Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plogoff

 | 
Gilles Simon

Chapitre 7. L’accès de « Plogoff » au statut de problème politique national

Texte intégral

  • 1 Gaxie D., Le Cens caché, op. cit., p. 66.

1Daniel Gaxie appelle « problème politique » toute question débattue à l’intérieur du champ politique et contribuant à structurer la lutte concurrentielle pour le pouvoir1. Défini de cette façon, un problème politique devient « national » quand il accède aux espaces de jeu (le gouvernement et le Parlement) où les agents sociaux sont en lice pour accéder aux plus hautes positions de pouvoir. Comment « Plogoff » est-elle devenue un tel problème politique national ? C’est certainement l’enquête d’utilité publique et les réactions qu’elle a suscitées qui ont contribué à changer le statut de la mobilisation. Jusqu’à l’hiver 1980, cette mobilisation restait, pour les acteurs légitimes du champ politique, une affaire secondaire, même pour le PS qui avait pourtant relayé la mobilisation. La mobilisation de Plogoff était donc une mobilisation sociale parmi beaucoup d’autres dans une période socio-économique très difficile, sur une question, l’atome civil, qui n’apparaissait pas toujours comme prioritaire par rapport à celles du ralentissement de la croissance économique et du chômage. Mais, l’enquête d’utilité publique a produit un effet de cristallisation, la commune de Plogoff devenant l’emblème de la résistance au nucléaire. Plogoff était dans « Plogoff », mais aussi tous les opposants qui, en Bretagne, s’opposaient depuis 1974 au programme nucléaire. Ce changement de statut s’est opéré à travers des logiques sociales qui n’étaient pas entièrement maîtrisées par les protagonistes. Un certain nombre de déterminants a joué pour conférer à la mobilisation antinucléaire une dimension nouvelle qui lui a permis d’occuper une position que l’on ne pouvait pas ignorer dans le champ politique. Dans le chapitre précédent, l’analyse d’une certaine dynamique identitaire combinant l’attachement au pays, l’identité religieuse, et l’émancipation pratique des femmes de Plogoff, a permis de comprendre comment la mobilisation dans le Cap-Sizun a formé un bloc compact d’opposition à la centrale. Il s’agit maintenant de comprendre comment ce bloc a pu faire entendre son argumentaire dans le champ politique national.

  • 2 Sémelin J., « De la force des faibles : analyse des travaux sur la résistance civile et l’action n (...)

2Pour Jacques Sémelin, il existe une « force des faibles2 ». Pour cet auteur, la force du faible s’acquiert par la « triangulation » de la question débattue. C’est en intéressant les médias (considérés ici comme des tiers) et à travers eux les récepteurs formant l’opinion publique, que les acteurs occupant une position subordonnée peuvent acquérir suffisamment de force sociale pour faire plier les forces politiques prédominantes. En servant de témoin au conflit, les médias peuvent contribuer à modifier la relation prédominants/subordonnés, en donnant du crédit social à la mobilisation.

  • 3 L’utilisation de la violence par les paysans en France a souvent été efficace sur le plan politiqu (...)
  • 4 Sémelin J., op. cit., p. 779. Le Petit Robert définit le jiu-jitsu comme une « technique japonaise (...)

3Cette triangulation n’est jamais acquise a priori. Elle nécessite un investissement considérable, des ressources, de la chance aussi sans doute. Un des points les plus sensibles est celui de l’utilisation de la violence. En effet, l’utilisation de la violence peut empêcher, mais pas toujours3, d’accéder au statut de problème politique. En revanche, les armes de la non-violence et de l’humour peuvent être bénéfiques dans les sociétés médiatisées. Dans le cas de « Plogoff », la relative modération des opposants et l’humour qu’ils ont su employer ont fait contraste avec la force déployée par les pouvoirs publics. Dans une logique de « jiu-jitsu politique4 », le « petit » s’est servi de la force de l’adversaire pour le déséquilibrer. Ce déséquilibre a été produit par l’étonnement, l’inquiétude, et l’admiration suscités dans le public, par l’intermédiaire des médias. Au final, en suscitant l’intérêt et le soutien d’un très large public qui allait au-delà des « antinucléaires » au sens strict, « Plogoff » a généré un moment de fluidité sociale qui lui a donné une dimension supplémentaire.

La mise en récit de « Plogoff »

  • 5 Gamson W. et Modigliani A., « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power: a Constructioni (...)

4En triant les informations et en les hiérarchisant, les médias exercent une fonction d’agenda, c’est-à-dire qu’ils tendent à structurer le débat public. Il est donc particulièrement intéressant d’examiner les représentations que les journalistes mobilisent dans leur travail d’écriture de l’actualité. Gamson et Modigliani ont ainsi montré que les médias mobilisent régulièrement un certain nombre de « panoplies médiatiques » qui servent à habiller leur production5. Selon ces auteurs, une « panoplie médiatique » combine un cadre interprétatif global et un jeu d’images, de métaphores, d’événements particuliers permettant d’illustrer ce cadre afin de le rendre accessible au public. En quelque sorte, cette « panoplie médiatique » met en récit l’information. Ce concept de « panoplie médiatique » a permis d’identifier la grille de lecture qui s’est imposée chez les journalistes à propos de l’EUP à Plogoff.

  • 6 Collectif Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 7. Cette fable de La Fontaine souligne les fâcheuses co (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

5Un ensemble de logiques sociales, en partie liée au travail médiatique, a fait émerger un type de récit spécifique à propos de la mobilisation de Plogoff. De façon générale, les opposants de « Plogoff » ont été présentés comme les « petits » qui affrontaient les promoteurs de l’atome, les « gros ». Dans un travail collectif effectué pour garder la mémoire des événements qu’ils avaient vécus, un groupe de huit journalistes du journal Ouest-France a par exemple déployé cette image sous différentes formes. Le lyrisme de ce texte qui consacrait « Plogoff » s’explique sans doute par la proximité et par la chaleur vécue de l’événement. Dans leur introduction, les journalistes sollicitaient la figure scolaire d’une fable de La Fontaine, Le Pot de terre et le Pot de fer6. Plus loin dans le texte, ils dénonçaient « l’invincible Armada de la République française7 ». Enfin, ils soulignaient comment « la fronde de David a ébranlé Goliath le colosse8 ». Les opposants ont été présentés comme de « courageux petits Bretons » qui résistaient à « l’envahisseur nucléaire ».

L’actualisation d’un pittoresque breton

  • 9 Cf. Le Disez J.-Y., Étrange Bretagne. Récits de voyageurs britanniques en Bretagne (1830-1900), PU (...)
  • 10 Cambry J., Voyage dans le Finistère, Société archéologique du Finistère, Quimper, 1999, 503 p.
  • 11 Corbin A., « Paris-province », inNora P., Les Lieux de mémoire, t. III, vol. 1, Conflits et partag (...)

6Au XVIIIe siècle, des écrivains, souvent des britanniques, sont partis sur les routes de France à la recherche d’une sorte de primitivisme européen. Ils étaient en quête d’un paradis perdu alors que les bouleversements de la révolution industrielle étaient déjà perceptibles. Dans cet état d’esprit, ils ont souvent voyagé en Bretagne, où la vie traditionnelle des Bretons suggérait que la population restait à l’abri des atteintes de la modernité9. Le « sujet breton » a été aussi très présent dans les milieux artistiques parisiens touchés par une vague de celtisme au début du XIXe siècle. Par exemple, Jacques Cambry, un des fondateurs de l’Académie celtique, a fait une description dans son « Voyage dans le Finistère », publié en 179910, qui a contribué à diffuser les premiers clichés sur la Bretagne et ses habitants. Alain Corbin a également souligné qu’un « comique de l’espace » s’était déjà développé dans les théâtres parisiens au début du XIXe siècle. En 1820, la phrase « Cela fera du bruit dans Landerneau » déclenchait l’hilarité générale des spectateurs d’une pièce de théâtre d’Alexandre Pineu Duval. Elle est entrée ensuite dans le langage courant11. La province était perçue comme un territoire déprécié (« c’est mort »), caractérisé principalement par des carences (manque d’information, manque de vie publique, manque de festivités, etc.). Dans le cas de la Bretagne, la construction du stéréotype breton s’est aussi réalisée sur la base d’un clivage idéologique opposant le religieux et le laïc. Pour les tenants de l’ordre religieux, les Bretons étaient par exemple « fidèles », « croyants », et « courageux ». Dans une logique d’inversion critique, les laïcs voyaient les Bretons comme « têtus », « superstitieux », et « révoltés ».

  • 12 Pour le cas de la Bretagne, Cf. Dantec R. et Éveillard J., Les Bretons dans la presse populaire il (...)
  • 13 Cependant, l’image de la Bretagne n’a pas été entièrement connotée négativement dans la presse pop (...)
  • 14 Quelques exemples parmi d’autres : Le Télégramme, 11 septembre 1974, article sur la vie des pêcheu (...)

7Plus tard, au début du XXe siècle, le renforcement de ces archétypes provinciaux a été liée à l’émergence d’une presse populaire illustrée12. Un pittoresque breton s’est ainsi développé tout au long du XXe siècle13. Il a très été présent dans les colonnes de la presse quotidienne régionale. Dans les années 1970, les pages locales du sud-Finistère du Télégramme et d’Ouest-France accueillaient encore des articles consacrées explicitement à un certain pittoresque de la région14. Parfois en manque de sujet, le rédacteur local pouvait évoquer la vie ancienne des pêcheurs, les coutumes locales, etc. Il n’est donc pas étonnant que cette logique du pittoresque se retrouve à l’occasion de « Plogoff ». Les journalistes se sont souvent délectés du comportement et des slogans des opposants car ils exprimaient, selon leurs schèmes de lecture de la réalité, une sorte d’« éternel breton ».

  • 15 Ouest-France, 8 février 1980.
  • 16 La Gueule ouverte, no 300, 20 février 1980.

8L’enquête d’utilité publique à Plogoff a bénéficié d’une importante couverture médiatique, même si tous les médias n’ont pas accordé la même place à la mobilisation. Beaucoup de journalistes ont été séduits par la mobilisation et ont tenté de trouver des clés d’explication de la force de l’opposition. Par exemple, Ouest-France se disait surpris de la détermination des opposants et l’expliquait par la « rudesse du caractère d’une population habituée aux coups durs sur ses roches du bout du monde15 ». Même la presse écologiste ne reculait pas devant les clichés. Le journal La Gueule ouverte s’est essayé à l’ethnologie spontanée : « Des sauvages !, m’avait-on laissé entendre chez des commerçants d’Audierne… Peut-être… Si sauvages signifie enracinés au pays, ceux-là le sont… Ils ont leur mot pour désigner “l’étranger”, celui qui dérange le rituel de leur vie ; sans doute, le “progrès” est venu avec la route, les voitures, l’électricité… mais sous le vernis du XXe siècle, l’âme rude se manifeste aux petits signes du quotidien… les fonctions s’inscrivent dans leurs gènes, à l’égal des rythes16 (sic)… »

  • 17 La Gueule ouverte, no 298, 6 février 1980.
  • 18 Cf. Le Matin, 13 mars 1980.

9Cette réactivation de stéréotypes peut d’abord s’expliquer par le fait que les journalistes ont souvent été décontenancés par l’altérité bretonne et capiste. L’orthographe des noms propres bretons n’était pas toujours conforme (« Beuzec Cap Sizin », « Louis Le Pinsec »). Les journalistes de la Gueule ouverte, encore eux, confondaient les Capistes avec les Bigoudens17. D’autres journalistes parisiens ne savaient pas s’il fallait, pour évoquer les habitants de Plogoff, parler des « Plogoffois », des « Plogoffiens », voire des « Plogovittes18 ». Pour combler le manque de connaissances sur la région, les journalistes des médias nationaux ont donc eu recours aux stéréotypes sur la Bretagne et les Bretons, ce qui permettait à moindre frais de tenir un discours sur la région et ses habitants. Un journaliste à Ouest-France avait noté ce fait :

« … Mais on avait le sentiment d’ailleurs que les Parisiens, quand ils venaient, ne comprenaient rien à rien dans une affaire comme ça, quoi. Ils venaient, eux aussi, avec des idées préconçues, je crois, les confrères (… Euh, j’y vais avec des pincettes…) : “Bon, décidément, il y a des sauvages à la pointe du Raz ! Ce sont des êtres mal dégrossis, quoi… Ils ne comprennent pas leur intérêt”… »

10De façon assez remarquable, « Plogoff » a réactivé dans la presse nationale trois clichés liés à l’ethno-type du Breton : le cliché du Breton « entêté », celui du Breton « rebelle » (du « Chouan »), et enfin, le cliché du Breton « primitif ». Voici un tableau qui présente des exemples d’utilisation de ces stéréotypes dans les médias nationaux :

Médias

Extraits

Clichés

1. Le Canard enchaîné, 30 janvier 198019

« Le problème, c’est que les Bretons, venus très tard à la civilisation occidentale… »
« Leur degré d’obscurantisme… »

Primitif

2. Europe 1, 31 janvier 1980

Fin du reportage : « … le vieux cantique breton qui célèbre la foi de nos ancêtres ».

Primitif

3. France Inter, 31 janvier 1980

« … vieux chants bretons… »

Primitif

4. Libération, 1er février 1980

Titre de l’article : « La bataille de Plogoff »

Rebelle

5. France-Inter, 4 février 1980

Titre du communiqué :
« La grogne des Bretons contre le nucléaire »

Rebelle

6. Le Matin, 4 février 1980

Titre de l’article : « Plogoff : le combat têtu d’une communauté menacée »
« Voilà Plogoff. Le temps l’a à peine changé. On y connaît encore les vieilles chansons bretonnes. »

Entêté
Primitif

7. Le Figaro, 15 mars 1980

« Le caractère ombrageux et violent des habitants du Cap-Sizun, qui ont véritablement une mentalité d’îliens et passent pour plus têtus que les autres Bretons, n’a pas facilité les choses. »

Rebelle
Primitif
Entêté

8. Le Nouvel Observateur, 5 février 1980

« Ambiance de guerre à Plogoff »
« … la bataille avait commencé il y a plusieurs années… »

Rebelle

9. Vie actuelle, 11 février 1980

« … d’authentiques Bretons, visages burinés… »

Primitif

10. Le Monde, 12 février 1980

Fin de l’article : « L’entêtement des gens de la pointe du Raz est légendaire. L’adversité ne fait que les stimuler. Et puis, les Bretons se passionnent chaque jour davantage pour ces hommes qui, à l’écart des partis politiques, poursuivent l’éternel combat de leurs pères contre tout ce qu’on a essayé de leur imposer de l’extérieur. »

Primitif
Entêté
Rebelle

11. Le Nouvel Observateur, 13 février 1980

« Ici, vit un peuple secret et farouche, peuple de marins et de paysans, enfouis dans le vent, la brume, sur la lande rase… »

Primitif
Rebelle
Entêté

12. Le Point, 13 février 1980

« Ils viennent manifester, durement, silencieusement, avec de dures idées rentrées dans la tête. »

Rebelle
Primitif
Entêté

13. Libération, 18 février 1980

Titre : « Plogoff, un pays en état de guerre »
Sous-titre : « La guérilla anti-nucléaire bat son plein »

Rebelle

14. Le Matin, 1-2 mars 1980

Titre : « Les Chouans de l’antinucléaire »
« à Plogoff, le village breton… »

Rebelle
Primitif

15. Le Monde, 4 mars 1980

Titre : « Les rebelles du cap Sizun »
Fin de l’article :
« La Bretagne ne s’avouera jamais vaincue. »

Rebelle
Entêté

16. France Inter, 6 mars 1980

Titre : « Plogoff ! Capitale
de la guérilla anti-nucléaire »

Rebelle

17. Libération, 7 mars 1980

Titre : « La fronde de Plogoff »

Rebelle

19. Le Monde, 15 mars 1980

« Brutalement à l’occasion de cette enquête bidon, on a vu resurgir la Bretagne profonde.
Une Bretagne enracinée dans ses traditions, sa langue et son éternel combat contre les envahisseurs. »

Primitif
Rebelle

20. Le Figaro, 22 mars 1980

Titre : « Plogoff : les Chouans se réveillent » « … un retour aux réflexes ancestraux qui les conduisirent à résister inlassablement à toutes les incursions du pouvoir central dans leur pays… »
« … une volonté farouche… » ;
« … vieilles hantises primitives… »

Rebelle
Primitif
Entêté

Trois clichés de l’ethno-type du Breton dans les médias nationaux
Sources : Archives départementales du Finistère, 1235 W 23.

11La prégnance de ces clichés explique sans doute pourquoi les médias nationaux ont très peu évoqué la présence des militants de l’écologie politique. Ils ont surtout axé leurs reportages sur l’action des habitants de Plogoff dont ils pouvaient facilement rendre compte en mobilisant les stéréotypes sur la Bretagne et les Bretons. Pourtant, mis à part quelques cas, l’utilisation du cliché n’était pas non plus systématique dans les articles. Elle a surtout servi à donner une coloration plus vive à la panoplie médiatique des journalistes. Les clichés pouvaient même être utilisés de façon ironique (mais utilisés tout de même finalement). Cette coloration du cliché a pu servir de titre et d’accroche en début d’article ou en début d’émission. Le cliché a servi également à donner une touche lyrique à la fin d’un article.

  • 19 L’express, 4 avril 1980.
  • 20 Dépêche AFP, 4 avril 1980 (Archives départementales du Finistère, 1235 W 241).

12Enfin, la réactivation d’un pittoresque breton a été complètement accomplie quand les opposants eux-mêmes ont repris à leur compte ces clichés du Breton « rebelle », « entêté » et « primitif ». Le maire de Plogoff n’a pas été le dernier à utiliser ces images : « à EDF, ils ont pensé nous avoir à l’usure. Mais ils oublié que les gens d’ici sont têtus19. » Cette reprise du cliché trouve une première explication dans le fait social que les groupes sociaux à qui on assigne un statut, une image, finissent parfois par intérioriser ces stéréotypes, contribuant eux-mêmes, par là, à reproduire un certain état de la structure sociale. Mais la réactivation du stéréotype breton a pu se faire aussi dans une logique stratégique. Se dire Breton et défenseur d’une Bretagne éternelle était une bonne manière de monter en généralité, de se rendre sympathique par le biais d’une imagerie accessible, et donc d’agréger le plus de soutiens possible autour de la cause de « Plogoff ». Par exemple, en avril 1980, le comité parisien de soutien à « Plogoff » proposait d’organiser dans la capitale une journée sur le thème de « la Bretagne en colère ». Il s’agissait pour le comité d’unifier les luttes autour de « Plogoff », de la dénonciation du naufrage, en mars 1980, du pétrolier Tanio au large de l’île de Batz (nord du Finistère), et du thème du chômage en Bretagne. Ce comité soulignait qu’« une escalade de la violence est à craindre car le Breton est ainsi, plus on lui tape sur la tête, plus il l’a relève20 ».

« Plogoff » comme lutte à connotation féministe

13Les « petits » de Plogoff étaient parfois des « petites », c’est-à-dire les femmes qui ont participé activement à la mobilisation sociale. Sur ce point, il est utile de rappeler ici que « Plogoff » a émergé dans le contexte social des années 1970 qui a été marqué par l’émergence d’un nouveau type de revendication féministe. Des femmes ont cherché à s’émanciper du pouvoir masculin, à imposer une égalité entre hommes et femmes, voire à théoriser une altérité féminine pour se rendre complètement autonome vis-à-vis des hommes.

  • 21 Ouest-France, 20 décembre 1979.

14Dans le contexte social du Cap-Sizun, les femmes étaient conduites à assumer des tâches relevant habituellement de l’ordre masculin et cela les avaient conduites à s’investir fortement dans la mobilisation antinucléaire (voir chapitre 6). Cette réalité sociale a finalement généré une image de la mobilisation, celle des « femmes combattantes de Plogoff », qui a frappé les esprits, en particulier ceux des journalistes. Ainsi, en décembre 1979, suite à la crise du comité de défense de Plogoff, Annie Carval avait accédé à la présidence de ce comité. Ouest-France annonçait l’information en titrant sur cinq colonnes : « Une jeune femme succède à Jean-Marie Kerloc’h démissionnaire à la présidence du comité de défense21. » En gros plan, une photo d’Annie Carval illustrait l’article. La nouvelle présidente, « une jeune femme de 36 ans, mère de deux enfants de 10 et 6 ans et demi », propulsait, par l’intermédiaire de la presse écrite, une image neuve et originale de la cause. À l’opposé de l’image masculine du « briscard », de l’image institutionnelle du maire de Plogoff, la nouvelle présidente incarnait la modernité en alliant la féminité, la jeunesse et une certaine innocence politique (Annie Carval n’était adhérente d’aucun parti politique). La mobilisation de Plogoff a fait ainsi apparaître une série de figures féminines : Annie Carval donc, présidente du comité de défense, Amélie Kerloc’h, première adjointe au maire, Céline, patronne du bistro servant de QG au opposants plogoffites, Marguerite, Thérèse, Odette, Henriette, etc. Les femmes habitant à Plogoff et dans le Cap-Sizun n’étaient pas des militantes féministes. Pourtant, la mobilisation de « Plogoff » a revêtu une forte connotation féministe qui correspondait à un air du temps propre aux années 1970. « Plogoff » paraissait moderne, « dans le coup », et cela a encore contribué à la séduction des journaux et de leurs lecteurs.

  • 22 Conseil général, Séance du 29 novembre 1978, Archives départementales du Finistère, 1235 W 20.

15Mais, très rapidement, la connotation féministe de « Plogoff » a également été intégrée dans un discours stratégique. Au conseil général, en tentant de justifier le refus de la centrale, Jacqueline Desouches, conseillère socialiste, soulignait par exemple : « … cette angoisse, je crois également l’avoir perçue hier en écoutant la remarquable intervention de madame l’adjointe au maire de Plogoff. On va nous dire qu’il s’agit d’une peur bien féminine devant l’inconnu, devant la technique, devant tout ce qui est scientifique et qui, par principe, nous dépasse. Je pense qu’il s’agit de tout autre chose, d’un souci effectivement bien féminin de la qualité de la société que nous allons transmettre aux générations futures. Je crois que les femmes sont particulièrement sensibles à l’avenir que l’on prépare aux enfants qu’elles ont le privilège de mettre au monde22 ».

  • 23 Conan R. et Laurent A., Femmes de Plogoff, op. cit.

16L’intellectualisation de la connotation féministe de la mobilisation va se renforcer après l’EUP. En décembre 1980, un éditeur local publiait un ouvrage intitulé Femmes de Plogoff23. L’idée de ce travail était née chez deux militantes de l’écologie politique en Bretagne, Renée Conan, militante écologiste et acupunctrice à Guidel (Morbihan), et Annie Laurent, enseignante dans un lycée à Quimperlé (Finistère). Dans ce livre, elles développaient une interprétation de « Plogoff » non plus seulement comme une lutte dans laquelle des femmes s’étaient engagées, mais comme une lutte proprement féministe. Cette interprétation de « Plogoff » comme lutte féministe s’est réalisée par la jonction du discours de militantes de l’écologie politique avec celui des opposants plogoffites. Dès la fin de l’EUP, les deux militantes écologistes avaient conduit une série d’entretiens auprès des opposantes plogoffites. Il ne s’agissait pas de raconter l’histoire de la mobilisation, mais de « donner la parole » aux actrices de la lutte. Ces entretiens avaient pour but de conserver par la parole, puis par l’écrit, les moments intenses de la lutte. Ils ont permis d’exprimer une fierté de s’être bien battu. Ils ont sans doute joué un rôle de réparation psychologique pour des personnes qui avaient vécu des événements forts et très inhabituels. Admirant la mobilisation des opposantes de Plogoff, et souhaitant que leur parole soit conservée, l’ouvrage devait servir aussi de support promotionnel à la mobilisation qui allait se poursuivre.

  • 24 Collectif, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 10.
  • 25 F Magazine, no 37, avril 1981.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

17Au-delà de ce mouvement tactique, l’image des « femmes de Plogoff » va devenir un média-type, c’est-à-dire qu’elle va réussir par elle-même à caractériser, à identifier une partie importante de « Plogoff ». Après l’EUP, les journalistes d’Ouest-France évoqueront, avec des accents lyriques, « la femme de Plogoff, seule, forte, silencieuse, qui retourne les cailloux des champs24 ». Cette logique d’héroïsation était particulièrement accentuée dans un article de l’hebdomadaire F Magazine paru en avril 198125. Dans ce journal destiné à un lectorat féminin, six pages étaient consacrées à la maire de Plogoff, Amélie Kerloc’h, sous le titre : « Amélie Kerloc’h : Plogoff, mon amour ». Ayant succédé à Jean-Marie Kerloc’h en octobre 1980, Amélie Kerloc’h était présentée comme une des « figures de proue de la lutte antinucléaire ». Le journal célèbrait à nouveau les « femmes de Plogoff » : « Ce sont les femmes d’abord, qui luttent contre le nucléaire au Cap-Sizun. Véritables chefs de famille, épouses de marins pour la plupart, elles sont seules une bonne partie de l’année26. » Tout en reconnaissant le rôle social des femmes dans le Cap-Sizun, F Magazine reprenait tout de même le cliché de la femme proche de la nature (alors que la culture serait plutôt le domaine des hommes). La photo illustrant l’article montrait Amélie Kerloc’h assise sur les rochers de la côte, la main tendue vers la mer dans un geste quasi biblique. Ancienne militante communiste, la maire confiait au journal : « Ce pays est beau. Je veux qu’il reste tel quel. Moi, je le regarde à chaque minute de ma vie. La vallée du Loc’h m’émeut toujours quand j’arrive d’Audierne, avec le vert des prés et le doré de ses bosquets. Chaque fois, je jette un coup d’œil sur la chapelle du Bon-Voyage qui, à gauche, domine la colline. J’aime les couleurs de la côte, mauve de bruyères, jaune d’ajoncs, si douce à pied qu’on craint de la fouler. J’aime l’étang de la baie des Trépassés qui change de tons à chaque heure de la journée comme la mer, jamais pareille27. »

18L’ensemble de cet article est sans doute le produit d’une rencontre entre différentes logiques sociales. L’amour sincère de la maire de Plogoff pour son pays, l’objectif tactique de faire connaître la lutte, et l’utilisation de clichés que la journaliste a mobilisés pour « donner un angle » à son article. Cette personnalisation permettait de donner un visage à « la » femme de Plogoff. À l’arrivée, le mythe de la femme sauveur n’était pas très loin. Depuis le XIXe siècle et l’émergence du mouvement féministe, cette dimension mythique de la femme militante est courante. Les mouvements sociaux trouvent souvent une symbolisation forte dans un personnage de jeune femme. Car, par sa propre dynamique de contestation, un mouvement social se caractérise très souvent par l’association d’une inversion de l’échelle hiérarchique des valeurs prédominantes (dans le cas de « Plogoff », les femmes à la place des hommes) et le développement d’eschatologies messianiques (ici, les femmes vont sauver Plogoff de la centrale).

Le feuilleton du « village de Plogoff »

  • 28 Catherin V., La Contestation des grands projets publics. Analyse microsociologique de la mobilisat (...)
  • 29 Edelman M., Pièces et règles du jeu politique, op. cit., p. 177.

19Analysant la couverture de presse concernant les mobilisations liées à un projet autoroutier dans le sud-est de la France, Véronique Catherin a conclu que la presse avait tendu à traiter l’information « sur le mode d’un feuilleton à rebondissements28 ». Les décisions successives des pouvoirs publics, la réaction des opposants, l’intervention de nouveaux acteurs, suscitent autant d’articles qui font vivre un scénario prenant une tournure dramatique. Cette interprétation du travail de la presse a été particulièrement bien développée par Murray Edelman qui a indiqué comment au cours de leur travail quotidien les journaux alimentent un récit qui, en définitive, « catalyse des scénarios29 ». De même dans le cas de « Plogoff », en traitant chaque jour les faits liés à l’enquête d’utilité publique, la presse a créé une sorte de feuilleton, avec ses différents personnages.

  • 30 Le Figaro, 31 janvier 1980.
  • 31 Le Matin, 23 avril 1980.
  • 32 Le Matin, 3 décembre 1980.

20En collectant les faits du jour, les petits échos de la mobilisation, parfois des anecdotes amusantes, en publiant des lettres de lecteurs, et en illustrant le tout par des photos spectaculaires, la presse a donc créé et fait vivre un récit. Dans cette logique de mise en récit, les articles de la presse nationale présentent une spécificité. La commune rurale de Plogoff (2 500 habitants) y a très souvent été présentée comme un « village » qui résistait farouchement aux tentatives d’empiétements des technocrates parisiens. Cette interprétation se reliait directement aux deux lectures précédemment analysée, celle de la résistance du Breton et celle de la combativité des femmes de Plogoff. Le Breton têtu et la femme militante étaient les personnages pittoresques de ce village. La catégorie de « village » a permis aux journalistes de faire entrer dans leurs articles la diversité des figures composant l’opposition. Le Figaro évoquait « le refus obstiné d’un village breton » dans lequel vivent des « hommes rougeauds à casquette de marins30 ». Le Matin voyait le « petit village entêté de Plogoff » en situation de « divorce avec l’état31 ». Plus tard, le même journal soulignait que « c’est avec l’enquête d’utilité publique que Plogoff, brusquement, est devenu un des villages les plus célèbres de France32 ».

21Mais cette lecture de la presse de Plogoff comme « village » apparaît contradictoire avec la réalité même de Plogoff. Les médias présentait la commune comme un espace intemporel, figé dans ses traditions, voire son archaïsme, alors qu’au contraire il avait fortement évolué sur le plan économique et social. Dans les années 1970, Plogoff n’était plus réellement un « village », au sens où ce mot désigne une communauté rurale marquée par une forte intégration sociale. De plus, Plogoff est certes une petite commune, mais elle est éclatée en une multiplicité de quartiers qui rendent problématique son unicité. Plogoff est également caractérisée par cette sorte d’urbanité qui caractérise le littoral sud du Cap-Sizun. En 1980, il n’existait plus qu’une poignée d’exploitations agricoles sur le territoire de la commune. L’aspect traditionnel de village, s’il persistait effectivement dans chaque quartier, tendait à s’effacer à l’échelle de la commune. Les réussites sociales liées aux carrières dans la Marine de commerce et dans la Marine nationale s’étaient incarnées dans des maisons assez cossues. Les habitants s’étaient pleinement appropriés les facilités de l’automobile. En 1980, Plogoff était donc moins un « village » qu’une petite cité littorale nettement marquée par la modernité (avec un net déclin agricole, et des habitants souvent engagés dans la Marine nationale et dans la Marine marchande).

  • 33 Sansot P., La France sensible, Payot, Paris, 1995, p. 185.

22Le succès de l’image médiatique du village peut sans aucun doute s’expliquer par le fait qu’il existe en France un imaginaire lié au « village ». Pierre Sansot a souligné l’ancienneté de cette imaginaire33. Pour Sansot, le village représente finalement l’enfance du monde, interprétation qui tend à faire du « village » une image à tendance régressive. Le village représente en effet un univers complet, limité, enraciné, permanent, qui s’oppose aux sociétés industrielles, agitées et ouvertes sur le monde.

  • 34 Ouest-France, 9 décembre 1980.

23Il semble finalement que cette lecture de Plogoff comme « village » n’était en définitive qu’une reprise de l’opposition classique entre les « petits » et les « gros ». Cette opposition sert de ressort à de nombreux récits, tout autant qu’à de nombreuses mobilisations sociales et qu’à de nombreux journalistes. L’opposition entre « gros » et « petits » est une imagerie utile pour interpréter la réalité, construire des textes, alimenter les débats publics. Il est donc assez logique que cette figure se retrouve dans le cas de « Plogoff ». Par exemple, à la sortie du film, les créateurs du documentaire militant Plogoff : des pierres contre des fusils ont également sollicité une imagerie en terme d’opposition entre « petits » contre gros ». L’opposition entre « démocratie locale » et « raison d’état » était explicitement présentée comme une actualisation de « l’affrontement de David et Goliath34 ».

  • 35 Entretien.
  • 36 Entretien.

24Dans ce « village » de Plogoff vivaient aussi des « personnages », comme les « femmes de Plogoff », mais aussi le « berger ». Doté d’une forte personnalité et maîtrisant la parole militante, le « berger de Plogoff » a occupé une place importante dans la mobilisation. « C’est un personnage », a commenté une des personnes interviewées35. Condette savait lui-même, et n’a pas oublié, ce qu’il représentait dans la mobilisation. « J’étais ce qu’on appelait à cette époque le berger de Plogoff », a-t-il commenté36. La presse s’était rapidement saisie de l’image de ce « berger de Plogoff ». Le personnage a souvent été caricaturé par la presse, signe de la place importante qu’il occupait dans la lutte sur le plan symbolique.

  • 37 Le Monde, 14 juin 1976.
  • 38 Le Télégramme, 15-16 mars 1980.
  • 39 Le Télégramme, 21 février 1979. Le mot « pur » ne possède sans doute pas ici une connotation racis (...)

25Mais le premier de ces personnages du « village » était le maire de la commune. Les journalistes ont souvent été séduits par cette figure de petit maire. Son parler plein de gouaille contrastait fortement avec la parole trop sucrée des promoteurs du nucléaire. La presse régionale a donc souvent mis en avant le maire de Plogoff. Les journalistes trouvaient là également un interlocuteur fiable qui permettait sans risque d’évoquer la mobilisation. Ainsi, dès 1976, Le Monde faisait le portrait de Jean-Marie Kerloc’h et le décrivait comme « un robuste quinquagénaire37 ». Lors de la dernière « messe de 17 h », un journaliste du Télégramme ne cachait pas l’intérêt qu’il éprouvait à écouter le discours du maire de Plogoff : « … comme toujours en pareille circonstance, la verve du maire et son talent de l’improvisation lui ont permis de s’écarter de son texte avec bonheur38 ». Les journalistes étaient parfois franchement séduits, comme de nouveau le Télégramme qui brossait un portrait du maire dans lequel perce l’admiration : « C’est un Capiste, un pur, Jean-Marie Kerloc’h. Un de ces Bretons comme on en rencontre dans le Cap-Sizun seulement et dont on pourrait mesurer l’authenticité à la largeur des épaules et à la dose de franc-parler39. »

  • 40 Le Garrec N., op. cit.
  • 41 Allusion au Général de Gaulle.
  • 42 Cf. Ory P., L’Anarchisme de droite. Ou du mépris considéré comme une morale, le tout assorti de ré (...)

26Le maire était aussi un ancien militaire comme il en existe beaucoup dans le Cap-Sizun. Dans ce pays, l’expérience de la guerre avait fortement marqué plusieurs générations successives. Il existe donc une forte structuration de la vie sociale autour des souvenirs des Anciens combattants et autour de la gestion de leur situation sociale. Lors de l’EUP, il était donc presque logique que les Anciens combattants occupent un « rôle » dans le « feuilleton de Plogoff ». L’avant-dernier jour de l’enquête, un groupe d’une centaine d’Anciens Combattants, dont certains étaient très âgés, est venu participer à la « messe ». Cette manifestation dans la manifestation a pris la forme d’une marche, depuis le bourg jusqu’au site des mairies annexes. Avec leur poitrine bardée de décorations, leur béret, leurs drapeaux claquant au vent, les anciens militaires sont venus buter sur le barrage formé par les gendarmes mobiles alors qu’un haut-parleur donnait La Marseillaise en fond sonore. « C’est ça la République… nous ! », lâchait un Ancien combattant40. Par cette action, les opposants revendiquaient pour eux les valeurs du patriotisme et les déniaient aux promoteurs de l’atome civil. Dans la légère bousculade, les Anciens ont lâché encore quelques phrases bien senties que les journalistes ont saisi au vol : « Moi aussi, j’ai fait la guerre, mais la mienne était juste », ou : « Si le Grand avait encore été là, on ne nous aurait pas traités de cette manière41 », ou encore : « J’étais dans les commandos marins, vous ne me faîtes pas peur, vous n’êtes que des petits rigolos », ou enfin : « On vous cassera la gueule. » Cependant, la manifestation, quoique houleuse, n’a pas été violente. En fait, le commandement de gendarmerie a bien senti le coup et apprécié, dans l’instant, la faiblesse intrinsèque de la position des gendarmes, tout autant que l’innocuité de la manifestation. Frapper à coups de matraque les Anciens combattants était impensable. Le commandant a alors laissé le passage aux anciens militaires, impressionnants de dignité, qu’il était difficile de repousser comme il l’aurait fait pour des jeunes manifestants. Installés maintenant derrière le barrage de gendarmes, les Anciens combattants chantaient la Marseillaise et se sont figés durant une minute dans un fier garde-à-vous. L’émotion était intense pour les acteurs de la scène. Une grande partie de ces Anciens combattants se sentait sans doute profondément déchirés dans la position qu’ils occupaient. Rejetant le projet de centrale, ils avaient rejoint le groupe des opposants et des jeunes écologistes politiques. Mais, pour certains, leur anarchisme de droite à la Jean Gabin était à mille lieux idéologiques des idées neuves et subversives des écologistes politiques42. Ces images étaient saisissantes. Elles ont été reprises abondamment par la presse. Pour les opposants, c’était un succès médiatique car ils avaient réussi à mettre en scène l’opposition entre « petits » et « gros » dont les plus avisés des opposants avaient compris qu’elle donnait une grande force symbolique à la mobilisation en cours.

  • 43 Cf. Rouvière N., Astérix ou la parodie des identités, Champs Flammarion, Paris, 2008, 337 p.
  • 44 Le Monde, 8 octobre 1979.
  • 45 Oxygène de Bretagne, no 14.

27La forte caractérisation médiatique des opposants (femmes de marins, petit maire d’une commune rurale, berger, Anciens combattants) associée à l’image du « village de Plogoff » a souvent conduit les observateurs et les protagonistes de la mobilisation à faire une analogie avec le village d’Astérix le Gaulois. Dans la série de bande dessinée Astérix Le Gaulois, le « village des irréductibles » qui résiste aux troupes de Jules César est lui-même composé de figures très pittoresques (le druide Panoramix, le chef Abraracourcix, etc.). Créée en 1959 par René Goscinny et Albert Uderzo, cette série humoristique a marqué durablement l’imaginaire français de l’après-guerre. De façon humoristique, la série parodie les identités et les stéréotypes régionaux et nationaux43. L’analogie de « Plogoff » avec le village d’Astérix a été opérée très rapidement, notamment pour souligner la dimension caricaturale de l’affaire de Plogoff. Dès 1979, Le Monde titrait : « Plogoff : Astérix contre EDF », en insistant sur le combat que menait le village contre l’envahisseur atomique44. L’enquête d’utilité publique a précipité ces analogies. Dans la veine humoristique qu’ils ont souvent privilégiée, les militants écologistes ont aussi comparé la résistance du « village » de Plogoff et celle du village d’Astérix. La revue écologiste Oxygène de Bretagne écrivait par exemple, en reprenant le préambule qui fait l’ouverture de chaque épisode de la série Astérix : « Nous sommes en 1980 après Jésus-Christ. Toute la France va être acquise au nucléaire… Toute ? Non ! Un village peuplé d’irréductibles Bretons résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de Légionnaires français des camps retranchés de Pont-Croix, Pont-l’Abbé, Quimper, et ailleurs45… »

  • 46 Le Canard de Nantes à Brest, no 80, 26 décembre au 9 janvier 1981.
  • 47 Album-parodique d’Astérix, La Fronde, non daté, 47 p.
  • 48 Phliponneau M., Géopolitique de la Bretagne, Ouest-France, Rennes, 1986, p. 132.

28À la fin de l’année 1980, la parodie d’un album complet d’Astérix a commencé de circuler sous le manteau. L’idée de cette parodie semble être celle d’un militant antinucléaire hollandais venu séjourner en Bretagne46. Intitulée La Fronde, la BD-pirate reprenait les dessins et les personnages d’Uderzo47. Mais les auteurs à l’origine de cet album parodique ont réécrit les textes dans les bulles et dans les cartouches. Certains personnages de la série d’Astérix le Gaulois sont repris (Astérix, Obélix, etc.). D’autres sont remplacés par les noms des figures les plus connues de la polémique nucléaire : EDF devient Edéefum, Annie Carval devient Carvalannix, Jean Moalic devient Genmoilix, etc. Le tout se passe à Plogonum. Les concepteurs sont allés chercher des cases dans différents albums de la série. Les revenus générés par la vente de cet album étaient destinés à financer la mobilisation. Il a été impossible de connaître le nombre d’exemplaires édités de cette BD. Mais les opposants de Plogoff n’ont pas toujours apprécié La Fronde. La démarche parodique a pu être mal perçue. Mais cette BD montrait combien l’analogie de « Plogoff » avec la résistance des Gaulois s’était ancrée. Ainsi, en 1986, dans son ouvrage sur la géopolitique de la Bretagne, le très sérieux géographe Michel Phliponneau ne résistait pas à la tentation de la comparaison humoristique. Pour lui, les habitants de Plogoff restaient les « fils d’Astérix protégeant au lance-pierres, contre les légions françaises, le site le plus prestigieux de la Bretagne48 ». L’actualisation d’un pittoresque breton, associée à une connotation féministe assez originale, a été la marque de fabrique de la mise en récit de « Plogoff » dans les médias. L’image de la résistance du « petit village breton » s’est ancrée dans l’imaginaire. Cet ancrage a été déterminant quand la mobilisation a cherché une voie pour aboutir.

L’effet paradoxal de la répression

  • 49 Ouest-France, 1er février 1980.

29Au départ de l’EUP, les pouvoirs publics avaient fait en sorte d’avoir la maîtrise du maintien de l’ordre. L’importance des forces déployées permettait d’être relativement magnanime. Par exemple, lors d’une manifestation de deux mille lycéens dans les rues du centre ville de Quimper au début de l’EUP, les forces de l’ordre laissaient défiler tranquillement les jeunes manifestants qui lançaient des slogans hostiles au nucléaire (« Les atomes, at home ! »). La balade des jeunes antinucléaires s’achevait sans aucune tension particulière, ce qui étonnait particulièrement le journaliste qui rendait compte de cette manifestation49. Autre exemple, à Plogoff, les gendarmes ont agi durant la nuit pour limiter les risques d’affrontement. Les maires des quatre communes avaient refusé d’afficher les arrêtés annonçant l’EUP. Obligatoire, cet affichage a été réalisé grâce à une opération menée nuitamment par le sous-préfet, appuyé par les gendarmes. Grâce à une arrivée nocturne, le 23 janvier, vers 4 heures du matin, les gendarmes évitaient un affrontement qui aurait été sans doute plus virulent en pleine journée. Car dans la nuit, les opposants qui avaient organisé le quart étaient pris de vitesse et impressionnés par la vision des casques et des fusils des gendarmes. À la lueur des torches, dans le vent et la pluie, dans les bousculades et les cris, ceux-ci apposaient symboliquement l’affiche sur les volets de la mairie, prenaient rapidement des photos afin de servir de preuve et s’éclipsaient.

30Cependant, il semble que les forces de l’ordre aient été peu à peu happées par la logique de l’enquête d’utilité. Les manifestations à 17 heures prenant un tour systématique, les autorités publiques ont été confrontées à la question d’interpeller ou non des manifestants dans le but de faire un exemple. Au total, trente quatre personnes ont finalement été arrêtées durant l’enquête d’utilité à Plogoff, et quatorze d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt par le Parquet de Quimper. Mais ces interpellations semblent avoir provoqué l’effet inverse de celui recherché initialement. Plutôt que d’impressionner les esprits, elles ont accru les tensions et la visibilité de la mobilisation dans les médias.

31Ces interpellations ont en effet concerné un certain nombre de manifestants qui ne possédait pas le caractère idéal-typique du manifestant gauchiste de l’après-Mai 68. C’étaient plutôt des habitants de Plogoff, des retraités ou des marins, qui étaient arrêtés. Il y avait donc un écart entre l’importance des moyens policiers déployés et la figure de manifestants en vareuse et casquette. En interpellant de façon brutale des habitants de Plogoff, plutôt âgés, la gendarmerie offrait aux journalistes des images chocs qui ont eu un impact important, même si par ailleurs les gendarmes n’ont pas commis l’erreur d’interpeller des femmes. Un opposant plogoffite, marin au commerce, lui-même interpellé avec son lance-pierres, puis relâché sans conséquence judiciaire, a noté ce fait :

« … C’est la seule fois où j’ai été en tôle […] Et puis, il y avait quand même… Ce n’était quand même pas des sauvages, les gendarmes, pour vous dire. Ils n’auraient pas… Les femmes pouvaient faire des vacheries plus que nous, quoi, hein. Ils n’auraient pas… »

  • 50 Le Garrec N., op. cit.
  • 51 Barthes R., Mythologies, Le Seuil, Paris, 1957, p. 17.

32La séquence la plus intense du film Des pierres contre des fusils de Nicole Le Garrec est sans doute ce passage où, faute de pellicule en stock, les interpellations sont montrées à l’aide photos en noir et blanc, accompagnées d’une seule bande son50. Dans le tumulte et les cris, on y voit des gendarmes immobilisant et emportant des manifestants, tandis que des femmes tentent en vain de les arracher aux gendarmes. Ces images spectaculaires pourraient être apparentées à la logique du catch analysée par Roland Barthes. Le combat de catch oppose en effet deux ou quatre lutteurs qui ne proposent pas un vrai combat, mais plutôt une « figuration intelligible de situations morales ordinairement secrètes51 ». Les catcheurs mettent en scène d’abord des ressorts psychologiques, avant leurs propres qualités physiques. À la façon d’un match de catch, les images des interpellations à Plogoff ont aussi mis en scène, avec l’émotion réelle du vécu, le combat sourd qui opposait depuis des années les promoteurs de l’atome civil et ses opposants. Ces photos en noirs et blancs illustraient le choc entre les « petits » de Plogoff et les promoteurs de l’atome qui passaient en force pour imposer leur projet. Cette figuration de la polémique s’effectuait à l’avantage des opposants qui pouvaient dénoncer l’immoralité d’interpellations abusives.

  • 52 Cf. Ouest-France, 11 février 1980 ; Collectif Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 28 ; Le Garrec N., (...)
  • 53 Ouest-France, 13 février 1980.
  • 54 Ouest-France, 8 février 1980 et Le Télégramme, 11 février 1980.

33Lors de l’enquête d’utilité, trois arrestations ont ainsi particulièrement marqué les esprits. Tout d’abord, Eugène Coquet, Plogoffite, âgé de 32 ans, marin au commerce, était interpellé par une patrouille dans la nuit du 8 au 9 février alors qu’il détenait une fronde52. Il comparaissait en audience de flagrant délit dès le 9 février. Il écopait de 45 jours fermes d’emprisonnement. Sa sœur le visitant à la prison de Quimper le retrouvait avec des vêtements déchirés et des ecchymoses au visage. Dans son édition du 13 février 1980, Ouest-France soulignait qu’Eugène Coquet avait été battu par les gendarmes en prison53. Les opposants dénonçaient les « bavures policières ». Cette interprétation en terme de « bavure » a été progressivement renforcée par une série de petits faits qui trahissaient la nervosité des forces de l’ordre et alimentaient la chronique de la presse (par exemple, début février, un gendarme mobile s’était approprié un lance-pierres pour envoyer un caillou à travers le carreau d’une maison à Esquibien54).

  • 55 Ouest-France, 20 février 1980 et Le Télégramme, 20 février 1980.

34Une autre arrestation a concerné un gardien de prison en retraite, Clet Ansquer55. Cette interpellation a été réalisée par une brigade d’intervention rapide qui à ce moment de l’EUP constituait une innovation policière dans le fait qu’elle permettait aux forces de l’ordre de compenser leur habituel manque de mobilité et de souplesse face à des groupes qui venaient les harceler tout en évitant le contact. En tenue légère, chaussures de sport aux pieds, matraque et menottes en main, les gendarmes pouvaient courir aussi vite que les manifestants. Le retraité interpellé était gardé attaché durant une nuit entière. Il écopait de trente jours fermes d’emprisonnement.

35Enfin, le vendredi 29 février, les forces de l’ordre choisissaient de casser la routine de la « messe ». Ayant en effet reçu l’ordre de procéder à des interpellations, les gendarmes se lançaient à la poursuite du groupe des 400 manifestants à travers les champs et les chemins creux. Ils raflaient onze manifestants, cette fois-ci principalement des jeunes qui étaient emmenés à Pont-Croix.

36L’ensemble de ces arrestations a choqué les opposants, mais aussi les journalistes, car elles prenaient pour cible des agents sociaux, agents de l’état ou retraités, qui ne représentaient pas la figure habituelle du manifestant (étudiant, ouvrier, ou paysan). Les habitants de Plogoff n’avaient aucune expérience de ce type de vécu. Manquant de repères pour maîtriser l’émotion générée par les interpellations, ils étaient donc profondément choqués. Les arrestations et l’emprisonnement ont été vécus comme des drames par les Plogoffites.

  • 56 Cette technique de refoulement n’a pas toujours fonctionné correctement. En effet, le vent de sud- (...)

37Une interprétation de l’intervention des forces de l’ordre en termes de « brutale répression policière » s’est peu à peu imposée, en particulier dans la presse. Les « moblots » avaient déployé leur savoir-faire dans le maintien de l’ordre. Ils se sont d’abord déployés en barrages statiques afin de contenir les manifestants qui avançaient vers les mairies annexes. Les officiers ont souvent dû tenir leurs hommes exaspérés par les insultes et les jets de cailloux. En faisant reculer les manifestants dans une logique d’« agression des sens », les grenades à gaz lacrymogène permettaient aux gendarmes de se redonner de l’espace. Les grenades permettaient d’empêcher le contact entre les forces de l’ordre et les manifestants, ou encore de faire un bond offensif d’une dizaine de mètres56. Les grenades étaient particulièrement utilisées au moment du décrochage des camions de gendarmeries à 17 heures.

38D’emblée, ces grenades et le gaz lacrymogène ont choqué les manifestants, en particulier les habitants de Plogoff peu habitués à être confrontés aux techniques usuelles de maintien de l’ordre. Alors qu’ils étaient déjà très tendus, la surprise alliée à une brusque suffocation ont frappé les esprits. Les manifestants refluaient en sortant leur mouchoir pour se couvrir la bouche et s’essuyer les yeux. Une opposante de Plogoff, membre du comité de défense, s’est souvenue :

« … Il fallait barrer les routes… Et des choses qu’on n’avait jamais faites, hein, c’est dingue… On n’avait jamais vu un barrage de route, vous savez, hein. On n’avait jamais vu une grenade lacrymogène. “Ha, qu’est-ce que c’est ça ?”, Marguerite me dit, “Qu’est-ce que c’est ça qui vient sur moi ?”… On aurait dit une boîte de sauce tomate… »

  • 57 Brunetaux P., « La production de la force démocratique », Les Cahiers de la sécurité intérieure, n(...)

39L’arrivée en renfort d’un escadron de gendarmes parachutistes a ajouté encore à l’effroi. Là encore, l’inexpérience des opposants plogoffites a, paradoxalement, servi la mobilisation. L’émotion sincère des opposants créée par l’utilisation un peu forcenée des grenades par les gendarmes mobiles a frappé les journalistes. Un débat a émergé dans la presse sur l’opportunité de ces lancers de grenades et sur leur dangerosité. Les manifestants ont dénoncé les tirs tendus. Les gendarmes utilisaient aussi ce qu’ils appelaient des « grenades lacrymogènes à effet instantané ». C’était un type de grenade qui, au lieu de laisser s’échapper une colonne de fumée, dispersait les gaz de façon instantanée grâce au souffle plus important de l’explosion. La dénonciation a donc porté sur ce type de grenades rebaptisées « grenades offensives » parce qu’elles produisaient un souffle et un bruit assourdissant. Cette appellation de « grenades offensives » tendait à confirmer l’interprétation du maintien de l’ordre en termes de « violences policières ». Patrick Brunetaux a ainsi souligné que l’utilisation de gaz dans le maintien de l’ordre pouvait prêter à la critique car les gaz rappellent, pour ceux qui l’ont vécu ou qui en ont la mémoire, les gaz utilisés dans le contexte d’une guerre57.

40La montée de la dénonciation des « violences policières » a aussi été suscitée par les opérations plus appuyées des forces de l’ordre, comme celle du vendredi 29 février, baptisée « Vendredi noir », quand des opposants ont été poursuivis et arrêtés. L’opération a été délicate. En effet, le répertoire policier du maintien de l’ordre n’est pas infaillible. Ce type de « course à l’échalote » au cours desquels les gendarmes courent après les manifestants pour les interpeller fait courir un risque de dérapage de la part d’hommes du rang qui peuvent être exaspérés par l’attente, et désireux, dans un accès de violence colérique, de rendre la monnaie de leur pièce aux manifestants. Appuyés par l’hélicoptère de la gendarmerie volant en rase-mottes dans un vacarme strident, les gendarmes mobiles ont coursé les manifestants à travers les champs et les chemins creux. Dans le feu de l’action, les coups de bottes et les coups de crosses ont volé. Les gendarmes mobiles ne se sont pas donné pas le beau rôle. La mémoire en reste encore vive à Plogoff.

  • 58 Le Monde, 2 et 3 mars 1980.

41Ce « Vendredi noir » a laissé la mobilisation pantoise durant un moment. Amélie Kerloc’h, adjointe au maire, dénonçait la « brutalité de l’intervention des forces de l’ordre58 ». Là réside un des ressorts les plus importants de « Plogoff ». Assurée par une forte présence journalistique, la visibilité du travail policier a été très forte durant les six semaines de l’EUP. Le moindre dérépage était alors susceptible de générer une « affaire ». Dans le cas de « Plogoff », une logique de sur-acuité vis-à-vis des phénomènes les plus spectaculaires a pleinement joué. Au fil des jours, des charges de gendarmerie et des arrestations, une interprétation en termes d’outrance des pouvoirs publics s’est imposée. L’interprétation des événements liés à l’EUP comme « violences policières » et comme « atteintes à la démocratie » s’est peu à peu imposée dans l’espace public. Cette interprétation a grandement contribué à faire de « Plogoff » un problème public national. Les procès de Quimper et les manifestations qui se sont déroulées à ce moment ont définitivement cristallisé cette interprétation.

  • 59 Cf. Leblanc G., « Du modèle judiciaire aux procès médiatiques », Hermès, no 17-18, 1995, p. 63-72.

42L’accès à l’arène judiciaire a en effet permis de monter la polémique antinucléaire en « affaire » concernant, par l’intermédiaire du fonctionnement de la justice, l’exercice de la démocratie. Au cours de l’EUP, les manifestations sur la commune de Plogoff ont connu des accalmies, car le terrain de la mobilisation s’est en effet peu à peu déplacé à Quimper à l’occasion des procès des manifestants arrêtés à Plogoff (audiences à partir du 27 février et se poursuivant après la fin de l’EUP). Cette dispersion des forces militantes auraient pu se révéler néfaste pour la mobilisation. Il n’en a rien été. Au contraire, les procès de Quimper devant le tribunal correctionnel ont permis de donner encore plus de résonance médiatique à l’opposition antinucléaire. Les journalistes ont, de façon implicite, apprécié ce passage à un contexte plus prévisible que celui des manifestations. Il leur permettait de travailler dans de meilleures conditions tout en leur permettant de conserver leur rôle de contre-pouvoir démocratique59. Les procès se poursuivant à Quimper après la fin de l’EUP, la judiciarisation de la mobilisation sociale a aussi offert aux opposants des ressources nouvelles et a permis des mouvements tactiques innovants.

  • 60 Cf. Israël L., « Quelques éclaircissements sur l’invention du cause lawyering. Entretien avec Aust (...)
  • 61 Cf. Gaïti B. et Israël L., « Sur l’engagement du droit dans la construction des causes », Politix,(...)

43La notion de cause lawyering a émergé aux États-Unis dans les années 1990 afin de rendre compte de la pratique des avocats qui utilisaient leurs compétences professionnelles pour atteindre des objectifs politiques et sociaux, plutôt que d’assumer la fonction traditionnelle de représentation des intérêts privés de leurs clients60. Cette notion correspond en partie à une tradition française de l’avocat politique ou d’avocats engagés dans la défense de l’intérêt public (par exemple, Gisèle Halimi et la lutte pour la légalisation de l’avortement, Jacques Isorni qui a été l’avocat des partisans de l’OAS, etc.61). Cette notion de cause lawyering permet de comprendre dans quelle logique la mobilisation de Plogoff a reçu l’appui d’avocats qui lui ont apporté leurs talents et leurs ressources.

  • 62 Ces avocats dénonçaient en particulier le fait que le droit pénal français donnait une pleine dime (...)
  • 63 Avocat, Henri Leclerc a accompagné les mouvements sociaux (paysans, mineurs de fond, etc.). Il s’e (...)

44Des avocats engagés dans la cause antinucléaire ont participé à la défense des manifestants interpellés à Plogoff. Certains d’entre eux étaient liés au mouvement de défense des droits de l’homme, et en particulier à la Ligue des droits de l’homme dont il existait une section à Quimper animée par un jeune avocat spécialiste de droit pénal et par ailleurs militant socialiste. Dénonçant le côté arriéré de la procédure pénale en France62, ces avocats dont certains appartenaient au cabinet de l’avocat-militant Henri Leclerc63, ont réussi à mettre la question des droits de la défense au centre du procès. Ils appartenaient aussi à un large mouvement de mise en question du fonctionnement de la justice qui s’était développé après Mai-68. Ces avocats, assez jeunes, se connaissaient assez bien et ils avaient convenu de tenir la même ligne de défense durant le procès.

  • 64 David-Jougneau Maryvonne, « La dissidence institutionnelle : une approche sociologique », Revue fra (...)
  • 65 Entretien.

45Appartenant au barreau de Nantes qui était très remuant sur le plan politique, Yann Choucq n’était pas un avocat consensuel. Il ne respectait pas le mode de fonctionnement de la justice et ses usages. Dans les années 1970, ce jeune avocat (34 ans en 1980) avait aussi défendu des militants du mouvement breton et des opposants à l’atome civil sur l’aire de mobilisation du Pellerin. Utilisant la technique du « procès de rupture », il ne se contentait pas de défendre ses clients. Il se saisissait des audiences pour mettre l’accent sur des causes politiques. Dans une logique de « dissidence institutionnelle64 », il souhaitait défendre un ensemble de principes qui heurtait le fonctionnement pratique de la justice. Il se représentait comme un militant politique (« à gauche, voire très à gauche65 »), avant de se voir comme avocat. Il a expliqué :

« … Moi, j’avais toujours une certaine audace… Enfin, une liberté de parole à l’audience… ça n’était ni plus, ni moins, que ce que je faisais habituellement dans des procès politiques… Je dirais même qu’il y a eu des endroits, à la cour de sûreté de l’état par exemple, où on a fait pire… Bon… […] C’est un procès où on n’hésite pas effectivement à donner au débat sa véritable dimension et à ne rien laisser passer. On n’est pas effectivement dans un procès de connivence. On est dans un procès de rupture, puisqu’on dialogue, on débat, on discute sur les preuves, etc. Bon, mais on est très intransigeant sur le respect des règles… »

  • 66 L’expression a été reprise par la cinéaste Nicole Le Garrec pour le titre de son film (Ouest-Franc (...)

46Les opposants de « Plogoff » ont été conseillés par des militants de la presse écologiste qui leur ont suggéré de prendre des avocats capables de monter le procès en affaire. L’avocat Jean-Pierre Mignard du barreau de Paris a dénoncé l’affrontement entre manifestants et policiers, où c’était « des pierres contre des fusils66 ». Les avocats ont fait ensuite témoigner le maire de Plogoff, des marins plogoffites, les « femmes de Plogoff ». L’écologiste politique Brice Lalonde, l’écologiste scientifique Yves Le Gal, et le député socialiste Louis Le Pensec, ont été aussi appelés à témoigner. Une quarantaine de journalistes suivait les débats, ainsi qu’un observateur d’Amnesty International.

  • 67 Entretien.

47Le juridisme a investi la mobilisation sociale. Le débat contre l’atome s’est déporté vers la loi dite « anti-casseurs » de 1970 (à l’époque, article 314 du Code pénal). Cette loi instaurait la responsabilité collective des manifestants selon le principe « pris avec Jean, pendu avec Jean ». Selon ses détracteurs, cette loi était contraire à la tradition juridique française et représentait une atteinte aux libertés publiques fondamentales. Mais surtout, lors des procès, les avocats ont dénoncé les défauts de la procédure. Par exemple, les gendarmes qui devaient témoigner avaient préparé des « anti-sèches » afin de répondre de façon conforme aux questions du juge. Le vocabulaire utilisé par les gendarmes (« affirmatif, monsieur le président ») a aussi conforté les opposants à l’atome et le public des audiences dans leur interprétation des procès de « Plogoff » comme « farces antidémocratiques67 ».

48Autre maladresse, alors que des manifestants avaient réussi à se faufiler dans le tribunal pendant une audience, le président du tribunal a réclamé l’intervention des forces de l’ordre dans la salle des pas perdus pour les faire évacuer. L’intervention a été plus que vigoureuse, les CRS frappant à la volée avec leur matraque et ayant du mal à distinguer entre manifestants, avocats et journalistes. L’intervention des CRS dans le tribunal a particulièrement choqué ces derniers.

  • 68 Le Monde, 15 mars 1980.
  • 69 La sanction sera annulée par la cour d’appel de Rennes en mai 1980 (Le Télégramme, 15 mai 1980).
  • 70 L’Express, 29 mars 1980.

49Enfin, le président du tribunal a déclenché une mobilisation nationale des avocats quand, durant l’audience du 6 mars, il a suspendu pour dix jours l’avocat Choucq pour « flagrant délit d’audience68 ». Mettant en doute l’impartialité du président, Choucq a été condamné pour « outrage à magistrat69 ». Cette sanction disciplinaire était rare. Un mouvement de protestation s’est alors développé dans plusieurs barreaux de France. Des grèves d’audience ont eu lieu, entre autres à Quimper, à Nantes, et à Paris. « Qui défendra les avocats ? », s’interrogeait l’hebdomadaire L’Express70.

50Lors des procès à Quimper, le déploiement des CRS dans l’espace urbain a changé la donne du maintien de l’ordre. À Plogoff, les gendarmes mobiles se contentaient de contrôler les manifestations, en tolérant plus ou moins le rassemblement des manifestants. Mais à Quimper, les CRS ont reçu pour consigne de disperser les manifestants qui s’approchaient trop du tribunal et qui cherchaient le contact avec les policiers. La répression a donc été plus forte lors des trois grandes manifestations qui se sont déroulées à Quimper le 27 février, le 6 et le 17 mars à l’occasion de l’ouverture du procès de manifestants interpellés. De plus, des policiers du corps urbain ont été aussi chargés du maintien de l’ordre et circulaient en ville, à la poursuite des manifestants, à bord de petites estafettes très mobiles. Dernière nouveauté, un « fourgon-pompe » (camion projetant des jets d’eau) a été utilisé dans les rues pour disperser les manifestants.

  • 71 FR3, L’affaire Plogoff, op. cit.
  • 72 Ouest-France, 18 mars 1980.
  • 73 Le Monde, 19 mars 1980.

51Durant les journées d’audience du procès, il y a eu régulièrement deux à quatre mille manifestants, surtout des jeunes, réunis devant le tribunal et lançant des slogans (« Libérez Plogoff », « CRS-SS71 »). Ils s’amusaient aussi à lancer des pièces de 1 franc aux policiers, puis des serpentins et des confettis, ou enfin par exemple, des maquereaux et des pierres72. Le 27 février, une manifestation dans les rues du centre de Quimper réunissait trois mille personnes. La dislocation de la manifestation était suivie par des affrontements avec les CRS. Le 6 mars, deux mille manifestants marchaient vers le palais de justice et des incidents avaient lieu à nouveau. Le 17 mars, six mille manifestants défilaient encore dans les rues et de violents incidents avaient lieu entre des manifestants et la police. Le 19 mars, cinq compagnies de CRS et un escadron gendarmes mobiles étaient déployés dans la ville de Quimper (710 policiers au total73). Il n’y avait plus seulement des procès, mais toute une mobilisation autour d’eux. Un avocat quimpérois engagé dans la cause s’est souvenu de cette association :

« … C’était impressionnant de plaider… moi, c’était la première fois que ça m’arrivait de plaider en entendant des bruits de tirs de gaz lacrymogène, des cris de foule… ça donnait au procès une dimension absolument pathétique […]… Donc, il était 11 heures du soir… 11 heures et demi… Donc, on allait manger chez moi, et devant le palais, sur les marches du palais, et sur tous les quais, devant le palais, il y avait les CRS qui étaient là, l’arme au poing… avec un champ de bataille. Il y avait par terre… il y avait de tout… On avait vraiment l’impression d’être sur un champ de bataille, après la bataille, il ne manquait que les cadavres. On se faufilait pour rentrer. Il pluviotait, il y avait un petit crachin breton, c’était sinistre comme tout, avec tout ces CRS en costume noir et en casque… »

  • 74 Le Télégramme, 19 avril 1980.
  • 75 Ces grenades contenaient du bromacétate d’éthyle, un produit très corrosif.
  • 76 Cf. par exemple, Libération, 1er avril 1980.
  • 77 Il s’agissait en l’occurrence de la fille de Michel Phlipponneau, universitaire, ancien membre du (...)
  • 78 Cf. Collectif, Plogoff-la-révolte, op. cit., p. 52.

52Suite aux manifestations et aux incidents avec la police, un « collectif contre la répression » était créé à Quimper, avec notamment les CLIN, la LDH, le PS, le PSU, l’UDB et la CFDT74. Ce collectif dénonçait les brutalités policières et recueillait des témoignages précis afin de déposer des plaintes. Ce collectif a appuyé son argumentataire en dénonçant l’utilisation de grenades lacrymogènes de type inhabituel75. L’utilisation de ce type de grenade à Quimper allait permettre aux opposants de développer à nouveau la polémique sur les « bavures policières76 ». Ils se sont saisis de plusieurs cas de manifestants blessés pour continuer le travail d’interprétation qui avait débuté à Plogoff. Par exemple, le 17 mars, un manifestant militant de la LCR, enseignant maître auxiliaire, était blessé aux yeux à Quimper et hospitalisé. Autre cas, ayant été brutalisée par la police, le 19 mars à Quimper, la fille du premier adjoint au maire de Rennes montait son cas en épingle77. Elle portait plainte après avoir été interpellée lors d’un contrôle d’identité et emmenée au commissariat où elle avait refusé de poser pour la photo d’identification. Les opposants à l’atome civil ont su aussi se saisir de cette séquence de la mobilisation pour continuer leur travail de séduction auprès des médias. Le 6 mars, à l’ouverture des procès, une centaine de Plogoffites et leur maire à leur tête se constituaient prisonniers à la préfecture de Quimper. Les Plogoffites arboraient une fronde autour du cou (fronde pour laquelle certains manifestants allaient être jugés). Les nombreux journalistes présents ont « tapé » la photo des manifestants brandissant cette fronde qui était autour de leur cou78.

53La séquence quimpéroise de « Plogoff » a été vécue comme une « victoire » puisque les pouvoirs publics ont finalement concédé des jugements de clémence envers les manifestants arrêtés. Lors de leur sortie de prison, ceux-ci ont été acclamés par les opposants. À l’ouverture de l’EUP, toutes les organisations militantes ne partageaient pas la même vision de la mobilisation antinucléaire de Plogoff (certaines estimaient notamment que la mobilisation n’était pas assez politisée). Mais la répression policière à Plogoff, puis à Quimper lors des procès, a produit un effet de convergence sur la question de la défense de la démocratie. Le déploiement policier et les procès de Quimper ont permis à toute une série d’organisations militantes de se retrouver sur le thème de la défense de la démocratie. Enfin, la sur-acuité médiatique générée par la dynamique de l’EUP a donné une résonance nationale à la mobilisation. Une interprétation en termes de « violences policières » et d’« atteintes à la démocratie » s’est imposée dans la polémique sur le projet de centrale nucléaire à Plogoff. La « mise en récit » de la mobilisation qui s’est opérée à l’occasion de l’EUP lui a donné une grande force symbolique. Il est maintenant nécessaire de s’arrêter plus précisément sur les logiques du travail journalistique qui ont favorisé ce processus.

Séduction des médias et enrôlement de journalistes dans la mobilisation

  • 79 Cf. Nicolon A. et Carrieu J., « Les partis face au nucléaire et la contestation », inFagnani F. et(...)
  • 80 Mais pas complètement non plus. Le 3 mars 1980, sur l’antenne de France-Inter, l’animateur Claude (...)

54Comme l’ont souligné à l’époque les sociologues Alexandre Nicolon et Marie-Josèphe Carrieu, la presse écrite a joué un grand rôle dans le mouvement antinucléaire79. Les médias audiovisuels étaient fermés, voire hostiles80. À l’opposé, les presses quotidiennes régionale et nationale ont été des vecteurs importants de la mobilisation en diffusant régulièrement les thèmes de la mobilisation et en donnant des informations sur les différentes aires de mobilisation. Mais, dans le cas de l’EUP à Plogoff, les médias n’étaient pas forcément acquis d’avance à la cause antinucléaire. Cependant, une réduction de la distance sociale entre les journalistes et les opposants a conduit certains journalistes à servir de consultants à la mobilisation. L’ancrage de l’interprétation de l’EUP comme « atteinte à la démocratie » a même favorisé le passage de journalistes dans le camp des antinucléaires.

La distance des médias

  • 81 Ouest-France, 4 janvier 1980.
  • 82 Ouest-France, 3 octobre 1978.

55Les opposants avaient conscience du fait qu’en s’opposant à l’EUP, leur action pouvait être perçue comme antidémocratique. Une opposition trop violente pouvait notamment discréditer la mobilisation aux yeux des médias. Présidente du comité de défense, Annie Carval a perçu ce risque. Elle soulignait : « Il n’est peut-être pas démocratique de refuser l’enquête, mais tout ce que font les pouvoirs publics l’est encore moins81. » Dénoncer les carences démocratiques de l’adversaire était un travail en soi, à réaliser auprès des journalistes, ce qui n’était forcément très facile. Très fortement sollicités lors de l’EUP, les journalistes ne voulaient pas se faire manœuvrer. Ainsi, la rédaction de Quimper d’Ouest-France avait souligné auprès de ces lecteurs qu’elle ne passerait pas systématiquement tous les textes sur la mobilisation : « Le débat est suffisamment grave et important pour ne pas être décentré par un interventionnisme intempestif au niveau du communiqué qui n’ajoute rien aux positions déjà maintes fois exprimées dans ces colonnes, aussi bien celles de la CFDT, de la CGT et de la FEN, que celles d’autres associations syndicales ou politiques contre et pour la centrale. En ouvrant le débat aussi largement que possible, nous avons indiqué, dès le début, que nous refuserions toute incidence partisane ou polémiste d’où qu’elle vienne. Nous en restons là82. »

  • 83 Lire par exemple, les éditions d’Ouest-France de la seconde quinzaine de décembre 1979.
  • 84 Ouest-France, 9-10 février 1980.

56Finalement, avant que l’EUP ne débute, la rédaction d’Ouest-France a habilement géré ce flot de communiqués en ouvrant dans ces pages une rubrique intitulée « Nos lecteurs ont la parole83 ». Permettant de publier tout de même de nombreuses réactions sur un sujet qui faisait l’actualité, la rubrique des lecteurs présentait l’avantage de permettre un travail de traitement allégé (les textes sont déjà rédigés) et sécurisé (« ce sont nos lecteurs qui parlent »). La presse quotidienne régionale a été aussi amenée à cette pratique par la crainte d’être concurrencée par les militants eux-mêmes qui se chargeaient d’informer en continu le public. « D’autres organisations dans leurs communiqués parlent de ce qui se passe sur le terrain et se substituent volontiers aux journalistes dont c’est le métier », notait Ouest-France durant l’EUP, dans un réflexe de défense de la corporation84.

  • 85 Ouest-France, 7 février 1980.

57Dans leurs pages nationales, les journaux de la presse quotidienne régionale se montraient finalement plutôt favorables à l’utilisation de l’atome civil. Ils reprenaient dans de longs articles les données techniques concernant la centrale nucléaire de Plogoff, contribuant ainsi à la faire exister dans l’esprit des lecteurs. Les militants de l’écologie politique ont ainsi régulièrement dénoncé les prises de position du Télégramme qui, à leurs yeux, faisait la promotion de l’atome civil dans ses colonnes. Les médias ont pu également tenir un discours critique sur les acteurs du mouvement antinucléaire, en particulier sur leur représentativité. Ainsi, durant l’EUP, Ouest-France donnait longuement la parole du préfet du Finistère qui pouvait déployer sans frein tous les arguments de la position officielle. Le quotidien titrait en première page : « Plogoff : le préfet du Finistère : “Mon souci, la libre information de tout citoyen85”. » Le journal confirmait que la légitimité démocratique n’appartenait pas à la mobilisation antinucléaire, mais d’abord aux autorités publiques.

  • 86 Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 237-239.

58Durant l’EUP, la violence des opposants (barricades, harcèlement, lance-pierres, etc.) auraient pu discréditer la mobilisation. En effet, dans l’espace public, la violence populaire est de façon générale plutôt rejetée. Pierre Bourdieu a montré que le goût prédominant, exprimé notamment par les journalistes, préfère le fair-play et l’action policée qui mettent à distance le corporel, plutôt que les affrontements directs dans lesquels les corps sont mobilisés86. Cette logique de mise à distance sociale des corps ne donnent pas beaucoup de légitimité aux manifestations trop physiques. De cette façon, un journaliste a évoqué, lors d’un entretien, les « furies de Plogoff ». Il a désigné par cette expression les habitantes de Plogoff qui s’étaient jetées très ardemment dans l’action. Utiliser le terme de « furies » renvoyait aux déesses mythologiques de l’épouvante. C’était donc un brin moqueur (mais l’allusion comprenait aussi une petite note affectueuse). Le caractère entier et direct de l’engagement des épouses de marins surprenait les journalistes, mais parfois il pouvait aussi les agacer.

59Les habitants de Plogoff percevaient d’ailleurs bien le ton parfois ironique qui perçait dans les articles, en particulier ceux rédigés par les journalistes de la presse parisienne. Il est vrai que ces journalistes se souciaient peu d’instaurer des relations durables. Ils s’occupaient avant tout de rédiger un « bon papier » qui pouvait les valoriser sur le plan professionnel, sans se soucier des répercussions sur les personnes qu’ils avaient rencontrées. Sur ce point, une Plogoffite, épouse de marin au commerce et membre du comité de défense, s’est rappelée :

« … Les autres journaux, ha, mais il y en a qui étaient aussi… Il y en a eu de toutes sortes de choses sur Plogoff. “Ils passaient leur temps en charentaises”, et ce que j’sais… On a eu des reportages aussi,… J’ai plein de journaux au grenier encore […] Ils se fichaient des gens de Plogoff, hein… l’ironie pointait, m’oui… »

  • 87 Ouest-France, 16-17 février 1980.
  • 88 La Gueule ouverte, no 300, 20 février 1980.

60Durant l’EUP, la présidente du comité de défense, Annie Carval, confiait à Ouest-France qu’elle en avait assez d’être « piégée par les journalistes87 ». L’expérience acquise par les opposants les avait finalement incités à une certaine prudence vis-à-vis des médias. Ils étaient l’objet de nombreuses sollicitations, en particulier de la part de la presse parisienne. Cette prudence des opposants de Plogoff a été soulignée par les journalistes parisiens, parfois favorables au mouvement antinucléaire, surpris et déçus par le manque de coopération des « antinucléaires ». Un reportage de l’hebdomadaire militant La Gueule ouverte souligne cet aspect : « Pas facile de dialoguer avec ces femmes-là, elles ont toujours quelques chose à faire quand on veut leur parler… ou bien, suivant imperturbablement le cours de leur pensée, elles évitent soigneusement les écueils des questions88… »

  • 89 Ouest-France, 4 mars 1980.

61Les opposants de Plogoff ont en fait peu apprécié des articles qui dénonçaient leur action. Parfois, ils ont exercé des pressions sur les journalistes dont les articles leur déplaisaient, au risque de se mettre à dos la profession journalistique. Un jeune journaliste du Télégramme a été en particulier la cible des manifestants après avoir pris des positions contre la mobilisation de « Plogoff ». Dans son édition du 4 mars, suite à une troisième « nuit de barricades », Ouest-France proposait ainsi un petit encart destiné à dénoncer, par solidarité professionnelle, une violence faite au jeune confrère du Télégramme : « Brutale fin de reportage pour un jeune confrère, dans la nuit de dimanche à lundi, violemment pris à parti par un groupe de jeunes manifestants au pont du Loc’h et qui a du s’enfuir précipitamment avec un pavé dans la vitre arrière de sa voiture. C’est ignoble et révoltant89. »

  • 90 Ouest-France, 20 mars 1979.
  • 91 Ouest-France, 9-10 février 1980.
  • 92 Idem.
  • 93 Ouest-France, 25 juillet 1980.
  • 94 Ouest-France, 4 mars 1980.

62Les journalistes ont dénoncé ce qu’ils considéraient comme des excès des opposants. Quand, en mars 1979, le CLIN de Plouhinec criait à l’imposture contre l’enquête d’utilité, Ouest-France commentait : « Il ne faut pas lancer le bouchon trop loin et prétendre que le dossier d’utilité publique concernant la centrale est clos, alors qu’il n’est pas encore ouvert90. » Quand les opposants s’en prenaient aux habitants de Plogoff qui étaient favorables à l’implantation, Ouest-France défendait les personnes qui avaient été agressées et titrait « Ce n’est pas ça le combat de Plogoff91 ». Il est intéressant de noter que le journal se préoccupait de définir ce que devait être « Plogoff », alors qu’il aurait dû garder son « objectivité » dans la polémique. Pour le journal, le combat de Plogoff se devait de défendre « une conception de la vie, du bonheur, avec les armes de la sincérité, de l’honnêteté, de la loyauté92 », « l’important est que le crédit obtenu grâce à l’exemplarité de la lutte et à l’imagination de la population dans cette lutte ne soit pas entamé par des actes irréfléchis93 ». Ces remarques étaient autant de conseils donnés à la mobilisation comme si le journal se préoccupait de sa réussite. À nouveau, quand une des « messes » se terminait plus calmement, le journal soulignait, avec un regret : « On aimerait tant que cela se passe ainsi chaque soir94. »

Un processus de réduction de la distance du média à sa source

  • 95 Rozenblatt R., « L’urgence au quotidien », Réseaux, no 69, 1995, p. 71-96.

63Patrick Rozenblatt a montré comment l’impératif de gérer l’urgence au quotidien nécessite pour les journalistes un travail permanent d’adaptation qui peut générer une usure morale95. Malgré leur contrainte d’objectivité, les journalistes peuvent être pris par la chaleur émotionnelle de l’événement. Dans ce cas, le journaliste tend à réduire la distance qu’il se devait de garder par rapport à l’événement. Pour les journalistes, les mobilisations sociales présentent ce danger de fusion émotionnelle. Le cas de « Plogoff » le montre. Le déroulement de l’EUP a conduit certains journalistes à soutenir le camp des opposants à la centrale. Par le détour de leur ethos professionnel, ils ont été menés à prendre position en faveur de la mobilisation.

64Tout d’abord, cette logique de réduction de la distance du média à sa source trouve son origine dans la situation professionnelle des journalistes localiers d’Ouest-France et du Télégramme. Travaillant jour après jour sur un territoire relativement limité, les journalistes localiers tissent un réseau de contacts qui leur permet une plus grande facilité d’accès aux informations. Mais si ce réseau sert le journaliste, il l’enserre en même temps dans une logique de donnant-donnant, mais aussi par des liens d’amitié qui peuvent se créer. Durant l’EUP, cette logique de réduction de la distance sociale a été encore accrue par le fait qu’opposants à l’atome et journalistes localiers se côtoyaient chaque jour. Présidente du comité de défense de Plogoff, Annie Carval a souligné que les opposants les plus déterminés et les journalistes localiers finirent par s’appeler par leur prénom, ce qui démontre une certaine familiarité. Théo Le Diouron, à l’époque localier à Ouest-France, a confirmé :

« … Par la force des choses… quand vous êtes proche des gens, eh bien, la tentation et la tendance naturelle, c’est de rapporter leurs propos… à coup sûr, hein, mais, parce que… parce que la proximité fait que ces gens-là nous sollicitaient d’autant plus que personne d’autre ne les écoutaient. Donc, c’était bien le rôle d’un journal aussi que de faire entendre leur voix à ces gens qu’on ne voulait pas écouter… »

  • 96 Ouest-France, 1er février 1980.
  • 97 Le Télégramme, 17 mars 1980.
  • 98 Ouest-France, 15 février 1980.
  • 99 Ouest-France, 1-2-3 mars 1980.
  • 100 Le Monde, 18 mars 1980.
  • 101 Le Monde, 22 mars 1980.

65Au fur et à mesure de l’EUP, des journalistes ont laissé percer des commentaires qui laissaient entendre qu’ils soutenaient la mobilisation. Ils prenaient cette position au regard de la force du déploiement policier. Dans Ouest-France, un journaliste ironisait ainsi sur la liberté d’expression défendue par le préfet, « une liberté quand même solidement encadrée par des gendarmes mobiles armes au poing96 ». Le Télégramme dénonçait aussi les « violences policières » de la part des gendarmes mobiles97. Ces prises de position s’effectuaient aussi parce que les journalistes étaient eux-mêmes pris comme cible par la répression. Conscient du rôle joué par la presse, les gendarmes mobiles se sont parfois directement attaqués à eux, en particulier aux photographes dont le travail apparaissait comme le plus gênant. Lors des manifestations de l’EUP, certains photographes ont été contraints de remettre leurs pellicules aux forces de l’ordre98. Un journaliste de Ouest-France écrivait : « J’y aurai moi-même droit à mon coup de matraque en faisant la photo d’un interpellé emmené manu militari dans un camion99. » Enfin, un journaliste de France-Inter, Hervé Debois, a été violemment agressé lors d’une manifestation à Pont-Croix à la fin de l’EUP. Effectuant une sortie du petit séminaire, les gendarmes mobiles matraquaient un groupe de journalistes. Le journaliste de France-Inter était blessé100. Il portait plainte à la gendarmerie de Pont-Croix. L’Union nationale des syndicats de journalistes prenait la défense du journaliste et demandait un rendez-vous au ministère de la Défense nationale « pour protester contre les violences subies vendredi dernier après les manifestations de Plogoff par un journaliste de France-Inter […], actes inadmissibles qui mettent gravement en cause le droit à l’information et à la sécurité des journalistes101 ». Pris à partie, des journalistes ont finalement pris parti. Ils vont d’abord servir de conseillers pour la mobilisation antinucléaire.

Les journalistes, conseillers de la mobilisation sociale

66Les opposants avaient bien compris ce fait, décisif pour eux, qu’ils avaient gagné l’oreille des journalistes. Chaque matin à la lecture de l’édition du jour, il y avait un véritable plaisir des opposants à voir relater dans les colonnes de la presse leurs exploits de la veille. L’un d’entre eux a souligné :

« … Enfin, si vous voulez, notre arme, souvent, c’était la presse. C’était le pouvoir… Je dois dire qu’une certaine presse nous était favorable, parce que… favorable ?… ils nous regardaient d’un œil un peu bonhomme, je dirais… Ouest-France, par exemple, était, pas contre le nucléaire, hein, ils ont fait correctement leur travail, mais lorsque l’état n’était pas tout à fait démocrate, ben, à ce moment-là, Ouest-France le faisait remarquer, et Ouest-France donnait la parole aux antinucléaires… »

  • 102 Charon J.-M. et Furet C., « Le journaliste local face à l’événement exceptionnel : déontologie et (...)

67Cet appui de la presse est devenu encore plus manifeste quand certains localiers d’Ouest-France et du Télégramme ont contribué activement à la mobilisation. Jean-Marie Charon et Claude Furet ont souligné le fait que les localiers sont souvent très déstabilisés par un événement exceptionnel qui survient sur leur territoire102. En cassant la routine de travail, cet événement les contraint à agir dans un cadre d’incertitude qui peut les mettre en difficulté. Dans le cadre d’une mobilisation sociale, cette déstabilisation se lit dans le fait que des localiers peuvent s’associer de fait à la mobilisation et quitter pour un moment leur position d’observateur théoriquement objectif, au désagrément de leur hiérarchie.

  • 103 Entretien.

68Avant même l’EUP, des premiers pas vers la mobilisation avaient déjà été accomplis par des journalistes. Un journaliste avait par exemple conseillé aux écologistes de localiser le projet atomique à la « pointe du Raz » et non pas à « Feuteun-Aod », appellation qui ne parlait qu’aux bons connaisseurs du Cap-Sizun103. Une autre fois, on conseillait aux opposants de créer un événement particulier à l’occasion de chaque « messe de 17 h », afin de maintenir l’intérêt. Conseil bien suivi, comme la fois où des agneaux nés dans la nuit à la bergerie de Plogoff ont été présentés face aux gendarmes mobiles. Cette image fortement contrastée était alors photographiée par les reporters. À Plogoff, le maire a également sollicité les services des localiers pour l’aider à rédiger ses discours dans les circonstances les plus tendues (comme lors de la décision du conseil régional à St-Brieuc à l’automne 1978). Avec ce talent de conteur que possèdent souvent les journalistes expérimentés, Théo Le Diouron s’est remémoré ce travail effectué au service de la mobilisation :

« … Trois ou quatre jours avant la fin de l’enquête d’utilité publique, Jean-Marie Kerloc’h m’appelle […] : “Théo, bon, écoute, voilà, l’enquête d’utilité publique se termine, bon, qu’est-ce que tu en penses ? Qu’est-ce qu’il faudrait qu’on fasse ?”… Avec sa voix rocailleuse… et puis je le connaissais bien le “Jean-Marie”, et j’avais une profonde estime pour lui […] “Moi, je pense, personnellement, puisque tu me demandes mon avis, que, toi, tu devrais aller écrire au nom de tes administrés les raisons majeures du refus de la centrale nucléaire, parce que c’est un acte majeur de notre démocratie. Et c’est celui-là qui doit témoigner. Et au nom de tout tes administrés, eh bien, en tant que maire, je pense que c’est à toi de le faire”… “C’est bien ce que je pensais, Théo. Ecoute, tu es le mieux placé pour me préparer quelque chose…” Et j’ai rédigé au vu de tout ce que j’avais pu suivre depuis des mois, et je dirais même des années, hein, les raisons majeures que j’avais listées moi-même, écrites à plusieurs reprises dans le journal. J’ai fait une synthèse de tous ces refus que j’ai communiquée au maire de Plogoff, qui très consciencieusement est allé la reproduire mot à mot sur le registre de l’enquête d’utilité publique… Voilà… hein… où la proximité conduit. Alors, je n’étais plus tout à fait dans mon rôle de journaliste, je le reconnais, et je vous ai dit tout à l’heure que c’était pour moi sans doute une aventure, une expérience humaine très profonde, extraordinaire, et aujourd’hui encore, je ne regrette pas d’avoir fait cela. En conscience, je me dis que j’ai aidé des gens à exprimer des choses… »

  • 104 C’est-à-dire la gendarmerie locale basée à Audierne dont le képi possède un liseré blanc et qui s’ (...)

69Enfin, la proximité entre journalistes et opposants a permis la diffusion continue d’informations et de petites nouvelles autour de la mobilisation, permettant peut-être d’éviter des drames humains. Ainsi, le dernier soir de l’EUP, Théo Le Diouron apprenait qu’une « bombe », qui n’a pas explosé, avait été déposée sur le site du Trogor par des jeunes exaltés par l’atmosphère de l’enquête. L’information était transmise au maire qui sollicitait « la blanche » pour déminer l’engin104.

L’ancrage du thème des « atteintes à la démocratie »

  • 105 Ouest-France, 28 février 1980.
  • 106 Ibid.

70Peu à peu, les « messes » se succédant les unes aux autres, et la répression policière se renforçant, le thème des « atteintes à la démocratie » s’est imposé dans le débat public autour de l’EUP. Ce thème était régulièrement sollicité par les écologistes politiques. Jean Moalic soulignait par exemple dans la presse : « Le réflexe de la population est un réflexe sain. Ici, on réagit encore vis-à-vis de la démocratie bafouée, de l’incroyable façon utilisée par les pouvoirs publics pour imposer leurs décisions aux populations105. » Dans ce contexte, la Ligue des Droits de l’Homme intervenait dans le débat pour appuyer sur la question de la démocratie. Le 23 février 1980, la direction nationale de la Ligue des Droits de l’Homme dépêchait une mission d’enquête à Plogoff pour comprendre les faits liés à l’EUP. Le secrétaire général Michel Echaubard rédigeait ensuite un rapport d’enquête dans lequel il pointait le déploiement de 700 à 800 gendarmes mobiles, dont une partie de gendarmes parachutistes, pour une population plogoffite de 2 400 habitants. Il écrivait : « Et comme, justement, la population n’est pas formée pour étudier un tel dossier, où est alors la démocratie ? On se trouve en présence d’un faux semblant de démocratie : on offre à la population un dossier énorme, fait sur beau papier avec de belles photos en couleur sachant très bien que soit elle n’aura pas le temps de l’étudier, soit elle n’aura pas les capacités scientifiques requises pour juger de sa valeur106. »

71La particularité de l’enquête d’utilité publique de Plogoff est que les opposants à l’atome civil et les journalistes ont convergé vers une même thématique, celle de la « défense de la démocratie ». Cette thématique était développée habituellement par la profession journalistique comme justification de son propre travail, mais, depuis le début des années 1970, elle faisait aussi partie du corpus idéologique des écologistes politiques qui souhaitaient redonner du sens à la pratique démocratique. Cette convergence a cristallisé l’interprétation du déroulement de l’EUP en termes d’« atteinte à la démocratie ». Dès lors, cette question de la démocratie a eu tendance à prendre le pas sur celle de la contestation de l’énergie nucléaire. Lors de l’enquête et après, le débat s’est déplacé du thème de l’énergie nucléaire vers ceux de la démocratie et de la liberté d’expression. C’est ce thème de la « démocratie en danger » qui a donné à « Plogoff » une large assise idéologique et une grande visibilité médiatique.

  • 107 Ouest-France, 1er février 1980.
  • 108 Ouest-France, 4 mars 1980.

72Dès le début de l’enquête, Ouest-France avait ainsi publié un billet sur le thème de la liberté d’informer. Le journal y regrettait la pression exercée sur les photographes et les velléités de contrôle manifestées par un attaché de presse du ministère de l’Intérieur dans la salle de presse du petit séminaire de Pont-Croix107. En fin d’enquête, Ouest-France a pris moins de précaution et a souligné que les événements de l’EUP à Plogoff étaient une « menace sur la démocratie108 ». Les six semaines de l’EUP ont fait basculer des journalistes du côté de l’opposition à la centrale, par l’effet de levier du thème des « atteintes à la démocratie ». Journaliste à Ouest-France, Théo Le Diouron a explicité cette position, notamment en s’appuyant sur des principes professionnels :

« … Moi, je n’étais pas convaincu, je n’étais ni pro, ni antinucléaire, je dois dire… Par la suite, je suis devenu antinucléaire, mais au départ je ne l’étais pas… J’étais un journaliste qui avait à couvrir un événement difficile… hein, bon… où beaucoup de fondements de la démocratie se retrouvaient mis en cause… hein, les principes de consultation, les principes de mise en œuvre d’un tel projet et au nom du bien public… […] Le débat, il s’est bien effectué dans Ouest-France. Comme il devait le faire… comme il devait se faire. Un journal est un lieu de débat, mais c’est aussi un trait d’union, et c’est le lieu où les gens doivent venir aussi prendre connaissance des différences d’opinion et d’approches des gens… […] Quand il n’y a plus de lieu pour s’exprimer, eh bien, on est d’abord dans une dictature, une forme de dictature d’état, qui imposait, par la force, à toute une population, hein, sans même l’écouter… c’est ça qui était en cause, et profondément en cause… »

  • 109 Gofman E., Les Cadres de l’expérience, op. cit., p. 472.

73La répression attire souvent l’attention des médias, ce qui peut susciter un courant de sympathie accru envers les organisations victimes de cette répression. Durant l’EUP, les pouvoirs publics semblent ainsi être tombés dans un « piège à cadre109 ». Par cette formule, Erving Goffman souligne que des agents sociaux, par leur propre action, peuvent donner eux-mêmes crédit à une interprétation sociale qui va leur nuire. La brutalité est souvent mal perçue par les journalistes, même quand elle est le fait des forces de l’ordre. Instaurant le drame au cœur du sujet traité, elle peut alors susciter un intérêt disproportionné de la part des journalistes. Par ce processus de dramatisation et d’accentuation, « Plogoff » est devenu un objet médiatique dont le support a été le thème de la « défense de la démocratie » face à la répression exercée par les forces de l’ordre. Sur ce point, les interpellations à Plogoff ont beaucoup choqué, et d’abord des journalistes.

  • 110 Lemieux C., Mauvaise presse, Métailié, Paris, 2000, p. 298-301 et p. 455.
  • 111 Sur ce dernier point, Cf. Martin M., Médias et journalistes de la République, Odile Jacob, Paris, (...)
  • 112 Ouest-France, 5 mars 1980.
  • 113 Ouest-France, 5 mars 1980.

74Les exigences de la rentabilité conduisent généralement les médias vers la modération du contenu de manière à ne repousser qu’un nombre minimum de clients potentiels dans une zone de diffusion donnée. Pourtant, une certaine complaisance que la PQR pouvait exprimer à l’égard des promoteurs de l’atome n’empêchait pas que les journaux puissent aussi intervenir dans le débat nucléaire sous un autre angle. Comme l’a montré Cyril Lemieux, le discours de la presse n’est pas déterminé par une seule ligne de contraintes110. Cet auteur appelle notamment « grammaire », les différentes règles de pratique qui régule le travail des journalistes. Parmi ces grammaires, la « grammaire publique » (la défense de ce qui est posé comme l’intérêt général) peut faire contrepoids à la « grammaire de la réalisation » (en particulier, la logique commerciale). Dans ce cadre, l’éditorial du 5 mars 1980 en page une d’Ouest-France peut-être considéré comme un des tournants de la mobilisation dans la mesure où il fait appel à ce type de grammaire publique. Un journal réputé pour ses positions nuancées s’engageait dans la polémique nucléaire de façon relativement poussée. Titré La consultation de Plogoff, cet éditorial marquait le fait que la direction du quotidien consacrait l’interprétation de « Plogoff » comme révélateur d’un dysfonctionnement de la démocratie. L’article renforçait Ouest-France dans sa figure d’arbitre au moment où le quotidien subissait des attaques, à la fois du côté des promoteurs de l’atome et du côté des opposants au projet de Plogoff. Prompt comme tous les médias à célébrer ses vertus démocratiques, la direction du journal était donc poussée à réagir dans une configuration exceptionnelle qui débordait la routine. Le texte réaffirmait de façon forte l’exigence de la « grammaire publique » de la presse écrite qui avait été au principe de sa fondation, et en particulier de sa refondation après la Seconde Guerre mondiale111. Certes, le texte approuvait une nouvelle fois le projet atomique : « Quand le calme sera revenu, quand l’élection présidentielle aura eu lieu, le chantier démarrera112. » Cependant, l’éditorial mettait aussi en question la démarche des pouvoirs publics : « La solution passe par l’information, l’explication et le dialogue qui doit prendre en compte les diverses opinions pour les aider à dépasser ce qu’elles ont d’égoïstes et de particularistes, en les élevant au niveau du bien commun ; dialogue qui doit aussi nécessairement tenir compte des avis et entraîner des modifications sur les points les plus difficilement supportables des projets113. »

  • 114 Le Monde, 27 mai 1980.

75Ces quelques mots pouvaient paraître trop modérés pour les opposants les plus convaincus. Pourtant, par ce texte, Ouest-France contribuait au cycle de consécration de la mobilisation. Une fois l’enquête achevée, quand il brossait un portrait de « Plogoff », Le Monde reprenait aussi cette thématique, en soulignant les atteintes aux libertés locales : « Le nucléaire révèle le divorce entre la technocratie camouflée sous les procédures de la démocratie formelle et les souhaits populaires d’une démocratie nouvelle à inventer. Comment concilier, aujourd’hui, la volonté de participation des citoyens et les nécessaires décisions nationales ? Plogoff pose la question114. »

  • 115 Pour 1974, Ouest-France annonçait un tirage moyen de 710 000 exemplaires (Ouest-France, 30 mai 197 (...)
  • 116 Entretien.

76Une sorte d’alchimie sociale va faire de « Plogoff » un mouvement d’opposition, non pas « écologiste » ou simplement « égoïste », mais une mobilisation légitime par le fait qu’elle portait les valeurs de la défense de la démocratie. En Bretagne, un combat idéologique avait eu lieu depuis des années autour de la définition sociale de la mobilisation antinucléaire. Elle était « irresponsable » et « illégitime » selon les promoteurs de l’atome. Elle était « visionnaire » et « démocratique » pour les opposants et pour ceux qui les soutenaient. Cette dernière définition s’est imposée au cours de l’EUP. L’éditorial de l’édition du 5 mars 1980 accroché en première page de Ouest-France, quotidien prédominant sur le grand ouest de la France115, pouvait être considéré comme la reconnaissance achevée du discours des opposants et une critique, voilée certes, mais réelle, adressée aux promoteurs de l’atome. Le texte a eu un grand retentissement dans les rédactions locales d’Ouest-France. Les journalistes qui craignaient encore d’exposer leur empathie pour « Plogoff » ont pu s’autoriser plus de libertés dans l’écriture de leurs articles116.

L’enrôlement de journalistes dans la mobilisation

  • 117 Cf. Entretien avec René Pichavant et un portrait paru dans Le Télégramme (Le Télégramme, 16-17 jui (...)

77Si certains journalistes de la PQR ont joué le rôle de conseillers de la mobilisation, d’autres se sont directement mis au service de la mobilisation, via le thème de la défense de la démocratie. À ce titre, le cas de René Pichavant, localier du Télégramme basé à Douarnenez, est particulièrement éclairant117. Né en 1929 à Douarnenez, René Pichavant avait accompli sa carrière de journaliste sur le territoire dont il est natif et avec lequel il possédait des liens indéfectibles. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il avait fait une partie de ses études dans le petit séminaire de Pont-Croix. Il était entré au Télégramme en 1953. Il a contribué à la création de la rédaction du Télégramme sur le secteur de Douarnenez. Promu chef de l’agence de Douarnenez en 1977, il avait suivi tous les développements de la question de l’atome civil dans le département.

  • 118 Entretien.

78Ces liens personnels et professionnels expliquent que, dès l’épisode des barrages à Plogoff en juin 1976, René Pichavant se soit déjà posé en défenseur de la cause plogoffite. Quatre ans plus tard, les événements de l’EUP ont confirmé cette implication du journaliste dans la mobilisation. « C’est mon caractère de cochon qui m’a fait me révolter », a-t-il souligné118. Cette révolte présentait plusieurs dimensions. Il s’agissait d’abord d’une opposition au projet nucléaire à Plogoff. Mais cette révolte concernait également les modalités de la couverture de presse qu’avait choisies son employeur à propos de l’EUP. En effet, au siège de Morlaix, les dirigeants du quotidien appréciaient moins que modérément les tirades antinucléaires du localier qui couvrait la polémique sur la centrale. Parfois, les articles de René Pichavant ont donc été « repris ». Cette pratique est assez habituelle dans la PQR car les secrétaires d’édition manquent souvent de place pour intégrer l’ensemble des articles dans les pages qui sont disponibles. Dans le contexte de « Plogoff », l’enjeu de cette pratique revêtait une dimension toute autre. Le journaliste pouvait crier à la censure, ce qu’il n’a pas manqué de faire. René Pichavant a expliqué :

« … J’éprouvais de la fureur… de voir que je ne pouvais pas exercer mes… le métier que j’avais choisi, c’est-à-dire de rapporter les choses… Le journaliste, normalement, est un témoin, et il dit ce qu’il voit […] Cela a été une gifle à la profession de journaliste que je pensais servir de mon mieux… »

79Dans ce conflit entre un journaliste et sa direction tout reposait sur une question de détail (tel mot supprimé ou telle ligne modifiée, etc.) qu’il est impossible aujourd’hui de reprendre (à supposer que cela soit pertinent). Reste qu’à la lecture du journal, les opposants étaient parfois surpris de l’écart entre le discours du localier, tenue la veille, et ce qu’ils lisaient dans le journal le matin. René Pichavant pouvait donc ensuite se retrouver en difficulté face aux opposants qui estimaient que ces articles étaient trop modérés. La difficulté s’était accrue quand, après une semaine d’enquête, la direction du Télégramme lui avait adjoint un jeune journaliste. Ce renfort était sans doute nécessaire dans un contexte professionnel chargé, mais il avait aussi été choisi pour compenser les prises de position du localier. René Pichavant continuait à couvrir l’enquête, à sa façon, c’est-à-dire en étant proche des opposants. Le jeune journaliste en mission spéciale, assurait, lui, le contact avec les pouvoirs publics, en se rendant par exemple régulièrement au point presse du petit séminaire. La situation s’est stabilisée de cette façon jusque la fin de l’EUP.

  • 119 Entretien.
  • 120 Pichavant R., Les Pierres de la liberté. Plogoff 1975-1980. Chronique, Editions Morgane, Douarnene (...)
  • 121 Pichavant R., op. cit., p. 12.

80Mais cette situation d’équilibre n’avait pas satisfait René Pichavant. Il estimait qu’il se devait de mieux faire savoir ce qu’il pensait de l’EUP. À l’automne 1980, le journaliste a donc publié un ouvrage dans lequel il donnait sa version des faits en revendiquant sa subjectivité. « C’était mon livre, donc je pouvais dire ce que je voulais », a-t-il précisé119. Intitulé Les Pierres de la Liberté, l’ouvrage est une chronique de la mobilisation antinucléaire dans le Cap-Sizun depuis 1975120. Le journaliste l’a écrit à la suite de l’EUP, en reprenant les notes qu’il avait accumulées. Avec un ton vigoureux, l’ouvrage attaque directement les promoteurs de l’atome, le député de la circonscription, le PCF, et les gendarmes mobiles. Dans ce livre qui a bien saisi la « chaleur » de l’événement, Pichavant revendiquait le parti-pris et le ton lyrique qu’il employait : « Je revendique la subjectivité. Viscéralement. Farouchement. Aucune autre façon de rester original, c’est-à-dire fidèle à soi. La belle objectivité que voilà ! Vierge putassière à refroidir, énucléer les plus vigoureux mandrins de l’Intuition, dépouiller l’Esprit au coin de la phrase, trop polie pour être honnête. Nous sommes de tripes et de sentiments, non ? Indissociables. Je le proclame comme ils le ressentent, le cœur près du bonnet. Floc ! En vrac ! Et tant pis pour les éclaboussures121. »

  • 122 Collectif, Plogoff-la-Révolte, Éditions Le Signor, Le Guilvinec, 1980, 84 p. Chiffre cité par Oxyg (...)
  • 123 Oxygène de Bretagne, no 16.

81Ce livre militant a connu un certain succès. Ecoulé à environ 14 000 exemplaires, il a été aussi un support idéologique de la mobilisation. Le journaliste est allé jusqu’au bout de la logique qu’il défendait. Au grand déplaisir de sa direction, il s’est enrôlé dans la cause antinucléaire et s’est rangé dans le camp des opposants à la centrale. Mais cette participation directe au travail de la mobilisation sociale se retrouve aussi dans Ouest-France. Un groupe de huit journalistes a fait également le choix de s’exprimer en dehors des colonnes du quotidien. Là encore, ces journalistes revendiquaient une identité liée au territoire sur lequel ils travaillaient. Paru dès le printemps 1980, le livre intitulé Plogoff-la-révolte a été édité à 20 000 exemplaires122. Écrivain, auteur du Cheval d’orgueil (1975), Per-Jakez Helias concluait ce livret par un texte original titré La boutique du monde. Comme dans l’ouvrage de René Pichavant, cette chronique de l’EUP était une réaction vive et rapide aux événements que les journalistes venaient de vivre. Les journalistes soulignaient : « Nous avons voulu faire un document, pas une œuvre de réflexion. Nous avons raconté l’histoire de Plogoff avec nos tripes. C’est un témoignage cru, un témoignage-coup de poing123. »

82Choqués par les violences du maintien de l’ordre, ils dénonçaient le travail des gendarmes mobiles. Devant l’impossibilité de parler librement dans Ouest-France, les journalistes ont fait le choix d’éditer eux-mêmes le texte, qui était illustré de nombreuses photos prises sur le vif. Théo Le Diouron a précisé :

  • 124 Des opposants avaient constaté que les articles d’Ouest-France sur l’EUP ne « montaient » pas si s (...)

« … Parce qu’on avait encore plein de choses à dire, parce que c’est des temps assez forts, ça. L’enquête venait de se terminer. L’enquête, c’est un mois et demi […] Alors, on a dit un certain nombre de choses et puis… pourquoi on l’écrit collectivement ?… Alors, on se retrouve à plusieurs : “Bon sang, on nous a reproché d’avoir cantonné nos informations dans la page départementale, la majorité de nos informations” […] Et la critique était assez vraie […] ça nous restait sur la patate, ça124… »

83Cet ouvrage présentait donc l’intérêt de donner à la population vivant à l’extérieur du département un condensé des événements. Au grand déplaisir de leur direction, c’était surtout une nette prise de position en faveur de la mobilisation de Plogoff. Comme l’ouvrage de René Pichavant, il a ainsi contribué à la promotion de « Plogoff ». Mais, à nouveau, le discours était axé principalement sur les « atteintes à la démocratie » plus que sur la critique de l’énergie nucléaire. Là encore, les journalistes se sont enrôlés dans la mobilisation par le vecteur de la défense de la démocratie, item qui est au cœur de leur métier.

  • 125 Le Télégramme, 15-16 mars 1980 et 28 mars 1980.
  • 126 Le Télégramme, 28 mars 1980.

84En définitive, la lutte antinucléaire sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun a changé de statut durant l’EUP. Avant l’enquête, l’aire de mobilisation du Cap-Sizun n’était qu’un des nombreux lieux en France sur lesquels une lutte antinucléaire s’était développée. Mais l’enchaînement des faits liés à l’enquête d’utilité a suscité une large couverture de presse qui a agi sur l’opinion publique. Le thème des « atteintes à la démocratie » s’est imposé comme l’interprétation prédominante de l’EUP. Dès le dernier jour de l’EUP, le maire de Plogoff et la présidente du comité de défense de Plogoff avaient bien compris cette logique et ils ont tiré un « bilan positif » des six semaines de l’EUP125. Sans illusion, ils attendaient l’avis des commissaires enquêteurs qui allait être favorable à l’implantation. Mais les antinucléaires percevaient qu’ils avaient réussi un coup marquant dans leur travail d’opposition. En interne d’abord, la nécessité avait obligé les opposants à passer sur leurs divergences afin de pouvoir présenter un front commun. L’EUP a permis de relancer la lutte plogoffite qui avait vacillé à l’automne. Vis-à-vis de l’extérieur, la mobilisation d’importantes forces de gendarmerie semblait valider le slogan antinucléaire, « Société nucléaire, société policière ». Et cette validation tendait aussi à valider, comme par surcroît, le reste de leur discours. Le maire de Plogoff estimait que les manifestations étaient finalement restées dans le domaine du « convenable126 ». En se mobilisant de façon intense, les opposants avaient réussi à « défrayer la chronique ». En effet, les logiques du travail journalistique conduisent en général à une baisse tendancielle du taux d’attention des médias aux faits répétitifs. Dans le cas de « Plogoff », les opposants ont réussi à susciter leur attention durant six longues semaines. Il y a eu une bonne couverture médiatique dans les journaux régionaux. Mais il y a eu aussi une bonne couverture dans les journaux nationaux (Le Monde, Le Figaro, Le Matin de Paris, Libération).

85Hors, dès qu’un événement atteint une certaine ampleur médiatique, il engendre des flux de représentations, de réactions, et d’attentes, qui sont comme réinjectées ensuite dans le processus même de l’événement. Ces flux générés par les médias peuvent avoir, comme en retour, une influence sur une mobilisation. Pendant les six semaines de l’EUP, la médiatisation a contribué à construire le problème de « Plogoff ». Chaque une de journal, chaque article, chaque photo parue, ont été autant de points médiatiques gagnés qui, additionnés, ont permis à la mobilisation de remporter la « bataille de l’EUP ». Un nouveau contexte politique est sorti de l’EUP. À ce moment, le problème de « Plogoff a pris une dimension nationale. Il ne s’agit pas ici d’attribuer à un supposé « pouvoir des médias » la réussite de la mobilisation sociale durant l’EUP à Plogoff. Mais il est possible de souligner qu’un ensemble de processus (activité des opposants, couverture des médias, activation identitaire, maîtrise de la violence, erreurs d’appréciation des pouvoirs publics) a conduit à un large retentissement de « Plogoff ».

  • 127 Par exemple, le 15 mars, une manifestation de soutien à « Plogoff » réunissait deux mille personne (...)

86Cet élan de sympathie se lisait dans l’abondant courrier que la mairie de Plogoff a commencé de recevoir à partir de l’EUP, comme si le périmètre de l’aire de « Plogoff » s’était subitement étendu à la Bretagne, voire au reste de la France127. « Plogoff » avait même pris une dimension internationale, en suscitant l’intérêt de médias allemands, japonais, ou américains. À la façon des comités Larzac quelques années plus tôt, des comités Plogoff étaient créés, surtout en Bretagne, mais aussi dans le reste de la France. Enfin, pour les opposants, la réussite de la mobilisation était validée par le rassemblement antinucléaire des 15 et 16 mars à la pointe du Raz. Environ 50 000 personnes affluaient dans le Cap-Sizun. Le samedi soir, un immense fest noz animé par Alan Stivell, Dan ar Bras et les Sonerien Du, réunissait cinq mille personnes à Plogoff. Au final, « Plogoff » avait donc réussi à problématiser l’exercice de la démocratie dans une société industrialisée. Les opposants au projet de Plogoff avaient réussi à faire passer l’idée qu’une question dite « technique » (construire une centrale nucléaire) peut être reliée à des questions d’ordre abstrait concernant l’organisation de la société (« Quelle dimension donne-t-on à l’expression démocratique ? »).

L’attrape-tout antinucléaire

  • 128 François B. et Neveu E., « Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », inFr (...)
  • 129 Callon Michel, « éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Sai (...)

87Comme Bastien François et Erik Neveu l’ont indiqué, les médias par leur travail sur la réalité contribuent à maintenir une certaine fluidité sociale permanente, en assurant « une forme de service minimum de maintenance d’un espace public unifié128 ». Relayés par les médias, les temps forts de la vie politique (élections) et sociale (grandes compétitions sportives) peuvent accentuer cette fluidité sociale. À partir de ce constat, il est sans doute possible de souligner que « Plogoff », comme d’autres mobilisations emblématiques, a généré ce type de fluidité sociale, ce qui a permis d’accroître brusquement l’audience de cette mobilisation. Cette fluidité sociale peut se construire par un « effet de chaînage ». Michel Callon a notamment mis l’accent sur l’importance des « chaînages » qui peuvent lier des acteurs éloignés129. La fluidité sociale de « Plogoff » a pu se produire par des enchaînements, des enrôlements successifs, qui se sont réalisés, en particulier au moment de l’EUP. Par cet effet de chaînage, la mobilisation sociale a été en mesure de gagner à sa cause des catégories d’acteurs qui n’étaient pas forcément concernées au premier chef par le projet.

  • 130 Ouest-France, 25 février 1980.
  • 131 Le Télégramme, 19 décembre 1979.
  • 132 Cf. MFPF, Dossier de réflexion du Finistère sur la lutte anti-nucléaire, texte dactylographié, 198 (...)
  • 133 Lettre au GFA de Plogoff, 22 février 1980.
  • 134 Lettre au GFA de Plogoff, 4 février 1980.

88Le mouvement antinucléaire était déjà très hétérogène. Mais l’effet de l’EUP va encore accentuer cette hétérogénéité. Pendant et après l’EUP à Plogoff, des séries d’acteurs vont converger à partir de motifs très divers. Par exemple, on l’a vu, la Ligue des Droits de l’Homme accusait les promoteurs de l’atome civil d’atteintes à l’expression démocratique130. L’Union départementale Léo-Lagrange défendait un type de développement basé sur les véritables besoins des travailleurs131. Le Mouvement français du Planning familial (MFPF) craignait l’effet des radiations sur les grossesses132. L’Association de solidarité Occitanie-Bretagne soutenait l’expression d’une identité régionale133. Le journal Le Monde rural (pour la défense de la propriété privée et contre l’oppression économique et fiscale) défendait le droit sacré de la propriété134. La mobilisation faisait donc converger de très nombreux acteurs socio-politiques qui, dans leur secteur particulier, développait des revendications qu’ils avaient pu raccrocher à « Plogoff ».

  • 135 Le Monde, 14 mars 1980.

89Dès la manifestation du dimanche 3 février, la mobilisation contre l’EUP avait pris cette tournure d’« attrape-tout ». Ce dimanche-là, le défilé était très bigarré, accueillant à la fois les opposants capistes, des élus locaux et régionaux ceints de leur écharpe, des organisations écologistes, syndicales et politiques, des délégations des aires de mobilisation du Pellerin, de Flamanville, des militants de l’entreprise Lip, et enfin la multitude des manifestants anonymes. À la fin de l’EUP, le 14 mars, comme s’il lançait un nouveau produit avec un slogan publicitaire, le journal Le Monde titrait sur L’effet Plogoff135. L’expression avait été relevée dans un commentaire de Brice Lalonde qui soulignait l’effet de couture qu’avait suscité la mobilisation de « Plogoff » dans les rangs des écologistes dans un moment où les mouvements sociaux des années 1970 avaient commencé de se déliter. Plus largement, les opposants sentaient assez bien qu’ils avaient remué quelque chose dans le pays.

La fluidité sociale de « Plogoff » dans l’espace géographique du « Grand Chantier »

  • 136 Le Monde, 14 février 1980.

90À partir de l’EUP, l’aire de mobilisation du Cap-Sizun s’est en quelque sorte élargie à une large portion de la Bretagne. L’EUP a permis aux opposants de donner à la mobilisation une résonance régionale, subsumant sous le nom de « Plogoff » l’ensemble du mouvement antinucléaire en Bretagne. Par exemple, des panneaux indicateurs étaient recouverts de la mention « Plogoff » à l’entrée de Rennes, de Redon, et de Vannes, en signe de soutien. Durant l’EUP, les opposants montraient qu’ils s’appuyaient sur cette logique régionale en investissant la salle du conseil régional au cours d’une de ses sessions, pour y répandre une pluie de tracts136. Cette logique d’élargissement régional se lit particulièrement bien à propos des projets d’aménagements annexes à la centrale nucléaire, dans le monde scolaire, et chez les militants du mouvement breton.

  • 137 Il semble qu’EDF avait volontairement limité et fragmenté l’information sur les aménagements annex (...)

91Un premier effet Nimby pouvait expliquer une partie de l’engagement initial des habitants de Plogoff et du Cap-Sizun. Mais dans le cas des implantations de centrales nucléaires, un second effet Nimby s’est ensuite produit, comme à retardement. En effet, l’implantation de la centrale ne nécessitait pas seulement l’aménagement du site industriel proprement dit. Cette implantation impliquait également un ensemble d’aménagements externes qui pouvaient, chacun, susciter une mobilisation, non pas sur le projet de centrale lui-même, mais sur ces aménagements annexes proprement dits. De cette façon, une logique Nimby sud-Finistérienne est apparue au fur et à mesure des annonces concernant la réalité de l’implantation137. L’acheminement de l’électricité produite par la centrale jusqu’aux transformateurs d’où le courant est ensuite réparti entre les diverses zones de consommation demandait la construction de lignes à très haute tension (à partir de 400 000 volts). La construction de ce réseau de nouvelles lignes a très souvent représenté un nouvel enjeu de mobilisation. Plusieurs entrées de contestation étaient possibles pour les propriétaires des terrains visés par EDF pour construire son réseau électrique : les servitudes imposées sur les terres agricoles, l’esthétique des pylônes, les perturbations des ondes radioélectriques sur les animaux, le danger pour la santé. Au nord de Quimper, les habitants de la commune de Briec, dont l’activité économique était à dominante agricole, craignaient par exemple l’emprise des couloirs de lignes sur leurs terres. Les membres du CLIN de Briec, nouvellement constitué, remettaient donc l’ouvrage antinucléaire sur le métier et prenaient le relais du travail d’information lancé depuis 1974 en informant cette fois-ci les exploitants agricoles sur les lignes à THT. D’une façon similaire, dans le Porzay, pays situé entre le Cap-Sizun et Quimper, un « comité de soutien à Plogoff » adressait une lettre ouverte aux maires des communes du pays du Porzay (Locronan, Cast, Plogonnec, etc.) pour leur demander de prendre position sur cette question du passage des lignes à THT sur le territoire du pays du Porzay, également très agricole. Dans le même temps, ces craintes sur les lignes à THT devenaient celles du principal syndicat agricole, la FDSEA. Le syndicat s’interrogeait alors sur la pertinence de la centrale. En 1981, les syndicats d’exploitants agricoles s’investissaient donc dans le dossier par l’entrée qui les concernait, celle des lignes à THT. En mars 1981, les syndicats FDSEA et CDJA du canton de Pont-Croix affirmaient finalement leur opposition à la centrale nucléaire de Plogoff en basant leur rejet sur les contraintes générées par l’emprise foncière et les contraintes liées au grand chantier.

  • 138 L’expression est utilisée par la PQR (par exemple, Le Télégramme, 17 août 1980).

92Cette dimension de la mobilisation concernant les lignes à THT se retrouve également à propos du « puzzle routier138 » imaginé par EDF. L’expression de « puzzle routier » désigne la tactique d’EDF consistant à dévoiler progressivement et par portions limitées les lourds aménagements routiers que la centrale nécessitaient. Cette technique du dévoilement progressif a finalement inquiété beaucoup d’agriculteurs de la région située entre le Cap-Sizun et Quimper, inquiétude alimentant à nouveau la mobilisation en cours.

93Enfin, l’accueil d’une implantation industrielle nécessitait d’assurer l’approvisionnement en eau potable pour les nouveaux habitants. Des rumeurs sur la construction d’un barrage qui aurait été envisagé à la baie des Trépassés, près de la pointe du Raz, semble avoir fait basculer des Capistes hésitants dans la mobilisation. D’une façon similaire, à Beuzec-Cap-Sizun, commune principalement agricole, une mobilisation a émergé quand des recherches d’eaux souterraines étaient entreprises par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). Les opposants y voyaient une action des promoteurs de la centrale cherchant à s’assurer des ressources suffisantes en eau potable pour le futur chantier. Le conseil municipal de Beuzec votait contre les forages. Une manifestation se tenait prête à empêcher des travaux, des guetteurs étaient postés sur la commune de Beuzec-Cap-Sizun, des comptes étaient demandés à l’administration. Les foreurs renonçaient finalement.

  • 139 Le Télégramme, 9 mars 1981.

94Sur le même thème de l’eau douce nécessaire au chantier nucléaire, une manifestation était encore organisée en mars 1981 par les « comités Plogoff » des communes de Locronan et de Plogonnec et par l’Association pour la protection des salmonidés139. Mille personnes environ effectuaient une « marche antinucléaire » de quatre kilomètres en pays Glazik (région quimpéroise) depuis Plogonnec jusque Locronan. Les manifestants protestaient contre la construction de réservoirs et de canalisations destinées à amener de l’eau douce vers le Cap-Sizun. Les manifestants donnaient à nouveau à leur défilé une allure de « troménie antinucléaire ».

  • 140 Lettre de l’ADPOBLE au Président du Conseil général du Finistère, 4 octobre 1979 (lettre restée sa (...)
  • 141 Tract de l’ADPOBLE, « Le barrage de Lémézec sur l’Aulne », janvier 1980, 2 p. dactylographiées.

95La recherche d’un approvisionnement en eau potable va aussi faire essaimer la mobilisation antinucléaire dans le centre-Bretagne. Un projet de barrage au village de Lémézec, à Poullaouen, commune située sur le bassin de l’Aulne, a d’abord généré à Poullaouen la création d’une « Association de défense des personnes opposées au barrage de Lémezec » (ADPOBLE). Appuyé par vingt et une organisations, dont la FDSEA, le MODEF, le CDJA, des associations de pêche, des associations écologistes (SEPNB) et des associations de consommateurs, le nouveau comité écrivait au conseil général du Finistère pour demander un débat public en session140. Un nouveau comité antinucléaire local était créé à Carhaix. Les opposants affirmaient que « le syndicat mixte de l’Aulne sera fournisseur d’eau douce pour la future centrale nucléaire de Plogoff141 ».

  • 142 Cf. Radio-Armorique, 3 mars 1980, journal de 7 h 15 (Archives départementales du Finistère, 1235 W (...)

96L’impact de « Plogoff » a été fort dans les écoles et les universités. En Bretagne, un grand nombre de lycéens et d’étudiants a manifesté pour défendre la cause de « Plogoff », en particulier au moment de l’enquête de l’EUP. Le monde scolaire a aussi été enrôlé et pris dans cette logique de chaînage qui a amené de plus en plus de soutiens à la mobilisation et qui a suscité cette relative fluidité sociale à propos de la polémique nucléaire. Dans ce soutien du monde scolaire, le thème de la défense de la démocratie était principal. À partir de la première quinzaine du mois de mars, alors que l’EUP approchait de son terme, la presse régionale rendait compte de l’élargissement de la mobilisation à travers des articles sur une série de manifestations dans la région142. Des manifestations avaient d’abord lieu dans plusieurs villes du pays bigouden (Plozévet, St-Guénolé, Le Guilvinec), dans le nord du Finistère (Brest et St-Renan), et dans le Morbihan (Lorient).

  • 143 Le Monde, 2 février 1980.
  • 144 Ouest-France, 6 février 1980.
  • 145 Ouest-France, 14 mars 1980.
  • 146 Ibid.

97Cet élargissement concernait aussi les lycéens dans plusieurs villes de Bretagne. À Quimper, dès le début de l’enquête, deux mille cinq cents lycéens avaient créé la surprise en se retrouvant pour un sit-in et un défilé silencieux143. À Brest, début février, 1 500 lycéens tenaient une assemblée générale le matin, et défilaient en ville l’après-midi144. Des contacts étaient noués entre établissements dans le but de créer un « comité de soutien lycéen à Plogoff ». Les lycéens et les étudiants les plus motivés par la mobilisation ont même fait le déplacement, par exemple depuis Rennes jusqu’à Plogoff. L’implication du monde scolaire dans « Plogoff » se lit aussi à travers des commentaires d’associations de parents d’élèves. Ainsi, à la fin de l’enquête, le « comité de liaison » des conseils de parents d’élèves des écoles maternelles et primaires du canton de Concarneau donnait publiquement son soutien à « Plogoff145 ». L’organisation motivait son engagement par la dimension « anti-démocratique » de l’enquête d’utilité et par ses « idéaux de justice et de tolérance à enseigner aux enfants146 ».

  • 147 Le Télégramme, 28 janvier 1980.
  • 148 Cette expression consacrée est utilisée par Bergougnioux in,Bergougnioux A., « FEN », in Sirinelli(...)
  • 149 Alain Bergougnioux situe l’apogée de la FEN en 1978. À ce moment, le syndicat rassemblait en Franc (...)

98Synchrone de cet engagement de lycéens et de parents d’élèves, des syndicats d’enseignants ont apporté leur soutien à « Plogoff ». Syndicat majoritaire, la FEN du Finistère avait posé un préavis de grève pour la première journée de l’EUP, le 31 janvier147. Cette position de la FEN était très importante, car ce syndicat, considéré comme une véritable « forteresse enseignante148 » dans la seconde moitié du XXe siècle, était doté d’une grande influence dans le secteur scolaire149. En s’impliquant contre le projet de centrale nucléaire dans le Cap-Sizun, la FEN contribuait un peu plus à la fluidité sociale de « Plogoff ».

Une amplification de la réactivation identitaire bretonne

  • 150 Cf. Simon P.-J., La Bretonnité. Une ethnicité problématique, Terre de Brume/PUR, Rennes, 1999, 209 (...)
  • 151 Simon P.-J., op. cit., p. 84.
  • 152 Simon P.-J., op. cit., p. 86.
  • 153 Le Coadic R., L’Identité bretonne, op. cit.
  • 154 Monnier J.-J., Le Comportement politique des Bretons, 1945-1994, op. cit., p. 349.
  • 155 Ibid., p. 350.
  • 156 Le Coadic R., L’Identité bretonne, op. cit., p. 62-63.

99Selon le sociologue Pierre-Jean Simon150, le concept d’ethnicité permet de mieux saisir ce qui, dans les espaces sociaux, se manifeste par la culture. Associant un territoire au facteur x des représentations sociales, l’ethnicité peut être un outil d’analyse rigoureux à partir du moment où il est strictement défini. « Une collectivité ethnique se définit le plus souvent par rapport à un territoire propre, un milieu géographique et écologique, investi de représentations, de souvenirs, de sentiments partagés », écrit P.-J. Simon151. L’ethnicité est un phénomène identitaire universel concernant des ensembles sociaux flous mais le plus souvent assis sur un territoire donné. Elle ne peut se percevoir que par rapport à d’autres ensembles sociaux. Dans ce cadre théorique, Pierre-Jean Simon a posé qu’il existe une « bretonnité », associant le territoire de la Bretagne à un ensemble de représentations sociales. Il existe un attachement spécifique à ce territoire qui, pour le Breton, « ne peut avoir aucun véritable équivalent dans le monde et dont il éprouve volontiers la nostalgie quand il en est depuis un certain temps éloigné152 ». Un certain sentiment d’être Breton est effectivement une réalité socio-historique que le sociologue Ronan Le Coadic a aussi décrite153. Dans son étude sur le comportement politique des Bretons, Jean-Jacques Monnier cite une série de sondages menés auprès de milliers de personnes par l’observatoire interrégional de la politique dans les années 1980 qui font apparaître que la population bretonne est la région où le sentiment d’appartenance prioritaire à l’état français est le plus faible de toutes les régions (24 % en Bretagne et 28 % en Alsace154). Pour Monnier, « la Bretagne se caractérise donc par une conscience régionale forte155 », cette conscience étant d’ailleurs plus forte en Basse-Bretagne qu’en Haute-Bretagne156.

  • 157 Lebesque M., Comment peut-on être Breton ? Essai sur la démocratie française, Le Seuil, Paris, 197 (...)
  • 158 Hélias P.-J., Le Cheval d’orgueil. Mémoire d’un breton du Pays Bigouden, Plon, Paris, 1975, 575 p.

100Cette bretonnité s’est actualisée au cours des années 1970 qui ont été marquées par un renouveau de ce qui était appelé « minorités nationales » et « cultures régionales », renouveau dont l’existence a déjà été soulignée dans ce travail en ce qui concerne la participation de musiciens bretons aux fêtes antinucléaire. Publié en 1970, l’ouvrage du journaliste Morvan Lebesque, Comment peut-on être Breton ?, était à l’époque le manifeste de ce renouveau157. Dans un style plus littéraire, le livre de Per-Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil, illustrait aussi un intérêt nostalgique pour le passé pré-industriel de la Bretagne158. Dans une certaine mesure, cette nouvelle revendication de la bretonnité prenait pour une part la place de la revendication économique qui était prédominante dans les années 1950 et 1960. Paradoxalement, alors que l’emploi était le véritable enjeu régional, la culture semblait prendre le devant de la scène.

101Comme on l’a vu (chapitre 2), dès le milieu des années 1970, le projet nucléaire qui concernait à l’époque plusieurs sites avait activé l’identité bretonne. Les opposants dénonçaient notamment la « centrale coloniale ». Ce type de discours régionaliste restait assez général et abstrait. L’identité bretonne était mobilisée d’une façon plutôt stratégique afin d’alimenter l’argumentaire antinucléaire. Mais le moment particulier de l’EUP à Plogoff semble avoir eu pour effet d’activer l’identité régionale sur un mode plus émotionnel. Par ce passage au stade des émotions, l’EUP a amplifié l’effet de réactivation identitaire. Quand la lutte antinucléaire s’est complètement incarnée sur les territoires de Plogoff et du Cap-Sizun, l’impact identitaire a été comme surmultiplié. Ce fait semble confirmer que l’activation de l’identité bretonne peut s’opérer à la condition d’en passer par la défense d’un territoire précis, commune ou pays, et non pas d’abord par la défense d’une région « Bretagne » qui serait comprise comme un tout. La défense du « coin » semble primer sur la défense de la « Bretagne » en tant qu’entité.

  • 159 Snow D. et al., « Frame Alignment Processes, Micromobilization and Movement Participation », op. c (...)
  • 160 Braud P., L’Emotion en politique, Presses de la FNSP, Paris, 1996, p. 182 et suiv.
  • 161 Chazel F. (dir.), Action collective et mouvements sociaux, PUF, Paris, 1993, p. 156.

102Snow a montré que ce processus cognitif qui lit deux faits sociaux, dans le cas présent le mouvement antinucléaire et une identité régionale, peut être analysé en termes de frame bridging (en français « rapprochement interprétatif159 »). Ce rapprochement interprétatif permet d’établir un lien entre deux cadres d’interprétation, au départ structurellement séparés, ici un sentiment identitaire régional et une contestation antinucléaire. Pour Philippe Braud, cet impact de l’identité est le chaînon manquant qui permet d’expliquer comment une mobilisation sociale peut finalement se cristalliser160. Le sentiment d’une identité partagée est le levier qui peut faire décoller une action collective. Plus précisément, François Chazel évoque, lui, une « libération cognitive » pour souligner l’action de processus symbolico-cognitifs sur une mobilisation sociale161. Cette libération cognitive peut se produire quand la mobilisation collective entre en résonance avec une structure sociale de signification comme le sentiment identitaire. Dans cette logique, la mobilisation antinucléaire, spécialement lors de l’enquête d’utilité publique, semble avoir activé la bretonnité de nombreux agents sociaux, en Bretagne mais aussi sur l’ensemble du territoire national.

  • 162 Je remercie ici chaleureusement M. Jean Moalic pour le prêt de sa documentation personnelle.
  • 163 Le Matin, 8 décembre 1980. Outre la réussite symbolique, le succès était aussi financier car les f (...)
  • 164 Source corpus de lettres au GFA de Plogoff (N = 490).

103Constitué en 1979 pour contrer les expropriations, le GFA a rencontré un grand succès, surtout à partir de l’EUP. Une analyse de 490 lettres adressées au GFA entre juillet 1979 et septembre 1980 a montré que les trois quarts des lettres (76 %) avaient été adressées entre février et mai 1980, c’est-à-dire à partir du début de l’EUP jusque la « Pentecôte antinucléaire » de mai162. À la fin de l’année 1980, le GFA annonçait qu’il possédait 11,60 hectares réunissant 5 493 participants163. Cet ensemble de lettres illustre bien les logiques explicites ayant motivé les soutiens à « Plogoff164 ». Le sentiment de défendre la Bretagne et son identité apparaît très clairement dans ces lettres.

104Pour la plus grande part, ces soutiens épistoliers à « Plogoff » proviennent effectivement de la Bretagne : 23 % des courriers ont la Bretagne (Bretagne historique à cinq départements) comme origine. La marque identitaire se lit en particulier à travers l’usage de la langue bretonne. Quelques lettres seulement ont été écrites en breton, d’autres, plus nombreuses, commencent ou se terminent par des formules également rédigées en breton : « Paotred ! » (« Salut les gars ! »), « A vir gallon » (« De tout cœur avec vous »).

  • 165 Le rejet dans la mer par la société italienne Montedison de résidus provenant de la production de (...)
  • 166 « Toute domination symbolique supposent de la part de ceux qui la subissent une forme de complicit (...)

105De manière générale, l’identité bretonne s’exprime de façon plutôt individuelle. On cite l’attachement à sa localité de naissance ou à sa famille. Un finistérien encourage « Plogoff » : « Nous sommes près de vous chaque jour à 17 h et c’est notre combat à nous Bretons de Guipavas que vous menez. » Une autre lettre insiste encore : « Ayant des attaches familiales dans la région, ma mère est née à Plovan, je me permets de vous apporter mon soutien. » à côté de cela, la revendication politique régionaliste s’exprime aussi, mais moins souvent. Elle relie le combat contre le nucléaire et le mouvement régionaliste, comme celle de l’association de solidarité Occitanie-Bretagne qui réclame « un référendum breton sur le nucléaire » et souligne que « le combat contre la centrale nucléaire de Plogoff aura, comme celui contre les boues rouges pour la Corse165, une importance historique ». Une bretonne souligne « l’obstination des Bretons166 à défendre leurs droits vitaux constamment bafoués ». Depuis Glomel (Côtes-d’Armor), un agriculteur engagé dans le champ politique dénonce « le régime colonial que nous subissons depuis si longtemps ». Un Rennais qui clame son attachement régional dénonce encore « ceux qui veulent nous déposséder de notre pays et de nos droits sur celui-ci ».

  • 167 Le patronyme Morgat est indiqué en entête.
  • 168 On retrouve ici le thème de « Vivre et travailler au pays », très présent dans les conflits sociau (...)
  • 169 Revue militante du mouvement régionaliste breton.

106Dans cet ensemble de courriers, 35 lettres ont été adressées par des Bretons installés hors de leur région d’origine. On y lit plusieurs fois le soutien des antinucléaires du port militaire de Toulon, une ville comptant beaucoup de familles de marins bretons dans sa population. Depuis Strasbourg, on souligne encore le lien de l’identité bretonne : « J’espère pouvoir vous aider parce que, avec Raymonde, nous sommes très attachés à la terre bretonne qui est aussi la sienne (ma femme est de Nevez près de Concarneau). » On s’enflamme : « Comme vous pouvez vous en apercevoir par mon nom167, je suis Breton et donc très sensibilisé à ce qui se passe à Plogoff. » Une enseignante « émigrée à Toulouse pour les besoins de l’éducation nationale (mais originaire du Morbihan) » suit la lutte avec « passion » et « intérêt ». Dans le Rhône, un couple se confie : « Arrivés à plus de 50 ans, nous n’avons jamais pu travailler en Bretagne168. Si nous pouvons y revenir à la retraite, que ce ne soit pas dans un pays ravagé. » Le même souci est exprimé par un Breton de Laval : « Ayant passé mon enfance au bourg de Plogoff, vous devinez que je suis sensibilisé à la construction éventuelle de la centrale. Et cela, bien que je sois provisoirement établi à Laval, en attendant un retour dans le Finistère. » Un étudiant souligne : « Il y a ici à Lille un groupe important d’étudiants bretons et, bien qu’assez éloignés, nous nous sentons solidaires des actions menées à Plogoff et dans la Bretagne pour cette affaire. » Enfin, un lecteur de la revue Combat breton169 écrit depuis Châteauroux et, en reprenant le thème de la Mère-Patrie, élargit son sentiment d’attachement au sentiment maternel : « Sachez que je suis entièrement acquis à votre cause. Je regrette fort de ne pas pouvoir me rendre utile sur les lieux de l’action, bien que je suis certain que vous faîtes le maximum […] Vive la Bretagne, notre mère. »

  • 170 Selon Le Monde des 28-29 avril 1974, la « diaspora » bretonne de la région parisienne compte 600 0 (...)

107Enfin, 21 % de ces 490 lettres proviennent de la région Ile-de-France. Dans un tiers de ces lettres franciliennes, des « Bretons de Paris170 » se présentent comme tel (« Bretons de Paris »). Ainsi, un de ces « Bretons de Paris » félicite Plogoff pour sa « résistance à l’envahisseur nucléaire français ». Depuis l’Essonne, un « parisien » s’indigne : « On nous a déjà tout volé : culture, langue, les terres et même on voudrait nous prendre la mer sans même nous demander notre avis » et il souligne en conclusion de sa lettre : « N’oubliez pas que nous vivons où nous pouvons mais nous sommes toujours et avant tout des Bretons. Sincères amitiés bretonnes. »

  • 171 Il s’agit de Malo, Brieuc, Samson (à Dol), Paterne (à Vannes), Tudual (à Pabu), Pol Aurélien (en L (...)

108La bretonnité semble bien avoir été puissamment réactivée par la lutte de « Plogoff ». Conscient de cet impact de la mobilisation antinucléaire sur le sentiment de partager une même identité régionale, les opposants au nucléaire vont à nouveau se lancer dans une campagne systématique d’information auprès de la population de la région. Durant l’EUP, du 18 au 23 février 1980, une quinzaine d’opposants des CLIN et du comité de défense de Plogoff a effectué un tro Breizh, un tour de Bretagne pour informer et sensibiliser la population bretonne. L’appellation de tro Breizh renvoyait explicitement à une tradition religieuse bretonne (des pèlerins accomplissaient à pied un tour de Bretagne en prenant pour étape les villes où étaient honorés les sept saints considérés comme les fondateurs de la Bretagne171).

109Nombre d’opposants considéraient aussi qu’il y avait déjà beaucoup de manifestants à Plogoff et qu’il serait plus profitable de susciter la création de comités Plogoff dans la région. Loin d’être toujours en accord avec les échauffourées serrées de Plogoff, ce choix des écologistes politiques correspondait à leur souhait de promouvoir une action plus enracinée et non-violente. Une caravane formée de voitures visitait donc dix-sept villes à raison d’une moyenne de trois par jour. Les écologistes politiques étaient accompagnés de deux membres du comité de défense de Plogoffqui apportaient un ancrage territorial au discours antinucléaire. Après des années de mobilisation et de formation sur le thème de l’atome, ils étaient devenus très compétents pour dénoncer les dangers de l’énergie nucléaire. Chaque visite comprenait au moins une réunion publique durant laquelle une exposition de photographies et un montage audiovisuel antinucléaires étaient proposés au public. Ce tro Breizh antinucléaire a sans aucun doute contribué, lors d’un moment-clé, à appuyer « Plogoff» sur l’identité bretonne.

110En changeant de terrain pour passer au niveau régional, en sortant du Cap-Sizun pour prendre la route, les opposants faisaient rebondir la polémique et la canalisaient vers un travail plus explicatif. Les opposants se saisissaient de la réactivation identitaire bretonne, en espérant que cette réactivation identitaire puisse en retour produire un effet de conviction chez de nombreux habitants de la région, ce qui permettait de donner une dimension beaucoup plus large à la mobilisation. Si les mobilisations antinucléaires, puis l’EUP, ont réactivé l’identité bretonne, cette identité bretonne a effectivement provoqué en retour un effet de conviction contre la centrale chez de nombreux habitants de la région.

111Cependant, cet effet identitaire ne doit pas être non plus surévalué. Lors d’un entretien, l’avocat Yann Choucq, qui a été un des défenseurs de la cause bretonne, a justement souligné que « si les militants bretons se retrouvaient dans la lutte de “Plogoff”, ça ne veut pas dire que les gens de Plogoff se retrouvaient forcément dans la lutte des militants bretons ». « Plogoff » a bénéficié d’un certain sentiment identitaire breton, mais sans se faire le porte-drapeau d’une cause bretonne plus politisée. Cet aspect diffus de l’effet identitaire a sans doute permis à « Plogoff » de profiter de l’effet de rapprochement interprétatif, sans pâtir d’une position trop marquée politiquement.

« Plogoff » et le mouvement breton

  • 172 Combat breton, no 2 (nouvelle série), avril 1979.
  • 173 Combat breton, no 12, mars-avril 1980.

112Pourtant, la mobilisation de Plogoff a aussi trouvé l’appui des militants les plus convaincus de la cause bretonne. Relancé en 1979, le journal Combat breton édité par le groupe autonomiste Argad ! Breizh (« à l’assaut ! Bretagne ») dénonçait le « totalitarisme électrique » et il tenait également l’agenda des rendez-vous manifestants des antinucléaires172. Durant l’enquête, Combat breton associait « Plogoff » et le mouvement breton : « Il est clair qu’aujourd’hui le mouvement breton doit se cristalliser sur la lutte menée à Plogoff. Cette lutte, forme actuelle d’un mouvement social breton qui retrouve sans cesse une nouvelle vigueur, marque la volonté d’indépendance du peuple breton face à un modèle de développement imposé par l’état français, c’est-à-dire à la fois centraliste et capitaliste […] une unanimité anti-nucléaire, et par conséquent anti-française, s’établit là et doit s’étendre à toute la Bretagne173. »

  • 174 Ouest-France, 23 mars 1980.
  • 175 Le Télégramme, 4 avril 1980.

113Le journal faisait aussi passer des bons pour acquérir des parts du GFA de Plogoff. L’association culturelle Ar Falz (« La Faucille ») estimait que le projet plogoffite allait dénaturer le site de la pointe du Raz. Elle dénonçait le déploiement des forces de l’ordre, mais interprétait surtout le « combat de Plogoff » comme un combat « pour la survie d’une communauté, pour la préservation de ses valeurs humaines et finalement pour le droit de vivre au pays174 ». Enfin, la « Fraternité des druides, bardes et ovates de Bretagne » se fendait également d’une motion pour demander l’abandon du projet plogoffite175.

  • 176 Cf. Le Peuple breton, no 188, juillet-août 1979 et entretien avec Yves Jardin, militant de l’UDB.
  • 177 Le Peuple breton, no 195, « Nucléaire : ce qui est en jeu. Un débat du Peuple breton », mars 1980 (...)
  • 178 Le Télégramme, 12 mars 1980.

114Mais le parcours idéologique de l’Union démocratique bretonne (UDB) dans les années 1970 est plus significatif du mouvement par lequel « Plogoff » a été associé à la cause bretonne. Les militants politiques de l’UDB étaient beaucoup plus distants par rapport au mouvement antinucléaire que ne l’étaient les acteurs de la vie culturelle. En effet, basé sur l’idée du développement des forces productrices, un type de discours marxiste de l’UDB n’était pas défavorable à l’idée de l’industrialisation de la région en recourant à la technologie nucléaire. Dans cette optique, la promotion d’une industrie bretonne prenait le pas, dans l’esprit de certains militants du mouvement breton, sur l’argumentaire écologiste, peu valorisé chez les marxistes176. Pour le parti autonomiste, l’énergie nucléaire n’était donc pas le mal absolu. Cependant, il rejetait le projet « surdimensionné » de Plogoff. Pour l’UDB, l’électricité produite par la centrale de Plogoff serait « exportée » et non pas consommée dans la région. Sans doute sous l’influence de ses militants sociaux-démocrates ou chrétiens progressistes (l’UDB étant une « union », elle associait donc plusieurs courants idéologiques) et sous la pression des opposants à l’atome civil, l’UDB s’est finalement engagée pleinement contre le projet de Plogoff. Mais elle défendait aussi le projet d’une centrale électrique à charbon à Brest (2 x 600 Mw177). Avec le PS, le PSU, la SGEN-CFDT et des groupes culturels bretons, l’UDB rejoignait le « Front progressif culturel breton » (FPCB) qui manifestait une opposition claire à l’énergie nucléaire et la « nécessité d’un développement économique et humain de la Bretagne, qui puisse garantir un travail au pays et conserver à chacun son identité culturelle178 ».

115« Plogoff » a donc bénéficié du soutien des militants du mouvement breton qui tenait un discours très explicite. Mais la mobilisation a surtout profité de la réactivation d’une identité bretonne, certes diffuse, mais vive dans une large partie de la population. En créant un effet de conviction, cette dimension identitaire ajoutait encore à la fluidité de la mobilisation.

La fluidité sociale de « Plogoff » dans l’espace national

116La force et l’impact de la mobilisation de « Plogoff » a contribué à relancer le mouvement antinucléaire en France, relance qui s’appuyait sur le thème plogoffite des « atteintes à la démocratie ». La mobilisation était relayée sur le territoire national par les médias, mais aussi par le GFA de Plogoff et par les nombreux comités Plogoff. Pour les acteurs mobilisés, le lien avec la mobilisation du Larzac avait aussi pour but d’agir de façon concertée pour accroître la dimension nationale des deux mobilisations.

  • 179 La Gueule ouverte, no 304, 19 mars 1980.

117En même temps qu’elle a donné à « Plogoff » son statut de problème politique national, l’EUP a eu pour effet de remettre au premier plan le débat sur le programme nucléaire du gouvernement. Après les violences de la manifestation de Malville en juillet 1977, le mouvement antinucléaire avait connu un reflux, lié aussi sans doute au tournant idéologique du milieu des années 1970 marqué par un net déclin du militantisme. Le choix de jouer le jeu des consultations électorales lors des législatives de mars 1978 et lors des européennes en 1979 semble avoir dessillé les yeux des militant les plus rêveurs qui pouvaient encore croire à la rapide réalisation de leurs utopies. Il était symptomatique que le numéro 304 de La Gueule ouverte qui, en mars 1980, consacrait huit pages à « Plogoff » soit aussi un numéro « spécial faillite179 ».

118« Plogoff » représentait donc une bouffée d’air frais pour la militance antinucléaire. La création d’un comité parisien de soutien à Plogoff illustre cet aspect. En avril 1980, comme en 1975 en Bretagne, ce comité se lançait dans une série de mini meetings d’informations dans les différents quartiers de la capitale pour faire passer le message antinucléaire dans le fin maillage de la vie sociale. Alors que le mouvement antinucléaire français était en perte de vitesse, que le décret d’autorisation de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine venait d’être pris, « on » se battait encore à Plogoff, cette obstination séduisant aussi la presse. Cette résurrection antinucléaire était inespérée.

  • 180 Le Monde, 19 avril 1980.
  • 181 Écologie, no 327, 16 avril au 7 mai 1980.
  • 182 Le Monde, 6 décembre 1980.

119Les événements de Plogoff semblaient confirmer le discours des écologistes politiques sur « l’électro-fascisme ». C’est donc logiquement le thème des « atteintes à la démocratie », qui avait été prédominant dans l’interprétation de l’EUP à Plogoff, qui allait servir à relancer le mouvement antinucléaire. Le MEP (Mouvement pour une écologie politique) estimait que « l’enquête d’utilité publique apparaît, une fois de plus, comme une grotesque hypocrisie180 ». En une d’un numéro spécial sur « Plogoff », le bimensuel écologie titrait en grosses lettres noires : « Plogoff : la dictature EDF181 ». Sur « Plogoff », les écologistes scientifiques tenaient le même discours. Le porte-parole de la Fédération française des sociétés de protection de la nature (FFSPN), soulignait par exemple à propos de son choix de s’intégrer aux processus de décision des institutions : « La FFSPN est obligée de constater que c’est, de par la volonté des pouvoirs publics, une voie sans issue lorsqu’il s’agit de l’énergie nucléaire. Elle trouve choquant de voir le chef de l’état, des membres du gouvernement, de hauts responsables des grands corps de l’état, mépriser à ce point leurs concitoyens qu’ils ne leur laissent le choix qu’entre la résignation ou la violence182. »

120Plus ou moins nuancé selon les organisations, ce thème de « l’électro-fascisme » va monopoliser désormais le débat sur l’atome civil, alors que d’autres thèmes passaient relativement au second plan (utopie écologiste, effets des radiations sur la santé, etc.). L’EUP à Plogoff montrait que les forces de l’ordre utilisaient des moyens de répression excessifs (voir le débat sur les grenades « offensives »). Les opposants avaient dénoncé l’iniquité de la loi « anti-casseurs ». Des journalistes avaient été molestés. Les procès de manifestants à Quimper avaient donné lieu à un exceptionnel déploiement de forces dans les rues de Quimper. Suite à la suspension de Maître Choucq, une mobilisation sociale s’était déroulée dans plusieurs barreaux d’avocats de France. Les apparences jouaient contre les pouvoirs publics, faisant basculer dans le camp des opposants à l’atome civil des agents sociaux jusque-là indifférents ou indécis à propos de la question de l’énergie nucléaire.

121Le GFA de Plogoff a alors été un outil très utile pour promouvoir la mobilisation de Plogoff en dehors de la Bretagne. L’achat d’une part du GFA permettait de s’engager sur mode individuel, sans nécessiter une participation plus contraignante. Les bons de commande de parts du GFA étaient régulièrement publiés dans la presse écologiste (La Gueule ouverte, Le sauvage, écologie, Combat nature, Le Courrier de la Baleine, Oxygène). Cependant, l’analyse du corpus de 490 lettres adressées au GFA de Plogoff a permis de montrer que les acheteurs de parts de GFA ne se contentaient pas de l’acquisition d’une part. Dans 15 % du corpus analysé, un sentiment d’admiration est exprimé explicitement. Allié à des convictions partagées, ce sentiment d’admiration semble avoir poussé les épistoliers à investir davantage encore dans la mobilisation, comme pour rendre l’émotion que « Plogoff » leur procurait. Le caractère exemplaire de « Plogoff » est aussi souvent souligné dans des comparaisons faites avec des luttes antinucléaires ou avec d’autres luttes qui n’avaient pas eu le même impact. Les correspondants diffusaient aussi dans leur environnement proche de l’information sur « Plogoff », jouant ainsi un rôle de relais sur une grande partie du territoire (25 % des lettres du corpus analysé annoncent une action de diffusion des parts de GFA). L’analyse fait donc apparaître un intense travail de promotion. Ce travail de diffusion a permis de faire connaître le nom de « Plogoff » sur une large partie du territoire métropolitain. De plus, ce travail de relais n’a pas seulement été effectué de façon individuelle. L’analyse du corpus de 490 lettres adressées au GFA a fait apparaître que des organisations militantes (les Amis de la Terre, la CFDT par exemple) ont aussi participé à la diffusion de bons du GFA. C’est de cette façon une grande partie des réseaux du mouvement écologiste, et au-delà, qui a contribué à la promotion de « Plogoff ». Le nom de « Plogoff » a donc largement circulé à travers l’espace social, touchant encore des agents sociaux d’origine très diverses.

  • 183 Ouest-France, 4 février 1980.
  • 184 Hardy Y. et Gabey E., L… comme Larzac, op. cit., p. 163-165.
  • 185 Ouest-France, 7 décembre 1978.

122« À Plogoff, hier, on a eu le sentiment que les Bretons avaient désormais, eux aussi, leur Larzac », écrivait un journaliste de Ouest-France durant l’EUP183. Cette comparaison de « Plogoff » avec une mobilisation devenue emblématique sur le plan national montrait que les opposants de « Plogoff » avaient également réussi à accéder à ce statut un peu particulier de porte-drapeau des mouvements sociaux, que possédaient le « Larzac » et les « Lip » par exemple De fait, « Plogoff » et le « Larzac » ont cherché à renforcer le lien qui les unissait pour accroître ensemble leur dimension nationale. Ayant débutée en 1971, le « Larzac » était une mobilisation sociale à la fois antimilitariste et écologiste, mais, sur place, les paysans mobilisés défendaient principalement un pays auquel ils étaient fortement attachés par des liens économiques et culturels. Le slogan « Gardarem lo Larzac » exprimait cet attachement. Il ressemblait à celui de « Plogoff », « Notre pays n’est pas à vendre ». Les similitudes étaient d’ailleurs fort nombreuses entre le « Larzac » et « Plogoff » (forte détermination, GFA, bergerie, marches, promotion de la non-violence, etc.). Ces similitudes provenaient du fait que le « Larzac » avait servi, pour partie, de modèle aux antinucléaires bretons. De cette façon, en décembre 1978, l’adjointe au maire de Plogoff, Amélie Kerloc’h, faisait directement référence à la « marche sur Paris » des paysans du Larzac, pour installer leurs moutons devant la Tour Eiffel en 1972, puis à nouveau en décembre 1980184. « Préparons-nous pour notre marche, nous aussi, sur Paris », proposait-t-elle aux opposants via la presse185. L’EUP avait également suscité la création de « comité Plogoff » dans de nombreuses villes de France, sur le modèle des « comités Larzac » (il est d’ailleurs probable que les militants de ces comités puissent avoir été parfois les mêmes personnes).

  • 186 Texte dactylographié anonyme, 15 avril 1980, 4 p.

123Les deux mobilisations, comprenant qu’elles avaient, toutes les deux, réussi à s’imposer dans le débat public national ont choisi de consolider cette position en se soutenant mutuellement. Des liens étroits les unissaient, elles suivaient avec attention les développements de l’autre. Par exemple, dès la fin de l’EUP, un car complet (une soixantaine de Plogoffites et de militants écologistes) partait pour le Larzac durant une semaine, en particulier dans le but de trouver des idées pour la « Pentecôte antinucléaire » de mai 1980. Contant ce voyage au Larzac des opposants bretons en avril 1980, un texte anonyme d’un opposant breton à l’atome civil, titré Plogoff-Larzac : la fusion des luttes, insistait sur cet aspect : « La délégation de Plogoff […] a découvert que le refus du projet d’extension du camp militaire s’est toujours accompagné de constructions diverses : bergerie du refus, adduction d’eau, branchement de téléphone, création du GFA et autres gestes de vie. Tout cela sans souci de la légalité mais justifié par la légitimé volonté de vivre au pays malgré les projets fous des déménageurs du territoire. Notions quelque peu nouvelles pour Plogoff, malgré son GFA et sa bergerie sauvage, eux aussi, plutôt conçus et portés par les militants de l’extérieur. Cette idée force a impressionné les gens de Plogoff qui ont perçu que le rouleau compresseur de la Raison d’état pouvait être arrêté par autre chose que les frondes et les barricades, bien que celles-ci aient frappé l’opinion de façon percutante186. »

  • 187 Le Télégramme, 6-7 décembre 1980.

124En décembre 1980, les leaders des deux mobilisations organisaient à Paris une conférence de presse commune pour dénoncer « l’autoritarisme du pouvoir central » et annoncer des actions communes187.

Le Parti socialiste comme sponsor institutionnel

  • 188 Baisnee O., « Publiciser le risque nucléaire. La polémique autour de la conduite de rejets en mer (...)

125Olivier Baisnee a utilisé l’expression de « sponsor institutionnel188 » pour souligner le fait qu’une mobilisation de défense de l’environnement a d’autant plus de chances de faire valoir sa cause qu’elle peut trouver l’appui d’une institution qui va lui permettre de présenter son dossier au niveau des plus hautes instances du pouvoir (gouvernement, Parlement, partis politiques prédominants). Dans cette même logique de sponsoring institutionnel, « Plogoff » a bénéficié du soutien du Parti socialiste. Pour une part, ce soutien du PS tenait sans doute au fait que la propre logique d’attrape-tout du Parti socialiste dans les années 1970 était en partie similaire à celle de « Plogoff », l’une et l’autre se renforçant à travers leur relation. À la façon de « Plogoff », le PS avait par exemple pris en charge des questions d’ordre régional, mettait en avant la promotion d’un certain féminisme, et mettait l’accent sur l’importance de la culture dans la société. La dimension nationale de « Plogoff » a donc aussi été obtenue par le relais du PS. La section finistérienne du PS avait dès 1976 apporté son soutien à la mobilisation. La création d’un comité de défense à Plogoff prenait même une partie de son origine dans une initiative de socialistes plogoffites. Pourtant, le PS ne rejetait pas l’utilisation de l’atome civil. Une large proportion du parti était même explicitement favorable à l’utilisation de l’énergie nucléaire. Le PS était donc divisé sur cette question. Un militant socialiste, jeune juriste habitant à Quimper à l’époque, a souligné par exemple :

« … C’était quand même quelque chose qui pouvait être cloisonné. Au niveau des méthodes, au niveau des procès, c’est vrai que ça renvoyait quand même de façon très claire aux Droits de l’Homme… Mais, moi, je n’avais pas un discours très radical sur l’énergie nucléaire. De ce point de vue-là, je ne partageais pas les idées que je trouvais peut-être… éventuellement… trop caricaturale et passéiste de beaucoup de militants écologistes… »

126Ce soutien pesé à la mobilisation antinucléaire a souvent généré des critiques. Bernard Poignant, qui a été secrétaire fédéral du PS à partir de 1979, a aussi expliqué :

« … D’ailleurs, nous n’étions souvent… pas toujours très bien vus. Nous étions vus comme étant entre-deux eaux, quoi. Certains ne nous trouvaient pas assez carrés, on nous soupçonnait… Mais le Parti socialiste est un parti appelé à gouverner, ce n’est pas un parti d’opposition éternelle. Donc, il est obligé de peser sa responsabilité. Ce n’est pas un parti d’extrême-gauche ou une association qui, de toute façon, n’a pas à se poser la question de l’exercice du pouvoir… n’a pas à s’interroger sur l’indépendance de la France… n’a pas à s’interroger sur la sécurité… Nous, ce n’est pas ça… On sait qu’on peut diriger un pays et on ne prend pas des positions comme ça… »

  • 189 Badinter R., Liberté, libertés. Réflexions du comité pour une charte des libertés, Gallimard, Pari (...)
  • 190 Charzat M. et Lalumière C., La Démocratie en jeu. Réflexions sur l’État et le service public, Club (...)

127Ceci explique sans doute que l’angle princiapl du soutien du PS à « Plogoff » ait été à nouveau celui de la défense de la démocratie, et non celui d’une opposition de principe à l’atome civil. Ce thème de la défense de la démocratie était d’ailleurs un des thèmes privilégiés à l’époque par le PS dans sa lutte pour l’accession au pouvoir. Après la défaite dans la campagne présidentielle de 1974, le PS avait par exemple créé un « comité d’étude et de réflexion pour une Charte des libertés », dénonçant l’emprise croissante de « l’état-Giscard » sur la vie des citoyens189. En 1980, le PS a développé à nouveau le thème des libertés et de la démocratie à l’occasion de deux colloques durant lesquels les thèmes des libertés locales et de la décentralisation ont été détaillés190.

  • 191 Ouest-France, 19 janvier 1980.
  • 192 Ouest-France, 23-24 février 1980 et 25 février 1980.
  • 193 Le Monde, 19 mars 1980.

128La thématique développée par « Plogoff » rejoignait donc exactement la thématique du PS sur les libertés locales et l’exercice de la démocratie. Celui-ci mettait par exemple en avant la dénonciation de la procédure de l’EUP. Lors de l’EUP à Plogoff, le secrétaire national du PS et député de Paris, Paul Quilès, également spécialisé dans les questions énergétiques, avait adressé une question écrite au ministre de l’Environnement et du Cadre de vie sur les « conditions de déroulement de la procédure relative au projet de la centrale de Plogoff191 ». Il demandait une modification de la procédure d’EUP. Le secrétaire national du PS faisait le voyage de Plogoff pour dénoncer sur place, le 23 février, le déploiement outrancier des forces de l’ordre et pour réclamer une réforme de l’EUP192. Insistant sur l’interprétation de « Plogoff » comme expression de la « démocratie populaire », Paul Quilès écrivait alors dans le journal Le Monde : « Sur un sujet aussi grave, qui met en cause leur avenir, les Français méritent autre chose que cette parodie de démocratie et cet autoritarisme insupportable […] Révélateur de la politique de mépris pratiquée par le gouvernement, Plogoff symbolise également la volonté d’un nombre croissant de Français de se battre pour la reconquête de la démocratie193. » Cependant, il ne faut pas surestimer l’importance du soutien public du PS. Le PS restait quand même à bonne distance du discours des écologistes politiques. De fait, lors de la manifestation du 16 mars à Plogoff pour marquer la fin de l’enquête d’utilité, le PS, comme d’ailleurs les autres organisations politiques et syndicales exceptées celles situées à l’extrême-gauche, n’appelait pas, au niveau national, à manifester. Le PS se contentait d’un appel local.

129Finalement, les logiques sociales générées par l’enquête d’utilité publique ont fini par jouer contre les promoteurs de l’atome. Dans le Cap-Sizun, l’activation de l’identité spécifique à ce pays, une certaine empreinte religieuse, et l’émancipation pratique des femmes de marins, avaient conféré une grande détermination chez les opposants. À la suite, les multiples actions menées par les opposants à l’atome ont eu fort impact médiatique. L’intérêt des médias pour « Plogoff » a généré en particulier une fluidité sociale de la mobilisation dont la cause s’est popularisée brutalement dans tout l’espace de la Bretagne et au-delà. Le contexte créé par cette procédure administrative a permis à la mobilisation d’agréger des soutiens de façon très large. Sur le plan régional, une logique de chaînage a amené différents groupes à se joindre à la mobilisation. Des agriculteurs, des scolaires, des militants du mouvement breton et des agents sociaux très divers porteurs d’une certaine identité bretonne, se sont sentis directement concernés par « Plogoff ». Au niveau national, « Plogoff » a permis de relancer la dynamique du mouvement antinucléaire qui était moins forte depuis 1977. Dans ces différentes logiques, les thèmes de l’électro-fascisme et de la défense de la démocratie ont été centraux, en particulier quand le Parti socialiste a cherché à relayer la mobilisation dans le champ politique.

130« Plogoff » est devenue ainsi un symbole de la défense de la démocratie. Plus largement encore, « Plogoff » est devenu aussi le support beaucoup plus large d’un certain type d’humeur anti-institutionnelle, en particulier très prégnante chez les étudiants et chez les agents sociaux à fort capital culturel. En 1980, « Plogoff » semble avoir joué le rôle d’une sorte de révélateur de différents désajustements sociaux. La mobilisation a pu exercer une fonction de compensation sociale pour un ensemble d’agents sociaux qui, tous, d’une façon ou d’une autre, avaient un grief à formuler à l’encontre du secteur dans lequel ils étaient affiliés, sans pouvoir pour autant, être en mesure d’exprimer clairement ce grief et d’agir pour y trouver une issue. C’est sans doute la raison pour laquelle aussi « Plogoff » a pris cette dimension de lutte morale, humaniste, antitotalitaire, qui correspondait à l’esprit de la seconde moitié des années 1970, celle du reflux idéologique et militant de l’après-Mai 68.

  • 194 Le Gueule ouverte, no 301, 27 février 1980.

131C’est sans doute pour ces raisons diverses que la mobilisation de « Plogoff » était aussi un monument d’ambiguïtés. Car elle associait des agents sociaux dont la probabilité d’agir de concert dans la vie courante était très faible. Quel lien social direct pouvait-il exister, par exemple, entre les Anciens combattants de Plogoff et le groupe d’autonomistes venus de Morlaix ? Pourtant, il est possible de dire que cette ambiguïté a été en quelque sorte une ambiguïté constructive, dans le sens où elle a permis de bâtir un collectif improbable à partir de motifs très hétérogènes et non débattus de façon explicite. Si l’on ne porte pas un regard normatif sur la notion d’ambiguïté, celle-ci peut effectivement permettre de comprendre comment peuvent se constituer des collectifs politiques capables d’être efficaces, comme le rassemblement d’électeurs autour d’un candidat à l’élection présidentielle, ou comme le rassemblement de manifestants pour promouvoir une cause dans la rue. De cette façon, tout en étant une mobilisation motivée par un argumentaire détaillé et des convictions solides, le rejet de la centrale de Plogoff était aussi devenu l’emblème de toute une série de rejets et de malaises sociaux plus diffus. Un lecteur de La Gueule ouverte n’était d’ailleurs pas dupe de l’opération qui avait eu lieu. Au sujet de « Plogoff », il écrivait avec assez de justesse et un brin d’ironie : « ça y est : on a un nouveau mythe. Cela réchauffe le cœur et comble un “ras-le-bol existentiel”, pas vrai194 ? »

Notes

1 Gaxie D., Le Cens caché, op. cit., p. 66.

2 Sémelin J., « De la force des faibles : analyse des travaux sur la résistance civile et l’action non violente », RFSP, vol. 48, no 6, 1998, p. 773.

3 L’utilisation de la violence par les paysans en France a souvent été efficace sur le plan politique.

4 Sémelin J., op. cit., p. 779. Le Petit Robert définit le jiu-jitsu comme une « technique japonaise de combat sans armes qui exige plus de méthode que de force ».

5 Gamson W. et Modigliani A., « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power: a Constructionist Approach », op. cit., p. 1-37.

6 Collectif Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 7. Cette fable de La Fontaine souligne les fâcheuses conséquences des associations mal assorties. Mais elle est souvent citée pour figurer le combat entre deux protagonistes de force inégale, ce qui n’était pas le sens originel de la fable.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Cf. Le Disez J.-Y., Étrange Bretagne. Récits de voyageurs britanniques en Bretagne (1830-1900), PUR, Rennes, 2002, 494 p. D’autres régions dans le monde ont pu servir à de telles opérations de sauvetage émotionnel, comme les îles du Pacifique par exemple (cf. Vibart E., Tahiti. Naissance d’un paradis au siècle des Lumières, Complexe, Bruxelles, 1987, 252 p.).

10 Cambry J., Voyage dans le Finistère, Société archéologique du Finistère, Quimper, 1999, 503 p.

11 Corbin A., « Paris-province », inNora P., Les Lieux de mémoire, t. III, vol. 1, Conflits et partages, Gallimard, Paris, 1992, p. 776-823.

12 Pour le cas de la Bretagne, Cf. Dantec R. et Éveillard J., Les Bretons dans la presse populaire illustrée, Éditions Ouest-France, Rennes, 2001, 127 p.

13 Cependant, l’image de la Bretagne n’a pas été entièrement connotée négativement dans la presse populaire. En effet, la Bretagne a aussi été perçue comme un « paradis perdu » où il faisait bon vivre.

14 Quelques exemples parmi d’autres : Le Télégramme, 11 septembre 1974, article sur la vie des pêcheurs de l’Île de Sein ; Ouest-France, 8 janvier 1976, 1er avril 1976, 26 août 1976, une série d’articles sur le « Cap-Sizun insolite et pittoresque » ; Ouest-France, 18 mars 1977, chronique sur « la vie d’antan en Cornouaille ».

15 Ouest-France, 8 février 1980.

16 La Gueule ouverte, no 300, 20 février 1980.

17 La Gueule ouverte, no 298, 6 février 1980.

18 Cf. Le Matin, 13 mars 1980.

19 L’express, 4 avril 1980.

20 Dépêche AFP, 4 avril 1980 (Archives départementales du Finistère, 1235 W 241).

21 Ouest-France, 20 décembre 1979.

22 Conseil général, Séance du 29 novembre 1978, Archives départementales du Finistère, 1235 W 20.

23 Conan R. et Laurent A., Femmes de Plogoff, op. cit.

24 Collectif, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 10.

25 F Magazine, no 37, avril 1981.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Catherin V., La Contestation des grands projets publics. Analyse microsociologique de la mobilisation des citoyens, L’Harmattan, Paris, 2002, p. 190.

29 Edelman M., Pièces et règles du jeu politique, op. cit., p. 177.

30 Le Figaro, 31 janvier 1980.

31 Le Matin, 23 avril 1980.

32 Le Matin, 3 décembre 1980.

33 Sansot P., La France sensible, Payot, Paris, 1995, p. 185.

34 Ouest-France, 9 décembre 1980.

35 Entretien.

36 Entretien.

37 Le Monde, 14 juin 1976.

38 Le Télégramme, 15-16 mars 1980.

39 Le Télégramme, 21 février 1979. Le mot « pur » ne possède sans doute pas ici une connotation raciste. Il suggère plutôt la qualité d’une personne possédant un certain naturel, une personne qui n’est pas affectée par les miasmes de la vie moderne.

40 Le Garrec N., op. cit.

41 Allusion au Général de Gaulle.

42 Cf. Ory P., L’Anarchisme de droite. Ou du mépris considéré comme une morale, le tout assorti de réflexions plus générale, Grasset, Paris, 1985, 288 p.

43 Cf. Rouvière N., Astérix ou la parodie des identités, Champs Flammarion, Paris, 2008, 337 p.

44 Le Monde, 8 octobre 1979.

45 Oxygène de Bretagne, no 14.

46 Le Canard de Nantes à Brest, no 80, 26 décembre au 9 janvier 1981.

47 Album-parodique d’Astérix, La Fronde, non daté, 47 p.

48 Phliponneau M., Géopolitique de la Bretagne, Ouest-France, Rennes, 1986, p. 132.

49 Ouest-France, 1er février 1980.

50 Le Garrec N., op. cit.

51 Barthes R., Mythologies, Le Seuil, Paris, 1957, p. 17.

52 Cf. Ouest-France, 11 février 1980 ; Collectif Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 28 ; Le Garrec N., op. cit.

53 Ouest-France, 13 février 1980.

54 Ouest-France, 8 février 1980 et Le Télégramme, 11 février 1980.

55 Ouest-France, 20 février 1980 et Le Télégramme, 20 février 1980.

56 Cette technique de refoulement n’a pas toujours fonctionné correctement. En effet, le vent de sud-ouest soufflant habituellement à Plogoff rabattait parfois les gaz sur les gendarmes.

57 Brunetaux P., « La production de la force démocratique », Les Cahiers de la sécurité intérieure, no 27, 1997, p. 129.

58 Le Monde, 2 et 3 mars 1980.

59 Cf. Leblanc G., « Du modèle judiciaire aux procès médiatiques », Hermès, no 17-18, 1995, p. 63-72.

60 Cf. Israël L., « Quelques éclaircissements sur l’invention du cause lawyering. Entretien avec Austin Sarat, Stuart Scheingold », Politix, vol. 16, no 62, 2003, p. 31-37.

61 Cf. Gaïti B. et Israël L., « Sur l’engagement du droit dans la construction des causes », Politix, vol. 16, no 62, 2003, p. 17-30.

62 Ces avocats dénonçaient en particulier le fait que le droit pénal français donnait une pleine dimension au système inquisitorial, le juge étant entièrement maître de l’instruction (cf. Salas D., Du procès pénal, PUF, Paris, 1992, 262 p.).

63 Avocat, Henri Leclerc a accompagné les mouvements sociaux (paysans, mineurs de fond, etc.). Il s’est fait militant de la défense des droits de l’homme. À l’époque, il était membre de la direction nationale du PSU.

64 David-Jougneau Maryvonne, « La dissidence institutionnelle : une approche sociologique », Revue française de sociologie, XXIX, 1988, p. 471-501.

65 Entretien.

66 L’expression a été reprise par la cinéaste Nicole Le Garrec pour le titre de son film (Ouest-France, 24 novembre 1980).

67 Entretien.

68 Le Monde, 15 mars 1980.

69 La sanction sera annulée par la cour d’appel de Rennes en mai 1980 (Le Télégramme, 15 mai 1980).

70 L’Express, 29 mars 1980.

71 FR3, L’affaire Plogoff, op. cit.

72 Ouest-France, 18 mars 1980.

73 Le Monde, 19 mars 1980.

74 Le Télégramme, 19 avril 1980.

75 Ces grenades contenaient du bromacétate d’éthyle, un produit très corrosif.

76 Cf. par exemple, Libération, 1er avril 1980.

77 Il s’agissait en l’occurrence de la fille de Michel Phlipponneau, universitaire, ancien membre du CELIB et conseiller général PS. La jeune femme de 21 ans était institutrice (Le Monde, 23 février 1980).

78 Cf. Collectif, Plogoff-la-révolte, op. cit., p. 52.

79 Cf. Nicolon A. et Carrieu J., « Les partis face au nucléaire et la contestation », inFagnani F. et Nicolon A., Nucléopolis, op. cit., p. 109.

80 Mais pas complètement non plus. Le 3 mars 1980, sur l’antenne de France-Inter, l’animateur Claude Villers rend hommage à « Plogoff » en passant la chanson de Gilles Servat, Atome Sweet Atome (Ouest-France, 4 mars 1980).

81 Ouest-France, 4 janvier 1980.

82 Ouest-France, 3 octobre 1978.

83 Lire par exemple, les éditions d’Ouest-France de la seconde quinzaine de décembre 1979.

84 Ouest-France, 9-10 février 1980.

85 Ouest-France, 7 février 1980.

86 Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 237-239.

87 Ouest-France, 16-17 février 1980.

88 La Gueule ouverte, no 300, 20 février 1980.

89 Ouest-France, 4 mars 1980.

90 Ouest-France, 20 mars 1979.

91 Ouest-France, 9-10 février 1980.

92 Idem.

93 Ouest-France, 25 juillet 1980.

94 Ouest-France, 4 mars 1980.

95 Rozenblatt R., « L’urgence au quotidien », Réseaux, no 69, 1995, p. 71-96.

96 Ouest-France, 1er février 1980.

97 Le Télégramme, 17 mars 1980.

98 Ouest-France, 15 février 1980.

99 Ouest-France, 1-2-3 mars 1980.

100 Le Monde, 18 mars 1980.

101 Le Monde, 22 mars 1980.

102 Charon J.-M. et Furet C., « Le journaliste local face à l’événement exceptionnel : déontologie et éthique », op. cit., p. 101.

103 Entretien.

104 C’est-à-dire la gendarmerie locale basée à Audierne dont le képi possède un liseré blanc et qui s’oppose à « la jaune », gendarmerie mobile dont le képi possède, lui, un liseré jaune (cf. entretien).

105 Ouest-France, 28 février 1980.

106 Ibid.

107 Ouest-France, 1er février 1980.

108 Ouest-France, 4 mars 1980.

109 Gofman E., Les Cadres de l’expérience, op. cit., p. 472.

110 Lemieux C., Mauvaise presse, Métailié, Paris, 2000, p. 298-301 et p. 455.

111 Sur ce dernier point, Cf. Martin M., Médias et journalistes de la République, Odile Jacob, Paris, 1997, p. 302-315 ; Archambault F. et Lemoine J.-F., Quatre milliards de journaux. La presse de province, Alain Moreau, Paris, 1977, p. 26-48.

112 Ouest-France, 5 mars 1980.

113 Ouest-France, 5 mars 1980.

114 Le Monde, 27 mai 1980.

115 Pour 1974, Ouest-France annonçait un tirage moyen de 710 000 exemplaires (Ouest-France, 30 mai 1975).

116 Entretien.

117 Cf. Entretien avec René Pichavant et un portrait paru dans Le Télégramme (Le Télégramme, 16-17 juillet 1977).

118 Entretien.

119 Entretien.

120 Pichavant R., Les Pierres de la liberté. Plogoff 1975-1980. Chronique, Editions Morgane, Douarnenez, 1980, 277 p.

121 Pichavant R., op. cit., p. 12.

122 Collectif, Plogoff-la-Révolte, Éditions Le Signor, Le Guilvinec, 1980, 84 p. Chiffre cité par Oxygène de Bretagne, no 16, juin-juillet 1980.

123 Oxygène de Bretagne, no 16.

124 Des opposants avaient constaté que les articles d’Ouest-France sur l’EUP ne « montaient » pas si souvent dans les pages nationales (ce qui, selon les opposants, démontrait une volonté de minorer l’impact de la mobilisation).

125 Le Télégramme, 15-16 mars 1980 et 28 mars 1980.

126 Le Télégramme, 28 mars 1980.

127 Par exemple, le 15 mars, une manifestation de soutien à « Plogoff » réunissait deux mille personnes à Paris (Le Télégramme, 17 mars 1980).

128 François B. et Neveu E., « Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », inFrançois B. et Neveu E., Espaces publics mosaïques, op. cit., p. 51.

129 Callon Michel, « éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de St-Brieuc », L’année sociologique, vol. 36, 1986, p. 169-208.

130 Ouest-France, 25 février 1980.

131 Le Télégramme, 19 décembre 1979.

132 Cf. MFPF, Dossier de réflexion du Finistère sur la lutte anti-nucléaire, texte dactylographié, 1982, 43 p. et entretien.

133 Lettre au GFA de Plogoff, 22 février 1980.

134 Lettre au GFA de Plogoff, 4 février 1980.

135 Le Monde, 14 mars 1980.

136 Le Monde, 14 février 1980.

137 Il semble qu’EDF avait volontairement limité et fragmenté l’information sur les aménagements annexes. L’entreprise savait quelles réactions ces aménagements pouvaient à nouveau susciter (Ouest-France, 7 avril 1981).

138 L’expression est utilisée par la PQR (par exemple, Le Télégramme, 17 août 1980).

139 Le Télégramme, 9 mars 1981.

140 Lettre de l’ADPOBLE au Président du Conseil général du Finistère, 4 octobre 1979 (lettre restée sans réponse et renouvelée le 15 janvier 1980).

141 Tract de l’ADPOBLE, « Le barrage de Lémézec sur l’Aulne », janvier 1980, 2 p. dactylographiées.

142 Cf. Radio-Armorique, 3 mars 1980, journal de 7 h 15 (Archives départementales du Finistère, 1235 W 23).

143 Le Monde, 2 février 1980.

144 Ouest-France, 6 février 1980.

145 Ouest-France, 14 mars 1980.

146 Ibid.

147 Le Télégramme, 28 janvier 1980.

148 Cette expression consacrée est utilisée par Bergougnioux in,Bergougnioux A., « FEN », in Sirinelli J.-F., Dictionnaire de la vie politique française au XXe siècle, p. 377.

149 Alain Bergougnioux situe l’apogée de la FEN en 1978. À ce moment, le syndicat rassemblait en France 550 000 adhérents (Bergougnioux A., op. cit., p. 379).

150 Cf. Simon P.-J., La Bretonnité. Une ethnicité problématique, Terre de Brume/PUR, Rennes, 1999, 209 p.

151 Simon P.-J., op. cit., p. 84.

152 Simon P.-J., op. cit., p. 86.

153 Le Coadic R., L’Identité bretonne, op. cit.

154 Monnier J.-J., Le Comportement politique des Bretons, 1945-1994, op. cit., p. 349.

155 Ibid., p. 350.

156 Le Coadic R., L’Identité bretonne, op. cit., p. 62-63.

157 Lebesque M., Comment peut-on être Breton ? Essai sur la démocratie française, Le Seuil, Paris, 1970, 232 p.

158 Hélias P.-J., Le Cheval d’orgueil. Mémoire d’un breton du Pays Bigouden, Plon, Paris, 1975, 575 p.

159 Snow D. et al., « Frame Alignment Processes, Micromobilization and Movement Participation », op. cit.

160 Braud P., L’Emotion en politique, Presses de la FNSP, Paris, 1996, p. 182 et suiv.

161 Chazel F. (dir.), Action collective et mouvements sociaux, PUF, Paris, 1993, p. 156.

162 Je remercie ici chaleureusement M. Jean Moalic pour le prêt de sa documentation personnelle.

163 Le Matin, 8 décembre 1980. Outre la réussite symbolique, le succès était aussi financier car les fonds collectés permettaient d’envisager le lancement d’autres projets alternatifs.

164 Source corpus de lettres au GFA de Plogoff (N = 490).

165 Le rejet dans la mer par la société italienne Montedison de résidus provenant de la production de bioxyde de titane provoqua une mobilisation sociale en Corse, notamment chez les pêcheurs. Cf. C. Huglo C. et Cenni R., Une société de pollution, Jean-Claude Simoën, Paris, 1977, 219 p.

166 « Toute domination symbolique supposent de la part de ceux qui la subissent une forme de complicité qui n’est ni soumission passive à une contrainte extérieure, ni adhésion libre à des valeurs », souligne P. Bourdieu (Ce que parler veut dire, Fayard, Paris, 1982, p. 36). Sans doute à son insu, cette femme reprend à son compte le stéréotype de « l’entêtement breton » qui réduit les Bretons à l’image d’habitants « courageux », « têtus », etc.

167 Le patronyme Morgat est indiqué en entête.

168 On retrouve ici le thème de « Vivre et travailler au pays », très présent dans les conflits sociaux en Bretagne et ceci dès les grandes manifestations des années 60, pas seulement paysannes, sur le thème de l’emploi.

169 Revue militante du mouvement régionaliste breton.

170 Selon Le Monde des 28-29 avril 1974, la « diaspora » bretonne de la région parisienne compte 600 000 personnes, soit à l’époque environ un dixième de la population de la région parisienne.

171 Il s’agit de Malo, Brieuc, Samson (à Dol), Paterne (à Vannes), Tudual (à Pabu), Pol Aurélien (en Léon), et Corentin (à Quimper), Cf. Favereau F., Bretagne contemporaine. Culture, langue, identité, op. cit., p. 11.

172 Combat breton, no 2 (nouvelle série), avril 1979.

173 Combat breton, no 12, mars-avril 1980.

174 Ouest-France, 23 mars 1980.

175 Le Télégramme, 4 avril 1980.

176 Cf. Le Peuple breton, no 188, juillet-août 1979 et entretien avec Yves Jardin, militant de l’UDB.

177 Le Peuple breton, no 195, « Nucléaire : ce qui est en jeu. Un débat du Peuple breton », mars 1980 et Ouest-France, 30 janvier 1980.

178 Le Télégramme, 12 mars 1980.

179 La Gueule ouverte, no 304, 19 mars 1980.

180 Le Monde, 19 avril 1980.

181 Écologie, no 327, 16 avril au 7 mai 1980.

182 Le Monde, 6 décembre 1980.

183 Ouest-France, 4 février 1980.

184 Hardy Y. et Gabey E., L… comme Larzac, op. cit., p. 163-165.

185 Ouest-France, 7 décembre 1978.

186 Texte dactylographié anonyme, 15 avril 1980, 4 p.

187 Le Télégramme, 6-7 décembre 1980.

188 Baisnee O., « Publiciser le risque nucléaire. La polémique autour de la conduite de rejets en mer de l’usine de La Hague », Politix, no 54, 2001, p. 171. O. Baisnee tire l’expression de Hannigan J.-A., Environmental Sociology. A social Constructionnist Perspective, Londres, Routledge, 1995, p. 54 et suiv.

189 Badinter R., Liberté, libertés. Réflexions du comité pour une charte des libertés, Gallimard, Paris, 1976, 283 p.

190 Charzat M. et Lalumière C., La Démocratie en jeu. Réflexions sur l’État et le service public, Club socialiste du livre/Éditions Henry, Pontreuil-sur-Mer, 1981, 300 p.

191 Ouest-France, 19 janvier 1980.

192 Ouest-France, 23-24 février 1980 et 25 février 1980.

193 Le Monde, 19 mars 1980.

194 Le Gueule ouverte, no 301, 27 février 1980.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540