Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Appendices

Fiches biographiques

Texte intégral

Acadiens ayant séjourné en France et autres personnes faisant l’objet d’une notice biographique dans le Dictionnaire biographique du Canada1

  • 1 Le Dictionnaire biographique du Canada est disponible gratuitement en ligne (http://www.biographi. (...)

1• Nicolas Gautier, passé par Saint-Pierre et Miquelon en 1766 et décédé à Saint-Malo vers 1810.

2• Joseph Bellefontaine (Godin), résidant à Cherbourg.

3• Joseph Leblanc dit Le Maigre, mort à Belle-Île-en-Mer.

4• Jean-Baptiste Robichaux, Acadien de Nouvelle-Écosse passé à l’île Saint-Jean, déporté à Saint-Servan, puis repassé en Amérique du Nord en 1773.

5• Jean-Gabriel Berbudeau, chirurgien des Acadiens du Poitou.

6• Joseph Dugas (Dugast), passé à Saint-Pierre et Miquelon et déporté à deux reprises de l’île, en 1767 et 1778.

  • 2 Biographies de Michel Bastarache, qui a entrepris un long séjour pour rejoindre sa femme à l’île S (...)

7• Voir aussi le cas d’autres Acadiens ayant connu la déportation, mais n’étant pas venus en France2, ainsi que les biographies de Jean-Louis Le Loutre et des deux prêtres acadiens formés en France et repassés en Acadie : Jean-Baptiste Bro et Joseph-Mathurin Bourg.

Autres biographies

Quelques exemples d’itinéraires d’autres Acadiens évoqués dans l’ouvrage

  • 3 Gérard Marc Braud, Les Acadiens en France, Nantes et Paimbœuf, 1775-1785. Approche généalogique, O (...)

8• Jean Thibaudeau, inculpé pour « rébellion et fraude de tabac » : Jean Thibaudeau, né vers 1742 à Pisiguit, Acadie, a été déporté en Angleterre puis a séjourné en Bretagne à Pleudihen, près de Saint-Malo, de 1763 à 1773. Il a quatre enfants avec Françoise Huere, ou Huert, dont deux survivent. Le couple, à l’instar de la majorité des autres Acadiens, passe ensuite à Châtellerault, puis à Nantes, où Thibaudeau exerce alors la profession de marin. Sa femme Françoise Huert est inhumée le 16 janvier 1781 à Saint-Martin de Chantenay, une commune située alors en périphérie de Nantes. Thibaudeau se remarie le 10 mai 1785 au même endroit avec Marie Dugast. Cette famille et les deux derniers enfants vivants sont partis de Nantes sur le Saint-Rémi, le 27 juin 1785, à destination de la Louisiane3.

9• Étienne Terriot [ou Terrio ou Terriau] : né en 1725 à Grand-Pré, Acadie, fils de Jacques Terriot et Marie Leblanc. Inhumé en novembre 1781, à Nantes. Marié vers 1747 à Hélène Landry, née vers 1724 et inhumée le 10 août 1769 à Pleudihen. Étienne Terriot se remarie en février 1770 à Saint-Servan avec une autre Acadienne, Marie-Madeleine Bourgeois, née vers 1727 et veuve en 1res noces de Charles Boudrot. Marie-Madeleine est inhumée le 16 mai 1780 à Nantes. Étienne Terriot se remarie le 14 novembre 1780 à Chantenay, avec Marguerite Vallois, née vers 1738, veuve d’Olivier Dubois. Étienne Terriot a dû quitter Grand-Pré entre 1748 et 1752 puisque son premier enfant naît à Grand-Pré en 1748 et son deuxième est baptisé à Port La Joie (île Saint-Jean) ; deux enfants naissent ensuite sans que soit précisé le lieu de naissance. Mais en juin 1760 un enfant naît à Pleudihen. Terriot a donc vraisemblablement été déporté directement de l’île Saint-Jean à Saint-Malo. Terriot a séjourné en Bretagne, à Pleudihen, puis à Châtellerault, puis à Nantes.

  • 4 Gérard Marc Braud, Les Acadiens en France, Nantes et Paimbœuf, 1775-1785. Approche généalogique, O (...)

10• Germain Semer : « Né vers 1720, Petcoudiac (Acadie) ; inhumé le 14 décembre 1782, Nantes, Hôtel Dieu (Loire-Atl.) ; charpentier ; résident à Nantes à l’Hôpital du Sanitat ; marié à Marie Trahan, née vers 1725, La Rivière-aux-Canards (Acadie) ; morte 25 octobre 1776, Nantes, Hôpital du Sanitat ; enfants : Semer, Madeleine, née vers 1748 ; Semer, Marie-Claire, mariée à Jérôme-Dominique Doulle (voir famille no 144) ; Semer, Marie-Françoise, née vers 1762, Le Havre de Grâce, Notre-Dame (Seine-Maritime) ; mariée 30 mai 1785, Chantenay, Saint-Martin à Joseph Boudreau (voir famille no 56) ; Semer Grégoire-Dominique, né vers 1768. Cette famille a vécu au Havre, puis à Châtellerault (Vienne) et enfin à Nantes, à partir de 1776. Grégoire et Marie-Françoise sont annoncés comme partant sur l’Amitié (no 10) mais Marie-Françoise se marie 3 mois avant le départ du navire et ne donnera pas suite à son projet. Quant à son frère, est-il parti seul ? Nous ne le savons pas4. »

11• Pierre Haché, Acadien impliqué dans des procès pour fraude de tabac : Né vers 1725, à l’île Saint-Jean. Marié en 1752 à Saint-Pierre-du-Nord, île Saint-Jean, à Marie Doiron, née vers 1731 et morte en février 1759 à Saint-Malo ; marié de nouveau en juillet 1759 à Dinard, à Anne Dumont, née à Saint-Pierre-du-Nord et inhumée en décembre 1765 à Saint-Servan ; marié une troisième fois en septembre 1766 à Saint-Servan à Madeleine Daigle, née vers 1734 à Louisbourg, inhumée le 10 octobre 1784 à Chantenay. Pierre Haché a quatre enfants de son premier mariage, mais trois meurent pendant la traversée de l’Atlantique vers la France et le dernier meurt à Saint-Malo le 31 janvier 1759. Il a encore quatre enfants de son second mariage et trois enfants de sa dernière épouse. Pierre Haché fut inhumé le 9 juin 1777 à Nantes, et était désigné comme marin. Trois des enfants de Pierre sont partis vers la Louisiane avec leur tante Françoise Doucet, veuve de Louis Haché.

12• Georges Haché, frère du précédent : baptisé en mars 1744, probablement à l’île Saint-Jean. Marié en janvier 1768 à Saint-Servan à Perrine Basset, une Bretonne née vers 1752 à Saint-Suliac. Georges Haché est mort avant 1785, probablement à Nantes. Sa veuve s’est remariée le 9 novembre 1784 à Saint-Martin-de-Chantenay, près de Nantes, à Pierre Gentilhomme, lequel n’est pas Acadien, visiblement, puisqu’il est né dans le Maine-et-Loire. Ils ont six enfants. Perrine Basset, remariée Gentilhomme, est restée à Nantes avec ses enfants où plusieurs perçoivent des secours après 1785.

  • 5 Voir Robert Piart, « Une Acadienne et sa fille à la maison du roi Louis XVI », Cahiers de la Socié (...)

13Il n’est pas possible ici de dresser l’itinéraire de tous les Acadiens rencontrés au cours de cette étude. Le lecteur intéressé par la prosopographie pourra également utiliser l’index pour repérer les noms d’autres Acadiens, par exemple Basile Henri, « leader » acadien, syndic, resté en France à Nantes après le départ de 1785, visiblement bien intégré et plus aisé que la plupart de ses compatriotes ; Anne-Suzanne Richard, couturière de Morlaix dont une partie de la correspondance avec une Française a été conservée et qui n’est pas non plus repartie en Louisiane mais voulait sans doute retourner avec d’autres Acadiens en Amérique du Nord ; Marie-Madeleine de Billy5 ; Joseph Devau ; Victor Forest ; plusieurs députés acadiens : Jean-Jacques Leblanc ; Alexis Trahan ; Joseph Simon Granger ; Basile Boudrot ; Benjamin Boudrot, Olivier Terriot, etc.

Administrateurs et personnes en charge des Acadiens

  • 6 Jacqueline Gagnaire et Claudine Pauly, Pérusse des Cars. Un seigneur en Poitou au siècle des Lumiè (...)
  • 7 Par exemple Henri Buche, Jean Mallon, et Etienne Taillemite, Inventaire des archives de la marine, (...)

14Les informations biographiques concernant les administrateurs ou les missionnaires en charge des Acadiens ont souvent été plus difficiles à recueillir que celles sur les Acadiens eux-mêmes. Le lecteur intéressé pourra toutefois consulter les biographies du duc de Pérusse6 ou de plusieurs des ministres de Louis XV ou de Louis XVI, et pourra collecter un certain nombre d’informations sur les administrateurs d’un grade moins important en dépouillant les inventaires des archives de la marine7. Voici quelques indications sommaires sur trois correspondants souvent cités dans le texte de cette thèse.

L’abbé de l’Isle-Dieu

  • 8 On trouve des renseignements biographiques sur le personnage dans abbé H. R. Casgrain, « Lettres e (...)
  • 9 Archives générales de la Congrégation du Saint-Esprit, Chevilly-Larue, fonds 2D19.1. Les passages (...)

15Un personnage très important, qui ne fait malheureusement pas partie de ceux ayant droit à une biographie dans le Dictionnaire biographique du Canada, principalement parce qu’il n’est jamais venu en Amérique du Nord, est l’abbé de l’Isle-Dieu8. La voici telle qu’on peut la reconstituer à partir de notes du père A. David9. Plusieurs indications permettent de fixer la date de naissance du futur abbé vers 1688. Abbé de l’abbaye de L’Isle Dieu (Insula Dei), commune de Perruel (Eure) à 25 km à l’est de Rouen environ depuis 1722, il devient vicaire général de l’évêque de Québec, officiellement, en 1734. Mgr Dosquet évêque de Québec, rentré en France vers 1735, démissionna de son poste en 1739, et l’abbé de l’Isle-Dieu fut chargé, en tant que grand vicaire, de gouverner le diocèse, depuis la France, jusqu’à la nomination de Mgr de Pontbriand. « Il fut alors convenu que les différentes colonies éloignées (telles que la Louisiane, l’île Royale, l’Acadie, l’Isle St Jean et la Rivière Saint-Jean) s’adresseraient directement à l’abbé de l’Isle-Dieu pour les représentations qui seraient à faire à la Cour et même pour le gouvernement du spirituel pour lequel l’Évêque de Québec crut devoir laisser à l’abbé de l’Isle-Dieu les pouvoirs les plus étendus » (Extrait d’un mémoire, 1756). L’abbé, doté de solides connaissances générales, fut l’agent des évêques de 1730 à 1777. Il écrivait en leur nom à la Propagande de la foi à Rome, au ministère de la Marine, etc. L’abbé connaissait bien la Louisiane et, quand elle fut cédée à l’Espagne en 1763, « on eut recours à ses services pour que les colons français acceptent de bon cœur le nouveau régime ».

  • 10 RAPC 1905-I, p. 413.

16Surtout, l’abbé s’occupa, avec l’abbé Le Loutre, des Acadiens réfugiés en France jusqu’à sa mort. « Parvenu à l’âge de 78 ans, l’abbé de l’Isle-Dieu avait offert sa démission en 1766 à cause du mauvais état de sa vue. Pour toute réponse, l’évêque lui confirma ses pouvoirs qu’il exerça encore durant une dizaine d’années. Il obtint enfin la permission de se retirer en 1776 et le roi lui accorda une pension de 4 500 livres en considération des services qu’il avait rendus à la religion et à l’État10. On lui donna pour successeur M. de Villars, ancien supérieur du Séminaire de Québec qui reçut de Mgr Briand les lettres de grand vicaire et s’occupa à son tour de la correspondance avec Québec. […] L’abbé décéda au mois d’avril 1779 sans être jamais allé au Canada. »

Philippe-Antoine Lemoyne

  • 11 Les officiers supérieurs comme les commissaires généraux de la marine étaient dans une écrasante m (...)
  • 12 Dick Lemoine, Répertoire numérique des Archives de l’arrondissement maritime de Rochefort, série R (...)
  • 13 Cf. 1774-08-29 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.
  • 14 Écrivain était le premier grade des officiers de plume de la marine (Michel Vergé-Franceschi, « Of (...)
  • 15 Contrairement à ce qu’écrit E. Martin, Lemoyne ne fut pas chargé des Acadiens en France de 1766 à (...)
  • 16 Les dernières lettres que nous ayons de Lemoyne au sujet des Acadiens datent de septembre 1774 (17 (...)

17Philippe-Antoine Lemoyne fut « écuyer et conseiller du roi, commissaire général de la marine11 ». Il est toujours désigné, dans les documents que nous avons pu consulter, sous la simple appellation de M. Lemoyne, écrit parfois Le Moine ou Lemoine. Son prénom est connu uniquement par l’inventaire des archives de la marine à Rochefort12. On a peu d’informations biographiques sur lui, mis à part le document relatant ses états de service qu’il envoie au ministre de la Marine Sartine le 29 août 177413. Dans ce document, où Lemoyne demande pour récompense de ses services la première intendance vacante, le commissaire explique avoir prêté son serment d’avocat en 1733. Il serait donc né, vraisemblablement, vers 1710. Il explique avoir été présenté à Maurepas en 1734 puis avoir travaillé dans les bureaux à Paris. En 1735, il est écrivain14 au port de Brest, puis, en 1737, il exerce les mêmes fonctions sur le Jason, destiné pour le Canada. Il n’est pas très clair s’il est allé au Canada ou s’il est resté au port de Rochefort. En 1738, il est nommé à l’intendance de Saint-Domingue, mais revient en France dès 1740 en congé pour maladie. En 1741, il exerce diverses tâches à Toulon : il participe à une campagne militaire en mer, puis raccompagne des ambassadeurs à Constantinople. En 1743, il part pour la Martinique, puis est nommé ordonnateur à Cayenne en 1745. Pendant le trajet le conduisant à Cayenne, il est blessé, capturé et envoyé à la Nouvelle-Angleterre, puis retourne en France. Il arrive à Cayenne en 1748, et y reste ordonnateur jusqu’en 1762. En 1764, il reçoit une commission de commissaire général, promise depuis longtemps (il exerce alors à Rochefort comme trésorier des colonies, selon d’autres sources). À ce titre, il arme notamment les bâtiments de Bougainville en 1766. En décembre 1771, de Boyne l’appelle pour lui donner ordre de se rendre à Paris pour lui expliquer ses vues sur l’établissement des Acadiens15. Lemoyne explique être arrivé à Paris, à la suite de la demande de de Boynes, le 20 janvier 1772. Il écrit alors plusieurs mémoires et prend des renseignements sur la meilleure manière de placer les Acadiens. En septembre 1772 l’« affaire des Acadiens » passe devant le Conseil du roi et quitte le giron de la marine pour être confiée au Contrôleur général et à Bertin, chargé du bureau d’Agriculture. Lemoyne passe alors sous le contrôle direct de Bertin, jusqu’en mai 1773, puis du Contrôleur général. Entre juin et novembre 1773, Lemoyne entreprend une tournée de tous les ports où des Acadiens sont « habitués », en Normandie, Bretagne, Saintonge et pays d’Aunis. À partir de novembre 1773, Lemoyne dit travailler sur la partie législative de l’établissement du Poitou. Ses opérations relatives aux Acadiens prennent fin en juin 177416.

  • 17 À partir de 1777, il figure dans l’inventaire de la série AN Marine B3 643 comme Lemoyne, commissa (...)
  • 18 AD Gironde, C 1520.
  • 19 Ms 840 et Ms 860, BM Bordeaux.
  • 20 Marine B3 vol. 566, fo 245.

18Nous possédons quelques informations supplémentaires sur la fin de la vie du commissaire. Après s’être occupé des Acadiens, Lemoyne poursuit sa carrière comme commissaire de Marine ordonnateur à Bordeaux17. L’inventaire des Archives départementales de Gironde signale un bail à ferme signé par un Lemoyne, ancien commissaire général de la marine, en 178518. Lemoyne émigre pendant la Révolution, puisque sa bibliothèque fut transférée au dépôt national le 18 décembre 179319. Ses papiers, qui étaient probablement avec cette bibliothèque, furent entreposés dans une armoire et retrouvés à la fin du XIXe siècle par Raymond Céleste, bibliothécaire à Bordeaux. Ils constituent maintenant le manuscrit Ms 1480 à la bibliothèque de Bordeaux, l’une des principales sources de documentations sur les Acadiens en France. En 1765, Lemoyne touchait 12 000 livres d’appointements par an – sans compter les gratifications extraordinaires qu’il reçoit régulièrement pendant sa mission –, soit environ 100 fois plus que la solde annuelle d’un Acadien20.

  • 21 Ernest Martin, Les Exilés, op. cit., note 2, p. 79 et 325.
  • 22 1772-10-23b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 180-181.
  • 23 Cf. inventaire de la série B3 608 (1773), « Daubenton, intendant de marine à Rochefort : conflit a (...)
  • 24 1766-08-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.
  • 25 Cf. 1773-06-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier et 1773-07-20a ; BM Bordeaux, Ms 1480, (...)

19Ernest Martin présente Lemoyne sous un jour extrêmement favorable. Pourtant, contrairement à ce que laisse entendre cet auteur lorsqu’il fait allusion aux fonctions d’intendant exercées par Lemoyne et à son soi-disant statut de haut fonctionnaire21, il ne semble pas que Lemoyne ait connu une carrière exceptionnelle et il ne jouit pas d’une haute estime de la part des ministres qui prêtent une oreille plus que distraite à ses mémoires. La raison pour laquelle de Boyne appelle Lemoyne à s’occuper des Acadiens n’est pas très claire. Sa nomination intervient probablement davantage parce que c’est le seul volontaire plutôt que pour toute autre raison. Le chanoine de Saint-Malo, GrandClos, refuse ce que Guillot désigne sous le terme de corvée22. Une autre raison a peut-être joué : Lemoyne étant entré en conflit avec son supérieur hiérarchique23, il est possible que le ministère ait voulu l’éloigner quelque temps de Rochefort. La mission de Lemoyne ne lui est certainement pas confiée, en tout cas, comme l’écrit Martin, parce que Lemoyne était le « fonctionnaire le mieux au courant de toute l’affaire acadienne ». Le commissaire Guillot, à Saint-Malo, était certainement mieux informé que Lemoyne de la situation des Acadiens. En revanche, il semble que Lemoyne ait attiré l’attention sur lui parce qu’il avait envoyé dès 1766 un mémoire pour établir des Acadiens et les Allemands près de Saint-Jean-d’Angély24 et qu’il était connu de l’abbé Le Loutre et de l’abbé de l’Isle-Dieu25. Contrairement encore à ce que suppose Martin, la raison pour laquelle Lemoyne disparaît de la documentation concernant les Acadiens n’est pas son départ en retraite vers 1774 : Lemoyne continue sa carrière dans la marine et semble avoir assez nettement été mis à l’écart de l’administration des Acadiens. Sa disparition de la documentation est certainement due au changement du ministère de tutelle, de la marine vers le Contrôle général, en 1774, mais il est également possible que ses difficultés avec les Acadiens de Saint-Malo, son manque de tact, son autoritarisme et ses prises de liberté avec les ordres ministériels aient contribué à l’écarter des affaires acadiennes.

Frédéric Joseph Guillot, commissaire de la marine à Saint-Malo

  • 26 Un document du SHM Brest, 1 P 1/9 le désigne comme « Jean-Joseph Guillot, conseiller du roi en ses (...)
  • 27 Martin, Les Exilés, p. 85.
  • 28 Cf. 1774-07-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.
  • 29 Dans une lettre du 1772-10-19 (AN H1 1499 2), le commissaire malouin parle d’un certain M. L’Anglo (...)
  • 30 Voir par exemple : 1773-12-05b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 523-526.

20« Commissaire ordonnateur de la marine au département de Saint-Malo » vers 1773. Il appartient visiblement à une lignée d’administrateurs de la marine : son père exerça avant lui les mêmes fonctions26. Contrairement à ce que laisse entendre Ernest Martin27, Guillot n’était nullement un subordonné de Lemoyne. Il était même d’un grade supérieur à ce dernier puisqu’il était commissaire ordonnateur, fonction que Lemoyne semble avoir occupée dans les colonies mais pas en métropole au moment de l’établissement des Acadiens dans le Poitou, puisqu’il réclame ce grade en 177428. Par ailleurs Guillot et Lemoyne étaient parents29 et amis. Lemoyne s’enquiert à plusieurs reprises de la santé de Guillot30, et ils se laissent mutuellement aller à des confidences ou s’échangent des informations sensibles.

Carte 4. Échanges de lettres attestés entre Acadiens pendant la période de l’exil (1757-1785)

Carte 4. Échanges de lettres attestés entre Acadiens pendant la période de l’exil (1757-1785)

Notes

1 Le Dictionnaire biographique du Canada est disponible gratuitement en ligne (http://www.biographi.ca).

2 Biographies de Michel Bastarache, qui a entrepris un long séjour pour rejoindre sa femme à l’île Saint-Jean via la Caroline du Sud et Québec ; Etienne Hébert, qui s’efforce de rassembler les exilés de son village d’origine au Québec ; Benoni d’Entremont ; Joseph Brossard (ou Broussard) dit Beausoleil, passé en Louisiane en 1764, via Saint-Domingue, en compagnie de J.-B. Semer.

3 Gérard Marc Braud, Les Acadiens en France, Nantes et Paimbœuf, 1775-1785. Approche généalogique, Ouest Édition, 1999, p. 241. Les informations sur les autres personnes citées dans cette partie proviennent également principalement de cet ouvrage.

4 Gérard Marc Braud, Les Acadiens en France, Nantes et Paimbœuf, 1775-1785. Approche généalogique, Ouest Édition, 1999, p. 241.

5 Voir Robert Piart, « Une Acadienne et sa fille à la maison du roi Louis XVI », Cahiers de la Société historique acadienne, 34, 1 (mars 2003), p. 33-41.

6 Jacqueline Gagnaire et Claudine Pauly, Pérusse des Cars. Un seigneur en Poitou au siècle des Lumières, juin 2004.

7 Par exemple Henri Buche, Jean Mallon, et Etienne Taillemite, Inventaire des archives de la marine, sous-série B3 (fin), tome VIII (B3 561-803), Paris, Imprimerie nationale, 1963.

8 On trouve des renseignements biographiques sur le personnage dans abbé H. R. Casgrain, « Lettres et mémoires de l’abbé de L’Isle-Dieu (1742-1774) », Rapport des archives de la province de Québec, 16, 17, 18 (1935-1938), p. 273-410 ; 331-459 ; 147-253 ; Auguste Gosselin, « Encore le Père de Bonnécamps 1707-1790 », Mémoires de la Société royale du Canada, deuxième série, III (1897-1898), p. 103-117 ; Louis-Marie Le Jeune, Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, mœurs, coutumes, institutions politiques et religieuses du Canada, Ottawa, 1931. Un mémoire probablement fort intéressant (Isabella Santini, Le relazioni tra il Canada e la Santa Sede nella corrispondenza di Pierre de La Rue, abbe de L’Isle-Dieu, vicario generale della diocesi di Quebec (1760-1776), mémoire de maîtrise (histoire), Universita di Pisa, 21 juin 1984) n’a pas pu être consulté dans le cadre de cette étude.

9 Archives générales de la Congrégation du Saint-Esprit, Chevilly-Larue, fonds 2D19.1. Les passages explicitement entre guillemets sont de A. David, mais la totalité de cet article biographique provient de ses notes.

10 RAPC 1905-I, p. 413.

11 Les officiers supérieurs comme les commissaires généraux de la marine étaient dans une écrasante majorité membres de la noblesse. C’est le cas de Lemoyne notamment selon plusieurs documents retrouvés aux Archives nationales (AN, série T, vol. 1087-1088). En 1780, Lemoyne est désigné comme écuyer et conseiller du roi, commissaire général de la marine. Il a un frère, le Sieur Joachim Félix Léon Blanchard, écuyer, sieur de Changey. Selon le Dictionnaire de l’Académie, « il est défendu de prendre la qualité d’Écuyer, si l’on n’est noble ». Le fils de Lemoyne, embarqué sur l’Étoile avec Bougainville, porte quant à lui le titre de Montchevry (Gérard Scavennec, « Des Acadiens aux Malouines », op. cit.).

12 Dick Lemoine, Répertoire numérique des Archives de l’arrondissement maritime de Rochefort, série R (Colonies-Pays étrangers) et série E (services administratifs), Paris, 1925).

13 Cf. 1774-08-29 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

14 Écrivain était le premier grade des officiers de plume de la marine (Michel Vergé-Franceschi, « Officiers de marine » dans Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, op. cit.).

15 Contrairement à ce qu’écrit E. Martin, Lemoyne ne fut pas chargé des Acadiens en France de 1766 à 1774, mais seulement du début de 1773 à la fin de 1774 (Les Exilés, op. cit., note 2, p. 67). Lemoyne avait alors plus de 60 ans. Il avait auparavant la responsabilité de quelques Acadiens à Rochefort et de 2 000 à 3 000 Allemands à Saint-Jean d’Angély.

16 Les dernières lettres que nous ayons de Lemoyne au sujet des Acadiens datent de septembre 1774 (1774-09-27 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier).

17 À partir de 1777, il figure dans l’inventaire de la série AN Marine B3 643 comme Lemoyne, commissaire de marine ordonnateur à Bordeaux (Henri Buche, Jean Mallon et Étienne Taillemite, Inventaire des archives de la marine, sous-série B3 (fin), tome VIII (B3 561-803), Paris, Imprimerie nationale, 1963). Lemoyne est aussi signalé ordonnateur à Toulon pour la même année en 1777 (inventaire AN Marine B3 645). Le commissaire a probablement été muté cette année-là de Toulon vers Bordeaux, puisqu’il est présent dans cette dernière ville en 1785 et au début de la Révolution, où ses papiers furent saisis.

18 AD Gironde, C 1520.

19 Ms 840 et Ms 860, BM Bordeaux.

20 Marine B3 vol. 566, fo 245.

21 Ernest Martin, Les Exilés, op. cit., note 2, p. 79 et 325.

22 1772-10-23b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 180-181.

23 Cf. inventaire de la série B3 608 (1773), « Daubenton, intendant de marine à Rochefort : conflit avec M. Lemoine au sujet de la nomination d’un écrivain », fo 18 à 35.

24 1766-08-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

25 Cf. 1773-06-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier et 1773-07-20a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 404-407. Voir également AN série F5 A, vol. 1 : dans une lettre, datée de 1775, l’abbé de l’Isle-Dieu recommande Lemoyne.

26 Un document du SHM Brest, 1 P 1/9 le désigne comme « Jean-Joseph Guillot, conseiller du roi en ses conseils, commissaire général de la Marine ordonnateur au département de Saint-Malo ».

27 Martin, Les Exilés, p. 85.

28 Cf. 1774-07-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

29 Dans une lettre du 1772-10-19 (AN H1 1499 2), le commissaire malouin parle d’un certain M. L’Anglois, maître des comptes, qui est à la fois le neveu de Lemoyne et le cousin de Guillot.

30 Voir par exemple : 1773-12-05b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 523-526.

Table des illustrations

Titre Carte 4. Échanges de lettres attestés entre Acadiens pendant la période de l’exil (1757-1785)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search