Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cadres à l'épreuve du travail

 | 
Olivier Cousin

Chapitre VII. L’opacité de l’évaluation

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le système d’évaluation et de récompense du travail concentre en lui toutes les attentes, toutes les critiques et toutes les ambivalences. Par définition, les salariés, quels que soient leur statut et leur poste, estiment qu’ils ne sont jamais assez payés, qu’ils ne sont jamais récompensés à la hauteur de leurs investissements, ce qui ne les empêche pas de penser qu’ils peuvent être correctement rémunérés1. L’épreuve de l’organisation se démarque de l’épreuve subjective dans la mesure où elle ne porte pas sur les mêmes objets et engage les acteurs à un autre niveau, en ayant un caractère public et ritualisé. Obtenir une augmentation ou une promotion, c’est voir reconnaître officiellement son travail, son engagement dans le travail et dans l’entreprise, c’est donc à la fois un signe de reconnaissance et de confiance, laissant parfois augurer d’autres tâches ou responsabilités. L’épreuve de l’organisation délivre un double message en récompensant les actions passées et en ouvrant des ...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540