Version classiqueVersion mobile

Saints d’Aquitaine

 | 
Edina Bozoky

L’Aquitaine, terre de sainteté ? Perceptions septentrionales de l’Aquitaine aux IXe-XIIe siècles

Cécile Treffort

Texte intégral

1Les journées d’étude organisées par Edina Bozóky et cet ouvrage qui en est issu montrent à quel point les hagiographes septentrionaux des IXe-XIIe siècles ont eu à cœur de mettre en valeur l’origine aquitaine, réelle ou recomposée, de leurs héros. Il ne fait désormais plus aucun doute qu’à leurs yeux, être né au sud de la Loire leur octroyait une sorte de prédestination à la sainteté.

2Pourtant, l’Aquitaine du haut Moyen Âge est difficile à appréhender et, plus encore, à définir. Territorialement, elle se développe clairement au sud de la Loire mais ses marges orientales (du côté du Massif central) et méridionales (vers les Pyrénées) fluctuent au gré du temps. Politiquement, elle échappe à une classification rigide ; tour à tour provincia, regio, ducatus ou regnum, elle n’est jamais ce qu’on croit qu’elle est, ni même ce qu’elle veut être et son opulence est louée par ceux-là même qui craignent la sauvagerie de ses habitants.

  • 1 J. Clemens, « Aquitaine », dans Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, dir. A. Vauchez, collab. (...)
  • 2 En ce qui concerne le flou de la conception territoriale, on peut suivre I. Cartron, « L’Aquitaine (...)

3S’il y a autant d’Aquitaine que d’historiens1, l’Aquitaine semble également avoir autant de visages que d’observateurs médiévaux2. Le présent article ne vise donc pas à dresser un panorama complet de la manière dont les hommes des IXe-XIIe siècles appréhendaient l’Aquitaine ; ce serait l’objet d’un livre qui reste à écrire. En revanche, par un parcours documentaire aussi large que possible, il cherchera à cerner les contours d’une culture aquitaine puisant ses racines à la fois dans l’Antiquité romaine et dans une histoire alto-médiévale qui lui donne son caractère particulier, perceptible par les hommes du temps.

***

4Contrairement à la Gallia, devenue Francia à l’époque mérovingienne, l’Aquitania a gardé son appellation ancienne, comme le remarque Aimoin de Fleury au début du XIe siècle :

  • 3 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 634 : Has omnes provincias dum Franci occupassen (...)

« Après avoir occupé toutes ces provinces, les Francs, les divisant alors en deux parties, appelèrent Neustrie celle qui, tournée vers le septentrion, se trouve entre Meuse et Rhin et Austrasie celle qui va de la Meuse à la Loire. La partie de la Gaule lyonnaise que les Burgondes avaient occupée garda le nom de Burgondie. L’Aquitaine ne changea quant à elle pas de nom3. »

5De fait, les auteurs des IXe-XIe siècles en connaissent l’étymologie, transmise par les géographes romains dont ils connaissent et citent les œuvres. C’est sans doute Orose, mort au début du Ve siècle, qui imprime le plus fortement sa marque aux auteurs postérieurs par le passage suivant :

  • 4 Orose, Histoire (Contre les païens), livre I, 2, § 67-68, éd. et trad. M.-P. Arnaud-Lindet, Paris, (...)

« La province d’Aquitaine doit sa forme incurvée au cours oblique de la Loire qui la limite pour sa plus grande partie. Elle a, au cers, l’océan qui est appelé golfe d’Aquitaine ; au couchant, les Espagnes ; au septentrion et à l’Orient, elle jouxte la Lyonnaise ; à l’eurus et au midi, la province de Narbonnaise4. »

  • 5 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 632 : III. Galliam omnem in quatuor provincias O (...)
  • 6 Isidore de Séville, Etymologiae, livre XIV, c. 4, PL 82, col. 508-509 : Aquitania autem ab obliquis (...)
  • 7 Hériger de Lobbes, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, MGH SS, 7, p. 181 :(...)

6Au début du XIe siècle, Aimoin de Fleury, dans son Histoire des Francs, reprend d’ailleurs le passage, en citant nominalement Orose comme source de son emprunt5. D’autres auteurs, à commencer par Isidore de Séville dans ses Étymologies, repris ensuite par Raban Maur au IXe siècle ou Atto de Vercelli au Xe siècle se fondent sur lui pour expliquer l’origine du nom de la province : « L’Aquitaine a reçu son nom des eaux obliques de la Loire, qui la limite pour la plus grande part et l’enferme presque dans un cercle6. » À la fin du Xe siècle, lorsqu’il évoque les saints Amand, Remacle et Goéry, nés en Aquitaine7, Hériger de Lobbes, dans ses Gesta des évêques de Tongres, mêle les deux traditions, étymologique et géographique, gardant leur sens en modifiant leur forme littéraire :

  • 8 Ibid., § 41, p. 181 : Est autem Aquitania, quam quidam partem fere terciam autumant Galliarum, ab o (...)

« L’Aquitaine, que certains estiment couvrir à peu près le tiers de la superficie des Gaules, a reçu son nom des eaux obliques de la Loire, qui la limite pour la plus grande part et l’enferme presque dans un cercle. Elle est bornée au nord-ouest par l’Océan que l’on appelle le Golfe aquitanique, au couchant par les Espagnes, au nord et à l’orient par la Lyonnaise, à l’est et au sud par la Narbonnaise8. »

  • 9 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 632 : Julius vero Caesar, qui cum ejusdem terrae (...)
  • 10 Richer de Reims, Historia Francorum, § I-2, éd. R. Latouche, Paris, Les Belles Lettres, 1930-37, 2  (...)

7D’autres textes antiques sont utilisés par les auteurs médiévaux pour définir territorialement l’Aquitaine, en particulier l’Histoire naturelle de Pline et la Guerre des Gaules de Jules César, citées par Aimoin de Fleury9 ou résumées par Richer de Reims, au Xe siècle10.

  • 11 Astronome, Vita Ludovici, c. 47, MGH SS, RG, 64, p. 472 : Fracto ergo multo exercitu laboris incomm (...)
  • 12 Ermold le Noir, Epistula ad Hludowicum regem, éd. E. Faral, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au (...)
  • 13 Odorannus de Sens, Chronique, chap. I, Opera omnia, éd. et trad. R.-H. Bautier et M. Gilles, Paris, (...)
  • 14 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 632 : Urbs vero Bituriga atque Turonica, secundu (...)

8Puisant dans cette tradition antique, tous les auteurs médiévaux s’accordent à fixer les limites septentrionales et orientales de l’Aquitaine à la Loire. Lorsqu’elles décrivent les déplacements des souverains et des armées, les annales et chroniques carolingiennes abondent en notations qui prouvent que le franchissement du fleuve marque véritablement un passage, celui de la patria vers les terres aquitaines, que l’on se trouve à Rezé, du côté de l’Océan11, vers Doué où Louis le Pieux avait établi un de ses palais12 ou plus en amont encore, du côté du Massif central. Odorannus de Sens, dans la première moitié du XIe siècle, l’exprime parfaitement en une formule condensée : citra Ligerim, id est in Francia, vel ultra Ligerim, id est in Aquitania13, ce qui conduit même Aimoin de Fleury, de manière exceptionnelle et surtout rhétorique, à placer la province de Tours en Aquitaine14.

9La façade maritime de l’Aquitaine retient également l’attention des auteurs médiévaux ; au VIIIe siècle, l’Italien Paul Diacre, dans son Histoire des Lombards, évoquant le gouffre existant entre l’île de Bretagne et la Galice, parle de ce littoral qui est quotidiennement recouvert par la marée :

  • 15 Paul Diacre, Historia Langobardorum, MGH SS, RL, p. 51; trad. Fr. Bougard, Turnhout, Brepols, 1998 (...)

« On en trouvera confirmation sur les rivages de Séquanie et d’Aquitaine où deux fois par jour, il se produit des inondations si subites que pour peu qu’on se trouve sur la plage, on a bien du mal à s’échapper. On voit les fleuves de ces régions refluer à très grande vitesse à leur source et l’eau douce se changer en sel sur des milles15. »

  • 16 Ermentaire, Vita Philiberti (BHL6807), § XXI, éd. R. Poupardin, Monuments de l’histoire des abbayes (...)
  • 17 Paschase Radbert, Vita Adalhardi (BHL58), MGH SS, 2, p. 524 sq. : Quod factum procul dubio creditur (...)
  • 18 On la trouve par exemple dans les Annales de Saint-Bertin, au IXe siècle : Dani Aquitaniam maritim (...)

10L’Atlantique marque le bout de la terre, là où se retirent ceux qui fuient le monde et où l’on exile les bannis ; l’île de Noirmoutier accueille ainsi, à l’époque mérovingienne, saint Philibert16 puis, au IXe siècle, Adalhard de Corbie17. Avec ses vastes espaces marécageux et ses nombreuses îles, l’« Aquitaine maritime », expression significative s’il en est18, est par ailleurs affaiblie par cette situation géographique face aux attaques normandes régulièrement citées dans les annales, chroniques et autres textes carolingiens. Alcuin, dans une de ses lettres à Arno de Salzbourg à la fin du VIIIe siècle, évoque les ravages des Danois en ces mots :

  • 19 Alcuinus Arnoni archiepiscopo Salisburgensi, MGH, Ep., 4, no 184, p. 309 : Paganae vero naves, ut a (...)

« Comme tu l’as entendu dire, les navires des païens ont fait grand mal dans les îles de l’Océan dans les régions aquitaines ; une partie pourtant d’entre eux a péri, et presque cinq cents hommes parmi ces prédateurs ont été tués sur le littoral19. »

  • 20 Astronome, Vita Ludovici, MGH SS, RG, 2, p. 607-608 : transiit Garonnam fluvium Aquitanorum et Vasc (...)

11La partie méridionale de l’Aquitaine, comprise entre la Garonne et les Pyrénées, revêt quant à elle un statut particulier ; si elle est souvent intégrée dans l’Aquitaine politique, celle de Dagobert comme celle de Charlemagne puis de Guillaume le Grand, elle porte dans la géographie ecclésiastique le nom de Novempopulania, le pays des neuf peuples. Quant aux auteurs qui ne se soucient que des réalités humaines, ils l’appellent souvent Vasconia, future Gascogne, avec la Garonne pour limite septentrionale20. Depuis le VIe siècle, les Vascons habitant dans les montagnes causent d’importants dommages dans les plaines situées au pied des Pyrénées. Le témoignage de Grégoire de Tours est éloquent :

  • 21 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, VI, 12, éd. et trad. dans Histoire de l’Aquitaine. Document (...)

« Les Gascons descendirent de leurs montagnes dans la plaine, dévastèrent les villes, les champs, livrèrent les maisons aux flammes et emmenèrent plusieurs habitants captifs avec leurs troupeaux. Le duc Austrevald marcha souvent contre eux, mais ne parvint guère à en tirer vengeance21. »

  • 22 Pseudo-Frédégaire, Chronique, IV, 78, éd. et trad. ibid., p. 7.
  • 23 La genèse de la réputation des Basques a été bien étudiée par J. J. Larrea, « Aux origines littéra (...)
  • 24 Cf. notes 38 et 62.
  • 25 Loup de Ferrières, Vita Maximini (BHL 5824), MGH SRM, 3, p. 74 : Maximinus urbis Aquitanicae Picta (...)
  • 26 Vita Hildetrudis (BHL 3953), AASS Sept. VI, p. 461 : In his erat comes quidam nomine Wibertus, gene (...)
  • 27 Milon de Saint-Amand, Vita Amandi II (BHL 341), MGH SRM, 5, p. 457 : Qui, sicut probabili argumento (...)
  • 28 Vita CarileffiAnisolensis (BHL 1568), MGH SRM, 3, cap. 2, p. 389 : Igitur vir vitae venerabilis Ca (...)
  • 29 Adson de Montier-en-Der, Vita Basoli (BHL 1034-1035), § 7, éd. M. Goullet, Adsonis Deversensis oper (...)
  • 30 Vita Adelphi (BHL 76), AASS Aug. VI, p. 507 : Beatus igitur Adelphus in Aquitaniae provintia ultra (...)
  • 31 Vita Goaris (BHL 3565), MGH SRM, 4, p. 411: In diebus Childeberti regis Francorum, filio Chlodoveo (...)
  • 32 Vita Aviti (BHL 882), AASS Jun. IV, p. 284 : Fuerunt namque hujus memorabilis viri genitoris relig (...)
  • 33 Adson de Montier-en-Der, Vita Bercharii (BHL 1178), éd. M. Goullet, op. cit., p. 305 : Prioris moni (...)
  • 34 Étienne de Liège, Vita Modoaldi (BHL 5986), AASS Mai III, p. 52 : Vir venerandae memoriae Modoaldus (...)
  • 35 Hériger de Liège, Vita Hadalini (BHL 3733), PL 139, col. 1141 : Fuit B. Hadalinus Aquitaniae territ (...)
  • 36 Baudemond, Vita Amanti (BHL 332) : Amantus igitur sanctissimus atque religiosissimus, Aquitaniae pa (...)

12De même, le pseudo-Frédégaire rapporte la lutte que mène contre eux Dagobert dans la première moitié du VIIe siècle22 ; ce sont encore les Vascons qui, en 778, attaquent l’arrière-garde de Charlemagne au col de Roncevaux. Il apparaît dès lors presque naturel qu’aucun des saints aquitains hors d’Aquitaine ne soit explicitement originaire de Vasconie23. Les saints Emmeran de Ratisbonne, Aichard de Jumièges24, Maximin de Trêves25, Hildetrude de Liessies26 seraient nés dans le Poitou ; saint Amand viendrait d’Herbauge27 ; saint Anileffus d’Anille, au diocèse du Mans, serait né en Auvergne au Ve siècle28, saint Basole29 viendrait du Limousin comme saint Éloi de Noyon ; quant aux autres, saints Adelphe30 et Goéry31 de Metz, Avit de Micy32, Berchaire33, Modoald de Trêves34, Hadelin35 ou encore saint Amand36, ils sont donnés comme provenant d’Aquitaine, sans plus de précisions.

13Cette Aquitaine ancienne, romaine, se distingue en particulier par ses villes, comme le souligne Ammien Marcellin dans son Histoire, rédigée à la fin du IVe siècle :

  • 37 Ammien Marcellin, Historia, XV, 11, 7-15, éd. et trad. A. Chastagnol, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

« Dans l’Aquitaine, qui regarde les montagnes Pyrénées et la partie de l’Occident qui s’étend jusqu’à l’Espagne, la première province est celle d’Aquitanique, magnifiquement ornée par de vastes cités où, sans parler de beaucoup d’autres, brillent au premier rang Bordeaux et Clermont, Saintes et Poitiers. La Novempopulanie doit son lustre à Auch et Bazas37. »

  • 38 Arbéo de Freising, Vita Haimhrammi, rec. A, MGH SS, RG, 13, p. 27 : In cuius Aquitaniae praedictae (...)
  • 39 Milon de Saint-Amand, Vita Amandi (BHL 333), MGH Poet. lat., 3, p. 567-609 : Est regio antiquis Aqu (...)

14Les hagiographes des IXe-XIIe siècles insistent d’ailleurs volontiers sur le caractère antique des cités d’Aquitaine, voire de la province elle-même. À la fin du VIIIe siècle, Arbéo de Freising, dans sa Vita de saint Emmeran, qualifie Poitiers d’urbs antiqua38 et Milon de Saint-Amand, dans sa Vita métrique de saint Amand, parle au IXe siècle d’une regio antiquis Aquitania dicta colonis39. La tradition antique a également transmis la conscience d’éléments identitaires forts, liés à la fois à l’ethnie et à la langue. C’est à Strabon, repris ensuite par Diodore de Sicile par l’intermédiaire de Posidonius, que l’on doit une partie de cette réflexion :

  • 40 Strabon, Géographie, IV, 1, éd. et trad. Fr. Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1966 (Collection (...)

« Certains auteurs ont divisé la Celtique en trois parties et nommé, outre les Celtes, les Aquitains et les Belges. Ils considèrent les Aquitains comme formant un peuple absolument à l’écart, en raison non seulement de sa langue, mais également de son apparence physique, et ressemblant plutôt aux Ibères qu’aux Gaulois40. »

  • 41 Frédégaire, Chronique, I, 6, MGH SRM, 2, p. 24 : Gentes autem quae linguas suas habent sunt : Hebre (...)
  • 42 Haymon d’Halberstadt, Expositio super Apocalypsim, PL 117, col. 1020 : Et populo, quia plures sunt (...)
  • 43 Par exemple, Hugues de Flavigny, à propos de Charlemagne : Anno regni suo secundo, dum adhuc frate (...)
  • 44 Hincmar de Reims, Annales de Saint-Bertin, PL 125, col. 1215 : Pippinus, Pippini filius, ex monacho (...)
  • 45 M. Rouche, « Les Aquitains ont-ils trahi avant la bataille de Poitiers ? Un éclairage “événementie (...)
  • 46 Abbon de Saint-Germain, Le siège de Paris par les Normands, éd. Waquet, Paris, 1964, l. II, v. 452.
  • 47 Richer de Reims, Historia Francorum, § 3, éd. et trad. Latouche, p. 10-11 : Celtae vero ac Aquitani (...)

15L’affirmation d’une différence culturelle fondée sur la langue se retrouve à l’époque mérovingienne sous la plume de Frédégaire41, puis, au XIe siècle, sous celle d’Haymo d’Halberstadt qui distingue ainsi les Romains, les Italiens, les Francs, les Burgondes, les Aquitains, les Goths42. Ce qui domine toutefois dans le discours des auteurs du haut Moyen Âge est le thème de la perfidie. Dans l’Antiquité déjà, Jules César considérait ce peuple comme foncièrement insoumis. Cette accusation a vraisemblablement été renforcée par une histoire politique mouvementée qui, de l’époque mérovingienne au début du XIe siècle, a vu l’Aquitaine se soulever à de multiples reprises et revendiquer, les armes à la main, son indépendance. La guerre menée au VIIIe siècle par Pépin contre Waïfre, qualifiée dans les annales carolingiennes de bellum aquitanicum43, puis le désastre de Charlemagne à Roncevaux, en 778, ont exacerbé la méfiance des Pippinides face aux habitants du sud de la Loire. La difficulté à maîtriser le royaume d’Aquitaine dans le grand édifice carolingien sous Louis le Pieux puis Charles le Chauve, avec notamment la révolte de Pépin II, a fini le travail. N’accuse-t-on pas ce dernier, en Francie, de s’être associé aux pirates normands44, comme on l’avait fait auparavant pour Eudes avec les musulmans45 ? La propagande carolingienne, en ce domaine comme en bien d’autres, a été soigneusement orchestrée. Un peu plus tard, Abbon de Fleury considère l’Aquitain comme « mobile, inconstant, rusé, impatient du joug et belliqueux46 », trouvant écho chez Richer de Reims : « Les Celtes et les Aquitains joignent la sagesse à l’audace ; ils sont enclins à la révolte. Les Celtes sont toutefois plus réfléchis, les Aquitains plus emportés47. »

  • 48 L’Astronome, dans sa Vie de Louis le Pieux, raconte que lorsqu’en 785, il vient voir son père à Pad (...)

16L’accusation de caractère belliqueux se double d’une critique des mœurs aquitaines, jugées décadentes et dangereuses. Cette réputation remonte en particulier à Salvien de Marseille qui, opposant les Barbares (comprenons, les Wisigoths) et les Aquitains, accrédite pour ces derniers l’idée d’un peuple sauvage, aux mœurs dictées par les sens plus que par la raison. Son œuvre, amplement recopiée et sans doute méditée dans les monastères et chapitres cathédraux de l’empire carolingien, représente le point de départ d’une attitude de méfiance des Septentrionaux vis-à-vis des Aquitains, dont on trouve de multiples traces au cours des siècles. Il suffit pour cela de rappeler les critiques acerbes d’un Richer de Reims face aux habitudes prises par Louis V après son mariage avec Azalaïs, originaire d’Auvergne rappelant celles qui avaient marqué le séjour de Louis le Pieux lui-même au sud de la Loire dans sa jeunesse48 :

  • 49 Richer de Reims, Historia Francorum, III, 95, éd. et trad. Latouche, t. II, p. 120-121 : Ludovicus (...)

« Louis, qui n’avait pas de précepteur, ne s’intéressait, comme les adolescents, qu’à des bagatelles. Il avait abandonné pour des costumes étrangers celui de son pays. Sa situation devint lamentable ; il s’avilit et se discrédita par son impuissance à gouverner49. »

17Quelques années après, au début du XIe siècle, Raoul le Glabre renchérit en évoquant la diffusion à la cour de Robert le Pieux de nouvelles modes vestimentaires qu’il juge scandaleuses, sous l’impulsion, pense-t-on, de l’entourage de la reine Constance, d’origine aquitaine :

  • 50 Raoul Glaber, Historiarum libri, III, 40, éd. et trad. M. Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996 (Miroir d (...)

« Jadis, aux alentours du millénaire du Verbe incarné, alors que le roi Robert avait pris comme épouse la reine Constance, venue d’Aquitaine, on vit à la suite de cette princesse affluer en France et Bourgogne des hommes venus de l’Auvergne et de l’Aquitaine pleins de légèreté et de vanité, de mœurs aussi contrefaites que leurs habits, mettant un luxe effréné dans leurs armes et dans les harnais de leur monture, les cheveux coupés à mi-hauteur de la tête, la barbe rasée à la manière des histrions50. »

  • 51 Salvien de Marseille, De gubernatione Dei, lib. VII, c. 2, MGH, AA, I-1, p. 85 : Nemini dubium est (...)
  • 52 Miracula Genulphi (BHL 3359), AASS Ian. II, p. 462 : In omni prorsus Gallia, sedecim numero provinc (...)

18On peut toutefois noter que les remarques sur le caractère fougueux et emporté des Aquitains suivent souvent une description dithyrambique de la province, sorte de Paradis sur terre que Salvien qualifie même de medula Galliarum, moelle des Gaules51. Les hagiographes ne se privent pas de rappeler, en un mot ou en cent, cette opulence. L’auteur des Miracula de saint Genulphus, précisant dans son premier paragraphe la limite des provinces des Gaules (suivant en cela le texte de Jules César), considère que l’Aquitaine en est la plus heureuse et la plus opulente (felicior et fecundior)52. Hériger de Lobbes, à la fin du Xe siècle, dans ses Gesta des évêques de Tongres déjà évoqués précédemment, livre cette description :

  • 53 Trad. et étudié par J. Stiennon, « Une description peu connue... », op. cit.

« Poissonneuse dans ses rivières et dans ses fleuves, opulente par ses terres cultivées, douce comme le nectar grâce à ses vignes, semée de forêts, regorgeant de fruits, surabondamment pourvue en pâturages, comblée en or, en argent et en autres ressources métalliques, tirant profit du trafic des bateaux et des tonlieux, l’Aquitaine, d’autre part, se livre, plus que d’autres provinces, à l’ardeur de tous les plaisirs et elle est tout à la fois belliqueuse et instable par ses hommes aux mœurs farouches. Outre les municipes et les points fortifiés d’autres bourgades, elle compte des cités très renommées et très étendues, en même temps que populeuses. Parmi celles-ci, deux métropoles : l’une est Bordeaux, toujours célèbre par les mérites de ses grands hommes ; l’autre est Bourges, dont l’archevêque est, à cette époque, saint Oustrille et l’archidiacre, saint Sulpice, qui sera bientôt chargé, après le premier, des fonctions épiscopales53. »

19Il ne s’agit pas là seulement d’un discours savant, privé d’une connaissance du terrain, rédigé par des auteurs rêvant d’une contrée ensoleillée, offrant ses bienfaits en abondance. Cette image idyllique est cultivée également par les Méridionaux partis dans les pays du Nord où, peut-être, ils souffrent du mal du pays. Écrivant ses épîtres à Pépin, Ermold le Noir ne peut par exemple s’empêcher de chanter la douceur de sa Charente natale :

  • 54 Ermold le Noir, Epistulae ad regem Pippinum, éd. et trad. E. Faral, op. cit., p. 202-203 : Est fluv (...)

« Il y a, dans ma patrie, un fleuve d’antique réputation, nommé la Charente, et d’une grande beauté. Les habitants de Saintes et d’Angoulême savent qu’il fournit aux poissons un asile favorable et qu’il est bordé de gras pâturages. Des champs blonds comme l’or, des prés pleins de fraîcheur, des arbres et de la vigne en abondance. Sur les bords de l’eau, tu verras un palais éclatant, que fit exécuter la volonté de Louis54. »

***

  • 55 Expression empruntée à la Vita Goaris (cf. note 31).

20L’Aquitaine a beau être riante et opulente, elle est toutefois peuplée, rappelons-le, d’hommes qui suscitent une véritable méfiance. L’homo aquitanicus55 prédestiné à la sainteté n’est donc pas celui du haut Moyen Âge. On peut se demander alors si la prégnance de la tradition antique, dont on a vu qu’elle était au cœur de la perception géographique de l’Aquitaine, ne pourrait pas avoir également influencé de manière profonde et durable la production hagiographique septentrionale.

  • 56 Venance Fortunat, Vita Hilarii (BHL 3885), MGH AA, 4/2, p. 2: Igitur beatus Hilarius, Pictavorum ur (...)
  • 57 Ouen de Rouen, Vita Eligii (BHL 2474), MGH SRM, 4, p. 670: Igitur Eligius Lemovicas Galliarum urbe, (...)
  • 58 Vita Aredii (BHL 666), MGH SRM, 3, p. 582: Igitur beatissimus Aridius Aquitaniae provinciae in ulte (...)

21La plus grande figure aquitaine, à fois antique et chrétienne, est évidemment celle d’Hilaire, évêque de Poitiers au IVe siècle et surtout, père de l’Église dont les écrits sont copiés et médités pendant tout le Moyen Âge. Sa vita, rédigée en vers dans la deuxième moitié du VIe siècle par un des plus grands auteurs de l’Antiquité tardive, Venance Fortunat, son successeur sur le siège épiscopal de la cité poitevine et proche de la reine des Francs devenue moniale, sainte Radegonde. Fortunat évoque en ces mots l’origine d’Hilaire : « Le bienheureux Hilaire, évêque de la ville de Poitiers, est né (oriundus fuit) dans la région aquitaine, qui est séparé de l’Océan britannique de presque neuf cent milles56 ». Cette formule qui évoque l’origine de l’évêque poitevin, oriundus fuit, semble avoir marqué la tradition hagiographique ultérieure. La reprise est nette au VIIe siècle chez Ouen de Rouen, auteur de la Vita d’un de ses compagnons à la cour de Dagobert, saint Éloi, né en Aquitaine et devenu évêque de Noyon57 ainsi que dans la Vita d’Yrieix58, attribuée autrefois à Grégoire de Tours, et dont l’auteur voulait se faire passer pour un contemporain du saint abbé. Cet ensemble mérovingien influence la rédaction ultérieure de textes hagiographiques concernant des saints de même époque, par exemple celle de Didier de Cahors :

  • 59 Vita Desiderii (BHL 2143), MGH SRM, 4, p. 563 : Igitur Desiderius Cadurcensis episcopus Obrege Gall (...)

« Didier, évêque de la ville de Cahors, est originaire d’Obrege, place forte des Gaules. Cette cité, qui se trouve presque à la frontière des Gaules, aux confins de l’Aquitaine première, touche au Sud la province de Narbonnaise. C’est donc là que Didier est né (oriundus fuit) de parents très honorables qui l’emportaient en noblesse sur toutes les autres familles des Gaules. Son père, très chrétien, avait pour nom Salvius ; sa mère, honorable et pieuse, s’appelait Herchemfreda59. »

  • 60 Vita Remaclii (BHL7113), MGH SRM, 5, p. 104: Igitur ex Aquitaniae partibus oriundus fuit vir per om (...)
  • 61 Vita Sigiberti (BHL 7712), PL 87, col. 305: Erant eo tempore in Francorum regno multi apud Deum et (...)
  • 62 Vita Aichardi (BHL 181), AASS Sept. V, p. 86: Dicti enim parentes illius hac nativitate celebratis (...)

22L’usage de la formule oriundus fuit à l’époque carolingienne, dans les Vitae de saint Remacle60 ou de saint Sigebert61, est à l’évidence empruntée à une tradition ancienne remontant à la Vita Hilarii de Venance Fortunat. En arrière-plan des textes hagiographiques carolingiens se dessine donc la figure de saint Hilaire, évêque de Poitiers, un des plus grands saints de la Chrétienté à l’origine de la vocation monastique de saint Martin le premier moine d’Occident, champion de l’orthodoxie contre l’hérésie arienne. La référence est même explicite dans la Vita de saint Aichard, né à Poitiers et devenu par la suite abbé de Jumièges62.

  • 63 Meginfred de Magdebourg, Vita Emmerami (BHL 2540), AASS Sept. VI, p. 489: Est in Aquitaniae partibu (...)
  • 64 Vita Landiberti (BHL 4677), MGH SRM, 6, p. 414: Eo etiam tempore, quo predicti Ebroini crudelitas r (...)
  • 65 Vita Maximini Ia (BHL 5822), AASS Maii VII, p. 21 : Postquam itaque ipse, cuius horide festiva a no (...)

23La cité de Poitiers, l’une parmi toutes celles qui parsèment le territoire situé au sud de la Loire, semble d’ailleurs particulièrement favorisée dans la tradition hagiographique, plusieurs saints d’origine aquitaine avérée ou supposée étant nés dans l’antique cité de Poitiers comme on l’a vu précédemment. Meginfred de Magdebourg, dans sa Vita de saint Emmeran, insiste sur le fait que c’est dans cette ville célèbre par les hommes illustres qui ont marqué son histoire que le jeune homme vient apprendre les lettres (ad discendas sacrae institutionis literas scholis traditus63). À l’orthodoxie de la pensée religieuse vient donc s’ajouter un autre élément, celui de l’excellence des études littéraires. Pour les hagiographes, un jeune homme venant d’Aquitaine est forcément litterarum studiis eruditus, comme le dénommé Hubert, mentionné dans la Vita de saint Lambert de Trêves64. L’hagiographe de saint Maximin de Trêves insiste de même sur le fait que tous les enfants de la famille divinis bene eruditi sunt legibus65.

  • 66 Jérôme, De viris illustribus, c. 100, PL 23, col. 699.
  • 67 Gennade de Marseille, De scriptoribus ecclesiasticis, c. 19, PL 58, col. 1072 : Severus presbyter, (...)
  • 68 Ibid., c. 86, col. 1107 : Prosper homo Aquitanicae regionis, sermone scholasticus et assertionibus (...)
  • 69 Ibid., c. 88, col. 1112 : Victorius, homo natione Aquitanus, calculator scrupulosus, invitatus a sa (...)
  • 70 Isidore de Séville, Etymologiae, livre VI, c. 17, 1, PL 82, col. 245 : Paschalem cyclum Hippolytus (...)
  • 71 Adon De Vienne, Chronicon, PL 123, col. 94 : Hilarius urbis Pictavorum Aquitanicae episcopus, facti (...)
  • 72 Ibid., col. 100: Severus presbyter, cognomento Sulpitius, Aquitanicae provinciae, vir genere et lit (...)
  • 73 Ibid., col. 104: Sed et Prosper Aquitanicae regionis, notarius beati Leonis, a quo dictatae credunt (...)

24Dans tous ces textes hagiographiques, l’Aquitaine est donc clairement associée à un courant littéraire florissant, vraisemblablement celui de la fin de l’Antiquité. L’auteur « aquitain » le plus connu est bien évidemment Hilaire de Poitiers mentionné par saint Jérôme comme l’un de ses hommes illustres66. Parmi les auteurs ecclésiastiques qu’il juge digne de la postérité, Gennade de Marseille en cite trois d’origine aquitaine, Sulpice Sévère67, Prosper d’Aquitaine68 et Victorius Calculus69. Ces deux derniers sont assez célèbres pour être également mentionnés par Isidore de Séville dans son chapitre sur le cycle pascal70. Dans sa chronique, Adon de Vienne retient quant à lui Hilaire71, Sulpice Sévère72 et Prosper d’Aquitaine73. À ces auteurs, il faut évidemment ajouter les poètes et rhéteurs de l’école de Bordeaux, notamment Ausone et Paulin de Nole, ainsi que Sidoine Apollinaire ou encore Venance Fortunat, auteurs tant et tant de fois recopiés dans les scriptoria ou dont les œuvres se trouvent dans tant de bibliothèques médiévales. À l’heure des réformes religieuses et de la réécriture des textes hagiographiques pour les rendre plus conformes aux canons du latin classique, quoi de moins étonnant que de se laisser porter par une telle tradition littéraire ?

  • 74 Il s’agit probalement d’un cliché hagiographique ; voir B. Merdrignac, « Le travail dans les Vitae(...)
  • 75 Cf. note 25.

25Enfin, les hagiographes insistent sur la noblesse de leur héros, ce qui est courant pour l’époque mais qui se double dans le cas de l’Aquitaine d’une origine sénatoriale74 ; s’il naît au sud de la Loire, le saint n’est ni wisigoth ni franc, mais indigena, romain, et appartient à la haute aristocratie, ainsi le précise par exemple Loup de Ferrières, au IXe siècle, pour saint Maximin de Trêves : indigena clarissimis est ortus natalibus, siquidem antiquam prosapiam, a maioribus senatorii ordinis deductam75...

***

26Ce rapide tour d’horizon montre finalement que si l’Aquitaine a, entre le IXe et le XIIe siècle, une certaine réputation de terre de sainteté, ce n’est pas en référence à celle du haut Moyen Âge, pillée par les armées de Pépin le Bref lors du bellum aquitanicum, accablée pendant tout le IXe siècle par les raids normands qui dévastent cités et monastères et dispersent les reliques, oppressée par la lutte sans merci entre Charles le Chauve et Pépin II. Plus sûrement, les hagiographes se reportent à une Aquitaine antique, chrétienne et lettrée, celle d’Hilaire, de Sulpice Sévère et de Prosper d’Aquitaine, et surtout à une Aquitaine paisible et opulente, heureuse grâce aux dons de la nature et à la foi de ses hommes, une Aquitaine sans doute en grande partie rêvée.

Notes

1 J. Clemens, « Aquitaine », dans Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, dir. A. Vauchez, collab. C. Vincent, Paris, Le Cerf, 1997, p. 100-102 ; parmi les historiens de l’Aquitaine du haut Moyen Âge, citons en particulier M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781. Naissance d’une région, Paris, J. Touzot – Éditions de l’EHESS, 1979 et L. Auzias, L’Aquitaine carolingienne (778-987), Toulouse, 1937 (Bibliothèque méridionale, 2e sér., 28), rééd. Pau, Princi Negue, 2003 ainsi que, pour compléter ce dernier, Ph. Wolff, « L’Aquitaine et ses marges », dans Karl der Große. Lebenswerk und Nachleben, éd. W. Braunfelds, t. I : Persönlichkeit und Geschichte, éd. H. Beumann, Düsseldorf, 1965, p. 269-306.

2 En ce qui concerne le flou de la conception territoriale, on peut suivre I. Cartron, « L’Aquitaine mérovingienne : perceptions de l’espace politique aquitain d’après les sources écrites franques », Bulletin de l’Association française d’archéologie mérovingienne, no 31, 2007, p. 20-22, résumant sa communication présentée aux XXVIIIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, 28-30 sept. 2007, Vouillé et Poitiers (actes à paraître en sous la dir. de L. Bourgeois). D’un point de vue culturel, voir Chr. Lauranson-Rosaz, « Être auvergnat dans l’Aquitaine carolingienne... L’identité auvergnate durant le haut Moyen Âge (VIIIe-XIe siècle), Langages et peuples d’Europe. Cristallisation des identités romanes et germaniques (VIIe-XIe siècle). Colloque international organisé par le Centre Européen d’Art et de Civilisation Médiévale de Conques et l’Université de Toulouse-Le Mirail (Toulouse-Conques, juillet 1997), éd. M. Banniard, Paris, Toulouse, CNRS – Université, 2002, p. 157-177.

3 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 634 : Has omnes provincias dum Franci occupassent, in duas tantummodo partes dividentes, eam quae septentrionem versus tenditur et inter Mosam et Rhenum est, Austriam ; illam vero, quae a Mosa ad Ligerim usque pertingit, Neustriam vocaverunt. Pars tamen Lugdunensis Galliae, quam Burgundiones occupaverant, Burgundiae nomen retinuit. Aquitania quoque avitum non est dignata nomen mutare.

4 Orose, Histoire (Contre les païens), livre I, 2, § 67-68, éd. et trad. M.-P. Arnaud-Lindet, Paris, Les Belles Lettres, 1990 (Collection des Universités de France), p. 29 : Aquitanica provincia obliquo cursu Ligeris fluminis, qui ex plurima parte terminus eius est, in orbem agitur. Haec a circio oceanum qui aquitanicus sinus dicitur, ab occasu Hispanias habet, a septentrione et oriente Lugdunensem, ab euro et meridie Narbonensem provinciam contigit..

5 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 632 : III. Galliam omnem in quatuor provincias Orosius hoc modo dividit...

6 Isidore de Séville, Etymologiae, livre XIV, c. 4, PL 82, col. 508-509 : Aquitania autem ab obliquis aquis Ligeri fluminis appellata, quia ex plurima parte terminus ejus est, eamque pene in orbem cingit ; repris par Raban Maur, De universo (PL 111, col. 350) et Atto de Vercelli, Exposition sur les épîtres de saint Paul (PL 134, col. 493).

7 Hériger de Lobbes, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, MGH SS, 7, p. 181 : Sanctus autem Amandus et beatus Remaclus et sanctus Goar Aquitaniam nativitatis suae illustrabant auspiciis.

8 Ibid., § 41, p. 181 : Est autem Aquitania, quam quidam partem fere terciam autumant Galliarum, ab obliquis aquis Ligeris fluminis nuncupata, qui ex plurima parte eam limitat, peneque in orbem circumdat. Haec a circio habet occeanum, qui Aquitanicus sinus dicitur, ab occasu Hyspanias, a septentrione et oriente Lugdunensem provintiam, ab euro et meridie Narbonensem ; trad. J. Stiennon, « Une description peu connue de l’Aquitaine par Hériger de Lobbes († 1007) », Annales du Midi, 72 (1960), p. 273-286.

9 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 632 : Julius vero Caesar, qui cum ejusdem terrae incolis decennio bellum gessit, concordante secum Plinio multisque aliis philosophis, tres tantum vult esse provincias. Il renvoie ici à Pline, Histoire naturelle, IV, 108-109 (éd. I. Jan et K. Mayoff, Leipzig, Teubner, 1906) et à César, Guerre des Gaules, § I-1, éd. et trad. L. A. Constans, Paris, Les Belles Lettres, 1926 (Collection des universités de France), t. I (livres I-IV), p. 1-3.

10 Richer de Reims, Historia Francorum, § I-2, éd. R. Latouche, Paris, Les Belles Lettres, 1930-37, 2 vol. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), t. I (888-954), p. 6-9 : Istius Galliae per partes distributio Gallia ergo et ipsa in tria distincta est : in Belgicam, Celticam, Aquitanicam. Quarum prior Belgica, a Rheno, qui Germaniam ab Oceano determinat, quae, multarum gentium ferax, a germinando nomen accepit, exporrigitur usque in fluvium Matronam. Ab utroque vero latere, hinc quidem Alpibus Penninis, inde vero mari vallatur, cujus circumfusione insula Brittannica efficitur. Celtica autem a Matrona per longum in Garunnam distenditur ; cujus latera, oceani Brittannici et insulae Brittannicae limites habent. Quicquid vero a Garunna distenditur in Pireneum, Aquitanica appellatur, hinc Rhodano Ararique atque inde Mediterraneo conlimitans. Constat itaque, totius Galliae spatium ab oriente quidem Rheno, ab occidente Pyreneo, et a septentrione mari Brittannico, ab austro vero Mediterraneo cingi.

11 Astronome, Vita Ludovici, c. 47, MGH SS, RG, 64, p. 472 : Fracto ergo multo exercitu laboris incommodo et inproviso excursu Aquitanorum subinde et moleste ferente, statuit imperator ad villam, cuius vocabulum est Restis, venire, ibique Ligeris amne transmeato, in Frantiam hiematum redire.

12 Ermold le Noir, Epistula ad Hludowicum regem, éd. E. Faral, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, Paris, H. Champion, 1932 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 14), p. 58-59 : Trans fluvium Ligeris locus est quippe uber et aptus ; Cingitue hinc silvis, hinc quoque planitie ; At medius pladico fluviorum gurgite vernat, Piscibus est habilis, est locuplesque feris. Quo Hludowicus ovans praecelsa palatia struxit. Quaeris ? Inest Thedwat nomen, amice, sibi.

13 Odorannus de Sens, Chronique, chap. I, Opera omnia, éd. et trad. R.-H. Bautier et M. Gilles, Paris, CNRS, 1972 (Sources d’histoire médiévale publiées par l’IRHT, 4) : Quicquid vero citra Ligerim, id est in Francia, vel ultra Ligerim, id est in Aquitania, sive de possesso seu de adquisito habere potuit, eidem casae Dei sub titulo testamenti condidi.

14 Aimoin de Fleury, Historia Francorum, PL 139, col. 632 : Urbs vero Bituriga atque Turonica, secundum Orosii diffinitionem, qui Aquitaniam a flumine Ligeris usque ad Pyrenaeos determinat montes, quamque moderni sequuntur, non in Celtica Gallia, sed magis in Aquitania sunt provincia.

15 Paul Diacre, Historia Langobardorum, MGH SS, RL, p. 51; trad. Fr. Bougard, Turnhout, Brepols, 1998 (coll. Miroir du Moyen Âge), p. 16 : Affirmant esse et aliam hujusmodi voraginem, inter Britanniam insulam, Galliamque provinciam ; cui etiam rei astipulantur Sequanicae, Aquitaniaeque littora, quae bis in die tam subitis inundationibus opplentur, ut qui fortasse aliquantulum introrsus littore repertus fuerit, evadere vix possit.

16 Ermentaire, Vita Philiberti (BHL6807), § XXI, éd. R. Poupardin, Monuments de l’histoire des abbayes de Saint-Philibert (Noirmoutier, Grandlieu, Tournus), Paris, Picard, 1905 (Collection de textes pour servir à l’étude et l’enseignement de l’histoire), p. 13 : Cumque eum vellet secum retinere in urbe et sanctus Filibertus semper desideraret heremi vastitatem, largiente Domino, Hero maris in insula locavit coenobium...

17 Paschase Radbert, Vita Adalhardi (BHL58), MGH SS, 2, p. 524 sq. : Quod factum procul dubio creditur, ut septem annis, qui ad hoc sacratus est numerus, sancto ibidem spiritu ageretur, si quomodo septiformem ejusdem spiritus gratiam ex integro accipere meruisset : alioquin non talis ac tanta fuisset collata virtutum fama, nisi quia divino arbitrio conventum est, ut qui pene omnibus Europae partibus jam clarus inerat, etiam Aquitaniae solum extremis finibus illustraret : ut qui sibi pollebat ubique sanctitatis nomine, illuc usque cunctis clarior redderetur, ac deinde ubique fultus Dei auxilio praemiis meritorum uberius abundaret.

18 On la trouve par exemple dans les Annales de Saint-Bertin, au IXe siècle : Dani Aquitaniam maritimam impetunt et praedantur, urbemque Burdegalam diu oppugnant, MGH SS, RG, 5, p. 1-11.

19 Alcuinus Arnoni archiepiscopo Salisburgensi, MGH, Ep., 4, no 184, p. 309 : Paganae vero naves, ut audistis multa mala fecerunt per insulas Oceani partibus Aquitaniae ; pars tamen ex illis periit, et occisi sunt in littore, quasi centum quinque viri ex illis praedatoribus.

20 Astronome, Vita Ludovici, MGH SS, RG, 2, p. 607-608 : transiit Garonnam fluvium Aquitanorum et Vasconum conterminem.

21 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, VI, 12, éd. et trad. dans Histoire de l’Aquitaine. Documents, dir. Ch. Higounet, Toulouse, Privat, 1973 (Histoire de la France et des pays francophones), p. 6.

22 Pseudo-Frédégaire, Chronique, IV, 78, éd. et trad. ibid., p. 7.

23 La genèse de la réputation des Basques a été bien étudiée par J. J. Larrea, « Aux origines littéraires d’un mythe historiographique : l’identité basque au haut Moyen Âge », dans Langages et peuples d’Europe..., 2002, op. cit., p. 129-156.

24 Cf. notes 38 et 62.

25 Loup de Ferrières, Vita Maximini (BHL 5824), MGH SRM, 3, p. 74 : Maximinus urbis Aquitanicae Pictavorum indigena clarissimis est ortus natalibus, siquidem antiquam prosapiam, a maioribus senatorii ordinis deductam, eius parentes sortiti, Maxentium atque hunc Maximinum felicio auspicio procrearunt, qui nobiliter educati, sacris pariter litteris instruebantur, futuri quandoque christiani dogmatis egregii defensores.

26 Vita Hildetrudis (BHL 3953), AASS Sept. VI, p. 461 : In his erat comes quidam nomine Wibertus, genere nobilis et actibus, pago Pictaviensis ex nobilissima prosapia ortus, et uxor illi nomine Ada, ex Francorum nobilioribus. [...] Erat illis filia Hiltrudis nomine.

27 Milon de Saint-Amand, Vita Amandi II (BHL 341), MGH SRM, 5, p. 457 : Qui, sicut probabili argumento, historiis ac cronicis sibi concinentibus, investigamus, anno ab incarnatione domini nostri Iesu Christi DLXXI nonis mai mensis in provincia Aquitaniorum et pago praefatae regionis vocabulo Herbatilico ex patre Sereno, genetrice Amantia nativitatis initium habuit.

28 Vita CarileffiAnisolensis (BHL 1568), MGH SRM, 3, cap. 2, p. 389 : Igitur vir vitae venerabilis Carileffus ex provincia Aquitaniae pago Arvernico ortus parentibus non inprobis et credentibus Christo, ibique in crepundiis lactantis infantiae ablactatus est et nutritus.

29 Adson de Montier-en-Der, Vita Basoli (BHL 1034-1035), § 7, éd. M. Goullet, Adsonis Deversensis opera hagiographica, Turnhout, Brepols, 2003 (Corpus christianorum, Series medievalis, 198), p. 224 : Igitur beatissimus Basolus, Aquitania provincia inclyto parentum germine exortus, territorio urbis Lemovicine natu et genere fuit nobilissimus.

30 Vita Adelphi (BHL 76), AASS Aug. VI, p. 507 : Beatus igitur Adelphus in Aquitaniae provintia ultra fluvium, qui Ligeris dicitur, ex nobilissimis atque in rebus seculi potentissimus natus fuit : quibus tamen ipse sanctitate nobilior et in fide Christi sublimior extitit.

31 Vita Goaris (BHL 3565), MGH SRM, 4, p. 411: In diebus Childeberti regis Francorum, filio Chlodoveo, erat vir venerabilis nomine Goar, homo aquitanicus, cujus pater vocatur Georgius et mater eius Valeria.

32 Vita Aviti (BHL 882), AASS Jun. IV, p. 284 : Fuerunt namque hujus memorabilis viri genitoris religiosi, in Aquitaniae partibus juste et religiosi conversati. On peut remarquer que dans la version du IXe siècle (BHL 879), Avit est originaire d’Orléans et d’humble extraction : Igitur Avitus infra Aurelianorum menia plebeio sanguine cretus exiguis parentibus ; Virdonensis namque oppidi genetrix oriunda refulsit, ingenuitatis tamen genus et meritum vindicabat. Illam ad predictam urbem conditio egestatis et inopiae causa convexerat, MGH SRM, 3, p. 383.

33 Adson de Montier-en-Der, Vita Bercharii (BHL 1178), éd. M. Goullet, op. cit., p. 305 : Prioris monimenta temporis pagum Aquitanicum ortus eius tradidere ac generis fuisse exordium.

34 Étienne de Liège, Vita Modoaldi (BHL 5986), AASS Mai III, p. 52 : Vir venerandae memoriae Modoaldus, gemina ingenuitate non mediocriter insignitus, ex inclita Aquitanorum prosapia, luna pulchrius, sole splendidius, ad honorem Dei et Ecclesiae refulsit.

35 Hériger de Liège, Vita Hadalini (BHL 3733), PL 139, col. 1141 : Fuit B. Hadalinus Aquitaniae territorio cretus, nobili propagine ortus, in tenera aetate morum probitate grandaevus, pueritiae annos excedens.

36 Baudemond, Vita Amanti (BHL 332) : Amantus igitur sanctissimus atque religiosissimus, Aquitaniae partibus haut procul a maris Oceani litore ex christianis atque inclytis parentibus editus puer. Éd. AASS Febr. I, p. 859.

37 Ammien Marcellin, Historia, XV, 11, 7-15, éd. et trad. A. Chastagnol, Paris, Les Belles Lettres, 1968 (Collection des Universités de France), p. 141-142 : In Aquitania, quae Pyrenaeos montes et eam partem spectat oceani, quae pertinet ad Hispanos, prima provincia est Aquitanica, amplitudine civitatum admodum culta ; omissis aliis multis Burdigala et Arverni excellunt et Santones et Pictavi.

38 Arbéo de Freising, Vita Haimhrammi, rec. A, MGH SS, RG, 13, p. 27 : In cuius Aquitaniae praedictae partibus Pictavis vocabulo urbs antiqua sita dinoscitur...

39 Milon de Saint-Amand, Vita Amandi (BHL 333), MGH Poet. lat., 3, p. 567-609 : Est regio antiquis Aquitania dicta colonis,/Bellipotens, et frugiferax, populosaque tellus,/Fertilior tamen et multum fecundior hinc est,/Quod talem fructum venerando protulit ort.

40 Strabon, Géographie, IV, 1, éd. et trad. Fr. Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1966 (Collection des Universités de France), t. II (livres III et IV), p. 120.

41 Frédégaire, Chronique, I, 6, MGH SRM, 2, p. 24 : Gentes autem quae linguas suas habent sunt : Hebrei, qui et Iudaei, Assirii, Persae..., Norici, Dalmatae, Romani, qui et Latini, Lygires, Galli, qui et Celtae, Aquitani, Bruttanni, Hispani, qui et Terreni, Mauri...

42 Haymon d’Halberstadt, Expositio super Apocalypsim, PL 117, col. 1020 : Et populo, quia plures sunt populi quam linguae, utpote cum una lingua multae gentes loquuntur, sicut Romani, Itali, Franci, Burgundiones, Aquitani, Gotthi, licet quasdam unaquaeque gens habeat proprietates.

43 Par exemple, Hugues de Flavigny, à propos de Charlemagne : Anno regni suo secundo, dum adhuc frater viveret, bellum aquitanicum a patre inchoatum, sed nondum finitum, tanta felicitate consummavit, ut omnem et Aquitaniam et Wasconiam sibi retineret et sibi subiceret, MGH SS, 8, p. 351.

44 Hincmar de Reims, Annales de Saint-Bertin, PL 125, col. 1215 : Pippinus, Pippini filius, ex monacho laicus et apostata factus, se Nortmannis conjungit, et ritum eorum servat.

45 M. Rouche, « Les Aquitains ont-ils trahi avant la bataille de Poitiers ? Un éclairage “événementiel” sur les mentalités », Le Moyen Âge, 1968, p. 5-25.

46 Abbon de Saint-Germain, Le siège de Paris par les Normands, éd. Waquet, Paris, 1964, l. II, v. 452.

47 Richer de Reims, Historia Francorum, § 3, éd. et trad. Latouche, p. 10-11 : Celtae vero ac Aquitani consilio simul et audatis plurimi, rebus seditiosis commodi. Celtae tamen magis providi, Aquitani vero praecipites aguntur..

48 L’Astronome, dans sa Vie de Louis le Pieux, raconte que lorsqu’en 785, il vient voir son père à Paderborn, il est habillé en Gascon, MGH SS, 2, p. 609 :... habitu Wasconum cum coaevis sibi pueris indutus, amiculo scilicet rotundo, manicis camisae diffusis, cruralibus distentis, calcaribus caligulis insertis, missile manu ferens.

49 Richer de Reims, Historia Francorum, III, 95, éd. et trad. Latouche, t. II, p. 120-121 : Ludovicus vero, quia morum informatorem non habebat, utpote adolescens levium rerum vanitatibus insistebat. Habitumpatriae gentispro peregrinis penitus deposuerat. Itaque in miserandam fortunam res penitus dilapsa est ut et moribus degener, et regnadi impotentia inglorius esset.

50 Raoul Glaber, Historiarum libri, III, 40, éd. et trad. M. Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996 (Miroir du Moyen Âge), p. 219 : Olim igitur circa millesimum incarnati Verbi annum, cum rex Robertus accepisset sibi reginam Constantiam a partibus Aquitaniae in conjugium, coeperunt confluere gratia ejusdem reginae in Franciam atque Burgundiam, ab Arvernia et Aquitania, homines omni levitate vanissimi, moribus et veste distorti, armis et equorum phaleris incompositi, a medio capitis nudati, histrionum more barbis rasi, caligis et ocreis turpissimi, fidei et pacis foedere omnino vacui. Quorum itaque nefanda exemplaria, heu ! proh dolor ! tota gens Francorum nuper omnium honestissima ac Burgundionum sitibunda rapuit, donec omnis foret nequitiae et turpitudinis illorum conformis. Si quilibet vero religiosus ac Deum timens talia gerentes compescere tentavisset, ab eisdem insania notabatur. Voir à ce sujet, H. Platelle, « Le problème du scandale : les nouvelles modes masculines aux XIe et XIIe siècles », Revue belge de philologie et d’histoire, LIII (1975), p. 1071-1096.

51 Salvien de Marseille, De gubernatione Dei, lib. VII, c. 2, MGH, AA, I-1, p. 85 : Nemini dubium est Aquitanos ac Novempopulos medullam fere omnium Galliarum et uber totius fecunditatis habuisse ; nec solum fecunditatis, sed, quae praeponi interdum fecunditati solent, jucunditatis, voluptatis, pulchritudinis.

52 Miracula Genulphi (BHL 3359), AASS Ian. II, p. 462 : In omni prorsus Gallia, sedecim numero provinciae habentur, quarum omium felicior atque fecundior Aquitania.

53 Trad. et étudié par J. Stiennon, « Une description peu connue... », op. cit.

54 Ermold le Noir, Epistulae ad regem Pippinum, éd. et trad. E. Faral, op. cit., p. 202-203 : Est fluvius nostris fama modo notus in arvis, Qui Curantam inest nomen et amplus honor ; Piscibus hunc habilem et pratorum germine laetum Sanctonus adfirmat, nec Egelisma minus ; Aurea rura sibi flavescunt, rosea prata, Fertilis arboritus, vitibus atque satis ; Haud procul hunc propter laqueata palatia cernes, Quod, Hluduwice, tuus sermo peregit opus. Illuc, crede mihi, super pascalia festa Conjuge cum digna rex peragenda fuit.

55 Expression empruntée à la Vita Goaris (cf. note 31).

56 Venance Fortunat, Vita Hilarii (BHL 3885), MGH AA, 4/2, p. 2: Igitur beatus Hilarius, Pictavorum urbis episcopus, regionis Aquitaniae oriundus fuit, quae ab Oceano Britannico fere millibus nonaginta sejungitur.

57 Ouen de Rouen, Vita Eligii (BHL 2474), MGH SRM, 4, p. 670: Igitur Eligius Lemovicas Galliarum urbe, quae ab oceano Britannico fere ducentorum millium spatio sejungitur, in villa Catalanense quae a praedicta urbe sex circiter millibus ad septentrionalem plagam vergit, oriundus fuit.

58 Vita Aredii (BHL 666), MGH SRM, 3, p. 582: Igitur beatissimus Aridius Aquitaniae provinciae in ulteriore Gallia, quae ad plagam respicit occidentalem, parentella nobili generatus, Lemovicum civitatis oriundus fuit, ut esset lucerna cunctis fidelibus, Domino condonante, militibus suis.

59 Vita Desiderii (BHL 2143), MGH SRM, 4, p. 563 : Igitur Desiderius Cadurcensis episcopus Obrege Galliarum oppido oriundus fuit. Haec itaque civitas in extremis pene Galliarum finibus sita ; regionibus quippe Aquitaniarum extrema, habens a meridie provinciam Narbonensem. In hac ergo parentibus honestissimis, et apud Gallicanas familias prae caeteris generositate ornatis, Desiderius exortus est. Pater ejus christianissimus, vocabulo Salvius, mater vero ejusdem honesta, Harchenefreda dicta est. La traduction de ce passage a été effectuée dans le cadre du séminaire du CESCM de Poitiers consacré à la Vita Desiderii et auquel participent, entre autres, Edina Bozóky, Élisabeth Carpentier, Philippe Depreux, Georges Pon et moi-même.

60 Vita Remaclii (BHL7113), MGH SRM, 5, p. 104: Igitur ex Aquitaniae partibus oriundus fuit vir per omnia et vita et nomine Remaclus parentibus nobilis se d fide nobilior.

61 Vita Sigiberti (BHL 7712), PL 87, col. 305: Erant eo tempore in Francorum regno multi apud Deum et homines sanctitate praedicabiles et virtutibus. Inter quos sanctus Amandus Elnonensis clarebat gloriosius : qui, ex Aquitania oriundus, Christum, relictis omnibus, sequebatur, et labores voluntariae peregrinationis instantia divinae praedicationis consolabatur, et ejus cultu seges uberrima per Franciam in horrea Christi congregabatur.

62 Vita Aichardi (BHL 181), AASS Sept. V, p. 86: Dicti enim parentes illius hac nativitate celebratis veluti suavissimo liquore peruncti, post oblationem pueri summa cum diligentia tradiderunt illum ad erudiendum cuidam viro sapienti et famosissimo, nomine Ansfrido, praedictae civitatis ex monasterio beati Hylarii coenobitae justo cujus doctrina atque sanctitas erat tanta, ut sine dubio quis cum eo morans nihil aliud videret nisi sancta, nichilque aliud ageret quam justa : tantaque religio in eo excreverat, ut rudis Martinus diceretur a suis concivibus propter sanctitatem suam.

63 Meginfred de Magdebourg, Vita Emmerami (BHL 2540), AASS Sept. VI, p. 489: Est in Aquitaniae partibus urbs virorum illustrium titulis celeberrima, nomine Pictavis, in qua beatus Emmerammus sinu christianorum parentum est nutritus et ad discendas sacrae institutionis literas scholis traditus.

64 Vita Landiberti (BHL 4677), MGH SRM, 6, p. 414: Eo etiam tempore, quo predicti Ebroini crudelitas regnum Francorum graviter opprimebat, erat adolescens nobilis aquitanus genere sub Theodorico rege comes palatii Hugbertus nomine et litterarum studiis eruditus et armorum exercitatione strenuus.

65 Vita Maximini Ia (BHL 5822), AASS Maii VII, p. 21 : Postquam itaque ipse, cuius horide festiva a nobis agitur dies, sanctus videlicet Maximinus, et Maxentius frater eius, ac Iovinus, divinis bene eruditi sunt legibus.

66 Jérôme, De viris illustribus, c. 100, PL 23, col. 699.

67 Gennade de Marseille, De scriptoribus ecclesiasticis, c. 19, PL 58, col. 1072 : Severus presbyter, cognomento Sulpitius, Aquitanicae provinciae, vir genere et litteris nobilis, et paupertatis atque humilitatis amore conspicuus, clarus etiam sanctorum virorum Martini Turonensis episcopi, et Paulini Nolensis notitia, scripsit non contemnenda opuscula.

68 Ibid., c. 86, col. 1107 : Prosper homo Aquitanicae regionis, sermone scholasticus et assertionibus nervosus, multa composuisse dicitur.

69 Ibid., c. 88, col. 1112 : Victorius, homo natione Aquitanus, calculator scrupulosus, invitatus a sancto Hilario urbis Romae episcopo, composuit Paschalem Cursum indagatione cautissima.

70 Isidore de Séville, Etymologiae, livre VI, c. 17, 1, PL 82, col. 245 : Paschalem cyclum Hippolytus episcopus temporibus Alexandri imperatoris primus conscripsit. Post quem probatissimi auctores Eusebius Caesariensis Theophilus Alexandrinus, Prosper quoque natione Aquitanus, atque Victorius amplificatis ejusdem festivitatis rationibus, multiplices circulos ediderunt. Passage repris par Raban Maur dans son De universo (PL 111, col. 125).

71 Adon De Vienne, Chronicon, PL 123, col. 94 : Hilarius urbis Pictavorum Aquitanicae episcopus, factione Saturnini Arelatensis episcopi de synodo Biterrensi in Phrygiam relegatur sub Constantio, ubi duodecim libros adversum Arianos confecit, et librum de synodis ad Galliarum episcopos scripsit ; et alia reversus ab exsilio catholica et nimis praeclara opera. Serapion Thaneos episcopus, elegantis ingenii, sub Constantio etiam in confessione fidei inclytus moritur.

72 Ibid., col. 100: Severus presbyter, cognomento Sulpitius, Aquitanicae provinciae, vir genere et litteris nobilis, et paupertatis amore conspicuus, charus etiam sanctorum episcoporum Martini Turonensis et Paulini Nolani, moritur. Hic in senectute sua a Pelagianis deceptus, et agnoscens loquacitatis culpam, silentium usque ad mortem tenuit, ut peccatum quod loquendo contraxerat tacendo penitus emendaret.

73 Ibid., col. 104: Sed et Prosper Aquitanicae regionis, notarius beati Leonis, a quo dictatae creduntur esse epistolae adversus Eutychem de vera incarnatione Chisti, et libero arbitrio male sentientem.

74 Il s’agit probalement d’un cliché hagiographique ; voir B. Merdrignac, « Le travail dans les Vitae des saints bretons », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1988, p. 39-40.

75 Cf. note 25.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search