Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plogoff

 | 
Gilles Simon

Chapitre 6. La cristallisation de « Plogoff » à travers l’enquête d’utilité publique

Texte intégral

  • 1 Rainaud J.-M., Le Droit nucléaire, PUF, Paris, 1994, p. 34-35.

1La procédure administrative de l’enquête d’utilité publique (EUP) est une procédure exceptionnelle d’expropriation qui permet de faire passer les intérêts de la collectivité avant ceux du droit de propriété. Réformée par une circulaire du 24 août 1976 qui augmentait les impératifs de consultation de la population, la procédure d’EUP était obligatoire pour les projets de centrales thermiques, classiques ou nucléaires1. La circulaire rendait obligatoire l’obtention par EDF d’une déclaration d’utilité publique (DUP) délivrée par le Conseil d’état. Cette demande de DUP avait toutes les chances d’être reçue si l’EUP avait été satisfaisante.

  • 2 Collectif La Rotonde, Golfech, le nucléaire. Implantation et résistances, CRAS, Toulouse, 1999, p. (...)

2En janvier 1980, le problème principal des pouvoirs publics n’était donc pas le résultat de l’enquête d’utilité. Là-dessus, il existait d’ailleurs un consensus implicite de tous les protagonistes de la polémique nucléaire. Certes, c’était un gage de sérieux, l’EUP allait être longue. Elle allait s’étaler sur six semaines, du 31 janvier au 14 mars. Elle concernait la commune de Plogoff, mais aussi celle de Cleden, de Goulien, et de Primelin. Les dossiers concernant le projet seraient accessibles à la population, du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h, et le samedi jusqu’à midi. Chacun pourrait inscrire ses observations sur un registre. Mais le résultat de l’EUP ne faisait pas de doute. Elle validerait le projet de centrale nucléaire à Plogoff. La véritable contrainte était surtout d’ordre formel. Les enquêtes publiques sont des passages obligés pour les pouvoirs public durant lesquels il faut avant tout s’arranger pour qu’il y ait le moins de litiges juridiques concernant le caractère formel de la procédure. La contrainte principale était donc le bon déroulement de la procédure qui ne devait pas être interrompue ou faussée sous peine d’encourir une invalidation par le Conseil d’état. Car ce danger n’était pas nul. Certaines EUP concernant des centrales nucléaires avaient connu des difficultés importantes. Sur le site du Pellerin (Loire-Atlantique), l’enquête s’était tenue du 31 mai au 11 juillet 1977. Les élus des communes concernées avaient refusé de recevoir les dossiers dans leur mairie. Des camionnettes baptisées « mairies annexes » avaient donc fait office de « mairies » durant la procédure. Chaque jour, elles étaient protégées par la gendarmerie, mais un groupe déterminé d’opposants avaient réussi à s’emparer d’un des dossiers de l’enquête qui ensuite avait été brûlé publiquement. Sur le site de Golfech, l’EUP s’était déroulé plus récemment, du 22 octobre au 21 décembre 1979. Elle avait aussi donné lieu à des actions marquantes des opposants2.

3Des EUP s’étant déjà déroulées sur d’autres sites, les opposants finistériens ont donc pu bénéficier de l’expérience acquise. Mais pour autant, une forte mobilisation lors de cette EUP n’était pas acquise d’avance. Dans le Finistère, l’EUP représentait l’opportunité de relancer la mobilisation antinucléaire, mais la dynamique de celle-ci restait à inventer.

  • 3 Le Monde, 18 mars 1980. Ces scientifiques appartenaient à la faculté des Sciences de Brest, au Cen (...)

4Juste avant son démarrage, l’enquête a précipité à nouveau des prises de position multiples. Un groupe de quatre-vingt cinq scientifiques travaillant dans le Finistère protestaient contre les conditions dans lesquelles le dossier Plogoffite était instruit3. Ils estimaient que les pouvoirs publics avaient largement minimisé les contraintes liées à l’implantation de la centrale sur la côte du Cap-Sizun. Ces scientifiques lançaient une pétition nationale, Appel science Plogoff, pour demander au gouvernement d’annuler l’EUP.

  • 4 Tract, Nucléaire : danger. Enquête : mascarade et propagande, 2 pages, 1980. Ce tract est signé pa (...)
  • 5 Ce collectif comprend le CLIN, la SEPNB, les Amis de la Terre, le comité Larzac, la CSCV, le mouve (...)

5La presse quotidienne régionale était inondée par un flux de communiqués. Un tract signé par un collectif d’associations appelait les citoyens à boycotter l’enquête et « à se tenir prêts à répondre aux mots d’ordre lancés par les organisations signataires4 ». L’objectif était maintenant de retarder au maximum le projet de Plogoff afin de profiter, dans les mois suivants, d’un éventuel nouveau contexte sociopolitique. L’enquête avait aussi pour conséquence de relancer l’action antinucléaire des associations qui avaient parfois connu un passage à vide. Ainsi, un Collectif antinucléaire de Brest était créé, entre autres, pour coordonner de façon souple la sensibilisation de la population brestoise à l’action antinucléaire à Plogoff5. Le collectif préparait également les futurs déplacements, en voitures mais aussi en cars, sur l’aire de mobilisation de Plogoff.

Adapter les modalités d’action à l’enquête d’utilité publique

  • 6 Ouest-France, 24 janvier 1980.

6Dans le Cap-Sizun, l’épreuve à venir a aussi soudé les élus des différentes communes. Le 18 janvier 1980, une réunion extraordinaire réunissait à Audierne les conseillers municipaux des quatre communes concernées, plus ceux d’Audierne et d’Esquibien L’unanimité se faisait sur l’opposition à l’EUP. À Plogoff, la réunion du comité de défense qui précédait le début de l’EUP faisait salle comble dans le café Chez Céline6, dans un mélange de silence exaspéré et de passion exacerbée. Les opposants étaient réunis, mais sans savoir exactement comment la mobilisation contre l’EUP allait pouvoir se faire, et surtout sans savoir comment elle allait pouvoir durer pendant six longues semaines. Trois membres du comité de défense de Plogoff, épouses de marins au commerce, ont souligné ce point :

« SE :… Nous, on pensait… On ne pensait pas faire ça… NL :… Au départ, c’était aussi… c’était calme. Il y avait prévu des yaourts, là, avec la peinture… c’était rien… BF :… Au départ, on n’avait prévu que la première nuit des barricades, pour les empêcher de venir sur la commune de Plogoff, c’était ça le but. Mais on n’avait rien prévu… Après, ça a été au jour le jour… »

7Dans ce contexte, le comité de défense et la coordination bretonne des CLIN appelaient les antinucléaires et toute la population à venir soutenir l’action au cours des six semaines. Juste avant cette EUP, les opposants provoquaient une certaine montée en puissance de la mobilisation sociale dans le département. Par exemple, des enseignants SGEN-CFDT annonçaient qu’ils se mettraient en grève pour le premier jour de l’enquête. Les professionnels de la santé du Cap-Sizun organisaient une journée « Cap en deuil » pour le démarrage de l’EUP.

Les barricades, lieu de convergence antinucléaire

  • 7 Corbin A. et Mayeur J.-M. (dir.), La Barricade, Publications de la Sorbonne, Paris, 1997, p. 7.

8« Architecture éphémère7 », la barricade a pour objectif d’interrompre la circulation, d’établir une coupure dans l’espace public, coupure réelle, mais surtout peut-être symbolique. Car la référence à l’image de la barricade renvoie immédiatement aux représentations les plus spectaculaires des luttes politiques et sociales. La barricade appartient en effet à l’inconscient politique collectif nourri des figures du passé, depuis les soulèvements parisiens du dix-neuvième siècle, jusqu’aux barricades de Mai-68.

  • 8 Duclos N., Les Violences paysannes sous la Ve République, Economica, Paris, 1998, p. 92-95.
  • 9 Collectif, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 7-9.

9L’idée d’ériger des barricades à Plogoff trouve sans doute une part de son origine dans le fait qu’elle était l’action qui permettait la rencontre de deux imaginaires, celui des habitants ruraux de Plogoff et celui plus urbain des écologistes politiques. Comme l’a souligné Nathalie Duclos à propos de manifestations paysannes, les mouvements sociaux du présent miment souvent, de façon consciente, les mouvements sociaux du passé8. En construisant des barricades, les opposants mimaient donc à la fois les soulèvements paysans du début de la Ve république et le soulèvement de Mai-68. De fait, dans les années soixante et soixante-dix, le recours à la barricade a été principalement le fait, d’un côté, des syndicats paysans, et de l’autre, des étudiants de Mai-68. La référence à la barricade paysanne permettait aux Plogoffites de s’assurer que leur action était conforme à une certaine façon de faire déjà pratiquée par des syndicalistes paysans (ces références pouvant être plus ou moins conscientes). Mais la volonté de s’en tenir à ralentir l’avancée des gendarmes sur le territoire de la commune s’apparentait aussi au jeu des étudiants qui cherchaient en Mai-68 à ralentir l’avancée des CRS sur « leur » territoire du Quartier latin. Les barricades construites à Plogoff ont donc été à nouveau un lieu de convergence entre les habitants du Cap-Sizun et de Plogoff, et les écologistes politiques. Les journalistes de la presse régionale ont identifié cinq « nuits des barricades » durant lesquelles des barricades ont été construites aux entrées de Plogoff9. La construction de ces barricades a effectivement scandé le déroulement de l’enquête. Elles correspondaient à chaque fois à un moment spécifique de l’opposition : première journée, protestations contre des interpellations, venue sur place des commissaires enquêteurs, fin de l’enquête.

10Le maire de Plogoff avait annoncé publiquement qu’il refuserait de recevoir l’enquête dans les locaux de la mairie. Le premier jour de l’EUP, le 31 janvier, une opération « Ville morte, Cap en deuil » était organisée. Érigées aux entrés de la communes, les premières barricades avaient pour but d’empêcher l’entrée à Plogoff des mairies annexes. Cet élan a sans doute été favorisé par la communauté relativement cohérente formée par les habitants de Plogoff. L’édification de barricades est en effet corrélée avec une sociabilité de base, celle du quartier, de la commune, ou encore celle du lieu de travail. Dans le cas présent, les opposants de Plogoff formaient un groupe suffisamment homogène pour que l’action de désobéissance entreprise à travers la construction d’une barricade reçoive au même moment l’assentiment de tous.

  • 10 Il s’agit de la route de la baie des Trépassé, de la route passant par l’intérieur du Cap-Sizun, e (...)
  • 11 Suite à la marée noire du pétrolier Boelhen en 1976, du pétrole était arrivé à la côte. Une fois r (...)

11Dans la nuit du 30 janvier, alors que la tempête soufflait sur le Cap-Sizun, plusieurs centaines d’opposants ont commencé, dans l’angoisse et l’excitation, de barrer les trois routes menant à Plogoff10. Sur la route intérieure, une quinzaine d’arbres était abattue à la tronçonneuse et des pieux étaient plantés dans le sol. Le barrage de la baie des Trépassés était composé de pneus de tracteurs et de vieilles machines agricoles. La proximité de la plage permettait de se fournir en galets. Le barrage principal était élevé au pont du Loc’h. Organisant leur travail sous forme de chaîne, les manifestants ont utilisé les matériaux qu’ils avaient sous la main. Ils ont constitué un mélange difficile à démêler : bottes de paille, grosses pierres, madriers, panneaux indicateurs, carcasses de voitures, pneus, etc. Il existe sans aucun doute une certaine poésie de la barricade. Les acteurs mobilisés s’amusent, au sens propre du terme, à un jeu d’entassement des objets les plus divers qui peut produire un décalage, un effet de poésie. Les journalistes ont donc pris un vif plaisir à énumérer les différents objets qui composaient la barricade. Au Loc’h, lieu qui marque l’entrée à Plogoff, des câbles d’acier de chalut étaient passés par-dessous le pont pour enserrer l’ensemble de la barricade. Enfin, le tout était arrosé d’huile de vidange et d’essence11. Certains opposants ont mobilisé leur camion afin de transporter les objets les plus volumineux. Comme un défi aux pouvoirs publics, un drapeau français était étalé sur la route, devant la barricade.

  • 12 Pelletier O., « Figures imposées. Pratiques et représentations de la barricade pendant les Journée (...)

12L’arrivée des camions et des blindés légers de la gendarmerie avait été annoncée par des guetteurs postés près du petit séminaire désaffecté de Pont-Croix, lieu où résidait la gendarmerie mobile. Avant Plogoff, sur les hauteurs de Primelin, leurs phares perçaient la nuit. Le dispositif de la barricade n’a pas conduit à un affrontement direct entre les protagonistes. Pour les quelques centaines d’opposants et le maire de Plogoff, il ne s’agissait pas de tenir la barricade. En ce sens, le terme de « barricade » n’est sans doute pas tout à fait juste pour désigner cette action. Olivier Pelletier a utilisé l’expression de « barricade vide12 » pour désigner le fait que la barricade n’est pas tenue par les manifestants dans un combat contre les forces de l’ordre. Les barricades de Plogoff étaient donc plus un geste symbolique qu’une fortification destinée à défendre le territoire de la commune. À l’arrivée des gendarmes, vers 4 heures du matin, les opposants y mettaient le feu. Le souffle de la tempête et des flammes, les cantiques chantés en breton par les habitants, les cris, et les slogans antinucléaires, composaient dans la nuit un spectacle saisissant. Mais les gendarmes tiraient des grenades lacrymogènes afin de disperser les manifestants, puis ils contournaient le mur de feu avant de le réduire. Dans les cris de rage et les pleurs, les manifestants reculaient alors au fur et à mesure de l’avancée des gendarmes. Ils construisaient encore en amont un nouveau barrage fait de carcasses d’automobiles enflammées, puis ils reculaient encore en défaisant sur la route les murets de pierres qui bordent les champs. Les opposants refluaient enfin jusqu’au bourg où ils trouvaient, au petit jour, un refuge dans la mairie. Dans la cour de la mairie, une grande partie de la population de Plogoff était assemblée. Vers 8 h, après plusieurs heures d’une lente avancée, les trois colonnes de la gendarmerie convergaient finalement à Saint-Yves, lieu-dit situé après le bourg sur la route menant à la pointe du Raz. Les camionnettes figurant les mairies annexes étaient en place. Si l’avancée des gendarmes depuis le pont du Loc’h avait été lente, elle s’était révélée plus aisée à la baie des Trépassés.

  • 13 FR3, L’Affaire Plogoff, FR3, 2000.
  • 14 Ouest-France, 4 février 1980.
  • 15 Le Télégramme, 1er février 1980.

13Ce premier moment de l’enquête donnait tout de suite lieu à interprétation des protagonistes de l’EUP. Le maire de Plogoff dénonçait la « triste besogne13 » accomplie par la gendarmerie. Il donnait la « victoire » aux opposants : « Je pense pouvoir dire qu’en tenant jusqu’au lever du jour, nous avons gagné la bataille14. » à l’opposé, la préfecture transmettait à la presse un communiqué sec pour signaler que les maires annexes étaient en place15.

Obtenir de petites victoires : les remblayages sur l’aire de stationnement de la gendarmerie mobile

14Les pouvoirs publics devaient s’assurer chaque matin que les camionnettes des mairies annexes pouvaient être installées sur le territoire de Plogoff. Les opposants ont donc joué de cette contrainte en optant pour des actions sur l’aire de stationnement des mairies annexes. Dès la nuit du 3 au 4 février, les opposants ont entrepris des travaux de remblayage afin de bloquer l’accès du site de Saint-Yves. Le terme de « remblayage » appartient au secteur des travaux publics et concerne en particulier les routes (remblayer un fossé). Il peut servir ici à désigner l’action des opposants qui consistait à remplir par des produits divers le site occupé par les gendarmes afin que ceux-ci éprouvent, chaque jour, des difficultés à s’installer. La technique de ces remblayages qui vont devenir quotidien s’apparentait aussi à celle des barricades construit lors de l’arrivée de la gendarmerie. Parfois, le registre de la pure barricade est venu se mêler à cette logique de réappropriation du territoire. Le 8 février par exemple, les gendarmes ont dû se débarrasser au petit matin d’un barrage fait de carcasses de voitures enflammées et construit à proximité du site de Saint-Yves.

  • 16 Radio-Armorique, 2 février 1980, Archives départementales du Finistère, 1235 W 23.

15Le fait de savoir que les gendarmes occupaient chaque jour le même emplacement a conduit les opposants à améliorer la technique de leurs remblayages. Un jour, un tracteur labourait le terrain. Des tonnes de pierres et de gravats, de vieilles planches, des carcasses de voitures étaient déposées sur la place à plusieurs reprises. À l’inverse, d’autres fois une tranchée était creusée sur le site que les gendarmes devaient ensuite combler. Des pancartes dissuasives étaient posées sur le site, avec les mentions : « Terrain miné », « Danger », ou encore « Explosifs16 ». Chaque jour, ces remblayages obligeaient les forces de l’ordre à effectuer un premier travail fastidieux de déblaiement du terrain qui devait accueillir, à 9 heures exactement, les maires annexes.

16Cette action a surtout été le fait des habitants de Plogoff et du Cap-Sizun. Il a souvent été rendu possible par la contribution de professionnels du secteur bâtiment qui ont mis leurs camions au service de la mobilisation. L’un d’entre eux s’est souvenu des risques qu’il avait pris à ce moment :

« … On avait fait des tranchées à Plogoff. On avait foutu des tas de déblais… La nuit, il y avait des chargements qui venaient… Moi, je venais avec mon camion plein, tous les déblais que je pouvais… de droite et de gauche… Je m’arrangeais pour avoir ça le soir et puis on le mettait là. D’ailleurs, après, et même pendant cette période-là, j’aime autant te dire que je n’étais pas à l’aise sur la route. Dès qu’ils tombaient sur un des camions, les flics… Il fallait être clair… »

  • 17 Ouest-France, 12 février 1980.

17Face à cette agressivité des opposants, la gendarmerie a décidé de changer le lieu d’implantation des mairies annexes. À Saint-Yves, coincées entre une chapelle, un calvaire et un château d’eau, les forces de l’ordre éprouvaient du mal à manœuvrer. La deuxième semaine, le convoi venait donc s’installer au lieu-dit du Trogor, sur un délaissé de voirie situé avant le bourg sur la longue route principale qui mène à Plogoff. Située à l’entrée de la commune, à 1,5 km du bourg, cette implantation facilitait l’arrivée à Plogoff et le retour sur Pont-Croix. La gendarmerie soignait les détails : le muret de pierres le plus proche du site avait été recouvert d’un faîtage de ciment afin d’empêcher les manifestants de se saisir des pierres pour les lancer sur eux. Ce choix du Trogor était vécu par les opposants comme une petite victoire. « Nous avons gagné la bataille du bourg », soulignaient-ils auprès des journalistes17. Dans une mobilisation sociale, il est sans doute important que les acteurs aient la sensation qu’à un moment ils réussissent à obtenir un résultat tangible, même s’il n’est finalement qu’une conquête de détail.

18Mais ce changement de positionnement de la gendarmerie n’a pas persuadé les opposants de cesser leurs remblayages. Dans ce domaine, les innovations ont continué. Le site du Trogor était ainsi barré par des poteaux électriques. La gendarmerie mettait alors à contribution un escadron entier d’un régiment du Génie (venu d’Angers). Ce déploiement de moyens hors norme (notamment un énorme tracto-pelle) a été également vécu comme une « victoire » par les opposants. C’est pourquoi ils renouvelaient encore l’opération des poteaux électriques, avec le déversement de coaltar sur le délaissé du Trogor. Visqueux et nauséabond, ce mélange noirâtre de goudron et d’huile de vidange est utilisé pour renforcer l’étanchéité des coques de bateaux. Un canon à eau n’arrivait pas à enlever tout le produit et les gendarmes devaient passer la journée dans une atmosphère pénible.

  • 18 Ouest-France, 15 février 1980.

19De fait, les obstacles opposés à la gendarmerie devenaient de plus en plus difficile à surmonter. Le goût et l’expérience venant, les opposants se lançaient maintenant dans des opérations encore plus lourdes. La participation de professionnels du secteur du bâtiment se lit à nouveau dans les méthodes utilisées. Il venait s’y ajouter un certain esprit d’invention. Le 14 février par exemple, une centaine de personnes participait à l’opération de remblayage. Des poteaux électriques étaient à nouveau répandus sur le site du Trogor. Les armatures métalliques de ces poteaux étaient découvertes, puis soudée l’une à l’autre, d’un poteau à l’autre. Puis, ces poteaux étaient solidement attachés à des pieux qui étaient, eux, enfoncés dans le sol. Le tout était noyé dans du ciment à prise rapide. Enfin, le « chef d’œuvre18 » était agrémenté de tessons de bouteilles, de cailloux badigeonnés de coaltar et de graisse animale. Dans une ambiance malodorante, les gendarmes devaient, dès 7 h, attaquer la construction au marteau-piqueur. Le délaissé du Trogor prenait alors des allures de chantier de travaux publics. Cette action a suscité un vif plaisir chez les opposants. Parfois réalisé en chansons (le Chant des Partisans, par exemple), ce travail d’opposition avait aussi permis de renforcer le sentiment d’unité. Des réunions informelles avaient lieu dans la journée à Plogoff afin de discuter des modalités du remblayage du lendemain. Chacun apportait ses idées dans une ambiance à la fois légère et déterminée. Les remblayages débutaient dans la soirée et se poursuivaient durant la nuit. Les nuits des opposants ont été effectivement très actives durant ces six semaines. Une opposante Plogoffite s’est souvenue de ces moments d’activité nocturne :

  • 19 Marque du tracto-pelle utilisé par la gendarmerie.

« … Dans la nuit, il y a un monsieur qui a amené des poteaux électriques… Il a fait des trous, et toute la nuit on a été à aider ce monsieur. On a percé le sol, on a mis des mèches, comme ça (geste de la main), on a mis les poteaux… Les mèches dépassaient, comme ça (à nouveau, geste de la main)… Le Michigan19 est venu le matin… Il a crevé. Ha, ça a été… ça a été splendide cette nuit-là […] Le Michigan, vraiment, tout le monde a trouvé ça superbe […] Ils ont eu de la misère toute la journée… »

20L’éclatement de la roue du puissant tracto-pelle du Génie sur la construction avait réjoui les opposants réunis pour assister au déblayage comme on va au spectacle. Cette action était à nouveau une sorte de victoire.

21Mais la répétition de ces remblayages favorisait quand même l’adaptation rapide de la gendarmerie. C’est sans doute pourquoi les opposants n’ont jamais cessé de renouveler leur pratique. La nuit du 3 au 4 février avait déjà amené une variante, avec le déversement de purin sur l’emplacement de Saint-Yves. L’opération était régulièrement renouvelée, la matière première étant fournie par des fermes du Cap-Sizun. Plus tard, des seaux hygiéniques étaient aussi déversés. L’ensemble installait une odeur pestilentielle sur le site qui ajoutait encore à la pénibilité du travail des gendarmes. Plus tard, les opposants répandaient des monceaux d’ordures ménagères sur le délaissé. Celui-ci ressemblait alors aussi de plus en plus à une décharge publique. La gendarmerie déblayait les ordures, notamment en les expédiant dans un champ qui était proximité. Le vent emportait les ordures les plus légères qui restaient ensuite accrochées aux buissons et aux arbres. Ironiquement, les opposants ont appelé « décorations », ces ordures suspendus aux branches des arbres et qui composaient alors un paysage étrange.

  • 20 Douglas M., De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, La Découverte et Syro (...)
  • 21 Ibid., p. 59.

22Au premier abord, cette utilisation des excréments et des ordures dans le cadre d’une mobilisation sociale peut paraître surprenante. Mais l’anthropologue Mary Douglas a montré que toute construction symbolique s’appuyant sur les notions de pureté et d’impureté ne peut se réaliser sans se référer à un ordre social précis20. Douglas précise par exemple que « l’impur, le sale, c’est ce qui ne doit pas être inclus si l’on veut perpétuer tel ou tel ordre21 ». L’ordre social est aussi lié à une répartition entre ce qui est propre et ce qui sale. En mobilisant les ordures comme moyen de lutte politique, les opposants signifiaient donc aux gendarmes l’« indignité » et la « saleté » de la tâche qu’ils étaient en train d’accomplir.

Une guerre psychologique : le harcèlement verbal à l’encontre des gendarmes mobiles

  • 22 Ouest-France, 2-3 février 1980.

23La seconde journée de l’enquête s’était passée dans un calme relatif. Pour décourager toute action, le registre de l’enquête avait été solidement attaché par une chaîne cadenassée. Quelques dizaines de personnes avaient monté une garde continue auprès des mairies annexes. La journée était ponctuée par des invectives et des quolibets, parfois aussi par des dialogues anodins. Les contacts entre opposants et gendarmes se déroulaient sans heurts véritables. Cette petite guerre psychologique pouvait paraître un peu dérisoire. À 17 h, les gendarmes quittèrent Plogoff sans problème. « L’ordre est revenu à Plogoff », titrait d’ailleurs Ouest-France22. Les trois autres communes concernées par l’EUP étaient faiblement mobilisées. Après la première « nuit des barricades », la pression des opposants semblait être déjà retombée. Des vitres de camions et de camionnettes étaient brisées, mais elles étaient rapidement recouvertes de grillages protecteurs. Finalement, il paraissait possible que l’EUP puisse se dérouler sans heurts majeurs.

24Cependant, le dimanche 3 février, une importante manifestation rassemblait 20 000 personnes à Plogoff. Elle était liée à l’installation des premiers moutons dans la bergerie de Plogoff. La bergerie a été un support précieux durant ce moment de la mobilisation. La bergerie était toujours un motif pertinent pour drainer la population des opposants vers Plogoff. Cependant, la mobilisation contre l’EUP cherchait encore sa forme. Le samedi 2 février, les opposants avaient installé leurs propres voitures pour bloquer le passage des gendarmes. Le car communal servant au transport scolaire avait été amené devant l’emplacement des mairies annexes afin d’abriter de la pluie les opposants qui, tout à tour, venaient prendre langue avec les gendarmes. Mais à midi, les gendarmes quittaient Plogoff sans difficulté, accompagnée, uniquement dans les premiers jours de l’enquête, par une trentaine de voitures qui les reconduisait jusqu’à Pont-Croix dans un tintamarre de klaxons. Les protagonistes restaient à distance. Hormis les huées et les quolibets, il n’y avait pas eu d’affrontements directs. Les deux premiers départs de Plogoff de la gendarmerie ne donnaient lieu à aucun incident.

25Après un premier dimanche de pause durant lequel ils ont pu se concerter, la journée du lundi 4 février était importante pour les opposants. Pour eux, elle devait donner un nouveau ton à la mobilisation. Ils ont mieux défini une tactique du harcèlement qui allait viser les gendarmes de façon plus systématique. Clairement affiché, le but de cette action était de créer une actualité propre à susciter l’attention des médias. Toute la journée, une centaine de personnes se relayait donc devant les mairies annexes gardées par les gendarmes. Il s’agissait principalement de femmes et de retraités, les hommes étant pris par leur activité professionnelle (durant la journée, ou embarqués en mer pour les marins). Le car municipal était installé à proximité de façon systématique. Mais surtout, les manifestants, souvent des femmes, harcelaient verbalement les gendarmes en alignant moqueries, quolibets, leçon de morale, dans le but de les ridiculiser. Voici quelques exemples qui ont été recueillis :

  • 23 Le Garrec N., Des pierres contre des fusils, op. cit., FR3, L’Affaire Plogoff, op. cit., et entret (...)

« “… Ma Doué, regardez comme il tremble (hilarité générale), “Regardez, il est tellement jeune, du lait viendrait encore de son nez”, “Je suis grand-mère, moi, mon vieux, j’aurais honte d’avoir un petit-fils comme toi, honte que j’aurais eu…”, “Mon petit, est-ce que tu as eu ton biberon, ce soir ?”, “Mon petit, est-ce que ta mère sais que tu es là, mon trésor23 ?…” »

26D’autres attaques comportaient une dimension sexuelle (« Qu’est-ce que fait ta femme à la maison pendant que tu es là ? »). Mais une autre tactique pouvait être aussi de se planter devant un gendarme de garde et de le fixer dans un mutisme réprobateur afin de tester sa capacité à garder son sang-froid. Ces attaques, souvent lancées par des femmes, ont causé des difficultés à des gendarmes qui avaient la consigne de ne jamais parler aux manifestants. Ils n’avaient pas l’habitude d’être confrontés à ce type de situation dans laquelle des mères de famille leur décochaient des traits acides. Responsable des opérations de maintien de l’ordre à Plogoff durant cette EUP, le commandant de gendarmerie Charlot a confirmé que les gendarmes ont parfois mal vécu certaines attaques :

« … Ils entendaient de tout. Ils entendaient des choses qui n’étaient pas raisonnables d’ailleurs… Quand vous faites ce métier-là… Bon même si, je vous dis, ils sont solides… ça laisse quelques traces, un peu… Au bout d’un moment, vous donnez des signes d’agacement… quelques-uns… »

27Avec le relais systématique des opposants, les gendarmes étant aussi relayés par quart, la tension montait toute la journée. Le même scénario de harcèlement allait se répéter maintenant tout au long de l’enquête. Il deviendra même très organisé, faisant l’objet de tours de garde fixés et affichés en mairie. Pour éviter les contacts et les bousculades, le dispositif des mairies annexes avait été complété par l’installation de barrières métalliques qui créaient un barrage entre les protagonistes. Malgré cela, dans la journée du 5 février, une page du registre d’enquête était arrachée par un opposant Plogoffite.

28Le harcèlement pouvait parfois prendre un ton plus léger. Le 19 février, à l’occasion du Mardi-Gras, les écoliers en vacances de Plogoff se déguisaient pour un petit carnaval antinucléaire sur le thème de l’enterrement de la centrale nucléaire. Ils avaient revêtu des sacs poubelles en guise d’uniformes de gendarmes mobiles et venaient défiler devant les forces de l’ordre massées au Trogor. Ils brûlaient une maquette de centrale nucléaire.

29Balançant entre humour affiché et malaise intérieur, le maire de Plogoff faisait une visite des mairies annexes à l’occasion de la venue, le 23 février, d’élus socialistes à Plogoff. Maniant le sarcasme, mais ceint de son écharpe de maire, il venait « féliciter » l’unité spéciale de gendarmerie mobile parachutiste qui venait d’arriver en renfort depuis le Liban. L’ironie était pleinement mobilisée dans le dispositif quotidien de harcèlement des gendarmes. Un haut-parleur diffusait des informations antinucléaires, mais également de la musique militaire. Le car municipal était recouvert d’un filet de pêche pour parodier les grilles de protection des véhicules de gendarmerie.

30Quand ils étaient présents, les commissaires enquêteurs étaient durement attaqués. Dès avant le début de l’enquête, le maire de Plogoff leur avait adressé une lettre ouverte de trois pages où il s’était fait menaçant :

  • 24 Lettre ouverte à Monsieur le commissaire enquêteur, par Jean-Marie Kerloc’h, maire de Plogoff, 3 p (...)

« Ici à Plogoff, les gens refusent qu’on décide à leur place, sans même leur demander leur avis, et à plus forte raison quand l’enjeu est de cette taille. Monsieur le commissaire enquêteur, nous ferons échec à vos projets. Ne vous attendez pas chez nous à un accueil triomphal. Vous le regrettez amèrement. La prise de conscience progressive de la population face au problème du projet de l’implantation de la centrale nucléaire me permet de dire que l’hostilité à Plogoff est telle que votre “excursion” chez nous sera fort désagréable. Nous vous laisserons un souvenir impérissable. Ceci équivaut à un premier avertissement. À Plogoff, nous saurons trouver la parade à votre braderie monstrueuse. Nous n’admettrons jamais ici que l’on triche avec la nature. J’aimerais beaucoup que l’on tienne compte de tout ceci et qu’on se le dise. Signé : J.-M. Kerloc’h, maire de Plogoff24. »

  • 25 Ce profil de retraité de la fonction publique est courant pour des commissaires enquêteurs. Quand (...)
  • 26 Le Garrec N., op. cit.

31Le président de la commission d’enquête était un amiral en retraite, assisté notamment par un commandant de marine25. L’idée que ces commissaires avaient exercé la même profession qu’eux, celle de marin au service de l’état, a excité la rage des opposants : « … Terrible de voir ça. J’aurais honte d’être à votre place, là. Honte que j’aurais ! », « À votre âge, qu’est-ce que vous faites-là ! ? », « On est né ici, on vit ici, on va mourir ici. Alors si vous n’avez pas compris encore, il est temps d’ouvrir les oreilles, hein ! », « Vieux crapaud, il a l’air que de ça ! », « Hou, hou, hou26… »

32Les mots étaient parfois très durs. Un gendarme d’origine martiniquaise menant le tracto-pelle déblayant les ordures était relevé de ses fonctions pour cause de dépression nerveuse après avoir subi des volées de moqueries et d’insultes à caractère raciste. Mais les ressources tactiques à la disposition des opposants étaient réduites. Le harcèlement des gendarmes, qui a certes souvent dépassé les bornes de la bonne morale, représentait une possibilité de poursuivre une action à moindre frais. En structurant les rapports entre eux et les gendarmes sous la forme de la colère et de l’insulte, les opposants assuraient le maintien de l’action au jour le jour sans avoir à inventer, chaque jour, une autre forme d’action. Dans une situation donnée où ils sont démunis, les agents sociaux n’ont parfois pas d’autres choix que de recourir aux insultes, aux moqueries et aux sarcasmes, dernières formes possibles d’une action effective.

La création d’un rituel manifestant : la « messe de 17 h »

33À l’extérieur du Cap-Sizun, l’enquête d’utilité publique a également donné lieu à de nombreuses manifestations. Des centaines de lycéens ont défilé dans les rues de Brest, de Quimper et de Douarnenez. Des appels étaient lancés à se déplacer sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun. L’enquête allait susciter un caractère répétitif des manifestations qui, à Plogoff, vont même prendre un caractère de rituel.

  • 27 Sirinelli J.-F. (dir.), Dictionnaire de la vie politique française au XXe siècle, PUF, Paris, 1995 (...)
  • 28 Champagne P., Faire l’opinion, op. cit., p. 202.

34La notion de rituel a été développée par les ethnologues, en particulier pour analyser la façon dont s’effectue le passage d’un statut social à un autre. La notion a ensuite été importée dans la science politique. Le Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle présente par exemple une entrée « Rites et rituels politiques » afin de montrer que le domaine du politique possède aussi une dimension symbolique dont l’analyste ne peut s’abstraire27. Dans cette logique, Patrick Champagne a défini les rites comme des « comportements qui doivent être réglés et exécutés de façon régulière et invariable afin qu’ils puissent produire tous leurs effets28 ». Certes, baptiser toute pratique de l’échange social du terme de « rite » permet parfois de faire de la sociologie à bon compte et tend à imposer une image rationaliste et individualisante des rapports sociaux (à chacun de jouer son meilleur rôle sur l’immense scène du théâtre social considéré comme une suite interrompue de rites). Malgré ces réserves, la notion de « rite » peut être utile au politiste, à la condition donc d’en faire un usage contrôlé.

35La disposition juridique qui obligeait les pouvoirs publics à organiser une enquête d’utilité publique avait pour objectif la consultation de la population. Cependant, la répétition, chaque jour, de l’arrivée des mairies annexes, de leur installation, et de leur départ en fin de journée, donnait un caractère de liturgie officielle à la consultation. En se calant sur le rythme de ce rituel républicain, l’action répétée des opposants a aussi fait émerger un rituel destiné à signifier le refus du projet de centrale. La création du rituel manifestant de la « messe » était finalement le pendant de la procédure mise en place par les pouvoirs publics.

Un rendez-vous quotidien au départ des gendarmes mobiles

36À Plogoff, point d’orgue de la première journée de l’enquête, une manifestation avait rassemblé environ trois mille personnes. Le rendez-vous avait été donné l’après-midi devant la mairie. Le cortège avait défilé ensuite jusqu’à Saint-Yves où les mairies annexes étaient installées. Là, le maire avait pris la parole. À 17 heures, les mairies annexes et leur cortège de gendarmes quittaient Plogoff pour Pont-Croix, sans incident. En effet, le maire de Plogoff avait recommandé la dispersion, et les manifestants obéissaient après quelques minutes de flottement.

37Le lundi 4 février à 17 heures, trois cents manifestants étaient à nouveau réunis. Des pots de yaourts remplis de peinture étaient lancés sur les véhicules des gendarmes, ce qui relevait somme toute d’un chahut un peu appuyé. Il semble que le maire de Plogoff n’est pas souhaité une telle initiative dans laquelle se lit plutôt l’ardeur des opposants du comité de défense. Les gendarmes répliquaient par des tirs de grenades lacrymogènes. Dans le moment, sans qu’il soit possible de savoir si elles sont parties avant ou après ces grenades, les premières pierres ont volé vers les forces de l’ordre. L’emplacement de Saint-Yves se révélait particulièrement favorable à ces lancers grâce aux murets de pierre qui bordaient la route et qui constituaient des stocks de munitions en libre accès.

  • 29 Ouest-France, 28 février 1980.
  • 30 Collet S., « La manifestation de rue comme production culturelle militante », Ethnologie, 1982, no (...)
  • 31 Abeles M., « Rituels et communication politique moderne », Hermès, no 4, 1989, p. 131.

38La tension était aussi vive le soir du 5 février. Au départ des gendarmes, à 17 heures, les pots de peinture, les pierres, et les grenades lacrymogènes, volaient à nouveau. L’affrontement était bref (un quart d’heure), mais intense. Mercredi 6, trois à quatre cents manifestants étaient à nouveau présents au départ des forces de l’ordre. D’abord nommée « office de 17 h » ou « prière du soir », le terme de « messe » va s’imposer pour désigner cette manifestation quotidienne. Dans la presse, le terme est repris pour la première fois dans l’édition du 28 février d’Ouest-France29. Les journalistes étaient présents tous les jours pour suivre les événements. Ils ont repris à leur compte le mot de « messe » qu’ils avaient progressivement identifié dans les conversations. Le terme de « messe » donnait à la manifestation quotidienne une connotation religieuse très explicite. Les opposants ont compris intuitivement que leur action relevait d’une sorte de rite qui pouvait se comparer à celui d’un office religieux. Dans le cours d’une mobilisation, les militants créent parfois des formes nouvelles qui peuvent s’imposer ensuite dans le répertoire d’actions des mouvements sociaux. De cette façon, la « messe de 17 h » peut être analysée comme une « production culturelle militante30 ». Elle était une innovation effectuée dans un contexte contraignant. Cette forme manifestante de la « messe de 17 h » a donné une marque particulière à la mobilisation sociale de Plogoff. Le rituel peut se caractériser par deux procédés : la répétition et le morcellement31. Dans le rituel, il se produit toujours le retour d’un même ordre de séquences bien définies (même si des variations peuvent être amenées). La « messe » de Plogoff reproduisait ces caractéristiques du rituel en faisant se répéter tous les jours une suite de séquences identiques qui sont intéressantes à repérer.

39Aux alentours de 16 heures donc, un grand nombre d’opposants avait pris l’habitude de se rapprocher du site où les gendarmes préparaient leur départ. Combien de personnes ont participé aux « messes » ? Il est difficile de répondre, car il est souvent difficile de distinguer, dans une manifestation, les manifestants actifs des simples curieux et badauds. Parmi les manifestants, certains étaient très actifs, en lançant des projectiles sur les gendarmes. D’autres faisaient seulement de la figuration. « On faisait la foule », a expliqué un opposant qui habitait dans les monts d’Arrée et qui venait à Plogoff durant l’enquête pour participer aux « messes de 17 h ». Enfin, restant à l’écart, de nombreux badauds venaient aussi assister au spectacle offert gratuitement chaque jour.

  • 32 Ouest-France, 9-10 février 1980.

40Cette typologie des manifestants paraît relativement satisfaisante. Mais il ne faut oublier le fait que le statut d’un participant peut varier au cours d’une manifestation. En effet, certains habitants modérés de Plogoff ont été choqués par les premiers lancers de pierres. Mais, passés ce premier moment de surprise, ceux mêmes qui avaient été choqués par les lancers de pierres ont, ensuite, participé activement à ces mêmes lancers. Il y avait parmi les opposants des individualités décidées d’entrée à en découdre par le moyen de la force physique. Mais le simple jeu des interactions a fait entrer d’autres personnes dans les échanges de coups sans que ces personnes ne l’aient au départ décidé explicitement. « Nombre de ceux qui retenaient leurs concitoyens désireux de lancer des projectiles se sont mis eux-mêmes à en lancer », notait Ouest-France32. Cela pouvait être lié à la colère de celui qui « prenait » une grenade alors qu’il ne faisait que regarder la scène. C’était aussi lié au faible « coût » représenté par le fait de lancer un caillou dans le relatif anonymat du groupe des manifestants. Progressivement, tout cela a pu accroître le nombre de manifestants actifs. Contre les visions intellectualisantes qui font du passage à la violence le fruit d’une sorte de délibération de soi avec soi, il est donc nécessaire de souligner que l’entrée dans l’action manifestante n’est pas toujours issue d’une délibération préalable prise dans une posture réflexive (« Vais-je être violent ? »). Un simple badaud peut donc se muer en insurgé au moment où, lui aussi, il est investi par le besoin psychologique de saisir une pierre pour la lancer sur les forces de l’ordre. Comme si la pierre lui venait dans la main, plus qu’il ne la cherchait explicitement. À l’inverse, un participant très actif pouvait se mettre en retrait après avoir vécu un moment qui l’avait échaudé. L’ensemble de ces personnes pourrait donc finalement être comptabilisé comme manifestant (manifestants actifs un moment, manifestants en retrait à d’autres moments, badauds, etc.). Les chiffres donnés régulièrement par la presse, et qui seront repris ici, se révèlent finalement d’assez bons indicateurs sur l’ampleur générale des manifestations, sans que l’on puisse en tirer plus de conséquence.

  • 33 Le Garrec N., op. cit.
  • 34 Le Télégramme, 14 février 1980.

41Dans son film, la cinéaste Nicole Le Garrec a bien saisi le moment où les personnes convergeaient vers le Trogor, pour la « messe de 17 h ». Elles y allaient vec un brin d’excitation, comme si elles allaient à un rendez-vous mondain, les femmes en particulier avec au bras leur sac à main33. Un journaliste du Télégramme précisait que, certains mercredis, des parents venaient voir le départ des gendarmes, accompagnés de leurs enfants qui n’avaient pas classe ce jour-là34. Vers 16 h 30, la « mère poule », surnom donné par les manifestants à l’hélicoptère des forces de l’ordre, passait dans le ciel pour apprécier la situation du jour. Le passage de l’hélicoptère marquait en quelque sorte le début de la « messe ». « Quand l’hélicoptère venait, les gens venaient comme pour voir une pièce de théâtre ou bien pour voir un match de foot (rire) », s’est souvenu un marin pêcheur de Plogoff.

42Pour la gendarmerie, la phase de décrochage qui durait une quinzaine de minutes était assez délicate, même si la manœuvre était simple sur le seul plan technique du maintien de l’ordre. La gendarmerie utilisait les mesures de routine destinées à canaliser les manifestants (grenades lacrymogènes, charges ponctuelles). Alors que la fin d’après-midi approchait, les gendarmes devaient d’abord, petit à petit, faire évacuer le site du Trogor. La route menant vers la sortie de Plogoff et vers Pont-Croix devait être absolument dégagée. De l’autre côté, entre le Trogor et le bourg de Plogoff, une foule se constituait progressivement.

  • 35 Ouest-France, 9-10 février 1980.

43Peu à peu, les manifestants les plus hardis se rapprochaient du barrage constitué par les gendarmes mobiles. Depuis les champs voisins, des manifestants « arrosaient » les gendarmes en maniant des frondes chargées de divers projectiles (pierres, billes, boulons, etc.), projectiles qui allaient s’écraser avec un bruit mat sur les casques et les boucliers des gendarmes. Parfois, des cocktails Molotov partaient vers les gendarmes. Lors du rassemblement du vendredi 8 février, les journalistes notaient que des manifestants étaient bien équipés, avec casque, lunettes, et foulard35. Des grenades lacrymogènes partaient vers les manifestants. Les photographes de la presse tentaient alors de saisir la meilleure image possible.

  • 36 Le Garrec N., op. cit.

44Ensuite, les mairies annexes quittaient en premier lieu le site. En marche arrière, les camions des forces de l’ordre se rapprochaient alors des barrages constitués par les gendarmes mobiles. Les militaires devaient réussir à contenir la foule tout en pensant, au bon moment, à embarquer dans les camions pour laisser la place aux manifestants qui avançaient. Dans les nuages de fumée blanche et âcre, des cris, des sifflets, et des insultes pleuvaient sur eux. « Salauds ! », criaient des manifestants36. Avec ce départ des camions, la messe s’achevait. Chaque soir, les opposants remportaient en quelque sorte une bataille. En effet, les gendarmes mobiles laissaient chaque soir le terrain aux opposants qui pouvaient se réjouir de voir déguerpir ainsi les forces de l’ordre, même s’ils savaient que les gendarmes allaient revenir le lendemain. Finalement, la durée de cette « messe » pouvait dépasser la demi-heure.

45Mais après le départ précipité des gendarmes, tout n’était pas fini. De petits groupes de manifestants se formaient. On toussait, on se frottait les yeux. Les manifestants passaient d’abord un moment à retrouver une respiration normale dans l’atmosphère parfois suffocante générée par la fumée des grenades lacrymogènes. Plus tard, des enfants s’amusaient à ramasser les douilles vides des grenades. Les manifestants se racontaient les faits du jour. Ils comptaient aussi les petites contusions, parfois des blessures plus importantes. Ils parlaient, souvent longuement, et ils imaginaient la journée du lendemain, ce qui était aussi une façon de canaliser la forte tension psychologique.

46Les petites histoires que l’on racontait sur la « messe » du jour, sur les « hauts faits » de tel ou tel manifestant, et sur les « bassesses » de tel ou tel gendarme, montrent que la manifestation quotidienne, malgré la violence des échanges, comportait aussi une dimension ludique. Pour les manifestants, en particulier parmi les plus jeunes, il existait sans doute une certaine joie d’être là, de s’approcher des barrages des gendarmes, de leur lancer quelques projectiles bien choisis, de courir ensuite à travers champ pour leur échapper, avec un mélange de peur et d’excitation.

La dramaturgie achevée de la « messe »

47En février, les vacances scolaires drainaient vers Plogoff une population de jeunes manifestants qui recherchaient un affrontement plus sérieux avec la gendarmerie. La tension s’accentuait. Samedi 16 février, sept à huit cents personnes accompagnaient le départ des mairies annexes, puis c’était mille personnes le lundi 18. Attendant le passage des gendarmes, les manifestants étaient aussi installés sur le pont du Loc’h qui marque l’entrée de la commune. Lors de la « messe » du 16 février, des cocktails Molotov partaient en abondance et la gendarmerie répliquaient alors à l’aide de grenades lacrymogènes, puis de grenades dites offensives (reconnaissable au bruit sourd qu’elles provoquaient). Une fumée âcre enrobait peu à peu le site. Puis, une sorte de combat de mouvement se déroulait autour du Trogor. Après des sommations (la première fois, le 22 février), les gendarmes, matraque à la main, chargeaient en poursuivant les manifestants loin dans les champs dénudés de l’hiver et dans les chemins creux qui entourent le Trogor. Mardi 19 février, les forces de l’ordre procédaient à une arrestation, ce qui avait pour effet ponctuel de réduire l’intensité de la « messe » les deux journées suivantes. Alors qu’un millier de manifestants se réunissait maintenant chaque jour au Trogor, la fin des congés scolaires, à partir du lundi 25, faisait retomber le chiffre de manifestants à trois ou quatre cents.

48Avec la condamnation, le 27 février à Quimper en audience de flagrant délit, d’un manifestant interpellé à Plogoff, les autorités entreprenaient de durcir le maintien de l’ordre. Il est possible que les pouvoirs publics aient été un peu empêtrés dans déroulement de l’EUP. Le recours à la force représentait alors pour eux une solution « naturelle » pour réduire l’opposition qui montait. Lors de la « messe » du vendredi 29 février, les gendarmes chargeaient donc les manifestants de façon plus appuyée. L’opération était menée en quelques minutes. Une dizaine de manifestants était légèrement blessée. Onze opposants étaient à nouveau interpellés. Les manifestants ont été surpris par cette charge qui avait été lancée juste après le départ des mairies annexes. L’opération de police avait été bien préparée. En empruntant la route de la baie des Trépassés, un groupe de gendarmes a débouché dans le dos des manifestants. Renseigné par l’hélicoptère, les camions de gendarmerie ont pu aller droit sur leur objectif. Des courses à pied ont ensuite eu lieu à travers les champs et à travers les chemins creux dans le but de réaliser des interpellations. Cette opération des forces de l’ordre a créé une panique dans le groupe des manifestants qui ont fait face à des gendarmes assez remontés.

49Mais si l’opération de police a été un succès, elle a choqué les opposants. La fin de l’enquête va donc être marquée par une recrudescence des tensions. Dans la journée, le harcèlement des gendarmes mobiles n’avait jamais cessé. La « messe » attirait de plus en plus de manifestants. Samedi 1er mars, à l’heure de midi, la « messe » battait d’ailleurs son record d’affluence : deux mille manifestants, avec des élus locaux en tête, accompagnaient le départ des gendarmes. En Bretagne, les réseaux antinucléaires se sont fortement mobilisés à ce moment. Des manifestations de soutien avaient lieu dans de nombreuses villes bretonnes. Les manifestants mettaient en scène des parodies de mairies annexes. Sur les panneaux indicateurs à l’entrée des villes, les antinucléaires rebaptisaient leur ville du nom de Plogoff. Sur le modèle des Comités Larzac, des Comité Plogoff se créaient pour recueillir et agréger les soutiens.

50Ce succès antinucléaire de la « messe » et de la mobilisation qui progressait autour d’elle se lit aussi dans les manifestations qui commençaient à s’organiser dans les lieux de cantonnements des gendarmes mobiles. À Saint-Guénolé, dans le Pays bigouden, deux cents manifestants bloquaient par un sit-in le passage des camions de gendarmes revenant de Plogoff. Le comité antinucléaire bigouden appelait à manifester de cette façon tous les soirs. Une opération similaire était menée sur la route qui mène les gendarmes à leur cantonnement de Loctudy (Pays bigouden).

51Comme souvent chaque vendredi, la « messe » du 7 mars était plus agitée, cette fois-ci en plus sous un vent d’ouest violent et une pluie battante. La fin de l’enquête approchait maintenant et les opposants souhaitent redonner un dernier élan à la mobilisation. Mille cinq cents manifestants étaient présents à la « messe » du samedi 8. Les antinucléaires de l’aire de mobilisation du Pellerin avaient affrété des cars pour y participer. Comme au début de l’enquête, les gendarmes étaient raccompagnés jusqu’à Pont-Croix. La « messe » continuait dans le chef-lieu du canton. Mille personnes défilaient dans les rues du Pont-Croix et autour du petit séminaire où étaient logés les gendarmes. En début d’après-midi, ceux-ci effectuait une sortie courte et intense pour disperser ces manifestants.

  • 37 Le Télégramme, 8-9 mars 1980.
  • 38 Le Télégramme, 11 mars 1980.

52Puis, les CLIN se réunissaient à Plogoff pour imaginer la conclusion à donner à l’enquête. À ce moment, la colère des écologistes politiques étaient augmentée par le naufrage du pétrolier Tanio. Au début du mois de mars, ce pétrolier de 25 000 tonnes avait coulé près des côtes du nord-Finistère, au large de l’île de Batz37. Ce naufrage permettait de renouveler les slogans adressés aux gendarmes mobiles qui étaient « invités » à aller ramasser le mazout sur les plages du Léon (« Les flics au mazout38 ! »).

  • 39 Le Garrec N., op. cit.

53Dans les derniers jours, le nombre de manifestants va monter régulièrement. Mardi 11, ils étaient mille. Mercredi 12, ils étaient deux mille. La dernière « messe », vendredi 14 mars, rassemblait six à sept mille manifestants, chiffre le plus important enregistré pour ces « messes », malgré les barrages disposés par la gendarmerie à l’entrée du Cap-Sizun. Comme au début de l’EUP, les opposants organisaient une journée « Cap en deuil ». La « messe » démarrait plus tôt que d’habitude, dès 14 h, avec des discussions avec les gendarmes. Jean Kergrist, et son personnage du Clown atomique, était présent et tournait en dérision la forte présence policière. Mais d’autres opposants ont préféré donner une tonalité morbide et dramatique à cette dernière « messe ». Devant les médias, ils reprenaient à leur compte la connotation religieuse de la manifestation quotidienne en organisant la représentation d’une messe d’enterrement antinucléaire. Toute une symbolique mortuaire était déployée. Suivi par la foule, un cercueil était porté par des hommes dont le visage était recouvert d’un masque mortuaire. Les noms du préfet, du député, et de son suppléant, figuraient sur ce cercueil qui était rempli d’une vingtaine de rats crevés. Un mannequin casqué figurant un gendarme mobile était pendu à un gibet et brûlé devant le cordon de gendarmerie. Des femmes habillées de noir portaient de grandes croix. Pour cette « messe », un opposant « officiait » en lisant un texte ironique devant la foule et devant les gendarmes : « Avis à la population. Les forces d’occupation évacuent le Cap-Sizun. À partir de ce jour, quatorze mars, dix-sept heures, tout gendarme mobile surpris à déambuler sur le territoire de la commune sera considéré comme une illusion d’optique et traité comme telle39. »

54Une opposante Plogoffite du Comité de défense s’est souvenue de ce moment très intense de la mobilisation qui marquait avec un éclat particulier la fin des six semaines de l’enquête d’utilité :

  • 40 Un mannequin de gendarme mobile.

« … Le dernier jour, c’était grandiose. Je n’oublierai jamais. Il y avait du monde ! […] Et puis, il y a eu une “messe”, hein. Il y avait un cercueil avec un gendarme mobile dedans40. Moi, j’avais un oncle qui chantait la messe… Les gens pleuraient, les gens ont pleuré… Et là, on est partis les reconduire jusqu’à Pont-Croix… »

55La forte mobilisation des Plogoffites et des Capistes lors l’enquête d’utilité publique a surpris, à la fois les promoteurs de l’atome, les écologistes politiques, et les journalistes. C’était comme si, finalement, les opposants du Cap-Sizun avaient réussi leur examen de passage antinucléaire. L’impact de la mobilisation durant l’enquête était lié à la grande variété des moyens utilisés par les opposants (barricades, harcèlement, dépôts d’ordures, chants, « messe », etc.). Cette diversité a créé un effet de surprise, séduisant en particulier les médias. Ce point montre que l’innovation tactique revêt une grande importance pour un mouvement social dans la mesure où elle peut lui permettre de compenser son manque de ressources institutionnelles. En utilisant des moyens non-institutionnels, des groupes mobilisés peuvent réussir à créer des effets de décalage qui vont leur permettre de se faire mieux entendre par les pouvoirs publics. Dans le cas de la mobilisation de Plogoff, l’utilisation de moyens non-institutionnels menait aussi à se poser la question de l’utilisation de la violence physique.

Contenir et maîtriser l’expression de la violence

  • 41 Duclos N., Les Violences paysannes sous la Ve république, op. cit., p. 13.
  • 42 Favre P., « Nature et statut de la violence dans les manifestations contemporaines », Les Cahiers (...)

56La question de la définition de la notion de « violence » partage les sociologues dans la mesure où la portée donnée à ce concept trahit très souvent un fond de normativité que les auteurs ont conservé par-devers eux. Nathalie Duclos a donné une définition restrictive de la violence dans son travail sur les violences paysannes. Selon elle, peut être qualifié de violence « tout comportement causant des blessures aux personnes ou des dommages aux biens41 ». Cette définition restrictive, limitée à l’effet mesurable, donne un concept opératoire permettant de s’en tenir à des actes assignables. Pour continuer, Pierre Favre a souligné la relative rareté des violences dans les manifestations dans le même temps où elles se sont banalisées. Aujourd’hui, moins de 5 % des manifestations donnent lieu des incidents violents42.

57Ces deux éléments, définition restrictive de la violence et constat de la relative rareté de la violence dans les manifestations, ont orienté le traitement de la question de la violence durant l’EUP à Plogoff. Selon une idée assez répandue, les événements de l’EUP auraient été d’une grande violence. Certes, il y a eu des situations très difficiles à Plogoff. Mais, il est également possible de dire qu’un certain contrôle de la violence a été exercé, à la fois par les opposants et par les forces de l’ordre. Durant l’EUP, si la violence a été en général contenue, cela a été en particulier possible grâce au travail de persuasion des écologistes politiques et au dialogue continu entre les protagonistes. La violence contenue de l’EUP a donc permis aux forces de l’ordre de souligner que leur mission avait été accomplie. Mais, si le bilan affiché paraissait flatteur, c’était quand même oublier qu’une polémique publique peut révéler d’autres dimensions, autres que celle du recours à la violence.

Le recours à un répertoire violent dans les mobilisations antinucléaires en Bretagne

  • 43 Braud P. (dir.), La Violence politique dans les démocraties européennes occidentales, L’Harmattan, (...)

58S’appuyant sur Ted Gurr, Philippe Braud distingue la violence instrumentale de la violence colérique43. La première s’exerce froidement, dans un calcul coûts/avantages, en vue d’atteindre un objectif plus ou moins précis. La violence colérique permet plutôt des satisfactions psychologiques immédiates. Elle est éruptive et s’appuie sur le flux du ressentiment et de la fureur. La violence ne s’attache pas ici à définir un objectif rationnel, mais elle permet de réguler la quantité de frustration des opposants. Cette distinction va appuyer l’analyse sur la question de la violence.

La violence en tant qu’instrument : sabotages et attentats

  • 44 Gurr T., Why Men Rebel, Princeton, Pinceton University Press, 1974, p. 156.
  • 45 Sur l’aire de mobilisation d’Erdeven, des menaces de luttes armées ont aussi été faites à EDF (cf. (...)
  • 46 Le Monde, 22 septembre 1978. Voir aussi Le Télégramme, 27 septembre 1978 et Le Télégramme, 13 sept (...)
  • 47 Sommier I., La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, PUR, Rennes, p. (...)
  • 48 Le Matin, 18 mars 1980.

59Le sociologue américain Ted Gurr a aussi souligné que le potentiel de la violence utilisée à des fins politiques est corrélé avec les justifications qu’on lui confère44. Cette logique de justification rationnelle se retrouve dans le mouvement antinucléaire en Bretagne. Les opposants au nucléaire justifiaient l’utilisation d’une certaine violence par le fait qu’ils estimaient n’être pas entendus par les pouvoirs publics. Sur l’aire de mobilisation du Cap-Sizun45, les opposants ont régulièrement adressé des menaces en soulignant que, si les autorités publiques confirmaient leur option, ils devaient s’attendre à des violences. À l’automne 1978, le maire de Plogoff a utilisé ce registre comminatoire. La presse cite ses propos : « Certes, nous ne nous battrons pas avec des fusils contre les CRS, mais je crois que si la centrale atomique nous est imposée, il y aura des réactions brutales. Je ne répondrai plus alors de la population46. » Dans cette logique, les opposants argumentaient dans un style juridique, en soulignant que leur violence aurait été justifiée par une situation de légitime défense. Dans son travail sur les violences révolutionnaires dans l’après-68, Sommier a montré que, dans une logique de « contre-violence », des militants pouvaient justifier le recours à la violence par l’argument de la « légitime violence » s’exerçant en réponse à la « violence de l’ordre établi47 ». Cette logique se retrouve dans la mobilisation de Plogoff. Par exemple, le député socialiste Louis Le Pensec, témoignant à la barre lors d’un des procès des opposants interpellés lors de l’enquête d’utilité, a souligné que « les Bretons sentent que leur région devient un espace d’agression48 ». La perception par les opposants qu’ils se trouvaient dans la position où ils devaient mener un combat défensif, et donc d’autant plus légitime, face à un « envahisseur » peut sans aucun doute expliquer une propension plus forte à la violence et une capacité à assumer celle-ci. « La violence venait de leur part », a encore indiqué une des opposantes du comité de défense.

  • 49 Cf. Chartier E. et Cabon A., Le Dossier FLB. Plongée chez les clandestins bretons, Coop Breizh, Sp (...)
  • 50 Causant la mort d’une employée, l’attentat, le 19 avril 2000, contre un restaurant McDonald’s à Qu (...)
  • 51 Le Télégramme, 11 décembre 1980.

60Au cours des années soixante-dix, des actions de sabotage antinucléaire ont été réalisées en Bretagne. Les centres techniques et les agences d’EDF ont été la cible d’opposants anonymes. Dans le Finistère, l’action violente antinucléaire a été reliée dès 1975 avec le mouvement breton et avec la revendication d’indépendance de la Bretagne vis-à-vis de la France considérée comme « pays colonisateur ». Sans que les écologistes ne l’aient explicitement sollicité, le mouvement antinucléaire a reçu le soutien actif des groupes FLB-ARB (Front de libération de la Bretagne-Armée révolutionnaire bretonne), groupes aux ramifications aussi complexes que leurs effectifs étaient minuscules. Cette signature terroriste du FLB est apparue une première fois en 1963, au lendemain de la fin de la guerre d’Algérie49. Ce « premier » FLB a possédé une composante plutôt droitière avec des militants appartenant à des groupes sociaux relativement aisés. Puis le FLB a revêtu une dimension plutôt gauchisante dans les années soixante-dix avec le soutien de militants issus des classes moyennes ou populaires (agriculteurs, éducateurs, cuisiniers, instituteurs, etc.). Les populations bretonnes pouvaient parfois considérer avec une sorte d’indulgence romantique et amusée un « terrorisme souriant », en particulier parce qu’il n’avait jamais causé de victimes innocentes50. Mais le FLB-ARB a été soumis à une répression régulière de la part des autorités publiques, en particulier dans le cadre de la politique proactive du ministère de l’Intérieur après Mai-68. Il était dissous par ce même ministère en janvier 1974. Mais, en juillet 1975, le même FLB-ARB apportait sa contribution au mouvement antinucléaire en signant un premier attentat antinucléaire visant le siège de la division équipement d’EDF basé à Tours, dans le but de protester contre la décision d’implanter une centrale nucléaire en Bretagne. Les autorités publiques ont donc parfois associé répression contre le FLB et répression contre le mouvement antinucléaire. Ainsi, en octobre 1975, une opération anti-FLB donnait lieu à une quarantaine d’arrestations qui concernait aussi des opposants à l’atome. Même s’il a été plutôt implicite, le lien entre FLB et mouvement antinucléaire a été une réalité. Par exemple, en décembre 1980, le berger de Plogoff, Alain-Pierre Condette, et le Clown atomique, Jean Kergrist ont témoigné lors d’un procès de dix militants du FLB devant la Cour de sûreté de l’état51. La thématique du « colonialisme intérieur » des militants bretons rejoignait pour une part la thématique de l’opposition à l’atome.

  • 52 Le Télégramme, 16-17 août 1975 et Ouest-France, 16-17 août 1975.
  • 53 Ibid.

61Dans le cas d’une opposition à l’énergie nucléaire, la centrale de Brennilis (70 Mw) représentait une cible de choix. De fait, la centrale a été la cible de deux attaques terroristes signées par le FLB-ARB. Le 15 août 1975, deux explosions ne causaient aucun dégât significatif sur le site52. Cette action antinucléaire du FLB a créé un débat au sein du CRIN d’Erdeven. Fallait-il courir le risque d’être assimilé à l’action violente d’indépendantistes mal connus ? La décision a été prise de donner dans la nuance. Le CRIN regrettait officiellement l’utilisation de la violence. L’utilisation de celle-ci venait en effet en contradiction avec la démarche d’information entreprise par le CRIN. Mais celui-ci la justifiait quand même en partie en soulignant qu’elle n’était qu’une réponse à la « violence de l’état ». Le CRIN réagissait donc en indiquant qu’« un tel acte paraît presque normal. Ce n’est pas nos méthodes, mais il faut dire que le climat qui règne actuellement en Bretagne rend les gens nerveux53 ».

  • 54 Le Télégramme, 28-29 juin 1980.
  • 55 Le Matin, 2 juillet 1980.

62En janvier 1979, le site de Brennilis était à nouveau attaqué. Deux pylônes de la centrale électrique étaient abattus à l’explosif. En juin 1980, des lettres signées du FLB étaient adressés, sans qu’ils les aient sollicitées, à de nombreux militants antinucléaires pour leur donner des conseils sur les différentes techniques d’action militante violente54. Le comité de défense de Plogoff a reçu ce courrier qui expliquait comment fabriquer un cocktail Molotov et comment fabriquer des explosifs dans le cas où il aurait fallu s’opposer au démarrage du chantier nucléaire. Le mouvement d’opposition à la centrale nucléaire de Plogoff a donc parfois reçu le renfort d’acteurs qui avaient décidé d’agir de façon anonyme et isolée. Ces actions pouvaient se révéler gênantes, en particulier pour les écologistes politiques. La période de l’enquête d’utilité publique a ainsi été marquée par la multiplication d’actions violentes anonymes. La presse régionale se faisait l’écho dans ses pages locales des actions entreprises contre les agences EDF du Finistère, à Carhaix, à Concarneau, etc. : vitrines brisées, murs couverts de graffitis antinucléaires, tentative d’incendie. Ce versant de la lutte qui restait dans l’ombre pouvait également prendre la forme de coups de téléphones nocturnes et anonymes pour menacer quelques-uns des promoteurs de l’atome. Autre exemple, en juillet 1980, certains des défenseurs du projet de Plogoff ont reçu des colis piégés55. Depuis Brest, des enveloppes cartonnées contenant des pastilles faiblement radioactives ont été envoyées anonymement, notamment aux députés Guy Guermeur et Eugène Bérest (Brest), à la député européenne Sylvie Le Roux (PCF), au secrétaire d’état aux collectivités locales et maire de Quimper, Marc Bécam, et enfin au préfet du Finistère.

  • 56 Entretien.

63Mais parfois, les actions étaient encore plus dures. Les responsables du comité de défense ont pu constater qu’un certain nombre d’actions percutantes avaient été accomplies en dehors de leurs vœux. Durant l’EUP, le renseignement policier avait aussi repéré des éléments incontrôlés et alcoolisés56. Dans le Cap Sizun, les camions de gendarmerie, ainsi que l’hélicoptère des forces de l’ordre, ont essuyé quelques coups de feu. Un journaliste d’Ouest-France confirme :

« … J’ai entendu le bruit des culasses se charger dans la nuit à Plogoff… J’ai eu très peur… […] Il y a des gens qui ont sorti les fusils et qui étaient prêts à faire le coup de feu sur la patrouille de gendarmerie qui venait les harceler la nuit… […] On a frôlé la catastrophe ces jours-là… »

  • 57 Le Télégramme, 18 mars 1980.

64À la fin de l’enquête d’utilité, des « bombes » fabriquées de façon sommaire ont été enterrées dans le sol, sur le site du Trogor, à l’endroit où les mairies annexes stationnaient chaque jour. Chargées de poudre d’aluminium, l’objectif des engins était probablement de provoquer un incendie dans les camionnettes. Prévu pour se déclencher lors du dernier jour de l’enquête, l’engin n’a pas fonctionné. Les « marmites-explosives57 » seront découvertes ensuite, le secret sur l’existence de ces trois bombes ayant transpiré. Selon les sources de l’historien Erwan Chartier, de jeunes militants exaltés, proches du FLB, seraient à l’origine de cette tentative d’attentat. Mais Erwan Chartier souligne aussi que le FLB n’était pas réellement intervenu durant l’enquête d’utilité publique car le mouvement avait, pour une grande part, été brisé par les pouvoirs publics, les militants les plus actifs du FLB étant en prison à ce moment.

65Malgré leur volonté, le maire de Plogoff et le comité de défense n’ont donc pas toujours réussi à encadrer la lutte. Cette dernière courait alors le risque de se voir assimilée à une pure action délinquante. Ces dernières actions contre les maires annexes sortaient même de l’intention stratégique pour rejoindre le cadre de l’agir émotionnel.

La violence générée par l’intensité des émotions

  • 58 Sartre J.-P., Esquisse d’une théorie des émotions, Hermann, Paris, 1965, p. 17.
  • 59 Hercus C., « Identity, emotion, and feminist collective action », Gender & Society, vol. 13, no 1, (...)

66Dans son « esquisse d’une théorie des émotions », Jean-Paul Sartre a souligné que l’émotion ne relève pas du désordre psycho-affectif. Pour le philosophe, « l’émotion est une forme organisée de l’existence humaine58 ». Sartre a théorisé l’émotion comme réaction de la raison à une situation d’enfermement. Il n’est donc pas surprenant qu’elle soit surtout le fait des groupes sociaux qui sont les plus démunis socialement et qui bénéficient le moins d’opportunités. Dans un effet de catharsis, la violence permet au moins de se réconcilier, dans un moment bref, avec la réalité. Si l’on suit Sartre, l’émotion permet de se constituer un autre monde dans lequel l’acte violent peut être aussi lu comme un acte magique permettant d’agir sur le destin. Dans cette logique, comme l’a souligné Cheryl Hercus pour le cas des mouvements féministes, la rage que peuvent ressentir des militants peut jouer un rôle central dans les mobilisations sociales59. Pour les opposants à l’atome civil, le sentiment d’être socialement inaudibles, de ne pas voir d’issue repérable en dehors des projets des promoteurs de l’atome, les a parfois conduits jusqu’à cet état de rage. Éprouvant un sentiment d’impuissance face au déroulé de la procédure purement administrative de l’EUP et face au déploiement des forces de l’ordre, des opposants ont recouru à une sorte de violence désorganisée qui permettait surtout de décharger une trop grande quantité d’émotions.

  • 60 Entretien ; Lafont H., Meyer P. et Virilio P., Le Nouvel ordre gendarmique, Seuil, Paris, 1980, p. (...)
  • 61 Ouest-France, 23 janvier 1980.
  • 62 Ouest-France, 23-24 février 1980.
  • 63 Le Télégramme, 22 février 1980.

67Tout d’abord, en janvier 1980, le déploiement des forces de l’ordre dans le Cap-Sizun a créé un véritable choc psychologique. Pour le préfet, le déploiement de plusieurs escadrons de gendarmerie mobile avait pour but d’être assuré de maîtriser la situation. Ainsi, sept escadrons (de 135 gendarmes chacun, soit pour chaque escadron, 75 hommes effectivement sur le terrain60) s’implantaient dans le Cap-Sizun61. À la fin du mois de janvier, l’arrivée de ces forces dans ses cantonnements de Pont-Croix du Pays bigouden a été très remarquée. Un huitième escadron a été mobilisé au début du mois de février. Le pur rapport de force physique était donc largement à l’avantage des promoteurs de l’atome. Par exemple, lors de la « messe » du 22 février, mille manifestants ont fait face à cinq cents gendarmes, ce qui donne un ratio étonnant d’un gendarme présent pour deux manifestants62. Quand le nombre de manifestants était moins élevé, il pouvait même y avoir autant de gendarmes présents que de manifestants (sans doute cinq cents personnes de chaque côté lors de la messe du 21 février63).

  • 64 Fillieule O., Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Presses de la FNSP, Paris, 1997, (...)

68Sans faire abstraction de la force pratique qu’il manifestait, le déploiement des escadrons de gendarmerie revêtait aussi un aspect de mise en scène. Les pouvoirs publics cherchaient à jouer sur les représentations des opposants, à créer un effet de dissuasion. L’EUP a été aussi une bataille psychologique entre les pouvoirs publics et les opposants. Fillieule a montré comment les gendarmes jouent avec une gestuelle empreinte d’une « animalité », d’une agressivité symbolique, dans le but d’intimider les manifestants64. De fait, l’arrivée en renfort d’un escadron du groupe de gendarmerie mobile parachutiste de Mont-de-Marsan a accru cette agressivité symbolique. Plus jeunes et physiquement plus entraînés, ces gendarmes étaient d’abord mieux à même d’entreprendre des sprints dans le but d’interpeller des manifestants. Mais ils ont aussi beaucoup impressionné par leur visuel fort. Solidement casqués, avançant au coude à coude vers la foule en martelant leurs boucliers avec une matraque, tout en scandant des chants de commandos d’une voix rauque, ces gendarmes faisaient peur. Le commandant de gendarmerie Gérard Charlot a souligné :

« … On s’est dit : on va faire un peu de bruit. ça fait partie… je dirais… des règles du jeu. On disait en fait : “Si vous êtes devant, rangez-vous.” Dans ce genre d’opération, il ne faut pas avancer silencieusement… Il faut éviter la surprise. Faire comprendre que, “attention, il va se passer quelque chose, que les honnêtes gens se retirent”… »

69Cette tactique semble avoir fonctionné car de nombreuses personnes interviewées gardent encore en mémoire les manœuvres de ces gendarmes parachutistes. Ancien syndicaliste, un habitant du Cap-Sizun, opposant à la centrale, s’est souvenu :

  • 65 La confusion entre CRS et gendarmes mobiles était assez courante.

« … “36” que j’avais vécu comme tous mes camarades de l’époque… mais c’était des grèves pacifiques ! Autrement… jamais de manifs de cette violence. Et puis, la violence augmentait sans cesse du fait des CRS65, hein, ils étaient un petit bataillon, au début, de trois cents personnes. Après, on a fait venir, là, des “durs”, paraît-il qu’ils venaient de Mont-de-Marsan… On nous disait ça… de Mont-de-Marsan […], enfin, c’était impressionnant à voir… »

70L’ensemble de ce déploiement des forces de l’ordre a généré un flot d’émotions chez les habitants du Cap-Sizun. Des femmes fondaient en larmes, et des hommes aussi. Une des membres du comité de défense de Plogoff a laissé filtrer cette émotion durant un bref moment lors d’un entretien. Évoquant l’affichage de l’avis d’EUP réalisé en force par la gendarmerie sur la mairie de Plogoff, elle a laissé transparaître, plus de vingt ans après les faits, une forte émotion :

« … Le lendemain de l’affichage, Annie, j’avais pleuré, hein… tellement… de rage. Je crois que c’est de rage que j’avais pleuré… »

  • 66 Ouest-France, 9-10 février 1980.
  • 67 La nature de ces grenades va alors donner lieu à une polémique spécifique.

71Il n’était donc sans doute pas possible de déployer une si grande quantité de forces sans que cela ne provoque de fortes réactions des opposants. La violence trouvait alors son origine dans la dynamique même de l’EUP qui tentait d’imposer une procédure à un ensemble d’opposants déterminés. À Plogoff, les premiers moments de forte tension ont lieu au bout d’une semaine d’enquête. Le 8 février, trois cents manifestants se rassemblaient pour le départ des gendarmes. Ce rassemblement de 17 heures donnait lieu à des affrontements qui ont fait seize blessés66. Quinze gendarmes étaient touchés par des jets de pierres, de galets, et de boulons. Les gendarmes répliquaient à l’aide de grenades lacrymogènes, parfois avec des tirs tendus (à l’horizontale). Ils répliquaient aussi avec des grenades dites « offensives67 ». Une manifestante, professeure du secondaire à l’époque, s’est souvenue d’avoir perçu, avec effroi, la violence émergeant dans les manifestations :

« … Des manifestations, mais… des manifestations très dures… parce que, je me souviens très bien, d’une manifestation où les CRS ont chargé, comme on dit, et où ils ont lancé des tas de grenades lacrymogènes et quelque chose de beaucoup plus fort et qui s’imprégnait dans les vêtements… il a fallu que je jette un vêtement. D’abord, j’ai failli… je suffoquais… il a fallu… je sais que ma fille, moi, m’a entraînée et puis donc… Et donc, c’était un produit… à ce moment on a connu ce que c’était les CRS et combien il pouvait y en avoir, quand politiquement on voulait nous empêcher de manifester. Eh bien, c’était d’une violence inouïe… inouïe… »

  • 68 Ouest-France, 25 février 1980.

72Par moment, le maintien de l’ordre dérapait. Par exemple, la première « nuit des barricades » à Plogoff avait excédé les gendarmes qui ont alors jeté une grenade lacrymogène dans une salle de la mairie où les manifestants avaient trouvé refuge. Les gendarmes étaient nerveux et, le soir, tout promeneur était considéré comme suspect par les patrouilles. Lors de la « messe » du 23 février, le remuant berger de Plogoff était atteint par un projectile qui, en le touchant au visage, a libéré de la peinture blanche et l’a blessée légèrement68. Devenue une figure de la mobilisation, la cible du berger semble avoir été délibérément touchée par une munition minutieusement préparée. Enfin, un dernier indice reflète bien une certaine nervosité des gendarmes mobiles. Ayant ramassé par terre une des grenades lacrymogènes lancés vers eux, les manifestants purent y lire l’inscription anonyme suivante : « Pour ta sale gueule de Breton ! ». Le commandant de gendarmerie qui était sur le terrain à l’époque reconnaît que des débordements ont eu lieu :

« … C’est vrai que c’était une période tendue, je continue à penser que c’était anormalement tendu. Les hommes qui étaient sur le terrain étaient quand même habitués à bourlinguer… Pour les émouvoir, il faut beaucoup quand même… Pourtant, il y a eu des insultes, ils étaient parfois un peu énervés, mais pas traumatisés… […] Les conditions n’étaient pas marrantes. C’était l’hiver, à la pointe du Raz, et les hommes manquaient de sommeil. Vous ne pouvez pas, même si vous êtes très vigilant, empêcher de temps en temps une ânerie… »

73La colère associée à la fatigue des nuits de veille ont sans doute abattu des barrières psychologiques chez certains opposants et chez certains gendarmes. En lançant des pierres sur les gendarmes, les manifestants ont trouvé un exutoire à la rage qu’ils éprouvaient. Les pierres volaient vers les gendarmes mobiles et un vent de folie courrait alors sur la « messe ». Dans ce moment, la volonté de se battre physiquement chez les opposants prenait le dessus sur les stratégies subtiles des écologistes non-violents. Et les gendarmes avaient beaucoup de moyens à leurs dispositions pour leur répondre.

Les agriculteurs et les marins : des ethos favorisant la violence ?

  • 69 Duclos N., « Y a-t-il une exception paysanne ? Réalité et limite de la violence contestataire des (...)
  • 70 Cf. Guillemin A., « Doucement, c’est tout de même une femme. Remarques sur le statut de la violenc (...)
  • 71 Robin D., Pêcheurs bretons sous l’Ancien Régime. L’exploitation de la sardine sur la côte atlantiq (...)
  • 72 Boulanger J.-M., « Violence et ports de pêche », in Carluer J.-Y. (dir.), Violence et société en B (...)

74Nathalie Duclos a montré que, dans un processus général de modération des violences dans les conflits sociaux, il existait encore une certaine exception paysanne, mais qui elle-même tend à se réduire69. Parmi d’autres groupes sociaux, les paysans bretons restent ceux qui rechignent le moins à utiliser des moyens violents pour se faire entendre des pouvoirs publics. Il ne s’agit pas ici de renouveler de façon romantique le thème de la « sauvagerie » des populations rurales et maritimes. Car cette violence des paysans a pu aussi faire partie d’un jeu de négociation entre les syndicats agricoles et le pouvoir gaulliste pour trouver finalement des compromis70. Les marins appartiennent aussi à un monde social original. De part leur métier, ils doivent affronter la nature sauvage. Les marins sont souvent confrontés à des situations extrêmes dans lesquelles la violence peut émerger. Dans son étude sur les pêcheurs bretons sous l’Ancien Régime71, l’historien Dominique Robin souligne que les professionnels de la mer conservent une réputation ancienne de gens rugueux et donc portés « naturellement » à la violence. Le géographe Jean-Michel Le Boulanger a également montré que la violence était une donnée fondamentale dans la vie des marins pêcheurs72.

  • 73 Fillieule O., Stratégies de la rue, op. cit., p. 221.
  • 74 Ibid., p. 161.
  • 75 Cf. Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 45.

75Dans ses analyses, Fillieule a effectivement démontré que ce sont les agriculteurs, les marins-pêcheurs, les artisans, les employés du secteur secondaire, et les ouvriers qui recouraient le plus souvent à des modalités d’action dures à l’occasion de manifestations de rue (opérations commandos, séquestrations, etc.73). Cet auteur a proposé de mettre ce fait en rapport avec l’ethos de ces groupes sociaux74. Bourdieu définit la notion d’ethos comme un ensemble de schèmes de pensée qui structurent de façon systématique et inconsciente les perceptions ordinaires de l’existence ordinaire75. Il est donc possible de dire que l’ethos propre aux groupes sociaux du monde agricole et du monde de la mer valorise la force physique et l’affrontement, en particulier avec la nature. Cette capacité d’affrontement peut servir à accomplir les gestes professionnels, mais elle peut également servir, de façon détournée, à l’action manifestante. Dans le cas des manifestations de 1980 dans le Cap-Sizun, on ne peut donc pas oublier cet élément d’explication. Les manifestants qui étaient des agriculteurs, et surtout des marins, possédaient des dispositions sociales qui les ont portées vers des modes actions recourant à la violence physique.

  • 76 Champagne P., Faire l’opinion, op. cit..
  • 77 Ouest-France, 14-15 février 1976.

76Cependant, en analysant la manifestation des paysans à Paris en mars 1982, Patrick Champagne s’est attaché à montrer comment le registre violent a été euphémisé par le recours à la modération et à la distanciation, les syndicats paysans ayant aussi intégré le poids de « l’opinion publique76 ». Cette évolution des manifestations paysannes était aussi à l’œuvre dès les années soixante-dix dans le mouvement antinucléaire. La mise en scène de la ruralité dans la manifestation a permis d’exposer sans violence physique l’opposition à la centrale. Les logiques de mise en scène décrites par Champagne étaient donc à l’œuvre dans le cadre du mouvement antinucléaire. Par exemple, lors de la première manifestation antinucléaire brestoise, le 14 février 1975, les exploitants agricoles du canton de Saint-Renan ont mobilisé une symbolique de la ruralité pour exprimer leur opposition au nucléaire. Les exploitants n’ont pas recouru aux actions violentes comme dans les cas de revendications liées directement à leur statut professionnel. Dans la manifestation, tirées par une demi-douzaine de tracteurs couverts de pancartes antinucléaires, des remorques ont servi de chars qui chacun développait un thème comme pour un carnaval : « le nucléaire et l’agriculture », « le nucléaire et la pêche », etc. Les slogans de la grande manifestation brestoise de 1976 se sont aussi appuyés sur le symbolique. Les agriculreurs ont multiplié les affichages : « oui à l’agriculture, non à la centrale », « Le blé fait vivre, l’atome tue », etc. Le défilé des trois mille personnes s’est achevé par l’autodafé d’une centrale nucléaire en carton, mode d’expression récurrent tout au long du mouvement antinucléaire. Les journalistes ont été séduits par la mise en scène déployée, par cette « manifestation à caractère original et spectaculaire […] à mi-chemin du meeting et de la kermesse77 ».

Des apprentissages militaires réinvestis dans la mobilisation sociale

  • 78 Elegoet F., Révoltes paysannes en Bretagne, op. cit., p. 246.

77Les violences de l’EUP peuvent donc s’expliquer par des déterminants sociaux qui sont notamment liés à des ethos professionnels. Elles peuvent également trouver leur fondement dans des causes historiques immédiates. Ainsi, l’engagement dans la guerre d’Algérie a donné une expérience militaire à de nombreux Bretons. Cette expérience de la guerre d’Algérie a été de fait une ressource pour les opposants. Cette dimension de la mobilisation était déjà présente lors des manifestations paysannes des années cinquante et soixante78. Un certain nombre d’opposants à l’atome civil était des anciens combattants. La participation de Capistes aux guerres coloniales des années cinquante et soixante leur a permis d’acquérir un ensemble de techniques qui ont été reconverties dans l’action antinucléaire. Durant les moments les plus durs de l’EUP, un certain nombre d’opposants capistes a déployé une ingéniosité proprement militaire dans des actions commandos.

  • 79 Ouest-France, 11 février 1980, Le Télégramme, 11 février 1980, Le Monde, 11 février 1980 et Collec (...)

78Ainsi, dans les premiers jours de l’EUP, des patrouilles circulaient dans le Cap-Sizun durant la nuit. Ces patrouilles de cinq à six camions ont donné lieu à des affrontements. Le 7 février, vers 22 heures, une patrouille de nuit recevait des projectiles et se dégageait en décochant quelques grenades lacrymogènes. La nuit du 8 donnait lieu à des affrontements plus intenses. Les opposants de Plogoff ont organisé une embuscade. Vers 23 h 30, une patrouille de plusieurs camions de gendarmerie qui sillonnait Plogoff était prise à partie, par des manifestants embusqués dans les talus, entre le bourg et le site de Saint-Yves79. Un barrage d’huile enflammée immobilisait les camions à hauteur de Saint-Yves. Des parpaings partaient alors sur les phares et sur les vitres des camions. Dans les bruits de verre brisé, les cris et insultes fusaient dans la nuit. Les gendarmes se dégageaient en lâchant des grenades lacrymogènes.

79Lors de l’enquête d’utilité publique, des opposants ont aussi tenté de faire sauter les ponts menant à Plogoff. Un opposant à la centrale raconte :

« … Et donc un soir, on en avait ras-le-bol… Il y avait un des chauffeurs qui avait été en Algérie, là. Et il avait… une plaque de… comment on appelle ça ?… de plastic… qu’il avait ramené. Avec ça, il y avait moyen de faire quelque chose. On descend le soir, là-bas, à Plogoff. Si on veut les empêcher de passer, il n’y a qu’à faire sauter le pont du Loc’h. Et nous voilà en train de creuser un trou, dans le pont, et puis, bon, on fout le truc dans le fond. On met des fils […] On dégage et on avait un appareil pour faire tout sauter… »

80Ce travail est tout de même resté un travail d’amateur puisque trois tentatives successives pour faire sauter le pont échoueront. Mais il est à noter que les opposants connaissaient les gestes de base permettant de préparer une explosion, savoir-faire tout de même peu répandu. La participation de certains manifestants aux guerres coloniales et l’expérience qu’ils en avaient retirée expliquent donc certaines actions violentes des opposants durant l’enquête d’utilité publique.

Le pur plaisir de l’action violente

81Enfin, l’utilisation de la violence en tant que telle a été parfois le but principal de la participation aux manifestations, et non pas ce qu’il fallait éviter. Cette participation a pu relever du pur plaisir de passer un bon moment dans l’échange de coups avec les forces de l’ordre. Le moment de la violence peut, d’une façon qui semble paradoxale, être vécu comme un moment de fête. En s’exprimant dans une sorte de carnaval violent, des acteurs retrouvent lors d’un bref moment le goût de l’existence, existence qui, pour eux, manque de saveur dans la banalité de la vie quotidienne. La mobilisation sociale peut donc générer des moments ludiques qui en font un jeu sans portée politique. Ainsi, lors de l’enquête d’utilité, la presse a noté la présence de jeunes manifestants qui semblaient ne pas appartenir à la population capiste et qui semblaient également extérieurs à la mouvance écologiste. La « messe » de Plogoff semble avoir attirée une frange de jeunes manifestants qui n’étaient pas motivés par des convictions politiques. La volonté d’en découdre avec les forces de l’ordre était la motivation première de ces manifestants. Parfois cagoulés, ils déployaient une activité intense.

  • 80 Le Télégramme, 15-16 mars 1980.

82L’action de ces manifestants non politisés mais mobilisés, s’ancrait dans une sorte d’air du temps punk, qui mêlait l’aigreur d’un gauchisme post soixante-huitard en bout de course et le désenchantement socio-économique propre à la fin des années 1970. Jeunes, ces manifestants étaient le plus souvent des lycéens ou des étudiants. Ainsi, les congés scolaires de la mi-février ont correspondu à l’arrivée de nouveaux contingents de manifestants à la « messe de 17 heures ». Pour la gendarmerie, ces renforts donnaient une tonalité un peu différente à la manifestation quotidienne. Le comité de défense craignait aussi d’être débordé. Lors de la dernière « messe » du vendredi 14 mars, le Télégramme notait aussi qu’une centaine de manifestants constituait l’avant-garde de la manifestation qui opérait les lancers de pierres alors que la manifestation rassemblait au total six à sept mille opposants80.

  • 81 Ouest-France, 3 mars 1980, Le Télégramme, 3 mars 1980, Le Matin, 18 juillet 1980, Le Monde, 18 jui (...)

83La dimension ludique de l’opposition violente a visé également des gendarmes ayant commis l’imprudence de sortir de façon isolée dans le Cap-Sizun. L’un d’entre eux qui avait choisi de s’aérer un samedi soir a été pris à partie par trois jeunes Capistes à la sortie d’un dancing de Pont-Croix81. Ayant quelque peu fanfaronné qu’il participait au maintien de l’ordre, il était agressé à la sortie de l’établissement par trois jeunes Capistes. Pour s’amuser aux dépens des forces de l’ordre, le groupe décidait de faire passer un sale moment au gendarme. Il était emmené en voiture pour une virée dans le Cap-Sizun, puis il était abandonné près du site de Feuteun-Aod où, dans un simulacre d’exécution capitale, on lui faisait fumer la « dernière cigarette du condamné ». Victime d’un traumatisme crânien et choqué psychologiquement, le gendarme était hospitalisé à Brest. Cette action ne trouve sa place qu’à la frontière du mouvement antinucléaire. En effet, elle s’apparente à un certain folklore violent des bals du samedi soir où de jeunes hommes, le plus souvent alcoolisés, s’affrontent dans des bagarres souvent sans trop de conséquences physiques ou judiciaire. La séquestration d’un gendarme mobile relevait peut-être plus de l’initiative fantaisiste typique de « la piste » que de l’opposition au projet de centrale.

La violence contenue comme modalité principale de l’action antinucléaire

84Malgré les faits qui viennent d’être décrits, il est possible de souligner que les opposants à l’atome ont le plus souvent fait preuve de sang-froid. Les opposants au nucléaire sont restés dans certaines limites quant à l’utilisation de la violence. Dans les cas où celle-ci aurait pu s’imposer comme modalité d’action principale, elle semble avoir été rejetée. Les opposants n’ont jamais fait le pas de l’action véritablement violente. Par exemple, à notre connaissance, le mouvement antinucléaire en Bretagne n’a donné lieu à aucune mort violente. Les écologistes politiques ont joué un rôle important dans ce contrôle de la violence, notamment en insistant sur les avantages de la pratique de la non-violence.

  • 82 Ouest-France, 9-10 février 1980.
  • 83 Environ 72 % des personnes inscrites sur la liste électorale de Plogoffont signé la pétition (Oues (...)

85Pour commencer, les opposants ont tenté d’obtenir le départ des forces de l’ordre. Dans ce but, une pétition a été lancée à Plogoff. Des cahiers de pétition ont été déposés en mairie. Dans un jeu qui mêlait véritable préoccupation et pression tactique, il s’agissait pour les opposants de « dépassionner le climat de tension existant sur la commune et d’empêcher que des actes irréparables ne se produisent82 ». La « pétition apolitique pour la non-violence » était signée par les trois quarts de la population de la commune83.

86Au moment de l’EUP, une violence de substitution a permis d’évacuer les tensions. Des autodafés ont pris pour cible les épais volumes de la documentation officielle sur le projet de centrale. Ces documents avaient fait sensation et provoqué une grande émotion. De façon précise, les opposants visualisaient l’ampleur du projet. Il apparaissait par exemple qu’une route de 28 mètres de large traverserait Plogoff jusqu’au site. Les épais et nombreux dossiers de synthèse remis par EDF aux quatre municipalités étaient brûlés sur la place de la mairie de Plogoff, en présence des élus, ceints de leur écharpe. Pavillon français en berne, drapeau breton en tête de mât, élus et opposants se réunissaient autour des flammes. Ce geste était vécu comme un geste de rupture. Mais cette action permettait aussi de réguler l’opposition sans passer directement à des actions violentes. Dans une logique d’évitement de la violence physique, la technique de l’autodafé a permis très souvent l’expression d’une violence cathartique.

  • 84 Les citations sont ici extraites d’un corpus de 490 lettres adressées au GFA de Plogoff (N = 490).

87À l’hiver 1980, l’enquête d’utilité publique était vécue par tous comme un moment crucial dans la mobilisation antinucléaire. Le débat sur les limites dans l’utilisation éventuelle de la violence a donc été très riche à ce moment. Les gendarmes mobiles étaient victimes de violences (jets de pierres, jets de cocktail Molotov) qui auraient pu amoindrir la légitimité de la mobilisation. Des militants non-violents, comme le « Groupe non violent Louis-Decoin » de Dunkerque, ou encore la communauté de l’Arche de La Feyssière (Hérault), s’adressaient par courrier aux opposants capistes pour les persuader de rester dans le cadre de la non-violence84. Une « amie du Larzac » insistait : « … Je vous en supplie, ne commettez plus aucune violence contre ceux à qui vous avez affaire, il ne faut pas se laisser aller à la violence sinon vous risquez d’échouer. Essayez de construire des éoliennes, c’est la meilleure réponse que vous pouvez faire à EDF et à l’État… »

88Depuis Lorient, une autre lettre soulignait encore : « … Ne cédez pas aux provocateurs qui essaient de vous faire commettre des actes de violences pour déconsidérer votre cause. Il y a huit ans que les paysans du Larzac tiennent le pouvoir en échec par des actions non-violentes. Leur méthode est la plus digne et la plus efficace… »

  • 85 La Gueule ouverte, 6 février 1980.
  • 86 La Gueule ouverte, 13 février 1980.

89Les écologistes politiques craignaient que les manifestations puissent dégénérer comme lors de la manifestation de Malville en juillet 1977. Dans le journal écologiste La Gueule ouverte, les militants écologistes d’Evit Buhez ar C’hap soulignaient qu’ils allaient à nouveau tenter de persuader les opposants capistes de modérer leur ardeur, de ne pas entrer dans le jeu d’éventuelles provocations qui aurait pu dégrader l’image de marque de la mobilisation85. Jean Moalic d’Evit Buhez ar C’hap confiait au journal écologiste : « Pour l’instant, on voudrait que la résistance se situe sur un plan non-violent au maximum, pour ne pas prêter le flanc à une répression accrue. La nuit des barricades, si personne n’a sorti sa carabine, c’est aussi parce qu’on pesait un certain poids […] Nous travaillons sur l’écologie dans le pays depuis longtemps, et on nous connaît bien à présent86. » Éleveur de moutons dans le Cap Sizun et président d’Evit Buhez ar C’hap, l’écologiste politique Ronan Bourdon a décrit ce travail de persuasion des écologistes non-violents :

« … Il fallait appeler au calme après les arrestations massives […] parce que ce n’était pas des calmes, hein !… Comment ? Par une simple présence, en disant : “Attendez, faites gaffe, on est en train de vous manipuler. Ils attendent que vous remettiez une autre couche pour ramasser une autre fournée”… Voilà comment j’analysais… »

  • 87 Ouest-France, 11 février 1980.

90Là encore, le travail de proximité entrepris depuis des années rendait légitimes les prises de parole des écologistes politiques du Cap-Sizun. Ce travail de persuasion des écologistes semble avoir porté ses fruits. Le comité de défense a pris par exemple le soin de lancer des appels au calme dès le début de l’EUP. Réclamant surtout de la détermination afin de tenir durant les six semaines, les opposants du comité de défense souhaitaient éviter les provocations et les dérapages. Ils soulignaient même publiquement que les manifestants trop durs seraient écartés. Durant le déroulement de l’enquête ensuite, la violence a été contenue par des appels au calme répétés. Ainsi, après les violences des journées et des nuits du 8 et 9 février, la présidente du comité de défense demandait aux manifestants de se contenir, tout en soulignant la violence dont faisaient preuve les gendarmes87. Le 9 février, un quart d’heure avant le départ des gendarmes, la plupart des cinq cents manifestants se repliaient donc finalement à la hauteur de la mairie, avant de se disperser sans incident.

  • 88 Ouest-France, 20 février 1980.
  • 89 Ouest-France, 21 février 1980 et Le Télégramme, 21 février 1980.

91Le 19 février, alors que le nombre de manifestants et la tension avaient monté, la présidente du comité de défense de Plogoff intervenait à nouveau pour refroidir les intentions belliqueuses des opposants88. Vers 16 heures, elle circulait dans la manifestation qui s’était formée. Avec un mégaphone, elle appelait au calme. Le 20 février, un militaire en retraitée prenait à nouveau en charge ces appels au calme, en naviguant dans la manifestation et en s’adressant alternativement aux gendarmes et aux manifestants89.

  • 90 Cf. Le Garrec N., op. cit.
  • 91 op. cit.

92Lors de la « messe » du 29 février, une opération de police très percutante avait laissé les manifestants hébétés. Onze manifestants avaient été interpellés. Regroupés devant la mairie, les opposants entamaient des palabres afin de décider du parti à prendre. L’ambiance était électrique. Chacun revivait dans son esprit les dernières minutes : les courses à travers champs, les cris stridents, les pleurs, les femmes hurlant et essayant d’enlever aux gendarmes les hommes qui étaient pris. La rage montait aux lèvres des manifestants à nouveau réunis. Les plus ardents souhaitaient se rendre à Pont-Croix où était logé le PC de la gendarmerie. Il leur paraissait impensable de laisser les personnes interpellées, le plus souvent des jeunes, dans les mains des gendarmes mobiles. Choqué, le maire de Plogoff semblait crispé. Il n’arrivait pas trouver le ton juste pour calmer la colère des opposants. La cinéaste Nicole Le Garrec a bien saisi le moment où la première adjointe de la municipalité de Plogoff, Annie Kerloc’h, prend la parole avec un grand sang-froid90. Elle va trouver les mots pour s’adresser aux opposants réunis là à cet instant. Maniant le verbe avec force, elle tentait de calmer les esprits en soulignant que l’arrivée de manifestants à Pont-Croix ne ferait qu’augmenter le nombre d’interpellations : « Les hommes, je sais que vous êtes énervés, mais concentrez-vous sur Plogoff … N’ayez pas peur de démolir les issues qui mènent à Plogoff, que nous soyons une île ! Qu’ils ne puissent pas venir chez nous ! (applaudissements)… N’allez pas à Pont-Croix, vous ferez du tort aux gens, aux copains qui ont été ramassés ce soir. Mais je vous dis : calmez vos esprits et que Plogoff devienne une île, et qu’on ne les voit plus sur notre terrain ! (applaudissements)91. »

93Quatre semaines d’enquête s’étaient déroulées sans que l’opposition à l’EUP ne donne lieu à la construction de barricades, comme lors de la première nuit. C’est cette interpellation de onze manifestants qui a déclenché deux nouvelles « nuits des barricades », le 29 février et le 2 mars, ce qui a permis de réguler la mobilisation. Faisant passer leur rage dans ce travail, des centaines de personnes ont bloqué à nouveau les routes d’accès à Plogoff.

  • 92 Le Télégramme, 11 mars 1980.

94Tous ces appels au calme semblent avoir eu un effet. Ainsi, lors de la messe du 3 mars, les manifestants étaient moins nombreux et choisissaient de manier l’ironie en applaudissant le départ des gendarmes. Les gendarmes mobiles ne tiraient pas de grenades lacrymogènes. Mais les affrontements ont repris lors de la dernière semaine de l’enquête. Un débat s’instaurait alors entre les manifestants sur le fait de savoir s’il fallait à nouveau lancer des cailloux sur les gendarmes92. Les cailloux repartaient finalement, malgré la volonté de certains manifestants d’opter pour la modération. Le contrôle de la violence avait ses limites.

  • 93 FR3, L’affaire Plogoff, op. cit. Cet épisode a aussi été évoqué par Annie Carval (entretien).

95Un autre fait encore est particulièrement révélateur de la logique qui a consisté à retenir les coups. Ainsi, lors d’un des départs précipités des camions de gendarmerie à la fin d’une journée d’enquête d’utilité, un gendarme mobile a raté l’embarquement dans son camion et il est tombé de la ridelle. Il se retrouvait alors le nez dans le bitume. Un des opposants Plogoffites a raconté la suite de la scène : « Il faut l’attraper qu’on disait… je ne voulais pas parce que… déchaînés comme étaient les gens du pays, ils lui auraient tapé dessus, c’était idiot, quoi, hein93… » Tomber à plusieurs sur le gendarme mobile à un moment de grande tension aurait pu avoir des conséquences dramatiques, ce qu’avait compris intuitivement cet opposant.

  • 94 Entretien.

96D’une autre façon, la violence a été encore contenue par le fait que des idées échafaudées par les opposants dans le feu des discussions n’ont jamais été mises en application. De façon intuitive, les opposants voyaient qu’elles dépassaient ce qu’ils pouvaient se permettre. De cette façon, l’idée de disposer des câbles d’acier en travers de la route et à hauteur du pare-brise des camions de gendarmerie a finalement été rejetée94. Un journaliste d’Ouest-France s’est aussi souvenu de la maîtrise de la violence dans certains de ces moments où le processus de l’enquête aurait pu créer des événements dramatiques :

« … Il y a des informations qui circulaient quand même. Les gens se connaissent. Et donc connaissent aussi, je dirais, le plus ou moins grand sang-froid des uns et des autres, la plus ou grande maîtrise des uns et des autres. Et donc là, les gens de Plogoff, mieux que quiconque, mesuraient les risques et mesuraient le point de non-retour où nous étions parvenus, et l’état d’exaspération qui existait. Et donc, le pire était à craindre, là. Et on l’a frôlé, plusieurs fois… »

97Le travail de modération conjoint des élus de Plogoff, du comité de défense, et des écologistes politiques, semblent avoir finalement contenu la violence des opposants, ce qui a évité des drames.

La violence contenue par le dialogue continu entre les protagonistes

  • 95 Ouest-France, 8 février 1980 et Le Télégramme, 8 février 1980.

98De plus, les protagonistes des événements de l’EUP n’ont jamais complètement coupé les relations entre eux. Des deux côtés, les acteurs ont régulièrement cherché des arrangements. Par exemple, les négociations ont été régulières entre le maire de Plogoff et le commandant de la gendarmerie du Finistère. S’étant rencontrés précédemment à l’EUP dans des situations liées aux affaires courantes du Cap-Sizun, les deux hommes se connaissaient, ce qui a pu faciliter des discussions. Début février, le commandant de la gendarmerie appelait le maire de Plogoff afin de lui faire part de ses griefs95. Il dénonçait le fait que les gendarmes soient insultés quotidiennement. Il dénonçait aussi la présence de manifestants extérieurs au Cap-Sizun, ce qui contribuait à créer une tension supplémentaire. Le commandant souhaitait que les lancers de pierres s’arrêtent et que le départ des mairies annexes se fasse dans le calme. Au-delà des bravades de circonstance, le maire de Plogoff n’a pu que prêter une oreille attentive à ces mises en garde venant d’un représentant de l’état.

  • 96 Le Télégramme, 12 février 1980.

99Plus précise, une rencontre à propos des mêmes thèmes a eu lieu les jours suivants à la préfecture, à Quimper, où une délégation de trois personnes était reçue par le préfet96. La délégation remettait au préfet la pétition qui avait été signée à Plogoff par mille trois cent cinquante habitants pour demander le départ des forces de gendarmerie. À nouveau encore, après l’opération de police du vendredi 29 février à Plogoff où onze manifestants avaient été interpellés, une délégation d’élus, notamment des quatre communes concernées par l’EUP, était reçue par le préfet et chacun donnait sa vision des événements et ses arguments.

100Enfin, l’action militante ne peut jamais absolument s’abstraire de rythmes qui sont imposés par les codes sociaux. De cette façon, la pause hebdomadaire du dimanche peut être un piège pour un mouvement social car elle peut briser le rythme de l’action. Le rythme de l’opposition à l’EUP a été marqué, comme Mai-68 aussi, par le respect du repos du week-end. Du samedi après-midi au lundi matin, les protagonistes ne se sont jamais affrontés. Reconnu de façon tacite par les acteurs, ce répit dans l’affrontement a permis de faire redescendre la tension accumulée dans la semaine. Durant la trêve dominicale du dimanche, des promeneurs venaient même à Plogoff respirer l’air marin et découvrir le site qui faisait l’actualité de la région.

  • 97 Ouest-France, 3 mars 1980.

101Les six longues semaines de l’EUP ont effectivement posé aux protagonistes la question de la gestion du temps. Certes, les petites victoires obtenues par les manifestants (déménagement des gendarmes au Trogor, départ précipité des mêmes gendarmes chaque soir, etc.) permettaient de supporter une certaine longueur de temps. Mais, pour la plupart des acteurs de la confrontation, l’enquête d’utilité a aussi été un long décompte des journées restant à passer avant la fin de ce qui était vécu comme une épreuve. Le 3 mars, le journal Ouest-France titrait, avec un brin d’exaspération professionnelle : « Plogoff : encore dix jours97. » La fatigue de la mobilisation explique que des périodes de calme relatif ont souvent succédé aux moments de fortes tensions, les protagonistes se donnant implicitement un moment de répit. Au Trogor, sous le soleil maintenant printanier, le départ des gendarmes s’est parfois opéré dans un calme relatif. Cette baisse de tension peut aussi s’expliquer par le fait paradoxal que les opposants et les gendarmes ont commencé de lier connaissance au cours des longues journées de l’enquête. Durant la journée, les opposants pouvaient circuler assez librement sur le site du Trogor. La cinéaste Nicole Le Garrec a expliqué :

« … Comme les journées étaient longues quand même, le dialogue s’installait. Et… donc on discutait. Eux étaient heureux aussi de discuter. Les femmes de Plogoff discutaient avec eux aussi dans la journée. Après, tout d’un coup, il y avait… Alors, on était… C’était à la fois, donc évidemment les ennemis… et en même temps, on était là tous les jours, les uns et les autres, on peinait quelque part… »

102Des groupes, souvent des femmes, s’asseyaient sur les murets pour commenter les différents petits faits de la journée. Liés par leur affrontement, les protagonistes de l’enquête ont commencé à échanger. De jour en jour, on a reconnu des visages, on a commencé de s’échanger des informations anodines. Des conversations amicales se sont parfois ébauchées. Ces conversations permettaient tout de même d’avoir quelques informations utiles sur le moral de l’adversaire. Mais finalement, gendarmes et opposants, souvent des opposantes, se sont apprivoisés progressivement. Épouse de marin au commerce et membre du comité de défense, une Plogoffite s’est souvenue d’avoir noué des liens avec des gendarmes mobiles, et en particulier avec un gendarme qui parlait breton :

« … Je n’ai pas eu à me plaindre de celui-là. Moi, j’ai attrapé un coup de matraque, tu te rappelles, avec quelqu’un dans la voiture-là. Ben, lui, il m’aurait protégé encore. Et après, il m’a dit : “vous ne voulez pas du café ?”, parce que… j’avais mal […] Ce n’était pas des gendarmes mobiles qui m’avaient tapée… »

  • 98 Thompson E. P., La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, Paris, 1988, p. 509-510.
  • 99 « La Route du Rhum » est une compétition de voiliers à travers l’Océan atlantique.
  • 100 Entretien.

103Ce phénomène de relatif rapprochement entre forces de l’ordre et opposants ne doit pas surprendre. La création de liens entre forces de l’ordre et populations est relativement courante. Dans son analyse du mouvement ouvrier en Angleterre, Edward P. Thompson a par exemple montré que les autorités publiques étaient conscientes du risque présenté par l’installation d’une troupe dans une région afin de contrôler une population, car un lien pouvait se créer peu à peu entre cette troupe et la population98. Dans le cas de l’EUP, les échanges étaient liés au fait que les protagonistes supportaient quelque part les mêmes contraintes. Certains gendarmes recevaient alors des surnoms ou des petits noms : « La Route du Rhum » pour l’un d’entre eux au visage un peu rougi99, le « Tonton », le « Charolais », « Daoulagad brav » (les « Beaux yeux » en breton) pour un gendarme qui avait des yeux bleus100. Tout au long des six semaines de l’enquête, la proximité de condition a pu rapprocher peu à peu certains protagonistes. La construction progressive de cette interconnaissance ne pouvait que favoriser la modération d’un côté comme de l’autre.

  • 101 Entretien.

104Finalement, les craintes que les pouvoirs publics avaient avant le début de l’EUP se sont révélées infondées. En effet, ils envisageaient des actes de rébellion et de violence beaucoup plus forts qu’ils ne l’ont été. Par exemple, l’attaque éventuelle des gendarmeries d’Audierne et de Douarnenez a été discutée lors de la préparation de l’enquête en préfecture101. Pour les autorités publiques, il y avait eu de la casse, mais pas trop. La violence des opposants a été surtout verbale et psychologique, en particulier lors du harcèlement des gendarmes. Le commandant Charlot a souligné cet aspect :

  • 102 Gérard Charlot a été commandant du groupement de Gendarmerie du Finistère de 1978 à 1981.

« … Quand je fais le bilan de mon séjour de quatre ans dans le Finistère, je veux dire, j’ai été plus embêté par rapport à d’autres manifestations, plus dures notamment ailleurs qu’à Plogoff102… »

  • 103 Le Télégramme, 15-16 mars 1980.

105Le commandant de gendarmerie remarque que les manifestations paysannes, en particulier lorsqu’elles avaient lieu à Quimper, nécessitait un savoir-faire et un sang-froid supérieurs à celui qui avait été requis à Plogoff. Pour les pouvoirs publics, l’enquête s’est donc tenue comme les textes le prévoyaient. Un bilan de l’enquête était transmis à la presse. Les lecteurs de la PQR pouvaient apprendre que 571 visites avaient eu lieu dans les quatre mairies annexes et à la préfecture, donnant lieu à 133 remarques écrites103. En ce sens, la gendarmerie pouvait se satisfaire d’avoir accompli correctement sa mission. Mais les pouvoirs publics ont sous-estimé le fait qu’une mobilisation sociale possède plusieurs dimensions, et que la contrainte de l’accomplissement de la mission n’épuisait pas le sens de la polémique.

La naissance de « Plogoff » : un processus d’activation identitaire au cours de l’enquête d’utilité publique

  • 104 Le Coadic R., L’Identité bretonne, op. cit., p. 39-40.

106Dans une optique d’analyse des représentations sociales, le sociologue Ronan Le Coadic fait reposer la notion d’identité sur trois piliers : l’unicité, l’unité et la permanence104. L’identité renvoie à l’Un, qu’il s’agisse d’un individu ou d’un groupe (unicité). L’identité suggère également l’idée d’une certaine homogénéité, d’une certaine cohérence (unité). Enfin, une identité ne peut s’ancrer que dans le temps (permanence). Cette check-list identitaire permet de repérer certains phénomènes relevant de cette notion, tout en permettant de reléguer les usages trop relâchés de la notion. Concept fourre-tout, la notion d’identité peut être utile pour saisir un certain ordre des représentations sociales qui peut susciter des raisonnements et des émotions spécifiques.

  • 105 Le texte s’appuie ici sur Neveu E., Sociologie des mouvements sociaux, op. cit., p. 33-37 et p. 81 (...)
  • 106 Ollitrault S., op. cit.

107Dans le cadre de la sociologie des mouvements sociaux, la variable identitaire a une place importante. Elle joue dans deux sens105. Tout d’abord, un mouvement social peut permettre à une identité préexistante de trouver un nouveau canal où elle va pouvoir s’exprimer. Dans ce cas, le mouvement social suscite une actualisation de l’identité. Par exemple, une grève peut faire ressortir chez les participants le sentiment qu’ils partagent, au-delà des stratégies habituellement individuelles, la même identité de « travailleur salarié ». Mais l’effet identitaire peut jouer encore dans un autre sens, c’est-à-dire que le mouvement social peut permettre, à travers la lutte pour une cause, de cristalliser une nouvelle identité. Dans son travail concernant l’écologie politique, Sylvie Ollitrault a ainsi montré que la naissance d’un nouveau mouvement social et politique pouvait être constructrice d’identité collective106. Cette nouvelle identité peut constituer une ressource stratégique fondamentale, car il existe en effet une certaine force de l’identité. Celle-ci permet notamment de constituer plus facilement un bloc face à l’adversaire.

108C’est dans cette double logique identitaire que Plogoff est devenu « Plogoff ». Ce qui était le nom d’une petite commune rurale du Finistère (Plogoff) est devenu aujourd’hui l’appellation qui désigne le mouvement antinucléaire en Bretagne entre 1978 et 1981 (« Plogoff », avec le nom de la commune mis entre guillemets). Cette transfiguration sémantique a été rendue possible parce que les opposants mobilisés à Plogoff et dans le Cap-Sizun possédaient des caractères identitaires qui ont aidé à la formation d’un bloc contestataire. En activant chez les agents sociaux mobilisés, l’identité propre au Cap-Sizun, l’identité religieuse propre au pays, et l’identité sociale des femmes de marins, le projet de la centrale nucléaire a suscité un bloc d’opposition local qui allait séduire les journalistes et par la suite l’opinion publique.

L’activation du sentiment d’être Capiste et Plogoffite

  • 107 Cf. Pelras C., Goulien, commune rurale du Cap-Sizun (Finistère). étude d’ethnologie globale, Paris (...)
  • 108 Simon P.-J., La Bretonnité. Une ethnicité problématique, Terre de Brume/PUR, Rennes, 1999, p. 84.
  • 109 Cf. Caradec N., La Notion de territoire dans la poésie bretonne de langue française contemporaine,(...)
  • 110 Cf. Bernard D., Cleden-Cap-Sizun. Monographie d’une paroisse et d’une commune de la presqu’île du (...)

109Le Cap-Sizun est une presqu’île de 25 kilomètres de long qui fait immédiatement face à l’Océan atlantique. Le « Cap » est un de ces pays bretons dont la frontière culturelle est définie par un usage local. Dans ce dernier cas, le nom de Cap-Sizun est réservé au seul territoire situé à l’ouest de la commune de Beuzec-Cap-Sizun107. D’autres définitions englobent jusqu’à douze communes (Mahalon, Plouhinec, Pont-Croix, Audierne, etc.). Le trait identitaire capiste souligné par de nombreux auteurs n’est pas spécifique aux habitants du Cap-Sizun. évoquant les ressorts de « Plogoff », le sociologue Pierre-Jean Simon note que ce qu’il appelle « capicité » est un élément très fort de la bretonnité108. Cette capicité se manifeste en particulier par un fort attachement au territoire qui est également une des dimensions de la bretonnité. Cet attachement au territoire se retrouve en effet dans d’autres pays de Bretagne, comme dans le Trégor ou dans le Léon, et il se lit particulièrement bien dans la poésie bretonne109. La « capicité » est liée au sentiment d’appartenir à la terre natale du Cap-Sizun, à un sentiment « patriotique » (l’utilisation des guillemets sert ici à marquer le caractère diffus et le plus souvent latent du phénomène). Le Cap-Sizun est un pays dont les habitants se sentent unis par de multiples particularités communes, ce qui leur permet d’affirmer leur originalité face à leurs voisins du pays de Douarnenez et du Pays bigouden. Jusqu’avant le début du XXe siècle, le Cap-Sizun était assez isolé du reste du monde. Avant la construction d’un chemin de fer reliant Douarnenez à Audierne, les mauvaises routes et l’absence de transports publics limitaient les relations avec l’extérieur110. Si les coiffes des femmes et les costumes sont des signes explicites de reconnaissance qui ont disparu de la vie quotidienne, il reste par exemple une façon de parler spécifique, assez posée, qui se distingue, par exemple de la volubilité bigoudène.

  • 111 Dans la campagne vallonnée du Cap-Sizun, l’horizon est court. Mais en arrivant sur le littoral, il (...)

110Pour les habitants du Cap-Sizun, « le Cap », c’est donc quelque chose de très spécial pour lequel on éprouve une certaine fierté, même si cela reste le plus souvent indéfinissable. La « capicité » est tout à la fois une façon de s’exprimer (en breton, mais de moins en moins), le sentiment d’appartenir à une sorte de communauté, et un rapport au paysage et à la mer. C’est le public dominical et nombreux des petits stades de football du CA Plogoff, de l’US Audierne ou de l’ES Beuzec. C’est la bruyère, les talus, des types variés d’horizons111, le poisson (bar ou vieille) pêché dans la baie d’Audierne. Ce sont les eaux vives des minuscules ports de Pors Loubous ou de Feuteun-Aod, le vent qui fouette le visage et l’odeur de la pluie. La capicité, c’est aussi une vieille chanson bretonne, un proverbe bien tourné, et la joie que procurent les menus plaisirs dans une vie qui reste attachée au travail. Tout cela émeut les Capistes. Ce socle sur lequel reposait désormais la mobilisation antinucléaire explique en partie la ténacité et la vigueur de l’opposition au projet de centrale.

  • 112 Le Télégramme, 24 janvier 1980.

111Le lien entre attachement au Cap-Sizun et opposition au projet de centrale nucléaire se lit dès le démarrage de l’EUP. Alors que la tension est très forte, les opposants du comité de défense ont proposé une action baptisée « Cap en deuil112 ». Afin de dénoncer le fait que les habitants allaient être dépossédés de leur territoire, chacun était convié à cesser ses activités professionnelles (commerçants, médecins, vétérinaires, etc.) lors du premier jour de l’enquête, le 31 janvier. Cet effet identitaire se lisait encore particulièrement bien dans la manifestation originale réunissant les personnels de santé exerçant dans le Cap-Sizun. Prenant la tête de deux mille manifestants, un ensemble de médecins, de pharmaciens, d’infirmiers, de dentistes, de vétérinaires, etc., manifestait à Plogoff, samedi 11 mars, à midi, à l’heure du départ des mairies annexes, en s’appuyant sur le slogan « Gens du Cap, vos médecins disent non à la centrale ». Ces professionnels mettaient le poids de leur notoriété dans la balance, en soulignant le caractère identitaire de la mobilisation. En mai 1980, ces « représentants des professions de santé du Cap-Sizun », dont la quasi totalité des médecins exerçant dans le Cap ont renouvelé leur pression en demandant un débat public sur les risques médicaux liés à l’industrie nucléaire.

  • 113 Voici quelques exemples donnés par la presse régionale : « Plogoffn’est pas à vendre », « Non au b (...)
  • 114 La Gueule ouverte, no 299, 13 février 1980.

112L’attachement identitaire se lit également dans un marquage systématique du territoire. Dès avril 1979, le comité de défense de Plogoff avait lancé un appel à couvrir la commune de panneaux afin d’interpeller les nombreux touristes en transit vers la pointe du Raz. Progressivement, la commune de Plogoff se couvrait de graffitis, de pancartes, et d’affiches, exprimant l’opposition des habitants au projet de centrale, sur les maisons, sur les portes de garages, et jusque dans les jardins113. Comme dans les cols du Tour de France cycliste où l’on encourage les champions, la chaussée était peinte avec des slogans hostiles à l’atome civil. L’église de Plogoff recevait aussi une pancarte : « Appel du clocher contre l’envahisseur114. »

  • 115 Pelras C., op. cit.
  • 116 Radio-Armorique, 16 mars 1980- bulletin de 12 heures, Archives départementales du Finistère, 1235 W (...)

113Cependant, il ne faut pas surestimer l’unité et la cohérence du Cap-Sizun, se donner l’image d’un Cap-Sizun mythique qui aurait d’un seul élan refusé le projet de centrale nucléaire. Derrière le sentiment d’attachement au territoire se cache une multitude de clivages qui structurent la vie politique et sociale du pays et qui ont fait tanguer l’unité du front du refus. De plus, le pays était très loin d’avoir entièrement gardé un caractère traditionnel qui était le support de sa forte identité. Il avait en effet évolué très rapidement après la Seconde Guerre mondiale. Dans son analyse ethnologique de Goulien115, comme dans le cas de celle concernant Plozévet par l’équipe d’Edgar Morin, Christian Pelras a montré comment l’intégration à l’univers national et l’arrivée des nouvelles technologies (tracteurs, télévision, etc.) ont bouleversé les comportements et les représentations. Cependant, la « capicité » a pu servir de support à la mobilisation parce qu’elle a été, à un moment donné du temps et par le concours d’une série de facteurs donnés, associée à l’opposition à l’atome civil. Il s’est produit alors un effet de conviction : la majorité des habitants du Cap-Sizun a rejoint, de façon plus ou moins appuyée, l’opposition au projet. À la fin de l’EUP, un journaliste de la radio enregistrait cet effet de conviction : « Et en tout cas, je peux vous dire que pour avoir passé déjà plus de trois jours ici, on est frappé en écoutant les conversations et en discutant avec les uns et les autres, avec les adultes, avec les jeunes, on est frappé car, si les gens ici sont très fermes comme l’on dit, ils n’ont pas l’intention de lâcher le morceau, si vous me passez l’expression. Ils ne veulent pas de la centrale, ils l’ont dit, ils l’ont répété et ils iront jusqu’au bout116. »

  • 117 Ouest-France, 4 février 1980.
  • 118 Le Télégramme, 1er février 1980.
  • 119 Libération, 8 mars 1980. Un article sur « Plogoff » est rangé dans une chronique ironiquement bapt (...)

114Cette logique identitaire du Cap-Sizun a fonctionné à plein à propos du petit séminaire de Pont-Croix dans lequel étaient logés les gendarmes mobiles. Situé au centre ville de Pont-Croix, le collège Saint-Vincent, appelé communément le petit séminaire, était fermé depuis 1973. Les bâtiments se cherchaient une nouvelle destination. De nombreux habitants du Cap-Sizun et du Finistère gardaient de bons souvenirs de leur scolarité dans ces lieux qui étaient donc fortement investis sur le plan affectif. Durant quelques cent cinquante années, le petit séminaire avait formé des cohortes d’élèves pouvant ensuite se destiner à la prêtrise. Mais, en janvier 1980, ces locaux ont été réquisitionnés afin d’accueillir une partie des forces de l’ordre, quatre cents gendarmes mobiles. D’entrée, cette résidence des gendarmes mobiles a indisposé car elle semblait négliger un lieu un peu sacré. Elle choquait d’autant plus qu’elle ravivait de mauvais souvenirs. En effet, en 1940, les troupes allemandes avaient effectué le même choix que les gendarmes mobiles, en s’installant dans le petit séminaire. Le rapprochement a donc rapidement été établi par les opposants entre l’armée allemande et les forces de gendarmerie mobile. De façon générale, ce rapprochement a contribué à alimenter l’interprétation de l’arrivée des gendarmes mobiles dans le Cap-Sizun en termes d’« occupation ». « Le Cap revit aujourd’hui l’Occupation », soulignait la coordination antinucléaire de Bretagne117. Le journaliste de la rédaction locale du Télégramme soulignait aussi cet aspect : « De mémoire de capiste qui remonte à la dernière guerre, on n’avait jamais vu ça. ça, c’était dans la nuit des casques, des camions, des blindés118 », lecture que le journal Libération reprenait à son compte dans un de ces titres119.

  • 120 Ouest-France, 1er février 1980.

115L’interprétation en terme d’« occupation » se retrouve aussi dans le slogan « Plogoff n’est pas Kaboul ». Les opposants établissaient un rapprochement entre l’arrivée des gendarmes mobiles dans le Cap-Sizun et l’entrée en décembre 1979 des troupes soviétiques en Afghanistan. Par cette lecture, ils stigmatisaient aussi la récente prise de position du PCF en faveur du projet. Pour eux, le Cap-Sizun était effectivement transformé en « camp retranché », comme le soulignait la députée socialiste Marie Jacq à l’intention du ministre de l’Intérieur120. Les opposants demandaient donc le départ des forces de l’ordre et l’évacuation du petit séminaire. Les gendarmes mobiles logés dans le petit séminaire étaient de plus soumis à une surveillance discrète de la part des opposants qui ne manquaient pas de repérer l’ambiance de corps de garde qui s’échappait des vastes bâtiments certains soirs. « On entendait parfois des chansons qui n’avaient rien de religieux », a souligné une des personnes interviewée. Ces « gaietés de l’escadron » ajoutaient encore à l’indignation.

  • 121 Le Garrec N., op. cit.
  • 122 Ouest-France, 29 février 1980.
  • 123 Ouest-France, 25 janvier 1980 et Le Télégramme, 26-27 janvier 1980.
  • 124 Ouest-France, 26-27 janvier 1980.
  • 125 Ouest-France, 28 janvier 1980.

116La réquisition du petit séminaire a donc provoqué une forte émotion, voire une hostilité dans une partie de la population du Cap-Sizun. Rapidement surnommés les « séminaristes121 » ou les « anges122 », les gendarmes mobiles portaient ainsi atteinte, sans l’avoir voulu, à un sentiment identitaire profondément ancré dans une grande partie de la population. Les habitants regrettaient que ces lieux qui gardaient une forte connotation pacifique, éducative et religieuse, aient été affectés à la soldatesque. Afin de demander le départ des gendarmes du petit séminaire, un groupe d’une vingtaine d’opposants (composés de prêtres, de religieux et de laïcs) adressait une lettre ouverte à Monseigneur Barbu, évêque de Quimper123. Des militants CMR (Chrétiens dans le monde rural) des cantons de Pont-Croix et de Douarnenez faisaient aussi part de leur regret dans la presse124. Ces prises de position montrent plus largement que la fraction la plus modernisée du monde catholique rejoignait désormais le camp des opposants à l’atome, faisant ainsi bénéficier la mobilisation de leur forte influence. Face à cette montée du mécontentement dans les paroisses du diocèse, l’évêque s’estimait même dans l’obligation de préciser, par message lu le dimanche 27 janvier durant les messes, que le petit séminaire avait été réquisitionné par ordre du préfet et qu’il n’avait pas eu le loisir de s’opposer à une telle décision125.

L’activation de l’identité religieuse

117La polémique autour de l’installation des gendarmes dans le petit séminaire conduit l’analyse vers le caractère religieux de la mobilisation antinucléaire sur l’aire du Cap-Sizun. Cet aspect a déjà été souligné précédemment, en particulier à propos des « marches antinucléaires » (chapitre 4) et de la « messe de 17 h ». Mais, notamment après l’évocation de la polémique du petit séminaire, il est aussi possible de souligner que ce facteur religieux a été de façon profonde au cœur de la mobilisation de Plogoff, mais qu’il a aussi été utilisé de façon stratégique par les opposants.

  • 126 Siegfried A., Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Armand Colin (...)
  • 127 Monnier J.-J., Le comportement politique des Bretons (1945-1994), PUR, Rennes, 1994., p. 196.

118Dès le Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République d’André Siegfried, la science politique a montré que le politique et le religieux ne sont pas deux mondes séparés. En Bretagne, Siegfried avait par exemple identifié dans le pays du Léon un type de « démocratie cléricale » dans lequel il existait une forte emprise du religieux sur la vie politique126. Dans les années 1970, la progression dans l’Ouest des partis politiques de gauche s’associait à un recul systématique de la pratique religieuse catholique, les régions de forte pratique résistant mieux à la montée du vote socialiste127. Dans l’analyse du vote, la variable religieuse possède donc une grande force explicative : il existe par exemple un lien étroit entre un fort degré d’intégration religieuse (en particulier par la pratique) et le vote conservateur.

119Cependant, la relation entre le religieux et le politique n’est pas toujours aussi évidente. Les deux domaines entretiennent des rapports souvent plus complexes. Par exemple, en Cornouaille, posséder la carte du PCF n’empêchait pas d’aller à la messe. Cette contradiction apparente, et d’autres encore, sont sans doute liées au fait que religion et politique constituent les deux aspects complémentaires d’une même réalité sociale.

120Dans son étude sur Goulien, Pelras a souligné combien les Capistes restaient attachés à la foi et à la pratique religieuse. Une grande partie des éléments de la culture usuelle, formules, dictons, croyances et jugements, appartiennent à un fond ancien fortement imprégné par la religion catholique. Les habitants du Cap-Sizun ont notamment gardé une dévotion toute particulière pour les pardons qui ont lieu entre le premier dimanche de juin et le dernier dimanche de septembre. À Plogoff, le pardon représente souvent la fête du quartier, du hameau, du micro-territoire dans lequel les relations de proximité forment encore une communauté. Cette remarque doit être actualisée en soulignant que la désaffection pratiquante et la plus grande facilité des contacts avaient déjà réduit dans les années 1970 l’importance de ces pardons qui avaient en partie perdu leur caractère de « foire aux informations ».

  • 128 Agulhon M., La République au village, Le Seuil, Paris, 1979, p. 415.

121Il est donc logique que le caractère religieux de la mobilisation antinucléaire sur l’aire du Cap-Sizun se soit à nouveau manifesté dès le début de l’EUP à Plogoff. Comme l’a souligné Maurice Aghulon, « les masses populaires sont encore assez familières avec le folklore le plus traditionnel pour couler spontanément dans ce moule leurs sentiments et ressentiments politiques du jour128 ». À Saint-Yves, dès les premiers jours de l’enquête, des femmes ont libéré l’entrée de la chapelle du lieu-dit qui était entravée par les gendarmes. Dans la chapelle, on a fait sonner la cloche et les manifestantes ont entonné des cantiques qui sont chantés lors des pardons de l’été dans le Cap-Sizun.

  • 129 Le Télégramme, 13 mars 1980.
  • 130 Le Télégramme, 13 mars 1980.

122Les jeunes opposants, extérieurs au Cap-Sizun, ont souvent dit aux Capistes combien ils étaient surpris de cette empreinte de la religion sur la mobilisation. La conséquence de ces remarques venues de l’extérieur a été parfois une certaine instrumentalisation de cette identité religieuse. Elle apparaissait finalement comme un excellent vecteur de la mobilisation, motivant à la fois les troupes et produisant des images susceptibles de séduire les reporters photographes. Les Plogoffites ont donc appris à manier les images, en particulier de type religieux. Durant l’EUP, la dimension processionnelle des manifestations antinucléaires a été par exemple utilisée dans un registre ironique. Le 11 mars par exemple, tout en chantant des cantiques et en portant des croix, un groupe d’une trentaine de manifestants, surtout des femmes, a défilé devant les véhicules de gendarmerie installés au Trogor pour protester contre la détention de manifestants interpellés. Le même type de manifestation symbolique, créée à destination des médias, a été organisé le 12 mars à Goulien. Les opposants y ont organisé un office funèbre dans un style tragi-comique129. Des femmes ont revêtu les habits de deuil. Portant le libellé « Ci-gît Goulien irradié », un cercueil était porté en procession jusqu’au cimetière. L’assistance, une centaine de personnes, reprenait en chœur les prières antinucléaires d’un « officiant ». La presse a souligné le caractère à la fois comique et émouvant de la scène, comme si le détournement de la liturgie dans un but de dérision n’effaçait pas complètement la dimension religieuse de la protestation130.

123Le même « enterrement » a été organisé le jour suivant à Primelin, mais surtout à Plogoff, au Trogor, à l’occasion de la dernière édition de la « messe », le 14 mars (voir plus haut). Dans le cas de l’aire de mobilisation du Cap-Sizun, la forte identité religieuse a donc sans aucun doute permis d’agréger des forces qui sans cela aurait beaucoup plus de mal à converger. Mais cette identité religieuse a été aussi combinée à une pratique stratégique, ce qui en renforçait encore un peu plus l’effet, en associant le premier degré et le second degré.

L’émancipation pratique des femmes comme support identitaire de la mobilisation

  • 131 Guionnet C. et Neveu E., Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Armand Colin, Paris, 2005, p. 19 (...)
  • 132 Cf. Bourdieu P., La Domination masculine, Le Seuil, Paris, 1998, 142 p.
  • 133 Ion J., La Fin des militants ?, Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, Paris, 1997, p. 61.

124L’engagement militant n’est pas uniformément réparti selon les genres. Par exemple, Guionnet et Neveu ont souligné que les femmes sont toujours et partout moins syndiquées que les hommes131. Cette différenciation fondamentale peut s’expliquer par des déterminants structurant la vie sociale. Pierre Bourdieu a montré que les centres d’intérêt liés au genre n’étaient ni aléatoires, ni universels, mais soumis à une forte structuration sociale : l’homme a pour vocation à s’occuper de la politique, de l’histoire et de la guerre, tandis que la femme se voit plutôt confier le foyer, le roman, la psychologie132. Dans ce cadre social général, Jacques Ion a bien repéré le phénomène de ce qu’il appelle la « masculinité de l’engagement », spécifique à la France133. Cette masculinité de l’engagement trouve une part de son explication dans la notion même de « citoyen » dont le titre, dès l’origine, a été concédé au seul genre masculin. De façon très générale, le « dehors », celui des espaces publics, est le domaine de l’homme, tandis que le « dedans », celui du foyer et de la vie privée, est délégué aux femmes.

  • 134 Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 405-431.

125Cependant, Jacques Ion souligne qu’un mouvement de féminisation du militantisme a émergé dans les années 1970. Le mouvement féministe a joué un rôle très important dans la transformation des représentations sociales concernant les rapports de genres. Mais le militantisme, dans les syndicats de salariés notamment, est resté encore largement une affaire masculine. Le militantisme féminin a plutôt émergé dans les nouveaux mouvements sociaux des années 1970. Il a existé un lien constant entre mouvements régionalistes, mouvement féministe et mouvement écologique. Bourdieu a vu dans cette convergence des contestations la convergence de dispositions éthiques, de compétences culturelles, qui sont celles de la nouvelle petite bourgeoisie134. Le militantisme féminin apparaissait à l’avant-garde sociale car les femmes, plutôt que de contester et de revendiquer, adoptent le plus souvent en société un comportement orienté vers la cohésion du groupe. Souvent chargée au sein de la famille d’entretenir le réseau social et familial, la femme apparaît dans une position socialement paradoxale quand, par sa militance, elle met l’accent sur ce qui divise la société plutôt que sur le consensus.

  • 135 Dulong R., Les régions, l’État et la société locale, PUF, Paris, 1978, p. 110-111.
  • 136 Dulong R., op. cit., p. 231.

126En Bretagne, la question de l’émancipation féminine n’a pas été le monopole d’organisation spécifique comme le MLF (Mouvement de libération des femmes). Selon Renaud Dulong le questionnement autour du rôle social de la femme a plutôt circulé à travers l’ensemble des espaces sociaux, rejoignant à l’occasion des mobilisations sociales135. Le cas de « Plogoff » est éminemment symptomatique de ce type d’ancrage de la question féministe sur la polémique de l’atome civil qui, au départ, lui est étrangère. Dans « Plogoff », l’activation identitaire qui a concerné les femmes avait pour origine une « émancipation pratique ». Citant le cas des cultivatrices militantes, Renaud Dulong nomme en effet « émancipation pratique136 » une certaine situation sociale qui peut permettre à des femmes de bénéficier plus facilement d’entrées dans les espaces sociaux structurellement monopolisés par les hommes.

  • 137 Gaxie D., Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Le Seuil, Paris, 1978, p (...)
  • 138 Agulhon M., La République au village, op. cit., p. 324.

127Dans ce processus d’émancipation pratique, il n’y pas au départ de revendication explicitement « féministe ». C’est la situation sociale faite à des femmes qui leur permet de passer de la vie sociale à la vie politique. Daniel Gaxie a d’ailleurs montré que le suivi des événements politiques, l’accumulation de savoirs politiques, la familiarisation avec les enjeux politiques, n’existent chez les agents sociaux que dans la mesure où ceux-ci sont socialement contraints d’y procéder137. C’est donc dans la position qu’occupe chaque groupe social qu’il faut plutôt rechercher les raisons de l’attention et de l’investissement différentiels à l’égard de la politique. Il peut donc exister des conditions sociales très précises qui peuvent permettre une émancipation pour une population féminine donnée, notamment quand celle-ci occupe une position sociale inhabituelle dans laquelle elle se trouve en charge de ce qui est traditionnellement confié aux hommes. Dans le cas du Var, Maurice Agulhon a par exemple souligné comment la présence d’industries avait contribué au travail salarié des femmes et à la diffusion de revendications féministes très nouvelles au milieu du XIXe siècle138.

  • 139 INSEE, Recensement de 1982, commune de Plogoff, 2001.
  • 140 Cf. Institut de géographie et d’aménagement de l’espace, Atlas de Bretagne, Université de haute-Br (...)
  • 141 Piriou N., L’espace finistérien, Université de Bretagne occidentale, département de géographie, Br (...)

128À Plogoff, sur un total d’environ six cents foyers, quatre cent trente comportaient une personne exerçant une activité liée à la mer139. Il s’agissait là principalement des marins travaillant pour la Marine marchande. Dans le sud du canton du Cap-Sizun, plus urbain, un nombre important d’agents sociaux avait défait le lien qui l’attachait à l’état de paysan. Ce déclin de l’agriculture était particulièrement marqué sur la commune de Plogoff. Comme ailleurs sur le littoral sud du canton, le nombre des exploitations de moins de 20 hectares dépassait, à Plogoff, celui des exploitations de plus de 20 hectares, signe d’une inadaptation aux contraintes du mode de production de l’agriculture modernisée140. En 1975, sur la commune de Plogoff, moins de 15 % des actifs étaient classés par l’INSEE dans la CSP « agriculteurs141 » (alors que cette catégorie approche ou dépasse les 50 % dans le canton de Saint-Renan qui correspond à l’aire de mobilisation de Porsmoguer). La trop petite taille des exploitations et la pauvreté des sols n’incitaient pas des jeunes à s’installer.

  • 142 Ce mouvement était ancien, mais il s’était accéléré depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
  • 143 Dufoulon S., Les Gars de la marine. Ethnographie d’un navire de guerre, Métailié, Paris, 1998, p.  (...)
  • 144 INSEE, Recensement de 1982, commune de Plogoff, tableau des « actifs ayant un emploi en 1982 par a (...)

129Comme en écho à cette évolution, un grand nombre des actifs masculins du canton de Pont-Croix avait quitté la terre pour rejoindre le service de l’état via l’engagement dans la Marine nationale ou dans la Marine marchande142. Selon le sociologue Serge Dufoulon, le service de la marine permettait habituellement de trouver un emploi hors d’un secteur agricole déclinant en même temps qu’elle servait d’instrument de promotion sociale143. À Plogoff, sur un mode individualiste, un grand nombre d’habitants a donc réalisé des carrières gratifiantes dans la Marine nationale et dans la Marine marchande. En 1982, les données du recensement de l’INSEE montrent que 38 % des actifs masculins ayant un emploi travaillent dans le secteur des transports (qui correspond ici à la Marine marchande144). La Marine marchande et la Marine nationale ont donc permis à des agents sociaux souvent d’origine modeste de réaliser des trajectoires professionnelles ascendantes.

  • 145 Guichard-Claudic Y., Éloignement conjugal et construction identitaire. Le cas des femmes de marins,(...)

130Mais cette ascension avait un coût, celui de la séparation temporaire mais répétée des couples, pour cause d’embarquement de l’époux. À Plogoff, comme ailleurs dans le Cap-Sizun, les travailleurs de la mer étaient embarqués pour de longs mois, sans pouvoir revenir au foyer. Ce contexte social explique que les épouses de ces marins aient été placées devant la nécessité d’assumer seules de larges responsabilités liées à la vie du ménage. La sociologue Yvonne Guichard-Claudic a montré qu’il existe un impact du métier du conjoint sur la construction identitaire de la femme145. La profession de marin (dans la Marine de commerce, dans la Marine nationale ou dans la grande pêche) oblige à un éloignement itératif. Cette contrainte affecte de façon profonde la division du travail familial. Précisément, ces femmes doivent accomplir les tâches traditionnellement attribuées aux femmes (tâches ménagères, éducation des enfants, etc.), tout en devant prendre des décisions importantes relevant habituellement des hommes (bricolage, entretien de l’auto, voire achat d’une nouvelle automobile, etc.).

  • 146 Entretien.
  • 147 Le Télégramme, 14 janvier 1980.

131Ces logiques sociales qui mènent les femmes de marins à assumer des tâches habituellement confié aux hommes ont suscité, à Plogoff et dans le Cap-Sizun, une insertion des femmes dans la vie publique plus forte que la moyenne. Cette donnée se retrouve ailleurs sur le littoral breton, notamment dans le Pays bigouden. Mais, à Plogoff particulièrement, les femmes ont très souvent accédé à une position qui déborde celle de « mère au foyer ». Ainsi, le député Guy Guermeur s’est rappelé y avoir organisé, vers 1973, une réunion publique spécifiquement destinée à des femmes, chose qu’il ne pratiquait pas ailleurs dans le département146. Un autre indicateur de cette position sociale des femmes à Plogoff est la constitution, dès les années 1970, d’une section de football féminin au CA Plogoff, section riche d’une vingtaine de licenciées147. Phénomène encore rare dans le monde du sport finistérien, la pratique du football féminin a démarré tôt à Plogoff, sans doute parce que des femmes assumant habituellement une grande part des responsabilités socialement attribuées aux hommes étaient également conduites à pratiquer des loisirs relevant du genre masculin.

  • 148 Ouest-France, 5 février 1980.

132Au moment de la mobilisation contre la centrale, ces mêmes conditions sociales ont conduit aux mêmes conséquences en ce qui concerne l’accomplissement des tâches de la mobilisation sociale. Certes, à Plogoff, des hommes avaient aussi participé à des actions, mais, ne pouvant pas continuer le travail commencé pour cause d’embarquement, ce sont des femmes qui poursuivaient, avec l’aide des jeunes. Par exemple, Clet Kerloc’h, vice-président du comité de défense de Plogoff, a embarqué en janvier 1980, la veille de l’annonce par le préfet des dates de l’enquête d’utilité148. Il n’a donc pu participer aux premières actions lors de l’enquête. Les femmes prenaient donc les devants dans l’action contestataire, comme elles le faisaient habituellement dans la vie courante.

  • 149 Entretien.

133Enfin, il apparaît aussi que des hommes de Plogoff, marins de l’état, ont parfois hésité à trop se montrer aux avant-postes de la lutte, craignant des représailles sur le plan professionnel149. Assez justement, ils percevaient que l’engagement dans une mobilisation sociale contre leur employeur, l’état, pouvait leur nuire.

134Dans ce contexte, il n’est donc pas surprenant qu’un grand nombre de femmes Plogoffites se soit mobilisé, ceci dès l’édification de la première barricade au début de l’enquête d’utilité publique. À travers la lutte, elles ont mieux compris la dimension originale de leur situation sociale. Leur identité d’épouses de marins d’état s’est pour une part révélée à elle-même, notamment à travers le regard des agents sociaux extérieurs à la commune (jeunes militants écologistes, journalistes, gardes mobiles, etc.).

135L’opposition au projet de centrale atomique dans le Cap-Sizun a donc activé un ensemble de trois facteurs identitaires principaux qui, combinés, ont servi de support à la mobilisation : l’identité capiste, l’identité religieuse, et l’identité sociale des épouses de marins. L’activation de ces facteurs identitaires tendait également à donner une autre dimension à la mobilisation. Au discours construit des écologistes politiques sur le plan idéologique et scientifique venait se rajouter un élément plus insaisissable qui faisait jouer la palette des sentiments : la fierté d’être Capiste et de défendre son pays, l’empreinte religieuse qui alimentait les convictions, l’engagement ardent de femmes fières de leur condition sociale. Tout cela combiné donnait à la mobilisation une coloration nouvelle qui allait séduire bien au-delà des rangs des opposants stricts à l’atome civil, surtout si des journalistes de la presse quotidienne, séduits également, se faisaient maintenant les relais de la mobilisation. Plogoff est alors devenu « Plogoff », c’est-à-dire que le nom de la petite commune située à la pointe du Raz est devenu l’emblème du mouvement antinucléaire en Basse-Bretagne.

Notes

1 Rainaud J.-M., Le Droit nucléaire, PUF, Paris, 1994, p. 34-35.

2 Collectif La Rotonde, Golfech, le nucléaire. Implantation et résistances, CRAS, Toulouse, 1999, p. 110-123.

3 Le Monde, 18 mars 1980. Ces scientifiques appartenaient à la faculté des Sciences de Brest, au Centre océanologique de Bretagne, et à la station biologique de Roscoff.

4 Tract, Nucléaire : danger. Enquête : mascarade et propagande, 2 pages, 1980. Ce tract est signé par les organisations suivantes : comité de défense de Plogoff, CRIN et comités antinucléaires, CFDT, CSCV, Paysans-travailleurs, PSU-Bretagne, UDB, LCR, SEPNB, APPBS, Vie Nouvelle, PS.

5 Ce collectif comprend le CLIN, la SEPNB, les Amis de la Terre, le comité Larzac, la CSCV, le mouvement d’action non-violente et les Paysans-travailleurs (Ouest-France, 30 janvier 1980).

6 Ouest-France, 24 janvier 1980.

7 Corbin A. et Mayeur J.-M. (dir.), La Barricade, Publications de la Sorbonne, Paris, 1997, p. 7.

8 Duclos N., Les Violences paysannes sous la Ve République, Economica, Paris, 1998, p. 92-95.

9 Collectif, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 7-9.

10 Il s’agit de la route de la baie des Trépassé, de la route passant par l’intérieur du Cap-Sizun, et de la route principale venant d’Audierne, barrée au pont du Loc’h.

11 Suite à la marée noire du pétrolier Boelhen en 1976, du pétrole était arrivé à la côte. Une fois ramassé, il avait été entreposé dans un blockhaus. Il a été « recyclé » dans ce barrage (entretien).

12 Pelletier O., « Figures imposées. Pratiques et représentations de la barricade pendant les Journées de décembre 1851 », in Corbin A. et Mayeur J.-M., La Barricade, Sorbonne, Paris, 1997, p. 25.

13 FR3, L’Affaire Plogoff, FR3, 2000.

14 Ouest-France, 4 février 1980.

15 Le Télégramme, 1er février 1980.

16 Radio-Armorique, 2 février 1980, Archives départementales du Finistère, 1235 W 23.

17 Ouest-France, 12 février 1980.

18 Ouest-France, 15 février 1980.

19 Marque du tracto-pelle utilisé par la gendarmerie.

20 Douglas M., De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, La Découverte et Syros, Paris, 2001, p. 59-60.

21 Ibid., p. 59.

22 Ouest-France, 2-3 février 1980.

23 Le Garrec N., Des pierres contre des fusils, op. cit., FR3, L’Affaire Plogoff, op. cit., et entretiens. La forme de ces phrases qui peut paraître étrange trouve son origine dans la syntaxe du breton, langue dans laquelle l’information principale est mise en tête de la phrase.

24 Lettre ouverte à Monsieur le commissaire enquêteur, par Jean-Marie Kerloc’h, maire de Plogoff, 3 pages, non datée.

25 Ce profil de retraité de la fonction publique est courant pour des commissaires enquêteurs. Quand ils sont anciens fonctionnaires, les commissaires sont enclins à présupposer l’utilité publique d’un projet.

26 Le Garrec N., op. cit.

27 Sirinelli J.-F. (dir.), Dictionnaire de la vie politique française au XXe siècle, PUF, Paris, 1995, p. 929-932.

28 Champagne P., Faire l’opinion, op. cit., p. 202.

29 Ouest-France, 28 février 1980.

30 Collet S., « La manifestation de rue comme production culturelle militante », Ethnologie, 1982, no 2, tome 12, p. 167-176.

31 Abeles M., « Rituels et communication politique moderne », Hermès, no 4, 1989, p. 131.

32 Ouest-France, 9-10 février 1980.

33 Le Garrec N., op. cit.

34 Le Télégramme, 14 février 1980.

35 Ouest-France, 9-10 février 1980.

36 Le Garrec N., op. cit.

37 Le Télégramme, 8-9 mars 1980.

38 Le Télégramme, 11 mars 1980.

39 Le Garrec N., op. cit.

40 Un mannequin de gendarme mobile.

41 Duclos N., Les Violences paysannes sous la Ve république, op. cit., p. 13.

42 Favre P., « Nature et statut de la violence dans les manifestations contemporaines », Les Cahiers de la sécurité intérieure, no 1, avril-juin 1991, p. 153.

43 Braud P. (dir.), La Violence politique dans les démocraties européennes occidentales, L’Harmattan, Paris, 1993, p. 27-35.

44 Gurr T., Why Men Rebel, Princeton, Pinceton University Press, 1974, p. 156.

45 Sur l’aire de mobilisation d’Erdeven, des menaces de luttes armées ont aussi été faites à EDF (cf. entretien).

46 Le Monde, 22 septembre 1978. Voir aussi Le Télégramme, 27 septembre 1978 et Le Télégramme, 13 septembre 1978.

47 Sommier I., La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, PUR, Rennes, p. 55-56.

48 Le Matin, 18 mars 1980.

49 Cf. Chartier E. et Cabon A., Le Dossier FLB. Plongée chez les clandestins bretons, Coop Breizh, Spezet, 2006, 320 p.

50 Causant la mort d’une employée, l’attentat, le 19 avril 2000, contre un restaurant McDonald’s à Quévert (Morbihan) a sans doute remis en cause cette relative indulgence à l’égard des actions violentes du mouvement breton.

51 Le Télégramme, 11 décembre 1980.

52 Le Télégramme, 16-17 août 1975 et Ouest-France, 16-17 août 1975.

53 Ibid.

54 Le Télégramme, 28-29 juin 1980.

55 Le Matin, 2 juillet 1980.

56 Entretien.

57 Le Télégramme, 18 mars 1980.

58 Sartre J.-P., Esquisse d’une théorie des émotions, Hermann, Paris, 1965, p. 17.

59 Hercus C., « Identity, emotion, and feminist collective action », Gender & Society, vol. 13, no 1, février 1999, p. 34-55.

60 Entretien ; Lafont H., Meyer P. et Virilio P., Le Nouvel ordre gendarmique, Seuil, Paris, 1980, p. 206 ; Ouest-France, 29 janvier 1980.

61 Ouest-France, 23 janvier 1980.

62 Ouest-France, 23-24 février 1980.

63 Le Télégramme, 22 février 1980.

64 Fillieule O., Stratégies de la rue. Les manifestations en France, Presses de la FNSP, Paris, 1997, p. 302-304.

65 La confusion entre CRS et gendarmes mobiles était assez courante.

66 Ouest-France, 9-10 février 1980.

67 La nature de ces grenades va alors donner lieu à une polémique spécifique.

68 Ouest-France, 25 février 1980.

69 Duclos N., « Y a-t-il une exception paysanne ? Réalité et limite de la violence contestataire des paysans bretons », in Braub P. (dir.), La Violence politiques dans les démocraties européennes occidentales, op. cit., p. 293-314.

70 Cf. Guillemin A., « Doucement, c’est tout de même une femme. Remarques sur le statut de la violence dans les manifestations paysannes », ARSS, no 52-53, juin 1984, p. 42-48.

71 Robin D., Pêcheurs bretons sous l’Ancien Régime. L’exploitation de la sardine sur la côte atlantique, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 262-268.

72 Boulanger J.-M., « Violence et ports de pêche », in Carluer J.-Y. (dir.), Violence et société en Bretagne et dans les pays celtiques, Kreiz-CRBC, Brest, 2000, p. 265-272.

73 Fillieule O., Stratégies de la rue, op. cit., p. 221.

74 Ibid., p. 161.

75 Cf. Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 45.

76 Champagne P., Faire l’opinion, op. cit..

77 Ouest-France, 14-15 février 1976.

78 Elegoet F., Révoltes paysannes en Bretagne, op. cit., p. 246.

79 Ouest-France, 11 février 1980, Le Télégramme, 11 février 1980, Le Monde, 11 février 1980 et Collectif, Plogoff-la-Révolte, op. cit., p. 28.

80 Le Télégramme, 15-16 mars 1980.

81 Ouest-France, 3 mars 1980, Le Télégramme, 3 mars 1980, Le Matin, 18 juillet 1980, Le Monde, 18 juillet 1980.

82 Ouest-France, 9-10 février 1980.

83 Environ 72 % des personnes inscrites sur la liste électorale de Plogoffont signé la pétition (Ouest-France, 11 février 1980 et 12 février 1980).

84 Les citations sont ici extraites d’un corpus de 490 lettres adressées au GFA de Plogoff (N = 490).

85 La Gueule ouverte, 6 février 1980.

86 La Gueule ouverte, 13 février 1980.

87 Ouest-France, 11 février 1980.

88 Ouest-France, 20 février 1980.

89 Ouest-France, 21 février 1980 et Le Télégramme, 21 février 1980.

90 Cf. Le Garrec N., op. cit.

91 op. cit.

92 Le Télégramme, 11 mars 1980.

93 FR3, L’affaire Plogoff, op. cit. Cet épisode a aussi été évoqué par Annie Carval (entretien).

94 Entretien.

95 Ouest-France, 8 février 1980 et Le Télégramme, 8 février 1980.

96 Le Télégramme, 12 février 1980.

97 Ouest-France, 3 mars 1980.

98 Thompson E. P., La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, Paris, 1988, p. 509-510.

99 « La Route du Rhum » est une compétition de voiliers à travers l’Océan atlantique.

100 Entretien.

101 Entretien.

102 Gérard Charlot a été commandant du groupement de Gendarmerie du Finistère de 1978 à 1981.

103 Le Télégramme, 15-16 mars 1980.

104 Le Coadic R., L’Identité bretonne, op. cit., p. 39-40.

105 Le texte s’appuie ici sur Neveu E., Sociologie des mouvements sociaux, op. cit., p. 33-37 et p. 81-85.

106 Ollitrault S., op. cit.

107 Cf. Pelras C., Goulien, commune rurale du Cap-Sizun (Finistère). étude d’ethnologie globale, Paris, 1966, Masson et Compagnie éditeurs (extraits des Cahiers du centre de recherches anthropologiques, no 6), p. 161.

108 Simon P.-J., La Bretonnité. Une ethnicité problématique, Terre de Brume/PUR, Rennes, 1999, p. 84.

109 Cf. Caradec N., La Notion de territoire dans la poésie bretonne de langue française contemporaine, Thèse de doctorat de littérature française, 2002, Université Rennes 2.

110 Cf. Bernard D., Cleden-Cap-Sizun. Monographie d’une paroisse et d’une commune de la presqu’île du Cap-Sizun, Brest, Imprimerie du Télégramme, 1952, p. 181.

111 Dans la campagne vallonnée du Cap-Sizun, l’horizon est court. Mais en arrivant sur le littoral, il s’élargit brusquement devant la mer.

112 Le Télégramme, 24 janvier 1980.

113 Voici quelques exemples donnés par la presse régionale : « Plogoffn’est pas à vendre », « Non au béton monstrueux sur notre site prestigieux », « Liberté, halte à l’envahisseur nucléaire », « Pas d’enquête bidon, boycottons ! » (Le Télégramme, 30 janvier 1980).

114 La Gueule ouverte, no 299, 13 février 1980.

115 Pelras C., op. cit.

116 Radio-Armorique, 16 mars 1980- bulletin de 12 heures, Archives départementales du Finistère, 1235 W 35.

117 Ouest-France, 4 février 1980.

118 Le Télégramme, 1er février 1980.

119 Libération, 8 mars 1980. Un article sur « Plogoff » est rangé dans une chronique ironiquement baptisée « Occupation ».

120 Ouest-France, 1er février 1980.

121 Le Garrec N., op. cit.

122 Ouest-France, 29 février 1980.

123 Ouest-France, 25 janvier 1980 et Le Télégramme, 26-27 janvier 1980.

124 Ouest-France, 26-27 janvier 1980.

125 Ouest-France, 28 janvier 1980.

126 Siegfried A., Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Armand Colin, Paris, 1964, p. 212-225.

127 Monnier J.-J., Le comportement politique des Bretons (1945-1994), PUR, Rennes, 1994., p. 196.

128 Agulhon M., La République au village, Le Seuil, Paris, 1979, p. 415.

129 Le Télégramme, 13 mars 1980.

130 Le Télégramme, 13 mars 1980.

131 Guionnet C. et Neveu E., Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Armand Colin, Paris, 2005, p. 193.

132 Cf. Bourdieu P., La Domination masculine, Le Seuil, Paris, 1998, 142 p.

133 Ion J., La Fin des militants ?, Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, Paris, 1997, p. 61.

134 Bourdieu P., La Distinction, op. cit., p. 405-431.

135 Dulong R., Les régions, l’État et la société locale, PUF, Paris, 1978, p. 110-111.

136 Dulong R., op. cit., p. 231.

137 Gaxie D., Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Le Seuil, Paris, 1978, p. 150-156.

138 Agulhon M., La République au village, op. cit., p. 324.

139 INSEE, Recensement de 1982, commune de Plogoff, 2001.

140 Cf. Institut de géographie et d’aménagement de l’espace, Atlas de Bretagne, Université de haute-Bretagne, Rennes, 1975, planche no 33.

141 Piriou N., L’espace finistérien, Université de Bretagne occidentale, département de géographie, Brest, 1979, p. 56-57.

142 Ce mouvement était ancien, mais il s’était accéléré depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

143 Dufoulon S., Les Gars de la marine. Ethnographie d’un navire de guerre, Métailié, Paris, 1998, p. 92 et Paradeise C., « La marine marchande : un marché du travail fermé ? », Revue française de sociologie, XXV, 1984, p. 372.

144 INSEE, Recensement de 1982, commune de Plogoff, tableau des « actifs ayant un emploi en 1982 par activité économique et par sexe », 2001.

145 Guichard-Claudic Y., Éloignement conjugal et construction identitaire. Le cas des femmes de marins, L’Harmattan, Paris, 1998, p. 8-9.

146 Entretien.

147 Le Télégramme, 14 janvier 1980.

148 Ouest-France, 5 février 1980.

149 Entretien.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540