Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Troisième partie. Jeux d’identités

Chapitre XI. Un groupe à part ?

Texte intégral

Présentations de soi des Acadiens

1Nous avons vu ci-dessus la manière dont les Acadiens étaient perçus par les élites métropolitaines et que cette perception s’appuyait bien plus souvent sur des « on-dit » rapportés par des intermédiaires ou sur des préconceptions tirées de récits de voyages, que sur une expérience personnelle acquise au contact des Acadiens eux-mêmes. La manière de se présenter des Acadiens n’a donc peut-être pas eu un aussi grand rôle qu’on pourrait le croire a priori dans l’élaboration de l’image que nous avons vue se dessiner plus haut. Toutefois, à n’en pas douter, les rhétoriques employées par les Acadiens ont joué un rôle dans le façonnement de cette image.

  • 1 Les lettres personnelles échangées par les Acadiens sont les seuls documents émanant directement d (...)
  • 2 Ces intermédiaires sont le plus souvent anonymes. On peut présumer qu’il s’agissait de fonctionnai (...)

2Savoir comment les Acadiens pouvaient se présenter à l’administration ou à d’autres personnes est un véritable casse-tête en raison du très petit nombre de sources pouvant nous renseigner à ce sujet. C’est dans les pétitions adressées à l’administration que les Acadiens se dévoilent le plus, mais leurs propos sont alors conditionnés par leurs demandes : il s’agit pour eux le plus souvent d’obtenir le paiement d’arrérages de secours, le versement de gratifications, ou l’autorisation d’émigrer. Bien plus, ces pétitions sont rédigées par des Acadiens eux-mêmes dans une partie infime des cas seulement, et il est toujours difficile d’évaluer alors leur apport personnel à la pétition et les déformations éventuelles du rédacteur1. Dans la plupart des cas, on peut présumer au regard de la calligraphie et de l’orthographe soignées, que le rédacteur de la pétition est un écrivain public ou un autre intermédiaire, mais il n’est pas toujours possible d’avoir des certitudes à ce sujet, d’autant que nombre de mémoires ne sont pas non plus signés2. Nous n’avons également pratiquement aucune idée de la manière dont les Acadiens pouvaient se présenter oralement, sauf le témoignage laissé à ce sujet par Lemoyne lors de différentes entrevues avec des Acadiens à Saint-Malo. Mais cette source unique est évidemment à prendre avec circonspection, en raison de l’irritation croissante de Lemoyne, irritation sur laquelle nous reviendrons prochainement.

Des « Acadiens » avant tout

  • 3 Voir note 32, p. 411.
  • 4 Cf. 1756-07-31 ; AN Col C11 A, vol. 87, fo 405-406. Il s’agit d’une lettre écrite par des Acadiens (...)
  • 5 1757-09-21 ; CEA A 6 – 1 – 1.

3Tout d’abord, comment les « Acadiens » se nomment-ils eux-mêmes ? Nous avons vu ci-dessus que les habitants de la Nouvelle-Écosse utilisaient très peu l’ethnonyme « acadien » lui-même3. Sans avoir effectué de recherche exhaustive, je n’ai retrouvé qu’une occurrence du terme avant l’arrivée des Acadiens en métropole en 17584. En revanche, dans l’un des rares documents rédigés par un Acadien avant le débarquement des réfugiés en France, on retrouve l’expression « Français neutres ». L’orthographe très approximative et la maladresse des formulations ne laissent cette fois aucun doute sur l’absence d’intermédiaire pour le rédiger. Dans ce document, une lettre écrite par Joseph LeBlanc à son frère, l’auteur salue les « Français neutres en général » et non pas les « Acadiens5 ». Même si le terme figurait avant 1755 dans des documents dont je n’aurais pas eu connaissance, il faudrait étudier dans quelles circonstances il est utilisé, les fréquences et les contextes d’utilisation et comparer avec l’emploi de « Français neutres » qui semble plus fréquent. Une fois en France, toutefois, les Acadiens utilisent assez généralement le nom « acadien » : on retrouve cette expression dans les dispenses de consanguinité, par exemple, à de nombreuses reprises, ainsi que dans les lettres de la famille d’Entremont. Les exilés se présentent également parfois comme « habitants de l’Acadie » ou « de l’île Saint-Jean ». « Acadien » est parfois accolé à l’adjectif ou au substantif « Français ». En France, les Acadiens n’utilisent donc plus l’expression « Français neutres » en tant que telle : cette dénomination renvoyait évidemment à un contexte nord-américain mal connu en métropole. Par ailleurs, « acadien » était utilisé de manière récurrente par les administrateurs. Même si les réfugiés n’utilisaient pas ce terme eux-mêmes avant leur arrivée, donc, ils se mettent à imiter les commissaires de la Marine au plus tard à partir des années 1760.

La rhétorique

  • 6 On retrouve la revendication d’être « Français » dans pratiquement toutes les lettres écrites par (...)

4Les exilés se présentent également à plusieurs reprises comme authentiquement « français ». Cela est particulièrement vrai des Acadiens restés en Amérique du Nord et souhaitant revenir en France6. Ainsi, des Acadiens déportés de Port-Royal et ayant réussi à se saisir du bateau qui les transportait dans les colonies américaines écrivent à l’abbé Daudin en espérant qu’il pourra :

  • 7 1756-07-31; AN Col C11 A, vol. 87, fo 405-406. Daudin est alors déjà décédé.

faire connaître au roi de France, notre Sire, notre fidélité et l’attachement inviolable que nous avons pour sa personne sacrée […]. La pauvreté, l’exil et tous les malheurs du monde au péché près ne sont pas capables de nous faire changer de sentiments : nous sommes nés français et nous voulons mourir français. Nous avons appris avec joie que plusieurs des navires où étaient des Acadiens les ont réduits à la dernière misère par la soif et la faim, pour les forcer à renoncer à leur patrie ; mais qu’aucun n’a été assez lâche pour changer de sentiment. Nous attendons avec patience l’issue de notre sort, nous bénissons la main de Dieu qui nous frappe, pleinement convaincus qu’un homme fidèle à sa religion, et par conséquent à sa patrie, ne saurait jamais mal finir7.

  • 8 1763-02-17a; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 340ss.
  • 9 1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394.

5On trouve d’assez nombreux exemples similaires. Si l’on en croit le témoignage de la Rochette lors de sa tournée dans divers ports d’Angleterre, les Acadiens se présentent à lui « comme Français et comme malheureux8 ». Le contexte explique bien sûr ici en grande partie cette insistance des Acadiens sur leur allégeance française ; puisqu’ils sont dans l’attente de connaître leur sort, ils s’efforcent naturellement de se ménager la meilleure place possible dans le cœur du monarque. Il semble que par la suite, une fois en France, les Acadiens ne se soient plus présentés explicitement de cette manière. Non qu’il s’agisse d’ailleurs nécessairement d’un changement d’attitude : en fait, une fois rapatriés, ils ont moins souvent besoin de répéter qu’ils sont « Français » car cette caractéristique leur est rarement contestée. Ainsi c’est Lemoyne qui leur dit : « Je ne connais les Acadiens que comme Français9. »

  • 10 Peter Sahlins, « La Nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en France sous l’ (...)
  • 11 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312.
  • 12 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.
  • 13 1774-01-23a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 547-548.
  • 14 Daniel Roche, France des Lumières, p. 291.

6Au-delà de ces considérations de vocabulaire, quelles facettes de leur personnalité les Acadiens cherchent-ils à mettre en avant une fois en métropole ? La rhétorique employée dans les pétitions vise, on l’a dit, à obtenir la satisfaction d’une demande particulière, et joue habituellement sur plusieurs registres. Les réfugiés font valoir tour à tour plusieurs arguments, outre l’insistance sur leur caractère bien français : ils mettent en avant leur patriotisme et leur fidélité au roi et à la France et exposent d’abord leur statut de victimes. Les Acadiens relatent en effet à de très nombreuses reprises leurs malheurs, d’une manière qui n’est pas sans rappeler les implorations d’orphelins étrangers10. Ils se disent pauvres, misérables11, affligés12, infirmes13, exilés, et revendiquent ce statut pour « rappeler le monarque et les fidèles à leurs devoirs de charité14 », et, bien sûr et toujours, tenter d’obtenir de lui les promesses qui leur ont été faites.

  • 15 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.
  • 16 1772-03-24 ; id.
  • 17 1784-04-04 ; AGI, PPC, legajo 197, fo 954.

7Les Acadiens se présentent aussi comme de fidèles sujets du roi, sensibles à l’intérêt de l’État et reconnaissants. Ils se chargent surtout de distiller l’idée selon laquelle s’ils ont tant souffert, c’est à cause de leur allégeance au roi : « Nous avons tout perdu, écrivent-ils au ministre, nos biens, nos familles, plutôt que de nous rendre les ennemis d’un aussi bon roi que le roi de France15 ». Ils regrettent aussi de devoir être à charge de l’État, manière détournée de rappeler leur attachement à l’intérêt national : « nous avons toujours eu à cœur de nous rendre utiles à l’État et […] nous voyons au contraire combien d’argent que nous coûtons à la France inutilement16 ». Ils affichent aussi ultérieurement leur reconnaissance : « en arrivant en France, sa Majesté nous reçut avec une bonté touchante… Pénétrés d’une juste reconnaissance pour ces bienfaits, il n’y a pas un seul d’entre nous qui ne voulût vivre et mourir sous le gouvernement français » et arguent également de leur préférence de passer sous la domination espagnole, « sous la puissance d’un roi qui est l’ami, le parent et l’allié de notre monarque17 ». Dans tous ces cas, il s’agit bien sûr de payer de mots le roi ou l’État, pour mieux demander, toujours à regret de s’éloigner de la France. Les actes ou la volonté contredisent souvent le discours. Il est toutefois à noter que les pétitions acadiennes sont moins dithyrambiques au sujet du patriotisme que les discours rédigés par les administrateurs ou les missionnaires pour le compte des Acadiens, soit que ces rédacteurs aient manié l’emphase avec plus d’aisance ou qu’ils aient projeté sur les Acadiens un patriotisme plus virulent qu’il ne l’était sans doute.

Une nation ou un « corps de nation »

  • 18 « Peuple » revient en tout dans une quinzaine de documents écrits par les Acadiens.
  • 19 1783-07-12 ; MAE, Corresp. Pol., Espagne, vol. 611, fo 34.
  • 20 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.
  • 21 1763-10-30 ; AD Ille-et-Vil. C 5156. L’emploi du pluriel à cet endroit, comme plus haut lors de l’ (...)
  • 22 On retrouve ce terme dans une petite dizaine de documents écrits par des Acadiens, et ce dès 1763.
  • 23 Ce mot figure dans deux documents : 1772-10-11a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 181-182 et 1773-05-16 ; (...)

8De manière significative également, les Acadiens se présentent parfois comme formant une « nation », un « corps de nation » ou encore un « peuple18 » un peu à part. Les Acadiens écrivent ainsi à plusieurs personnes différentes qu’ils forment un « peuple malheureux qui a tout sacrifié à la religion et à son amour pour son roi19 », un « peuple qui vous a toujours aimé et qui vous aimera toujours20 » et enfin « de pauvres peuples qui actuellement n’ont rien que leurs bras et un vrai désir de s’établir21 ». Corollaire de cette identification progressive des Acadiens à un peuple : leur utilisation du substantif « compatriote22 » pour désigner leurs « confrères » acadiens23.

  • 24 La première utilisation, par un réfugié, de « nation » pour désigner le groupe acadien est attesté (...)

9Le terme ou l’expression qui obtient le plus de succès, au moins auprès de Lemoyne et des historiens contemporains, c’est la revendication des Acadiens de former une « nation » ou un « corps de nation » à part de la société française. Mais, contrairement à ce que laisse entendre l’historiographie, les documents dans lesquels les Acadiens se présentent ainsi sont très rares : je n’ai retrouvé, en tout et pour tout, que quatre documents dans lesquels les Acadiens affirment former une « nation » avant 1775 (aucun avant 1771) et, parmi ces quatre documents, un seul revendique de constituer un « corps de nation24 ». C’est en fait Lemoyne, lors de son séjour à Saint-Malo en juillet 1773, qui reprend et diffuse largement l’expression, affirmant que les Acadiens ont revendiqué leur appartenance à cette nation à part. Il met immédiatement en garde le ministère contre cette « prétention ». Mais plutôt que de contrer cette expression, dès lors, le gouvernement l’emploie quasiment systématiquement pour désigner les exilés avant leur départ pour la Louisiane en 1785.

  • 25 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312. Tous les extraits ci-après sont tirés de ce même m (...)
  • 26 Cette notion de solidarité et de liens familiaux est exprimée dans d’autres documents : « Nous avo (...)
  • 27 L’abbé Grandclos substantive peut-être le terme employé par Berryer dans une lettre à l’abbé de l’ (...)

10La mise en avant de l’expression « corps de nation » par les Acadiens ne se retrouve donc qu’une seule fois dans un texte émanant d’eux, et encore ce texte est-il écrit par une tierce personne. Dans ce document ils affirment former une nation avec des coutumes particulières pour mieux demander les exemptions des frais et des procédures de mises en tutelle des orphelins, ajoutant qu’ils n’ont jamais été obligés à de telles procédures auparavant. Les expressions « nation » et « corps de nation » – utilisées ici dans un sens légèrement différent de celui désignant à l’époque les associations de marchands dans une ville – sont répétées plusieurs fois avant d’être quelque peu explicitées. La nation semble ici désigner un corps étranger au milieu d’un pays, sans intention de s’y établir, avec des coutumes à part25. La notion de solidarité26 évoquée dans le « corps » est importante ; elle implique que les Acadiens ne sont pas des « passagers27 », des « sans aveux » les uns pour les autres, c’est-à-dire qu’ils resteront soudés :

  • 28 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312.

Les passagers qui décèdent ne sont pas en corps de nation ; leurs effets seraient à l’abandon si la justice n’en prenait pas charge pour en rendre compte aux héritiers ou ayant cause ; la position des Acadiens est toute différente, ils sont ici en corps de nation, ils sont tous parents et bienveillants les uns des autres ; s’ils sont sur le point de passer dans un autre climat ils sont fidèles à leurs usages, qui équivalent aux sages précautions établies par les lois et en remplissent l’esprit. Ils se chargent des mineurs, ils les nourrissent, ils les entretiennent, ils les transporte[eront] et leur petit mobilier au lieu qui leur sera assigné par le gouverneur qu’ils attendent28.

11Il est ainsi possible d’entrevoir un peu mieux ce que les Acadiens entendent par l’expression « corps de nation ». Il s’agit d’un groupe, lié par des liens familiaux et sociaux, ayant ses propres coutumes et habitudes, qui n’a pas l’intention de se fixer dans le pays, ce qui est conforme à ce qu’on peut entrevoir du sens de cette expression dans les dictionnaires anciens.

Un groupe à part

Utilisations de « nation » et « corps de nation »

  • 29 En incluant dans le décompte l’expression « corps de nation » mais sans compter les occurrences da (...)
  • 30 Soit un quart de ceux comportant le mot « nation ».
  • 31 1773-04-27a ; AN H14992.

12Attardons-nous maintenant quelques instants sur la manière avec laquelle les administrateurs réagissent à la prétention des Acadiens de former une « nation », un « corps de nation » ou un « peuple » à l’intérieur de la France. La première constatation, on vient de le voir, est que les administrateurs et diverses autres personnes, comme Pérusse, imitent les réfugiés dans l’utilisation de ces termes. Eux aussi prennent progressivement l’habitude de signaler le regroupement des Acadiens en une « nation » particulière. Le terme – pour désigner les Acadiens – est utilisé dans un total de 37 documents29. Encore faut-il constater, comme le montre le graphique de la page suivante, que « nation » est très peu utilisé au début de la période considérée et ne commence à être recensé massivement qu’après 1770. Quant à la formule « corps de nation », on peut constater par le même tableau qu’elle ne se trouve en tout et pour tout que dans 10 documents sur plusieurs milliers que nous avons pu consulter30. Elle se retrouve en outre toujours sous la plume d’administrateurs et de ministres ou de Pérusse, ainsi que dans un document non signé, exprimant les revendications d’Acadiens de la région de Saint-Malo31. Je n’ai pas retrouvé d’occurrence de la formule avant 1773.

13J’ai entrepris le recensement systématique de cette formule dans les documents que j’ai consultés et j’ai constitué un tableau synthétique rendant compte des résultats (Figure 4). Il convient de préciser de quelle manière il a été élaboré.

Corpus de dépouillement pour la réalisation du tableau

  • 32 J’ai consulté en effet beaucoup plus de documents que ceux qui sont retranscrits dans la base de d (...)
  • 33 À l’exception de l’abondante documentation sur Belle-Île (AD Ille-et-Vil., Rennes, Série C) dans l (...)

14Ce tableau analyse l’utilisation du terme « nation » ou « corps de nation » pour désigner les Acadiens dans plusieurs milliers de documents consultés pour la préparation de ce travail et desquels environ 1500 ont été retranscrits dans une base de données32. Avant 1772, ce tableau est proche de l’exhaustivité en ce qui concerne la correspondance administrative conservée33.

  • 34 Saint-Malo (293 actes), Nantes (80) et Châtellerault (45). La plus grosse partie des actes de mari (...)
  • 35 Damien Rouet (« Diaspora et représentations, le cas des refugiés acadiens en France », Études cana (...)

15En ce qui concerne l’utilisation du terme dans les registres de catholicité, je ne me suis livré à des dépouillements systématiques des actes de mariages que pour les principales villes de résidence acadienne34. Il n’est pas exclu cependant qu’il existe des occurrences du terme nation dans les actes de baptêmes ou de sépultures, ou encore dans les actes notariés35. Mais il paraît peu probable qu’elle ne suive pas la même évolution très nette constatée sur le graphique ci-dessous (Figure 4).

Résultats

16On constate à la lecture des textes que le nombre d’occurrences de « nation » pour désigner les Acadiens augmente très progressivement. Au début du séjour des Acadiens, cette désignation est très rare. Le nombre croissant d’allusions ressort de manière plus visuelle sous forme figurative :

figure 4
Nombre de documents dans lesquels on trouve au moins une occurrence de la formule « corps de nation » ou du terme « nation » pour désigner les Acadiens

17L’augmentation de la fréquence d’utilisation du terme « nation » est encore plus évident si l’on compare ce premier tableau avec le nombre de documents transcrits dans la base de données qui sert de référence à l’étude. On obtient les fréquences suivantes :

  • 36 J’exclus ici du calcul les actes de mariages.

figure 5
Fréquence d’utilisation des termes « nation » ou « corps de nation » par rapport aux documents transcrits dans la base de données36

18Ce graphique rend bien compte de l’utilisation peu fréquente de « nation » avant 1772, d’autant plus que ce tableau sous-estime le nombre d’occurrences du terme après 1773. En effet, à partir de cette année-là, la grande fréquence d’utilisation de « nation » dans les documents a conduit à ne pas nécessairement retranscrire tous les documents comportant ce substantif. Par ailleurs, le mot, qui semblait utilisé très occasionnellement avant 1772, se retrouve après la date charnière de 1772 pratiquement systématiquement dans la correspondance de nombreux observateurs. Ainsi, Pérusse d’Escars l’utilise dans pratiquement un document sur deux après le départ des Acadiens du Poitou, mais il n’utilise pas ce terme avant juillet 1775.

  • 37 J’additionne ici les occurrences de « nation » et de « corps de nation » et je ne tiens pas compte (...)

19Le tableau ci-dessus montre bien la progression spectaculaire des fréquences de l’emploi de « nation » par l’administration française ou les Acadiens eux-mêmes. Pour la période 1758-1770, quatre documents sur un total de 675 (soit 0,59 %) font référence aux Acadiens comme à une « nation » ; pour la période 1771-1785, ce sont cette fois 33 documents sur un total de 787 qui utilisent ce mot (soit 4,19 %)37 (Figure 5). Le terme « nation » revient donc sept fois plus souvent dans la deuxième période que dans la première et, dans un même document, on trouve fréquemment plusieurs occurrences du terme, alors que dans les documents antérieurs à 1770 on ne le voit toujours qu’une seule fois.

figure 6
Proportion cumulée de documents utilisant le mot « nation » pour désigner les Acadiens (pour cent documents) en excluant les actes de baptêmes, mariages et sépultures

  • 38 Données transmises par M. Jacques Nerrou, que je remercie.
  • 39 Le terme revient à 12 reprises dans Albert J. Robichaux, The Acadian Exiles in Nantes 1775-1785, H (...)

20Ce résultat serait encore plus spectaculaire si l’on faisait une étude sur les seuls actes paroissiaux : en effet, alors qu’on ne trouve à Saint-Malo en tout et pour tout qu’une seule mention dans un acte de mariage de l’expression « Acadien de nation », qu’on ne retrouve pas cette expression dans les actes de Rochefort38 ni dans les actes de mariages dans le Poitou, l’expression devient fréquente à Nantes39.

Analyse

  • 40 Dans un contrat d’engagement d’un Acadien à Montréal en 1755, signalé à la note 35, ainsi que dans (...)
  • 41 La formule est employée par Lescoët Barbier, administrateur travaillant pour les États de Bretagne (...)
  • 42 Choiseul, en 1764, écrit par exemple : « j’approuverais, si les femmes acadiennes enceintes que vo (...)
  • 43 1778-06-00 ; Mémoire anonyme, juin 1778, MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7.

21Peut-on faire une chronologie de l’utilisation du terme ? Les premières occurrences se trouvent dans quelques rares actes notariés ou d’état civil40 et sous la plume de quelques administrateurs41. Elles sont visiblement fortuites : en effet, dans ces premiers documents, le mot est toujours employé de manière anecdotique, si ce n’est tout à fait par hasard et sans insistance42. Rappelons qu’à l’époque le terme n’est pas défini très précisément, et il sert souvent de simple synonyme de « groupe ». En revanche, après 1770, le terme est martelé tout à fait sciemment, et cela de manière incontestable : on retrouve par exemple jusqu’à trente-quatre occurrences du mot dans un seul et même document43.

  • 44 1769-08-25c et 1771-05-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 36-44.
  • 45 1771-05-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 36-44/26.
  • 46 « Je prends la liberté de m’adresser à votre grandeur étant informé de votre justice et de votre b (...)
  • 47 1772-10-23b ; 1772-10-31b ; 1772-11-22 ; 1772-11-17.
  • 48 1772-10-19 ; AN H14992. Ménétra utilise pratiquement la même expression (Journal de ma vie, op. (...)
  • 49 1773-02-15a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286.
  • 50 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312.
  • 51 1773-05-13a ; 1773-07-21c ; 1773-10-12b ; 1773-05-16. Par ailleurs, si l’on en croit le témoignage (...)
  • 52 1775-07-29a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 53 1778-03-01 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1021 et 1778-04-25 ; AN Col F2B Com (...)
  • 54 1784-06-26a ; MAE Corresp. Pol., Espagne, vol. 613, fo 108.

22À partir du tournant des années 1770, on constate une certaine contagion dans l’utilisation de « nation ». Le Loutre commence à utiliser le terme vers 177044. Dans un même document, le mot est employé jusqu’à quatre reprises45. Une Acadienne de Belle-Île utilise à son tour « nation » dans un courrier à l’intendant46. En 1772, Guillot, commissaire de la Marine à Saint-Malo, utilise le terme à cinq reprises ; la première fois dans une lettre adressée à Pérusse, puis les quatre fois suivantes dans des courriers adressés à Lemoyne47. Guillot est également le premier à utiliser le mot « corps » à propos des Acadiens. « Ils commencent à faire corps, ce qui est un mal, écrit-il, car de là naissent les comités, les réflexions, etc.48 » Lemoyne s’oppose tout d’abord à l’utilisation de ce terme et à l’érection des Acadiens en « corps de nation ». En février 1773, en marge d’un mémoire de Pérusse, il s’interroge : « Convient-il au gouvernement de conserver le ton de nation à ce peuple et de le tenir en corps49 ? » Mais trois mois plus tard, après une pétition au nom des Acadiens de Saint-Servan50 – premier document dans lequel l’expression « corps de nation » est utilisée –, Lemoyne reprend luimême le mot « nation » et l’utilise à partir de ce moment-là à au moins quatre reprises, à la suite des Acadiens51. C’est à partir de ce moment-là également qu’on commence à retrouver la formule dans de nombreux actes de catholicité, et qu’elle devient beaucoup plus commune. Le mot est aussi utilisé par Pérusse près de dix fois à partir de juillet 177552, puis ce sera au tour de Necker53, de Calonne54 et d’autres administrateurs du contrôle général.

  • 55 Christopher Hodson, Refugees: Acadians and the Social History of Empire, 1755-1785, thèse de docto (...)
  • 56 G. M. Braud note que le rôle des prêtres a été important, puisque pratiquement tous les actes util (...)

23Quelle analyse pouvons-nous faire de ces résultats ? Les problèmes sont nombreux : pour commencer, on ne connaît déjà pas l’origine de la vogue soudaine de « nation ». Christopher Hodson postule que l’appropriation par les Acadiens de ce terme reflète leur utilisation du langage politique utilisé par les opposants au régime après la réforme de Maupeou de 177055. La littérature sur les Acadiens réfugiés en France avait jusque-là préféré voir dans l’utilisation de ce terme l’affirmation de leur « identité ». Mais l’intensification de l’utilisation de ce terme pose problème : est-ce une indication d’une prise de conscience tardive des Acadiens de former un groupe à part ou est-ce le signe qu’une réalité acadienne ressentie depuis longtemps a mis du temps à se transmettre aux administrateurs puis jusqu’au sommet de l’État ? L’origine acadienne de l’expression est possible, mais difficile à étayer, car, on l’a vu, ce sont rarement les Acadiens eux-mêmes qui écrivent leurs pétitions : ils passent souvent par un intermédiaire. Le même problème se pose pour l’interprétation des actes de catholicité : si c’est toujours le prêtre ou son vicaire qui rédige l’acte, la rédaction est évidemment influencée par ce que disent les Acadiens eux-mêmes56. Par ailleurs, si Lemoyne, lors de son entrevue avec les réfugiés à Saint-Malo, s’est effectivement emporté lorsque ces derniers se sont présentés à lui comme formant une « nation », il est à présumer que les Acadiens se sont autocensurés pour ne pas se faire reprocher leur « communautarisme » corporatiste.

  • 57 Jacques Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », Anna (...)

24Peut-être la croissance de l’utilisation de ce terme témoigne-t-elle simplement de sa généralisation après 1765 ? Faut-il y voir une corrélation de l’utilisation du terme « nation » en général au XVIIIe siècle ? L’emploi du mot s’intensifie en effet après 1765 : « c’est après la publication des tomes XI [en 1765] et XII de l’Encyclopédie [tomes contenant les définitions de “nation” et de “patrie”] que les mots “nation”, “national” se vulgarisèrent et acquirent, comme le mot patrie, une charge qu’ils n’avaient pas57 ». Il me semble tout de même que l’on puisse déduire de l’évolution de l’utilisation du terme la prise de conscience à la fois par les Acadiens et par l’administration de leur « différence » avec les « Français », différence qui ne ressortait pas nécessairement aussi clairement au début.

  • 58 On la retrouve tout d’abord dans une pétition (1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312), pu (...)
  • 59 Pérusse utilise le mot « nation » ou l’expression « corps de nation » dans une dizaine de lettres (...)
  • 60 On retrouve de nombreuses mentions dans les actes de baptêmes, mariages et sépultures et dans la c (...)
  • 61 1786-01-10 ; AD Ille-et-Vil. C 2453.

25L’augmentation parallèle de l’utilisation de « nation » et de « corps » implique également très clairement une notion de solidarité entre les membres de ce corps. Il faut souligner à ce sujet qu’une partie seulement des Acadiens semble avoir revendiqué une appartenance forte à ce syndicat, cette association, qui se met en place pour promouvoir les intérêts communs. En effet, on observe le déplacement géographique de l’expression « corps de nation » qui suit, comme à la trace, la communauté. Alors que l’expression connaît une première vogue dans la région de Saint-Malo58, on observe ensuite qu’elle est fréquemment employée en lien avec le groupe acadien déplacé dans le Poitou59 puis à Nantes60. Après le départ du gros contingent d’Acadiens vers la Louisiane, « nation » ne revient plus qu’à une seule reprise61, et, associé à « corps », disparaît entièrement de la documentation, ce qui témoigne bien du lien établi entre le groupe principal acadien et ces termes. C’est donc certainement le départ de 1785 qui explique la décroissance, puis l’arrêt presque complet de l’emploi de « nation ». Les Acadiens restés en France après 1785 ne revendiquent plus leur appartenance à un groupe à part, ce qui témoigne certainement de leur volonté d’intégration ou de leur trop grande faiblesse numérique pour pouvoir toujours prétendre représenter un corps.

  • 62 1773-07-22a ; Lemoyne au Contrôleur général Terray, 22 juillet 1773, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383- (...)
  • 63 1773-02-15a ; Commentaires de Lemoyne en marge d’un mémoire de Pérusse « Idée de l’établissement p (...)

26Il est enfin à remarquer que, bien qu’il soit employé relativement couramment, le terme « nation » suscite initialement des réactions vives de Lemoyne62. Cependant, comme nous l’avons vu, le commissaire n’hésite pas à utiliser le mot lui aussi à plusieurs reprises dans sa correspondance avec diverses personnes et y compris avec les ministres les plus importants de l’État. Quelque temps auparavant, Lemoyne avait déjà mis en garde le gouvernement contre le regroupement des Acadiens, craignant explicitement que cela puisse les conforter dans leur revendication de former une nation à part63. Necker reprendra à son compte l’indignation de Lemoyne et préconisera la dispersion des Acadiens sur le territoire métropolitain pour « casser » ce « corps de nation ». Les problèmes de terminologie et de définition du groupe acadien sont donc intimement liés à la problématique du regroupement ou de la dispersion des Acadiens : démembrer le corps paraît à Lemoyne puis à Necker la seule solution pour dissoudre la nation. En revanche, la revendication des Acadiens de former un « corps de nation » préoccupe peu les divers ministres qui se succèdent avant Necker, lesquels ne réagissent pas aux remarques de Lemoyne et persistent au contraire dans leur volonté de regrouper les Acadiens.

Des étrangers dans leur patrie ?

27La revendication croissante des Acadiens de former un groupe quelque peu à part ou l’évolution parallèle de la perception de l’administration entraînent-elles un rejet des Acadiens hors de la catégorie des Français à part entière ? Autrement dit, les réfugiés furent-ils considérés comme des « naturels français », pour utiliser la terminologie de l’époque, ou au contraire comme des étrangers ? La réponse n’est pas aussi évidente qu’elle peut le paraître.

  • 64 Bougainville à son frère, 7 novembre 1756 (transc.), Musée de la civilisation, dép. du Séminaire d (...)

28En 1756, Bougainville, dans une lettre bien connue outre-Atlantique, comparant Français et Canadiens, s’exclamait : « Il semble que nous soyons d’une nation différente, ennemie même64 ». A fortiori les Acadiens pouvaient-ils paraître encore plus « différents » des Français que les Canadiens, puisqu’ils vivaient sous régime britannique depuis 1713 et que le lien avec la France n’était maintenu que par quelques missionnaires et des relations régulières, mais rares, avec des Français de l’île Royale. Si l’opinion de Bougainville était répandue parmi le reste de l’administration coloniale française, est-il possible, tout d’abord que les Acadiens aient été considérés, à leur arrivée en France, comme des personnes d’une « nation différente », comme des étrangers donc ? De fait, l’utilisation, à plusieurs reprises, de l’expression « non règnicole » pour désigner les Acadiens conduit à s’interroger sérieusement sur leur statut juridique.

Considérations juridiques

  • 65 Peter Sahlins, Unnaturally French: Foreign Citizens in the Old Regime and After, Cornell Universit (...)

29En droit, la plupart des Acadiens réfugiés en France sont dans une situation ambiguë puisqu’ils sont nés sur des territoires devenus britanniques en 1713. Également, nombre d’individus dont le gouvernement s’occupe dans les années 1773-1775 sont nés en Angleterre même, pendant la captivité qui suivit leur déportation. Dans certains cas, ce sont les grandsparents ou les arrière-grands-parents seulement qui sont nés en territoire français. Les Acadiens se trouvent de fait dans une situation encore plus équivoque que celle dans laquelle se trouvaient placés un grand nombre de règnicoles français devant le changement de souveraineté du territoire sur lequel ils vivaient. Cette situation est relativement courante aux XVIIe et XVIIIe siècles à cause des guerres incessantes, comme en témoignent les demandes de « déclarations de naturalité » qui avaient pour but de confirmer un statut dont la légitimité pouvait paraître fragile ou douteuse65. De nombreux individus, inquiets de ce qu’on pourrait arguer contre eux de leur naissance sur des territoires perdus par le royaume – notamment pour les empêcher d’hériter –, demandaient à ce que les doutes sur leur origine française soient levés.

  • 66 L’aubain est « l’étranger qui habite dans un pays où il ne s’est point fait naturaliser », selon l (...)
  • 67 Voir Peter Sahlins dans « La Nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en Franc (...)

30Le statut des Acadiens était donc précaire puisqu’en droit seules les personnes nées en France de père et mère règnicoles et résidant en France étaient considérées comme « naturels français ». Les autres étaient considérées comme aubains66 et subissaient diverses incapacités, notamment celle d’hériter. Certes, la jurisprudence avait établi – depuis l’arrêt Mabile en 1576 – que la filiation pouvait transmettre la naturalité, et quelques cas de filiation au second degré avaient été plaidés avec succès67. Mais il n’est pas garanti qu’une filiation au troisième degré ait été jugée acceptable.

  • 68 Ce sont les Acadiens qui ont choisi de quitter l’Acadie avant 1755 qui ont manifesté le plus grand (...)

31Il est également vrai que les Acadiens ont manifesté, aux yeux de l’administration française, un vigoureux « esprit de retour », ce qui constitue un point fondamental dans les jugements de l’époque pour l’attribution ou la reconnaissance de la naturalité. Mais même ce point n’est pas univoque. Ceux qui étaient appelés les Français neutres ont été déportés en 1755. De ce fait, donc, ils n’ont pas démontré leur désir de retourner avant la déportation. Ils ont semblé accepter le changement d’allégeance sans gros problèmes, ont même prêté divers serments sans manifester d’esprit de retour, sauf pour ceux qui, assez nombreux, choisirent vers 1750 de quitter l’Acadie continentale pour se réfugier à Louisbourg ou dans les îles Royale et Saint-Jean68. Ensuite, les Anglais ne leur ont guère laissé le choix de rester ou de partir ; ils ont donc manqué une nouvelle occasion de prouver positivement leur désir de retour. Enfin, les Acadiens, lors de leurs séjours dans les ports des deux côtés de la Manche, semblent se montrer ouverts à toute proposition et on ne peut plus hésitants sur le parti à prendre entre retourner en Acadie anglaise, se rendre en Louisiane espagnole ou choisir la France. C’est du moins ce que sous-entendent divers rapports et mémoires français, ou ce que révèle la crainte de l’administrateur de Saint-Malo de voir les Acadiens fuir à Jersey. Certes, les Acadiens ne cessent de proclamer leur allégeance au roi, autre motif susceptible de les faire considérer comme Français, mais ils sont peu crédibles pour les mêmes raisons que celles qui ont été évoquées ci-dessus à propos de l’esprit de retour.

Des « étrangers ? »

32Si l’on examine maintenant la terminologie administrative, les Acadiens sont à de nombreuses reprises, conformément à ce que l’on peut s’attendre au regard des éléments évoqués ci-dessus, désignés nominalement par l’adjectif ou le substantif « étrangers ». Il faut bien sûr être prudent dans l’interprétation de ce terme qui signifie, sous l’Ancien Régime, plus souvent une non-appartenance à une communauté qu’à un État.

  • 69 1766-08-00 ; AN Col B, vol. 124. À noter aussi que Lemoyne ne met pas totalement les deux groupes (...)
  • 70 1772-07-10 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 97-102. Dans une lettre ultérieure, Lemoyne emploie à nouvea (...)
  • 71 1767-10-22 ; SHM Brest 1 P 1/10 (1767), pièce 70 et 1766-11-25 ; SHM Brest 1 P 1/10 (1766), pièce (...)
  • 72 1767-10-26 ; AN Marine B3, vol. 572, fo 138.
  • 73 Voir par exemple 1772-04-11b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 49-53 et 1773-08-06 ; id., Annexes, 1er do (...)
  • 74 1763-07-31 ; 1764-01-27 ; 1764-02-21 ; 1764-04-07…, et d’autres. C’est aussi le cas du recteur de (...)
  • 75 Lamy à Warren (1765-03-30a ; Lanco, « Les Acadiens à Belle-Île-en-Mer », op. cit.).
  • 76 1774-07-20; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

33Dans la plupart des cas, il est très difficile, voire impossible, de savoir dans lequel des deux sens le terme est employé par le locuteur. Les cas douteux sont très nombreux. Ainsi, dans un mémoire de 1766, les Allemands et les Acadiens sont désignés ensemble par Lemoyne comme « étrangers69 ». Ailleurs, Lemoyne écrit que « ce qui arrête plusieurs gentilshommes est la crainte de confier leurs biens à des étrangers70 ». Même le ministre de la Marine entretient l’équivoque. Ainsi, à deux reprises au moins, en 1766 et 1767, il s’enquiert « des familles étrangères71 » dans l’attente d’un établissement dans différents ports. D’après le contexte, on peut être presque certain qu’il désigne dans ce cas les Acadiens. D’ailleurs, Mistral, commissaire au Havre, répond au ministre en précisant : « Il n’y a dans toute la Normandie aucune famille proprement étrangère. Toutes celles qui y sont proviennent de l’Amérique septentrionale72. » Dans certains autres cas, il paraît probable que le sens à accorder au mot « étranger » appliqué aux Acadiens est celui d’étranger à la communauté73. Ce sens se retrouve par exemple lors de l’afféagement de Belle-Île-en-Mer. Ainsi, Isambert, inspecteur du domaine de l’île, utilise-t-il le terme, à propos des Acadiens, à cinq ou six reprises74. L’aide-major du gouverneur de Belle-Île écrit : « Les colons des dites paroisses [Bangor et Locmaria], séduits par le mauvais exemple de ceux du Palais qui ont déclaré hautement à M. l’official qu’ils ne voulaient point céder leurs villages à des étrangers, se sont rétractés auprès de leurs recteurs, en tenant le même langage75. » Pérusse insiste quant à lui sur le fait que les Acadiens sont de « vrais étrangers sans protecteurs et sans appuis76 ».

  • 77 1772-07-01 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 112-116 ; « Nationaux », comme substantif, est inconnu du Di (...)

34Il arrive également que ce soit le sens d’étranger à l’État qui transparaisse. La nationalité est ainsi explicitement évoquée par un noble de province, Saint-Victour, qui oppose Acadiens et « nationaux77 ». D’autres documents témoignent du fait que certaines personnes considèrent les Acadiens comme juridiquement étrangers, ou au moins qu’ils ignorent leur statut. Ainsi, en réponse à des questions de Lemoyne sur la possibilité d’aliéner des terres du domaine royal en faveur des Acadiens, Duvonel, grand maître des Eaux et Forêts à qui le commissaire a expliqué la situation des Acadiens – qui sont dans le cas d’être indemnisés des pertes qu’ils ont subies en Acadie par fidélité au roi – précise alors :

  • 78 1772-11-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 168-172.

Si celui qui a mérité est étranger, la concession a communément pour objet non seulement de reconnaître les services qu’il a rendus à l’État, mais même de le fixer dans le Royaume. Cet étranger qui aurait des enfants se garderait bien de s’expatrier pour se fixer dans un État où l’on pourrait dépouiller lui et les siens des récompenses qui lui seraient accordées78.

35Il est évident que Duvonel ne fournit pas cette précision au hasard, mais bien parce que soit il est convaincu que les Acadiens sont des aubains, soit il n’est pas certain de leur statut et anticipe une question sur ce point. Ce qui est surprenant est l’évocation, plus loin dans le même texte, des « Acadiens, sujets du roi ».

Non-» règnicoles »

  • 79 Dictionnaire de l’Académie, IVe édition, 1762.

36Il ne fait donc pas de doute que, dans un certain nombre des exemples cités ci-dessus, ce soit bien le sens d’« étranger à l’État » qui est exprimé. Les Acadiens sont en outre identifiés dans d’autres textes comme n’étant pas règnicoles. Ce terme n’offre pas – en théorie – la double échelle d’interprétation d’« étranger » puisque les dictionnaires de l’époque précisent que le terme « se dit de tous les habitants naturels d’un royaume […] et s’emploie par extension, en parlant des étrangers à qui le roi accorde les mêmes privilèges79 » ; les Acadiens semblent donc explicitement rejetés hors de la catégorie des naturels français.

  • 80 1759-12-15 ; Berryer à l’abbé de l’Isle-Dieu, le 15 décembre 1759, AN Col B, vol. 110, fo 374/313.
  • 81 Voir par exemple ses échanges avec de Ruis, intendant à Rochefort, et notamment la réponse du 14 d (...)

37Mais, en pratique, règnicole est utilisé improprement : plusieurs correspondants paraissent ne pas bien maîtriser le sens de ce terme juridique. Le premier à appliquer ce substantif aux Acadiens est Berryer, alors ministre de la Marine, qui en 1759 l’emploie ainsi visiblement comme simple synonyme de « résident » : « Ces habitants [acadiens] ne doivent pas être regardés comme règnicoles en France ; ils n’y sont que passagèrement80 », écrit-il. Il est à peu près certain que Berryer – ou plutôt son commis – ne fasse alors que reprendre le mot « règnicole » d’une lettre de l’abbé de l’Isle-Dieu, lequel utilise probablement ce terme de manière inappropriée81.

  • 82 1763-05-19 ; Archives diocésaines de Coutances, 19 mai 1763 (AD Manche, Saint-Lô, 6 Mi 252 à 257).

38Le terme est employé à quelques autres occasions de manière tout aussi ambiguë. Ainsi trois autres occurrences du mot se retrouvent lors des procès-verbaux relatifs aux empêchements de consanguinité. Les Acadiens eux-mêmes prétendent à deux reprises n’être pas règnicoles et, dans un dossier, on retrouve même une double affirmation d’extranéité des Acadiens : « Les banques de France ne [peuvent] prêter leur ministère [aux Acadiens] ne pouvant instrumenter pour des étrangers qui ne sont pas règnicoles », estime ainsi l’évêque de Coutances82.

  • 83 1763-07-11a; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.
  • 84 1773-07-00a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

39On oppose encore les Acadiens aux règnicoles, manière très claire de les rejeter du côté des aubains, à deux autres reprises. Une lettre non signée, mais écrite probablement par l’un des subdélégués de l’intendant de Caen avance qu’« on prétend que ces gens [les Acadiens] sont plus actifs et plus industrieux que nous autres règnicoles83 ». Quant à Pérusse, souvent dithyrambique sur le patriotisme des Acadiens, il suggère en juillet 1773 à Terray que le roi autorise les Acadiens à jouir des « mêmes agréments et protections dont jouissent les règnicoles84 ».

Non-domiciliés, non-Européens

  • 85 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, 3 vol. 
  • 86 1772-12-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 257-258 ; 1772-06-01 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 84-88.
  • 87 1772-12-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 257-258 ; 1773-07-20b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 379-381. Le (...)
  • 88 1772-11-09 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 174-177.
  • 89 1773-04-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 312-318.
  • 90 Lemoyne explique la difficulté des Acadiens à travailler à cause de la préférence donnée « aux dom (...)
  • 91 Voir par exemple : 1774-05-06 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 591-595 ; 1773-06-20a ; 1773-09-30a, etc.

40Ce à quoi on oppose les Acadiens est parfois plus révélateur que ce à quoi on les identifie positivement. Pour désigner les habitants de la France par rapport aux Acadiens, il manque aux correspondants du XVIIIe siècle le mot « métropolitain ». Le mot « métropole », dans son sens courant actuel de « l’État considéré par rapport à ses colonies, à des territoires extérieurs », est utilisé pour la première fois par Montesquieu dans l’Esprit des lois en 1748. Cet emploi est cependant absent du dictionnaire de l’Académie de 1762 et n’apparaît jamais sous la plume des administrateurs. L’adjectif « métropolitain », dans ce même sens, est utilisé en 1777, mais est substantivé seulement plus tard85. Ce manque entraîne la nécessité pour les administrateurs de recourir à des périphrases et d’utiliser une série de synonymes qui témoignent de la difficulté à définir ce groupe particulier et de l’ambivalence qui les entoure. Ainsi, les Acadiens sont distingués tout simplement, et tout d’abord, des « non-Acadiens86 », ou des familles de l’Amérique septentrionale87. Les Acadiens sont encore opposés aux habitants des régions où ils sont réfugiés, par exemple aux Bretons et aux Normands88, ainsi qu’aux « gens du lieu même et aux anciens habitués89 » ou aux « domiciliés naturels90 ». Lemoyne oppose également de très nombreuses fois « Acadiens » à « Européens » ou « familles européennes91 ».

  • 92 « Ce dernier arrangement […] ferait planche pour toutes les veuves françaises isolées et même pour (...)
  • 93 Opposition à « familles nationales », 1772-04-23 ; puis à « métayers nationaux » (1772-07-01).
  • 94 1768-08-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.
  • 95 1772-11-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 219-223.

41Enfin, les Acadiens sont opposés à « Français92 », à « nationaux93 » et à « gens du pays94 ». Ainsi le commissaire de la Marine de Saint-Malo écrit-il en 1772 : « si on les [Acadiens] établissait dans les landes, il faudrait […] mettre à leur tête un cultivateur français95 ». L’opposition, ici, de « cultivateur français » à « cultivateur acadien » n’est pas à prendre dans un sens légal : de nos jours aussi il peut arriver de rencontrer une opposition entre les termes « Français » et « Guadeloupéen » ou « Corse », par exemple, alors que la nationalité de ces derniers ne fait aucun doute. On ne peut certes donc pas déduire de ces derniers exemples que les Acadiens ne sont pas légalement considérés comme « Français ».

42Il ne faudrait donc pas inférer de ce qui précède que les Acadiens sont incontestablement des étrangers non règnicoles aux yeux des administrateurs métropolitains. En effet, nous avons vu que le terme « étranger » qui leur est souvent accolé possède plusieurs échelles de signification encore au XVIIIe siècle. Il est souvent difficile pour nous de savoir à quel sens précis les correspondants renvoient, d’étranger à la région, la communauté, ou d’étranger au pays : à n’en pas douter certains des correspondants ne devaient pas vraiment le savoir non plus et surtout ne guère s’en préoccuper. Nous avons vu que le terme règnicole, ne renvoyant cette fois plus qu’à l’échelle étatique, donc théoriquement plus précis, ne l’était en fait guère plus, en pratique, sous la plume de non-juristes. En fait, si l’on étudie plus précisément les contextes d’utilisation des termes « étrangers » ou « non-règnicoles », il semble que ces désignations servent davantage à insister sur l’état de faiblesse et de vulnérabilité des Acadiens, pour obtenir une protection en leur faveur. Il s’agit encore une fois le plus souvent d’une rhétorique renvoyant non pas à une réalité juridique, mais à une stratégie d’imploration. C’est ce qui explique, par exemple, pourquoi les Acadiens eux-mêmes utilisent ces termes. De surcroît, on retrouve de manière encore plus fréquente, comme nous allons maintenant le voir, l’affirmation que les Acadiens sont bel et bien Français, ce qui prouve que leur statut juridique n’était pas véritablement remis en cause.

Ou d’authentiques Français ?

Le caractère français des Acadiens

  • 96 Il désigne successivement les Acadiens comme « Français » (1773-05-13a), « Français Acadiens » (17 (...)
  • 97 Ressortissant n’est employé que comme substantif et dans le sens moderne qu’au XXe siècle (DHLF).

43Bien que cela nous paraisse, à nous contemporains, entièrement contradictoire avec ce que nous venons de voir dans la précédente partie, dans certains cas le caractère français des Acadiens est en effet mis positivement en avant, parfois par les mêmes personnes que celles qui écrivaient que les Acadiens étaient « étrangers ». C’est ainsi que Lemoyne, qui désigne à plusieurs reprises les Acadiens comme étrangers, écrit en toutes lettres, à maintes occasions96, que les Acadiens sont bel et bien des ressortissants97 du pays. Dans une lettre au Contrôleur général, le 22 juillet 1773, transcrivant un dialogue qu’il rapporte avoir eu avec des chefs acadiens à Saint-Malo, il écrit :

  • 98 1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394.

[Je] leur dis que je ne connaissais les Acadiens que comme Français et non comme une nation étrangère, que je les regardais comme sujets du roi, soumis à son obéissance, et à ceux que Sa Majesté commettait pour exercer son autorité98.

  • 99 1773-01-19 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 251-252.

44Comment interpréter ces apparentes contradictions ? Tout d’abord, le contexte est primordial pour comprendre l’utilisation des termes : comme nous venons de l’expliquer, les Acadiens se présentent le plus souvent comme des étrangers ou comme une « nation étrangère » pour mieux implorer de la compassion et des secours. Dans l’exemple ci-dessus, Lemoyne cherche avant tout à exprimer son opposition aux Acadiens qui lui résistent ; il nie leur prétention à former une nation, tout comme celle de se présenter comme des étrangers, pour mieux tenter de les contraindre à rentrer dans la classe ordinaire : « Ces gens imaginent-ils qu’on veut faire d’eux des seigneurs, des gens riches au moins ? On veut leur donner de quoi travailler et les mettre au niveau des autres sujets du roi habitant la campagne et y gagnant leur vie à la sueur de leur corps. Rien de plus », écrit-il à une autre occasion99. Aux Acadiens, donc, qui demandent à jouir d’un statut particulier, celui d’une nation étrangère, il répond qu’il ne les considère pas autrement que des Français ordinaires. À d’autres occasions ou lorsqu’il s’adresse à d’autres correspondants, en revanche, Lemoyne pourra utiliser lui-même le terme étranger, ou le terme « nation ». Par ailleurs, il ne semble pas que, pour les interlocuteurs de l’époque, le problème de la naturalité des Acadiens ait été très important ; par conséquent, il est plausible qu’ils emploient les termes « Français » ou « étrangers » avec une certaine désinvolture.

  • 100 Voir ce qu’écrit par exemple le Marquis d’Argenson : « Image déplorable de 9 000 Français qui habi (...)
  • 101 « Les Acadiens, Français d’origine, ne sont en France que parce qu’ils n’ont jamais voulu manquer (...)
  • 102 1773-05-13a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326.
  • 103 1772-12-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 239-245.
  • 104 1763-02-17a (mémoire de Nivernais).
  • 105 Bureaux du contrôle général – 1782-04-05 ; AN F15 3495.
  • 106 1760-05-11 ; AN Marine B3, vol. 547, fo 121 – Ranché intendant [de Marine] au Havre, au ministre.
  • 107 1763-02-17c ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 336 : Nivernais emploie le terme « nati (...)
  • 108 1774-05-22a ; AN H14992 : Pérusse à Bertin.

45Malgré donc les exemples détaillés dans la précédente partie, l’impression dominante qui se dégage des documents est bien que les Acadiens sont authentiquement Français100 : ils sont désignés ainsi plusieurs fois par ce terme, souvent accompagné d’un adjectif qualificatif : « Français d’origine101 » ; « Français acadiens102 », « Français qui occupaient l’Acadie et l’île Saint-Jean103 », « Français neutres104 », « originaires français105 », « Français revenus de l’Acadie106 ». Ils sont aussi explicitement inclus dans les « nationaux » par le duc de Nivernais, ambassadeur de France en Angleterre107 et Pérusse parle également du « sentiment français » des Acadiens à la mort du roi Louis XV108.

  • 109 1772-11-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 168-172 ; fo 249-250 ; fo 239-245 et fo 174-177. La réalité (...)

46Par ailleurs, même si cela n’a qu’un lien indirect avec leur naturalité, les Acadiens sont en outre presque toujours présentés, on l’a vu plus haut, comme de bons catholiques, éminemment patriotes et cette vertu est rappelée dans pratiquement tous les documents les concernant. On précise qu’ils sont « sujets du roi », « fidèles, attachés à la patrie » ou « attachés singulièrement à [leur] religion et à [leur] prince », devant « regarder les autres sujets du roi comme leurs frères109 ».

  • 110 Peter Sahlins, professeur à l’Université de Californie, Berkeley. Communication personnelle (mars (...)
  • 111 Toutefois, si les Acadiens avaient été considérés comme ressortissants britanniques, ce que rien n (...)
  • 112 1778-03-13 ; MAE, contrôle des étrangers, 21.

47Dernier indice témoignant que les Acadiens sont bien considérés comme pleinement règnicoles : Peter Sahlins n’a retrouvé aucune demande de lettres ou de déclarations de naturalité provenant d’Acadiens, ce qui tend à montrer que ces derniers n’étaient pas considérés comme aubains110. Je n’ai jamais non plus retrouvé de procédure de saisie d’héritage dans les documents que j’ai pu consulter, procédures auxquelles étaient soumis obligatoirement tous les aubains du royaume. Il est vrai cependant que, les Acadiens ayant eu peu de biens, la probabilité qu’ils aient été soumis à l’aubaine était très faible. On ne retrouve toutefois pas non plus de saisies effectuées pour les riches Canadiens réfugiés en Touraine, ce qui confirme que les colons d’Amérique du Nord ne devaient pas rencontrer de problèmes de naturalité111. Enfin, j’ai effectué des recherches au ministère des Affaires étrangères, pour déterminer si, pour la période postérieure à 1750, certains Acadiens, ou Canadiens, avaient pu être considérés par les services du contrôle des étrangers comme relevant de leur compétence. Si des « Américains » ou un « Indien » figurent comme étrangers dans les papiers du service, je n’ai pas trouvé d’habitants de l’Amérique septentrionale, sauf un Canadien mentionné furtivement dans un rapport sur l’ambassadeur de Grande-Bretagne112.

Une assistance sans rapport avec la naturalité

  • 113 Cf. 1766-08-00 ; AN Col B, vol. 124.
  • 114 1774-03-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 573-590 et 1773-01-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 249-250. Cf (...)
  • 115 En fait, même dans ce cas, ce qui motive les secours, selon les explications de Lemoyne, est moins (...)

48Le versement de secours aux Acadiens et aux autres réfugiés de l’Amérique septentrionale pourrait également laisser penser que c’est parce qu’ils sont « Français » que les Acadiens sont secourus. En fait, les motifs qui sous-tendent ces secours sont peu ou pas liés à ces questions : ainsi des Allemands, appelés à la même époque pour peupler les colonies, notamment la Guyane, percevaient également des secours du roi113. Certes, selon Lemoyne, les Acadiens ont davantage droit aux secours que les Allemands ; mais les secours sont motivés, comme nous l’avons vu ci-dessus, par d’autres raisons que celles qui sont liées à la naturalité114. Les secours ne sont donc pas liés à des questions de nationalité, sauf sur un point : l’indemnisation des Acadiens pour les pertes subies, pertes qui sont souvent assimilées à un don de leurs possessions au roi de France. Cette fidélité au roi est, elle, bien liée à la notion d’allégeance115.

Un sujet sensible

49Plus probablement, cependant, il émane de la lecture de la correspondance échangée entre divers administrateurs et ministres en charge des réfugiés l’impression que les Acadiens étaient considérés comme des individus au statut particulier, servant la propagande monarchique, et dont il aurait été tabou ou inopportun de remettre en cause la naturalité. Une sorte d’autocensure semble traverser les textes sans qu’il soit facile de démêler ce qui relève du discours convenu et des opinions véritables des correspondants.

50De fait, la naturalité « française » des Acadiens, malgré les problèmes théoriques qu’elle pouvait poser, n’est que très rarement remise en cause ouvertement dans la correspondance administrative consultée jusqu’à ce jour. Au contraire, les textes, s’ils abordent rarement directement la question du statut des Acadiens, évoquent fréquemment leur fidélité pour le roi et la patrie et la sujétion des Acadiens au souverain. Aucun doute ne semble effleurer les administrateurs à propos du récit mythique de la déportation colporté partout et faisant la part belle au loyalisme français des colons. Même les élites agacées ou exaspérées par le comportement des Acadiens ne remettent jamais en cause ce récit fondateur.

Conclusion

Une ambiguïté sur la naturalité ?

  • 116 1772-09-05 ; Lemoyne à Guillot, 5 septembre 1772, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 120-124.

51Quel bilan tirer des diverses observations faites ci-dessus ? À y regarder de près, la naturalité des Acadiens est parfois équivoque, notamment lorsque les administrateurs utilisent l’expression « non-règnicoles » pour désigner les réfugiés, ou lorsqu’ils assimilent ces derniers à des étrangers : on voit clairement qu’ils sont assez difficiles à situer. L’impression dominante cependant est que la dichotomie entre « naturels Français » ou « règnicoles », d’une part, et « étrangers », d’autre part, est floue dans l’esprit des élites, quelques années seulement avant la Révolution et la naissance des nationalismes. Surtout, cette question ne préoccupe guère les interlocuteurs, même si le commissaire Lemoyne se pose au moins une fois ouvertement la question : « [Les Acadiens] sont-ils étrangers ou Français ? Je crois que ce n’est qu’à ce dernier titre qu’ils prétendent116. » La conclusion qu’il apporte renforce un faisceau d’indices allant tous dans le même sens : les Acadiens semblent avoir été considérés, la plupart du temps et par la plupart des administrateurs, comme d’authentiques règnicoles français.

Notes

1 Les lettres personnelles échangées par les Acadiens sont les seuls documents émanant directement des réfugiés. Mais les Acadiens n’y évoquent que peu leurs conditions de vie en France. À noter que quelques-uns d’entre eux, peu lettrés, passaient également par l’intermédiaire d’écrivains publics pour rédiger leurs lettres personnelles, comme en témoigne par exemple la missive de Jean-Baptiste Semer (cf. les commentaires introductifs à cette lettre dans mon article, « Une ultime revenante », Acadiensis. Revue d’histoire de la région atlantique, XXXIV, 2 (printemps 2005), p. 124-129).

2 Ces intermédiaires sont le plus souvent anonymes. On peut présumer qu’il s’agissait de fonctionnaires de la Marine, ou de prêtres bienveillants. Il est fort probable que ces intermédiaires utilisaient des manuels contenant des modèles de lettres (les Secrétaires).

3 Voir note 32, p. 411.

4 Cf. 1756-07-31 ; AN Col C11 A, vol. 87, fo 405-406. Il s’agit d’une lettre écrite par des Acadiens à leur abbé. Ce document a cependant peut-être été considérablement « retouché » par l’abbé de l’Isle-Dieu.

5 1757-09-21 ; CEA A 6 – 1 – 1.

6 On retrouve la revendication d’être « Français » dans pratiquement toutes les lettres écrites par ces Acadiens (voir les transcriptions de ces lettres dans Roy, Rapport, p. 617s).

7 1756-07-31; AN Col C11 A, vol. 87, fo 405-406. Daudin est alors déjà décédé.

8 1763-02-17a; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 340ss.

9 1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394.

10 Peter Sahlins, « La Nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en France sous l’Ancien Régime », Annales. Histoire, sciences sociales (septembre-octobre 2000), p. 1081-1108.

11 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312.

12 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.

13 1774-01-23a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 547-548.

14 Daniel Roche, France des Lumières, p. 291.

15 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.

16 1772-03-24 ; id.

17 1784-04-04 ; AGI, PPC, legajo 197, fo 954.

18 « Peuple » revient en tout dans une quinzaine de documents écrits par les Acadiens.

19 1783-07-12 ; MAE, Corresp. Pol., Espagne, vol. 611, fo 34.

20 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.

21 1763-10-30 ; AD Ille-et-Vil. C 5156. L’emploi du pluriel à cet endroit, comme plus haut lors de l’utilisation par Alexis Trahan de « nations acadiennes » également au pluriel, n’est peut-être pas insignifiant. Sur la différence à faire entre le peuple et les peuples, voir D. Roche, France des Lumières, p. 292 et 287.

22 On retrouve ce terme dans une petite dizaine de documents écrits par des Acadiens, et ce dès 1763.

23 Ce mot figure dans deux documents : 1772-10-11a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 181-182 et 1773-05-16 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1773), pièce 4.

24 La première utilisation, par un réfugié, de « nation » pour désigner le groupe acadien est attestée dans une pétition de Marguerite Granger à un intendant : « C’est avec la confiance la plus entière que je prends la liberté de m’adresser à votre grandeur, étant informée de votre justice et de votre bonté pour ma nation » (1771-07-20 ; CEA A9 – 2 – 7 – AD Morbihan Série E, Correspondance de Warren). Deux ans plus tard, une pétition écrite par l’abbé de Grandclos Mêlé au nom des Acadiens de Saint-Malo utilise à de nombreuses reprises ce mot ainsi que la formule « corps de nation » (cf. 1773-04-27a). Peu de temps après, c’est au tour d’un réfugié de Morlaix, Alexis Trahan, d’utiliser ce terme, curieusement, au pluriel. Il écrit à Lemoyne qu’il regrette d’avoir souffert « la misère pour tâcher de rendre service à la nations acadiennes » [sic] (1773-05-16 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1773), pièce 4). Enfin, la dernière occurrence avant 1775 provient du document où Lemoyne écrit que des Acadiens se sont présentés à lui en disant : « vous avez remis aux chefs de la nation » (1773-07-22a). Sur les quatre occurrences avant 1775, deux proviennent donc sans conteste d’Acadiens, et deux autres sont rapportées par des tiers.

25 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312. Tous les extraits ci-après sont tirés de ce même mémoire.

26 Cette notion de solidarité et de liens familiaux est exprimée dans d’autres documents : « Nous avons reçu dernièrement une liste venue de nos pères, nos frères, nos cousins germains » (1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90).

27 L’abbé Grandclos substantive peut-être le terme employé par Berryer dans une lettre à l’abbé de l’Isle-Dieu, dont il avait probablement eu une copie : « ces habitants ne doivent pas être regardés comme règnicoles en France ; ils n’y sont que passagèrement » (1759-12-15 ; AN Col B, vol. 110, fo 374/313).

28 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312.

29 En incluant dans le décompte l’expression « corps de nation » mais sans compter les occurrences dans les actes de catholicité. On trouve « nation » dans 60 documents pour la période antérieure à 1790, mais le terme est aussi employé pour désigner d’autres groupes que les Acadiens, et en particulier les groupes nationaux français et anglais. Plusieurs correspondants utilisent ainsi plusieurs fois « nation française » et « anglaise ». Dans les textes consultés, nation désigne aussi parfois, plus rarement, les habitants d’une province, comme ceux du Limousin (1772-11-03), ou les Corses (1769-08-25b), ou même un Canadien (cf. « Déposition et rapports faits par un Canadien de nation nommé François Mercier », du 1755-12-01). Lorsqu’on élimine ces différentes utilisations du mot, il reste 37 documents dans lesquels « nation » est utilisé pour désigner les Acadiens. Sur le total des 60 occurrences, on constate que 20 documents sont antérieurs à 1770, soit 33 %. Si l’on prend les occurrences désignant les Acadiens, on obtient un rapport de 4 documents avant 1770 et 33 après, soit une proportion d’environ 10 % des occurrences avant 1770. Mais l’on ne peut guère tirer de conclusion de ces résultats dans la mesure où j’ai sélectionné un certain nombre de documents précisément en raison de leur emploi du terme.

30 Soit un quart de ceux comportant le mot « nation ».

31 1773-04-27a ; AN H14992.

32 J’ai consulté en effet beaucoup plus de documents que ceux qui sont retranscrits dans la base de données, laquelle n’est qu’une sélection de documents répondant à mes divers questionnements (www.septentrion.qc.ca/acadiens). Une présentation des principales caractéristiques est disponible sur le site.

33 À l’exception de l’abondante documentation sur Belle-Île (AD Ille-et-Vil., Rennes, Série C) dans laquelle je n’ai pu faire que des sondages. Le terme ne figurait quasiment jamais dans cette série et il n’a, de façon certaine, pas du tout la même fréquence d’utilisation que dans les textes postérieurs à 1772, où il revient beaucoup plus souvent.

34 Saint-Malo (293 actes), Nantes (80) et Châtellerault (45). La plus grosse partie des actes de mariages d’Acadiens ont été publiés par Robichaux dans The Acadian Exiles in Saint-Malo, op. cit. ; The Acadian exiles in Nantes, op. cit. ; The Acadian Exiles in Châtellerault, op. cit. Braud a retrouvé une quarantaine d’actes supplémentaires à ceux qui ont été recensés par Robichaux pour Nantes. Les actes transcrits par Robichaux sont traduits en anglais, littéralement. J’ai retenu l’utilisation du terme « of acadian nationality ». Je ne possède pas d’information sur l’utilisation du terme « nation » pour les mariages à Boulogne-sur-Mer, à Morlaix et à Belle-Île. En ce qui concerne Cherbourg, les demandes de dispense de consanguinité n’utilisent jamais ce terme. Enfin à Rochefortsur-Mer, Jacques Nerrou n’a retrouvé aucune indication du terme « Acadien de nation » lors de ses dépouillements (communication personnelle).

35 Damien Rouet (« Diaspora et représentations, le cas des refugiés acadiens en France », Études canadiennes, no 58, automne 2005) note la mention en 1754 à Montréal d’un nommé Dominique Gallant, « Acadien de nation », lors d’un contrat d’engagement en qualité de voyageur. Rouet ajoute avoir retrouvé ce terme dans des registres paroissiaux et les actes notariés dans le Poitou. Ainsi dans un acte il est fait référence au Sr Charles Hébert et sa femme, de « nation acadienne » (1er octobre 1773, notaire De Montigny à Monthoiron ; archives privées – Vouneuil).

36 J’exclus ici du calcul les actes de mariages.

37 J’additionne ici les occurrences de « nation » et de « corps de nation » et je ne tiens pas compte des actes de baptêmes, mariages et sépultures.

38 Données transmises par M. Jacques Nerrou, que je remercie.

39 Le terme revient à 12 reprises dans Albert J. Robichaux, The Acadian Exiles in Nantes 1775-1785, Harvey, Louisiana, A. J. Robichaux, 1978. Par ailleurs, G.-M. Braud, à ma sollicitation, a entrepris des recherches sur les actes de tous types (baptêmes, mariages et sépultures) à Nantes. Sur environ 400 actes pour la paroisse Saint-Martin, il a retrouvé une trentaine d’actes portant la mention de « Acadien de nation » (courriel du 5 avril 2005).

40 Dans un contrat d’engagement d’un Acadien à Montréal en 1755, signalé à la note 35, ainsi que dans l’acte de mariage de Charles Guedry et Agnes Bourg, Saint-Suliac, 13 janvier 1761, « the newly married were of Acadian nationality ».

41 La formule est employée par Lescoët Barbier, administrateur travaillant pour les États de Bretagne (1763-10-31b), par Choiseul (1764-08-10) puis par la commission des États de Bretagne (1766-00-00d).

42 Choiseul, en 1764, écrit par exemple : « j’approuverais, si les femmes acadiennes enceintes que vous avez fait embarquer sur le navire Le Postillon pour Cayenne veulent absolument rester en France, que vous les fassiez remplacer ainsi que leur mari par un certain nombre de personnes de la même nation que vous prendrez parmi celles qui sont restées à Morlaix » (1764-08-10 ; AN Col B, vol. 120, fo 278).

43 1778-06-00 ; Mémoire anonyme, juin 1778, MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7.

44 1769-08-25c et 1771-05-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 36-44.

45 1771-05-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 36-44/26.

46 « Je prends la liberté de m’adresser à votre grandeur étant informé de votre justice et de votre bonté pour ma nation » (1771-07-20 ; CEA A9 – 2 – 7 – AD Morbihan Série E, Correspondance de Warren).

47 1772-10-23b ; 1772-10-31b ; 1772-11-22 ; 1772-11-17.

48 1772-10-19 ; AN H14992. Ménétra utilise pratiquement la même expression (Journal de ma vie, op. cit., p. 197).

49 1773-02-15a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286.

50 1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312.

51 1773-05-13a ; 1773-07-21c ; 1773-10-12b ; 1773-05-16. Par ailleurs, si l’on en croit le témoignage de Lemoyne, c’est comme « nation » que les Acadiens se présentent à lui à Saint-Malo (1773-07-22a).

52 1775-07-29a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

53 1778-03-01 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1021 et 1778-04-25 ; AN Col F2B Commerce des Colonies – MG1 18, vol. 3, carton 6, série F2B (transc., Mi C – 3056).

54 1784-06-26a ; MAE Corresp. Pol., Espagne, vol. 613, fo 108.

55 Christopher Hodson, Refugees: Acadians and the Social History of Empire, 1755-1785, thèse de doctorat (histoire), Northwestern University, 2004, chapitre 5; Gail Bossenga, « Status, Corps and Monarchy: Roots of Modern Citizenship in the Old Regime », dans Robert Schwartz et Robert Schneider, ed., Tocqueville and Beyond: Essays on the Old Regime in Honor of David D. Bien, Newark, University of Delaware Press, 2003; David Bell, The Cult of the Nation in France, op. cit.

56 G. M. Braud note que le rôle des prêtres a été important, puisque pratiquement tous les actes utilisant le terme « Acadien de nation » sont rédigés par un même recteur, « principal propagandiste » de la formule selon G.-M. Braud (courriel du 5 avril 2005). Sur une trentaine d’occurrences d’« Acadien de nation », 24 sont de ce recteur et trois de son vicaire. Dans les autres paroisses, la formule est pratiquement inusitée.

57 Jacques Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 43 (1971), p. 481-501 (p. 491).

58 On la retrouve tout d’abord dans une pétition (1773-04-27a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 307-312), puis dans de nombreuses lettres de Guillot et Lemoyne.

59 Pérusse utilise le mot « nation » ou l’expression « corps de nation » dans une dizaine de lettres et l’on constate au moins une occurrence dans un acte notarié (cité note 35, p. 411).

60 On retrouve de nombreuses mentions dans les actes de baptêmes, mariages et sépultures et dans la correspondance du Contrôleur général relative aux Acadiens séjournant dans cette ville. G.-M. Braud, De Nantes à la Louisiane, l’histoire de l’Acadie, l’odyssée d’un peuple exilé, Ouest éditions, 1994, p. 59.

61 1786-01-10 ; AD Ille-et-Vil. C 2453.

62 1773-07-22a ; Lemoyne au Contrôleur général Terray, 22 juillet 1773, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394 : Lemoyne écrit que les Acadiens se sont présentés devant lui en disant « Vous avez remis aux chefs de notre nation… », mais qu’il les a interrompus aussitôt : « [Je] leur dis que je ne connaissais les Acadiens que comme Français et non comme une nation étrangère, que je les regardais comme sujets du roi, soumis à son obéissance, et à ceux que Sa Majesté commettait pour exercer son autorité ».

63 1773-02-15a ; Commentaires de Lemoyne en marge d’un mémoire de Pérusse « Idée de l’établissement proposé pour 2000 Acadiens sur ses terres » du 15 février 1773, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286 et id., annexes, 1er dossier.

64 Bougainville à son frère, 7 novembre 1756 (transc.), Musée de la civilisation, dép. du Séminaire de Québec, fonds Henri-Raymond Casgrain, P14/0-0415, p. 13.

65 Peter Sahlins, Unnaturally French: Foreign Citizens in the Old Regime and After, Cornell University Press, January 2004; Jean-François Dubost et Peter Sahlins, Et si on faisait payer les étrangers? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Paris, Flammarion, 1999.

66 L’aubain est « l’étranger qui habite dans un pays où il ne s’est point fait naturaliser », selon le Dictionnaire de l’Académie, IVe édition, 1762.

67 Voir Peter Sahlins dans « La Nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en France sous l’Ancien Régime », Annales : Histoire, sciences sociales (septembreoctobre 2000), p. 1081-1108.

68 Ce sont les Acadiens qui ont choisi de quitter l’Acadie avant 1755 qui ont manifesté le plus grand esprit de retour. Certains de ces Acadiens se sont réfugiés à l’île Royale, mais les déportés de cette île furent indemnisés en métropole moins généreusement que les Acadiens proprement dits. Il y a donc un certain paradoxe, qui ne semble pas avoir frappé les contemporains, à ce que ce soient a priori les plus fidèles sujets du roi – ceux, du moins, qui choisirent de quitter librement l’Acadie avant la déportation – qui furent le moins bien indemnisés.

69 1766-08-00 ; AN Col B, vol. 124. À noter aussi que Lemoyne ne met pas totalement les deux groupes sur le même plan puisqu’il fait une distinction, entre les Allemands et les Acadiens, à cause de la religion réformée d’une partie des premiers.

70 1772-07-10 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 97-102. Dans une lettre ultérieure, Lemoyne emploie à nouveau le terme sans qu’il soit possible de savoir à quelle échelle il renvoie. 1773-05-13a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326.

71 1767-10-22 ; SHM Brest 1 P 1/10 (1767), pièce 70 et 1766-11-25 ; SHM Brest 1 P 1/10 (1766), pièce 72.

72 1767-10-26 ; AN Marine B3, vol. 572, fo 138.

73 Voir par exemple 1772-04-11b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 49-53 et 1773-08-06 ; id., Annexes, 1er dossier : Mémoire et lettres de 1766 à 1774, fo 22s.

74 1763-07-31 ; 1764-01-27 ; 1764-02-21 ; 1764-04-07…, et d’autres. C’est aussi le cas du recteur de Bangor, Le Sergent (1766-05-00a).

75 Lamy à Warren (1765-03-30a ; Lanco, « Les Acadiens à Belle-Île-en-Mer », op. cit.).

76 1774-07-20; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

77 1772-07-01 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 112-116 ; « Nationaux », comme substantif, est inconnu du Dictionnaire de lAcadémie de 1762 ainsi que du Trévoux. Le Dictionnaire historique de la langue française (DHLF) note « Les ressortissants d’une nation reçoivent le nom de “nationaux” […] en 1769 ». Le texte de Saint-Victour date de 1772, soit seulement trois ans après la première attestation du mot dans le DHLF.

78 1772-11-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 168-172.

79 Dictionnaire de l’Académie, IVe édition, 1762.

80 1759-12-15 ; Berryer à l’abbé de l’Isle-Dieu, le 15 décembre 1759, AN Col B, vol. 110, fo 374/313.

81 Voir par exemple ses échanges avec de Ruis, intendant à Rochefort, et notamment la réponse du 14 décembre 1759 (1759-12-14 ; AN Col B, vol. 110) qui reprend de nombreuses phrases de la lettre originale de Ruis (1759-12-06 ; SHM Rochefort, 1 E 415, no 726). Il est à noter par ailleurs que l’abbé de l’Isle-Dieu estime que les Acadiens ne sont pas « Français d’origine » dans une lettre postérieure puisqu’il évoque « l’impossibilité où [les Acadiens] se trouveraient […] de s’allier […] avec des Français d’origine ». 1769-03-14 ; Vatican Archives de la Sacrée Congrégation de la Propagande, Series Congressi : America Settentrionale, 6 – ANC, MG 17 – A 25 (Mi orig. K – 234).

82 1763-05-19 ; Archives diocésaines de Coutances, 19 mai 1763 (AD Manche, Saint-Lô, 6 Mi 252 à 257).

83 1763-07-11a; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.

84 1773-07-00a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

85 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1998, 3 vol. 

86 1772-12-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 257-258 ; 1772-06-01 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 84-88.

87 1772-12-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 257-258 ; 1773-07-20b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 379-381. Les familles de l’Amérique septentrionale sont les familles provenant de l’île Royale et du Canada. Le terme est très mal choisi puisque les Acadiens sont eux aussi des familles originaires d’Amérique du Nord.

88 1772-11-09 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 174-177.

89 1773-04-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 312-318.

90 Lemoyne explique la difficulté des Acadiens à travailler à cause de la préférence donnée « aux domiciliés naturels qui en cette qualité doivent avoir la préférence et l’ont en effet » (1772-05-09b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 77-78).

91 Voir par exemple : 1774-05-06 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 591-595 ; 1773-06-20a ; 1773-09-30a, etc.

92 « Ce dernier arrangement […] ferait planche pour toutes les veuves françaises isolées et même pour les hommes d’Europe qui auraient épousé les Acadiennes » (1773-06-20d ; Lemoyne à de Boynes). Voir aussi les lettres suivantes : 1775-12-26 de l’intendant de Caen ; 1785-05-03 de Blondel ; 1774-06-08b de Pérusse.

93 Opposition à « familles nationales », 1772-04-23 ; puis à « métayers nationaux » (1772-07-01).

94 1768-08-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.

95 1772-11-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 219-223.

96 Il désigne successivement les Acadiens comme « Français » (1773-05-13a), « Français Acadiens » (1773-05-13a) ou « Français d’origine » (1774-03-00).

97 Ressortissant n’est employé que comme substantif et dans le sens moderne qu’au XXe siècle (DHLF).

98 1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394.

99 1773-01-19 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 251-252.

100 Voir ce qu’écrit par exemple le Marquis d’Argenson : « Image déplorable de 9 000 Français qui habitaient les parties de l’Acadie prétendues par les Anglais et qu’ils nous ont prises […]. Ils cherchent à revenir chez nous » (1756-02-18 ; Marquis d’Argenson, Journal et Mémoires, Rathéry, 1864). Voir aussi 1773-05-13a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326.

101 « Les Acadiens, Français d’origine, ne sont en France que parce qu’ils n’ont jamais voulu manquer à la fidélité qu’ils s’étaient juré de conserver au roi » (1774-03-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 573-590).

102 1773-05-13a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326.

103 1772-12-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 239-245.

104 1763-02-17a (mémoire de Nivernais).

105 Bureaux du contrôle général – 1782-04-05 ; AN F15 3495.

106 1760-05-11 ; AN Marine B3, vol. 547, fo 121 – Ranché intendant [de Marine] au Havre, au ministre.

107 1763-02-17c ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 336 : Nivernais emploie le terme « nationaux » pour désigner les Français nés en France ou dans les colonies.

108 1774-05-22a ; AN H14992 : Pérusse à Bertin.

109 1772-11-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 168-172 ; fo 249-250 ; fo 239-245 et fo 174-177. La réalité du patriotisme des Acadiens est très difficile à évaluer. Cette volonté d’être plus royaliste que le roi ou plus Français que les Français se traduit peut-être par le caractère exceptionnel – selon divers observateurs – de la dévotion des Acadiens au souverain. Cette ferveur fut remarquée en particulier au moment de la mort de Louis XV, alors que le reste de la France a accueilli la nouvelle dans l’indifférence presque générale. Les Acadiens manifestèrent à cette occasion un « sentiment français » qui fut noté par plusieurs témoins (Pérusse à Bertin, Archives départementales de la Vienne J dép. 22, art. 124-1, le 22 mai 1774 ; Affiches du Poitou, 7 juillet 1774, Bibliothèque municipale de Poitiers, B. P. 403, 6 vol. in-4°, cité par Ernest Martin, Les Exilés, op. cit., p. 186, note 1).

110 Peter Sahlins, professeur à l’Université de Californie, Berkeley. Communication personnelle (mars 2004) après recherche dans les données lui ayant servi à écrire son livre Unnaturally French (op. cit.), comprenant environ 6 000 lettres de naturalité (délivrées entre 1660 et 1789) conservées aux Archives nationales dans la série 01. Idem pour le dossier AN M 1031 du ministère de la Marine qui contient environ 80 lettres de naturalisation de colons (pratiquement tous des Antillais).

111 Toutefois, si les Acadiens avaient été considérés comme ressortissants britanniques, ce que rien n’indique, l’Encyclopédie précise que « les Anglais sont exempts du droit d’aubaine, au moins pour ce qui est mobilier, en vertu de l’article 13 du traité d’Utrecht » (Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, 1751 ; article « Aubain »).

112 1778-03-13 ; MAE, contrôle des étrangers, 21.

113 Cf. 1766-08-00 ; AN Col B, vol. 124.

114 1774-03-00 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 573-590 et 1773-01-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 249-250. Cf., chapitre VI, p. 125.

115 En fait, même dans ce cas, ce qui motive les secours, selon les explications de Lemoyne, est moins l’allégeance ou la fidélité au roi en tant que telle que l’indemnisation des pertes subies. C’est ce qui explique par exemple l’indemnisation et le suivi plus systématique et plus long des Acadiens par rapport aux Canadiens et aux réfugiés de l’île Royale, qui, selon Lemoyne, ont été compris dans la capitulation et ont donc pu conserver leurs biens (dans le cas de Louisbourg, la place ayant été rasée, les habitants n’ont évidemment pas pu sauver leurs maisons).

116 1772-09-05 ; Lemoyne à Guillot, 5 septembre 1772, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 120-124.

Table des illustrations

Légende figure 4Nombre de documents dans lesquels on trouve au moins une occurrence de la formule « corps de nation » ou du terme « nation » pour désigner les Acadiens
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende figure 5Fréquence d’utilisation des termes « nation » ou « corps de nation » par rapport aux documents transcrits dans la base de données36
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende figure 6Proportion cumulée de documents utilisant le mot « nation » pour désigner les Acadiens (pour cent documents) en excluant les actes de baptêmes, mariages et sépultures
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540