Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Première partie. Rassembler ou disperser ? Les projets d’établissement

Chapitre V. Les projets d’établissement : fixer les Acadiens en France (1772-1785)

Texte intégral

Attacher les Acadiens à la glèbe

  • 1 1772-03-20 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1772) pièce 20. Il s’agit probablement d’une proposition d’aller (...)
  • 2 1773-04-18a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 302-304. Lemoyne craint que les habitants des colonies ne s (...)

1Un tournant s’opère dans l’attitude gouvernementale vers le milieu de l’année 1772, lorsque l’établissement des Acadiens fait l’objet d’une discussion devant le Conseil du roi. Il est malaisé de déterminer les causes exactes du retour sur le devant de la scène de la question acadienne, après la période de grande passivité observée ci-dessus. On peut cependant conjecturer qu’une crise était sur le point de se produire. Quelques semaines avant cette réunion du Conseil, le commissaire de la Marine à Saint-Malo avait intercepté une lettre provenant de Jersey qui préconisait aux Acadiens de déserter la France et de retourner dans les colonies anglaises de l’Amérique du Nord1. L’interception de la lettre, selon l’opinion du ministre, semblait avoir fait échouer ce projet, mais le gouvernement était préoccupé par la crainte d’une fuite massive des Acadiens hors de France, synonyme d’échec honteux pour la diplomatie française et perte conséquente pour le royaume2.

  • 3 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.
  • 4 1771-07-15 ; Archives du Séminaire des Missions étrangères et 1771-08-20.
  • 5 Lemoyne propose au début de 1772 d’établir les Acadiens près de Blaye (1772-02-08a), dans le Limou (...)
  • 6 1772-06-18 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 94-96.

2De plus, quelques jours après l’interception de cette lettre, les Acadiens envoyaient une pétition pour demander à passer en Louisiane3. Ce n’était pas la première fois qu’une telle requête parvenait au ministre, mais c’était probablement la première pétition qui lui fut directement adressée en ce sens. Elle montrait clairement au ministre que le problème de leur insertion ne se résoudrait pas de lui-même. L’idée d’établir les Acadiens en Corse était au point mort : un an auparavant, Le Loutre était passé à Compiègne en route pour l’île de Beauté, accompagné de quatre chefs acadiens. Il avait dîné avec de Boynes, mais le projet avait été, depuis, mis de côté en raison de sa complexité4. Par ailleurs, les projets soumis peu de temps auparavant par le commissaire Lemoyne se révélaient les uns après les autres impossibles à réaliser, du fait des complexités multiples des droits coutumiers5. La lenteur administrative à tous les niveaux finit par décourager certains gentilshommes de province qui étaient a priori disposés à accueillir des Acadiens. Le comte de Closnard se désiste car il appréhende que les réfugiés, protégés par le gouvernement, ne mettent « pas de bornes à leurs prétentions ». Il craint leurs plaintes fréquentes et « que sa tranquillité ne fut sans cesse troublée6 ».

  • 7 Pour davantage de détails, voir les fiches 1772-07-00a et 1772-07-00b de la base de données en lig (...)
  • 8 La répétition d’une erreur sur le nom du ministre Bertin, épelé « Berton » par Papuchon en 1905, é (...)
  • 9 En raison de leur indisponibilité aux Archives nationales, je n’ai malheureusement pas pu consulte (...)
  • 10 1772-09-00 ; voir aussi le mémoire datant de juillet 1774 (1774-07-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Ann (...)

3Différents éléments se conjuguent donc pour inciter l’un ou l’autre des ministres à proposer au Conseil de laisser partir les Acadiens en Louisiane, plutôt que de les laisser s’enfuir clandestinement en Acadie ou qu’ils continuent pendant des années à grever le budget. La chronologie et l’enchaînement des faits ne sont pas très clairs et reposent sur un petit nombre de documents partiellement contradictoires7. Plusieurs historiens laissent entendre qu’une délégation d’Acadiens serait venue à Compiègne pour plaider directement auprès du roi. Toutefois, les informations de ces historiens sont à prendre avec précaution8. La date n’est pas non plus certaine9. Si tous les historiens qui ont relaté l’événement situent cette réunion en juillet 1772 – à la suite visiblement de plusieurs lettres postérieures du marquis de Pérusse d’Escars –, selon Lemoyne elle aurait eu lieu en septembre 1772. Le témoignage du commissaire est plus crédible que celui de Pérusse car sa correspondance avec Bertin ne commence qu’à la mi-septembre 1772. Il paraît peu probable que Lemoyne ait attendu deux mois avant d’écrire à Bertin alors que, désœuvré à Paris, il était pressé d’agir10. Voici le récit des événements tels qu’ils sont résumés dans un mémoire anonyme datant de juin 1778 :

  • 11 1778-06-00 ; MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7.

[…] En 1772, après cette tentative infructueuse en Corse, le ministère des Finances trouvait les Acadiens fort onéreux et les Acadiens s’affligeaient de se voir si longtemps à charge de l’État. Ils proposèrent qu’on leur permit d’aller s’établir sous la domination du Roi d’Espagne, soit à la Louisiane, soit à la Sierra Morena où on les désirait et le ministre des Finances qui se voyait par là débarrassé de 300 000 livres par an goûta fort ce projet. Il le proposa au Conseil et conclut pour l’acceptation. Tous les avis suivirent le sien, mais le Roi refusa de s’y rendre. Il voulut conserver les Acadiens dans son royaume et ordonna qu’on leur cherchât des établissements conformément à la promesse qui leur en avait été faite, et parût mécontent de ce qu’elle n’était pas effectuée depuis dix ans. L’intention de S. M. était de les attacher à la glèbe ; c’était ce qu’on leur avait promis ; c’était les rendre utiles et heureux en les rendant à leur occupation primitive, et c’était aussi le seul moyen de conserver la pureté des mœurs de cette excellente espèce d’hommes11.

  • 12 L’unique occurrence de cette expression se trouve dans un mémoire de Pérusse datant de janvier 177 (...)

4Il est intéressant de noter ici « l’intention du roi de les attacher à la glèbe ». Il est fort possible que ce soit cette expression même qui ait été employée par le roi car elle est notée par pratiquement tous les rapporteurs de cette réunion exactement dans les mêmes termes, et cette formule n’apparaît dans aucun document antérieur, sauf un12. L’utilisation de ce nouvel intitulé constitue-t-il un programme de changement de politique gouvernementale ?

  • 13 Dans le Dictionnaire de l’Académie, Le Trévoux précise : « Glèbe : motte de terre […]. En jurispru (...)
  • 14 1773-05-05 ; AN F15 3495.
  • 15 Dictionnaire de l’Académie : « Naturaliser. Donner à un étranger les mêmes droits & les mêmes priv (...)
  • 16 1773-02-00 ; AN H14992, no 649.

5La glèbe est un « fonds de terre auxquels les serfs étaient attachés et qu’ils devaient cultiver13 ». Le roi voulait-il faire des Acadiens des serfs ? Aucun document n’en atteste, et cela est très improbable alors même que Louis XV allait supprimer, en 1779, la mainmorte et la servitude personnelle dans ses domaines et qu’il n’y avait pratiquement plus de serfs en France à l’époque. Ajoutons – on l’a vu ci-dessus à propos du terme « règnicole » – que le vocabulaire juridique n’est pas toujours employé à bon escient, et qu’il ne faut pas chercher dans les propos apparemment tenus par le roi une précision extrême. Que pouvait donc signifier cette phrase programme ? Terray en donne une première interprétation, en écrivant à de Boynes : « Vous connaissez […] le désir que le roi a témoigné de leur [aux Acadiens] procurer des établissements qui en les attachant à la glèbe les fixe et les naturalise en France d’une manière également utile pour eux et pour l’État14. » Il est intéressant de remarquer ici l’emploi du terme « naturaliser », qui sous-entendrait que les Acadiens n’étaient pas vraiment considérés comme « Français ». Le terme « naturaliser » s’applique en effet clairement aux étrangers15. D’une manière assez évidente, il ne s’agit plus ici simplement d’un problème de distribution de terres ou d’accomplissement de promesses. La question de « l’intégration nationale » est clairement sous-entendue dans ce discours. L’autre thème important est celui de la « fixation ». À titre de nouvel exemple, un mémoire ultérieur précise en effet que la volonté de Sa Majesté « est qu[e] [les Acadiens] forment des établissements [dans le Poitou] qui les attachant à la glèbe fixeront à jamais leur état parmi ses autres sujets16 ».

  • 17 Les « sans aveux », les vagabonds, les colporteurs étaient considérés comme particulièrement sujet (...)
  • 18 Dictionnaire historique de la langue française : tenir à quelqu’un, à quelque chose, signifie, dep (...)

6Il n’est pas sûr cependant que le programme défini par les paroles du roi constitue une véritable rupture avec la politique antérieure, sauf peut-être en ce qui concerne l’emploi de ces termes qui ont pu rebuter encore un peu plus les Acadiens. En effet, les théories sur le nécessaire attachement des Acadiens n’étaient pas nouvelles. Nous avons déjà évoqué ci-dessus divers documents recommandant que les Acadiens ne s’habituent pas à une vie errante17. C’est notamment pour cette raison et pour assurer aux Acadiens un statut et une respectabilité que le gouvernement commanda à Belle-Île l’enquête orale connue sous le nom de « déclarations de généalogie » des Acadiens. Le problème du lien au sol est intimement lié à celui de la naturalité. Selon le Dictionnaire de l’Académie, « les nationaux tiennent à d’autres18 qui peuvent les secourir ; les étrangers ne tiennent à personne, il convient qu’ils tiennent au sol ». En d’autres termes, les étrangers doivent être attachés au sol pour se naturaliser, et c’est bien ce que préconise le texte cité ci-dessus. Concrètement et plus prosaïquement, il s’agissait d’abord de donner des terres aux réfugiés, et cela fut traduit par la mise en route du projet présenté par un particulier, le marquis de Pérusse d’Escars, lequel avait soumis antérieurement plusieurs propositions d’établissements.

Le projet de Pérusse d’Escars

  • 19 1772-01-09; AN H14992.
  • 20 1763-00-00a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-2.
  • 21 1763-06-15; AD Vienne 2J dép. 22, art. 124-2.
  • 22 En fait, certains de ces « Allemands » étaient des catholiques francophones provenant de la région (...)
  • 23 1770-00-00; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

7On ne connaît pas précisément les raisons qui firent que le projet de Pérusse trouva grâce aux yeux du ministère quand tant d’autres n’étaient restés qu’à l’état d’ébauches. Sans doute le marquis jouissait-il de puissants appuis auprès du gouvernement ; il connaissait également l’abbé Le Loutre et s’était entretenu plusieurs fois avec lui ; il prétend même avoir rencontré des Acadiens avant d’envoyer son premier mémoire19. Par ailleurs, Pérusse avait déjà accueilli sur ses terres quelques familles allemandes. Dès 1763, il avait sollicité du Contrôleur général, Bertin, une aide financière pour accueillir sur ses terres du Poitou ces étrangers20. Dans un mémoire le marquis ajoutait que les Allemands se plairaient sans doute sur place, car « l’Allemand catholique aime assez le Français21 ». Pérusse avait donc recruté, dès les années 1760, une douzaine de familles allemandes qui avaient accepté de venir défricher ses terres du Poitou22. Vers 1770, dans un nouveau mémoire, Pérusse préconisait à nouveau de faire venir encore davantage de personnes travailler sur ses terres. Certes, reconnaissait-il, « ces défrichements pourraient être faits par les vagabonds et mendiants valides ». Mais, Pérusse estimant que « ce genre d’hommes, accoutumés à une fainéantise de profession est toujours lâche, paresseux, sans courage, sans industrie, et sans émulation », ils ne pouvaient être utiles qu’à la seconde ou troisième génération. Pour lui, il ne fait pas de doute qu’il était beaucoup plus avantageux de faire venir des défricheurs étrangers : « l’Allemagne, la Suisse, la Hollande, la Flandre autrichienne, l’Écosse et l’Irlande peuvent en fournir abondamment23 ». C’est probablement en cherchant ces familles étrangères que Pérusse entendit parler des Acadiens. Sans doute eut-il vent des craintes du gouvernement de voir ces réfugiés émigrer hors de France, puisque le premier mémoire qu’il présente pour proposer ses terres joue précisément sur cette crainte gouvernementale et met en avant la position géographique du Poitou comme remède à l’émigration :

  • 24 1772-01-09 ; AN H14992.

Il me paraît en outre très intéressant à tous égards d’éloigner tous ces gens-là du bord de la mer. Plus ils regrettent leurs pays et les autres bonnes [ ?] colonies, moins il faut leur procurer le moyen de voir des gens qui en viennent journellement qui ne peuvent que leur donner de nouveaux regrets […] ; plus ils seront éloignés de la frontière et de la côte moins ils songeront à une nouvelle émigration qui même leur devient plus difficile24.

  • 25 1774-05-20b ; BN, Joly de Fleury no 1722, Commerce et Colonies, fo 187-191.

8En bref, son mémoire de janvier 1772 tomba à point : Bertin, alors directeur du bureau d’agriculture, avait déjà eu plusieurs fois affaire à lui. La demande des Acadiens de passer en Louisiane ravivait l’inquiétude du gouvernement et le sentiment d’urgence ; les autres projets d’établissement sur des terres de particuliers n’aboutissaient pas, et les perspectives d’établir les réfugiés sur des terres du domaine royal s’évanouissaient au fur et à mesure qu’on prenait conscience des problèmes juridiques insurmontables. Or, à partir du moment où le roi sembla s’intéresser personnellement à la question, il fallait trouver une solution à l’établissement des Acadiens. « Ce fut donc à cette époque, explique un mémoire ultérieur, que le feu roi parut mécontent de ce qu’on était encore à remplir les promesses qu’il avait permis qu’on leur fit en son nom et à exécuter les ordres qu’il avait donnés en leur faveur ; et d’après le mécontentement qu’il en témoigna à ses ministres on commença en 1773 l’établissement qui se fait pour eux en Poitou25. »

  • 26 1772-10-11a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 181-182.

9Comme pour l’établissement de Belle-Île-en-Mer, on ne s’attardera pas ici à détailler l’installation des familles acadiennes sur la Grand’ Ligne, puisque cet établissement est l’objet principal de l’ouvrage d’Ernest Martin et de la thèse de Damien Rouet. Le lecteur désireux d’avoir davantage de précisions pourra s’y reporter. Contentons-nous de résumer les faits marquants. Comme nous l’avons vu, la proposition de Pérusse d’Escars, datant de janvier 1772, est probablement débattue en juillet ou septembre de la même année au Conseil du roi. On propose alors en septembre à plusieurs députés acadiens de Bretagne, Alexandre Trahan, Pierre Henry et Alexandre Bourg, accompagnés de l’abbé Le Loutre, d’aller visiter les terres du marquis à proximité d’Archigny et de Monthoiron. L’abbé meurt cependant en cours de route. Au début d’octobre 1772, les trois députés écrivent au marquis que les terrains qu’ils ont vus, « qui ne sont composés que de brandes », leur « paraissent très ingrats », voire insalubres en raison des eaux stagnantes. Ils refusent donc catégoriquement son offre, afin « d’éviter les justes reproches que nos confrères pourraient nous faire dans ce cas et qui passeraient d’une génération à l’autre26 ».

  • 27 Sarcey de Sutières était directeur de l’École d’agriculture de Compiègne en octobre 1772, et il sé (...)
  • 28 1773-02-13b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 268.
  • 29 1773-02-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 269-270.
  • 30 Cf. ses remarques en marge du mémoire du 1773-02-15a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286.
  • 31 Le comte de la Marche, prince de sang, négocie avec le ministre de la Marine à l’insu du Contrôleu (...)
  • 32 1773-05-05 ; AN F15 3495.
  • 33 1773-05-22 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 333-337.
  • 34 1773-05-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 342-344.
  • 35 1773-06-04a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

10Dans les mois consécutifs, après cette première visite, on n’entend plus guère parler du Poitou. Lemoyne poursuit sa prospection à la recherche d’établissements qui lui semblent convenir davantage que celui qui est proposé par le marquis : il cherche en particulier à convaincre les Acadiens et Bertin d’accepter la proposition de son parent, le chevalier de la Borde, ou celle de son ami Saint-Victour, d’accueillir des familles sur leurs terres. Par ailleurs, Lemoyne n’a toujours pas abandonné l’espoir de placer les réfugiés sur le domaine royal, malgré la complexité extrême du droit régissant ces terres. Ces nouveaux projets échouent cependant tous les uns après les autres. Est-ce le commissaire qui relance finalement le projet du marquis ? C’est possible. Au début de février 1773, Lemoyne visite à Annel l’École d’agriculture dirigée par Sarcey de Sutières27, l’agronome pressenti par Pérusse pour superviser la mise en culture de ses terres d’Archigny28. Après ce déplacement, le commissaire paraît davantage convaincu que l’établissement est viable29, mais il suggère des modifications au projet du marquis30. Alors qu’entretemps des négociations sont en cours avec le ministère de la Marine et le comte de la Marche pour l’établissement de 80 familles acadiennes en Corse31, le projet poitevin est officiellement accepté par le ministre des Finances au mois de mai 1773. Ce dernier écrit à son homologue de la Marine : « je n’ai point trouvé de plan plus simple et plus propre à remplir les vues de sa majesté que celui [d’Archigny]32 » et un « projet d’établissement des familles acadiennes pour concilier les offres de M. le Marquis de Pérusse avec les intentions du ministère » est rédigé peu après par Destouches, secrétaire du Contrôleur général33. Les raisons précises du choix de Pérusse ne sont guère expliquées. Tout juste Terray mentionne-t-il à l’abbé de l’Isle-Dieu le fait que les divers projets de Lemoyne sont trop dispendieux par rapport à celui de Pérusse34. S’il semble bien que le plan du marquis ait été adopté par défaut, on doit noter que les opinions des Acadiens sur la qualité des terres, très clairement exprimées, ne sont absolument pas prises en compte. Quelques jours plus tard, Lemoyne reçoit instruction d’aller faire la tournée des ports du royaume où sont réfugiés des Acadiens pour les inciter à aller s’établir sur les terres du marquis et faire un recensement général des facultés de chacun, c’est-à-dire de distinguer ceux qui peuvent être utiles à l’agriculture, des autres35.

Résistance de Lemoyne

  • 36 Le comte de Closnard, propriétaire de vastes terrains dans des landes près de Bordeaux, se propose (...)
  • 37 1772-05-09a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 71-76.
  • 38 1772-10-19; AN H14992.

11Lemoyne se retrouve donc chargé de promouvoir auprès des Acadiens le projet de Pérusse. Or le commissaire n’est sans doute pas le mieux placé pour les motiver, tant il est lui-même à moitié convaincu seulement par les propositions de Pérusse. Sa défiance envers le projet semble provenir en partie de sa frustration de n’avoir pu placer les Acadiens ni sur les terres de ses parents et amis ni sur les terres du domaine royal, malgré les mois investis dans l’étude de la faisabilité de ces projets. En plus de souligner de manière flagrante son incapacité à trouver par lui-même des terres pour les Acadiens, Lemoyne se retrouve marginalisé dans ce nouveau dossier, puisque Pérusse en est le principal instigateur et entend bien diriger les affaires, jusqu’à administrer lui-même la solde, ce qui irrite particulièrement le commissaire. Mais ce dernier semble aussi avoir progressivement été convaincu de ce que le regroupement des Acadiens en un lieu donné n’était pas une bonne chose en soi. Il est intéressant de suivre le cheminement de Lemoyne, qui préfigure celui du gouvernement tout entier. Dans ses premiers mémoires à propos de la meilleure manière d’établir les Acadiens, Lemoyne semblait envisager de placer les Acadiens tous ensemble. Même s’il ne le dit clairement que dans un seul document, il le laisse entendre dans plusieurs autres. Ainsi, en mai 1772, il écrit qu’il a demandé à Closnard, un propriétaire souhaitant accueillir une soixantaine de familles acadiennes36, « que les familles alliées fussent à la suite les unes des autres parce qu’il conviendra de les placer ensemble le plus près qu’il sera possible37 ». Assez rapidement, cependant, Lemoyne commence à émettre des réserves à ce sujet. Les raisons précises de ce revirement ne sont pas connues, mais Lemoyne a été informé des mesures prises pour établir les Acadiens à Belle-Île, et a certainement eu vent des problèmes qui s’y étaient posés. Par ailleurs, il est également probable que Guillot l’ait averti des dangers et des inconvénients inhérents à un trop grand rassemblement d’Acadiens. Les deux commissaires étaient fort proches l’un de l’autre. Or Guillot écrit à Pérusse en octobre 1772 pour déplorer que les réfugiés, au nombre de 1800 dans la région de Saint-Malo, « commencent à faire corps, ce qui est un mal, car de là naissent les comités, les réflexions, etc.38 » Cette missive, écrite peu de temps après la première visite des terres du marquis par trois chefs acadiens, révèle un léger agacement du commissaire : c’est la première fois que des Acadiens refusent aussi catégoriquement une offre qui leur est faite. Guillot a tôt fait de mettre sur le compte du rassemblement des Acadiens en un « corps » l’affront fait au marquis, alors que les raisons de la résistance nouvelle des Acadiens sont peut-être à chercher ailleurs.

  • 39 1772-11-18b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 191-213. L’opinion de Lemoyne à ce sujet semble s’être renf (...)
  • 40 1772-11-18a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 188-190.
  • 41 C’est Guillot qui affirme le plus péremptoirement l’infériorité de la main-d’œuvre acadienne en éc (...)
  • 42 1773-02-15a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286.
  • 43 1773-06-04a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

12Quoi qu’il en soit, Lemoyne reprend rapidement à son compte cette idée que les Acadiens risquent de résister et de poser un nombre croissant de problèmes si on les laisse groupés. Peu de temps après la lettre de Guillot, Lemoyne se met à préconiser la dispersion des réfugiés. Le commissaire se retranche tout d’abord derrière les mêmes motifs que ceux qui ont été aperçus antérieurement lors de l’étude de l’établissement de Belle-Île-en-Mer. Ainsi, dans une lettre à Bertin, suggère-t-il de séparer les Acadiens pour ne pas créer d’agglomérat risquant de mécontenter les populations locales39. Dans une autre missive écrite à de Boynes le même jour, il préconise cette fois de séparer les Acadiens pour leur permettre d’apprendre les techniques de culture en France, en observant d’autres cultivateurs plus expérimentés qu’eux40. L’idée que les Acadiens sont de piètres cultivateurs contraste avec l’opinion des États de Bretagne ou du gouverneur de Belle-Île lors de l’établissement de réfugiés dans le Morbihan41. L’opinion de Lemoyne au sujet de l’inopportunité de laisser les Acadiens groupés se manifeste plus nettement encore quelques mois plus tard, dans ses commentaires en marge d’un nouveau projet très détaillé de Pérusse. Alors que le marquis préconise d’autoriser la venue sur ses terres de 2000 personnes, Lemoyne met en garde le gouvernement : « Convient-il au gouvernement de conserver le ton de nation à ce peuple et de le tenir en corps ? », interroge-t-il42. Le ministère ne tient pourtant pas compte de l’opinion de Lemoyne et préfère aller de l’avant dans le projet proposé par Pérusse. Les instructions données à Lemoyne au moment de son départ pour effectuer sa tournée des ports de Bretagne pendant l’été 1773 stipulent d’ailleurs qu’il doit enquêter sur « ce qu’on peut espérer d’utile de leur [aux Acadiens] réunion dans des établissements43 ».

  • 44 1773-07-21b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 398-400.
  • 45 1773-07-26b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 402-404.
  • 46 1773-07-26a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 402. Lemoyne répète par la suite à plusieurs reprises son o (...)

13C’est alors que Lemoyne est à Saint-Malo et qu’il a de la difficulté à convaincre ses protégés d’accepter les offres de Pérusse, que le commissaire s’irrite le plus violemment contre la réunion des Acadiens « en trop grand nombre dans un même lieu ». Ce sont les prétentions des réfugiés à former un « corps de nation » qui incitent Lemoyne à préconiser ouvertement leur dispersion, d’abord pour punir un certain nombre de députés ou de chefs, et plus généralement parce que le regroupement lui semble dangereux. Il suggère alors, pour punir les récalcitrants, que le Contrôleur général « menace de faire sortir de Saint-Malo les familles suspectées de mutineries, et de les répartir dans différents lieux dans l’intérieur du royaume pour y subsister comme elles pourront44 ». Cette idée revient comme un leitmotiv dans nombre de ses lettres ultérieures. Le 26 juillet 1773, dans une lettre à un commis à Versailles, il met à nouveau en garde ses supérieurs : « ce peuple réuni deviendra très dangereux. Il est inconcevable combien il diffère de ce qu’il était, il s’est gâté à Saint-Malo parce qu’il y était en trop grand nombre et qu’il y a toujours été caressé quelque sottise qu’il y ait faite45 ». Dans une lettre destinée au Contrôleur général, écrite le même jour, Lemoyne va plus loin dans son analyse de la situation. Il craint que, laissée ensemble, « cette nation forme […] pour ainsi dire un peuple étranger dans le centre du Poitou ». Pour le commissaire, il ne fait aucun doute que, rassemblés, les Acadiens ne s’assimileront pas. Dans cette même lettre, Lemoyne éclaire aussi quelque peu les raisons pour lesquelles le gouvernement favorise le regroupement des réfugiés : « l’administration […] peut tirer de grandes facilités de la réunion en un seul lieu [des réfugiés] : son coup d’œil est réuni ; mais aussi à quel inconvénient ne l’expose-t-elle pas ? » Lemoyne conclut en rappelant que ses observations de février en marge du projet de Pérusse « ne se prouvent que trop aujourd’hui à Saint-Malo46 ».

14Il se dégage clairement, de l’opposition de Lemoyne au regroupement des réfugiés, l’impression que l’union des Acadiens permet à ceux-ci de se soutenir mutuellement et de faire front commun. Il ne faut sans doute pas chercher beaucoup plus loin son désir de mater la rébellion en dispersant les Acadiens, selon le principe ancien de diviser pour régner. Cependant, Lemoyne semble authentiquement convaincu de l’impossibilité d’assimiler les Acadiens dans le Poitou s’ils restent groupés. Il ne fait de la sorte que rejoindre les opinions de Warren ou de commissaires des États de Bretagne déjà entraperçues plus haut lors de l’étude sur Belle-Île.

  • 47 1773-08-06 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 430-432).
  • 48 Voir à ce sujet toutes les lettres de Lemoyne écrites de Saint-Malo, en juillet et août 1773.
  • 49 Le Contrôleur général désavoue de manière cinglante le commissaire (1773-08-15 ; BM Bordeaux, Ms 1 (...)
  • 50 Cf. 1773-08-04a et 1773-07-31.
  • 51 1773-08-23 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 438) ; le 16 août 1773 (1773-08-16c ; BM Bordeaux, Ms 1480, f(...)
  • 52 Cf. 1773-08-16a (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 423-425) et 1773-08-16b (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 425-42 (...)

15Malgré ses réserves vis-à-vis du regroupement de tous les Acadiens à Archigny, et bien qu’il reconnaisse lui-même que les terres sont médiocres47, il semble que Lemoyne ait pris son parti d’appliquer les ordres du Contrôleur général – et même de les outrepasser – de manière autoritaire. On se rappelle que trois Acadiens avaient visité les terres de Pérusse en octobre 1772, et qu’ils avaient refusé, au nom de leurs compatriotes, de venir s’y installer, à cause de leur mauvaise qualité. Lorsqu’il se trouve à Saint-Malo chargé de recruter de la main-d’œuvre pour s’établir sur les terres du marquis, Lemoyne se trouve aux prises avec une opposition massive des réfugiés48. Curieusement, alors que ni le Contrôleur général ni Pérusse ne lui ont jamais demandé d’utiliser de moyens coercitifs pour convaincre les Acadiens de se rendre dans le Châtelleraudais49, Lemoyne menace ouvertement les réfractaires de rétorsions diverses. Il décide autoritairement d’organiser une contre-expertise du terrain, en renvoyant des députés plus malléables et en truquant les résultats. Au cours de cette seconde visite, les deux députés opposés au projet, Jean-Jacques LeBlanc et Simon Aucoin, sont séparés dans deux groupes différents, une stratégie imaginée par Lemoyne pour éviter qu’Aucoin et LeBlanc ne s’encouragent mutuellement à dénigrer la qualité des sols. Le rapport conclut à la bonne qualité des terres, mais n’est de toute évidence pas objectif en raison des pressions diverses exercées sur Aucoin et LeBlanc50. Au retour des députés à Saint-Malo, les réfugiés ne semblent guère dupes de la manœuvre, et persévèrent dans leur refus, du moins dans un premier temps. Selon Lemoyne, les deux députés LeBlanc et Aucoin ne disent pas de mal des terres, mais, quand on leur demande s’ils iront dans le Poitou, ils répondent : « oh mon dieu non ! » Lemoyne recrute péniblement 150 puis 250 personnes51, malgré ses menaces52, en violation flagrante d’ordres formels du Contrôleur général de ne pas forcer les Acadiens. Il quitte finalement Saint-Malo sur cet échec, mais fait tout de même passer quelques semaines plus tard les premiers volontaires vers Archigny ; quelque temps plus tard, d’autres Acadiens venant de Cherbourg et d’autres ports rejoignent les terres de Pérusse.

Émigration vers le Poitou

  • 53 1773-10-07 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.
  • 54 1773-12-14a (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 529-534) et aussi 1773-12-24 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 541-5 (...)
  • 55 1774-07-00b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.
  • 56 Un Acadien déclare ainsi à Lemoyne : « nous avons des amis qui sauront bien nous faire accorder ce (...)

16Toutefois, pour des raisons mal déterminées, un grand nombre d’Acadiens de Saint-Malo se décident finalement à partir pour le Poitou dans les mois qui suivent. En raison du faible nombre de personnes qu’il a pu recruter, Lemoyne autorise tout d’abord des « veuves d’Acadiens chargées de familles » à passer à Monthoiron53. Pressé de remplir son quota assigné de 1500 personnes, Lemoyne semble avoir inscrit un certain nombre de personnes âgées et hors d’état de travailler. Toujours est-il qu’à la fin de décembre 1773, il annonce au Contrôleur général que de nombreux Acadiens ont changé d’avis et que près de 900 personnes domiciliées à Saint-Malo sont maintenant prêtes à passer dans le Poitou. La plupart s’y rendront au printemps suivant54. À la fin de juillet 1774, près de 1500 immigrants avaient rejoint le Poitou si l’on en croit une pétition adressée à la reine Marie-Antoinette55. Si Lemoyne ne donne pas d’indications sur les causes de ce revirement, il est probable que le réflexe de groupe a joué à plein. Devant la perspective de perdre 300 ou 400 compatriotes, certains des opposants au projet de Pérusse ont probablement estimé qu’il valait mieux ne pas risquer une division du groupe, et ont alors décidé de se déplacer collectivement dans le Poitou, entraînant dans leur sillage tous les indécis. Dans le Châtelleraudais, ils savaient qu’ils allaient retrouver d’autres Acadiens auparavant dispersés ailleurs en France ; ils espéraient sans doute, pour certains, que la désorganisation générale aurait rapidement raison des défrichements et de la construction des maisons, et qu’ils seraient ensuite en position de force pour demander à repartir hors du royaume56. Dans les faits, c’est à peu près ce qui se passa, mais l’autorisation de quitter la France mettra encore une dizaine d’années à être accordée.

  • 57 Ultérieurement, cependant, les Acadiens du Poitou demandent à avoir une église rien que pour eux, (...)
  • 58 1773-07-31 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 415-420).
  • 59 1774-02-00c; AN H14992, fo 634.

17Le désir des Acadiens de rester proches les uns des autres ne fait guère de doute. Les documents consultés ne font certes pas mention de demandes explicites en ce sens57, mais ce souhait est évident. En effet, les projets d’établissement de Pérusse spécifient bien que les villages seront proches les uns des autres, ce qui laisse penser que c’est bien là ce que souhaitent les réfugiés. Par ailleurs, le procès-verbal de la seconde visite des députés acadiens sur les terres du marquis signale bien que les villages ne seront pas séparés par des rivières ou des ruisseaux58. De plus, dans plusieurs mémoires envoyés à la cour pour vendre son projet, Pérusse souligne largement que l’établissement envisagé permettra aux Acadiens de rester groupés, selon leur souhait. « Ce sera une consolation pour [les Acadiens] d’être ensemble », écrit-il dans un premier mémoire59. Dans une lettre ultérieure à Nivernais, il ajoute :

  • 60 1774-09-14a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

Ils désirent généralement d’être établis tous ensemble ou du moins fort à portée les uns des autres, et je crois qu’il serait très mal de les disperser car outre que les motifs qui les ont menés dans le Royaume doivent ôter toute crainte de les y voir rassemblés, il est certain que les bons principes dans lesquels ils ont été élevés, d’où dérivent leur religion, leurs mœurs, et leur fidélité se conserveront s’ils restent ensemble, leur bon exemple pourra même faire quelque chose sur les voisins qu’ils auront autour d’eux au lieu que si on les dispersait ils se trouveraient noyés dans la foule de la licence et du mauvais exemple […] L’honnête homme isolé doit craindre d’être entraîné par le mauvais exemple60.

  • 61 1773-06-08b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

18Pour Pérusse donc, le regroupement des Acadiens ne peut être dangereux puisque les circonstances de leur arrivée dans le royaume prouvent leur fidélité et leur patriotisme. Il faut dire que Pérusse est lui-même entièrement convaincu du bien-fondé de laisser les réfugiés groupés, et c’est l’un des motifs de ses heurts avec Lemoyne. Le marquis écrit ainsi à ce dernier une lettre qui prend le contre-pied exact de ce qu’écrivait auparavant Lemoyne, préconisant de donner aux Acadiens une église particulière, permettant d’éviter le mélange de population61.

  • 62 Le marquis de Pérusse reprend cet argumentaire dans au moins un autre document (1773-00-00c ; AN H(...)
  • 63 1774-02-00c; AN H14992, fo 634.
  • 64 1773-08-04a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

19Loin de rejeter ou de trouver dangereuse la prétention des Acadiens de former un « corps de nation », on voit donc que Pérusse est persuadé que c’est une bonne chose. Cette opinion s’explique par la conviction du marquis que les Acadiens forment un peuple extrêmement vertueux capable de régénérer les populations locales. Cette idéalisation des Acadiens provient certainement de ses discussions avec l’abbé Le Loutre et l’abbé de l’Isle-Dieu, ainsi que de sa lecture des nombreux mémoires historiques écrits sur les Acadiens et vantant le patriotisme des réfugiés et plus généralement leur zèle à toute épreuve62. Par ailleurs, rassembler les Acadiens en un même lieu lui semble un excellent antidote à l’envie d’émigrer : « une famille aura plus de peine à quitter ses parents et ses compatriotes que [ ?] à s’émigrer lorsqu’elle n’a auprès d’elle ni parents ni amis qui la retiennent63 » et permet également aux réfugiés d’être davantage solidaires. Le marquis Pérusse écrit ainsi à Lemoyne qu’il veut conserver les Acadiens groupés « afin de les placer tous également bien à portée de s’entraider les uns et les autres64 ».

  • 65 C’est le cas de la famille noble Landry-d’Entremont. Joseph Landry écrit : « Nous leur avons dit q (...)
  • 66 1774-06-24; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-2.
  • 67 En mai 1776, il ne reste plus que 497 personnes sur l’établissement (1776-05-01) et le nombre dimi (...)
  • 68 1775-07-18a ; AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2.
  • 69 1775-07-18b; AD Vienne 2 J 64/M 7.

20Ces arguments en faveur d’un regroupement des réfugiés visent sans doute autant à persuader le gouvernement que les Acadiens, mais cela ne suffit pas à convaincre ces derniers, qui n’acceptent de venir dans le Poitou qu’après les diverses manœuvres de Lemoyne. De nombreux Acadiens refusent de travailler la terre65. La perspective de pouvoir vivre groupés les uns à côté des autres ne suffit pas non plus à retenir les réfugiés plus que quelques mois dans le Poitou. Alors que les premiers Acadiens arrivent sur ce qui deviendra la Ligne acadienne au mois d’octobre 1773 et qu’ils seront 1461 sur place en juin 177466, à l’automne 1775 et au printemps 1776, la quasi-totalité des Acadiens quittent la région pour aller à Nantes67. Nous ne nous étendrons pas non plus ici sur les causes de l’échec de cet établissement. Une partie de ces raisons restent de toute manière inconnue, faute, bien évidemment, de pouvoir savoir ce qui a pu précisément se passer dans la tête des Acadiens. Disons simplement, pour résumer, que l’état d’esprit peu conciliant de plusieurs députés et chefs acadiens à leur arrivée dans la région de la Ligne acadienne augure mal dès le début. De plus, l’arrivée des Acadiens se fait dans un ordre précipité, alors que les maisons censées les accueillir ne sont pas encore construites. De surcroît, l’incapacité du gouvernement à prendre une décision rapidement concernant le statut des terres concédées aux Acadiens entraîne le refus de ceux-ci de commencer les défrichements. Ceux à qui l’on distribue tout de même des terres sont dans l’incapacité de les labourer, faute de bœufs. Bref, rien n’avance, et les Acadiens habitués aux travaux des ports décident de repartir pour la saison d’été 1775 à Saint-Malo pour y trouver du travail. C’est à ce moment-là que Turgot – finalement convaincu par Pérusse que bien trop de personnes incapables de travaux agricoles sont sur les lieux et gênent l’avancement des travaux – autorise les Acadiens qui le souhaitent à quitter l’établissement pour aller à Nantes, le 18 juillet 177568. Mais, alors que Turgot prévoit que 600 personnes resteront sur l’établissement, ce sont presque tous les Acadiens qui repartent vers Nantes69.

Nouvelle émigration vers Nantes

  • 70 Il faut toutefois prendre les informations communiquées par Pérusse à partir de ce moment-là avec (...)
  • 71 1775-08-12b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 72 1775-08-17; AD Vienne 2 J 64.
  • 73 1775-08-30a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

21Ce départ en masse n’est pas fortuit et constitue une claire indication de la volonté, au moins de la part de certains leaders, de maintenir l’intégrité du groupe. De très nombreuses lettres de Pérusse témoignent de manœuvres diverses de certains chefs pour s’assurer que tous les Acadiens suivront bien les autres. Ainsi, moins d’un mois après que le Contrôleur général eut donné l’autorisation officielle à ceux qui le souhaitaient de quitter la Ligne acadienne pour aller vers Nantes, Pérusse commence à mentionner des pressions exercées sur les défricheurs souhaitant rester sur leurs terres70. Le 12 août, Pérusse explique que « la mutinerie de la part des chefs devient plus forte à chaque instant ; ils ont résolu d’empêcher qu’il reste aucun Acadien dans ce pays-ci. Tous les laboureurs et bons cultivateurs qui voudraient y rester sont entraînés par menaces à la ville pour déclarer à M. Hérault qu’ils veulent suivre les autres et retourner sur les ports de mer71 ». Quelques jours plus tard, Pérusse fournit au subdélégué les noms de ceux qui sont victimes de ces procédés72. Si l’on en croit le marquis, d’autres moyens sont utilisés pour saboter l’établissement, évidemment dans le but de dégoûter ceux qui veulent s’y fixer : des puits sont comblés avec des matériaux de construction, des tuiles arrachées, etc.73 Pérusse en réfère alors au Contrôleur général, et expose de manière éloquente et perspicace la stratégie des Acadiens. Selon lui, le vœu des députés est de n’être établi nulle part en France car ils veulent en fait s’expatrier à nouveau en Louisiane. Par ailleurs, les députés souhaitent rester unis :

  • 74 1775-08-30b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

[Les députés Jean-Jacques LeBlanc et Basile Henry] sont moins empressés qu’aucuns de partir du pays, espérant […] cabaler jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun Acadien, dans la persuasion où ils sont qu’étant parvenus à se réunir en corps de nation il leur sera plus facile d’obtenir de la cour la permission ridicule qu’ils demandent de passer à la Louisiane, vœu fort contraire au général des Acadiens dont il est sûr que le plus grand nombre est véritablement attaché à la France74.

  • 75 1775-09-22; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 76 En janvier 1777, le marquis suggère encore à diverses familles acadiennes de venir s’établir sur l (...)
  • 77 1775-12-24 (AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1); 1776-03-09 (AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2).
  • 78 1775-11-12; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 79 1775-12-01b (AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1) : « Simon Aucoin dit Mazerolles, qui doit partir p (...)
  • 80 1775-12-31a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 81 1775-12-31b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 82 1776-02-18; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 83 Damien Rouet, L’insertion des Acadiens dans le Haut Poitou et la formation d’une entité agraire no (...)

22On note d’ailleurs chez Pérusse, à partir de ce moment-là, la dénonciation vigoureuse de ce qu’il préconisait quelque temps auparavant, soit le regroupement des Acadiens75. Si le marquis ne demande pas à ce qu’ils soient dispersés76, il dénonce ce qu’il considère comme une stratégie subversive pour faire pression sur le gouvernement. La dénonciation du « corps de nation » acadien réapparaît dans plusieurs mémoires ultérieurs de Pérusse77. En novembre 1775, toujours selon le marquis, LeBlanc et Henry, sur le départ « ont exigé de presque tous les autres la promesse de ne point rester dans ce pays-ci78 ». En décembre, Pérusse se plaint que l’un des députés, Simon Aucoin, injurie des Acadiens qui veulent rester dans l’établissement79. Une fois à Nantes, les réfugiés continuent à inciter fortement les quelques familles restées dans le Poitou à les rejoindre. Ils envoient de nombreuses lettres, dont Pérusse se fait l’écho dans plusieurs courriers80, et que l’intendant intercepte pendant quelque temps81, en vain. Dans ces lettres, les Acadiens expliquent comment ils ont été bien reçus à Nantes, les promesses qu’on leur a faites, et affirment qu’ils vont bientôt obtenir l’autorisation de repasser en Acadie. Ils envoient même apparemment un certain Livoye au mois de février 1776 pour tenter de convaincre les ultimes récalcitrants82. Parmi le petit nombre de personnes demeurées dans le Poitou, une grande partie repartent alors pour aller rejoindre le groupe acadien à Nantes. Entre la fin de 1779 et 1784, environ 80 des 170 individus qui sont restés s’en vont encore83.

  • 84 Rouet, ibid., p. 228.
  • 85 Pratiquement toutes les Acadiennes qui ont épousé de jeunes Français au début de la colonie du Poi (...)

23Comme on vient de le voir, l’attroupement des Acadiens à Nantes n’est plus seulement le résultat d’un rassemblement spontané – pour raisons familiales ou par affinité –, mais a évolué vers un rassemblement sciemment organisé. La constitution du « corps de nation » devient patente à ce moment-là, et dans le but bien précis d’obtenir des résultats objectifs. Les Acadiens se constituent en une sorte de syndicat organisé, dont les membres individuels sont priés de respecter la volonté du groupe. Quelques individus se démarquent cependant et sortent de la communauté. Comment l’expliquer ? Damien Rouet note que les individus qui s’établissent à Archigny ont des liens familiaux et des itinéraires géographiques communs : ils n’ont en effet le plus souvent pas séjourné auparavant à Saint-Malo. Or, c’est dans cet endroit qu’un noyau dur acadien semble avoir pris forme. Ceux n’ayant pas séjourné dans la région de la Rance ne se sont donc pas, comme on le dirait aujourd’hui, « communautarisés ». Il ne faut pas négliger non plus, bien évidemment, les avantages matériels acquis : le gouvernement donne aux familles restants dans le Poitou une maison et une terre. Alors que les premiers Acadiens partis n’ont jamais pu habiter ces maisons, tous ceux qui sont restés un peu après sont logés dans ces maisons nouvellement bâties. Ces avantages, mêmes modestes, ont certainement compté pour beaucoup dans la décision de rester. Par ailleurs, ceux qui restent sont assurés du paiement de la solde pendant encore quelque temps, tandis qu’elle n’est pas promise à ceux qui vont à Nantes. Rouet note à ce sujet qu’au moment où la solde cesse dans le Poitou beaucoup des Acadiens repartent vers Nantes84. Enfin, plusieurs Acadiennes restent parce qu’elles ont épousé un Poitevin85. La plupart des familles semblent avoir été déchirées par le choix à faire et les tensions ont dû être vives, comme le montre le témoignage de Benjamin Boudrot recueilli par Rameau de Saint-Père en 1860 :

  • 86 Notes de Rameau de Saint-Père à la suite d’une visite dans le Poitou en mars 1860, CEA Moncton, Fo (...)

[Benjamin Boudrot] se rappelle très bien les adieux qu’on venait leur faire chez eux quand on partait ; un de leurs cousins nommé Ambroise […] vint un jour avec d’autres jeunes gens les embrasser tous ; il y avait aussi un Sauvion ; son père et son frère voulaient encore partir avec eux, sa mère les retint. […] Les plus résolus et les plus entreprenants parmi les Acadiens disaient en venant voir les autres et en parcourant la ligne : « Ah, par exemple, est-ce que nous resterons ici pour manger de la brande […]. Non, non, il faut filer au pays86. »

  • 87 Résumé des propos de Benjamin Boudrot par Rameau de Saint-Père dans Une colonie féodale en Amériqu (...)

24L’un des frères de Benjamin Boudrot voulait partir avec les autres Acadiens, mais Boudrot raconte que « comme une de mes sœurs avait épousé le cocher de Pérusse, et que M. de Pérusse nous aimait beaucoup, il parla si bien à mon père et à ma mère qu’il nous détermina à rester87 ».

Une volonté d’intégration minimaliste

  • 88 1773-10-00; AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2. Le mémoire étant vraisemblablement rédigé par Péruss (...)
  • 89 1773-06-04a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 345-349.
  • 90 1773-08-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 435-436.

25On a vu ci-dessus comment Lemoyne était passé d’une attitude plutôt conciliante vis-à-vis du souhait des Acadiens de rester groupés à une volonté de casser le « corps de nation », source selon lui de l’assurance qu’ont pris les Acadiens de Saint-Malo et foyers de résistance aux ordres dont il se sent investi. On a vu également que Pérusse était, au début des tentatives de défrichements dans le Poitou, opposé à Lemoyne sur ce sujet et qu’il s’arrange spécifiquement pour que les Acadiens ne soient pas séparés. Si l’on voit les deux hommes visiblement en désaccord profond sur ce point, le débat semble se dérouler en l’absence de l’acteur principal du drame : le gouvernement. En l’absence de sources, on ne sait guère ce que pensent de la question les ministres alors en place. Aucun d’entre eux ne préconise de disperser les Acadiens, mais il n’est pas non plus certain qu’ils encouragent l’inverse pour autant. Le gouvernement ne semble à ce moment pas encore se préoccuper de cette question, mais s’en remettre entièrement au duc de Pérusse et à la conviction de ce dernier qu’il vaut mieux laisser les Acadiens ensemble. Un mémoire anonyme daté d’octobre 1773 affirme même que « le gouvernement ne [veut] point mêler d’autres peuples avec eux88 ». On l’a vu plus haut, les instructions de Lemoyne au moment du début de sa tournée, signées par Terray, parlent encore de réunir les Acadiens dans des établissements89, et alors que Lemoyne demande instamment à ce que plusieurs Acadiens de Saint-Malo soient bannis de la ville pour les éloigner des autres réfugiés, aucune instruction officielle n’est jamais émise en ce sens ; Lemoyne est même clairement désavoué par le Contrôleur général, dans sa lettre du 15 août 177390. On ne décèle donc aucune velléité de dispersion des Acadiens à ce moment-là. De fait, ceux-ci arrivent et repartent groupés du Poitou, créant une nouvelle concentration acadienne qui, sans être tout à fait aussi conséquente que celle de Saint-Malo, semble de mieux en mieux organisée et permet de rallier une partie des Acadiens isolés en petits groupes dans les ports de Cherbourg ou du Havre.

  • 91 Il est à noter que le mémoire cité ci-dessus interdit formellement aux Acadiens de quitter le Roya (...)
  • 92 Nicole Pellegrin, « Costumes régionaux », Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996.
  • 93 Sur le même sujet, voir D. Roche, La France des Lumières, op. cit., p. 215s et p. 289s.
  • 94 1773-07-24; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.
  • 95 Daniel Roche, op. cit., p. 216.
  • 96 David Bell, The Cult of the Nation in France. Inventing nationalism, 1680-1800, Cambridge, Mass., (...)

26Si l’on tente d’analyser l’action du gouvernement lors de la tentative d’établissement des Acadiens dans le Poitou, on s’aperçoit que le programme défini en 1772 « d’attacher à la glèbe » les Acadiens ne constitue pas un grand changement dans la politique gouvernementale d’intégration. En effet, la tentative du Poitou correspond toujours à une vision minimaliste de l’intégration-assimilation des Acadiens qui remplit plusieurs objectifs. Il s’agit essentiellement pour le gouvernement d’accomplir une promesse faite au nom du roi par le duc de Nivernais au moment du rapatriement des Acadiens d’Angleterre ; d’assurer la stabilité des Acadiens, en les empêchant de quitter le royaume91 et en leur permettant d’envisager la possibilité de léguer aux enfants les fruits des défrichements ; d’apporter, à moyen terme, des richesses dans les caisses de l’État et d’en augmenter la population et de soulager les finances en mettant un terme aux distributions de secours. La différence principale avec les projets antérieurs est qu’ils trouvent un commencement de réalisation, ce qui n’avait jamais été le cas avant Belle-Île. En revanche, les velléités d’assimilation sont plus que limitées : on laisse consciemment les Acadiens ensemble, en revendiquant spécifiquement qu’ils puissent conserver leurs mœurs, s’entraider et, par là, être moins tentés de s’enfuir. Un tel programme minimaliste ne doit pas surprendre. On a déjà dit que la France du XVIIIe siècle consistait en une mosaïque culturelle extraordinaire qui ne faisait l’objet que de tentatives limitées d’uniformisation de la part du gouvernement. Nous avons évoqué notamment le cas de la langue, qui malgré ce que l’édit de Villers-Cotterêts pourrait faire croire, n’a rien d’homogène à la fin de l’Ancien Régime. On pourrait dire la même chose de ce qui est immédiatement visible à l’observateur : le costume. Nicole Pellegrin a souligné l’extrême diversité des costumes dans la France d’avant la Révolution : « C’est en vain que les révolutionnaires ont déclaré inconstitutionnelle la diversité costumière de l’Ancien Régime, c’est en vain qu’ils ont voulu « espérer que tôt ou tard la Révolution amènera le bienfait d’un costume national, et que le voyageur, en passant d’un département à l’autre, ne croira plus se trouver chez des peuples différents92. » Une autre raison de cette absence de velléité d’assimilation culturelle est à rechercher dans la représentation peu flatteuse que partagent administrateurs et propriétaires terriens des paysans ou des populations locales en général93. Ces paysans sont d’ailleurs perçus par les propriétaires et les administrateurs comme un danger potentiel pour les « purs » Acadiens, tant par la contagion possible de leurs mauvaises mœurs que par le découragement qu’ils risquent de susciter parmi les protégés du gouvernement. Pérusse rend responsables les paysans des environs d’Archigny de l’opinion déplorable que se font les Acadiens lors de leur première visite sur ses terres94. Par comparaison, les Acadiens sont initialement perçus comme bien supérieurs : ils parlent la langue des élites éduquées – signe distinctif valorisé à une époque où les deux tiers des Français parlent tous les jours autre chose que le français95 –, sont grands, de bonne moralité, patriotes – alors que le patriotisme est considéré comme une vertu particulièrement importante96 – courageux, habiles… Bref, l’idée même de fondre de bons éléments dans de mauvais n’existe pas alors, sauf en vue de l’émulation éventuelle des paysans locaux.

Les projets de dispersion et d’assimilation : Necker et la fusion du corps de nation

  • 97 1775-07-18a; AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2.
  • 98 1782-04-05 ; AN F15 3495. Il s’agit peut-être du projet d’établir les Acadiens sur l’île d’Ouessan (...)
  • 99 1778-06-00 (MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7) et 1782-04-05 (AN F15 3495). Auc (...)
  • 100 1782-04-05 ; AN F15 3495.

27Jusque dans les années 1776 ou 1777, on n’observe donc à Versailles aucun signe d’une quelconque volonté d’assimiler les Acadiens. Comment en est-on alors arrivé à l’idée de fondre les Acadiens, préconisée par Necker et entraperçue plus haut ? On a vu que Turgot, dans ses ordres du 18 juillet 177597, avait, de fait, organisé un nouveau rassemblement d’Acadiens à Nantes. Pendant les deux années qui suivent, la documentation se tarit considérablement, et il est plus ardu de savoir ce que fait le gouvernement. Si l’on en croit toutefois deux mémoires ultérieurs, il ne se passa pas grand-chose pendant ces deux années où quatre contrôleurs généraux se succédèrent. L’intendant de Bretagne proposa apparemment un nouvel établissement « sur les domaines de Bretagne98 », projet qui fut abandonné en raison de son coût jugé prohibitif. Le projet d’établir les Acadiens en Corse fut également réactivé. Il prévoyait sans doute à nouveau le regroupement de tous les Acadiens, puisque les deux rapports qui mentionnent ce nouveau projet prévoient d’y envoyer tous les Acadiens de France99. Mais ce plan-là aussi fut finalement abandonné, en partie en raison du coût, en partie du fait de la résistance de certains Acadiens, et enfin parce que la guerre de l’Indépendance américaine offrait une perspective de récupérer éventuellement le Canada, où l’on aurait pu renvoyer les Acadiens. Enfin, selon un mémoire, la demande des réfugiés de passer en Louisiane fut à nouveau examinée et, bien que Necker soit apparemment favorable à cette idée, elle fut cependant à nouveau rejetée100.

28À court d’autres idées, peut-être, et en butte à l’opposition d’une partie des Acadiens, il faut croire que Necker a fini par être convaincu à son tour que l’organisation des Acadiens en « corps de nation » posait problème. L’échec de diverses tentatives d’établissement ou d’intégration par d’autres moyens et celui de l’établissement du Poitou, attribué à l’organisation de ce syndicat acadien, font leur chemin dans les arcanes du gouvernement. Necker arrive à la conviction que les réfugiés ne pourront jamais être laissés ensemble sans créer de problèmes. En réaction à l’union progressive des Acadiens en « corps de nation », Necker préconise de casser la résistance en « cassant le corps », sans doute en suivant le principe « diviser pour régner ». Selon un paradoxe qui n’est qu’apparent, quand le gouvernement se décide à vouloir intégrer, c’est en désintégrant le corps de nation qu’il souhaite s’y prendre. De ce point de vue, il s’agit bien d’une ébauche de politique d’assimilation.

  • 101 1777-11-10 ; MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7.
  • 102 1778-01-04 ; AD Ille-et-Vil. C 6176.
  • 103 C’est bien à la Guyane que Ballays fait ici allusion (cf. 1778-04-25 ; AN Col F2 B Commerce des Co (...)

29Necker prend conscience assez rapidement du problème après son arrivée au ministère et c’est vers la fin de 1777 qu’il préconise pour la première fois de disperser les Acadiens sur le territoire métropolitain. À la suite d’un rapport qui lui est présenté en novembre101, il se détermine à disperser ces derniers. En décembre, il charge l’intendant de Bretagne de sonder les Acadiens. Le subdélégué de Nantes, Ballays, rend compte de cette opération dans un rapport daté du 4 janvier 1778102. Il raconte qu’il a fait assembler les Acadiens pour leur annoncer l’obligation qu’ils avaient de se disperser, en choisissant un lieu « sous la domination française ». Après une première réunion non concluante, le rapport précise que les Acadiens se sont assemblés le 2 janvier 1778 et que tous acquiescèrent « sans murmurer et sans se plaindre » aux directives du subdélégué, à part un certain « Jacques Le Blanc », perturbateur, qui réclame d’aller en Louisiane « où sont ses parents, ce qu’il sollicite a-t-il dit depuis 20 ans ». Une vingtaine de familles se joignent alors à lui pour appuyer sa demande. Selon le subdélégué, tous les autres Acadiens ont accepté la proposition qui leur était faite, à savoir être transportés gratuitement dans l’endroit de leur choix et recevoir la paye de 3s par jour et par personne pendant deux ans. Selon Ballays, 450 personnes ont alors souhaité rester à Nantes, 200, aller à Saint-Pierre et Miquelon, 160 à Saint-Malo, 4 au Havre et quelques familles attendaient le retour du mari, en mer. Enfin, 80 familles désiraient aller à la « Dianne » (en Guyane) et attendent des nouvelles d’une compagnie qui leur a fait des propositions généreuses103.

  • 104 Les propositions de la compagnie sont peut-être celles faites en mai 1780 par M. de Rosembourg, so (...)
  • 105 1778-04-25 ; AN Col F2 B Commerce Col. – MG1 18, vol. 3, carton 6, série F2 B (transc., Mi C – 305 (...)
  • 106 1782-04-05 ; AN F15 3495.

30Il ne semble cependant pas que ce rapport ait été suivi d’effets. Dans les mois qui suivent, Necker s’enquiert des conditions exactes faites aux Acadiens par la Compagnie de Guyane. Au mois d’avril, les réfugiés répondent au Contrôleur qu’ils n’ont pas reçu de nouvelles depuis janvier104. C’est à cette occasion que Necker contacte Sartine, ministre de la Marine et des Colonies, pour lui demander de plus amples renseignements sur cette compagnie. Il lui fait parallèlement à cette demande de renseignements un résumé de la situation et de sa politique vis-à-vis des Acadiens qui illustre le changement opéré au sein du gouvernement. Necker explique à son collègue qu’il a été décidé de diviser les Acadiens car « dans aucune province du Royaume, il n’y a aucun territoire disponible qui puisse les tenir réunis et les faire vivre de leur travail ». Necker estime surtout que « tant que [les Acadiens] demeureront rassemblés, ils ne fer[ont] rien ni pour eux ni pour le gouvernement », et c’est pourquoi il précise : « On a donc pensé à les diviser et à les fondre pour ainsi dire dans la société ; afin que chacun d’eux put devenir matelot, soldat, artisan, commerçant, laboureur, suivant ses facultés et ses dispositions, sans tenir davantage à un corps particulier de nation dont il est impossible de laisser subsister l’idée dans le sein même de la nation française105 ». Le but visé était que la « nation se dissiperait […] par insensible transpiration » selon l’interprétation d’un rapport ultérieur106.

31Pourtant cette mesure ne se traduisit pas en action. Pourquoi ? En l’absence de documents suffisants sur cette période, on ne peut qu’émettre quelques hypothèses sur les raisons de la non mise en œuvre de ce projet. La première et principale explication est sans doute la résistance acadienne. C’est ce dont témoigne par exemple le mémoire anonyme ultérieur déjà cité ci-dessus, qui est cependant contradictoire avec le rapport de Ballays :

  • 107 1782-04-05 ; AN F15 3495.

[…] On se flattait que cette nation se dissiperait de la sorte par insensible transpiration ; mais d’un côté aucune province n’a offert des moyens solides de les accueillir, et de l’autre, les Acadiens, qui tiennent toujours à l’espérance d’avoir des terres à cultiver, se sont entièrement refusés à cette dispersion. On a cessé d’y insister du moment où les affaires de l’Amérique septentrionale prenant une tournure favorable, on a envisagé dans le retour de la paix une combinaison quelconque qui rendrait les Acadiens à leur ancienne patrie ou qui donnerait un résultat à peu près équivalent. Dès lors on a pris le parti de patienter en réglant provisoirement leur état pécuniaire107.

32L’affirmation selon laquelle les Acadiens « se sont entièrement refusés à cette dispersion » paraît hautement plausible. On a vu que, selon Pérusse, certains Acadiens avaient théorisé le rassemblement pour « être plus forts », et le diagnostic est certainement pertinent. Toute dispersion devait donc apparaître à ces chefs acadiens comme une tentative d’affaiblissement du noyau communautaire qui risquait de mettre en péril le groupe, menaçait de mettre fin aux avantages matériels et de faire échouer le projet d’une nouvelle émigration. Il ne faut pas oublier que le groupe acadien possédait des appuis puissants tels le duc de Nivernais et certains membres de la famille royale, par exemple. Beaucoup d’Acadiens, échaudés par plusieurs tentatives infructueuses, veulent alors de manière certaine retourner en Acadie ou aller en Louisiane, mais de toute façon ne pas rester en France. Il est donc assez évident que les Acadiens ne voyaient pas d’un bon œil ce projet. Cependant, dans ce cas, comment expliquer le rapport de Ballays ? Il est probable que les Acadiens étaient authentiquement divisés sur ce qu’ils souhaitaient faire ; par ailleurs, il est possible que Ballays leur ait présenté les propositions du gouvernement de manière déformée, ou qu’il ait fait pression sur eux ou encore qu’il ait minimisé dans son rapport la résistance des Acadiens ; il peut aussi s’agir d’une stratégie des Acadiens qui privilégient la résistance passive à l’opposition frontale, et qui comptent sur la force d’inertie de Versailles, inertie dont ils ont pu déjà constater à de nombreuses reprises les effets depuis leur arrivée en France. Bref, on peut présumer que les Acadiens interrogés par Ballays n’ont accepté qu’à contrecœur et du bout des lèvres le projet qui leur était proposé.

33Par ailleurs, si l’on en croit le mémoire ci-dessus, « aucune province n’a offert des moyens solides de les accueillir », ce qui n’est pas difficile à croire puisqu’on a vu que les projets les plus divers s’étaient succédé au cours des années 1760 et 1770, sans succès. Les difficultés juridiques et financières ne s’étaient pas évanouies entretemps ; les difficiles expériences de Belle-Île-en-Mer et du Poitou, alliées à la lassitude qui ne devait pas manquer de gagner un grand nombre de responsables provinciaux obligés de s’occuper des Acadiens depuis déjà de très nombreuses années, expliquent sans aucun doute le peu d’empressement à proposer des terres pour accueillir les Acadiens.

  • 108 1778-06-00 ; MAE, Mém. et doc., Angleterre, vol. 47, fo 18-28, pièce 7.

34Une autre raison pratique eut également pour effet d’empêcher la dispersion des Acadiens : le poids de leurs dettes. En effet, les réfugiés ne peuvent quitter Nantes sans avoir réglé ce qu’ils doivent car le gouvernement a donné des garanties aux créanciers108. Or les Acadiens se disent le plus souvent incapables de rembourser leur crédit. Quant au gouvernement, le règlement des dettes sans engagement explicite des Acadiens est hors de question, si l’on en croit le mémoire évoqué ci-dessus. Necker adopte donc une attitude passive, qui ne contraste d’ailleurs guère avec celle de ses prédécesseurs.

35De plus, la guerre de l’Indépendance américaine, également évoquée dans l’extrait ci-dessus, redonne espoir à certains Acadiens de retourner dans leur pays, éventuellement redevenu français ou sous domination américaine. Si la Nouvelle-Écosse avait été conquise et conservée par les insurgés de 1776, il est fort probable que leur désir de retourner dans la péninsule aurait été écouté d’une bien meilleure oreille par Louis XVI ; les Américains étant les alliés de la France, il ne fait pas de doute qu’il aurait été dans ce cas beaucoup moins déshonorant pour l’État français de laisser repartir les Acadiens.

  • 109 1778-06-00 ; id.

36Enfin, l’auteur du rapport de juin 1778 dont est extrait le passage ci-dessus ne se fait guère l’avocat de la dispersion des Acadiens puisqu’il réaffirme que cette dispersion ne supprimera pas l’obligation légale de fournir à ceux-ci un établissement109. Ce rapport, qui fut probablement présenté à Necker, contribua peut-être à l’amener à penser que la dispersion des Acadiens ne réglerait probablement pas le problème une fois pour toutes, comme il l’espérait.

37L’instabilité ministérielle et le départ de Necker, puis l’éventualité d’une paix avec l’Angleterre sans retour du Canada, décide le gouvernement à accepter la solution « médiane » préconisée par les Acadiens, c’est-à-dire l’émigration en Louisiane. Le départ des Acadiens est accepté dès 1783.

Conclusion

Échec de la politique d’assimilation ?

38La question était posée, au début de cette partie, de savoir si l’on pouvait conclure à un échec de la politique d’assimilation du gouvernement français. Au regard de tout ce qui a été vu ci-dessus, il semble qu’on ne peut pas arriver à une telle conclusion, puisque aucune politique de ce type ne fut jamais vraiment mise en pratique. En effet, parler d’échec ou non de la politique du gouvernement nécessite de distinguer modèle et mise en œuvre : on ne peut taxer d’échec le modèle assimilationniste de Necker puisqu’il ne fut pas mis en œuvre. En revanche, l’action globale du gouvernement entre les années 1760 et 1785 à l’égard des Acadiens peut bien, elle, être considérée comme un échec cuisant pour le gouvernement. Le départ pour la Louisiane en est le résultat flagrant et suffisant : l’État n’a pas réussi à « attacher à la glèbe » ses anciens colons, ni à les intégrer économiquement et socialement. Si la France sauve les apparences parce que les Acadiens quittent la métropole pour un royaume allié, l’État a dépensé pendant presque trente ans des sommes relativement importantes, en vain.

  • 110 Les tribus amérindiennes d’Amérique du Nord pratiquaient par exemple souvent l’adoption des ennemi (...)

39Il est à remarquer que Necker n’est pas le seul au XVIIIe siècle à mettre en œuvre une politique préconisant la dispersion de populations en vue de les assimiler. Cette politique repose sur l’idée que les individus isolés dans un groupe finissent par ressembler au groupe et prendre les mêmes caractéristiques110. Ainsi, l’idée de disperser les Acadiens pour mieux les assimiler fut mise en action, plusieurs années avant Necker, par les colons nord-américains des Treize Colonies. Le gouverneur de l’État de New York, Charles Hardy, raconte que :

  • 111 1756-09-05 ; RAPC 1905-II, p. xvii-xviii. Voir aussi à ce sujet Faragher, A Great and Noble Scheme (...)

Le jeudi 22 août [1756], 78 Français neutres [des Acadiens] […] ont réussi à atteindre Long Island avec l’intention de retourner à la Nouvelle-Écosse. J’ai cru devoir les empêcher de mettre ce projet à exécution et pour cela je les ai fait disperser dans les parties les plus reculées de cette colonie et les plus propres à les faire tenir en tutelle. J’ai demandé en même temps aux magistrats de donner de l’ouvrage à ceux qui sont capables de travailler, et de placer les enfants en apprentissage chez des personnes qui en prendront bien soin. C’est le moyen le plus sûr d’en faire de bons sujets111.

  • 112 Megan Metters, « Towards a comparative study of immigrante education policy in France and the US, (...)

40Megan Metters, dans son étude comparée des approches française et américaine en matière d’immigration et d’intégration, signale en outre que l’idée d’assimilation existait déjà au XVIIIe siècle aux États-Unis. Il paraît donc abusif de voir dans les remarques de Necker une préfiguration d’un « modèle français d’assimilation » qu’on oppose souvent au modèle « multi culturaliste » américain ou canadien112. Si l’on ne peut guère parler d’action cohérente et suivie vis-à-vis des Acadiens de la part du pouvoir à Versailles, on ne peut pas dire non plus qu’il n’y a jamais eu de réflexion sur une politique d’intégration : l’idée « d’attacher à la glèbe » les réfugiés paraît tout de même bien une ébauche d’une telle politique, si archaïque et rudimentaire soit-elle ; les mêmes remarques s’appliquent en ce qui concerne les idées de Necker.

  • 113 Cf. M. de Certeau, D. Julia, et J. Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et l (...)

41D’autre part, les projets « assimilationnistes » défendus par Necker sont probablement un indicateur d’une grande évolution des idées : alors que l’Ancien Régime tolérait la diversité culturelle et ne s’inquiétait pas de l’existence d’une importante diversité linguistique ou vestimentaire sur le territoire métropolitain, on sait que les révolutionnaires s’érigeront violemment contre ces différences régionales. C’est ainsi qu’après avoir été contraints de traduire les décrets et les actes constitutionnels dans les langues régionales, en 1793, le français fut imposé partout113 ; de même, on l’a vu, les révolutionnaires souhaitaient promouvoir un « costume national » qui serait le même du nord au sud de la France.

  • 114 1783-07-12 ; Les Acadiens de Nantes à l’ambassadeur d’Espagne, le comte d’Aranda, le 12 juillet 17 (...)
  • 115 1784-04-04 ; les Acadiens de Nantes à Charles de Vergennes, 4 avril 1784, MAE, Corresp. Pol., Espa (...)
  • 116 1798-03-17 ; AGI, PPC, legajo 197, fo 951, 960, 966, 967, 973. Le projet de Peyroux est de conduir (...)

42Enfin, le départ vers la Louisiane peut être interprété comme une ultime volonté de regroupement, de réunification avec la famille élargie. Ainsi les pétitions des réfugiés demandant le passage en Louisiane insistent sur le désir de rejoindre leurs amis et parents. Dans une première demande adressée aux autorités espagnoles, les Acadiens disent qu’ils pourront faire venir leurs frères des colonies américaines114, ce qui est assurément un signe qu’ils sont en contact et qu’ils veulent se réunir à eux. Dans une autre pétition rédigée en avril 1784 au ministre des Affaires étrangères français, les Acadiens invoquent encore ce motif : « Nous pensons que le sort le plus fortuné pour nous serait de rejoindre nos parents et amis établis sur les rives du Mississippi115. » Plusieurs autres documents ultérieurs confirment cette impression116.

Notes

1 1772-03-20 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1772) pièce 20. Il s’agit probablement d’une proposition d’aller exploiter les pêcheries des Robin. Voir à ce sujet R. E. Ommer, « From outpost to outport : the Jersey merchant triangle in the nineteenth century », thèse de doctorat (histoire), McGill University, Montréal, 1978 ; David Lee, The Robins in Gaspé, 1766-1825, Markham, Ontario, 1984 ; Arthur G. Legros, « Charles Robin on the Gaspé Coast, 1766 », Revue d’histoire de la société historique de la Gaspésie, II-IV, 1964 ; Christian Blais, « Pérégrinations et conquête du sol (1755-1836) : l’implantation acadienne sur la rive nord de la baie des Chaleurs », Acadiensis, XXXV, 1 (automne 2005), p. 3-23. Plusieurs familles acadiennes passeront effectivement plus tard sur les côtes de Gaspé et du Canada dans les pêcheries des Robin. Terriot fait aussi allusion au passage d’un certain nombre d’Acadiens à « Guernesey » pour retourner en Acadie à peu près à ce moment-là.

2 1773-04-18a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 302-304. Lemoyne craint que les habitants des colonies ne s’inquiètent du traitement réservé aux réfugiés des colonies en métropole (1773-05-13c ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 329).

3 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.

4 1771-07-15 ; Archives du Séminaire des Missions étrangères et 1771-08-20.

5 Lemoyne propose au début de 1772 d’établir les Acadiens près de Blaye (1772-02-08a), dans le Limousin (1772-02-19 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 9), ou dans des marais près de Rochefort : il reprend un vieux projet datant de 1765 (1765-09-15 ; AN Col B, vol. 122) en 1772 (1772-02-08a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 1/fo 8).

6 1772-06-18 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 94-96.

7 Pour davantage de détails, voir les fiches 1772-07-00a et 1772-07-00b de la base de données en ligne.

8 La répétition d’une erreur sur le nom du ministre Bertin, épelé « Berton » par Papuchon en 1905, épellation reprise par Lauvrière en 1924, par Winzerling en 1955 et par Brasseaux dans les passages où ils relatent ces faits incite fortement à penser que ces derniers auteurs ont tout simplement réutilisé les informations initiales – elles-mêmes non étayées par un renvoi à des sources précises – de Papuchon. Martin est le seul à donner comme référence à son information les « papiers de Murard », c’est-à-dire la volumineuse correspondance de Pérusse conservée maintenant aux AD Vienne. Je n’ai pour ma part retrouvé aucune source corroborant cette visite. Plusieurs documents qui évoquent ultérieurement cette réunion du conseil ne mentionnent aucunement la visite de cette délégation

9 En raison de leur indisponibilité aux Archives nationales, je n’ai malheureusement pas pu consulter les cartons de la série E (arrêts en commandement) correspondants aux archives du Conseil du roi pour la période de l’été 1772. Seule la consultation de ces dossiers aurait permis de trancher la question.

10 1772-09-00 ; voir aussi le mémoire datant de juillet 1774 (1774-07-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier).

11 1778-06-00 ; MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7.

12 L’unique occurrence de cette expression se trouve dans un mémoire de Pérusse datant de janvier 1772, où Pérusse écrit : « Il paraît que le gouvernement doit avoir pour but de les fixer dans le royaume en les attachant à la glèbe » (1772-01-09 ; AN H14992). Il est fort probable que le roi a repris l’expression du mémoire même de Pérusse, qui a dû être discuté au cours de la réunion du conseil où le problème acadien fut évoqué.

13 Dans le Dictionnaire de l’Académie, Le Trévoux précise : « Glèbe : motte de terre […]. En jurisprudence, s’est dit autrefois pour héritage […]. Les serfs étaient attachés à la glèbe, c’est-à-dire à l’héritage. On les vendait avec le fonds [Le Gendre] ».

14 1773-05-05 ; AN F15 3495.

15 Dictionnaire de l’Académie : « Naturaliser. Donner à un étranger les mêmes droits & les mêmes privilèges dont les naturels du pays jouissent ».

16 1773-02-00 ; AN H14992, no 649.

17 Les « sans aveux », les vagabonds, les colporteurs étaient considérés comme particulièrement sujets à la délinquance et dangereux. L’insurrection de la Vendée pendant l’époque révolutionnaire, considérée comme l’une des dernières « Jacqueries » françaises, sera initiée notamment par un colporteur, Jacques Cathelineau.

18 Dictionnaire historique de la langue française : tenir à quelqu’un, à quelque chose, signifie, depuis le XVIe siècle (1580), « y être attaché ».

19 1772-01-09; AN H14992.

20 1763-00-00a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-2.

21 1763-06-15; AD Vienne 2J dép. 22, art. 124-2.

22 En fait, certains de ces « Allemands » étaient des catholiques francophones provenant de la région de Liège. Pourtant, contrairement à ce que laisse entendre Ernest Martin, la plupart des familles connaîtront des problèmes d’intégration et ne resteront pas dans le Poitou plus que quelques années. En 1770, seules deux ou trois familles, la plupart francophones, sont encore présentes. Sur ces familles allemandes, voir l’article de Sébastien Jahan, « Les Allemands du Marquis. Immigration et intégration dans les brandes du Châtelleraudais au XVIIIe siècle », Bulletins du groupe de recherche d’histoire et d’archives du Châtelleraudais (2003/2004).

23 1770-00-00; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

24 1772-01-09 ; AN H14992.

25 1774-05-20b ; BN, Joly de Fleury no 1722, Commerce et Colonies, fo 187-191.

26 1772-10-11a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 181-182.

27 Sarcey de Sutières était directeur de l’École d’agriculture de Compiègne en octobre 1772, et il séjourne dans le Poitou de 1773 à 1776 pour s’occuper spécialement des défrichements en faveur des Acadiens. Cf. Ernest Martin, Les Exilés, op. cit., p. 193 et Guy-Charles Bugeon, Les Fermes acadiennes du Poitou et leurs occupants de 1774 à 1793, Archigny, 1996, p. 100.

28 1773-02-13b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 268.

29 1773-02-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 269-270.

30 Cf. ses remarques en marge du mémoire du 1773-02-15a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286.

31 Le comte de la Marche, prince de sang, négocie avec le ministre de la Marine à l’insu du Contrôleur général, à partir de mars 1773 (1773-03-05 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 289-290). Il reçoit l’autorisation d’établir 80 familles acadiennes en Corse (1773-04-08 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 298-299) mais ce n’est qu’un mois plus tard que de Boynes avertit l’abbé Terray (cf. 1773-05-11 ; AN Col B, vol. 144). Cela illustre une nouvelle fois la confusion avec laquelle les affaires sont traitées et les interférences fréquentes de membres de la haute noblesse qui court-circuitent la hiérarchie traditionnelle. Guillot et Lemoyne sont fortement irrités de la démarche de l’agent du comte de la Marche, un certain « du Désert », mais ils s’efforcent d’être accommodants tant ils craignent le pouvoir du comte. La translation des familles en Corse ne se fit finalement pas, sans que l’on sache encore une fois précisément les raisons. Selon E. Martin (op. cit., p. 96), Louis-François Joseph de Bourbon Conti, comte de la Marche, né en 1734, était le fils de Louis-François de Bourbon, prince de Conti, grand prieur de France et il était un ami de la première heure de la Du Barry.

32 1773-05-05 ; AN F15 3495.

33 1773-05-22 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 333-337.

34 1773-05-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 342-344.

35 1773-06-04a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

36 Le comte de Closnard, propriétaire de vastes terrains dans des landes près de Bordeaux, se propose de recevoir soixante familles acadiennes (1773-01-00a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 254-257), mais il déclare forfait peu de temps après, pour les raisons que l’on a vues.

37 1772-05-09a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 71-76.

38 1772-10-19; AN H14992.

39 1772-11-18b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 191-213. L’opinion de Lemoyne à ce sujet semble s’être renforcée après une entrevue avec un certain M. de La Pierre. Ce La Pierre estime, selon ce qu’en rapporte Lemoyne, qu’un rassemblement peut créer des problèmes de voisinage, et qu’il convient à tout prix de l’éviter en divisant les Acadiens dans diverses communes (1773-01-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 249-250). Sur la Comtau de Blaye, voir Martin, op. cit., p. 80-82, en particulier note 2, p. 80.

40 1772-11-18a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 188-190.

41 C’est Guillot qui affirme le plus péremptoirement l’infériorité de la main-d’œuvre acadienne en écrivant à Lemoyne que les Acadiens ne soutiennent pas la comparaison avec les cultivateurs français, qu’ils sont soit disant moins assidus et persévérants, impécunieux, et qu’ils ne savent pas mettre en valeur les terres peu riches (1772-11-17 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 219-223).

42 1773-02-15a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 270-286.

43 1773-06-04a ; BM Bordeaux, Ms 1480, Annexes, 1er dossier.

44 1773-07-21b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 398-400.

45 1773-07-26b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 402-404.

46 1773-07-26a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 402. Lemoyne répète par la suite à plusieurs reprises son opinion sur les inconvénients engendrés par le rassemblement des Acadiens dans un même lieu (cf. notamment 1773-08-25 ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1).

47 1773-08-06 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 430-432).

48 Voir à ce sujet toutes les lettres de Lemoyne écrites de Saint-Malo, en juillet et août 1773.

49 Le Contrôleur général désavoue de manière cinglante le commissaire (1773-08-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 435-436). Pérusse ne veut pas de gens venus contre leur gré (1773-08-04a ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97).

50 Cf. 1773-08-04a et 1773-07-31.

51 1773-08-23 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 438) ; le 16 août 1773 (1773-08-16c ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 427-429) il prétend cependant avoir eu 400 personnes (il grossit sans doute ses chiffres).

52 Cf. 1773-08-16a (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 423-425) et 1773-08-16b (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 425-427).

53 1773-10-07 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.

54 1773-12-14a (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 529-534) et aussi 1773-12-24 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 541-542).

55 1774-07-00b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

56 Un Acadien déclare ainsi à Lemoyne : « nous avons des amis qui sauront bien nous faire accorder ce que nous voulons. Ce projet n’est pas le premier que nous avons fait échouer » (1773-08-20a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 433-434).

57 Ultérieurement, cependant, les Acadiens du Poitou demandent à avoir une église rien que pour eux, l’abbaye de l’Étoile (1780-00-00 ; Rouet, op. cit., annexe III). Fortuitement, peut-être, l’abbé commendataire de cette Église était un prélat canadien, l’abbé de La Corne.

58 1773-07-31 (BM Bordeaux, Ms 1480, fo 415-420).

59 1774-02-00c; AN H14992, fo 634.

60 1774-09-14a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

61 1773-06-08b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

62 Le marquis de Pérusse reprend cet argumentaire dans au moins un autre document (1773-00-00c ; AN H14992, fo 638).

63 1774-02-00c; AN H14992, fo 634.

64 1773-08-04a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97.

65 C’est le cas de la famille noble Landry-d’Entremont. Joseph Landry écrit : « Nous leur avons dit que nous n’étions point des terriens et que nos ancêtres n’avaient jamais gratté la terre et que nous aimions autant mourir ici comme à mourir là » (1775-03-02b).

66 1774-06-24; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-2.

67 En mai 1776, il ne reste plus que 497 personnes sur l’établissement (1776-05-01) et le nombre diminuera progressivement pour devenir proche de la centaine quelques mois plus tard. En 1778 il n’y a plus que 118 personnes dans la colonie (1778-01-01e) (on peut toutefois ajouter à ce nombre les couples mixtes et diverses autres personnes ; le total monte alors à 180 personnes). Cf. également 1776-12-20 : 1400 Acadiens à Nantes.

68 1775-07-18a ; AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2.

69 1775-07-18b; AD Vienne 2 J 64/M 7.

70 Il faut toutefois prendre les informations communiquées par Pérusse à partir de ce moment-là avec beaucoup de précautions, car, devant la perspective de voir ses efforts de plusieurs années ruinés, le marquis est atteint de paranoïa, accusant tour à tour les députés acadiens, la Marine en général et Lemoyne en particulier, le Contrôleur général, les curés et les habitants des villages avoisinants et d’autres encore, de vouloir nuire à ses projets, voire d’attenter à sa vie. Par ailleurs, il n’hésite pas à déformer considérablement la réalité dans certaines de ses lettres, voire à mentir purement et simplement. Or Pérusse représente, pour ce qui concerne les agitations de la « cabale » [sic] acadienne à cette période, notre unique source de renseignements.

71 1775-08-12b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

72 1775-08-17; AD Vienne 2 J 64.

73 1775-08-30a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

74 1775-08-30b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

75 1775-09-22; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

76 En janvier 1777, le marquis suggère encore à diverses familles acadiennes de venir s’établir sur la colonie. Il leur promet de favoriser autant qu’il le pourra les regroupements familiaux (1777-01-10 ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97).

77 1775-12-24 (AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1); 1776-03-09 (AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2).

78 1775-11-12; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

79 1775-12-01b (AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1) : « Simon Aucoin dit Mazerolles, qui doit partir par le prochain convoi […] s’est permis dimanche dernier d’insulter à la porte de l’église les nommés Joseph Doucet, Jacques Bunel, Jean-Baptiste Hébert, Marin Daigle, et Jean Doucet qui tous sont des neuf familles restées à l’établissement et après leur avoir dit beaucoup d’injures, il les a menacés de les faire assommer dans leurs habitations avant son départ. »

80 1775-12-31a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

81 1775-12-31b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

82 1776-02-18; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

83 Damien Rouet, L’insertion des Acadiens dans le Haut Poitou et la formation d’une entité agraire nouvelle, de l’ancien régime au début de la monarchie de juillet (1773-1830) : étude d’histoire rurale, thèse de doctorat (Histoire), Université de Poitiers, 1994, p. 104.

84 Rouet, ibid., p. 228.

85 Pratiquement toutes les Acadiennes qui ont épousé de jeunes Français au début de la colonie du Poitou sont restées sur place et ont fait souche, soit 25 sur 28.

86 Notes de Rameau de Saint-Père à la suite d’une visite dans le Poitou en mars 1860, CEA Moncton, Fonds Rameau de Saint-Père, 2.12-4 (feuillets), transcrit dans Rouet, op. cit., annexe VI, p. 150 et suivantes. Il faut prendre les propos rapportés de Boudrot avec beaucoup de circonspection : le vieillard, âgé de 86 ans, ne se souvient plus de très nombreux détails.

87 Résumé des propos de Benjamin Boudrot par Rameau de Saint-Père dans Une colonie féodale en Amérique, l’Acadie (1604-1881), Paris et Montréal, Librairie Plon et Granger frères, 1889, vol. 2, p. 234.

88 1773-10-00; AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2. Le mémoire étant vraisemblablement rédigé par Pérusse, ce dernier ne fait cependant peut-être que confondre ses désirs avec la réalité.

89 1773-06-04a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 345-349.

90 1773-08-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 435-436.

91 Il est à noter que le mémoire cité ci-dessus interdit formellement aux Acadiens de quitter le Royaume (1773-02-00 ; mémoire anonyme, peut-être de Bertin, au nom du Roi, AN H14992 fo 649).

92 Nicole Pellegrin, « Costumes régionaux », Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996.

93 Sur le même sujet, voir D. Roche, La France des Lumières, op. cit., p. 215s et p. 289s.

94 1773-07-24; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1.

95 Daniel Roche, op. cit., p. 216.

96 David Bell, The Cult of the Nation in France. Inventing nationalism, 1680-1800, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2001 ; Edmond Dziembowski, Un nouveau patriotisme français 1750-1770 : la France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Oxford, Voltaire fondation, 1998.

97 1775-07-18a; AD Vienne 2 J dép. 22 art. 124-2.

98 1782-04-05 ; AN F15 3495. Il s’agit peut-être du projet d’établir les Acadiens sur l’île d’Ouessant, projet évoqué dans les notes de H. Bourde de la Rogerie, mais dont je n’ai personnellement pas retrouvé trace dans les archives (2004-00-00b ; AD Ille-et-Vil., 5 J 140).

99 1778-06-00 (MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7) et 1782-04-05 (AN F15 3495). Aucun Acadien ne passera en réalité en Corse.

100 1782-04-05 ; AN F15 3495.

101 1777-11-10 ; MAE, Mém. et doc., Angleterre, 47, fo 18-28, pièce 7.

102 1778-01-04 ; AD Ille-et-Vil. C 6176.

103 C’est bien à la Guyane que Ballays fait ici allusion (cf. 1778-04-25 ; AN Col F2 B Commerce des Colonies).

104 Les propositions de la compagnie sont peut-être celles faites en mai 1780 par M. de Rosembourg, soit plus d’un an et demi après (1780-05-16b ; AN Col B, vol. 172, fo 231 et 1780-07-08 ; AN Col B, vol. 172, fo 318). Il est intéressant de noter que ce dernier projet précise que les familles acadiennes seront regroupées. Sur les 12 propositions, destinées à allécher les Acadiens, l’une évoque précisément que les arrangements seront pris pour que les familles « demeurent unies entre elles » (1780-05-16a ; « Propositions faites à Paris aux députés acadiens de Nantes pour l’établissement des familles acadiennes à la Guyane », AN Col C11 D vol. 10 (ANC, MG1-C11 D, vol. 10, Mi des transc. C 11362, vol. 10).

105 1778-04-25 ; AN Col F2 B Commerce Col. – MG1 18, vol. 3, carton 6, série F2 B (transc., Mi C – 3056).

106 1782-04-05 ; AN F15 3495.

107 1782-04-05 ; AN F15 3495.

108 1778-06-00 ; MAE, Mém. et doc., Angleterre, vol. 47, fo 18-28, pièce 7.

109 1778-06-00 ; id.

110 Les tribus amérindiennes d’Amérique du Nord pratiquaient par exemple souvent l’adoption des ennemis capturés, qui étaient bien traités et finissaient généralement par se fondre dans la masse avec les autres.

111 1756-09-05 ; RAPC 1905-II, p. xvii-xviii. Voir aussi à ce sujet Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., chapitre XIII et notamment p. 387. Faragher note que de nombreuses familles étendues furent ainsi séparées.

112 Megan Metters, « Towards a comparative study of immigrante education policy in France and the US, 1947-1985 », thèse de doctorat (histoire), Institut universitaire européen, Florence (en cours de préparation).

113 Cf. M. de Certeau, D. Julia, et J. Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, 1975.

114 1783-07-12 ; Les Acadiens de Nantes à l’ambassadeur d’Espagne, le comte d’Aranda, le 12 juillet 1783 (MAE, Corresp. Pol., Espagne, vol. 611, fo 34).

115 1784-04-04 ; les Acadiens de Nantes à Charles de Vergennes, 4 avril 1784, MAE, Corresp. Pol., Espagne, vol. 612, fo 287.

116 1798-03-17 ; AGI, PPC, legajo 197, fo 951, 960, 966, 967, 973. Le projet de Peyroux est de conduire les Acadiens en Louisiane. Voir aussi : 1800-09-27 ; AGI, PPC, legajo 217B, fo 112-113. Dans le document « Notes sur l’arrivée et le séjour en Louisiane de M. Henri Peyroux de la Coudrenière », postérieur à l’émigration, Peyroux raconte qu’il forma le projet d’organiser l’émigration des Acadiens en Louisiane en 1783.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search