Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Première partie. Rassembler ou disperser ? Les projets d’établissement

Chapitre I. « Un attachement poussé jusqu’au fanatisme pour la France » : les causes de l’arrivée en métropole

Texte intégral

  • 1 1773-05-13a ; Lemoyne à Terray, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326.
  • 2 Par exemple, le gouverneur de la Caroline du Sud rapporte que les Acadiens réfugiés dans sa coloni (...)

1Si l’on en croit le commissaire de la Marine, Lemoyne, le lien unissant les Acadiens et l’ancienne métropole aurait pu se résumer à « un attachement poussé jusqu’au fanatisme pour la France1 ». L’opinion de Lemoyne est loin d’être marginale ; elle reflète tout autant les nombreuses pétitions acadiennes, qui affirment sans cesse cet attachement, que l’opinion majoritaire des administrateurs de tous grades qui s’occupent des réfugiés, tant en France d’ailleurs que dans les colonies américaines2. Mais au-delà de ces affirmations péremptoires, les actes des Acadiens confirment-ils ou infirment-ils ces discours ? Certains Acadiens n’ont-ils pas témoigné de leurs sentiments en quittant volontairement l’Acadie anglaise ou plus tard la France ? L’étude des circonstances et des causes exactes des départs permettra d’avoir une idée plus précise du désir des Acadiens de venir en France. Dans quelle mesure eurent-ils le choix de leur destination ? La réponse influe par ricochet sur l’une de nos questions principales : avant de se demander si les Acadiens ont résisté à l’assimilation en France, il est opportun de se demander s’ils ont voulu y venir. Pour répondre, il faut distinguer trois cas de figure ou trois moments : les circonstances du départ de l’Acadie anglaise, la question des Acadiens réfugiés en Angleterre et, enfin, le cas des Acadiens déportés des îles au nord de la Nouvelle-Écosse, soit les îles Saint-Jean et Royale.

Les départs forcés de Nouvelle-Écosse

  • 3 Dans les pétitions, on note l’apparition de cette rhétorique à partir de 1772 (1772-03-24 ; Pétiti (...)

2Au premier abord et au vu du court récit de la déportation figurant plus haut, il peut paraître inutile de s’interroger sur les causes du départ des Acadiens, puisqu’il s’agit indubitablement d’un départ forcé. Pourtant, les pétitions acadiennes envoyées à l’administration française à la fin du XVIIIe siècle présentent dans leur quasi-totalité une version bien différente : elles s’efforcent en effet d’accréditer la thèse selon laquelle leur départ d’Acadie fut plus ou moins volontaire, « à cause de leur fidélité à la France et au Roi3 ». La famille d’Entremont, exemple parmi de nombreux autres, écrit ainsi dans une pétition éloquente :

  • 4 1784-03-15b ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1022. Le cas de la famille d’Entre (...)

Propriétaires […] d’un terrain immense où ils trouvaient abondamment tous les besoins et les agréments d’une vie tranquille, [les d’Entremont] l’ont abandonné aux Anglais leurs vainqueurs et n’ont point balancé à se retirer en France pour prouver leur fidélité à leur roi et leur attachement à la religion de leurs pères. Les offres généreuses du vainqueur, les honneurs et les richesses, rien ne put ébranler leur fermeté4.

  • 5 Voir A. J. B. Johnston, « Borderland worries: loyalty oaths in Acadie/Nova Scotia, 1654-1755 », Fr (...)
  • 6 Plusieurs groupes demandent d’ailleurs immédiatement à prêter serment pour éviter la déportation, (...)

3De nombreuses autres suppliques sont bâties sur la même argumentation. À lire ces requêtes nourries de références à l’attachement patriotique des « Français neutres », on aurait presque l’impression que les Acadiens ont choisi volontairement l’exil. Pourtant, ceux-ci n’ont certainement pas anticipé le Grand Dérangement. Même si des rumeurs de déportation couraient déjà dès 1720, les habitants de la Nouvelle-Écosse espéraient probablement que les tergiversations des autorités anglaises quant à l’exigence du serment sans condition allaient se poursuivre. Depuis 1713, les Britanniques exigeaient ce serment sans jamais avoir pris des mesures extrêmes pour l’obtenir5. Si les Acadiens avaient été placés devant le choix clair d’être déportés en France ou de prêter serment, il est moins que certain qu’ils auraient choisi d’aller en France6. À n’en pas douter, ils espéraient pouvoir conserver leur neutralité et ne pas avoir à prendre un jour les armes contre la France, ce qui peut se comprendre sans nécessairement vouloir en faire une preuve de patriotisme profrançais. Les colons auraient pu revendiquer leur fidélité à la France s’ils avaient dû choisir entre rester sur leurs terres et prêter serment à l’Angleterre ou être déportés, mais ils n’ont jamais eu à faire ce choix. Les seuls qui ont fait un choix en faveur de la France, ce sont les habitants qui ont volontairement quitté la péninsule pour rejoindre une région sous administration française, notamment l’île Saint-Jean et Beaubassin.

4La thèse d’un exil plus ou moins volontaire par fidélité à la France semble avoir été acceptée sans critique dans la métropole : nul, au sein de l’administration, ne songe à mettre en cause la rhétorique acadienne simplificatrice. Au contraire, de très nombreux mémoires historiques rédigés par divers responsables français mettent eux aussi en avant le sacrifice des Acadiens pour la religion, le roi et la patrie. Voici le récit que Lemoyne fait des événements de l’été 1755. La même trame et souvent les mêmes mots se retrouvent dans de nombreux autres récits similaires :

  • 7 1773-05-13a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326. Ce récit est globalement conforme à ce que les aut (...)

Sous le prétexte de confirmer et ratifier leurs privilèges, [les Acadiens] de Beauséjour eurent ordre de se rendre au fort où commandait le général Moncton et ceux de Beaubassin, du Port Royal, des Mines et autres lieux eurent celui de se rendre à Halifax où commandait l’amiral Boscawen. Sitôt que les Acadiens furent rassemblés dans ces forts, les commandants leur signifièrent qu’il fallait prêter serment de fidélité au Roi d’Angleterre et prendre les armes pour les Anglais. L’amiral Boscawen outra les procédés. À la signification qu’il fit de cet ordre, tous les Acadiens se jetèrent à genoux et, après une très courte prière, les vieillards se levèrent et, prenant la parole pour tous, dirent : « Nous avons prêté le serment de fidélité, nous sommes prêts à le renouveler, mais nous voulons conserver le privilège de neutralité et jamais nous ne prendrons les armes contre la France ». À cette réponse, l’amiral tout en fureur tira son épée et s’écria : « Quelle insolence ! Je ne sais ce qui m’empêche de vous passer mon épée au travers du corps. » À cette menace, un des vieillards découvrit sa poitrine et lui dit : « Frappez si vous l’osez ; vous pouvez tuer mon corps, mais vous n’avez aucun pouvoir sur mon âme et vous n’arracherez jamais de mon cœur mon attachement pour ma religion ni ma fidélité pour mon premier et légitime souverain Louis7. »

  • 8 Cette version est attestée dès 1756 dans un mémoire imprimé (1756-00-00b ; Mémoire anonyme imprimé (...)
  • 9 Les causes et les circonstances exactes de la déportation des Acadiens font l’objet de controverse (...)

5Selon cette première version donc, basée sur le récit des réfugiés eux-mêmes, la déportation s’est produite parce que les Acadiens ont refusé de prendre les armes contre la France8. Il est difficile d’évaluer jusqu’à quel point cette interprétation est fondée9. Certes, les Anglais exigèrent en 1755 des Acadiens un serment de fidélité « sans condition », lequel aurait peut-être conduit les Acadiens, dans certaines circonstances, à prendre les armes contre la France, mais probablement uniquement en cas d’attaque française.

  • 10 1783-07-12 ; MAE, Corresp. Pol., Espagne, vol. 611, fo 34.
  • 11 Lors de la capitulation du fort de Beauséjour, le 16 juin 1755, les Acadiens qui ont pris les arme (...)
  • 12 En réalité, son témoignage date de 1822. Elle dit être alors âgée de 70 ans, ce qui la ferait naît (...)
  • 13 En 1822, une vieille Acadienne restée dans le Poitou raconte son histoire à une sœur du couvent de (...)

6Avec le temps, les raisons de la déportation se transforment subrepticement pour aboutir à des reconstitutions qui paraissent plus critiquables : « Nous avons été expulsés de l’Acadie et [avons] perdu nos biens pour avoir pris les armes pour le Roi de France contre les Anglais10 », écrivent ainsi des Acadiens de Nantes en 1783. Les Acadiens cherchent bien sûr, par de telles affirmations, à mettre en avant leur patriotisme. Pourtant, à part les 300 Acadiens pris les armes à la main au fort de Beauséjour, et qui, semble-t-il, furent contraints de combattre pour les Français11, la grande majorité de la population de Nouvelle-Écosse ne semble pas avoir combattu « l’Anglais ». Les souvenirs s’estompant encore davantage et ne faisant plus très bien la distinction des lieux et des circonstances, une vieille Acadienne âgée – à ce qu’elle dit12 – de neuf ans à l’époque de la déportation, interrogée en 1822, affirme alors que les Acadiens ont été déportés parce qu’ils n’avaient pas voulu abandonner leur religion13. Il s’agit clairement ici d’une déformation évidente de la réalité puisqu’il n’a jamais été question de la part des Anglais de faire abjurer leurs administrés catholiques en Nouvelle-Écosse.

  • 14 Qui plus est, de nombreux Acadiens craignent des représailles de la part des Micmacs excités par l (...)

7Au-delà de l’existence d’une rhétorique visant à flatter l’administration française pour en obtenir des faveurs, il est bien difficile de déduire quoi que ce soit de cette première étude quant aux sentiments animant les Acadiens. L’attachement à la religion catholique les rapproche certainement de la France, tandis que la volonté farouche de rester neutres peut être interprétée de diverses manières : il est probable que les colons étaient motivés tout autant par la volonté de rester éloignés des combats meurtriers que par leur répugnance à combattre des « anciens compatriotes » et des coreligionnaires14.

Les Acadiens en Angleterre

  • 15 Sur le séjour des Acadiens en Angleterre, voir N. E. S. Griffiths, « Acadians in Exile », op. cit.(...)

8La question de la fidélité et du patriotisme des Acadiens déportés d’abord en Virginie, puis renvoyés en Angleterre en 1756, n’est pas moins compliquée à résoudre15. Furent-ils davantage maîtres de leur destin que leurs compatriotes exilés sous d’autres cieux ? Purent-ils choisir entre plusieurs options ? Le cas échéant, que peut-on en déduire sur la valeur de leur patriotisme et sur leur désir de passer en France ?

  • 16 1763-02-17a ; « Mémoire sur les Acadiens » de Nivernais et La Rochette, AN Col C11 D, vol. 8, fos (...)

9Au moment des pourparlers de paix en 1762-1763, un mémoire de l’ambassadeur français à Londres, le duc de Nivernais, et de son émissaire La Rochette16 laisse entendre que les Acadiens souhaitent alors pratiquement tous se réfugier dans le royaume de Sa Majesté Très Chrétienne. Selon cette même source, les Anglais s’efforçaient alors de séduire les reclus pour les inciter à retourner en Acadie. Le texte donne de nombreux détails sur ces tentatives de détournement : un commissaire de Liverpool aurait ainsi recruté un prêtre irlandais pour tenter de convaincre les Acadiens, et diverses personnalités de la noblesse anglaise se seraient « abaissées » à faire de même. La Rochette concède qu’une partie des Acadiens – « parmi lesquels sont presque tous les vieux » – se laissèrent tenter à Liverpool par ces propositions, et que dans d’autres endroits ils étaient divisés. Mais il ne s’agissait que d’errements passagers : dès que La Rochette parut – si l’on en croit l’émissaire français –, les doutes des Acadiens s’estompèrent et leurs sentiments français revinrent.

  • 17 Selon le rapport, les Acadiens déclarent : « We hope we shall be sent into our own countries. » Ex (...)

10Il est intéressant de confronter cette pièce partisane à d’autres sources. En effet, si l’on en croit un rapport anglais et les informations rapportées par Griffiths, les Acadiens furent invités par les commissaires britanniques à exprimer leurs préférences sur ce qu’ils voulaient faire après la paix. La réponse des Acadiens, qui font clairement savoir qu’ils veulent retourner en Acadie, est contradictoire avec la version de Nivernais17.

  • 18 Il est peut-être abusif d’écrire que les Acadiens furent « prisonniers » en Angleterre. Certes, il (...)
  • 19 Ils demandent à être « under the French governement again ». L’existence de cette lettre, envoyée (...)

11Ce texte n’indique que la réponse de l’un des quatre groupes acadiens prisonniers18 en Angleterre : celui de Bristol. Cependant, nous avons d’autres informations sur les désirs des autres groupes acadiens. Ceux de Southampton et Liverpool souhaitent, comme ceux de Bristol, retourner en Acadie. Cependant, les commissaires anglais notent que quelques-uns de ces Acadiens réclament à « repasser sous le gouvernement français19 » ; enfin, ceux de Penryn demandent du temps pour envoyer leur réponse.

  • 20 Nivernais ne nie pas une certaine hésitation des Acadiens, mais il cherche à la minimiser.
  • 21 Griffiths cherche à montrer que les Acadiens n’étaient pas vraiment « Français », et qu’ils ne se (...)
  • 22 1763-02-17a ; Mémoire de Nivernais. On pourrait ajouter le fait que le mémoire de l’ambassadeur, t (...)
  • 23 Griffiths, « Acadians in Exile », op. cit., p. 79.

12Naomi Griffiths critique à juste titre le parti pris du mémoire de Nivernais. Alors que ce dernier insiste sur l’attachement patriotique des Acadiens à la France20, Griffiths prend le contre-pied et dépeint les exilés comme plutôt bien intégrés en Grande-Bretagne21, désireux de retourner en Acadie, et peu intéressés par un rapatriement en France. L’historienne note l’absence de questionnement du mémoire de Nivernais sur les sentiments d’appartenance des Acadiens et sur l’impossibilité pour les agents de la France de concevoir que les Acadiens puissent préférer une autre destination que l’ancienne métropole. L’historienne relève aussi à juste titre l’existence d’un mémoire envoyé par certains Acadiens de Liverpool pour demander leur retour en Nouvelle-Écosse, le fait que l’initiative de demander le rapatriement en France provienne d’un pilote français prisonnier et que la demande soit portée à Londres par un Irlandais, plutôt que par des Acadiens, le manque d’enthousiasme avec lequel La Rochette fut accueilli à Southampton, le fait que, concernant les Acadiens de Falmouth (près de Penryn), le mémoire reconnaît qu’ils avaient « contracté des inclinations peu françaises » et, enfin, la mention d’une défiance générale des Acadiens envers le projet de les envoyer en France22. Elle conclut son analyse par l’affirmation que les Acadiens veulent retourner en Acadie et ne souhaitent aucunement aller en France23.

  • 24 Le premier document est une lettre de Nivernais à Praslin (1762-12-24 ; MAE, Corresp. Pol., Anglet (...)
  • 25 11 juillet 1764 (1764-07-11 ; RAPC 1905-II, ap. J., p. 271).

13L’argumentation est cependant marquée par deux problèmes. En aucun moment, en effet, Griffiths n’explique pourquoi les Acadiens passent finalement en France. Si l’on suit son raisonnement, les exilés souhaitaient en grande majorité retourner en Acadie. De plus, le mémoire de Nivernais et au moins deux autres documents affirment que les Britanniques tentaient de convaincre les Acadiens de repasser en Nouvelle-Écosse, ce qui tendrait à prouver que la Grande-Bretagne n’était, pour le moins, pas hostile à cette émigration24. Le mutisme de l’historienne sur ce point s’explique probablement par l’absence de sources : on ne sait pas si les Acadiens ont vraiment eu le choix de retourner dans leur pays. Les expatriés, après tout, comme elle l’écrit elle-même, pouvaient être considérés comme des sujets britanniques et « n’appartenaient » donc pas à la France ; de surcroît, le Royaume-Uni aussi désirait peupler ses colonies et autorisera peu de temps après la paix la régularisation des Acadiens en Nouvelle-Écosse25. Bref, rien ne prouve que les malheureux ne reçurent pas l’autorisation d’aller en Acadie et qu’ils n’ont pas choisi volontairement la France à ce moment-là.

14Il est toutefois plausible que les Acadiens n’eurent pas d’autre choix que de se retirer dans l’hexagone. Pour pouvoir en être sûr, il faudrait connaître la décision finale prise par le Royaume-Uni. Or on n’entraperçoit l’opinion anglaise qu’à travers la correspondance diplomatique française : le sort des Acadiens fit en effet l’objet de négociations serrées entre les deux puissances rivales. La première allusion à ces tractations laisse entendre que les Britanniques n’avaient pris, en décembre 1762, aucun parti :

  • 26 1762-12-01; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 448, fo 203-204.

M. George Greenville […] premier commissaire de l’amirauté […] m’a fait, ces jours-ci, un très long et embarrassé discours sur les Acadiens qui pendant la présente guerre ont été dispersés dans les colonies anglaises ou amenés en Angleterre pour avoir refusé de prêter serment d’obéissance à [Sa Majesté Britannique]. Il me témoigna qu’on était encore embarrassé de ceux qui étaient encore existants en Angleterre […]. Il me demande quel devrait être le sort de ces gens-là et ce que je pensais qu’on en pouvait faire. […] Comme je suis sûr qu’il ne me faisait cette ouverture que pour [retarder les négociations de paix] je n’ai pas jugé à propos de lui répondre autre chose, sinon que je n’avais pas de documents ni d’instructions là-dessus26.

  • 27 J’ignore précisément ce dont il s’agit. « Amnistie. s. f. Pardon que le Souverain accorde à ses su (...)

15Sauf à estimer, comme le fait Nivernais, que ce discours n’est qu’un prétexte pour retarder les négociations de paix, il ne semble donc pas que le gouvernement de Londres ait été fixé sur la conduite à suivre. Par la suite, à plusieurs reprises, les déportés sont évoqués dans les négociations, mais on ne possède pas les réponses aux suggestions françaises. En janvier 1763, les Anglais tentent d’exclure les « Acadiens neutres » de l’amnistie générale27 alors en cours de discussion. Choiseul intervient pour que les Acadiens n’en soient pas exclus et précise en outre :

  • 28 1763-01-20; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 148.

Le Roi [Louis XV] propose de les renvoyer tous en France en leur laissant vendre leurs biens. Il y a plus : ces Acadiens habitaient le Canada, ils doivent avoir la pleine liberté ou d’y rester, ou de revenir en France après avoir vendu leurs effets conformément à l’article 2 des préliminaires qui stipule que « les habitants Français ou autres qui auront été sujets du Roi très chrétien en Canada pourront se retirer etc.28 »

  • 29 1763-02-17c; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 336.
  • 30 Jean-Edmond Roy, Rapport sur les archives de France relatives à lhistoire du Canada, Ottawa, 1911 (...)

16La France avait donc eu vent à cette époque du désir des « Français neutres » de retourner au Canada. Mais on ignore quelle fut la réponse des Britanniques à ces suggestions ; on peut simplement deviner qu’elle fut probablement négative. C’est peut-être parce que les Acadiens se virent alors refuser le droit de retourner en Acadie que, quelque temps après, le duc de Nivernais se fait l’écho de « prisonniers canadiens » demandant à passer à « l’île Miquelon29 ». Qui sont ces « prisonniers canadiens » ? On a vu que le vocabulaire de l’époque tenait souvent pour synonyme les termes acadiens et canadiens. Mais une lettre ultérieure du duc de Choiseul – faisant selon toute vraisemblance allusion aux mêmes personnes – précise qu’il s’agit d’« habitants du Golfe du Saint-Laurent, des Canadiens, des pêcheurs de l’île Saint-Jean, de Louisbourg, etc., qui désirent être envoyés à l’Île Miquelon30 ». Le destin de ces candidats à l’émigration vers les îles Saint-Pierre et Miquelon n’est pas connu, mais ce qui est sûr c’est que peu de temps après cette lettre, peut-être après qu’on lui eut rendu compte du rapport de Nivernais de février 1763, Choiseul entreprend à nouveau d’inciter fortement les Acadiens à venir en France :

  • 31 1763-03-11b; AN Col. B, vol. 117, fo 83 (ANC, Mi C 15665, transc.). La nouvelle colonie à laquelle (...)

L’avantage que vous procurerez à l’État en engageant [les familles acadiennes] à passer dans le Royaume est d’autant plus agréable à sa Majesté qu’elle a depuis longtemps des vues sur elles pour une nouvelle colonie dans le cas où elles voudront répondre à ses intentions, mais quand bien même elles se détermineraient à rester dans le Royaume, cette peuplade est trop précieuse pour ne pas la recevoir avec plaisir31.

17À cette date, il est probable que Nivernais était déjà fixé sur les intentions anglaises, mais il n’en dit rien. On constate toutefois que le processus de rapatriement des Acadiens en France est alors enclenché inexorablement.

  • 32 1763-03-14 ; Roy, Rapport ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 83.
  • 33 Si l’on en croit Alfred de Curzon (« Les Acadiens à Liverpool », op. cit.), certains réfugiés adre (...)
  • 34 Dans trois des lieux (Liverpool, Bristol et Southampton) où il fait embarquer des familles, La Roc (...)
  • 35 Le ton des lettres envoyées par les Acadiens prisonniers en Angleterre à leurs homologues en Nouve (...)
  • 36 Voir à ce sujet Roy (Rapport, op. cit., p. 632 et suivantes qui contient une transcription des let (...)
  • 37 Pour les Acadiens réfugiés à Morlaix : « Les Anglais […] voulaient bien nous la continuer [la paye (...)
  • 38 RAPC 1905-II, app. J, p. 271.

18L’affaire n’est donc pas tranchée : si, comme le suggère Griffiths, les Acadiens voulaient effectivement retourner en Acadie, pourquoi leur projet ne s’est-il pas réalisé ? Est-ce par refus du gouvernement de Grande-Bretagne de les laisser repasser dans cette colonie ? C’est l’hypothèse la plus plausible. Après tout les Anglais se défient sans doute encore des Acadiens, et cette option était plus coûteuse que de laisser partir les exilés en France. À lui seul, le montant des dettes contractées par les Acadiens en Angleterre s’élevait, selon un document de mars 1763, à environ 15 000 livres tournois, et de surcroît les réfugiés étaient hors d’état de payer leur voyage eux-mêmes32. Si les Acadiens ne voulaient pas retourner en France, comment expliquer que certains aient sollicité l’ancienne métropole pour y repasser33 ? Qu’ils soient partis volontairement, alors qu’apparemment ils avaient le choix de rester ou de partir34 ? Comment expliquer les lettres envoyées par les Acadiens d’Angleterre à leurs compatriotes dispersés dans les colonies nord-américaines et enjoignant ces derniers de se rendre en France pour les rejoindre35 ? Comment expliquer les nombreuses pétitions subséquentes d’Acadiens retirés dans les colonies américaines et qui demandent tous à passer en France ou à Saint-Domingue36 ? Comment expliquer, aussi, que les Acadiens revendiquent ensuite fortement d’avoir choisi eux-mêmes de passer en France37 ? Comment expliquer, enfin, que ces Acadiens déportés dans les Treize Colonies rejoignent les colonies françaises plutôt que de retourner en Acadie, alors même que le gouvernement anglais a précédemment donné l’autorisation de retourner en Acadie, le 11 juillet 176438 ?

19Les Acadiens dispersés en Amérique du Nord sont en effet prévenus, on l’a vu, par leurs compatriotes en Europe, du passage de certains de l’Angleterre vers la France. Le duc de Nivernais semble convaincu que les premiers reviendront facilement et volontairement en France. Dans le même mémoire, il écrit en effet :

Dans la supposition que le roi ne pourrait délivrer tous ces Acadiens dispersés ni en les réclamant comme des sujets ni en les rachetant comme des captifs, il est certain que l’on peut toujours en faire revenir la plus grande partie, en faisant assurer secrètement à tous ceux qui s’échapperont le traitement accordé aux Acadiens aujourd’hui en Europe.

  • 39 Voir par exemple les pétitions des Acadiens prisonniers à Philadelphie, dans le Maryland, en Carol (...)
  • 40 Les Acadiens de Pennsylvanie au ministre (des Affaires étrangères), le 20 juin 1763, MAE, Corresp. (...)
  • 41 Les Acadiens du Maryland à Nivernais, le 7 juillet 1763 ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450 (...)

20Si Nivernais avait forcé la main aux Acadiens d’Angleterre, il aurait été moins confiant dans sa capacité à attirer ceux des Treize Colonies. De fait, il semble bien que les Acadiens d’Amérique du Nord, peut-être plus convaincus d’un retour impossible en Acadie ou connaissant des conditions de vie encore plus précaires, se soient portés plus facilement volontaires pour un passage en France ; ils ne répugnent pas non plus à passer dans les colonies, comme de nombreuses lettres en attestent39. Ainsi, un groupe d’Acadiens écrit : « Nous avons toujours désiré depuis que les Anglais nous ont retirés de nos terres de passer en France ou en quelqu’une des colonies françaises […] [afin que] nous puissions avoir le plaisir de jouir de toutes les libertés de notre religion40. » Quant aux « habitants neutres de l’Acadie » séjournant au Maryland, ils « ne cherchent que les moyens d’entrer au nombre des fidèles sujets de la glorieuse monarchie de sa majesté très chrétienne le Roi de France et de Navarre » et envoient la liste de tous les Acadiens qui veulent passer en France41. On pourrait multiplier les exemples. Cependant, il est à noter que très peu de ces Acadiens passent finalement en France ou dans les colonies françaises. L’essentiel part coloniser la Louisiane, le Nouveau-Brunswick ou le Québec actuels.

  • 42 L. G. et J. B., à John Cleveland ( ?), 4 janvier 1763, Admiralty Records 98/9, cité par Griffiths, (...)

21Second point faible de l’argumentation de Griffiths : si l’historienne critique à juste titre le mémoire de Nivernais, elle est moins regardante sur les réponses – pourtant nuancées – fournies par les Acadiens aux commissaires anglais. Certes, les réfugiés demandent à rentrer dans leurs terres et dans leurs maisons, ce qui se comprend aisément. Mais ils demandent immédiatement à ce que le libre exercice de leur religion leur soit à nouveau garanti. Bien plus, ils précisent qu’ils souhaitent que des missionnaires leur soient envoyés de France42. Par ailleurs, il n’est pas inconcevable que les Acadiens, se méfiant des Anglais, aient souhaité ardemment aller en France mais qu’ils n’aient pas osé l’exprimer franchement aux commissaires britanniques par crainte de représailles toujours possibles : après tout, selon Griffiths, ces derniers notent bien qu’une requête anonyme d’Acadiens de Liverpool demande à être à nouveau « sous le gouvernement français » et il est plausible que le rapport de La Rochette ait reflété les sentiments d’au moins quelques Acadiens. Il est en fait évident que les discours des Acadiens font preuve d’autocensure et ont varié en fonction des autorités auxquelles ils s’adressaient. Ainsi les réfugiés demandent à retourner en Acadie lorsqu’ils s’adressent aux Britanniques, tandis qu’ils disent vouloir retourner en France quand ils s’adressent à Nivernais.

  • 43 Choiseul évoque ce souhait de manière très claire dans une lettre ultérieure. Selon lui, les famil (...)
  • 44 Nivernais promet des secours et des terres. L’existence même de ces promesses tend à accréditer l’ (...)

22Que conclure ? Tout d’abord, on ne peut accorder une confiance aveugle ni au mémoire de Nivernais ni aux affirmations de Martin selon lesquelles les Acadiens souhaitaient tous ardemment être rapatriés en France depuis l’Angleterre. Cependant, on ne peut guère tirer de conclusion définitive sur l’attachement des Acadiens à la France. Il est peu probable que les exilés aient été totalement opposés à l’idée de repasser en métropole. Peut-être ne faudrait-il d’ailleurs pas considérer les Acadiens en Angleterre comme un tout : les désidératas des réfugiés à Liverpool semblent fort éloignés de ceux de Penryn. Enfin, il est évident que les Acadiens étaient partagés entre leur désir de retourner en Acadie et leur souhait de conserver leur religion43. Ils étaient réticents à l’idée de retourner en Nouvelle-Écosse sous un régime dont ils se défiaient ; quant à aller en France, cela signifiait le renoncement à leur pays natal. Peut-être les promesses diverses faites par Nivernais aux Acadiens firent-elles pencher la balance en faveur de la France44 ?

23La question de savoir si les Acadiens ont eu véritablement le choix de retourner en Acadie lorsqu’ils se sont trouvés en Angleterre en 1763 n’est donc pas résolue mais ne pourra l’être que lorsque des recherches plus approfondies auront permis éventuellement de découvrir quelles furent les véritables intentions du gouvernement anglais à leur égard. Les raisons de la translation des réfugiés d’Angleterre en France en 1763 ne sont pas connues de manière certaine. La raison officielle qui aura cours en France tout au long de la période de notre étude, soit la fidélité à la France et le refus des Acadiens d’abandonner leur religion et leur souverain, si elle doit être prise avec précaution, ne peut être écartée

Les habitants des îles Saint-Jean et Royale

  • 45 Près de 6 000 Acadiens ont fui vers les territoires français au tournant des années 1750, souvent (...)
  • 46 La rumeur d’une déportation des Acadiens courait depuis le début du XVIIIe siècle (voir Faragher, (...)
  • 47 Selon Jean Ségalen, il était promis aux Acadiens : « installation nouvelle, nourriture pendant tro (...)

24Le groupe que nous venons d’étudier est le premier à avoir été déporté, en 1755. Nous avons vu, cependant, que le plus gros contingent de déportés présents sur le sol français dans les années 1760 est formé des déportés de l’île Saint-Jean et de quelques familles acadiennes de l’île Royale. Comme pour le précédent groupe, il peut encore paraître inutile de s’interroger sur les causes des départs de ces habitants puisqu’ils ont été également déportés, trois ans après leurs infortunés compatriotes d’Acadie anglaise. Mais ce serait oublier qu’en majorité ces réfugiés furent des Acadiens ayant rejoint les colonies françaises volontairement avant 175545. Des individus, donc, dont l’attachement à la France est peut-être paradoxalement moins discutable que celui des habitants de l’ancienne Acadie. Toutefois, là encore, il faut nuancer. En effet, l’émigration d’Acadiens vers l’île Saint-Jean ou l’île Royale ne fut pas nécessairement due à un attachement à la France, mais plutôt le résultat de vives inquiétudes, les Acadiens craignant pour leur sécurité46Le gouvernement français, employant tantôt la carotte, tantôt le bâton, encouragea par divers moyens cette émigration : le missionnaire français Le Loutre encouragea fortement, parfois de manière musclée, des familles à quitter leurs habitations pour rejoindre les possessions françaises de l’Acadie, et notamment l’île Saint-Jean47. Il est donc utopique d’espérer déterminer dans quelle mesure les Acadiens sont allés à l’île Saint-Jean de bon ou de mauvais gré ou de conclure à un attachement plus marqué des Acadiens de l’île Saint-Jean envers la France que de leurs compatriotes restés sur la péninsule néo-écossaise

  • 48 Gérard Finn, notice biographique consacrée à l’abbé Le Guerne dans le Dictionnaire biographique du (...)
  • 49 Charles-Octave Gagnon, Lettre de M. l’abbé Le Guerne, missionnaire de l’Acadie, Québec, s.n., 1889 (...)

25Une partie des habitants de l’île Saint-Jean est également constituée, en dernier lieu, de familles réfugiées après la déportation de l’été 1755. Il est difficile d’en évaluer le nombre exact, supérieur probablement à 500 individus48. L’abbé Le Guerne a fait le récit émouvant du périple de certaines de ces familles acadiennes pour rejoindre l’île sous domination française49. Jean-Baptiste Robichaux, dont la vie est narrée dans le Dictionnaire biographique du Canada, en fournit un autre exemple. Comme il est naturel que les Acadiens aient cherché à fuir la déportation, le fait de s’être réfugié à l’île Saint-Jean ne constitue pas une preuve d’attachement à l’ancienne métropole

26Malgré les réserves apportées ci-dessus, les Acadiens déportés de l’île Saint-Jean pouvaient légitimement paraître avoir davantage prouvé leur attachement à « la religion et à la France » que ceux qui étaient restés en Acadie. Mais curieusement, alors que les réfugiés de l’île Saint-Jean sont plus nombreux en France que ceux de l’Acadie proprement dite, les pétitions acadiennes ou les mémoires historiques rédigés par l’administration française ne mettent jamais en avant cette seconde déportation. La raison en est probablement que le gouvernement n’a jamais rien promis aux déportés de l’île Saint-Jean ou de Louisbourg, au contraire des réfugiés acadiens ayant transité par l’Angleterre. La stratégie des réfugiés de l’île Saint-Jean est donc de s’appuyer sur leurs liens avec les rapatriés d’Angleterre plutôt que d’expliquer leur situation particulière.

Conclusion

27Que conclure, donc, de cet examen des circonstances des rapatriements ? Selon certains textes patriotes de la période 1755-1785, les Acadiens ont certes souffert de la déportation, mais ils ont été consolés par la possibilité d’être réunis à la France et à un roi et une religion qu’ils chérissaient plus encore que leur pays natal, l’Acadie. Cette rhétorique a été reprise en partie par l’historiographie, tandis que d’autres historiens s’efforcent de montrer que les Acadiens se sentaient presque entièrement détachés de la France. L’examen attentif des situations de départ conduit à nuancer sérieusement ces deux positions antagonistes. Contrairement à ce qu’ils affirment ultérieurement, il n’est jamais proposé aux Acadiens de Nouvelle-Écosse le choix entre accepter de prêter un serment d’allégeance inconditionnel ou être déportés en France. L’exil est subi, non choisi. Concernant ceux qui ont été faits prisonniers en Angleterre, s’il faut se méfier des affirmations partisanes comme celles du mémoire de Nivernais, présentant des Acadiens fortement désireux d’être rapatriés en France, la thèse contraire n’est pas prouvée : il est difficile de croire que tous les déportés voulaient unanimement retourner en Acadie. Les Acadiens semblent surtout avoir été déjà fortement divisés sur ce qu’il convenait de faire. Enfin, si les Acadiens ayant émigré dans les îles Saint-Jean et Royale avant 1755 sont peut-être ceux qui ont le plus manifesté leur désir de « rester Français », il est difficile d’évaluer dans quelle mesure leur décision peut avoir été contrainte. À leur arrivée en métropole donc, si les réfugiés furent heureux de trouver un refuge, de vivre sous un gouvernement ami et avec l’assurance de pouvoir pratiquer leur religion, un grand nombre d’entre eux étaient sans doute beaucoup moins enthousiastes que Nivernais le laisse entendre. À n’en pas douter, la plus grande partie devait fortement regretter l’Acadie et le choix de la France n’était certainement qu’un choix par défaut. Ils n’envisageaient sans doute pas avec un enthousiasme excessif la perspective d’être assimilés dans la population métropolitaine. Les établissements promis par Nivernais leur apparaissaient probablement comme, au mieux, un pis-aller.

Notes

1 1773-05-13a ; Lemoyne à Terray, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326.

2 Par exemple, le gouverneur de la Caroline du Sud rapporte que les Acadiens réfugiés dans sa colonie « professaient un attachement inviolable pour les intérêts français, avec une détermination résolue à continuer l’exercice public de la Religion catholique Romaine, sous la conduite de leurs prêtres » (« An inviolable attachment to the French Interest, with a determined resolution to continue in the public exercise of the Roman Catholic Religion, under the conduct of priests »). Cité par Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., p. 384.

3 Dans les pétitions, on note l’apparition de cette rhétorique à partir de 1772 (1772-03-24 ; Pétitions d’Acadiens à de Boynes demandant le passage en Louisiane, BM Bordeaux, Ms 1480, fo 89-90). Elle connaît son heure de gloire après cette date.

4 1784-03-15b ; ANC, MG6 A15, série C [Mi F 849] – AD Calvados, C 1022. Le cas de la famille d’Entremont est un peu particulier. Elle fait preuve d’opportunisme selon les circonstances et les lieux. En effet, au moment d’être déportée et plus tard dans la période, cette famille revendique des contacts d’affaires avec des marchands de la Nouvelle-Angleterre pour plaider sa cause. Je remercie l’évaluateur anonyme du PAES pour cette information complémentaire. La phraséologie de la lettre des d’Entremont signalée ci-dessus n’est cependant pas différente de la quasi-totalité des pétitions écrites par des Acadiens à la même époque aux autorités françaises.

5 Voir A. J. B. Johnston, « Borderland worries: loyalty oaths in Acadie/Nova Scotia, 1654-1755 », French Colonial History, 4, (2003), p. 31-48.

6 Plusieurs groupes demandent d’ailleurs immédiatement à prêter serment pour éviter la déportation, mais ils reçoivent comme réponse qu’un serment prêté sous la contrainte n’est pas un serment librement consenti. En 1759, des habitants du sud de la Nouvelle-Écosse demandent à vivre en paix dans leur colonie sous la protection du gouverneur anglais. Pour réponse, le gouverneur les fait venir à Halifax et les déporte en France via l’Angleterre (1760-01-14b ; Henri Léandre d’Entremont, The Baronnie of Pombcoup and the Acadians : a history of the ancient « Department of Cape Sable », now known as Yarmouth and Shelburne Counties, Nova Scotia, Yarmouth, Nova Scotia, 1931, p. 122).

7 1773-05-13a ; BM Bordeaux, Ms 1480, fo 319-326. Ce récit est globalement conforme à ce que les autres sources sur cette période nous apprennent, sauf sur deux détails qui ont leur importance : pour d’évidentes raisons stratégiques, il paraît peu probable que les Anglais aient demandé aux Acadiens explicitement de prendre les armes contre la France. De plus, les interventions des vieillards sont très probablement une reconstruction a posteriori.

8 Cette version est attestée dès 1756 dans un mémoire imprimé (1756-00-00b ; Mémoire anonyme imprimé sur la déportation des Acadiens, BNF, 4 Lb 38 699).

9 Les causes et les circonstances exactes de la déportation des Acadiens font l’objet de controverses nourries par une importante littérature qu’il est impossible de présenter ici. Naomi Griffiths avait recensé, il y a une trentaine d’années, déjà au-delà de 200 livres et articles sur cette question (cf. Contexte, op. cit., p. 83).

10 1783-07-12 ; MAE, Corresp. Pol., Espagne, vol. 611, fo 34.

11 Lors de la capitulation du fort de Beauséjour, le 16 juin 1755, les Acadiens qui ont pris les armes sont épargnés « comme ils ont été obligés [par les Français] de prendre les armes sous peine de mort ». C’est du moins ce qu’on lit dans une des clauses de la capitulation. Mis à part l’épisode de Beauséjour, les documents témoignent de cas isolés de collaboration en faveur des corps expéditionnaires français et canadien, et ce, à plus d’une occasion. Les Acadiens servent notamment de guides et de fournisseurs. D’autres prises d’armes sont mieux connues comme celles de la petite troupe des frères Broussard, ainsi que la participation acadienne à la bataille des plaines d’Abraham à Québec. (Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., p. 384 et 395s; Bona Arsenault, Histoire des Acadiens, op. cit., p. 165). Je remercie l’évaluateur anonyme du PAES pour cette information complémentaire.

12 En réalité, son témoignage date de 1822. Elle dit être alors âgée de 70 ans, ce qui la ferait naître en 1752.

13 En 1822, une vieille Acadienne restée dans le Poitou raconte son histoire à une sœur du couvent de la Puye. Son récit est transcrit postérieurement (1822-00-00 ; révérend père Rigaud, Vie de la bonne sœur Élisabeth Bichier des Ages, fondatrice et première supérieure générale des Filles de la Croix dites « Sœurs de Saint-André », Poitiers et Paris, Oudin, 1875, p. 130-131).

14 Qui plus est, de nombreux Acadiens craignent des représailles de la part des Micmacs excités par l’abbé Le Loutre s’ils prêtent un serment d’allégeance inconditionnel à l’Angleterre. C’est du moins ce qu’ils déclarent aux autorités anglaises. Voir à ce sujet l’article consacré à l’abbé Le Loutre dans le Dictionnaire biographique du Canada en ligne (disponible à http://www.biographi.ca).

15 Sur le séjour des Acadiens en Angleterre, voir N. E. S. Griffiths, « Acadians in Exile », op. cit. ; D. Vinter, « The Acadian Exiles in England, 1756-1763 », Cahiers de la Société historique acadienne, vol. 3, no 10 (1970), p. 398-407 ; A. de Curzon, « Les Acadiens à Liverpool », La Grand’ Goule (Poitiers), (1930), p. 5-6. Les articles de R. S. Brun (« Le séjour des Acadiens en Angleterre et leurs traces dans les archives britanniques, 1756-1763 », Cahiers de la Société historique acadienne, vol. IV, no 2, 1971, p. 62-68) et de M. Daligaut (« Les Acadiens prisonniers en Angleterre », Cahiers de la Société historique acadienne, 34, p. 160s) sont d’intérêt principalement pour les généalogistes, mais fournissent toutefois des indications intéressantes.

16 1763-02-17a ; « Mémoire sur les Acadiens » de Nivernais et La Rochette, AN Col C11 D, vol. 8, fos 242-251, 17 février 1763. Ci-après, désigné simplement comme « Mémoire de Nivernais ».

17 Selon le rapport, les Acadiens déclarent : « We hope we shall be sent into our own countries. » Extrait d’une lettre de deux rapporteurs de l’Amirauté, L. G. et J. B., à John Cleveland (?), 4 janvier 1763, Admiralty Records 98/9, cité par Griffiths, « Acadians in Exile », op. cit., p. 74.

18 Il est peut-être abusif d’écrire que les Acadiens furent « prisonniers » en Angleterre. Certes, ils ne sont pas libres de sortir du pays (quoique certaines personnes se soient rendues en Irlande ? Marie-Josèphe Martin, née à Port-Royal en 1740, épouse Louis Courtin en 1760 à Cork. Cf. Fonteneau, Les Acadiens citoyens de l’Atlantique, op. cit., p. 333). À Penryn les Acadiens sont relativement bien intégrés, anglicisés même, et ne vivent pas dans un quartier séparé des Anglais. Par ailleurs, les Acadiens sont apparemment libres de circuler hors des villes où ils sont cantonnés, puisque certains députés se rendent à Londres. Leur situation en France ne sera pas nécessairement meilleure sur le plan matériel et sur le plan des libertés qu’en Angleterre. Dans l’hexagone, en effet, le gouvernement ne leur laisse jamais le choix d’aller où ils veulent et leur interdit même de sortir du royaume, avant l’autorisation tardive de passer en Louisiane, qui ne fut d’ailleurs peut-être même pas donnée à tous les Acadiens.

19 Ils demandent à être « under the French governement again ». L’existence de cette lettre, envoyée par certains Acadiens de Liverpool, est également attestée dans le mémoire du duc de Nivernais. Rien ne permet cependant de savoir si les informations concernant les expéditeurs de la lettre données par le mémoire de Nivernais sont fiables (ceux demandant à passer en Acadie seraient en minorité : « 54 [personnes] parmi lesquelles sont presque tous les vieillards » – s’étant depuis rétractés –, selon La Rochette, contre « 170 personnes faisant 38 familles » demandant à retourner en France, sur un total de 224 personnes).

20 Nivernais ne nie pas une certaine hésitation des Acadiens, mais il cherche à la minimiser.

21 Griffiths cherche à montrer que les Acadiens n’étaient pas vraiment « Français », et qu’ils ne se considéraient pas vraiment comme tels. Lors de leur détention en Nouvelle-Angleterre, les Acadiens revendiquent fréquemment leur statut de sujets britanniques. En Grande-Bretagne, ils sont effectivement traités comme tels.

22 1763-02-17a ; Mémoire de Nivernais. On pourrait ajouter le fait que le mémoire de l’ambassadeur, très expansif par ailleurs, ne mentionne qu’à une seule reprise le désir des Acadiens de s’établir en France, lorsque l’ambassadeur évoque son idée d’un établissement sur l’île de Bouin, qui lui appartient.

23 Griffiths, « Acadians in Exile », op. cit., p. 79.

24 Le premier document est une lettre de Nivernais à Praslin (1762-12-24 ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 448, fo 355 et suiv.). Un autre document est encore plus troublant. En mai 1763, Choiseul écrit à l’ambassade à Londres en faveur d’« habitants de l’île Royale qui sont revenus en France […] [et qui] demandent à repasser [à l’île Royale] pour vendre leurs terres et leurs maisons » (1763-05-16a ; AN Col B, vol. 117, fo 215). D’Éon, secrétaire, entreprend donc les démarches pour ces quelques habitants. Il rencontre à plusieurs reprises un ministre anglais, Egremont, qui refuse tout d’abord l’autorisation, puis feint d’accepter mais ne veut donner aucune réponse par écrit. Le chevalier d’Éon interprète ce refus comme le signe que le ministre veut pouvoir se dédire.

25 11 juillet 1764 (1764-07-11 ; RAPC 1905-II, ap. J., p. 271).

26 1762-12-01; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 448, fo 203-204.

27 J’ignore précisément ce dont il s’agit. « Amnistie. s. f. Pardon que le Souverain accorde à ses sujets, principalement pour crime de rébellion, ou de désertion », précise le Dict. Acad.

28 1763-01-20; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 148.

29 1763-02-17c; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 449, fo 336.

30 Jean-Edmond Roy, Rapport sur les archives de France relatives à lhistoire du Canada, Ottawa, 1911 (MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 2-5). Il est possible que La Rochette fasse allusion aux mêmes personnes lorsqu’il écrit de Bristol (1763-05-14c ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, Sup. 13, fo 69).

31 1763-03-11b; AN Col. B, vol. 117, fo 83 (ANC, Mi C 15665, transc.). La nouvelle colonie à laquelle Choiseul fait allusion ici est la Guyane, qu’il envisageait de coloniser dès cette date. Nivernais avait pourtant précisé dans son rapport que les Acadiens craignaient « d’être séparés ou transportés dans les Antilles ».

32 1763-03-14 ; Roy, Rapport ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 83.

33 Si l’on en croit Alfred de Curzon (« Les Acadiens à Liverpool », op. cit.), certains réfugiés adressent une demande dès octobre 1762 pour passer dans l’ancienne métropole. C’est peut-être cette requête qui est transmise par le Contrôleur général (Bertin) à Praslin, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, le 20 novembre 1762 (1762-11-20 ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 448, fo 67 et suiv.). Dans ce mémoire, il est précisé très clairement que les Acadiens de Bristol demandent à venir en France. Quant aux Acadiens à Exeter, ils offrent « de s’établir partout où sa Majesté jugera que leurs services pourront être de quelque utilité ». Les autres lettres envoyées par les Acadiens à l’ambassade de France à Londres réclament instamment la protection du roi de France mais non expressément un passage dans la métropole.

34 Dans trois des lieux (Liverpool, Bristol et Southampton) où il fait embarquer des familles, La Rochette ne mentionne aucune résistance à l’embarquement (1763-0514c ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, sup. 13, fo 69). À Penryn, il fait ce commentaire assez énigmatique : « Les Acadiens d’ici […] aussi les plus entêtés et les moins candides et ils m’ont donné plus de mal que je ne croyais » (1763-05-26b ; MAE Corresp. Pol. Angleterre sup. 13). Les Acadiens de Penryn étaient-ils réticents à l’idée de passer en France ? C’est plausible, mais la documentation ne permet pas de trancher. La Rochette précise qu’à Liverpool Jean Landry ne s’est pas embarqué (1763-06-08 ; MAE Corresp. Pol. Angleterre sup. 13, fo 80) ce qui tend à prouver qu’au moins à Liverpool les Acadiens ont pu choisir.

35 Le ton des lettres envoyées par les Acadiens prisonniers en Angleterre à leurs homologues en Nouvelle-Angleterre laisse entendre que leur passage en France est perçu comme une chance plus grande d’être réunis à leurs frères (RAPC 1905-II, appendice F, p. 196).

36 Voir à ce sujet Roy (Rapport, op. cit., p. 632 et suivantes qui contient une transcription des lettres des différents groupes déportés).

37 Pour les Acadiens réfugiés à Morlaix : « Les Anglais […] voulaient bien nous la continuer [la paye] si nous eussions voulu devenir leurs sujets » (1763-10-30 ; AD Ille-et-Vil. C 5156).

38 RAPC 1905-II, app. J, p. 271.

39 Voir par exemple les pétitions des Acadiens prisonniers à Philadelphie, dans le Maryland, en Caroline du Sud, à Boston, en Georgie reproduites dans J.-E. Roy, Rapport sur les archives de France relatives à l’histoire du Canada, Ottawa, 1911, p. 617-648, tirées du MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450-451. Des listes détaillant les noms des volontaires à l’émigration sont jointes à ces pétitions.

40 Les Acadiens de Pennsylvanie au ministre (des Affaires étrangères), le 20 juin 1763, MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 415-7.

41 Les Acadiens du Maryland à Nivernais, le 7 juillet 1763 ; MAE, Corresp. Pol., Angleterre, vol. 450, fo 438-9.

42 L. G. et J. B., à John Cleveland ( ?), 4 janvier 1763, Admiralty Records 98/9, cité par Griffiths, « Acadians in Exile », op. cit., p. 74.

43 Choiseul évoque ce souhait de manière très claire dans une lettre ultérieure. Selon lui, les familles acadiennes ne veulent pas aller dans les climats chauds, préférant la France, l’Acadie ou le Canada (1763-04-04 ; AN Col B, vol. 117, fo 117).

44 Nivernais promet des secours et des terres. L’existence même de ces promesses tend à accréditer l’idée qu’il y eut un certain marchandage entre les Acadiens, les Français et les Anglais. En effet, si les Acadiens avaient tous voulu spontanément passer en France et que le gouvernement anglais avait été d’accord, Nivernais n’aurait pas eu à promettre quoi que ce soit.

45 Près de 6 000 Acadiens ont fui vers les territoires français au tournant des années 1750, souvent dans des conditions de misère extrême, malgré les ravitaillements envoyés par Louisbourg et Québec (Bona Arsenault, Histoire des Acadiens, op. cit.).

46 La rumeur d’une déportation des Acadiens courait depuis le début du XVIIIe siècle (voir Faragher, A Great and Noble Scheme, op. cit., p. 118s.).

47 Selon Jean Ségalen, il était promis aux Acadiens : « installation nouvelle, nourriture pendant trois ans et indemnisations des pertes » (Jean Ségalen, Acadie en résistance, op. cit., p. 38). Voir aussi la biographie consacrée au gouverneur de l’île Saint-Jean de 1751 à 1754, Bonnaventure, dans le Dictionnaire biographique du Canada qui précise qu’on encouragea les Acadiens à s’établir à l’île Saint-Jean dans le but de fournir Louisbourg en vivres. « La France promit du matériel et des provisions gratuits aux colons éventuels, se chargea de leur transport à l’île et évoqua la perspective de la liberté de culte qui serait refusée aux Acadiens sous la domination anglaise. » Par ailleurs, Gérard Finn, le biographe de Le Loutre dans le Dictionnaire biographique du Canada, précise que « le missionnaire employa des moyens discutables – les menaçant, entre autres, de représailles de la part des Indiens – pour les obliger [les Acadiens] à émigrer ». Les Acadiens trouvaient en effet – malgré l’aide du gouvernement français – de mauvaises conditions matérielles en arrivant à l’île Saint-Jean ou à proximité du fort Beauséjour où Le Loutre les envoyait, car ils devaient entreprendre de nouveaux défrichements (http://www.biographi.ca). Voir aussi un mémoire de l’abbé de l’Isle-Dieu dans lequel ce dernier reconnaît à demi-mots les agissements contestables du turbulent Le Loutre (RAPQ, tome 17, 1936-1937, p. 403s).

48 Gérard Finn, notice biographique consacrée à l’abbé Le Guerne dans le Dictionnaire biographique du Canada.

49 Charles-Octave Gagnon, Lettre de M. l’abbé Le Guerne, missionnaire de l’Acadie, Québec, s.n., 1889 (disponible en texte intégral sur http://www.canadiana.org). Cette lettre, datée probablement de 1757, raconte en détail les conditions dans lesquelles certains Acadiens ont échappé à la déportation. Le Guerne explique qu’il a encouragé de nombreuses personnes à passer à l’île Saint-Jean et que le commandant de l’île, de Villejoint, en accueille un grand nombre. Il s’agit notamment de femmes dont les maris sont déportés seuls dans la Nouvelle-Angleterre (la responsabilité de la séparation de certaines familles acadiennes lors de l’exil, à l’origine du ressort dramatique du poème Evangeline de Longfellow, n’incombe pas qu’à l’Angleterre, mais résulte aussi des conseils donnés par les prêtres français. Cf. à ce sujet Griffiths, Contexte, op. cit., p. 98-99). À plusieurs reprises dans cette lettre, Le Guerne écrit que les Acadiens sont attachés à leur pays, qu’ils ne veulent pas le quitter et qu’ils espèrent toujours que « le Français » viendra le reconquérir.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540