Version classiqueVersion mobile

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Première partie. Rassembler ou disperser ? Les projets d’établissement

Chapitre II. L’administration française et les groupes acadiens

Texte intégral

La Marine, les Colonies et le Contrôle général en charge des Acadiens

Organigrammes

1À leur arrivée en France, les Acadiens sont pris en charge par l’administration, qui s’occupe de leur distribuer des secours d’urgence et, ultérieurement, de les déménager. Avant d’étudier en détail ces aspects, il convient de présenter quelque peu les services responsables des réfugiés.

  • 1 Il semble toutefois que cela n’ait pas été une règle générale pendant toute la période. Ainsi on v (...)
  • 2 E. Taillemite, « Administration de la Marine » dans Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, (...)
  • 3 Roy, Rapport ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 205-6 ; Guillaume Eckendorff, La Corre (...)

2Dans les colonies dépendant du secrétariat d’État de la Marine, c’est le personnel de ce ministère qui réceptionne les réfugiés à leur arrivée dans les ports1. Depuis Colbert, la Marine est en avance d’un point de vue administratif, grâce à un système remarquablement centralisé et des agents « véritables fonctionnaires au sens moderne du terme2 ». Sur le littoral, la Marine est représentée par un intendant ou un commissaire général qui supervise le travail de subalternes tels que les commissaires ordinaires, responsables de divers secteurs d’activité. Localement, les Acadiens dépendaient le plus souvent de l’administration des « classes », préfiguration du service militaire, obligatoire pour les marins seulement. Ainsi, à Saint-Malo, c’est un « commissaire aux classes », Isarn, qui officie auprès des Acadiens ; à Morlaix, c’est son homologue, Quétier, qui veille sur les réfugiés ; idem à Cherbourg3. Il est probable que les commissaires généraux et les intendants, contrairement aux commissaires aux classes, n’ont qu’une connaissance indirecte des Acadiens : ainsi, à Saint-Malo, ce n’est pas Guillot lui-même qui supervise directement les distributions de secours. C’est pourtant lui qui est en contact épistolier direct avec les bureaux de Paris. Une première transmission d’ordres et d’informations a donc lieu à l’intérieur même des bureaux locaux, mais cette transmission n’est pas documentée car elle est le plus souvent orale. Ce premier point est important à se remémorer pour la critique des textes : il est peu probable, par exemple, que Guillot se soit jamais longuement entretenu lui-même avec les Acadiens. Le commissaire – très probablement noble comme la plupart du personnel de son grade – fréquente certainement peu les Acadiens, assimilés aux gens de « basse condition ».

  • 4 Par commodité, dans ce texte, l’expression « ministre de la Marine » sera employée indifféremment (...)
  • 5 1763-04-16 ; ANC, MG6 C3 [Mi 12881] – Arch. du port de Cherbourg (minute des lettres du comm. des (...)
  • 6 Toutes les lettres envoyées à Rochefort, par exemple, et estampillées « colonies » comportent la m (...)
  • 7 C’est le cas par exemple de Le Loutre qui affirme avoir rencontré à plusieurs reprises Praslin. Pr (...)

3À l’échelon central, le ministère de la Marine, dirigé par un secrétaire d’État, est alors découpé en huit bureaux4. Les Acadiens dépendent de celui des Colonies, créé en 1710. Chacun est dirigé par un « principal premier commis » ou un « premier commis ». On retrouve à l’intérieur de ces bureaux, égrenés au fil des textes, les noms des personnes chargées de coordonner l’administration des Acadiens : Accaron, « conseiller et premier commis de la Marine », en 1763-1764 ; La Roque, également premier commis, chargé spécifiquement de s’occuper des affaires acadiennes en juillet 17725. Ce sont ces commis qui sont véritablement en charge des dossiers, et ce sont vraisemblablement eux qui rendent compte au ministre et préparent la plupart des décisions, qui sont cependant toujours signées du secrétaire d’État. Ces commis gèrent de véritables services, avec leurs écrivains attitrés6. Ici comme ailleurs, il est bien difficile de savoir dans quelle mesure les ministres eux-mêmes décidaient des grandes orientations de la politique à suivre, et quel était leur engagement personnel. On soupçonne à plusieurs reprises que cette participation était assez faible pour certains ministres, les Acadiens n’étant qu’épisodiquement au centre de leurs préoccupations. En plusieurs occasions, cependant, des administrateurs ou des missionnaires témoignent de ce qu’ils ont personnellement rencontré le ministre en place pour discuter de la situation des Acadiens7. Quoi qu’il en soit, tous les secrétaires d’État de la seconde moitié du XVIIIe siècle ont eu connaissance, à un moment ou un autre, du dossier acadien.

4D’autres institutions s’occupèrent activement des réfugiés. Les États de Bretagne jouent ainsi un rôle ponctuel, mais important, au moment de l’établissement des Acadiens à Belle-Île. Par ailleurs, plusieurs conseils municipaux prennent par exemple des initiatives d’urgence et interviennent également dans la gestion des affaires concernant les réfugiés. Dans certaines villes, les conseils organisent le logement des Acadiens à leur arrivée. À Nantes, le conseil municipal délibère en faveur d’un Acadien, Basile Henry, en 1782.

  • 8 1760-11-21 ; AN Col B, vol. 112.
  • 9 1763-12-03 ; AD Ille-et-Vil. C 5157.
  • 10 1772-10-23b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 180-181.

5Divers individus sont aussi chargés successivement et officiellement d’agir auprès des réfugiés, parallèlement à la structure décrite ci-dessus. Il s’agit, dans un premier temps, de membres du clergé. L’abbé de l’Isle-Dieu, vicaire général de l’évêque de Québec, est le premier à qui le soin des exilés est confié, dès 17608. Son rôle n’est pas clairement délimité, mais il agit comme interlocuteur entre les Acadiens et le ministre. En 1763, c’est au tour de l’abbé Le Loutre d’être chargé – en lien avec l’Isle-Dieu, qui réclame depuis longtemps sa mise à la retraite – de l’établissement des familles acadiennes à Belle-Île-en-Mer9. L’ancien missionnaire des Micmacs restera en fait jusqu’à sa mort, le 30 septembre 1772, l’intermédiaire privilégié entre les Acadiens et le ministère. Confier le soin des réfugiés à des missionnaires présente un certain nombre d’avantages. L’abbé Le Loutre connaît personnellement les réfugiés, et il est dynamique et bon gestionnaire : la relative réussite de l’établissement de Belle-Île-en-Mer lui doit certainement beaucoup. Par ailleurs, ces pasteurs paraissent relativement écoutés du ministère et des Acadiens, plus que ne le sera par la suite le commissaire général Lemoyne. Mais, même si leur mission est officielle, ils doivent toujours agir par l’entremise d’intermédiaires, au sein des ministères, ce qui retarde singulièrement les opérations. Il n’y a pas de véritable délégation du pouvoir et l’abbé Le Loutre bénéficie d’une faible marge de manœuvre. Le ministère paraît en tout cas satisfait de la médiation de l’Église et, à la mort de Le Loutre, c’est dans un premier temps l’abbé de Grandclos Mêlé, « chanoine théologal et archidiacre » de la cathédrale de Saint-Malo, qui est pressenti pour « remplacer l’abbé Le Loutre auprès des Acadiens ». Grandclos, qui connaît bien les exilés domiciliés dans son diocèse, refuse toutefois la « corvée » qu’on lui propose10.

  • 11 1772-12-02 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 225-226.
  • 12 1771-12-23 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 8 et AN Col B, vol. 142, fo 163.
  • 13 C’est pourquoi à partir de 1773 il faut chercher la documentation relative aux Acadiens non plus d (...)
  • 14 On retrouve leurs noms au fil de la documentation : MM. Destouches, Carvillon et de la Croix, secr (...)

6Ce rôle d’intermédiaire entre les Acadiens et le ministre fut ensuite joué par un commissaire de la Marine détaché auprès du ministère, Antoine-Philippe Lemoyne. À la suite du refus de Grandclos, et sur les instances de Lemoyne lui-même, l’abbé de l’Isle-Dieu recommande le commissaire de Rochefort pour remplir le rôle de protecteur des Acadiens11. Lemoyne avait été appelé quelque temps auparavant à Versailles pour présenter divers projets qu’il avait conçus relativement aux Acadiens12. Il semble que la proposition ait été acceptée et que Lemoyne ait été chargé oralement de s’occuper des Acadiens vers le début de l’année 1773. Il en reste responsable jusqu’à la fin de 1774. Lemoyne assure en fait essentiellement un rôle de liaison dans le nouvel organigramme qui se met en place à partir de 1773. En effet, en 1772, selon plusieurs sources, le roi est personnellement intervenu pour demander à ce qu’on donne des terres aux Acadiens. Il fut décidé consécutivement que les Acadiens ne dépendraient plus de la Marine mais du Contrôle général, à partir, théoriquement, du 1er juillet 1773. En pratique, le changement prit beaucoup plus de temps, et Lemoyne assura, tant bien que mal, la transition. À l’échelle locale, les Acadiens ne dépendirent donc plus, à partir de ce moment-là, de l’administration maritime, mais des intendances, et plus particulièrement des subdélégués13. Au niveau central, la direction générale des Finances était organisée d’une manière semblable à celle de la Marine ; divers commis furent spécifiquement chargés des affaires acadiennes14.

  • 15 Il est possible que ce sieur de la Rochette, sur lequel nous possédons peu de renseignements – hor (...)
  • 16 Moreau semble avoir été spécialement chargé d’étudier la faisabilité du projet d’établissement de (...)
  • 17 1773-01-23 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 252-254. Bertin fut directeur du bureau d’Agriculture, l’équ (...)

7En dehors des missionnaires, de l’administration de la Marine ou du Contrôle général, un certain nombre d’autres personnes se sont occupées des Acadiens. Il s’agit en premier lieu du personnel diplomatique de l’ambassade de France à Londres, et plus généralement d’agents du ministère des Affaires étrangères, au moment de la négociation des accords de paix en 1763. Le plus présent fut alors La Rochette, déjà évoqué, qui noua le contact avec les réfugiés, prit en charge le rapatriement des Acadiens du Royaume-Uni et rendit régulièrement compte de ses activités au duc de Nivernais15. Second personnage engagé dans le déménagement des exilés : un certain Moreau, directeur général des pépinières, qui cinq ans avant Lemoyne effectue une première tournée des ports pour recenser les Acadiens aptes à entreprendre des défrichements16. Son nom n’apparaît toutefois plus après 1767. D’autres personnages ont participé à la gestion du « dossier acadien », sans qu’on ait beaucoup d’informations sur eux : on retrouve ainsi un M. Parent, « chef de bureau chez M. Bertin », et un M. de Rozière, « chef du bureau des fonds à la cour17 ». Le marquis de Pérusse d’Escars, enfin, joua également un grand rôle, puisqu’il coordonna l’établissement des Acadiens dans le Poitou et fut chargé, en outre, de la distribution des secours aux Acadiens pendant le temps que la « colonie » stationna dans le Poitou. Il partagea toutefois cette responsabilité avec l’intendant du lieu, Blossac.

  • 18 1782-04-05 ; AN F15 3495.
  • 19 Les personnes suivantes sont intervenues, le plus souvent au moyen d’une lettre de recommandation (...)

8Le groupe acadien, s’étant attiré la sympathie ou la compassion de plusieurs personnages importants de l’État, sollicitait également de ces protecteurs des interventions en sa faveur auprès du roi ou de ses ministres. Au moment de l’arrivée au pouvoir de Necker, selon un rapport sans doute quelque peu exagéré : « Chaque trois mois il arrivait deux ou trois chefs de famille qui venaient au nom de tous réclamer la justice et la bonté du Roi. Toutes les personnes de la famille royale recevaient et recommandaient leurs mémoires18. » On retrouve dans les textes de nombreuses allusions à des personnes étant intervenues en faveur des Acadiens19. Ces personnes interfèrent parfois avec les ordres officiels et sollicitent des exemptions ou des privilèges pour les Acadiens.

9On peut donc tenter de reconstituer, à partir de la documentation consultée, un organigramme informel de l’administration en charge des Acadiens. Pour la période antérieure à 1773, c’est-à-dire alors que les Acadiens sont toujours à la charge de la Marine, on obtient un schéma hiérarchiquement assez simple (Figure 1).

figure 1
Organigramme de l’administration en charge des Acadiens avant 1773

10Pour la période postérieure au changement du ministère de tutelle, la situation se complique un peu, avec un nombre accru d’intermédiaires plus ou moins informels (Figure 2). Lemoyne, en particulier, rend compte de ses activités à trois ministres à la fois : le Contrôleur général, auquel il est rattaché officiellement pendant sa mission, le secrétaire d’État de la Marine et enfin le ministre de l’Agriculture, Bertin, qui suit de très près le projet de défrichement du marquis de Pérusse. On conçoit que la coordination des activités ne s’en trouvait pas facilitée.

figure 2
Organigramme de l’administration en charge des Acadiens après 1773

Fonctionnement de l’administration

  • 20 François Monnier, « Administration » dans Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, op. cit.

11Ce schéma d’ensemble ne dit pas si cette forme de gouvernance était effective. L’administration de l’ancienne France est trop souvent jugée à « l’aune de nos critères contemporains, individualistes et démocratiques, et selon un degré de prospérité inimaginable à l’époque20 ». Compte tenu des moyens limités de l’époque, la bureaucratie fonctionne relativement bien. Il n’empêche que les agents doivent faire face à de nombreuses contraintes : le suivi des affaires concernant les Acadiens est chaotique et prend un retard considérable, et ce, dès l’arrivée des premiers réfugiés. C’est notamment le cas, pris ici à titre d’exemple, pour les distributions de secours.

Les « retardements »

  • 21 1759-01-29 ; AM Saint-Malo, BB 45.

12Le manque de ponctualité dans le versement des secours et dans les prises de décisions en général, largement passé sous silence par Ernest Martin, est au contraire constamment évoqué par les documents provenant tant des Acadiens eux-mêmes que de l’administration, et ce, dès le début des distributions. Les secours ne sont d’abord pas immédiatement versés, malgré l’urgence. Ainsi le maire de Saint-Malo écrit, quelques jours après les premiers débarquements dans la cité corsaire, que « M. Guillot [lui a] dit qu’il paierait 6s par jour à ces habitants mais ne leur [a] encore rien compté21 ».

  • 22 1760-01-16 ; AN Marine B3, vol. 547, fo 50 et fo 121.
  • 23 1760-08-16 ; ANC MG6 – C2 (transc., Mi C 4619) – Arch. du Port de Saint-Servan, C 8, Li 7 (C 8/7).
  • 24 1773-05-06 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1773) pièce 56 et 1778-03-09 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – (...)
  • 25 1785-03-19b ; MAE Corresp. Pol. Espagne, vol. 616, fo 269.

13Ce n’est malheureusement pour les Acadiens que le début d’une longue série de plaintes à ce sujet. En janvier 1760, Ranché, intendant de Marine au Havre, fait part au ministre de l’impossibilité dans laquelle il se trouve, faute d’argent en caisse, de payer les « habitants de l’île Royale et de l’île Saint-Jean ». En mai 1760, le même signale à nouveau que les trésoriers des colonies n’ont pas versé les fonds destinés au paiement de la solde depuis huit mois22. Curieusement, alors que les retards devraient être les mêmes dans toute la France, à peu près à la même époque, les délais ne sont que de deux à trois mois à Saint-Malo23. Si l’on examine les cas les mieux documentés comme le port de Cherbourg, pendant toute la durée étudiée, des retards de six mois, neuf mois ou un an sont monnaie courante. En mai 1773, on atteint des sommets : on ordonne dans l’urgence le paiement des arrérages dus aux Acadiens depuis plus d’un an et demi24. En 1785, peu avant le départ des Acadiens vers la Louisiane, l’ambassadeur d’Espagne, Aranda, peut écrire en toute sérénité au ministre des Affaires étrangères, Vergennes, que son pays se chargera à partir de janvier 1785 des secours aux Acadiens : ces derniers n’ont évidemment pas encore été payés25.

  • 26 1759-05-04c; AN Col B, vol. 110.
  • 27 1759-12-06 ; SHM Rochefort, 1 E 415, no 726. Le mot « créole » était au XVIIIe siècle le « nom qu’ (...)
  • 28 1759-12-14 ; SHM Rochefort 1 E 162, fo 895.
  • 29 1763-02-17a (Mémoire de Nivernais). Les Acadiens sont peut-être d’autant plus hésitants à venir en (...)

14Les Acadiens se plaignent très tôt des retards, et ce thème revient comme un leitmotiv dans de nombreuses pétitions. En mai 1759, à Rochefort, un habitant de l’île Royale ose adresser au ministre de la Marine des « représentations sur le retardement des secours que le roi a accordés aux pauvres familles de cette île et de l’île Saint-Jean qui sont à la Roch[elle]26 ». Quelques mois plus tard, de nouvelles récriminations sont émises, mais après enquête le ministre est « bien aise d’apprendre que [les familles de l’île Royale] n’ont aucune part aux plaintes qui [lui] sont revenues et qu’un sergent des troupes de terre qui a épousé une créole [une Acadienne] est le seul auteur des mémoires qui [lui] ont été adressés27 ». Le tempétueux ministre est excédé par ces plaintes et, plutôt que de s’efforcer d’éviter toute cause de retard supplémentaire, il regrette que l’intendant n’ait pas sévi28. Il est possible que cet avertissement de Berryer ait stoppé le nombre de plaintes à ce sujet. En effet, on ne retrouve plus guère, dans les années qui suivent, et malgré le changement de ministre, de récriminations à ce sujet de la part des concernés eux-mêmes. Cependant, on apprend de manière indirecte que les Acadiens souffrent de la situation. Ainsi, ceux qui ont été déportés en Angleterre affirment à La Rochette lors de sa tournée qu’« ils craignent d’éprouver le même sort en arrivant dans le royaume » que celui de « leurs frères qui furent transportés en France au commencement de la guerre [et] restèrent plusieurs mois sans recevoir aucun secours ». Ils tiennent l’information directement de ceux des Acadiens qui « sont en France, à Boulogne, Saint-Malo et Rochefort » et qui leur ont écrit29.

  • 30 1766-05-18 ; AN Marine B3, vol. 568, fo 156.
  • 31 Il est à noter que cette « députation » n’est mentionnée par aucun autre document. Le remaniement (...)
  • 32 1775-00-00b; AD Vienne J 64/M 7.

15Si les Acadiens n’osent peut-être plus, pendant un temps, se plaindre directement au ministre, de nombreux administrateurs ou religieux chargés de s’occuper d’eux témoignent des difficultés engendrées par ces retards. Quelques années plus tard, Mistral supplie le ministre « de vouloir bien donner [des] ordres […] de façon à ce que ces malheureux n’attendent pas plus longtemps le payement d’une solde dont la dénomination annonce qu’[elle] devrait avoir journellement lieu30 ». Cependant, en novembre 1771 c’est peut-être toute une « députation » d’Acadiens qui se rend à Versailles ou à Compiègne, selon un rapport de juin 1778, pour « solliciter le paiement de la solde31 ». D’autres pétitions sont ensuite envoyées régulièrement, comme en 1775 celle qui a été envoyée du Poitou pour réclamer le paiement de secours non perçus depuis plusieurs mois32.

Causes des retards

  • 33 1758-09-19 ; SHM Rochefort, 1 E 414, no 502.
  • 34 1759-01-07 ; AN Col B, vol. 110.
  • 35 1759-05-04c ; SHM Rochefort 1E 161, fo 589 et AN Col B, vol. 110.
  • 36 Dans la série Marine B3 des Archives nationales, il est souvent fait allusion aux difficultés de p (...)
  • 37 1758-12-02 ; SHM Rochefort, 1 E 414, no 636. Agiotage : « On appelle ainsi le profit usuraire & ex (...)
  • 38 1759-08-17 ; AN Col B, vol. 110.
  • 39 1774-07-00b ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97 et Louis Duval, Mémoire sur les Acadiens, Niort, L. C (...)
  • 40 1774-11-29a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97. Pérusse accuse à plusieurs autres reprises les employ (...)

16Comment s’expliquent ces retards ? Les difficultés sont de différentes natures. Tout d’abord, les commissaires de la Marine sont souvent laissés sans instructions. À Rochefort, le commissaire de la Marine prend l’initiative de secours d’urgence33. À Saint-Malo, le commissaire laisse d’abord s’exprimer la générosité municipale. Avant qu’un versement régulier de subsides puisse avoir lieu – les premières directives générales ne datent que de janvier 1759 –, il faut que les administrateurs sollicitent l’avis du ministre34. Celui-ci demande alors le plus souvent des états réguliers des Acadiens, lesquels sont souvent envoyés avec retard, en raison des difficultés de recensement des réfugiés35. Les difficultés de paiement sont également récurrentes en raison de la dette colossale de l’État au XVIIIe siècle. Le phénomène n’est pas circonscrit aux seuls réfugiés : les intendants eux-mêmes ont souvent du mal à se faire payer36. Par ailleurs, une partie des fonds destinés à secourir les Acadiens est détournée. Dans plusieurs lettres, il est fait reproche aux commis de faire de l’« agiotage » et du « tripotage de billets de ration37 ». Berryer réprimande vertement à ce sujet l’intendant de la Marine à Rochefort38. Les Acadiens aussi se plaignent de retenues sur leur solde39. Pérusse fait le détail à Blossac de calculs tendant à prouver qu’un tiers des sommes distribuées aux Acadiens étaient détournées40.

  • 41 D. Roche, La France des Lumières, Paris, Librairie Antheme Fayard, 1993, p. 51.
  • 42 1758-11-24 ; SHM Brest 1 P 1/7, pièce 223.
  • 43 1772-04-10a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 54-55.
  • 44 1772-07-28 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 117-119.
  • 45 1772-08-13 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 120.

17Enfin, le processus général de prise de décision ne peut aller plus vite que les diligences, lesquelles mettent encore au XVIIIe siècle, depuis Paris, cinq jours pour aller jusqu’à Lyon, neuf jours jusqu’à Marseille et au maximum quinze jours pour les autres grandes villes de Province41. En 1758, les lettres atteignent le commissaire de la Marine de Saint-Malo six jours seulement après avoir été signées par le ministre42. Mais la lenteur et les difficultés des communications n’expliquent qu’en partie seulement les retards constatés. Ceux-ci sont plus souvent engendrés par les successions d’ordres et de contrordres déroutants. Cette incurie reflète d’ailleurs probablement davantage un désintérêt relatif du ministère qu’une véritable désorganisation. En avril 1772 de Boynes avoue à Lemoyne qu’il a égaré ses mémoires43 ! Le même commissaire n’a souvent pas de réponses à ses missives, et se plaint fréquemment que la question acadienne n’est pas prioritaire44. De Boynes envoie à Guillot des instructions erronées dues à une mauvaise lecture d’une lettre antérieure45.

  • 46 1773-09-17 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.
  • 47 1773-06-19b ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019 et 1772-09-15 ; BM Bordeaux, (...)
  • 48 1773-09-10b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 475.

18Même quand la mauvaise volonté ne se mêle pas de compliquer l’équation, les méprises sont fréquentes. Les pièces – supposément – jointes aux plis sont également souvent manquantes. Parfois, les deux problèmes se juxtaposent46. Les instructions sont alambiquées, imprécises ou insuffisamment détaillées47. Par ailleurs, quand des décisions sont prises, elles sont rarement communiquées en même temps dans tous les lieux. Ainsi, un ordre du ministre de décembre 1772, ordonnant la cessation des paiements de la subsistance à des familles de l’Amérique septentrionale au 1er avril 1774, « n’étant pas parvenu dans les différents lieux où il s’est trouvé de ces familles en résidence, on a continué de la payer comme aux familles acadiennes jusqu’au 1er juillet, même jusqu’au 1548 », déplore Lemoyne qui doit dès lors renvoyer des instructions et réparer la confusion. Il ne faut toutefois pas prendre toutes ces critiques au pied de la lettre : à n’en pas douter, dans certains cas, les critiques relatives à l’absence ou la mauvaise qualité des instructions sont une excuse commode des correspondants pour expliquer leurs propres insuffisances.

Conclusion

19La gestion des affaires acadiennes relève donc successivement du ministère de la Marine, jusqu’en 1773, puis du Contrôle général des finances, jusqu’à la fin de la période. À la voie hiérarchique traditionnelle s’ajoutent plusieurs intermédiaires officiels et d’autres plus officieux qui, en marge de l’administration proprement dite, s’efforcent de coordonner ou de soutenir les actions entreprises en faveur des réfugiés, sans oublier éventuellement leurs propres intérêts. Le rôle de religieux ne doit pas surprendre à une époque où l’Église catholique joue un rôle officiel dans l’État. L’administration sait faire preuve d’une organisation remarquable en cas de besoin, malgré les difficultés de l’époque, mais la question acadienne n’est de toute évidence pas la priorité des gouvernements successifs. C’est la principale raison expliquant les retards de distributions de secours, l’incohérence des instructions, la lenteur générale de prise de décision, dont pâtissent lourdement les Acadiens. Il serait bien sûr ridicule de blâmer l’administration pour ses insuffisances ; toutefois, la thèse du « bon accueil » de Martin souligne bien trop peu ces carences, qui expliquent certainement en partie la lassitude et le découragement des Acadiens devant une administration agissant de manière chaotique. À n’en pas douter, on peut déjà trouver dans ces dysfonctionnements l’une des raisons de la défection des Acadiens en 1785.

Organisation des Acadiens

20Après ce premier examen du fonctionnement de l’administration, il reste encore à expliquer la base des deux organigrammes présentés ci-dessus, c’est-à-dire l’organisation interne du groupe acadien.

Des regroupements spontanés

  • 49 Saint Malo : 1758-11-00a ; 1758-11-01a ; 1758-11-01b ; 1758-11-01d ; 1758-11-15a ; Rochefort : 175 (...)
  • 50 À proximité des rivages de la Rance se retrouvent environ 1 700 à 1 800 Acadiens, surtout des anci (...)
  • 51 1758-11-01d ; ANC MG6 – C2 (transc., Mi C 4619) – Arch. du Port de Saint-Servan, C 8, Li 7 (C 8/7) (...)
  • 52 1 064 personnes en 1759 (1759-07-27a), 1 126 en 1762 (1762-00-00b), 1 712 en 1773 (1773-05-22b), p (...)
  • 53 Cf. « Liste des habitants de l’île Royale, de l’île Saint-Jean et de l’Acadie qui avaient débarqué (...)

21La succession des arrivées d’Acadiens sur le territoire national, en ordre dispersé, a été évoquée plus haut : si le plus grand nombre ont relâché à Saint-Malo, d’autres navires accostent à Rochefort, La Rochelle, Brest, Cherbourg, au Havre et à Boulogne49. Les premières velléités d’organisation des Acadiens sont spatiales : on observe des regroupements principalement autour de Saint-Malo50. Ainsi, alors que le nombre de réfugiés débarqués dans la cité corsaire en 1759 s’élève à environ 85051, ce chiffre ne cesse d’augmenter jusqu’au départ vers le Poitou en 1773 où il se situe autour de 1800 personnes52. Cette augmentation ne peut s’expliquer par la seule natalité ou les arrivées plus tardives, mais indique plutôt des regroupements familiaux. Dès les premiers débarquements, en effet, des passeports sont accordés à un grand nombre d’individus afin de leur permettre de rejoindre une autre ville53.

carte 3
Lieux de résidence des Acadiens dans la région de Saint-Malo de 1758 à 1785. D’après une carte établie par François Roux.

  • 54 On peut constater le regroupement en observant la répartition spatiale des actes d’état civil conc (...)

22Le rassemblement des Acadiens sur leurs lieux d’habitation est manifeste dans plusieurs endroits. À Morlaix, au Havre, à Boulogne, les Acadiens sont groupés autour d’une même paroisse, comme plus tard à Nantes54.

  • 55 De nombreux exemples sont donnés dans Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., chapitre XIII. (...)
  • 56 1759-09-18b ; Arch. diocésaines de Coutances – AD Manche, Saint-Lô, 6 Mi 252 à 257.
  • 57 Voir les lettres présentées dans mon article « Des “Revenantes” ? À propos des “Lettres fantômes” (...)

23Ces concentrations d’Acadiens sont, d’abord, intimement liées au désir des membres d’une même famille de se rapprocher car de nombreuses familles étendues, ou mêmes nucléaires, ont été séparées au moment de la déportation. Ce phénomène, aisément compréhensible, est également attesté chez les Acadiens déportés dans les colonies nord-américaines55. Ainsi un jeune homme sollicite-t-il l’autorisation de se marier sans l’accord de ses parents, en expliquant que ceux-ci sont à Philadelphie depuis quatre ans et qu’il est sans nouvelles d’eux depuis vingt-quatre mois, « sans qu’il soit possible de savoir s’ils sont vivants ou morts56 ». On ne sait pas pour quelles raisons les familles se sont trouvées séparées : dans ce cas-ci, peut-être le fils avait-il émigré antérieurement à l’île Saint-Jean pendant que ses parents étaient restés en Acadie proprement dite ? Les nombreuses lettres échangées entre exilés évoquent de manière récurrente le thème des « retrouvailles », si l’on en juge par les quelques exemples qui sont parvenus jusqu’à notre époque57. Une Acadienne de Cherbourg exprime ainsi son désir de revoir sa famille et sa ferme intention d’œuvrer à l’accomplissement de son souhait :

Je ne saurais vous exprimer le désir que j’aurais de vous voir ainsi que toute votre famille et ne sachant aucunement et ne voyant guère d’apparence que nous puissions nous revoir encore de sitôt […]. Je vous prie de vous tenir tranquille jusqu’à ce que nous sachions notre destinée […] et j’espère que vous ferez ainsi que nous votre possible pour nous rejoindre.

  • 58 « Des “Revenantes” ? », op. cit.
  • 59 Étienne d’Entremont, fils de Joseph et de Marie Josephte Moulaison, de Cherbourg, à son cousin, tr (...)
  • 60 1784-02-19. Les Acadiens de Saint-Malo au maréchal de Castries (ministre de la Marine), le 19 févr (...)
  • 61 Le lecteur pourra se reporter aux lettres commentées qui sont disponibles sur la base de données. (...)

24Une dizaine d’années plus tard, son désir n’a pas diminué de se rapprocher de sa famille, ni son sentiment d’impuissance58. Son neveu exprime le même sentiment de résignation et de courage. « Dieu nous a éloignés, écrit-il, [mais il peut] nous rassembler et nous remettre sur nos biens comme par le passé59. » Lorsqu’ils sollicitent l’autorisation de sortir du royaume de France, les Acadiens justifient fréquemment leurs requêtes par leur désir de se réunir à leurs familles ; ils demandent par exemple à passer à Boston pour cette raison en 178460. À défaut de pouvoir toujours se rassembler, les réfugiés échangent en tout cas une intense correspondance, soit à l’intérieur de la France, soit à travers la Manche et l’Atlantique, à destination des compatriotes dispersés en Angleterre, entre 1756 et 1763, et en Amérique du Nord. De nombreuses sources indiquent que les lettres échangées furent nettement plus nombreuses que les quelques-unes qui ont été retrouvées et qui ne forment que la pointe émergée de l’iceberg. Les Acadiens ne se contentent pas de se donner des nouvelles d’ordre familial, ils échangent également des informations sur les secours qu’ils reçoivent, les conditions de vie, l’accueil qui leur est réservé, et même des nouvelles du royaume61.

  • 62 Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., p. 387.
  • 63 À une époque où les réseaux de connaissances étaient déterminants pour forger l’identité de l’indi (...)
  • 64 1763-03-18d ; Alexis Trahan, Tranquille Prince, Joseph LeBlanc, Alexis Boudrot aux Acadiens disper (...)
  • 65 1763-03-28b; AN Col B, vol. 117, fo 107.
  • 66 1767-08-24 ; Auguste Gosselin, « Encore le Père de Bonnécamps 1707-1790 », Mémoires de la Société (...)

25Ces regroupements et ces échanges d’informations ont sans doute également un but de survie. Après tout, la dispersion des Acadiens avait été conçue par les Anglais pour empêcher la formation d’un groupe dangereux dans les Treize Colonies, ainsi que pour favoriser l’assimilation des déportés au sein des populations anglo-américaines62. Cette stratégie est décrite explicitement dans une missive du gouverneur de New York, en 1756, et a également été appliquée en Angleterre puisque les Acadiens se trouvent répartis dans quatre villes, soit Bristol, Liverpool, Southampton et Falmouth. En réaction, les Acadiens semblent désireux de reformer un noyau numériquement plus important dès leur départ envisagé d’Angleterre, ou à défaut de rester en contact épistolaire étroit63. Une lettre écrite, depuis la Grande-Bretagne, par quatre exilés à leurs « frères » dispersés dans les colonies américaines, en mars 1763, est explicite à ce sujet : « Nous sommes tous sur notre départ pour passer en France. Nous prions tous Dieu de vous y voir avec nous64. » Ces Acadiens de Liverpool demandent par ailleurs explicitement à rejoindre leurs compatriotes à Boulogne, ce qui leur est accordé65. Il est probable qu’au début l’espoir des Acadiens était de former une « Nouvelle Acadie » en France, c’est-à-dire une seule et grande famille. C’est ce qu’exprime éloquemment l’abbé de l’Isle-Dieu au cardinal Castelli en 176766. Petit à petit les victimes du « Grand Dérangement » prennent conscience qu’en se regroupant ils seront plus forts pour faire valoir leurs intérêts.

Organisation politique

  • 67 Voir une discussion sur la signification de ce terme ci-dessous dans le glossaire, p. 305.

26C’est ainsi que les Acadiens en viennent progressivement à se présenter comme un « corps de nation », à partir du début des années 1770. Le sens de cette expression n’est pas aisé à appréhender67. Disons pour résumer que cette formule implique l’idée d’une communauté, l’existence d’un chef commun, d’un lien « d’intérêt et de sentiment » ou encore d’une expérience collective.

  • 68 Le député d’Ancien Régime « n’est un porte-parole des corps et communautés que pour une mission de (...)
  • 69 « Syndic. Celui qui est élu pour prendre soin des affaires d’une Communauté, d’un Corps dont il es (...)
  • 70 (1774-07-15; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1). Les tâches de Doucet ont essentiellement consisté (...)
  • 71 1782-04-05 ; AN F15 3495.

27Les Acadiens s’organisent ainsi de manière assez informelle. Ils choisissent quelques députés – reprenant ainsi une habitude datant d’avant le Grand Dérangement – pour effectuer des opérations précises telles que visiter des terres ou porter une pétition à Versailles68. Les premiers syndics sont institués à partir de 177469. Le travail de syndic peut être à temps plein et pratique, comme en témoigne par exemple le billet reconnaissant les tâches accomplies par le syndic Augustin Doucet, ou être davantage un rôle de conseil et de représentation70. Un conseil formel se met en place parmi les Acadiens à partir de décembre 1774, dans le Poitou, parallèlement aux syndics. Pérusse parle de ce conseil de dix personnes qui décide « si on exécutera ou non les ordres qu’on donne » et interdit cette « petite administration républicaine ». Toutefois, certains députés ne sont pas reconnus par la communauté entière, d’autres ne prétendent représenter que quelques familles, et plusieurs s’opposent au sujet de la meilleure stratégie à adopter face à l’administration récalcitrante ou passéiste71.

  • 72 1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394. Lemoyne envoie par exemple trois Acadiens effectue (...)
  • 73 Pérusse a laissé des notes détaillées sur ces députés acadiens (1775-08-27a ; AD Vienne 2 J dép. 2 (...)
  • 74 1775-08-30b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1. Pérusse répète les mêmes propos le mois suivant (1 (...)

28Une partie des Acadiens semblent être arrivés progressivement à la conclusion que ce n’était qu’en restant groupés qu’ils parviendraient à obtenir du gouvernement le respect des promesses de terres faites en 1763 ou, à défaut, l’autorisation d’émigrer. Le problème est que les groupes acadiens en France, malgré leurs contacts épistolaires réguliers, étaient divisés à l’extrême sur ce qu’il convenait de demander au gouvernement, soit d’émigrer à nouveau, soit de trouver un établissement en France. Or plusieurs leaders, malgré ces divergences, veulent éviter à tout prix une implosion du groupe principal, celui qui s’est formé à Saint-Malo, et qui migre en bloc jusque dans le Poitou et enfin à Nantes. C’est ce qui explique les fortes tensions dans le « corps de nation », chaque fois qu’il est question de se déplacer. Ainsi, au moment où Lemoyne passe à Saint-Malo, la majorité semble se rallier à l’avis du député Jean-Jacques LeBlanc de ne pas émigrer dans le Poitou alors qu’une minorité paraît beaucoup plus ouverte aux propositions de Lemoyne. Le commissaire s’appuie sur les dissensions à l’intérieur du groupe pour amener l’ensemble à émigrer72. Il parvient à ses fins, puisqu’un certain nombre d’Acadiens se laissent convaincre de tenter l’expérience proposée par le duc de Pérusse. Mais c’est une victoire à la Pyrrhus. En effet, pour ne pas se désolidariser du groupe malouin, Jean-Jacques LeBlanc et d’autres députés acadiens acquis à sa cause décident de suivre le reste de la « nation », de Saint-Malo vers le Poitou. Ils n’auront de cesse de dénigrer l’établissement et de convaincre les Acadiens de quitter collectivement les lieux73. Cette fois ils parviendront à leur but, au besoin en intimidant physiquement ceux qui sont désireux de tenter leur chance sur les terres d’Archigny et de Monthoiron. Pérusse d’Escars a bien compris la stratégie de LeBlanc et consorts, et la dénonce violemment : selon lui, les députés acadiens sont persuadés « qu’étant parvenus à se réunir en corps de nation il leur sera plus facile d’obtenir de la cour la permission ridicule qu’ils demandent de passer à la Louisiane74 ».

  • 75 Cela ne peut certes constituer une preuve d’une absence de volonté de regroupement. La parole des (...)
  • 76 1778-01-04 ; AD Ille-et-Vil. C 6176.

29Cette volonté de regroupement en « corps de nation » et cette conscience que l’union fait la force et que, groupés, les Acadiens auront plus de facilité à obtenir ce qu’ils réclament ne semblent toutefois pas avoir été partagées par tous les réfugiés. Tout d’abord, le regroupement à Saint-Malo n’est que partiel puisque la plupart des Acadiens restent dans les ports où ils sont arrivés ou migrent vers d’autres endroits sans que l’on sache bien pourquoi. Les regroupements familiaux ne sont pas systématiques non plus, probablement parce qu’il n’est pas matériellement possible aux familles de se déplacer. Ajoutons que les demandes directes de regroupement, émanant des Acadiens eux-mêmes, sont rares75. Certains choisissent délibérément de se désolidariser du groupe, par exemple en restant à Saint-Malo et dans diverses autres villes portuaires alors que la grande majorité des Acadiens émigrent vers le Poitou ou encore en décidant d’exploiter les terres offertes par Pérusse, quand les Acadiens repartent collectivement vers Nantes. En 1778 les Acadiens n’opposent pas de résistance particulière à l’injonction qui leur est faite de se disperser, à part Jean-Jacques LeBlanc et quelques familles qui persistent dans leur idée d’aller en Louisiane76. Une importante minorité, entre 30 % et 40 % environ des familles, restera d’ailleurs en France en 1785.

Conclusion

  • 77 Voir les opinions de Pérusse (1775-08-27a ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97) et de Lemoyne (1773-07 (...)
  • 78 La lettre de Jean-Baptiste Semer publiée dans « Une ultime revenante ? Lettre de Jean-Baptiste Sem (...)

30On observe chez les Acadiens de la diaspora une nette volonté de se regrouper, ainsi que la constitution d’un vaste réseau d’échange d’informations, quand les rapprochements physiques ne sont pas possibles, qui correspond bien aux observations faites par Faragher et concernant les Acadiens d’Amérique du Nord. Mais, au-delà de ces regroupements familiaux très compréhensibles après les épreuves de la séparation, certains Acadiens prennent conscience que ce n’est qu’en s’organisant politiquement qu’ils parviendront à faire entendre leur voix auprès du gouvernement. Ils s’organisent comme en Acadie, élisant des députés, mais peinent à trouver un chef fédérateur capable de conduire tout le groupe. Les dissensions à l’intérieur du noyau acadien principal semblent en effet paralysantes et sont probablement à l’origine du retard à obtenir du gouvernement une décision, quelle qu’elle soit. Et encore est-ce finalement un Français, Peyroux de la Coudrenière, qui parvient in fine à négocier l’émigration vers la Louisiane et surtout à convaincre, malgré les divergences, un grand nombre d’Acadiens. Malgré son intelligence, reconnue et redoutée par de nombreux observateurs77, et sa constance, le député Jean-Jacques LeBlanc n’a pas réussi à être reconnu de tous comme leur représentant ; il n’a pas réussi à incarner l’espoir des autres Acadiens, peut-être parce que la destination qu’il proposait était peu attractive pour ses compatriotes. Un bon nombre semblaient en effet craindre les chaleurs du Mississippi78 et préféraient vivre dans l’utopique espoir que le gouvernement français leur attribuerait finalement des terres de qualité ou l’autorisation de retourner vivre en Acadie ou dans un climat tempéré proche comme les îles Saint-Pierre et Miquelon. Au final, cette volonté de rester groupés a certainement nui à leur intégration mais a permis la survie du groupe, qui a cependant peiné à définir une direction commune.

Notes

1 Il semble toutefois que cela n’ait pas été une règle générale pendant toute la période. Ainsi on voit Choiseul continuer à s’occuper du dossier acadien et tâcher de mettre en place un projet d’établissement en Corse, alors qu’il n’est plus secrétaire d’État de la Marine, et a rejoint le ministère de la Guerre (M. Duhamel, « Tentative de Colonie acadienne en Corse », Revue des Sociétés savantes des départements, publiée sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts, Cinquième série, VIII, année 1874 – 2e semestre).

2 E. Taillemite, « Administration de la Marine » dans Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996.

3 Roy, Rapport ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 205-6 ; Guillaume Eckendorff, La Correspondance des classes à Cherbourg, 1756-1766, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1998 (p. 173 à 198) ; Choiseul à Guillot, 1763-07-12 ; SHM Brest 1 P 1/9 (1763), pièce 104.

4 Par commodité, dans ce texte, l’expression « ministre de la Marine » sera employée indifféremment avec celle de « secrétaire d’État », qui est le titre officiel. La formule « président du conseil de Marine », utilisée fréquemment par divers auteurs, est impropre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. E. Taillemite, « Administration de la Marine », Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996.

5 1763-04-16 ; ANC, MG6 C3 [Mi 12881] – Arch. du port de Cherbourg (minute des lettres du comm. des classes), fo 17 ; 1772-07-28 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 117-119.

6 Toutes les lettres envoyées à Rochefort, par exemple, et estampillées « colonies » comportent la même calligraphie.

7 C’est le cas par exemple de Le Loutre qui affirme avoir rencontré à plusieurs reprises Praslin. Praslin le renvoie vers le Contrôleur général (Lanco, « Les Acadiens à Belle-Île-en-Mer », op. cit.).

8 1760-11-21 ; AN Col B, vol. 112.

9 1763-12-03 ; AD Ille-et-Vil. C 5157.

10 1772-10-23b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 180-181.

11 1772-12-02 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 225-226.

12 1771-12-23 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 8 et AN Col B, vol. 142, fo 163.

13 C’est pourquoi à partir de 1773 il faut chercher la documentation relative aux Acadiens non plus dans les fonds de la Marine mais dans ceux du Contrôle général (à Paris) et dans les séries C des intendances (en province).

14 On retrouve leurs noms au fil de la documentation : MM. Destouches, Carvillon et de la Croix, secrétaires du Contrôleur général ; Coster, premier commis des Finances, premier secrétaire de Necker (1784-01-15 ; AD Vienne C 32) ; Delille ; Blondel et d’Ormesson, intendants des Finances ; Gojard.

15 Il est possible que ce sieur de la Rochette, sur lequel nous possédons peu de renseignements – hormis un registre de papiers personnels conservés aux Archives nationales du Canada (MG 18 – F 14) – soit le « Hillaire de la Rochette » dont la biographie figure dans le Dictionnaire biographique du Canada. Ce dictionnaire ne signale cependant pas son passage en Grande-Bretagne ; voir aussi Martin, Les Exilés, op. cit., p. 42 et suivantes.

16 Moreau semble avoir été spécialement chargé d’étudier la faisabilité du projet d’établissement de Brix. Cf. 1767-10-17 et 1767-08-01 ; ANC, MG6 C3 [Mi 12881, 3e reg., p. 9-11] – Arch. du port de Cherbourg.

17 1773-01-23 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 252-254. Bertin fut directeur du bureau d’Agriculture, l’équivalent de ministre de l’Agriculture.

18 1782-04-05 ; AN F15 3495.

19 Les personnes suivantes sont intervenues, le plus souvent au moyen d’une lettre de recommandation ou d’appuis plus informels : les ducs de Nivernais, d’Aiguillon (alors commandant en chef de Bretagne) (1763-07-31) ; la duchesse de Duras (1769-10-25) ; Aiguillon à nouveau (1772-12-03) ; Nivernais à nouveau (1774-07-03) ; le comte d’Artois (1777-04-00) ; Anne Dumouriez (1779-08-19) ; la duchesse de Rohan (1785-04-19a) ; une fille de Louis XV, madame Louise, s’intéresse également à une Acadienne carmélite à Morlaix (1786-05-19b). Les Acadiens sollicitent également la protection de Marie-Antoinette (1774-07-00b) qui était peut-être sensibilisée à leur situation par l’intermédiaire de mesdames de Neuville ou de Billy (cf. Robert Piart, « Une Acadienne et sa fille à la maison du roi Louis XVI », Société historique acadienne (Cahiers), 34, 1 (mars 2003), p. 33-41 et ci-dessous note 98, p. 384). Cependant, il ne semble pas que les Acadiens aient été au courant de l’existence auprès de la reine d’une de leurs compatriotes. Ils éprouvent de nombreuses difficultés à faire passer leur pétition à la reine et les noms de Mme de Neuville ou de Mme de Billy ne figurent jamais (1774-08-02a).

20 François Monnier, « Administration » dans Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, op. cit.

21 1759-01-29 ; AM Saint-Malo, BB 45.

22 1760-01-16 ; AN Marine B3, vol. 547, fo 50 et fo 121.

23 1760-08-16 ; ANC MG6 – C2 (transc., Mi C 4619) – Arch. du Port de Saint-Servan, C 8, Li 7 (C 8/7).

24 1773-05-06 ; SHM Brest 1 P 1/11 (1773) pièce 56 et 1778-03-09 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1021.

25 1785-03-19b ; MAE Corresp. Pol. Espagne, vol. 616, fo 269.

26 1759-05-04c; AN Col B, vol. 110.

27 1759-12-06 ; SHM Rochefort, 1 E 415, no 726. Le mot « créole » était au XVIIIe siècle le « nom qu’on donne à un Européen d’origine qui est né en Amérique » (Dictionnaire de l’Académie).

28 1759-12-14 ; SHM Rochefort 1 E 162, fo 895.

29 1763-02-17a (Mémoire de Nivernais). Les Acadiens sont peut-être d’autant plus hésitants à venir en France qu’en Angleterre la paye semble distribuée ponctuellement, dans l’ensemble. Le 14 mai 1763, à Bristol, La Rochette note que les derniers versements de solde datent du 1er mai (1763-05-14c ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, Sup. 13, fo 69). À Penryn en revanche, il y a eu des retards. (1763-02-17a ; Mémoire de Nivernais ; 1763-05-26c ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, Sup. 13, fo 76). Cette situation, semble-t-il plus favorable des Acadiens, ne les empêche pas de contracter de nombreuses dettes, soldées par le gouvernement français au moment de leur embarquement pour la France.

30 1766-05-18 ; AN Marine B3, vol. 568, fo 156.

31 Il est à noter que cette « députation » n’est mentionnée par aucun autre document. Le remaniement ministériel quelques semaines après cette possible visite explique peut-être qu’on n’en reparla plus.

32 1775-00-00b; AD Vienne J 64/M 7.

33 1758-09-19 ; SHM Rochefort, 1 E 414, no 502.

34 1759-01-07 ; AN Col B, vol. 110.

35 1759-05-04c ; SHM Rochefort 1E 161, fo 589 et AN Col B, vol. 110.

36 Dans la série Marine B3 des Archives nationales, il est souvent fait allusion aux difficultés de paiement pour le personnel administratif lui-même. Un intendant de Marine écrit ainsi qu’il n’a pas été payé depuis trois ans.

37 1758-12-02 ; SHM Rochefort, 1 E 414, no 636. Agiotage : « On appelle ainsi le profit usuraire & excessif qu’on prend pour convertir en argent comptant quelque promesse, quelque billet, quelque rescription » selon le Dict. Acad. Tripotage : « Il se dit au figuré pour un assemblage de choses qui ne conviennent point, qui ne s’accordent point ensemble », Dict. Acad.

38 1759-08-17 ; AN Col B, vol. 110.

39 1774-07-00b ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97 et Louis Duval, Mémoire sur les Acadiens, Niort, L. Clouzot, 1867.

40 1774-11-29a; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97. Pérusse accuse à plusieurs autres reprises les employés de la Marine d’être corrompus et de s’enrichir par les secours distribués aux Acadiens sur lesquels ils auraient fait de « grosses retenues » (1774-05-18a ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97 ; 1774-09-14a ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97). Mais il cherche alors à salir la réputation de Lemoyne, donc ses accusations sont peu sûres. Les calculs de Pérusse sont d’ailleurs erronés.

41 D. Roche, La France des Lumières, Paris, Librairie Antheme Fayard, 1993, p. 51.

42 1758-11-24 ; SHM Brest 1 P 1/7, pièce 223.

43 1772-04-10a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 54-55.

44 1772-07-28 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 117-119.

45 1772-08-13 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 120.

46 1773-09-17 ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019.

47 1773-06-19b ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1019 et 1772-09-15 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 144-146 ; 1773-12-05b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 523-526

48 1773-09-10b ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 475.

49 Saint Malo : 1758-11-00a ; 1758-11-01a ; 1758-11-01b ; 1758-11-01d ; 1758-11-15a ; Rochefort : 1758-09-14 – 1758-09-16 : SHM Rochefort 1 E 414, no 498 ; La Rochelle : 1758-10-09 ; AN Col B, vol. 108, fo 107 ; Brest : 1758-10-26a (SHM, Brest, sous-série 1 P – ANC, MG6 C4 (Mi des orig., F-2101 et F-2102)) et 1758-11-15b (SHM Brest 1 E 155, fo 597 – AN Col B, vol. 108) ; Cherbourg : Camille Th. Quoniam, « Les Acadiens réfugiés à Cherbourg », Revue de Cherbourg et de Basse-Normandie, 6, 7, 8 (avril, mai, juin 1907) ; 1758-11-29b (AN Col B, vol. 108, fo 328) ; Le Havre : 1759-03-02 (AN Col B, vol. 110), Boulogne : 1758-12-26 (AN Col B, vol. 108, fo 348).

50 À proximité des rivages de la Rance se retrouvent environ 1 700 à 1 800 Acadiens, surtout des anciens habitants de l’île Saint-Jean, soit environ 70 % des 2 500 Acadiens pensionnés par le gouvernement. Ils se répartissent dans les paroisses suivantes : Saint-Malo, Saint-Servan, Paramé, Bonnaban, La Gouesnière, Chateauneuf, Saint-Suliac, Meillac, Pleudihen, Plouër, Pleslin, Trigavou, Langrolay, Pleurtuis, Saint-Enogat, Ploubalay, Saint-Briac, Saint-Cast, Lamballe, Saint-Thual, Hirel, Taden (voir carte p. 65).

51 1758-11-01d ; ANC MG6 – C2 (transc., Mi C 4619) – Arch. du Port de Saint-Servan, C 8, Li 7 (C 8/7). 1 040 personnes de Louisbourg et de l’île Saint-Jean sont transportées à Saint-Malo par cinq bâtiments anglais, et arrivent le 23 janvier 1759. Sur le total, 350 meurent pendant le trajet et 150 sont admis à l’Hôtel-Dieu aussitôt à leur arrivée (Julien Herpin, « Les Acadiens déportés dans la région malouine », Nova Francia, III, 2, 1927). À ces chiffres, il faut aussi ajouter les arrivées en provenance d’Angleterre en 1760 et 1763.

52 1 064 personnes en 1759 (1759-07-27a), 1 126 en 1762 (1762-00-00b), 1 712 en 1773 (1773-05-22b), près de 1 800 en août 1773 (1773-08-09), 1 727 en 1774 (1774-01-00 ; quelques Acadiens sont alors déjà partis vers le Poitou).

53 Cf. « Liste des habitants de l’île Royale, de l’île Saint-Jean et de l’Acadie qui avaient débarqué et reçu la subsistance à Rochefort, La Rochelle et Cherbourg et qui sont venus résider à Saint-Malo avec des passeports des commissaires desdits ports (1759) » (1759-01-16 ; ANC MG6 – C2 (transc., Mi C 4619) – Arch. du Port de Saint-Servan, C 8, Li 7 (C 8/7) ; la liste ne donne malheureusement pas les raisons des venues à Saint-Malo, mais il s’agit probablement de regroupements familiaux. « Rôle général des habitants de l’île Royale et de l’île Saint-Jean distribués par paroisses pour les six derniers mois de 1759 » (1758-11-00a et 1758-12-00 ; Arch. de la Marine, Brest, sous-série 1 P) ; (1759-08-10 ; SHM Brest 1 P 1/8 1759, pièce 123 et AN Col B, vol. 110).

54 On peut constater le regroupement en observant la répartition spatiale des actes d’état civil concernant des Acadiens. À Morlaix, la proportion est de 86 actes dans une paroisse, 22 actes dans une autre, et 4 dans une troisième ; au Havre : 87 actes dans une paroisse, 11 dans une autre ; à Boulogne : 100 actes, presque tous dans une seule des deux paroisses (celle de la basse-ville). (P. Gallant, « Les exilés acadiens en France », Les Cahiers de la Société historique acadienne, vol. II, no 10 (juillet-septembre 1968), p. 266-273). La même concentration se retrouve à Nantes après l’échec de la tentative de colonisation du Poitou. Le tableau de répartition des actes de baptêmes, mariages et sépultures publié par Gérard-Marc Braud (Les Acadiens en France, op. cit., p. 8) en donne une bonne idée puisqu’on peut constater que les Acadiens ne sont pas distribués harmonieusement et que près de 42 % des actes retrouvés sont enregistrés dans une seule paroisse, Saint-Martin de Chantenay (545 sur un total de 1292 actes) ; trois autres paroisses de Nantes (Saint-Similien, Saint-Nicolas, Saint-Jacques), sur un total de quinze, concentrent quant à elles environ 36 % des actes retrouvés et, dans sept d’entre elles, il ne se trouve aucun acte concernant des Acadiens. Cela est un signe que les Acadiens vivent relativement à proximité les uns des autres à l’intérieur d’une même ville, ou du moins fréquentent les mêmes paroisses. Bien sûr, ces concentrations, qui dépendent de nombreux autres facteurs – dont évidemment la disponibilité des logements –, ne sont pas toutes, ni même peut-être principalement, le fait d’une volonté affirmée des Acadiens de rester proches les uns des autres. Mais elles forment certainement un indice supplémentaire à ce sujet.

55 De nombreux exemples sont donnés dans Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., chapitre XIII. Voir en particulier le regroupement d’Acadiens en Georgie et en Caroline du Sud pour naviguer ensemble jusqu’en Nouvelle-Écosse, ou encore les annonces passées dans les journaux pour retrouver des membres des familles étendues perdues de vue (p. 385-392). Faragher cite également le journal très intéressant d’un pasteur du Massachusetts, Ebenezer Parkman (édité par Clarence J. d’Entremont et Hector J. Hébert, « Parkman’s Diary and the Acadian Exiles in Massachusetts », French Canadian and Acadian Genealogical Review, 1 (Winter 1968), p. 241-293). Parkman noua des relations cordiales avec un exilé, Jean-Simon Leblanc, et nota dans son journal à quel point les Acadiens en Nouvelle-Angleterre, malgré les restrictions de mouvement qui leur étaient imposées, visitaient fréquemment leur famille étendue.

56 1759-09-18b ; Arch. diocésaines de Coutances – AD Manche, Saint-Lô, 6 Mi 252 à 257.

57 Voir les lettres présentées dans mon article « Des “Revenantes” ? À propos des “Lettres fantômes” et de la correspondance entre exilés acadiens (1758-1785) », Acadiensis. Journal of the History of the Atlantic Region – Revue d’histoire de la région Atlantique, XXXIV, 1 (automne 2004), p. 96-115. Toutes les lettres citées dans ce passage en sont tirées. Comme exemple de familles séparées par la déportation, voir l’exemple de Joseph LeBlanc, dans les commentaires associés à la première lettre présentée.

58 « Des “Revenantes” ? », op. cit.

59 Étienne d’Entremont, fils de Joseph et de Marie Josephte Moulaison, de Cherbourg, à son cousin, très probablement Joseph d’Entremont, le 8 mars 1775. « Des “Revenantes” ? », ibid.

60 1784-02-19. Les Acadiens de Saint-Malo au maréchal de Castries (ministre de la Marine), le 19 février 1784 ; RAPC 1905-II, p. 227.

61 Le lecteur pourra se reporter aux lettres commentées qui sont disponibles sur la base de données. Beaucoup de lettres ont disparu, mais leur contenu est parfois résumé dans la correspondance administrative qui, elle, a survécu. Le lecteur intéressé pourra se reporter aux documents indiqués, sous forme de renvois à la base de données, sur la carte figurant dans l’appendice.

62 Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., p. 387.

63 À une époque où les réseaux de connaissances étaient déterminants pour forger l’identité de l’individu, c’est sans doute aussi parce que les Acadiens veulent à tout prix ne pas être considérés comme des gens « sans aveux », comme des « vagabonds », qu’ils restent groupés. Se séparer du groupe, cela voulait dire aller dans un endroit où personne n’allait les connaître, où ils risquaient d’être victimes de suspicions, voire de violence.

64 1763-03-18d ; Alexis Trahan, Tranquille Prince, Joseph LeBlanc, Alexis Boudrot aux Acadiens dispersés dans les colonies américaines, du 18 mars 1763, RAPC 1905-II, appendice F, p. 196.

65 1763-03-28b; AN Col B, vol. 117, fo 107.

66 1767-08-24 ; Auguste Gosselin, « Encore le Père de Bonnécamps 1707-1790 », Mémoires de la Société royale du Canada, deuxième série, III (1897-1898), p. 103-117. Les Canadiens aussi aspirent à recréer un « Petit Canada » (cf. J.-F. Mouhot, « Des “Pieds-Blancs” venus du froid ? », op. cit.).

67 Voir une discussion sur la signification de ce terme ci-dessous dans le glossaire, p. 305.

68 Le député d’Ancien Régime « n’est un porte-parole des corps et communautés que pour une mission de conseil auprès du souverain, non pour exercer un pouvoir de décision » (Lucien Jaume, « Représentation », dans Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime).

69 « Syndic. Celui qui est élu pour prendre soin des affaires d’une Communauté, d’un Corps dont il est membre » (Dict. Acad.). La première mention d’un syndic se trouve dans une lettre de Beauregard (1774-06-24 ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-2). Basile Henry prétend toutefois ultérieurement avoir été nommé syndic « de sa patrie » le 18 juillet 1763 (1792-05-11 ; AN F15 3492), ce qui n’est attesté par aucune autre source.

70 (1774-07-15; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1). Les tâches de Doucet ont essentiellement consisté à s’occuper de l’organisation de l’hébergement pour les Acadiens, ainsi que de la fourniture de meubles et de bois de chauffage.

71 1782-04-05 ; AN F15 3495.

72 1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-394. Lemoyne envoie par exemple trois Acadiens effectuer une visite des terres de Pérusse en adjoignant à LeBlanc et Aucoin un autre Acadien favorable à l’idée d’aller dans le Poitou (1773-08-19 ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 439-446).

73 Pérusse a laissé des notes détaillées sur ces députés acadiens (1775-08-27a ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97).

74 1775-08-30b; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1. Pérusse répète les mêmes propos le mois suivant (1775-09-22 ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 124-1).

75 Cela ne peut certes constituer une preuve d’une absence de volonté de regroupement. La parole des Acadiens n’était pas entièrement libre, certains n’osent probablement pas demander un regroupement susceptible de déplaire.

76 1778-01-04 ; AD Ille-et-Vil. C 6176.

77 Voir les opinions de Pérusse (1775-08-27a ; AD Vienne 2 J dép. 22, art. 97) et de Lemoyne (1773-07-22a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 383-94) sur ce personnage.

78 La lettre de Jean-Baptiste Semer publiée dans « Une ultime revenante ? Lettre de Jean-Baptiste Semer de La Nouvelle-Orléans à son père au Havre, 20 avril 1766 », Acadiensis. Revue d’histoire de la région atlantique, XXXIV, 2, printemps 2005 (1766-04-20 ; AN Marine B3, vol. 568, fo 319ss), si elle incite son père à demander d’émigrer vers la Louisiane, n’est pas très rassurante à ce sujet puisqu’elle évoque les compatriotes morts de chaleur au travail.

Table des illustrations

Légende figure 1Organigramme de l’administration en charge des Acadiens avant 1773
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende figure 2Organigramme de l’administration en charge des Acadiens après 1773
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende carte 3Lieux de résidence des Acadiens dans la région de Saint-Malo de 1758 à 1785. D’après une carte établie par François Roux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/130866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search