Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

Saint Maximin de Trèves, un Aquitain ?

Klaus Krönert

Texte intégral

  • 1 Vita Ia Maximini (BHL 5822), éd. par G. Henschen dans AASS Maii VII (1866), p. 21-25.

1Maximin était, au IVe siècle, évêque de Trèves, ville mosellane qui est devenue, vers 800, la métropole de la province ecclésiastique de la Première Belgique. Le premier texte narratif qui a été consacré à ce saint, est la Vita Ia Maximini rédigée à Trèves quatre siècles après sa mort, par un auteur anonyme1. Rien ne laisse supposer que d’autres textes hagiographiques, rédigés auparavant mais aujourd’hui perdus, ont existé.

  • 2 Cf., par exemple, Ph. Diel, Der heilige Maximin und der heilige Paulinus, Bischöfe in Trier, Trève (...)
  • 3 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle, Paris, 1980, p. 52 : « ...il serait de m (...)
  • 4 E. Ewig, Trier im Merowingerreich, Trèves, 1954, p. 35 : « Eine bedeutsame Stütze für die Nachrich (...)
  • 5 Cf. A. H. Pohlsander, « Maximinus und Paulinus », Trierer Zeitschrift, 59 (1996), p. 119-170, ici (...)

2Pour le premier hagiographe de Maximin il n’y a pas de doute : son héros était originaire de l’Aquitaine, et pendant longtemps – jusqu’au XIXe siècle2 – cette croyance a persisté. C’est seulement au XXe siècle, que ces origines étrangères ont été mises en question et, aujourd’hui, trois opinions prédominent : il y a ceux qui considèrent la patrie aquitaine de Maximin comme purement légendaire, notamment N. Gauthier3, d’autres pour qui il est fort probable qu’il s’agit d’un souvenir lointain et factuel, comme E. Ewig4, et enfin ceux qui n’osent pas trancher entre ces deux extrêmes, par exemple H. Pohlsander5.

3Afin de revisiter ce problème, nous avons mené une recherche organisée en quatre parties : d’abord, nous avons présenté la première Vie de Maximin et soulevé les questions de la datation et de la raison d’être de ce texte. Ensuite, nous avons examiné la méthode avec laquelle l’hagiographe a élaboré son œuvre, sans toutefois aborder le problème de la patrie du saint. Cette question se trouve au centre de la troisième partie. Finalement, nous avons encore analysé de quelle manière d’autres hagiographes de Trèves ont abordé les origines de Maximin.

La Vita Ia Maximini

  • 6 Cf. note 1 ; les deux manuscrits les plus anciens sont Paris, BnF lat. 15029, XIIe siècle, fol. 14 (...)
  • 7 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 47-55.
  • 8 H. Pohlsander, « Maximinus et Paulinus... »
  • 9 E. Winheller, Lebensbeschreibungen der vorkarolingischen Bischöfe von Trier (Rheinisches Archiv 27 (...)
  • 10 W. Berschin, Biographie und Epochenstil im lateinischen Mittelalter, t. III, Stuttgart, 1991, p. 6 (...)

4La Vita Ia Maximini (BHL 5822) est éditée dans les Acta Sanctorum par G. Henschen. Les deux manuscrits les plus anciens sont conservés à Paris et à Trèves ; datés tous les deux du XIIe siècle, ils sont relativement tardifs6. La Vie a fait l’objet de plusieurs analyses récentes : les plus importantes réalisées avec une approche plutôt historique, sont celles de N. Gauthier7 et d’H. Pohlsander8 ; E. Winheller9 et W. Berschin10 ont mis l’accent sur des aspects philologiques.

  • 11 La « biographie » comporte cap. I, 1-4, pages 21-22 de l’édition des AASS Maii VII, la « translati (...)

5La Vie elle-même est organisée en trois parties d’une longueur à peu près égale : la première est consacrée à la vie terrestre du saint et à sa mort en Aquitaine, la deuxième à la translation de son corps à Trèves et la troisième à ses miracles post mortem11.

  • 12 Dans le prologue, l’hagiographe rappelle aux lecteurs l’importance de vénérer les saints et de sui (...)
  • 13 Ibid., cap. I, 2, p. 21 :... Maximinus, Aquitaniae originem duxit provinciae.
  • 14 Ibid. : Frater vero eius Maxentius nomine, et alter Maximus, tertius vero Jovinus, et Sancta eorum (...)
  • 15 Ibid.: Tunc Maximinus perrexit in Galliam, quia audiverat opinionem B. Agricii Episcopi...
  • 16 Ibid.: Quod, ut Sancto notum est Maximino, se confitebatur fore tali indignum honore... Tunc S. Ag (...)
  • 17 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 2-4, AASS Maii VII, p. 21-22.
  • 18 Ibid., cap. I, 2, p. 21: Tunc Ariana haeresis per totum orbem [...] coepit grassari ac pullulare, (...)
  • 19 Ibid., cap. I, 3, p. 21:...Maximinus Synodum congregavit publice in urbe Agrippinensi, coepitque c (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., cap. 1, 4, p. 22:... mortuusque est Praesul in praefata provincia, et sepultus est in coeno (...)

6Après un bref prologue très topique12, l’auteur évoque, tout au début de la première partie, la patrie et la famille du saint : originaire de l’Aquitaine13, il avait trois frères, Maxence, Maxime et Jouin ainsi qu’une sœur, Maxima ; avec deux de ses frères, Maxence et Jouin, il aurait reçu les bases de l’érudition ; l’un d’eux, Maxence, serait devenu, par la suite, évêque de Poitiers14. Ensuite, l’hagiographe se consacre uniquement à la vie de Maximin : la réputation d’Agritius, à l’époque pontife de Trèves, était si grande qu’il décida de quitter les siens et de s’en aller en Gaule15. Plus tard, après la mort d’Agritius, le peuple de Trèves le choisit comme son successeur sur le siège mosellan16. Son épiscopat17 est, selon l’hagiographe de la Vita Ia, marqué par deux épisodes : d’abord, le saint est présenté en tant que fervent adversaire de l’arianisme18. Il organisa donc un synode à Cologne – réunion qui, telle qu’elle est décrite, n’a, sans doute, jamais eu lieu – afin de destituer de son siège Eufratas, évêque hérétique de la métropole rhénane19. Le deuxième épisode majeur de l’épiscopat de Maximin concerne un pèlerinage à Rome en compagnie de saint Martin de Tours. Pendant leur voyage, Maximin, chargé de surveiller les bagages, s’endormit, et un ours mangea leur bête de somme. Après avoir découvert le malheur, l’évêque de Trèves appela l’ours et lui ordonna de porter les bagages. En compagnie de la bête sauvage, les deux pontifes continuèrent leur voyage à Rome où ils vénérèrent les reliques de saint Pierre ; sur le chemin de retour, Maximin relâcha enfin l’animal20. L’auteur explique ensuite qu’afin de ne pas mourir sans avoir revu ses frères, le pontife mosellan quitta la ville de son siège, pour retourner en Aquitaine. Il y mourut peu de temps après et fut enterré dans un monastère du diocèse de Poitiers21.

  • 22 Ibid., cap. I, 5, p. 22 : ... eodem tempore S. Paulinus Trevirorum ordinatus est Pontifex...
  • 23 Ibid., cap. I, 7, p. 22: S. Paulinus igitur civitatis Antistes, in basilicam S. Johannis, quam ant (...)
  • 24 Cf. N. Gauthier, Province ecclésiastique de Trèves, Topographie chrétienne des cités de la Gaule, (...)

7La deuxième partie de la Vie est consacrée à la translation du saint à Trèves. Le successeur de Maximin, Paulin22, décida de récupérer le corps du saint. Un important groupe d’habitants de Trèves partit alors en Aquitaine, afin d’enlever les reliques dont les Aquitains ne voulaient pas se séparer. L’opération réussit et saint Maximin fut enterré dans l’église Saint-Jean23 de Trèves, futur monastère Saint-Maximin24.

  • 25 Vita Ia Maximini, cap. II, 13, AASS Maii VII, p. 24.
  • 26 Ibid., cap. II, 15, p. 24 : Sufficiant igitur vobis pauca, quae supra memoravimus, de Beati viri m (...)

8La troisième et dernière partie de la Vie a pour thème les miracles du saint à Trèves : il s’agit, pour l’essentiel, de miracles de guérisons dont les plus importantes sont celles de Charles Martel et de trois personnes de l’entourage de Pépin, dont Gumbert, l’un de ses petits-fils25. Un très bref épilogue, comme le prologue, assez topique, indique clairement la fin du texte, tel que l’auteur l’avait conçu. C’est ce qui permet d’avoir recours à l’ensemble des miracles pour dater la Vie26.

  • 27 Ibid., cap. II, 13, p. 24 : Nec hoc praetereundum, Fratres, opinor, quod Pipinus Rex Clericum suum (...)
  • 28 Cf. W. Berschin, Biographie und Epochenstil..., p. 66.

9À quel moment ce texte fut-il rédigé ? Un miracle de Maximin, effectué en faveur de Pépin qui est déjà appelé « roi », nécessite comme terminus post quem l’an 75127. La langue, selon W. Berschin, pas encore sous l’influence de la réforme carolingienne, fournit comme terminus ante quem les années 79028. Une datation plus précise ne peut se faire qu’à partir d’enjeux à caractère politique, c’est-à-dire, à partir de la causa scribendi.

  • 29 Cf. H. H. Anton, « Trier von der Spätantike bis in die ausgehende Karolingerzeit », dans 2000 Jahr (...)

10Commençons cette enquête par une remarque préliminaire : durant la plus grande partie du VIIIe siècle, Saint-Maximin dépendit de l’évêque de Trèves. C’est seulement sous Charlemagne, probablement entre 770 et 780, qu’il devint un monastère royal29. Par conséquent, les moines de cette abbaye défendirent, jusqu’à cette époque, non seulement leurs propres intérêts, mais aussi ceux du pontife de Trèves.

  • 30 Cf. note 19.
  • 31 Cf., à propos de ce concile, N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 447 sq. ; cf. également H. Heine (...)

11Afin d’aborder maintenant les questions de savoir quand et pour quelle raison la Vita Ia Maximini a été écrite, il y a, dans ce texte, un passage suggérant qu’il doit son existence à une rivalité entre les Églises de Trèves et de Cologne : il s’agit de l’épisode relatant comment Maximin a destitué Eufratas de son siège, lors d’un concile à Cologne30. Celui-ci est censé avoir eu lieu en 346, comme nous l’indiquent les actes qui nous sont également parvenus. Cependant, depuis L. Duchesne, il ne fait pratiquement plus de doute qu’il s’agit-là d’un faux réalisé au VIIIe siècle à Trèves, très probablement en même temps que la Vita Ia Maximini31.

  • 32 Cf. E. Ewig, « Milo et eiusmodi similes », dans Sankt Bonifatius, Gedenkgabe zum zwölfhundertsten (...)

12Les deux textes avaient alors, semble-t-il, pour objectif de contrecarrer les projets de Boniface visant à réorganiser, dans la deuxième moitié du VIIIe siècle, l’Église franque : nommé à cette fin, en 732, « archevêque sans siège », il voulait accorder au siège de Cologne une place centrale afin de mieux contrôler les autres sièges de la région, notamment celui de Trèves, dont les évêques suscitaient de plus en plus son mécontentement. Soutenus par Charles Martel (714-741), qui avait besoin d’alliés politiques, ceux-ci s’étaient permis de mener des vies peu conformes à celles d’hommes d’Église32. L’Église de Cologne constituait alors une menace pour l’Église de Trèves, et dans ce contexte, le message de la Vita Ia Maximini et des faux actes du concile de 346 est clair : les vrais gardiens de la foi se trouvaient toujours à Trèves, les évêques de Cologne, en revanche, avaient un passé hérétique. Dès lors, faire contrôler les évêques de Trèves par leurs homologues de Cologne, ainsi que les projets de Boniface le prévoyaient, aurait été une grave erreur.

  • 33 Cf. ibid. ; cf. également L. Falck, « Mainz im frühen und hohen Mittelalter (Mitte 5. Jh. bis 1244 (...)

13Toutefois, si l’on cherche maintenant à déterminer le moment exact auquel la Vita Ia Maximini a été rédigée, on se heurte à un problème chronologique : dès 746/747, Boniface fut contraint, par les seigneurs carolingiens, les maires du palais, de choisir, à la place de Cologne, le siège de Mayence comme siège principal. Mais à Mayence aussi, il n’arriva pas à s’imposer et, déçu par d’innombrables ennuis, il repartit finalement en mission chez les Frisons, où il subit le martyre en 754. Chrodegang de Metz (742-766), puis Willicaire de Sens (769-778), furent ses successeurs en tant qu’archevêques33. Cette chronologie montre donc que la Vie de Maximin, écrite après 750, a été rédigée à un moment où le projet d’accorder au siège de Cologne le premier rang dans l’Église franque, n’était plus d’actualité. Par conséquent, sa rédaction ne peut pas être interprétée comme une réaction directe au plan du missionnaire anglais.

14Qu’est-ce qui peut alors avoir motivé les clercs de Trèves à rédiger, en 751 ou un peu plus tard, la Vita Ia Maximini et les faux actes du concile de Cologne ? Faute d’indices concrets dans les sources, il ne nous reste qu’à avancer une hypothèse : comme la Vie de Maximin ne contient pas de passages révélant une hostilité contre Mayence, autre ville qui risquait de prendre, dès 746/747, plus d’importance que Trèves, on peut alors supposer que l’hagiographe considérait le choix de ce siège comme « solution provisoire ». à long terme Cologne, dont le choix était seulement rendu impossible par les circonstances du moment, paraissait toujours plus menaçante.

  • 34 Mentionnons encore un argument supplémentaire rendant très probable que la Vita Ia Maximini fut éc (...)

15En ce qui concerne un terminus ante quem possible pour cette Vie, remarquons encore que la Vie de Maximin ne contient pas non plus la moindre allusion à Metz, ville qui aurait pu menacer la position de Trèves à partir du moment où Chrodegang recevait, en succédant ainsi à Boniface, le titre d’archevêque, c’est-à-dire déjà à partir de 754. C’est ce qui rend probable que ce texte a été rédigé avant ce moment34.

16Pour conclure cette discussion de datation, nous proposons donc, comme période de la rédaction de la première Vie de Maximin, les années 751-754. Elle semble être écrite afin de défendre les intérêts de l’évêque de Trèves contre son homologue de Cologne.

Le premier hagiographe de Maximin au travail

  • 35 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 53-56, qui discute en détail tous les documents, dont ceu (...)
  • 36 Cf. L. Duchesne, Les fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. II, Paris, 1910, p. 299. Seulement (...)
  • 37 E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 17, montre un passage copié de la Vie de saint Martin ou (...)
  • 38 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 2, 4, AASS Maii VII, p. 21 ; K. Krönert, La construction du passé de (...)

17En mettant, pour l’instant, entre parenthèses le problème des origines aquitaines, analysons maintenant la méthode de travail de l’hagiographe : celui-ci a, comme nous l’avons déjà indiqué, élaboré son œuvre environ quatre siècles après la mort de son héros. Une simple lecture du texte montre qu’il ne savait que peu de choses sur lui. Sur les deux événements de l’épiscopat qu’il relate, il y en a un – celui du concile de Cologne – qu’il faut considérer comme une construction réalisée pour les nécessités politiques du moment. Et l’autre, consacré au pèlerinage à Rome en compagnie de saint Martin, a un caractère fort anecdotique et n’a, sans doute, jamais eu lieu : Maximin n’a sûrement pas exercé la charge épiscopale après 351, date à laquelle son successeur Paulin était déjà en place35, et saint Martin est devenu évêque vers 37136. Il faut donc croire que ce voyage s’appuie sur une tradition orale de l’époque ou qu’il a été inventé par l’hagiographe pour augmenter le prestige de l’évêque de Trèves : les sources relatives au saint le plus célèbre de la Gaule – notamment la Vita Martini de Sulpice Sévère, que l’hagiographe de Maximin connaissait bien –, n’en font pas mention37. En ce qui concerne les noms d’autres saints associés, dans la Vie, à Maximin, Lubentius et Quiriace, ils sont ici pour la première fois attestés38.

  • 39 Cf. W. Berschin, Biographie und Epochenstil, p. 68 qui montre à quel point le motif de l’ours étai (...)
  • 40 C’est ce qui est le plus probable, même si les indications dans le texte sont très rares ; cf. par (...)

18On peut alors constater que l’épiscopat de Maximin a été décrit, par son hagiographe, sans recours aux sources écrites. (Au moins, il est aujourd’hui impossible de les déterminer et même de déterminer que de tels textes ont, à l’époque, existé.) Uniquement des modèles pour certains motifs peuvent être déterminés sans qu’on sache pour autant s’ils ont l’auteur directement inspiré : il s’agit des Vies contennant des histoires animalières similaires à celle de la Vita Maximini39. En ce qui concerne les miracles, l’hagiographe a, sans doute, eu recours aux traditions orales40.

  • 41 Constance l’a grâcié, après la mort de Constantin.
  • 42 Cf. Athanase, Apologia contra Arianos, c. 87, PG 25, col. 405-408.
  • 43 Cf. ibid., c. 49 sq., PG 25, col. 337 sq. et ID., Epistola ad episcopos Aegypti et Lybiae, c. 8, P (...)
  • 44 Jérôme, Chronicon, ad a. 343, GCS 47, p. 236 : Maximinus, Treverorum episcopus, clarus habetur, a q (...)
  • 45 Cf. Athanase, Apologia contra Arianos, c. 49 sq., PG 25, col. 337 sq. : Galliae, Maximianus (c’est (...)
  • 46 Cf. Athanase, Epistola ad episcopos Aegypti et Lybiae, c. 8, PG 25, col. 555 sq : Itaque si quae s (...)
  • 47 Cf. notamment la Lettre synodale des évêques orientaux, dans Hilaire, Fragmenta Hist. III, 27, CSE (...)
  • 48 Hilaire, Fragmenta Hist., II, 15, CSEL 62, p. 131-143 :...sed ignorasse vos negabitis Athanasio, cu (...)
  • 49 Cf. note 35. Ajoutons que Maximin figure dans d’autres textes encore, par exemple dans l’Historia (...)

19Ce manque de sources écrites est, en effet, assez surprenant car nous sommes relativement bien renseignés sur cet évêque grâce à plusieurs textes antiques dont au moins certains auraient pu être connus de notre auteur. Maximin nous est surtout connu comme fervent adversaire de l’arianisme et son sort est étroitement lié à celui d’Athanase d’Alexandrie : celui-ci fut banni en 335 par Constantin le Grand à Trèves où il résida jusqu’en 33741. Athanase lui-même mentionne ce séjour dans la métropole mosellane dans l’Apologie contre les Ariens, mais – hélas – sans préciser qui y avait exercé la charge épiscopale42. Il est pourtant probable qu’il s’agissait de Maximin ; l’évêque d’Alexandrie l’a mentionné dans d’autres contextes à plusieurs reprises43, tandis qu’Agritius, prédécesseur de Maximin, ne figure pas dans ses écrits. Athanase devait encore retourner une deuxième fois à Trèves, en 343 (jusqu’en 346), et, cette fois-ci, il n’y a aucun doute sur son séjour chez Maximin : Jérôme le relate dans sa chronique, en précisant que l’évêque de Trèves l’accueillit avec beaucoup d’honneur44. Mais Maximin ne fut pas uniquement le soutien du pontife d’Alexandrie, mais aussi l’un des acteurs majeurs dans la lutte contre l’arianisme. Athanase le mentionne parmi ceux qui étaient personnellement reçus par Constant45 et il le nomme dans sa liste des évêques orthodoxes directement après Hosius, fervent adversaire d’Arius dès le concile de Nicée (325)46. De plus, Hilaire de Poitiers, lui aussi très engagé pour la foi catholique, explique, au moment où il aborde dans ses écrits le déroulement du concile de Sardique, en 343, que Maximin figurait parmi ceux qui furent condamnés par les Orientaux ariens47. Hilaire lui consacra même une note personnelle parce que l’évêque de Trèves n’avait pas hésité à communier avec Athanase48. La date de la mort de Maximin est inconnue ; nous savons seulement que Paulin prit sa succession sur le siège de Trèves, au plus tard en 35149.

20Si l’hagiographe de Maximin n’a manifestement pas fait de grands efforts pour obtenir des informations factuelles sur le personnage historique du saint, il faut tout de même lui attester certaines qualités d’auteur : en commençant et en terminant la « biographie terrestre » de Maximin par sa naissance et par sa mort en Aquitaine, il a réalisé une composition parfaitement symétrique. De plus, l’histoire de l’ours qui mange la bête de somme pendant que Maximin dormait, a un côté fort amusant.

D’où vient saint Maximin ?

21L’hagiographe avait-il des indices pour croire ou des raisons pour faire croire que son héros était originaire de l’Aquitaine et qu’il était mort dans cette région ? Examinons d’abord tous les détails qu’il donne à propos de la patrie présumée de Maximin, en commençant par les frères et la sœur du saint.

  • 50 Cf. L. Duchesne, Les fastes épiscopaux..., t. II, p. 77.
  • 51 Cf. ibid., p. 81 sq.
  • 52 Cf. Fr. Chamard, « Saint-Maximin de Trèves, saint Athanase et les semi-ariens », Revue des questio (...)
  • 53 Cf. Fr. Chamard, « Saint Maximin de Trèves... », p. 69 ; E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 34  (...)
  • 54 Le nom latin Maximus, tel qu’il est noté dans la Vita Ia Maximini, donne en français habituellemen (...)
  • 55 G. Henschen a fait, dans le commentaire de l’édition des AASS Maii VII, p. 22, une suggestion : Ma (...)

22Ceux-ci ne peuvent pas, en effet, être identifiés en tant que tels : il existe dans la liste épiscopale de Poitiers, certes, un évêque qui s’appelle Maxence, mais il y occupe la quatorzième place, tandis que Hilaire (ca. 350-367), contemporain de Maximin, se trouve à la neuvième position50. Il ne pouvait donc pas être le frère de Maximin. D’ailleurs, L. Duchesne, doutait même qu’un évêque de Poitiers appelé Maxence ait réellement existé ; pour lui, il est beaucoup plus probable que l’évêque de ce nom, mentionné dans la liste épiscopale, avait été, en réalité, abbé du monastère Saint-Maixent dans les Deux-Sèvres51. Mais, celui-ci, ayant vécu 150 ans après Maximin de Trèves, ne pouvait pas non plus, par conséquent, être son frère52. Ensuite, nous connaissons un certain Jouin, considéré comme disciple d’Hilaire ou de Martin, qui est censé avoir fondé un monastère à Ension, portant aujourd’hui le nom de Saint-Jouin-de-Marnes53. Selon la tradition, il ne mourut qu’au Ve siècle, donc assez tard pour avoir un lien fraternel avec Maximin. Puis, dans cette région, nous connaissons encore un certain Maxime ou Mesme : considéré, lui aussi, comme disciple de Martin et mort, semble-t-il, en 515, il a également vécu trop tard pour être le frère de Maximin de Trèves54. Finalement, Maxima, la sœur présumée de Maximin, nous est complètement inconnue55.

  • 56 On peut même parler d’un Spannungsbogen, c’est-à-dire d’un suspense qui monte lentement mais sûrem (...)
  • 57 Cf. Vita Ia Maximini, cap. 1, 5, AASS Maii VII, p. 22 : Tunc Aquitani suorum videntes constantiam, (...)
  • 58 Cf. ibid. : Tunc sopore depressi tam custodes quam reliquus populus, veniens Angelus Domini Beatum (...)
  • 59 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 5, AASS Maii VII, p. 22 : Et inde surgentes cum magno gaudio et laet (...)
  • 60 Cf. ibid., cap. I, 5-7, AASS Maii VII, p. 22 ; cf. M. Heinzelmann, « Einhards “Translatio Marcelli (...)

23En ce qui concerne le récit de la translation des reliques de Maximin à Trèves – deuxième passage susceptible de contenir des éléments prouvant l’historicité des origines du saint – il faut également constater qu’aucune information de l’hagiographe ne résiste à un examen approfondi. Loin de là ! Il est pratiquement sûr, que ce récit est une pure invention de l’hagiographe, inspirée, peut-être, par d’autres récits de translation. Regardons de plus près ce passage de la Vie qui, dans l’ensemble, est très bien racontée. Il contient plusieurs éléments narratifs qui, en retardant le déroulement de l’action, créent de véritables moments de suspense56 : quand les habitants de Trèves arrivèrent en Aquitaine, ils ne savaient même pas où chercher la tombe du saint. Ils ne la trouvèrent qu’après l’indication d’un jeune vacher. Mais, les Aquitains, désirant garder le saint corps, voulurent contraindre le groupe mosellan à prendre le chemin du retour dès le lendemain. Puis, convaincus qu’ils l’avaient intimidé, ils commencèrent à s’enivrer57. À ce moment-là, les habitants de Trèves n’avaient pas encore la moindre idée comment accéder aux reliques de leur évêque et c’est seulement grâce à un ange qu’ils furent sauvés de leur situation désespérée. En même temps, cette apparition donne une légitimité au futur vol de reliques qui, autrement, aurait pu être considéré comme un crime. En effet, l’ange leur indiqua où se trouvait la clef de la tombe de Maximin. Le suspense est ensuite à son comble quand l’hagiographe raconte comment les habitants de Trèves prirent cette clef que le gardien avait cachée sous sa tête pendant son sommeil, comment ils enlevèrent le corps et remirent la clef, après le vol, à l’endroit où ils l’avaient prise58. Puis, ils repartirent immédiatement pour leur ville. Les Aquitains prirent leur départ nocturne pour une fuite et c’est seulement quelque temps après – à la troisième heure de la nuit (donc vers 9 heures) –, qu’ils découvrirent qu’il s’agissait en fait d’un vol réussi. Le suspense du récit rebondit encore une dernière fois, lorsqu’ils se mettent immédiatement à la poursuite des habitants de Trèves59. Au bout de trois jours, ils les avaient presque rattrapés, mais la clémence divine approuva une fois encore ce furtum sacrum et mit enfin un terme définitif à cette chasse, en déclanchant un grand orage. Après avoir vécu autant d’aventures, la joie des habitants de Trèves fut sans limites et le reste du chemin se passa de manière plus paisible, on dirait presque en marche triomphale : Maximin put effectuer des miracles – encore un signe que le vol s’était passé avec l’accord du saint – jusqu’à son arrivée à Trèves60.

  • 61 Cf. M. Heinzelmann, « Einhards “Translatio Marcellini et Petri”... », p. 284.
  • 62 Cf. Vita Boniti, éditée et commentée par B. Krusch, MGH SRM 6, p. 110-139, p. 112 (commentaire) et (...)
  • 63 Cf., par ex., le pèlerinage de Martin et de Maximin à Rome : l’image de ce dernier qui, endormi, n (...)

24Cette deuxième partie partage quelques caractéristiques avec la première partie de la Vie. Il est impossible d’en déterminer les sources. Seulement quelques modèles prouvant que certains motifs étaient, à cette époque, bien connus, se laissent dégager : il s’agit notamment du passage relatif au vol de reliques pendant que les gardiens enivrés dorment. Quelques années plus tard, en 830, Eginhard décrit comment un prêtre d’Hilduin vola des reliques de Marcellin et de Pierre, alors que tous les gens, qui avaient réalisé cette translation, dormaient plus ou moins assommés par l’alcool61. De même, le motif d’une opposition ferme à une translation, cassée seulement grâce à une intervention divine, ne semble pas avoir été rare : l’hagiographe de saint Bonet de Clermont, travaillant quelques années avant l’auteur de la Vie de Maximin, relate par exemple comment les clercs de Lyon, où Bonet était mort, empêchèrent tout transfert de ses reliques à Clermont, jusqu’à ce que le saint lui-même manifesta, lors d’une vision, sa volonté d’y retourner62. La deuxième caractéristique que la deuxième partie de la Vie de Maximin partage avec la première, concerne les techniques narratives : la composition est à nouveau très réfléchie et, comme lors de l’épisode qui porte sur le pèlerinage à Rome, l’auteur s’est avéré capable de captiver son public en introduisant des rebondissements et des éléments comiques63.

  • 64 Cf. note 43 et 49.
  • 65 Cf. note 44.
  • 66 Cf. note 48.
  • 67 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 52, no 94 : « Notons qu’Hilaire de Poitiers, une des prin (...)

25S’il est ainsi impossible de prouver l’historicité des origines aquitaines de Maximin par la Vie la plus ancienne du saint, les doutes sur sa patrie présumée se renforcent encore par d’autres observations. D’abord, il faut constater qu’aucun auteur antique ayant mentionné l’évêque de Trèves, n’a précisé d’où il venait. Certes, on peut admettre que cette question était secondaire pour les auteurs grecs comme Athanase et Sozomène64 et qu’une telle information n’avait pas sa place dans une chronique comme celle de Jérôme65. En revanche, il est beaucoup plus difficile d’expliquer pourquoi Hilaire de Poitiers n’avait pas mentionné les origines aquitaines de Maximin66. Il est en effet peu probable qu’il ait voulu dissimuler le fait qu’un si courageux évêque, comme celui de Trèves, était un compatriote. Loin de là, on se serait plutôt attendu à une certaine fierté, un patriotisme de clocher : grâce à l’engagement des Aquitains pour la vraie foi, l’Aquitaine entière se serait révélée « terre sainte ». Ainsi, ce silence d’Hilaire sur les origines aquitaines de Maximin est, pour N. Gauthier, l’un des indices le plus parlant que celles-ci n’ont aucun fondement historique67.

26Ensuite, l’examen de la méthode de travail de l’hagiographe a montré que celui-ci n’avait manifestement pas voulu rédiger une biographie au sens moderne du terme, c’est-à-dire un texte qui porte sur le personnage historique. Du fait qu’il ignorait tout de ce qui est aujourd’hui connu de Maximin et qu’il n’avait même pas consulté la chronique de Jérôme, texte qui a connu une diffusion assez large, il faut croire que la reconstruction des actes que Maximin avait accomplis au IVe siècle, ne l’intéressait que peu. Écrire une Vie agréable à lire et proposant un modèle à suivre qui, de plus, contenait un message politique important, semble avoir été sa véritable préoccupation. Pourquoi alors croire que dans un tel texte les origines aquitaines du saint représentent l’une des rares, voire la seule information factuelle ?

27Toutefois, si nous n’avons pas pu montrer que la patrie de l’évêque de Trèves est réellement l’Aquitaine, nous n’avons pas non plus découvert d’indice prouvant que ces origines sont fausses. Il est donc possible que l’auteur de la Vita Ia Maximini ait repris une information, oralement transmise jusqu’à son époque. Certaines observations rendent une telle hypothèse possible.

  • 68 L’Aquitaine est une région mal définie au haut Moyen Age. Nous la comprenons dans un sens assez la (...)
  • 69 Cf. L. Charbonneau-Lassay, « Les sépultures franques et le culte de saint-Maximin de Trèves durant (...)
  • 70 Cf. J.-L. Lemaitre, Le calendrier des Heures de Saint-Pierre-du-Queyroix, Musée du pays d’Ussel, M (...)
  • 71 Cf. J.-L. Lemaitre, Le calendrier..., p. 157 ; J. Nadaud, Pouillé historique..., p. 522.
  • 72 M. Zender, Räume und Schichten mittelalterlicher Heiligenverehrung in ihrer Bedeutung für die Volk (...)

28D’abord, il faut constater que Maximin est le seul saint de Trèves vénéré dans le diocèse de Poitiers et l’un des rares vénérés dans l’ancienne Aquitaine68 : ainsi, trouve-t-on, pas loin de Poitiers et à proximité de Loudun, l’église de Mouterre-Silly, lieu auquel nous allons encore revenir69. Puis, à Limoges, il y a deux églises qui lui sont dédiées : le prieuré et la cure de Magnac-Laval70 ; une autre église placée sous son vocable est la chapelle Saint-Maximin à Collonges, en Corrèze71. Il serait facile de prolonger cette liste72. Toutefois, on se heurte toujours au même problème : ignorant le moment exact de la naissance du culte, nous ne savons pas, si Maximin y était vénéré parce qu’il était aquitain, ou parce que les gens le considérait comme un aquitain après avoir lu sa Vie.

  • 73 Le texte de Grégoire consacré aux miracles du saint de Trèves, est répertorié, dans la BHL, sous l (...)
  • 74 Cf. par exemple, A. Angenend, Heilige und Reliquien, Munich, 1997, p. 149-166.
  • 75 Cf. le Martyrologium Hieronymianum, AASS Nov. II, p. 280 (l’un des manuscrits les plus anciens: Ec (...)
  • 76 Cf. M. Zender, Räume und Schichten..., p. 209 sq., précise que les prêtres participant à cette pro (...)

29La première hypothèse gagne cependant en probabilité grâce à quelques observations relatives aux cultes : nous savons, grâce à Grégoire de Tours, que Maximin était vénéré en tant que saint, au plus tard, dès le VIe siècle73. De plus, l’existence d’un culte local est souvent liée à la présence de quelques reliques du saint sur place74. On peut alors facilement imaginer que les habitants de Trèves qui ont récupéré, au IVe siècle, le corps du saint, aient offert, lors du voyage, aux églises des régions qu’ils traversaient, quelques particules de la dépouille. En revanche, il est peu probable qu’il y ait eu, à des époques postérieures, plusieurs translations destinées à diffuser des morceaux de corps de Maximin en Aquitaine. Ajoutons à cela encore une autre observation : la fête principale de Maximin est le 29 mai, qui est considéré comme jour de la translation de ses reliques. C’est cette date qui figure dans le martyrologe hiéronymien, qui se trouve dans le calendrier dit de Willibrord (VIIIe siècle) et à laquelle le saint était vénéré à Trèves. Le jour de sa mort, le 12 septembre75, en revanche, n’a jamais détenu une grande importance, sauf à Magnac-Laval, en Aquitaine : c’est là qu’une procession avec une ostension des reliques de saint Maximin semble avoir eu lieu encore au XIXe siècle76. Si ces fêtes, ainsi que leurs significations – jour de mort et jour de translation – sont réellement anciennes, on peut y voir un indice prouvant que Maximin est mort en Aquitaine, avant d’être transféré à Trèves.

  • 77 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 4, AASS Maii VII, p. 4 :... mortuusque est Praesul in praefata provi (...)
  • 78 Les découvertes archéologiques sont décrites de manière très détaillée par L. Charbonneau-Lassay, (...)
  • 79 C’est pour cette raison que nous ne partageons pas l’opinion d’E. Ewig, Trier im Merowingerreich, (...)

30On a, bien sûr, essayé de localiser le lieu de la première sépulture de Maximin situé, selon les indications de l’hagiographe, dans le diocèse de Poitiers. Il se peut que ce soit Mouterre-Silly à proximité de Loudun où il y a une très ancienne église dédiée à Maximin77. Les archéologues y ont même découvert des sarcophages mérovingiens78. Mais, comme nous l’avons déjà dit, du fait que le début de la vénération de Maximin dans ce lieu ne se laisse pas déterminer avec certitude, nous ne pouvons pas exclure de manière définitive que celle-ci n’a pas commencé sous l’influence de la première Vie du saint79.

  • 80 Cf. Miracula Sancti Maximini de Sigehard de Saint-Maximin (BHL 5826), cap. 29, AASS Maii VII, p. 3 (...)
  • 81 Il est, en effet, difficile à évaluer la diffusion de ce texte. De manière générale, on peut dire (...)
  • 82 Cf., à ce sujet, N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 52, no 94.
  • 83 Cf. E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 283-285 ; cf. également E. Ewig, « L’Aquitaine et les pa (...)
  • 84 Cf. E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 88, 93, 94, 103, autre indice qu’il y avait un échange e (...)
  • 85 Cf. H. Heinen, Frühchristliches Trier..., p. 177-181.
  • 86 Grégoire de Tours, In gloria confessorum, cap. 44, MGH SRM I/2, p. 775 (BHL 5825).
  • 87 Cf. Venance Fortunat, Vita Severini (BHL 7652), cap. 1, MGH SRM 7, p. 219 : Igitur beatissimus Sev (...)
  • 88 Cf. W. Levison, « Die Entwicklung der Legende Severins von Köln », Bonner Jahrbücher 118 (1909), p (...)

31De même, le pèlerin venu au Xe siècle de l’Aquitaine à Trèves afin d’y vénérer Maximin, n’était peut-être qu’un lecteur de la Vita Maximini80. Toutefois, il ne faut pas non plus surévaluer l’influence du texte hagiographique mosellan dans la région de Poitiers81. L’exemple du pèlerin montre, en effet, qu’il y avait, au haut Moyen Âge, un échange entre l’Aquitaine et Trèves. D’autres exemples peuvent le confirmer82 : E. Ewig a montré que l’évêque de Trèves auquel l’abbaye Saint-Maximin était soumise, possédait à cette époque de vastes terres dans cette région83. Il semble même que ce monastère était dédié, au cours du Ve siècle, à Hilaire de Poitiers84 ! Et, plus important encore pour notre argumentation, de tels échanges sont attestés au cours de l’Antiquité tardive : le célèbre grammairien et orateur Ausone, originaire de Bordeaux, fut appelé en 367, par l’empereur Valérien Ier, à Trèves, pour qu’il y éduque son fils Gratien85. Puis, Séverin de Bordeaux nous est attesté, pour la première fois, dans l’œuvre de Grégoire de Tours intitulée In gloria confessorum86. Les informations dont l’auteur a disposé sur ce saint homme sont assez minces. Toutefois, il précise que Séverin était venu des pays orientaux et qu’il avait été accueilli au début du Ve siècle, par Amandus, évêque de Bordeaux, qui lui avait cédé sa place. Venance Fortunat a consacré à ce Séverin une Vita dont le contenu correspond à celui du texte de Grégoire, avec tout de même une précision : au lieu de dire que Séverin était originaire des régions orientales, Venance a écrit qu’il était venu de Trèves87. Si cette information n’est pas une interpolation – les deux manuscrits les plus anciens de cette Vie ne datent que du XIe siècle88 –, nous avons ici un exemple d’un habitant de Trèves qui est devenu évêque en Aquitaine. On peut alors également imaginer qu’un Aquitain, Maximin, ait pu devenir évêque à Trèves.

  • 89 Cf. M. Heinzelmann, Translationsberichte..., p. 84, 91.

32Après avoir pesé les arguments qui parlent pour et contre la patrie aquitaine de Maximin, il nous reste encore à examiner si l’hagiographe a pu avoir des raisons d’inventer de telles origines. En effet, on peut imaginer des motifs pour une falsification de ce genre : à une époque où la canonisation des saints n’existait pas encore, la translation, réalisée en général par des clercs et le plus souvent en respectant des règles très précises, était une forme de reconnaissance officielle de la sainteté du saint transféré. De même, elle était considérée comme l’une des meilleures façons de prouver l’authenticité des reliques d’un saint sur place ; on savait d’où elles venaient89. La translation du corps de Maximin, telle qu’elle est relatée dans la Vie, prouvait alors aux lecteurs qu’il était réellement à Trèves : l’évêque de la ville, Paulin, s’était personnellement chargé de le faire revenir. Si l’on peut ainsi imaginer que l’hagiographe ait inventé le transfert des reliques, il laisse cependant sans réponse la question de savoir pourquoi elles sont revenues de l’Aquitaine.

  • 90 Voir plus haut A.-M. Helvétius, « L’origine aquitaine des saints dans l’hagiographie des VIIIe-IXe(...)
  • 91 Je remercie ici très chaleureusement A.-M. Helvétius qui a eu l’amabilité de me communiquer ces in (...)

33Pour conforter l’hypothèse que la patrie aquitaine de l’évêque de Trèves était une invention de son hagiographe, il faudrait montrer que de telles origines contribuaient à son prestige. C’est ce qui semble tout à fait possible : rappellons d’abord que certains des plus grands saints du haut Moyen Âge étaient étroitement associés à cette région, notamment Martin de Tours et Hilaire de Poitiers et n’oublions pas que Martin joue un rôle important dans la Vie de Maximin et qu’Hilaire était, comme l’évêque de Trèves, un défenseur de la vraie foi. Les origines aquitaines pouvaient alors permettre de créer un lien très étroit entre Maximin, Martin et Hilaire. Mais plus important encore, il faut renvoyer aux communications d’A.-M. Helvétius et de J.-M. Picard, présentées à l’occasion de ce même colloque90 : les deux chercheurs montrent que les saints aquitains du haut Moyen Âge étaient souvent caractérisés par le thème de la pérégrination, thème qui caractérise également les saints irlandais. Comme les saints irlandais, les saints aquitains jouissaient alors d’un certain prestige, qui pouvait aller jusqu’à inciter les hagiographes des saints non-irlandais et non-aquitains à inventer de telles origines pour leurs héros. Après le VIe siècle, dans le monde franc, c’est surtout la tradition irlandaise qui s’est imposée, mais après Boniface, au moment où les Irlandais ont perdu de leur crédibilité, les Aquitains semblent y avoir regagné en importance91.

34Certes, la vie de Maximin n’est pas caractérisée par de longues pérégrinations, mais sa Vie a été rédigée, selon toute probabilité, toute à la fin de la vie de Boniface – contre les projets de celui-ci –, et l’hagiographe faisait beaucoup d’efforts pour augmenter le prestige de l’évêque de Trèves. Pourquoi ne pas imaginer qu’il lui a attribué, pour cette même raison, les origines aquitaines ?

35Peut-on, aujourd’hui, trancher pour ou contre les origines aquitaines de Maximin ? Le silence d’Hilaire sur la patrie de l’évêque de Trèves est un argument qui pèse lourd dans la balance. De plus, il fait peu de doute qu’une patrie aquitaine augmentait, pour l’hagiographe de Maximin, le prestige de son héros. Mais il ne faut pas oublier que l’hagiographe avait « su », même sans connaître les sources, que Maximin avait acquis de grands mérites dans la lutte contre l’arianisme. Si un tel fait s’est conservé, il est bien possible que le souvenir de la patrie du saint ait été également sauvegardé. Aucun indice ne le prouve, mais rien ne l’exclut non plus de manière définitive. Nous devons alors constater qu’il existe de forts doutes sur les origines de Maximin, mais qu’il est impossible de résoudre ce problème sans découverte de nouvelles sources. Montrer que l’évêque de Trèves était vénéré dans le diocèse de Poitiers avant la rédaction de sa Vie, pourrait, par exemple, être considéré comme une preuve de l’historicité de sa patrie aquitaine.

Les origines de Maximin dans d’autres Vies rédigées à Trèves

  • 92 Mentionnons à titre d’exemple Metz, Bibliothèque municipale 523, XIe siècle, provenance inconnue, (...)
  • 93 Vita IIa Maximini, éd. B. Krusch, MGH SRM 3, 1896, p. 74-82.
  • 94 Cf. A. Romano, L’opera agiographica di Lupo di Ferrières... ; cf. également le compte rendu de cet (...)
  • 95 Cf. E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 19-27.

36Comment les hagiographes qui se sont intéressés plus tard à Maximin, ont-ils pris en compte les passages de la Vita Ia, concernant les origines du saint ? Le premier auteur qui a repris ce texte, est Loup de Ferrières. Il l’a réécrit, comme il le dit lui-même, en 839, à la demande de Waldo, qui allait devenir plus tard, abbé de Saint-Maximin. Ce texte, la Vita IIa Maximini (BHL 5824), nous est parvenu dans un grand nombre de manuscrits dont, cependant, aucun n’est plus ancien que le XIe siècle92. Négligée par les éditeurs des Bollandistes – les nouvelles informations sur Maximin en tant qu’évêque historique paraissaient sans doute trop minces – elle a été finalement éditée par B. Krusch dans les MGH93. Récemment A. Romano a présenté une nouvelle édition qui ne remplace pourtant pas celle de Krusch94. L’analyse la plus pertinente de cette Vie est toujours celle d’E. Winheller95.

  • 96 Cf. Vita IIa Maximini, MGH SRM 3, p. 74: Huius tantae rei subtilis consideratio me tibi, Waldo car (...)
  • 97 Cf. ibid.: Quo fit, ut amplissimi viri opinatissimae maiestati angusta scribendi materia parum res (...)

37Loup nous a laissé une lettre de dédicace, dans laquelle il se prononce sur les objectifs ou plutôt les souhaits de son commanditaire : celui-ci lui avait demandé de retravailler le style du texte et de « restituer les faits connus grâce à certains écrits »96. Waldo n’appréciait donc ni le style – chose très courante depuis la réforme carolingienne –, ni le contenu de la première Vie : il souhaitait lire d’autres informations sur le saint, des informations plutôt historiographiques. À propos de cette demande assez rare, Loup déclara vouloir omettre tout ce qui pourrait diminuer la crédibilité de son œuvre et raconter les faits dignes de mémoire97.

  • 98 Cf. ibid., cap. 1, MGH SRM 3, p. 74: Maximinus urbis Aquitanicae Pictavorum indigena clarissimis e (...)
  • 99 Cf. R. Kaiser, Das römische Erbe und das Merowingerreich (Enzyklopädie Deutscher Geschichte, t. 26 (...)
  • 100 Cf. Vita IIa Maximini, cap. 1, MGH SRM 3, p. 74: Sed processu temporis Pictavorum ecclesia Maxenti (...)

38La source principale de l’abbé de Ferrières était la Vita Ia. Comme son prédécesseur, la première partie de son récit est donc consacrée aux actes que Maximin a effectués pendant sa vie terrestre. Ainsi, a-il évoqué, lui aussi, les origines aquitaines du saint. Ce renseignement lui paraissait alors « historiquement vrai ». Toutefois, quand il a repris la description de sa famille, il s’est permis deux libertés : Jouin et Maxima sont passés sous silence. En revanche, il a précisé que les parents de Maximin, ayant le rang sénatorial, étaient nobles98. Cette indication est sûrement juste car au IVe siècle jusqu’au IXe siècle, il était certainement rarissime que les non-nobles accèdent à l’épiscopat99. Le fait qu’il a mentionné ensuite, comme le premier hagiographe, Maxence et l’accès de celui-ci à l’épiscopat de Poitiers, prouve que ces informations, elles aussi, lui paraissaient vraies100.

  • 101 Cf. ibid., cap. 3-5, MGH SRM 3, p. 75 sq. En revanche, l’une des histoires principales de la Vita (...)

39Ensuite, pour ne mentionner que les changements majeurs, il faut noter que Loup a – on dirait presque : enfin – découvert le passage de la chronique de Jérôme consacré à l’évêque de Trèves : il l’a, en partie, cité de manière littérale101.

  • 102 Cf. ibid., cap. 8-13, p. 77-79.
  • 103 Cf. M. Heinzelmann, Translationsberichte..., p. 64.
  • 104 Cf. Vita Ia Maximini, cap. 5, AASS Maii VII, p. 22 : Tunc Aquitanorum populus, tertia hora noctis (...)

40Pour passer ensuite directement à la deuxième partie de la Vie, la translation des reliques de Maximin à Trèves, nous pouvons constater que l’abbé de Ferrières a suivi, à nouveau, très fidèlement son modèle102 : ceci n’est pas étonnant du fait que les récits de translation sont généralement considérés comme étant relativement proches des textes historiographiques, puisqu’ils relatent en grand nombre des événements concrets103 et que Waldo souhaitait un texte privilégiant la narration événementielle. Cette observation nous prouve en même temps que Loup n’avait aucun doute sur la réalité de ce transfert. Toutefois, un certain sens critique de l’abbé est ici sensible : quand il passe sous silence l’heure exacte, à laquelle les Aquitains se réveillèrent pour poursuivre les habitants de Trèves, il eut peut-être du mal à croire qu’ils s’étaient levés vers la troisième heure de la nuit (vers 9 heures) – donc forcément très peu de temps après le départ des Trévirois – pour les apercevoir – eux, qui, de plus, portaient les reliques du saint – seulement au bout de trois jours104.

  • 105 La Vita Eucharii, Valerii et Materni, une homélie sur le premier évêque de Trèves et encore trois (...)

41Vers la fin du Xe siècle, on observe le véritable début de l’activité hagiographique à Trèves : les moines et les chanoines de plusieurs abbayes se mirent à rédiger les Vies de leurs saints patrons et des fondateurs présumés de leurs communautés105. Les moines de Saint-Maximin, eux aussi, restèrent encore actifs durant cette période. Le texte qu’ils rédigèrent fut, à nouveau, une Vie en l’honneur de leur patron, au total la troisième. Elle est généralement appelée Vita IIIa ou Vita metrica Maximini (BHL 5827).

  • 106 Gand, Universiteitsbiliotheek 9, Xe siècle, de Saint-Maximin, fol. 25r-v, éd. Vita (metrica) Maxim (...)
  • 107 MGH Poet. Lat. 5 ; la deuxième édition est celle de F.-X. Kraus parue dans Jahrbücher des Vereins (...)
  • 108 Cf. Th. Kölzer, Studien zu den Urkundenfälschungen des Klosters St. Maximin vor Trier (10.-12. Jh. (...)

42Celle-ci se distingue cependant considérablement des deux versions précédentes. D’abord, elle a été entièrement composée en vers hexamètres – dans l’ensemble cent quarante-trois vers – et ensuite, elle a été conçue comme une inscription destinée à commenter une longue série de peintures murales qui décoraient la salle capitulaire du monastère. En tant que tels, le texte et les images ont aujourd’hui disparu. Seul un manuscrit unique écrit à Saint-Maximin à la fin du Xe siècle, nous a conservé les vers, ainsi qu’une brève note expliquant quelle fonction ils avaient eue à l’époque : Gand, Universiteitsbibliotheek 9106. Ce manuscrit permet une datation très précise du texte et constitue la base pour deux éditions dont, notamment, celle de K. Strecker, publiée dans les MHG, faisant aujourd’hui référence107. La Vie, jusqu’ici, n’a pas souvent retenu l’attention ni des philologues ni des historiens. Parmi les rares analyses, il faut surtout mentionner celle de K. Strecker et celle de Th. Kölzer dont les remarques, dans son livre sur les faux diplômes de Saint-Maximin, sont d’une grande utilité pour la recherche hagiographique108.

  • 109 Cf. Vita metrica Maximini, MGH Poet. lat. 5, p. 147 ; le chapitre est intitulé : De dedicatione et (...)
  • 110 Cf. ibid. : Presul regalem dicat hanc Agricius aedem/Symniste patris summi sub honore Iohannis./Is (...)
  • 111 La tentative réussie de l’archevêque de Trèves de s’approprier, dans la deuxième moitié du Xe sièc (...)

43À la différence des deux Vies en prose, débutant par des prologues, le premier chapitre de la Vie métrique de Maximin est consacré à la construction du monastère dont ce saint devint, plus tard, le patron109. Aucun texte n’avait abordé jusqu’ici, de manière détaillée, ce thème, et ce passage révèle, par conséquent, un grand nombre de « nouveautés » : l’hagiographe explique que le pontife Agritius avait consacré, à la demande d’Hélène, mère de Constantin, cet édifice en l’honneur de Jean110. C’est dans ce passage qu’il faut chercher la causa scribendi de la Vie : les moines, dépendant depuis Charlemagne seulement du roi, voulurent se défendre contre l’archevêque de Trèves, qui désirait intégrer leur abbaye dans sa juridiction111.

  • 112 Cf. Vita metrica Maximini, cap. 14, MGH Poet. lat. 5, 1.2, p. 149 : Obitus eius et sepultura Aquit (...)

44Les autres chapitres de la Vita metrica Maximini s’appuient, de manière assez fidèle, sur les deux Vies précédentes. Les origines aquitaines sont donc à nouveau reprises – mais pas les noms des frères et de la sœur –, ainsi que son dernier voyage dans sa patrie : on y lit qu’il mourut, un 12 septembre, date qui correspond à la fête de cet événement ; son corps fut enterré non loin de Poitiers, sous une colline112.

  • 113 Vita metrica Maximini, cap. 15-18, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150.
  • 114 Ibid., cap. 15, p. 150 : Corporis eius a Treveris inquisitio, inventio et exportatio. Cf. Vita Ia, (...)
  • 115 Vita metrica Maximini, cap. 15, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150 ; Cf. Vita Ia Maximini, cap. 5, AAS (...)
  • 116 Vita metrica Maximini, cap. 16, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150 : FugaTrevirorum, insecutio Aquitan (...)
  • 117 Vita metrica Maximini, cap. 17, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150 : De miraculis in itinere factis ; (...)
  • 118 Vita metrica Maximini, cap. 18, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150, qui commence : Receptio corporis e (...)

45Par conséquent, on y trouve aussi le récit de la translation113 : l’arrivée des habitants de Trèves en Aquitaine114 ; la recherche du corps aboutissant grâce à une révélation divine115 ; la fuite des nouveaux détenteurs des reliques de Maximin, vainement poursuivis par les Aquitains qui furent empêchés de les rattrapper, à cause de la survenance de pluies torrentielles116 ; les miracles du saint accomplis lors du chemin de retour117 ; et finalement, son arrivée à Trèves118.

46Compte tenu du fait que cette Vie et ses supports iconographiques étaient durant toute l’année sous les yeux des moines et que les vers contribuaient à faciliter la mémorisation, il n’y a aucun doute que chaque membre de la communauté savait que son saint patron était un Aquitain !

  • 119 L’archevêque Thierry (964-977) était un grand bienfaiteur de cette abbaye et, sous son épiscopat, (...)
  • 120 Vita Ia Paulini, éd. J. Pinius, AASS Aug. VI (1743), p. 676-679 ; cf. également note 119, N. Gauth (...)

47La Vie de Loup de Ferrières avait donc augmenté la crédibilité de la biographie de Maximin – et, par conséquent, de ses origines aquitaines – parce qu’elle se voulait le résultat d’une entreprise presque historiographique. Et la Vita IIIa avait contribué à diffuser les hauts faits de l’évêque, d’abord dans la communauté dont il était le patron, et ensuite aussi dans d’autres abbayes de Trèves (Il s’agissait sans doute d’une diffusion orale). C’est ce que prouve la Vie de saint Paulin (BHL 6562, 6563), rédigée, selon toute probabilité, lors du pontificat de Thierry (965-977)119 par les chanoines de Saint-Paulin, voisins immédiats des moines de Saint-Maximin et souvent en rivalité avec eux. Elle est éditée par les Bollandistes et étudiée par E. Winheller, N. Gauthier et H. A. Pohlsander120.

  • 121 Cf. pour les textes antiques relatifs à Paulin : E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 55-73 e (...)

48Paulin avait été évêque de Trèves au IVe siècle et comme son prédécesseur, Maximin, un grand adversaire de l’arianisme. De ce fait, il est l’évêque antique de Trèves, le mieux documenté : il figure non seulement dans les textes d’Athanase, mais aussi dans la Chronique de Jérôme, dans l’histoire de Cassiodore et de Rufin, dans l’Histoire tripartite, dans plusieurs ouvrages d’Hilaire de Poitiers et dans la Chronique de Sulpice Sévère121.

  • 122 Cf. Vita Ia Paulini, cap. I, 2-3, AASS Aug. VI, p. 676: Paulinum igitur Trevirorum archiepiscopum, (...)

49Toutefois, bien qu’aucun de ces auteurs ne s’était prononcé sur l’enfance et la jeunesse du saint, l’hagiographe débute la biographie de Paulin en disant que les « histoires » nous ont appris qu’il était originaire d’une grande famille noble d’Aquitaine. Ses parents, très chrétiens, avaient demandé à Maximin de baptiser leur fils. En acceptant cette mission, celui-ci était donc devenu le père spirituel de Paulin et, plus tard, son maître. Grâce à son enseignement dans les Écritures, Paulin avait acquis le savoir qui lui permit de lutter contre l’arianisme. Ensuite, Maximin et Paulin partirent pour Trèves où le pontife Agritius les avait accueillis122.

50La méthode, avec laquelle l’auteur a élaboré ce passage, ne fait aucun doute. Ignorant tout de la jeunesse de son héros, il eut recours à la Vie de Maximin – texte qu’il a appelé historia – afin de réaliser une construction analogique : ainsi, a-t-il déclaré que Paulin, successeur de Maximin sur le siège de Trèves, lui aussi, venait de l’Aquitaine. Après avoir établi ce premier rapprochement entre les deux évêques, il lui était facile d’aller plus loin dans cette démarche : en expliquant que Maximin était le parrain et le maître de Paulin, il créait une véritable relation entre eux. Il pouvait, par conséquent, reprendre encore un autre passage de la Vita Maximini, bien que Paulin n’y soit pas mentionné. Maximin, grand admirateur d’Agritius, fit donc son voyage à Trèves, non plus seul, comme il était écrit dans sa propre Vie, mais en compagnie de Paulin.

  • 123 Cf. ibid., cap. 4-6, AASS Aug. VI, p. 676.

51Quelques lignes plus loin, nous lisons, aussi, que Maximin décida de rentrer dans sa patrie, l’Aquitaine, où, peu après, il mourut, après avoir revu, comme il l’avait souhaité, une dernière fois sa famille. Son corps fut, grâce à l’initiative de son successeur, Paulin, ramené au siège de Trèves et enterré dans la basilique Saint-Jean123.

  • 124 Toutefois, certains chercheurs comme Th. Bauer, Lothringen..., p. 594 croient tout de même à la po (...)

52Ainsi, pouvons-nous être pratiquement certain que les origines aquitaines de Paulin sont une invention de son premier hagiographe124. De même, il est aussi certain qu’une telle patrie était considérée, à Trèves, vers la fin du Xe siècle, comme prestigieuse. Les chanoines de Saint-Paulin ne voulaient visiblement pas que leur saint patron paraisse inférieur à celui des moines voisins. Cependant, il reste obscur en quoi une naissance en Aquitaine pouvait augmenter la réputation d’un saint. Constatons donc simplement que malgré le fait qu’à cette époque, Trèves faisait partie de la « Reichskirche », de l’« Église impériale » des Ottoniens, et que les archevêques s’étaient, sur le plan politique, de plus en plus orientés vers l’Est (les grands et uniques adversaires de l’Église de Trèves étaient, dès le début du Xe siècle, les sièges de Cologne et de Mayence), les références culturelles restaient encore les mêmes que durant le très haut Moyen Âge : les relations proches que la métropole mosellane avait eues, pendant cette période, avec la Francie occidentale, n’avaient pas encore perdu de leur importance.

53Nous pouvons alors conclure que l’historicité des origines aquitaines de Maximin reste aujourd’hui très incertaine. Mais une fois établies au VIIIe siècle par l’auteur de la Vita Ia du saint, elles ont fait foi ! Loup de Ferrières qui ne s’est intéressé qu’aux gestes factuellement vraies de Maximin, les a reprises dans sa Vita IIa et des textes comme la Vita IIIa ont contribué à leur diffusion locale. La patrie lointaine de Maximin semble ainsi avoir largement contribué à la gloire du saint, même encore au Xe siècle : autrement, les chanoines de Saint-Paulin n’auraient pas commencé à considérer leur propre patron, lui aussi, comme originaire de l’Aquitaine, information, qui est, cette fois-ci, selon toute probabilité, fausse.

Notes

1 Vita Ia Maximini (BHL 5822), éd. par G. Henschen dans AASS Maii VII (1866), p. 21-25.

2 Cf., par exemple, Ph. Diel, Der heilige Maximin und der heilige Paulinus, Bischöfe in Trier, Trèves, 1875, p. 43.

3 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle, Paris, 1980, p. 52 : « ...il serait de mauvaise méthode de discuter dans le détail chacune des affirmations de ce récit, par exemple l’origine aquitaine de Maximin... »

4 E. Ewig, Trier im Merowingerreich, Trèves, 1954, p. 35 : « Eine bedeutsame Stütze für die Nachricht von der Herkunft Maximins aus dem Gebiet von Poitiers bieten jedenfalls die Traditionen des aquitanischen Bistums. »

5 Cf. A. H. Pohlsander, « Maximinus und Paulinus », Trierer Zeitschrift, 59 (1996), p. 119-170, ici p. 137 : « Dass Maximinus aus Aquitanien gestammt haben soll, ist nicht unbedingt unmöglich oder unwahrscheinlich ; trotzdem ist es ungewiss. »

6 Cf. note 1 ; les deux manuscrits les plus anciens sont Paris, BnF lat. 15029, XIIe siècle, fol. 14-21v. et Trèves, Stadtbibliothek 137, XIIe siècle, de Saint-Euchaire/Matthias, fol. 192v.

7 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 47-55.

8 H. Pohlsander, « Maximinus et Paulinus... »

9 E. Winheller, Lebensbeschreibungen der vorkarolingischen Bischöfe von Trier (Rheinisches Archiv 27), 1935, p. 10-27.

10 W. Berschin, Biographie und Epochenstil im lateinischen Mittelalter, t. III, Stuttgart, 1991, p. 64-70.

11 La « biographie » comporte cap. I, 1-4, pages 21-22 de l’édition des AASS Maii VII, la « translation » cap. I, 5-7, page 22, et les « miracles » cap. II, 8-15, pages 22-23.

12 Dans le prologue, l’hagiographe rappelle aux lecteurs l’importance de vénérer les saints et de suivre leurs exemples ; cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 1, AASS Maii VII, p. 21: Deo, in Sanctis suis signa atque prodigia mirabiliter operato, ab omni Christianorum populo indesinentes referri gratiae debent; maxime istis diebus, in quibus Sanctorum aliquorum annua celebratur dies. Quapropter de virtutibus sive miraculis, quas Dominus per Beatum dignatus est operari Maximinus [...], carissimi Fratres, pauca enarrare decrevimus, ut exemplo instituti ipsius felicitatem ardentius adipiscamini aeternam.

13 Ibid., cap. I, 2, p. 21 :... Maximinus, Aquitaniae originem duxit provinciae.

14 Ibid. : Frater vero eius Maxentius nomine, et alter Maximus, tertius vero Jovinus, et Sancta eorum Maxima, in ipsa Pictavensi nati fuerunt provincia. Postquam itaque ipse, cuius hodie festiva a nobis agitur dies, Sanctus videlicet Maximinus, et Maxentius frater eius, ac Jovinus, divinis bene eruditi sunt legibus ; Maxentius in Pictavensi electus est urbe Pontificatus ordine.

15 Ibid.: Tunc Maximinus perrexit in Galliam, quia audiverat opinionem B. Agricii Episcopi...

16 Ibid.: Quod, ut Sancto notum est Maximino, se confitebatur fore tali indignum honore... Tunc S. Agricius [...] migravit a seculo. Postea omnis uno animo plebs arripuit eum (scilicet Maximinum), et in Cathedra antecessoris sui Agricii elevavit, Cathedraeque beatissimi viri anno XXVII Constantini Deo juvante praeficitur.

17 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 2-4, AASS Maii VII, p. 21-22.

18 Ibid., cap. I, 2, p. 21: Tunc Ariana haeresis per totum orbem [...] coepit grassari ac pullulare, ac persequebatur Ecclesiam Dei.

19 Ibid., cap. I, 3, p. 21:...Maximinus Synodum congregavit publice in urbe Agrippinensi, coepitque contendere contra Euphratam nefandissimum Episcopum, qui hoc adferebat, quod Christus non esset vere filius Dei. Ipseque B. Maximinus Jesum Dominum nostrum ostendere curavit...: et condemnans haereticam pravitatem canonica sententia, de Sede sua eam penitus extirpavit; cf. également note 31.

20 Ibid.

21 Ibid., cap. 1, 4, p. 22:... mortuusque est Praesul in praefata provincia, et sepultus est in coenobio quod situm est in Pictavensi parochia, annis suae ordinationis septemdecim transactis, diebus triginta.

22 Ibid., cap. I, 5, p. 22 : ... eodem tempore S. Paulinus Trevirorum ordinatus est Pontifex...

23 Ibid., cap. I, 7, p. 22: S. Paulinus igitur civitatis Antistes, in basilicam S. Johannis, quam antecessores eius aedificaverunt, ferri eum imperavit. Videlicet SS. Eucharius, Valerius, atque Maternus alium illic praepaverunt sibi locum ad quiescendum: ibique vir beatissimus in ecclesia, cuius superius meminimus, honorifice conditus est. At Sancti Eucharius, Valerius, Maternus ex altera quiescunt parte civitatis, infra ecclesiam quam sibi procul a civitate mirabili construxerunt opere.

24 Cf. N. Gauthier, Province ecclésiastique de Trèves, Topographie chrétienne des cités de la Gaule, t. I, Paris, 1986, p. 28.

25 Vita Ia Maximini, cap. II, 13, AASS Maii VII, p. 24.

26 Ibid., cap. II, 15, p. 24 : Sufficiant igitur vobis pauca, quae supra memoravimus, de Beati viri miraculis : quia nostrae datum possibilitati non est enarrare, quae per B. Maximinum operari Dominus dignatus est, et quotidie operatur...

27 Ibid., cap. II, 13, p. 24 : Nec hoc praetereundum, Fratres, opinor, quod Pipinus Rex Clericum suum, nomine Brunicum, valde immundis plenum spiritibus, per Helluarium Archidiaconum in multas miserat regiones, ut salutem acciperet, et minime consecutus est... ; cf. pour la dignité royale de Pépin R. Schneider, Das Frankenreich, Oldenbourg, (Grundriss der Geschichte, t. V), Munich, 1995, p. 21 ; cf. également E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 19.

28 Cf. W. Berschin, Biographie und Epochenstil..., p. 66.

29 Cf. H. H. Anton, « Trier von der Spätantike bis in die ausgehende Karolingerzeit », dans 2000 Jahre Trier, Trier im Mittelalter (t. II), éd. par H. H. Anton et A. Haverkamp, Trèves, 1996, p. 3-118, ici p. 69, 94 ; cf. également ibid., p. 591.

30 Cf. note 19.

31 Cf., à propos de ce concile, N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 447 sq. ; cf. également H. Heinen, Frühchristliches Trier. Von den Anfängen bis zur Völkerwanderung, Trèves, 1996, p. 129-130 qui, d’une certaine manière, relance le débat en supposant, sans véritable argumentation cependant, que le concile peut, tout de même avoir eu lieu à Trèves.

32 Cf. E. Ewig, « Milo et eiusmodi similes », dans Sankt Bonifatius, Gedenkgabe zum zwölfhundertsten Todestag, Fulda, 1954, p. 412-440 ; S. Hilpisch, « Bonifatius als Mönch und Missionar », ibid., p. 3-21.

33 Cf. ibid. ; cf. également L. Falck, « Mainz im frühen und hohen Mittelalter (Mitte 5. Jh. bis 1244) », dans Geschichte der Stadt Mainz, t. II, Düsseldorf, 1972, p. 26-28 et A. Poensgen, Geschichtskonstruktionen des frühen Mittelalters zur Legitimierung kirchlicher Ansprüche in Metz, Reims und Trier, Marburg/Lahn, 1971, p. 12 ; Th. Bauer, Lothringen als historischer Raum. Raumbildung und Raumbewusstsein im Mittelalter (Rheinisches Archiv 136, 1997), p. 453, indique encore que le successeur de Chrodegang, Angilsram (Angilsramne), reçut à partir de 788 en tant que « chapellain de la cour » l’honneur d’un archevêque, mais pas en tant que successeur de Chrodegang. Son successeur direct en tant qu’archevêque fut, comme nous l’avons dit, Willicaire de Sens.

34 Mentionnons encore un argument supplémentaire rendant très probable que la Vita Ia Maximini fut écrite seulement peu de temps après 751 : le prochain pontife de Cologne qui reçut, à titre personnel, le pallium de la charge archiépiscopale, fut, vers 787, Hildebald. Cette date semble cependant beaucoup trop tardive pour pouvoir penser que la Vie de Maximin a été écrite à ce moment-là, car Saint-Maximin était alors déjà un monastère royal, et les relations avec le pontife de Trèves étaient souvent conflictuelles. L’évêque n’aurait donc pas, sans aucun doute, fait appel aux moines de cette abbaye pour qu’ils défendent ses intérêts (cf. note 29).

35 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 53-56, qui discute en détail tous les documents, dont ceux en langue grecque, qui ont permis d’établir cette date.

36 Cf. L. Duchesne, Les fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. II, Paris, 1910, p. 299. Seulement avant l’exercice de cette charge, et sous la condition qu’on tranche pour une chronologie dite longue pour l’évêque de Tours qui, dans ce cas-là, serait né vers316-317, on peut imaginer un voyage commun des deux saints ; cf. également J. Fontaine, « Vérité et fiction dans la chronologie de la Vita Martini », dans Saint Martin et son temps, Rome, 1961 (Studia Anselmiana 46), p. 189-236, qui précise que la chronologie courte propose comme moment de naissance de Martin les années 334-336. Dans le texte de la Vie, il n’est pas précisé que le compagnon de Maximin est Martin de Tours. Mais imaginer qu’il s’agit d’un autre Martin que le fameux évêque de Tours – par exemple Martin de Mayence, qui est par ailleurs mentionné dans les faux actes du concile de Cologne contre Eufratas –, est improbable : seul l’évêque de Tours était si célèbre qu’il pouvait être mentionné sans précision de sa provenance. D’ailleurs, les hommes du Moyen Age ont, eux aussi, pensé à Martin de Tours : ainsi un moine de Saint-Maximin a effectué, au XIIe siècle, exactement la même discussion chronologique que nous, afin de savoir si le pèlerinage de son saint patron avait pu avoir lieu en compagnie de Martin de Tours (cf. Trèves, Stadtbibliothek 1094, fol. 108-109v = BHL 5824e et Londres, British Library, Add. 19967, fol. 39ra-39vb ; les deux textes sont édités par F. Dolbeau, « Les hagiographes au travail », dans Manuscrits hagiographiques et travail des hagiographes, éd. par M. Heinzelmann, Sigmaringen, 1992 (Beihefte der Francia 24), p. 50-76 et L. B. Mortensen, « 12th-century studies in Trier’s Roman Past », Cahiers de l’Institut du Moyen Âge grec et latin, 59 (1989), p. 297-322).

37 E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 17, montre un passage copié de la Vie de saint Martin ou, au moins, cité de mémoire car il est court.

38 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 2, 4, AASS Maii VII, p. 21 ; K. Krönert, La construction du passé de la cité de Trèves : VIIIe-XIe siècles. Étude d’un corpus hagiographique, thèse de doctorat soutenue à l’Université Paris X – Nanterre en 2003, p. 81.

39 Cf. W. Berschin, Biographie und Epochenstil, p. 68 qui montre à quel point le motif de l’ours était répandu ; cf. également la Vita sancti Columbani auctore Jona Bobbiensi (BHL 1898), éd. B. Krusch, MGH SRM 37, 1905, p. 144-224, c. 8, p. 166 sq. : Colomban, lui aussi, a, selon son hagiographe, « dompté » un ours.

40 C’est ce qui est le plus probable, même si les indications dans le texte sont très rares ; cf. par exemple Vita Ia Maximini, cap. II, 14, AASS Maii VII, p. 24 : Illi quippe hoc videntes... ; il est à noter que l’hagiographe n’a pas mentionné le Liber in gloria confessorum de Grégoire de Tours (BHL 5825) qui rapporte, au sujet de Maximin des miracles très prestigieux, dont notamment l’évêque Nicetius et le roi Theudebert furent les bénéficiaires : il y a là, selon notre opinion, un indice très clair qu’il ne connaissait pas cet ouvrage.

41 Constance l’a grâcié, après la mort de Constantin.

42 Cf. Athanase, Apologia contra Arianos, c. 87, PG 25, col. 405-408.

43 Cf. ibid., c. 49 sq., PG 25, col. 337 sq. et ID., Epistola ad episcopos Aegypti et Lybiae, c. 8, PG 25, col. 555 sq.

44 Jérôme, Chronicon, ad a. 343, GCS 47, p. 236 : Maximinus, Treverorum episcopus, clarus habetur, a quo Athanasius, Alexandriae episcopus, cum a Constantio quaereretur ad poenam, honorifice susceptus est.

45 Cf. Athanase, Apologia contra Arianos, c. 49 sq., PG 25, col. 337 sq. : Galliae, Maximianus (c’est-à-dire Maximinus), Verissimus, Viturius...

46 Cf. Athanase, Epistola ad episcopos Aegypti et Lybiae, c. 8, PG 25, col. 555 sq : Itaque si quae scribunt, ea scriberem : orthodoxi, ut magnus et confessor Hosius, et Maximinus Galliae aut eius successor...

47 Cf. notamment la Lettre synodale des évêques orientaux, dans Hilaire, Fragmenta Hist. III, 27, CSEL 65, p. 65-67 ; cf. également Hilaire, Fragmenta Hist. II, 15, CSEL, 62, p. 131-139 ; III, 14, CSEL 65, p. 57-58.

48 Hilaire, Fragmenta Hist., II, 15, CSEL 62, p. 131-143 :...sed ignorasse vos negabitis Athanasio, cuius damnationem a vobis Valens, Ursiacus, Saturninus exegerunt, ab Ossio, Maximino, Iulio redditam communionem. Cf. pour l’interprétation des textes d’Hilaire mentionnés dans la note précédente, N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 48-50 et H. A. Pohlsander, Maximinus und Paulinus..., p. 121-126.

49 Cf. note 35. Ajoutons que Maximin figure dans d’autres textes encore, par exemple dans l’Historia ecclesiastica de Sozomène (III, 11, 7, GCS 50, p. 115).

50 Cf. L. Duchesne, Les fastes épiscopaux..., t. II, p. 77.

51 Cf. ibid., p. 81 sq.

52 Cf. Fr. Chamard, « Saint-Maximin de Trèves, saint Athanase et les semi-ariens », Revue des questions historiques II (1867), p. 66-96, p. 69 ; E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 16 ; E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 34.

53 Cf. Fr. Chamard, « Saint Maximin de Trèves... », p. 69 ; E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 34 ; E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 16 ; cf. également le commentaire de G. Henschen dans son édition de la Vie de Maximin, AASS Maii VII, p. 22.

54 Le nom latin Maximus, tel qu’il est noté dans la Vita Ia Maximini, donne en français habituellement « Maxime », mais peut également être à la base du nom « Mesme ». Cf. Fr. Chamard, « Saint-Maximin de Trèves... », p. 69 ; E. Winheller, Die Lebensbeschreibungen..., p. 16 et E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 34.

55 G. Henschen a fait, dans le commentaire de l’édition des AASS Maii VII, p. 22, une suggestion : Maxima soror, an illa sit, quae apud Forojulienses (Friaul) colitur 16. Maii, aliis divinandam relinquo. Nous n’avons cependant trouvé aucun indice la confirmant.

56 On peut même parler d’un Spannungsbogen, c’est-à-dire d’un suspense qui monte lentement mais sûrement jusqu’à son apogée pour baisser vers la fin du récit.

57 Cf. Vita Ia Maximini, cap. 1, 5, AASS Maii VII, p. 22 : Tunc Aquitani suorum videntes constantiam, putabant, Trevirenses esse timore plenos ; et laetitia repleti sunt magna, cunctique inebriati, adeo ut nemo eorum proximum suum agnosceret.

58 Cf. ibid. : Tunc sopore depressi tam custodes quam reliquus populus, veniens Angelus Domini Beatum excitavit Lubentium, ac dixit ei : Surge, perge in cellulam ubi custos requiescit ; et clavem ecclesiae, quae ad caput illius est, accipe : et tolle thesaurum magnum, quem quaeris. At ille cum aliis pergens Presbyteris, invenit quemad-modum Angelus ei dixerat : tulitque ipsam clavem, et perrexit cum Presbyteris ad ecclesiam, ac levaverunt corpus B. Maximini, plebique detulerunt. Clauserunt ita denique ostium, et clavem ipsam ad custodis caput posuerunt, unde eam tulerant. Cf. M. Heinzelmann, « Einhards “Translatio Marcellini et Petri”: Eine hagiographische Reformschrift von 830 », dans Einhard, Studien zu Leben und Werk, éd. H. Schefers, Darmstadt, 1997 (Arbeiten der Hessischen Historischen Kommission N.F. 12), p. 269-298, p. 280, qui a montré qu’une vision lors d’un vol de relique avait pour objectif de legitimer cet acte. Cf. également à ce sujet P.J. Geary, Le vol des reliques au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 143-147, 191.

59 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 5, AASS Maii VII, p. 22 : Et inde surgentes cum magno gaudio et laetitia, susceperunt Patronum suum cum psalmis et hymnis spiritualibus, revertentes ad propria. Tunc Aquitanorum populus, tertia hora noctis expergefactus, viderunt quomodo inde Trevirorum populus abiisset : dicebantque quod fugam inirent timore eorum. Exsurgens igitur custos ipsius ecclesiae, intusque ingressus, accedentes cercos, nequaquam corpus invenit B. Maximini...

60 Cf. ibid., cap. I, 5-7, AASS Maii VII, p. 22 ; cf. M. Heinzelmann, « Einhards “Translatio Marcellini et Petri”... », p. 284, qui a également constaté que les miracles de guérisons sont des confirmations des saints, approuvant leur déplacement.

61 Cf. M. Heinzelmann, « Einhards “Translatio Marcellini et Petri”... », p. 284.

62 Cf. Vita Boniti, éditée et commentée par B. Krusch, MGH SRM 6, p. 110-139, p. 112 (commentaire) et cap. 35-37 du texte hagiographique, p. 136-137 ; M. Heinzelmann, Translationsberichte und andere Quellen des Reliquienkultes, Turnhout, 1979 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental 33), p. 51, no 25 ; W. Berschin, Biographie und Epochenstil im lateinischen Mittelalter, t. II, Stuttgart, 1988, p. 64 ; cf. également note 58.

63 Cf., par ex., le pèlerinage de Martin et de Maximin à Rome : l’image de ce dernier qui, endormi, ne se rend pas compte qu’un ours mange sa bête de somme, n’est pas très flatteuse ; de même, les Aquitains, endormis par l’abus de l’alcool, donnent une image presque grotesque.

64 Cf. note 43 et 49.

65 Cf. note 44.

66 Cf. note 48.

67 Cf. N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 52, no 94 : « Notons qu’Hilaire de Poitiers, une des principales sources contemporaines sur Maximin, ignore apparemment que celui-ci est son contemporain ! »

68 L’Aquitaine est une région mal définie au haut Moyen Age. Nous la comprenons dans un sens assez large, dans les dimensions qu’Hériger de Lobbes, Vita sancti Remacli Stabulensis, c. 41, éd. B. Krusch, MGH SRM 5, Hanovre-Leipzig, 1910, p. 181, a indiquées. À propos de la vénération, cf. H. Beauchet-Filleau, Pouillé du diocèse de Poitiers, Niort-Poitiers, 1868, p. 7 sq. ; E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 35 ; le deuxième saint de Trèves vénéré en Aquitaine, est Paulin. Son culte et ses prétendues origines aquitaines qui sont, selon notre opinion, une invention du Xe siècle, seront examinés dans la dernière partie de notre recherche.

69 Cf. L. Charbonneau-Lassay, « Les sépultures franques et le culte de saint-Maximin de Trèves durant les temps mérovingiens à Mouterre-Silly (près de Loudun) », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e série I. II (1912), p. 657-670, p. 665-669 ; E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 35.

70 Cf. J.-L. Lemaitre, Le calendrier des Heures de Saint-Pierre-du-Queyroix, Musée du pays d’Ussel, Ms. 6, Paris, 2005, p. 157 ; J. Nadaud, Pouillé historique du diocèse de Limoges. Manuscrit de l’abbé Joseph Nadaud (1775), publ. par l’abbé A. Lecler, dans BSAHL, 53 (1903), p. 5-841, p. 392 sq.

71 Cf. J.-L. Lemaitre, Le calendrier..., p. 157 ; J. Nadaud, Pouillé historique..., p. 522.

72 M. Zender, Räume und Schichten mittelalterlicher Heiligenverehrung in ihrer Bedeutung für die Volkskunde. Die Heiligen des mittleren Maaslandes und der Rheinlande in Kultgeschichte und Kultverbreitung, Veröffentlichung des Instituts für geschichtliche Landeskunde der Rheinlande an der Universität Bonn, Düsseldorf, 1959, p. 209 a trouvé un certain nombre de sacramentaires français, provenant de Reims, Paris, Limoges, Poitiers, Saint-Denis, Chartres, Beauvais et Arras, dans lesquels le nom de Maximin de Trèves est noté. Les plus anciens parmi eux datent du Xe siècle.

73 Le texte de Grégoire consacré aux miracles du saint de Trèves, est répertorié, dans la BHL, sous le numéro 5825. L’évêque de Tours ne précise cependant pas les lieux de culte.

74 Cf. par exemple, A. Angenend, Heilige und Reliquien, Munich, 1997, p. 149-166.

75 Cf. le Martyrologium Hieronymianum, AASS Nov. II, p. 280 (l’un des manuscrits les plus anciens: Echternach, Paris, BnF lat. 10837, VIIIe siècle) ; le Calendrier de Willibrord, édité par H. A. Wilson, The calendar of St. Willibrord, Londres, 1918, p. 7. Cf. également P. Miesges, Der Trierer Festkalender, (Trierisches Archiv, Ergänzungsband 15), Bonn, 1915 et Th. Bauer, Lothringen..., p. 595 qui signale que le sens des deux fêtes pourrait aussi être inverse.

76 Cf. M. Zender, Räume und Schichten..., p. 209 sq., précise que les prêtres participant à cette procession traversaient à cheval une soixantaine de villages et parcouraient une distance de 50 km environ. Cf. également le Manuel de la procession de neuf lieues, Limoges, 1843 ; J. Bertrand, P. Charrier, Saint Maximin et son culte, Lyon, 1957.

77 Cf. Vita Ia Maximini, cap. I, 4, AASS Maii VII, p. 4 :... mortuusque est Praesul in praefata provincia, et sepultus est in coenobio quod situm est in Pictavensi parochia... ; cf. également note 69, ainsi que R. Aigrain, « Saint Maximin », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e série, IV (1916), p. 69-93, p. 73-79 ; E. Gierlich, Die Grabstätten der rheinischen Bischöfe vor 1200, Mayence, 1990 (Quellen und Abhandlungen zur mittelrheinischen Kirchengeschichte 65), p. 24 sq. qui reste assez sceptique ; cf. également Th. Bauer, Lothringen..., p. 594, no 459.

78 Les découvertes archéologiques sont décrites de manière très détaillée par L. Charbonneau-Lassay, « Les sépultures franques... », passim.

79 C’est pour cette raison que nous ne partageons pas l’opinion d’E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 36 qui, à cause des sarcophages mérovingiens, est allé jusqu’à exclure une confusion entre Maximin de Trèves et un autre pontife du même nom, évêque de Poitiers au VIIIe siècle, qui fut également enterré à Mouterre-Silly. En revanche, on pourrait imaginer que Maximin de Poitiers – s’il ne connaissait pas encore la Vita Ia Maximini, ce qui paraît probable –, ait choisi Mouterre-Silly parce qu’il s’agissait du lieu de la première sépulture de son homonyme de Trèves. Dans ce cas-là, nous aurions, en effet, un indice pour le caractère factuel des origines aquitaines de Maximin de Trèves.

80 Cf. Miracula Sancti Maximini de Sigehard de Saint-Maximin (BHL 5826), cap. 29, AASS Maii VII, p. 32 : accidit interea quemdam natione Aquitanum, conditione Maximini servum, gratia sibi ac voluntaria peregrinatione suscepta...

81 Il est, en effet, difficile à évaluer la diffusion de ce texte. De manière générale, on peut dire que les Vies rédigées à Trèves, n’ont pas connu une grande diffusion. La Vita IIa Maximini (BHL 5824) rédigée à partir de la Vita Ia par Loup de Ferrières en 839 semble avoir été connue dans le diocèse de Trèves, par exemple à Metz (Cf. par exemple Paris, BnF, lat. 5294, XIIe siècle, de Saint-Symphorien de Metz, fol. 181rv, 107-112v). Les manuscrits de la Vita Ia qui nous sont parvenus, ne nous donnent aucun renseignement sur une éventuelle diffusion en dehors de Trèves (cf. note 6).

82 Cf., à ce sujet, N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 52, no 94.

83 Cf. E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 283-285 ; cf. également E. Ewig, « L’Aquitaine et les pays rhénans au haut Moyen Âge », Cahiers de civilisation médiévale 1 (1958), p. 37-54.

84 Cf. E. Ewig, Trier im Merowingerreich, p. 88, 93, 94, 103, autre indice qu’il y avait un échange entre l’Aquitaine et Trèves.

85 Cf. H. Heinen, Frühchristliches Trier..., p. 177-181.

86 Grégoire de Tours, In gloria confessorum, cap. 44, MGH SRM I/2, p. 775 (BHL 5825).

87 Cf. Venance Fortunat, Vita Severini (BHL 7652), cap. 1, MGH SRM 7, p. 219 : Igitur beatissimus Severinus Treverorum episcopus... et ibid., p. 222 : Quem beatus Amandus, metuens cives Trevericos, ne sibi sanctum furarent, ocultae cripta condeta gloriose tradedit sepulture.

88 Cf. W. Levison, « Die Entwicklung der Legende Severins von Köln », Bonner Jahrbücher 118 (1909), p. 34-53 et dans W. Levison, Aus rheinischer und fränkischer Frühzeit, Ausgewählte Aufsätze, Düsseldorf, 1948, p. 7-27, p. 37 qui donne une liste de manuscrits, p. 32 sq.

89 Cf. M. Heinzelmann, Translationsberichte..., p. 84, 91.

90 Voir plus haut A.-M. Helvétius, « L’origine aquitaine des saints dans l’hagiographie des VIIIe-IXe siècles : allégation ou réalité ? », et plus loin, J.-M. Picard, « Saints irlandais et aquitains : influences réciproques et/ou similarités ? »

91 Je remercie ici très chaleureusement A.-M. Helvétius qui a eu l’amabilité de me communiquer ces informations. Cf., à ce sujet, également J.-C. Poulin, L’idéal de la sainteté en Aquitaine carolingienne d’après les sources hagiographiques, 750-950, Québec, 1975, p. 133-136.

92 Mentionnons à titre d’exemple Metz, Bibliothèque municipale 523, XIe siècle, provenance inconnue, et Paris, BnF, lat. 5294, XIIe siècle, de Saint-Symphorien de Metz, fol. 158-167 ; A. Romano, L’opera agiographica di Lupo di Ferrières, Testo critico, traduzione e nota della Vita Maximini e, in Appendice, testo e traduzione della Vita Wigberti, Galatina, Congedo, 1995, p. 49-54, a répertorié une quarantaine de manuscrits.

93 Vita IIa Maximini, éd. B. Krusch, MGH SRM 3, 1896, p. 74-82.

94 Cf. A. Romano, L’opera agiographica di Lupo di Ferrières... ; cf. également le compte rendu de cet ouvrage dans Analecta Bollandiana, 115 (1997), p. 200.

95 Cf. E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 19-27.

96 Cf. Vita IIa Maximini, MGH SRM 3, p. 74: Huius tantae rei subtilis consideratio me tibi, Waldo carissime, suasit morigerari, et quod iam inde ab initio nostrae cognitionis magnopere flagitasti, ne tibi negarem, effecit, scilicet ut vitam beati Maximini meo stilo elucubrarem et res, quae ad nos usque qualibuscumque litteris decurrerunt, accuratiori sermone convenienti restituerem dignitati.

97 Cf. ibid.: Quo fit, ut amplissimi viri opinatissimae maiestati angusta scribendi materia parum respondere videatur. Omissis itaque his quae fidem ceteris poterant derogare, non ingenii mei, verum divinae gratiae fiducia digna dumtaxat memoratu hinc narrare aggrediar.

98 Cf. ibid., cap. 1, MGH SRM 3, p. 74: Maximinus urbis Aquitanicae Pictavorum indigena clarissimis est ortus natalibus, siquidem antiquam prosapiam, a maioribus senatorii ordinis deductam, eius parentes sortiti, Maxentium atque hunc Maximinum felici auspicio procrearunt...

99 Cf. R. Kaiser, Das römische Erbe und das Merowingerreich (Enzyklopädie Deutscher Geschichte, t. 26), Munich, 1993, p. 8.

100 Cf. Vita IIa Maximini, cap. 1, MGH SRM 3, p. 74: Sed processu temporis Pictavorum ecclesia Maxentium sibi pontificem vendicavit, eamque idem postea florentissime gubernavit.

101 Cf. ibid., cap. 3-5, MGH SRM 3, p. 75 sq. En revanche, l’une des histoires principales de la Vita Ia – le concile de Cologne contre Eufratas – n’occupe dans le nouveau texte que deux phrases. Certainement éclipsée par l’épisode sur le séjour d’Athanase à Trèves, elle a, semble-t-il, perdu de son importance pour Loup et ceci à plus forte raison que ce concile fut inventé à Trèves, au milieu du VIIIe siècle, dans un contexte très particulier, qui changea un siècle plus tard.

102 Cf. ibid., cap. 8-13, p. 77-79.

103 Cf. M. Heinzelmann, Translationsberichte..., p. 64.

104 Cf. Vita Ia Maximini, cap. 5, AASS Maii VII, p. 22 : Tunc Aquitanorum populus, tertia hora noctis expergefactus, viderunt quomodo inde Trevirorum populus abiisset... et cum magno exercitu eos prosecuti sunt trium dierum itinere. Cf. Vita IIa Maximini, cap. 9, MGH SRM 3, p. 78 : At ubi rei veritatem comperunt, magno coacto exercitu, recedentes triduo insequuntur. La troisième partie de la Vie, le recueil de miracles, n’apporte rien à notre sujet, et c’est pour cela que nous pouvons directement passer à l’analyse de la prochaine Vita.

105 La Vita Eucharii, Valerii et Materni, une homélie sur le premier évêque de Trèves et encore trois Vies en l’honneur des pontifes Paulin, Félix et Magnerich, rédigées sans exception vers la fin de ce siècle à Saint-Euchaire, à Saint-Paulin ou à Saint-Martin, ne sont que les exemples les plus importants de cette nouvelle prospérité littéraire. Cf. à ce sujet K. Krönert, La construction...

106 Gand, Universiteitsbiliotheek 9, Xe siècle, de Saint-Maximin, fol. 25r-v, éd. Vita (metrica) Maximini, éd. K. Strecker, MGH Poet. lat. 5, 1937, p. 147-152, p. 147 : Epigramata cuiusdam scolastici picture que est in capitolio claustri s. Maximini de miraculis eiusdem confessoris.

107 MGH Poet. Lat. 5 ; la deuxième édition est celle de F.-X. Kraus parue dans Jahrbücher des Vereins für Altertumsfreunde im Rheinland 50/51 (1871), p. 205-210 et repris chez F.-X. Kraus, Die christlichen Inschriften der Rheinlande, II, 1894, p. 180-182.

108 Cf. Th. Kölzer, Studien zu den Urkundenfälschungen des Klosters St. Maximin vor Trier (10.-12. Jh.), Sigmaringen, 1989, p. 47-48, 82-83.

109 Cf. Vita metrica Maximini, MGH Poet. lat. 5, p. 147 ; le chapitre est intitulé : De dedicatione et constructione prioris monasterii.

110 Cf. ibid. : Presul regalem dicat hanc Agricius aedem/Symniste patris summi sub honore Iohannis./Is locus abbati commendaturque Iohanni/A Constantini Helena genetrice sereni,/Hortatuque domus sacratur presule cuius.

111 La tentative réussie de l’archevêque de Trèves de s’approprier, dans la deuxième moitié du Xe siècle, temporairement l’abbaye royale Sainte-Irmina-Oeren, semble avoir incité les moines de Saint-Maximin, dépendant, eux aussi, uniquement du roi, de prendre des mesures préventives pour se protéger contre des attaques éventuelles de l’archevêque, qu’ils devaient également craindre. En insistant sur une fondation impériale, l’hagiographe voulut déclarer illégitimes toutes les futures tentatives du pontife ; cf. K. Krönert, La construction..., p. 154-168.

112 Cf. Vita metrica Maximini, cap. 14, MGH Poet. lat. 5, 1.2, p. 149 : Obitus eius et sepultura Aquitaniae ; cf. pour la fête note 75 ; cf. pour les sources Vita Ia Maximini, cap. 4, AASS Maii VII, p. 21-22 ; Loup n’en fait pas mention dans la Vita IIa Maximini.

113 Vita metrica Maximini, cap. 15-18, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150.

114 Ibid., cap. 15, p. 150 : Corporis eius a Treveris inquisitio, inventio et exportatio. Cf. Vita Ia, cap. 5, AASS Maii VII, p. 22 ; Vita IIa Maximini, cap. 8, MGH SRM 3, p. 77sq.

115 Vita metrica Maximini, cap. 15, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150 ; Cf. Vita Ia Maximini, cap. 5, AASS Maii VII, p. 22 ; Vita IIa Maximini, cap. 8, 9, MGH SRM 3, p. 77-78.

116 Vita metrica Maximini, cap. 16, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150 : FugaTrevirorum, insecutio Aquitanicorum ; Vita Ia Maximini, cap. 5, 6, AASS Maii VII, p. 22 ; Vita IIa Maximini, cap. 9, MGH SRM 3, p. 78.

117 Vita metrica Maximini, cap. 17, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150 : De miraculis in itinere factis ; Cf. Vita Ia Maximini, cap. 6, AASS Maii VII, p. 22 ; Vita IIa Maximini, cap. 9-12, MGH SRM 3, p. 78-79.

118 Vita metrica Maximini, cap. 18, MGH Poet. lat. 5, 1. 2, p. 150, qui commence : Receptio corporis et sepultura : Presul Paulinus virtute fideque coruscus,/Abbas Tranquillus simul hoc iam tempore quartus/Excipiunt sanctum per iter signis redemitum... ; cf. à peu près Vita Ia Maximini, cap. 7, AASS Maii VII, p. 22 ; Vita IIa Maximini, cap. 13, MGH SRM 3, p. 79.

119 L’archevêque Thierry (964-977) était un grand bienfaiteur de cette abbaye et, sous son épiscopat, d’autres textes sur les fondateurs des églises et des abbayes, qui appartenaient à ce moment-là au pontife mosellan, furent écrites ; cf. E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 55-73 ; K. Krönert, La construction..., p. 495-518.

120 Vita Ia Paulini, éd. J. Pinius, AASS Aug. VI (1743), p. 676-679 ; cf. également note 119, N. Gauthier, L’évangélisation..., p. 55-58 et H. A. Pohlsander, « Maximinus und Paulinus », p. 148-155.

121 Cf. pour les textes antiques relatifs à Paulin : E. Winheller, Lebensbeschreibungen..., p. 55-73 et H. A. Pohlsander, « Maximinus und Paulinus », p. 137-148.

122 Cf. Vita Ia Paulini, cap. I, 2-3, AASS Aug. VI, p. 676: Paulinum igitur Trevirorum archiepiscopum, ut ferunt historiae, ex Aquitanicae regionis partibus nobilissima prosapia constat esse procreatum. Parentes siquidem eius Catholicae fidei decorati nomine, filium suum baptismatis fonte, ut mos est, immersum, beatissimum Maximinum, ut eum ex lavachro suscipere debeat, humillime deposcunt : quorum ille obtemperans voluntati ; eum sibi spiritualem filium non inscius futurorum, Domino demonstrante, adscivit. Crescens itaque puer ablactatus est, atque praedicto patri traditur, sacrarum litterarum paginis imbuendus... Porro Maximinus dominicam cupiens sequi doctrinam, una cum charissimo filio genitale solum relinquens, Gallicarum partes adiit atque Treverim, Domino ducente, pervenit, ubi nunc sanctus Agritius ecclesiam apostolica sibi authoritate commissam strenuissime rexisse dignoscitur.

123 Cf. ibid., cap. 4-6, AASS Aug. VI, p. 676.

124 Toutefois, certains chercheurs comme Th. Bauer, Lothringen..., p. 594 croient tout de même à la possibilité que Paulin ait été réellement originaire de l’Aquitaine. Comme nous l’avons signalé, Paulin était le deuxième saint de Trèves, vénéré en Aquitaine, mais comme dans le cas de Maximin, il est impossible de prouver que la vénération a commencé avant la rédaction de sa Vie. Cf. concernant la vénération surtout le sacramentaire de Limoges (BnF, lat. 9438, de l’extrême fin du XIe siècle, fol. 1-3).

Auteur

Maître de conférences à l’université de Lille III.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search