Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449)

 | 
Marie-Madeleine De Cevins
, 
Jean-Michel Matz

Crise ou apogée du pouvoir pontifical ?

Chapitre II. Les progrès de la centralisation romaine au siècle de la papauté avignonnaise (1305-1378)

Valérie Theis

Texte intégral

1La papauté d’Avignon a souvent été étudiée par les historiens comme un objet coupé du reste de l’histoire pontificale, prolongeant ainsi de manière involontaire l’image de la « captivité de Babylone », forgée par des auteurs comme Pétrarque. Les historiens qui, comme Bernard Guillemain, ont à partir des années 1960 renouvelé l’étude de cette période n’ont jamais complètement réussi à la sortir de son isolement. Pourtant, l’installation de la papauté à proximité du royaume de France n’a jamais été synonyme de rupture avec une culture multiséculaire qui, bien qu’étroitement liée à la ville de Rome, a continué de marquer l’ensemble des faits et gestes des papes d’Avignon, les cardinaux italiens ayant joué un grand rôle dans la transmission de certaines valeurs et pratiques. Ainsi, même si les études historiques ont trop souvent distingué une papauté « italienne » d’une papauté « française », appellations aussi inappropriées l’une que l’autre, les nombreuses réformes lancées au cours du long séjour à Avignon se situaient dans la continuité de l’action des papes Innocent III et Boniface VIII. D’autre part, s’il est aujourd’hui bien établi que la période avignonnaise marqua une étape décisive dans la centralisation du fonctionnement de l’Église et dans le renforcement des finances, donc des moyens d’action de l’institution, il faut prendre garde à ne pas réduire l’œuvre des papes d’Avignon à la construction de cette puissance financière en faisant sienne la vision qu’en ont donnée ses adversaires. Dans l’esprit de ces papes, il n’existait pas de solution de continuité entre l’œuvre spirituelle dont ils avaient la charge et l’entreprise de reconstruction de la puissance temporelle d’une institution très fragilisée dans les premières années du XIVe siècle.

Le nouvel espace de la papauté

2Les sept souverains pontifes qui dirigèrent la chrétienté entre 1305 et 1378 partagent une première caractéristique frappante : leur origine géographique. Tous sont des hommes du Midi français. Considérés de près, ils viennent de régions assez différentes et leurs parcours ne firent qu’accuser ces différences originelles. Clément V (1305-1314), le plus suspecté d’être une simple marionnette du roi de France, était avant son élection archevêque de Bordeaux. Bien qu’ayant toujours œuvré à maintenir un équilibre dans ses relations avec les deux souverains, il était plus proche en réalité du roi d’Angleterre – alors qu’un pape comme Clément VI, qui venait aussi du monde méridional, avait très vite intégré le Conseil royal de Philippe VI après avoir fait des études à l’université de Paris. L’homogénéité géographique des choix effectués par le conclave durant cette période n’en est pas moins saisissante. On compte un Quercynois, Jean XXII (1316-1334), un pape originaire du comté de Foix, Benoît XII (1334-1342), trois Limousins, Clément VI (1342-1352), Innocent VI (1352-1362) et Grégoire XI (1370-1378), ce dernier étant en outre le neveu du premier, et un pape de Lozère, Urbain V (1362-1370).

3Même si leur installation durable en Avignon était loin d’être jouée d’avance, il n’est pas douteux que ce séjour ait représenté pour eux un environnement plus hospitalier que celui de Rome. C’est Clément V qui, après quatre années d’errance, arrêta la cour en ce lieu qui cumulait plusieurs avantages. La ville était placée sous la souveraineté d’un hôte accueillant, le comte de Provence et roi de Naples Robert d’Anjou. Elle était entourée de terres pontificales depuis qu’en 1274 les papes s’étaient vu reconnaître la domination sur le Comtat Venaissin, terre d’Empire délaissée par son souverain, dont les anciens seigneurs, les comtes de Toulouse avaient été dépouillés en 1229 et qui avait la réputation méritée d’être prospère, ce qui permettait aux papes d’en retirer chaque année d’importants revenus seigneuriaux. Enfin, Avignon permettait à Clément V de se trouver à pied d’œuvre pour préparer le concile de Vienne qui eut lieu d’octobre 1311 à mai 1312. Installé à partir de mars 1309 dans le couvent des Dominicains afin de préparer le concile, Clément V parvint à trouver un apaisement des relations avec la royauté française : la dissolution de l’ordre du Temple prononcée par le pape en avril 1312 permit de contenter un roi de France qui avait accepté de se montrer conciliant en abandonnant le procès de Boniface VIII entre les mains de Clément V, lequel se chargea d’y mettre un terme le plus discrètement possible. Le caractère pratique de ce séjour n’en faisait cependant pas le nouveau siège de l’institution : il fallut attendre le début du pontificat de Jean XXII en 1316 pour que le pape se décide à occuper et à agrandir le palais de l’évêque – opération facilitée par le fait que ce dernier était un neveu du pape – et celui de Benoît XII pour qu’en 1336 l’évêque soit relogé dans un palais voisin afin d’ériger officiellement l’ancien palais épiscopal en nouveau Siège apostolique. Son successeur, Clément VI, en fit largement augmenter la superficie tout en y inaugurant des choix architecturaux plus audacieux et plus fastueux que ceux du Cistercien Benoît XII. C’est à l’intérieur de ces murs que s’élabora désormais l’essentiel de la politique pontificale, les papes ayant souvent été accusés de s’y tenir cachés (par exemple dans le texte polémique du mystérieux Jean Dupin), même s’ils passaient une grande partie de leur temps, à l’image des pontifes romains, dans des palais périphériques comme celui de Pont-de-Sorgues, construit par Jean XXII, ou celui de Villeneuve-lès-Avignon, ancienne résidence de Napoléon Orsini, acquise et transformée par Clément VI.

La réforme des finances

4La stabilité de la Curie à partir du pontificat de Jean XXII fut une condition essentielle de la transformation d’une institution au sein de laquelle les éléments de continuité furent cependant nombreux de 1305 à 1378 : multiplication des réserves de bénéfices, introduction de nombreux compatriotes des papes à la cour pontificale ou encore népotisme – à l’exception relative de Benoît XII –, autant de pratiques déjà constatées chez leurs prédécesseurs romains. Si les grandes réformes ne se produisirent pas avant 1316, Clément V fut loin d’être un pape inactif. À l’origine de l’ajout d’un septième livre au Corpus juris canonici, les Clémentines (qui entra en vigueur sous le règne de son successeur Jean XXII), il œuvra également pour le rétablissement des finances de la papauté. La recherche de ressources supplémentaires le poussant à exploiter au maximum celles auxquelles il pouvait prétendre, il commença par s’en assurer la maîtrise complète. L’organisation qui gérait les finances de la papauté, mais aussi sa politique temporelle, la Chambre apostolique, n’était avant cette époque pas entièrement sous le contrôle de la papauté : elle agissait bien comme une chambre des comptes, en contrôlant les recettes et les dépenses, mais la gestion financière lui échappait au profit de trois familles de banquiers italiens, les Spini, Mozzi et Chiarenti qui recevaient les revenus pontificaux et assuraient à tour de rôle la gestion des dépenses hebdomadaires. Clément V mit fin à cette sous-traitance en faisant de la Chambre une véritable trésorerie autonome contrôlée uniquement par des officiers pontificaux.

5Cela ne changeait rien au caractère très limité des revenus sur lesquels les papes pouvaient compter. La papauté recevait les revenus seigneuriaux de ses États, mais ceux des États italiens étaient en général presque intégralement dépensés sur place. Elle touchait un certain nombre de cens de la part des institutions qui s’étaient de plus ou moins bon gré déclarées ses vassales, de Cluny au royaume d’Angleterre et à la Sicile – qui était alors très lourdement ponctionnée. Elle recevait un dixième des revenus ecclésiastiques (les décimes), sommes normalement destinées à la croisade, mais dont la papauté se servit, à l’image des rois de France, pour bien d’autres usages. Enfin, elle touchait des revenus sur les bénéfices ecclésiastiques dont elle avait nommé les titulaires. Traditionnellement les titulaires de bénéfices majeurs consacrés ou confirmés par le pape lui offraient un cadeau. Au XIIIe siècle, ce cadeau était devenu un impôt, acquitté seulement lorsque le bénéfice avait un revenu de plus de 100 florins, et divisé en deux parties : les communs services partagés entre le pape et les cardinaux, et les menus services partagés entre les différents employés de la Curie. D’autre part, lorsque le pape nommait le titulaire d’un bénéfice mineur rapportant plus de 10 livres, le nouveau titulaire devait s’acquitter d’une taxe dont le montant correspondait à la première année de revenu – d’où son nom d’annates.

6De ce fait, la réforme de la politique financière et la réforme de la politique bénéficiale furent les deux facettes d’un même programme destiné entre autres à résoudre les problèmes de trésorerie des papes : chaque fois que le pontife augmentait le nombre de bénéfices dont il avait la collation, il augmentait ses revenus. Les bases du système avaient été posées par Clément IV lorsqu’en 1265, par la constitution Licet ecclesiarum, il avait décrété que le pape se réserverait la nomination des successeurs des titulaires de bénéfice morts en cour de Rome (donc dès le départ la réserve s’appliquait à tous les officiers curiaux), réserve étendue sous Boniface VIII à ceux qui mouraient dans une zone située à moins de deux jours de marche de la résidence du pape, y compris lorsque celle-ci n’était que temporaire. Clément V étendit ces dispositions en usant de dispositifs provisoires comme le fait de se réserver pendant trois ans les annates de tous les bénéfices vacants en Angleterre. Dans le contexte d’une cour aux dépenses encore modestes, la politique de Clément V lui permit d’accumuler un trésor considérable – selon Francesco Ehrle, plus d’un million de florins en neuf ans. Il l’utilisa pour des œuvres pieuses mais aussi pour prêter de l’argent aux rois de France et d’Angleterre et pour enrichir ses proches, ne laissant à son successeur que 70 000 florins, ce qui donna lieu à un procès de longue haleine.

7Jean XXII fut le premier à mettre en place une politique systématique destinée à assurer des revenus plus que confortables à l’institution. Comme Clément V, il commença par réformer le fonctionnement de la Chambre apostolique, en la confiant à des officiers tel Gasbert de Valle, trésorier (1316-1319) puis camérier (1319-1347), ou Adémar Ameilh, trésorier de 1316 à 1333. Ces hommes nouveaux, proches de Jacques Duèse avant son élection, issus pour certains des administrations épiscopales du Midi, importèrent à la cour des savoir-faire simples, éprouvés depuis longtemps dans des institutions de plus petite taille, mais qui, appliqués de manière extrêmement systématique, firent de la Chambre une institution redoutablement efficace et ce d’autant plus que la durée très longue de leur service contribua à créer une nouvelle culture de l’institution. Sous l’impulsion de ce nouveau personnel, le mode d’enregistrement des recettes et des dépenses, et par la même occasion le mode de contrôle des officiers, marchands et artisans qui travaillaient avec la papauté furent profondément transformés.

8La réforme du fonctionnement de la Chambre apostolique fut complétée par une refonte d’ensemble de la politique bénéficiale du pape. Par la constitution Ex debito du 15 septembre 1316, Jean XXII se réservait la collation de tous les bénéfices vacants par déposition, rejet d’élection, renonciation mais aussi transfert. S’y ajoutaient des réserves générales, pour tous les bénéfices d’un certain type dans une région ou un pays donné, et les réserves spéciales donnant au pape la collation d’un bénéfice particulier, une politique qui permit à Jean XXII de désigner les titulaires de 31 550 bénéfices au cours de ses dix-huit années de règne. Cette pratique connut une légère accalmie sous Benoît XII, qui ne conféra que 4 002 bénéfices, pour reprendre de plus belle sous ses successeurs, certaines régions comme la France étant beaucoup plus touchées que d’autres par les réserves pontificales. Le dispositif créé par Jean XXII fut complété en 1317 par la constitution Execrabilis : en interdisant de cumuler plus d’un bénéfice avec charge d’âmes et un autre sans charge d’âmes, la bulle augmentait le nombre de bénéfices vacants et donc les revenus de la papauté.

9C’est aussi sous Jean XXII que le pape se mit à exercer régulièrement le droit de dépouille : depuis 1262, il était considéré comme normal que le pape récupère tous les biens meubles laissés par un ecclésiastique lorsqu’il décédait à la cour. Selon Daniel Williman, une telle saisie était justifiée par la nécessité de payer les funérailles du défunt et par le fait que ces biens acquis généralement dans le cadre de l’exercice d’une charge ecclésiastique revenaient de droit à l’Église. C’est Jean XXII qui commença à exercer ce droit sur des clercs morts hors de la Curie et ce même lorsqu’ils avaient obtenu du pape le droit de tester. Au cours de son règne, il eut recours au droit de dépouille 109 fois. Le record fut atteint sous Innocent VI avec 277 interventions pontificales. La bibliothèque des papes, probablement la plus grande d’Occident à cette époque, profita largement de ce système, non sans abus : sous Innocent VI, il fallut préciser que les objets présents dans une église avant la venue du bénéficier étaient exclus de ce droit, qu’il s’agisse des objets liturgiques ou des outils agricoles et du bétail. Enfin, les papes transformèrent l’ancien cadeau offert par les prélats consacrés par le pape à l’occasion de leur visite annuelle en une taxe (les visitations) et se mirent aussi, à partir de 1369 à se réserver une part du produit des taxes perçues par les ecclésiastiques lors des visites pastorales (les procurations). Le succès de cette politique se traduisit dans les comptes de la Chambre : les recettes s’élevaient sous Jean XXII à une moyenne de 228 000 florins par an et atteignirent sous Grégoire XI la somme record de 481 000 florins de moyenne annuelle. Ces revenus permirent de soutenir le train de vie très élevé de la cour et rendirent possible le développement d’autres services dont l’existence était indispensable pour permettre à ce système centralisé de nomination des bénéfices de fonctionner.

Le perfectionnement de l’administration pontificale

10La collation des bénéfices par le pape impliquait en effet que l’institution pontificale soit en mesure non seulement de prélever et de gérer les taxes sur les bénéfices mais aussi, en priorité, qu’elle puisse organiser la nomination effective des nouveaux titulaires des bénéfices. Cela rendit donc obligatoire le développement de la seconde grande institution pontificale, la Chancellerie, qui traitait les suppliques envoyées par les clercs de toute la chrétienté pour demander l’attribution d’un bénéfice. Après lecture au pape des suppliques par un référendaire, le personnel de la Chancellerie rédigeait les lettres de nomination, dites lettres communes, et en enregistrait une copie. Cette institution dont l’existence est attestée depuis le XIe siècle, avait surtout été organisée par Innocent III. Au XIVe siècle, elle était dirigée par le vice-chancelier, cardinal commandant un petit groupe de notaires (entre 5 et 7) qui organisaient le travail de plus d’une centaine de scribes, les plus nombreux étant les grossateurs (entre 70 et 110). À l’intérieur de cette institution, la division du travail était grande : certains scribes répartissaient les tâches d’écriture (distributores), des minutes à grossoyer – préparées par les abbreviatores –, aux lettres originales déjà grossoyées mais à recopier en plusieurs exemplaires afin de les envoyer à leurs multiples destinataires. La bulle Ad providam Christi de Clément V datée du 2 mai 1312 qui attribuait les biens de l’ordre du Temple à l’ordre de l’Hôpital fut ainsi établie en une cinquantaine d’exemplaires. Un computator indiquait le montant des taxes de chancellerie sur la lettre et des auscultatores vérifiaient la qualité du travail final. Parmi les lettres rédigées par la Chancellerie, on distinguait les lettres de grâce, pour obtenir un bénéfice ou toute autre faveur, et les lettres de justice demandant le règlement d’un litige. Pour ces dernières, avant de rédiger une réponse, il fallait que l’affaire soit tranchée par des spécialistes : la lettre était présentée devant l’Audience des lettres contredites et l’auditeur tranchait au nom du pape après avoir donné la possibilité de présenter des preuves contradictoires. Obtenir une lettre de nomination obligeait le requérant à connaître dans le détail le mode de fonctionnement complexe de cette institution. Et celui qui voulait s’assurer d’y réussir avait intérêt à stipendier un procurateur chargé de suivre l’ensemble des étapes, de la demande de remise de la supplique jusqu’à l’obtention de la lettre de nomination. D’où l’accusation fréquente de n’obtenir de bénéfice qu’à prix d’argent – un argent qui ne revenait pas à la papauté mais aux multiples intermédiaires auxquels il avait fallu recourir pour être enfin nommé. D’autres institutions rédigeaient leurs propres lettres, comme la Chambre apostolique pour les lettres concernant des problèmes économiques et politiques – les plus sensibles de ces lettres étant rédigées à partir de 1341 par des secrétaires travaillant en étroite collaboration avec le pape – ou la Pénitencerie, qui avait le pouvoir de donner des dispenses, de lever les censures et plus généralement d’absoudre de tous les péchés au nom du pape. Placée sous les ordres d’un grand pénitencier, souvent un juriste comme Bérenger Frédol l’Ancien, Gaucelme de Jean ou Guillaume Bragose, elle avait ses propres scriptores.

11La centralisation d’un aussi grand nombre de décisions entre les mains du pape et des curialistes eut pour effet de multiplier les litiges. Ceux qui portaient sur les bénéfices ecclésiastiques étaient présentés devant l’Audience du Sacré-Palais encore appelée Audience des causes du palais apostolique ou, à partir de 1336, tribunal de la Rote (du nom du banc en forme de roue où s’asseyaient les juges), dirigée par des auditeurs ou juges de la Rote – au nombre de 11 en 1337 et 13 en 1374. Le fonctionnement de cette cour n’est connu avec précision que lors de l’entreprise de réforme du 16 novembre 1331. Ce jour-là, trois constitutions majeures furent émises : l’une fixait les règles de fonctionnement de l’Audience (Ratio juris), une autre tentait de faire de même pour la Chancellerie (Pater familias) et la dernière définissait les règles de l’Audience des lettres contredites (Qui exacti temporis). Si le fonctionnement de l’audience n’est connu qu’à partir de cette date, ses décisions n’étant enregistrées qu’à partir de 1337, on sait qu’elle était en fonctionnement depuis le début de l’installation à Avignon, le premier auditeur connu remontant au pontificat d’Innocent IV (1243-1254). Jean XXII avait fait construire un bâtiment spécifique pour l’accueillir dès 1319, dont il ne reste que les fondations dans la cour d’honneur de l’actuel Palais des papes ; Clément VI transféra ensuite l’Audience au rez-de-chaussée du Palais neuf, sous la grande chapelle, et la fit orner d’une fresque représentant le Jugement dernier.

12Le fonctionnement de ces institutions produisit un nombre considérable de documents dont la conservation fit l’objet d’une attention plus soutenue qu’autrefois : l’amélioration de la conservation des archives fut à la fois l’une des conséquences mais aussi l’une des causes de l’efficacité des officiers pontificaux. Ils en prirent conscience au point d’envoyer des missions en Italie (à Assise en 1327 et 1339 par exemple) dont le rôle consistait à inventorier les archives et manuscrits pontificaux les plus anciens et à rapporter à Avignon ceux qui pouvaient encore présenter une utilité.

13Au-delà des institutions principales, la cour pontificale accueillait une foule d’employés des différents services administratifs, ainsi que les membres de la maison du pape, chapelains, maître du Sacré-Palais, domestiques et gardes, qui portaient le personnel de la cour à un total de 400 à 600 personnes, sans compter les cardinaux et leur nombreuse suite logés dans des logements réquisitionnés par la papauté, les livrées. Tous les souverains proches du pape, roi de France et de Naples, d’Aragon et de Bohême passèrent à un moment ou à un autre à la cour et y croisèrent la foule des quémandeurs et des marchands qui avaient été attirés à Avignon par la venue des papes. Autant de personnages qui permettaient de faire de cette ville un lieu de circulation et de concentration des informations en provenance de toute la chrétienté. Diffusant leurs décisions dans celle-ci, les papes bénéficiaient aussi désormais d’un vaste réseau d’informateurs : Pierre de Saleilles, familier et complice de l’évêque de Cahors Hugues Géraud, qui fut accusé d’avoir voulu empoisonner Jean XXII en 1317, eut l’occasion de constater l’efficacité de ce réseau lorsqu’il fut arrêté par les hommes du maréchal de justice du pape, cinq ans après les faits, en 1322, alors qu’il se cachait sous un faux nom dans le diocèse de Lausanne.

14Cette première affaire donna le ton d’un pontificat lors duquel plusieurs commissions cardinalices rassemblant juristes et théologiens furent invitées, dès l’automne 1320, à se pencher sur la question des sortilèges, des opérations divinatoires et des invocations de démons, ce qui aboutit à la qualification de la magie comme « fait hérétique » et rendit possible la répression de ceux qui étaient censés s’y adonner – avant que Jean XXII n’incite les inquisiteurs à une plus grande modération à partir des années 1330. L’impulsion donnée par Jean XXII n’en fut pas moins décisive et son successeur, Benoît XII, prolongea la politique de répression de la magie en prenant pour cible des clercs du Midi de la France. L’origine cistercienne de ce pape l’incita en outre à développer la réforme des ordres monastiques, en commençant par le sien, qui fut largement réorganisé à partir de la constitution Fulgens sicut stella de 1335, prolongée par la bulle Summi magistri de 1336 qui concernait cette fois l’ensemble du monachisme bénédictin. Les réformes spirituelles n’oubliaient pas Rome, comme le montre le doublement de la fréquence des jubilés (de 100 ans à 50 ans) par Clément VI. Il permit d’en organiser un en 1350, qui connut un très grand succès. Les ambitions des papes d’Avignon les conduisirent en outre à encourager les missions qui étendirent leur action jusqu’en Mongolie et en Chine en suivant la route de la soie ainsi qu’en direction du Moyen-Orient et de l’Inde. Urbain V alla jusqu’à lancer un appel à la croisade en 1363, qui aboutit au pillage d’Alexandrie en 1365. Enfin, les papes avignonnais développèrent une politique de canonisation qui permettait de concilier les intérêts politiques de la papauté – alliance avec les Angevins et les rois de France par exemple – avec les orientations spirituelles dont elle souhaitait faire la promotion. En profitèrent aussi bien Louis d’Anjou* en 1317 que Thomas d’Aquin* en 1323 ou encore Yves Hélory en 1347 et Elzéar de Sabran en 1369.

15La centralisation administrative fut donc à la fois le moteur et la conséquence de la puissance retrouvée des papes, une puissance qui les incita à développer une politique ambitieuse imbriquant étroitement les domaines spirituels et temporels, ce dernier domaine étant cependant celui dans lequel les papes rencontrèrent comme toujours les plus grandes difficultés pour faire triompher leur politique.

Le renouveau des ambitions théocratiques

16Le programme théocratique resté en sommeil depuis la mort de Boniface VIII connut une nette relance sous le pontificat de Jean XXII. Dès son élection, Jean XXII profita des luttes entre les deux prétendants à l’Empire, Frédéric le Beau, duc d’Autriche et Louis, duc de Haute-Bavière, qui duraient depuis 1314, pour déclarer le trône impérial vacant. Appliquant la constitution Romani principes, il se le réserva, Robert de Naples restant son vicaire pour l’Italie impériale. Lorsque Louis triompha de son rival, en septembre 1322, le pape refusa de le reconnaître et dès octobre 1323, il le mit en accusation pour hérésie, en prenant prétexte du soutien qu’il accordait aux seigneurs de Milan, les Visconti, qui avaient eux-mêmes déjà été déclarés hérétiques par la papauté. La lutte contre Louis IV de Bavière rencontra bien vite une autre dimension de la politique pontificale, celle de la répression des Spirituels, ces Franciscains qui prônaient la pauvreté absolue et refusaient l’évolution avait conduit l’ordre à se doter de couvents et de biens, officiellement détenus par la papauté, évolution acceptée par ceux qu’on appelait les Conventuels. Plus ou moins tolérés jusque-là, les Spirituels furent obligés par Jean XXII à se rattacher à des couvents et à renoncer aux particularités de leur mode de vie. Parmi les frères qui osèrent venir se plaindre à Avignon en 1317, vingt-cinq furent remis à l’Inquisition et quatre d’entre eux, qui avaient refusé de se soumettre, furent brûlés à Marseille. D’autres Spirituels furent ensuite brûlés à Lunel, Carcassonne et Toulouse. La papauté attisa encore le conflit en mettant fin, par la bulle Ad conditorem canonum (8 décembre 1322), à la fiction de 1279 qui en faisait la propriétaire des biens de l’ordre pour les remettre entre les mains ce dernier et en condamnant la doctrine de la pauvreté absolue du Christ et des apôtres par la bulle Cum inter nonnullos du 12 novembre 1323. Ainsi, lorsque l’empereur lança un appel contre le pape à Sachsenhausen, le 22 mai 1324, il associa le refus de la reconnaissance d’un quelconque rôle du pape dans l’Empire à la condamnation de la politique de Jean XXII vis-à-vis des Spirituels – l’appel se concluant par une accusation d’hérésie contre le pape et un appel au concile général. À partir de ce moment, l’empereur attira à lui les opposants à la politique du pape comme Marsile de Padoue et Jean de Jandun, auteurs du Defensor Pacis, qui se réfugièrent auprès de lui en 1326, ou Guillaume d’Ockham* et Michel de Césène qui firent de même en 1328 après s’être échappés des geôles pontificales. La même année, Louis de Bavière fit élire un antipape, ancien frère mineur, qui prit le nom de Nicolas V et qui, après avoir tenté de s’imposer, se soumit dès août 1330 à Jean XXII, qui le garda en résidence surveillée à Avignon jusqu’à sa mort en 1333. Ce n’est qu’après la mort de Louis, en 1347, qu’une détente put intervenir car son successeur, Charles IV de Bohême, s’était engagé dès 1346 à respecter les revendications de la papauté, promesse qu’il parvint à ne pas respecter tout en gardant des relations correctes avec cette dernière.

17À partir de cette époque, les menaces se développèrent d’un autre côté avec le déclenchement du conflit entre France et Angleterre que Benoît XII puis Clément VI avaient vainement tenté d’empêcher, ce dernier semblant aux Anglais beaucoup trop proche de la royauté française pour s’imposer en médiateur crédible lors des négociations qui eurent lieu à Avignon en 1344. La retraite des papes ne fut cependant pas menacée par la guerre avant quelques années : celle-ci fut d’abord marquée par les effets dévastateurs de la peste qui en 1348 décima au moins 20 % de la population locale. Dès 1355, les affrontements qui avaient lieu en Provence obligèrent à payer des hommes d’armes pour garder le Venaissin puis à partir de 1357 les retombées de la défaite française de Poitiers de 1356 touchèrent Avignon et ses environs : de nombreux hommes d’armes, privés d’embauche, rançonnèrent les villes du Venaissin. Lorsqu’en 1361, la compagnie qui s’était emparée de Pont-Saint-Esprit l’année précédente menaça Avignon, l’enceinte de la ville était loin d’être terminée, et le pape dut en acheter la protection pour la somme de 14 500 florins, tout en sachant qu’il ne s’agissait que d’une mesure temporaire. On comprend mieux dans ces conditions qu’ait mûri dans les années suivantes l’idée de retourner en Italie. Là-bas, après les nombreux échecs de la politique pontificale italienne dans la première moitié du XIVe siècle et les inquiétudes qu’avait causé à Clément VI le bref épisode de la domination de Cola di Rienzo sur Rome en 1347, on ressentait les effets de la politique de reconquête du cardinal Gil Alvarez de Albornoz. Nommé légat en Italie par Innocent VI, en 1353, Albornoz avait su allier de manière extrêmement habile la négociation et les opérations militaires de façon à reconquérir la quasi-totalité des États pontificaux entre 1353 et 1360. Il eut le temps de voir sa politique couronnée par la décision du pape Urbain V de rentrer à Rome. Il le reçut à Viterbe, à l’été 1367, juste avant de mourir et ne vit donc ni l’entrée du pape à Rome en octobre, ni son retour à Avignon en 1370 après avoir constaté que la pacification d’Albornoz se maintenait plus difficilement après la mort de celui qui en était l’auteur. Il fallut attendre le pape suivant, Grégoire XI, pour qu’un second retour à Rome soit tenté. Élu en 1370, il ne mit à exécution son projet de retour qu’en janvier 1377 et mourut peu de temps après, en mars 1378, déclenchant ainsi la mécanique de la double élection qui inaugura le Grand Schisme.

*

18Dans sa vision du rôle de l’institution comme dans ses objectifs à long terme, la papauté d’Avignon restait donc une papauté très « romaine » dont les succès furent suffisamment nombreux pour que les papes aient pu imaginer de réaliser la fusion de cette idéologie héritée avec celle d’une cour à la sociologie profondément transformée par le passage des Alpes. Les conclaves de 1378 leur donnèrent tort, et il fallut attendre encore une quarantaine d’années pour que l’héritage avignonnais puisse être pleinement réintégré dans les pratiques institutionnelles d’une papauté à nouveau romaine.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, EFR, 1990.

Anheim Étienne, Theis Valérie (dir.), « Les comptabilités pontificales », MEFRM, t. 118-2, 2006, p. 165-268.

Barbiche Bernard, « Les scribes de la chancellerie apostolique aux XIIIe et XIVe siècles : sources et méthodes d’une enquête prosopographique », dans Le statut du scripteur au Moyen Âge, M.-C. Hubert, E. Poulle, M. H. Smith (dir.), Actes du XIIe colloque scientifique du comité international de paléographie latine (Cluny, 1998), Paris, École des chartes, 2000, p. 69-75.

Boureau Alain, Satan hérétique. Histoire de la démonologie (1280-1330), Paris, Odile Jacob, 2004.

Caillet Louis, La papauté d’Avignon et l’Église de France. La politique bénéficiale du pape Jean XXII en France (1316-1334), Paris, PUF, 1975.

Chiffoleau Jacques, Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au XIVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984.

Guillemain Bernard, La cour pontificale d’Avignon. 1309-1376. Étude d’une société, Paris, De Boccard, 1962.

Guillemain Bernard, Les papes d’Avignon. 1309-1376, Paris, Cerf, 1998.

Guillemain Bernard, « Les tribunaux de la cour pontificale d’Avignon », dans L’Église et le droit dans le Midi, « Cahiers de Fanjeaux, 29 », Toulouse, Privat, 1994, p. 339-360.

Jamme Armand, Poncet Olivier (dir.), Offices, écrit et papauté (XIVe-XVIIe siècle). Charges, hommes, destins, Rome, EFR, 2007.

Jean XXII et le Midi (1316-1334), « Cahiers de Fanjeaux, 45 », Toulouse, Privat, 2010.

Mollat Guillaume, Les papes d’Avignon (1305-1378), Paris, Letouzey et Ané, 1964 (10e édition).

Richard Jean, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Rome, EFR, 1977.

Valois Noël, « Jacques Duèse, pape sous le nom de Jean XXII », Histoire littéraire de la France, vol. XXXIV, 1915, p. 391-630.

Vingtain Dominique, Avignon. Le palais des papes, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1998.

Williman Daniel, The Right of Spoil of the Avignon Popes, 1316-1415, Philadelphia, American Philosophical Society, 1988.

Wood Diana, Clement VI. The Pontificate and Ideas of an Avignon Pope, Cambridge, CUP, 1989.

Zutshi Patrick, « The Avignon Papacy », dans The New Cambridge Medieval History, M. Jones (dir.), vol. 6, 1300-1414, Cambridge, CUP, p. 653-673.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540