Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Première partie. Rassembler ou disperser ? Les projets d’établissement

Chapitre IV. Les projets d’établissement : défricher la France (1763-1772)

Texte intégral

1Avant même le rapatriement des Acadiens d’Angleterre, Choiseul sait que plusieurs d’entre eux ne veulent pas aller dans les colonies méridionales. Certaines des familles nord-américaines demandent à repasser au Canada ou à être établies en France. En vertu des thèses populationnistes et colbertistes évoquées plus haut, Choiseul écrit au Contrôleur général dès le 4 avril 1763 pour se renseigner sur la possibilité de trouver des terres dans le Royaume pour ceux des Acadiens qui ne voudront pas repartir :

  • 1 1763-04-04; AN Col B, vol. 117, fo 117.

Les familles de l’Amérique septentrionale qui sont venues en France après la prise de l’île Royale, de l’île Saint-Jean et du Canada ont été soutenues jusqu’à présent par les fonds des colonies au moyen d’une subsistance de 6 s. par jour […]. L’intention du roi a été immédiatement après la paix de faire passer ces familles à Cayenne […], mais elles se refusent généralement à prendre ce parti et elles […] demandent par cette raison à être placées de préférence dans les provinces du Royaume, ou la liberté de retourner à l’Acadie et en Canada. Comme il est important pour l’État de ne pas perdre cette peuplade qui peut composer le nombre de 4000 personnes […] et que ces familles pourraient être utilement employées soit à la culture des terres ou dans les manufactures, je vous prie de vouloir bien me marquer si vous avez quelque moyen pour en tirer parti soit dans les provinces qu’elles habitent soit en les faisant passer dans l’intérieur. M. le duc de Nivernais se propose d’en employer d’autres qui doivent venir incessamment d’Angleterre dans l’île de Bouin qui lui appartient. Elles l’ont même désiré. Il est fort à souhaiter qu’on puisse placer le surplus dans les lieux qu’on a l’intention de défricher dans l’intérieur du Royaume. […] à tous égards il est très intéressant de retenir ces familles dans le Royaume et de ne pas les mettre dans le cas de demander à repasser à l’Amérique septentrionale. Nous perdrions cette peuplade qui augmenterait d’autant celle des Anglais ; vous en sentez comme moi toutes les conséquences1.

  • 2 1763-06-23 (ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019); 1765-01-31 (AN Col B, vol. 12 (...)
  • 3 1763-06-23 (ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019).
  • 4 Les intendants de Bordeaux et de Caen, au moins, font suivre la lettre du Contrôleur général du 23 (...)
  • 5 1763-07-02; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.
  • 6 1763-07-03a; id.
  • 7 1763-07-05; AD Gironde (Bordeaux) C 425.
  • 8 1763-07-08b; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.
  • 9 1763-08-21; id.
  • 10 1763-07-08a; AM Saint-Malo, BB 49, reg. Ms, fo 12-13. Une seule autre exception : le 15 août 1763, (...)
  • 11 1763-07-08a ; id.

2Si de nombreux commentateurs ultérieurs affirment que les Acadiens ont été « abandonnés » pendant cette période (1763-1772), ce n’est pas tout à fait le cas puisqu’à plusieurs reprises, à la suite de la lettre reproduite ci-dessus, Choiseul sollicite diverses personnes en faveur des réfugiés2. Le Contrôleur général, Bertin, relaie la requête de Choiseul auprès de plusieurs intendants3. Une enquête menée dans différentes régions4 conclut à l’impossibilité d’établir les Acadiens. À peu près tous les subdélégués répondent par le même leitmotiv : il y a déjà en Normandie « plus d’ouvriers qu’on n’en peut employer », écrit l’un5. « Je ne crois pas que la population, Dieu merci, manque dans notre élection et que nous ayons besoin de nouveaux habitants. Le pays a bien de la peine à nourrir ce qu’il y en a », écrit un autre6. Dans l’arrondissement de Périgueux, les riches propriétaires ne montrent aucun empressement à accueillir les réfugiés, soit qu’ils n’aient pas de terres à défricher, soit qu’ils craignent la dépense « dont ils ne pourraient pas être dédommagés par le travail des Canadiens7 ». Dans l’élection d’Avranches, il n’y a pas non plus de « commerce ou de manufacture » qui puisse employer les Acadiens8. Fontette, l’intendant de Caen, résume l’opinion générale de ses subdélégués en expliquant à Choiseul qu’il y a sur toute la façade ouest un problème général de chômage laissant déjà beaucoup de « règnicoles » sans emploi, autant dans les manufactures que dans le travail journalier et que, par conséquent, l’établissement des Acadiens n’est pas possible dans sa généralité9. Le Fer de Chanteloup, le maire de Saint-Malo, est pratiquement le seul à proposer des mesures concrètes pour établir les Acadiens ou du moins leur trouver de l’occupation : il suggère qu’on leur donne des outils et qu’on les autorise à défricher les terres du domaine royal10. C’est lui aussi qui le premier évoque l’afféagement de Belle-Île-en-Mer et suggère d’y installer des Acadiens11.

Belle-Île-en-Mer

3Il est difficile de savoir si cette lettre de Chanteloup fut à l’origine de l’établissement de 78 familles acadiennes, soit 363 personnes à Belle-Île-en-Mer. Le gouvernement ne participe que d’une manière indirecte à ce projet, proposé par les États de Bretagne au mois de juillet 1763, c’est-à-dire au moment de l’arrivée des Acadiens d’Angleterre en France. Ce sont d’ailleurs uniquement ces derniers qui sont, dans un premier temps, pressentis pour coloniser l’île et la grande majorité des afféagistes de Belle-Île sont effectivement des rapatriés du Royaume-Uni. Quoi qu’il en soit, c’est à l’occasion de cet établissement que pour la première fois se pose la question de l’assimilation des Acadiens dans les populations locales de l’île.

  • 12 Pétitions des Acadiens de Morlaix aux commissaires des États de Bretagne, 30 et 31 octobre 1763 (1 (...)

4La proposition est d’établir 77 familles sur l’île qui vient d’être reprise aux Anglais. Il ne s’agit pas d’un cadeau fait aux Acadiens, puisque l’idée est de repeupler l’île pour la fortifier contre de nouvelles attaques de la Royal Navy. Le projet implique le déplacement des insulaires et la redistribution des terres. Alors que la réorganisation de l’île est en cours de négociation, les réfugiés en profitent pour demander à être regroupés en une seule et même paroisse, « pour faciliter la réunion de nos familles qui sont divisées par nos ennemis depuis plus de huit ans12 ». Leurs propos ouvrent un débat sur la meilleure manière d’assimiler les Acadiens aux populations locales. C’est la première fois qu’ils expriment de manière aussi explicite et directe leur souhait d’être réunis.

  • 13 1764-02-17a ; lettre de Jean-Louis Le Loutre à Warren, le 17 février 1764, AD Morbihan, Série E, c (...)
  • 14 Ibid. Deux projets concurrents sont proposés pour l’établissement des Acadiens à Belle-Île : soit (...)

5L’abbé Le Loutre, qui supervise l’établissement des familles, se fait aussi l’interprète, à plusieurs reprises, du désir des Acadiens de rester groupés. Dans une lettre au gouverneur de l’île, Warren, il soutient les Acadiens souhaitant être « placés tous ensemble » et voulant vivre « comme ils ont toujours vécu, toujours voisins et à proximité les uns des autres, et n’être pas confondus avec les Bellilois13 ». Le Loutre ne cache pas son intérêt personnel à ce regroupement : « Je ne puis vous dissimuler, Monsieur, que j’aimerais mieux les Acadiens [groupés] parce que je pourrais être au milieu d’eux, les animer et les encourager au travail », écrit-il de nouveau à Warren le 14 avril 176414.

  • 15 1765-03-05 ; AD Ille-et-Vil. C 2691.
  • 16 1764-01-21 ; Lanco, ibid.

6Si c’est à l’occasion de l’établissement de Belle-Île qu’on retrouve pour la première fois le souhait exprimé par les Acadiens de vivre à proximité les uns des autres, c’est aussi à cette occasion qu’apparaissent les premières résistances, qui ne viennent cependant pas du gouvernement lui-même. Les raisons avancées peuvent paraître curieuses : les textes évoquent en effet la possibilité de « régénérer » les populations locales en les mélangeant à un peuple neuf et pur venu des Amériques. En effet, la plupart des résidents de l’île sont perçus par Isambert, inspecteur des domaines à Belle-Île-en-Mer, comme « extrêmement paresseux ». Isambert préconise donc « qu’il serait à propos pour inspirer l’amour du travail aux autres colons […] de placer dans ces différents villages des gens plus laborieux ». Il ajoute que « les États ont approuvé et approuvent cet avis15 ». Warren partage l’analyse d’Isambert et il l’exprime de manière tout aussi ouverte : « [les Acadiens] donneraient de l’émulation aux naturels du pays qui sont fort paresseux et qui n’ont aucune industrie », écrit-il ainsi à l’intendant de Marine à Brest16.

  • 17 Recteur le Sergent (1765-00-00 ; Jean-Marie Fonteneau, Les Acadiens, op. cit., p. 287).
  • 18 1764-01-00 ; AD Ille-et-Vil. C 5157.
  • 19 1765-06-14 ; Fonteneau, op. cit., p. 344.
  • 20 1765-10-14 ; id., p. 299.

7D’autres raisons sont invoquées pour justifier la dispersion des Acadiens. La première, chronologiquement, est la difficulté de les placer tous côte à côte : en effet, les anciens colons doivent, dans ce cas de figure, quitter leurs terres pour faire place aux nouveaux venus. Le projet de Le Loutre de regrouper ses fidèles dans une seule paroisse au centre de l’île entraîne encore davantage d’expropriations que le projet concurrent consistant à les répartir sur les terres libres dans chaque village, c’est-à-dire à les disperser. Or l’émotion est vive parmi les futurs expropriés. Le recteur de Bangor explique comment ses paroissiens « vinrent tous [lui] dire que leurs femmes et enfants jetaient des cris de force et ne consentaient point à sortir pour faire place aux Acadiens17 ». Il ne s’agit certes pas d’une expropriation à proprement parler puisque les États de Bretagne proposent aux Bellilois d’effectuer un remembrement général. Les insulaires, qui n’étaient pas jusque-là propriétaires de leurs terres, devaient le devenir à l’issue de l’opération, mais en continuant à payer de lourdes redevances. On tente de prouver aux îliens qu’ils ne perdront pas au change18, mais sans grand succès. Le Loutre reçoit des invectives et des injures de la part de Bellilois qui, pour certains, continuent à ensemencer leurs anciennes terres alors qu’elles sont destinées aux Acadiens, ce qui crée « une foule de difficultés. Il semble qu’on y prenne plaisir, tout traîne en longueur, on ne termine rien…19 » Quelques mois plus tard, le 14 octobre 1765, il écrit que « les anciens colons prétendent que tout est à eux. Ils ne veulent pas permettre à nos Acadiens de labourer, ils ont été jusqu’à leur défendre de couper du foin…20 » Cette hostilité patente envers les nouveaux venus est évidemment liée aux expropriations qu’ils entraînent dans leur sillage, et certainement pas à une quelconque forme de proto-racisme. Pour limiter la résistance des anciens habitants, plusieurs administrateurs locaux s’opposent donc au projet de rassemblement des Acadiens dans une seule paroisse défendue par Le Loutre. Cette opinion est exprimée dès les origines par l’un des rapporteurs de la commission établie par les États de Bretagne.

  • 21 1763-11-04a ; AD Ille-et-Vil. C 5156.

La réunion de toutes ces familles dans une même paroisse nous paraît aussi difficile qu’impraticable, non seulement par rapport à la division des terres, mais encore parce qu’il faudrait expulser de leurs tenues d’anciens colons parmi lesquels il peut se trouver de bons cultivateurs actifs et laborieux qui méritent des égards et qui par leur expulsion de leurs anciennes tenues pourraient se dégoûter21.

  • 22 1764-03-20 (Lanco, op. cit.). L’inspecteur des domaines Isambert reprend les mêmes idées (1764-04- (...)

8Warren constate de visu l’hostilité des populations locales, et il préconise lui aussi de disperser les Acadiens pour la prévenir. Mais il pousse plus loin la réflexion et est le premier à avancer l’idée selon laquelle les Acadiens, de cette manière, se mélangeront mieux avec les autochtones. Warren n’envisage pas de problèmes culturels ou identitaires rédhibitoires même si les deux populations ne parlent pas la même langue, puisqu’il s’attend à ce que cette méthode permette de former dans l’île « un seul esprit et un même peuple22 ». Le Loutre semble davantage dubitatif sur les capacités d’assimilation de la population locale et sur la volonté des Acadiens de se laisser dissoudre dans la masse. Devant les oppositions suscitées par son projet de regroupement, l’abbé plaide pour un compromis. S’il est prêt à céder sur la répartition globale des terres, il espère toujours pouvoir éviter l’assimilation préconisée par Warren.

  • 23 1765-09-06 ; Lanco, op. cit. Le Loutre redoute de voir les Acadiens s’assimiler aux populations lo (...)

Vous aurez la bonté, si nous sommes dispersés dans les quatre paroisses, de faire mettre du moins nos Acadiens de proche en proche, afin qu’ils puissent s’entre aider dans leurs travaux, et n’être pas confondus avec les bellilois qui ne les regardent pas d’un bon œil et dont ils n’entendent pas le langage23.

  • 24 Population pauvre de l’île composée de journaliers pratiquant également la pêche.
  • 25 1763-10-25a; AN Col B, vol. 117.
  • 26 1763-12-03 ; AD Ille-et-Vil. C 5157.
  • 27 1764-06-10; AN Col B, vol. 120, fo 195//1765-08-26a; AN Col B, vol. 122, fo 278//1765-11-02b; SHM (...)

9Le projet d’afféagement de Belle-Île fut principalement conduit par quatre intervenants locaux et suscita une intense correspondance entre les États de Bretagne, le gouverneur de l’île, Warren, les anciens colons, les gourdiecs24, les quatre recteurs (curés) de l’île et, enfin, l’abbé Le Loutre et ses Acadiens. Le gouvernement intervint également à plusieurs reprises. Choiseul approuve ainsi chaudement le projet25. L’intervention du ministre se borne par la suite à des aides matérielles ou logistiques : en décembre 1763, il engage l’abbé Le Loutre à inciter les familles acadiennes – initialement réticentes – à s’établir dans l’île26. En juin 1764, il sollicite le Contrôleur général des Finances pour le paiement d’une somme de 56 000 livres réclamées par les États, fournit du matériel pour l’établissement et règle le prix du transport des Acadiens27.

  • 28 1765-02-11 ; AN Col B, vol. 122.

10Plus significatif : Choiseul, prenant parti pour Le Loutre contre Warren, l’encourage dans son projet de rassemblement des Acadiens. Il écrit ainsi au duc d’Aiguillon, gouverneur de Bretagne, de laisser la direction des opérations d’afféagement de Belle-Île à Le Loutre, et de « réunir ces familles [acadiennes] en un seul village. Elles sont toutes alliées, elles s’entraideront28 ». Cette injonction de Choiseul visant à regrouper les Acadiens dans une même paroisse contraste fortement avec les opinions ultérieures de son homologue Necker. Ce problème du regroupement et de la dispersion des Acadiens occupa en tout cas une place importante dans la correspondance relative à l’établissement. J’ignore les raisons pour lesquelles le principal ministre du royaume incita les Acadiens à rester regroupés, mais on peut émettre l’hypothèse que Choiseul, observant les démarches de loin, a été plus sensible aux désirs des rapatriés et de l’abbé Le Loutre lui-même qu’aux problèmes pratiques éventuellement posés par ce regroupement d’Acadiens dans la plus grande des îles bretonnes.

  • 29 1765-03-05 ; AD Ille-et-Vil. C 2691.
  • 30 1765-04-01 ; Lanco, op. cit.

11La résistance au regroupement des Acadiens à Belle-Île semble donc être née avant tout à l’échelon local. Malgré l’appui de Choiseul, Le Loutre et les Acadiens n’eurent pas gain de cause : en effet, si les États préconisèrent de placer les nouveaux venus à l’extrémité de trois paroisses, « à commencer à l’endroit où elles se réunissent et de proche en proche », ils ajoutent une clause qui en annule les effets puisqu’elle interdit de « forcer les anciens habitants à quitter leurs habitations, à moins qu’ils n’y consentent de gré à gré29 ». Sur le terrain, les résistances locales furent très fortes, les habitants ne voulant pas céder leurs champs et leurs habitations30. La résistance des îliens ne faiblit pas, et une fronde contre le projet de l’abbé se forma à l’instigation d’un des recteurs de l’île, à tel point que Le Loutre dut capituler. Après septembre 1765 il n’est plus fait allusion aux problèmes de regroupement ou de dispersion des Acadiens. Ceux-ci durent céder et ils sont au final bel et bien répartis sur toute l’étendue de l’île.

  • 31 1765-03-30b ; AD Ille-et-Vil. C 5157.

12Au total, donc, l’établissement de Belle-Île constitue la première tentative d’assimilation des Acadiens dans une population locale, moins « française » qu’eux, puisque parlant breton. Alors que les réfugiés revendiquent l’autorisation de rester soudés en communauté, les autorités insulaires encouragent au contraire fortement un brassage des populations31. Le gouvernement seconde les vœux des réfugiés, mais l’impossibilité de mettre en œuvre la décision auprès des populations locales amène de facto le brassage.

  • 32 « Il se dit […] du témoignage qu’on rend de ce qu’un autre a dit ou fait ; Il signifie aussi, l’ap (...)
  • 33 Les déclarations des Acadiens sont conservées aux AD Morbihan (Vannes) et ont été publiées dans ab (...)

13Le souci d’intégrer les Acadiens sur place se traduit également par la reconstitution de leur état civil, perdu au moment de la déportation. Les États de Bretagne commandent en 1767 une enquête orale parmi les Acadiens de l’île pour établir les généalogies et les liens de parenté entre tous les réfugiés. L’établissement de ces généalogies avait pour but de permettre le retour à la vie normale, de vérifier la validité des mariages, etc., et de rendre « avouables » ces gens jusque-là sans aveu32. Tous les chefs de famille présents dans l’île sont donc interrogés et doivent indiquer leur filiation jusqu’aux ancêtres venus de France. Cette démarche symbolise certainement la volonté de réinsérer les Acadiens dans la société civile belliloise33. Aucune démarche similaire ne fut entreprise ailleurs en France.

  • 34 1765-09-06 ; Lanco, op. cit. (extrait cité plus haut, p. 85) ; Warren regrette que Le Loutre n’ait (...)
  • 35 Cf. Fernand René Perron, « Laurent Babin : assassin de grands chemins ? », Bulletin de l’Associati (...)
  • 36 Contrairement à ce que Cérino indique dans son article (« Les Acadiens à Belle-Île-en-Mer », Annal (...)
  • 37 On a pu calculer des taux voisins de 85 % de mariages mixtes. C. Cérino (op. cit.) signale que, se (...)

14La perspective d’être mélangés à la population belliloise a sans doute contribué à limiter le nombre d’Acadiens finalement volontaires pour coloniser l’île34. Les relations entre Acadiens et Bellilois semblent être restées relativement tendues pendant quelque temps après l’arrivée des familles, à la fin de septembre 1765. C’est ce dont témoignent par exemple les échauffourées entre l’Acadien Laurent Babin et plusieurs insulaires35. Les conflits ne s’estompent qu’après l’installation des dernières familles d’Amérique, mais on retrouve des traces de chicanes jusqu’en 1768 ou 176936. Cette hostilité latente ou patente n’empêche pas un grand nombre de mariages mixtes de se conclure37.

  • 38 Dominique Guillemet, « Les Acadiens de Belle-Île-en-Mer : légende noire et histoire en (re)-constr (...)
  • 39 Fonteneau, op. cit., annexe 2.

15La question de savoir si l’établissement de Belle-Île fut un succès ou un échec a été et est toujours largement débattue, et se résume le plus souvent à une bataille de chiffres sur le nombre d’Acadiens repartis de l’île. Par exemple, Dominique Guillemet estime que les deux tiers de la population initiale sont encore présents dans l’île en 179238. Mais ces chiffres – rarement détaillés ou expliqués – ne sont guère significatifs. À propos des chiffres donnés par Guillemet, il est évident que la plupart des « Acadiens » présents à Belle-Île en 1792 sont nés sur l’île et souvent descendent de couples mixtes. Si l’on prend la liste des 235 Acadiens vivant sur l’île en 1786 on peut rapidement compter parmi les noms mentionnés au moins 126 personnes nées après 1765. Ce ne sont donc plus que 109 personnes sur les 363 venues dans l’île qui sont encore présentes, soit moins d’un tiers. Certes, plusieurs sont sans doute morts naturellement, mais il semble assuré qu’une bonne proportion ont quitté l’île volontairement. Cent vingt-cinq Acadiens de Belle-Île s’embarquent notamment pour la Louisiane en 178539.

  • 40 Le Loutre demande à ce que les Acadiens n’aient pas le rebut des habitations (1765-09-06 ; Lanco, (...)
  • 41 1772-09-26 ; Lanco, op. cit.
  • 42 1772-10-31a ; Fonteneau, op. cit.
  • 43 1772-12-31 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1772) pièce 98 et AN Col B, vol. 143, fo 775.

16Les motifs qui poussent les Acadiens à quitter l’île apparaissent en filigrane dans plusieurs documents ultérieurs. Principalement, il semble que les nouveaux venus ont eu beaucoup de difficultés à mettre en valeur leurs propriétés, parmi les moins bonnes de l’île40. Quand vient le temps des mauvaises récoltes, par exemple entre 1769 et 1772, la situation des Acadiens devient extrêmement précaire. En septembre 177241, le baron de Warren alerte l’abbé Le Loutre sur les conséquences de mauvaises récoltes et de mauvaises pêches qui mettent en péril la plupart des Acadiens. Warren fustige l’avarice des régisseurs qui se préoccupent seulement de réclamer la redevance, et ne veulent pas même prêter des grains pour la saison. Le mois suivant, Warren explique à Terray les raisons qui lui font craindre pour la colonie acadienne : selon lui, les terres qui ont été distribuées aux nouveaux venus étaient d’une superficie bien inférieure à ce qui avait été promis par les États de Bretagne. Alors que les redevances ont augmenté, plusieurs familles acadiennes se disposent à partir. Warren demande au Contrôleur général des semences gratuites pour les Acadiens42. On ignore si le Contrôleur général accéda à la demande, mais ce qui est sûr c’est que plusieurs afféagistes quittent l’île peu de temps après cette lettre. De Boynes, le ministre de la Marine, écrit en effet à Guillot à la fin du mois de décembre de la même année qu’il a reçu des lettres d’Acadiens représentant que, « le terrain qui leur avait été accordé étant absolument stérile, ils n’ont pu, quelques peines qu’ils se soient données, s’y procurer les moyens de subsister [et] qu’ils ont été obligés de l’abandonner pour se retirer à Saint-Malo ». Ils demandent alors à toucher à nouveau la solde comme leurs compatriotes de la région malouine. Le ministre, qui estime qu’on a « accompli la promesse qui leur avait été faite » en leur donnant des terres à Belle-Île, prescrit à Guillot de ne plus les « regard[er] comme Acadiens43 ».

  • 44 1773-09-06a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 469-471.
  • 45 1773-09-16 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 446-455.
  • 46 1787-02-14 ; AD Ille-et-Vil. C 2453.

17Neuf mois plus tard, le commissaire Lemoyne, passant dans la région, adopte un ton plus conciliant. Après enquête, il explique pourquoi tant d’Acadiens ont quitté l’établissement en évoquant de mauvaises terres, des récoltes médiocres et des redevances trop élevées. Il estime que tous les Acadiens risquent de quitter Belle-Île tant les conditions sont mauvaises44. Quelques jours plus tard, il recommande une inspection des terres de tous les Acadiens présents sur l’île et tranche : ceux dont les terres sont pauvres peuvent prétendre à l’établissement du Poitou ; quant aux autres, ils doivent être considérés comme ayant déjà bénéficié des grâces du roi et ne doivent donc pas être autorisés à rejoindre le Poitou45. Un certain nombre d’Acadiens quittent alors définitivement l’île pour s’agréger à la colonie poitevine. Quelques années plus tard, une nouvelle saignée se produira au moment du départ vers la Louisiane : on a vu plus haut que près d’une centaine d’individus quittèrent alors à nouveau le Morbihan. Au moins un Acadien demande encore ultérieurement à quitter l’île pour aller à Saint-Pierre et Miquelon46.

  • 47 1901-09-17 ; AD Ille-et-Vil. 5J 138 : Notes de Bourde de la Rogerie prises à la suite d’une conver (...)

18Bref, au-delà des querelles de chiffres sur le nombre d’Acadiens restés à Belle-Île-en-Mer, il semble que le greffon acadien n’ait que partiellement pris dans le milieu insulaire. On a vu que l’échec partiel s’explique essentiellement par des problèmes économiques : les Acadiens ont eu tout simplement beaucoup de mal à se nourrir. Peut-être n’étaient-ils guère plus mal lotis que les anciens colons ; leur mobilité s’explique cependant par leurs relations avec le reste de la diaspora acadienne et les possibilités qui leur sont offertes périodiquement pour rejoindre leurs compatriotes, dans le Poitou, ou au départ pour la Louisiane. Les facteurs culturels et linguistiques, les affinités de groupe ont-ils joué un rôle pour expliquer ces départs ? Il est vain de débattre de ce point en l’état actuel des recherches, les sources ne faisant plus mention directement de problèmes de ce type après le début de l’installation, mais on peut présumer que ces aspects ont joué un rôle dans au moins une partie des départs. Les fragiles calculs de taux de mariages mixtes indiquent que les deux communautés se mélangèrent assez vite. Les Acadiens qui restèrent furent assimilés rapidement, même si le souvenir de leurs racines a été ravivé récemment, en marge de la recrudescence des échanges avec le Québec et le Canada en général47.

Autres projets

19L’établissement de Belle-Île n’a mobilisé, on l’a vu, qu’un faible nombre d’Acadiens. Devant le succès apparent du début, l’État s’occupe d’établir le reste des Acadiens résidant en France, soit environ encore 3 000 personnes. Il reste cependant bien difficile de déterminer quelles furent les actions du gouvernement, faute de sources, mais celles-ci semblent s’être limitées à peu de chose. Toutefois, concernant les quelques projets sur lesquels on possède des détails, le ministère n’a pas du tout adopté le point de vue des administrateurs bellilois qui préconisaient de disperser les Acadiens. Quelques autres indices témoignent plutôt de ce que le gouvernement souhaite établir les Acadiens tous ensemble. Même si aucune raison n’est donnée dans les documents, on peut imaginer que le gouvernement souhaitait établir les Acadiens tous ensemble pour des raisons pratiques : un établissement unique signifiait moins de démarches qu’une multitude d’établissements individuels.

  • 48 1767-08-24 ; A. Gosselin, « Encore le Père de Bonnécamps 1707-1790 », Mémoires de la Société royal (...)

20Dans une lettre éloquente adressée au Vatican en août 1767, l’abbé de l’Isle-Dieu écrit ainsi qu’on cherche à « rassembler » les Acadiens dans une « seule et même province ». La « réunion » des familles formera une « nouvelle petite Acadie48 ». Les vœux de l’abbé de l’Isle-Dieu de rassembler les Acadiens dans un même lieu sont secondés par le ministère qui est alors – selon les dires de l’abbé – disposé à favoriser la réunion des 500 ou 600 familles ; par ailleurs, c’est toujours pour préserver la « pureté » du peuple acadien que l’abbé de l’Isle-Dieu souhaite qu’ils soient réunis. Le gouvernement n’a à ce moment-là, vis-à-vis des Acadiens, aucun projet d’assimilation, bien au contraire puisque le but est plutôt de régénérer les populations locales. Une semaine auparavant, l’abbé Le Loutre évoquait sans doute le même projet dans une lettre au gouverneur Warren, en explicitant encore un peu plus les raisons de la volonté de conserver les Acadiens groupés :

  • 49 1767-08-15a ; Lanco, op. cit.

[…] Le ministre paraît disposé à les réunir toutes dans la même province et à n’en former qu’un seul et même établissement par paroisses distinctes et séparées, sans aucun mélange avec des paroisses déjà formées d’anciens habitants49.

  • 50 1767-08-21 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 266-267 ; 1768-08-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.
  • 51 1767-08-01 ; ANC, MG6 C3 [Mi 12881, 3e reg., p. 9-10] – Arch. du port de Cherbourg. Valognes est à (...)
  • 52 1768-08-26; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.
  • 53 1768-10-28b; AN Col B, vol. 131, fo 314.
  • 54 C’est ce qui ressort notamment, à propos de Brix, de la lettre du 1768-08-26 ; BM Bordeaux, Ms 148 (...)

21Ce projet est rendu certainement plus pressant par le rapatriement d’un grand nombre d’Acadiens établis initialement à Saint-Pierre et Miquelon et par le coût engendré par les secours qui leur sont distribués, « vu la cherté excessive du pain et des autres subsistances50 ». Même si, pour des raisons de confidentialité, le lieu envisagé de l’établissement en question n’est précisé ni par l’Isle-Dieu ni par Le Loutre, il s’agit probablement du « projet d’établissement dans les forêts de Brix et de Valognes51 » proposé par le commissaire de Francy et à propos duquel Praslin écrit au Contrôleur général : « Je crois que cet objet mérite toute votre attention et que c’est véritablement une affaire d’État […]. Je vous prie de me faire part le plus tôt qu’il sera possible des résultats de vos réflexions52. » Malgré ces chaudes recommandations, la réponse du Contrôleur général se fait attendre et le projet – comme beaucoup d’autres par la suite – est enterré sans qu’on en connaisse précisément les raisons53. Il semble toutefois que, comme pour les projets ultérieurs, les problèmes des droits relatifs aux terres et aux bois dépendant du domaine royal aient engendré des complications rédhibitoires54.

  • 55 1768-11-26 ; Lanco, op. cit.
  • 56 Les premières allusions à ce projet qu’on ait retrouvées datent cependant de presque exactement un (...)

22Près d’un an plus tard, la volonté du gouvernement d’établir les Acadiens tous ensemble et l’optimisme des missionnaires sont cependant intacts si l’on en croit le témoignage de Le Loutre à Warren. Ce dernier affirme candidement qu’il est « sur le point d’avoir une décision du ministère sur l’établissement des familles qui […] restent encore à établir en France [et qu’] on est enfin résolu de les placer toutes dans un même canton, et il paraît qu’il n’y a plus que certains arrangements à prendre […] pour finir […] cette affaire55 ». Le projet cette fois évoqué n’est sans doute plus celui de Brix, mais fait peut-être référence à une nouvelle suggestion du gouvernement d’établir les Acadiens en Corse, évoquée en détail plus loin56.

Les initiatives de particuliers

  • 57 Cf. à ce sujet Ernest Martin, op. cit., chapitres III et IV ; cf. aussi fiche 2004-00-00b (AD Ille (...)
  • 58 1763-09-12; AN Col B, vol. 117, fo 405.
  • 59 Un propriétaire envisage par exemple sereinement de « licencier » ses métayers, jugés fainéants et (...)
  • 60 1773-03-31 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 295-297.

23Parallèlement à ces projets gouvernementaux, Choiseul puis Praslin sollicitent des particuliers, d’autant plus qu’ils se rendent compte de la difficulté à établir les Acadiens sur des terres appartenant au domaine royal. De fait, de multiples projets émanent de petits ou grands propriétaires57. Choiseul n’est d’ailleurs pas le dernier à envisager de placer des Acadiens sur ses terres – à titre privé58 ! Le commissaire Lemoyne est à l’origine d’un certain nombre de projets et recrute des propriétaires parmi ses amis. Les Acadiens restent perçus comme de la main-d’œuvre bon marché, productive, patriote et attractive en raison des nombreuses redevances perçues. Les propriétaires sont rarement embarrassés de scrupules59. On flaire la « bonne affaire ». Les Acadiens sont aussi perçus comme le moyen de se faire connaître auprès du gouvernement. Et, de fait, de nombreux particuliers présentent un projet utilisant les Acadiens : depuis des entrepreneurs irlandais, jusqu’à un prince de sang, le comte de la Marche60. Certains correspondants s’imaginent ou espèrent toujours que les « mœurs pures » des Acadiens parviendront à montrer l’exemple localement…

  • 61 1767-06-26b ; lettre de Le Loutre au ministre de la Marine, sollicitant des indemnités pour son pr (...)

24Ces projets ont la caractéristique principale de ne prévoir l’établissement que de peu de familles à la fois. Aucun ne réclame ni ne met en avant l’avantage d’établir tous les Acadiens dans un même lieu. C’est peut-être une raison qui explique qu’ils ne sont pas retenus par le ministère. Il est fort possible que la résistance à ces « petits » établissements, qui auraient conduit à une nouvelle dispersion des Acadiens, ait été clairement exprimée soit par ceux-ci directement, soit par les abbés Le Loutre et de l’Isle-Dieu. Il ne fait pas de doute que cela rejoint le désir des Acadiens, alors qu’au même moment les regroupements familiaux se poursuivent : ainsi à la même époque, Joseph LeBlanc dit le Maigre, passe des colonies nord-américaines, via Saint-Pierre et Miquelon, pour rejoindre son fils aîné à Belle-Île61.

  • 62 M. Duhamel, « Tentative de Colonie acadienne en Corse », Revue des Sociétés savantes des départeme (...)
  • 63 1769-12-30 ; Chardon, intendant de Corse, à Choiseul, le 30 décembre 1769, AD de Corse, série C. L (...)

25Un des projets qui fut le plus près de réussir fut de placer les Acadiens en Corse. Les raisons de l’échec de ce projet sont connues grâce au compte rendu de la visite de l’île par Le Loutre et cinq Acadiens62 : il s’agit encore de raisons juridiques concernant la propriété des terres ; la difficulté à placer les Acadiens tous ensemble, comme ils semblent le demander, constitue un autre problème délicat à régler. En effet, les Acadiens demandent une nouvelle fois à être regroupés, comme le rapporte l’intendant de l’île en 1769 : « Les Acadiens demandent de placer les 400 familles sur la côte de l’Est, […] et à défaut de la possibilité de les établir toutes dans cette partie, ils demandent [d’autres terres sur la côte Ouest]63 ».

  • 64 Cf. 1763-03-07a ; 1763-03-07b ; 1763-06-19c.
  • 65 1771-10-29 ; AN Marine B3, vol. 596, fo 348 à 391.
  • 66 1776-09-12 ; AD Ille-et-Vil. 5J 139.

26Pour la plupart des cas, les sources sont lacunaires pour comprendre l’absence de réponse du gouvernement, les refus ou l’abandon des projets. Le plus souvent, cependant, il ne semble pas que l’abandon du projet ait été directement lié à la possibilité d’établir les Acadiens tous ensemble. Un certain nombre de particuliers se rétractent après s’être plus amplement informés. Par exemple Nivernais lui-même est prévenu par son intendant que la place manque pour les Acadiens dans l’île de Bouin64. Dans d’autres cas, l’administration juge elle-même que les conditions ne sont pas réunies pour un établissement convenable : ainsi, l’intendant de Marine au Havre examine les propositions d’établir des Acadiens près de Cherbourg et conclut par une formule lapidaire « qu’il n’y a pas la plus petite solidité dans ce projet65 ». C’est peut-être pour des raisons similaires que de nombreuses idées sont enterrées, telle celle du comte de Chateaubriand proposant de céder, contre redevances, une partie de ses terres à Combourg66.

27L’attitude du gouvernement face à la majorité de ces projets n’est le plus souvent connue, encore une fois, que de manière fragmentaire ou par déduction, faute de documentation suffisante. Comment se faire une idée alors de l’attitude du ministère ? L’hypothèse la plus probable est que le gouvernement n’œuvre guère en faveur des réfugiés et se contente d’une attitude passive, ne prenant position épisodiquement que lorsque des pétitions ou des propositions lui sont adressées. Lorsque des projets sont soumis, faute d’une volonté politique forte, les obstacles paraissent tellement insurmontables que les velléités sont étouffées dans l’œuf. Sans doute l’espoir secret de Choiseul, puis de Praslin, qui lui succède à la Marine, est-il que le problème acadien se règle de lui-même et que les réfugiés finissent par se « dissoudre » spontanément, trouvent des emplois ou au moins cessent d’importuner le ministère. Et le gouvernement laisse l’initiative à des particuliers, sans doute aussi pour des raisons financières. Le gouvernement est en effet aux prises avec plusieurs impératifs contradictoires, soit le manque de liquidités pour financer la totalité de l’établissement lui-même et fournir les terres, le désir de satisfaire les Acadiens, les intérêts personnels des ministres tentés par le clientélisme, et, on l’a vu, parfois intéressés personnellement à l’affaire.

  • 67 Voir l’annexe 5 du tome II de ma thèse : « La Louisiane, destination rêvée des Acadiens ? », p. 78 (...)
  • 68 1767-01-10 ; RAPC 1905-II, annexe G, p. 200.
  • 69 1768-01-22b ; RAPC 1905-II, p. 314.
  • 70 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.
  • 71 1764-00-00e ; Fonteneau, op. cit.

28On ignore si les Acadiens furent consultés sur ces diverses idées d’établissement. La plupart des projets sont rarement parvenus à un stade suffisamment avancé pour leur être soumis, à quelques exceptions près, comme celui de Corse. Mais les réfugiés n’ignorent pas les intentions du gouvernement, puisque le ministère et les commissaires sur place ne cessent de les entretenir dans l’idée qu’ils vont repartir. Les exilés restent en effet convaincus qu’ils vont émigrer à nouveau67. Que ce soit pour aller dans les colonies, pour retourner au Canada ou pour se rendre ailleurs en France défricher les terres que le gouvernement pourra bien leur donner, ils s’attendent à devoir quitter, tôt ou tard, leurs lieux de résidence. Indépendamment de leur volonté ou non de repartir, on conçoit aisément qu’une telle perspective ne peut pas encourager l’assimilation. L’incertitude nuit également grandement aux tentatives d’intégration économique des Acadiens, puisqu’une telle hypothèque sur l’avenir ne peut qu’empêcher tout projet à long terme. Si les Acadiens semblent, pendant toute cette période, largement passifs, se contentant d’attendre les propositions qui leur sont faites, c’est probablement aussi parce que les réfugiés sont divisés à l’extrême sur l’attitude à adopter et sur la destination qu’il convient de solliciter du gouvernement. Il n’existe aucun consensus parmi les Acadiens pour demander à aller en Louisiane. Certains des réfugiés souhaitent de toute évidence rester en France et accepter les offres que leur fera le gouvernement. D’autres veulent sans doute à tout prix repartir, le plus souvent en Acadie ou à Saint-Pierre et Miquelon, et quelques-uns en Louisiane. Toutes ces raisons limitent la portée des quelques pétitions acadiennes parvenant à l’administration, et demandant, qui à passer à Saint-Pierre et Miquelon68, qui à retourner en Acadie69, qui à aller en Louisiane70, qui à être établi en France71.

29Finalement, après avoir entretenu l’espoir, pendant toute la durée de la guerre, de renvoyer les Acadiens peupler les colonies méridionales, le gouvernement réalise progressivement l’impossibilité de mettre en œuvre ce programme. Choiseul cherche alors des possibilités d’établissement en France, sans grande conviction ni grand succès. Après l’implantation de colons acadiens à Belle-Île, le ministère de la Marine se désintéresse alors en grande partie de la situation des exilés, se contentant de relayer les propositions faites par des particuliers. C’est à cela principalement que se limite la volonté d’intégration des Acadiens par le ministère entre 1763 et 1772. De leur côté, les Acadiens sont fortement divisés et largement passifs. Ce n’est que dans la période ultérieure qu’ils s’organisent plus activement et tâchent de faire entendre leur voix, face à un gouvernement qui se ressaisit du problème de l’établissement des Acadiens.

Notes

1 1763-04-04; AN Col B, vol. 117, fo 117.

2 1763-06-23 (ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019); 1765-01-31 (AN Col B, vol. 122, fo 23); 1768-10-28b (AN Col B, vol. 131, fo 314).

3 1763-06-23 (ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019).

4 Les intendants de Bordeaux et de Caen, au moins, font suivre la lettre du Contrôleur général du 23 juin 1763 à tous leurs subdélégués.

5 1763-07-02; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.

6 1763-07-03a; id.

7 1763-07-05; AD Gironde (Bordeaux) C 425.

8 1763-07-08b; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.

9 1763-08-21; id.

10 1763-07-08a; AM Saint-Malo, BB 49, reg. Ms, fo 12-13. Une seule autre exception : le 15 août 1763, Choiseul fait suivre à Bertin la lettre d’un certain Brière, suggérant que le seul endroit viable pour établir 4000 Acadiens est la Bretagne. On ne connaît toutefois pas le contenu précis de cette lettre (1763-08-15 ; AN Col B, vol. 117, fo 367).

11 1763-07-08a ; id.

12 Pétitions des Acadiens de Morlaix aux commissaires des États de Bretagne, 30 et 31 octobre 1763 (1763-10-30 ; AD Ille-et-Vil. C 5156).

13 1764-02-17a ; lettre de Jean-Louis Le Loutre à Warren, le 17 février 1764, AD Morbihan, Série E, correspondance de Warren (série 1-2 E), transcrite dans J.-M. Lanco, « Les Acadiens à Belle-Île-en-Mer. Correspondance de M. l’abbé le Loutre, Missionnaire apostolique, avec M. le baron de Warren, Maréchal des camps et armées du Roy, commandant pour le Roy à Belle-Isle », Supplément au « Lys », Bulletin mensuel de la paroisse et du pèlerinage de Notre-Dame du Roncier, Josselin, diocèse de Vannes, Morbihan (mars 1924).

14 Ibid. Deux projets concurrents sont proposés pour l’établissement des Acadiens à Belle-Île : soit la dispersion des Acadiens sur les quatre paroisses de l’île, soit, à l’instigation de Le Loutre, le regroupement de tous les Acadiens à un endroit où se rejoignent trois paroisses.

15 1765-03-05 ; AD Ille-et-Vil. C 2691.

16 1764-01-21 ; Lanco, ibid.

17 Recteur le Sergent (1765-00-00 ; Jean-Marie Fonteneau, Les Acadiens, op. cit., p. 287).

18 1764-01-00 ; AD Ille-et-Vil. C 5157.

19 1765-06-14 ; Fonteneau, op. cit., p. 344.

20 1765-10-14 ; id., p. 299.

21 1763-11-04a ; AD Ille-et-Vil. C 5156.

22 1764-03-20 (Lanco, op. cit.). L’inspecteur des domaines Isambert reprend les mêmes idées (1764-04-00 ; AD Ille-et-Vil. C 5158).

23 1765-09-06 ; Lanco, op. cit. Le Loutre redoute de voir les Acadiens s’assimiler aux populations locales qui offrent à ses yeux une image bien peu reluisante (1764-04-14b ; Lanco, op. cit.).

24 Population pauvre de l’île composée de journaliers pratiquant également la pêche.

25 1763-10-25a; AN Col B, vol. 117.

26 1763-12-03 ; AD Ille-et-Vil. C 5157.

27 1764-06-10; AN Col B, vol. 120, fo 195//1765-08-26a; AN Col B, vol. 122, fo 278//1765-11-02b; SHM Brest 1 P 1/10 (1765), pièce 89.

28 1765-02-11 ; AN Col B, vol. 122.

29 1765-03-05 ; AD Ille-et-Vil. C 2691.

30 1765-04-01 ; Lanco, op. cit.

31 1765-03-30b ; AD Ille-et-Vil. C 5157.

32 « Il se dit […] du témoignage qu’on rend de ce qu’un autre a dit ou fait ; Il signifie aussi, l’approbation, le consentement, l’agrément qu’une personne supérieure donne à ce qu’un inférieur a fait ou a dessein de faire. […] On appelle Homme sans aveu, un vagabond que personne ne veut reconnaître, un homme qui n’a ni feu ni lieu » (Dict. Acad.). Par ailleurs, Christopher Hodson, Refugees : Acadians and the Social History of Empire, op. cit., chapitre IV, écrit que cet épisode permet aux Acadiens de négocier une « identité corporative » (« corporate identity »).

33 Les déclarations des Acadiens sont conservées aux AD Morbihan (Vannes) et ont été publiées dans abbé H. R. Casgrain, Collection de documents inédits sur le Canada et l’Amérique, publiés par le Canada-Français, Québec, Demers, 1888-1891 (3 vol. ). Voir dans ce même ouvrage les commentaires d’Edme Rameau de Saint-Père (« Notes explicatives sur les déclarations des Acadiens conservées à Belle-Isle-en-Mer, et les Établissements des premiers colons de l’Acadie »). Voir également l’arrêt de la cour de Bretagne ordonnant la reconstitution de l’état civil (1767-01-12 ; MAE, Mémoires et documents, Angleterre, vol. 47, 13).

34 1765-09-06 ; Lanco, op. cit. (extrait cité plus haut, p. 85) ; Warren regrette que Le Loutre n’ait finalement pas amené avec lui plus de familles, mais son insistance à ce qu’ils soient séparés sur toute l’île est probablement une des raisons du faible nombre de volontaires (1765-08-21 ; Lanco, op. cit.).

35 Cf. Fernand René Perron, « Laurent Babin : assassin de grands chemins ? », Bulletin de l’Association pour l’histoire de Belle-Île-en-Mer, no 56 (octobre-décembre 1977), p. 18-20. Sur le devenir de l’installation acadienne à Belle-Île, d’une manière générale, voir l’ouvrage de Jean-Marie Fonteneau (Les Acadiens, citoyens de l’Atlantique), ainsi que les articles parus dans le Bulletin de l’Association pour l’histoire de Belle-Île-en-Mer.

36 Contrairement à ce que Cérino indique dans son article (« Les Acadiens à Belle-Île-en-Mer », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 110, 1 (2003), p. 115-124), il y eut bien des procès entre Acadiens et insulaires. Cf. les documents 1767-03-07 (ADIV, C 5158) ; 1767-08-31 (AD Morbihan, Série E, correspondance de Warren (série 1-2 E) ; 1768-10-08 (AD Morbihan, E 1460/2) ; 1769-04-24 (AN Col B vol. 134 ; ce document mentionne une maison incendiée : un accident ?).

37 On a pu calculer des taux voisins de 85 % de mariages mixtes. C. Cérino (op. cit.) signale que, selon ses calculs, seulement une faible minorité des mariages furent mixtes : « 15 % de mariages acadiens […] ont été contractés avec des Bellilois(es) entre 1769 et 1789. Même si la majorité des exilés continuent à s’unir entre eux, ces quelques alliances constituent un signe d’ouverture non négligeable ». Ces résultats sont extrêmement surprenants. Curieusement, Laurent Babin, que nous venons d’évoquer et qui fut impliqué dans un conflit avec plusieurs îliens, fut précisément l’un des premiers à se marier avec une insulaire. Était-ce là l’origine de ses problèmes ?

38 Dominique Guillemet, « Les Acadiens de Belle-Île-en-Mer : légende noire et histoire en (re)-construction », Acadiens, mythes et réalités. Études canadiennes, 37, (1994), p. 127-144.

39 Fonteneau, op. cit., annexe 2.

40 Le Loutre demande à ce que les Acadiens n’aient pas le rebut des habitations (1765-09-06 ; Lanco, op. cit.), mais les anciens colons sont officiellement avantagés dans la répartition des terres (1766-12-08 ; Fonteneau, op. cit., p. 350-351). Selon F. R. Perron (« Descendants d’Acadiens en France : l’installation acadienne à Belle-Île », dans Colloque international de l’Acadie, Moncton, mai 1978, tapuscrit, CEA, Université de Moncton, 27 – 1 – 4) il n’est pas vrai que les Acadiens ont eu seulement des mauvaises terres. Mais le fait est que les Acadiens n’eurent que le second choix.

41 1772-09-26 ; Lanco, op. cit.

42 1772-10-31a ; Fonteneau, op. cit.

43 1772-12-31 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1772) pièce 98 et AN Col B, vol. 143, fo 775.

44 1773-09-06a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 469-471.

45 1773-09-16 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 446-455.

46 1787-02-14 ; AD Ille-et-Vil. C 2453.

47 1901-09-17 ; AD Ille-et-Vil. 5J 138 : Notes de Bourde de la Rogerie prises à la suite d’une conversation ou d’une lettre de Le Gallen, maire de Sauzon : « 17 septembre 1901, les Acadiens se sont dès le commencement mêlés avec les indigènes. Il n’est pas resté de souvenir de l’hostilité de ces derniers. Les Acadiens furent surnommés crabes ou araignées de mer – peut-être en Breton – à cause de la longueur de leurs bras et de leurs jambes. Ils étaient plus grands que les indigènes ; leurs descendants conservent ce caractère ainsi qu’un teint bronzé. […] Le P. Le Gallen croyait que c’était eux qui avaient introduit la pomme de terre. Les Acadiens ont pris la langue et les mœurs bellilois. »

48 1767-08-24 ; A. Gosselin, « Encore le Père de Bonnécamps 1707-1790 », Mémoires de la Société royale du Canada, deuxième série, vol. III (1897-1898), p. 103-117, note 2, p. 113.

49 1767-08-15a ; Lanco, op. cit.

50 1767-08-21 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 266-267 ; 1768-08-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.

51 1767-08-01 ; ANC, MG6 C3 [Mi 12881, 3e reg., p. 9-10] – Arch. du port de Cherbourg. Valognes est à 20 kilomètres au sud-est de Cherbourg et Brix est environ à mi-chemin entre ces deux villes.

52 1768-08-26; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.

53 1768-10-28b; AN Col B, vol. 131, fo 314.

54 C’est ce qui ressort notamment, à propos de Brix, de la lettre du 1768-08-26 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 25-28.

55 1768-11-26 ; Lanco, op. cit.

56 Les premières allusions à ce projet qu’on ait retrouvées datent cependant de presque exactement un an après : 1769-08-25a, 1769-08-25b et 1769-08-25c ; 1769-10-27 : Service historique de l’Armée (Vincennes), A3652. Alternativement, Le Loutre fait peut-être encore référence au projet de Brix, qui n’est peut-être pas encore enterré à cette époque, ou au premier projet de Lemoyne, visant à établir les Acadiens dans la région de Blaye (Gironde) (cf. 1768-00-00) et dont Le Loutre avait peut-être déjà connaissance.

57 Cf. à ce sujet Ernest Martin, op. cit., chapitres III et IV ; cf. aussi fiche 2004-00-00b (AD Ille-et-Vil., 5 J 140) qui fait la liste des projets d’établissement des Acadiens.

58 1763-09-12; AN Col B, vol. 117, fo 405.

59 Un propriétaire envisage par exemple sereinement de « licencier » ses métayers, jugés fainéants et peu productifs, pour les remplacer par des Acadiens censés être plus rentables.

60 1773-03-31 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 295-297.

61 1767-06-26b ; lettre de Le Loutre au ministre de la Marine, sollicitant des indemnités pour son protégé, Paris le 26 juin 1767 : AN Col C11 D, vol. 8 (ANC, MG1-C11 D vol. 8 (Mi des orig. F 175, vol. 8, p. 253 suivantes).

62 M. Duhamel, « Tentative de Colonie acadienne en Corse », Revue des Sociétés savantes des départements, publiée sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-arts, Cinquième série, tome VIII (Année 1874-2e semestre) ; voir également le rapport critique de Le Loutre après examen du projet sur papier (1769-08-25a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 29).

63 1769-12-30 ; Chardon, intendant de Corse, à Choiseul, le 30 décembre 1769, AD de Corse, série C. Lettre transcrite dans M. Duhamel, « Tentative de Colonie acadienne en Corse », op. cit.

64 Cf. 1763-03-07a ; 1763-03-07b ; 1763-06-19c.

65 1771-10-29 ; AN Marine B3, vol. 596, fo 348 à 391.

66 1776-09-12 ; AD Ille-et-Vil. 5J 139.

67 Voir l’annexe 5 du tome II de ma thèse : « La Louisiane, destination rêvée des Acadiens ? », p. 78 et suivantes, ainsi que l’analyse des dispenses de consanguinité, ci-dessus.

68 1767-01-10 ; RAPC 1905-II, annexe G, p. 200.

69 1768-01-22b ; RAPC 1905-II, p. 314.

70 1772-03-24 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90.

71 1764-00-00e ; Fonteneau, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search