Versión clásicaVersión móvil

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Remerciements

Texto completo

1De très nombreuses personnes m’ont aidé au cours de mes recherches. Je voudrais remercier en premier lieu ma directrice de thèse, Laurence Fontaine, ainsi que les membres du jury ayant examiné mon doctorat, Sylvie Dépatie, Anthony Molho et Daniel Roche, qui m’ont fait l’honneur d’accepter de relire le manuscrit à l’origine de ce livre.

2Plusieurs chercheurs ont accepté de compléter des recherches que je n’avais pas pu mener à bien moi-même : je voudrais particulièrement remercier Gérard-Marc Braud pour sa grande disponibilité et pour les données qu’il a bien voulu me transmettre et qui m’ont permis de calculer les taux de mariages acadiens. Ma gratitude va aussi à Alain Roman, historien de Saint-Malo, pour les recherches complémentaires entreprises dans les archives municipales de sa cité. Jean-René Lassonde, conservateur de la Division des monographies à la Bibliothèque nationale du Québec, m’a été d’un soutien particulièrement précieux et m’a facilité l’accès à divers documents que je ne pouvais pas me procurer par ailleurs, avec une gentillesse et un enthousiasme constants. Ronnie-Gilles LeBlanc, même s’il n’était pas toujours d’accord avec moi, ancien responsable des archives du Centre d’études acadiennes (CEA) de l’Université de Moncton, m’a également amicalement secondé dans nombre de mes recherches et m’a fait bénéficier de sa grande connaissance des fonds du CEA et de l’histoire de l’Acadie. Un grand merci aussi à John Johnston, historien à Parcs Canada, pour les divers articles qu’il m’a envoyés et ses nombreux conseils. Naomi Griffiths m’a également guidé à de nombreuses reprises au début de mes recherches et m’a généreusement envoyé un grand nombre d’articles et d’ouvrages. Yves Landry, directeur du Programme de recherche sur l’émigration des Français en Nouvelle-France (PREFEN), et Robert Larin, auteur d’une thèse sur un sujet connexe, m’ont conseillé et épaulé dans mon étude des Canadiens en France. Michèle Godret m’a généreusement envoyé des photocopies de tous les dossiers de dispense de consanguinité qu’elle a découverts dans les archives diocésaines de Coutances. Damien Rouet a bien voulu répondre à mes questions et Jacques Nerrou m’a transmis plusieurs données concernant Rochefort et La Rochelle. Enfin, mon frère m’a fait bénéficier de son expertise informatique et a assuré la mise en ligne de la base de données documentaire ; ma mère et Maurice Gueneau ont relu une grande partie de cet ouvrage. Que tous ici soient remerciés. Last but certainly not least, mon épouse a relu, commenté et amélioré chaque partie de cet ouvrage et m’a soutenu tout au long de ces longues années de recherche ; sans son soutien constant, sa patience et le sacrifice de son temps, ce livre n’existerait pas.

3J’ai pu également bénéficier des conseils et de l’amitié des personnes suivantes (par ordre alphabétique) : Bernard Allaire, Gérard Ardon-Boudreau, président de l’association Les cousins acadiens du Poitou, Pauline Arsenault, conservatrice du patrimoine aux Archives départementales de Charente-Maritime, Maurice Basque, directeur des études acadiennes de l’Université de Moncton (et plus généralement tout le personnel de ce service), Hélène de Bellaigue, conservateur des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque municipale de Bordeaux, Gérard Bouchard, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi, Pierre Boulle, professeur émérite à l’Université McGill, Daniel Brandily, Stéphane Charbonneau et Phaedra Royle, Luca Codignola, professeur d’histoire canadienne à l’Université de Gênes, président de l’Association internationale des études acadiennes, l’abbé Couppey, conservateur des Archives diocésaines de Coutances, Jean-Pierre Dedieu, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Denys Delâge, professeur à l’Université Laval (Québec), Bernard Desjardins, directeur du Programme de recherche en démographie historique (Université de Montréal), Jean-François Dubost, professeur à l’Université Paris XII, Daphné Ducharme, Francesca Dello Strologo, Guillaume Eckendorff, Gilles Foucqueron, auteur de Saint-Malo, 2000 ans dhistoire, Marcel Fournier, président de la Société généalogique canadienne-française, Dominique Guillemet, professeur à l’Université de Poitiers, malheureusement décédé en 2005 ; Bruno Haffreingue, Fernand Harvey, chercheur à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Tamar Herzog, professeur à l’Université de Stanford, Christophe Horguelin, doctorant à l’Université de Toronto, Ollivier Hubert, professeur à l’Université de Montréal, Bruno Isbled, conservateur du patrimoine aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, Sébastien Jahan, maître de conférences à l’Université de Poitiers, Megan Metters, doctorante de l’Institut universitaire européen, Raymonde Litalien, ancienne directrice du Service de documentation du Centre culturel canadien de Paris, André Magord, directeur du Centre d’études acadiennes et québécoises de l’Université de Poitiers, Silvia Marzagalli, maître de conférences à l’Université de Bordeaux III, Peter N. Moogk, professeur à l’Université de Colombie-Britannique, R. Darrell Meadows, Marguerite Onraet, généalogiste de Saint-Servan, Igor Perez Tostado, docteur en histoire, Hélène et Jean-Claude Trottier, F. R. Perron, vice-président des Amitiés acadiennes, Mme Reydellet, conservateur aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, François Roux, Peter Sahlins, professeur à l’Université de Californie (Berkeley), Gérard Scavennec, président de Racines et Rameaux français d’Acadie, James Turpin, P. Gérard Vieira, conservateur des Archives générales de la Congrégation du Saint-Esprit, Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS, Thomas Wien, professeur à l’Université de Montréal. Mes remerciements chaleureux vont à toutes ces personnes ainsi qu’à celles que je ne peux citer ici. Plusieurs autres personnes sont mentionnées ponctuellement à divers endroits de l’ouvrage, lorsqu’elles m’ont fourni des informations sur un sujet particulier.

4Ce livre n’aurait pu voir le jour sans une allocation de recherche de l’Institut universitaire européen, de la chaire Vasco de Gama d’histoire de l’expansion européenne et du ministère des Affaires étrangères français. J’ai également pu bénéficier de soutiens ponctuels de la Bibliothèque nationale du Québec (bourse de recherche pour chercheurs étrangers) et de l’Association internationale des études québécoises (bourse de participation au colloque de la French Colonial Historical Society à Washington, D. C. en mai 2004).

5Enfin, je souhaiterais remercier les deux évaluateurs anonymes du Programme d’aide à l’édition savante (PAES) de la Fédération canadienne des sciences humaines, pour leur lecture attentive de ce manuscrit et leurs nombreuses suggestions et critiques, ainsi que les éditions du Septentrion et en particulier Denis Vaugeois, fondateur de la maison, et Sophie Imbeault, éditrice.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search