Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connaître l'Antiquité

 | 
Corinne Bonnet
, 
Véronique Krings
, 
Catherine Valenti

Introduction

Corinne Bonnet, Véronique Krings et Catherine Valenti

Texte intégral

« Avoir des amis, c’est avoir du pouvoir »
Thomas Hobbes, Leviathan (1651)

  • 1 C. Bonnet, V. Krings (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à l’h (...)
  • 2 Voir notamment C. Jacob (éd.), Lieux de savoir. 1. Espaces et communautés, Paris, 2007 ; F. Waquet (...)
  • 3 Cf. V. Paravel, « De la plume d’oie à la souris : la recherche en réseaux », in Jacob (éd.), Lieux (...)

1En novembre 2005, l’équipe ERASME (« Équipe de recherche sur la réception de l’Antiquité. Sources, mémoire, enjeux », devenue depuis lors PLH-ERASME) de l’université de Toulouse II organisait un colloque sur le thème « S’écrire et écrire sur l’Antiquité », dont les Actes ont paru en 20081. Il visait à explorer l’interaction entre les correspondances savantes et la production du savoir historique dans des livres dont la genèse et la réception restent trop souvent dans l’ombre. À l’occasion de cette réflexion collective sur les modes d’échange des connaissances au sein du monde savant, on avait souligné l’importance cruciale que revêt le tissage des réseaux dans la vie intellectuelle. Une enquête sur cette question s’imposait donc comme une suite logique. Pendant deux années, dans le cadre d’un des axes de recherche de l’équipe PLH-ERASME, coordonné par les trois éditrices de ce volume, et dans la perspective d’une confrontation entre collègues issus d’horizons disciplinaires variés, un séminaire s’est tenu à Toulouse sur le thème « L’Antiquité en réseaux », avec l’ambition d’explorer la « connectivité » savante sous divers angles de vue : intellectuel, socio-professionnel, culturel. On soulignera d’entrée de jeu que le concept de « réseau » n’est pas utilisé ici de manière rhétorique ; il a, au contraire, un sens technique précis, par référence à de récents travaux sur la sociabilité savante2 et à divers outils mis en place par la sociologie des réseaux, tels qu’ils sont illustrés dans le texte introductif de Gilles Bastin. Outil de régulation et de structuration des rapports sociaux ? Instrument des stratégies professionnelles ? Soutien des mobilités savantes ? Le réseau, tel un filet ou une toile, capte, prolifère, filtre, entrave, voire emprisonne ; il peut être source d’aliénation et soulever des problèmes éthiques dans un monde hyperconnecté. De la plume d’oie à la souris3, les réseaux constituent un miroir intéressant des sociétés d’hier et d’aujourd’hui.

2Le savoir n’est pas statique. Il est destiné à une circulation plus ou moins large qui structure le monde savant. Le champ intellectuel, en perpétuel mouvement, repose sur un principe modulable de partage et d’échange des connaissances, au sein d’une communauté qui s’auto-représente sous la forme d’une « République des lettres » idéale investissant le champ professionnel de valeurs – comme l’amitié, la confiance, la solidarité – destinées à définir une identité sociale symbolique. Cependant, par delà l’idéalité, il s’agit de comprendre comment, sur le plan pragmatique, les échanges s’organisent, fonctionnent et produisent des savoirs, de la « culture » sous une grande diversité de formes : travaux, revues, corpus, collections, musées, institutions universitaires et para-universitaires, académies, cours, cercles, fouilles, expositions, mais aussi littérature, musique, peinture, etc. Il importe aussi d’évaluer le poids des héritages, des filiations et des ruptures dans la structuration des traditions de savoir autant que des institutions qui les portent. Le monde académique, par le biais des réseaux, inclut ou exclut, lie ou dénoue, défend la tradition ou innove. Notre exploration de l’économie des réseaux se situe ainsi à la croisée de plusieurs approches et disciplines : l’étude des pratiques savantes (ou « sociabilité savante »), l’archéologie des savoirs, l’histoire culturelle et celle des « lieux de savoir », les diverses spécialités composant les Sciences de l’Antiquité, l’épistolographie, la sociologie des réseaux, l’histoire littéraire, etc. dans un va-et-vient constant entre le passé – l’Antiquité –, objet d’étude, d’échanges et de publications, et le présent – du XVIIIe au XXIe siècle – dans lequel les réseaux s’enracinent plus ou moins durablement.

3En déterminant un environnement historique précis, on a voulu limiter l’enquête à une certaine « modernité » des échanges, c’est-à-dire à partir du moment où l’imprimerie est largement répandue et où les horizons géographiques se sont dilatés à l’échelle de l’Ancien et du Nouveau Monde, jusqu’à l’ère très contemporaine de l’internaute, tout en explorant les charnières chronologiques au sein de ce vaste arc temporel. Les réseaux, dans leurs paramètres logistiques et mentaux, apparaissent, en effet, comme fortement déterminés par les contextes environnants. C’est l’imbrication, chère à Edward Said, entre « pouvoir » et « savoir ». Ainsi les communautés savantes se pensent-elles souvent à l’aune des découpages politiques, nationaux ou nationalistes, tout en aspirant à une sorte d’« Internationale » scientifique qui transcenderait les clivages linguistiques et idéologiques. La prise en compte de cette tension entre particularisme et universalisme s’est révélée féconde, de même que l’analyse des évolutions, des inflexions et des ruptures que l’Histoire impose aux échanges savants. De grands événements comme la Révolution française, les guerres napoléoniennes, la montée des nationalismes, la Première et la Seconde Guerre mondiales, les totalitarismes, la guerre froide ont largement contribué à modeler ou remodeler les réseaux scientifiques, les rapports entre individus ou entre institutions, sans compter les questions très concrètes de vitesse et d’intégrité des échanges, ou encore de conservation des archives. L’histoire ne sert pas seulement de toile de fond aux réseaux ; elle s’y immisce sans cesse par tous les pores de l’épiderme scientifique. Parler de réseaux, c’est donc aussi envisager la courte et la moyenne durée des rencontres personnelles, des généalogies scientifiques, des héritages partagés ou contestés entre générations, bref c’est une affaire de filiations, de géminations, de bourgeonnement plus ou moins réussi, plus ou moins rapide.

4Ce volume a l’ambition d’être davantage qu’un état des lieux, sous la forme de dossiers épistolaires empilés ou de pièces d’archives juxtaposées. Au départ de cas spécifiques – individus, courants de pensée, disciplines, institutions – ordonnés de manière à dessiner un parcours de réflexion, on suit une logique de connexion qui, attentive aux géométries variables des réseaux, se focalise sur les entrelacements, les « tricotages » des liens, mais aussi sur leur mise en veille ou leur échec, toujours dans la perspective de mieux comprendre les conditions de production des savoirs spécialisés portant sur l’Antiquité. Loin de toute approche systématique, les dossiers retenus amènent à s’interroger sur les pratiques professionnelles, les stratégies éditoriales ou académiques, les entreprises scientifiques, les secteurs disciplinaires sollicités, les modalités de communication à l’œuvre dans les sciences de l’Antiquité. Aucune dimension n’est oubliée : individuelle ou collective, privée ou publique, systématique ou occasionnelle, durable ou éphémère, réussie ou avortée, pacifique ou conflictuelle, nationale ou internationale, la mise en réseaux présente une multiplicité de visages et d’enjeux. Des individus y émergent en tant que protagonistes du processus de transmission des savoirs : ils sont comme les synapses d’un immense cerveau culturel, innervé par d’innombrables stimuli. Dans les réseaux savants, le courant passe davantage en certains points qu’en d’autres ; des figures de passeurs se dégagent, qui investissent fortement les espaces partagés et les animent.

5Scruter les réseaux d’antiquisants appelle, enfin, une analyse de nature comparative. Ces réseaux spécifiques relèvent-ils d’un habitus propre et présentent-ils une ou des spécificités déterminées par les objets que ces savants étudient et/ou par les savoirs qu’ils produisent ? Les antiquisants manifestent-ils, en « tissant » leurs réseaux, une aptitude particulière à s’ouvrir à d’autres disciplines ou spécialités ? En dépit de sa vocation à un certain universalisme, l’Antiquité se trouve au centre, aux XIXe et XXe siècles surtout, de vigoureuses sollicitations nationalistes en tant que substrat d’identités ou d’affinités. Une telle tension entre universalisme et particularisme se reflète-t-elle dans la configuration de réseaux savants, tantôt ouverts, tantôt cloisonnés ? La richesse de l’horizon d’enquête des antiquisants et, parallèlement, le fractionnement grandissant des disciplines qui constituent les Sciences de l’Antiquité (épigraphie, numismatique, papyrologie, etc.) ontils généré des stratégies d’échange des informations et de production des savoirs différentes de celles que l’on observe parmi les médiévistes ou les contemporanéistes, ou encore les anthropologues, les économistes, etc. ?

6Cet ouvrage collectif trace un parcours de recherche en trois temps, précédés par la présente introduction et par la contribution du sociologue Gilles Bastin ; ce dernier éclaire les usages possibles du concept de « réseaux » comme outil d’enquête sociologique en définissant leurs règles générales de fonctionnement, en déterminant les formes historiques des sociétés de savants, enfin en mettant en évidence des hiérarchies, des formes d’interactivité, mais aussi d’exclusion. Le réseau intellectuel ne fonctionne-t-il pas tout autant comme un élément fédérateur pour ceux qui y adhèrent que comme un instrument d’exclusion pour ceux qui n’en font pas partie, sauf pour eux à constituer un réseau concurrent ?

7Dans la foulée de cette approche théorique, les textes présentés s’organisent autour de trois idées-forces. Le réseau est d’abord envisagé comme l’un des lieux essentiels de la production du savoir et de la constitution de disciplines scientifiques. Les quatre premières contributions en constituent autant de cas de figure : l’étude du démotique aurait-elle pu se constituer comme une discipline à part entière, distincte de l’égyptologie, si plusieurs générations successives de spécialistes n’avaient tenté de préserver et d’enrichir leurs découvertes sur l’Égypte gréco-romaine ? Une approche historiographique des ruptures qui, à plusieurs reprises, marquent la chaîne de transmission des savoirs dans les études démotiques amène à réfléchir à la fois sur la construction identitaire d’une discipline – le rôle de maîtres, le poids des traditions nationales – mais aussi sur celui des réseaux scientifiques, garants du développement et du renouvellement dans la continuité du champ des études démotiques (Damien Agut-Labordère). Un deuxième dossier concerne la période de l’entre-deux-guerres et la production de la monumentale Enciclopedia italiana qui repose sur la collaboration entre antiquisants italiens et, plus généralement, européens (Philippe Foro). La figure éclectique et surprenante de l’helléniste Jean-Baptiste d’Ansse de Villoison, au XVIIIe siècle permet un retour sur la documentation épistolaire : ses lettres adressées à la duchesse de Saxe-Weimar témoignent du rayonnement de la cour des souverains saxons et permettent de suivre les progrès de ses travaux à l’aune d’un parcours académique foisonnant, en constante construction (Odile Cavalier). L’expansion romaine, enfin, est un objet d’étude complexe qui appelle la confrontation entre des modèles interprétatifs différents. Jusqu’à l’aube de notre XXIe siècle, on les envisage ici dans la perspective de la construction d’un savoir à la fois spécialisé et partagé (Maria-Teresa Schettino).

8La question des héritages, des filiations, mais aussi des querelles au sein des réseaux savants est plus particulièrement abordée dans les quatre contributions suivantes. Entre collaborations, solidarités ou compétitions, l’histoire des réseaux est aussi celle des relations entre les individus. Classiquement, la concurrence est bien présente chez des savants souvent écartelés entre plusieurs tissus réticulaires antagonistes, l’appartenance nationale venant souvent – en particulier au XIXe siècle – brouiller les possibilités d’entente au sein d’une « République des lettres » qui n’a plus alors qu’une existence théorique. Il peut ainsi arriver que les polémiques priment sur la science, comme le montre la réception du Recueil des cachets d’oculistes romains d’Émile Espérandieu ; dans le contexte de la science archéologique de la fin du XIXe siècle, où l’émulation et les concurrences sont très sensibles, la correspondance passive du savant et les comptes rendus suscités par ses travaux posent la question de la légitimité d’un homme et d’un savoir (Marianne Altit). Si le réseau peut également devenir un refuge en période de crise, une façon de se recentrer sur un savoir scientifique supposé neutre pour fuir les engagements du temps présent, les « Humanités allemandes en guerre » apparaissent comme terriblement impliquées dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale (Johann Chapoutot). Parfois, c’est la collaboration qui prime entre savants de disciplines différentes, sinon entre savants étrangers : les hellénistes de l’École française d’Athènes se sont associés, au début des années 1920, avec les indianistes de la Délégation archéologique française, au service d’une meilleure connaissance de l’Asie centrale antique (Annick Fenet). Enfin, des spécialistes peuvent se regrouper dans une perspective de valorisation et de vulgarisation du savoir intellectuel, et l’on voit des antiquisants participer à l’élaboration des connaissances qui seront diffusées auprès des élèves des collèges et lycées. La question de l’équation entre réseaux académiques et réseaux de vulgarisation est une autre manière d’étudier les réseaux de manière dynamique (Aurélie Rodes).

9Les quatre dernières contributions traitent plus spécifiquement de l’entrelacement des réseaux personnels et institutionnels, notamment autour d’une institution majeure du paysage archéologique français : l’École française de Rome, étudiée non seulement dans ses jeux d’influence sur le terrain particulier de l’archéologie tunisienne aux XIXe et XXe siècles (Clémentine Gutron), mais aussi envisagée de façon plus large à travers les formes et la portée de son réseau de savants (Sarah Rey). C’est quelquefois un individu isolé qui fédère progressivement autour de lui un véritable réseau intellectuel : la correspondance active et passive de Joseph Déchelette permet à cet égard de reconstituer tout le réseau de savants et d’institutions européens qui gravitaient dans l’orbite de l’entrepreneur roannais devenu archéologue (Sandra Péré-Noguès). Enfin, l’exemple de l’archéologie espagnole, avant et pendant la période franquiste, illustre la récupération de l’archéologie nationale par un pouvoir politique soucieux de l’institutionnaliser pour mieux mettre en valeur le passé national (Grégory Reimond).

10Entre recherche savante et compétition parfois féroce, entre émulation scientifique et récupération politique, réseaux, hommes et institutions se relaient comme acteurs de la production d’un savoir sur l’Antiquité qui n’échappe pas toujours à l’instrumentalisation, mais contribue pourtant à une meilleure connaissance du passé. Au final, ce sont donc bien les contours d’un espace intellectuel européen que dessine chacune des contributions de cet ouvrage.

Notes

1 C. Bonnet, V. Krings (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble, 2008.

2 Voir notamment C. Jacob (éd.), Lieux de savoir. 1. Espaces et communautés, Paris, 2007 ; F. Waquet, Les enfants de Socrate. Filiation intellectuelle et transmission des savoirs. XVIIe-XXIe siècle, Paris, 2008.

3 Cf. V. Paravel, « De la plume d’oie à la souris : la recherche en réseaux », in Jacob (éd.), Lieux de savoir, p. 1095-1117.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540