Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449)

 | 
Marie-Madeleine De Cevins
, 
Jean-Michel Matz

Sociographie du clergé séculier

Chapitre X. Papes et cardinaux : profil des dirigeants de l’Église romaine

Édouard Bouyé

Texte intégral

Un papa et des gonds : titulatures et métaphores

1Le terme grec de παππος, traduit en latin par papa, est le doublon affectueux de pater, donné aux évêques, parfois aux prêtres, grecs puis latins. Il est attesté pour la première fois, pour l’évêque de Rome, sous le pontificat de Marcellin (296-304). Il se développe aux IVe et Ve siècles. Au VIe siècle, c’est la titulature que donne à l’évêque de Rome la chancellerie de Constantinople et, à partir de la fin du VIIIe siècle, c’est celle que prennent les papes eux-mêmes. Dans ses Dictatus papae (1075), Grégoire VII réserve ce titre au successeur de Pierre, quod hoc unicum est in mundi. En Orient en revanche, le terme de « pope », encore en usage pour les simples prêtres, montre la persistance de cette très antique appellation.

2À côté de ce nom de « père » se développe une titulature variée qui rend compte de la diversité des attributions du pape. Les titres donnés au successeur de Pierre, évêque de Rome, sont soit le décalque chrétien de titre romains – pater, successeur du princeps apostolorum (fin du IVe siècle), summus pontifex (réservé au pape depuis le VIIIe siècle), pontifex maximus (XVe siècle) –, soit des innovations des auteurs chrétiens ou des papes : papa, patriarche d’Occident (concile de Nicée en 325), vicaire de Pierre (Léon Ier au milieu du Ve siècle), serviteur des serviteurs de Dieu (Grégoire le Grand à la fin du VIe siècle), vicaire du Christ (Pierre Damien, 1057), (Très) saint Père (Grégoire VII en 1075), Sainteté (XIIIe siècle), vicaire de Dieu (XVe-XVIIe siècles).

3Plus récente est néanmoins l’appellation de cardinal. Le terme de cardinalis, synonyme d’incardinatus sous Grégoire Ier, désigna rapidement les clercs cardinaux, c’est-à-dire principaux, d’une Église, et en particulier de l’Église romaine. Puis, se substantivant, il signifia que les clercs qu’ils désignaient étaient eux-mêmes les gonds autour desquels tournait la porte de l’Église romaine ; ce glissement est définitif au XIe siècle. Le terme, traditionnel dans l’Église depuis au moins Grégoire le Grand, acquiert un sens et une dimension dilatés, passant de l’Église romaine à l’Église universelle. Ce groupe de cardinaux comprit progressivement des cardinaux-prêtres (fin du VIIe siècle), des cardinaux-évêques (vers 770) puis des cardinaux-diacres (XIIe siècle), sans que cette dénomination corresponde ensuite toujours à l’ordre sacré correspondant : tous les cardinaux, par exemple, purent être évêques quel que soit leur ordre. L’évêché suburbicaire, le titre presbytéral et la diaconie sont les liens qui attachent le cardinal à l’Église romaine. Ce lien, originellement pastoral et liturgique, devint vite assez formel. C’est ainsi qu’apparurent, au XIIIe siècle, des cardinaux sans titre (cardinales sine titulo).

Conclaves et consistoire entre oligarchie et monarchie

4La bulle de Nicolas II qui, en 1059, avait réservé l’élection du pontife au seul ordre des cardinaux-évêques avait permis de supprimer les interventions directes du pouvoir politique et de l’aristocratie romaine. Mais le dispositif avait montré ses limites. Pour éviter que ne se reproduisent les schismes qui avaient déchiré l’Église entre 1159 et 1178, le concile de Latran III décida que le pape serait élu par les deux tiers des cardinaux présents, quel que soit leur ordre (évêques, prêtres et diacres). Cette règle des deux tiers – qui prévaut toujours dans les conclaves actuels – devait permettre de donner au nouvel élu une légitimité incontestable, même si tous les cardinaux n’avaient pu matériellement être présents pour participer au vote. Une constitution d’Alexandre III, Licet de evitanda, promulguée durant le concile de Latran III en 1179, après plusieurs décennies de schismes, précisa les modalités de l’élection du pape par les cardinaux, exigeant au moins les deux tiers des voix.

5Au XIIIe siècle, plusieurs élections traînèrent en longueur, parce que les cardinaux n’arrivaient pas à se mettre d’accord et parce qu’ils avaient intérêt à voir se prolonger la vacance du pouvoir pontifical pour étendre leurs prérogatives. La mesure fut à son comble après la mort de Clément IV en 1268 : la session électorale, la plus longue de l’histoire de la papauté, s’étendit à Viterbe entre novembre 1268 et le 1er septembre 1271. Les autorités viterboises, de guerre lasse, enfermèrent les électeurs dans le palais épiscopal, dont ils firent murer les accès ; ils réduisirent enfin les cardinaux au pain et à l’eau. Ces mesures sévères aboutirent à l’élection de Tebaldo Visconti, archidiacre de Liège, qui n’était ni prêtre ni membre du Sacré Collège et prit le nom de Grégoire X. Pour éviter qu’une vacance aussi longue, très préjudiciable au gouvernement de l’Église, ne se renouvelle, Grégoire X promulgua le 7 juillet 1274, malgré l’opposition des cardinaux, la bulle Ubi majus periculum. « Les cardinaux, après avoir attendu dix jours leurs collègues, se réunissent dans le palais où est mort le pape, dans un local strictement clos et soumis à une discrétion absolue et un régime de vie d’autant plus austère que l’élection tarde ; ne percevant aucun revenu pendant le conclave, ils ne s’occupent que de l’élection, sauf cas de danger imminent pour les États de l’Église ; les autorités locales ont la charge de veiller au bon déroulement du conclave, sans en aggraver les mesures » (P. Jugie).

6Le terme de conclave (« sous clef ») impliquait d’abord l’enfermement des cardinaux, qui avait d’ailleurs été déjà expérimenté en 1216 à Pérouse et en 1241 à Rome (mais les cardinaux refusèrent alors d’être enfermés) ; les claves devaient enfermer ceux qui avaient pour mission d’élire celui qui allait justement détenir le pouvoir des clefs confiées par le Christ à saint Pierre. L’austérité de la vie à l’intérieur du conclave – progressivement adoucie, mais qui reste réelle jusqu’à nos jours –, la stricte séparation d’avec le monde extérieur (qui devait libérer les conclavistes des pressions du peuple, de l’aristocratie romaine et de l’empereur ou d’autres souverains), la suspension des revenus : tout devait contraindre les cardinaux présents au conclave à se décider rapidement sur le nom d’un ecclésiastique. Ces dispositions, parfois suspendues par des successeurs de Grégoire X, furent intégrées par Boniface VIII aux collections canoniques.

7Le mécanisme d’élection de 1179, perfectionné par la bulle de 1274, permettait théoriquement d’assurer une certaine continuité dans le gouvernement de l’Église romaine. Le pape crée les cardinaux qui choisiront son successeur. Il est vrai que le pape pouvait être choisi hors du Sacré Collège ; ce fut le cas d’Urbain IV, de Grégoire X et de Célestin V (dans la seconde moitié du XIIIe siècle) ; le dernier, Urbain VI en 1378, persécuta à ce point les cardinaux qu’il suscita le Grand Schisme, lequel guérit à jamais les cardinaux de faire appel à une personnalité extérieure.

8Le pape crée des cardinaux en fonction des équilibres politiques et spirituels dont il est seul juge, mais aussi en fonction de son choix et de l’orientation qu’il entend donner au gouvernement de l’Église. En théorie, ce mode d’élection du pape par les cardinaux et de choix des cardinaux par le pape devrait garantir une stabilité dans le gouvernement. Il n’a cependant jamais empêché les turbulences. La vacance se prolonge lorsque les cardinaux n’arrivent pas à se mettre d’accord, ou lorsqu’ils se mettent d’accord pour faire traîner l’élection et gouverner ainsi collégialement l’Église. L’élection aux deux tiers n’a pas empêché les schismes : le Grand Schisme, qui vit s’affronter, entre 1378 et 1417, deux puis trois papes concurrents (pour un total de quatre antipapes : Clément VII, Benoît XIII, Alexandre V et Jean XXIII), mais aussi les petits schismes – entendus comme des schismes courts et/ou entraînant une minorité de cardinaux, d’États et de clercs) – comme celui de Nicolas V (1328-1330) ou de Félix V (1439-1449), qui est le dernier antipape de l’histoire, si l’on excepte les antipapes de fantaisie, autoproclamés et anecdotiques. Après 1449, les schismes ne se cristallisent plus autour d’antipapes.

Le recrutement des cardinaux : entre catholicité, nations et népotisme

9Il faut remarquer, entre Honorius II (1124-1130) et jusqu’en 1439, la rareté des cardinaux sujets de l’Empire : peut-être faut-il y voir la volonté de limiter les conflits d’intérêt – c’est l’explication qu’en donne le juriste Agostino Trionfo († 1328) –, en particulier dans le contexte, sporadiquement tendu jusqu’au milieu du XIVe siècle, de la lutte entre l’Empire et la papauté. Le surnom latin donné aux cardinaux faisant allusion au bénéfice détenu par le récipiendaire au moment de sa création cardinalice était apparu à la fin du XIIIe siècle. Il rappelait alors les origines géographiques du cardinal. Pietro Peregrosso, originaire de Milan, créé par Nicolas IV en 1288, est surnommé cardinalis de Mediolano ; Guglielmo Longhi, originaire de Bergame, créé cardinal par Célestin V en 1294, est surnommé cardinalis de Pergamo. Dès le XIVe siècle, certains cardinaux prennent comme nom usuel celui de leur bénéfice principal (Magalonensis), de leur nation ou du souverain qui a obtenu pour eux le chapeau (Angliae) ou de leur titre cardinalice (Sancti Sixti) ou une partie de leur titre cardinalice (Vincula, pour Giuliano della Rovere). D’autres conservent leur nom de famille ; d’autres encore reçoivent un surnom, qui peut être héraldique – comme le cardinal Alvise Scarampi, appelé Mezzarota en raison de la demi-roue qui figure dans ses armes. Certains cardinaux cumulèrent d’ailleurs plusieurs noms.

10Entre le concile de Latran III et l’élection de Clément V en 1305, la cour pontificale est très largement italienne. Sur les 25 papes qui se succèdent, 20 sont italiens, soit 80 % (10 originaires de Rome et du Latium, 7 originaires d’Italie du Nord et 3 d’Italie méridionale), 3 sont de la France du Nord (soit 12 %), 1 est savoyard et le dernier portugais. Le même genre de proportions peut être observé pour les cardinaux créés durant cette période, même si avec Alexandre III se multiplièrent les « cardinaux résidentiels », évêques devenus cardinaux mais conservant leur évêché et résidant en Curie ou dans leurs diocèses. Cette pratique distendit quelque peu les liens étroits existant originellement entre le clergé de Rome et le collège des cardinaux. Néanmoins, sur 230 cardinaux créés, 76 % sont italiens, 17 % français, 3 % portugais ou espagnols ; et l’on compte 3 Allemands, 3 Anglais, un Liégeois, un Hongrois et un Lorrain.

11L’installation de la papauté à Avignon bouleverse cet équilibre. Les sept papes qui se succèdent entre 1305 et 1378 sont tous originaires de la France du Midi. Sur les 134 cardinaux créés durant la période, 71 % sont de la France du Sud, 13 % de la France du Nord ; de sorte que près de 85 % des cardinaux d’Avignon sont originaires du royaume de France. La papauté avignonnaise fut donc plus française que n’était italienne la papauté romaine du XIIIe siècle ; moins que jamais le collège des cardinaux refléta alors la diversité de la chrétienté. Le collège des cardinaux se peuple des Gascons de Clément V (13 sur 24 cardinaux créés), des Quercynois de Jean XXII ou des Limousins de Clément VI, d’Innocent VI et de Grégoire XI. Pour la première et la dernière fois de son histoire, le collège des cardinaux cessa alors de compter une majorité, même relative, d’Italiens – les neuf cardinaux, un peu fantomatiques, de l’antipape Nicolas V ne sont ici pas pris en compte. Les Italiens sont très minoritaires (10 %), les cinq cardinaux hispaniques et les deux Anglais représentant ensemble les quelque 5 % restants. S’il y eut une rupture dans l’histoire de la papauté à l’époque avignonnaise, ce fut bien celle-là. Urbain VI fut élu en Italie en 1378 au milieu du peuple qui criait : « Nous le voulons romain, ou au moins italien ! » Le Grand Schisme, qui divisa non seulement les cardinaux mais aussi les nations entre elles, imposa aux compétiteurs d’internationaliser, au moins symboliquement, le recrutement de « leur » collège, afin de consolider leur obédience. Le recrutement diffère naturellement suivant les obédiences. Les deux papes élus en 1378 créèrent beaucoup de cardinaux afin de se reconstituer un collège : 42 pour Urbain VI, 34 pour Clément VII. L’obédience romaine privilégia les Italiens. Clément VII poursuivit les habitudes des papes français en créant 61 % de Français et Savoyards ; et Benoît XIII ne trouva qu’un Italien sur les 15 cardinaux qu’il créa, hispaniques et franco-savoyards pour la plupart. Sur les 192 cardinaux créés durant le Grand Schisme, toutes obédiences confondues, on trouve 70 % d’Italiens, 17 % de Franco-Savoyards, 8 % d’Hispaniques, 3 % de Britanniques, sans compter les uniques cardinaux crétois (en fait vénitien), bohémien, liégeois et allemand. On retrouve donc le même type de proportion qu’entre 1179 et 1303, avec cependant un poids moindre des Italiens.

12Durant le concile de Constance et pour le règlement du schisme, le rôle des « nations » avait été prépondérant, puisque les cardinaux, incapables de dénouer seuls le schisme, avaient dû partager avec eux leur privilège électif. Dans la dernière période, entre le concile de Constance et la fin de celui de Bâle (1414-1449), furent créés 75 cardinaux (y compris ceux de l’antipape Félix V). Même si les Italiens forment la première nation représentée, ils n’y sont plus majoritaires (39 %). Ils sont suivis par les Franco-savoyards (25 %), les Hispaniques (17 %), les Polonais et les Allemands (chacun 4 %). La diversification des origines est plus symbolique que statistiquement significative : 2 Anglais, 1 Russe, 1 Chypriote, 1 Dalmate, 1 Hollandais, 1 Bohémien, représentant ensemble 10 % du total. L’internationalisation du Sacré Collège est surtout le fait d’Eugène IV et de son compétiteur Félix V. Comme au moment du Grand Schisme, les papes essaient d’élargir leur base politique en diversifiant le recrutement des cardinaux.

13Au début du XVe siècle, durant les conciles, mais aussi sous la plume du cardinal Nicolas de Cues, on trouve des projets visant à faire du Sacré Collège une sorte de chambre des représentants des Églises locales. Ces propositions, qui auraient transformé le Sacré Collège en une sorte de concile ou de synode permanent, n’aboutirent pas.

14Bientôt se systématisent les « cardinaux de couronne », créés par le pape à la demande des souverains des grands royaumes, mais aussi des royaumes plus modestes ou périphériques dont on voit les premiers représentants à la faveur du Grand Schisme. Les rois d’Aragon eurent le plus grand mal à faire admettre leur revendication d’avoir un cardinal : ils répétèrent leur requête depuis 1331, pour n’obtenir gain de cause qu’en 1356.

15Dans la seconde moitié du XIVe siècle, on renoue avec l’utilisation du surnom comme indicateur de l’origine géographique, mais pour désigner spécifiquement des cardinaux de couronne. Thomas Jorz, créé cardinal par Clément V à la demande du roi d’Angleterre en 1305, reçut le nom de cardinal d’Angleterre. Il eut plusieurs successeurs : Adam Easton (en 1381), Christopher Bainbridge (1511). Cette habitude s’étendit à la péninsule Ibérique. Pedro (I) Gomez de Albornoz Barroso fut le premier « cardinal d’Espagne » en 1327 ; il fut suivi de Gil Alvarez de Albornoz (1350), Pedro Fernández de Frìas (1394). Nicolas Rosell, le cardinal que le roi d’Aragon finit par obtenir d’Innocent VI en 1356, fut logiquement appelé cardinal d’Aragon, surnom que reprit Pedro de Luna (1375). On trouve aussi des « cardinaux de Portugal » : Martin de Chavez (1439), sans compter les infants de Portugal devenus cardinaux (Jacques en 1456 et Alphonse en 1517). Les cardinaux issus de familles vénitiennes reçurent également ce surnom : Ludovico Donati (créé par Urbain VI), Pietro Morosini (1408), Francesco Lando (1411), Francesco Condulmer (1431), Pietro Barbo (1440). Les « cardinaux de Naples » étaient presque toujours à la fois originaires de Naples et archevêques de cette ville. Les « cardinaux de Milan » ou « de Florence » sont tous, quant à eux, des titulaires de ces diocèses.

16Inversement, les royaumes ou les ordres religieux se cherchent des « lobbyistes » parmi les cardinaux ; ces relais d’influence prennent le nom de « cardinaux protecteurs » au XIIIe siècle.

Népotisme et profil de carrière

17Wolfgang Reinhardt a mis en lumière, pour la période moderne, la signification du népotisme. Il n’est pas ici question de savoir s’il s’est agi, au fil des pontificats, du désir de placer parents et alliés pour accumuler pouvoir et richesse, ou plutôt de la nécessité, pour un pape nouvellement élu, de placer aux rouages essentiels des hommes de confiance qui sachent s’affranchir des coteries du précédent pontificat et permettre un gouvernement plus serein des affaires de l’Église.

18Le népotisme n’a pas été inventé à Avignon. Adrien V (1276) est le propre neveu d’Innocent IV (1243-1254) ; et la famille génoise des Fieschi donna par ailleurs trois cardinaux à l’Église. Les familles romaines des Colonna et des Orsini donnèrent aussi bien des cardinaux ; Dante fustigea le népotisme de Nicolas III Orsini. Néanmoins les papes français d’Avignon choisirent avec prédilection, parmi leurs compatriotes, des membres de leur famille. Les cardinaux ainsi créés portaient dans leurs armoiries celles de leur « patron », manifestant ainsi leur appartenance à un groupe restreint des parents (secundum carnem) du pape. Ces armoiries, disposées sur les livrées cardinalices d’Avignon et de Villeneuve, manifestaient l’emprise de la famille du pape sur la ville pontificale elle-même, au-delà du seul palais, qui s’orne progressivement des armoiries du pape régnant. Si Grégoire XI (1370-1378) succède à son oncle Clément VI (1342-1352), ce cas est le dernier de la période, avant les couples de papes, oncle et neveu, qui se multiplient à partir de la seconde moitié du XVe siècle (Borgia, Piccolomini, Della Rovere, Médicis).

19On ne peut qu’être frappé par la brièveté de certains pontificats. La mort subite du nouveau pape a souvent été imputée au poison par les contemporains ou les historiens postérieurs. Mais il faudrait étudier un jour, sur le temps long, les conséquences, tant physiques que psychologiques, de l’élection, qui fait peser sur les épaules du nouveau l’onus sedis apostolicae dont il succombe quelques jours ou semaines plus tard. Grégoire VIII (2 mois de pontificat en 1187), Innocent V (5 mois de pontificat en 1276), Adrien V (1 mois en 1276) sont les derniers exemples médiévaux de ce phénomène. C’est néanmoins le poids de la charge apostolique – ajouté aux conseils du futur Boniface VIII – qui pousse à l’abdication Célestin V en 1294 après 5 mois de pontificat.

20De la fin du XIIe siècle au XIIIe siècle, peu de cardinaux sont d’anciens religieux, mais la proportion de savants juristes et théologiens, surtout s’ils avaient fait ensuite une brillante carrière curiale (notaire apostolique, auditeur des lettres contredites) augmenta. Au siècle suivant, les papes italiens et français ne sont pas issus de grandes familles, mais ils ont en commun d’être de brillants universitaires : Innocent III et Grégoire IX avaient fait à Paris de savantes études. Entre 1274 et 1378, dix papes étaient séculiers, et sept venaient du monde religieux : 3 bénédictins, 2 dominicains, 1 cistercien et 1 franciscain. Célestin V, créant d’un coup 13 nouveaux cardinaux, choisit 6 bénédictins. Parmi les cardinaux de la papauté légitime d’Avignon, on trouve trois grands-maîtres des franciscains et deux des dominicains. La période avignonnaise est donc plus favorable que la précédente (Célestin V exclu) aux religieux.

21Plusieurs papes ont rempli de hautes fonctions dans les royaumes : Martin IV a gardé le sceau du roi de France, Jean XXII a dirigé la chancellerie du roi de Sicile. Pierre Roger a présidé la Chambre des comptes de Paris.

Ubi est papa, ibi est Roma : itinérances et palais de la cour pontificale

22La papauté, comme toutes les monarchies européennes, est itinérante. Dans son siège de Rome, le pape dispose des palais du Latran, du Vatican et de Sainte-Marie-Majeure, cher à Nicolas IV. Honorius IV aménagea un palais près de Sainte-Sabine sur l’Aventin. Pierre-Yves Le Pogam a récemment étudié les palais que les papes construisent ou aménagent dans le Latium, et qui leur servent de résidence lors des itinérances nécessitées par les besoins de leur charge, les désordres ou les étés torrides de Rome : à Viterbe, Orvieto, Anagni, Pérouse, Rieti, Montefiscone et Soriano nel Cimino. Dans sa conclusion, cet auteur montre que le palais, phagocytant la ville où il se trouve, devient un sanctuaire – puisqu’il finit par signifier métaphoriquement l’ensemble de la Curie ou de la cour – et qu’il en vient à représenter symboliquement le corps du pape. Ce qui fait Rome, c’est la personne même du pape dans un palais.

23Les cardinaux également disposent de palais, de dimensions bien plus modestes, puisqu’ils ne servent qu’à abriter leur propriétaire et sa familia sans avoir, du moins au XIIIe siècle, de fonction de gouvernement. Il peut s’agir du palais familial (comme celui du futur Boniface VIII à Anagni) ou d’un palais attaché à une fonction (le cardinal Orsini, futur Nicolas III, possédait une résidence près de Saint-Pierre dont il était archiprêtre) ou au titre cardinalice, ou bien encore d’un palais assigné au cardinal à l’occasion des déplacements de la Curie. Quoi qu’il en soit, le pape habite seul, avec sa familia, et les cardinaux ont leur résidence propre.

24Ces traits vont être transposés sans solution de continuité à Avignon, vue tout d’abord comme une résidence provisoire au même titre que les résidences du Latium. D’abord installés dans le palais épiscopal, les papes vont progressivement construire un palais neuf, tandis que les cardinaux s’installent tant bien que mal dans des maisons sises dans la ville d’Avignon bientôt appelées livrées. Les cardinaux les plus riches se construisent aussi des livrées neuves, parfois très fastueuses, dans et hors Avignon. Plus modestes que le palais du pape, elles avaient les mêmes usages, puisque le cardinal a, dans son lieu d’habitation, une chapelle, un auditoire où il règle les affaires et procès que lui confie le pape, et reçoit.

25Le palais d’Avignon, où les papes vont vivre de façon stable durant près de soixante ans, est un lieu d’habitation, de liturgie, de gouvernement et de réception. Les cardinaux sont associés à cette vie de cour, même s’ils possèdent leur résidence propre. Les armoiries et les emblèmes cardinalices trouvent naturellement dans ce mécénat un lieu d’expression privilégié ; mieux, elles font entrer les cardinaux dans le monde de l’emblématique princière de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance – monde dans lequel les emblèmes se répondent, s’échangent, s’empruntent, se font écho.

Qui détient réellement le pouvoir ?

26Dans l’entourage des papes réformateurs de la seconde moitié du XIe siècle apparaît, à propos des cardinaux, l’idée qu’ils sont les patrices, ou les patres conscripti, ou encore les sénateurs, l’Église. Le terme de patrice, qui avait l’avantage de dériver du mot papa et montrait que les cardinaux tiraient leur existence du pape, disparaît au profit exclusif de celui de sénateur. Le pape-empereur est donc conseillé par les cardinaux-sénateurs.

27Mais les cardinaux sont aussi appelés partes corporis papae. Cette métaphore organiciste de l’Église romaine est utilisée par imitation de l’Empire et dans l’esprit de la métaphore paulinienne de la tête et des membres (Éph 5, 30). Si le pape est la tête, les cardinaux sont les yeux (Bernard de Clairvaux) ; si le pape est la tête, les cardinaux sont les membres (Innocent III) ; les cardinaux sont les entrailles du pape (Henri de Suse*). Cette expression et cette idée de « parties du corps du pape » devient banale. Les légats, représentants plénipotentiaires du pape hors de Rome, sont appelés légats a latere depuis le XIIe siècle pour montrer que leur autorité est tirée du côté du pontife. Les cardinaux sont aussi appelés les colonnes de l’Église au moins depuis le second quart du XIIIe siècle. Ils sont aussi les racines proches de l’arbre, tandis que les évêques sont les racines éloignées. Toutes ces métaphores organicistes de l’Église romaine disent la nature des liens inextricables, dans un rapport de subordination, unissant le pape et les cardinaux.

28Le groupe des cardinaux est, on l’a vu, une émanation du presbyterium de l’Église de Rome. Ils ont dès le VIIIe siècle un rôle de conseil de l’évêque de Rome. Ils forment au XIe siècle un cercle plus restreint que ne l’est le presbyterium ou que les synodes. Ce groupe de conseillers qui, avec du personnel d’exécution, se formalise sous Urbain II (1088-1099), prend le nom de Curia romana, attesté pour la première fois en 1089. Lieu de réunion traditionnel du Sénat sous la République et l’Empire, le terme de curia peut avoir tantôt le sens général de salle de réunion spécifique du Sénat (sens que l’on peut qualifier de substantiel), tantôt le sens particulier, peut-être apparu postérieurement, de curie du forum (sens topographique). Le terme de curia fait donc écho à celui de senator. Au sein de la Curie, le groupe des cardinaux, hommes de confiance des papes, prend à Rome, au début du XIIe siècle, le nom de consistoire. Le consistorium, « nom du lieu où se réunissait le conseil impérial à partir de Dioclétien et nom du conseil lui-même » (P. Jugie), se veut un décalque du modèle impérial antique. Le pape y prend ses décisions de fratrum nostrorum consilio : c’est donc un organe de conseil, mais qui n’a jamais eu de caractère obligatoire (et encore moins contraignant), comme le Conseil du roi en France.

29Les compétences du consistoire ne sont pas définies statutairement, mais il embrasse toutes les « causes majeures » : « décisions en matière de foi, de discipline ecclésiastique ; procès de canonisation ; juridiction canonique et ecclésiastique […] ; affaires politico-administratives et diplomatiques […] ; affaires financières et économiques » (P. Jugie). Le consistoire est convoqué par le pape ; tout cardinal dont la bouche a été ouverte peut y participer. Progressivement le consistoire secret ou ordinaire, dans lequel ne se réunissaient que le pape et les cardinaux, se distingua du consistoire public, auquel sont admis des évêques, des prélats et des ambassadeurs. Les bullae majores étaient souscrites par tous les cardinaux en consistoire depuis la fin du XIe siècle ; elles prirent d’ailleurs plus tard le nom de bulles consistoriales. Les nominations épiscopales se font au rapport des cardinaux, qui instruisent aussi les procès de canonisation.

30Le consistoire est également un vivier dans lequel puise le pape pour pourvoir aux fonctions de direction de la Curie pontificale : le vice-chancelier, le pénitencier majeur sont cardinaux. Si certains légats a latere n’étaient pas cardinaux jusqu’au XIIIe siècle, cette fonction devient un monopole cardinalice au XIVe siècle.

31On a pu parler, pour la période allant du XIIe à la fin du XIVe siècle, « d’âge d’or du consistoire » (P. Jugie). La spécialisation de l’administration pontificale à la fin de la période avignonnaise, les désordres du Grand Schisme, les contestations des conciles puis, enfin, la reprise en main pontificale à partir de la seconde moitié du XVe siècle « sonnèrent le glas du consistoire comme pivot central de l’administration de l’Église » (P. Jugie). Le consistoire se réunit de plus en plus rarement et finit par être une réunion formelle où se ratifient des décisions prises ailleurs et où le pape communique aux cardinaux des informations, mais sans du tout prendre conseil.

32Privé de véritable fondement scripturaire ou patristique, le cardinalat dut se frayer un chemin pour trouver sa place dans les constructions ecclésiologiques. Dès le XIe siècle, il est au centre de débats, parfois âpres, dont l’objet est de déterminer sa position par rapport à trois institutions bien pourvues, quant à elles, de fondements scripturaires et patristiques, et dont les prérogatives avaient été établies, tout au long du premier millénaire, par des textes théologiques et canoniques : le pape, le concile et les évêques. La question du jus divinum du cardinalat traverse tout le Moyen Âge depuis le XIe siècle ; les opinions divergent sur l’origine divine de l’institution (successeurs des prêtres et lévites de l’Ancienne alliance, ou bien des apôtres de la Nouvelle) ; sur les modalités de leur participation à la plenitudo potestatis ; sur l’étendue des attributions des cardinaux sede vacante ; sur la position respective dans la hiérarchie des honneurs et dignités, des cardinaux, des patriarches, des archevêques et des évêques. Le pouvoir réel des cardinaux dépend en réalité moins de ces disputes théologico-canoniques que de réalités plus concrètes : plus les cardinaux sont nombreux, moins ils ont de pouvoir et de ressources ; plus la vacance dure ou moins le pontificat dure, plus les cardinaux s’arrogent de pouvoir.

33Il y a 19 cardinaux en 1187, 35 en 1191, 13 en 1241, 7 en 1277. Cet étiage ne sera plus jamais atteint, et l’effectif augmente dès la fin du XIIIe siècle. Sans tenir compte du dédoublement à l’époque du Grand Schisme, l’effectif oscille entre 20 et 25 au long de la période.

34Les armoiries des cardinaux, timbrées depuis la fin du XIIIe siècle du même chapeau rouge qu’Innocent IV leur avait concédé comme insigne distinctif – non liturgique – en 1245, ne diffèrent pas selon l’appartenance à l’un des trois ordres, manifestant ainsi l’homogénéité, en termes de dignité, de chacun des membres du collège. Le poids réel d’un cardinal dépend de son efficacité, de la faveur du pontife, et des missions qu’il en reçoit. Depuis 1289, les cardinaux percevaient la moitié des revenus de l’Église, auxquels s’ajoutaient les revenus de leurs bénéfices, que certains accumulaient parfois de façon démesurée. Il y eut cependant de grandes inégalités de richesse au sein du Sacré Collège. Le cardinal Guy de Boulogne (†1373), apparenté aux grandes dynasties européennes, plusieurs fois légat, couvert des bénéfices dont la papauté s’arroge progressivement la collation, doté d’une importante familia, véritable chef de parti, a un profil sans commune mesure avec un pauvre Gascon sans autre raison d’être cardinal que sa parenté avec Clément V.

35La saison des conciles (Pise, Constance, Bâle) avait laissé penser que le pouvoir du pape et des cardinaux serait tempéré par leur caractère périodique. Après 1449, force est de constater que c’est le pape, d’une part, et les Églises nationales, d’autre part, qui ont tiré leur épingle du jeu. Les cardinaux, princes de l’Église, ne voient leur prestige augmenter qu’en tant qu’il est lié à la papauté, non comme contre-pouvoir. Les désordres du Schisme puis, dans une moindre mesure, des péripéties conciliaires, restreignirent les revenus des cardinaux. Les cardinaux retrouvèrent un niveau de vie princier à partir de la seconde moitié du XVe siècle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Alberigo Giuseppe, Cardinalato e collegialità. Studi sull’ecclesiologia tra l’XI e il XIV secolo, Florence, Vallecchi, 1969.

Bouyé Édouard, « Les armoiries pontificales à la fin du XIIIe siècle : construction d’une campagne de communication », Médiévales, no 44, 2003, p. 173-198.

Carocci Sandro, Il nepotismo nel medioevo. Papi, cardinali, famiglie nobili, Rome, Viella, 1999.

Fiorani Luigi, Prosperi Adriano (dir.), Roma, la città del papa. Vita civile e religiosa dal giubileo di Bonifacio VIII al giubileo di papa Wojtyła, Turin, Einaudi, 2000.

Genèse et début du Grand Schisme d’Occident, 1362-1394, Actes du colloque d’Avignon (1978), Paris, CNRS, 1980.

Le Pogam Pierre-Yves, De la « Cité de Dieu » au « Palais du pape ». Les résidences pontificales dans la seconde moitié du XIIIe siècle, Rome, EFR, 2005.

Levillain Philippe (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994.

Melloni Alberto, Le conclave. Histoire, fonctionnement, composition, Paris, Salvador, 2003.

Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, « Cahiers de Fanjeaux, 39 », Toulouse, Privat, 2004.

Mollat Guillaume, « Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV », Revue d’histoire ecclésiastique, t. 46, 1951, p. 22-112 et 566-594.

Paravicini Bagliani Agostino, Cardinali di Curia e familie cardinalizie dal 1227 al 1254, Padova, Antenore, 1972, 2 vol.

Paravicini Bagliani Agostino, Il corpo del papa, Turin, Einaudi, 1994.

Paravicini Bagliani Agostino, Il trono di Pietro. L’universalità del papato da Alessandro III a Bonifacio VIII, Rome, La Nuova Italia Scientifica, 1996.

Pásztor Édith, « La curia romana », dans Onus Apostolicae Sedis. Curia Romana e cardinalato nei secoli xi-xv, Rome, Edizioni Sintesi informazione, 1999, p. 1-14.

Prodi Paolo, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 1982.

Reinhard Wolfgang, Papauté, confessions, modernité, Paris, EHESS, 1998 (trad.).

Annexes

Figure 1. – Villeneuve-lès-Avignon, chartreuse, pierre aux armes du cardinal Pierre de Monteruc.

Pierre de Monteruc, fils de N. de Monteruc (de Donzenac [Corrèze]) et d’Agnès Aubert (sœur d’Innocent VI), est né vers 1315. Maître ès arts, licencié en droit civil, chapelain et notaire du pape en 1353, prévôt de Saint-Pierre de Lille, archidiacre d’Elne en 1354, archidiacre de Mortain au diocèse d’Avranches, archidiacre de Hesbaye au diocèse de Liège (1355), évêque de Pampelune (1355-1356), créé cardinal du titre de Sainte-Anastasie par Innocent VI en 1356, vice-chancelier de l’Église (1361), il meurt en 1385. Il porte comme armoiries : parti, au 1 : à un lion, à la bande brochant sous un chef à trois coquilles soutenu d’un trangle (Aubert) ; au 2 : au chevron accompagnée en chef de deux étoiles et, en pointe, d’un mont à dix coupeaux (Monteruc), timbrées d’un chapeau de cardinal. Il avait le surnom de Pampilonensis : cardinal de Pampelune, cité dont il était évêque au moment de sa création cardinalice. Il met les armes maternelles à l’honneur, car ce sont celles du pape Innocent VI, son oncle, qui l’a créé cardinal. C’est une mise en image du népotisme de l’oncle et de la reconnaissance du neveu pour son patron. Les armes paternelles, mont formé de roc à dix coupeaux, sont parlantes.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Villeneuve-lès-Avignon, chartreuse, pierre aux armes du cardinal Pierre de Monteruc.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/131133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteur

Directeur, archives départementales du Cantal

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540