Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

Des Aquitains en Lorraine

Anne Wagner

Texte intégral

  • 1 W. Levison, « Metz und Südfrankreich im frühren Mittelalter », Jahrbuch des Elsass-Lothringischen (...)
  • 2 F. Cardot, L’espace et le pouvoir, étude sur l’Austrasie mérovingienne, Paris, 1987.

1À l’époque mérovingienne, les liens entre Austrasie et Aquitaine sont étroits1. En 508, Théodoric conquiert l’Auvergne, Cahors, Albi, Limoges, Rodez, Le Puy et sans doute Javols. Ces territoires font partie du royaume de Sigebert Ier qui obtient outre Clermont, Rodez, Javols, Viviers et Le Puy, et, après son assassinat, les territoires qui constituaient la dot maritale de Galeswinthe : Limoges, Bordeaux, Cahors, Le Béarn et Bigorre. Sigebert III récupère cet ensemble d’où viennent des propriétés, des épouses, des clercs et des cultes de saints2.

2Nous envisagerons successivement la situation des trois évêchés, car les différences sont radicales. Comme le montre l’exemple verdunois, la possession de terres aquitaines ne suffit pas à nourrir un imaginaire aquitain. L’idée d’une origine aquitaine a par contre rencontré un grand succès dans l’hagiographie épiscopale du diocèse de Metz, inspirée de réalités mérovingiennes et de modèles carolingiens. Enfin, deux établissements du diocèse de Toul s’inscrivent dans le courant aquitain en y plaçant la naissance des saints Bertaire et Ehrard. à partir de ces exemples, nous essayerons de comprendre les raisons de ces choix hagiographiques.

Des terres à Verdun

  • 3 L’abbaye de Münsterdreisen (diocèse de Mayence) fut fondée vers 868 sous le vocable de saint Serni (...)
  • 4 Gesta episcoporum Virdunensium, MGH SS 4, p. 41.
  • 5 Gesta episcoporum Vird., MGH SS 4, p. 44 : Res etiam quae sunt in Equitania antiquitus isti ecclesi (...)
  • 6 Gesta ep. Vird., p. 43-44. L’évêque Bérenger (951-59) donne ex parte nostrae ecclesiae de abbatia (...)
  • 7 MGH SS 11, p. 287.
  • 8 Hugues de Flavigny, Chronicon, MGH SS 8, p. 400. Une partie seulement de Saint-Amans appartenait à (...)
  • 9 H. Dauphin, Le bienheureux Richard, abbé de Saint Vanne de Verdun, mort en 1046, Louvain-Paris (Bi (...)
  • 10 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, VI, 37, fête le 22 oct.
  • 11 Dom Pierre Le Court, Histoire de l’abbaye de Saint-Vanne (1744), Verdun, BM, ms 431, cite le reliq (...)
  • 12 M. Gaillard, M. Goullet et A. Wagner, « Traduction de la Chronique de Saint-Mihiel (XIe siècle) », (...)

3L’église où est enterré l’évêque Paul de Verdun était dédiée à Saturnin/Sernin3, évêque et martyr à Toulouse vers 250, elle devient l’abbaye Saint-Paul. L’église de Verdun possède l’abbaye Saint-Amans de Rodez sans doute depuis Théodebert Ier (534-548), qui a prêté de l’argent à l’évêque Didier de Verdun4. Le culte d’Amans, évêque de Rodez au Ve siècle, fêté le 4 novembre est attesté à Verdun, où une église paroissiale lui est dédiée, ainsi qu’à Metz et à Toul. Au VIIIe siècle, l’évêque Madalvée visita ces possessions aquitaines5. Saint-Amans fut donnée à Saint-Vanne par l’évêque Bérenger6 (940-959). La Vie de Richard dit que l’abbé en fit venir, par route et par eau, les colonnes du cloître et de larges dalles de pierre7. Il emprunta sur ces biens pour soulager une famine8. Son successeur Waleran y prétendit encore, vainement9. Le culte de saint Louvent, abbé de Saint-Privat de Mende10 décapité à Châlons en 584, est répandu dans l’est de la France, l’église de Rembercourt-aux-pots, dans le diocèse de Verdun, lui est dédiée, l’abbaye Saint-Vanne possède des reliques de ce saint11. À Saint-Mihiel12, l’abbé Ermengaud (c. 772-804) aurait volé les reliques de saint Anatole évêque de Cahors (fête le 21 oct.), lors d’une expédition militaire en 774 ou 778 – mais peut-être cet épisode est il pure invention car la prise de Cahors n’est pas mentionnée dans les textes, le nom d’Anatole n’est pas attesté sur les listes épiscopales cahorsines. Il existe à l’époque carolingienne entre Saint-Mihiel et l’Aquitaine, d’où vient l’abbé Smaragde, des relations oubliées à l’époque de la rédaction de la Chronique, mais qui expliquent peut-être l’origine de ces reliques. Verdun considère donc l’Aquitaine comme une terre où l’on acquiert biens et reliques mais aucun évêque n’est réputé en venir, l’imaginaire des hagiographes verdunois ne s’empare pas de ces régions.

Des saints évêques aquitains à Metz

  • 13 A. Poncelet, « Les actes de saint Privat du Gévaudan », AB 30 (1911), 428-41. Les reliques de Sain (...)
  • 14 D’après le testament de Fulrad, les reliques d’Hilaire et Privat se trouvaient à Salonnes, celles (...)
  • 15 E. Ewig, « L’Aquitaine et les pays rhénans au haut moyen âge », Cahiers de Civilisation médiévale,(...)
  • 16 Paul Diacre, Libellus de episcopis Mettensibus, MGH SS 2, p. 26. Vita Pirmini, MGH SS 15, p. 26.
  • 17 Gesta episcoporum Mettensium, MGH SS 10, p. 535. L’évêque Drogon lui donna le corps de Céleste de (...)
  • 18 BHL 6855, AASS Nov. II, p. 2-56, la date de la rédaction de la Vie est discutée : vers 830 ? ou en (...)
  • 19 Paul Diacre, MGH SS 2, p. 267. Gesta ep. Mett., MGH SS 10, p. 540. E. Ewig, « Saint Chrodegang et l (...)
  • 20 L’abbaye avait peut-être été fondée au VIe siècle par Fridolin. M. Koch, Sankt Fridolin und sein B (...)

4Comme Verdun, Metz est ouverte au culte de saints aquitains : le martyr Julien de Brioude, Foi et Caprais d’Agen. Le culte de Privat, évêque de Mende et martyr, dont les reliques auraient été transportées à Saint-Denis en 632, puis au prieuré de Salonnes13 arrive par l’intermédiaire de Fulrad de Saint-Denis († 784)14. Cette influence est peut-être renforcée par l’action de Pirmin, venu du royaume wisigoth, qui fonde Reichenau en 724. Expulsé par le duc des Alamans, il fonde en 728, avec le duc Ebehard d’Alsace, Murbach. Son influence s’étend sur les cellae d’Alémanie : Schuttern, Schwarzach, Gegenbach15. Grâce à l’évêque Sigebaud de Metz16, Pirmin est à l’origine de deux abbayes messines du diocèse de Strasbourg : Neuwiller et Marmoutier17. Dans le diocèse de Metz, Pirmin fonde Hornbach où sa vie18 fut écrite et il restaure, avec l’aide de Sigebaud qui s’y fait enterrer19, Hilariacum20. Chrodegang lui ayant donné le corps de Nabor, cette abbaye devient Saint-Avold.

Les fausses généalogies carolingiennes

  • 21 MGH SS 13, p. 245, no 2. L. Saltet, « L’origine méridionale des fausses généalogies carolingiennne (...)
  • 22 L’église Saint-Ferroy de Metz est dédiée au martyr bisontin ; Th. Klauser et R.-S. Bour, Un docume (...)
  • 23 J. Jarnut, Agiolfingerstudien. Untersuchungen und Geschichte einer adlingeen Familie im 6. und 7. (...)
  • 24 Paul Diacre, MGH SS 2, Agiulfus, qui fertur, patre ex nobili senatorum familia ex orto, ex Chlodoue (...)
  • 25 Généalogie carolingienne, MGH SS 2, p. 310.
  • 26 Hierle ou Alais, cant. Sumène, arr. Le Vigan, dpt du Gard.
  • 27 Généalogie carolingienne, MGH SS 2, p. 310 : tempore bonae memoriae domno Haigulfo episcopo sic do (...)
  • 28 Ibid.: Deotarius vero contruxit vicum Arisidium... Et domnus Hagiulfus prius germanum suum Deotari (...)
  • 29 Gesta, MGH SS 10, p. 538.

5Au VIIIe siècle, Paul Diacre, dans les Gesta des évêques de Metz, notre plus ancienne source, ne revendique d’origine aquitaine pour Vaucun évêque. Au IXe siècle, la plus ancienne généalogie carolingienne21 déclare qu’Anspert, ayant épousé une princesse mérovingienne, eut pour fils Arnold, Ferréol, Mondéric et Tarcisse ; Arnold est le père d’Arnoul. C’est le moyen de rattacher à cette dynastie Mondéric d’Aristium, saint Ferréol d’Uzès (fête le 4 janv.), sainte Tarcisse de Rodelle (fête le 15 janvier), qui ne sont cependant pas fêtés à Metz22. Comme l’a montré J. Jarnut23, l’évêque Agiulf (vers 600) est le personnage clef pour expliquer la présence d’évêques aquitains à Metz. Cet aristocrate de famille sénatoriale, lié, comme son nom l’indique, à la famille des Agiolfingen, réputé fils d’une princesse mérovingienne24 est présenté comme le frère d’Anspert25. Il possédait des biens dans le Rouergue où sa famille a fait carrière. L’église de Metz possède le vicus d’Aristium26, sans doute depuis l’époque d’Agiulf, du fait d’une donation de Théodebert II27 (595-612). Les fausses généalogies déclarent qu’Agiulf donna au siège de Metz Aristium qui lui venait d’une donation de Théodebert et y consacra évêque son frère Deotarius où Mondéric lui succéda28. Les Agiolfingen, famille concurrente des Carolingiens, sont ainsi récupérés – et la conquête de l’Aquitaine légitimée. C’est ce que les Gesta des évêques de Metz du XIIe siècle reprennent textuellement29.

  • 30 comm. Montozier, arr. Rodez, Levison, Metz und Südfrankreich, op. cit., p. 151-159.
  • 31 arr. Rodez, dpt. Aveyron.
  • 32 N. Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle, Paris, 1980, p. 385-387.
  • 33 Date des plus anciens exemplaires Montpellier, Fac. de Médecine, ms 48, et Berlin, Staatsbibl., ms (...)
  • 34 M. Goullet, Les saints du diocèse de Metz, op. cit.
  • 35 AASS Sept. VI, p. 27.
  • 36 M. Goullet, « Les vies de saint Gengoul, époux et martyr » et A. Guerreau-Jalabert, « Saint Gengou (...)
  • 37 Aprintie devint nonne, fut tenue pour sainte, ses reliques étaient conservées à Saint-Clément, AAS (...)
  • 38 MGH SS 13, p. 245.
  • 39 AASS Sept. VI, p. 48-54.

6Goëry († 642/643), parent d’Agiulf, obtint du roi Sigebert III (634-656) la villa de Trébosc30 dans le Rouergue. Il fit reconnaître à l’église de Metz la villa de Routaboul31 dans le Rouergue, que Dagobert lui avait vendue mais qu’une certaine Bobila prétendait pouvoir attribuer par droit d’héritage à l’église de Cahors : l’affaire s’acheva par un partage avec l’évêque Didier32. Dans les Gesta du XIIe siècle, Goëry seul est dit Aquitain, d’après sa Vie (BHL 3606), écrite au plus tard au XIe siècle33. La Vie de Goëry s’inspire largement de la seconde Vie d’Arnoul34. Le seul élément original est l’épisode aquitain qui se termine avec la cécité et la conversion de Goëry. Dans le résumé de Vincent de Beauvais au XIIIe siècle35, cet épisode aquitain et la guérison de Goëry occupent la moitié du récit. L’Aquitain Goëry/Abbo fait montre dès l’enfance de vertus qui le font aimer de Dieu et des hommes. Il est appliqué dans ses études, fervent dans ses prières, assidu dans les veilles et les jeûnes, d’un mérite extraordinaire, de grande piété et dévotion. Il fait une brillante carrière militaire, devenant comte, duc puis roi, à la joie générale. Et s’il aimait la paix, il était courageux dans les guerres livrées contre les païens surgis de toutes parts : Sarrasins, Goths, Wascons et autres engeances diaboliques, méritant d’être dit Miles egregius et Rex gloriosus, Dieu l’aidant et lui donnant la victoire et le butin. Les victoires de cet ardent défenseur de la chrétienté sur ses frontières méridionales contre la rage des païens rappellent le carolingien Guillaume de Gellone et sont contemporaines de la Reconquista espagnole. Goëry rendait la justice avec équité rendant à Dieu ce qui est à Dieu et au monde ce qui lui est dû, comparable aux patriarches et à David. Il rendait grâce à Dieu au milieu de la nuit et sept fois dans la journée. La justice, la guerre et la soumission à Dieu font de ce court portrait du roi Goëry un véritable miroir au prince, comme le sont à la même époque les Vies de Géraud d’Aurillac ou de Gengoulf36, ce dernier étant bien connu en Lorraine. Goëry épouse une noble dame dont il a deux filles, Aprintie37 et Victorine, qu’il consacre à Dieu. Éloquent, juste, aimant Dieu, il est « le père des orphelins, le bâton du vieillard, se faisant tout à tous ». Dieu l’éprouve comme Job et Tobie, le rendant aveugle, ce qu’il accepte sans se plaindre. Il renonce au trône. Cet épisode est retenu dans les représentations du saint : dans les vitraux de Valentin Bousch à la cathédrale de Metz il porte à la main la couronne qu’il a déposée, sur la statue du XVIIIe siècle à Épinal elle est à ses pieds. Goëry quitte l’Aquitaine pour la Francie en emmenant ses filles. Un ange lui ordonne d’aller à Metz auprès de son parent Arnoul, d’y construire une église et de la doter sur ses biens. Goëry est dit « fils de Gamardus, lui-même frère du grand-père paternel d’Arnoul », c’est la reprise de la première généalogie carolingienne38. Goëry construit Saint-Pierre-le-Majeur et retrouve la vue. Quand Arnoul se fait ermite, Goëry lui succède et « devenu un homme nouveau » fait montre d’une ascèse remarquable, prêche et s’occupe de son troupeau. Après avoir été un roi idéal il devient le modèle des évêques. Il fait ramener à Metz le corps d’Arnoul, et la Vie relate les miracles qui se produisent lors de la translation. Goëry meurt le 19 septembre 644 et est enterré à Saint-Symphorien39.

  • 40 Metz obtint peut-être au VIIe siècle, un territoire dans la haute vallée de la Moselle autour de l (...)
  • 41 Vita Theoderici, MGH SS 4, p. 469-470. Thierry garda le chef du saint.
  • 42 Vita Adalberonis, MGH SS 4, p. 662 ; D.O. II en 983. Henri II prit ce monastère sous sa protection (...)
  • 43 M. Goullet et al., « Pour célébrer un millénaire La Vie de l’évêque de Metz Adalbéron II, par Cons (...)

7Au Xe siècle, les menaces bourguignonnes atteignaient le sud de la Lorraine par les vallées de la Moselle et de la Meurthe. Épinal40 fut choisi pour fixer la limite à cette progression. L’évêque Thierry Ier († 984) y fonda un marché, un château et une collégiale dans une église dédiée à saint Maurice, il transfère des reliques de Goëry en 97441. Adalbéron II (984-1006) installa des moniales42. La Vie d’Adalbéron43 mentionne d’ailleurs les nombreuses victimes du mal des ardents qui viennent de Bourgogne dans l’espoir d’être guéris par les reliques de Goëry.

  • 44 MGH SS 2, p. 310.
  • 45 AASS Juillet V, § 5, que reprend Meurisse, Histoire des évêques, op. cit., p. 86. Ségolène est parf (...)
  • 46 Ces noms germaniques font penser qu’ils ont été envoyés par les rois d’Austrasie. Grégoire de Tour (...)
  • 47 W. Levison, « Sigolena », Neues Archiv, 1909 (35), p. 219-231. Colomban : considérations philosoph (...)
  • 48 G. Philippart, « Le manuscrit 377 de Berne et le supplément au légendier de Jean de Mailly », AB, (...)
  • 49 Ms Paris, BnF, lat. 268 ; Klauser – Bour, Un document, op. cit., p. 521-534 ; insérée dans un évan (...)
  • 50 Mgr J.-B. Pelt, Étude sur la cathédrale de Metz. La liturgie, Metz, 1937. L’église actuelle est ré (...)

8La fausse généalogie fut complétée par celle des frères d’Ansbert44, Agiulf de Metz et Gamard père de Goëry et grand-père de Ségolène, abbesse du Troclar au VIIe siècle. C’est la tradition reprise dans un manuscrit de Saint-Vincent de Metz45. Ségolène est née à Albi, dans une noble famille. Mariée à douze ans, veuve à vingt-deux, elle prend le voile. Son père Chramsicus l’installe dans une de ses propriétés, Troclar, près d’Albi, une communauté de moniales se constitue. Ségolène pratique l’ascèse, nourrit les pauvres, soigne les malades et délivre les possédés. Son père intervient, ses frères, l’évêque Sigisvald, l’abbé Gisload, le duc Babo, lui rendent visite46. Troclar sert les intérêts de la famille des fondateurs qui étendent leur influence en utilisant la sainteté d’une des leurs. La Vie emprunte à la Vie d’autres saints47. Le culte est développé à Metz48, le martyrologe de Saint-Avold de la fin du VIIIe siècle la nomme au 24 juillet. La liste stationnale de la fin du VIIIe siècle49 mentionne une église Sainte-Ségolène50. Des reliques de Ségolène étaient sans doute exposées dans la crypte carolingienne conservée dans l’église remaniée au XIXe siècle.

La mode aquitaine

9Dans leurs Vies, qui datent au plus tôt du XIe siècle, les évêques de Metz Adelphe et Térence, dont on ignorait tout, sont considérés comme aquitains, probablement sur le modèle des évêques précédents.

  • 51 Sur la politique de dissémination des reliques des saints évêques voir E. Gierlich, Die Grabstätte (...)
  • 52 M. Tischler, « Die Gorzer Reform in Neuweiler bei Zabern an der Schwelle zum XI. Jahrhundert », Ar (...)
  • 53 BHL 76, G. Philippart, « La Vie de saint Adelphe de Metz par Werinharius d’après un manuscrit de Ne (...)
  • 54 Ruf, évêque au IVe siècle, était enterré à Saint-Clément.
  • 55 BHL 75v ; Philippart, « La Vie de saint Adelphe », op. cit. ; Id., « La Vie anonyme de s. Adelphe d (...)

10Adelphe, évêque au IVe siècle, fut enterré à Saint-Félix-Saint-Clément. L’évêque Drogon de Metz (823-855) donna ses reliques à Neuwiller51, réformée au début du XIe siècle52. La Vie d’Adelphe a été écrite au XIe siècle, lors de la création du chapitre qui se vit confier les reliques d’Adelphe et la gestion du pèlerinage ; l’auteur utilise un livret de Miracles et rédige une Vie53 qui fait d’Adelphe un Aquitain, parent par sa mère de l’empereur Constantin et neveu de Ruf54 de Metz, qui le charge de missions diplomatiques et auquel il succède après une existence vertueuse et la donation de ses biens aquitains à Saint-Étienne de Metz. Werinharius, auteur au XIIe siècle d’une seconde Vie, garde, avec plus de sobriété, l’origine aquitaine55, légitimant les donations de terres de l’évêque à l’Église de Metz.

  • 56 MGH, Dipl. L. d. Dt. : acte de 871. L’acte de Robert de Metz du 17 février 893 (Beyer, Mittelrhein (...)
  • 57 Vita Adalberonis, MGH SS 4, p. 662. Le 22 nov. 1005, Henri II confirma les biens, D. H. II, no 104
  • 58 Sacramentaire de Hahot (Hongrie), XIIe s. pour une collégiale, Zagreb, Bibl. archiep., ms 126 ; Ca (...)
  • 59 Chronique, éd. Ch. Bruneau, t. I, Metz, Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, p. 93.

11L’évêque Advence de Metz (858-875) construisit une cella dans le Bliesgau, installa des chanoines auxquels il donna des biens et les reliques de Térence, évêque de Metz au Ve siècle : c’est Neumünster56. Au début du XIe siècle, Adalbéron II l’agrandit et y installa des nonnes57. Le culte s’est répandu à Metz à partir du XIe siècle58. Le manuscrit 10 de la médiathèque de Metz est un missel de 1348 qui a appartenu à Louis, doyen du chapitre. Il commence par un calendrier mentionnant Térence le 29 octobre et la translation des reliques le 16 mai, comme le cérémonial de la cathédrale de 1694. Le chroniqueur messin Philippe de Vigneulles59, qui écrit à la fin du XVe siècle, dit que Thérence... étoit du lignaige l’empereur, et avoit son père à nom Clodoveus ou Gundongus... gouvernoit toute la Bourgogne... mourut vertueusement – aux Champs Catalauniques comme il l’a raconté précédemment.

  • 60 M. Goullet, Les saints du diocèse de Metz, op. cit.
  • 61 La chronique rimée de la fin du XVe siècle, reprise par Philippe de Vigneulles montre Arnulf comme (...)
  • 62 Le comte Conrad d’Auxerre fut investi par Lothaire II de l’abbaye de Saint-Maurice et du duché de (...)

12L’auteur de la Vie de Térence (BHL 8005) propose un roman complexe60, patchwork de passages édifiants et de faits miraculeux. Son père, roi des Burgondes, est parent de l’empereur, sa mère est Aquitaine. Térence est prédestiné à l’épiscopat, mais ses parents tentent de le pousser vers la vie laïque. Il s’enfuit en Auvergne, rencontre le clerc Floriacus, se rend auprès de l’évêque de Vienne Eugène, et devient prêtre. Il reçoit dans une vision l’annonce de la mort prochaine de Floriacus. Dans une apparition ce dernier lui apprend qu’il est au ciel et que Térence sera évêque de Metz. Eugène mort, Térence est élu évêque, refuse, et fuit près de Trèves où il pousse miraculeusement des brigands à la conversion. L’empereur Arnulf, en visite à Trèves, menace Térence et il est puni par des fièvres, dont le saint le libère. L’empereur lui demande d’accepter le siège de Metz, et il est consacré par saint Mamert. Térence part en Bourgogne, où il fait pleuvoir miraculeusement, et à Rome. À son retour, il guérit un sourd-muet, convertit un juif sacrilège, guérit un autre muet, ressuscite un mort et guérit un aveugle. Il meurt après avoir exhorté la population. Il est enterré à Saint-Clément, sans qu’on mentionne une translation. La Vie contient des anachronismes : Térence possède des reliques de Grégoire le Grand († 604) ; Arnulf61 roi de Germanie en 887 et empereur de 896 à 899 le nomme évêque, il est consacré par Mamert, évêque de Vienne vers 475. À côté de ces flottements chronologiques, la Vie qui cite « Galliam et Aquitaniam, Burgundiam et Italiam » a des prétentions géographiques enracinées dans le même terreau carolingien que les fausses généalogies, ce que conforte le récit du pèlerinage à Rome – et la référence à Arnulf au nom si carolingien. Elle reflète peut-être le souvenir d’une Lotharingie incluant la Bourgogne, que conforte la référence à Arnulf, promoteur d’une politique agressive envers la Bourgogne62.

  • 63 Gesta, MGH SS 10, p. 537 : Quorum temporibus inventum est corpus beati prothomartiris Stephani cum (...)
  • 64 S. Petit, « Saint Étienne, patron de la ville de Metz », Cahiers Lorrains, 2003, p. 15-35.
  • 65 MGH SS 2, p. 262.
  • 66 Au IXe siècle, un hymne à saint Étienne Notker de Saint-Gall MGH SS 4, p. 339, au Xe siècle, une l (...)
  • 67 Meurisse, Histoire des évêques, op. cit, p. 51.
  • 68 J.-B. Pelt, Études sur la cathédrale de Metz. La liturgie, op. cit., p. 413, fête de la dédicace d (...)
  • 69 Lectio iv. Goëricus ex nobili prosapia Anselberti Senatoris, avi Sancti Arnulphi sui decessoris pro (...)

13La croix que porte Térence, sur laquelle la Vie insiste à deux reprises et qui contraste avec ses pauvres vêtements, contient des reliques d’Étienne et de Grégoire le Grand. Les Gestes des évêques de Metz63 relient à Térence l’arrivée des reliques de saint Étienne64 à Metz. Grégoire de Tours ne précise pas la nature des reliques qui ont permis la sauvegarde de l’oratoire Saint-Étienne. à la fin du VIIIe siècle, Paul Diacre dit que la cathédrale possède du sang du protomartyr65, ce que confirment plusieurs textes postérieurs66. Mais Meurisse67 dit que la relique déposée par saint Clément est une pierre de la lapidation. Le « caillou68 » de saint Étienne est attesté par la Vie de Gérard de Toul († 994), et mentionné dans le cérémonial de la cathédrale du XIIe siècle. D’après le Cérémonial de 1694, cette relique a guéri Goëry69.

Des pèlerins aquitains dans le diocèse de Toul

Bleurville

  • 70 G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon », Bibliothèque de l’École des (...)
  • 71 Dom A. Calmet, Histoire de Lorraine, 2e éd., t. II, c. 171-72.

14La Vie de Dizier dont s’inspire l’auteur de la Vie de Bertaire et Atalène70, supposés avoir vécu à la fin du VIIe ou au VIIIe siècle, est datable des Xe-XIe siècles. L’auteur ne sait pratiquement rien des saints concernés. Voici la légende que cite Dom Calmet71 d’après un manuscrit de Faverney.

  • 72 C’est le nom de la première abbesse ; son frère Widrade fit construire vers 722 le monastère pour (...)

15« Du temps du Roi Pépin, Bertaire prêtre, et Atalène diacre, natifs du Brabant ou du Luxembourg, allant à Rome visiter les tombeaux des Apôtres, arrivèrent à Menoux à une lieue de Faverney, et logèrent chez une femme dévote, dont le fils impie et emporté, malgré les remontrances de sa mère, alla sur le chemin, attendre ces voyageurs et les insulter. Atalène arracha un pieu d’une haie, pour réprimer son insolence ; mais Bertaire le lui ôta, lui interdisant de se défendre par la force. Le jeune homme tua les pèlerins, leur coupa la tête et les jeta dans la Lanterne. Godoile72, abbesse de Faverney, ayant appris ce qui s’était passé, se rendit, avec ses religieuses et ses officiers, sur le lieu qui était de sa juridiction temporelle ; des pêcheurs retrouvèrent les deux têtes, que l’on rapporta en l’endroit où étaient demeurés les corps et où on bâtit une chapelle. »

  • 73 AASS Juillet II, p. 316-323.

16La version d’un manuscrit de l’abbaye Saint-Mansuy73 de Toul est différente.

  • 74 G. Fahrenheim, « Une construction du premier art roman dans les Vosges, l’église du prieuré de Ble (...)
  • 75 A. Wagner, « Meurtres dans les Vosges ; pèlerins et martyrs de l’époque carolingienne au XIe siècl (...)

17Le prêtre Bertaire, originaire d’Aquitaine, vit saintement à la cour corrompue du duc Waïfre. Il décide d’aller en pèlerinage à Rome, avec son neveu, le diacre Atalène, qu’il avait baptisé et éduqué. Ils vont d’abord au tombeau de saint Martin à Tours. Aux frontières de la Bourgogne, ils sont reçus chez un chevalier brigand nommé Servais. L’âme damnée de ce dernier ayant vu les hommes boire à une fontaine à un calice d’étain le croit en argent. Supposant ses hôtes riches, il envoie après leur départ des voleurs à leur poursuite, malgré sa pieuse mère. Atalène prend un pieu d’une haie pour se défendre. Bertaire lui conseillant de mourir en martyr, il plante le bâton qui devint un arbre, dont les feuilles guérissent les malades. Les assassins n’ayant trouvé que des vêtements sacerdotaux et des livres leur coupent la tête et les jettent dans la Lanterne où un pêcheur les découvre. Ils sont enterrés là, les corps refusant de bouger, leur tombeau devient un but de pèlerinage. Une chapelle est consacrée par l’évêque de Besançon en présence de l’abbé de Luxeuil. Les meurtriers sont punis car leur descendance est malade et pauvre. Plus tard, une veuve a, à trois reprises, une vision des saints qui demandent leur transfert. À la faveur de la nuit, reliques et sarcophages, chargés sur un char à bœufs, sont apportés à Bleurville74 où un noble clerc construit une basilique75.

18L’origine aquitaine est donc un rajout attribuable au moine de Saint-Mansuy qui s’intéresse surtout à la translation des corps. L’introduction aquitaine de la Vie est un excursus historique dont on a d’autres exemples dans l’hagiographie.

19Mais le plus important est qu’ils soient des pèlerins étrangers – et respectivement prêtre et diacre. Ceci est souligné dans la Vie : le fait de boire dans un calice, geste presque sacramentel, est vu comme une preuve de richesse ; les têtes tonsurées sont jetées à l’eau. L’étranger sans défense, supposé riche et assassiné pour son trésor, illustre l’opposition entre richesse matérielle et richesse spirituelle. Enfin, l’auteur défend l’idée que ces innocents massacrés sont des martyrs « comme Abel ». Atalène ayant pris le pieu d’une haie pour se défendre, Bertaire lui dit : il ne convient point à deux serviteurs de Dieu de se défendre par la force, mais il leur est glorieux de souffrir pour le Christ. Il planta le bâton en terre et celui-ci devint un arbre vert, dont les feuilles guérissent maux de tête et de dents. C’est l’illustration du Psaume 91, 13 : « Le juste fleurit comme un palmier. » L’acceptation de la mort par les saints sanctifie le bois. On retrouve l’arbre miraculeux dans la Vie de Dizier. La transgression des lois naturelles se confirme quand les reliques de Bertaire et Atalène sont trop lourdes pour qu’on puisse les déplacer, jusqu’à ce que les saints décident de leur transfert : la petite vieille qui doit les transporter n’a aucune difficulté à mettre les sacorphages sur un char à bœufs. Ces miracles donnent au culte une dimension cosmologique, ils prouvent l’efficacité du christianisme et de la sainteté des martyrs et valident sans doute la récupération de cultes locaux.

Moyenmoutier

  • 76 M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul », Francia 52 (2001), p. 74 ; F. Cardot, « Le pouvoir (...)
  • 77 L’abbaye exposait son voile avant la révolution.
  • 78 BHL 3945, AASS Juillet III, p. 221-238 ; M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul », op. cit., (...)
  • 79 AASS Juillet III, p. 212 ; à Moyenmoutier un panneau des stalles représente Hydulphe et Erhard bap (...)
  • 80 AASS Juillet III, p. 223. Fêté le 8 janvier, on l’invoquait pour les maladies des yeux ; il devint (...)
  • 81 Inversement, la Vie d’Albartus (BHL 218), un Anglais présenté comme un frère d’Erhard, rapporte qu (...)

20La Vie d’Odile, écrite vers 900 et 950 par un prêtre proche du monastère de Hohenbourg, raconte la guérison de la cécité d’Odile fille du duc alsacien Étichon76 par « un évêque Herard venu de Bavière » qui la baptise au monastère de Baume-les-Dames77, en Franche-Comté. La Vita prima d’Hidulfe78, qui remonte certainement à la restauration de 960, présente Erhard comme le frère d’Hildulfe. Né dans une noble famille du diocèse de Cambrai, Hidulfe devint clerc à Ratisbonne. Le roi voulant lui confier l’épiscopat, il s’enfuit pour mener une vie érémitique, mais le peuple l’acclame évêque de Trèves. Hidulfe abandonne sa charge et obtient de l’évêque de Toul la permission de s’établir près de Senones, à Moyenmoutier. Ses miracles attirent d’autres ermites, dont Erhard, avec qui il baptise et guérit Odile79. La Vita tertia d’Hildulfe dit qu’Erhard fonda et consacra une église dédiée à saint Èvre à Toul ; Erhard est identifié comme l’évêque de Ratisbonne80 dont la tombe fut ouverte le 8 octobre 1052, en présence du pape Léon IX, et de l’empereur. Léon IX, alors évêque de Toul, a restauré Moyenmoutier et la rédaction de la Vita tertia accompagne la réforme qu’il a initiée. Moyenmoutier a une châsse contenant les reliques d’Erhard81.

  • 82 BHL 2590, AASS Janv. I, p. 535.
  • 83 AASS Janv. I, p. 537.
  • 84 F. Prinz, Frühes Monchtum im Frankreich. Kultur und Gesellschaft in Gallien (4-8. Jh.), Darmstadt, (...)
  • 85 BHL 2591, AASS Janv. I, p. 539 : genere Gothorum parentibus licet gentilibus tamen nobilissimis na (...)

21Et l’Aquitaine ? Dans sa Vie écrite à la fin du XIe siècle par Paul, moine de Fulda, Erhard est dit « Narbonensis gentilitate Nervus civilitate genere scoticus »82. Concernant le miracle de sainte Odile, ce texte amplifie la Vie d’Hidulfe, citée comme source83 d’où vient la référence à la cité des Nerviens (le diocèse de Cambrai). F. Prinz84 pense qu’Erhard est un aquitain chassé par l’avance arabe qui trouva refuge auprès des Étichonides. La Vita secunda en fait un Goth, peut-être par une mauvaise lecture de Scot, peut-être pour garder une cohérence avec Narbonne85, la « mode » irlandaise est ainsi relayée par une mode aquitaine.

Conclusion : des relations ambiguës

  • 86 M. Parisse, « Sigefroy, abbé de Gorze et le mariage du roi Henri III avec Agnès de Poitou (1043). (...)
  • 87 H. Platelle, « Le problème du scandale : les nouvelles modes masculines aux XIe et XIIe siècles »,(...)

22L’idée que se font les Lorrains des Aquitains, loin d’être toujours aussi positive que les exemples précédents le laissent supposer, est souvent poussée au noir sous la plume d’auteurs tant ecclésiastiques que laïques. Au XIe siècle, l’abbé Sigefroy de Gorze écrivit des lettres86 afin de démontrer l’impossibilité canonique du mariage d’Henri III et d’Agnès de Poitou. L’argument des deux destinataires des lettres en faveur de l’union est qu’elle rapprocherait l’Aquitaine de l’Empire et assurerait la paix. Sigefroy s’inquiète entre autres parce que les coutumes des ancêtres ne seront plus respectées87. La Geste des Lorrains relate la vendetta entre Aquitains et Lorrains. Les rebondissements très complexes montrent des Aquitains querelleurs et inaptes au combat puisque toujours vaincus. Cette image, peut-être héritée de la mauvaise réputation de Waïfre, vaincu par Pépin, n’entre pas véritablement en concurrence avec la sainteté d’Aquitains fictifs.

23Le seul texte hagiographique manifestant quelques prétentions à l’historicité est la Vie de Bertaire dans sa réécriture touloise. Il concourre pleinement à l’image négative de la cour du duc où règne un pouvoir rebelle, un gouvernement parjure, une justice corrompue ; où les chefs militaires sont révoltés contre le roi, l’armée contre l’ordre établi de Dieu. L’origine aquitaine d’Ehrard, de Pirmin, de Térence et d’Adelphe apporte simplement une touche d’exotisme, fondée sur l’existence de réelle de terres et probable de lien familiaux. Le cas le plus intéressant est celui Goëry de Metz, valeureux guerrier, roi sage, évêque modèle, devenu patron de la puissante abbaye spinalienne.

Notes

1 W. Levison, « Metz und Südfrankreich im frühren Mittelalter », Jahrbuch des Elsass-Lothringischen wissenchaftlichen Gesellschaft, 11 (1938), p. 92-122 ; M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, naissance d’une région, Paris, 1979, p. 52 et p. 244.

2 F. Cardot, L’espace et le pouvoir, étude sur l’Austrasie mérovingienne, Paris, 1987.

3 L’abbaye de Münsterdreisen (diocèse de Mayence) fut fondée vers 868 sous le vocable de saint Sernin, fête le 29 novembre.

4 Gesta episcoporum Virdunensium, MGH SS 4, p. 41.

5 Gesta episcoporum Vird., MGH SS 4, p. 44 : Res etiam quae sunt in Equitania antiquitus isti ecclesiae subiectae, id est abbatia S. Amantii in Rodonia sita, et Maderniacum et Puliniacum frequenter visitabat. Vita S. Madelvei, Fuerunt autem res istae : abbatia S. Amantii in Rotenia orbe, fiscus etiam regius Maderniacus... J.P. Evrard, Actes des princes lorrains, Princes ecclésiastiques, les évêques de Verdun, t. I : des origines à 1107, CRAL, 1977.

6 Gesta ep. Vird., p. 43-44. L’évêque Bérenger (951-59) donne ex parte nostrae ecclesiae de abbatia S. Amantii mansa decem cum sedilibus ad eadem mansa pertinentibus. H.Bloch, Die alteren Urkunden, p. 3 ; J. P. Evrard, Actes des princes lorrains, op. cit.

7 MGH SS 11, p. 287.

8 Hugues de Flavigny, Chronicon, MGH SS 8, p. 400. Une partie seulement de Saint-Amans appartenait à l’église de Verdun, l’abbatia S. Marii de Utiabra, ut moderni testantur etiam nunc ; il s’agit de l’abbaye de Vabres (Aveyron, arr. Saint-Affrique).

9 H. Dauphin, Le bienheureux Richard, abbé de Saint Vanne de Verdun, mort en 1046, Louvain-Paris (Bibliothèque de la Revue d’Histoire ecclésiastique XXIV), 1946, p. 170-172, la bulle de confirmation de Jean XII, en 956, les diplômes d’Otton I, d’Otton II et de Henri II répètent les termes de la charte de fondation (H. Bloch, pp. 397. 399, 413. 421). Le diplôme de Conrad II, en 1031, ne mentionne plus Saint-Amans (H. Bloch, noxxxiii).

10 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, VI, 37, fête le 22 oct.

11 Dom Pierre Le Court, Histoire de l’abbaye de Saint-Vanne (1744), Verdun, BM, ms 431, cite le reliquaire de saint « Lupent », p. 301-308.

12 M. Gaillard, M. Goullet et A. Wagner, « Traduction de la Chronique de Saint-Mihiel (XIe siècle) », dans Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004, p. 987-1013.

13 A. Poncelet, « Les actes de saint Privat du Gévaudan », AB 30 (1911), 428-41. Les reliques de Saint-Privat sont attestées à Salonnes où Bruno de Cologne les a obtenues, Vita Brunonis, MGH SS 4, § 31, p. 266. Saint Privat est titulaire de trois églises dans le diocèse de Metz.

14 D’après le testament de Fulrad, les reliques d’Hilaire et Privat se trouvaient à Salonnes, celles de Cucufat à Lièpvre, M. Tangl, Neues Archiv 32 (1907), p. 209, F. Prinz, « Stadtrömisch-italische Märtyrerreliquien und fränkischer Reichsadel », Historisches Jahrbuch 87 (1967), p. 8 ; B. De Gaiffer, « Relations religieuses de l’Espagne avec le Nord de la France, transferts de reliques (VIIIe-XIIe siècles) », Recherches d’hagiographie latine, Bruxelles, 1971, p. 8-11. A. Stoclet, Autour de Fulrad de Saint-Denis (v. 710-784), Droz, 1993.

15 E. Ewig, « L’Aquitaine et les pays rhénans au haut moyen âge », Cahiers de Civilisation médiévale, I (1958), p. 47.

16 Paul Diacre, Libellus de episcopis Mettensibus, MGH SS 2, p. 26. Vita Pirmini, MGH SS 15, p. 26.

17 Gesta episcoporum Mettensium, MGH SS 10, p. 535. L’évêque Drogon lui donna le corps de Céleste de Metz, Gierlich, Die Grabstätten, op. cit., p. 95 et 102-103.

18 BHL 6855, AASS Nov. II, p. 2-56, la date de la rédaction de la Vie est discutée : vers 830 ? ou en 1000-1010 ?

19 Paul Diacre, MGH SS 2, p. 267. Gesta ep. Mett., MGH SS 10, p. 540. E. Ewig, « Saint Chrodegang et la réforme de l’église franque », dans Saint-Chrodegang, Metz, 1967, p. 30.

20 L’abbaye avait peut-être été fondée au VIe siècle par Fridolin. M. Koch, Sankt Fridolin und sein Biograph Balther, irische Heilige in der literarischen Darstellung des Mittelalters, Zürich, Fretz & Wasmuth, 1959. L’abbaye Saint-Martin de Buxbrunno, attestée à Attigny en 762, se déplace à Glandières. Les relations entre Saint-Martin de Glandières et Saint-Avold étaient orageuses, chacune prétendant à l’antériorité, alors que la fondation conjointe d’une église Saint-Martin et d’une église Saint-Hilaire est fréquente.

21 MGH SS 13, p. 245, no 2. L. Saltet, « L’origine méridionale des fausses généalogies carolingiennnes », dans Mélanges Léonce Couture, Toulouse 1902, p. 76-96. IXe siècle. O. G. Oexle, « Die Karolinger und die Stadt des heiligen Arnulfs », Frühmittelalterliche Studien, 1 (1967), p. 250-364 ; K. U. Jäschke, « Die Karolingergenealogien aus Metz und Paulus Diaconus », Rheinische Vierteljahrblätter, 34 (1970), p. 190-218. M. T. Fattori, « I santi antenati carolingi fra mitto e storia : agiografie e genealogie come strumento di potere dinastico », Studi medievali, 34 (1993), p. 487-561 ; C. Settipani, La préhistoire des Capétiens, Villeneuve d’Ascq, 1993, p. 139-146 ; J. B. Elziere, « Sud du massif central, églises de Rhénanie et royaume des Austrasiens à l’époque mérovingienne (VIe-VIIe siècle) », Bulletin monumental, 1993-1, p. 47-72.

22 L’église Saint-Ferroy de Metz est dédiée au martyr bisontin ; Th. Klauser et R.-S. Bour, Un document du IXe siècle. Notes sur l’ancienne liturgie de Metz, sur ses églises antérieures à l’an mil, Metz, 1929, p. 551.

23 J. Jarnut, Agiolfingerstudien. Untersuchungen und Geschichte einer adlingeen Familie im 6. und 7. Jhr (Monographie zur Geschichte des Mittelalters 32), Stuttgart, 1986.

24 Paul Diacre, MGH SS 2, Agiulfus, qui fertur, patre ex nobili senatorum familia ex orto, ex Chlodouei regis Francorum filia procreatus. Post istum extitit nepos ipsius, nomine Arnoaldus.

25 Généalogie carolingienne, MGH SS 2, p. 310.

26 Hierle ou Alais, cant. Sumène, arr. Le Vigan, dpt du Gard.

27 Généalogie carolingienne, MGH SS 2, p. 310 : tempore bonae memoriae domno Haigulfo episcopo sic domnus Theutbertus rex francorum vicum Arisidium per suum praeceptum partibus beati Stephani protomartyris Mettensis ecclesiae delegavit.

28 Ibid.: Deotarius vero contruxit vicum Arisidium... Et domnus Hagiulfus prius germanum suum Deotarium episcopum constituit in ipsi Arisidio et post domno Deotario nepos ipsius domnus Modericus est ordinatus in ipso Arisidio episcopus per ordinationem pontificis Metensium urbis.

29 Gesta, MGH SS 10, p. 538.

30 comm. Montozier, arr. Rodez, Levison, Metz und Südfrankreich, op. cit., p. 151-159.

31 arr. Rodez, dpt. Aveyron.

32 N. Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle, Paris, 1980, p. 385-387.

33 Date des plus anciens exemplaires Montpellier, Fac. de Médecine, ms 48, et Berlin, Staatsbibl., ms Phill. 1874. M. Goullet, Les saints du diocèse de Metz, Sources hagiographiques de la Gaule, à paraître.

34 M. Goullet, Les saints du diocèse de Metz, op. cit.

35 AASS Sept. VI, p. 27.

36 M. Goullet, « Les vies de saint Gengoul, époux et martyr » et A. Guerreau-Jalabert, « Saint Gengoul dans le monde : l’opposition de la cupiditas et de la caritas », dans Guerriers et moines, conversions et sainteté aristocratiques dans l’Occident médiéval (IXe-XIIe siècles), Antibes, Éditions APDCA, 2002 (collection Études médiévales 4), p. 235-283.

37 Aprintie devint nonne, fut tenue pour sainte, ses reliques étaient conservées à Saint-Clément, AASS Juin IV, 254-55, description du reliquaire. M. Meurisse, Histoire des évêques de l’église de Metz, Metz, 1634, rapporte qu’elle fut la première abbesse d’Épinal dont il attribue la fondation à Goëry.

38 MGH SS 13, p. 245.

39 AASS Sept. VI, p. 48-54.

40 Metz obtint peut-être au VIIe siècle, un territoire dans la haute vallée de la Moselle autour de la paroisse de Dognéville.

41 Vita Theoderici, MGH SS 4, p. 469-470. Thierry garda le chef du saint.

42 Vita Adalberonis, MGH SS 4, p. 662 ; D.O. II en 983. Henri II prit ce monastère sous sa protection, lui accorda l’immunité, le droit délire l’abbesse et de nommer l’avoué, D. H. II no 58, 22 octobre 1003.

43 M. Goullet et al., « Pour célébrer un millénaire La Vie de l’évêque de Metz Adalbéron II, par Constantin de Saint-Symphorien », Lotharingia XIII, 2006, p. 5-41.

44 MGH SS 2, p. 310.

45 AASS Juillet V, § 5, que reprend Meurisse, Histoire des évêques, op. cit., p. 86. Ségolène est parfois considérée la sœur (et non la nièce) de Goëry.

46 Ces noms germaniques font penser qu’ils ont été envoyés par les rois d’Austrasie. Grégoire de Tours nomme Sigisvald, parent du roi Thierry, envoyé en Auvergne comme duc (520), son fils fut nommé à sa suite (533) par Théodebert. M.-Cl. et P. Cabot, site internet : www.archeo-tarn.com/publivente/Saintesigo/lagrave1. htm.

47 W. Levison, « Sigolena », Neues Archiv, 1909 (35), p. 219-231. Colomban : considérations philosophiques et formules d’humilité – Germain d’Auxerre et Radegonde : jeunesse et mariage – Mélanie : renoncement au mariage – Mélanie et Radegonde : la nouvelle vie. C’est une source de la Vie de Wandrille (c. 700).

48 G. Philippart, « Le manuscrit 377 de Berne et le supplément au légendier de Jean de Mailly », AB, 92 (1974), p. 68-78, p. 70. Voir les manuscrits de l’épitome BHL 7572 : Trèves SB 1151 III, XIIIe siècle., et Londres, BL, Harley 3597, XIVe siècle.

49 Ms Paris, BnF, lat. 268 ; Klauser – Bour, Un document, op. cit., p. 521-534 ; insérée dans un évangéliaire carolingien de la première moitié du IXe siècle, la liste qui remonte au troisième quart du VIIIe siècle mentionne une réunion à sainte Ségolène le vendredi de la première semaine et une assemblée de grand matin à sainte Ségolène le dimanche des Rameaux.

50 Mgr J.-B. Pelt, Étude sur la cathédrale de Metz. La liturgie, Metz, 1937. L’église actuelle est récente, les portes en bronze et les sculptures du porche retracent la vie de la sainte.

51 Sur la politique de dissémination des reliques des saints évêques voir E. Gierlich, Die Grabstätten der rheinischen Bischöfe vor 1200, Mainz, 1990, p. 87-141 ; A. Wagner, « Lecture entre les lignes d’un calendrier », Cahiers Élie Fleur, 12-13 (1995-1996), p. 19-41.

52 M. Tischler, « Die Gorzer Reform in Neuweiler bei Zabern an der Schwelle zum XI. Jahrhundert », Archives de l’Église d’Alsace, 51 (série complète), 12 (3e série), 1993-1994, p. 69-90.

53 BHL 76, G. Philippart, « La Vie de saint Adelphe de Metz par Werinharius d’après un manuscrit de Neuwiller, cod. Vindobonensis 563, XIIe siècle », dans Mélanges offerts à Baudouin De Gaiffier et François Halkin, Analecta Bollandiana, 100 (1982), p. 431-442.

54 Ruf, évêque au IVe siècle, était enterré à Saint-Clément.

55 BHL 75v ; Philippart, « La Vie de saint Adelphe », op. cit. ; Id., « La Vie anonyme de s. Adelphe de Metz plagiat de la Vie de s. Arnoul », AB 104 (1986), p. 185-186 ; C. Wilsdorf, « Remarques sur la première Vie connue de s. Adelphe de Metz et le pèlerinage de Neuwiller-lès-Saverne (IXe-XIIe siècle) », dans Mélanges offerts à Marcel Thomann, Revue d’Alsace 119 (1993), p. 31-41 ; M. Goullet, « La Vie d’Adelphe de Metz par Werinharius : une réécriture polémique ? », dans « Scribere sanctorum gesta ». Recueil d’études d’hagiographie médiévale offerts à Guy Philippart, Turnhout, Brepols, 2005, p. 451-476.

56 MGH, Dipl. L. d. Dt. : acte de 871. L’acte de Robert de Metz du 17 février 893 (Beyer, Mittelrheinisches UB, Bd 1 no 134e) atteste que Térence en est le saint patron. Th. Bauer, Lotharingien als historischer Raum, Raumbildung und Raumbewusstsein im Mittelalter, Cologne, 199 (Rheinisches Archiv, 136), p. 233, no 706.

57 Vita Adalberonis, MGH SS 4, p. 662. Le 22 nov. 1005, Henri II confirma les biens, D. H. II, no 104.

58 Sacramentaire de Hahot (Hongrie), XIIe s. pour une collégiale, Zagreb, Bibl. archiep., ms 126 ; Calendrier du Missel de Németujvár-Güssing XIII copié pour le diocèse de Zagreb, Güssing, Bibl. du couvent franciscain, ms 1/43 attestent du culte de Térence. Je remercie Madame Toth de ces renseignements.

59 Chronique, éd. Ch. Bruneau, t. I, Metz, Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, p. 93.

60 M. Goullet, Les saints du diocèse de Metz, op. cit.

61 La chronique rimée de la fin du XVe siècle, reprise par Philippe de Vigneulles montre Arnulf comme le dernier carolingien, qui porte le nom de l’ancêtre vénéré à Metz, et comme un roi qui meurt dévoré par la vermine, complétant l’image du tyran persécuteur que la Vie évoque. F. M. Chabert éd., Les Chroniques de la noble cité de Metz par Jean le Chatelain, réimprimées pour la première fois et précédées de notes bibliographiques, Metz, 1855. Voir F. Voltz, « Les chroniques en vers de la ville de Metz, étude historiographique », Cahiers Lorrains I (1991), p. 15-309.

62 Le comte Conrad d’Auxerre fut investi par Lothaire II de l’abbaye de Saint-Maurice et du duché de Bourgogne transjurane, dont il fit la conquête en 864, fondant un pouvoir qu’il transmit à son fils Rodolphe. En 888, l’aristocratie franque dépose Charles III, Rodolphe se proclama roi dans l’abbaye Saint-Maurice et tenta de s’emparer de la Lotharingie. Il reçu au printemps le sacre royal à Toul, mais se heurta à Arnulf et se replia. En 894, Arnulf désigna son fils Zwentibold, roi de Lorraine, comme roi de Bourgogne, qu’il envahit, mais Rodolphe parvint à se maintenir. F. Demotz, La Bourgogne, dernier des royaumes carolingiens (855-1056), Lausanne, 2008.

63 Gesta, MGH SS 10, p. 537 : Quorum temporibus inventum est corpus beati prothomartiris Stephani cum Gamaliele et Abybon atque Nichodemo. Hinc probatur, quod reliquiae beati Stephani, quibus ecclesia Mettensis suffragantibus irruptionem Hunorum evasit, ab apostolis beato Clementi sunt transmissae, ut in secundo vitae ipsius libello annotavimus.

64 S. Petit, « Saint Étienne, patron de la ville de Metz », Cahiers Lorrains, 2003, p. 15-35.

65 MGH SS 2, p. 262.

66 Au IXe siècle, un hymne à saint Étienne Notker de Saint-Gall MGH SS 4, p. 339, au Xe siècle, une lettre de l’évêque d’Halberstadt à Adalbéron II (984-1005), et vers 1050 Sigebert de Gembloux dans sa Vita Deodorici, p. 468 :... prothomartyris sanguis vera fide creditur pullulare in ecclesia urbis Mettensis, p. 461 : a... silicet sanguinis protomartyris pignus pretiosum.

67 Meurisse, Histoire des évêques, op. cit, p. 51.

68 J.-B. Pelt, Études sur la cathédrale de Metz. La liturgie, op. cit., p. 413, fête de la dédicace de la cathédrale : A dextra parte ponitur quoddam vas argenteum in quo continetur saxum cui adherent capilli sancti Stephani. J.-B. Pelt, Études sur la cathédrale de Metz. Textes extraits principalement des registres capitulaires (1290-1790), Metz, 1930, inventaire du 20 novembre 1567, p. 144 : « le caillou de Saint Estienne et son tabernacle », inventaire du 11 juin 1604, p. 183 « Item le caillou de saint Estienne enchassé d’argent doré, avec un ange audessus, y estans plusieurs cheveux dudit saint Estienne, pezant vingt et ung marckz », inventaire du 19 mars 1682, p. 223 : « Item un reliquaire d’argent doré dans lequel est enchassé le caillou de saint Estienne avec des cheveux dudit sainct... »

69 Lectio iv. Goëricus ex nobili prosapia Anselberti Senatoris, avi Sancti Arnulphi sui decessoris pronepos, in Aquitania primum lumen aspexit, ingenueque pro natalium splendore educatus est. Post exacta bonarum litterarum Tyrocinia, militaria secutus, dignitate Comes, deinde et Dux hujus Provinciae amplisimae potiorem administrationem suscepit. Non tamen sic haesit potestatis tantae muneribus, quin caelo intentus praecipua animi studia ad Dei obsequium revocaret, singulis enim noctibus ad majestatem aeterni Regis pacatius adorandam surgebat, die vero quolibet a turba et strepitu se subdicens divinam sibi gratiam ad agendum quae recta sunt flagitabat. Casto connubio copulatus, sic eo in vitae genere verfatus est, ut religiosa familiae directione, Pauli ad uxoratos praecepta juste factis adaequaverit. Ex immaculato thoro duas filias nimirum Preciam et Victorinam suscepit quae a cunctis duo ceu naturae miracula gratiaeque prodigia suspiciebantur. Tu autem.
Lectio v. Sed tam florenti benedictione dum Goëricus fruitur, Deus qui charos semper exercet ad meritorum augmentum, hac illum tribulatione affici permisit ut oculorum binis luminibus orbaretur. Quam quidem visitationem, dum filiali demissione suscipit, divina inspiratione Mediomatricarum civitatem petit, ratus fore ut beati Prothomartyris Stephani obtentu (cujus sacrum silex sanguine tinctum et capillis adglutinatum, quo inclytus ille martyr in capite percussus fuit asservatur) optatum lucis usum consequeretur. At ille quo caelitum patrocinium apud Christum demereretur, hortatu beati Arnulphi avunculi votivo munere basilicam extrui curavit Petro Apostolorum Coryphaeo nuncupatam, in qua Mystarum Collegium instituit nunc usque titulo sodalitii Canonicorum majoris domus sancti Petri conspicuam, in cujus dedicatione suae fidei et devotionis praemium retulit, utroque oculorurn restiuto lumine. Quo miraculo in numerosae plebis edito conspectu, Deo magna ut data est glorificatio, sic Goërico laetitia ingensque existimatio accesit.
Lectio vj. Post haec beatus Arnulphus qui solitudinis cupidus secessum jam pridem meditabatur, accepta occasione Goëricum divinae gratiae insignibus illustratum, successorem sacri muneris oinnium conssensu designavit, sacroque caractere insignivit. Qui quidem Episcopali solio sublimatus omni pietatis officio, omnisque virtutis pastoralis cultu coruscus emicuit. Nam tanta fuit abstinentia, ut ipsum vix Dominica die, aut sanctorum natalitiis, idem sol viderit comedisse, in oratione et lectione fuit sedulus, in sacrificiis assiduus, in ornatibus sacris magnificus. Ad Mosam Parthenonam in filiarum virginum gratiam condidit, quae aucto oppido adjacenti Spinalium poslea nomen induit. Tandem cum oves suas annos octodecim indefesa sollicitudine pavisset morbo pulsatus ad requiem, lecto cineribus consperso decubuit, in quo orans psallensque magno cura pietatis sensu et purae mentis tranquillitate defunctus est.

70 G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon », Bibliothèque de l’École des chartes, 131 (1973), p. 1-210.

71 Dom A. Calmet, Histoire de Lorraine, 2e éd., t. II, c. 171-72.

72 C’est le nom de la première abbesse ; son frère Widrade fit construire vers 722 le monastère pour elle. Elle mourut en 780. Voir Tribout de Morembert, « Faverney », DHGE, XVI, c. 750-55.

73 AASS Juillet II, p. 316-323.

74 G. Fahrenheim, « Une construction du premier art roman dans les Vosges, l’église du prieuré de Bleurville », Le Pays Lorrain, 1975, p. 3.

75 A. Wagner, « Meurtres dans les Vosges ; pèlerins et martyrs de l’époque carolingienne au XIe siècle », Cahiers Lorrains, 2007, p. 29-34.

76 M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul », Francia 52 (2001), p. 74 ; F. Cardot, « Le pouvoir aristocratique et le sacré au haut Moyen Age : sainte Odile et les Étichonides dans la Vita Odiliae », Le Moyen Âge 89 (1983), p. 173-193 ; Dom J. Mabillon, Acta OSB, III, 2, p. 489 : quidam episcopo nomine Herardo de partibus Bawariorum, C. Pfister, AB 13 (1894), p. 5-32 ; Levison, MGH SRM 6, p. 24-50.

77 L’abbaye exposait son voile avant la révolution.

78 BHL 3945, AASS Juillet III, p. 221-238 ; M. Goullet, « Les saints du diocèse de Toul », op. cit., p. 69 sq.

79 AASS Juillet III, p. 212 ; à Moyenmoutier un panneau des stalles représente Hydulphe et Erhard baptisant Odile.

80 AASS Juillet III, p. 223. Fêté le 8 janvier, on l’invoquait pour les maladies des yeux ; il devint le protecteur des hôpitaux. Il est représenté en vêtements sacerdotaux avec la crosse et le livre sur lequel apparaissent deux yeux symbole du miracle d’Odile.

81 Inversement, la Vie d’Albartus (BHL 218), un Anglais présenté comme un frère d’Erhard, rapporte qu’au retour d’un pèlerinage en Terre Sainte, Hildulf passant par Ratisbonne mourut et fut enterré aux côtés de son frère.

82 BHL 2590, AASS Janv. I, p. 535.

83 AASS Janv. I, p. 537.

84 F. Prinz, Frühes Monchtum im Frankreich. Kultur und Gesellschaft in Gallien (4-8. Jh.), Darmstadt, 1988, p. 386-87.

85 BHL 2591, AASS Janv. I, p. 539 : genere Gothorum parentibus licet gentilibus tamen nobilissimis natalibus ortus, civitate Narbonnensis.

86 M. Parisse, « Sigefroy, abbé de Gorze et le mariage du roi Henri III avec Agnès de Poitou (1043). Un aspect de la réforme lotharingienne », Revue du Nord, 86 (2004), p. 543-566.

87 H. Platelle, « Le problème du scandale : les nouvelles modes masculines aux XIe et XIIe siècles », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 53 (1975), p. 1075-1096. Raoul Glaber, Historiarum, livre V, chap. IX, prête à Guillaume de Volpiano cette réaction dans un sermon en 1017, Vita, PL 137, c. 716.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search