Version classiqueVersion mobile

Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449)

 | 
Marie-Madeleine De Cevins
, 
Jean-Michel Matz

L’Église et l’argent

Chapitre XXXVIII. Commerce et crédit : une réhabilitation sous condition

Claude Denjean

Texte intégral

1Le développement des activités productrices rurales, de l’artisanat urbain et du commerce local, régional et international au XIIe siècle nécessite des investissements importants et des formes de paiements à distance. Une foule de contrats, mis en forme légale par les notaires ou contrôlés par la justice gracieuse dit le crédit comme une activité essentielle. La rente, les prémisses de la fiscalité royale et municipale au XIVe siècle, créatrices de la dette publique, supposent également des versements anticipés. Le jeu des monnaies, celui de marchés interconnectés, s’appuie sur des différences créatrices de risque et de bénéfice, mais aussi sur la fides, à la fois confiance et qualité de l’homme en qui on se fie et qui accorde sa garantie. Ces pratiques économiques sont d’abord le fait de monastères. La réforme grégorienne a lutté contre la simonie et s’est attaquée à l’usure. À la fin du XIIIe siècle, il s’agit de corriger les laïcs, de manière à construire une société chrétienne. Cette correction se révèle délicate car elle suppose une définition des termes et une analyse des actions délictueuses que recouvre le terme générique d’usure(s). Ainsi le bon grain de l’industria productive doit être séparé de l’ivraie du gain stérile.

2Comprendre la place exacte d’un commerce et d’un crédit intimement liés est tâche malaisée pour les historiens de l’Église comme pour ceux de l’économie. En effet, si l’omniprésence d’un endettement multiforme est reconnue, son essor, dans un cadre perçu comme prohibitif, pose problème. D’autant que si les historiens actuels sont spécialisés, la société médiévale ne distinguait évidemment pas une sphère autonome de « l’économique », « encastrée » au contraire. Comment parler du crédit et du commerce ? Ces activités où se manie l’argent furent-elles condamnées, puis réhabilitées ? Si le crédit était envahissant, observer comment cette question est discriminante pour définir la société médiévale permet d’apporter des réponses moins dichotomiques entre une norme rigoriste et des pratiques déviantes. Le domaine de l’usure ne relève pas des articles essentiels de la foi et il est sans doute stérile d’imaginer une raison théologique s’opposant frontalement aux pratiques sociales, alors que le droit canon se dit souvent comme examen de cas concrets et que les princes laïques soucieux de conduire leurs sujets au Salut ne peuvent aller contre la réalité.

Qu’est-ce que l’usure ?

Usura sive lucrum sive beneficium et usurae immoderatae

3Selon les historiens des textes normatifs et exégétiques, l’usure désigne le supplément illicitement attaché au remboursement d’une dette, mais aussi le péché qui consiste à exiger ce supplément. Aux conciles de Latran II (1139) et Latran III (1179), des précisions sont apportées à ce sujet. En effet, le prêt simple recouvre désormais des réalités complexes, alors que d’autres types de contrats supposent l’intervention du crédit.

4Le lexique des textes de la pratique, qui sépare l’usura, lucrum ou beneficium légal et admissible des usurae immoderatae illégales et inadmissibles, éclaire ce « supplément illicite ». L’interprétation qui prévaut généralement au sujet du crédit décrit la réalité comme contournement de l’interdit. L’Église et la religion deviendraient donc des freins au développement de nouvelles formes économiques. Il faudrait décrire ces obstacles et évaluer leurs conséquences. Toutefois l’effort de réformation vise plutôt la mise en ordre d’activités nouvelles foisonnantes, moralement et socialement dangereuses, dans un monde où la polysémie du terme « usure » et l’enchaînement de sens de « crédit » montrent comment la société médiévale se structure autour d’échanges inégaux, réciproques, gracieux, de relations clientélaires et féodales basées sur la croyance, la foi et l’autorité. Rapports et valeurs tissent la toile du prêté et du rendu (L. Fontaine).

5Suivant le droit romain rassemblé dans le Code de Justinien (Codex et Digeste), dont des principes sont repris dans le Décret de Gratien, il est naturel de distinguer en divers types de contrats le prêt simple (mutuum), l’achat-vente (emptio-venditio), la location, l’association. De même les usures, gages (pignus) et hypothèques (hypotheca), les preuves de validité des contrats y sont-ils définis. Ce droit sert de base aux échanges depuis la fin du XIIIe siècle, par le biais de la légalisation notariale, qui utilise les termes classiques, revus, complétés, transmis par les formulaires notariaux.

6D’autre part, le droit canon interdit d’exercer des usures et qualifie les usuriers de cupides. Le lexique qui associe avaritia et turpia lucra s’emploie dès 325 à Nicée, où les usures sont interdites aux clercs. De fait, l’interdiction se développe parallèlement avec la lutte contre la simonie, les termes étant associés. Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, des clercs sont des créanciers habituels ; ils font même fonction de banque de dépôt et ne se privent pas de prendre lors du remboursement un surplus en sus du capital. Sous les pontificats d’Alexandre III et d’Innocent III, le corpus législatif est complété. C’est naturellement la mise en gage qui est alors codifiée, interdisant d’engager un bien d’Église et demandant aux héritiers d’un clerc de restituer les biens d’Église qu’ils se sont appropriés. En effet, la nature de l’objet, la forme même de sa remise créent des formes d’échange à crédit variées, qui impliquent des notions d’usage et de prise d’intérêt différentes. Le pignus mortuum est le mort-gage, où un bien (terre, dîme, etc.) rapporte sans doute 6 à 10 % d’intérêt au prêteur, ce qu’Alexandre III a jugé condamnable ; les pignora viva sont des animaux ou du bétail, pignoragium est une caution. La prise de gages est une saisie. La pignoratio devient alors une forme d’échange (mais provisoire) comme la venditio ou l’alienatio, la permutatio. La différence entre ces contrats provient de l’irrévocabilité ou au contraire de la possibilité de retour du bien cédé, bien qu’une vente ne soit pas nécessairement durable. Pour établir l’usure, il faut identifier le possesseur. Les ventes provisoires d’un bien suivies de retour au vendeur ne doivent pas apporter quelque chose au-delà du capital (sors). Encore faut-il savoir s’il s’agissait au moment du contrat d’une vente pure ou d’un gage. Les enchaînements d’achats à crédit, ceux assortis d’un prêt, divers montages financiers créditeurs rendent les faits difficiles à démêler.

7Les difficultés propres au commerce étant reconnues, des exceptions à l’interdit de l’intérêt sont admises à la fin du XIVe siècle : le gain peut compenser un risque (periculum sortis), une perte (damnum emergens) ou un manque à gagner (lucrum cessans). Cependant, la question de l’équité dans l’échange, fondamentale, reste celle de l’usure : recevoir plus que ce que l’on a donné. Dans un monde de transactions variées et hétérogènes, souvent juxtaposées dans une chaîne de contrats insérés dans un long cycle d’échanges, il faut donc recourir à des règles qui permettent d’évaluer pour équilibrer la balance des paiements. Cela passe par les théories monétaires et la définition d’un juste prix. En effet, en l’absence de troc à proprement parler, les contrats mêlent souvent des biens de nature très différente imposant une comptabilité consensuelle entre créancier et prêteur. Cependant, les fluctuations temporelles de valeurs, bien que reconnues, ne peuvent être régulées et mesurées aisément, les outils légaux et l’impossible uniformisation des marchés font en partie défaut. L’usure illégale et illégitime (usurae) est donc définie comme une prise d’intérêt exagéré. Elle se distingue alors de l’intérêt légitime (lucrum, beneficium, interee, ganancia), compris comme la somme à rembourser par le débiteur, s’ajoutant au capital, que l’on peut considérer comme une usura admissible. Bref, il faut admettre un prêt à intérêt largement diffusé, au grand jour. Les chrétiens sont invités à exercer un échange équitable entre membres d’une communauté que soude la religion et respectueuse du bien public. Pour le mutuum, on admet des pénalités de retard, souvent demandées si le prêt n’est pas remboursé au terme prévu, ce qui est le cas ordinaire. Reste à comprendre la relation entre les principes que défend l’Église, l’idéologie qui sous-tend la défense d’une ecclesia chrétienne au sein de laquelle les laïcs eux aussi cherchent à obtenir leur salut en respectant des principes religieux, et les bénéfices commerciaux qu’éclairent crûment les sources administratives, notariales et judiciaires.

Comment comprendre l’attitude de l’Église face à l’usure ?

8Certains historiens ont vu dans la prohibition de l’usure des motifs pour condamner soit l’archaïsme d’une Église et d’une société occidentale médiévale bloquée dans sa marche vers le capitalisme, soit au contraire l’incompréhension d’historiens oublieux des structures d’une société chrétienne fondée sur la caritas. Dans les deux cas, l’interprétation s’appuie sur un lucrum considéré comme inadmissible, d’une conception qui oppose l’Église au marché, l’idéologie à la pratique économique. Ces théories induisent que les hommes du Moyen Âge, le marchand surtout, doivent concilier l’inconciliable. Bien que contestables et désormais dépassées, elles ont suscité des critiques et des réflexions fructueuses.

9L’Église fut jugée dès le XVIe siècle comme une institution aveuglément attachée aux textes patristiques et scripturaires. Max Weber a proposé une démonstration plaçant dans l’esprit calviniste les origines de l’esprit capitaliste : dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905), il s’attache à décrire l’apparition du « rationalisme occidental », l’influence du psychisme des hommes dans le domaine économique. L’intérêt de sa théorie est d’insister sur les acteurs sociaux, soutenus ou inhibés par leur religion.

10Au XIIIe et XIVe siècles, l’usura certa, prouvée par des preuves écrites ou des témoignages, qui font l’usurier manifeste, condamné par une réputation judiciairement recevable et par des actes délictueux, est finalement très rarement avérée dans les faits, alors que se développe une obsession de l’usure incerta, non prouvée, soupçon que l’on observe dans les chroniques, les causes judiciaires, les exempla. Cette inquiétude généralisée aurait pu nuire au développement des transactions commerciales. Les contradictions que les marchands doivent assumer, les solutions que les pasteurs chargés de la conduite des âmes des usuriers en puissance ont proposées ont fait l’objet de nombreux travaux, parmi lesquels ceux de Jacques le Goff. L’usurier, homme dur et sans charité, qui vole le temps et s’enrichit en dormant, sans rien produire que l’exploitation des malheureux, est un avare qui ne respecte pas la loi avec ses contrats frauduleux et interdits, un pécheur voué à l’Enfer qui corrompt tout autour de lui. La société en voie de monétarisation trouve ici la figure qui doit être condamnée. Cependant, les hommes peuvent être corrigés, demander des restitutions avant leur mort et bénéficier du Purgatoire, eux qui voudraient concilier « la bourse et la vie », l’enrichissement et le salut. L’argument de l’usurpation du temps par l’usurier tend à disparaître au XIIIe siècle. Il apparaît que, au moins dans certains royaumes comme ceux de la couronne d’Aragon, l’administration royale a cherché à légiférer pour mieux condamner les contrats illicites et laisser se développer les échanges utiles au bien commun (Cl. Denjean).

11Des études appuyées sur des sources ibériques de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne ont au contraire soutenu que tout était contenu dans une théologie de la charité qui ne distinguait pas foi, devoir moral, obligation juridique et contractuelle. La place du devoir de gratitude (S. Piron), celle de l’idéal du prêt gratuit au sein des marchés avant le marché (A. Guerreau) se présentent comme une lecture critique de l’ouvrage de Bartolomé Clavero (La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, 1996). Les difficultés rencontrées proviennent de méthodes généralistes et anhistoriques qui proposent des systèmes d’opposition binaires en s’appuyant sur la description d’un système de représentations coupé de tout. La gratitude et le don sont bien des notions utiles pour comprendre la genèse de l’économie moderne, retrouvant la structure de l’échange décrit par Marcel Mauss – obligations de donner, de recevoir et de rendre – et le vocabulaire du crédit (L. Fontaine). À travers les textes des canonistes puis la Somme théologique de Thomas d’Aquin*, nous voyons comment l’échange contractuel, pour la chose, mis en forme juridique, est distinct de l’échange personnel affectueux et mutuel. Même si ces deux ordres sont mêlés dans la vie, ils relèvent de normes et de juges différents (S. Piron).

Usures interdites, usures encadrées

12La détermination des actions commerciales et créditrices admissibles, complexe, évolue sensiblement entre 1179 et 1449.

Les fondements : l’interdiction biblique et canonique de l’usure

13Le texte fondateur sur lequel s’appuie la réglementation de l’usure provient du Deutéronome (23, 20-21) : « Tu ne prêteras pas à intérêt à ton frère : ni intérêt d’argent, ni intérêt de nourriture, ni intérêt de quoi que ce soit qui rapporte de l’intérêt. À l’étranger, tu prêteras à intérêt, mais à ton frère tu ne prêteras pas à intérêt, afin que te bénisse Iahvé, ton Dieu, en toute entreprise de ta main, sur la terre où tu vas entrer pour la posséder ». D’autres mentions se trouvent dans l’Exode (22,24) : « Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, au pauvre qui est avec toi, ne sois pas une morsure pour lui ; tu n’exigeras pas de lui d’intérêt », ou encore dans le Lévitique (25,35-37), le Deutéronome encore (5,1-11) et les livres de Néhémie (10,32) et d’Ézechiel (21,12). L’importance du respect de la valeur des poids et monnaies est déjà notifiée dès l’origine ; et l’interdiction du prêt à intérêt sépare la communauté de l’étranger, le croyant monothéiste de l’idolâtre. La lecture du monde chrétien n’exclut pas ce sens originel. C’est ainsi, par exemple, que le prêt entre juifs et chrétiens peut être considéré comme légitime ou non, selon que l’on qualifie l’autre de frère, appartenant à une autre religion du Livre, ou pas. Ce fait expliquerait, selon une analyse grossière, le crédit juif. C’est le prêt à intérêt lui-même qui est déprécié. Le problème se pose également dans les communautés juives, même s’il concerne avant tout la communauté chrétienne. Les Pères de l’Église traitent de l’usure par rapport à la société chrétienne, tel saint Augustin (354-430) dans son De civitate Dei ou saint Ambroise (340-397), qui affirme : « Exige l’usure de celui que tu peux tuer sans crime. » Autre extrait scripturaire largement commenté : « Si vous ne prêtez qu’à ceux dont vous espérez restitution, quels mérites avez-vous ? Car les pécheurs prêtent aux pécheurs afin de recevoir l’équivalent. […] Prêtez sans rien espérer en retour (mutuum date nihil inde sperantes) et votre récompense sera grande » (Luc, 6,34-35). L’insistance sur l’intention préalable à l’échange crée en quelque sorte le péché de simonie mentale.

14Le concile de Latran III fulmine l’excommunication contre les usuriers, défend de recevoir les offrandes des usuriers manifestes, de les admettre à la communion et de leur donner la sépulture. Le prêtre qui aura contrevenu à ce décret est renvoyé au jugement de l’évêque. La prohibition de l’usure devient absolue et universelle. Cependant, Alexandre III (1159-1181) examine dans le décret In civitate la pratique commune du crédit, défini comme la vente de choses courantes pour un paiement futur à un prix plus élevé que le prix présent. Pour lui, l’intervention du temps entre réception et paiement introduit l’usure. Mais il admet une exception : si les choses vendues risquent d’être plus ou moins chères dans le futur, il n’y a pas d’usure illicite ou déguisée dans le contrat. La décrétale Consuluit d’Urbain III (1185-1187) étend l’acception de la fraude usuraire à des contrats autres que des prêts. L’intention peut désigner l’usurier. Le concile de Latran IV (1215) réserve la prohibition aux juifs alors que les réunions préparatoires s’étaient intensivement occupées de l’usure. Innocent IV (1243-1254) estime que le contrat de cens n’est pas formellement usuraire, car l’usure réside dans le mutuum (et non la venditio). Dans ce cas, il n’y a plus nécessité d’une égalité parfaite. Il faut seulement respecter la limite qui causerait la laesio enormis : une moitié de plus ou de moins que le prix commun, qui sépare la vente juste de l’injuste dans la loi romaine.

15Le concile de Lyon II (1274) poursuit – sous le titre Des usures – en défendant de louer des maisons ou d’en permettre l’usage aux usuriers publics. Privés d’absolution, ils doivent restituer autant qu’il est possible. On suspecte les prêteurs d’exiger de l’usure occulte. La juridiction des tribunaux ecclésiastiques sur les usuriers rapproche la figure de l’usurier de celle de l’hérétique. La littérature pénitentielle en fait un sacrilège et un infidèle. Cette époque est celle des restitutions demandées par testament, imposées après enquête. Le concile de Vienne (1311-1312) complète le corpus : « Nous, désireux de mettre un frein à cette audace pernicieuse [de l’iniquité de l’usure], nous avons statué […] que tous les pouvoirs […] qui ont eu la présomption de composer, d’écrire ou d’éditer de semblables statuts d’après lesquels des usures sont payées ou des usures qui ont été payées ne sont pas restituées, s’ils ont agi avec intention, librement et sciemment, qu’ils encourent la sentence d’excommunication. » La décrétale Ex gravi qualifie d’hérétique toute légitimation de l’usure et conduit à des actions contre les chrétiens et contre les juifs. L’usure n’est pas au sens strict une hérésie contre le dogme, mais une hérésie « technique ». Les Décrétales de Grégoire IX, inspirées de Raymond de Peñafort*, marquent en 1234 l’aboutissement de la définition de l’usure. Un prêt quel qu’il soit – même le foenus nauticum du grand commerce – est usuraire dès qu’un intérêt est demandé, car il s’agit de mutuare, transférer le risque à celui qui reçoit le prêt. Il faut donc utiliser les contrats de commenda ou de societas.

16L’usure pratiquée par les juifs est dénoncée spécifiquement au concile de Paris en 1188 et par le canon 67 de Latran IV : « Plus la religion chrétienne s’efforce de rejeter les pratiques de l’usure, plus celles-ci se répandent avec perfidie chez les juifs : ils sont en passe d’épuiser à bref délai les richesses des chrétiens. Nous entendons en nos régions aider les chrétiens à échapper aux sévices des juifs ; nous statuons donc ceci : […] si à l’avenir, sous quelque prétexte, les juifs extorquent des intérêts usuraires aux chrétiens, tout commerce entre juifs et chrétiens devra cesser jusqu’à juste réparation des graves préjudices infligés. » L’usurarius alienigena, judeus, qui thésaurise d’une manière improductive, est de plus en plus souvent distingué du changeur et du marchand. C’est donc moins la définition technique de l’usure que la correction et la punition de l’usurier qui est visée.

17La législation des conciles de Latran est reprise par les synodes et conciles provinciaux. À Narbonne en 1227, à Béziers en 1246, on interdit la collaboration avec des prêteurs juifs. À Albi en 1254, à Montpellier en 1258, on protège les débiteurs chrétiens contre leurs créanciers juifs, on exige que les prêteurs déclarent sous serment le principal et l’intérêt exigé. Mais les usures immodérées ne sont pas définies précisément, causant du trouble. À Padoue ou à Aquilée en 1339, les usuriers chrétiens sont menacés par les dénonciations publiques.

La réflexion théologique

18Elle porte sur la nature des biens échangés dans les divers contrats et reconnaît le risque pris. Elle s’attache également à gloser les paroles de Luc et à comprendre la nécessité de récompenser celui qui a aidé par un prêt. Guillaume d’Auxerre (Summa Aurea, 1220) ou Raymond de Peñafort ne peuvent accepter un supplément au capital prêté. La gratuité du geste inconditionnel du don et du retour permet de rester libre alors que la réciprocité oblige. Peu à peu les plans juridique, moral et théologique se distinguent. La charité veut des actes de bienveillance sans retour, elle diffère de la caritas méritoire accomplie en vue de Dieu. Le champ du « social », même dans l’échange bienfaisant et gratis, se détache du champ « religieux » pour Guillaume d’Auvergne (De meritis) puis chez les penseurs franciscains de la fin du XIIIe siècle, mais les laïcs sont inclus dans l’économie du salut d’une manière toute autre qu’avant la réforme grégorienne.

19Dans sa Somme théologique, Thomas d’Aquin* s’appuie sur le droit naturel pour condamner l’usure. En s’attachant à réfléchir sur l’écart entre droit et morale, il ouvre la voie à l’élaboration d’une théorie positive du commerce et de l’activité économique. Le contrat et l’amitié ne sont pas du même ordre. L’usure est un péché, l’usage naturel de l’argent en fait un moyen de paiement, pas un bien produisant de l’argent : « Il est, de sa nature, illicite de recevoir un prix de l’argent prêté, ce que l’on appelle usure ; et comme l’homme est tenu de restituer le bien injustement acquis, il est tenu à la restitution des intérêts. » Dans le prêt simple en argent, la somme est transférée à l’emprunteur. Celui qui le reçoit doit le rendre intégralement, celui qui le donne ne peut demander un surplus puisque c’est le débiteur qui supporte le risque. En revanche, dans le cas d’une société, l’investisseur prenant un risque peut légitimement réclamer une part de bénéfice. Thomas d’Aquin* reprend ainsi à son compte les distinctions du droit romain et suit ses prédécesseurs sur le mutuum (Mutuum enim constitit in his rebus quae pondere, numero vel mensura constant veluti vino, oleo, frumento, pecunia numerata, aera, argento, auro…, définit le Digeste). Les achats de récolte sur pied et autres échanges de biens « dont l’usage équivaut à leur consomption, comme le pain et le vin » peuvent supporter de l’usure : « En prêtant ces choses, on en passe le domaine à l’emprunteur. Si quelqu’un voulait vendre d’une part le vin et de l’autre l’usage du vin, il vendrait la même chose deux fois et vendrait une fois ce qui n’existe pas. » D’où il pécherait manifestement contre la justice. Thomas assimile le fait de charger l’emprunteur pour l’utilisation du prêt à une exactio. Il explique que l’usure modérée est acceptable par le droit civil : Et ideo usuras lex humana concessit, non quasi estimans eas esse secundum iusticiam, sed ne impedierentur utilitates multurorum.

20Si le commerce spéculatif est condamné, le commerce utile, qui impose des associations d’investissement, est nécessaire. C’est l’avarice, l’exagération de l’accumulation qui est mauvaise, puisque selon Isaïe : « Malheur à ceux qui ajoutent maison à maison, qui joignent champ à champ. » La distinction des domaines théologique, pastoral et moral, puis juridique permet donc une position nuancée qui se révèle pratique et pose les bases du pragmatisme des princes laïques qui souhaitent édifier une société équitable et juste. Cet apport passe également par la réflexion sur la formation de la valeur, des prix et la redéfinition de la monnaie. Lors de chaque contrat, les contractants calculent l’équilibre de leur échange, en fonction des fluctuations. L’équité, dans un système fluctuant et relatif, n’est pas une égalité formelle numérique.

21L’apport des Franciscains engagés dans les débats sur la pauvreté est essentiel à la formation d’une éthique du bien commun. Le Franciscain Pierre de Jean Olivi compose le De contractibus durant son dernier séjour narbonnais (1292-1298). Il y utilise le terme « capital » sans doute pour la première fois – terme présent dans les contrats catalans et majorquins par opposition à interee, mais compris ici comme somme d’argent destinée à produire du profit par une opération commerciale. Le temps, dans le sens de durée durant laquelle le bien appartient à son propriétaire, peut faire l’objet de transaction marchande. Ainsi un paiement anticipé – remboursement anticipé d’une somme due – peut légitimement être inférieur au prix d’une vente opérée plus tard, alors que dans un prêt le temps qui court ne peut être vendu par l’emprunteur car il appartient au débiteur. Le risque peut être compensé, à condition qu’il porte sur la propriété comme sur l’usage du capital. Un droit portant sur des biens futurs s’achète moins cher. Pierre de Jean Olivi contribue à édifier le type du mercator christianus en rapport avec sa théorie de la pauvreté (G. Todeschini). Il réfléchit à la relation entre spiritualia et temporalia, au rôle de l’intentio et de l’utilitas dans le comportement économique, valorisant l’usus pauper comme imitation du Christ, intégrant la tradition anti-simoniaque dans une évaluation des comportements économiques, une éthique du lucre. Il fonde l’analyse du prix du marché (precium rerum venalium), analyse les possibilités sociales et crée les moyens d’une vertu civique centrée sur le bien commun. Le marchand devient utile à la chose publique, il est un expert des valeurs économiques, son bénéfice est qualitativement différent du gain de l’usurier ; il n’est plus seulement la reconnaissance du travail, comme chez Thomas d’Aquin*, ou du risque, mais de l’industrie utile, dont le bénéfice n’est pas thésaurisé et immobilisé mais circulant.

L’usure, un enjeu entre l’Église, les pouvoirs et les groupes sociaux

22L’Église a donc à cœur de rendre les pratiques commerciales justes et équitables, contribuant ainsi à construire la cité chrétienne. Le droit canon, l’exégèse et la théologie créent les conditions qui permettent aux pouvoirs princiers et à tous les laïcs de participer à cette édification et pas seulement d’obéir à une loi édictée par Dieu et l’Église. Les praticiens que sont les juristes aident à administrer les marchés, à pacifier les conflits, à gérer la dette publique. Les statuts communaux italiens intègrent l’usure. Cela crée un conflit entre tribunaux, entre droit civil et droit canon. Les terres méridionales bénéficient, plus souvent et fortement que celles du Nord, de l’importance de la médiation notariale et d’une législation qui encadre précisément l’usure en indiquant les taux à ne pas dépasser et les modes de calcul à respecter. Les taux sont parfois élevés, comme en Angleterre au XIIe siècle ou à Constance en 1383 (43 % par semaine), dans la Bourgogne du XIVe siècle (86 %) ou en Europe centrale : 173 % par semaine en 1244 dans l’Empire, puis 43 % en 1255 selon Joseph Shatzmiller. Par contre, les taux provençaux sont plus faibles (25 % au mois) alors que ceux fixés dans la couronne d’Aragon dès 1229 sont les plus raisonnables (16 à 20 % mensuel) car les textes interdisent que le capital soit doublé par les intérêts versés, empêchant l’endettement chronique qui est dénoncé dans les enquêtes menées en Dauphiné en 1408. La vente à terme est jugée illicite à Trèves en 1277. C’est l’usure des juifs qui est réglementée, ce qui est naturel puisque les chrétiens doivent pratiquer des opérations créditrices d’une autre manière, dans d’autres buts. Le développement des enquêtes au sujet des usures et contre les usuriers, suscitant délation et plaintes, et les procédures judiciaires ont un effet pédagogique.

23Confesseurs et prédicateurs menacent les usuriers des peines de l’Enfer et exigent des restitutions. De nombreux exempla, avant l’Enfer de Dante, narrent les supplices subis par les avares et les usuriers. On raconte comment leur pierre tombale est éloignée de l’église, comment leurs enfants se battent pour obtenir leur héritage. De même l’usure est un argument contre les juifs dans les édits d’expulsion. Il semble toutefois que les marchands, même usuriers, ne soient généralement pas taraudés par l’angoisse. Cependant, les diverses actions purgatives contre les usures imposent peu à peu non seulement le respect de la licéité des contrats, mais aussi un esprit mieux adapté à la morale chrétienne tout en étant productif.

24Ceux qui sont sanctionnés ou dont les activités sont prohibées sont des juifs mais aussi des Cahorsins ou Lombards, des marchands ruraux et des spéculateurs financiers qui non seulement font bénéfice de tout sans aucune mesure mais risquent de mettre en faillite le système créditeur.

*

25Les recherches conduites depuis une quinzaine d’années autour des notions de Bien commun et de « richesse franciscaine », spécialement par les historiens italiens (dans le cadre des « études oliviennes »), permettent de dépasser la stérile opposition entre société marchande voire « capitaliste » en développement et Église post-grégorienne défendant des positions rigoristes ou archaïques, laissant aux laïcs la difficulté d’évoluer dans une société de la prohibition. L’usure est mieux que réhabilitée, elle est tout simplement définie grâce à des réflexions théologique et juridique poussées, appuyées sur un pragmatisme austère. Les milieux franciscains ont joué un rôle éminent dans cette construction d’une éthique qui fait émerger la figure du marchand chrétien, dont la vertu est au service de la chose publique. Le résultat provient à la fois d’une distinction nette entre les domaines théologique, pastoral, juridique et d’une capacité à faire converger au service d’une grande exigence spirituelle et d’une utilité sociale les divers modes d’élaboration et d’imposition de la norme et de l’esprit anti-usuraire. Les laïcs se trouvent inclus dans ce mouvement dont la source est aussi la glose du droit romain contractuel, pour le plus grand bien d’une société de l’échange continu à vocation universelle. Par contre, ceux qui sont soupçonnés d’immobiliser l’argent sont logiquement exclus de la communauté suivant la loi du Décalogue. Les juifs le sont en partie par ce biais. Pour réussir à obtenir un lucre bénéfique, il faut se montrer capable d’utiliser les contrats jusque-là réservés aux plus aisés, la commenda et la constitution de societas, et non le mutuum pourtant omniprésent et souple. De ce fait, le marchand chrétien est un urbain plutôt qu’un rural, dans le cadre de métiers contrôlés.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Baldwin John W., The Medieval Theories of the Just Price : Romanists, Canonists and Theologians in the 12th and 13th Centuries, Philadelphie, The American Philosophical Society, 1959.

Bériou Nicole, Chiffoleau Jacques (dir.), Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIIIe-XVe siècle), Lyon, PUL, 2009.

Boureau Alain, Piron Sylvain (dir.), Pierre de Jean Olivi (1248-1298), Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Paris, Vrin, 1999.

Denjean Claude, La loi du lucre. Usures en procès dans la couronne d’Aragon, Madrid, Casa de Velázquez, 2010.

Fontaine Laurence, « Introduction », dans Endettement paysan et crédit rural, M. Berthe (dir.), Toulouse, PUM, 1995.

Ibanès Jean, La doctrine de l’Église et les réalités économiques au XIIIe siècle ; l’intérêt, les prix, la monnaie, Paris, PUF, 1967.

Langholm Od Inge, Economics in the Medieval Schools. Wealth, Exchange, Value, Money and Usury according to Paris Theological Tradition 1200-1350, Leyde, Brill, 1992.

Le Goff Jacques, La bourse et la vie, Paris, Hachette, 1986.

Le Goff Jacques, Le Moyen Âge et l’argent, Paris, Perrin, 2010.

Piron Sylvain, « L’apparition du resicum en Méditerranée occidentale, XIIe-XIIIe siècles », dans Pour une histoire culturelle du risque. Genèse, évolution, actualité du concept dans les sociétés occidentales, E. Collas-Heddeland, M. Coudry, O. Kammerer, A. J. Lemaître, B. Martin (dir.), Strasbourg, Éditions Histoire et Anthropologie, 2004, p. 59-76 [halshs. archives-ouvertes. fr/halshs-00004835].

Piron Sylvain, « Marchands et confesseurs. Le Traité des contrats d’Olivi dans son contexte (Narbonne, fin XIIIe-début XIVe s.) », dans L’argent au Moyen Âge, Actes du congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 289-308.

Piron Sylvain, « Perfection évangélique et moralité civile. Pierre de Jean Olivi et l’éthique économique franciscaine », dans Ideologia del credito fra Tre e Quattrocento : dall’Astesano ad Angelo da Chivasso, Atti del convegno internazionale, B. Molina et G. Scarcia (dir.), Asti, Centro di studi sui Lombardi e sul credito nel medioevo, 2001, p. 103-143.

Piron Sylvain, « Prêts charitables et opérations capitalistes dans l’éthique franciscaine des contrats monétaires », dans Des personnes aux institutions. Réseaux et culture du crédit du XVIe au XXe siècle en Europe, L. Fontaine, G. Postel-Vinay, J.-L. Rosenthal, P. Servais (dir.), Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 1997, p. 11-27.

Piron Sylvain, « Temps, mesure et monnaie », dans M. Pérès (dir.), La rationalisation du temps aux XIIIe et XIVe siècles. Musique et mentalités, Grâne, Créaphis, 1998, p. 47-63.

Quaglioni D., Todeschini G., Varanini G. M. (dir.), Credito e usura fra teologia, diritto e amministrazione. Linguaggi a confronto (sec. XII-XVI), Rome, Viella, 2005.

Ricchezza francescana. Dalla povertà volontaria alla società di mercato, Bologne, 2004 (trad. fr. : Paris, 2009).

Shatzmiller Joseph, Shylock reconsidered. Jews, Moneylending and Medieval Society, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1990 (trad. fr. : Paris, Les Belles Lettres, 2000).

Todeschini Giacommo, I mercanti e il tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra medioevo ed età Moderna, Bologne, Il Mulino, 2002.

Sources imprimées

Foreville Raymonde, Les conciles de Latran I, II, III et IV, Paris, CNRS, 1965.

Piron Sylvain, « Le traitement de l’incertitude commerciale dans la scolastique médiévale », Journal électronique d’histoire des probabilités et de la statistique, vol. 3, no 1, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search