Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

Emmeran de Ratisbonne : image d’un saint aquitain en Bavière

Thierry Lesieur

Texte intégral

1Parmi les saints qui méritaient une place à cette table ronde figure incontestablement Emmeran. Ce personnage qui vécut à la fin du VIIe et au début du VIIIe siècle est en effet originaire d’Aquitaine où il exerça les fonctions d’évêque avant de partir pour la Bavière et y mourir en martyr. Il illustre donc parfaitement la thématique qui nous réunit aujourd’hui.

  • 1 On trouvera une présentation exhaustive des sources concernant l’hagiographie d’Emmeran dans l’ouv (...)
  • 2 Cf. la liste dressée par K. Babl (Emmeram von Regensburg, p. 12-20) que l’on pourra compléter par (...)

2La tradition hagiographique qui s’est développée autour d’Emmeran entre le VIIIe et XVIIIe siècle est riche1. La liste des études consacrées au saint ne l’est pas moins2. Mais en dehors des grandes lignes évoquées précédemment sur lesquelles s’accordent en général tous les historiens, de nombreuses questions restent encore en suspens concernant la vie d’Emmeran.

  • 3 Les dates avancées par les auteurs varient en effet de 652 (J. A. Endres, « Die neuendeckte Confes (...)
  • 4 S’appuyant sur un vide entre 675 et 677 dans la liste des évêques de Poitiers conservée dans un ca (...)

3Sa date de naissance, et surtout la date de sa mort restent objet de controverses en dépit de l’intérêt que la question du martyr du saint a suscité parmi les historiens3. Concernant la phase aquitaine de la vie d’Emmeran qui nous intéresse plus directement ici, les dates et le lieu d’exercice par le saint des fonctions d’évêque sont plus incertaines encore et également sujettes à discussion4.

  • 5 Dressant un bilan de la situation des recherches concernant Emmeran, l’historien estime en effet q (...)

4En résumé, les éléments historiques et archéologiques dont nous disposons aujourd’hui ne permettent de proposer des années aquitaines d’Emmeran qu’une reconstitution très approximative. Si, comme l’écrit Lothar Kolmer, la découverte de nouvelles données sur le saint paraît peu probable, l’espoir d’affiner notre connaissance de cette période de sa vie s’annonce mince5.

5Pour dépasser l’impasse dans laquelle paraît conduire la question de l’aquitanité d’Emmeran, il convient alors d’effectuer un retour aux documents d’où l’essentiel des éléments concernant la biographie du saint ont été tirés, c’est-à-dire la production hagiographique.

6Que nous dit précisément la tradition de la phase aquitaine d’Emmeran ? Avant d’entrer dans le détail, voici regroupés en un tableau synoptique les documents produits entre le VIIIe et le milieu du XIe siècle sur lesquels s’appuiera mon étude et les éditions auxquelles je ferai référence.

a. Arbeonis episcopi Frisingensis vitae sanctorum Haimhrammi et Corbiniani, éd. B. Krusch, MGH SRM, Hanovre, 1920, p. 1-99.
b. K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 65-67.
c. Liber de vita et virtutibus beati Emmerammi, PL 141, col. 973-986.
d. Historia sancti Emmerammi, éd. D. Hiley, Ottawa, The Institue of Mediæval Music, 1996.
e. Liber de vita..., col. 989-1090.

7Les informations concernant les origines aquitaines d’Emmeran que l’on peut tirer de ces différentes étapes de la production hagiographique sont les suivantes.

  • 6 In cujus Aquitaniae praedictae partibus pictavis vocabulo urbs antiqua sita dinoscitur : Arbeonis (...)
  • 7 Relicta igitur domo et immensis substantiis, tot parentum nobilium turbas deserens, in sede urbis (...)
  • 8 Sur Ansoald, évêque de Poitiers, cf. K. Debus, « Studien zu merowingischen Urkunden und Breifen. U (...)

8La version d’Arbéo fournit deux informations importantes, l’une d’ordre géographique, l’autre d’ordre généalogique. Emmeran, précise Arbéo, est né « dans une région d’Aquitaine où se trouve une ville antique du nom de Poitiers »6. Puis, ajoute-t-il quelques lignes plus loin, au moment de quitter sa terre natale pour se mettre en route vers l’Est, le saint prend soin de placer sur le siège de la cité déjà nommée (in sede urbis iam dictae7) un évêque pour le remplacer8. La seule ville ayant été nommée auparavant dans le texte étant celle de Poitiers, on peut en déduire de la version d’Arbéo qu’Emmeran est né à Poitiers, qu’il y fut éduqué et instruit avant d’y devenir évêque.

  • 9 Cf. n. 7. Sur les origines familiales d’Emmeran, ses « étroites connexions avec la cour du roi Clo (...)
  • 10 C. I. Hammer, « Arbeo of Freising’s Life and Passion... », p. 24-25.

9La seconde information sur les origines aquitaines d’Emmeran concerne la richesse et la noblesse de la famille dont est issu le saint. « Quittant sa maison et ses immenses revenus et abandonnant tant de nobles parents, écrit en effet Arbéo, Emmeran [...] imite l’exemple du patriarche Abraham auquel la voix divine avait ordonné de quitter sa terre, la maison de son père et toute sa lignée9. » Carl I. Hammer a suggéré que, parmi ces représentants de la lignée d’Emmeran, pourraient figurer le saint martyr et évêque d’Autun Leudegar, les supposés prédécesseur et successeur d’Emmeran sur le siège pontifical de Poitiers, Didon et Ansoald, tous ces dignitaires ecclésiastiques entretenant eux-mêmes des liens plus ou moins étroits avec la noblesse franque dès l’époque du roi Clothaire II (584-629)10.

  • 11 Cuius sacrato dogmate fulsit Pictavis inclite, Tota nimirum Gallia dilexit eius monita: K. Babl, E (...)
  • 12 K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 65.
  • 13 H. Röckelein, Otloh, Gottschalk, Tnugdal. individuelle und kollektive Visionsmuster des Hochmittel (...)

10Dans le poème qu’Hartwic compose quelques 250 ans plus tard figure de nouveau la référence à l’Aquitaine et à Poitiers, cette fois associée à l’activité prédicatrice d’Emmeran11. L’allusion aux origines familiales nobles est également reprise, avec cependant l’idée importante d’une transformation de la noblesse de sang en une noblesse de mérite. « Orné d’une ascendance familiale très illustre, écrit Hartwic, Emmeran acquit cependant en servant le Seigneur une noblesse plus grande encore par ses mérites12. » Au cours de sa vie, la noblesse d’Emmeran opère ainsi comme un changement de nature. De temporelle qu’elle était à l’origine en raison de son extraction familiale et géographique, elle devient ensuite spirituelle. Mais derrière cette transition du temporel au spirituel s’opère une autre évolution. L’expatriation permet en effet à Emmeran de démontrer que la noblesse dont il avait hérité par sa naissance et son lieu d’origine n’est pas seulement le fait de son lignage, mais bien un attribut personnel. La rupture – réelle ou simplement postulée par l’hagiographe – avec les origines fournit au saint l’occasion de démontrer sa valeur propre. Cette mise en scène du détachement de l’individu du groupe ou de la lignée à laquelle il appartient pour éprouver ses qualités personnelles à travers l’exil est à mettre en lien avec la montée, à Saint-Emmeran, d’une réflexion sur la notion de « personne13. » L’importance accordée à l’individu se confirme chez les hagiographes ultérieurs.

11« Il est en Aquitaine une ville d’hommes illustres, écrit Méginfrid dans la nouvelle version qu’il rédige une dizaine d’années après la composition du poème par Hartwic, très célèbre par ses titres, du nom de Poitiers, où Emmeran a été élevé au sein d’une famille chrétienne et envoyé dans les écoles étudier les lettres de l’institution sacrée. » Comme dans le poème d’Hartwic, Méginfrid insiste sur les qualités propres d’Emmeran dont le comportement annonce, dès sa jeunesse aquitaine, ce que son exil révèlera par la suite. « Chacun pressentait déjà, alors qu’il était enfant, ce qu’il allait devenir plus tard », lit-on en effet dans le premier paragraphe du De Vita et virtutibus beati Emmerammi.

  • 14 Sur Arnold de Saint-Emmeran, voir B. Bischoff, « Literarisches und künstlerisches Leben in St. Emm (...)
  • 15 Historia..., éd. D. Hiley, p. xix-xx.
  • 16 Ibid., no 21, p. 8.

12Le dernier document produit quelques années plus tard encore est l’œuvre d’Arnold de Saint-Emmeran14. Il se trouve dans un manuscrit regroupant ce que les musicologues nomment une « Histoire » (Historia sancti Emmerammi), c’est-à-dire l’ensemble des antiphonaires et des répons qui composent l’office du saint15. On lit en effet dans un répons du premier nocturne de matines : « par la volonté divine, Emmeran a reçu le siège pontifical à Poitiers (apud Pictavim16) ».

  • 17 Loc. cit.

13Nous disposons ainsi de quatre documents fournissant quatre informations différentes. Selon Arbéo, Emmeran serait né à Poitiers où il aurait été éduqué et promu à la dignité d’évêque. Selon Hartwic, il serait né en Aquitaine et aurait contribué à la renommée de Poitiers par son enseignement sacré (Cuius sacrato dogmate fulsit Pictavis inclite17). Selon Meginfrid, il aurait été nourri et éduqué dans les écoles de Poitiers. Selon la liturgie enfin, Emmeran aurait été évêque de Poitiers. Si l’on tient cependant compte de sa proximité chronologique avec les événements relatés et du fait qu’elle est la source dont dérive toute la tradition hagiographique entre le VIIIe et le XIIe siècle, la version d’Arbéo reste historiquement la plus fiable.

14Une lecture plus attentive, cependant, conduit à penser que la mention de la ville de Poitiers par Arbéo n’a pas tant pour but de fournir une information concernant le lieu de naissance d’Emmeran que d’introduire une problématique par la suite développée dans la Vie, celle de la noblesse de rang et de sang évoquée précédemment.

15Le fait que la production hagiographique ultérieure tende de plus en plus à lier la noblesse d’Emmeran et son exil à une forme particulière de sagesse amène à revoir la perspective dans laquelle est abordée la mention de l’Aquitaine dans le sens d’une plus grande attention portée à l’histoire de la philosophie et des idées. En raison même du petit nombre des informations fournies par ses hagiographes, en effet, la restitution du personnage historique trouve vite ses limites. Mais si la Vie ne nous livre que peu d’informations fiables sur Emmeran lui-même et sa biographie, elle s’avère en revanche riche d’enseignement concernant la représentation du personnage et son histoire à Freising et Ratisbonne. C’est ce changement de perspective que je vous propose ici. Du saint comme personnage historique au saint comme construit narratif et littéraire mis en avant par les auteurs de son lointain pays d’accueil.

  • 18 K. Bosl, « Der Adelsheilige – Idealtypus und Wirklichkeit, Gesellschaft und Kultur im merowingerze (...)
  • 19 Cf. discussion et références bibliographiques proposées plus loin.

16Mon hypothèse est que le martyr d’Emmeran présenté par Arbéo en termes de combat ne correspond pas seulement à la montée d’un nouveau modèle de sainteté noble (Adelheiliger18). Il renvoie plus profondément à un modèle textuel destiné à mettre en jeu le jugement du lecteur ou de l’auditeur à travers une confrontation des opposés. Et pour comprendre la raison de ce modèle, il faut tenir compte du contexte intellectuel régnant à Freising dans la seconde moitié du VIIIe siècle. La recherche a en effet bien montré l’importance du droit à Freising19.

  • 20 Oblitus est martir Dei Emmeramus ; populum suum et sicut ecclesia Babiloniam ita ille reliquit Aqu (...)

17C’est, je crois, dans ce contexte que doit être replacée la référence à l’Aquitaine et l’ambiguïté qui la caractérise dans l’hagiographie d’Emmeran, la notion d’Aquitania étant tantôt positivement connotée lorsque, comme sous la plume de Méginfrid, elle est associée à la notoriété et à la noblesse, et tantôt négativement connotée lorsque, comme dans certaines pièces liturgiques rédigées par Arnold de Saint-Emmeran à la même époque, elle est identifiée à la Babylone terrestre qu’Emmeran doit fuir pour gagner en spiritualité20. L’Aquitanité du saint ne peut pas être considérée en dehors de cet arrière-plan du droit qui préside à la rédaction de la Vita beati Haimrammi. Outre ses résonances proprement théologiques, la thématique du combat a pour fonction d’inviter le lecteur à dégager le sens de la Vita autour d’un cadre formel qui est celui de l’affrontement (agon), de la confrontation avec la négativité.

  • 21 K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 38-58.
  • 22 Un exemple très similaire et quasi contemporain de l’importance accordée aux noms de personne et à (...)

18Comme le rappelle K. Babl, en effet, l’une des étymologies possibles du nom Emmeran est « haim-raban », ce dernier terme – d’où le mot allemand Rabe est dérivé – désignant en vieil haut allemand le corbeau21. Connaissant le goût des hommes de l’époque pour ces jeux sur l’étymologie et la connotation négative qu’ils attribuaient à l’animal en raison de la couleur de son plumage, on comprend que le saint ait pu très rapidement incarner un symbole de confrontation avec la noirceur et la négativité en pays germanophone22. En quoi la Vie d’Emmeran est-elle l’histoire d’une confrontation avec la négativité ? Rappelons brièvement le parcours du saint tel qu’il nous est relaté par les hagiographes.

  • 23 Sur Théodon, duc de Bavière, voir l’article de référence d’E. Klebel, « Zur Geschichte des Herzogs (...)

19Alors qu’il exerce les fonctions d’évêque, Emmeran entend un jour parler du culte des idoles des Avares de Pannonie – c’est-à-dire de l’actuelle Hongrie – et forme immédiatement le projet de partir convertir ce peuple païen à la foi chrétienne. Après un long voyage qui le mène à travers la France, puis l’Allemagne, il s’arrête en Bavière où le duc Théodon lui demande d’accepter la charge d’évêque de Ratisbonne23. Bien que cette décision mette un terme à son projet de gagner la Hongrie, Emmeran se plie à ce qu’il interprète néanmoins comme l’expression de la volonté divine.

20Trois ans plus tard, alors qu’il a acquis dans sa terre d’accueil le statut d’évêque aimé et estimé de tous, la fille du duc Théodon vient le trouver et lui annonce qu’elle attend un enfant illégitime. Afin de sauver la malheureuse nommée Ota, Emmeran prend sur lui la faute en s’accusant d’être le père. Puis, après avoir pris soin de confier la vérité à un prêtre, il se met immédiatement en route pour Rome.

21Convaincu de la culpabilité de l’évêque que tout semble accuser, Landpert, fils du duc Théodon et frère d’Ota, se met en quête d’Emmeran et le rejoint trois jours plus tard à Helfendorf. Là, il se hisse sur un rocher, fait venir à lui l’évêque et l’accuse d’avoir souillé l’honneur de sa sœur et de sa famille. Face aux dénégations du saint, il brandit le bâton sur lequel il se tenait appuyé et frappe Emmeran au buste. Puis il le fait torturer par ses hommes jusqu’à la mort.

La Vie d’Arbéo

  • 24 Arbéo est l’auteur de deux Vies, l’une d’Emmeran et l’autre de Corbinien (cf. Arbeonis episcopi... (...)

22C’est presque un siècle après ces événements que l’évêque de Freising Arbéo compose, sans doute à la demande de l’évêque irlandais Virgile de Salzbourg, le premier récit de la vie d’Emmeran sous le titre Vie et passion de saint Emmeran24.

  • 25 Sur le personnage d’Arbéo, cf. G. Baesecke, « Bischof Arbeo von Freising », Beiträge zur Geschicht (...)
  • 26 K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 38.

23Bavarois d’origine, Arbéo est né dans le premier quart du VIIIe siècle, au plus tard en 72425. Il est tout d’abord clerc sous Erembert, évêque de Freising de 739 à 747. Son nom apparaît ensuite dans des documents de 754 sous le titre d’archipresbiter26. Entre 754 et 763, il est l’auteur de documents officiels et en 763, il devient abbé du monastère de Scharnitz, dans les Alpes bavaroises. Dès 765, il obtient, suite à sa nomination comme évêque, la direction du diocèse de Freising qu’il occupe jusqu’en 782-783. Il meurt le 4 mai 783.

  • 27 Arbeonis episcopi..., éd. B. Krusch, p. 1-26; K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 59-60.

24La Vita vel passio Haimrammi d’Arbéo nous est parvenue dans deux manuscrits qui représentent deux traditions distinctes. Je ne rentrerai pas ici, en raison de leur intérêt limité pour notre propos aujourd’hui, dans le détail des stemmata et des filiations27.

25Comme je l’ai mentionné, l’un des problèmes au centre des recherches sur la biographie du saint concerne les conditions et la date de son martyr. Que sait-on de la mort d’Emmeran d’un point de vue historique ? Peu de choses à vrai dire, du fait que la Vie d’Arbéo est la seule version des faits dont nous disposions. En l’absence d’autres sources, il est donc difficile d’effectuer des recoupements qui permettraient de mesurer quelle est la part d’historicité et de construit fictif dans le texte d’Arbéo. Ces recoupements ne sont cependant pas impossibles.

  • 28 Cf. K. Gamber, « Das Sakramentar von Aquileja im Raum der bayerischen Diözesen um 800 », Heiliger (...)

26Avec d’autres Vies composées à la même époque et notamment en Bavière, tout d’abord. Kilian subit en effet un sort similaire à Würzburg à la même époque. De même Corbinien, installé par la force sur le siège épiscopal de Freising par Pépin le Bref, est contraint de fuir pour le Sud Tirol à la mort de son protecteur. Tous ces meurtres se produisent à quelques décennies d’intervalle et dans la même région. Or, on sait par ailleurs qu’à la même époque s’élève un mécontentement des dignitaires ecclésiastiques de Bavière face au nombre toujours plus grand des évêques d’origine franque nommés chez eux. Ernst Klebel émet l’hypothèse d’un lien avec le schisme d’Aquilée et ses résonances en Bavière. Depuis le VIe siècle, en effet, la région était placée sous l’autorité du Patriarche d’Aquilée d’où venaient régulièrement des prêtres et des clercs. Jusque vers 800, bon nombre des livres de liturgie utilisés en Bavière venaient d’Aquilée28. Les meurtres de prélats tels que celui de saint Emmeran pourraient donc être l’effet plus ou moins direct d’une vague de contestation du pouvoir politique franc dans la région.

  • 29 Et si episcopus contra aliquem culpabilis apparet, non praesumat eum occidere, quia summus pontife (...)

27Le second recoupement concerne le domaine du droit. À l’époque où Arbéo rédige sa Vie et passion de saint Emmeran, apparaît dans la Loi des Bavarois composée au cours de la seconde moitié du VIIe siècle un article qui présente une forte similitude avec le martyr de saint Emmeran. « Si un évêque apparaît coupable à l’égard de quelqu’un, lit-on en effet, que l’on ne s’avise pas de le tuer – car c’est un prélat de haut rang –, mais qu’on le conduise devant le roi, le duc ou devant le peuple (ante plebem suam). Et s’il n’est pas en mesure de rejeter le crime dont il est accusé, qu’il soit alors jugé selon les canons29. »

  • 30 H. Brunner, Sitzungsberichte der berliner Akademie der Wissenschaft, 1901 ; I. Zibermayr, Noricum, (...)

28L’écho avec le meurtre du saint poitevin est évident et certains historiens ont émis l’hypothèse d’une « lex Emmerammi » spécialement composée pour l’occasion dans le but de mettre un terme aux pratiques ayant coûté la vie à saint Emmeran30. Dans son édition de 1957 cependant, Bernhard Bischoffpropose de renverser le lien de causalité. Selon lui, ce ne serait pas l’affaire Emmeran qui aurait suscité la rédaction de l’article de loi, mais au contraire la loi qui aurait fourni à Arbéo l’occasion d’insuffler à la tradition hagiographique le ressort dramatique qui lui faisait défaut. Rien ne permet cependant de vérifier cette hypothèse d’un essoufflement de la tradition.

  • 31 Concernant la « Loi des Bavarois », cf. l’édition récente de P. Landau, Die Lex Baiuvariorum. Ents (...)

29Plus récemment, L. Kolmer met à son tour en doute l’interprétation de B. Bischoff. Selon lui, la version d’Arbéo semble au contraire prouver que l’évêque de Freising n’avait pas connaissance de la Loi des Bavarois et de l’article en question. Ces renversements successifs démontrent toute la difficulté de la question en partie due au flou chronologique qui entoure les deux éléments mis en relation la Loi des Bavarois d’une part et la mort d’Emmeran d’autre part31.

30Mais en dehors des questions qu’elle soulève, l’intérêt d’une telle ouverture en direction du domaine juridique ne s’arrête pas là. On sait en effet qu’Arbéo avait une très bonne connaissance du droit qu’il avait étudié dans le nord de l’Italie – Arbéo était lui-même d’origine lombarde – et qu’il avait eu l’occasion de mettre en pratique dans le cadre de ses activités à la chancellerie épiscopale de Freising. Ce fait est tout à fait important car c’est bien effectivement en termes de droit qu’Arbéo exploite le potentiel sémantique du personnage Emmeran.

31La Vie d’Arbéo pourrait rendre compte d’un fait que la Loi des Bavarois ne permet pas de saisir de prime abord, à savoir que son élaboration est un compromis, une élaboration du droit ecclésiastique à partir du droit coutumier et par confrontation avec lui (l’interdiction d’exécuter un évêque sans procès suppose que, dans certaines conditions, un tel acte était admis par le droit).

  • 32 L. Kolmer, « Die Hinrichtung... », en particulier p. 19-23.
  • 33 H. Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, 19282.
  • 34 Cette description figure au tout début du 11e chapitre (Liber de vita et virtutibus..., PL 141, co (...)

32Cette interprétation rejoint les conclusions de L. Kolmer. Dans un article paru en 198732, l’historien allemand relevait en effet toute une série de similitudes jusque-là peu remarquées entre les procédures juridiques décrites par Heinrich Brunner dans son ouvrage sur l’ancien droit allemand et la version d’Arbéo33. Selon la loi coutumière allemande, en effet, le prince ne peut punir l’auteur d’un méfait commis sur ses terres qu’à condition que le crime soit récent. Si tel est le cas, le prince dispose de trois jours pour le rattraper. Si le délit est suffisamment grave, il peut alors procéder à l’exécution du criminel sans autre forme de procès qu’une accusation rituelle. On perçoit alors tout de suite le parallèle avec les termes dans lesquels Arbéo décrit la poursuite et l’arrestation d’Emmeran par le fils du Duc Landpert. Celui-ci ayant en effet réussi à appréhender le saint – précisément au bout de trois jours –, il le convoque alors manu militari tandis que lui-même se hisse solennellement sur une pierre au milieu de la maison (in ea domo lapis jacuit, super eum baculo inclinis stans34). Il prononce ensuite une longue accusation à l’encontre de l’évêque. Puis, ce dernier n’ayant pas véritablement cherché à se défendre, il frappe alors le saint sur la poitrine (tanti patris in pectus impegit) à l’aide du bâton sur lequel il se tenait appuyé et le fait ensuite mettre à mort.

  • 35 Notamment K. Babl (Emmeram von Regensburg, p. 123-125). Cf. le résumé des travaux par L. Kolmer(...)

33Ce rapprochement jette un jour nouveau sur les recherches, puisque cela suppose que Landpert n’agit pas, comme cela a longtemps été écrit35, sous le coup de la colère en dehors de tout cadre juridique, mais qu’il suit au contraire une procédure conforme au droit coutumier. Du coup, le sens construit par Arbéo dans sa Vie ne peut plus être aussi univoque qu’il paraissait à première vue. En effet, après avoir décidé de prendre sur lui la faute de la fille du Duc, Ota, Emmeran choisit non seulement de ne révéler la vérité qu’à un confident auquel il demande de garder le secret jusqu’à sa mort, mais il quitte de surcroît précipitamment Ratisbonne, donnant ainsi à son départ toute l’apparence d’une fuite.

34Autour du secret dont Emmeran voile son action miséricordieuse se construisent alors deux points de vue. Face à la version d’Emmeran pour partie prise en charge par Arbéo émerge le point de vue opposé, à la fois négatif et nécessaire, de Landpert qui, en raison du secret dont le saint couvre ses agissements, ignore qu’Emmeran n’est pas l’auteur du crime et aux yeux duquel tout accuse l’évêque fuyard. Le lecteur ne peut donc se passer de ce second point de vue également porteur d’une valeur de vérité et d’une conception propre du droit. Ce n’est qu’à travers cette confrontation des deux que le lecteur – ou l’auditeur – de la Vie pourra accéder à la vérité historique. Celle-ci requiert donc de sa part une capacité à mettre en œuvre un jugement équitable.

  • 36 L. Kolmer, « Die Hinrichtung... », p. 24.

35L. Kolmer a bien perçu cette construction par confrontation et mise en opposition et écrit : « Arbéo avait en tête un tout autre objectif. Il place en parallèle deux conceptions juridiques l’une à côté de l’autre. Il met en scène le vieux principe germanique de vengeance devenu obsolète et sans objet et donne à penser que le chemin vers Rome eût été plus conforme au droit36. » Ces deux opposés sont le droit séculier et coutumier d’un côté et l’appel à l’autorité du pape et au droit canonique et ecclésiastique de l’autre. Sans doute le lecteur est-il au bout du compte invité à opter pour le chemin qui mène vers Rome, mais seulement à travers un processus de confrontation.

  • 37 J. Marenbon, From the Circle of Alcuin to the School of Auxerre. Logic, Theology and Philosophy in (...)

36Si ces précisions permettent d’éclairer la présence du droit, elles n’expliquent pas les raisons du recours à la forme de la confrontation des opposés. Pour comprendre ce second aspect de la Vie d’Arbéo, il nous faut prendre en considération l’importance de la ville de Freising comme centre d’étude de la logique et de la dialectique au cours de la période carolingienne37.

37Du fait que le martyr d’Emmeran convoque implicitement deux conceptions du droit, la forme même de la confrontation des points de vue à laquelle il donne lieu entraîne l’émergence d’une question. Le récit hagiographique devient alors prégnant d’un élément propice à l’exercice dialectique.

38C’est cette intrusion de la dialectique sur le terrain de l’hagiographie que confirment les termes dans lesquels le successeur d’Arbéo et Hartwic, Méginfrid, choisit de reformuler le martyr du saint.

La Vie de Meginfrid

  • 38 Voir la lettre dédicatoire d’Arnold adressée à l’abbé Burchard intitulée Ad provisorem sancti Emme (...)

39C’est à la demande d’Arnold venu le rencontrer à Magdebourg que Méginfrid compose sa nouvelle version de la Vie qu’il fait parvenir au moine de Saint-Emmeran lorsque Burchard prend la direction de son abbaye en 1030-3138.

  • 39 De vita et virtutibus beati Emmerami, PL 141, col. 973-986. B. Krusch a montré que c’est à partir (...)

40Dans cette nouvelle version intitulée Vie et vertus de saint Emmeran39, Méginfrid prolonge deux éléments importants de la version d’Arbéo : (1) faire du martyr d’Emmeran le cœur d’une question dialectique amenant le lecteur à mettre en œuvre son jugement et (2) renforcer Emmeran comme symbole de confrontation avec la négativité.

41« Aucun lieu n’était trop vil, aucune personne trop humble, qu’Emmeran n’y cherchât le salut des âmes », commente Méginfrid à propos de la mission pastorale du saint. Cette volonté de confrontation avec la négativité culmine dans l’expérience du martyr.

  • 40 Liber de vita..., col. 978.
  • 41 Ibid.

42En dépit de son désir d’être mis à l’épreuve, le saint lui-même n’est pas à l’origine de sa funeste confrontation avec Landpert. Tel que Méginfrid choisit de le mettre en scène, en effet, c’est un adversaire dont le caractère impersonnel et négatif est souligné par le recours au terme générique de « faction envieuse » (invida pars40) qui décide de porter l’assaut final (suppremo congressu41). L’irruption de cette instance de négativité sans nom et sans visage qui se dresse tout à coup face au saint entraîne l’irruption dans le récit hagiographique de la forme textuelle de la question.

  • 42 Ibid.
  • 43 ... tale pugnandi genus invenit, ubi aut viscera charitatis occludenda, aut infamia sacri ordinis, (...)
  • 44 Dans son commentaire sur la Topique de Cicéron, Boèce écrit en effet que toute question naît de la (...)
  • 45 Loc. cit.

43« C’est alors que la faction envieuse [...] inventa un nouveau genre de combat tel que, ou bien Emmeran réussirait à enchaîner l’infamie par les viscères de la charité, écrit Méginfrid dans sa Vie et vertus de saint Emmeran, ou bien celle-ci se répandrait contre les ordres sacrés, faisant éclater le scandale dans l’église »42. C’est ainsi à travers deux propositions dont la mutuelle incompatibilité est soulignée par le « ou » exclusif (aut... aut43), que l’écolâtre de Magdebourg choisit de reformuler l’enjeu du martyr. Laquelle des deux propositions « réussir à enchaîner l’infamie par les viscères de la charité » ou bien « se répandre contre les ordres sacrés en faisant éclater le scandale dans l’église » Emmeran va-t-il démontrer comme étant vraie par l’épreuve de la mort ? En choisissant d’exprimer de la sorte le martyr du saint à travers ce que la logique reconnaît depuis Aristote comme le fondement même de la quaestio, c’est sa qualité polémique que Méginfrid fait ainsi ressortir44. Par cette intrusion de la dialectique, le récit hagiographique glisse subrepticement du mode narratif à celui du débat et de la dispute engendré par le surgissement de la quaestio. Par ce « nouveau genre de combat » (tale pugnandi genus invenit45) qu’il incarne, le martyr d’Emmeran devient ainsi le symbole d’une confrontation, non plus physique mais symbolique, avec la négativité du langage sous la forme de l’opposition et de la contradiction.

  • 46 Liber de vita..., col. 980.
  • 47 Ibid., col. 973-974.

44Parmi les différents visages que prend la négativité dans le récit figure celui du « tyran » Landpert (caeca tyranni praesumptio46). Mais, nous l’avons vu, ce dernier suit également le droit lorsqu’il venge l’honneur de sa famille selon les prescriptions de la loi coutumière. La présentation du martyr sous forme d’une question n’est ainsi que la manifestation dans le récit hagiographique de la tendance déjà soulignée à convoquer le point de vue du lecteur. Le récit n’apporte pas de réponse toute faite. C’est à celui qui le lit ou l’écoute de se forger sa propre opinion par la mise en œuvre de son jugement. Le récit hagiographique devient de la sorte une forme d’entraînement au libre arbitre. Cette connivence entre le récit hagiographique et le jugement du lecteur se manifeste par la mise en avant dans les documents hagiographiques postérieurs à Arbéo d’une forme de sagesse attachée à la vertu de tempérance. L’introduction de cette thématique déjà présente chez Hartwic devient plus évidente encore dans la version de Méginfrid47. Or, la tempérance suppose une mise en œuvre du jugement fondée non pas sur l’élimination de l’un des deux termes, mais sur la découverte d’une voie moyenne.

  • 48 Ibid., col. 973.

45Dès sa plus tendre enfance, écrit Méginfrid, « Emmeran reçoit le succès (favor) avec prudence, de telle sorte que ni la gloire ne diminue l’humilité, ni la dignité n’excite l’envie »48. La qualité première d’Emmeran réside ainsi dans sa capacité à trouver le juste équilibre entre le risque d’en faire trop et celui de ne pas en faire assez, entre l’excès d’orgueil et une nécessaire humilité, entre l’affirmation de sa « dignité » (dignitas) d’évêque et le souci de ne pas éveiller la jalousie par excès d’ostentation. En gérant ainsi sa vie sur le mode de la tempérance, Emmeran ne fait rien d’autre que se conformer au modèle divin. Par les incitations et les difficultés, explique en effet Méginfrid, « la modération divine envoyait tantôt les apôtres vers certains peuples, tantôt au contraire les en empêchait ». Le modèle apostolique illustre ainsi le mode de la tempérance choisit par Dieu pour régler le cours de l’histoire sainte.

  • 49 Le renforcement de la dimension affective du texte hagiographique est notamment dû à l’insertion d (...)
  • 50 O magni meriti virum antistitem Emmerammum, qui pro vita proximi animam posuit suam. Benignum Ihes (...)

46Porteur de potentialités dialectiques chez Arbéo, le martyr d’Emmeran tend de plus en plus à impliquer chez les auteurs ultérieurs un jugement du lecteur sur lui-même. Si c’est toujours le jugement du lecteur qui est en jeu, ce sont les modalités qui changent. Ce sur quoi il porte désormais n’est plus un objet extérieur – la loi et le droit –, mais soi-même. De cas d’école qu’il était chez Arbéo, le martyr se fait peu à peu cas de conscience. Cette évolution se traduit notamment par le passage d’une mise en scène assez impersonnelle à l’intrusion de l’humanité et du pathos49. Elle se traduit également par l’apparition, chez Méginfrid et surtout dans la liturgie consacrée au saint, de la thématique de l’imitation du Christ (imitatio Christi50). Emmeran agit en nouveau Christ animé par l’amour de son prochain. Le travail en profondeur de la négativité dans le texte hagiographique se manifeste alors par l’apparition d’une thématique absente de la version d’Arbéo, celle du double amour. Le saint n’est plus tout entier absorbé par l’au-delà et sa seule relation à Dieu. Il se tourne vers son prochain. Imiter le Christ, ce n’est plus tendre vers un idéal divin, c’est au contraire plonger dans la négativité pour y rencontrer – et sauver – un alter ego, un autre soi-même.

47Tandis qu’Emmeran incarne chez Arbéo un combattant en position de serviteur du Christ qui reste pour cette raison même à distance de ce dernier, dans un rapport de soumission et de subordination, il devient chez Méginfrid et les auteurs postérieurs un modèle du Christ lui-même. Emmeran ne se soumet plus au Christ comme le combattant à son seigneur sur le modèle féodal. Il cherche désormais à l’imiter. Et l’un des vecteurs essentiels sur lequel les hagiographes postérieurs à Arbéo se sont appuyés pour renforcer cette évolution de la relation de soumission à celle d’identification, est l’eucharistie. Emmeran n’est plus seulement un miles Christi. Par un ensemble d’éléments, les auteurs ont cherché à faire également de lui un symbole eucharistique.

  • 51 Emmeran est rejoint par Landpert le troisième jour, alors qu’il entame le chant des psaume à la tr (...)
  • 52 Landpert arrive en effet à Helfendorf alors que l’évêque est en train de célébrer une messe « en p (...)
  • 53 Ce « dédoublement identitaire » est bien corroboré par la liturgie elle-même, où Emmeran est loué (...)

48Par l’insistance sur le nombre trois tout d’abord, qui efface peu à peu la dimension juridique au profit d’une dimension liturgique et religieuse51. Par la présentation du martyr d’Emmeran comme un substitut de la célébration eucharistique ensuite52. Par le double statut de sacrifiant et de sacrifié qu’une telle posture suppose enfin, le saint apparaissant comme un prêtre offrant le sacrifice de son propre corps53.

  • 54 Ecclesiae quondam prophetice persuasum fuisse [...] ut suos relinqueret : insigne et memorabile es (...)

49Grâce à ce glissement de la subordination guerrière à l’identification autour du symbole eucharistique, Emmeran n’est plus pour le lecteur un modèle inaccessible, mais une figure l’invitant à la participation. Il n’incarne plus le combattant élu de Dieu et victorieux, mais le corps des fidèles dans leur ensemble sous les traits d’Ecclesia54.

50Un fait justifie l’attention plus grande portée depuis le début de cet article à l’histoire des idées et au contexte intellectuel ayant présidé à la production hagiographique. Il s’agit de l’accent particulier mis par Méginfrid et Arnold sur une forme de sagesse liée à la dignité et à la noblesse qu’Emmeran doit à son extraction géographique et familiale. L’Aquitaine serait-elle alors le pays de la sagesse ?

L’Aquitaine, pays de la sagesse ?

51Cette problématique de la sagesse apparaît liée à la volonté de souligner l’opposition qui permet au saint de progresser de la noblesse temporelle vers une noblesse spirituelle. Mais ce qui me semble important, c’est que cette forme de sagesse dont les hagiographes parent le saint est également celle attendue du lecteur lui-même. Nous l’avons vu, la dimension de quaestio que le martyr d’Emmeran porte en germe appelle de la part du lecteur une confrontation des points de vue, celui de l’évêque Emmeran et celui de Landpert. Opération de confrontation des contraires et de recherche d’une voie moyenne qui porte précisément le nom de « tempérance ».

  • 55 La forme de sagesse par laquelle se distingue Emmeran, explique en effet Méginfrid (Liber de vita. (...)

52Ce n’est donc qu’en faisant lui-même œuvre de tempérance que le lecteur pourra saisir la leçon du martyr du saint. Emmeran incarne ainsi un modèle d’exercice de la raison et de l’art de la tempérance pour le lecteur/auditeur55. En ce sens, la Vie remplit parfaitement l’une de ses fonctions principales, celle d’édification. Ce qui suppose un processus d’édification beaucoup plus subtil que la simple transmission d’un message univoque ou d’une vérité historique toute faite. L’histoire est en soi porteuse d’une question. Sa vérité est à construire et non pas donnée par avance.

53Cette sagesse, nous expliquent les trois hagiographes Hartwic, Arbéo et Méginfrid, Emmeran l’avait dès son enfance. Considérant le fait que la tradition hagiographique situe la phase d’éducation et d’instruction d’Emmeran en Aquitaine, cela signifie-t-il que les écoles d’Aquitaine jouissaient en Bavière d’une renommée particulière ? Rien ne permet de l’affirmer. La Vie du saint semble démontrer au contraire que c’est en s’exilant loin de sa terre natale que le saint réussit à développer cette sagesse dont l’hagiographie le dit doté. Si l’Aquitaine joue donc un rôle c’est plutôt de manière négative, parce que le saint sut rompre avec elle et s’en éloigner, ainsi que semble le confirmer l’identification de l’Aquitaine à la Babilone terrestre évoquée précédemment.

  • 56 Sur la thématique de la dignité d’Adam et du premier homme en général, cf. H. Baker, The Image of (...)
  • 57 J’ai cependant suggéré que la thématique de la dignité d’Adam était déjà perceptible dans une glos (...)

54Néanmoins, l’allusion au caractère illustre de Poitiers et à la noblesse de la lignée dont est issu le saint est peut-être à mettre en lien avec la mise en avant à Saint-Emmeran, au début de la seconde moitié du XIe siècle, d’une forme de sagesse héritée d’Adam avant la Chute56. Afin de justifier les études libérales en milieu monastique, les auteurs de l’abbaye bavaroise se sont en effet appuyés sur un texte de Grégoire le Grand pour montrer que l’homme dispose d’une forme de savoir dialectique inné concernant la nature. La mise en avant de cette sagesse dialectique divine leur fournissait ainsi une autorité de poids à opposer à ceux qui voulaient cantonner les moines à l’étude du psautier. Or, il se trouve que ce savoir est précisément fondé sur la confrontation des contraires à la base de la vertu de tempérance. Il n’est pas possible de dire cependant si ce débat autour des études était déjà d’actualité à l’époque où Méginfrid et Arnold composèrent leur version de la Vie57.

  • 58 Sur le renouveau du culte du saint au début du XIe siècle, cf. Ch. Rädlinger-Prömper (Sankt-Emmera (...)

55Mais la piste la plus forte qui nous ramène à notre point de départ est celle de la pensée de la négativité. Les raisons de la nette intensification du culte d’Emmeran que l’on observe dans la première moitié du XIe siècle n’est pas à rechercher seulement sur le terrain des pratiques dévotionnelles et religieuses58. Le regain d’intérêt pour le saint est également intellectuel et philosophique. Une dizaine d’années seulement après la composition de la Vie par Arnold était composée à Saint-Emmeran une Translation de saint Denys, c’est-à-dire un récit relatant le transfert des reliques de Denys l’Aréopagite de Paris à Ratisbonne. Ce saint n’est pas seulement le patron de la fameuse abbaye parisienne. Il est également l’auteur d’un groupe de textes de nature philosophique formant ce que l’on appelle communément le « corpus dionysien ». Or, c’est précisément à Saint-Emmeran qu’est réalisée vers le milieu du XIe siècle la première copie des écrits dionysiens depuis l’époque carolingienne. La concomitance entre la rédaction de la Translatio et le regain d’intérêt pour la pensée dionysienne prouve que le culte du saint répondait également à des motivations liées à l’histoire de la philosophie et des idées.

  • 59 Liber de vita..., col. 1027.

56L’évocation du contexte intellectuel à Freising et Ratisbonne proposée précédemment permet alors de ressaisir cet arrière-plan théorique attaché au culte du saint. L’intérêt de la Vie ne se limite pas au seul domaine hagiographique. À travers sa vie, et surtout son martyr, Emmeran incarne également un modèle logique fondé sur la mise en jeu de la négativité. Ce que démontre finalement la tradition hagiographique attachée au personnage d’Emmeran, c’est l’étroite imbrication du religieux et du philosophique résultant du mode de fonctionnement fondamentalement polysémique de la pensée symbolique. Entrecroisement et mutuelle implication des deux champs que le mot d’ordre d’Arnold dans son Livre des miracles et de la mémoire de saint Emmeran résume au mieux. « Non seulement le bien peut-être utile à la production du Bien, mais également le mal »59, écrit-il en effet, ou comment intégrer la négativité à un modèle d’ordre chrétien.

Notes

1 On trouvera une présentation exhaustive des sources concernant l’hagiographie d’Emmeran dans l’ouvrage de référence de Karl Babl (Emmeram von Regensburg. Legende und Kult, Verlag Michael Lassleben, Kallmünz, 1973, p. 38-125).

2 Cf. la liste dressée par K. Babl (Emmeram von Regensburg, p. 12-20) que l’on pourra compléter par l’article de fond de Lothar Kolmer, « Die Hinrichtung des hl. Emmeram », dans Regensburg und Bayern im Mittelalter, Ratisbonne, 1987 (Studien & Quellen zur Geschichte Regensburgs, 4), p. 9-3 et la bibliographie plus récente que l’auteur y propose.

3 Les dates avancées par les auteurs varient en effet de 652 (J. A. Endres, « Die neuendeckte Confessio des hl. Emmeram zu Regensburg », Römische Quartalschrift, 9 (1895), p. 1-55) à 715 (G. Mayr, « Zur Todeszeit des heiligen Emmeram und zur frühen Geschichte des Klosters Herrenchiemsee », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 34 [1971], p. 358-373), soit une fourchette chronologique couvrant plus de cinquante ans. La date néanmoins communément retenue par les historiens est celle proposée par Ernst Klebel qui situe la mort du saint entre 685 et 690.

4 S’appuyant sur un vide entre 675 et 677 dans la liste des évêques de Poitiers conservée dans un catalogue, E. Klebel proposait de placer au cours de ces deux années l’épiscopat d’Emmeran (E. Klebel, « Zur Geschichte... », p. 165-205). Certains historiens ont néanmoins mis en doute la fiabilité de la mention de Poitiers par Arbéo de Freising dans sa Vita Haimhrammi (cf. L. Kolmer, « Die Hinrichtung... », p. 11, n. 8). Pour de nouvelles hypothèses sur le pontificat d’Emmeran et son contexte politique à Poitiers dans la seconde moitié du VIIe siècle, cf. l’article de C. I. Hammer, « Arbeo of Freising’s Life and Passion of St Emmeram », Revue d’Histoire ecclésiastique, 101 (2006), p. 5-36.

5 Dressant un bilan de la situation des recherches concernant Emmeran, l’historien estime en effet que, en l’état actuel des connaissances, ni la question de la date du martyr du saint ni celle du personnage historique ne justifient la réouverture du dossier (L. Kolmer, « Die Hinrichtung... », p. 9-10).

6 In cujus Aquitaniae praedictae partibus pictavis vocabulo urbs antiqua sita dinoscitur : Arbeonis episcopi..., éd. B. Krusch, p. 27. Le terme Pictavis désignant la ville de Poitiers se rencontre dès le IVe siècle, chez un auteur tel que saint Jérôme par exemple (Commentarii in IV epistulas Paulinas, lib. 2, PL 26, col. 480).

7 Relicta igitur domo et immensis substantiis, tot parentum nobilium turbas deserens, in sede urbis iam dictae alium constituens episcopum [...] per divinam praecipitur vocem exire de terra sua et de domo patris sui et de cognatione sua : Arbeonis episcopi..., éd. B. Krusch, p. 30, l. 27-p. 31, l. 13.

8 Sur Ansoald, évêque de Poitiers, cf. K. Debus, « Studien zu merowingischen Urkunden und Breifen. Untersuchungen und Texte », Archiv für Diplomatik, 14 (1968), p. 96-106 et 186-189.

9 Cf. n. 7. Sur les origines familiales d’Emmeran, ses « étroites connexions avec la cour du roi Clothaire II » et son lien avec le saint martyr et évêque d’Autun Leudegar et avec ses possibles prédécesseur et successeur sur le siège pontifical de Poitiers, Didon et Ansoald, cf. C. I. Hammer, « Arbeo of Freising’s Life and Passion... », p. 23-30.

10 C. I. Hammer, « Arbeo of Freising’s Life and Passion... », p. 24-25.

11 Cuius sacrato dogmate fulsit Pictavis inclite, Tota nimirum Gallia dilexit eius monita: K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 65.

12 K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 65.

13 H. Röckelein, Otloh, Gottschalk, Tnugdal. individuelle und kollektive Visionsmuster des Hochmittelalters, Frankfurt am Main [etc.], Lang, 1987; S. Gäbe, Otloh von St. Emmeram « Liber de temptatione cuiusdam monachi ». Untersuchung, kritische Edition und Übersetzung, Bern [etc.], Lang, 1999; P. R. Romanello, Il labirinto della storia. La logica delle tentazioni diaboliche in Otlone di Sant’Emmerano, Bergamo, Lubrina, 1999 (Quodlibet ; 11) ; T. Lesieur, Devenir fou pour être sage. Construction d’une raison chrétienne à l’aude de la réforme grégorienne, Turnhout, Brepols, 2003 (en particulier p. 202-205) ; E. E. Joyce, Visions, Reading and Identity in the Monastic Culture of the Eleventh and Twelfth Centuries : Otloh of St Emmeram and Guibert of Nogent, Ann Arbor (Michigan), Dissertation Services, 2004.

14 Sur Arnold de Saint-Emmeran, voir B. Bischoff, « Literarisches und künstlerisches Leben in St. Emmeramwährend des frühen und hohen Mittelalters », Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktiner-Ordens und seiner Zweige, 51 (1933), p. 102-142 (réédité dans Mittelalterliche Studien, vol. 2, Stuttgart, 1967, p. 77-115) ; F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen âge, vol. 2, Turnhout, Brepols, 1996, p. 422-424 ; « Arnold von St Emmeram », Verfasserlexikon, vol. 1, éd. K. Langosch, 1978, p. 464-470 ; F. W. Bautz, « Arnold von St Emmeram », Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 1, 1990, col. 233-234.

15 Historia..., éd. D. Hiley, p. xix-xx.

16 Ibid., no 21, p. 8.

17 Loc. cit.

18 K. Bosl, « Der Adelsheilige – Idealtypus und Wirklichkeit, Gesellschaft und Kultur im merowingerzeitlichen Bayern des 7. und 8. Jhs », dans Gesellschaftgeschichtliche Beiträge zu den Viten der bayerischen Stammesheiligen Emmeram, Rupert, Korbinian, Freiburg-München, 1965, p. 167-187.

19 Cf. discussion et références bibliographiques proposées plus loin.

20 Oblitus est martir Dei Emmeramus ; populum suum et sicut ecclesia Babiloniam ita ille reliquit Aquitaniam. Reliquit illa domum quondam patris sui regis Babilonici principis huius mundi ; reliquit et ille domum suam. Historia..., éd. D. Hiley, p. 42.

21 K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 38-58.

22 Un exemple très similaire et quasi contemporain de l’importance accordée aux noms de personne et à leur étymologie est fourni, à Saint-Emmeran même, par un auteur tel qu’Othlon, lequel essaie de comprendre en quoi l’évêque de Ratisbonne Wolfgang – qu’il traduit en latin par lupambulus – mérite son nom de « loup errant » (Othlon de Saint-Emmeran, Vita Wolfgangi, AASS Nov. II, 1, Bruxelles, 1894, p. 567-568).

23 Sur Théodon, duc de Bavière, voir l’article de référence d’E. Klebel, « Zur Geschichte des Herzogs Theodo », Verhandlungen des historischen Vereins für Oberpflaz und Regensburg, 99 (1958), p. 165-205 (réédité dans Zur Geschichte der Bayern, éd. K. Bosl, Darmstadt, 1965 [Wege der Forschung 40], p. 172-224). Cf. également A. Klingsporn, Beobachtungen zur Frage der Bayerisch-Fränkischen Beziehungen im 8. Jh., Freiburg, 1965; R. Reiser, Die Agilolfinger, Pfaffenhofen, 1985; H. Wolfram, « Baiern und das Frankenreich », dans Die Bajuwaren. Von Severin bis Tassilo (488-788), München, 1988, p. 130-135; W. Störmer, « Das Herzogsgeschlecht der Agilolfinger », ibid., p. 141-152; J. Jahn, Ducatus Baiuvariorum. Das Bairische Herzogtum der Agilolfinger, Stuttgart, 1991 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 35); R. Holzinger, « Theodo, Herzog von Bayern », Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 11, 1996, col. 858-859.

24 Arbéo est l’auteur de deux Vies, l’une d’Emmeran et l’autre de Corbinien (cf. Arbeonis episcopi..., éd. B. Krusch). Sur Arbéo de Freising, cf. l’article et la bibliographie proposés par F. W. Bautz, « Arbeo (Aribo, Arbo), Bischof von Freising », Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 1, 1990, col. 205.

25 Sur le personnage d’Arbéo, cf. G. Baesecke, « Bischof Arbeo von Freising », Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur, 68 (1945), 75 sq. ; J. A. Fischer, « Bischof Arbeo als Begründer des geistlichen Freising », Frigisinga, 39 (1956), no 10 et 12 ; F. W. Bautz « Arbeo von Freising », Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 1, 1990, col. 205.

26 K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 38.

27 Arbeonis episcopi..., éd. B. Krusch, p. 1-26; K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 59-60.

28 Cf. K. Gamber, « Das Sakramentar von Aquileja im Raum der bayerischen Diözesen um 800 », Heiliger Dienst, 30 (1976), p. 66-71.

29 Et si episcopus contra aliquem culpabilis apparet, non praesumat eum occidere, quia summus pontifex est, sed mallet eum ante regem vel ducem aut ante plebem suam. Et si convictus crimine negare non possit, tunc secundum canones ei iudicetur. Lex Baiuvariorum, I, 10, 1.

30 H. Brunner, Sitzungsberichte der berliner Akademie der Wissenschaft, 1901 ; I. Zibermayr, Noricum, Baiern und Österreich. Lorsch als Hauptstadt und die Einführung des Christentums, Horn, 19562 (cf. le résumé des tenants et opposants d’une « lex Emmeram » dans K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 35).

31 Concernant la « Loi des Bavarois », cf. l’édition récente de P. Landau, Die Lex Baiuvariorum. Entstehungszeit, Entstehungsort und Charakter von Bayerns ältester Rechts-und Geschichtsquelle, München, 2004 (Bayerische Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-Historische Klasse. Sitzungsberichte, 3). également l’ouvrage d’Isabella Fastrich-Sutty, Die Rezeption des westgotischen Rechts in der Lex Baiuvariorum, Cologne, Heymanns, 2001.

32 L. Kolmer, « Die Hinrichtung... », en particulier p. 19-23.

33 H. Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, 19282.

34 Cette description figure au tout début du 11e chapitre (Liber de vita et virtutibus..., PL 141, col. 960).

35 Notamment K. Babl (Emmeram von Regensburg, p. 123-125). Cf. le résumé des travaux par L. Kolmer (« Die Hinrichtung... », p. 17 et références bibliographiques, ibid., no 50).

36 L. Kolmer, « Die Hinrichtung... », p. 24.

37 J. Marenbon, From the Circle of Alcuin to the School of Auxerre. Logic, Theology and Philosophy in the Early Middle Ages, Cambridge-Londres-New York [etc.], Cambridge University Press, 1981, p. 30-66. L’auteur y évoque notamment un manuscrit de logique comportant des notes de la main de Leidrad (From the Circle..., p. 42 et 52). Plus récemment, Jörg Ulrich a cependant remis en cause l’identification du Leidrad évêque de Lyon avec le Leidradus de Freising (« Leidradus von Lyon », Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 16 (1999), col. 951-953.

38 Voir la lettre dédicatoire d’Arnold adressée à l’abbé Burchard intitulée Ad provisorem sancti Emmerammi quid debeat ei vel rationi (PL 146, col. 993 C) et la chronologie proposée par David Hiley (Historia..., p. xi). Sur Arnold et Méginfrid, voir F. Brunhölzl, Histoire de la littérature..., p. 422.

39 De vita et virtutibus beati Emmerami, PL 141, col. 973-986. B. Krusch a montré que c’est à partir de la version B que Meginfrid a travaillé, en élagant encore un peu plus les mots compliqués (MGH SRM 4, p. 470, no 1). La version de Meginfrid a été transmises dans un grand nombre de manuscrits. À ceux énumérés par Krusch dans son édition de 1904 (p. 471), il faut ajouter Clm 1805, Clm 14871, Clm 14872 et Clm 21551 (K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 64, no 215). Cela lui valut une certaine diffusion, et notamment son intégration à quelques grandes collections telle que le Légendier de Windburg (Legendarium Windburgense) et le Grand Légendier autrichien (Magnum legendarium Austriacum). La légende de saint Emmeran n’est cependant pas retenue dans la Légende dorée de Jacques de Voragine. Elle ne réapparaît que dans le Prosapassional et dans des versions en langue allemande (K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 68).

40 Liber de vita..., col. 978.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 ... tale pugnandi genus invenit, ubi aut viscera charitatis occludenda, aut infamia sacri ordinis, in Ecclesiae scandalum, foret displodenda. Liber de vita..., col. 978.

44 Dans son commentaire sur la Topique de Cicéron, Boèce écrit en effet que toute question naît de la confrontation de deux propositions contradictoires et que sa résolution nécessite l’élimination de l’une des deux propositions (Boèce, In Topica Ciceronis, PL 64, col. 1048-1049).

45 Loc. cit.

46 Liber de vita..., col. 980.

47 Ibid., col. 973-974.

48 Ibid., col. 973.

49 Le renforcement de la dimension affective du texte hagiographique est notamment dû à l’insertion de dialogues où les personnages expriment leurs doutes et leurs états d’âme sur un ton très théâtral et chargé d’émotion. Ainsi l’inquiétude d’Ota face à son état : « Que faire ? Quel conseil suivre ? La perspective de l’accouchement réclamait une solution rapide et leur faute faisait peser sur eux une menace de mort ». 978 B. Cf. également la longue tirade de Landpert face à Emmeran : « Pourquoi as-tu ainsi souillé celle qui fut pour son père une fille et pour moi une sœur ? [...] Est-ce cela que d’être évêque ? Est-ce ainsi que tu es notre ami ? [...] Est-ce là notre récompense pour tout ce que nous avons fait pour toi, nous qui t’avons accueilli alors que tu étais étranger et sans ressource et qui t’avons permis de gagner la révérence de tous par nos bienfaits ? ». Ibid., col. 980.

50 O magni meriti virum antistitem Emmerammum, qui pro vita proximi animam posuit suam. Benignum Ihesum est namque imitatus martir invictus. Historia..., éd. D. Hiley, p. 38

51 Emmeran est rejoint par Landpert le troisième jour, alors qu’il entame le chant des psaume à la troisième heure de la journée.

52 Landpert arrive en effet à Helfendorf alors que l’évêque est en train de célébrer une messe « en présence des saintes reliques ». Tout se passe alors comme si l’office interrompu par l’irruption du prince se poursuivait par le martyr de l’évêque lui-même, substitut vivant du sacrifice eucharistique. Cette dimension eucharistique apparaît dès le poème d’Hartwic, où on lit : Horam decantans tertiam, mixturus eucharistiam [...] pro proximo se obtulit et formam Christi suscipit (K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 67).

53 Ce « dédoublement identitaire » est bien corroboré par la liturgie elle-même, où Emmeran est loué pour son statut concommittant de prêtre et d’hostie : Emmeramus [...] carnem suam multipliciter tibi fecit hostiam, p. 23 et Beatus Emmerammus, revera gregis tuis, Christe, sacerdos et hostia.... Historia..., éd. D. Hiley, p. 29.

54 Ecclesiae quondam prophetice persuasum fuisse [...] ut suos relinqueret : insigne et memorabile est. Oblivescere populum tuum [...] Oblitus est martir Dei Emmerammus ; populum suum et sicut ecclesia Babiloniam, ita ille reliquit Aquitaniam. Historia..., éd. D. Hiley, p. 42.

55 La forme de sagesse par laquelle se distingue Emmeran, explique en effet Méginfrid (Liber de vita..., col. 973), est fondée sur l’usage de la raison (pondere rationis) et la capacité à la modération du langage (moderata locutio).

56 Sur la thématique de la dignité d’Adam et du premier homme en général, cf. H. Baker, The Image of Man. A Study of the Idea of Human Dignity in Classical Antiquity, the Middle Ages and the Renaissance, New York, 1961; T. Kobusch, Die Entdeckung der Person. Metaphysik der Freiheit und modernes Menschenbild, Darmstadt, 1993; De dignitate hominis. Mélanges offerts à C.-J. Pinto de Oliveira, éd. A. Holderegger, R. Imbach & R. Suarez de Miguel, Fribourg, 1987. Sur le cas particulier de la dignité de l’homme à Saint-Emmeran de Ratisbonne, cf. T. Lesieur, « Les gloses du manuscrit Clm 14137 : Othlon et la pensée dionysienne », Francia, 31/1 (2004), p. 152-163.

57 J’ai cependant suggéré que la thématique de la dignité d’Adam était déjà perceptible dans une glose d’Othlon sur les écrits dionysiens (« Les gloses... », p. 158 sq.) correspondant probablement aux années 1030-1040 où Othlon enseignait à l’école monastique. Elle pourrait donc être contemporaine des versions de Méginfrid et d’Arnold.

58 Sur le renouveau du culte du saint au début du XIe siècle, cf. Ch. Rädlinger-Prömper (Sankt-Emmeram in Regensburg Regensburg. Struktur-und Funktionswandel eines bayerischen Klosters im früheren Mittelalter, Kallmünz, 1987, p. 143-213) et K. Babl (en particulier le chapitre intitulé « Der Höhepunkt der Emmeramsverehrung in der ersten Hälfte des 11. Jahrhunderts-Arnold von St. Emmeram », dans Emmeram von Regensburg, p. 153-169).

59 Liber de vita..., col. 1027.

Table des illustrations

Légende a. Arbeonis episcopi Frisingensis vitae sanctorum Haimhrammi et Corbiniani, éd. B. Krusch, MGH SRM, Hanovre, 1920, p. 1-99.b. K. Babl, Emmeram von Regensburg, p. 65-67.c. Liber de vita et virtutibus beati Emmerammi, PL 141, col. 973-986.d. Historia sancti Emmerammi, éd. D. Hiley, Ottawa, The Institue of Mediæval Music, 1996.e. Liber de vita..., col. 989-1090.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Chercheur rattaché au CESCM de Poitiers.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search