsfamilien », dans G (...)

11La vie de sainte Odile affirme également la parenté de sa mère, Berswinde, avec l’évêque Léger (Leotgarius). Reléguée par W. Levison, au rang d’invention30, cette parenté mérite d’être réexaminée. La carrière initiale d’Éticho/Adalric en Bourgogne et la dédicace de Murbach, autre fondation familiale plus tardive31, à saint Léger rendent cette parenté vraissemblable et oblige à reconsidérer la possibilité d’une origine « bourguignonne » des Étichonides, ainsi que l’a suggéré F. Vollmer32.

  • 33 A. Lesort, Chronique et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, Paris, 1909-1912 (Mettensia VI), char (...)
  • 34 H. Ebling, Prosopographie, p. 183 et 24 ; Brückner, Regesta Alsatiae aevi Merovingici et Karolini,(...)
  • 35 Vita Anstrudis, MGH SRM 6, éd. W Levison, Hanovre et Leipzig, 1913, p. 73 ; A. Lesort, Chronique e (...)
  • 36 Vita Sadalbergae, MGH SRM 5, éd. B. Krusch, Hanovre, 1910, p. 49-66.
  • 37 J. Jarnut, Agilolfingerstudien: Untersuchungen zur Geschichte einer adligen Familie im 6. und 7, S (...)
  • 38 A. Lesort, Chronique et chartes, Chronique, p. 3.

12Les Étichonides sont vraisemblablement apparentés à d’autres familles de l’aristocratie franque. Au début du VIIIe siècle, le comte Wulfoald, fondateur de l’abbaye de Saint-Mihiel, dans la vallée de la Meuse, a pour épouse une certaine Adalsinde, qui, au vu de la première partie de son prénom, pourrait bien être apparentée aux Étichonides et dont les biens transmis par son père, Adalbert, qui porte donc le même prénom que le frère d’Odile, servent à doter Saint-Mihiel33. En outre Wulfoald est témoin d’un acte de l’évêque de Strasbourg en faveur de Murbach, en 728, aux côtés du duc Liutfrid et du comte Éberhard34, petits-fils d’Adalric-Étichon. La charte de fondation de Saint-Mihiel et la vie de sainte Anstrude, abbesse de Laon, établissent aussi la parenté de Wulfoald avec celle-ci, petite-fille du premier duc d’Alsace connu, Gundoinus, possessioné dans les diocèses de Langres et de Toul, régions frontalières entre la Bourgogne et l’Austrasie35. Le monastère de Laon fut construit sous l’évêque de Laon, Attelanus ; celui-ci succédait alors à Chagnoald, ancien moine de Luxeuil dont le second abbé, Eustase, avait guéri la mère d’Anstrude, Salaberge, de sa cécité et dont le troisième abbé Walbert, soutint la fondation du monastère de Laon36. Or Chagnoald, frère de Burgondofaro et Burgondofara, fils et filles de Chagnéric, appartenait sans aucun doute, par leur grand-père Gundoald à la puissante Sippe des Agilolfing dont étaient issus les ducs de Bavière et les rois lombards37. Si l’on ajoute à cela que Wulfoald alla chercher des reliques de saint Michel pour la fondation de son monastère au mont Gargan, en territoire lombard38, on se rend compte que la famille des Étichonides pourrait bien se trouver au cœur d’un système de parenté et de relations tourné vers les Agilolfings. C’est ce système de parenté que nous avons tenté de schématiser, avec toutes les réserves d’usage, dans la figure 1.

  • 39 La vie de saint Dié (AASS Jun. III, p. 872-883, 3e éd., IV, p. 727-737) ne dit mot de cette fondat (...)
  • 40 Chronicon Ebersheimenses, MGH SS 13, éd. G. Waitz, Hanovre, 1881, § 7, p. 434 et § 13, p. 437-438  (...)

13La présence d’un évêque bavarois dans l’entourage duc d’Alsace n’apparaît donc guère étonnante, d’autant qu’Erhard a pu devenir évêque après le baptême d’Odile. Il me semble même, au vu du système de transmission des noms chez les Étichonides, que le dit Erhard leur soit apparenté, puisqu’un des descendants d’Étichon n’est autre que le comte Eberhard. Notons aussi que, selon une tradition tardive, dont la chronique d’Ebersmunster se fait l’écho, le deuxième abbé du monastère, censé avoir été fondé par saint Deodatus, vers 650-66039, s’appelait également Eberhard ; ce qui permet à l’auteur de la chronique de l’identifier, sans doute à tort, avec l’évêque de Bavière40.

14Compte tenu de tous ces éléments, la présence aux côtés du duc Étichon et de sa fille Odile, d’un certain Erhard, qui était ou qui devint ensuite évêque en Bavière n’est pas invraisemblable. Au Xe siècle, ne la comprenant plus, l’auteur en ait fait un épisode merveilleux de la Vita, parmi d’autres.

15Cela dit, l’identité entre ce personnage et l’évêque de Ratisbonne Erhard, mentionné dans le nécrologe de Salzbourg n’est pas démontrée, de même que les origines aquitaine, nervienne et scotte de ce personnage.

D’après F. Vollmer, «Die Etichonen..», p. 183, H. Ebling, Prosographie…, p. 244 et J. Jarnut, Agilolfingerstudien…, p. 125
Figure 1. Le réseau de parenté possible des Étichonides.

Le tombeau de l’évêque Erhard : les données archéologiques

  • 41 K. Schwartz, Die Ausgrabungen im Niedermünster zu Regensburg : Grablegen der Bischöfe St. Erhard u (...)
  • 42 K. Schwartz « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 132-133 et no 17.

16Que peuvent apporter à notre connaissance d’Erhard les fouilles archéologiques pratiquées à Nierdermünster, lieu de développement de son culte ? Selon les publications de l’archéologue en charge de la fouille K. Schwarz41, au dessous de l’autel dédié à saint Erhard ont été découverts des restes, non datés, d’un homme de 65-70 ans ; tous les ossements appartenaient au même individu, de type méditerranéen. L’archéologue, met en relation ce dernier élément avec l’hypothèse formulée par F. Prinz, selon laquelle Erhard aurait été un disciple de Pirmin et originaire de Septimanie42, ce qui semble un peu audacieux et justifie d’examiner dans le détail les résultats des fouilles archéologiques, menée de 1963 à 1968.

  • 43 Ibid., p. 135-137.
  • 44 Voir aussi, pour davantage de précision, Beilage 27.

17La plus ancienne église retrouvée consiste en une nef avec un chœur quadrangulaire : 23,5 m de long et environ 10 m de large ; la tombe de l’évêque Erhard située le long du mur nord de l’église, à l’intérieur. Cette église est datée des alentours de 700, sur la base des ressemblances avec les autres églises de la même époque (figure 2) et des fragments de poteries mises au jour43. Ce n’est pas le premier édifice à cet emplacement, le premier est daté du IVe siècle, toujours grâce aux débris de céramique. Cependant, il faut souligner que la reconstitution de l’église mérovingienne est hypothétique, en particulier la reconstitution du mur nord, qui serait totalement recoupé par le mur de l’église du Xe siècle (figure 3)44. L’église est ensuite l’objet d’aménagements successifs : agrandissement à l’est et à l’ouest autour de 800, transformation en église à trois nefs à l’époque ottonienne, puis église actuelle au XIIe siècle (figure 4). L’emplacement de la tombe d’Erhard n’est pas touché par ces agrandissements.

  • 45 K. Schwartz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140 et Beilage 28. L’archéologue pense qu (...)
  • 46 K. Schwartz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140-141 et p. 155, abb. 21 ; la fenestell (...)
  • 47 Vita Erhardi, L. II, § 2, p. 16.

18Cependant celle-ci a fait l’objet d’aménagements : si le fond du sarcophage est resté en place, à 2,50 m environ du sol actuel, le couvercle est posé sur des parois d’un m de hauteur, constituées de blocs de tuffet recouvertes par un couvercle de sarcophage antique réemployé45 ; dans ce couvercle a été pratiquée une petite ouverture sans doute une fenestella permettant d’y introduire des reliques de contact46. Cet aménagement semble correspondre à la première élévation du corps de l’évêque, à la fin du Xe siècle interprétée de façon miraculeuse par la Vita Erhardi : Cuius [= beati Wolfcangi] in temporibus lineum, quo beati patris corpus invollutum erat, crescere coepit de tumulo [...]47.

Figure 2. Comparaison entre l’église de Niedermünster et d’autres églises du VIIIe siècle. Extrait d’après K. Schwarz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140.

  • 48 K. Schwartz « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 141 ; sur le monastère des Scots de Ratisb (...)
  • 49 Vita Albarti, éd. W. Levison, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 21-23.

19Reste à savoir si la première inhumation d’Erhard a précédé la contruction de l’église ou si Erhard a été dès le départ inhumé à l’intérieur de l’église. K. Schwarz penche pour cette dernière solution en s’appuyant sur le fait qu’aucune autre sépulture contemporaine n’a été retrouvée. Mais, à côté du tombeau attribué à Erhard, se trouve un deuxième sarcophage. La photographie qui accompagne la publication de Schwarz montre qu’à l’évidence ce sarcophage a été placé au même niveau que celui d’Erhard. Or Schwarz, l’identifie avec l’archevêque Albert, qui, « d’après la Vita Erhardi, venant du diosèse de Cashel en Irlande, pour rendre visite à son ami, serait mort à Ratisbonne »48. En réalité, l’épisode vient de la Vita Albarti, aux données chronologiques invraisemblables, écrite après 1152, dans le monastère des Scots de Ratisbonne. Albert aurait été envoyé à Rome auprès du pape Formose (891-896 !), puis se serait rendu à Jérusalem et sur le chemin du retour se serait arrêté à Ratisbonne, car la réputation de sainteté d’Erhard était venue jusqu’à lui ; ne trouvant pas Erhard parmi les vivants, il serait mort devant son tombeau49. Il est donc très audacieux d’attribuer ce tombeau qui était vide, à un personnage dont l’existence est aussi peu assurée. On peut donc se demander, même si les données fournies par la publication ne permettent pas d’étayer cette hypothèse, si le deuxième sarcophage n’est pas plutôt le tombeau initial d’Erhard, avant la première élévation sous l’évêque Wolfgang, relatée par la Vita, ou bien, et ce n’est pas contradictoire, celui auquel aurait été enlevé le couvercle qui fut placé au dessus des murs maçonnés à cette époque.

Figure 3. Plan des fondations de l’église mérovingienne tardive, sur fond de l’église actuelle (en grisé et en noir : les fondations de murs subsistantes). D’après K. Schwarz, Die Ausgrabungen..., p. 28.

20Autant de questions qui demanderaient un réexamen approfondi des données issues des fouilles archéologiques. Dans l’état actuel des choses, on ne peut se fonder sur ces fouilles pour affirmer l’origine aquitaine d’Erhard et préciser la date de son épiscopat ; en revanche elles peuvent contribuer à mieux comprendre la genèse de son culte.

Figure 4. Les reconstructions successives de l’église de Niedermünster. D’après K. Schwarz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140.

La genèse d’une légende

21Laissant de côté le dossier « historique » perceptible à travers la Vita Odiliae et les résultats des fouilles archéologiques, on peut mainteant revenir à la légende et se demander comment et pourquoi l’évêque de Ratisbonne, Erhard est devenu un saint aquitain, originaire du pays des Nerviens, scot, et, de surcroît, frère de saint Hidulfe, fondateur du monastère vosgien de Moyenmoutier.

22On a vu que la vie d’Erhard, écrite aux alentours de 1050, reprend explicitement des données extraites de la Vita Hidulfii prima, écrite dans la seconde moitié du Xe siècle. La Vita Hidulfii comporte un certain nombre d’incohérences chronologiques (Milon de Trèves contemporain de l’évêque de Toul, Jacob) que le moine Paul, auteur de la Vita Erhardi n’évite pas, à la différence de l’auteur de la Vita Hidulfitertia.

  • 50 Vita Hidulfiprima, AASS Iul. III, p. 221-24 (3e éd. p. 211-13).

23D’après la Vita prima, Hidulfe est né dans une noble famille des Nervii. Il a obtenu la cléricature à Ratisbonne qu’il a fuie pour éviter d’en devenir évêque. De retour dans sa patrie, sa réputation de sainteté est telle que le peuple de Trèves le réclame comme évêque ; il procède alors à la translation des reliques de saint Maximin, saint aquitain dont l’évêque Paul avait fait venir les reliques. Il se retire dans les Vosges, obtenant de l’évêque Jacob, successeur de Garibald, qui avait donné Galilée à Dié, la permission de s’installer. Il fonde le monastère de Moyenmoutier. Sa réputation attire d’autres ermites dont son propre frère Erhard avec qui il baptise Odile. Erhard fonde une église dédiée à saint Èvre50.

  • 51 Vita prima Maximini Trevirensis, éd. B. Krusch, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 71.

24Nous avons vu qu’Hidulfe n’apparaît pas dans la Vita Odiliae, c’est donc à l’auteur de la Vita Hidulfii prima que revient le mérite d’avoir relié le fondateur de Moyenmoutier à Odile et à Erhard, évêque Bavarois qui l’avait baptisée. En faisant de lui le frère de l’évêque Erhard, il l’a fait participer au baptême de la sainte. Pour faire bonne mesure, il lui a donc donné, sans peur de la contradiction, des origines bavaroises. Au passage, pour établir les droits de son monastère sur les églises voisines, il en fait des fondations d’Hidulfe (Saint-Pierre), d’un de ses disciples (Bégoncelle), d’Erhard (Saint-Èvre). Sachant, par le récit de la Vita Maximini qu’un évêque Hidulfe a particpé à l’élévation des reliques de saint Maximin51, il fait d’Hidulfe un évêque de Trèves.

  • 52 Vita Albarti, p. 22.

25À cet état de la légende, le moine Paul n’a ajouté que quelques éléments, la provenance de Narbonne et l’origine scotte. Celle-ci nous ramène à l’occupant supposé du deuxième tombeau, saint Albert. Dès le § 2, la Vita Albarti relate en effet qu’Erhardus était né et avait été éduqué en Irlande52. Certes la Vita Albarti est écrite un siècle après la Vita Erhardi, mais peut-être l’origine scotte d’Erhard est-elle à rechercher du côté du monastère des Scots de Ratisbonne où la légende de Saint Albert était en cours d’élaboration.

26Plus difficile encore à expliquer est l’ajout de l’origine aquitaine, plus précisément narbonnaise, qui ne se trouve ni dans le Vie de sainte Odile, ni dans celle d’Hidulfe. Plusieurs éléments ont pu pousser le moine Paul à inventer cette origine. Erhard est le successeur (direct ou indirect) de saint Emmeran, réputé lui-même peut-être à bon escient, d’origine aquitaine ; c’est peut-être pour faire de son héros l’égal du grand évêque que le moine Paul a inventé cette origine. La translation des reliques de saint Maximin attribuée à Hidulfe, frère d’Erhard, a pu le convaincre d’une origine aquitaine des deux frères. En outre, dans la vita Hidulfi, saint Dié est dit évêque de Nevers, Nivernensis episcopus ; il est possible que notre moine ait confondu la cité de Nevers avec celle des Nerviens et que, de surcroît, lui ou son copiste ait déformé Nivernensis en Narbonensis.

Conclusion

27Du personnage historique d’Erhard, on ne peut affirmer que son appartenance à l’épiscopat bavarois, avant 784, date de son incription dans le nécrologe de Salzbourg. L’essor de son culte, attesté à partir de 973 à Ratisbonne, au monastère de Niedermünster, tend à prouver qu’il fut bien un évêque de Ratisbonne, très probablement avant la réforme bonifacienne, contemporain du duc Theudo et un des successeurs d’Emmeran.

28Les données de la vie de sainte Odile, doivent être, malgré leur transmission tardive, prises en considération car la présence d’un évêque de Bavière aux côtés du duc Étichon peut se comprendre dans le cadre des relations unissant les ducs étichonides aux Agilolfing, tant à l’ouest qu’à l’est de l’Alsace. En revanche la parenté entre l’Erhard qui a baptisé Odile et Hidulfe est sans doute une invention, dont les motifs n’apparaissent guère, de l’auteur de la Vie d’Hidulfe. Quant à l’origine aquitaine d’Erhard, elle est à mettre au crédit de son biographe de la fin du XIe siècle, soucieux d’insérer son héros dans la lignée de l’évêque de Ratisbonne, Emmeran, et est confortée par le rôle joué par son supposé frère Hidulfe dans la translation des reliques de saint Maximin.

29On ne saura sans doute jamais si le moine Paul et l’abbesse Eilica eurent raison d’identifier leur évêque Erhard, inhumé dans l’église de Niedermünster, à Ratisbonne, avec l’évêque bavarois censé avoir baptisé sainte Odile, fille du duc d’Alsace, à la fin du VIIe siècle ; sans doute cela n’était pas pour déplaire à Léon IX, descendant des Étichonides, qui procéda à l’élévation des reliques d’Erhard, le 8 octobre 1052.

Notes

1 Vita Erhardi episcopi Bavarici auctore Paulo, éd. W. Levison, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 1-21.

2 Sur la datation et les propositions d’identification de ce moine, Vita Erhardi, p. 5-6.

3 Vita Erhardi, § 1, p. 10.

4 Ibid., § 6, p. 13.

5 Ibid., § 5, p. 12-13.

6 Ibid.,§ 7-9, p. 13-14.

7 E. Ewig, « L’Aquitaine et les pays rhénans au haut Moyen Âge », Cahiers de Civilisation médiévale, 1 (1958), p. 37-54, note 94, p. 47 (réimp. dans Spätantikes und fränkisches Gallien, éd. H. Atsma, Munich, 1976, vol. I, p. 553-572, n. 94, p. 565).

8 M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781), naissance d’une région, Paris, 1979, p. 423-441.

9 F. Prinz, Frühes Mönchtum im Frankenreich, Kultur und Gesellschaft in Gallien, den Rheinlanden und Bayern am Beispiel der monastischen Entwicklung (4. bis 8. Jahrhundert), Munich, 19882, p. 385-387.

10 Vita Odiliae abbatissae Hohenburgensis, éd. W. Levison, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 24-50.

11 Manuscrit de Saint-Gall, no 577, p. 71-86 et manuscrit de la Bibliothèque Royale de Bruxelles, no 3316, fol. 72-82. Christian Pfister (Le duché mérovingien d’Alsace et la légende de Sainte Odile, Paris-Nancy, 1892, p. 42) place la rédation de la vita, après 816, à cause de la mention de la règle des chanoinesses. La vie de sainte Odile est connue de l’auteur de la vie d’Ida de Hersfeld, rédigée entre 980 et 983 (Vita S. Idae, éd. G. H. Pertz, MGH SS 2, Hanovre, 1829, p. 569-576. Pour ma part, je daterais plutôt l’écriture de la vie de la deuxième moitié du Xe siècle, époque où l’institution des chapitres de chanoinesses se développe en territoire d’Empire.

12 Vita Hidulfiprima, AASS Iul. III, p. 221-24 (3e éd. p. 211-13). Mise au point et bibliographie : M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul (SHG VI) », dans L’hagiographie du haut Moyen Âge en Gaule du Nord. Manuscrits, textes et centres de production, dir. M. Heinzelmann, Stuttgart, 2001, p. 11-91, en particulier p. 69-81 (Beihefte der Francia, 52).

13 Die Urkunden Konrad I., Heinrich I. und Otto I., MGH DRIG 1, éd. Th. Sickel, Hanovre, 1879-1884, nos 432-433, p. 585-586: ad inferius monasterium sanctae Mariae sanctique confessoris Erhardi.

14 Vita Erhardi, livre 2, § 2, p. 16.

15 Sur les attestations de cette élévation, Vita Erhardi, introduction, p. 4-5.

16 Ibidem, p. 5.

17 En revanche, le moine Paul ne semble pas avoir eu connaissance de la Vita HidulfiTertia qui place la vie du saint non vers 750 comme il le fait à la suite de la Vita Prima, mais vers 700 ; l’incertitude pesant sur la date de rédaction de la Vita HidulfiTertia (entre 1030 et 1067, selon M. Goullet, « Les saints... », p. 80-81) n’autorise pas à se fonder sur cette méconnaissance pour préciser la date de rédaction de la Vita Erhardi.

18 Éd. Herzberger-Fränkel, MGH Necr. Germ. 2, Diocesis Salisburgensis, Berlin, 1904, p. 26.

19 G. Bernt, W. Berschin, E. Boshof et alii, Handbuch der bayerischen Kirchengeschichte, 1, Von den Anfängen bis zur Schwelle der Neuzeit, sous la dir. de W. Brandmüller, St. Ottilien, 1998, p. 21 et p. 43.

20 P. Mai, « Der heilige Bischof Erhard (gestorben vor 784). Fest 8. Januar », dans Bavaria sancta: Zeugen christlichen Glaubens in Bayern, éd. G. Schwaiger, vol. I, Regensburg, 1970, p. 32-51.

21 Ibid., p. 34. Cette origine nivernaise est en particulier attribuée à saint Dié (Deodatus) dont la vita fait un ancien évêque de Nevers (olim Nevernensis episcopus) ; or cette vita s’inspire beaucoup de la vita tertia Hidulfi (Monique Goullet SHG VI : diocèse de Toul, p. 83-85)... Par contagion, Gondebert, le fondateur d’un autre monastère Vosgien, Senones, est considéré comme un ancien évêque de Sens.

22 Bibliographie, ibid., p. 51. Voir aussi Gisela Koschwitz, « St. Erhard von Regensburg, Legende-Kult-Iconographie », Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktiner-Ordens, 86 (1975), p. 481-644.

23 Voir note 11 et Wiegand, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, NF 7 (1892), p. 731.

24 J’ai consacré une communication à cet aspect merveilleux de la Vita Odiliae, lors de l’International Medieval Congress de Leeds, le 11 juillet 2006.

25 Th. Kölzer éd., Die Urkunden der Merowinger, MGH, Hanovre, 2001, no 111, p. 286-287.

26 Ibid., no 120, p. 306-308.

27 H. Ebling, Prosopographie der Amtsträger des Merowingerreiches (613-714), Münich, 1974 : no VII. Adalricus, Dux des pagus Attoarienis (Dijon) et no VIII. Adlaricus (-Eticho), Dux des pagus Attoarienis (Dijon), Dux des Elsaß (um 673-nach 683), p. 32-37.

28 Que la chronique d’Ebersmünster, rédigée vers 1160, identifie avec le maire du palais Leudesius, ce qui ferait d’Étichon le petit-fils d’Erchinoald, ce qui est invraisemblable au plan chronologique (MGH SS 13, éd. G. Waitz, Hanovre, 1881, p. 434).

29 H. Ebling, Prosopographie, p. 34; voir aussi H. J. Hummer, Politics and Power in Early Medieval Europe. Alsace and the Frankisch Realm, 600-1000, Cambridge University Press, 2005, p. 45-55.

30 Introduction à la Vita Odiliae, p. 26.

31 Murbach fut fondé par saint Pirmin avec l’appui du comte Eberhard, dont le frère Liutfrid (nom qui pourrait provenir de la famille de Leotgarius) est le dernier duc d’Alsace connu de la famille des Étichonides ; tous les deux étaient très probablement les fils du duc Adalbert, donc les petits-fils d’Étichon (H. Ebling, Prosopographie, p. 129-131 et p. 182-184).

32 F. Vollmer, « Die Etichonen : Ein Beitrag zur Frage des Kontinuität früher Adelsfamilien », dans G. Tellenbach éd., Studien und Vorarbeiten zur Geschichte des grossfränkishen und frühdeitshen Adels, Fribourg, 1957, p. 137-184, en particulier p. 143-146 (Forschungen zur oberrheinische Landesgeschichte, 4).

33 A. Lesort, Chronique et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, Paris, 1909-1912 (Mettensia VI), charte 1, p. 39-49.

34 H. Ebling, Prosopographie, p. 183 et 24 ; Brückner, Regesta Alsatiae aevi Merovingici et Karolini, 416-918, 1, Strasbourg-Zurich, 1949, no 113, p. 53-56.

35 Vita Anstrudis, MGH SRM 6, éd. W Levison, Hanovre et Leipzig, 1913, p. 73 ; A. Lesort, Chronique et chartes.., charte 1, p. 44 ; H. Ebling, Prosopographie..., p. 166-167.

36 Vita Sadalbergae, MGH SRM 5, éd. B. Krusch, Hanovre, 1910, p. 49-66.

37 J. Jarnut, Agilolfingerstudien: Untersuchungen zur Geschichte einer adligen Familie im 6. und 7, Stuttgart, 1986, p. 125.

38 A. Lesort, Chronique et chartes, Chronique, p. 3.

39 La vie de saint Dié (AASS Jun. III, p. 872-883, 3e éd., IV, p. 727-737) ne dit mot de cette fondation.

40 Chronicon Ebersheimenses, MGH SS 13, éd. G. Waitz, Hanovre, 1881, § 7, p. 434 et § 13, p. 437-438 ; selon Theo Kölzer (Die Urkunden..., p. 334-336) le diplôme de Thierry III en faveur d’Ebersmünster, daté de 672 et qui mentionne l’abbé Herhardus est un faux fabriqué au XIIe siècle avant la rédaction de la chronique. L’existence de cet abbé Eberhard, dont le nom a pu être suggéré par le nom même du monastère (dont l’étymologie semble être la dédicace à saint Èvre), est donc plus que douteuse.

41 K. Schwartz, Die Ausgrabungen im Niedermünster zu Regensburg : Grablegen der Bischöfe St. Erhard und Albert, des Bayernherzogs Heinrich I. und seiner Frau Judith, Fundamente profaner und kirchlicher Bauwerke aus römischer, merowingischer, karolingischer und ottonischer, Kallmünz, 1971, et surtout « Der spätmerowingerzeitliche Grab des heiligen Bischofs Erhard im Niedermünster zu Regensburg », dans Ausgrabungen in Deutschland, 3, Frühmittelalter, II. Archäologie und Naturwissenschaften : Katalog, Karten und Modelle, Bonn, 1975, p. 129-164 et IV, Beilagen 1-50, Bonn, 1975, Beilage 26-28.

42 K. Schwartz « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 132-133 et no 17.

43 Ibid., p. 135-137.

44 Voir aussi, pour davantage de précision, Beilage 27.

45 K. Schwartz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140 et Beilage 28. L’archéologue pense que le couvercle a été mis en place à l’époque de l’évêque Wolfgang, mais il n’y a, à mon sens, pas d’obstacle à supposer que ce couvercle était celui d’origine et a simplement été exhaussé.

46 K. Schwartz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140-141 et p. 155, abb. 21 ; la fenestella, recouverte comme l’ensemble du tombeau, par l’autel consacré à Erhard dans l’église actuelle, n’est pas datable : elle peut remonter à l’élévation de la fin du Xe ou à celle effectuée en 1052, comme être plus tardive.

47 Vita Erhardi, L. II, § 2, p. 16.

48 K. Schwartz « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 141 ; sur le monastère des Scots de Ratisbonne, voir H. Flachenecker, « Irische Klausner und Benediktiner. Zur Geschichte von Weih Sankt Peter une St. Jakob », in Regensburg im Mittelalter, M. Engerer éd., 1975, p. 187-196.

49 Vita Albarti, éd. W. Levison, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 21-23.

50 Vita Hidulfiprima, AASS Iul. III, p. 221-24 (3e éd. p. 211-13).

51 Vita prima Maximini Trevirensis, éd. B. Krusch, MGH SRM 6, Hanovre, 1913, p. 71.

52 Vita Albarti, p. 22.

Table des illustrations

Légende D’après F. Vollmer, «Die Etichonen..», p. 183, H. Ebling, Prosographie…, p. 244 et J. Jarnut, Agilolfingerstudien…, p. 125Figure 1. Le réseau de parenté possible des Étichonides.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure 2. Comparaison entre l’église de Niedermünster et d’autres églises du VIIIe siècle. Extrait d’après K. Schwarz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 3. Plan des fondations de l’église mérovingienne tardive, sur fond de l’église actuelle (en grisé et en noir : les fondations de murs subsistantes). D’après K. Schwarz, Die Ausgrabungen..., p. 28.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 4. Les reconstructions successives de l’église de Niedermünster. D’après K. Schwarz, « Der spätmerowingerzeitliche Grab... », p. 140.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search