Version classiqueVersion mobile

Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449)

 | 
Marie-Madeleine De Cevins
, 
Jean-Michel Matz

Les structures diocésaines

Chapitre VI. Les pouvoirs de l’évêque : élargissement ou restriction ?

Thierry Pécout

Texte intégral

1Durant la période envisagée, le pouvoir épiscopal connaît de profondes mutations. Alors que jusqu’au XIe siècle on peut concevoir l’Église latine comme une fédération d’Églises locales gouvernées par leurs évêques, on assiste par la suite à leur intégration au sein d’une structure ecclésiale centralisée et gouvernée par la papauté. L’évêque, ou l’archevêque, devient ainsi un rouage local de l’Église et ses pouvoirs changent à la fois de dimension et de signification. Il cesse alors d’avoir autorité pour préciser la liturgie ou la doctrine, surveiller l’accession au statut de saint ou la discipline monastique. Il ne procède plus systématiquement des milieux sociaux dominant le diocèse, notamment de l’aristocratie, mais il doit passer par l’élection de son chapitre cathédral. Dans un second temps, sa nomination est de plus en plus contrôlée par la papauté, qui dispose aussi de la capacité à destituer ou à transférer les évêques. Ses décisions de justice sont désormais susceptibles d’être portées en appel devant les tribunaux pontificaux. Cette évolution est du reste présentée par ses artisans comme une œuvre de civilisation, le passage d’une ère de corruption du pouvoir épiscopal plongé dans le siècle (l’évêque prince, guerrier, marié), à une période de renouveau et de respectabilité (le confesseur, le pasteur, le père). Certains évêques ont été sanctifiés et leurs Vies rapportent ce processus en le glorifiant. À l’issue de la période avignonnaise et durant le Grand Schisme (1378-1417), les évêques s’efforcent de renouer avec une indépendance locale, espérant s’affranchir en particulier de la fiscalité pontificale. De fait, on assiste plutôt à la mainmise des princes territoriaux sur le milieu épiscopal dans la première moitié du XVe siècle.

Grands et petits évêques

2L’évêque demeure malgré tout un grand personnage des sociétés médiévales, et son pouvoir politique et économique se maintient. Ces deux derniers aspects sont intimement liés à son statut de chef et de guide de son peuple : en tant que tel, il se doit de conseiller le prince ou le seigneur. Ce pouvoir est néanmoins très variable dans l’Église latine : il dépend non seulement du rayonnement territorial de l’évêque (les ressorts diocésains sont de tailles très diverses), mais aussi du niveau de peuplement et d’activité économique de l’espace du diocèse, et enfin des traditions politiques locales. À la fin du XIIe siècle, les évêques de la péninsule italienne gouvernent de petites circonscriptions, dans un monde citadin et rural intensément ouvert aux échanges et en pleine expansion, mais face à l’émergence de gouvernements urbains qui affaiblissent considérablement leur domination politique en rognant sur leurs attributions militaires, fiscales et judiciaires. À Milan cependant, l’archevêque reste un puissant seigneur, et la mainmise sur ce siège est l’une des conditions de la domination des Visconti sur la ville : Giovanni Visconti († 1354), archevêque en 1317, n’entre en fonction qu’en 1339 suite à son conflit avec le pape, et exerce un pouvoir prépondérant sur la seigneurie milanaise. On doit mettre à part les cardinaux évêques qui ont reçu des sièges de la région du Latium. Dans l’Empire germanique, les évêques gouvernent de très vastes circonscriptions et disposent d’attributions politiques et administratives (archichancelier ou chancelier). Les trois archevêchés rhénans de Cologne, Trêves et Mayence constituent des principautés ecclésiastiques au sein de l’Empire. Après l’élection royale de 1257 et avec la bulle d’Or de 1356, qui organise la monarchie élective germanique (le collège électoral se structure et se fixe et des règles précises de suffrage sont édictées), leurs chefs disposent d’une place éminente parmi les électeurs. En outre, dans le sud du royaume de France comme en Italie, les nécessités de la lutte contre l’hérésie donnent un temps aux évêques un rôle politique et pastoral primordial jusqu’au milieu du XIIIe siècle, avant que les ordres mendiants n’assument cette tâche. Lors des assemblées du clergé du royaume de France pendant le Grand Schisme, entre 1395 et 1408, ils jouent aussi un rôle déterminant dans la définition de la politique royale à l’égard de la papauté. Quant aux évêques in partibus infidelium, ils se voient confier des sièges épiscopaux de territoires échappant au contrôle des chrétiens : ces prélats sans diocèse sont souvent des protégés du pape placés sur ces sièges théoriques. Partout, les évêques sont des hommes de cour, parfois proches des souverains et leurs conseillers. À partir des années 1180, six pairs du royaume de France sont des prélats, même si ce titre n’est guère qu’honorifique (Reims, Noyon, Beauvais, Langres, Châlons-en-Champagne, Laon). Les archevêques de Naples et de Capoue sont de grands conseillers auprès des rois angevins de Sicile. En outre, certains sont ponctuellement amenés à exercer la fonction de prélat consécrateur lors des sacres royaux, l’archevêque de Reims en France, celui de Canterbury en Angleterre, celui de Mayence en Germanie ou d’Esztergom en Hongrie. Le pouvoir politique de nombre d’évêques et archevêques reste donc considérable.

Le pasteur

3Mais l’évêque est surtout un pasteur, responsable du salut de son peuple. Aidé de son clergé, il exerce traditionnellement une vigilance – episkopos suggère la surveillance et la protection – sur les chrétiens dont il a la charge, dans sa cité et son diocèse. Il est selon le pape Grégoire le Grand († 604) un pédagogue, un prédicateur, il se doit de corriger et de montrer l’exemple. Il tient son charisme non seulement de son statut de prêtre, mais aussi très souvent de ses origines sociales et de la puissance de ses réseaux, de sa réputation de saint homme – notamment les évêques issus des ordres monastiques et mendiants. Il dirige sa communauté, et cette autorité est jugée légitime car elle se fonde sur les plus anciennes traditions. Le pouvoir de nombre d’évêques cherche à se placer dans la filiation directe d’un prestigieux fondateur, un compagnon du Christ, un apôtre, un saint respecté de tous : on songe aux légendes sur l’apostolicité des Églises (Marseille et Lazare, Arles et Trophime, Paris et Denis) et au transfert des reliques des rois mages à Cologne en 1164. Selon une distinction formelle adoptée par les canonistes, ce pouvoir se résume en potestas ordinis et potestas juridictionis.

4Il s’agit tout d’abord d’un pouvoir d’ordre, qui place l’évêque, plus encore que le prêtre, au cœur de l’économie sacramentelle. Il découle de sa fonction dans le gouvernement de l’Église locale et du rite de sa consécration – imposition des mains transmettant l’Esprit Saint et le charisme sacerdotal – qui en fait un successeur des apôtres. Aussi préside-t-il aux célébrations liturgiques locales. Comme les prêtres, il administre le baptême, la réconciliation et la pénitence, l’extrêmeonction et la bénédiction nuptiale. Mais il est seul à assurer la transmission du sacerdoce et à ordonner les prêtres et les diacres, à consacrer les nouveaux évêques. En outre, il dispense le sacrement de confirmation et joue un rôle éminent pour la pénitence dans des cas réservés – réconciliation des hérétiques, indulgences notamment. Dans l’exercice de la liturgie, il est le consécrateur des saintes huiles (le chrême) destinées à diverses cérémonies cultuelles et sacramentelles, celui aussi de l’espace sacré des lieux de culte lors de la dédicace des églises – y compris lorsqu’il faut purifier puis rendre au culte une église profanée –, des autels et des principaux objets liturgiques – calices et patènes utilisés pour la célébration eucharistique. Lors des inventions et élévations de reliques, il en vérifie et certifie l’authenticité. Enfin, il accorde sa bénédiction pontificale aux religieux et religieuses qui accèdent à l’abbatiat et reçoit leur serment. Pour toutes les cérémonies qu’il préside, l’évêque dispose d’un livre liturgique qui en consigne le déroulement : le Pontifical. Les canonistes ne sont pas unanimes cependant à considérer l’épiscopat comme un ordre distinct de la prêtrise, la plupart l’assimilant simplement à une dignité supérieure à l’intérieur de l’ordre des prêtres, comme le font les théologiens.

5En outre, sa juridiction spirituelle s’exerce sur tous, clercs et laïcs, dans le cadre diocésain défini par sa titulature – pour les affaires matrimoniales, l’adultère, les déviations doctrinales, les affaires impliquant des clercs ou le patrimoine ecclésiastique, l’usure et l’endettement, les pratiques testamentaires… Cette juridiction était assimilable à l’origine à l’exercice du pouvoir, à la capacité de légiférer et à garantir la paix par l’arbitrage et la conciliation. Mais elle se rétracte dans le domaine spirituel, en particulier face à l’affirmation des justices des princes territoriaux ou des communes urbaines ; par exemple, l’archevêque de Cologne perd en 1288 l’essentiel de ses attributions temporelles face au conseil de ville. Seuls les établissements réguliers disposant de l’exemption échappent à leur ordinaire. Il est responsable du patrimoine de son Église, des édifices comme de leurs dépendances, et il organise l’administration de son diocèse en paroisses ou autres circonscriptions (doyennés ruraux, archidiaconés), autant que nécessaire. Les bénéfices mineurs dépendent de lui, et il a au moins le droit de présentation sur la plupart des églises, même celles qu’administrent des réguliers. Il délègue à son official le tribunal ecclésiastique – l’officialité épiscopale – et prononce les monitions et censures (excommunication…) contre ceux qui enfreignent les lois de l’Église. Ce tribunal, qui coexiste avec le tribunal temporel de l’évêque en tant que seigneur, qui juge d’autres types d’affaires, est attesté depuis le milieu du XIIe siècle. Il se structure au siècle suivant et se trouve confié à des juges professionnels gradués en droit canon.

6Par son autorité sur le peuple chrétien, et à l’image des apôtres, l’évêque exerce aussi sur lui un magistère. C’est pourquoi sa formation intellectuelle constitue un enjeu primordial : il doit être un homme sage, prudent et instruit. Sa première responsabilité est de diffuser l’Évangile et la morale chrétienne, et de les défendre. Avec son auxiliaire l’archidiacre, il est ainsi responsable de la formation des clercs de son ressort (lecture, écriture, chant, au moins) et l’essentiel des écoles restent encore placées à la fin du XIIe siècle sous sa responsabilité et celle de son chapitre cathédral. Certaines d’entre elles connaissent une diversification de leur enseignement et une grande renommée, mais la plupart demeurent à un niveau fort modeste. Les plus importantes se constituent en universités à partir du début du XIIIe siècle, au détriment de l’évêque – à Paris, la bulle Parens scientiarum de 1231 parachève ce processus.

7L’évêque doit pourvoir à l’instruction de ses ouailles par la catéchèse, et le concile de Latran IV (canon 10) montre la préoccupation de la papauté sur ce dernier point, car l’ignorance est source d’hérésie. Il se doit aussi de concourir à préciser la doctrine et à la défendre. Ses devoirs de charité placent sous son autorité les établissements charitables et hospitaliers de son ressort (hospices, léproseries, collèges destinés aux étudiants nécessiteux…). Enfin, il prêche, et en cela ne cesse d’instruire et guider son peuple. Selon l’étendue de son diocèse et la variété des langues vernaculaires qui y sont parlées, il peut confier la tâche de la prédication à des vicaires et autres auxiliaires jugés capables, mais il a obligation de la contrôler : elle ne peut être confiée à des laïcs, assimilés à des ignorants aux interprétations forcément déviantes. Aussi doit-il veiller à l’orthodoxie et lutter contre les hérétiques par le ministère de la parole. Le développement des ordres mendiants provoque sur ces points des conflits et des concurrences affaiblissant le pouvoir épiscopal dans la deuxième moitié du XIIIe siècle.

Manifestations et instruments du pouvoir des évêques

8Le pouvoir épiscopal se manifeste par une fiscalité propre sur son clergé, outre les prélèvements que le prélat opère sur ses possessions en tant que seigneur. Le cathedraticum, également dénommé synodaticum, est une taxe en numéraire qu’une décrétale d’Honorius III (1216-1227) a portée à deux sous. Elle est due par les bénéficiers qui lèvent des dîmes. Elle est versée par les églises et leurs desservants, en reconnaissance de leur sujétion à l’évêque, notamment au moment du synode, ou bien à l’occasion de la visite. En tant que père de toutes les églises de son ressort (d’après Hostiensis*), il reçoit le quart des dîmes, des offrandes et des legs funéraires – soit la quarte épiscopale –, et dans certains diocèses il a des droits sur les biens des clercs décédés (mortuarium, droit de dépouille). Lors de sa visite pastorale au sein de sa circonscription, l’évêque, son escorte, ses officiers et ses familiers sont hébergés par les diverses églises locales et reçoivent des dons et contributions diverses qu’ils justifient par leur entretien. Cette obligation peut donner lieu à de fortes contestations et elle débouche sur de nombreux arbitrages et une lente adaptation. En 1179, le concile de Latran III (canon 4) s’efforce de limiter la taille de l’entourage épiscopal en déplacement et son train de vie. Cette charge est ainsi peu à peu fixée en une indemnité versée en monnaie, la procuration. Enfin, l’évêque est susceptible de réclamer un subside caritatif, une levée extraordinaire en cas de besoin imprévu, mais cette possibilité semble rarement exploitée.

9Ces ressources s’ajoutent à celles constituant la mense épiscopale, revenus tirés d’églises, de chapellenies et fondations funéraires, de terres, d’établissements religieux. Il s’agit là de prélèvements reconnus par le droit canon. Mais les coutumes locales sont autrement diverses, et persiste une fiscalité parfois plus ancienne, contestée par les réformateurs grégoriens et leurs successeurs en tant que pratiques simoniaques lorsqu’elles sont attachées à l’économie sacramentelle. Car l’évêque lève parfois des taxes à l’occasion de certaines de ses missions, lors des rites de purification des lieux religieux profanés notamment, ou comme taxes de chancellerie à l’occasion de consécrations ou d’ordinations. Il frappe aussi les églises de son diocèse de divers servicia, cens et synodalia, ces derniers concernant les laïcs et se trouvant de plus en plus convertis en numéraire. Ces prélèvements portent des noms très divers et sont définis par les coutumes et les arbitrages locaux.

10Le pouvoir épiscopal se trouve toutefois limité, en particulier dans le domaine juridictionnel. Dès la fin du XIIe siècle, les possessions des ordres religieux les plus importants et les plus novateurs, comme celles des Cisterciens, échappent à leur juridiction du fait de la protection pontificale et du privilège d’exemption. En outre, les tribunaux pontificaux accueillent de plus en plus de cas, et non seulement les appels interjetés, en matière bénéficiale ou concernant plus largement les conflits impliquant des clercs. L’administration de la pénitence échappe en grande partie au pouvoir épiscopal. En outre, les monarchies contestent aux officialités épiscopales la juridiction sur les clercs, en particulier sur les clercs mineurs, vivant dans le siècle et autorisés à se marier – dans le royaume de France, dès la fin XIIIe et le début XIVe siècle. Mais la plupart de leurs attributions demeurent. Les juridictions épiscopales sont désormais au service d’une Église redéfinie, rouage local d’une chrétienté administrée par le prince des apôtres, qui dit le droit et les procédures et s’efforce de diffuser des pratiques liturgiques conformes à ses propres normes.

11En revanche, le pouvoir temporel de l’évêque apparaît moins écorné. Il repose sur un ensemble de biens et de revenus alimentés par des donations, notamment des legs, mais aussi par des achats et des échanges. Le XIIIe siècle voit une extension notable du patrimoine foncier des églises cathédrales. L’évêque peut disposer de biens et de revenus qui ne sont pas forcément situés dans son diocèse. Il est vrai qu’en tant que pouvoir urbain, il contrôle souvent les revenus issus des activités commerciales (péages, « lesdes », tonlieux, droits monétaires aussi), des mines, des salines, auxquels s’ajoutent les prélèvements sur les communautés juives placées sous leur protection. Autant d’afflux de numéraire qui nourrissent une politique d’achat de biens fonciers, immobiliers et de droits seigneuriaux, mais aussi les grands chantiers d’églises manifestant la puissance épiscopale. Les princes inféodent aussi aux évêques des droits importants : dans le royaume d’Arles, certains détiennent des regalia, qu’ils se font confirmer par diplômes impériaux (Viviers, Arles, Marseille, Gap, Embrun, Apt) ; ailleurs, l’évêque peut encore exercer des pouvoirs comtaux jusqu’au début du XIIIe siècle (Beauvais, Noyon). En outre, les revenus tirés des églises locales restent non négligeables. La politique dite de récupération des biens d’Église lancée depuis l’époque grégorienne se poursuit encore au XIIIe siècle, en particulier au regard des dîmes. Il s’agit avant tout d’un discours mettant en avant la spoliation et la nécessité de la restitution. Les églises cathédrales s’inventent au même moment des origines – gestes des évêques, listes épiscopales, Vies de saints évêques… – qui visent non seulement à légitimer ce mouvement, mais aussi à identifier le patrimoine ecclésiastique à celui de ses patrons célestes. Les Églises mettent également de l’ordre dans la gestion de leur temporel en confectionnant des recueils de titres et de privilèges, sous la forme de cartulaires, qui en mettant en scène les documents les plus anciens, constituent aussi un discours des origines : certains sont voués au patrimoine du chapitre, d’autres à celui de l’évêché. Toutes ces ressources alimentent la mense épiscopale, inaliénable car l’évêque n’en est que le gestionnaire éphémère, et qui se distingue (depuis le XIIe siècle) de celle des chanoines, constituée des divers revenus sur lesquels sont assis leurs bénéfices.

L’entourage de l’évêque

12L’administration du diocèse ne repose pas sur les seules épaules du prélat. Il est assisté par le chapitre et son prévôt ou doyen. Auprès de lui, l’archidiacre – unique dans les petits diocèses du Midi français – se voit déléguer des pouvoirs considérables au regard des ordinations, de la présentation des bénéficiers et de leur institution. L’évêque peut aussi lui confier la visite. Il est son second, son vicaire, et au XIIe siècle son juge, le premier administrateur de l’officialité naissante. C’est aussi un membre du chapitre, un dignitaire prébendé, et il peut recevoir comme à Paris la responsabilité des écoles. Quant à l’archiprêtre, il assiste l’évêque dans les cérémonies liturgiques. Au sein de sa curie, les officiers de l’évêque sont plus spécialisés. Les Églises les plus importantes comptent aussi un chancelier et des notaires, chargés du sceau de l’évêque et de la rédaction de ses actes. Les attributions judiciaires du prélat induisent l’émergence à ses côtés d’un juge professionnel, l’official, attesté à partir des années 1150-1170 (Reims, Le Mans, Amiens, Sens, Troyes), et dont l’appellation se recentre sur le personnel judiciaire dans les années 1220. Il peut entrer en concurrence avec l’officialité du chapitre. Toutefois, les petits diocèses italiens ignorent ce processus, l’évêque restant son propre juge. Le vicaire général, in spiritualibus et temporalibus, administre le diocèse en l’absence de l’évêque, mais son mandat est défini par lui et son office prend fin à la mort de celui qui l’a désigné, de même le coadjuteur qui peut être nommé d’un commun accord avec le chapitre lorsque le prélat se trouve dans l’incapacité de gouverner, notamment du fait de son grand âge ou de quelque infirmité. Au début du XVe siècle, à l’heure où les évêques résident de moins en moins dans leur cité, l’official constitue le principal de ces personnages, le plus stable et sans doute aussi le plus qualifié – au moins dans le royaume de France, tandis qu’en Europe centrale, c’est le vicaire général qui tient ce rôle.

13L’évêque gouverne aussi par le synode diocésain, instance collégiale, délibérative et consultative, bisannuelle le plus souvent. Elle réunit les membres du clergé diocésain, mais aussi des laïcs et ceux que l’évêque a souhaité convoquer. L’assistance est obligatoire, sous peine d’amende ou d’excommunication, aux frais des participants, et donne lieu à certaines perceptions. Tous sont revêtus de leurs tenues de cérémonie et s’assemblent dans la cathédrale la plupart du temps. Le synode s’accompagne de célébrations liturgiques, de prières et de processions où l’évêque a préséance. On y traite d’affaires fort diverses, de conflits, et il peut déboucher sur des sentences et des condamnations. L’évêque en fait rédiger des statuts destinés à préciser la législation générale des conciles (législation somptuaire et vestimentaire, vie bénéficiale, sacrements, discipline du clergé…). Certains statuts synodaux connaissent une large diffusion et influencent la conduite de nombre de diocèses : ceux d’Eudes de Sully, évêque de Paris (1196-1208), ceux rassemblés dans le Synodal de l’Ouest du royaume de France, ceux de Robert Grosseteste*, évêque de Lincoln (1235-1253), ou encore ceux de Nîmes en 1252 pour tout le sud de la France actuelle.

*

14Le pouvoir des évêques se révèle donc très inégal. Dans l’ensemble toutefois, il reste considérable durant toute la période envisagée, même s’il connaît les nécessaires recompositions imposées par l’affirmation des monarchies territoriales, des communes et autres puissances urbaines, ainsi que de la papauté.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Babey Pierre, Le pouvoir temporel de l’évêque de Viviers au Moyen Âge, 815-1452, Lyon, Bosc Frères, 1956.

Caille Jacqueline, « La seigneurie temporelle de l’archevêque dans la ville de Narbonne (deuxième moitié du XIIIe siècle) », dans Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), « Cahiers de Fanjeaux, 7 », Toulouse, Privat, 1972, p. 165-209.

Fasoli Gina, « Temporalità vescovili nel basso medioevo », dans Vescovi e diocesi in Italia dal XIV alla metà del XVI secolo, G. DE Sandre Gasparini (dir.), Atti del VIIo congresso di storia della Chiesa in Italia (Brescia, 21-25 sett. 1987), t. 2, Rome, Herder, 1990, p. 757-772.

Fournié Michèle, Le Blévec Daniel (dir.), L’archevêché de Narbonne au Moyen Âge, Toulouse, PU du Mirail, 2008.

Guyotjeannin Olivier, Episcopus et comes. Affirmation et déchéance de la seigneurie épiscopale au nord du royaume de France (Beauvais, Noyon, Xe-début XIIIe siècle), Genève, Droz, 1987.

Guyotjeannin Olivier, « La seigneurie épiscopale dans le royaume de France (Xe-XIIIe siècles) », dans Chiesa e mondo feudale nei secoli XI-XII, Atti della 12a settimana internazionale di studio (Mendola, 1992), Milan, Vita e Pensiero, 1995, p. 151-188.

La Corbière Mathieu de, Piguet Martine, Santschi Catherine, Terres et châteaux des évêques de Genève : les mandements de Jussy, Peney et Thiez des origines au début du XVIIe siècle, Annecy-Genève, Académie salésienne, 2001.

Millet Hélène, « L’évêque à la fin du Grand Schisme d’Occident : lucerna supra candelabrum posita », Miscellanea Historiæ ecclesiasticæ, 8, Bruxelles-Louvain-Louvain-la-Neuve, 1987, p. 133-147.

Mor Carlo Guido, Schmidinger Heinrich, I poteri temporali dei vescovi in Italia e in Germania nel Medioevo, Bologne, Il Mulino, 1979.

Panero Francesco, Una signoria vescovile nel cuore dell’Impero : funzioni pubbliche, diritti signorili e proprietà della Chiesa di Vercelli dall’età tardocarolingia all’età sveva, Verceil, Società storica vercellese, 2004.

Perret André, « Les concessions de droits comtaux et régaliens aux églises dans les domaines de la maison de Savoie », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques (Actes du 89e congrès national des sociétés savantes, Lyon), Paris, CTHS, 1967, p. 45-73.

Porée Charles, « Les évêques-comtes du Gévaudan. Étude sur le pouvoir temporel des évêques de Mende aux XIIe et XIIIe siècles », Archives gévaudanaises, t. 4, 1915, p. 347-509.

Sève Roger, « La seigneurie épiscopale de Clermont, des origines à 1357 », Revue d’Auvergne, t. 94, 1980, p. 85-268.

Vidal Henri, Episcopatus et pouvoir épiscopal à Béziers à la veille de la croisade albigeoise, 1152-1209, Montpellier, PU de Montpellier, 1951.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search