Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Shakespeare au XXe siècle

 | 
Pascale Drouet

Préface. Les mises en scène de Richard II

François Laroque

Texte intégral

1Le théâtre reste éminemment un art de l’éphémère et c’est paradoxalement cette même fugacité, cette fragilité qui fait à la fois sa force et son mystère. Cela, il est bon de le dire et de le répéter à ceux qui, trop souvent en France, ont tendance à aborder les pièces de Shakespeare à partir du seul texte qu’ils considèrent avec une vénération quasi-biblique, surtout lorsqu’il est « bardé » de commentaires, de notes de bas de pages et d’annexes, comme c’est le cas dans les éditions savantes publiées par les presses anglo-saxonnes. Pourtant, l’œuvre dramatique de Shakespeare, si elle a bien été écrite par son auteur, n’a néanmoins fait l’objet d’aucune publication de sa part, contrairement à ses poèmes. C’est pourquoi l’initiative prise par Pascale Drouet de consacrer des journées d’études et une publication aux mises en scène de Richard II est particulièrement bien venue en même temps qu’elle constitue un pari courageux, dont elle doit être chaleureusement félicitée. Voilà un volume qui, je l’espère, permettra d’assortir les recommandations professorales d’un certain nombre d’exemples et d’illustrations concrètes tirées de mises en scène qui toutes jettent un regard vivant et contemporain sur la pièce.

2Rappelons qu’en Angleterre et aux États-Unis le « performance criticism », qui consiste à utiliser la mise en scène et le jeu des acteurs comme des éléments à prendre en compte dans toute étude critique, a acquis ses lettres de noblesse il y a déjà plus de vingt ans. Il a ainsi fortement contribué à combler le fossé qui, traditionnellement, séparait le discours académique et le monde de la scène et du théâtre. En France, on continue de distinguer l’étude du texte, qui constitue le travail des littéraires, des études théâtrales qui sont un domaine à part, sinon tout à fait séparé, et qui, en tout cas, ne recoupe pas suffisamment la première, même si quelques efforts ont été faits dans ce sens au cours des dernières années.

3Richard II se voit donc ici abordé et étudié à partir de quelques grandes mises en scène, celles de Jean Vilar en 1947, de Patrice Chéreau en 1970, d’Ariane Mnouchkine en 1981, de Deborah Warner en 1996, de Steven Pimlott en 2001, de Mark Rylance en 2003, de Thierry de Peretti en 2004 et de Trevor Nunn, la dernière en date, en 2005. Chacune de ces mises en scène correspond bien évidem­ment à une lecture particulière de l’œuvre, en même temps qu’à un moment de la sensibilité du public. Nous avons à chaque fois affaire à des angles de vue différents : tantôt il s’agit d’une tentative de reconstitution (décor médiévalisant pour Deborah Warner), d’une transposition (dans le Japon des samouraïs chez Mnouchkine) ou encore d’une modernisation (l’Angleterre de Tony Blair et de Gordon Brown pour Trevor Nunn), et chaque lecture s’appuie en l’occurrence sur des dispositifs scéniques particuliers qui permettent de mettre en valeur les grands choix d’interprétation.

4Tantôt c’est la dimension religieuse de la pièce qui se trouve soulignée, tantôt on insiste sur son caractère éminemment politique, dans une pièce qui est aussi une allégorie du théâtre et de l’acteur, Richard devenant un roi-acteur après qu’il a été vaincu militairement et qu’il se voit progressivement dessaisi puis totalement privé de ses fonctions régaliennes. Le problème est évidemment que Richard II est un peu tout cela à la fois et que le drame ne saurait se réduire à aucune de ces différentes lectures qui, pour brillantes qu’elles soient, ne constituent jamais que l’une des facettes du prisme complexe qu’est l’œuvre. Car le metteur en scène, par son choix de décor, de costumes, de scénographie et de « casting », doit impérativement s’en tenir à une seule vision, même s’il peut à l’occasion évoquer d’autres pistes, sans quoi sa mise en scène devient illisible et incompréhensible pour le spectateur. C’est cette direction-là qui est mise en résonance avec tel ou tel aspect du texte qui l’intéresse plus particulièrement et qu’il choisit alors de mettre en lumière : la question du « genre » pour Deborah Warner qui confie le rôle titre à une femme, Fiona Shaw, celle de l’adaptation et la transposition de l’Angleterre féodale en Japon médiéval qui emprunte sa forme à la tradition du kabuki, ou encore la volonté d’établir des parallèles et des passerelles avec l’actualité politique de l’Angleterre d’aujourd’hui.

5Chacune de ces mises en scène est cohérente et, même si elle a pu paraître plus ou moins réussie ou convaincante aux spectateurs et aux critiques, elle enrichit notre vision de l’œuvre en la faisant vivre sur scène pendant un temps donné, prenant à chaque fois de nouvelles couleurs au sein d’éclairages et de traditions culturelles différentes. L’une des dimensions de Richard II qui paraît intéresser particulièrement nos contemporains est la question de l’identité liée à celle des rôles sexuels et à ce que Carole Guidicelli appelle « la dualité masculin/féminin au sein de la pièce ». Lorsque c’est une femme qui joue le rôle du roi, les catégories traditionnelles du masculin et du féminin se trouvent transcendées, de sorte que l’amour et le désir relèvent dès lors « d’une forme de sacré ».

6Ce volume donne encore la parole à un illustrateur de la pièce, Édouard Lekston, qui a projeté les dessins que lui a inspirés le texte en les assortissant de commentaires, ajoutant ainsi un autre mode de lecture non discursif et montrant bien, par son graphisme très particulier, le caractère fécond de ce mode d’approche à la fois personnel et concret. Il s’agit en somme pour lui de se lancer dans l’exploration d’une œuvre à partir d’une démarche artistique qui apporte un éclairage aussi inédit qu’intéressant sur Richard II.

7Quant au dialogue entre Jean-Michel Déprats, traducteur de Richard II, et le metteur en scène Paul Desveaux, qui a monté la pièce en Normandie en 2004, il est passionnant et riche en enseignements. L’un comme l’autre insistent en effet sur l’importance du « souffle », du rythme et de la qualité de l’articulation, en remarquant notamment qu’il « faut être bon musicien pour jouer Shakespeare alors que, pour d’autres textes, il suffit parfois d’être très bon acteur ». Cette dimension est essentielle car elle montre que, dans un drame poétique et politique comme Richard II, la musique de la voix doit être rendue sensible dans la mesure où, en dehors du jeu, du dispositif scénique, de l’éclairage et des costumes, c’est là ce qui distingue le texte shakespearien de sa seule lecture silencieuse. Et, de ce point de vue, Jean-Michel Déprats a raison de dire son regret que la mise en scène d’Ariane Mnouchkine ait quelque peu dénaturé la dimension dramatique d’un texte, dont les deux tiers ont été coupés, au profit de ce qu’il nomme une « opératisation, une ritualisation de la pièce ».

  • 1 Voir, en particulier, Gilles Bertheau et Laetitia Coussement-Boillot (dir.), William Shakespeare, (...)

8Le bilan de ce dossier « mises en scène, mises en perspective » complète donc les nombreux volumes d’articles déjà publiés sur Richard II1. Il contribue à donner de la chair et un peu d’épaisseur à des approches par ailleurs fort estimables qui, sauf exception, continuent néanmoins, pour l’essentiel, à privilégier le texte et l’érudition, en accord avec la tradition universitaire française et la sacro-sainte dissertation d’agrégation. Pour une fois, les étudiants trouveront ici une invitation et une incitation à compléter la lecture du texte de théâtre par une étude de ses différentes mises en scène.

  • 2 Seul Orson Welles en a donné quelques passages dans son Chimes at Midnight, film admirable qui rés (...)

9Je terminerai cette brève entrée en matière sur une interrogation, pour me demander quelles sont les raisons qui ont pu faire que, jusqu’ici, nul Franco Zeffirelli, Derek Jarman, Peter Greenaway, Kenneth Branagh ou Patrice Chéreau, n’aura jugé utile ou même possible de mettre en images cette très grande pièce shakespearienne en la montant et en la montrant au cinéma2. Serait-ce parce que le poétique l’emporte ici tellement sur le spectaculaire et le dramatique que le réalisme cinématographique n’y trouve décidément pas son compte ? ou bien parce que Richard II attend encore celui ou celle qui le portera enfin à l’écran ? La question reste ouverte et montre que, malgré son succès répété au théâtre et la place qu’elle continue de tenir dans les programmes scolaires (en Grande-Bretagne) ou universitaires, comme dans les anthologies et les études critiques, cette pièce peut encore donner lieu à de nouvelles versions dans de nouveaux médias. Espérons-le car il faut toujours parier sur l’avenir…

Notes

1 Voir, en particulier, Gilles Bertheau et Laetitia Coussement-Boillot (dir.), William Shakespeare, Richard II, Nantes, Éditions du Temps, 2004 ; Dominique Goy-Blanquet, Richard II. William Shakespeare, Paris, Armand Colin, 2004 ; Isabelle Schwartz-Gastine (dir.), Richard II de William Shakespeare. Une œuvre en contexte, Caen, MRSH, 2005 ; Henri Suhamy (dir.), Richard II William Shakespeare, Paris, Ellipses, 2004 ; Guillaume Winter (dir.), Autour de Richard II de William Shakespeare, Arras, Artois Presses Université, 2005. Le ressassement de titres, qui se ressemblent parfois à la virgule près, révèle le caractère quelque peu répétitif de ces publications concurrentes, bien que pas nécessairement inutiles.

2 Seul Orson Welles en a donné quelques passages dans son Chimes at Midnight, film admirable qui résume et condense la seconde tétralogie en la centrant sur le personnage de Falstaff.

Auteur

François Laroque est Professeur de littérature anglaise à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III. Il est co-responsable d’une anthologie en deux volumes de pièces du théâtre anglais de la Renaissance à paraître dans la collection La Pléiade. Il a par ailleurs créé, en 1996, l’Équipe de Recherche IRIS (Imaginaire, Représentations, Idéologies, Société dans l’Angleterre des xvie et xviie siècles) qu’il dirige actuellement à l’Institut du Monde Anglophone. Il a notamment publié Shakespeare et la fête (PUF, 1988) et de Shakespeare comme il vous plaira (Gallimard, Découvertes, 1991), ouvrages traduits en anglais et régulièrement réédités. Il a également publié des actes de colloques et de nombreux articles sur Shakespeare et ses contemporains.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540