Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connaître l'Antiquité

 | 
Corinne Bonnet
, 
Véronique Krings
, 
Catherine Valenti

Notes sur l’usage des réseaux dans les sciences sociales

Gilles Bastin

Texte intégral

  • 1 Les méthodes sur lesquelles elle se fonde peuvent apparaitre au profane comme très éloignées de ce (...)

1L’analyse de réseaux a connu dans les années récentes une très importante diffusion dans de nombreuses disciplines des sciences sociales. Alors qu’elle était cantonnée, il y a peu, aux spécialistes de la méthodologie et à des objets d’étude bien particuliers comme les marchés du travail ou les relations familiales, elle s’est à la fois largement « démocratisée » (du point de vue de l’accès aux méthodes et aux outils informatiques qui la rendent possible) et étendue dans ses objets1. Un important travail d’élaboration conceptuelle mené par les utilisateurs de ce type d’analyse a par ailleurs permis que la notion même de réseau – dont la légitimité dans les sciences sociales est inférieure à celle de classe, de groupe ou de profession par exemple – soit plus largement utilisée, même si, comme on essaiera de le montrer, elle reste finalement peu définie.

  • 2 Ces notes ont été rédigées à l’occasion d’une séance du séminaire « L’Antiquité en réseaux » du la (...)
  • 3 Il n’est pas anodin de noter que ce sont d’ailleurs souvent des historiens qui se sont faits les p (...)

2L’objectif des notes qui suivent est de fournir à un public de non spécialistes de l’analyse des réseaux quelques clés permettant de comprendre comment cette notion s’est imposée dans les sciences sociales à partir de premiers usages que l’on situera dans la sociologie américaine. Il est aussi de fournir des points de repère méthodologiques permettant à des historiens de juger de l’intérêt de mettre en œuvre des techniques, certes accessibles aujourd’hui à tout possesseur d’un ordinateur, mais cependant encore assez complexes2. Pour cette raison, les exemples mobilisés le seront autant que possible dans des champs proches de ceux qu’explore l’historien de l’Antiquité et celui des correspondances savantes3.

3Ces notes sont organisées en trois parties distinctes. Dans la première c’est à la généalogie de la notion de « réseaux » dans les sciences sociales qu’elles seront consacrées (je prendrai la liberté de parler alors d’usages archaïques de la notion) ; dans la seconde partie, ce sont les approches dites « structurales » de la notion qui seront au centre de l’exposé (je parlerai alors d’usages méthodologiques) ; enfin, dans la troisième partie, ce sont ses usages métaphoriques dans des travaux récents de sociologie qui seront particulièrement analysés.

Les origines archaïques de la sociologie des réseaux

4C’est dans les années 1960 que la notion de « réseau » fit son apparition, de façon massive, dans la production des sciences sociales. L’anthropologue britannique John Barnes, un représentant de l’École de Manchester, est souvent crédité de cette innovation pour avoir cherché dès les années 1950 à décrire finement, dans des communautés insulaires, les réseaux de coopération entre individus, qu’il assimilait à un véritable « système de classes » (Barnes, 1954). Une consultation rapide des sommaires des deux principales revues de sociologie aux États-Unis, l’American Journal of Sociology, fondé en 1895, et l’American Sociological Review, fondé en 1936, montre cependant que seuls 40 articles portent le terme dans leur titre depuis la fin du XIXe siècle et que le premier a été publié en 1967 seulement (Beshers et Laumann, 1967). Cette relative invisibilité dans les lieux de publications les plus prestigieux signale donc la faible institutionnalisation de la sociologie des réseaux en tant que telle, mais aussi son développement autonome comme une spécialité relevant de lieux de publication qui lui sont propres comme la revue Social Networks publiée par Elsevier et qui a commencé à paraître en 1978.

5Si l’on s’intéresse à la généalogie du terme, il est cependant aisé de constater que celui-ci joue un rôle important dans deux corpus théoriques antérieurs aux années 1960. Il s’agit d’un côté de la théorie sociologique interactionniste qui se développe à Chicago au tournant du siècle et qui en fait usage dans une tradition inspirée de G. Simmel ; de l’autre de la sociologie critique des années 1950.

« Réseau » et « association » chez les interactionnistes chicagoans

  • 4 Le sociologue allemand Georg Simmel (1858-1918) a lui-même utilisé la notion de réseau dans la con (...)

6Les sociologues que l’on a pris l’habitude de regrouper sous l’appellation de « première école de Chicago » partagèrent tous le même intérêt pour l’analyse des formes urbaines de la socialisation, des façons de communiquer et d’interagir dans une ville moderne. Ils furent par ailleurs moins influencés par la tradition positiviste et « holiste » de la sociologie européenne – française notamment – et davantage par la sociologie de la culture allemande, par Simmel notamment4.

7Albion Small, le fondateur de l’École de Chicago, emploie par exemple le terme de « réseau » (network) dans un article de 1900 dans lequel il cherche à décrire la société comme « association » et la sociologie comme science de l’observation des régularités (ou des « incidents » dans ce texte) qui marquent ces associations. Le terme de réseau est alors employé dans un sens très abstrait qui permet à Small de réfuter l’idée d’un contrôle mécanique sur le corps social et de garder la trace, dans son vocabulaire, de la complexité de l’organisation sociale elle-même :

« There is articulation of parts, there is interlacing of structure, there is intercommunication of persons and of products between activities that proceed within an association. All this complexity is due to various correlating principles, the study of which is perhaps both the “immediate” and the “paramount” task of sociology. […] Without wishing to raise any of the mooted questions about the terms which will best apply to the facts here in view, we have to note that what men do industrially, for instance, is not merely conditioned by what they do artistically, scientifically, politically, and religiously ; but it is controlled by a network of interrelations that are a part of association. Social coordination is not like a mechanical coordination of grains of sand dumped in a heap ; it is the operation of interacting spiritual energies and material devices, as consistent and constant after their kind as the principles of military tactics. » (p. 349-350.)

Le réseau comme principe structurant invisible de la société de masse

8Cette idée du réseau comme principe reliant des individus d’une façon non mécanique, en deçà des processus formels d’organisation mais au-delà de la simple interaction de face-à-face, dans des associations « spirituelles » et « matérielles » à la fois ayant plus à voir avec l’interaction concrète qu’avec des attributs sociaux comme la classe par exemple, gagna en influence lorsque se développa l’idée selon laquelle la société de masse bouleversait les modes d’organisation et de circulation de l’information dans une société.

  • 5 C’est notamment le cas dans la sociologie fonctionnaliste de Talcott Parsons. Dans l’importation d (...)

9Dans les années 1950-1960, le terme de réseau fut donc employé pour décrire les mécanismes invisibles structurant la société de masse dans laquelle les relations de classe semblaient moins importantes et en réaction à l’idée selon laquelle la question sociale serait devenue de façon dominante un problème d’obéissance à la règle plutôt que de structure sociale5. On peut observer ce type de recours à la notion de « réseaux » pour décrire le fonctionnement des deux pôles de la société de masse que sont d’un côté les élites et de l’autre les parties les plus marginalisées de la société (mendiants, déviants, etc.).

10À l’encontre de la thèse pluraliste et libérale selon laquelle les élites seraient composées d’individus ayant excellé dans un domaine de compétences, C. W. Mills montra dès 1956 dans The Power Elite que c’est justement en mettant en relations et en réseau des individus appartenant à l’élite politique, économique et militaire que se reproduit une seule et même « élite du pouvoir » ou, pour reprendre des termes postérieurs, un « réseau national d’élite » (Moore, 1979).

  • 6 W. Whyte cartographie notamment des « cliques » dans son article consacré aux jeunes désœuvrés viv (...)

11De même, la notion de réseau offrit une alternative à l’idée simpliste selon laquelle la modernité et la massification ne pourraient que désorganiser les groupes d’appartenance traditionnels (famille, classe, groupes de pairs, etc.) et laisser les individus les moins aptes dans un état de désorganisation totale. Le taudis lui-même, et les gangs qu’il abrite, sont « organisés » comme le montra par exemple W. Whyte. La « clique » et le « réseau » jouent un grand rôle dans cette organisation (Whyte, 1941, 1943). Ainsi des institutions politiques régulatrices de la société qui sont liées au clientélisme local : « The informal ties of the corner gang provide a network of personal relations and mutual obligations upon which these larger organizations are based6. »

Les réseaux comme outils méthodologiques de description du social

  • 7 Voir les définitions de Bourdieu (« Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou p (...)

12Une des façons les plus simples de prendre en compte les « réseaux » dans la description du fonctionnement de la société consiste à les considérer comme des attributs des individus. Dans ce sens on peut par exemple dire de quelqu’un qu’il « a » un réseau développé. La notion de « capital social » qui a été largement utilisée et par des auteurs très variés comme Pierre Bourdieu (1980) ou Robert Putnam (2000) repose ainsi sur la notion de réseau7. Cette acception du terme est cependant limitée ; elle conduit à s’intéresser avant tout à la taille du réseau d’un individu (pour quantifier en quelque sorte son capital social) mais pas à sa forme (nature des relations entretenues entre ego et les membres de son réseau, mais aussi entre ces personnes indépendamment d’ego, etc.). Plusieurs tentatives ont cependant été faites dans ce sens avant même que se développe, dans les années 1960, ce que l’on appellera par la suite la « sociologie structurale des réseaux ».

La sociométrie et les « sociogrammes »

  • 8 Jacob Moreno est une figure atypique que l’on aurait du mal à positionner aujourd’hui dans l’espac (...)

13Le psychosociologue Jacob Moreno fut un des premiers à s’intéresser de près à la structure réticulaire des relations sociales dans de petites communautés et à utiliser des méthodes graphiques de représentation de ces réseaux, ou de ce qu’il appelait la « géographie psychologique » des relations entre membres d’une communauté. Dans l’ouvrage qui fonda la « sociométrie », une enquête consacrée à un institut de rééducation pour jeunes femmes près de New York, il proposa de représenter « les structures sociales à la lumière des attractions et des répulsions qui se manifestent au sein d’un groupe » (Moreno, 1934)8.

  • 9 Ces limites sont une des raisons qui ont poussé les sociologues des réseaux à développer par la su (...)

14Les graphiques de Moreno sont largement arbitraires dans la mesure où les relations qu’ils représentent existent bien mais la position des individus et la longueur des traits est en revanche choisie uniquement pour faciliter la lecture du graphe (ce qui focalise l’attention du lecteur sur les liens et pas sur les non-liens qui sont pourtant porteurs d’information eux aussi). Ils mesurent mal les relations asymétriques comme le pouvoir et l’influence et ne sont adaptés que pour de petites communautés et des réseaux de petite taille et peu denses9.

  • 10 Ce type de jugements posés sur le mode de l’évidence sera battu en brèche par l’analyse structural (...)

15Par ailleurs, la sociométrie de Moreno repose sur deux réductionnismes qui conduisent le plus souvent à des formes d’aporie dans le raisonnement. Le premier est un réductionnisme psychologique qui conduit à tout analyser au prisme du schéma attirance/répulsion et donc à une espèce de darwinisme réticulaire dont la présence est visible dans la formule de la « loi de gravitation sociale » de cet auteur : « Toutes choses égales par ailleurs, la structure sociométrique se développe par concentration sur les individus à statut sociométrique élevé ». Le second est un réductionnisme informationnel qui se traduit dans la « Loi de Bavelas » (Schützenberger, 1972) : « Les informations circulent mieux, plus vite et avec moins d’altération dans la ligne des canaux sociométriques simples10. »

L’analyse des réseaux egocentrés

  • 11 Les travaux de l’école de Manchester ont par exemple porté sur l’observation des individus en situ (...)

16L’expression de « réseaux égocentrés » ou de « réseaux personnels » permet de désigner les premières formulations de la sociologie des réseaux sociaux dans la lignée de l’école de Manchester. La méthode, très utilisée par des anthropologues soucieux de relativiser l’a priori holiste et statique de l’anthropologie structurale11, a été théorisée par Barnes (1972). Elle consiste à définir dans un premier temps le réseau d’un individu, le plus souvent en l’interrogeant sur ses contacts récurrents. C’est ce que Barnes appelle « l’étoile » parce que par définition ce réseau est centré sur ego. Dans un deuxième temps, il s’agit de compléter l’étoile en essayant de mesurer les liens entre les membres de l’étoile les uns avec les autres (soit en interrogeant ego, soit en interrogeant les membres de l’étoile, ce qui est plus complexe). Barnes parle alors de « zone ».

  • 12 Cf. pour une défense de cette approche l’introduction de M. Gribaudi à Espaces, temporalités strat (...)
  • 13 Cf. à ce sujet l’article de Michaël Eve dans le collectif dirigé par Gribaudi sur les réseaux à Tu (...)

17L’analyse des réseaux egocentrés est celle qui est le plus souvent utilisée par les historiens12. Elle consiste à explorer de façon approfondie l’ensemble des liens entre un individu choisi par le sociologue ou l’historien et tous ses contacts. Elle est en général multidimensionnelle (elle prend en compte plusieurs types de liens : économiques, familiaux, religieux, etc.) Par ailleurs, elle ne se donne pas de limite a priori quant à l’extension des réseaux analysés (l’étoile peut être très vaste). Ce type d’analyse étant fondé sur l’exploration intensive du réseau d’une personne (ou d’un groupe de personnes), il permet aussi de recourir à des analyses complémentaires comme l’entretien ou l’exploration d’archives pour comprendre comment les individus se représentent leur réseau. Il est en effet important de qualifier la démarche des individus car les analyses de réseau ont tendance à favoriser des explications utilitaristes et individualistes de ce que font les individus quand ils accumulent des liens dans un réseau13.

  • 14 Les spécialistes d’analyse des réseaux citent souvent le cas du mari trompé qui ne connaît pas le (...)

18Ce type d’analyse est cependant coûteux en termes de ressources à mobiliser si l’on veut dépasser l’analyse du réseau d’un individu ; il faut en effet dupliquer le processus d’enquête pour chaque ego dont on essaiera de connaître le réseau. Par ailleurs, la richesse introduite par la possibilité de bien « connaître » ego, ses motivations ou ses appréciations sur ses connaissances (que ce soit par entretiens ou par d’autres démarches de type qualitatif) peut aussi introduire des biais préjudiciables. Ego ne connaît en effet pas nécessairement tous les liens qui relient ses amis14.

  • 15 Le travail de Z. Moutoukias (2003) sur la correspondance d’un commerçant d’origine gênoise de la s (...)

19Il est aussi difficile, dans ce type d’analyses, de dépasser le niveau de « l’étoile », surtout quand on travaille sur des individus morts qui ne peuvent plus être sollicités pour les besoins d’une enquête. L’analyse des correspondances épistolaires a cependant produit des moyens originaux d’y arriver. Dans le cas de la correspondance de Cicéron analysée par Alexander et Danowski (1990), l’hypothèse selon laquelle Cicéron aurait pu s’affranchir du clivage prédominant à son époque entre knights (equites) et senators est validée par une analyse de réseau repérant, dans les 280 lettres écrites entre 68 et 50 avant notre ère, toutes les occurrences mentionnant un contact entre deux personnes (éventuellement Cicéron lui-même et un autre). Les lettres les plus banales dans lesquelles Cicéron raconte par exemple à X qu’il a vu Z deviennent un moyen de décrire plus que le réseau de Cicéron, le « monde romain vu depuis la tête de Cicéron15 ».

L’analyse structurale des réseaux

  • 16 La « densité » du réseau est le rapport entre le nombre de liens dans le réseau et le nombre total (...)

20L’analyse structurale des réseaux s’est développée aux États-Unis dans les années 1970 chez des disciples du sociologue Harrisson White. L’accent y est mis sur les aspects systémiques des réseaux et non pas sur les individus qui les composent. La méthode repose en général sur l’étude d’une institution ou d’un groupe donnés pour lequel il est possible de connaître l’ensemble des liens d’un certain type entre tous ses membres (tous les mariages dans une ville donnée, toutes les relations contractuelles entre des marchands, toutes les relations professionnelles entre salariés d’une même entreprise, etc.). Pour cette raison, l’analyse structurale porte sur ce que l’on appelle des « réseaux complets ». Grâce aux développements de la théorie des graphes et de la géométrie algébrique, il est possible non seulement de représenter ces réseaux, mais aussi de calculer des indicateurs permettant de les caractériser16.

  • 17 Caplow s’inspire en partie des travaux de G. Simmel (1908) sur le troisième larron ou tertius gaud (...)
  • 18 Dans la sociologie des sciences ce mécanisme est parfois utilisé pour expliquer que certains scien (...)

21L’une des principales découvertes de la sociologie structurale des réseaux est un mécanisme contre-intuitif que le sociologue Mark Granovetter a dénommé « force des liens faibles » mais que l’on peut retrouver sous une forme proche derrière les appellations de « trous structuraux » (Burt, 1995) ou de modèle du « troisième larron » (Caplow, 1968)17. La thèse de Granovetter prend appui sur son étude des marchés du travail des cols blancs de la côte est des États-Unis. Dans cette étude, le sociologue avait démontré que le marché du travail était une fiction et que la plupart des individus trouvent en fait leur emploi par le biais de réseaux de relations (près de 60 % des individus déclarent dans cette enquête avoir trouvé leur emploi par contacts personnels ; par ailleurs ils ne cherchaient souvent pas de travail quand ils en ont trouvé et l’emploi en question n’existait souvent pas au moment où ils l’ont obtenu). Granovetter ajoutait que les contacts les plus souvent utiles pour trouver un emploi ne sont pas des « liens forts » des individus (c’est-à-dire des personnes avec qui ego est en relation suivie comme des collègues de travail ou sa famille proche) mais des « liens faibles » (des personnes qu’ego a perdues de vue depuis un certain temps par exemple). Granovetter explique cette « force des liens faibles » d’une part par des mécanismes psychologiques (comme la réticence que l’on peut avoir à faire circuler parmi ses amis les informations que l’on détient sur un emploi à pourvoir dans son entreprise, de peur de mélanger amitié et travail)18. Mais il fait aussi intervenir un mécanisme purement structural qui tient à la forme des réseaux eux-mêmes et à la façon qu’a l’information d’y circuler.

22De fait, dans un réseau, la plupart des liens sont « transitifs ». Autrement dit, si je connais X et que X connaît Y, il y a de fortes chances que je connaisse aussi Y. Pour le dire autrement, les liens sont très souvent redondants dans les réseaux sociaux. De ce fait, un individu placé en position de « trou structural » (Burt) ou encore de « troisième larron » dans un réseau (c’est-à-dire un individu reliant plusieurs « cliques » ou « sous-réseaux ») acquiert une importance considérable dans ce réseau ; il peut faire passer de l’une à l’autre partie de ce réseau des informations qui sans lui ne passeraient pas.

  • 19 Les deux auteurs partent du paradoxe suivant : contrairement à ce qu’en dit Machiavel, Cosme de Mé (...)

23L’étude très fameuse menée par Padgett et Ansell (1993) sur les Médicis démontre assez clairement l’utilité d’une telle approche. Au moyen d’analyses de réseau répétées dans le temps, ces deux auteurs démontrent que la supériorité des premiers Médicis sur les autres familles de Florence tient à leur capacité à se positionner en intermédiaires entre les autres familles par des stratégies d’alliance matrimoniale et à cloisonner leurs réseaux économique d’un côté et familial de l’autre19.

Une application de la théorie des réseaux : la scientométrie

24L’analyse de réseaux a été utilisée dans une optique scientométrique par l’historien des sciences Derek de Solla Price. Dans un article intitulé « Networks of Scientific Papers » (1965), celui-ci a avancé l’idée selon laquelle la science est pour partie le fruit du travail de « collèges invisibles » d’individus se citant mutuellement. Ce sont ces collèges invisibles qui produisent ce que Price appelle des « fronts de la recherche » traversés d’oppositions entre cliques d’individus se citant fréquemment.

  • 20 La constitution de réseaux de citations pose des problèmes méthodologiques importants. Si les pôle (...)

25Ce domaine de la recherche a évidemment connu un très grand essor avec la production de bases de données de co-citations20 permettant par exemple à l’Institute of Scientific Information (ISI) de constituer des atlas indiquant les lieux dans lesquels naissent les « souches » des innovations scientifiques et, plus tard, une véritable toile du savoir (« web of knowledge »). De nombreuses recherches sont aujourd’hui menées sur ces bases de données ; elles permettent de mesurer les relations entre disciplines et entre sous-champs de ces disciplines (Garfield, 1998).

  • 21 Plus généralement, les analyses de réseaux sont assez facilement applicables aux univers sociaux d (...)

26White et Gilman (1988) ont par exemple utilisé l’analyse de réseau, avec une perspective dynamique, dans le cas des grandes évolutions de la chimie moderne au XVIIIe siècle. Claire Lemercier s’est quant à elle livrée à une analyse structurale des pratiques de collaboration et de citation dans un laboratoire scientifique entre 1974 et 1978, le Centre de recherches historiques de l’EHESS. Elle a montré que si les trois personnes les plus « centrales » dans ce laboratoire (celles qui ont le plus de liens avec les autres) sont un chef de travaux et deux techniciennes contractuelles, les trois personnes les plus « intermédiaires » (qui relient entre elles le plus grand nombre de cliques distinctes) sont le directeur du laboratoire et deux maîtres-assistants membres des instances de direction21.

Les usages métaphoriques de la notion de réseau

27La notion de réseau n’a pas été utilisée que dans un sens méthodologique. Elle a aussi un contenu métaphorique que l’on peut retrouver dans de nombreux travaux contemporains. Penser en termes de réseaux, en effet, c’est avant tout penser que la société fonctionne comme un réseau et exploiter les différents sens que cette métaphore peut recouvrir.

Le monde comme réseau

  • 22 On trouvera des analyses assez proches, quoi que davantage centrées sur l’évolution de l’organisat (...)

28Les travaux de Manuel Castells illustrent parfaitement cet usage métaphorique. Comme ceux des interactionnistes de Chicago, ils trouvent leur origine dans la sociologie urbaine (Castells, 1972) et se sont développés par la suite dans le domaine de la communication et de la circulation de l’information. Le premier volume de la trilogie intitulée L’ère de l’information : Société, économie et culture publiée entre 1996 et 1998 s’intitule par exemple La société en réseaux (Castells, 1996). Le sociologue – comme C. Cooley, R. Park ou G. Tarde avant lui – utilise la notion de réseau dans un sens à la fois technique et social ; son analyse du rôle de l’internet dans les relations sociales en atteste : la montée de formes d’organisation sociale en réseau, rendue possible en grande partie par internet se complète pour lui du développement de pratiques de réaffirmation des identités individuelles et de la subjectivité22.

  • 23 Les sites relationnels ou « réseaux sociaux » comme Facebook ou MySpace en sont une manifestation, (...)

29Ce type d’analyse est évidemment réfutable dans le détail mais son développement a sans aucun doute à voir avec le fait que les sociétés contemporaines aiment à se représenter elles-mêmes sous la forme de réseaux, comme en atteste la popularisation de ce thème dans la sociologie spontanée du débat public et des médias23.

La théorie de l’acteur-réseau

  • 24 Selon le mot de Pasteur : « Donnez-moi un laboratoire et je changerai le monde ! » Dans Les microb (...)
  • 25 « L’autre jour à l’Institut Pasteur, je rencontre un chercheur qui me serre la main et se présente (...)

30La notion de réseau a joué un rôle très important dans le programme de sociologie des sciences développé en France dans les années 1980 par Bruno Latour (Latour, 1984). Ce programme, dit parfois « symétrique » ou « fort » du fait de son ambition épistémologique consistant à appréhender les grandes controverses scientifiques sans considération particulière pour la « véracité » des thèses en présence, est le plus souvent décrit au moyen de l’acronyme ANT (« Actor-Network Theory »). En effet, ce programme est à la fois réaliste (il considère que le succès d’une entreprise scientifique repose sur des techniques et des objets autant que sur des humains et leurs idées24) et relationniste. Il considère en effet que le succès des uns et des autres dépend de leur capacité à relier dans un même réseau (le laboratoire en étant une forme) des « actants » très nombreux : des chercheurs, des hommes politiques, des industriels, des microbes, des instruments, etc. Cette capacité passe par un processus de « traduction » permanente des intérêts des uns et des autres dans un langage commun susceptible de garantir la pérennité du réseau lui-même et sa transformation en une « boîte noire » qui prendra bientôt la forme d’une loi scientifique que plus personne ne remettra en cause25.

31Cette perspective, limitée dans les années 1980 à la logique de l’innovation scientifique, a depuis été appliquée par Latour à l’ensemble des arrangements qui permettent d’expliquer « la façon dont la société se maintient comme telle » (Latour, 2006).

Conclusion

32La notion de réseau est une notion complexe qui charrie avec elle tout un ensemble de significations. Dans la production courante, il est évident que son usage « métaphorique » l’emporte sur l’usage « scientifique » qu’ont tenté d’imposer les tenants de l’analyse structurale. Certains peuvent le regretter mais ce fait signale sans doute qu’une part de la valeur heuristique de cette notion réside dans le flou qu’elle permet plus que dans la clarté qui est parfois attendue des concepts scientifiques.

33De fait, même chez ceux qui ont utilisé les réseaux dans un sens méthodologique et se sont appliqués à mettre en œuvre des techniques de description et d’analyse de ces réseaux, la portée de cet outil prête à discussion. Alors que pour Burt et Minor par exemple, dans la tradition de l’analyse structurale, le réseau est un véritable « moteur causal », susceptible d’expliquer des phénomènes sociaux complexes (Burt et Minor, 1983), les anthropologues et les historiens semblent avoir utilisé cette notion dans un sens très différent. Pour eux, la notion de réseau a permis de battre en brèche une conception justement trop structuraliste du social, déduisant les comportements individuels de grands systèmes de normes. M. Gribaudi a sans aucun doute résumé cette position en évoquant l’« antistructuralisme » de l’approche en termes de réseaux. Pour lui, cette approche ne vise pas à une explication du comportement individuel dans son ensemble ; elle redonne au contraire de la liberté aux individus étudiés et appréhende les structures sociales comme des effets émergents des comportements individuels, dans des contextes historiques donnés.

34Il faut donc considérer le « réseau » dans les sciences sociales comme une boîte à outils susceptible de multiples utilisations. Une boîte à outils particulièrement adaptée pour comprendre des phénomènes de « moyenne portée » sociologique dans lesquels les interactions entre un nombre limité d’individus prévalent sur le comportement individuel et sur les normes sociales. Une boîte à outils limitée, à l’évidence, par la difficulté qu’elle a à prendre en compte les attributs classiques du raisonnement sociologique (comme le sexe, l’âge ou la classe sociale) et le fil diachronique du raisonnement historique (dans la mesure où le réseau est une coupe dans la continuité historique). Une boîte à outils cependant utile pour appréhender des configurations socio-historiques à partir de leurs acteurs et pas de ce qu’il en reste dans les archives officielles et la statistique publique. Pour retracer, en somme, les « discontinuités du social » (Gribaudi, 1995).

Bibliographie

Bibliographie

Alexander Michael, Danowski James, « Analysis of an ancient network : Personal communication and the study of social structure in a past society », Social Networks, 12(4), 1990, p. 313-335.

Barnes John, « Class and Committees in a Norwegian Island Parish », Human Relations, 7, 1954.

Barnes John, Social Networks, Addison-Wesley, 1972.

Beaurepaire Pierre-Yves, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Beaurepaire Pierre-Yves, Taurisson Dominique, Les ego-documents à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et des réseaux relationnels, PU de Montpellier, 2003.

Bertin Jacques, Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris, La Haye, Mouton, Gauthier-Villars, 1967.

Beshers James, Laumann Edward, « Social Distance : a Network Approach », American Sociological Review, 32(2), 1967, p. 225-236.

Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Bourdieu Pierre, « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, 31, janvier 1980, p. 2-3.

Burt R. S., Minor M. J, Applied network analysis, Beverley Hills, Sage, 1983.

Burt Ronald, « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », Revue française de sociologie, 36(4), 1995.

Callon Michel, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques dans la baie de Saint-Brieuc », dans L’Année sociologique, 36, 1986.

Callon Michel, Courtial Jean-Pierre, Penant Hervé, La scientométrie, Paris, PUF, 1995.

Caplow T., Deux contre un. Les coalitions dans les triades, Paris, Armand Colin, 1971 (éd. angl. 1968).

Castagnet Véronique, « Apport de la lexicologie quantitative à l’étude des egodocuments : étude de la correspondance d’un curé béarnais, ancien secrétaire du cardinal Dubois », inBeaurepaire Pierre-Yves, Taurisson Dominique, Les ego-documents à l’heure de l’électronique, p. 119-135.

Castells Manuel, La Question urbaine, Paris, Maspero, 1972.

Castells Manuel, The Information Age. Economy, Society and Culture. vol. I : The Rise of the Network Society. Oxford ; Malden, MA : Blackwell, 1996.

Castells Manuel, « Toward a Sociology of the Network Society », Contemporary Sociology, 29(5), 2000, p. 693-699.

Centre de Sociologie de l’Innovation (éd.), Ces réseaux que la raison ignore, Paris, L’Harmattan, 1992.

Degenne Alain, Forsé Michel, Les réseaux sociaux, Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin, 1994.

Erickson Bonnie H., « Social networks and history. A review essay », Historical Methods, 30(3), 1997, p. 149-157.

Eve Michael, « Deux traditions dans l’analyse des réseaux », Réseaux, 115, 2002.

Fowler James, Johnson Timothy, Spriggs James, Sangick Jeon, Wahlbeck Paul, « Network Analysis and the Law : Measuring the Legal Importance of Precedents at the US Supreme Court », Political Analysis, 15(3), 2007, p. 324-346.

Garfield Eugene, « Mapping the World of Science », conférence de l’AAAS, 1998 [ http://www.garfield.library.upenn.edu/papers/mapsciworld.html].

Granovetter Mark, « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, 78, 1973, p. 1360-1380.

Gribaudi Maurizio, Blum Alain, « Des catégories aux liens individuels. L’analyse statistique de l’espace social », Annales ESC, 45(6), 1990, p. 1365-1402.

Gribaudi Maurizio et alii, Espaces, Temporalités, Stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

Gribaudi Maurizio, « Les discontinuités du social. Un modèle configurationnel », inLepetit Bernard (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995.

Latour Bruno, Les microbes, guerre et paix, Paris, Métailié, 1984.

Latour Bruno, La clé de Berlin. Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 1993.

Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Lemercier Claire, « Le Centre de Recherches Historiques comme “structure fédérative” ? Réseaux de collaboration et thèmes de recherche (1974-1995) », Cahiers du CRH, oct. 20005, p. 297-327 [analyse des coopérations scientifiques dans un laboratoire de recherche].

Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52(2), 2005, p. 88-112.

Lemercier Claire, Zalc Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, Repères, La Découverte, 2008 (la publication de l’ouvrage est accompagnée par la mise en ligne de ressources à l’adresse : http://www.quanti.ihmc.ens.fr/index.php).

McGrath Cathleen, Blythe Jim, Krackhardt David, « The effect of spatial arrangement on judgements and errors in interpreting graphs », Social Networks 19, 1997, p. 223-242.

Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, Repères, La Découverte, 2004.

Mills C. Wright, The Power Elite, Oxford UP, New York, 1956.

Moore Gwen, « The structure of a national elite network », American Sociological Review, 44(5), 1979, p. 673-692.

Moreno Jacob L., Who shall survive ? Foundations of sociometry, group psychotherapy and psychodrama, Beacon House, New York, 1953.

Moutoukias Zacarias, « Réseaux de négociants ou réseaux ego centrés : une approche méthodologique », in Beaurepaire Pierre-Yves, Taurisson Dominique, Les ego-documents à l’heure de l’électronique, p. 447-467.

Padgett John, Ansell Christopher, « Robust Action and the rise of the Medici, 1400-1434 », American Journal of Sociology, 98(6), 1993, p. 1259-1319.

Price Derek, « Networks of scientific papers », Science, 149, 1965, p. 510-515.

Putnam Robert, Bowling Alone, Simon & Schuster, New York, 2000.

Rentet Thierry, « Network mapping : ties of fidelity and dependency among the major domestic officers of Anne de Montmorency », French History, 17(2), 2003, p. 109-126.

Rentet Thierry, « L’analyse de réseau en histoire moderne, esquisse bibliographique et cas concret », Journée d’étude du CRESC, université Paris 13, mars 2008 (http://www.univ-paris13.fr/cresc/images/stories/PDF%20JE%202008-03-14/t._rentet.pdf).

Riesman David, The Lonely Crowd, Doubleday, 1950.

Schützenberger Anne, La sociométrie, Paris, Éditions universitaires, 1972.

Simmel Georg, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, coll. « Sociologies », trad. de l’allemand par Lilyane Deroche-Gurcel, première édition allemande 1908.

Small Albion, « The Scope of Sociology. VI. Some Incidents of Association », American Journal of Sociology, 1900.

White D., Gilman McCann H., « Cites and fights : material entailment analysis of the Eighteenth-Century chemical revolution », inWellman Barry, Berkowitz Steven, Social Structures : a Network Approach, Cambridge UP, 1988, p. 380-399.

Whyte William Foote, « Corner Boys : A Study of Clique Behavior », American Journal of Sociology, 1941.

Whyte William Foote, « Social Organization in the Slums », American Sociological Review, 8/1 (Feb. 1943), p. 34-39.

Notes

1 Les méthodes sur lesquelles elle se fonde peuvent apparaitre au profane comme très éloignées de celles qui forment le socle commun des sciences sociales et particulièrement de la sociologie. Celle-ci définit en effet le plus souvent les liens qui existent entre deux individus de façon indirecte, par le biais de corrélations entre des variables (de comportement, de position sociale, etc.). Elle s’intéresse paradoxalement moins souvent aux liens réels et plus visibles entre ces individus (X connaît Y ; Y s’est marié avec Z) qu’aux structures sous-jacentes qu’ils révèlent et dont l’observation passe par celle de variables de comportement ou d’attitudes qui deviennent du coup le centre de l’analyse.

2 Ces notes ont été rédigées à l’occasion d’une séance du séminaire « L’Antiquité en réseaux » du laboratoire PLH-ERASME (université de Toulouse II Le Mirail) le 1er février 2008. Corinne Bonnet m’avait demandé d’exposer, lors de cette séance, un point de vue de sociologue sur la notion de réseaux et les méthodes afférentes. N’étant en rien compétent en histoire ancienne et, finalement, que fort peu en sociologie des réseaux, je n’avais pas répondu sans craintes à cette invitation. Je remercie Corinne Bonnet et tous les participants à cette séance de séminaire d’avoir su apaiser ces craintes. Je les remercie aussi de la très intéressante discussion qui a suivi l’exposé. Ce séminaire me donna en effet l’occasion passionnante de vérifier, comme le proclament depuis longtemps JeanClaude Passeron et Paul Veyne, dans la droite lignée de Max Weber, que l’histoire et la sociologie partagent le même sort. Celui de devoir toujours fonder leurs concepts sur des contextes et pourtant de ne connaître ces contextes que par le biais des concepts qu’elles élaborent.

3 Il n’est pas anodin de noter que ce sont d’ailleurs souvent des historiens qui se sont faits les promoteurs de l’analyse de réseaux en France. Les travaux de Claire Lemercier, Claire Zalc et Maurizio Gribaudi cités en bibliographie en attestent de façon éloquente. Il n’est pas dans mon propos d’expliquer ce fait mais, à l’évidence, sans doute parce qu’elle relève d’une statistique descriptive plus qu’explicative, parce qu’elle respecte les individualités et ne les fait pas disparaître au profit de « variables », en un mot parce qu’elle vise souvent à décrire des configurations historiques plus qu’à expliquer des phénomènes sociaux ou des corrélations entre phénomènes, l’analyse de réseau a particulièrement séduit les historiens dans les années récentes.

4 Le sociologue allemand Georg Simmel (1858-1918) a lui-même utilisé la notion de réseau dans la conclusion de son texte « Comment la société est-elle possible ? » (« Wie ist Gesellschaft möglich ? ») dans sa Soziologie, traduite par Small dans l’American Journal of Sociology en 1910. Georg Simmel, qui s’intéressait à la façon dont, dans une société, des interactions peuvent se solidifier en institutions et en « formes » qui contraignent ensuite le comportement humain, publia par exemple des travaux sur l’influence de la taille des groupes sur leur structure.

5 C’est notamment le cas dans la sociologie fonctionnaliste de Talcott Parsons. Dans l’importation des concepts durkheimiens à laquelle s’est livré Parsons, la notion de « régulation » (obéissance à la règle et croyance dans l’institution) a pris beaucoup plus d’importance que celle d’« intégration » (participation à des groupes et densité des relations sociales). La réintroduction de la notion de « réseau » aux États-Unis dans les années 1950 par les auteurs que nous allons mentionner maintenant peut donc être vue comme une tentative de rééquilibrage entre ces deux notions ; une façon aussi de contester le modèle de la société de masse présumée destructrice de toutes les appartenances sociales des individus et aliénante par le seul fait de la propagande à laquelle elle se livre, sans plus aucun obstacle entre elle et la « foule solitaire » pour reprendre le thème classique de D. Riesman (1950).

6 W. Whyte cartographie notamment des « cliques » dans son article consacré aux jeunes désœuvrés vivant dans la rue, les « corner boys » (Whyte, 1943). On peut noter que l’usage du terme de réseau n’est pas exactement le même selon que l’on se place à l’une ou l’autre extrémité de la société. Dans le cas des élites, le réseau est ce qui permet de circuler d’un espace à un autre et de cumuler les avantages sociaux de cette circulation ; dans le cas des « corner boys » ou des populations marginalisées, le réseau maintient au contraire la cohésion interne des groupes, c’est une forme de sociabilité du proche. Ce type d’asymétries est sans doute intéressant pour des historiens. Dans de nombreux travaux il semble en effet que l’accent ait été mis sur les réseaux d’élites, intellectuelles et politiques notamment. Le réseau apparaît ainsi, par opposition au groupe primaire ou aux groupes fermés tels les ordres, comme un cas de figure de « sociabilité démocratique » pour reprendre l’expression popularisée par Louis Dumont. Il s’agit peut-être là d’un effet de sélection lié à la disponibilité des sources. Mais il semble que l’analyse de réseau ait été largement utilisée en histoire pour relativiser l’idée selon laquelle les individus appartiendraient à des groupes fermés pour toute leur vie (cf. plus loin l’analyse de la correspondance de Cicéron, celle des relations entre les officiers d’Anne de Montmorency [Rentet, 2003] ou les travaux sur la sociabilité franc-maçonne au XVIIIe siècle [ Beaurepaire, 2003]) ou encore pour mettre en évidence l’existence, dans les sociétés modernes, de groupe « intermédiaires » ou « seconds » (sur ce point, cf. Rentet, 2008, p. 4).

7 Voir les définitions de Bourdieu (« Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance ») et Putnam (« [social capital] refers to the collective value of all “social networks” and the inclinations that arise from these networks to do things for each other »). Robert Putnam a particulièrement développé l’idée que l’augmentation du stock de capital social dans une société, donc la mise en réseau des individus, participe à sa bonne régulation. Pour ce qui est de Pierre Bourdieu, son usage plus critique du terme semble avoir été moins important à partir des années 1980. Les effets du capital social sont moindres dans la théorie bourdieusienne que ceux du capital économique et du capital culturel.

8 Jacob Moreno est une figure atypique que l’on aurait du mal à positionner aujourd’hui dans l’espace des sciences sociales. Ses travaux ont notamment une dimension clinique forte puisqu’il s’agit pour lui de garantir la meilleure « survie » de tous dans une société sur des bases rationnelles, grâce au « sociogramme » (représentation des relations d’attirance et de répulsion dans un groupe) et au « psychodrame » dont il fut l’inventeur. Moreno était notamment persuadé que les structures sociales utopiques comme le phalanstère de Fourier auraient pu fonctionner si ces deux outils y avaient été mis en œuvre. Du fait de cet engagement clinique le travail de Moreno est entaché de défauts importants. C’est lui qui inventa par exemple l’idée que tout réseau connaît un « point de saturation » quand des éléments étrangers y pénètrent. Il mobilisa notamment cette idée pour expliquer le sort des Juifs en Allemagne.

9 Ces limites sont une des raisons qui ont poussé les sociologues des réseaux à développer par la suite des indicateurs chiffrés permettant d’objectiver la forme d’un réseau et la position qu’y occupent les individus (cf. plus loin). Ceux-ci permettent de donner un sens précis à des notions comme celle de « prestige », « popularité », « isolement », etc. Il s’agit là, cependant, d’un problème général à toute représentation graphique. La représentation des liens familiaux par le biais des classiques arbres généalogiques pose, par exemple, au moins autant de problèmes en naturalisant les liens de filiation (Lemercier, 2005). On sait depuis les travaux de Jacques Bertin et sa « sémiologie graphique » (Bertin, 1967) qu’il y a de très nombreuses façons d’induire en erreur un lecteur avec des représentations graphiques différentes des mêmes données. Ce problème a été illustré dans le cas des analyses de réseau par McGrath, Blythe et Krackhardt (1997).

10 Ce type de jugements posés sur le mode de l’évidence sera battu en brèche par l’analyse structurale des réseaux qui tend justement à montrer que les réseaux les plus « efficaces » en matière de circulation de l’information ne sont pas les plus « simples » (cf. Granovetter plus loin).

11 Les travaux de l’école de Manchester ont par exemple porté sur l’observation des individus en situation de mobilité géographique vers les métropoles africaines et mobilisant pour ce faire plusieurs types de réseaux – familiaux, professionnels, amicaux, etc.

12 Cf. pour une défense de cette approche l’introduction de M. Gribaudi à Espaces, temporalités stratifications (1998).

13 Cf. à ce sujet l’article de Michaël Eve dans le collectif dirigé par Gribaudi sur les réseaux à Turin (Gribaudi, 1998) : celui-ci montre que les individus ont du mal à se représenter leur réseau en termes de chaînes de relations et que, pour expliquer la présence d’individus dans ce réseau, ils font intervenir des institutions intermédiaires qui créent des « cercles » de relations plus que des chaînes (par exemple quand on demande comment on a connu telle personne, la réponse typique sera de dire que c’était par l’école, le travail ou l’église et pas par X qui la connaissait par Y…).

14 Les spécialistes d’analyse des réseaux citent souvent le cas du mari trompé qui ne connaît pas le lien existant entre son épouse et son meilleur ami.

15 Le travail de Z. Moutoukias (2003) sur la correspondance d’un commerçant d’origine gênoise de la seconde moitié du XVIIIe siècle ayant émigré à Buenos Aires utilise la correspondance dans un sens très proche (380 lettres de sa correspondance passive ont été saisies puis analysées pour en extraire toutes les mentions de personnes). Dans le même ouvrage collectif, la démarche de V. Castagnet sur la « commensalité provinciale restreinte » d’un curé béarnais mérite aussi d’être mentionnée bien qu’elle soit à l’intersection de l’analyse de réseaux et d’une analyse sémantique sur le contenu des lettres elles-mêmes (Castagnet, 2003).

16 La « densité » du réseau est le rapport entre le nombre de liens dans le réseau et le nombre total de liens théoriques possibles (qui dépend du nombre de pôles dans ce réseau). On dit que le réseau est une clique si sa densité est égale à 1 ; le « degré de centralité » d’un des pôles du réseau mesure la place d’un individu dans le réseau (en général la centralité d’un acteur se mesure à son nombre de lien avec les autres rapporté à l’ensemble des liens possibles) ; la « connexité » du réseau mesure l’importance des liens entre les paires de pôles du réseau. Pour une bonne introduction à cet aspect un peu technique de la sociologie des réseaux, cf. Mercklé (2004).

17 Caplow s’inspire en partie des travaux de G. Simmel (1908) sur le troisième larron ou tertius gaudens, celui qui, dans une relation triadique, tire profit de la dissension entre les deux autres.

18 Dans la sociologie des sciences ce mécanisme est parfois utilisé pour expliquer que certains scientifiques peuvent préférer des collaborations avec des collègues étrangers plutôt qu’avec leurs collègues nationaux qui sont aussi des concurrents plus directs.

19 Les deux auteurs partent du paradoxe suivant : contrairement à ce qu’en dit Machiavel, Cosme de Médicis n’était pas un acteur à la virtuosité décidée, gouverné par l’action intéressée. Ses contemporains le décrivent plutôt comme effacé et agissant en général par des intermédiaires. Comment, dès lors, a-t-il pu affirmer sa puissance et installer sa famille au pouvoir pour trois siècles ?

20 La constitution de réseaux de citations pose des problèmes méthodologiques importants. Si les pôles des réseaux sont alors constitués d’articles et les liens de citations, il est parfois difficile de définir précisément ces deux notions (les articles de vulgarisation d’un auteur doivent-ils figurer dans le réseau ? N’y a-t-il pas différentes manières de citer un autre article ?, etc.).

21 Plus généralement, les analyses de réseaux sont assez facilement applicables aux univers sociaux dans lesquels les individus se citent fréquemment. C’est par exemple le cas des juges de la Cour Suprême aux États-Unis (Fowler et al., 2007).

22 On trouvera des analyses assez proches, quoi que davantage centrées sur l’évolution de l’organisation économique contemporaine dans les thèses de L. Boltanski et E. Chiapello sur le « nouvel esprit du capitalisme », son usage du réseau contre la bureaucratie notamment (Boltanski et Chiapello, 1999).

23 Les sites relationnels ou « réseaux sociaux » comme Facebook ou MySpace en sont une manifestation, tout comme la prégnance de la notion de réseau dans les médias : les « réseaux politiques » des uns et des autres chers aux magazines et supposés recéler le pouvoir que l’on peine à trouver ailleurs ; les « réseaux migratoires » et leurs passeurs, etc.

24 Selon le mot de Pasteur : « Donnez-moi un laboratoire et je changerai le monde ! » Dans Les microbes : guerre et paix, B. Latour s’est intéressé à la découverte des microbes par Pasteur et à la controverse qui opposa celui-ci à Pouchet, défenseur d’une théorie de la génération spontanée de la maladie. Pour une étude assez proche dans son principe, mettant en évidence les « réseaux hybrides » de la découverte scientifique, cf. Callon (1986) et plus généralement encore l’ouvrage collectif dirigé par le Centre de sociologie de l’innovation (1992).

25 « L’autre jour à l’Institut Pasteur, je rencontre un chercheur qui me serre la main et se présente à moi en disant : “Bonjour, je suis le coordinateur du chromosome 11 de la levure de bière.” Ne chassons pas cette phrase paradoxale d’un revers de main. Ne commençons pas à mettre de côté l’individu singulier qui dit “je”, l’organisation européenne capable de coordonner les équipes de biologistes moléculaires, et, enfin, la séquence d’ADN du chromosome de Saccharomyces cerevisiae, bientôt connue. Ce rangement commode, nous pourrons l’opérer plus tard, à froid, lorsque la recherche sera terminée. Pour l’instant, je serre bien la main à ce bel hybride : un individu-organisation-séquence d’ADN. Impossible d’accéder directement au chromosome 11, sans comprendre l’organisation astucieuse qu’il a fallu mettre en place afin de coordonner l’action de tous les “levuristes” européens. Sans les programmes d’ordinateurs, le courrier électronique, les bases de données, les subsides de la CEE, ce chromosome n’aurait pu se dévider tout entier avant trente ans. Mais impossible également de comprendre ce réseau de chercheurs, sans cette personne individuelle qui s’est identifiée à ce point à la levure que d’infimes modifications dans ses neurones vont permettre de découvrir les pièces manquantes dans le puzzle de la séquence. Impossible, enfin, de comprendre l’originalité de ce chercheur et celle de son organisation, sans prendre en compte cette levure agissant depuis des millénaires dans les tonneaux et les foudres et dont la fermentation se mélange depuis toujours à celle des humains. Comme les médiums étudiés par les ethnographes, mon ami levuriste est un shape-changer : il devient le chromosome 11, qui devient une portion de l’Institut Pasteur, lequel devient un réseau européen. Ce petit exemple montre assez que les sciences ne tirent pas leur beauté de la séparation, enfin totale, entre le monde des sujets et celui des objets. Au contraire, les sciences ne sont si belles que parce qu’elles servent d’échangeur à de tels carrefours d’individus, d’institutions et de choses. » (Latour, 1993.)

Auteur

Institut d’Études Politiques, Grenoble.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540